Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gallomanie et gallophobie

 | 
Laura Fournier Finocchiaro
, 
Tanja-Isabel Habicht

Deuxième partie. Parcours d'écrivains et d'artistes entre gallophobie et gallomanie

D’une gallophobie à l’autre : le fascisme italien en quête de précurseurs gallophobes (Alfieri, Foscolo et Leopardi)

From Gallophobia to another: Italian fascism in search of precursors (Alfieri, Foscolo and Leopardi)

Stéphanie Lanfranchi

Résumé

Cette intervention propose d’abord une réflexion sur la définition de l’italianité par la gallophobie chez les auteurs italiens du XIXe siècle, pour poser ensuite la question de la récupération des ces thèmes par la critique littéraire d’inspiration fasciste dans les années 1920 et 1930. C’est, en effet, dans une large mesure, en raison même de leur caractère gallophobe que des auteurs tels que Foscolo, Alfieri et Leopardi bénéficient d’une sympathie et d’une attention particulières auprès des critiques littéraires profascistes, bien que ces derniers défendent une gallophobie de nature fort différente.

This contribution starts with a reflection on the definition of Italianianity by Gallophobia for the Italian authors in the nineteenth century. Then we ask the question of the recovery of these themes in literary criticism inspired by Italian fascism in the 1920s and 1930s. It is, indeed, largely because of their Gallophobia that authors such as Foscolo, Alfieri and Leopardi benefit from sympathy and attention from pro-fascist literary critics, although the latter defend a Gallophobia of a very different nature.

Texte intégral

1Toute la question de la gallomanie et de la gallophobie semble s’articuler, dans l’Italie du XIXe et du XXe siècle, autour d’un mot ; un mot qui, dans sa définition et dans ses enjeux, est étroitement lié à ces deux notion – gallomanie et gallophobie – et qui, pourtant, non seulement ne contient aucune référence directe à la France, mais paraît même l’exclure a priori. Ce mot c’est l’italianité. On en trouve une occurrence significative dans le dictionnaire de Prospero Viani, publié à la fin des années 1850, consacré aux prétendus gallicismes et autres emprunts impropres de la langue italienne. Le propos de l’auteur est de réhabiliter les termes qu’il étudie, en en prouvant l’origine strictement italienne. Or, quelle n’est pas son indignation, lorsqu’il arrive à rédiger l’entrée italianità :

  • 1 P. Viani, Dizionario dei pretesi francesismi e di pretese voci e forme erronee della lingua italia (...)

« Cher Lecteur, nous sommes donc tombés si bas ! Il nous faut être des hôtes en notre propre demeure ! On ne nous concède ni Italianité, ni Italique ! Ah, bonté divine, mets-toi à ma place, si tu es un homme de bien comme je le crois, digne de vivre en Italie, et parle, parle en toute sincérité : n’ai-je pas toute ta compassion lorsque je m’emporte et que je défends les mots dérivés de ma nation, notre mère commune. Ma bile s’échauffe, je cède ma plume à Betti, un homme grave et plus calme que moi : “Si l’Académie de la Crusca autorise latinité et florentinité, il ne subsiste à mes yeux aucune raison valable de ne point autoriser aujourd’hui italianité, un mot qui, de plus, est devenu tout à fait nécessaire en politique [que Dieu vous bénisse, mon Betti vénéré] ; d’autant plus qu’il est déjà employé par d’excellents écrivains vivants1.” »

  • 2 On trouve des occurrences de ce terme chez des écrivains des premières décennies du XIXe siècle. L (...)

2Italianité entre naturellement dans la langue italienne au moment où, en politique, on assiste à l’émergence de la cause nationale italienne. Ce terme naît et se déploie avec le XIXe siècle, le traversant de part en part dans les écrits de ses plus grands écrivains2, mais ce n’est qu’au début du siècle suivant que la littérature nationaliste et fasciste en fait un usage systématique. Elle s’en sert comme d’une valeur, presque une catégorie qu’elle applique à l’interprétation des œuvres présentes et passées.

  • 3 Voir sur cette question amplement débattue de la définition par l’autre, le volume de B. Badie et (...)

3Malgré son succès croissant, il est pourtant très difficile d’en trouver une définition claire et, surtout, positive. Les définitions de l’italianité sont, en effet, presque toujours, des définitions négatives, au double sens du terme. Elles sont défavorables, dans la mesure où elles donnent une mauvaise image du peuple italien et de ses caractéristiques, en mettant l’accent, de manière polémique, sur ses défauts. Mais elles sont aussi négatives, au sens de définitions en creux, en ce qu’elles disent ce que les Italiens ne sont pas, ce qu’ils ne veulent pas être, bien plus qu’elles ne disent ce qu’ils sont vraiment3.

  • 4 S. Patriarca, Italianità, Bari, Laterza, 2010.
  • 5 S. Patriarca, Italian Vices. Nation and Character from the Risorgimento to the Republic, Cambridge (...)

4La distinction entre ces deux formes de définitions négatives ne pose aucun problème théorique, mais il est pourtant parfois difficile de l’appliquer rigoureusement. L’ouvrage de Silvana Patriarca, intitulé Italianità et publié tout récemment chez Laterza, nous donne un aperçu significatif de cette difficulté4. L’édition en langue anglaise de ce livre nous renseigne quant à la définition négative, en l’occurrence défavorable, que l’historienne donne au terme. Le titre anglais n’est pas, en effet, Italianity mais : Italian Vices. Nation and Character from the Risorgimento to the Republic5. Silvana Patriarca parcourt, dans son livre, l’histoire du discours sur l’italianité depuis le XIXe siècle, pour tenter d’y déceler des constantes à travers le temps.

  • 6 Les études sur le « caractère national » italien ont été tellement nombreuses dans les vingt derni (...)

