Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Première partie. La maison idéale

Améliorer l'habitat rural

Martine Cocaud

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

1Les discours sur le peu de confort des logements ruraux et la nécessité de leur rénovation apparaissent à la fin du xixe pour ne perdre de l'intensité qu'à la fin du xxe siècle. Toutefois les arguments qui accompagnent ces constats évoluent, d'une part parce que le regard que l'on jette sur un logement est subjectif, d'autre part parce que, pour chaque période, l'exigence de rénovation du logement s'intègre à un projet plus ambitieux de mutation sociale. C'est l'histoire de ces discours que nous allons évoquer, en nous cantonnant seulement à la maison d'habitation en laissant donc de côté tout ce qui a pu concerner l'amélioration des bâtiments d'exploitation. Nous aborderons successivement l'évolution des arguments justifiant la rénovation des logements, les porteurs du discours puis leurs propositions concrètes. Nous nous appuierons sur les réalités de l'Ille-et-Vilaine qui nous paraît un bon lieu d'observation puisque, à la fin de la seconde guerre mondiale, ce département était un des plus mal lotis en matière d'habitat.

Un discours en trois arguments

Stabiliser la société rurale

  • 1 La loi du 18 décembre 1848 institue un Conseil d'hygiène et de salubrité par département.
  • 2 Pour une vision d'ensemble sur le logement populaire et sur la bibliographie s'y rapportant : Guer (...)
  • 3 Enquête sur l'habitat rural en France, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 12 bi 236 (1939). L'enquête e (...)
  • 4 Plusieurs ouvrages présentent ce rôle social de la femme rurale, on peut citer par exemple : Mélin (...)

2Vers le milieu du xixe siècle1 la qualité de vie de l'ensemble des personnes modestes s'affirme comme une préoccupation des gouvernements2. Lorsqu'en 1894 et 1899, le comité des Travaux historiques du Ministère de l'Instruction Publique publie « une enquête sur les conditions de l'habitation en France », l'habitat rural n'est pas totalement oublié. Cette sollicitude participe de plusieurs motivations : volonté hygiéniste bien sûr, mais surtout souhait de maintenir la population rurale en place. Un logement agréable semble en être un des moyens. Dans l'entre-deux-guerres, ce discours est repris. De nouvelles enquêtes montrent le peu de réalisations concrètes concernant la modernisation de l'habitat : « seules les moyennes et grandes exploitations font des efforts pour l'habitat... tous les efforts portent sur les bâtiments d'exploitation ». La décrépitude des logements est toujours perçue comme une des causes de l'abandon de l'agriculture qui implique « l'impérieuse nécessité de prendre toute mesure propre à ramener ou tout au moins à maintenir à la campagne la population, à protéger et renforcer son potentiel physique et moral3... ». L'argument mettant en rapport exode rural et confort domestique ne s'érode pas pendant les deux siècles. Dans ce contexte, dès la fin du xixe siècle, la femme apparaît comme l'élément central, capable de maintenir la civilisation paysanne4 Pour cela elle doit vivre dans un cadre domestique qui lui convienne et qui lui permette de correspondre à l'image que l'on attend d'elle : celle d'une bonne ménagère. Le relais sera rapidement repris par l'enseignement ménager qui place le foyer et non pas la ferme au centre des préoccupations des futures fermières. Les soins apportés à la maison deviennent une priorité face au danger de fuite des maris et des enfants vers la ville, en apparence plus accueillante. Femme et maison, étroitement associées, participent pour près de 200 ans au programme agrarien de maintien, voire de sacralisation des campagnes.

Renforcer le potentiel physique des campagnes

  • 5 Villermé et Benoiston de Châteauneuf, Rapport à l'Académie des Sciences sur un Voyage en Bretagne, (...)
  • 6 Docteur Bon, Recherches hygiéniques sur les habitants de la campagne, de la commune de Lacaune (Ta (...)

3À la fin du xixe siècle, les spécialistes de l'hygiène posent les bases de ces discours en matière d'habitat. Malgré les enquêtes qui mettent en évidence le paupérisme à la campagne 5 ils s'adressent en priorité aux villes et ils négligent au nom « d'un écologisme » avant l'heure, la campagne qui est censée « profiter du bon air ». Seules quelques thèses de médecine abordent l'hygiène dans les campagnes6. Ce n'est qu'au début xxe siècle que la peur de la tuberculose, qui remplace le choléra parmi les fléaux majeurs, amène les médecins à porter intérêt à l'état de tous les logements qu'ils soient ruraux ou urbains. Les enquêtes concernant l'état de santé et la mortalité mettent en évidence les difficiles conditions de vie dans les régions rurales, en Bretagne notamment. Différentes actions visant à diminuer la mortalité dans les campagnes vont se multiplier jusqu'au début des années cinquante : mise en place de services de protection médico-sociale rurale dès les années trente. Ceux-ci organisent, dans les Côtes d'Armor par exemple, des tournées éducatives portant sur les bienfaits de l'eau potable, la production et la diffusion, dans les années cinquante, de films sur la tuberculose, etc.

