Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Première partie. La maison idéale

Les fermes-modèles du XIXe siècle en Basse-Normandie

Pierre Brunet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Que peut-on entendre par ferme-modèle ? Le rapport présenté au Conseil général du Département de l'Orne en avril 1833 par le conseiller Ange-Louis du Temple de Beaujeu, propriétaire au château de Viantais à Bellou-sur-Huisne, définit très bien les deux orientations possibles d'une ferme-modèle quand il s'interroge :

« Si l'on établit une ferme-modèle, entendrait-on propager les méthodes perfectionnées de la grande culture avec tous les instruments qui s y rapportent, avec toutes les économies de culture qui en résultent, ou bien voudrait-on simplement modifier la petite culture en faisant connaître dans les parties du département où elle est en usage, les moyens de la perfectionner ? ».

2Qui décerne le label de ferme-modèle ? Deux sources permettent d'en identifier sans qu'elles en donnent un relevé exhaustif. La reconnaissance des notables est bien accessible en Normandie. Grâce à l'Association normande qui tout au long des deux derniers tiers du xixe siècle, lors de chacun de ses congrès annuels tenus dans des régions différentes a attribué des récompenses aux fermes visitées par sa commission spécialisée. D'autre part, au milieu du siècle, les concours des primes d'honneur départementales ou régionales sont accompagnées de rapports détaillés sur les exploitations concurrentes. Ces deux sources, avec l'exigence complémentaire d'une contribution originale à l'évolution de l'habitat, ont constitué la base de cette communication.

Deux vagues de création

3En Basse-Normandie, ces exploitations relèvent de deux périodes distinctes qui s'opposent par leur répartition géographique.

4La première vague de fermes-modèles apparaît au début du xixe siècle dans les bocages occidentaux. Elle est l'œuvre de très grands propriétaires fonciers de la noblesse repliée sur ses terres, tel le comte Donatien de Sesmaisons (1781-1842) qui hérite en 1827 de près de 850 hectares en 25 corps de fermes autour de Flamanville, ou le comte Alexandre du Moncel (1784-1861) qui par succession et achats rassemble un domaine de 750 hectares dont 500 de terres agricoles à Martinvast Les deux orientations de ce type d'exploitation se rencontrent dans ce groupe.

5Parmi les propriétaires qui souhaitent montrer l'exemple d'une agriculture plus productive, on citera le comte de Kergorlay à Canisy et le comte de Sesmaisons à Flamanville. Le premier reste le plus proche des pratiques de la région. Sur les trois fermes dont il a repris la gestion directe et dont la surface sera portée peu à peu de 135 à 334 hectares, il pratique un assolement quadriennal blé et avoine d'hiver, orge et sarrasin, trèfle, sans jachère. Il met l'accent sur des techniques : sarclage des céréales, moisson à la faux, déchaumage, pâturage au piquet, drainage, agrandissement des parcelles. En dehors de la machine à battre, il conserve le matériel traditionnel. Par contre il participe aux premiers croisements de vaches cotentines avec les Durham.

Figure 1- La localisation des fermes-modèles

Figure 1- La localisation des fermes-modèles

▲. Détail xixe siècle
■ Second Empire

6À Flamanville sur une exploitation de 120 hectares résultat d'un regroupement de fermages, l'assolement quadriennal est plus novateur : pomme de terre, orge, cultures fourragères variées, blé. Un bétail nombreux - chevaux, mulets, vaches, porcs —, fournit un fumier abondant. Des semis d'ajoncs sur les landes de cette région granitique, complètent les fourrages d'hiver. Les innovations en matériel restent modestes puisqu'on conserve la lourde charrue de pays. Quelques croisements animaux sont tentés avec des vaches suisses et des porcs américains. L'intention pédagogique, qui n'exclut pas l'intérêt personnel, est claire :

« L'exploitation qui a lieu à Flamanville ne peut pas être considérée comme une ferme-modèle, dans le sens où on entend ordinairement cette expression, c'est-à-dire en l'appliquant à un établissement où un homme habile se livre à l'étude de l'agriculture avec luxe et surtout où il fait des essais dans l'intérêt de la Science... Flamanville n'offre point cette prétention ; mais cette terre étant considérable et se composant d'un grand nombre de fermes, c'est aux fermiers qu'on a voulu donner de bons exemples, en plaçant près d'eux une exploitation qu'il leur sera facile de visiter, et surtout qu'ils pourront comprendre et imiter ».