5Il faut, selon elle, entendre par italianità l’ensemble des caractères, d’ordre moral et comportemental, mais aussi des stéréotypes et autostéréotypes qui distinguent les Italiens comme peuple, comme gens, et qu’ils sont les premiers à décrire et à colporter6. Or, la particularité italienne tient au fait que, contrairement à d’autres peuples qui renvoient une image somme toute favorable de leurs traits moraux distinctifs – l’optimisme et l’activisme des Américains, l’esprit frondeur et critique des Français, par exemple –, les Italiens mettent l’accent sur des caractères qui sont, dans une écrasante majorité, des vices, et non des vertus. Ils dénoncent notamment la mollesse, l’indolence, le laisser-aller et la corruption de leur peuple, ainsi que son individualisme fondamental.

6Silvana Patriarca insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de différencier cette acception morale et négative de l’italianité comme somme des défauts italiens, de la question de l’italianité comme identité nationale. Elle entend par identité nationale non pas cet autoportrait moral de la nation, mais la manière dont un peuple prend conscience de lui-même et se définit en relation, souvent en opposition, aux autres peuples et aux autres nations. Il est, cependant, très difficile d’établir une frontière stricte entre ces deux aspects de l’italianité, si bien que Silvana Patriarca est elle-même forcée de reconnaître que, dans la plupart des textes qu’elle étudie, cette délimitation s’estompe, fusionnant vers une unique vision.

  • 7 On pourra citer, par exemple, la thèse de doctorat de M. Ducet Huillard, L’Allemagne vue d’en Fran (...)
  • 8 Nous traiterons plus précisément la première moitié du XIXe siècle et ensuite la période fasciste. (...)

7Nous pouvons dresser ce même constat, en étudiant le traitement de l’italianité chez des auteurs du XIXe siècle et ensuite dans le discours sur ces mêmes auteurs que véhicule la critique, ou littérature secondaire, de l’Italie fasciste. Il apparaît dans ces textes, de nature et d’époque pourtant fort différentes, que la définition de l’italianité est négative et que, dans cette définition négative, le rôle de la France est fondamental, puisque c’est contre elle – contre la France des Lumières et de la Révolution, mais aussi contre les Français de la domination napoléonienne en Italie – que l’on se définit avant tout. Le cas de l’Italie déterminant son « caractère national » dans un jeu de miroir avec d’autres nations, et notamment avec la France, n’est, bien entendu, pas spécifique ni à ce pays ni à cette époque7. Nous nous interrogerons, dans les pages qui suivent, sur la manière dont la gallomanie, mais surtout, en l’occurrence, la gallophobie interviennent dans la définition de l’italianité au XIXe siècle ; ensuite, plus précisément encore, nous verrons que cette définition est récupérée et exacerbée au siècle suivant par la critique littéraire fasciste, lorsque celle-ci commente et présente la littérature du XIXe siècle8.

La gallophobie constructive des auteurs du XIXe siècle

  • 9 Voir, à ce sujet, la thèse certes ancienne, mais encore remarquable de finesse, de précision et de (...)
  • 10 Ce texte fut traduit en France dès 1817 sous le titre de V. Monti, Le 21 janvier 1793, traduction (...)
  • 11 Une traduction française du Misogallo paraît en Suisse en 1823 : V. Alfieri, Le Misogallo, en pros (...)

8Chez les auteurs du début du XIXe siècle, les deux aspects de la définition négative de l’italianité cohabitent le plus souvent. Le siècle s’ouvre en Italie avec la remise en question de l’hégémonie culturelle française, dont témoignent plusieurs ouvrages publiés à la toute fin du XVIIIe siècle qui condamnent les excès de la Révolution française et de la domination napoléonienne9. Les plus célèbres sont probablement la Bassviliana, écrite en 1793 par Vincenzo Monti et relatant le lynchage de Hugon de Bassville par le peuple romain10 et, bien entendu, le Misogallo achevé en 1798 par Vittorio Alfieri11.

9Lorsque l’on s’intéresse aux auteurs du début du XIXe siècle qui expriment leurs ressentiments, leurs rancunes, leur antipathie, voire leur haine envers la France, on s’aperçoit qu’il s’agit le plus souvent d’auteurs qui se sentent concernés par l’émergence de la cause nationale italienne. Or, cet intérêt patriotique les porte à déplorer la condition de l’Italie actuelle, divisée et sans forces politiques ni militaires, mais aussi le caractère des Italiens, tout aussi faible et individualiste. On voit donc que l’italianité revêt ici ses deux aspects négatifs et définitoires : à la fois définition moralement défavorable et définition en creux de l’italianité par la gallophobie.

  • 12 Il s’agit, bien entendu, d’une présentation trop rapide et schématique de l’évolution de la pensée (...)

10Le parcours de Vittorio Alfieri est, en ce sens, tout à fait représentatif. Cet homme, quasiment francophone de naissance, formé d’abord aux Lumières françaises, rejette ensuite de plus en plus violemment la France, les Français et ce qu’ils représentent. On mesure l’abîme que creuse progressivement cette antipathie gallophobe en comparant son texte Parigi sbastigliato, qui chante, en 1789, l’éloge de la prise de la Bastille, et le Misogallo, dans lequel le poète lance, quelques années plus tard seulement, ses injures à la France. La parabole particulière d’Alfieri passant, grosso modo, de la gallomanie à la gallophobie, est en quelque sorte parfaitement résumée par ces deux textes12. Mais si son opinion sur la France évolue radicalement au cours de sa vie, son opinion sur l’Italie également. Il en témoigne longuement dans le récit autobiographique, La Vita scritta da esso, où tout commence par une sorte d’indifférence à l’égard de ce pays, qu’il sillonne une première fois dans sa jeunesse, en lui prêtant une attention très superficielle. Il prend, ensuite, progressivement conscience de l’héritage culturel et artistique italien et nourrit un sentiment toujours croissant d’admiration et d’amour pour la langue italienne et pour ses grands écrivains (notamment Dante et Pétrarque). À la fin de sa vie, enfin, il rédige des œuvres satiriques qui ne remettent point en question son amour de la culture italienne, mais où celui-ci se double d’un désamour à l’égard du peuple italien de son époque, contre lequel Alfieri utilise une plume souvent très acérée et très polémique.

