Version classiqueVersion mobile

Gallomanie et gallophobie

 | 
Laura Fournier Finocchiaro
, 
Tanja-Isabel Habicht

Première partie. Les nations européennes confrontées à la France

L’image de la France au Grand-Duché de Luxembourg : discours identitaire et interprétation de l’histoire du XIXe au début du XXe siècle1

The image of France in the Grand Duchy of Luxembourg: identity discourse and interpretation of history from the nineteenth to early twentieth century

Pit Péporté

Résumé

Au XIXe siècle, la France ne jouait pas un rôle déterminant dans les discours identitaires au Grand-Duché de Luxembourg, malgré le grand nombre de migrants luxembourgeois vers la France. Surtout, la dépendance économique du Luxembourg de l’Union douanière allemande empêchait la déclaration de fortes expressions de francophilie de la part des hommes politiques et des grands industriels de l’époque. La situation change vers 1900, quand certains membres de la gauche, notamment des auteurs littéraires, voient en la culture française un antidote puissant pour contrecarrer la suprématie politique, économique et culturelle allemande au Luxembourg. Leurs idées se répandent à travers d’autres milieux politiques après la Première Guerre mondiale, quand un distanciement par rapport à l’Allemagne est souhaité et soutenu par le public et la monarchie. L’exemple du roi médiéval Jean de Bohême montre comment l’histoire d’un personnage historique est réinterprété autour de l’année 1900 pour fournir la preuve d’une francophilie luxembourgeoise bien ancrée depuis le Moyen-âge.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier vivement Norbert Franz et Frank Wilhelm pour leurs précieux conseils et suggestions lors de la rédaction de cet article. L’auteur remercie aussi chaleureusement sa collègue Jeanne E. Glesener pour avoir revu la version finale du texte. Certaines parties de cette contribution sont basées sur sa thèse doctorale The creation of medieval history in Luxembourg, Université d’Édimbourg, 2008 dont une version remaniée a été publiée comme : P. Péporté, Constructing the Middle Ages. Historiography, Collective Memory and Nation Building in Luxembourg, Leyde et Boston, Brill, 2011.

  • 1 L’auteur tient à remercier vivement Norbert Franz et Frank Wilhelm pour leurs précieux conseils et (...)
  • 2 J.-C. Muller (dir.), De l’État à la Nation : 1839, 1989. 150 Joer onofhängeg : catalogue de l’expo (...)

1Fondé en 1815, l’État du Grand-Duché de Luxembourg précéda la nation2, mais comme dans les autres pays, la construction nationale se fit aussi par la confrontation aux pays voisins. L’importance accordée aux pays frontaliers est d’autant plus sérieuse dans notre cas, d’abord en raison de la taille et de la population relativement réduite du Luxembourg, puis parce que les trois pays voisins, à un moment ou un autre, essayèrent d’incorporer le grand-duché dans leur territoire.

2Nous étudierons ici le rôle spécifique de la France et notamment son statut dans les discours identitaires luxembourgeois. La première partie explorera l’importance de la France comme terre d’émigration pour des Luxembourgeois de toutes classes au XIXe siècle et discutera si elle est un lieu d’origine de certains idéaux politiques. La deuxième montrera qu’il y avait d’abord une absence de francophilie au sein de mouvements politiques ou populaires au grand-duché et cherchera à identifier les origines des sentiments de francophilie au début du XXe siècle. C’était à ce moment que se construit la notion de « culture métissée » luxembourgeoise, un élément central dans un discours qui affirmait l’unicité de la nation luxembourgeoise en soulignant ses liens culturels avec la France. Dans une troisième partie, ces réflexions seront exemplifiées à l’aide d’une étude de cas, c’est-à-dire à travers les représentations successives du roi médiéval Jean de Bohême par des historiens, des écrivains et des hommes politiques.

La France – terre d’exil temporaire et d’apprentissage pour les Luxembourgeois

  • 3 A. Calmes, Naissance et débuts du Grand-Duché : 1814-1830 : le Grand-Duché de Luxembourg dans le R (...)

3C’est après l’effondrement de l’Empire napoléonien que le Grand-Duché de Luxembourg fut créé au Congrès de Vienne en 1815, en tant que résultat d’un compromis entre les grands pouvoirs qui donnèrent le territoire au roi des Pays-Bas, mais en l’incluant dans la Confédération germanique3. C’était ce double statut qui était à la base de son indépendance formelle du reste du Royaume-Uni des Pays-Bas.

  • 4 Voir : G. Trausch, « La stratégie du faible. Le Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale (19 (...)

4Au XIXe siècle, des relations entre ce nouvel État et la France existaient aux niveaux politiques et personnels. Les relations politiques étaient rares et plutôt indirectes, entre autres parce qu’elles étaient dirigées à partir de La Haye jusqu’en 1890. Le grand-duché ne disposait même pas d’un ambassadeur résidant à Paris avant la Première Guerre mondiale4. Ainsi par exemple, lors de la crise de 1866, quand le Roi-Grand-Duc Guillaume III songea à la vente du grand-duché à la France de Napoléon III, ni le gouvernement, ni la population du Luxembourg n’avaient un poids décisif dans l’affaire. La vente fut empêchée par la résistance du chancelier prussien Bismarck et la question fut donc réglée par les grands pouvoirs.

  • 5 J. Ensch, « Les courants migratoires de la ville de Luxembourg vers Paris et la France », in H. We (...)
  • 6 J. Faber, Der Luxemburger in Paris, was er ist und was er sein könnte, Luxembourg, Brück, 1882, p. (...)
  • 7 D. Scuto, « Émigration et immigration au Luxembourg aux XIXe et XXe siècles », in A. Reuter et D. (...)
  • 8 D. Scuto, « Les Luxembourgeois à Paris », in A. Reuter et D. Scuto, op. cit., p. 145.
  • 9 Ibid., p. 145; in A. Reuter, op. cit., p. 50-59.
  • 10 G. Goetzinger, « Les servantes luxembourgeoises à Bruxelles dans l’entre-deux-guerres », Sextant. (...)

5Les liens personnels des Luxembourgeois avec la France étaient par contre bien plus importants. Le nombre de Luxembourgeois à la recherche d’un emploi dans l’Hexagone était assez élevé, surtout à Paris. Deux tiers des demandes de passeports luxembourgeois faites pendant les années 1840 étaient destinées à des voyageurs vers la France, et la plupart l’étaient pour des raisons liées au travail5. À la fin du XIXe siècle, entre 20 000 et 30 000 Luxembourgeois vivaient dans la capitale française, c’est-à-dire plus de 10 % de la population du grand-duché6. Le nombre est supérieur à celui de l’émigration vers les États-Unis, pour laquelle les estimations se situent entre 13 000 et 24 000 personnes pour les années 18807. Parmi les Luxembourgeois qui s’installent à Paris, toutes les classes sociales sont représentées : un bon nombre d’ouvriers et d’artisans – surtout des menuisiers et ébénistes – mais aussi des étudiants, qui parfois y restaient après la fin de leurs études et s’intégraient vite dans la société française8. Alors que ces premières migrations concernaient avant tout les hommes, la deuxième phase qui débute avec l’arrivée du train (1880) et qui dure jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, compte aussi un nombre important de femmes9. C’était à ce moment que de nombreuses jeunes femmes cherchaient un emploi à Paris en tant que bonnes ou servantes10. Elles voyaient dans ce service un moyen honorable pour gagner de l’argent, voir le monde et apprendre le français.

