Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Première partie. La maison idéale

L'implantation et les bâtiments de la « Maison rustique » dans la littérature agronomique de l'Antiquité au XXe siècle

Michel Vanderpooten

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 À ceux-là j'ajoute un traité spécialisé : L'Architecture française des bâtiments particuliers, de (...)

1L'expression « maison rustique » apparaît en 1564 dans le titre d'un des premiers ouvrages de la littérature française dite « agronomique » : L'Agriculture et maison rustique, en laquelle est contenu tout ce qui peut estre requis pour hastir maison champestre par Charles Estienne et Jean Liébault. On la retrouve en 1600 avec Olivier de Serres — « père de l'agronomie française » - et son Théâtre d'agriculture et Mesnage des champs, dans lequel est représenté tout ce qui est requis et nécessaire pour bien dresser, gouverner, enrichir et embellir la Maison rustique1

2Cette « Maison rustique » peut être définie, selon le contenu de ces ouvrages, comme une exploitation agricole d'une certaine importance (une cinquantaine d'hectares au moins à l'époque moderne), un lieu de travail, de production et de résidence, où cohabitent et œuvrent un propriétaire et sa famille, des responsables d'exploitation et leurs familles (fermier, régisseur), des ouvriers et des domestiques, et où sont abrités animaux, matériels et récoltes. Si l'expression date du xvie siècle, un modèle idéal du domaine agricole est présent dans tous les textes des auteurs latins de l'Antiquité - de Caton à Palladius — du iiie siècle avant J.-C. au ive siècle après — dont se réclament d'ailleurs explicitement les Français de l'époque moderne. On retrouve l'expression avec La maison rustique du xixe siècle — ouvrage collectif sans cesse réédité entre 1834 et 1882 ; elle a aussi donné son nom à une maison d'édition fondée en 1836.

3J'ai tenté d'établir, d'après ces ouvrages et quelques autres de la même famille, la composition et les caractères de cette « maison rustique » érigée en paradigme. Le propos peut être structuré, à l'intérieur de chaque période, selon des thèmes qui apparaissent de façon récurrente dans la plupart des ouvrages : implantation de l'ensemble architectural constitué d'unités de lieu minimales = cellules plus ou moins bâties : mares et fosses à fumier au même titre que cuisines et étables, auxquelles sont attachées des activités de production et des fonctions sociales.

La Maison rustique de l'Antiquité

  • 2 Vitruve ne nous en apprend pas davantage puisque, ne consacrant que trois pages de ses Dix livres (...)
  • 3 On pourra se reporter à la reconstitution d'une villa rhénane dans Ferdière Alain, Les Campagnes e (...)

4Il serait bien hasardeux de vouloir dessiner un plan de la « Maison rustique » antique — la villa — d'après les seuls textes2. Une liste des éléments constitutifs peut être établie, que nous retrouvons presque intégralement chez les Français modernes. Mais la position relative des bâtiments les uns par rapport aux autres, leurs dimensions et leur formes, ne sont évoquées que rarement par les Anciens3. Notons qu'on trouve chez Palladius des indications assez précises concernant les matériaux et certaines techniques de construction.

  • 4 Columelle, De re rustica - Les douze livres... des choses rustiques, I, III, « Ce que, avant de l' (...)

5Tous les auteurs, qui s'adressent au futur maître d'un domaine et le conseillent dans ses choix, insistent d'abord sur la salubrité de la contrée, la pureté et l'abondance des eaux. On peut en juger par l'apparence des habitants du lieu, « car dans un bon pays on a bonne mine », dit Caton. On construira au moins deux bassins : un pour les animaux pour qu'ils boivent et se baignent, l'autre pour faire tremper certains végétaux comme les lupins et les osiers, et les cuirs. Il faut que la région soit sûre et le cœur du domaine un peu à l'écart des grandes voies de passage, pour ne tenter ni le brigandage ni les visites trop fréquentes. Mais on doit disposer de voies de communication bien entretenues, qui facilitent les échanges. On recherchera aussi l'abondance de main d'œuvre locale, et en l'absence de celle-ci il faut prévoir le logement d'un grand nombre de domestiques et d'esclaves. « Vantez les grands domaines, cultivez-en un petit », conseille Columelle4. Pour bâtir, il est important de proportionner l'importance des bâtiments d'exploitation à la production du domaine, c'est-à-dire d'adapter les capacités de stockage aux surfaces cultivées, et le logement des animaux à la taille des troupeaux.

6L'image que nous donnent les textes des bâtiments de la « maison rustique » antique est celle d'un vaste enclos à flanc de coteau, orienté au sud-est, où le maître- logis, qui n'est composé que de pièces d'habitation, occupe une position dominante, un peu à l'écart des bâtiments d'exploitation sur lesquelles il a vue. Il est question d'appartements d'hiver et d'été différemment exposés, de chambres, de salles de bain et de galeries de promenade, mais on ne distingue pas dans l'habitation du maître la présence d'éléments relatifs à la production agricole et à la conservation des produits.

7Tous les auteurs veulent que le propriétaire, faute d'y résider en permanence, soit présent le plus possible sur son domaine, qui doit présenter assez d'agrément pour qu'il n'hésite pas à y faire des séjours fréquents ou prolongés.

  • 5 Columelle, op. cit., I, IV, « De la salubrité de la contrée ».