11Il s’inscrit en cela dans une tendance très nette de son époque. Nombreux sont, en effet, les hommes de lettres et les poètes qui, entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, dénoncent les travers et les vices des Italiens. Ils déplorent, avant tout, la condition politique, militaire et sociale de cette Italie divisée, pillée, traversée depuis des siècles par les armées des autres nations européennes. Mais, après avoir accusé ces nations et notamment la France, ils posent ensuite une question fort dérangeante face à ce constat affligeant : la condition misérable de l’Italie n’est-elle pas due avant tout à l’inaction et à l’égoïsme des Italiens ?

  • 13 Le Tasse, Jérusalem délivrée, chant seizième, octaves 29-31. Il existe aussi un tableau de Frances (...)
  • 14 Paul Hazard faisait une remarque similaire à propos des intentions pédagogiques de l’œuvre de Vinc (...)

12L’homme de lettres italien de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, lorsqu’il est sensible à la cause nationale, se met alors en devoir de réprimander ses « compatriotes ». Pour ce faire, il en appelle à l’histoire de l’Italie et, au-delà, de la Rome Antique. Il exalte les civilisations du passé, leurs vertus et leur pouvoir, pour leur opposer, systématiquement, l’image peu glorieuse, autant d’un point de vue moral que militaire, de l’Italie du présent. Par cette confrontation très polémique, il espère sans doute provoquer une réaction de honte qui pousserait les Italiens à agir. On pourrait comparer cela au stratagème qu’utilisent les chevaliers Charles et Ubalde dans la Jérusalem délivrée13. Ils font en sorte que Renaud aperçoive son reflet dans le bouclier d’Ubalde, qui lui renvoie son image alanguie et efféminée. Cette seule vision, ce seul reflet suffit à remplir Renaud d’un sentiment de honte, qui lui fait aussitôt reprendre les armes. Ainsi, c’est sans doute une réaction de ce genre – ce que l’on pourrait presque appeler un « effet-bouclier d’Ubalde » – qu’espèrent susciter les écrivains italiens lorsque, d’une part, ils condamnent les Italiens par des mots très durs, mais que, d’autre part, ils les incitent, de manière plus ou moins explicite, à réagir. Le discours polémique sur l’italianité se double ici d’un discours et d’une volonté constructive d’italianité14. Ce schéma se retrouve, quasiment à l’identique, chez les deux autres grands poètes gallophobes de l’époque, Ugo Foscolo et Giacomo Leopardi.

  • 15 G. Leopardi, Zibaldone, traduction de B. Schefer, Paris, Alia, 2003.

13Les deux hommes sont également formés aux Lumières, dont ils héritent une vision matérialiste et totalement athée du monde. Ils partagent, dans un premier temps aussi, l’enthousiasme des idées révolutionnaires, mais sont rapidement déçus, si bien que leur discours à l’égard de la France se fait de plus en plus critique. Foscolo condamne tout particulièrement la politique de Napoléon, auquel il ne pardonne ni la « trahison » de Campoformio ni les espoirs brisés du « triennio repubblicano ». La critique gallophobe de Leopardi se concentre, quant à elle, sur la culture et la pensée françaises. Dans les innombrables pages de son journal, le Zibaldone, Leopardi examine à de très nombreuses reprises la langue, la littérature et plus largement la culture françaises : dans son système de valeurs, ces dernières représentent, presque par antonomase, l’effet pervers de la raison et de la civilisation sur l’homme15. En d’autres termes, le modèle français est devenu pour Leopardi un contre-modèle, une sorte d’idéal régulateur négatif pour le poète et penseur du XIXe siècle, qui recherche l’authenticité, la beauté, la pureté et la vertu de la littérature primitive.

  • 16 Il est remarquable qu’aujourd’hui encore ce texte continue d’être considéré comme un document maje (...)
  • 17 Il existe une édition bilingue de ce texte : G. Leopardi, Discours sur l’état présent des mœurs en (...)

14Chez Foscolo et Leopardi, comme déjà chez Alfieri, le discours gallophobe ressemble à une déclaration d’intention culturelle et politique, détrônant le modèle hégémonique français. Dans la mesure où il indique l’exemple que les Italiens ne veulent plus suivre, ce qu’ils ne veulent pas devenir, leur discours gallophobe devient une définition en creux de l’italianité. La définition négative, au sens de défavorable, de l’italianité, est également très présente dans leurs propos. Dans son Discorso sopra lo stato presente dei costumi degli italiani, (Discours sur l’état présent des mœurs en Italie16) qui date de 1823, Leopardi passe au crible ce qu’il considère comme les causes morales de la décadence italienne17. Il dresse un tableau très noir de son pays, et fait sans cesse un parallèle avec l’Antiquité.

  • 18 Il existe une édition bilingue de ce recueil : G. Leopardi, Chants, traduction de M. Orcel, Paris, (...)

15Il a pourtant été, et n’a probablement jamais cessé d’être, un fervent patriote. En 1818, il n’a que vingt ans lorsqu’il compose deux célèbres poèmes patriotiques, All’Italia et Sopra il monumento di Dante, où il présente l’Italie en femme enchaînée, et incite les Italiens à combattre pour la délivrer, en leur rappelant qu’ils sont les héritiers de Rome. Ces poèmes font partie de la production précoce de Leopardi et ne comptent certainement pas parmi ses plus beaux. Dans ses œuvres suivantes, il n’aborde plus les thèmes patriotiques et s’intéresse bien plus au genre humain dans son universalité qu’à la gens italica. Mais il est significatif que, dans les différentes éditions de ses Canti, même tardives, Leopardi choisisse de placer le poème All’Italia en premier, comme pour laisser toujours, en exergue de son œuvre, le souvenir de son engagement patriotique et l’appel au combat des Italiens18.