  • 11 « Pour beaucoup de Luxembourgeois, femmes et hommes, les années passées à Paris ou en France sont (...)
  • 12 H. Gaidoz, « Le Grand-Duché de Luxembourg : Son histoire, ses institutions, ses traditions », La N (...)

6Même si beaucoup de Luxembourgeois finirent par s’installer de façon permanente en France, ces migrations étaient en général de caractère temporaire, au contraire de celles vers les États-Unis. C’était certainement le cas pour les artisans qui faisaient le Tour de France ; c’était encore le cas pour les bonnes et servantes, dont la majorité retournait après quelques années de service pour se marier dans leur pays natal. Il semble évident que ceux qui revenaient importaient avec eux des expériences et des idées nouvelles11. Ces migrations vers la France sont vues souvent comme étant à l’origine d’un sentiment francophile au Luxembourg12, mais il nous faut des recherches plus approfondies pour vérifier cette hypothèse. Malgré l’existence probable d’un penchant francophile sur le plan individuel, notamment pour les émigrés en France, mais aussi pour certains membres de la population résidente au grand-duché, on ne peut parler d’une francophilie au XIXe siècle qui aurait fait partie d’un courant politique ou d’un mouvement social au Grand-Duché de Luxembourg.

  • 13 Pour les Luxembourgeois ayant participé à la Commune de Paris, voir H. Wehenkel, Luxembourg – Pari (...)
  • 14 L. Blau, Histoire de l’extrême-droite au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle, Esch-sur-Alzette (...)

7D’autre part, l’analyse des rapports entre implantation de la gauche au Luxembourg et des liens vers la France reste encore à faire, mais soulignons ici qu’elle nous paraît indispensable pour montrer l’importance du modèle républicain et laïciste français. Étant donné qu’un grand nombre de migrants luxembourgeois en France sont issus des classes inférieures, fréquents sont les exemples qui témoignent de leur engagement socialiste ou révolutionnaire à Paris13. Cela dit, il ne faut pas oublier non plus que la droite nationaliste au Luxembourg, regroupée notamment dans la Nationalunio’n de Lucien Koenig, s’inspirait elle aussi des partis politiques français entre 1900 et 1910, dont la Ligue des patriotes de Paul Déroulède et de Maurice Barrès14.

Le Luxembourg déchiré entre la France et l’Allemagne : la constitution identitaire métissée

  • 15 Voir P. Péporté, S. Kmec, B. Majerus et M. Margue, Inventing Luxembourg. Representations of the Pa (...)
  • 16 C. Huberty, « La vie politique du XIXe siècle dans l’historiographie : bilan et perspectives »,(...)

8L’identité nationale luxembourgeoise est construite pendant la deuxième moitié du XIXe siècle, et son élément central est notamment le développement d’un grand récit national de l’histoire, qui avait pour fonction de légitimer la dynastie régnante et de justifier l’indépendance politique, qui à son tour fut menacée à plusieurs reprises15. Jusqu’en 1890, le discours dominant se développa par rapport à la Belgique d’une part et par rapport à la Prusse (puis l’Allemagne) de l’autre. L’intention était de justifier la souveraineté des institutions politiques du pays. Les éléments anti-belges furent surtout développés par les Orangistes qui soutenaient le roi des Pays-Bas pendant la Révolution Belge des années 183016 ; les angoisses par rapport à la Prusse et l’Allemagne, par contre, persistèrent jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

  • 17 Voir P. Péporté, S. Kmec, B. Majerus et M. Margue, op. cit., chapitre 6.
  • 18 Mémorial législatif et administratif du Grand-Duché de Luxembourg, 1841, no 18, p. 114. Voir aussi (...)

9Le Grand-Duché de Luxembourg fut membre de la Confédération germanique de 1815 à 1866, qui contrôlait notamment l’importante forteresse de la capitale par l’intermédiaire d’une garnison prussienne. S’y ajouta l’adhésion du pays au Zollverein en 1842 et le contrôle allemand du chemin de fer au grand-duché en 1872. Avec l’annexion de la Lorraine par l’Empire allemand en 1871, la frontière commune avec la France se limitait à quelques kilomètres, alors que celle avec l’Allemagne s’étendait désormais le long des frontières orientales et méridionales. La langue vernaculaire du pays était aussi un facteur identitaire, mais pas un facteur d’identité nationale, du moins au XIXe siècle, car elle était perçue comme un dialecte allemand17. La littérature dans la langue appelée aujourd’hui le luxembourgeois émergea en même temps que la littérature d’autres dialectes allemands, comme par exemple le bavarois. Certains auteurs s’inspiraient par ailleurs de la littérature allemande. L’écrivain Michel Rodange – qui fait aujourd’hui partie du panthéon des poètes nationaux – était plutôt critique envers la France et essayait d’égaler Goethe et Schiller dans ses poèmes. Même si les premiers auteurs en luxembourgeois poursuivaient un but patriotique, leurs intentions n’étaient certainement pas à caractère national. Le nombre d’auteurs littéraires francophones était par contre plutôt limité au Luxembourg avant 1900, malgré le fait que le français était une des « deux langues du pays » à côté de l’allemand, même après la partition du grand-duché en 183918. Le français s’était établi comme la langue du droit, de l’administration et de la bourgeoisie. Toujours est-il qu’il faut faire la distinction entre francophonie et francophilie. Cependant, le français était occasionnellement utilisé à des fins politiques, vu qu’il constituait un moyen de distanciation par rapport à l’Allemagne ; ce fut le cas en 1890, lorsque le nouveau Grand-Duc Adolphe, ancien duc de Nassau, prêta justement son serment en français pour démontrer qu’il n’était pas un prince politiquement pro allemand.

  • 19 Voir G. Trausch, « Deutschland und Luxemburg vom Wiener Kongreß bis zum heutigen Tage. Die Geschic (...)
  • 20 H. Wehenkel, « Quelques compléments à l’histoire nationale du Grand-Duché de Luxembourg », Cahiers (...)
  • 21 C. Schaack, 1792-1815. Les Luxembourgeois soldats de la France, 2 vols., Luxembourg, Publications (...)
  • 22 H. Wehenkel, « Le Tour de France d’un typographe luxembourgeois », in H. Wehenkel (dir.), Luxembou (...)
  • 23 C. Huberty, « Guillaume II, Roi des Pays-Bas et Grand-Duc de Luxembourg (1840– 1849). Construction (...)
  • 24 Pour ce qui suit voir : H. Wehenkel, « La Commune de Paris », in S. Kmec et P. Péporté (dir.), Lie (...)