« Il aura pour ce soin un motif de plus si sa femme l'y accompagne, puisque ce sexe a plus de délicatesse et de corps et d'esprit. C'est pourquoi il faudra la seduire par les attraits de la demeure, afin qu'elle y reste plus patiemment avec son mari. Le propriétaire ne négligera donc pas de bâtir avec élégance, sans toutefois se jeter dans la manie des constructions5 ».

  • 6 Certains stockent les grains dans des silos étanches creusés dans le sol, comme cela se pratique e (...)

8Les logements du fermier ou du régisseur sont situés près de l'entrée qu'ils doivent surveiller. Les bâtiments où sont conservées les récoltes sont isolés pour prévenir la propagation des incendies. Les grains sont stockés à l'étage et les liquides au rez-de- chaussée (vins et huiles)6. Les moissons sont conservées à l'abri d'un bâtiment ouvrant sur l'aire de battage, à portée du regard du maître ou du régisseur.

  • 7 Palladius, Treize livres des choses rustiques, I, XXI
  • 8 Columelle, op. cit., I, VI, « De la position de la ferme ».
  • 9 Vitruve ; Columelle, op. cit., I, VI.
  • 10 Columelle, Ibid.
  • 11 Varron, Economie rurale, 1,13.

9Vitruve place les écuries dans l'endroit le plus chaud, à proximité de la maison. Selon Palladius, écuries et étables doivent ouvrir au midi, avec des fenêtres au nord7 Columelle préconise une étable d'hiver et une étable d'été ; les autres animaux s'abritant dans des cours à hauts murs, à l'abri des bêtes féroces8. Il faut 7 pieds en longueur et 9 à 10 pieds de largeur pour chaque bœuf ; pour les brebis et les chèvres, 4 à 6 pieds9. Les bergers et les bouviers doivent être logés à proximité de leurs animaux, assez proches les uns des autres pour que le fermier puisse facilement les surveiller, « et que chacun d'eux soit témoin du zèle ou de la négligence de ses camarades10 ». Palladius place le colombier dans une tour du maître-logis. Les bâtiments destinés à abriter le matériel agricole doivent être situés près de l'habitation du fermier. Les instruments en fer sont rangés dans une pièce fermée. Les charrettes et le reste du matériel sont placés sous couvert. On doit construire deux fosses étanches pour le purin et le fumier, l'une pour le fumier frais et l'autre pour le fumier fait, placées dans l'endroit le plus humide de l'enclos et loin du maître-logis. Elles doivent pouvoir être arrosées, mais aussi abritées du soleil. Certains établissent sur la fosse les latrines des esclaves11.

La Maison rustique moderne

  • 12 D'autre part il faut se référer à deux études importantes : Jean-Marc Moriceau a analysé L'Agricul (...)

10Nos auteurs modernes n'ignorent rien des textes anciens. Mais tandis qu'Estienne est un compilateur qui manipule des traductions en y injectant ses observations — qui concernent l'Ile-de-France, la Beauce, la Brie, la Picardie, la Normandie-, Olivier de Serres est un praticien, nourri de lectures abondantes enrichies par l'expérience directe : la « maison rustique » idéale, c'est son domaine agricole du Pradel dans les Cévennes, où il a vécu et dont il a dirigé l'exploitation. Pour le premier, le fermage est le mode d'exploitation courant, tandis que le second veut que le propriétaire dirige directement ses serviteurs. Il en résulte des organisations sensiblement différentes des bâtiments chez les deux auteurs12.

  • 13 Savot, Louis, L'Architecture française des bâtiments particuliers, p. 12.

11Pour Olivier de Serres cinq « commodités » sont liées à la situation du domaine : la salubrité de l'air, la bonté de l'eau, la fertilité des terres, le bon voisinage et la proximité d'un « grand et profitable » chemin. On observera le naturel et la santé des habitants de la contrée, « s'ils sont lourds ou subtils, étourdis ou considérés, retenus, lâches ou courageux, sains ou valétudinaires, à quelles maladies ils sont sujets, et s'ils vivent peu ou beaucoup13 ». L'assiette du domaine à flanc de coteau est « la plus plaisante et la plus saine », face au soleil levant et du côté du midi. Au plus haut seront les bois, pour le chauffage, les constructions et les réparations, et les prairies pour les animaux. A mi-pente, le coteau convient aux vignobles, jardins et vergers. Plus bas la plaine, un peu inclinée pour l'écoulement des eaux de pluie, mais irriguée par les ruisseaux descendant du coteau, portant céréales et fourrages ; on y creusera les étangs et les viviers. Il faudrait aussi à proximité des carrières de pierre, chaux et plâtre, et une terre argileuse pour les tuiles des bâtiments…