  • 7 Enquête sur l'habitation rurale en France, 1939, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 12 bi 236

4À Dans ce cadre hygiéniste, dès le début du siècle, les médecins partent en croisade en s'attaquant à la vétusté et à l'insalubrité des logements : l'humidité des maisons construites dans les creux, le manque d'ouvertures, la promiscuité des hommes et des bêtes, la proximité des fumiers qui s'entassent dans les cours, la mauvaise qualité des eaux des puits et des fontaines seront les indices d'insalubrité les plus souvent évoqués. Dès les années 1910 ils font campagne pour que les habitations rurales récentes se conforment à la loi du 15 février 1902 qui signale les mesures de police en vue de l'hygiène publique. Pour les vieilles maisons, ils proposent de remplacer les toits de chaume par l'ardoise, de badigeonner les murs à la chaux, de carreler le sol, de condamner les lits clos, de séparer par de la maçonnerie les étables des maisons d'habitation, de carreler le sol, de construire loin des maisons des fosses d'aisance et des fosses à purins, de bien protéger les puits. La qualité de l'habitation est perçue comme « un des facteurs les plus importants de la politique sanitaire rurale » lors de la conférence européenne sur l'hygiène rurale 7 organisée par la SDN ; ces propos seront repris, sans beaucoup de modifications jusqu'à la seconde guerre...

Le « cadre de vie » intègre l'agriculteur dans une nouvelle économie et une nouvelle société

  • 8 Enquête menée par le comité départemental de l'habitat rural, citée lors de la journée régionale s (...)
  • 9 L'habitat rural dam la mise en auvre du troisième plan de modernisation et d'équipement, Paris, 19 (...)

5La volonté d'améliorer le logement rural est prolongée par le gouvernement de Vichy mais c'est à partir des années soixante, que l'habitat rural devient l'objet de nombreuses enquêtes et publications. Elles constatent sa médiocrité d'ensemble et plus particulièrement celle de certaines régions, l'Ille-et-Vilaine en particulier. Quelques chiffres sont avancés à titre de preuve : dans ce département seules 233 maisons ont été construites depuis la guerre, les 2des anciennes ont été construites avant 1871, 1/3 des maisons rurales ont une pièce ou deux, une centaine de fermes seulement ont des toilettes8. Les descriptions et les statistiques se multiplient, et la rénovation de l'habitat rural est alors intégrée au 3eme plan9.

  • 10 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 230. Journée sur la rénovation du cadre de vie des agriculteur (...)
  • 11 Mendras, Henri, Les Paysans et la modernisation de l'agriculture, 1958.

6L'amélioration de l'habitat s'intègre dans une réflexion plus large qui porte sur « le bien-être rural ». La transformation du cadre de vie des agriculteurs apparaît urgente en 1960, elle doit aider à résoudre un problème humain puisque les agriculteurs estiment appartenir à une catégorie défavorisée de français10. Plusieurs études sociologiques confirment ce point de vue et montrent que les revenus paysans, souvent inférieurs à ceux des urbains, favorisent un complexe de frustration et d'infériorité11. La possession d'une maison semblable à celles des villes est alors envisagée comme un des moyens de rassurer les ruraux. Les observateurs de la vie rurale ne parlent plus d'exode rural car la crainte n'est plus là, il s'agit d'aider les ruraux à vivre, à être comme les autres, autrement dit à les intégrer à la Nation. Le cadre de vie devient alors primordial pour la recherche du bien-être. On parle d'épanouissement des enfants, d'équilibre du couple, de goût familial ; ces valeurs sont associées au confort, à l'aménagement rationnel, et même à l'esthétique quand se multiplient, dès 1962, les concours des maisons fleuries.