  • 19 U. Foscolo, De l’origine et des devoirs de la littérature, Suivi de Les Tombeaux Les Sonnets, trad (...)
  • 20 Pour un aperçu général du foscolisme, c’est-à-dire de l’héritage politique de Foscolo au XIXe sièc (...)

16De la même manière et bien qu’il ne le fasse pas, comme Leopardi, sous forme d’un traité systématique, Ugo Foscolo reproche aux Italiens leur égoïsme et leur passivité. Par ailleurs, il les exhorte aussi à l’action, en exploitant la référence à leur passé glorieux. Dans une célèbre leçon inaugurale tenue en 1809 à l’Université de Pavie et intitulée De l’origine et des devoirs de la littérature, Foscolo déclare : « Ô Italiens, je vous exhorte à l’histoire, parce qu’aucun peuple plus que vous ne peut montrer ni plus de calamités à plaindre, ni plus d’erreurs à éviter, ni plus de vertus qui vous fassent respecter, ni plus de grandes âmes dignes d’être délivrées de l’oubli19. » Foscolo prononçait ces mots devant une assemblée de jeunes gens enthousiastes, chez qui il sut parfois susciter une véritable vocation patriotique20. L’argumentaire de son oraison montre bien, comme chez Alfieri et Leopardi, qu’il existe une dimension positive même dans ce que nous avons appelé la définition défavorable de l’italianité. Ces écrivains dénoncent la condition de l’Italie et les mœurs des Italiens d’aujourd’hui, en leur rappelant ce qu’ils ont été hier. Or, cette image d’hier n’est autre que la face noble de l’italianité, qui renvoie à un passé sans doute idéalisé, dont on a sélectionné les meilleures et les plus glorieuses expressions. L’italianité positive, c’est donc ce patrimoine choisi, cette référence sélective à certains grands hommes et grands moments de l’histoire et de la culture en Italie.

La gallophobie offensive des critiques du XXe siècle

  • 21 U. Foscolo, De l’origine et des devoirs de la littérature, Suivi de Les Tombeaux, op. cit.

17Il est possible, voire probable, qu’au moment même où ils désignaient ce patrimoine culturel italien servant de référence identitaire à la nation à venir, Alfieri, Foscolo et Leopardi avaient conscience qu’ils étaient eux-mêmes en train de l’intégrer. Lorsque, dans son poème Les Tombeaux, Foscolo célèbre l’église de Santa Croce à Florence, qui abrite les tombes des grands hommes de l’Italie, de Machiavel à Galilée à Alfieri, pouvait-il imaginer que sa dépouille y serait un jour ramenée ? Osait-il l’espérer21 ?

  • 22 Qu’il me soit permis de renvoyer, pour la question de la réception dans l’Italie fasciste des troi (...)

18Au demeurant, plus d’un siècle après la composition de ces vers célèbres, l’Italie fasciste considère ces trois auteurs comme les piliers du patrimoine culturel auquel se référer pour définir l’identité italienne22. Ils font désormais partie de la définition positive et historique de l’italianité. Le parti pris de la critique littéraire profasciste, des manuels scolaires et des différentes formes de vulgarisation scientifique de l’époque est très clair à ce sujet. Il s’inscrit dans une tendance commune et dominante, consistant à présenter ces trois poètes avant tout comme des « éducateurs nationaux ». La formule est récurrente dans les textes de l’époque, où elle recouvre, vraisemblablement, deux significations différentes. L’éducateur national est, d’une part, celui qui forme la nation, en l’occurrence, le peuple italien. Il exhorte ses contemporains et les réprimande aussi, comme on l’a vu ; il éduque les générations futures par les vertus pédagogiques de ses textes ainsi que de son propre exemple, érigé en modèle de vie. Mais, d’autre part, l’éducateur national est également celui qui éduque le peuple italien à faire nation. Il lui instille non seulement l’amour de la Patrie, mais aussi les principes mêmes de l’italianité. En ce sens, ils sont qualifiés de « maîtres de patriotisme et d’italianité ».

  • 23 Il s’agit de l’édition des Œuvres complètes de Leopardi dirigée par Francesco Flora pour l’éditeur (...)
  • 24 G. Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie, traduction de P. Abbrugiati, Aix-en-Provence, P (...)
  • 25 Qu’il me soit permis de renvoyer ici à mon article sur l’interprétation, à l’époque fasciste, des (...)

19Le problème reste cependant toujours aussi irrésolu, autant au XXe siècle qu’au XIXe siècle, quant à savoir positivement quelle est cette italianité, qu’Alfieri, Foscolo et Leopardi seraient censés enseigner. La définition positive de celle-ci comme patrimoine culturel indique qui sont les maîtres et les œuvres de référence, mais elle ne dit toujours pas quels sont les contenus. L’Italie fasciste, bien qu’elle emploie abondamment ce terme, n’a pas su dépasser la définition doublement négative de l’italianité héritée du XIXe siècle. Cette continuité avec le siècle précédent ne saurait faire, cependant, oublier une évolution et un changement significatifs de ce point de vue. On constate, en effet, que la définition défavorable de l’italianité, dénonçant les vices et les travers de l’Italie, disparaît ou du moins qu’elle s’estompe très nettement au profit de la définition en creux de l’italianité, et notamment de la gallophobie. Le Discours sur l’état présent des mœurs en Italie de Leopardi, qui incarne véritablement cette tradition, n’est ni étudié, ni réédité (sauf dans un volume de ses œuvres complètes publiées en 194023), ni cité par les critiques du Ventennio fasciste. Le sort de ce texte est d’autant plus frappant si on le compare à un autre texte, pourtant mineur, de Leopardi, intitulé Paralipomènes à la Batrachomyomachie, auquel la critique n’avait jusque là accordé qu’une attention limitée24. Ce texte parodique et polémique connaît un grand succès sous le fascisme, notamment dans les manuels et les anthologies scolaires. On y cite de préférence une strophe isolée annonçant que l’Italie « redeviendrait reine pour la troisième fois » et que les commentateurs fascistes aiment à présenter comme une prophétie réalisée par l’Italie fasciste25.