10Pour la majeure partie du XIXe siècle, la France ne joua pas un rôle important pour les constructions identitaires du grand-duché. Même au moment de la crise de 1866 et de la guerre franco-allemande de 1870, la situation était très ambiguë. Si l’option d’une union avec la Belgique n’était pas acceptée par la grande majorité, les expressions en faveur d’une annexion par la France restaient aussi minoritaires que ceux qui favorisaient une adhésion à la Confédération allemande du Nord, dirigée par la Prusse19. S’y ajoute l’absence d’éléments français dans la mémoire collective de cette période. La mémoire de la conquête du Duché de Luxembourg par les troupes révolutionnaires ainsi que l’impact du Premier Empire sur le pays avaient été annihilés par les orangistes, qui contrôlaient l’administration du pays après la Restauration, et ce malgré le fait qu’une partie d’entre eux avait commencé leur carrière sous le régime républicain20. Comme en France, la mémoire de l’ère napoléonienne ne resurgit qu’avec le Second Empire, quand la Médaille St Hélène, décernée en 1857, fut donnée à sept cent soixante Luxembourgeois ayant combattu dans la Grande Armée et toujours vivants à cette date21. C’était à partir de ce moment que la St. Napoléon – la fête nationale de France sous le Premier et Second Empire – fut célébrée par un « pèlerinage » annuel de certains vétérans à la résidence du consul français à Luxembourg22. Le courant politique dominant de l’orangisme, par contre, préférait célébrer la mémoire du « héros de Waterloo », le Roi-Grand-Duc Guillaume II, pour lequel on érigea un grand monument équestre au centre ville23. Un autre exemple qui peut servir à illustrer le manque de cadres sociaux francophiles organisés est la mémoire de la Commune de Paris au Luxembourg24. Après l’échec de la Commune, quelques Communards s’étaient réfugiés au grand-duché où ils moururent en 1872. Un survivant leur fit construire un monument au cimetière du quartier de Pfaffenthal dans la capitale luxembourgeoise. Ce monument resta néanmoins ignoré jusqu’à son instrumentalisation dans les années 1920, quand la gauche en fit un de ses lieux de mémoire et commença à s’y regrouper chaque année.

  • 25 G. Fittbogen, « Der luxemburgische Dichter und Politiker Karl Théodore André », Jong-Hémecht : Blä (...)
  • 26 Norbert Metz est un exemple parfait pour illustrer cette tendance. Après des études en Belgique et (...)
  • 27 Pour la biographie de Paul Eyschen, voir : J. Mersch, « Paul Eyschen, 1841-1915 », Biographie Nati (...)

11Si après 1900, un grand nombre des libéraux progressistes s’identifièrent à la France, cela n’était pas le cas au XIXe siècle. Les deux frères et hommes politiques, Karl Théodore André et Philippe André, par exemple, étaient plutôt germanophiles25. Philippe André émigra en Prusse et devint même membre du parlement à Berlin. Quelques années plus tard, ce volet politique du libéralisme progressiste fut dominé par des grands industriels, comme Norbert Metz, qui construisirent leur fortune dans le marché commun du Zollverein. Comme les autres membres de la bourgeoisie, ils étaient francophones mais devinrent germanophiles après 1866, tout en se prononçant clairement en faveur de la neutralité et de l’autonomie du pays26. La même chose vaut pour Paul Eyschen, premier ministre de 1888 à 1915 et figure de proue du libéralisme au grand-duché27.

  • 28 Je remercie Frank Wilhelm pour ce renseignement.

12Si la France ne joua pas un rôle déterminant dans les discours identitaires du XIXe siècle, elle possédait toutefois un très grand potentiel, qui reposait sur sa renommée politique, jugée comme moins dangereuse que celle des deux autres États voisins. Il est vrai que certains Français, parmi lesquels Victor Hugo, ne reconnaissaient pas le Luxembourg comme pays indépendant, mais comme appartenant à la « rive gauche » du Rhin, donc un territoire propre à une France agrandie28. Sur un plan politique néanmoins ces revendications avaient si peu de poids après 1866, qu’on n’en entend guère parler jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. On aurait pu justifier une annexion du Luxembourg à la Belgique ou à l’Allemagne en invoquant des raisons historiques, culturelles ou linguistiques, arguments qui ne pouvaient être avancés quant à l’annexion à la France. L’avantage était la langue vernaculaire nettement distincte et le fait que la domination politique française de l’ancien Duché de Luxembourg se résumait à deux conquêtes à durée limitée. Par contre, un sentiment de francophilie prononcé permettait de se distancier par rapport aux autres voisins politiques. La perception changeante du rapport historique et culturel avec la France exprime donc de façon implicite les différentes auto-perceptions des Luxembourgeois par rapport à l’autre voisin politique puissant : l’Allemagne.

  • 29 À eux s’opposaient toujours des gauchistes germanophiles, comme le député socialiste Michel Welter (...)
  • 30 F. Wilhelm, Dictionnaire de la francophonie luxembourgeoise : suivi d’une anthologie d’auteurs fra (...)
  • 31 H. Wehenkel, « La Commune de Paris », art. cit.
  • 32 V. Diederich, Alliance française. Amitiés françaises. 1905-1945-1985, Luxembourg, Éd. des Amitiés (...)
  • 33 F. Wilhelm, « Palgen, Paul », in G. Germaine et C. D. Conter (dir.), Luxemburger Autorenlexikon, M (...)

13Ce processus vit une accélération profonde surtout au début du XXe siècle, quand le rôle de la France dans le discours identitaire du Grand-Duché de Luxembourg devint de plus en plus important. Le francophile-type en 1900 était libéral de gauche, de préférence républicain, athée ou déiste, d’une éducation élevée grâce aux études faites à Paris, et motivé par son opposition au pangermanisme. Parmi eux on compte des hommes politiques, comme le libéral radical Gaston Diderich, qui, après la Grande Guerre, se prononça pour l’union politique du pays avec la France, ou comme le député-maire Emile Mark, membre du parti socialiste29. Un autre groupe francophile se composait d’écrivains, comme Marcel Noppeney, ou son mentor, Joseph Hansen. Ce dernier, qui avait fait ses études à l’École Nationale Supérieure, militait contre le pangermanisme et contre ce qu’il percevait comme la domination de la culture allemande au Luxembourg30. C’est d’ailleurs Hansen, avec le socialiste René Blum qui, en 1926, sortit de l’oubli la mémoire de la Commune de Paris au Luxembourg31. Les deux auteurs, Hansen et Noppeney, furent aussi parmi les figures fondatrices de l’Alliance Française au Luxembourg en 1905, qui regroupait surtout des professeurs de lycée, des juristes et des journalistes32. Un autre personnage clé du mouvement francophile luxembourgeois est le poète Paul Palgen, né en Lorraine de parents émigrés du Luxembourg, et éduqué au Luxembourg et en Belgique. Il devint ingénieur en Allemagne où il fut accusé d’être un espion français. Après la mort de ses frères aux côtés des Français lors de la Grande Guerre, il favorisa la république au Luxembourg et une annexion par la France33.

  • 34 G. Goetzinger, « Floréal : eine Fallstudie zur literarischen Öffentlichkeit in Luxemburg », in Cli (...)
  • 35 Voir aussi : D. Scuto, « Législation sur la nationalité et langue luxembourgeoise. Réflexions sur (...)
  • 36 B. Weber, « Ueber Mischkultur in Luxemburg », Beilage der Münchner Neuesten Nachrichten, 20 janvie (...)
  • 37 La même année, Nicolas Ries développe l’idée dans son Essai d’une psychologie de la race luxembour (...)
  • 38 W. Prevenier, « Pirenne à Gand », in F. Bierlaire et J.-L. Kupper (dir.), Henri Pirenne. De la cit (...)