La Maison rustique de Charles Estienne

La Maison rustique de Charles Estienne

Légende du plan de la Maison rustique d'après Charles Estienne (Reconstitution Michel Vanderpooten)
1- Habitation du fermier, avec greniers pour fruits, légumes, graines, herbes et racines
1.1-Cuisine avec four et bluterie au-dessus
1.2-Bouge (laiterie, vivres, potager) sur cave
1.3-Chambre du fermier
1.4-Chambre des enfants et des servantes
1.5-Resserre pour le bois de chauffage et les instruments du fermier
2- Logement des animaux : écuries, étables, chenil
2.1-Chambre du chartier et autres serviteurs, sellerie
2.2-Écuries
2.3-Étables
2.4-Chenil
3- Logement des animaux et hangar : bergerie, chèvrerie, porcherie, hangar à matériel
3.1-Hangar à matériel
3.2-Bergerie
3.3-Chèvrerie
3.4-Porcherie
4- Grange
4.1-Entrée des charrettes, aire de battage
4.2-Froment et seigle
4.3-Mars
5- Maître-logis
5.1-Entrée avec escaliers
5.2-Salle du maître
5.3-Chambre du maître
5.4-Cabinet et garde-robe du maître
5.5-Chambre des survenants (avec sortie sur cour)
5.6-Cabinet et garde-robe des survenants
5.7-Cuisine (avec escalier vers les greniers)
5.8-Salle des domestiques
5.9-Cellier
6- Pressoirs et fouloirs
7- Poulailler 8 - Colombier
9- Fosses à fumier
10- Mare
11-Puits
20- Verger, jardin d'agrément, potager, bouquetier, médicinal
21- Rucher
22- Entrée particulière du maître dans les jardins

  • 14 Serres Olivier de, op. cit., I, 2.
  • 15 Ibid.

12Comme les Anciens, nos auteurs du xvie siècle conseillent un domaine de taille moyenne, « plutôt petit que grand14 », et insistent sur la nécessité de proportionner les bâtiments aux terres, car c'est le revenu des secondes qui devra payer l'entretien des premiers. Olivier de Serres redoute un mauvais voisinage, source d'inquiétudes et de conflits, qui peut obliger à « recourir à la sûreté des armes particulières15 ». Il ne veut pas d'une grande route trop proche, qui amènerait fréquemment des importuns. Un des plaisirs du mesnager dans ses champs est qu'il n'y voit que ses amis, les autres se gardant de venir le visiter.

  • 16 Ce qu'a tenté avant moi, plus schématiquement, Jean Cuisenier, op. cit., p. 42. Estienne, op. cit. (...)

13Les descriptions d'Estienne et Liébault sont suffisamment précises pour qu'on puisse s'aventurer à dessiner le plan d'une Maison rustique idéale d'après leur texte16.

14Les bâtiments d'habitation et d'exploitation sont groupés sur les côtés d'une cour carrée, totalement close, d'environ 60 mètres de côté. Le pourpris, Yacceint (jardins, verger, etc.) est également clos, soit de murs soit de haies. Le portail de la cour, protégé par un toit, s'ouvre au milieu du mur ouest ; il est aussi large que haut, assez pour laisser passer une charrette de foin. Le long du chemin menant au portail, un pré sert au repos des animaux. Alors que la défense, chez Estienne, se limite à prévenir les intrusions des larrons, un demi-siècle plus tard les guerres de religion ont conduit à fortifier le modèle d'Olivier de Serres, dont la maison est flanquée de tours « rondes ou carrées » et entourée de douves remplies d'eau.

  • 17 Potager : c'est une table de cuisson carrelée dans laquelle sont percés des trous qui reçoivent de (...)

15La maison du fermier (1) est à gauche du portail d'entrée, prenant jour sur la rue à l'ouest, mais ouvrant portes et fenêtres sur la cour à l'est. La cuisine (1.1) est surélevée ; elle comporte un four qui fait saillie à l'extérieur, surmonté d'une bluterie. Ouvrant sur la salle, à gauche de l'entrée, un cellier sur cave, avec le potager (1.2)17. Du côté droit de l'entrée sont placées la chambre à coucher du fermier (1.3), puis celle des enfants et des servantes (1.4). Dans le prolongement de ce bâtiment, un peu en retrait, ouvrant sur la cour, on trouve une resserre pour le bois de chauffage et les instruments agricoles du fermier (1.5). Le grenier du bâtiment sert à conserver les produits végétaux de consommation — les gros grains étant conservés dans les greniers du maître.

  • 18 Les éditions de 1572 et 1583 diffèrent sensiblement dans ce passage, la seconde étant plus explici (...)
  • 19 Cabinet = armoire.

16La maison du propriétaire selon Estienne fait face à l'entrée (5)18. On y accède par un perron de 8 marches au plus, donnant sur une entrée traversante, ouvrant de l'autre côté, vers le jardin, sur un perron semblable (5.1). A gauche de l'entrée est la salle du maître (5.2), continuée par sa chambre, sa garde-robe avec ses cabinets (5.3, 5.4)19, suivis d'une chambre pour les « survenants », avec une sortie directe sur la cour (5.5, 5.6). La salle (5.2) donne à la fois sur le jardin, pat des croisées, et sur la cour par des demi croisées seulement, « pour avoir vue sur vos gens, et savoir qui va et vient à votre logis ». À droite de l'entrée on trouve la cuisine (5.7), l'office et le garde-manger (5.9), puis une salle pour les domestiques personnels (5.8). Dans la cuisine donne un escalier à vis conduisant aux greniers. Pressoir et fouloir sont après la cuisine (6).

17Un demi sous-sol voûté, mi-cellier et mi-cave, avec soupiraux, sert à conserver les vins et cidres, viandes salées, fruits, huiles, chandelles, et bois de chauffage. À l'étage sont les greniers à grains : seigle, froment, mars, fruits, et lingerie, ainsi que les galetas.