7Le cadre de vie est mis en rapport avec l'économie et la relation s'établit à double sens. D'une part, l'économie influence l'habitat : dans les années soixante plusieurs témoignages qui proviennent de conseillers agricoles ou de jacistes rappellent que, si autrefois la maison et les bâtiments d'exploitation pouvaient être quasiment confondus, c'est parce que les fonctions de production et de consommation étaient peu dissociées et que la production primait sur la consommation mais, qu'actuellement, la séparation des fonctions doit aboutir à une déprofessionnalisation de la maison. De plus le machinisme qui permet de diminuer la main d'oeuvre doit favoriser le foyer conjugal aux dépens de la cohabitation intergénération.

  • 12 Cocaud, Martine, « Les CUMA et l'innovation technique dans les campagnes bretonnes », Annales de B (...)
  • 13 Louis Malassis, professeur à l'École Nationale Supérieure d'Agriculture de Rennes, conseille, en 1 (...)

8D'autre part, certains jacistes et cumistes, qui souhaitent « travailler autrement » affirment que « le cadre de vie a une influence sur l'économie de l'exploitation et sur sa pérennité ». Cette relation paraît moins évidente, mais de jeunes agriculteurs montrent, lors de leurs congrès12, la nécessité de vivre autrement et de faire de l'épanouissement familial une priorité. Pour cela, ils préconisent l'association agricole sous forme de CUMA ou de GAEC car elle permet d'économiser sur le matériel afin de d'investir plus rapidement dans la mise aux normes nouvelles des maisons qu'ils savent vétustés13. Pour d'autres raisons - que nous développerons par la suite — cette influence de l'habitat sur l'organisation de l'exploitation est aussi un argument développé par EDF qui voit dans la réfection des fermes le moyen indirect d'encourager une agriculture consommatrice de technologie et donc d'énergie, ce qui lui permettrait de rentabiliser ses équipements.

  • 14 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 320. Enquête sur le cadre de vie des agriculteurs.
  • 15 Gervais, Michel, Servolin, Claude et Weil, Jean, Une France sans paysans, Paris, Le Seuil, 1965,12 (...)

9Cette volonté d'améliorer le cadre de vie des ruraux est alimentée par un nouveau raisonnement qui apparaît au début des années soixante mais se diffuse surtout à partir des années quatre-vingts : la campagne est le cadre de l'ensemble de la population - population urbaine comprise - qui « a pour charge d'être source d'énergie de la Nation ». Elle a fourni beaucoup d'hommes à la ville, elle en fournit encore mais elle a aussi pour tâche de revitaliser, de recharger ceux qui sont épuisés par les rythmes inhumains de la vie urbaine. Pour que le calme des campagnes puisse s'opposer d'une façon bienfaisance à l'agitation des villes, il est indispensable d'aménager le cadre de vie des agriculteurs et l'ouvrir à la Nation14. Alors qu'est publié l'ouvrage au titre provoquant Une France sans paysans15, le retour à la terre de citadins déphasés, mais complètement imprégnés du confort urbain, redonne un rôle salvateur à la campagne. Si l'argument écologique est nouveau, cette volonté n'est pas sans rappeler les propos de l'agrarisme traditionnel.

Des discours à plusieurs voix

10Pour des raisons qui évoluent avec le temps, l'amélioration de l'habitat rural apparaît, comme indispensable. Sa mise en œuvre passe par plusieurs canaux.

Les premières interventions des pouvoirs publics

11Depuis le xixe siècle, l'intervention des pouvoirs publics sur le logement populaire est constante mais son efficacité ne devient tangible que depuis les années cinquante. Les lois concernant la rénovation des logements de la fin du xixe et du début du xxe siècle ne concernent pas uniquement les ruraux, mais l'ensemble de la population aux revenus modestes et les citadins en tirent le plus de profit. Ce n'est qu'à la fin des années vingt que le gouvernement s'interroge sur la mise en place de moyens spécifiques pour les ruraux. Il apparaît en effet plus difficile d'améliorer l'habitat rural que celui des villes car, à la campagne, les logements existent déjà et les paysans sont souvent propriétaires. De nouvelles constructions sont rarement envisagées, de plus les constructions collectives ne peuvent pas convenir aux exploitants agricoles dont la situation apparaît particulièrement épineuse. Cependant quelques lois sont votées :

  • -décembre 1922 : loi sur l'habitation bon marché et la petite propriété ; cette loi n'a quasiment pas d'impact sur les ruraux ;
  • juillet 1928 : loi dite Le Loucheur, qui sera prolongée jusqu'en 1938. Elle offre plus de possibilités aux ruraux car les subventions concernent l'acquisition d'immeubles déjà existants en vue de leur reconstruction ;
  • 31 juillet 1929 : loi concernant l'amélioration des logements des ouvriers agricoles. De plus, à partir de 1920, des prêts aux logements à 3 % sont consentis aux ruraux par le Crédit Agricole.
  • 16 Les dossiers consacrés aux dommages de guerre permettent d'évaluer le nombre de subventions sollic (...)
  • 17 C'est le cas dans la commune de Bruz, située très près de Rennes et qui a été atteinte en mai 1944 (...)
  • 18 Entre 1950 et 1970, les types d'aide ont été extrêmement variés. Pour connaître l'état des primes (...)