  • 26 M. Porena, « Vittorio Alfieri », in Enciclopedia Italiana Treccani, vol 1, Roma, Istituto dell’Enc (...)
  • 27 Pour une analyse approfondie du projet de l’Encyclopédie et de sa réalisation, voir G. Turi, Il me (...)

20Pour mesurer, a contrario, le succès sous le fascisme de la définition en creux de l’italianité, c’est-à-dire de sa définition par la gallophobie, il suffit de considérer la fortune dont jouit à cette période un texte comme le Misogallo d’Alfieri, y compris dans la production critique la plus sérieuse, la plus scientifique et exigeante. L’entrée « Vittorio Alfieri » de l’Encyclopédie italienne Treccani, publiée en 1929 et rédigée par un italianiste de renom, Manfredi Porena, en est un parfait exemple26. En sa qualité de référence encyclopédique – contenu dans la plus prestigieuse et la plus ambitieuse des encyclopédies italiennes –, ce texte se veut objectif, super partes et destiné à devenir un outil majeur de référence pendant plusieurs générations27. Or, il attribue au Misogallo une importance remarquable, autant d’un point de vue qualitatif que quantitatif. Du point de vue qualitatif, Porena reconnaît qu’il s’agit d’un texte qui « pèche par exagération », mais il n’en garde pas moins, à ses yeux, une véritable importance idéologique :

  • 28 M. Porena, entrée Vittorio Alfieri in Enciclopedia italiana Treccani, op. cit.

« Mais ce qui, dans le Misogallo, compte le plus à nos yeux d’Italiens, c’est que, par effet de polarisation, la haine de la tyrannie rallume chez Alfieri la flamme d’amour pour l’Italie : et l’antithèse sentimentale engendre une antithèse historico-politique, si bien qu’il pose le principe selon lequel l’Italie ne sera grande que si elle se détache de la France et qu’elle se retourne contre cette ennemie naturelle de sa grandeur28. »

21Manfredi Porena expose très clairement, avec cette image de la « polarisation », les principes de la définition négative de l’italianité. D’un point de vue simplement quantitatif aussi, Porena donne la part du lion au Misogallo : il lui consacre, en effet, le même nombre de lignes qu’à l’ensemble des tragédies d’Alfieri, et deux fois plus qu’à sa célèbre autobiographie, La Vita scritta da esso, alors qu’aujourd’hui, ce texte n’est généralement qu’à peine cité dans les histoires littéraires italiennes.

  • 29 On peut cependant signaler quelques exceptions intéressantes, notamment le texte d’A. Bartolini, D (...)

22Pour justifier son choix, Porena avance, comme argument, un critère de « prévalence chronologique » selon lequel ce qu’Alfieri aurait écrit en dernier primerait sur ses propos précédents, car il serait l’expression d’une vérité acquise avec le temps, l’expérience et la réflexion. En d’autres termes, lorsqu’on rencontre dans la production d’Alfieri une contradiction entre deux opinions exprimées, c’est la plus tardive chronologiquement qu’il faut retenir. Il découle naturellement de ce raisonnement que, entre l’Alfieri francophone et gallomane de la jeunesse et l’Alfieri gallophobe de la maturité, la postérité ne doit considérer que le second29.

  • 30 En réalité, dans les années 1920 et 1930, une bonne moitié des articles publiés sur les trois poèt (...)

23La critique profasciste recourt très souvent à cette argumentation, non seulement en ce qui concerne Alfieri, mais aussi lorsqu’elle retrace les étapes de la formation intellectuelle et idéologique de poètes tels que Foscolo et Leopardi. On y retrouve cette même veine biographique, voire hagiographique, qui vise à une schématisation et à une simplification de leur parcours : un parcours qui va de l’adhésion de jeunesse aux idées des Lumières et à la culture française, vers un éloignement progressif de ce modèle qui aboutit à sa condamnation radicale. Ces récits biographiques se présentent, en quelque sorte, comme des Bildungsroman de l’italianité, dont la gallophobie est l’aboutissement naturel, le résultat d’un véritable processus de formation intellectuelle30. Cette maturation passe par certaines étapes déterminantes, dont, notamment, la relecture et la redécouverte des grands classiques de la pensée latine et italienne. La lecture de Salluste, de Dante et de Machiavel devient ainsi un véritable « antidote » à la culture française.

  • 31 Voir article de G. Calvi, « Il centro nazionale di studi sul Rinascimento fra discorso pubblico e (...)

24Dans un texte de 1939, intitulé Italia mia, qui reçut les éloges de Benito Mussolini31, l’écrivain Giovanni Papini insistait sur ce trait propre aux grands Italiens, qui savent, disait-il, recycler, purifier, les apports et les influences étrangères.

  • 32 G. Papini, Italia mia, Firenze, Vallecchi, 1939, p. 46.

« Les organismes robustes tirent profit même des venins. Le peuple italien a voulu connaître et parfois assimiler tous les fruits des civilisations mais il n’a jamais été passif. C’est au moment où il semble davantage noyé dans les dettes étrangères qu’il médite et qu’il prépare sa libération. Ou qu’il transforme le pain étranger en sang de chez nous, ou qu’il distille, à partir de ces essences toxiques un anti-venin qui a plus de vertus qu’un élixir32. »

25Et Papini de citer l’exemple d’Alfieri :

  • 33 Ibid.