7Inspiré par des exemples anglais qu'il avait visités, le comte du Moncel organise une véritable entreprise agricole si incomparable aux autres fermes régionales qu'elle est inimitable. Elle repose sur les principes physiocratiques, la transformation des productions, l'utilisation de l'énergie hydraulique et la relation étroite avec un marché urbain. Les six fermes du domaine de Martinvast (520 ha au total) alimentent une série de fabriques de transformation : trois moulins à blé, un moulin à tan, trois huileries de colza, une féculerie, une amidonnerie, une distillerie, grâce à un assolement sans jachère complexe qui fait succéder pomme de terre, orge, trèfle, blé, sarrasin, colza, blé, avoine avec du trèfle incarnat et des navets en dérobés. Un réaménagement du ruisseau de Martinvast fournit la force motrice pour les usines mais aussi pour la machine à battre de la grange dès 1826 et les coupe-racines. La charrue Dombasle, la houe à cheval, le semoir sont adoptés comme la faux pour la récolte des céréales. Lait, tan et farines sont livrés à Cherbourg, distant de 10 kilomètres, d'où on rapporte boues, fumier, vidanges et varech. Une centaine de personnes travaillent dans les fermes, les usines, les ateliers et les charrois.

8Le fait que ces cas, auxquels on peut ajouter la Basse-Cour du Château de Saint- Symphorien-des-Monts (1845), soient localisés dans le Bocage normand s'explique par la persistance dans cette région d'une grande propriété noble et par le rôle social qu'y exercent encore ces propriétaires.

9Par contre la seconde vague de fermes-modèles accompagne le Second Empire. Elle est en grande partie l'œuvre d'« agriculteurs industriels » étrangers à la région. Ronald Hubscher, dans sa thèse sur L'Agriculture et la Société rurale dans le Pas-de- Calais, a utilisé ce terme, conjointement à celui de « capitaines d'agriculture », pour désigner des entrepreneurs exerçant une activité à la fois agricole et industrielle, et qui se différencient ainsi des simples agriculteurs progressistes. Cette orientation se rattache au mouvement d'industrialisation français du Second Empire et à un effort pour y faire participer l'agriculture comme le recommandait le Secrétaire perpétuel de la Société impériale et centrale d'Agriculture de France en 1862 :

« Pour élever la production du sol à son apogée il faut réunir aux pratiques agricoles perfectionnées les industries manufacturières qui transforment les récoltes brutes, il faut que les agriculteurs soient manufacturiers ou que les manufacturiers deviennent agriculteurs ».

10En Basse-Normandie ce furent essentiellement des manufacturiers qui devinrent agriculteurs. Dans la Plaine d'Alençon, trois ingénieurs, amis ou parents, liés à la Société Jean-François Cail, une entreprise de constructions mécaniques et de matériel de sucrerie de Grenelle, créent, entre 1858 et 1863, trois fermes-distilleries de betteraves avec ateliers d'engraissement de boeufs (Avoise à Radon, Briante à Colombiers, la Normanderie au Menil-Erreux). Bien avertis par leur profession du nouveau procédé de distillation de betteraves utilisable à partir de la production d'une cinquantaine d'hectares (1852) et des conséquences de la crise de l'oïdium dans le vignoble méridional, ils voient l'intérêt d'un système agricole qui permet de récupérer la plus-value de produits transformés (alcool et viande). La localisation, accidentelle, tient à l'origine géographique de Jules-César Houel, né en 1818 à Alençon où son frère est pharmacien. Par l'acquisition de nombreuses propriétés de quelques hectares à quelques dizaines d'hectares ils constituent des domaines agricoles de 160 à 290 hectares, d'un seul tenant, réorganisés en vastes parcelles. Les labours occupent 85 % et l'assolement associe betteraves, blé, avoine et trèfle. Une organisation rationnelle de la ferme dispose les ateliers (distillerie, silo à pulpe, grange, étable, ateliers d'entretien) et les services destinés au nombreux personnel.