12L'effort législatif se maintient sous Vichy (loi du 20 novembre 1940 et du 15 mai 1941 relatives à la restauration de l'habitat rural) mais, dans l'ensemble, cet appareil d'aide rencontre peu de succès (seuls 5 % des crédits globaux affectés à la loi Le Loucheur ont été utilisés par les ruraux). Les destructions de guerre intensifieront les demandes de subventions qui demeureront malgré tout peu nombreuses dans les communes rurales du département16, si ce n'est à côté des agglomérations où vont s'élever des bâtiments agricoles neufs plus rationnels17. Ce n'est qu'après- guerre, alors que le panorama de l'aide au logement se renforce et se diversifie 18 en proposant des subventions et des prêts convenant à des cas très divers, que les campagnes répondent plus vivement aux sollicitations. Pourtant dès les années trente, les autorités publiques ont voulu accompagner ces offres par de la propagande diffusée par les associations. Pour cela des groupes d'actions ont été institués : par exemple, juste avant la guerre, « un comité départemental des constructions rurales » composé de membres du ministère de l'agriculture, de la santé publique, des chambres d'agriculture, du préfet, du génie rural doit aider les associations à présenter les aides possibles.

Le rôle des associations : la JAC, les groupes familiaux, les CETA

  • 19 Les arguments présentés par la JAC ne sont pas nouveaux comme en témoigne ce propos de jaciste : « (...)
  • 20 Notre maison paysanne, Brochure réalisée dans le cadre de l'exposition, 1945, éditions H. Riou-Reu (...)

13Si quelques associations d'Ille-et-Vilaine, ont travaillé sur le thème du logement avant la Seconde guerre mondiale, ce n'est que dans la décennie suivante que les opérations se multiplient grâce à divers acteurs, l'ensemble faisant du département une région pilote. L'initiative provient de l'Action Catholique qui organise, par l'intermédiaire de la JAC et de la JACF, une vaste campagne dès 194519. Des enquêtes sont d'abord menées dans les paroisses auprès des jeunes et plus particulièrement des jeunes filles qui expriment pêle-mêle le refus de cohabiter à plusieurs générations, le désir d'avoir un coin tranquille pour soi, la nécessité d'introduire plus d'hygiène. Cette première démarche se prolonge par la mise en place de l'exposition de la maison rurale qui permettra « de se documenter sur ce que doit être la maison, de créer un courant d'opinion en faveur de l'habitat rural, et de provoquer un progrès dont bénéficieront les campagnes20 ». L'exposition est inaugurée en 1945 par le ministre de la reconstruction puis elle est promenée dans tout l'Ouest ; elle reçoit la visite de 400 000 personnes. Deux ans plus tard, l'exposition est améliorée : sous un grand chapiteau, une maquette grandeur nature permet de présenter des meubles pour toutes les pièces de la maison. L'exposition est transportée par deux gros camions dans 120 villes de l'Ouest (de Dieppe à Marmande) entre 1948 et 1950, le summum du succès étant l'arrivée de l'exposition à Paris.

De nouveaux partenaires, les aménageurs : syndicats communaux de distribution du gaz, sociétés des eaux, EDF