14Des premiers échanges intellectuels entre auteurs francophones-francophiles et auteurs luxembourgeois de gauche au Luxembourg portèrent leurs fruits vers la fin de la première décennie du XXe siècle. En 1907, fut fondée Floréal – au titre révélateur – une revue littéraire avant-gardiste bilingue en français et allemand34. Parmi les moteurs de la nouvelle revue se trouvaient Marcel Noppeney, l’auteur libéral de gauche Frantz Clément et l’auteur satirique Eugène Forman35, qui avancèrent la notion d’une cohabitation unique des cultures française et allemande au Luxembourg. C’est dans ce même esprit que l’auteur et journaliste Batty Weber lança l’idée de la culture luxembourgeoise comme « culture métissée » (ou Mischkultur en allemand) en 190936. Il s’agissait d’une interprétation de la culture luxembourgeoise comme mi-allemande, mi-française, s’emparant du meilleur des deux, tout en ne se résumant ni à l’une, ni à l’autre37. La revendication du caractère français de la culture luxembourgeoise permettait donc d’affirmer le caractère unique du pays d’une part et la distanciation envers la culture allemande de l’autre. Les racines libérales du concept se retrouvent aussi dans son caractère non-puriste et ouvert, tout à l’opposé de la théorie raciale, qui voyait la pureté de la race comme l’idéal. Même si les partisans luxembourgeois de la culture métissée la considéraient comme propre au Luxembourg, l’idée existait aussi ailleurs : l’historien belge Henri Pirenne – lui aussi un libéral – s’exprimait de façon très similaire au sujet du caractère de la Belgique, même s’il préférait des termes comme « microcosme de l’Europe » ou « carrefour des cultures38 ».

  • 39 Voir aussi : P. Péporté, « Das Jahr 1919 als Wendepunkt für Politik, Kultur und Identitäts-Diskurs (...)
  • 40 C. Calmes, 1919. L’étrange référendum du 28 septembre (Histoire contemporaine du Grand-Duché de Lu (...)
  • 41 Pour la situation au Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale, voir surtout : G. Trausch, «  (...)
  • 42 B. Majerus, « Gëlle Fra », in S. Kmec, B. Majerus, M. Margue et P. Péporté (dir.), Lieux de mémoir (...)

15Avant la Grande Guerre, la francophilie restait donc un élément spécifique au discours politique de la gauche. La crise profonde dans laquelle fut plongé le pays après la guerre, amena la nécessité d’un repositionnement complet39. Alors que la dynastie régnante était mise en question – on lui reprochait le soutien de l’occupant allemand –, l’effondrement du Zollverein exigeait la réorientation économique du pays. En conséquence, le rapprochement avec la France devenait acceptable pour les autres milieux politiques. Dans un référendum de 1919, une majorité de la population opta pour une union économique avec la France40. La commémoration – soutenue par les autorités publiques et la monarchie – des volontaires luxembourgeois tombés du côté français, aidait à oublier la collaboration économique du pays avec l’Empire allemand pendant la guerre41. Les vecteurs principaux de cette commémoration étaient avant tout le Monument du Souvenir construit en 1923 et le rapatriement triomphal du légionnaire luxembourgeois inconnu la même année42.

Réinterpréter l’histoire : la francophilie du roi Jean

  • 43 Pour ce qui suit, voir aussi P. Péporté, Constructing the Middle Ages. Historiography, op. cit., c (...)

16Ces perceptions changeantes de la France au Luxembourg avaient un impact profond sur les vecteurs de la mémoire collective : les monuments, l’historiographie, la littérature et les arts. Ce repositionnement du discours identitaire luxembourgeois est perceptible dans l’étude des représentations de Jean de Bohême, dit l’Aveugle, monarque médiéval et « héros national43 ».

  • 44 Pour la biographie détaillée de Jean de Bohême, voir : R. Cazelles, Jean l’Aveugle. Comte de Luxem (...)
  • 45 M. Margue, « Jean de Luxembourg, prince idéal et chevalier parfait : Aux origines d’un mythe », Me (...)

17Né en 1296, Jean devint comte de Luxembourg après l’élection de son père, Henri VII, au titre de roi des Romains44. À l’âge de quatorze ans, il devint roi de Bohême. C’était un monarque influent qui menait une politique impériale en Italie, tout en travaillant pour l’expansion de ses domaines en Europe centrale et en participant à la croisade teutonique. Il mourut à la bataille de Crécy en 1346 au service du roi de France, dont il était l’allié par contrat et par sa politique matrimoniale. De son vivant, Jean fut célébré comme roi-chevalier dans les œuvres littéraires de Guillaume de Machaut. Après sa mort sur le champ de bataille, cette image fut par ailleurs propagée par d’autres auteurs, des historiographes comme Jean Froissart, des hérauts d’armes comme Colin d’Hainaut, ou des poètes comme Eustache Deschamps45.

  • 46 Cette mort « héroïque » devint un motif littéraire et artistique important, qui inspira les poèmes (...)
  • 47 Le langage d’un texte luxembourgeois publié en 1870 fait exception ; Jean y est « tombé à la batai (...)

18La mémoire du roi Jean survécut pendant l’époque moderne. En Europe, le vecteur principal de sa mémoire était l’historiographie, alors qu’au Luxembourg s’y ajoutait la présence de son tombeau dans la capitale, seul tombeau princier qui subsistait encore après le XVIe siècle. Lors de l’émergence de l’État-nation au XIXe siècle, Jean fut consacré héros national ; son image chevaleresque fut reprise et interprétée par le biais nationaliste. C’est avant tout à sa mort sur le champ de bataille de Crécy, perçue comme une « mort héroïque », qu’il doit cette gloire posthume46. C’est ainsi que naquit un grand héros pour un petit pays. Précisons que jusqu’à la fin du XIXe siècle, cette mort ne fut jamais interprétée comme expression d’un sentiment francophile. Sa participation à la bataille était expliquée alors soit par des liens familiaux – sa fille était l’épouse du futur roi Jean II – soit par son alliance militaire avec la couronne française47.

  • 48 T. de Puymaigre, « Jean l’Aveugle en France », Revue des questions historiques, 1892, no 52, p. 39 (...)
  • 49 Ibid., p. 396.
  • 50 Ibid., p. 406.

19Vers la fin du XIXe siècle, le point de vue change et ce changement prend son origine en France. Théodore de Puymaigre, historien français fasciné par la vie chevaleresque et convaincu profondément de la supériorité de la civilisation française, s’intéressa à ce roi de Bohême. L’apport scientifique de l’auteur réside avant tout dans la redécouverte de passages se référant à Jean de Bohême dans l’œuvre du poète médiéval Guillaume de Machaut, écrivain au service du roi pendant plusieurs décennies. Cette vision très positive et chevaleresque du roi Jean, développée dans la littérature médiévale française, s’accordait bien avec le dessein de Puymaigre, qu’il exposa clairement dans un article publié en 1892 intitulé Jean l’Aveugle et la France48. L’auteur y déclare que, même si la famille du roi de Bohême faisait partie de l’Allemagne du point de vue politique, elle était bel et bien française de par sa « civilisation » et ses relations matrimoniales49. Il n’y avait pas de doute pour l’auteur que les comtes de Luxembourg étaient attirés par les splendeurs de Paris, par sa vie chevaleresque et son université. Il concluait qu’à cause de tout ceci des « affectueuses relations régnaient entre les Capétiens et la maison de Luxembourg50 ».