11Un autre exemple aussi spectaculaire est celui de la ferme de Dieufit à Bellou-en- Houlme, créée par Jules Gévelot (1826-1904), un grand fabricant parisien de munitions qui avait acheté en 1 862 500 hectares de bois provenant de l'aliénation en 1832 de la forêt domaniale du Mont d'Hert. Devant la crise de l'industrie cotonnière de La Ferté Macé, causée par la Guerre de Sécession, qui a jeté dans la misère les tisserands à domicile, il les embauche pour défricher en deux ans ce domaine où il construit la ferme devant une habitation-manoir. Il assure du même coup la base de sa carrière politique ultérieure. Sur les 320 hectares de labour, que complètent 150 hectares de prairies, alternent céréales (blé, seigle, avoine, orge, sarrasin), prairies artificielles et cultures fourragères (betteraves, carottes, navets, pommes de terre). Le cheptel comprend vaches laitières, chevaux de travail et demi- sang, moutons et porcs. Une fromagerie-beurrerie est la seule industrie de transformation associée à un système dont l'originalité réside surtout dans la dimension, la sélection animale et l'importance du matériel agricole moderne.

12Venu du monde du commerce parisien mais issu d'une famille des environs de Vimoutiers, Eugène Briand (1810-1888), qui avait suivi l'enseignement de Grignon, reprend la propriété familiale en 1853, l'agrandit par une acquisition et construit de toute pièce la ferme du Chalet à Ticheville (1855). Connaisseur du marché parisien il veut profiter des facilités d'accès que vient d'ouvrir le chemin de fer et il l'oriente vers la production de camembert. Dans un secteur où régnait encore l'assolement triennal avec jachère et moutons, il pratique un assolement quadriennal (plantes fourragères sarclées, avoine et orge, trèfle et vesce, blé). Sur les 14 hectares de terre de plateau qui s'ajoutent aux 42 hectares de prairies de la vallée de la Touques, un cheptel de 30 vaches cotentines, une fromagerie bien aménagée, une porcherie avec courettes et une étable desservie par rails représentent sa modernité quoique la disposition générale des bâtiments reste peu rationnelle.

13C'est par contre du négoce régional qu'est issu Paul Bourget (1812-1895) qui continue l'entreprise de roulage créée par son grand-père à L'Aigle pour des transports entre Rouen et Bordeaux. En 1859, profitant de la crise de l'artisanat métallurgique il rachète les terres d'un hameau familial et fonde à côté la ferme neuve de La Cornillère à Crulai. Il draine entièrement les 85 hectares du domaine ainsi regroupé, développe son troupeau de métis-mérinos tout en conservant l'assolement triennal avec prairies artificielles et ajoute un élevage de poulains percherons. Il dispose très logiquement les bâtiments autour de l'habitation et construit une bergerie modèle.

14Mais c'est seulement dans le Perche que des fermes-modèles sont l'oeuvre de propriétaires paysans. Depuis 1830 les bonnes exploitations pratiquaient un assolement quadriennal avec avoine et 2 années de trèfle qui leur avait permis avec l'aide du Haras du Pin de développer l'élevage d'un cheval assez fort. Le percheron de trait léger avait trouvé un large débouché dans le service des postes et des diligences, et ce marché allait s'élargir dès 1853 par l'essor des ventes aux États- Unis. Une élite d'éleveurs, principalement étalonniers, se formait, qu'on retrouve dans la Société hippique percheronne constituée en 1850. L'un deux, René-Antoine Aveline (1800-1874), un des premiers membres d'une de ces dynasties, construit entre 1851 et 1855 la Ferme Neuve de Dorceau. Installée au milieu des herbages de la vallée de l'Huisne qu'il venait d'acquérir, elle est conçue pour l'élevage du cheval avec une aile entièrement consacrée à ces animaux et directement en contact avec les paddocks des étalons. Quelques années plus tard Jean Germond fait la même opération à Condeau dans la ferme de Germonville sur un modèle comparable quoique plus petit.