  • 20 Serres, Olivier de, op. cit., I, 5.
  • 21 Ibid., VIII, 1.
  • 22 Ibid... IV, 8.
  • 23 On confit notamment les pois et les fèves, dans la saumure, le sel, le miel ou le sucre.
  • 24 Serres, Olivier de, op. cit., VIII, 4.
  • 25 Ibid.., VIII, 1 : « que celui qui se veut marier, après les marques de crainte de Dieu, et pudicit (...)

18Si Estienne est le plus précis, Olivier de Serres est le plus complet. Son texte ne permet pas de situer tous les éléments de la Maison rustique les uns par rapport aux autres, mais il nous en apprend davantage sur la composition et l'utilisation des lieux20 À propos des trois aliments principaux que sont le pain, le vin et la viande, il détaille les annexes de la cuisine21, nombreuses et vastes, car « en gros, une fois l'an, l'agriculture remplit la maison, chaque jour l'usage la vide » : le charnier (on sale et on fume la viande des porcs, des chèvres, des vaches et des bœufs, des oies, tandis que moutons et brebis se mangent frais), la boulangerie et le fournil, la buanderie, le serre-vaisselle, la laiterie et la fromagerie bien aménagée22, la resserre pour les confitures de fruits et de légumes23, un lieu pour conserver les huiles et les chandelles, avec un petit cabinet pour ranger les remèdes les plus courants, « comme en boutique d'apothicaire24 ». C est la « mère-de-famille » qui a la charge de la maison, « comme l'homme a celle de la campagne25 ». Dans la cuisine, la vaisselle est exposée « comme en parade », pour qu'une absence soit immédiatement remarquée. Olivier de Serres veut que les grains soient conservés dans les greniers du maître-logis, mais il décrit aussi les silos enterrés de Gascogne et de Guyenne.

19Tandis qu'on s'interroge sur le logement de la famille du maître chez Estienne, Olivier de Serres décrit un bâtiment à deux étages, comportant sept ou huit salles avec garde-robes et cabinets pour garder linges, papiers et meubles de réserve, « pour vous, vos enfants petits et grands, nourrices, chambrières, maîtres d'école ». Au nord du bâtiment il place les galetas et les privés pour les serviteurs et les servantes, « avec leurs montées séparées, pour l'honnêteté ». Il veut une belle terrasse pour sécher les fruits et « se récréer », profitant d'une large vue.

  • 26 Ibid., I, 5. Ribler : « Aiguiser une meule neuve avec de l'eau ou du sable sec, en la frottant con (...)
  • 27 Serres, Olivier de, op. cit, 6, « De l'office du père de famille envers ses domestiques et voisins (...)

20Revenons à la cuisine, qu'Estienne place face à la salle et à la chambre du maître, de l'autre côté de l'entrée, en rez-de-chaussée surélevé. Olivier de Serres décrit une habitation à deux niveaux, avec les appartements du maître à l'étage. C'est là qu'il veut la cuisine, plutôt qu'au niveau de la basse-cour, pour que les domestiques, sachant le maître proche, « s'en trouvent contrôlés, et réprimées les paresses, crieries, blasphèmes, larcins » et que les servantes, « demeurant bien tard dans la cuisine », n'osent « ribler avec les serviteurs26 ». Ce choix de la cuisine haute s'oppose à celui de la cuisine basse (en rez-de-chaussée), qui contrarie à la fois « la santé, la sûreté et l'épargne », humide et malsaine, directement offerte aux larcins, exposée aux regards et aux oreilles extérieurs, mais éloignée de ceux du maître. Le seul inconvénient de la cuisine haute est l'éloignement de la fontaine ou du puits (que Savot place à l'intérieur même de la cuisine) ; le seul avantage de la cuisine basse est la fraîcheur en été et l'abri des vents. Le père-de-famille aura même une « anti-cuisine », une « sallette » ouvrant directement sur la cuisine, où il mangera ordinairement, « sans se mêler avec la lie de ses domestiques », mais se tenant à portée, leur laissant la liberté de se délasser à leur aise à certaines heures, sans avoir l'air de compter les morceaux qu'ils mangent, mais les tenant en ordre par sa proximité27 La cuisine n'est pas seulement le lieu où se préparent les repas ; c'est là que les domestiques se tiennent à la veillée ou par mauvais temps, fabriquant des paniers et des corbeilles d'osier, réparant leurs outils, « suivant cette maxime de ne jamais faire de jour ce qu'on peut faire de nuit, ni en beau temps, ce qu'on peut faire en laid ».

  • 28 La grange de Vaulerent mesure 72 m x 23 m en 13 travées de 5.5 m.

21À gauche en entrant dans la cour, adossée au mur nord sur le plan selon Estienne, la grange se divise en trois parties (4). Au centre, sur la largeur d'une travée, la grande porte permet d'entrer les charrettes chargées de gerbes. C'est aussi l'aire de battage (4.1). De chaque côté, trois travées, le seigle et le froment d'une part, les mars d'autre part (4.2, 4.3). Au total 7 travées, à chacune desquelles on pourrait donner 5 mètres de large28 ; soit un bâtiment de 35 mètres de long, sur une profondeur non précisée (10 mètres ?).

  • 29 Serres, Olivier de, op. cit., V, 7.