« Pendant des années, Alfieri ne lit que de la mauvaise littérature française et gribouille ses premiers textes sans envergure. Mais voilà qu’il devient, lui, l’un des prophètes les plus valables et les plus éloquents de l’Italie rénovatrice à venir33. »

  • 34 Voir à ce sujet, par exemple, le travail d’A.-L. Chaigne-Oudin, La France et les rivalités occiden (...)
  • 35 On peut citer l’exemple du livre de Ettore Rota, publié en 1939 et intitulé Italia e Francia davan (...)

26Au demeurant, lorsque la critique profasciste présente la gallophobie comme le couronnement du parcours intellectuel de ces écrivains du siècle précédent, elle omet de préciser que la gallophobie du XIXe siècle n’est plus du tout celle du XXe siècle. Il nous paraît évident qu’elle ne peut avoir la même signification et ne recouvre pas les mêmes enjeux, lorsque, d’un côté, un pays est occupé et pillé par les troupes napoléoniennes et que le spectre de la Terreur plane encore dans tous les souvenirs, et que, de l’autre, gallophobie rime essentiellement avec anti-républicanisme et discours antidémocratique du régime fasciste. Nombre de critiques profascistes ne s’embarrassent pas de cette différence, pourtant essentielle : la gallophobie du XIXe siècle était de nature défensive, là où celle du XXe siècle est offensive. Elle revient non seulement à réagir contre l’hégémonie politique et surtout culturelle de la France, mais à souhaiter la supplanter, en affirmant la primauté de l’Italie sur les autres nations et civilisations34. Les écrits gallophobes des années 1930 notamment, c’est-à-dire de la période où le régime fasciste met en œuvre sa politique impériale de colonisation, s’inscrivent clairement dans cette tendance35. Or, les revendications hégémoniques qui donnent un aspect offensif à la gallophobie sont totalement étrangères à l’œuvre des trois poètes que nous avons cités. Mais la critique profasciste projette son propre modèle de gallophobie sur celui des auteurs du XIXe siècle, leur attribuant une dimension qui ne leur est finalement pas propre.

Conclusion

27Pour clore la boucle que notre réflexion sur l’italianité a ouverte, on notera enfin que cette définition offensive et hégémonique de la gallophobie, propre à l’idéologie fasciste du XXe siècle, semble en contradiction avec la définition défavorable de l’italianité que ces trois poètes ont largement développée au siècle précédent, mais que la critique du Ventennio, comme nous l’avons dit, néglige. On a glissé d’une gallophobie à l’autre : malgré les tentatives fascistes de passer sous silence leurs divergences, les deux gallophobies n’en sont pas moins, lorsqu’on les examine de plus près, si différentes entre elles qu’elles en deviennent incompatibles.

  • 36 Dans son Discorso sopra il costume degli italiani, Leopardi dit notamment que « L’Italie, en terme (...)

28Comment Leopardi pourrait-il, en effet, affirmer la primauté de la civilisation italienne, alors même qu’il la décrit comme « la plus dépourvue des nations » en termes de morale, dans son Discours sur l’état présent des mœurs en Italie36 ; et alors même que son principal reproche à l’égard de la culture française moderne concerne justement sa prétention hégémonique et son idée de primauté, qui lui paraissent incongrues et injustifiées ? Si la lecture de certains passages du Zibaldone de Leopardi semble bien confirmer une forme d’antipathie pour la culture française, voire une gallophobie, celle-ci tient précisément à ce trait de la France aux XVIIIe et XIXe siècles que Leopardi ne sait tolérer ni lui pardonner, à savoir sa xénophobie intellectuelle, sa haine des autres peuples et des autres cultures, par rapport auxquels elle se sent supérieure. La gallophobie particulière de Leopardi n’était-elle pas, en fin de compte, une mise en garde contre l’autre gallophobie dont feront preuve un siècle plus tard ses commentateurs fascistes ? C’est une question qu’ils auraient pu se poser en lisant notamment ces quelques mots :

  • 37 Nous avons traduit ce passage, mais on peut se référer à l’édition française de G. Leopardi, Zibal (...)

« On peut observer que les Français, bien qu’ils soient la plus moderne des nations au monde en termes de mœurs etc., font encore preuve de ce penchant antique dont toutes les nations civilisées se sont désormais débarrassées, à savoir le mépris et presque la haine des étrangers (11 juin 1820)37. »

Notes

1 P. Viani, Dizionario dei pretesi francesismi e di pretese voci e forme erronee della lingua italiana, Firenze, Le Monnier, 1858-1860, vol II, p. 59.

2 On trouve des occurrences de ce terme chez des écrivains des premières décennies du XIXe siècle. Leopardi l’utilise, par exemple, dans son Zibaldone, pour qualifier le caractère propre et authentique de la langue et de la littérature italiennes (G. Leopardi, Zibaldone, p. 864 du manuscrit, 24 mars 1821). Il regrette et revendique l’italianité des auteurs d’antan, et reproche aux écrivains contemporains de vouloir copier les modèles étrangers, notamment français. La réappropriation linguistique et littéraire de l’italianité semble être pour Leopardi une condition nécessaire à l’essor politique de la nation. Chez les auteurs des décennies suivantes du XIXe siècle, le terme s’est généralisé et il est abondamment employé, comme chez Vincenzo Gioberti et Giosuè Carducci.

3 Voir sur cette question amplement débattue de la définition par l’autre, le volume de B. Badie et M. Sadoun (dir.), L’Autre. Études réunies pour A. Grosser, Paris, Fondation nationale des sciences politiques, 1996.

4 S. Patriarca, Italianità, Bari, Laterza, 2010.

5 S. Patriarca, Italian Vices. Nation and Character from the Risorgimento to the Republic, Cambridge, Cambridge University Press, 2010. L’édition italienne et l’édition américaine sont sorties à quelques semaines d’intervalle.

