Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La maison rurale en pays d'habitat dispersé

 | 
Annie Antoine

Découvrir la maison rurale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En organisant ce colloque, nous étions conscients qu'il existait un vide à combler. Si sa typologie a été depuis longtemps étudiée, si les fouilles nous en ont restitué quantité de témoignages, la maison rurale demeure bien peu étudiée surtout pour les époques récentes, et les études de synthèses, comme les comparaisons, manquent gravement. Nous avions centré l'enquête sur la maison en pays d'habitat dispersé parce que l'entreprise paraissait suffisamment vaste ainsi et qu'une spécificité certaine s'affirme en général dans ce cadre. La réponse ne nous a pas déçus et nous a même surpris par son ampleur. Les propositions de communications sont parvenues nombreuses et, les actes imposants que nous pouvons livrer au public aujourd'hui, reflètent l'intérêt des communications et des échanges qui ont animé les journées des 29-30-31 mai 2002. Les questions posées n'ont bien sûr pas toujours attiré les réponses espérées, des faiblesses apparaissent à côté de zones fortement éclairées, mais un certain nombre d'idées viennent alimenter la réflexion.

2Notre premier objectif a été largement rempli. Sans cultiver le mythe de l'immobilisme des campagnes, la maison rurale a été suivie dans la très longue durée puisque les communications s'échelonnent de l'Antiquité à la période contemporaine, avec un équilibre que l'on n'attendait pas obligatoirement au départ. Paradoxalement, mais sans réelle surprise, ce sont plutôt les années récentes du xxe siècle qui demeurent les moins profondément explorées. La maison rurale apparaît dans son évolution longue et la périodisation universitaire classique a été souvent dépassée pour laisser apparaître les continuités mais aussi les ruptures. Au- delà des spécialisations, un véritable dialogue s'instaure et autorise une mise en perspective des problèmes qui ouvrent de nouvelles pistes et permettent en tout cas d'aborder la maison sous l'angle très large que nous envisagions.

3Ces actes montrent d'abord la maison dans sa matérialité, sujet qui n'est souvent abordé que partiellement. Les archéologues nous livrent le résultat de leurs fouilles pour la période gallo-romaine ou le Moyen Âge, mais leur enquête se poursuit jusqu'au cœur de l'époque contemporaine et, à côté d'études de cas qui portent déjà sur des sites d'habitat plus que sur des constructions isolées, s'esquissent des synthèses et des études comparées qui indiquent une orientation fructueuse de la réflexion. La maison se révèle dans la diversité de ses matériaux, pierre sèche ou maçonnée, bois, terre, et la diversité des techniques de construction qui inclut aussi l'habitat troglodytique, la variété des plans et aussi de la richesse, témoin de celle des propriétaires.

4Beaucoup de choses ont été déjà publiées en particulier pour le grand Ouest ou le Midi mais ici la palette s'élargit et se complexifie, la maison rurale se réduit moins à quelques généralités modulées plus ou moins dans le cadre de diversités régionales. Au-delà de l'indispensable travail des archéologues qui retrouvent seulement la base des murs et ont du mal à restituer un peu plus qu'un plan, historiens d'art, architectes, enquêteurs de l'Inventaire nous font connaître beaucoup mieux la maison des époques plus récentes en abordant la totalité du bâtiment, et l'historien des textes nous entraîne à l'intérieur. Actes notariés et inventaires après décès, pourtant bien connus, apparaissent comme des sources plus complexes que l'on ne croyait et la qualité de leur témoignage doit encore faire l'objet d'études approfondies pour nous livrer toutes les conclusions que l'on est en droit d'espérer d'enquêtes sérielles menées sur de vastes échelles. Mais déjà, ce que nous avons, montre que l'on ne peut s'arrêter. Une attention spéciale doit être portée aux interventions concernant la construction. Finalement, on sait souvent peu de choses sur ce point, l'entreprise étant souvent menée dans la plus grande discrétion par la communauté ou par des artisans de village qui n'ont guère issé de traces dans les archives, mais c'est là un moyen d'ouvrir la maison dans le champ de ses relations.

5La maison s'insère dans un complexe réseau social et témoigne largement de la vie, de la pensée de ses habitants et de leurs liens sociaux. La maison est d'abord la résidence de familles aux statuts des plus divers. C'est la résidence paysanne, permanente ou saisonnière dans certains cas, c'est donc aussi une entreprise agricole avec ses bâtiments et équipements nécessaires, mais sa diversité va croissant et la maison rurale est aussi celle de la bourgeoisie marchande ou de la petite aristocratie rurale, si bien qu'elle devient symbole de la position sociale et peut prendre la forme d'un petit château ou s'en donner l'air.

