Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Chapitre V. La femme, le monstrueux et le diable

Texte intégral

1La menace féminine prend de multiples formes dans l’univers des canards : infanticides, parricides, adultères, les femmes y sont réputées capables des pires crimes. En effet, l’apogée de la misogynie à l’époque moderne coïncide avec l’acmé de la publication de ces occasionnels, suivi ensuite par son lent recul. Les nombreux vices féminins révèlent alors une essence négative du genre qui, d’après des auteurs diffuseurs et prescripteurs de normes rigides de comportement, doit être constamment surveillé.

  • 1 Sur les âges des personnages voir le chapitre ii, « Les fautives et criminelles en chiffres », p.  (...)
  • 2 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du XVe au XV (...)

2Cette essence négative du féminin, alimentée par la longue tradition misogyne chrétienne, est explorée dans la construction de personnages qui, pour la plupart, représentent des couches aisées de la société. Les auteurs se demandent où se trouve la modestie des filles, qui en dépit d’une éducation distinguée se livrent à la luxure aussitôt qu’elles entrent dans l’adolescence. Les chiffres l’indiquent, plus de la moitié des protagonistes féminins des canards sont jeunes, ayant au maximum vingt et un ans1. Époque des pires conflits personnels2, c’est le moment où elles deviennent les proies de fausses promesses de mariage et se livrent au péché charnel, ou encore celui où elles subissent les excès de l’autorité paternelle.

  • 3 À ce propos voir Robert Muchembled, op. cit, et du même auteur, Une Histoire de la violence, de la (...)
  • 4 François de Rosset, « Des Amours incestueuses d’un frere et d’une sœur, et de leur fin mal-heureus (...)

3Des études concernant des jeunes hommes à l’âge moderne ont vu le jour récemment3, alors que l’analyse est encore à faire pour les jeunes filles et se heurte à la rareté des sources sur le monde féminin, toujours associé à la monotonie domestique. Ce monde est, de plus, séparé de celui des garçons – séparation qui peut parfois être douloureuse, comme le montre le portrait idéalisé des beaux incestueux de la famille de Ravalet, d’après François de Rosset4. Le regard porté sur la femme est l’une des voies d’analyse possible de l’histoire des genres, pensée dans son caractère interrelationnel, afin de suppléer ce vide.

  • 5 Sur le sujet, voir Véronique Naboum-Grappe, « La Belle Femme » et Sarah F. Matthews Grieco, « Corp (...)

4Les critiques intenses des mauvaises mœurs féminines par les canardiers montrent que les jeunes femmes elles aussi se réinventent durant la période : plus audacieuses, plus soucieuses de leur corps, de leur apparence5 et de leur éducation (la demoiselle dissolue n’était-elle pas « l’éclat de son siècle » avant de rencontrer un amoureux ?). De la même façon, elles refusent de se soumettre à l’autorité ; si la loi les y oblige, leur cœur se rebelle et la réponse peut être violente. Les pères sont avertis, il ne faut pas marier les filles contre leur volonté, car le résultat pourrait être funeste.

5Les auteurs explorent une pédagogie de la peur à travers des exemples négatifs et la preuve que nul vice n’échappe au châtiment. Ils participent ainsi indirectement à la préparation des jeunes femmes aux rôles qui leur sont attribués dans la société : obéissantes aux parents, vertueuses, chastes, épouses résignées à leur sort. Elles ne peuvent que difficilement être pensées en dehors de leurs rapports avec le monde masculin, et c’est celui-ci qui est attaqué si leur honneur est mis en cause.

6Les femmes contestent pourtant la tutelle masculine dans ces textes, sans se rebeller directement contre elle. Elles emploient les ruses féminines : la dissimulation, la sexualité et le mensonge. Plus touchée par le Mal – fille d’Ève, elle ne peut renier sa nature –, la femme se confond parfois avec lui, utilisant son corps possédé pour séduire les hommes. Face à la tentation, les protagonistes des canards ne sont pas toujours entraînées au péché, mais elles le cherchent et se donnent librement au diable ou à ses manifestations : les monstres, la sorcellerie, l’attaque contre le sacré.

  • 6 Arlette Farge et Natalie Zemon Davis, « Introduction », in Histoire des femmes…, op. cit., p. 12.

7La littérature des rues présente un monde dans lequel des fillettes deviennent femmes, des amours naissent et finissent, mais aussi un monde où on se rebelle contre la religion et où on prend plaisir à répandre le sang. L’influence des discours sur les manières de se comporter6 ne peut pourtant être uniquement comprise comme l’acceptation tacite des modèles prêchés. Si les héroïnes tragiques des occasionnels sont l’exception, comme l’attestent les registres judiciaires, elles peuvent toutefois fournir une autre option que la norme pour les lectrices (en incluant aussi les lectrices de deuxième main, celles qui, dépourvues des moyens économiques et des instruments de lecture, ne peuvent qu’écouter la lecture d’autrui). Un choix tragique, bien sûr, mais en conformité avec le sentiment baroque de l’époque.

Des monstres et des femmes

  • 7 Ambroise Paré, Œuvres Complètes, Genève, Slatkine, 1970, vol. I, p. 39 et sq.
  • 8 Laurent Joubert, La Première et seconde partie des erreurs populaires et propos vulgaires touchant (...)
  • 9 François Rabelais, Tiers Livre des faictz et dictz Heroïques du noble Pantagruel, Paris, C. Wechel (...)