22Olivier de Serres place les bâtiments d'exploitation à l'ouest de la maison, éloignés d'une trentaine de mètres. Les logements des chevaux et des bovins, qui ne servent qu'en hiver, sont tournés vers le midi. Estienne les place à droite du portail (2), avec la chambre du chartier et autres domestiques agricoles (2.1), la sellerie, puis les écuries (2.2), les étables (2.3) et le chenil (2.4). Les bergeries et porcheries, appuyées au mur du midi, s'ouvrent sur la cour (3.2, 3.3, 3.4). Le poulailler d'Estienne est à l'extrémité de la maison d'habitation (7). Il est à plusieurs étages, séparant les races (volailles d'eau, poules, dindes, oies et canards, faisans). Olivier de Serres, lui, écrivant d'expérience, éloigne les volailles autant que possible de l'habitation, à cause de leurs cris et de leur saleté29. Les poulaillers doivent être bien bâtis, carrelés, aménagés selon les espèces, protégés de l'incursion des prédateurs et fermant à clé.

  • 30 Ibid., V, 8.

23Le pigeonnier ou colombier, « si avez droit » (10), fournit de la nourriture en abondance et aussi le meilleur engrais qui soit. Il doit être aussi grand que possible et plutôt arrondi, ou polygonal. Olivier de Serres, qui donne de nombreux conseils de construction, le place à l'écart des bâtiments principaux, mais dans l'enceinte des jardins, bien visible et loin des arbres, construit de manière à empêcher l'intrusion des rats30. Un second colombier, plus petit, pourra être aménagé dans la cour.

  • 31 Ibid., 1, 5.

24Estienne place un appentis pour abriter le matériel agricole entre les bergeries et les porcheries (3.1). Olivier de Serres compare ce couvert à une halle de marché, où les charrettes puissent circuler. L'endroit servira aussi pour mer les animaux de boucherie et pour s'abriter lors de divers travaux31.

  • 32 Ibid., I, 5.
  • 33 Richard Bucaille, Laurent Lévi-Strauss, L’Architecture rurale française, bourgogne, 1980, p. 32.

25Comme chez les Anciens, on trouve deux fosses à fumier bâties et pavées (9), que l'on puisse inonder, dehors ou près des étables, dominant les prairies chez Olivier de Serres. C'est un élément essentiel de l'exploitation agricole 32 (9), qui possède même une valeur ostentatoire : c'est la représentation du troupeau et la source d'engrais, donc l'origine des récoltes : l'abondance de fumier est signe d'opulence33.

  • 34 Il y consacre une soixantaine de pages dans le Théâtre d'agriculture (V, 15, « La cueillette de la (...)
  • 35 Serres, Olivier de, op. cit., I, 5.

26Olivier de Serres s'est particulièrement occupé de l'élevage des vers à soie34 ; la magnanerie est un bâtiment important du Théâtre d'agriculture. Les vers désirent une habitation « telle que les hommes », « spacieuse, plaisante, saine, loin de mauvaises senteurs et humidités, chaude en temps froid, fraîche en chaud ». Cela pourra se faire à l'intérieur même de l'habitation principale, dans un lieu bien aéré et éclairé. Le jardin est placé à l'est (20) ; le maître y accède directement depuis son perron ou l'escalier de sa salle, et les domestiques par une poterne. Le maître dispose d'une entrée particulière par les jardins (22), bien close, et par là « vous entrerez en votre maison, et en sortirez à secret, quand bon vous semblera, sans le su de vos gens, ni avoir la mauvaise odeur des étables et de votre grande cour », dit Estienne, à quoi Olivier de Serres ajoute : « commodité plaisante et profitable selon le cours des affaires35 ».

  • 36 Ibid., VI, 1, « Des jardinages ».
  • 37 Ibid, V, 14.
  • 38 Ibid, V, 11 - V, 12 - V, 13.

27Olivier de Serres distingue quatre sortes de jardin : potager, bouquetier, médicinal et fruitier36. On peut y ajouter les pépinières, l'oseraie et les cultures de chanvre, lin, pastel, roseaux, etc., même la vigne, tous logés dans une enceinte commune et séparés les uns des autres par des murs ou des haies. C'est là qu'est placé le rucher (21)37. Pour l'arrosage on disposera d'un puits (11), d'une citerne, à défaut de source ou de fontaine, et d'un réseau de canalisations. Au-delà des jardins s'étendent le parc des bêtes sauvages, la garenne, où sont creusés étangs et viviers38, alimentés par un ruisseau.

  • 39 Voir le corpus de L'Architecture rurale française, par régions, Cuisenier, Jean, dir., 27 volumes.
  • 40 Moriceau, Jean-Marc, Les Fermiers de l'île-deFrance. L'Ascension d'un patronat agricole (xve-xviii(...)

28Si l'on compare les données fournies par les textes avec les constructions datant des xvie-xviie siècles conservées aujourd'hui, on retrouve constamment les mêmes éléments constitutifs, qui viennent d'être évoqués, mais dont l'organisation n'est pas conforme au modèle normatif d'Estienne. Il faut dire aussi que ce qui nous est parvenu a subi des aménagements et des destructions depuis le xvie siècle, qui ont pu bouleverser leur organisation primitive39. Jean-Marc Moriceau constate qu'en Île- de-France, « Il s'en faut de beaucoup que les modèles proposés par les traités d'agriculture aient reçu ici entière satisfaction40 ».