L'apport des fermes-modèles à l'évolution de l'habitat agricole

15Dans les cas de défrichements forestiers, qui furent encore importants au xixe siècle, la création d'exploitations nouvelles confortait un habitat dispersé et offrait l'occasion de réaliser des fermes-modèles aux terres d'un seul tenant et à la disposition des bâtiments indépendants du passé. L'aliénation de la forêt domaniale du Mont d'Hert, entre Fiers et I.a Ferté-Macé (Orne) à la suite de la loi du 25 mars 1831 en fournit un exemple. Après l'acquisition des 1 120 hectares par Madame Bertrand l'Hodinière, veuve d'un conventionnel le 18 septembre 1832, quelques fermes furent construites : Beaumont à Bellou-en-Houlme (100 hectares), Charlemagne, Mont d'Hère, le Four à Chaux au Mesnil de Briouze (quelques dizaines d'hectares chacune). Mais en 1862 la revente de la partie occidentale du massif, 500 hectares de bois et taillis, à Jules Gévelot offre la base d'une ferme- modèle aux dimensions exceptionnelles pour cette région. Cependant tous les défrichements forestiers n'ont pas été l'occasion d'installer de telles fermes. Celui de la forêt de Neuilly (560 hectares en 1846-50) n'en a pas fait apparaître.

16Dans plusieurs cas les créateurs de telles exploitations ont préféré bâtir du neuf sur un terrain vierge et ont ainsi ajouté des habitats dispersés supplémentaires. La Ferme Neuve de Dorceau, la ferme de Germonville à Coudeau ou déjà vers 1845- 47 la ferme de la Basse-Cour du Château de Saint-Symphorien des Monts en sont des exemples.

17Mais la constitution d'une ferme-modèle par un entrepreneur fortuné sans possessions locales antérieures exige une série d'acquisitions qui, lorsqu'elles correspondent à de petites fermes isolées, entraîne leur disparition et par conséquent une simplification de l'habitat dispersé antérieur. Ainsi quand en 1861 Ferdinand Caillet, ingénieur et un des futurs dirigeants de la Compagnie de Fives- Lille, acquiert une dizaine de propriétés sur les communes du Ménil-Erreux, d'Hauterive et de Neuilly le Bisson pour constituer un domaine de 160 hectares il démolit les anciennes petites fermes de La Normanderie, La Noé, La Brunetterie, La Pipouillère, La Guimaudière, Les Troches, avant de reconstruire sur un autre emplacement La Normanderie. Par contre les bâtiments des anciennes exploitations englobées dans la ferme-modèle d'Avoise à Radou ont subsisté comme simples résidences. Autre exemple en Pays d'Ouches, à partir de 1850 Jacques Bourget, commissionnaire de roulage à l'Aigle, achète les terres de La Cornillère, à Crulai, un hameau familial des Coupé, en profitant de la ruine de l'artisanat métallurgique. En 1859 il édifie à l'écart la nouvelle ferme et les anciens bâtiments tomberont en ruine et disparaîtront peu à peu (Fig. 2).

18Bien souvent l'ancien habitat a été simplement réaménagé. Ce fut le cas dans les fermes du Nord de la Manche au début du xixe siècle, mais encore plus tard en Pays d'Auge à Ticheville. Des bâtiments nouveaux sont substitués ou s'ajoutent aux édifices antérieurs. En général leur caractère remarquable relève de l'adaptation des bâtiments à leur fonction. Ainsi les laiteries-beurreries de Canisy, celle de La Mesnagerie (1845, disparue) ou celle de Saint-Gilles (1853) séparent les pièces correspondant aux diverses opérations — laiterie, crémerie, baratterie, laverie —, et utilisent une banquette à écoulement d'eau pour rafraîchir les pots de lait, un dallage en granité ou calcaire à grain fin pour faciliter le nettoyage, des ouvertures munies de hauts-jours pour éviter le soleil et aménager les courants d'air. La grange de Saint-Gilles (1841) s'articule autour d'un pavillon central qui renferme la machine à battre et le manège de chevaux, avec de part et d'autre les tassants à froments et céréales de printemps. Le bâtiment est flanqué d'appentis pour les outils, la bourrellerie et les charrues. Les pignons sont coiffés de capucines pour abriter les charrettes chargées.