8L’imaginaire sur la femme est encore traversé par des préjugés anciens dans la première modernité. L’héritage aristotélicien revu par Thomas d’Aquin concernant la théorie des humeurs a donné forme à la pensée médicale de la période et influencé une légion d’écrivains, dans différents domaines, qui ont utilisé ces raisonnements pour justifier l’infériorité de la femme. On voit ainsi des discours concernant la supériorité du chaud et sec sur le froid et humide comme explication d’une faible constitution féminine, comme le montre Ambroise Paré7. Laurent Joubert, pour sa part, réaffirme aussi le dogme aristotélicien de la femme comme mâle défectueux8, dont l’anatomie inversée par rapport à l’homme ne peut indiquer qu’une infériorité physique. Les canardiers s’interrogent aussi sur la place de la femme dans la Création, écho du célèbre passage de Rabelais9 :

  • 10 Discours tragicque et lamentable de la cruauté inhumaine d’une femme vefve, laquelle estant remonst (...)

« Et comme dit Platon en son livre des animaux, tant raisonnables qu’irraisonnables, que la femme n’est pas autre chose qu’un Androgine, pour donner milles ennuis à l’homme, et mesmes ledit Platon en ses escrits dit, qui est un des premiers personnages du monde : Il doute en quel rang il doibt mettre la femme, c’est à sçavoir au rang des bestes raisonnables ou irraisonnables : car par la femme le premier peché est mis au monde, et outre que par plusieurs femmes on void advenir plusieurs guerres et dissentions, mesme de nostre temps, comme on a veu depuis cinquante ans en ça10. »

9L’auteur ne considère pas la femme comme seulement coupable des dissensions familiales, elle est aussi responsable des disgrâces générales affectant le royaume. La femme se constitue comme une entité négative suite à l’absence des propriétés masculines. Son infériorité physique acquiert une extension morale : elle est incomplète et ne peut qu’être destinée au péché ; il faut que le monde masculin la contrôle. La supériorité masculine est ainsi évidente, et les canardiers ne perdent pas leur temps à la discuter.

  • 11 Jean Delumeau rapporte 13 traités concernant la répression de la sorcellerie écrits entre 1320 et (...)

10L’infériorité de la femme, par contre, est intensivement déclarée à partir de la théorie médicale conjuguée à des exemples concrets. Les divers manuels écrits avec l’objectif d’enseigner la vraie nature féminine rencontrent un terrain fertile dans la société de l’époque11. L’apparence de la femme atteste sa faiblesse et pâtit de l’ambigüité discursive : tantôt délicate, tantôt affaiblie, la femme se situe dans les récits entre la beauté louangée, produit de la vision néoplatonicienne, et la beauté comme piège, vestige de la vision médiévale.

11La diabolisation de la femme la rapproche autant des enfers que du monstrueux, et la transforme même parfois en animal. Des caractéristiques affreuses sont largement appliquées au féminin dans la littérature occasionnelle ; on les apparente à des vers, des sangsues, des vipères. Elles se trouvent aussi assimilées au fantastique : des basilics, des sirènes, des Érinyes, des hydres, des dragons. Ces références sont souvent chargées sexuellement, comme l’explique le mélange de luxure et d’horreur exprimé par un canardier qui évoque la volupté personnifiée par une femme monstrueuse :

  • 12 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourde (...)

« La volupté se peut fort conformement parangoner à ces Monstres, lesquels, au rapport de sainct Jean Chrysostome, ont jusques au nombril la semblance d’une femme belle au possible, doüee d’une naturelle blancheur, ses cheveux dorés, son front majestueux, ses joües le siege des Graces, se mammelles bien arrondies, sa poictrine blanche à l’esgal de l’allabastre : mais le reste du corps se termine en dragon : Si par l’attraict de ses yeux rians elle peut attirer quelque homme à foy, elle se sert dés aussi tost de ses mains crochues, comme un Grifon elle le deschire, le met en pieces, et le devore12. »

  • 13 Sur le sujet, voir Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, (...)
  • 14 Sur les femmes innocentes des canards à propos des monstres, voir le chapitre ii, « Les femmes non (...)

12Bien que les femmes soient rapprochées des monstres, cet univers n’offre pas une participation féminine très expressive dans les canards. Ceux-ci, en effet, ne se soucient pas beaucoup des récits touchant le sujet, bien qu’ils soient de plus en plus réclamés par les médecins et les chirurgiens13. Les vingt-cinq histoires citant des monstres, répertoriées entre 1574 et 1651, sont surtout concentrées dans la première décennie du XVIIe siècle. Parmi ces pièces, quatorze relatent une participation féminine (ces créatures impliquent presque toujours la présence d’une malheureuse qui leur a donné le jour), dont cinq présentent des femmes fautives14.

13Les textes concernant les vices féminins associent les monstres à des châtiments individuels, et non à l’annonce de malheurs bouleversants pour la société. Les prodiges présentés dénoncent des fautes restreintes à un groupe spécifique, les hérétiques, ou à une déviance individuelle, comme l’attachement antinaturel d’une femme pour un animal. Les monstres s’entremêlent ainsi à d’autres fautes, qui forment le caractère des protagonistes.

  • 15 Gail Kern Paster présente les justifications médicales des théoriciens de la période pour l’enfant (...)
  • 16 Histoire miraculeuse, Advenue dans la ville de Geneve, d’une femme qui à faict un veau, pour avoir (...)