14En Ille-et-Vilaine, la deuxième initiative originale provient d'EDF qui participe à la mise en place des grands équipements. Cette volonté nécessite l'intervention commune de l'État, des pouvoirs locaux et des sociétés d'aménagement. Dans le cadre de l'extension de ses réseaux et de l'intensification de leur exploitation dans le secteur rural, EDF propose d'intervenir sur le logement. Cette proposition s'appuie d'une part sur la médiocrité des équipements existants dans le département qui est le moins électrifié de France - seuls 40 % des logements ruraux ont l'électricité - et d'autre part sur l'évolution des esprits que traduit la multiplication des demandes d'électrification de la part des syndicats intercommunaux. EDF souhaite faire augmenter la consommation afin de rentabiliser les nouvelles infrastructures électriques ; pour cela elle propose des plans rationnels d'aménagement des exploitations permettant d'apporter « une aide au travail, un confort, une détente encore inconnue ». C'est le mouvement ferme-pilote qui débute en 1954 pour se terminer dans les années soixante (170 réalisations). EDF lance une campagne d'information avec projection de documentaires au cours de veillées de vulgarisation agricole ou de fêtes locales, et présente sa documentation dans des camions ambulants qui contiennent des cuisines entièrement aménagées, organisant même des voyages-découvertes dans des départements mieux équipés. On retrouve dans ce projet les deux aspects du discours que nous avons présenté précédemment : il s'agit d'une part d'améliorer la qualité de vie mais aussi d'accélérer les transformations économiques par l'intermédiaire du logement. Lorsque le fermier intègre l'opération fermes-pilotes il doit souvent rééquilibrer ses comptes pour faire face aux emprunts nécessaires à l'équipement de l'exploitation et se trouve donc obligé d'augmenter sa productivité (baisse du travail humain, spécialisation plus forte...). Par conséquent, la ferme pilote peut être considérée comme un stimulant de la productivité et de la rationalisation du travail. Pour s'assurer de la réussite de projets de chaque candidat EDF réalise d'abord une étude de faisabilité. Elle ne retient que les fermes de plus de 15 ha (avec un produit brut par ha de 1 250 à 1 300 F), dont la charge de travail n'excède pas deux unités.

Le bilan

  • 21 . Malgré ces résultats dont se félicitent par exemple le centre de recherches et de sociologie rur (...)

15Ces efforts sont relayés par bien d'autres groupes : services du Génie Rural, Comité de l'habitat rural associé à une SICA (Société d'Intérêt Collectif Agricole) départementale d'habitat rural, Mutualité Sociale, associations familiales, conseils municipaux de certaines communes, etc. L'ensemble des propositions trouve un certain écho : entre 1948 et 1958 le pourcentage des populations rurales électrifiées passe de 40 à 90 % ce qui permet l'adduction d'eau courante par moto-pompe dans les fermes non équipées en eau courante. De plus, entre 1950 et 1954, le nombre de constructions neuves atteint 2,5 %, et le taux est encore plus élevé dans les villages situés près de Rennes qui ont été touchés par la guerre. Après 1958, les services du Génie Rural enregistrent, d'après les primes distribuées, une moyenne de 700 logements améliorés par an dont 50 % composés uniquement de logements d'habitation. Toutefois une analyse plus fine reste à faire : qui a bénéficié des primes ? Est-ce uniquement les jeunes ménages ? Quels choix ont été faits ? Quelles parts respectives ont pris les propriétaires et les fermiers ? Où se sont situées les résistances21 ?

Le discours en image

Les fermes modèles du xixe siècle

  • 22 Heuzé, Gustave, Cours sur les constructions rurales donné à l'école de Grandjouan vers 1860, Arch. (...)

16Les descriptions des maisons modestes sont toujours floues, négatives et ne semblent pas relever d'une véritable observation car les maisons d'habitation ne sont pas au cœur de la modernisation. Si les traités portent surtout sur les bâtiments d'exploitation22, des consignes basées sur l'hygiène et la fonctionnalité du bâtiment destiné au logement sont émises :

« Il doit avoir des ouvertures, il faut aérer, laisser une atmosphère tempérée et cela dans une propreté irréprochable [...]. La séparation entre les locaux d'habitation et d'exploitation est souhaitée sauf pour les petites fermes qui doivent cependant faire l'effort de se séparer des animaux dans un souci d'efficacité et d'hygiène ».

  • 23 Pour une description de l'habitat de Basse Bretagne construit au cours de la moitié du xixe siècle (...)

17Les petites fermes semblent bâties autour d'une pièce d'habitation unique, au mieux partagée en deux parties réservées respectivement au repas et au sommeil. Les seuls plans dessinés que nous possédons pour l'Ille-et-Vilaine23 concernent quelques fermes modèles construites vers la moitié du xixe siècle pour les fermiers des grands propriétaires, par exemple ceux de La Riboisière. Quelques principes ont été énoncés avant leur construction :

  • 24 Bardel, Véronique, Les Fermes-modèles en Haute-Bretagne au xixe siècle. Prélimaires à l'inventaire(...)

« Il doit y avoir des ouvertures pour expulser l'air chaud, on doit soigner les fosses, il faut laisser une atmosphère tempéree et une propreté irréprochable. Dans un souci d'efficacité et d'hygiène le principe de séparation entre locaux d'habitation et d'exploitation doit être absolu24 ».