La maison rustique au xixe siècle

  • 41 Anceaux, « Installation d'une ferme », Centenaire de la Société d'agriculture de Haute-Garonne, Co (...)

29Parmi les nombreux traités et manuels d'agriculture du xixe siècle (ou l'on assiste à une mutation du genre vers davantage de spécialisation et de scientificité), j'ai retenu le plus emblématique : La Maison rustique du xixe siècle (1834-1882), et le Cours d'agriculture de Gasparin (1843-1851), ainsi que deux écrits spécifiques de l'architecture rurale du Midi toulousain : l'Architecture rurale théorique et pratique de Saint-Felix de Mauremont (1820) et l'Installation d'une ferme, d'Anceaux (1898)41.

30La salubrité de la contrée est toujours le premier souci des auteurs : il faut se garder des terrains humides et marécageux, des « pays de mauvais air, où régnent soit des fièvres endémiques d'une mauvaise nature, soit des fièvres pernicieuses ».

31On se tiendra à proximité des voies de communication accessibles aux voitures, tout en évitant de se placer sur le bord même des routes, pour échapper aux visites des « chemineaux ». Gasparin constate que « dans une grande partie de la France, la circulation rurale est, à proprement parler, impossible avec les chargements les plus modérés pendant quatre mois de l'année ». Le voisinage d'une bonne source pourra déterminer le choix du terrain ; à défaut, il faudra bien se contenter de recueillir les eaux pluviales ou creuser des puits simples ou artésiens. L'assiette du domaine est immuable : un emplacement à mi-coteau, en pente légère, orienté au midi ou à l'est.

32Les bâtiments d'exploitation doivent être proportionnés à l'importance du domaine et des récoltes. Mais c'est une situation que l'on trouve rarement dans les anciennes exploitations au xixe siècle, du fait des mutations intervenues depuis leur construction : bâtiments trop vastes de propriétés démembrées, bâtiments insuffisants d'exploitations augmentées par des acquisitions successives. Les bâtiments, disposés en fonction des vents dominants et des précipitations qu'ils apportent, doivent être implantés dans un lieu sec, ombragé, d'accès facile, sur un point dominant le domaine, « pour qu'on puisse apercevoir d'un coup d'oeil la plus grande partie de celui-ci et tous les travailleurs qui opèrent dans un point quelconque ». Gasparin présente un exemple de rationalisation mathématique, très caractéristique des textes du xixe siècle, pour calculer le coût du temps perdu résultant d'une mauvaise situation des bâtiments par rapport aux terres. Pour les auteurs de la Maison rustique du xixe siècle, « c'est un axiome en économie agricole que la maison de ferme et ses dépendances doivent autant que possible être placées au centre de l'exploitation ».

33Dans les régions septentrionales on réunit tous les bâtiments en un seul corps, ce qui diminue les frais de construction et d'entretien et constitue un abri climatique ; dans le Midi on peut s'éloigner de ce principe. D'autre part, la séparation des bâtiments d'exploitation est une garantie contre la propagation des incendies.

  • 42 Saint-Félix De Mauremont, l'Architecture rurale théorique et pratique, Toulouse, 1820

34La majorité des auteurs du xixe siècle donnent peu d'indications concernant l'habitation du propriétaire, considérant que cela relève de l'architecture ordinaire et sort de leur sujet. On trouve cependant dans certains ouvrages des modèles de maître-logis, parfois très ostentatoires, alors que les agromanes régionaux du xixe siècle déplorent à longueur de textes le manque d'intérêt des propriétaires pour l'agriculture et leur absence42. La maison de « l'administrateur » doit lui permettre d'apercevoir d'un coup d'oeil tout ce qui se passe dans l'enceinte des cours et bâtiments, et même l'ensemble des terres.

35Un petit exploitant, dont la famille et le personnel se composent de 4 ou 5 individus, « dont les goûts et les mœurs sont simples et rustiques », pourra se contenter de 80 à 100 mètres carrés, tandis qu'un gros fermier qui a un nombreux personnel, « qui est souvent plus éclairé et a plus de besoins » n'aura pas trop de 200 ou 300 mètres carrés et plus. Les pièces principales sont la cuisine, les chambres, le cellier (« réserve »), le fournil et si nécessaire la laiterie. Mais la composition de l'habitation varie selon les coutumes locales. Gasparin remarque qu'en Normandie les fermiers couchent souvent dans la cuisine, tandis qu'ailleurs le fermier veut avoir une chambre et un salon séparés de la cuisine, qui sera orientée au sud ou au sud-ouest.

36La chambre du fermier doit être au rez-de-chaussée. Au premier étage sont, au sud, les chambres des enfants et des filles de ferme, « sans communication possible avec les autres bâtiments de la ferme, autre que celle qui traverse le rez-de-chaussée en passant devant l'appartement du fermier » ; les greniers à blé sont au nord et au- dessus. Il y a une cave en sous-sol. Quant aux fils adultes et aux valets de ferme, Gasparin les distribue dans les différents bâtiments d'exploitation, suivant les besoins du service et de la surveillance : les charretiers et valets d'écurie, les bouviers et bergers, près de leurs animaux.