14L’enfantement de créatures extraordinaires – les monstres proprement dits ou les bébés siamois –, n’est pas toujours attribué à une faute maternelle15, mais la femme peut en générer si elle offense Dieu. Les canards se mettent au service de la Réforme catholique quand, en 1609, ils présentent l’histoire d’une femme protestante qui entend des prières lors de son accouchement et s’indigne : « J’aymerois plustot mourir ou vrayement enfanter un veau que de permettre que l’oraison de saincte Marguerite fust dicte en mon intention16. » Le résultat ne pouvant être différent selon le narrateur, attentif à la vengeance divine contre les hérétiques, la femme donne effectivement le jour à un veau.

  • 17 Histoire nouvelle et facetieuse, de la femme d’un Tailleur d’habits de la ville de Lyon, demeurant (...)

15D’autre part, un enfantement extraordinaire est aussi la conséquence d’une faute féminine dans un texte de 1625 : après avoir volé une montre et l’avoir cachée dans ses parties intimes, la femme accouche de l’objet mécanique dans la prison17. Il s’agit pourtant d’une pièce plutôt destinée à amuser qu’à reprocher un comportement malhonnête. Le rire n’est pas de mise quand le monstre est le résultat d’un crime beaucoup plus grave que le vol. L’accointance entre un humain et un animal figure parmi les crimes les plus hideux, offensant l’ordre naturel.

La bestialité

16La bestialité fait l’objet d’une seule pièce, imprimée vers 1600, qui raconte l’accouplement d’une femme avec un singe. Narré à la troisième personne, le texte commence par une attaque contre l’adultère et la fornication, vices qui conduisent à toutes sortes de crimes. Hipolita Biscontina, âgée de dix-neuf ou vingt ans, « d’assez honorables parens », était fille de chambre d’une grande demoiselle de Naples – détail qui souligne la présence du mal même parmi les nobles.

  • 18 Discours prodigieux et veritable, d’une fille de chambre, laquelle a produict un monstre, apres avo (...)

17La grossesse advenue ne laisse pas de doutes sur la faute : après plusieurs mois d’accointances, la femme donne le jour à une créature moitié humaine, moitié singe. Celui-ci « estoit depuis le nombril en haut en forme de chair humaine, fort bien formé : mais depuis le nombril en bas, en façon de singe, avec une queuë18 ». Après avoir été torturée, la femme confesse avoir incité le singe à l’acte sexuel. Selon le canardier, la turpitude est la cause d’un tel crime ; Hipolita a délibérément choisi de suivre le diable quand elle s’est livrée au vice.

18Condamnée à être tenaillée dans les rues de la ville et ensuite à être brûlée vive, en compagnie du singe et du bébé monstrueux mort peu de temps après la naissance, l’accusée s’adresse aux femmes avant le supplice :

  • 19 Ibid., p. 11.

« Vous mes dames et damoiselles, prenez exemple à ceste pauvre miserable, laquelle est preste d’estre reduite en cendre, pour son miserable forfaict. Sur toutes choses je vous exhorte à quitter l’oysiveté ; car c’est la mere de tous vices : si je me fusse occupée à la lecture de quelques bons livres saints, ou bien à quelque honneste occupation, sans doute le diable ne m’eut deceu, et je ne fusse tombée en cet enorme peché19. »

  • 20 Claude Le Brun de la Rochette, « Le Proces Criminel, Livre Premier », in Le Procez civil et crimin (...)
  • 21 Sarah Matthews Grieco, Ange ou diablesse. La représentation de la femme au XVIe siècle, Paris, Fla (...)

19Longtemps attribuée au genre féminin, l’oisiveté a été l’origine de la transgression et la confession sert à en avertir toutes les femmes. L’imagerie de la période montre ordinairement la paresse comme un des péchés capitaux intimement liés au féminin. Chez les femmes du peuple, elle ne peut que conduire à la pauvreté ; chez les plus aisées, comme le personnage du récit, l’oisiveté produit de mauvaises ménagères, plus soucieuses de leurs habillements et plus livrées à la concupiscence. Comme La Rochette le rappelle, l’oisiveté est mère de tous les crimes20. Le proverbe « fille oisive à mal pensive » s’applique bien au cas d’Hipolita21.

20Unique dans l’ensemble des sources, ce canard montre la réserve des auteurs par rapport au thème. Les dossiers des affaires portées en jugement étaient peut-être détruits, sous l’effet de l’horreur que le crime inspirait, et le sujet ne pouvait être traité qu’avec prudence. Le texte offre une occasion inusitée de satisfaire la curiosité du public, mais l’histoire est située dans une ville étrangère, prenant ainsi de la distance avec le quotidien des lecteurs. Aucune pièce survivante au temps ne présente le même délit commis sur le sol français, comme le cas raconté par Pierre de L’Estoile en octobre 1601, peu de temps après la publication du canard. En transcrivant un extrait de l’arrêt du parlement de Paris, le mémorialiste fournit des informations importantes sur la compréhension de la criminelle et de la peine appliquée.

  • 22 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. II (1601-1609), Paris, Gallimard, 1958, (...)

21Claude de Culan, native de Rosay-en-Brie, a été accusée de bestialité commise avec un chien. Sa profession est connue (elle était servante d’un prieur), mais pas sa situation de famille, ce qui laisse à croire qu’elle était célibataire. Soumise à la question pour obtenir ses aveux, la femme a été « dûment déclarée atteinte et convaincue du crime de luxure abominable et brutalité, pour réparation d’icelui, et d’avoir eu habitation avec un chien, par abomination et comme contre nature22 ». Elle a été condamnée à être pendue et à avoir le corps réduit en cendres, ainsi que le chien, sentence semblable à celle de la jeune fille italienne du canard. L’Estoile ajoute aux informations données par l’arrêt que la femme a toujours servi des prêtres – ce qui ne la fait pourtant pas résister aux tentations, ou au contraire qui l’y pousse – et qu’elle avait recouru à des drogues pour mieux accomplir son dessein.