18Les premiers éviers et des latrines extérieures apparaissent.

La ferme modèle de 1939

19On ne parle pas encore pas en terme de confort mais d'hygiène : les pièces à coucher doivent être ensoleillées, aérées ; la maison ne doit pas être humide. L'habitation doit avoir une arrivée d'eau potable — au mieux sur l'évier, sinon une pompe à proximité de la maison - et une évacuation des eaux usées. La nécessité d'éviter une trop grande promiscuité est énoncée : une chambre pour les parents, une autre pour les garçons et une pour les filles devient le nouveau standard. Pourtant les consignes concernant la séparation totale entre les hommes et les animaux doivent encore être répétées avec force, preuve qu'elles n'ont pas encore été appliquées partout. La maison idéale décrite dans les enquêtes est une maison avec un porche à l'entrée, aux chambres ensoleillées, avec une grande salle commune composée d'une cuisine et d'une salle à manger qui à la rigueur peut accueillir un lit. À côté de la cuisine se trouve une laverie avec arrivée d'eau courante.

La ferme modèle de 1962

20Les descriptions des espaces se précisent. Dans plusieurs communes d'Ille-et- Vilaine des couples de d'exploitants - qui sont le plus souvent jeunes mais aussi parfois proches de la retraite et prêts à réorganiser leur ferme avant de la laisser à leurs enfants — énoncent explicitement leurs besoins qui s'organisent autour de trois nécessités :

  • Faire face au surpeuplement par la création de nouvelles pièces (passer d'une moyenne de 3 à 4,5 alors que le nombre de membres par famille diminue). Ce souhait s'accorde avec le désir de mettre fin à la cohabitation parents/enfants qui a été souvent exprimé par les jacistes dans les années cinquante. La maison devient facteur d'équilibre familial, elle est le foyer d'un couple qui doit pouvoir préserver son intimité face aux autres générations. De plus les fonctions des pièces se différencient davantage et les maisons s'équipent alors de plusieurs chambres.
  • Améliorer l'hygiène et faciliter le travail des femmes en offrant l'eau froide et si possible l'eau chaude (l'installation d'une salle d'eau devient une norme dans les fermes-pilotes).
  • Permettre aux femmes de travailler dans une cuisine propre et fonctionnelle, qui peu à peu s'équipera d'un réfrigérateur et d'une machine à laver.

21Une ferme type est composée d'au moins 4 à 5 pièces d'habitation— deux chambres (enfants et parents), une cuisine, une salle à manger, une buanderie et une salle d'eau — le tout desservi par un couloir. La cuisine est conçue de façon fonctionnelle : eau froide et chaude sur l'évier, cuisinière électrique, chauffage à bois à feu continu, placard muraux de rangement (qui chassent les armoires...) en bois laqué ou revêtus de stratifié. Les murs sont laqués, les sols carrelés. La cheminée devenue inutile peut être conservée au nom « de l'ambiance familiale ». Les abords de la ferme sont aménagés : une cour placée devant la maison, au bord de la route, devient à la fois un lieu de détente pour les enfants et le moyen de mettre en valeur la maison. Plus tard, à la fin des années soixante, l'esthétisme s'en mêle lorsque les concours des maisons fleuries sont organisés dans le cadre des communes. À la fin des années soixante, les plans des espaces d'habitation coïncident avec l'évolution de du travail dans les exploitations : les lieux de travail sont coupés des lieux privés puisque les espaces domestiques tournent presque le dos aux espaces agricoles. Les cours séparées, la présence d'un hall d'entrée dans la maison concrétisent la mise à l'écart des femmes de la production ainsi que leur investissement de plus en plus grand dans la sphère domestique. C'est, entre autre, par le biais de la maison rénovée que les modèles de consommation citadins vont s'étendre à l'ensemble de la population et niveler les comportements.

Document 1 - Plan de masse pour une exploitation rénovée en 1962

Document 1 - Plan de masse pour une exploitation rénovée en 1962

Document 2 - Intérieur de la maison d'habitation d'une ferme avant rénovation

Document 2 - Intérieur de la maison d'habitation d'une ferme avant rénovation

Document 3 -... après rénovation (1962)

Document 3 -... après rénovation (1962)

Document 4 - Plan d'une cuisine type (1962)

Document 4 - Plan d'une cuisine type (1962)

22Les quatre photographies proviennent de l'ouvrage : « La Révolution ménagère », Études d'économie rurale, n°33-34, Centre de Recherches d'économie et de sociologie rurales de l'Ouest agricole, sept-déc 1960.