  • 51 A. Lefort, « La Maison Française de Luxembourg », Ons Hémecht, 1900, no 6, p. 356-366, p. 417-427, (...)

20Les idées de Puymaigre furent vite reproduites au Luxembourg. Un article, plutôt descriptif, les présente déjà en 1895, publié dans le tout premier volume du périodique catholique et conservateur Ons Hémecht. L’auteur de l’article semble avoir choisi les idées de Puymaigre pour leur caractère plutôt novateur et moins pour son message politique. Cette optique pro-française est déterminante par ailleurs dans l’œuvre de l’historien Alfred Lefort, résident du grand-duché mais d’origine française, qui reprit les arguments de Puymaigre dans leur intégralité en 1901, et ce notamment pour prouver la relation cordiale que le roi Jean entretenait avec la France51.

  • 52 « Séance du 23 octobre », Comptes rendus des séances de l’année 1901. Académie des inscriptions et (...)
  • 53 Voir aussi : Jacques Maas, « Johann der Blinde, emblematische Heldengestalt des luxemburgischen Na (...)
  • 54 Archives de la Section Historique de l’Institut grand-ducal (ASHL) 16,6 Sitzungsprotokolle VIII, 1 (...)
  • 55 D. G. Troyansky, « Monumental Politics: National History and Local Memory in French Monuments aux (...)
  • 56 C. Normand, « L’inauguration du monument de Jean de Luxembourg. La Croix de Bohême près Crécy. Réc (...)

21Les deux pays collaborèrent parfois étroitement dans la construction de la légende, comme ce fut le cas dans l’affaire de la Croix de Bohême. En 1901, Louis Léger, professeur de langue et littérature slaves au Collège de France, proposait de restaurer ce monument qui se trouve proche du champ de bataille sur la route vers Crécy-en-Ponthieu52. Il s’agit d’une très vieille croix en pierre, érigée – selon la légende – au lieu même où le corps du roi défunt après la bataille avait été retrouvé. Le slaviste Léger semble avoir été fasciné par le lien entre la France et l’Europe centrale suggéré par le monument53. Toutefois, il s’adressa à la Section Historique de l’Institut grand-ducal à Luxembourg, en espérant obtenir un soutien financier pour son projet de restauration. La réaction la plus enthousiaste du côté luxembourgeois venait d’Alfred Lefort qui entra en contact personnel avec Léger et convainquit ses collègues de lancer une souscription nationale pour la restauration de la Croix de Bohême54. En 1905, une cérémonie solennelle pour célébrer cette restauration fut organisée, en même temps que l’inauguration d’un monument sur la place centrale de Crécy. Les deux monuments déclaraient bien visiblement que Jean était « mort pour la France », formulation qui renvoyait au langage typique de la IIIe République en vogue après la guerre franco-allemande55. Les discours prononcés à cette occasion, surtout ceux de la délégation luxembourgeoise, sont révélateurs : le bourgmestre de Luxembourg, Alphonse Munchen, cita les textes inscrits sur les monuments pour méditer sur l’amitié profonde des deux pays. Il existait, selon Munchen, une sympathie réciproque entre le Luxembourg et la France, basée sur une « longue union politique, […] une similitude de race […], une similitude de caractère56 ». Il finit son discours par la phrase :

  • 57 Ibid., p. 348.

« Nous serons heureux de nous découvrir tantôt devant le monument pour prononcer les mots si chers aux Luxembourgeois, et que certainement notre noble roi Jean avait sur ses lèvres en expirant ici sur le champ de bataille ; ces mots sont : Vive la France57 ! »

  • 58 Inauguration du monument de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, à Crécy-en-Pontieu. Compte rendu et (...)

22On voit bien comment le discours politique s’est approprié l’idée d’une francophilie de la part du roi médiéval. Munchen était d’ailleurs membre de la Ligue Libérale, un parti politique progressiste soutenu par la bourgeoisie de la capitale. Le discours de Munchen contraste avec celui de l’autre délégué luxembourgeois qui participait aux cérémonies, Henri Vannérus, chargé d’affaires du gouvernement luxembourgeois à Paris, de tendance libéral-conservateur appartenant à la génération précédente. Il n’évoque guère la francophilie supposée du roi, mais loue, au contraire, le courage de celui-ci, s’en tenant à l’historiographie nationale traditionnelle58. Les discours des représentants français ne laissèrent à leur tour pas de doute sur le fait que ce roi de Bohême aimait profondément la France.

  • 59 A. Diderrich, op. cit., p. 2.
  • 60 L. Koenig, Pro Patria ! Drama an 3 Akten vum Siggy vu Letzebuerg, Luxembourg, Worré-Mertens, 1927, (...)

23Après la Première Guerre mondiale, le « sacrifice » du roi fut dorénavant interprété comme reflet d’une francophilie prononcée, une vue qui fut reprise progressivement par le discours national et qui vit son apogée dans l’entre-deux-guerres. Dorénavant, on voyait dans le roi un précurseur des volontaires luxembourgeois dans l’armée française, ou comme l’exprimait l’historien Arthur Didderich : « [ces soldats] n’ont fait que suivre la tradition luxembourgeoise qui de Jean l’Aveugle jusqu’à nos jours a donné à l’église des saints, à l’Allemagne des maîtres et à la France des serviteurs59 ». Ce lien apparaît également dans la pièce de théâtre Pro Patria (1927) de Lucien Koenig, auteur explicitement nationaliste. Koenig montre la manière dont la droite s’est appropriée cette idée, en mettant en scène le Maréchal Pétain faisant l’éloge des « camarades luxembourgeois qui […] sont dignes de leur grand héros national, Jean l’Aveugle, mort pour la France60 ».

  • 61 G. Hellinghausen, « Naissance et baptême du Prince Jean (1921) », Hémecht, 1991, no 43, p. 187.

24Un dernier exemple montre que la dynastie régnante a elle aussi pu se référer à la gloire du prince et ce pour des raisons bien précises. Très contestée après la Grande Guerre, la famille de Nassau instrumentalisa la mémoire du roi médiéval pour légitimer sa position. Ainsi l’héritier princier né en 1921 fut nommé « Jean ». Le nom est surprenant pour deux raisons. D’abord, il s’agit d’un nom français alors que tous ses prédécesseurs de la dynastie de Nassau par contre portaient des noms allemands. Ensuite, le nom n’a été porté par aucun de ses ancêtres directs, mais il représente une référence consciente au roi médiéval, comme le justifiait le père du prince : « Le peuple désire beaucoup le nom de Jean, en souvenir de Jean de Luxembourg mort à la bataille de Crécy 134661. » Pendant le baptême, le nonce alla même plus loin :

  • 62 Cité par A. Herchen, Manuel d’histoire nationale, Luxembourg, Soupert, 1934, p. 205, n. 2.