22Tandis que l’exécution de la femme et du chien est seulement connue d’un nombre limité de personnes – suite à l’interdiction de diffuser le procès –, le canard divulgue une réalité reconstruite à une large audience, au-delà des frontières où l’événement est supposé avoir eu lieu. Dans ce seul récit conservé sur la bestialité – et il est impossible d’avoir une notion exacte du nombre d’éditions perdues, surtout qu’il s’agit d’une littérature jetable –, le canardier fournit une « preuve » qui prétend être concrète et irréfutable de l’affreuse affaire : résultat de l’accointance charnelle entre la femme et l’animal, un monstre mi-humain, mi-singe, aux jambes poilues et à la longue queue est représenté sur la page de couverture.

  • 23 À propos des images illustratives mais aussi formatrices de la réalité, voir Vinicius Liebel, Die (...)

23Dans cette pièce, la réalité se confond alors avec l’imagination, dont l’importance dépasse le thème originel. Il s’agit de l’un des rares canards où le lecteur n’a pas besoin d’employer son imagination pour visualiser le monstre : celui-ci lui est montré. Le canardier guide ainsi la créativité des lecteurs à travers l’image, dont la portée excède la limite de l’alphabétisation établie par le texte imprimé : même si la personne n’arrive pas à lire le canard, l’image suffit pour imprimer la peur dans les consciences23. Les périls de la bestialité ne sont pas seulement décrits, ils sont aussi illustrés par ce canard qui, dans ce sens, voit son action morale renforcée. D’autres monstres sont exposés dans les occasionnels, et leur description ne les rend pas moins intéressants aux yeux des lecteurs.

Les monstres et la vengeance féminine

  • 24 Traitte merveilleux d’un monstre engendre dans le corps d’un homme, nommé Ferdinand de la Febve, ha (...)
  • 25 Traité merveilleux d’un monstre engendré dans le corps d’un homme, nommé Ferdinand de La Febve…, in(...)

24Des monstres peuvent être le résultat d’un mauvais sort, comme le révèle un cas associant le monstrueux et la sorcellerie. Celle-ci est une arme de l’arsenal de la vengeance féminine dans deux pièces de 1606 et 1622, racontant la même histoire arrivée en Espagne24. Étant l’une des rares exceptions parmi les demoiselles qui ont succombé à l’insistance de l’amoureux, une jeune femme se lie librement durant des années avec un galant. Son mauvais caractère est établi dès le début : après une promesse de mariage, elle a accepté « d’assez bonne volonté » les offres du jeune homme, « lui donnant passage chez elle franc et libre25 ». Encore une fois, la femme attire sur elle le déshonneur. L’homme est « bon et affable », bien qu’« aveuglé du sale et déshonnête amour ». Ses propositions illicites et sa promesse non tenue ne sont pas remises en question. S’il est de la nature masculine d’essayer de séduire la femme, il faut que celle-ci agisse avec réserve.

  • 26 Ibid., p. 477.
  • 27 Ibid., p. 478.

25Abandonnée quand son amant se marie avec une autre, la jeune fille ne cède toutefois pas au désespoir et cherche à se venger. Après avoir vécu hors des normes, elle s’investit d’un pouvoir qui lui est refusé. L’auteur ne reste pas neutre et ne voit pas non plus de justice dans cette attitude, mais se montre plutôt craintif quant aux résultats qui peuvent en découler : « Dieu nous garde de la rage d’une femme, pour se voir ainsi moquée de celui qui auparavant était le vrai séjour de ses amours26 ! » Elle rencontre une vieille sorcière qui lui donne les moyens de se venger et prépare un breuvage destiné à l’ancien amant, « l’endormant d’amoureuses paroles dorées de tromperie27 ».

26L’homme se découvre enceint et enfante un monstre – représenté sur la page de titre du canard –, moitié homme, moitié animal, aux pieds fourchus, avec une longue queue et une tête de chien. L’événement inusité requiert d’amples justifications de l’auteur, car on connaissait les monstres engendrés par des femmes ou des bêtes, mais aucun n’avait jusqu’alors été produit par un homme. L’écrivain présente des preuves pour confirmer son histoire : elle aurait été racontée par le grand vicaire de la ville de Madrid, qui aurait autorisé son impression en France ; la date exacte de l’événement, le 21 juin 1606 ; et le nom de la sage-femme, Françoise de Leon.

27Après l’enfantement, l’homme est fait prisonnier mais ne sait pas expliquer comment la grossesse s’est produite. La justice finit par découvrir son ancienne relation et emprisonne la jeune femme qui, après avoir été torturée, confesse et accuse la vieille sorcière. Toutes deux sont condamnées : la sorcière à être promenée dans la ville, humiliée, puis étranglée, brûlée et ses cendres jetées au vent, la femme à être fouettée et bannie.

  • 28 Ibid., p. 481.

