Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Conclusion générale. La femme entre auteurs et lecteurs

Texte intégral

1Les canards ont eu une longue postérité, tout en maintenant leurs caractéristiques principales, jusqu’au XIXe siècle. Cependant, ils n’ont jamais récupéré la notoriété atteinte dans les années 1600-1620, moment où la Réforme catholique et le renforcement du rôle de la justice ont laissé des marques indélébiles sur leurs pages. Thermomètres sociaux, ces occasionnels se servaient de la rumeur, des affaires les plus discutées du moment, pour créer leurs narrations ; en outre, ils participaient à la construction de l’opinion publique. Par la suite, face à l’évolution de la presse périodique, ni la quantité de titres imprimés ni l’appel au public n’ont été maintenus, éclipsant ce genre de publication.

2La femme joue un rôle essentiel dans les canards criminels, les récits les plus pitoyables, tragiques et sanguinaires. Effet d’une misogynie exacerbée, ainsi que des inquiétudes propres à une époque, cette mise en place reflète le problème central de la hiérarchisation des genres, exposé par les canardiers durant presque un siècle de publications analysées. La femme est dépourvue de privilèges, puisqu’elle est un être jugé inférieur qui ne peut s’élever qu’en fonction du mari. Elle apparaît, cependant, comme une menace face aux structures établies, un péril que l’homme abrite chez lui.

3L’image de la femme cruelle n’est évidemment pas une création des canardiers, qui héritent du répertoire fourni par l’imaginaire. Toutefois, ils renforcent cette image à travers la narration continue de cas contemporains qui montrent les innombrables défauts féminins, en développant la nécessité de la maintenir sous contrôle. La diabolisation de la femme atteint alors une nouvelle étape, où les anciens préjugés contre le féminin sont diffusés à une large audience par les imprimés d’accès facile, qui annoncent les derniers scandales au côté des prodiges. La femme cruelle n’est plus un exemple de l’Antiquité classique ou un objet théorique : elle est réelle et se trouve partout.

4La conjoncture intensifie la production, attentive aux nouveautés. Ainsi, parallèlement à l’augmentation des cas d’infanticide portés au parlement de Paris, le meurtre devient le délit le plus souvent attribué aux femmes dans les occasionnels ; du côté masculin, le vol conserve la préférence des auteurs. Les pics dans l’édition des canards en 1617 montrent bien le caractère actuel de ces publications, qui profitent de la chute du marquis et de la marquise d’Ancre.

5Dans l’univers des occasionnels, la femme est définie par sa relation avec le monde masculin. Les crimes passionnels sont donc privilégiés, surchargeant les caractéristiques néfastes féminines afin de produire un modèle de femme idéale fondé sur l’obéissance. Celles qui se rebellent contre l’autorité masculine – à travers l’insoumission, les relations interdites ou les attaques contre le sacré – sont vues comme une conséquence directe des mœurs viciées du temps, mœurs qui affectent naturellement plus la femme que l’homme. Les peurs masculines transmises par la littérature sont ainsi ajoutées au renforcement moral mis en marche au début du XVIIe siècle, contribuant à la culpabilisation de la femme. Même si le monde masculin présente des vices, il est établi que les mâles pèchent parce que la tentation féminine est trop grande. Il faut corriger la femme, car c’est seulement de cette manière que l’homme peut suivre le chemin de la plénitude.

6Traduisant les nouvelles aspirations religieuses et sociales, accompagnées de l’avancée progressive de la civilisation des mœurs, les canards attribuent un rôle spécifique à la femme dans le cercle familial et, par extension, dans la société. Appuyés sur les réalités judiciaires, ou plutôt façonnés inconsciemment par elles, ils annoncent un seul modèle possible, réitéré continuellement en appelant à l’obéissance féminine : celui de l’épouse et de la mère soumise.

7Les auteurs étant nombreux, comme le montrent les différences de style des récits, leurs réflexions ne sont pas toujours identiques, quoiqu’ils suivent un même modèle dogmatique. Les positionnements par rapport à la femme oscillent entre une misogynie acharnée et une relative bienveillance, bien que condescendante – en fin de compte, les femmes doivent être protégées d’elles-mêmes. Une peur sous-jacente du féminin est néanmoins partagée par tous ces écrivains.

  • 1 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable, d’une femme de Cahors en Quercy pres Montaubant, qu (...)

8Une vision du monde masculine est donc évidente dans les canards, mais rien ne permet d’assurer qu’il n’y a pas eu des occasionnels écrits par des femmes. Cependant, leur accès limité au marché éditorial créé de grands doutes. Une femme de lettres telle que Marie Le Jars de Gournay n’était pas vouée à cette littérature, alors vue comme mineure. Ces textes rendent évidente la mentalité masculine de leurs auteurs même s’ils sont prétendument écrits par une femme qui raconte ses délits. Manière de renforcer la soumission féminine, l’héroïne qui relate elle-même ses fautes expose alors ses erreurs prétendument de première main et, plus important, ses remords et son obéissance à la hiérarchie, à la justice et à Dieu. Marguerite, de Cahors-en-Quercy, après avoir tué ses enfants et son mari en raison de la brutalité de celui-ci, ne réaffirme-t-elle pas à la fin la supériorité des hommes sur les femmes1 ?