« On l’a appelé le Prince Jean. Ce nom est plus et mieux qu’un symbole et un hommage de ses parents à la mémoire du plus populaire de nos anciens souverains, Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg et roi de Bohême ; il est, pour ainsi dire la personnification de l’âme nationale luxembourgeoise62. »

25Cette décision de nature symbolique montre donc de quelle manière la monarchie voulait se montrer l’héritière des comtes médiévaux, tout en profitant en même temps des connotations francophiles qu’exerçait le nom de Jean de Bohême, en vue de contrecarrer les accusations de germanophilie soulevées après la guerre.

Conclusion

26Si la francophilie au Luxembourg trouva ses origines dans le milieu de la gauche, elle se répandit à travers le paysage politique après l’expérience de la Première Guerre mondiale. Les premières années de l’après-guerre marquent un point décisif pour le succès de la notion de « culture métissée » au sein du discours identitaire, une notion qui a été développée dans un milieu libéral avant la guerre. Dans ce discours, la France ne représente pas (nécessairement) un idéal politique ou un modèle culturel. Elle est réduite à une « contre-Allemagne », le rapprochement avec celle-ci crée une distance par rapport à la « vraie » Allemagne, contribuant ainsi à l’imaginaire d’une culture nationale distincte au Luxembourg.

27Les mutations de l’image du roi Jean sont révélatrices de ce développement du discours identitaire. L’historien français Théodore de Puymaigre, qui fut le premier à voir en Jean de Bohême un francophile, voulait avant tout prouver la grande envergure du rayonnement culturel et civilisateur de la France. Son interprétation du roi fut reprise au Luxembourg, mais pour des raisons entièrement différentes. En soulignant le caractère présupposé « francophile » du roi, les historiens, littéraires et hommes politiques luxembourgeois ne poursuivaient pas le but de glorifier la France, mais de rendre Jean de Bohême plus luxembourgeois.

Notes

1 L’auteur tient à remercier vivement Norbert Franz et Frank Wilhelm pour leurs précieux conseils et suggestions lors de la rédaction de cet article. L’auteur remercie aussi chaleureusement sa collègue Jeanne E. Glesener pour avoir revu la version finale du texte. Certaines parties de cette contribution sont basées sur sa thèse doctorale The creation of medieval history in Luxembourg, Université d’Édimbourg, 2008 dont une version remaniée a été publiée comme : P. Péporté, Constructing the Middle Ages. Historiography, Collective Memory and Nation Building in Luxembourg, Leyde et Boston, Brill, 2011.

2 J.-C. Muller (dir.), De l’État à la Nation : 1839, 1989. 150 Joer onofhängeg : catalogue de l’exposition organisée à l’occasion du 150e anniversaire de l’Indépendance du Grand-Duché de Luxembourg : 19 avril-20 août, Luxembourg, Ministère d’État, 1989 ; D. Spizzo, La nation luxembourgeoise : genèse et structure d’une identité, Paris, CIEMI, L’Harmattan, 1995.

3 A. Calmes, Naissance et débuts du Grand-Duché : 1814-1830 : le Grand-Duché de Luxembourg dans le Royaume des Pays-Bas in id. Histoire contemporaine du Grand-Duché de Luxembourg, vol. 1, Luxembourg, Édition Universelle, 1971.

4 Voir : G. Trausch, « La stratégie du faible. Le Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale (1914-1919) », in G. Trausch (dir.), Le rôle et la place des petits pays en Europe au XXe siècle, Baden-Baden et Bruxelles, 2005, Publications du groupe de liaison des professeurs d’histoire contemporaine auprès des communautés européennes 6, p. 117-139.

5 J. Ensch, « Les courants migratoires de la ville de Luxembourg vers Paris et la France », in H. Wehenkel (dir.), Luxembourg – Paris – Luxembourg 1871. Migrations au temps de la Commune. Études d’histoire économique et sociale accompagnant l’exposition, Publications scientifiques du Musée d’Histoire de la Ville de Luxembourg, Luxembourg, 2001, p. 46.

6 J. Faber, Der Luxemburger in Paris, was er ist und was er sein könnte, Luxembourg, Brück, 1882, p. 5 ; voir aussi les estimations du typographe François Martin citées dans H. Wehenkel, « Le Tour de France d’un typographe luxembourgeois », in H. Wehenkel, op. cit., p. 82-84. D. Scuto, « Les Luxembourgeois à Paris », in A. Reuter et D. Scuto, Itinéraires croisés. Luxembourgeois à l’étranger, étrangers au Luxembourg, Esch-sur-Alzette, le Phare, 1995, p. 144-147 ; A. Reuter, « Les luxembourgeois en France et à Paris (XIXe siècle) », Migrance, 2002, a. 20, no 1, p. 50-59.

7 D. Scuto, « Émigration et immigration au Luxembourg aux XIXe et XXe siècles », in A. Reuter et D. Scuto, op. cit., p. 24-28.

8 D. Scuto, « Les Luxembourgeois à Paris », in A. Reuter et D. Scuto, op. cit., p. 145.

9 Ibid., p. 145; in A. Reuter, op. cit., p. 50-59.

10 G. Goetzinger, « Les servantes luxembourgeoises à Bruxelles dans l’entre-deux-guerres », Sextant. Revue du Groupe interdisciplinaire d’Etudes sur les Femmes, 2001, no 15-16, p. 83-100 ; G. Goetzinger, « Des bonnes luxembourgeoises à Paris et à Bruxelles », in A. Reuter et J.-P. Ruiz (dir.), Retour de Babel : itinéraires, mémoires et citoyenneté, Éd. Retour de Babel, Luxembourg, 2007, p. 105-107 ; S. Kmec, « Da léiers de e bësschen Fransésich an d’Welt kennen… Sur les traces d’une domestique luxembourgeoise à Bruxelles et Paris », in C. D. Conter et N. Sahl (dir.), Aufbrüche und Vermittlungen. Beiträge zur Luxemburger und europäischen Literatur – und Kulturgeschichte, Bielefeld, Aisthesis Verlag, 2010, p. 63-83.

11 « Pour beaucoup de Luxembourgeois, femmes et hommes, les années passées à Paris ou en France sont celles de leur jeunesse, celles d’une certaine liberté – et en dépit de toutes les difficultés endurées –, celles également d’une participation à un art de vivre, dont se nourriront leurs souvenirs leur vie durant. » A. Reuter, op. cit., p. 59.

12 H. Gaidoz, « Le Grand-Duché de Luxembourg : Son histoire, ses institutions, ses traditions », La Nouvelle Revue, septembre-octobre 1890, no 66, 3e livraison, p. 587 ; K. A. Schierenberg, « Die deutsch-französische Auseinandersetzung und die Luxemburger Frage dargestellt vor allem an der Luxemburger Angelegenheit des Jahres 1867 », Publications de la Section historique de l ´ Institut grand-ducal de Luxembourg, Luxembourg, Institut grand-ducal de Luxembourg, 1933, no 55, p. 247.

13 Pour les Luxembourgeois ayant participé à la Commune de Paris, voir H. Wehenkel, Luxembourg – Paris – Luxembourg 1871 : migrations au temps de la Commune, Luxembourg, Musée d’histoire de la Ville de Luxembourg, 2001.