« Ouvrez les yeux, lecteurs, ne vous fiez point aux mauvaises femmes, car celle qui vous montre le plus beau visage, c’est celle-là qui vous vend en publique criée ; ce sont des vers de l’âme et de la conscience, qui vous sucent le sang comme le font les sangsues, qui sont des vipères vénéneuses. Elles sont fausses et flatteuses. Celle-là qui vous montre bel aspect, c’est un basilic dans les yeux. Gardez-vous bien donc qu’elles ne vous fassent enfanter comme a fait cette sorcière à ce pauvre homme28. »

28Le destin de la créature extraordinaire n’est pas commenté (ni les augures qu’elle porterait), en effet, l’accent est mis sur l’acte de la femme ; le monstre n’est que le résultat d’un comportement vengeur. La morale de l’auteur établit une distinction entre les bonnes et les mauvaises femmes, de sorte que son texte est un avertissement contre les dernières. Cette distinction n’est pourtant pas courante ; à part quelques saintes exceptions, ainsi que les épouses chastes et obéissantes, les femmes étaient vues comme un ensemble néfaste. Les indices à propos de la jeune espagnole étaient clairs dès le début, car celles qui se donnent librement sont à fuir. Corrompues, les femmes sont plus proches des arts noirs et des transgressions.

Les relations contre-nature

  • 29 L’autre pièce signale le comportement frauduleux d’un jeune homme. L’estrange ruse d’un filou habi (...)

29Les relations présentées comme contre-nature se résument dans les canards à trois thèmes : l’inceste, exploité dans trois textes, dont deux narrent la liaison entre un frère et une sœur et l’un entre un père et une fille ; le travestissement, objet de deux textes, dont l’un montre le déguisement d’une femme29 ; et, finalement, la bestialité, thème assez rare, développé dans une seule pièce qui met en relief le résultat de l’action peccamineuse : l’enfantement monstrueux vu auparavant. Tant l’inceste que la bestialité sont des sujets traités avec horreur par les canardiers, qui explorent la culpabilité féminine et la perversion des protagonistes dans les pièces en question.

  • 30 Discours véritable de Toussainct Letra, lequel a esté bruslé tout vif dans la ville d’Aix, le 26. d (...)
  • 31 Voir le chapitre iii, p. 92-93.
  • 32 Voir le chapitre iv, p. 138-144.

30L’inceste, analysé antérieurement, apparaît dans les récits évoquant des femmes qui persistent dans le péché et attirent la disgrâce sur leurs frères et sur elles-mêmes (à part le cas où une jeune femme est victime de son père30). Les deux femmes qui se livrent spontanément au vice ont des attitudes distinctes : la première cherche à se venger de l’abandon, son frère ne voulant pas continuer l’affaire après une grossesse31 ; la deuxième, à la fois incestueuse et adultère, protège son frère jusqu’aux derniers moments32. La première a recours au diable face à l’imprévu et agit selon son conseil, tandis que la deuxième essaye de refaire sa vie comme une amante, pas comme sœur. Elles rencontrent toutefois, dans les canards qui rapportent leur histoire, la même fin tragique.

  • 33 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 102.

31Claude le Brun de la Rochette présente le châtiment approprié à ceux qui se trouvent coupables du crime : « Les lois divines et humaines les punissent du feu, ou autre mort violente, sans remission33. » La mort est le destin de ceux qui pèchent contre la nature : un jeune homme est tué par sa sœur qui se suicide ensuite, l’autre couple est décapité en place publique et Toussainct Letra, le père qui a violenté sa fille, reçoit la punition par le feu. Les incestueux ne rencontrent pas d’échappatoire et subissent la punition divine.

  • 34 À propos du travestiment dans la période, voir : Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le trav (...)
  • 35 Jean-Baptiste Thiers, Traité des Jeux et Divertissemens, Qui peuvent petre permis, ou qui doivent (...)
  • 36 Sur l’inversion des genres, voir le chapitre iv, « L’inversion de l’autorité maritale », p. 120 et (...)

32Crime de moindre gravité, le travestissement est pourtant aussi considéré comme une attaque contre l’ordre établi par la nature34. Jean-Baptiste Thiers signale dans son Traité des Jeux et Divertissements de 168635 que la nature a revêtu chaque sexe de vêtements appropriés ; le travestissement, en plus d’être illégal, a donc un caractère immoral. Jugé comme un vestige des saturnales païennes, il inciterait à la criminalité, car le fautif ne peut pas être reconnu quand il change ses habits « naturels ». Le travestissement renvoie donc au monde à l’envers qui satirise l’absurdité de la transposition des rôles sociaux ; le port de la culotte est interdit à la femme métaphoriquement et littéralement36.

33Publié un siècle avant l’œuvre de Thiers, un canard ayant pour thème le déguisement féminin ne le traite pas avec rigueur, à l’inverse des fards et habits des dames de l’époque dénoncés dans d’autres textes. Dans un éloge à la constance d’une jeune fille, le canardier montre que le travestissement est le recours qu’elle emploie afin de garder sa vertu. Le texte montre comment Martine prend une identité masculine en changeant d’habits et en prenant une profession. Elle adopte le surnom de Martin et devient apprentie d’un marchand dans une ville distante, réussissant même à se marier avec la fille de son maître. Son épouse l’attend tous les soirs, mais elle feint toujours d’être malade, pour finir par lui révéler la vérité. Elles vivent chastement en gardant le secret durant cinq ans, et la vérité est révélée quand Martin(e) est faussement accusé(e) de violer des enfants.

  • 37 Discours Emerveillabe contenant la vie d’une Jeune Damoiselle Flamande, native de Mons en Hainaut, (...)