6 Les études sur le « caractère national » italien ont été tellement nombreuses dans les vingt dernières années que nous ne pouvons en dresser une liste exhaustive, mais simplement indicative : G. Bollati, L’Italiano. Il carattere nazionale come storia e come invenzione, Torino, Einaudi, 1983 ; M.-S. Sapegno,« Italia, Italiani », in A. Asor Rosa (dir.), Letteratura italiana, vol V, Torino, Einaudi, 1984 ; C. Tullio-Altan, Etnos e civiltà. Identità etniche e valori democratici, Milano, Feltrinelli, 1995, A. Asor Rosa, Genus italicum. Saggi sull’identità letteraria italiana nel corso del tempo, Torino, Einaudi, 1998 ; D. Bidussa, Il mito del bravo italiano, Milano, Il Saggiatore, 1994 ; S. Jossa, L’Italia letteraria, Bologna, Il Mulino, 2006 ; S. Vassalli, L’italiano, Torino, Einaudi, 2007 ; L. Fournier-Finocchiaro, « Caractère et littérature nationale en Italie (XIXe siècle) », in M. Niqueux (dir.), Le caractère national, mythe ou réalité ?, Caen, Cahiers de la Maison de la recherche en sciences humaines, mai 2007, p. 99-109 ; S. Patriarca, Italianità, op cit. Pour un descriptif à la fois très détaillé et complet sur cette production très importante, on pourra se référer au texte de M. Di Gesù, « Percorso bibliografico », in M. Di Gesù (dir.), Letteratura, identità, nazione, Palermo, Duepunti edizioni, 2009, p. 297-321.

7 On pourra citer, par exemple, la thèse de doctorat de M. Ducet Huillard, L’Allemagne vue d’en France dans la seconde moitié du XXe siècle, 1945-1963, (soutenue en 2003 à l’université Paris X-Nanterre) qui montre que la France a eu recours, dans la crise identitaire qui la traverse après la Seconde Guerre mondiale, au contre-modèle de la germanité pour définir une forme de francité positive.

8 Nous traiterons plus précisément la première moitié du XIXe siècle et ensuite la période fasciste. Pour une analyse approfondie de la fin du XIXe siècle, voir notamment P. Milza, Français et Italiens à la fin du XIXe siècle, Roma, École Française de Rome, 1981.

9 Voir, à ce sujet, la thèse certes ancienne, mais encore remarquable de finesse, de précision et de richesse, que propose P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes, Paris, Hachette, 1910.

10 Ce texte fut traduit en France dès 1817 sous le titre de V. Monti, Le 21 janvier 1793, traduction de J. Martin, Paris, Rey et Gravier, 1817.

11 Une traduction française du Misogallo paraît en Suisse en 1823 : V. Alfieri, Le Misogallo, en prose et en vers, traduction de S. Raquin, Genève, Fick, 1823.

12 Il s’agit, bien entendu, d’une présentation trop rapide et schématique de l’évolution de la pensée d’Alfieri. Pour une analyse plus approfondie, voir G. Santato, Alfieri e Voltaire : dall’imitazione alla contestazione, Firenze, Olschki, 1988, et Quand Alfieri écrivait en français : Vittorio Alfieri et la culture française : exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine en collaboration avec la Biblioteca Reale di Torino, Paris, Bibliothèque Mazarine 21 novembre 2003-19 décembre 2003, sous la direction de C. Del Vento et G. Santato.

13 Le Tasse, Jérusalem délivrée, chant seizième, octaves 29-31. Il existe aussi un tableau de Francesco Maffei inspiré de cet épisode et peint entre 1650 et 1655.

14 Paul Hazard faisait une remarque similaire à propos des intentions pédagogiques de l’œuvre de Vincenzo Cuoco : de la comparaison à l’Antiquité et de la comparaison aux autres nations doit naître une humiliation passagère qui devient une forme positive d’émulation (P. Hazard, La révolution française et les lettres italiennes, op cit., p. 232 et suiv.).

15 G. Leopardi, Zibaldone, traduction de B. Schefer, Paris, Alia, 2003.

16 Il est remarquable qu’aujourd’hui encore ce texte continue d’être considéré comme un document majeur du discours, certes négatif mais utile, sur l’italianité. Dans un article de Massimo Cacciari, paru dans l’Espresso du 3 juin 2010, le journaliste conseillait la distribution gratuite dans les écoles de ce texte pour célébrer l’anniversaire de l’Unité italienne (Massimo Cacciari, « Italiani cinici egoisti », in L’Espresso, 3 juin 2010, p. 11.).

17 Il existe une édition bilingue de ce texte : G. Leopardi, Discours sur l’état présent des mœurs en Italie, traduction de Y. Hersant, Paris, Les Belles Lettres, 2003.

18 Il existe une édition bilingue de ce recueil : G. Leopardi, Chants, traduction de M. Orcel, Paris, Aubier, 1995. Pour une analyse de l’italianité de Leopardi, voir le texte de M. Verdenelli, L’« italianità » in Leopardi, in G. Rizzo (dir.) L’identità nazionale nella cultura letteraria. Atti del 3 ° Congresso nazionale dell’ADI (Lecce-Otranto 20-22 septembre 1999), Galatina, Congedo, 2001, vol. I, p. 375-410.

19 U. Foscolo, De l’origine et des devoirs de la littérature, Suivi de Les Tombeaux Les Sonnets, traduction de G. Genot, Lausanne, Paris, L’âge d’homme, p. 53.

20 Pour un aperçu général du foscolisme, c’est-à-dire de l’héritage politique de Foscolo au XIXe siècle, voir P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes, op. cit. Pour une interprétation particulière et approfondie de l’impact des œuvres de Foscolo (et d’autres écrivains de son époque) sur les jeunes patriotes italiens, voir le livre de A. M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita, Torino, Einaudi, 2009. Pour une vision synthétique de la question, voir enfin L. Fournier-Finocchiaro, « Littérature et formation politique des patriotes italiens au XIXe siècle », Les Cahiers de Psychologie politique, numéro 17, Juillet 2010. URL : http ://lodel.irevues.inist.fr/cahierspsychologiepolitique/index. php ? id= 1724 (consulté le 10 septembre 2010).