*

23La transformation de la maison d'habitation a tenu une place importante dans les différents projets de modernisation de l'agriculture. Elle a permis d'impliquer de nouveaux partenaires, les femmes surtout, qui, pour les autorités, sont toujours les plus tentées par l'exode rural. L'intervention sur l'habitat rural a toujours dépassé largement l'objectif défini officiellement qui est d'améliorer l'habitat. Il s'est agi de contrôler et de tenter d'orienter un comportement (l'exode au xixe siècle), un état d'esprit (inclure la paysannerie dans la modernité), ou une évolution économique (passage à l'agriculture capitaliste et conversion de la paysannerie au mode de développement industriel par l'évolution de leur consommation).

24Mais si le succès était au bout du discours, la modernisation de l'habitat rural a été très lente, du moins en Ille-et-Vilaine. Pourquoi ? cette question nous ramène non plus aux discours mais à l'accueil qui leur a été fait : qu'en est-il des usagers ? Ont-ils été nombreux a rêver des améliorations ? Leur a-t-on matérialisé leur rêve ? Ils ne s'expriment que tardivement, à partir des années cinquante seulement (sauf dans des circonstances exceptionnelles, le retour de la guerre qui a été pour des prisonniers l'occasion de découvrir des fermes allemandes équipées confortablement). Le désir d'amélioration de l'habitat a été tardif dans plusieurs régions : une enquête menée en Eure-et-Loire montre qu'en 1962 la rénovation des maisons ne vient qu'au 4eme ou 5eme rang des préoccupations des exploitants ; de même dans le cadre d'une enquête menée en Ille-et-Vilaine, 40 % des agriculteurs reconnaissent ne pas avoir modernisé leur maison parce qu'ils n'y pensaient pas. Il nous reste à porter la recherche sur le terrain afin de d'identifier d'une part les différentes étapes et acteurs de cet aspect de la modernisation de la vie rurale, et d'autre part les résistances qu'ont parfois fait naître ces propositions venues d'ailleurs

Notas

1 La loi du 18 décembre 1848 institue un Conseil d'hygiène et de salubrité par département.

2 Pour une vision d'ensemble sur le logement populaire et sur la bibliographie s'y rapportant : Guerrand, Henri, Le Logement populaire en France : sources documentaires et bibliographie 1800-1960. École Nationale supérieure de Beaux-Arts. Centre d'études et de recherches architecturales, 1979, 237 p.

3 Enquête sur l'habitat rural en France, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 12 bi 236 (1939). L'enquête est entreprise à la demande la SDN et porte sur « la situation économique, sociale et sanitaire des campagnes au point de vue du logement ». Le premier tome est consacré aux « considérations générales sur la situation de l'habitation », le second « aux rapports départementaux sur la situation de l'habitation ».

4 Plusieurs ouvrages présentent ce rôle social de la femme rurale, on peut citer par exemple : Méline, Jules, Le Retour à la terre, Paris, 1905.

5 Villermé et Benoiston de Châteauneuf, Rapport à l'Académie des Sciences sur un Voyage en Bretagne, Paris, 1843 ; Rééd. sous le titre Voyages en Bretagne en 1840 et 1841, Tud Ha Bro Sociétés bretonnes, 1982, 160 p. ; A. de Bourgoing, Mémoires en faveur des travailleurs et des indigents de la classe agricole rurales de France (1844) ; Dr Dutouquet, De la condition des classes pauvres à la campagne ; des moyens les plus efficaces de l'améliorer (1846).

6 Docteur Bon, Recherches hygiéniques sur les habitants de la campagne, de la commune de Lacaune (Tam), Thèse de médecine, 1837. Docteur Mathurin Leissen, Hygiène des campagnes bretonnes et particulièrement morbihannaises, Paris, 1892, Eugène-Alexandre Martin, Villages et fermes dans le département du Finistère, leur hygiène, Thèse pour le doctorat en médecine, Bordeaux, 1913.

7 Enquête sur l'habitation rurale en France, 1939, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 12 bi 236

8 Enquête menée par le comité départemental de l'habitat rural, citée lors de la journée régionale sur le cadre de vie des agriculteurs, 1962, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 230.

9 L'habitat rural dam la mise en auvre du troisième plan de modernisation et d'équipement, Paris, 1958 ; travaux du congrès de l'habitat rural.