34Martine est dénoncée en raison de l’identité qu’elle a assumée ; femme, en habits d’hommes, elle ne peut qu’être suspectée et jugée comme tel. À moins que sa vraie nature ne soit confirmée, ce que son épouse fait, elle reste un homme parce qu’elle l’a choisi. De plus, son père est consulté et certifie les faits. À la fin, il faut renoncer à l’altération des genres et remettre chaque fille sous la tutelle masculine : son père marie richement Martine, comme le marchand marie sa fille Jacqueline. Les accusateurs du viol sont condamnés. Quant au père de Martine, qui ne pouvait refouler sa passion envers sa fille, il n’explore rien de plus, le péché cessant avec la fuite de la jeune femme. L’histoire est d’ailleurs racontée « pour inciter les jeunes dames à suivre la vertu et la chasteté, à l’exemple de cette demoiselle37 ».

  • 38 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri III (1574-1589), Paris, Gallimard, 1943.
  • 39 Jean-Pierre Camus, « Les deux sœurs », in Christian Biet (dir.), Théâtre de la Cruauté et récits s (...)

35D’autres cas de travestissement féminin sont présentés par Pierre de L’Estoile et Jean-Pierre Camus, avec une connotation absolument différente de celle du canard. Le mémorialiste cite la découverte d’une femme travestie dans un couvent des Cordeliers à Paris en 1577 ; à travers son déguisement, elle offrait ses services sexuels à des membres de la congrégation38. Camus, d’autre part, montre la dissimulation féminine afin de se venger d’anciens amants dans Les deux sœurs. Les jeunes femmes, « sans avoir égard à leur condition ni à leur sexe, […] se déguisèrent en hommes39 » et cherchèrent ceux qui les avaient abandonnées pour les effrayer. Leurs mauvaises mœurs sont châtiées : l’une finit par être tuée dans l’embûche qu’elles ont préparée à leurs amants, l’autre, survivant au piège, décide de prendre le voile. Comme d’habitude, la repentance joue un rôle essentiel pour l’expiation des péchés des fautives. Seule la femme qui abandonne l’attaque contre le monde masculin et se consacre à Dieu est sauvée.

La femme et l’univers religieux des canards

  • 40 Histoire véritable de la conversion et Repantence d’une Courtisane Venitienne. Laquelle apres avoir (...)

36Dans l’univers des occasionnels les femmes n’offrent qu’un seul exemple de repentance et de reniement d’un comportement dissolu sans une condamnation par la justice : une jeune demoiselle vénitienne, abandonnée enceinte après une promesse de mariage, se livre à la débauche jusqu’à ce qu’elle entende le sermon d’un franciscain. Cette « autre Magdeleine » remet alors sa fille aux soins d’une grande dame et se retire dans un couvent, en donnant ses biens aux pauvres et aux religieuses. Son histoire est rapportée dans deux canards, imprimés en 160840.

  • 41 Histoire nouvelle, merveilleuse et espouvantable, d’un jeune homme d’Aix en Provence, emporté par l (...)

37Le blasphème, ainsi que le sacrilège, apparaissent dans plusieurs récits, notamment ceux dédiés à la sorcellerie. Malgré cela, ces fautes sont traitées comme thème principal et concernent surtout les hérétiques et l’utilisation à tort et à travers du nom de Dieu. Il s’agit de vices où les hommes dépassent les femmes dans les canards : quinze contre quatre. Les écarts masculins sont multiples : blasphèmes réguliers ou uniquement les jours saints contre les images religieuses, l’Église catholique et la messe (deux canards montre la punition par le diable41) ; vol et attaque de symboles sacrés ; lèse-majesté divine. Le discours contre les adeptes de la religion réformée domine donc la plupart de ces textes, bien qu’il n’y soit pas restreint. Par contre, les canards qui mettent en scène des femmes blasphématrices n’ont que deux thèmes : la profanation d’un symbole religieux et la vanité conduisant à la perdition.

  • 42 Horrible jugement de Dieu, Tombé sur une femme Juifve, pour avoir prophané le sainct Sacrement de l (...)

38Le sacrilège relié aux fautes féminines est raconté dans un canard de 1619 qui rapporte les prétendues actions de Juifs en France : crucifiement d’enfants chrétiens, vols, empoisonnements de puits et massacres divers, actes qui poussent à louer la décision de saint Louis de les expulser du royaume42. Pour illustrer la perfidie d’un peuple, la pièce montre les actes particuliers d’une femme portugaise, « mais Juive de la profession », nommée Catherine Fernandes et âgée de soixante ans.

39Habitante d’un village du gouvernement de Bayonne, elle fréquentait régulièrement la messe et se confessait. Lors de la fête de saint Joseph, un prêtre local découvre le stratagème employé par un curé portugais, nommé Don Anthonio, également accusé d’être Juif : il donne à ses paroissiennes, toutes fausses catholiques, la sainte communion, qu’elles retirent ensuite de la bouche. Catherine, la seule arrêtée du groupe, est accusée de profaner l’hostie et torturée.

40Sa punition n’arrive pas à être appliquée par la justice, car le peuple l’anticipe. La foule, attribuant une forte tempête aux sorcelleries de Catherine, envahit la prison et l’emmène sur une place, où elle est brûlée vive. Le spectacle d’atrocité confirme les soupçons, car dans ses cendres sont trouvées plusieurs bagues en or, renforçant le stéréotype concernant les Juifs. C’est ensuite le peuple lui-même qui leur ordonne de quitter Bayonne.

  • 43 Discours miraculeux, inouy et epouventable, avenu à Envers ville capitalle de la Duché de Brébant, (...)