37Tous les locaux destinés à l'hébergement des animaux (orientés vers l'est ou le midi) font l'objet de calculs et de formules mathématiques, incluant le volume d'air nécessaire à la respiration. Les greniers à fourrages sont placés au-dessus des écuries et étables, sauf quand on les conserve en meules. Leur volume est calculé en fonction de la consommation des animaux et de la durée de stabulation. On place souvent côte à côte le poulailler, la porcherie et le fournil. Cependant on met en garde contre les dangers d'incendie, qui incitent à situer le fournil à part, avec la buanderie. Les récoltes de foin et de paille devraient être elles aussi logées à part à cause des risques d'incendie. Dans certaines régions, on prévoit une cour à meules, attenante aux bâtiments, à l'est, et fermée pour éviter les « attentats contre les propriétés, dont la multiplication est alarmante ». Le volume des granges abritant les récoltes de céréales est calculé d'après l'étendue des terres et leur rendement moyen, de même que la surface des bâtiments nécessaires pour abriter le matériel agricole, où celle des chais pour la fabrication et la conservation des vins.

38Gasparin déclare la confection du tas de fumier « la plus importante sans contredit de toutes [les opérations] de la ferme ». Toujours au nombre de deux, placées à l'ombre des arbres, les fosses doivent être pavées, à joints cimentés, avec une pompe sur la fosse des liquides pour répandre le purin sur le fumier. On peut placer les fosses à fumier en-dehors de la cour, le long des étables, dont les effluents sont conduits à la fosse à purin par des rigoles :

« Cette disposition, qui est indispensable dans de grandes exploitations, est bien préférable à l'usage dégoûtant et ruineux de placer le hunier dans un trou, au milieu de la cour, de l'entasser sur des hauteurs prodigieuses, et de laisser les eaux qui suintent en souiller toutes les approches, gâter l'eau des abreuvoirs, et entretenir dans la cour, au grand détriment de la qualité du fumier lui-même, une saleté repoussante ».

39Les propriétaires du xixe siècle doivent recourir à un architecte spécialiste des constructions rurales, possédant une réelle connaissance des besoins de la ferme. L'agronomie est en train de se constituer en tant que science. L'agriculture se professionnalise. Le domaine agricole est une source de revenu bourgeois parmi d'autres, où l'on peut placer, à l'écart des bâtiments d'exploitation, une résidence estivale qu'on nommera volontiers « château » dans certaines régions.

40*

41La ferme traditionnelle est à la fois lieu d'habitation, lieu, instrument et matériau de travail. La « Maison rustique » est tout cela, mais la résidence du propriétaire apporte, avec plus ou moins d'ostentation, un élément topique supplémentaire. L'organisation spatiale des cellules de la Maison rustique est le fruit d'impératifs pratiques (de simple commodité), économiques (en liaison avec la production agricole), coutumiers et donc locaux, et sociaux (reflétant les relations entre les habitants : propriétaire, domestiques, fermier ou régisseur, domestiques d'exploitation). Que l'on étudie dispositifs fonctionnels ou dispositifs sociaux, cette littérature dite « agronomique » apparaît, une fois de plus, comme une source non négligeable et authentique de l'histoire rurale.

Notes

1 À ceux-là j'ajoute un traité spécialisé : L'Architecture française des bâtiments particuliers, de Louis Savot (1624), qui se contente à peu près, pour ce qui nous intéresse, de reprendre les auteurs de l'antiquité (avec un intérêt marqué pour les proportions des bâtiments), et de renvoyer à Olivier de Serres.

2 Vitruve ne nous en apprend pas davantage puisque, ne consacrant que trois pages de ses Dix livres d'architecture à « la disposition des maisons à la campagne », il renvoie, pour la maison elle-même, à ce qu'il a dit concernant les maisons de ville.

3 On pourra se reporter à la reconstitution d'une villa rhénane dans Ferdière Alain, Les Campagnes en Gaule romaine, t. 1 ; Les Hommes et l'environnement en Gaule rurale (52 av. J.-C.- 486 ap. J.-C.), Éd. Errance, Paris, 1988, 301 p. Cette reconstitution est globalement en accord avec les textes, à l'exception de la position de l'habitation du fermier.

4 Columelle, De re rustica - Les douze livres... des choses rustiques, I, III, « Ce que, avant de l'acheter, il faut principalement observer dans l'examen d'un domaine ».

5 Columelle, op. cit., I, IV, « De la salubrité de la contrée ».

6 Certains stockent les grains dans des silos étanches creusés dans le sol, comme cela se pratique en Afrique.

7 Palladius, Treize livres des choses rustiques, I, XXI

8 Columelle, op. cit., I, VI, « De la position de la ferme ».

9 Vitruve ; Columelle, op. cit., I, VI.

10 Columelle, Ibid.

11 Varron, Economie rurale, 1,13.

12 D'autre part il faut se référer à deux études importantes : Jean-Marc Moriceau a analysé L'Agriculture et Maison rustique pour décrire les locaux de ses fermiers d'Ile-de-France : Moriceau Jean-Marc, Les Fermiers de l'île-de-France. L'Ascension d'un patronat agricole (xve-xviiie siècle), Paris, 1994, p.249-260 ; Jean Cuisenier s'est appuyé sur la même source dans une étude ethnologique de l'habitation rurale, qui malgré son titre ne croise qu'occasionnellement mon propos et relève d'une méthode et d'une problématique différentes : Cuisenier, Jean, La Maison rustique : logique sociale et composition architecturale, Paris, 1991, 380 p

13 Savot, Louis, L'Architecture française des bâtiments particuliers, p. 12.

14 Serres Olivier de, op. cit., I, 2.

15 Ibid.

16 Ce qu'a tenté avant moi, plus schématiquement, Jean Cuisenier, op. cit., p. 42. Estienne, op. cit., I, 5, « Le bâtiment et pourpris de la maison rustique ».