10 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 230. Journée sur la rénovation du cadre de vie des agriculteurs 1962.

11 Mendras, Henri, Les Paysans et la modernisation de l'agriculture, 1958.

12 Cocaud, Martine, « Les CUMA et l'innovation technique dans les campagnes bretonnes », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, Tome 108, 2001, n° 3, p 135-145.

13 Louis Malassis, professeur à l'École Nationale Supérieure d'Agriculture de Rennes, conseille, en 1960, au cours d'un congrès : « Faites des coopératives de cultures mécaniques, économisez sur vos cultures de matériel, développez votre solidarité, et utilisez ces dépenses pour transformer votre cadre de vie. Toute votre famille vous en saura gré », Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 320.

14 Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, 10 bi 320. Enquête sur le cadre de vie des agriculteurs.

15 Gervais, Michel, Servolin, Claude et Weil, Jean, Une France sans paysans, Paris, Le Seuil, 1965,128 p.

16 Les dossiers consacrés aux dommages de guerre permettent d'évaluer le nombre de subventions sollicitées par les particuliers demeurant dans les communes rurales. Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine, série 48 W.

17 C'est le cas dans la commune de Bruz, située très près de Rennes et qui a été atteinte en mai 1944. De nombreux propriétaires demandent une aide à la reconstruction et améliorent logement et bâtiment d'exploitation. « La révolution ménagère », INRA, Études d'économie rurale, sept-déc 1960, n° 33-34, p. 32.

18 Entre 1950 et 1970, les types d'aide ont été extrêmement variés. Pour connaître l'état des primes offertes au début des années soixante, voir « La Révolution ménagères », art. cit.

19 Les arguments présentés par la JAC ne sont pas nouveaux comme en témoigne ce propos de jaciste : « Quel est donc le but d'une maison ? je voudrais arrêter quelques instants votre esprit sur ce chez-soi qui doit nous attirer, permettre de nous retrouver pour goûter un bonheur commun [...] Verrions-nous tant d'alcooliques envahir nos hôpitaux ? Verrions-nous tant d'hommes faire ces tournées de cave et de bistrots ? Verrions nous tant de jeunes fuir le toit paternel ?... » Document ronéotypé, 1954, archives diocésaines de Rennes.

20 Notre maison paysanne, Brochure réalisée dans le cadre de l'exposition, 1945, éditions H. Riou-Reuzé, Rennes

21 . Malgré ces résultats dont se félicitent par exemple le centre de recherches et de sociologie rurales de l'Ouest en 1960, il me semble que le discours optimiste et tourné résolument vers le progrès des associations rurales des années soixante n'a pas toujours rencontré l'accord général car la modernisation des maisons a été très lente dans certains cantons de l'est de l'Ille-et-Vilaine, du moins jusqu'aux années soixante-dix. Il faudrait mesurer à la fois l'adoption des nouvelles technologies et les résistances comme certains chercheurs américains ont pu le tenter : Ronald R. Kline, Consumers in the country : technology and social change in rural America, 2000 ; Mary Neth's, Preserving the family farm : Women, community and the foundations of agrihusiness in theMidwest 1900-1940,1995.

22 Heuzé, Gustave, Cours sur les constructions rurales donné à l'école de Grandjouan vers 1860, Arch. dép. d'Ille-et-Vilaine.

23 Pour une description de l'habitat de Basse Bretagne construit au cours de la moitié du xixe siècle, voir l'ouvrage de Jean-François Simon, Le Paysan breton et sa maison, Le Chasse-marée, 1982. Sur le plan national, des propositions de fermes et de maisons modèles ont été faites dans le cadre des foires- expositions (Paris 1900, Bruxelles 1910, Gand 1913), voir Gubin, Éliane, « Femmes rurales en Belgique », Clio HFS, n° 16,2002, p. 221-244

24 Bardel, Véronique, Les Fermes-modèles en Haute-Bretagne au xixe siècle. Prélimaires à l'inventaire, mémoire de DEA, université Rennes 2, 2001

Índice de ilustraciones

Título Document 1 - Plan de masse pour une exploitation rénovée en 1962
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11690/img-1.png
Archivo image/png, 1,8M
Título Document 2 - Intérieur de la maison d'habitation d'une ferme avant rénovation
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11690/img-2.png
Archivo image/png, 879k
Título Document 3 -... après rénovation (1962)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11690/img-3.png
Archivo image/png, 344k
Título Document 4 - Plan d'une cuisine type (1962)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11690/img-4.png
Archivo image/png, 571k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540