21 U. Foscolo, De l’origine et des devoirs de la littérature, Suivi de Les Tombeaux, op. cit.

22 Qu’il me soit permis de renvoyer, pour la question de la réception dans l’Italie fasciste des trois poètes, Alfieri, Foscolo et Leopardi, à ma thèse de doctorat, La recherche des précurseurs : lectures critiques et scolaires de Vittorio Alfieri, Ugo Foscolo et Giacomo Leopardi dans l’Italie fasciste, soutenue le 29 novembre 2008 à l’université Paris VIII, et aujourd’hui en accès libre à l’adresse suivante : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00372189/fr/.

23 Il s’agit de l’édition des Œuvres complètes de Leopardi dirigée par Francesco Flora pour l’éditeur milanais Mondadori.

24 G. Leopardi, Paralipomènes à la Batrachomyomachie, traduction de P. Abbrugiati, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de provence, 2005.

25 Qu’il me soit permis de renvoyer ici à mon article sur l’interprétation, à l’époque fasciste, des prophéties littéraires : S. Lanfranchi, « Verrà un dì l’Italia vera… » Poesia e profezia dell’Italia futura nel giudizio fascista, à paraître dans la revue en ligne Californian Italian Studies, no 2, 2011.

26 M. Porena, « Vittorio Alfieri », in Enciclopedia Italiana Treccani, vol 1, Roma, Istituto dell’Enciclopedia italiana, 1929. Pour une analyse détaillée de cet article, voir S. Lanfranchi, La recherche des précurseurs, op cit, p. 335-346.

27 Pour une analyse approfondie du projet de l’Encyclopédie et de sa réalisation, voir G. Turi, Il mecenate, il filosofo e il gesuita : l’Enciclopedia italiana specchio della nazione, Bologna, Il Mulino, 2002.

28 M. Porena, entrée Vittorio Alfieri in Enciclopedia italiana Treccani, op. cit.

29 On peut cependant signaler quelques exceptions intéressantes, notamment le texte d’A. Bartolini, Dal giacobinismo filofrancese all’italianismo misogallico (studi e appunti), Firenze, La Stampa, 1935, qui propose une interprétation plus nuancée de ce parcours biographique.

30 En réalité, dans les années 1920 et 1930, une bonne moitié des articles publiés sur les trois poètes ont une vocation biographique, sans être pour autant des biographies à part entière. Ils étudient, en effet, très précisément un élément délimité de la vie des auteurs (un séjour, un voyage, une amitié), sans en donner une vision d’ensemble. Leur approche est celle d’une étude très érudite et d’une recherche de documents historiques inédits. Il est donc très difficile de songer à la synthèse de toute la vie d’un écrivain avec ces mêmes critères de complétude dans les moindres détails. C’est donc prioritairement dans l’édition scolaire et de vulgarisation que l’on trouve ces schématisations biographiques, mais ce sont souvent des critiques littéraires chevronnés qui les rédigent. Voir, par exemple, V. Rossi, Storia della letteratura italiana per uso dei licei, Milano, Francesco Vallardi, 1925 ; C. Calcaterra, Scrittori dell’Ottocento e del primo Novecento : letture per le scuole medie inferiori, Torino, SEI, 1928 ; P. Carli et A. Sainati, Storia della Letteratura italiana, Firenze, Le Monnier, 1940 ou encore le texte de G. Papini, Storia della letteratura italiana, Firenze, Vallecchi, 1937.

31 Voir article de G. Calvi, « Il centro nazionale di studi sul Rinascimento fra discorso pubblico e storiografia (1937-1944) », Passato e presente, XVIII (2000), no. 51, p. 43.

32 G. Papini, Italia mia, Firenze, Vallecchi, 1939, p. 46.

33 Ibid.

34 Voir à ce sujet, par exemple, le travail d’A.-L. Chaigne-Oudin, La France et les rivalités occidentales au levant : Syrie-Liban (1918-1939), Paris, L’Harmattan, 2006, p. 178 et suiv.

35 On peut citer l’exemple du livre de Ettore Rota, publié en 1939 et intitulé Italia e Francia davanti alla storia, il mito della sorella latina (L’Italie et la France devant l’histoire, le mythe de la sœur latine), Istituto per gli studi di politica internazionale (Milano). Il s’agit d’un véritable pamphlet gallophobe, mais de cette gallophobie offensive qui revendique la primauté de la civilisation italienne contre l’hégémonie française. Rota appelle à de nouvelles batailles contre les « vicini d’oltrealpe » (voisins transalpins) qui seront couronnées de succès et par lesquelles l’Italie affirmera son « droit à la vie ».

36 Dans son Discorso sopra il costume degli italiani, Leopardi dit notamment que « L’Italie, en termes de morale, manque, peut-être plus que tout autre nation européenne et civilisée, de fondements » (G. Leopardi, Poesie e prose, vol. 2, Milano, Meridiani Mondadori, 1988, p. 31).

37 Nous avons traduit ce passage, mais on peut se référer à l’édition française de G. Leopardi, Zibaldone, traduction de B. Schefer, Paris, Alia, 2003.

Auteur

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm et agrégée d’italien, est actuellement Maître de conférences à l’École Normale Supérieure de Lyon en études italiennes. Ses travaux de recherche portent sur la critique littéraire dans l’Italie fasciste et plus largement sur les problèmes de réception et d’usages de la littérature au XXe siècle. Elle s’interroge notamment sur les formes de manipulation idéologique des classiques de la littérature que mettent en œuvre certains critiques, mais aussi les institutions culturelles et scolaires. Elle est auteur d’articles publiés par des revues françaises et internationales, et traduit, pour les presses de Flammarion, des textes d’histoire italienne contemporaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540