  • 2 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 470.

9Les producteurs de ces discours normatifs peuvent ainsi être cernés : premièrement, il s’agit de mâles, principalement citadins, dont les textes montrent un fort intérêt pour la culture classique ou pour les discussions théologiques. Le dialogue établi entre les canards et les Histoires tragiques, avec des emprunts mutuels, montre une base culturelle semblable, dont l’imagerie et la littérature inspirées de l’Antiquité fournissent des motifs. Des auteurs moins habiles ou aux besoins économiques pressants peuvent peut-être s’être dédiés à cette littérature à sensation, en restant anonymes à part quelques rares exceptions, comme Christofle de Bordeaux. Si des échos de Rosset et de Camus sont présents dans de nombreux canards, ces deux auteurs rédigent, quant à eux, des histoires dans une prose mieux élaborée, où les aspects narratifs sont favorisés par rapport à la nouveauté des événements, élément premier des canards. Mais ces derniers n’étaient pas seulement un objet d’inspiration pour des histoires exploitant un fonds thématique semblable ; leur influence peut être observé dans l’œuvre d’Ambroise Paré, par exemple, qui cite des monstres décrits dans les occasionnels2.

10Le fonds intellectuel des canards, imprégné d’une misogynie exacerbée, révèle, en outre, une vision des femmes d’origine essentiellement cléricale. Leurs auteurs étaient donc vraisemblablement en grande partie des clercs, ou du moins des étudiants en théologie. Leur catholicisme est exalté, avec des attaques constantes contre la religion réformée et la réaffirmation incessante des dogmes de l’Église, comme l’intercession des saints, face au protestantisme. Ce n’est donc pas surprenant que l’explosion des canards se situe au début du XVIIe siècle, lors de la montée de la Réforme catholique, dont l’évêque de Bellay s’érige en représentant naturel – de la même façon, le déclin des canards coïncide avec le moment où Camus cesse d’être à la mode, vers 1640. Les textes entrecroisent les modèles prêchés par l’Église réformée et les aspirations bourgeoises (celles des couches citadines non aristocratiques et non populaires), partagées par L’Estoile : la moralisation étendue à l’ensemble du corps social, la répression des désirs sexuels, la fin des privilèges (le péché n’est-il pas essentiellement développé parmi les nobles ?).

11Les aspects moralisateurs et culpabilisateurs sont amplifiés quand les canards racontent les actions féminines, renforçant la distinction sociale des genres à travers l’établissement de conduites spécifiques pour les jeunes filles et les gentilshommes. Parallèlement à la consolidation légale de la subordination filiale – notamment à travers l’interdiction des mariages clandestins et le renforcement de l’autorité paternelle avec le code Michau en 1629 – et, spécifiquement, féminine – l’édit contre le recel de grossesse produit un nombre beaucoup plus élevé de femmes condamnées par le parlement de Paris comme infanticides que comme sorcières –, les canards sont influencés par le climat disciplinaire après le concile de Trente. Leurs pages annoncent un changement progressif des mœurs, exposant le développement du pouvoir masculin à travers un langage spécifique.

12En étant un des nombreux instruments d’inculcation de nouvelles conduites sous l’Ancien Régime, les occasionnels contribuent à façonner les mœurs et la pensée. La morale catholique bourgeoise est victorieuse dans ces textes et conduit à justifier l’enfermement de la femme, qui ne réussira cependant pleinement qu’au XIXe siècle. Les effets de cette réforme morale seront pourtant pérennes, comme l’atteste l’incapacité juridique de la femme, perdurant jusqu’au début du XXe siècle. Obéissance, servilité, résignation : les attitudes à adopter selon les canards ont peu à peu été assimilées, car la hiérarchie des genres ainsi imposée interdit toute modification.

  • 3 Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au XVIe siècle : la religion de Rabelais, Paris, A. Mic (...)

13De tels modèles de comportement, réitérés systématiquement, reçoivent un accueil favorable qui perpétue la violence symbolique contre la femme. Comme Lucien Febvre l’affirme dans son analyse classique, tant l’époque que le milieu social sont des contraintes dans la formation individuelle3. Pour saisir comment sa morale peut triompher, il faut comprendre le canard dans la relation entre l’auteur et le lecteur. Les narrations supposent une complicité, sans laquelle la diffusion des modèles de comportement ne pourrait pas s’accomplir.

14Imprimés dans un matériau bon marché, ces textes ne sont pas destinés à intégrer les bibliothèques comportant des livres aux reliures soignées. Il s’agit d’une littérature éphémère, tant par son prix peu élevé que par la référence à des événements ponctuels. Compris comme une curiosité, le canard est, en principe, adressé à un large public qui se révèle pourtant assez spécifique dans le contexte du temps, compte tenu des capacités de lecture requises pour sa compréhension. Au-delà de l’alphabétisation, ces textes demandent des références intellectuelles difficilement accessibles à la population la plus humble. Ce qui, évidemment, n’empêche pas leur lecture au premier degré : avant d’être des écrits, plusieurs canards sont des faits divers diffusés de bouche à oreille ; imprimés, ils sont vendus à la criée par les colporteurs dans les villes. Leur connaissance ne peut, de ce fait, nullement être réduite aux acheteurs, à la différence du modèle rhétorique utilisé.