19Si ces bâtiments du début du siècle montrent l'exemple de la salubrité du logement des animaux, de la propreté dans les fabrications laitières ou de la conformité à de nouvelles techniques (grange, moulins), ils ne s'accompagnent pas d'une redistribution rationnelle de l'ensemble des éléments de la ferme. À Flamanville rien n'a changé par rapport au plan de 1752, à Martinvast le plan est confus et désordonné.

Figure 2- La Cornillere

Figure 2- La Cornillere

20Par contre, à partir du Second Empire les fermes-modèles ont introduit une disposition des bâtiments originale. Traditionnellement trois types se partageaient la Normandie : la cour fermée aux bâtiments jointifs en carré, la cour ouverte dans laquelle l'habitation, le bâtiment des animaux et celui des récoltes disposés en U étaient séparés, enfin la cour-masure aux nombreux édifices dispersés dans une prairie complantée ceinte de haies.

21Les fermes chevalines du Perche adoptent une solution simple à 3 bâtiments jointifs en U avec l'attribution de l'un d'entre eux uniquement aux chevaux, solution rationnelle assez différente de l'imbrication complexe des bâtiments dans les fermes de cette région. Autour d'une cour de 37 sur 60 mètres la Ferme-Neuve de Dorceau s'ordonne selon un plan en U ouvert vers le Sud. Le long de la route de Rémalard à Nogent s'alignent l'habitation et de l'autre côté du porche d'entrée les remises à carrioles et la cave à cidre. L'aile ouest est réservée aux chevaux avec une écurie pour les chevaux de travail, une infirmerie, les écuries d'étalons, deux chambres de commis, la grande écurie des poulinières et une petite porcherie. Cette aile communique directement avec 6 paddocks délimités autour de 3 bâtiments de 2 box chacun. Face à cette aile du cheval, l'aile orientale renferme une cave, le pressoir, une laiterie, la grange et une étable. Un passage donne accès de la cour au potager et au poulailler. La mare et la fumière se trouvent au-delà du muret qui ferme le côté ouvert de la cour.

Figure 3- La Ferme Neuve à Dorceau

Figure 3- La Ferme Neuve à Dorceau

La Ferme Neuve à Dorceau

22Les fermes industrielles ont introduit des modèles très nouveaux en cherchant à concilier leur grande taille, donc l'importance des récoltes et du cheptel, et la transformation de la production qui entraîne des transports intérieurs considérables de paille, grains, racines et pulpe. Un réseau logique de voies ferrées étroites court d'un bâtiment à l'autre, parfois à 2 niveaux superposés. Les édifices essentiels grange, étable, distillerie sont placés parallèlement au centre de la cour, face à l'habitation conjointe du propriétaire et du régisseur qui surveillent ainsi directement les opérations et le nombreux personnel. La circulation des produits entre les ateliers, matérialisée par les réseaux Decauville se substitue à la circulation des animaux comme fondement de l'organisation intérieure. Les côtés de l'enveloppe des bâtiments (habitation, maisons et services du personnel, écurie, porcherie, hangars à matériel, ateliers, entrepôts) atteignent une centaine de mètres.

23Dans le cas des fermes des membres de la Société Cail on peut suivre l'élaboration progressive d'un plan parfaitement rationnel depuis la ferme des Plants à Ruffec (Charente) qui accole à un noyau en U la distillerie et les ateliers (1857), par celle de La Briche à Hommes (Indre-et-Loire) qui n'a pas encore mis sur le même alignement distillerie, étable et grange à cause de la forme trapézoïdale de la parcelle (1857) jusqu'à la disposition rigoureusement logique d'Avoise (1859) copiée à Briante (1862) et La Normanderie (1863).

24Grâce aux moyens financiers dont ils disposaient les créateurs des fermes- modèles ont pu souvent faire appel à des architectes d'un renom au moins régional et ceux-ci, en dépit des exigences fonctionnelles auxquelles ils étaient tenus, ont laissé leur marque dans la décoration. À la différence des bâtiments agricoles banals étroitement asservis aux matériaux locaux, on a utilisé des matériaux variés transportés sur des distances plus longues.