14 L. Blau, Histoire de l’extrême-droite au Grand-Duché de Luxembourg au XXe siècle, Esch-sur-Alzette, Le Phare, 1998, p. 205 ; D. Scuto, « Législation sur la nationalité et langue luxembourgeoise. Réflexions sur un (non-)sujet historique », in C D. Conter et N. Sahl (dir.), op. cit., p. 195.

15 Voir P. Péporté, S. Kmec, B. Majerus et M. Margue, Inventing Luxembourg. Representations of the Past, Space and Language from the Nineteenth to the Twenty-First Century, Leyde et Boston, Brill, 2010.

16 C. Huberty, « La vie politique du XIXe siècle dans l’historiographie : bilan et perspectives », Hémecht, 2006, no 58, p. 549-561. On remarquera que pour l’historiographie belge, les années de la révolution se limitent à 1830-31 ; dans la tradition luxembourgeoise elle dure jusqu’à 1839, car ce n’est qu’à ce moment-là que le roi grand-duc Guillaume 1er accepta le partage de Luxembourg.

17 Voir P. Péporté, S. Kmec, B. Majerus et M. Margue, op. cit., chapitre 6.

18 Mémorial législatif et administratif du Grand-Duché de Luxembourg, 1841, no 18, p. 114. Voir aussi : A. de Jonghe, De Taalpolitiek van Koning Willem I in de zuidelijke Nederlanden (1814-1830). De Genesis der Taalbesluiten en hun toepassing, Bruxelles, Uitgeverij Steenlandt, 1943, p. 180-181, p. 414 et p. 419 ; G. Janssens et K. Steyaert, Het onderwijs van het Nederlands in de Waalse provincies en Luxemburg onder koning Willem I (1814-1830) : Niets meer dan een boon in een brouwketel ?, Bruxelles, VUB Press, 2008, p. 171-172.

19 Voir G. Trausch, « Deutschland und Luxemburg vom Wiener Kongreß bis zum heutigen Tage. Die Geschichte einer Entfremdung », in G. Trausch (dir.), Du particularisme à la Nation. Vom Sonderbewußtsein zur Nation. Essais sur l’histoire du Luxembourg de la fin de l’Ancien Régime à la Seconde Guerre mondiale, Luxembourg, Saint-Paul, 1989, p. 340 ; H. Maks, « Zur Interdependenz innen – und außenpolitischer Faktoren in Bismarcks Politik in der luxemburgischen Frage 1866/67 », Francia, 1997, a. 24, no 3, p. 96-97.

20 H. Wehenkel, « Quelques compléments à l’histoire nationale du Grand-Duché de Luxembourg », Cahiers marxistes, 1996, no 201, p. 155– 157.

21 C. Schaack, 1792-1815. Les Luxembourgeois soldats de la France, 2 vols., Luxembourg, Publications de la Section Historique de l’Institut G.-D. de Luxembourg 1909 et 1910, LVII et LVIII.

22 H. Wehenkel, « Le Tour de France d’un typographe luxembourgeois », in H. Wehenkel (dir.), Luxembourg – Paris – Luxembourg 1871, op. cit., p. 87.

23 C. Huberty, « Guillaume II, Roi des Pays-Bas et Grand-Duc de Luxembourg (1840– 1849). Construction et évolution d’un lieu de mémoire », Hémecht, 2006, no 58, p. 107-118.

24 Pour ce qui suit voir : H. Wehenkel, « La Commune de Paris », in S. Kmec et P. Péporté (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg. vol. 2 : Jeux d’échelles, Luxembourg, Saint-Paul (à paraître).

25 G. Fittbogen, « Der luxemburgische Dichter und Politiker Karl Théodore André », Jong-Hémecht : Blätter für heimatliches Schrift – und Volkstum, 1938, no 12, p. 258-264 ; 1939, no 13, p. 7-15 ; 1939, no 13, p. 66-71.

26 Norbert Metz est un exemple parfait pour illustrer cette tendance. Après des études en Belgique et à Paris, il célèbre la culture française, mais pendant la crise de 1866 il préfère politiquement la Prusse à la France pour des raisons purement financières. J. Mersch, « Jean-Joseph-Norbert Metz, le Centralien, souple comme l’acier », Biographie nationale, no 12, Luxembourg, Buck, 1963, p. 513 et 516. Voir aussi D. Spizzo, op. cit., p. 234.

27 Pour la biographie de Paul Eyschen, voir : J. Mersch, « Paul Eyschen, 1841-1915 », Biographie Nationale, no 5, Luxembourg, Buck, 1953, p. 91-153. Pour une interprétation différente, voir : M. Noppeney, « Paul Eyschen entre la France et l’Allemagne », in ibid., p. 235-241. Noppeney croyait qu’Eyschen était aussi plutôt francophile que germanophile.

28 Je remercie Frank Wilhelm pour ce renseignement.

29 À eux s’opposaient toujours des gauchistes germanophiles, comme le député socialiste Michel Welter. Voir D. Spizzo, op. cit., p. 280.

30 F. Wilhelm, Dictionnaire de la francophonie luxembourgeoise : suivi d’une anthologie d’auteurs francophones luxembourgeois contemporains, Wien, Institut für Romanistik der Universität Wien, Pécs : Département de français de l’Université Janus Pannonius, 1999, p. 138-140.

31 H. Wehenkel, « La Commune de Paris », art. cit.

32 V. Diederich, Alliance française. Amitiés françaises. 1905-1945-1985, Luxembourg, Éd. des Amitiés françaises, 1987, p. 15-18 ; H. Koch-Kent, « Marcel Noppeney, champion de la langue française, compagnon de la mort au cours de deux guerres mondiales », Les Pages de la S. E. L. F., 1966, no 13, p. 63. En 1934 naît une deuxième association, qui regroupait de nombreux francophiles, la S. E. L. F. (Société des Écrivains Luxembourgeois de la langue française). Voir : A. Funck, « Mes rencontres avec Marcel Noppeney », in Les Pages de la S. E. L. F., op. cit., p. 24.

33 F. Wilhelm, « Palgen, Paul », in G. Germaine et C. D. Conter (dir.), Luxemburger Autorenlexikon, Mersch, Centre National de Littérature, 2007, p. 464-465.

34 G. Goetzinger, « Floréal : eine Fallstudie zur literarischen Öffentlichkeit in Luxemburg », in Clierwer Literaturdeeg 1985, Luxembourg, Ministère des affaires culturelles, 1985, p. 56-63.

35 Voir aussi : D. Scuto, « Législation sur la nationalité et langue luxembourgeoise. Réflexions sur un (non-)sujet historique », op. cit., p. 192-194.

36 B. Weber, « Ueber Mischkultur in Luxemburg », Beilage der Münchner Neuesten Nachrichten, 20 janvier 1909, p. 121-124. Voir aussi C. D. Conter, « Mischkultur », in S. Kmec, B. Majerus, M. Margue et P. Péporté (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg. vol. 1 : Usages du passé et construction nationale, Luxembourg, Saint-Paul, 2007, p. 23-28.

37 La même année, Nicolas Ries développe l’idée dans son Essai d’une psychologie de la race luxembourgeoise par la perspective de l’ethnologie ; Ries était lui-aussi un homme de gauche qui adoptait une attitude francophile. N. Ries, Essai d’une psychologie du people luxembourgeois, Diekirch, J. Schroell, 1911.

