Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Première partie. Un évènement médiatique

Une stratégie éditoriale : publier les funérailles de Charles III de Lorraine

Philippe Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1770, l’abbé de Fontenai (1736-1806) et Louis Domairon (1745-1807), assistés de l’abbé de La Porte (1714-1779), publiaient une vaste description de l’Europe. Les funérailles royales, en particulier celles du roi d’Espagne, y tenaient une place importante1, à la confluence du politique et du touristique. Le thème passionnait depuis longtemps. Dans la seconde moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe, il était décliné de bien des manières. François de Rosset (1571-1630 ?) le faisait entrer dans l’imaginaire. Le chevalier, héros de L’histoire du palais de la Félicité, assistait ainsi aux pompes funèbres de Phénix2. La majorité des auteurs demeuraient liés à la réalité. Olaus Magnus (1490-1558) réservait une gravure de son Histoire des pays septentrionaux à un cortège princier : un catafalque couvert d’un immense drap précédé par un chevalier en armes et flanqué de servants3. Blaise de Vigenère (1523-1596) observait les obsèques de Casimir de Pologne, cérémonie « si mag...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540