41Le deuxième récit à traiter du blasphème ne réduit pas un peuple à l’un de ses représentants, mais un genre entier à une femme. L’histoire d’une jeune fille flamande a été imprimée au moins à trois reprises, en 1582, 1604 et 161643 avec de petites variations, et chaque fois l’histoire a été présentée comme nouvelle. Avis aux jeunes femmes vaniteuses contre le luxe excessif, le texte explore plutôt le vice que la faute spécifique (le blasphème) conduisant à la punition. La remontrance est adressée aux jeunes, mais l’ensemble féminin est accusé d’être habitué au luxe. Le canardier offre comme exemple majeur Cléopâtre, dont la fin annonce ce qui attend à celles qui suivent le chemin de l’orgueil.

  • 44 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 6.
  • 45 En référence à l’édit de Henri III, Ordonnance du Roy pour le reglement et reformation de la disso (...)
  • 46 Pierre de LEstoile, Journal d’un bourgeois de Paris sous Henri III, Paris, Union générale d’éditi (...)

42La comtesse de Hornoc, fille unique d’une riche et illustre maison, paradait avec ostentation dans la ville d’Anvers, portant des vêtements et bijoux de grande valeur. Sa faute n’est pas de vouloir se mettre au-dessus de sa condition sociale, mais de l’exhiber. Cependant, ce vice affecte aussi des gens de condition sociale inférieure, de sorte « que l’on ne peut par tels habits distinguer un Roy, un Prince, ou un grand seigneur, d’avec un homme mecanicque44 ». En 1583, Pierre de L’Estoile rapporte l’emprisonnement de plus de cinquante demoiselles et bourgeoises qui ont désobéi à l’édit de la réforme des habits, publié des mois auparavant45. La mesure, « qui fut une rigueur extraordinaire et excessive46 », montre les vaines tentatives d’arrêter l’ascension sociale de la bourgeoisie, menace contre la domination de la noblesse. Comme L’Estoile le remarque, seules des femmes ont été faites prisonnières ; l’exhibition du luxe, notable en terre française d’après l’auteur du canard, est encore plus développée chez les femmes.

  • 47 Ibid., p. 6-7.

« C’est la dissolution mesme, la consommation et dernier periode de toutes superfluitez mondaines et diabolicques, tant en robes, cotillons à trois et quatre bandes de velours, arriere poinctez et passementez, chaperons, coifeures mistes, chaussez de soye, ou du moins d’estame, colets, par maniere de dire hauts d’une perche et à double mont : C’est à savoir fraises et renvers, et un arpent de cheveux pillez et desrobez de la teste d’autruy, assemblez et frisez par une perruquiere en une masse, dicte ratepenade. Et d’abondant pour forcer la nature, come si elle avoit oublié quelque chose à leurs nativitez, se masquent de tant de fards, qu’elles changent par tel artifice de peau et de couleur : le tout pour tromper, piper, et esmouvoir à la volupté, la plus grand part des hommes : Mesmes ceux qui auroient faict estat de la chasteté. O changement damnable, perdition d’ames, habit infernal, et reprouvée façon, qui vous conduit, pauvres femmes miserables, à la peine, et au jugement inestimable d’une jeune fille Flamande, de laquelle l’histoire s’ensuit47. »

  • 48 À propos de la vanité dans l’estampe, voir l’œuvre de Sara F. Matthews Grieco, op. cit., p. 257-26 (...)
  • 49 Érasme, Éloge de la Folie, Paris, Bibliothèque nationale, 1889, p. 35.
  • 50 Notamment René Benoist, Catechese et Instruction touchant les Ornemens, Vestemens, et parures des (...)
  • 51 Discours tragicque et lamentable de la cruauté inhumaine d’une femme vefve, laquelle estant remonst (...)

43Les recommandations de modestie, discrétion et dévotion faites aux damoiselles ne sont pas appliquées par la comtesse, toujours vouée à son apparence. Les complaintes contre les habits des femmes et, spécialement, le péché mortel de vanité, ne sont pas nouvelles48. Érasme avait déjà dénoncé la folie des femmes de son époque touchant la beauté : « Toute l’ambition de sa vie elle le met à plaire à l’homme ! Les soins, les fards, les bains, les coiffures, les parfums, les essences et tous les artifices pour embellir, peindre et faire son visage et ses yeux, n’on pas d’autre but49. » Des discours moralisateurs ont été publiés dans le but d’instruire les femmes, et spécialement les jeunes filles, à ne pas succomber à la vanité, toujours comprise comme un instrument pour condamner les hommes au péché charnel50. Dans les canards, on rencontre de nombreuses accusations contre le goût pour les habits somptueux, comme dans l’histoire d’une femme de mauvaises mœurs qui finit par tuer son propre fils. Ses parents, « dés son adolescence ils commencerent si bien à la nourrir en toutes convoitises ; tant de petites bagues, carcans, joyaux, et de plus en plus en haussecouls, portefraises, collets, nouvelles chaines, doreures, pareures, qui n’appartenoient à son estat, et de plus en plus ils lui mirent l’orgueil au ventre, comme n’ayant enfant que cestui là51 ».

44L’orgueil naît ainsi d’un traitement trop indulgent, surtout quand il s’agit de filles. Une jeune femme infanticide voit aussi son vice alimenté dès l’enfance par ses parents, qui sans le savoir contribuent à corrompre son caractère. Le canardier signale comment la vanité est liée à la séduction, puisque les femmes s’embelliraient dans le but d’attirer l’attention du sexe opposé.

  • 52 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourde (...)