38 W. Prevenier, « Pirenne à Gand », in F. Bierlaire et J.-L. Kupper (dir.), Henri Pirenne. De la cité de Liège à la ville de Gand, Liège, Université de Liège, 1987, p. 32-34 ; J. Tollebeek, « At the crossroads of nationalism : Huizinga, Pirenne and the Low Countries in Europe », European Review of History : Revue europeenne d’histoire, 2010, no 17, p. 187-215, et p. 189 en particulier.

39 Voir aussi : P. Péporté, « Das Jahr 1919 als Wendepunkt für Politik, Kultur und Identitäts-Diskurs im Großherzogtum Luxemburg » (à paraître).

40 C. Calmes, 1919. L’étrange référendum du 28 septembre (Histoire contemporaine du Grand-Duché de Luxembourg XI), Luxembourg, Saint-Paul, 1979 ; B. Fayot, Les quatre référendums du Grand-Duché de Luxembourg : essai, Luxembourg, Éd. de la Petite Amérique, 2006.

41 Pour la situation au Luxembourg pendant la Première Guerre mondiale, voir surtout : G. Trausch, « La stratégie du faible », art. cit.

42 B. Majerus, « Gëlle Fra », in S. Kmec, B. Majerus, M. Margue et P. Péporté (dir.), Lieux de mémoire au Luxembourg, op. cit. p. 291-296 ; J. Dollar, Les Luxembourgeois et la France de Poincaré à Pompidou, Luxembourg, Saint-Paul, 1973, p. 70-76.

43 Pour ce qui suit, voir aussi P. Péporté, Constructing the Middle Ages. Historiography, op. cit., chapitre 5.

44 Pour la biographie détaillée de Jean de Bohême, voir : R. Cazelles, Jean l’Aveugle. Comte de Luxembourg, Roi de Bohême, Bourges, Tardy, 1947 ; M. Margue et J. Schroeder (dir.), Un itinéraire européen. Jean l’Aveugle, comte de Luxembourg, roi de Bohême. 1296-1346, Bruxelles, Crédit communal, Lëtzebuerg, CLUDEM, 1996.

45 M. Margue, « Jean de Luxembourg, prince idéal et chevalier parfait : Aux origines d’un mythe », Mediaevalia Historica Bohemica, 1998, no 5, p. 11-26.

46 Cette mort « héroïque » devint un motif littéraire et artistique important, qui inspira les poèmes de Nicolas Welter et les tableaux de Nicolas Liez et Michel Sinner.

47 Le langage d’un texte luxembourgeois publié en 1870 fait exception ; Jean y est « tombé à la bataille de Crécy en combattant pour la chevaleresque et magnanime France ». Comité de l’Association du roi Jean, Erection d’un Mausolée Jean l’Aveugle, Luxembourg, Pierre Bruck, 1870, p. 5. Mais on doit ajouter que ce texte a probablement été écrit sous l’impression de la guerre franco-allemande.

48 T. de Puymaigre, « Jean l’Aveugle en France », Revue des questions historiques, 1892, no 52, p. 391-452. Voir aussi T. de Puymaigre, « Une campagne de Jean de Luxembourg, roi de Bohême », Revue des questions historiques, 1887, no 42, p. 168-180.

49 Ibid., p. 396.

50 Ibid., p. 406.

51 A. Lefort, « La Maison Française de Luxembourg », Ons Hémecht, 1900, no 6, p. 356-366, p. 417-427, p. 456-468, p. 506-514, p. 562-568 ; Ons Hémecht, 1901, no 7, p. 36-46, p. 60-70, p. 104-117, p. 159-171, p. 272-281, p. 310-330, p. 373-389, p. 439-456, p. 504-520, p. 537-554, p. 611-621.

52 « Séance du 23 octobre », Comptes rendus des séances de l’année 1901. Académie des inscriptions et belles-lettres, 1901, a. 45, no 5, p. 637-638. Le médiéviste Jules Lair joignit peu après le projet de Léger, voilà pourquoi les deux noms figurent en premier lieu sur l’arrière du monument. Voir G. Perrot, « Notice sur la vie et les travaux de M. Jules-Auguste Lair », Comptes rendus des séances de l’année 1907. Académie des inscriptions et belles-lettres, 1907, a. 51, no 11, p. 736-737.

53 Voir aussi : Jacques Maas, « Johann der Blinde, emblematische Heldengestalt des luxemburgischen Nationalbewußtseins im 19. und 20. Jahrhundert », in M. Pauly (dir.), Johann der Blinde. Graf von Luxemburg, König von Böhmen. 1296-1346. Tagungsband der 9es Journées lotharingiennes. 22. -26. Oktober 1996. Centre Universitaire de Luxembourg, Publications de la Section Historique de l’Institut grand-ducal 115 ; Publications du CLUDEM 14, Luxembourg, Institut grand-ducal, 1997, p. 613.

54 Archives de la Section Historique de l’Institut grand-ducal (ASHL) 16,6 Sitzungsprotokolle VIII, 1868-1902, rapport du 18 mars 1902 ; SHL 16,6 Sitzungsprotokolle VIII, 1868-1902, rapport du 12 juin 1902.

55 D. G. Troyansky, « Monumental Politics: National History and Local Memory in French Monuments aux Morts in the Department of the Aisne since 1870 », French Historical Studies, 1987, no 15, p. 124.

56 C. Normand, « L’inauguration du monument de Jean de Luxembourg. La Croix de Bohême près Crécy. Récit d’un témoin », L’ami des Monuments et des Arts, 1905, a. 19, no 110-111, p. 337-352, p. 346.

57 Ibid., p. 348.

58 Inauguration du monument de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, à Crécy-en-Pontieu. Compte rendu et discours, Abbeville, Lafosse, 1905, p. 28.

59 A. Diderrich, op. cit., p. 2.

60 L. Koenig, Pro Patria ! Drama an 3 Akten vum Siggy vu Letzebuerg, Luxembourg, Worré-Mertens, 1927, p. 32.

61 G. Hellinghausen, « Naissance et baptême du Prince Jean (1921) », Hémecht, 1991, no 43, p. 187.

62 Cité par A. Herchen, Manuel d’histoire nationale, Luxembourg, Soupert, 1934, p. 205, n. 2.

Auteur

A étudié à Edimbourg, où il a soutenu sa thèse de doctorat en 2008. Il travaille depuis comme chercheur à l’université du Luxembourg. Ses domaines de recherche sont l’histoire politique et culturelle du XIVe et XVe siècles, les représentations du Moyen Âge du XVIe au XXIe siècle et la construction nationale à Luxembourg. Il a coédité deux volumes consacrés aux lieux de mémoire au Luxembourg (Luxembourg, Saint-Paul, 2007 et 2011) ; il est en outre co-auteur du livre Inventing Luxembourg. Representations of the Past, Space and Language from the Nineteenth to the Twenty-First Century (Leyde, Brill, 2010). Il vient de publier un livre issu de sa thèse de doctorat sous le titre Constructing the Middle Ages. Historiography, Collective Memory and Nation-Building in Luxembourg (Leyde, Brill, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search