25Déjà au début du siècle, à la ferme de Saint-Gilles de Canisy, Queillé avait choisi une maçonnerie de schistes assisée et des encadrements d'ouverture en grès clair et des couvrements en pierres de chant. Le dallage de la laiterie était en dalles de calcaire liasique de Fontenay-le-Pesnel, dont les carrières sont à 50 km. À Martinvast les traits sont plus vigoureusement affirmés : maçonnerie de blocs irréguliers, oculi et ouvertures triangulaires à encadrement harpé. Bandeaux saillants, rampants en pas de chat épais, pigeonnier curieux. L'œuvre la plus recherchée est incontestablement Dieufit où le jeune architecte Henri Amiard édifia une habitation du propriétaire et du régisseur à 2 niveaux et combles aménagés en maçonnerie variée en appareil lité ou polygonal de cornéennes, des bandeaux et encadrements de baies en briques ou en matériaux alternés.

26Les fermes industrielles de la plaine d'Alençon, qui ne faisaient pas étalage de prestige à intention politique, sont plus sobres. Un appareil de moellons calcaires discrètement rehaussé de briques, et parfois de granité, est seulement utilisé. De même dans le Pays d'Ouche et le Perche les techniques architecturales demeurent traditionnelles — maçonnerie de silex ou de calcaire crépie et entourages des baies en calcaires ou briques —, y compris pour les habitations. Cependant à la ferme fromagère de Ticheville, la maison du régisseur adopte un type d'architecture balnéaire, semblable au Chalet Cordier de Trouville, qui évoque indirectement les liens sociaux de son propriétaire.

27Si compte-tenu de leur petit nombre ces fermes n'ont eu qu'un effet modeste sur l'habitat, ont-elles eu un rôle à la hauteur de leur qualificatif de modèle dans la propagation des innovations agronomiques ? Une partie d'entre elles, par leur étendue et l'importance des capitaux engagés, était inimitable. Au mieux elles étaient des vitrines du nouveau matériel agricole qui permettait un meilleur travail du sol et la mécanisation des opérations de récolte. Certains propriétaires ont d'ailleurs avoué l'échec de leurs intentions pédagogiques.

28Ainsi affligé de voir après 17 ans qu'il avait très peu d'imitateurs aussi bien pour ses instruments que pour ses animaux de race sélectionnée ou ses nouveaux procédés de culture, Hervé de Kergorlay qui avait voulu donner les exemples les meilleurs et les moins dispendieux à mettre en pratique, loue à nouveau 2 de ses 3 fermes. Il est vrai que ses activités politiques de député depuis 1852 lui laissaient moins de temps pour diriger son exploitation et que les nouveaux baux augmentés de 50 % offraient quelque avantage.

29Les agriculteurs voisins de Martinvast ont seulement adopté la pomme de terre et de meilleures variétés de trèfle. Les améliorations sont restées modestes car les fermiers sans ressources n'avaient pas intérêt à accroître leurs rendements pour que les propriétaires augmentent les baux, et la dimension de leurs terres n'était pas à l'échelle du nouveau machinisme.

Figure 4- Fermes à cours fermées et à cours ouvertes Fermes à cour fermée

Figure 4- Fermes à cours fermées et à cours ouvertes Fermes à cour fermée

30Dans la Plaine d'Alençon l'introduction de la betterave comme tête d'assolement, œuvre de quelques rares propriétaires horsains n'a été qu'un feu de paille. La chute du prix de l'alcool dès la fin des années 1860 a supprimé l'intérêt de cette distillation. Il aurait fallu des sucreries pour que cette culture ne reste pas à l'état de quelques ilóts et se généralise. Or les projets de telles usines n'ont jamais abouti tel celui de Vendeuvre-Jort (1867) soutenu par la Société Cail. Et les plaines du Calvados trouvaient trop de profit dans la culture du colza depuis 1830 pour y ajouter une autre plante industrielle.

31En Pays d'Ouche ces fermes témoignent des résultats obtenus par la généralisation du drainage sur l'ensemble d'une exploitation. Mais elles en tirent la conséquence d'accroître le troupeau ovin de métis-mérinos. Or on peut s'interroger sur l'intérêt d'une telle orientation alors que commence à partir de 1861 la chute du prix des laines. Par ailleurs ce drainage individuel demeurera partiel avant les grands travaux commencés en 1972.

