Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Deuxième partie. Le deuil des souverains dans leur royaume

Deuil par condoléances pour Guillaume III en Angleterre

Ulrich Niggemann
Traduction de Jean-Léon Muller

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les historiens n’ont cessé de constater le déclin du rituel et du cérémonial à la cour d’Angleterre à la fin du XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle1. Cette évolution vaut tout particulièrement pour les inhumations. À partir de la restauration de la monarchie en 1660, les membres de la famille royale – exception faite de la reine Marie II en 1695 – ne furent plus enterrés avec la pompe coûteuse des funérailles « officielles », ou public funeral, mais sous la forme très simplifiée de funérailles dites « privées » ou private funeral. On renonçait ainsi à la longue procession et à l’importante cérémonie d’inhumation, accompagnée d’une oraison funèbre prononcée avant la mise en terre2. Michael Schaich a fort bien montré que cette réduction du protocole relevait moins du renoncement de la monarchie britannique au rituel et au cérémonial que d’un changement de forme lié à l’évolution des usages et aux nouvelles conceptions religieuses3.

Reste à savoir comment la province, autrement dit...

Auteur

Université Philipp, Marbourg
Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540