15Le public visé est en principe un produit des mêmes mécanismes que celui ayant créé les auteurs : citadin, habitant surtout une des grandes villes d’impression de la période analysée – notamment Paris et Lyon –, sympathisant de la moralisation en marche et qui s’identifiait avec les modèles proposés. Il n’est pas composé, du moins dans sa majorité, par le menu peuple, privé de l’alphabétisation, ni par ceux des nobles qui cherchaient progressivement à s’éloigner des classes populaires, car le style cru de beaucoup de canards pouvait les choquer. Le canard est donc plutôt destiné à un public intermédiaire, composé surtout par la bourgeoisie et par la petite noblesse.

16Pierre de L’Estoile se révèle un témoin sans pareil du public lecteur de ces œuvres. Bien qu’elles ne puissent être élargies à l’ensemble du lectorat, ses observations tenaces montrent une vision du monde propre à une classe. Les remarques laissées dans ses journaux attestent de l’attention particulière accordée aux faits divers arrivés quotidiennement dans la ville de Paris, et témoignent d’une écoute attentive à la rumeur sur les prisons et les exécutions, les adultères, la famine lors du siège de la ville, les débats politiques et religieux : des exemples fondés sur la réalité et servant de matière première pour les récits. Les canards rapportant ces faits divers étaient recherchés avec avidité par le mémorialiste qui se définissait comme un collectionneur de « drôleries ». Comparées avec ses informations antérieures, ainsi qu’avec d’autres canards semblables, L’Estoile les lisait avec scepticisme ou crédulité, mais il recherchait toujours ces « bagatelles » avec un intérêt avide. Cette attirance répond directement à l’objectif premier du canard : satisfaire la curiosité du lecteur pour les nouvelles, même quand elles n’en étaient pas vraiment.

17Un texte implique nécessairement de multiples options de lecture, cohérentes avec la mentalité de chaque lecteur. Il peut être fortement imprégné d’un sens conféré par son créateur, mais la lecture peut finalement lui en donner un autre, variable selon les lecteurs. En dépit des expériences communes d’âge, de classe ou de formation partagées par un groupe de lecteurs auxquels le discours est destiné, la liberté individuelle de chacun triomphe dans l’acte solitaire de lecture. Véritable médiation entre deux mondes, celui des auteurs assimilés au clergé et à la sensibilité baroque et celui des lecteurs composés par une certaine bourgeoisie urbaine, les canards offrent une vision des drames d’une époque, surtout des drames provoqués et vécus par les femmes. Imprégnés d’une intention disciplinaire, ces occasionnels très simples dans leur forme ont de grandes ambitions. Ils laissent, pourtant, toujours de l’espace à une nouvelle lecture, parfois inspirée par la transgression. Lui accorder une nature criminelle, violente, sanguinaire, ne manque pas d’être une manière d’individualiser la femme dans la société, en contradiction avec les idéaux « bourgeois » qui prêchent la transformation de l’ensemble féminin en une masse indifférenciée d’épouses et de filles dociles.

18Les tentations dévoilées à la femme dans les canards ne sont pas différentes de celles qui existent dans le quotidien et se révèlent au cours d’un mariage malheureux, face à un mari abusif ou négligent, à cause du scandale résultant de la naissance d’un enfant hors mariage, surtout si la mère occupe une position sociale élevée. Mais de la même manière que les tentations sont partout, la vigilance l’est aussi ; la vigilance humaine et, plus encore, divine. La leçon laissée par les canards est qu’aucun crime n’échappe à la punition. Les châtiments des criminelles sont détaillés, exposant surtout leurs regrets ainsi qu’une exhortation à adopter un comportement modeste et docile, en obéissant aux normes sociales, aux hiérarchies et à Dieu. Beaucoup plus que leurs souhaits, leurs angoisses et leur vision du monde, c’est tout ce que les femmes devraient être que trouve le lecteur dans ces textes à la fois sanglants et disciplinaires.

Notes

1 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable, d’une femme de Cahors en Quercy pres Montaubant, qui desesperée pour le mauvais gouvernement et menage de son mary, et pour ne pouvoir apaiser la famine insuportable de sa famille, massacra inhumainement ses deux petis enffans. Et consecutivement sondict mary, pour lesquelz Meurdres, elle fut executée à mort par ordonance de justice le 5e jour de feburier mil v. c. iiijxx trois dernier passé. Avec la Remontrance qu’elle fit publiquement, au dernier suplice, sur le devoir des hommes mariez, envers leurs Femmes et enffans, s. l., suivant la copie imprimée à Thelouze, s. n., d’après la copie de J. Columbier, 1583 (BNF).

2 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 470.

3 Lucien Febvre, Le Problème de l’incroyance au XVIe siècle : la religion de Rabelais, Paris, A. Michel, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search