32Seule, peut-être, la ferme fromagère de Ticheville a contribué à l'extension au Sud-est du Pays d'Auge du système herbager orienté vers les productions laitières mais elle n'a pas participé au passage à la fromagerie artisanale puis industrielle à la différence des grandes familles paysannes des environs de Camembert.

33Si leur contribution aux transformations agricoles a été mince, il est possible que certaines de ces fermes aient entraîné des conséquences de manière indirecte. Ainsi Dieufit qui avait inauguré l'industrie fromagère dans le Bocage ornais fut peut-être un exemple pour la fromagerie de Saint-Hilaire de Briouze installée en 1912 à quelques kilomètres et qui devait être reprise en 1935 par Jacques Gillot, fils du mari de la filleule de Gévelot à qui le domaine avait été légué.

Bibliographie

34Guillemin, A., Le pouvoir de l'innovation, les notables de la Manche, et le développement de l'agriculture, 1830-1875. Paris, 1980.

35La ferme réinventée, éd. du Cons. Gén. Loire Atlantique, 2001.

36Hubscher, Ronald, L'Agriculture et la Société rurale dans le Pas de Calais du milieu du xixe siècle à 1914. Mém. Comm. Dép. Mon. Hist. du Pas de Calais, 20,1979.

37 Moncel, comte du, Notice sur l'exploitation rurale de Mantinvast près Cherbourg, Paris, 1845.

38« Notice sur l'exploitation de Martinvast, arrondissement de Cherbourg », Annuaire de la Manche, 1831, p. 77 et 94.

39« Excursion à Martinvast le 16 juillet (1841 », Ann. 5 départ. Normandie, 8, 1842, p. 215-220.

40Kergqrlay, comte de, L'exploitation agricole de Canisy. Journal d'Agriculture pratique, Chron. agric., juillet 1859, p. 49-72.

41Notice sommaire sur l'exploitation de Canisy fondée et dirigée par M. le comte de Kergorlay député au corps législatif. 30 janvier 1858, mss. 35 p.

42Hamel, a., Flamanville, ses seigneurs, son château. Coutances, 1987.

43Mémoire sur l'exploitation agricole d'Avoise, appartenant à M. J. Houel pour concourir à la prime d'honneur du département de l'Orne, Paris, 1872.

44Mémoire sur l'exploitation agricole d'Avoise, appartenant à M.J. Houel, Alençon, 1897.

45Cail, Jean-François, Mémoire sur l'exploitation agricole de La Briche pour concourir à la prime d'honneur du département d'Indre-et-Loire. Paris, 1863.

46Désert, Gabriel, Les Paysans du Calvados (1815-1905). Lille, 1978.

47« Le domaine de Dieufit », Ann. 5 dép. Normandie, 1869, p. 153-163 ; 1905, p.489-

48499.

49« Ferme de La Cornillère », Ann. 5 dép. Normandie, 29,1863, p. 77-81.

50« Le domaine de Pontchardon » Ibid, 31, 1865, p. 227-236 et 46, 1880, p. 222-224. « Prime d'honneur décernée à M. Eugène Briand, propriétaire-agriculteur à Saint Martin de Pontchardon (Orne) », dans : Les primes d'honneur décernées dans les concours régionaux en 1865. Paris, 1876, le partie, p. 36-53

Table des illustrations

Titre Figure 1- La localisation des fermes-modèles
Légende ▲. Détail xixe siècle■ Second Empire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11687/img-1.png
Fichier image/png, 299k
Titre Figure 2- La Cornillere
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11687/img-2.png
Fichier image/png, 533k
Titre Figure 3- La Ferme Neuve à Dorceau
Légende La Ferme Neuve à Dorceau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11687/img-3.png
Fichier image/png, 386k
Titre Figure 4- Fermes à cours fermées et à cours ouvertes Fermes à cour fermée
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11687/img-4.png
Fichier image/png, 263k

Auteur

Professeur émérite de géographie, Université de Caen

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540