6À partir de là, s'ouvrent des pistes explorées avec plus ou moins de continuité. Depuis l'Antiquité une littérature technique se soucie de définir la maison idéale dans son implantation, sa disposition. Sans doute la mise en œuvre tient compte des faits mais ces maisons idéales pas obligatoirement coupées de toute réalité en disent long sur les rêves et les ambitions. La vogue de la maison modèle, à toutes les époques, ne se dément pas et débouche parfois sur des réalisations intéressantes en elles-mêmes, à condition de ne pas y voir la construction courante, encore que la ferme modèle du xixe siècle s'est assez souvent concrétisée, tout comme le discours modernisateur du xxe siècle. C'est par ce biais que les nouveautés peuvent souvent s'inscrire dans le paysage rural et le discours sur la maison d'école du xixe siècle dépasse très largement les simples préoccupations matérielles en introduisant dans le village un ferment nouveau. C'est pour toutes ces raisons que ce colloque s'est ouvert, mais peut-être pas assez largement, à l'insertion de la maison dans l'imaginaire et les représentations, la maison rêvée n'est sans doute pas moins importante que la maison habitée.

7Le champ d'une telle enquête devait quand même être borné sous peine de voir le travail se diluer. Pour cette raison, l'habitat dispersé, forme la plus générale de l'habitat rural du grand Ouest, a été retenu mais il n'était pas question de se retrancher sur une enquête régionale un peu frileuse et la perspective comparatiste s'imposait, d'autant plus que cela autorise la recherche d'une éventuelle spécificité. En ce domaine, la réponse est plus qu'encourageante, les régions les plus diverses ont apporté leur contribution : Languedoc, Auvergne ou Poitou et l'horizon a pu s'ouvrir largement jusqu'au Québec et à la Galice. Le problème n'est pas neuf et les géographes, en particulier, l'on abordé depuis longtemps. Le sujet suscite pourtant de nouvelles interrogations. La mise en place demeure mal éclairée ainsi que le passage du haut Moyen Âge à la période féodale. La dispersion doit être abordée comme un système global dont on n'a pas encore perçu toutes les ramifications, c'est pourquoi, l'étude des implantations, les différences entre bourgs et écarts ont besoin d'être revisitées. Des distinctions plus souvent supposées que réellement étudiées opposent parfois bourgs et hameaux, dans la construction, le statut des résidents, l'utilisation aussi des maisons. Cela conduit à une orientation que nous voulions majeure : réinsérer la maison rurale dans son environnement spatial aussi bien que social ou culturel.

8L'enjeu méthodologique devient primordial sur ce point mais les autres ne sont pas négligés. L'objectif était de faire de la maison rurale un témoignage majeur sur les sociétés qui l'avaient habitée et utilisée. Il s'agissait bien de la replacer dans la complexité du statut social et non de faire une stricte histoire du bâti ; cela supposait la rencontre de spécialistes des époques les plus diverses mais aussi des disciplines les plus variées. Les communications répondent particulièrement bien sur ce point puisque qu'elles émanent d'archéologues aussi bien que d'historiens dûment répertoriés comme ruralistes, mais au-delà, bien des spécialités historiennes se manifestent, touchant au social comme au culturel. Le colloque a vu se réunir et discuter des gens venus de tous les horizons qui ont entamé une véritable démarche pluridisciplinaire. Au-delà de la mode qui, en ce domaine, souvent ne dépasse pas beaucoup le stade de l'incantation, se sont retrouvés vraiment sur le même champ de travail, archéologues, historiens et historiens d'art, conservateurs du Patrimoine, d'écomusées, sociologues et ethnologues. À titre d'exemple, il est très positif de constater que la coupure entre archéologues et historiens médiéviste ne s'effectue pas sur l'apparition des textes mais que les deux démarches s'effectuent, quand la documentation le permet, en parallèle sinon en commun. Seule, une telle collaboration peut faire progresser nos connaissances dans un tel domaine.

9C'est donc un gros volume, riche de multiples collaborations et largement ouvert qui est issu de nos échanges et les organisateurs estiment qu'il correspond assez bien à leurs ambitions. Bien sûr, les regrets peuvent s'égrener, des espérances ne se sont pas concrétisées mais des pistes insoupçonnées se sont ouvertes, un dialogue souvent fructueux a pu se nouer et la maison s'est bien montrée un vecteur majeur pour découvrir ceux qui l'habitent et atteindre la société rurale souvent si discrète.

10Daniel Pichot

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540