17 Potager : c'est une table de cuisson carrelée dans laquelle sont percés des trous qui reçoivent des grilles en fonte en forme de paniers, dans lesquelles on place la braise qui tombe sur une table en-dessous quand elle devient cendre. Les casseroles sont placées sur les grilles comme sur un brûleur de réchaud.

18 Les éditions de 1572 et 1583 diffèrent sensiblement dans ce passage, la seconde étant plus explicite (Livre I, 5, § « Entrée de la maison du père de famille. Perron. Cuisine »).

19 Cabinet = armoire.

20 Serres, Olivier de, op. cit., I, 5.

21 Ibid., VIII, 1.

22 Ibid... IV, 8.

23 On confit notamment les pois et les fèves, dans la saumure, le sel, le miel ou le sucre.

24 Serres, Olivier de, op. cit., VIII, 4.

25 Ibid.., VIII, 1 : « que celui qui se veut marier, après les marques de crainte de Dieu, et pudicité, par dessus toutes autres vertus, cerche en sa femme le bon mesnage, comme article nécessaire pour la félicité de sa maison. [...] Plus grande richesse ne peut souhaitter l'homme en ce monde, après la santé, que d'avoir une femme de bien, de bon sens, bonne mesnagère ».

26 Ibid., I, 5. Ribler : « Aiguiser une meule neuve avec de l'eau ou du sable sec, en la frottant contre une autre » (Marcel Lachiver, Dictionnaire du monde rural).

27 Serres, Olivier de, op. cit, 6, « De l'office du père de famille envers ses domestiques et voisins ».

28 La grange de Vaulerent mesure 72 m x 23 m en 13 travées de 5.5 m.

29 Serres, Olivier de, op. cit., V, 7.

30 Ibid., V, 8.

31 Ibid., 1, 5.

32 Ibid., I, 5.

33 Richard Bucaille, Laurent Lévi-Strauss, L’Architecture rurale française, bourgogne, 1980, p. 32.

34 Il y consacre une soixantaine de pages dans le Théâtre d'agriculture (V, 15, « La cueillette de la soie par la nourriture des vers qui la font »), après avoir publié en 1599 La cueillette de la soie.

35 Serres, Olivier de, op. cit., I, 5.

36 Ibid., VI, 1, « Des jardinages ».

37 Ibid, V, 14.

38 Ibid, V, 11 - V, 12 - V, 13.

39 Voir le corpus de L'Architecture rurale française, par régions, Cuisenier, Jean, dir., 27 volumes.

40 Moriceau, Jean-Marc, Les Fermiers de l'île-deFrance. L'Ascension d'un patronat agricole (xve-xviiie siècle), Paris, 1994, p. 249-260.

41 Anceaux, « Installation d'une ferme », Centenaire de la Société d'agriculture de Haute-Garonne, Congrès des 2-5 juin 1898, Toulouse, p. 373-389.

42 Saint-Félix De Mauremont, l'Architecture rurale théorique et pratique, Toulouse, 1820

Table des illustrations

Titre La Maison rustique de Charles Estienne
Légende Légende du plan de la Maison rustique d'après Charles Estienne (Reconstitution Michel Vanderpooten)1- Habitation du fermier, avec greniers pour fruits, légumes, graines, herbes et racines1.1-Cuisine avec four et bluterie au-dessus1.2-Bouge (laiterie, vivres, potager) sur cave1.3-Chambre du fermier1.4-Chambre des enfants et des servantes1.5-Resserre pour le bois de chauffage et les instruments du fermier2- Logement des animaux : écuries, étables, chenil2.1-Chambre du chartier et autres serviteurs, sellerie2.2-Écuries2.3-Étables2.4-Chenil3- Logement des animaux et hangar : bergerie, chèvrerie, porcherie, hangar à matériel3.1-Hangar à matériel3.2-Bergerie3.3-Chèvrerie3.4-Porcherie4- Grange4.1-Entrée des charrettes, aire de battage4.2-Froment et seigle4.3-Mars5- Maître-logis5.1-Entrée avec escaliers5.2-Salle du maître5.3-Chambre du maître5.4-Cabinet et garde-robe du maître5.5-Chambre des survenants (avec sortie sur cour)5.6-Cabinet et garde-robe des survenants5.7-Cuisine (avec escalier vers les greniers)5.8-Salle des domestiques5.9-Cellier6- Pressoirs et fouloirs7- Poulailler 8 - Colombier9- Fosses à fumier10- Mare11-Puits20- Verger, jardin d'agrément, potager, bouquetier, médicinal21- Rucher22- Entrée particulière du maître dans les jardins
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/11686/img-1.png
Fichier image/png, 984k

Auteur

Docteur en histoire contemporaine, chargé de cours à l'université de Toulouse 2

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540