« Elle fust nourrie dés son bas aage parmy les mignardises, et delicatesses, elle sucça avec le laict de sa nourrice les vanités, elle fust eslevee parmi les vents de l’ambition : estant devenuë asses grandette, on l’accoustumoit plustost à complaire au monde qu’à Dieu, elle parvenoit au bout de tous ses desseins, elle jouyssoit de tous les contentements qu’elle se pouvoit imaginer, parmi lesquels elle noyoit, comme dans un Lethé d’oubliance, toute la memoire du ciel, toute l’obligation qu’elle avoit à son Createur. Depuis que les filles ont passé quatorze ans (dit le grand Epiteεte) les hommes les appellent, Madame : c’est pourquoy pensant n’estre propres qu’à coucher avec les hommes, elles mettent tout leur estude à s’embellir, et toute leur esperance en leur beauté52. »

  • 53 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 7-8.

45Le comportement de la demoiselle flamande n’est pas différent, elle emploie ses artifices pour se montrer plus belle aux yeux de ses admirateurs. Elle était « fiere et orgueilleuse à ses désirs charnels, ne cherchant tous les jours que les moyens, par le fard et habits somptueux, à complaire à une infinité de mignons qui luy faisoyent la cour53 ». Ses parents ne jouent pourtant pas de rôle dans la pièce racontant son histoire, et la vanité n’est pas sa seule faute. Le canardier montre comment un vice n’est pas isolé d’un autre, car la comtesse était, en plus, colérique et blasphématrice. Elle proférait souvent des imprécations et se donnait au diable, jusqu’au jour où il est venu la chercher.

  • 54 Ibid., p. 7.

46Lors de grandes noces, elle veut avoir le vêtement le plus élégant et, suivant la mode, le rabat le plus godronné qui soit. Elle engage une femme pour empeser ses collets mais, insatisfaite du résultat, cherche une deuxième empeseuse, qui ne lui plaît pas non plus. Frustrée, « elle se met en colere, depitant, jurant, et maugreant, disant qu’elle se donnoit au Diable corps et ame avant qu’elle portasse des colets ou rabats de la sorte, reiterans ces paroles par plusieurs et plusieurs fois54 ».

47Le diable prend alors la forme d’un de ses amoureux et se présente à elle paré de fraises bien empesées. Elle admire la qualité du travail et il lui propose de les mettre à son cou, la prenant dans ses bras et la tuant. Son corps est trouvé, le cou et le visage noirs. L’enterrement est préparé avec discrétion, sans que la famille révèle la cause de la mort. Cependant, le cercueil ne peut être soulevé. Quand il est ouvert, un chat noir en sort. Un tel châtiment divin ne saurait être déguisé, pour bien avertir celles qui sont aussi vaniteuses que la décédée.

  • 55 Histoire miraculeuse et admirable de la Comtesse de Hornoc Flamande…, op. cit., p. 11.

48Pour le canardier, l’offense de la jeune fille ne se limite pas seulement au champ de la parole, car ses blasphèmes sont le résultat d’un tempérament corrompu qui doit être corrigé. Elle s’est dressée contre la Création quand elle a tenté à plusieurs reprises de la modifier, en se faisant plus élégante et richement vêtue, en opposition à la simplicité chrétienne recommandée aux femmes. Dans une version légèrement distincte de l’histoire, la morale de l’auteur rappelle à quel point le corps terrestre est éphémère : « Cecy doibt servir de miroir exemplaire à tant de poupines, qui ne desirent que de paroistre des mieux goderonné, mieux fardez, avec des faux cheveux, et dix mil fatras pour orner ce miserable corps, qui n’est à la fin que carcasse, pourriture, pasture des vers, et des plus vils animaux55. »

  • 56 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 3.

49Le diable se mêle intimement aux vices, notamment à ceux féminins, qui flattent son orgueil. Néanmoins, il n’est qu’un agent de la punition divine : « Le diable non seulement sert d’executeur, et bourreau à nos corps : mais aussi s’empare de nos ames, et les rend hostesses des enfers56. » Ce n’est pas lui qui tente les jeunes filles de tromper leur nature, il répond à leurs appels. Le démon provocateur peut ainsi devenir le vengeur. Sa présence est indiscutable dans l’univers de la littérature des rues.

La femme et le démoniaque

  • 57 Robert Muchembled, Une Histoire du diable, XIIe -XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2000.
  • 58 Sur l’influence démoniaque lors des assassinats, voir la section du chapitre iv intitulée « Les me (...)

50L’action diabolique traverse tout l’univers des canards, et pas seulement ceux dédiés à exposer la présence de Satan sous ses différentes formes, comme on peut notamment le voir dans les textes sur la sorcellerie. Effet du sens de totalité qui confère au diable la valeur d’un mythe explicatif durant la période57, sa présence obsédante est indéniable dans cette littérature qui reproduit la mentalité d’une époque. Des crimes plus communs aux crimes vraiment atroces, le Malin est donc une réalité. Instigateur des actions humaines, il est toujours à l’écoute dans les moments de fureur, lors de la prise de décision qui conduit à une fin tragique58. Puisqu’il offre la solution la plus facile face à la cruauté, les canardiers le lient à l’état d’âme des criminels, en dépit d’un éventuel mauvais caractère antérieur au crime. Son influence, pourtant, s’exerce seulement avec la permission divine, afin de corriger les fautifs et de remettre l’humanité sur le chemin de la foi et de l’obéissance.

  • 59 Histoire merveilleuse advenue au pais de Caux, en la ville de Dieppe, d’une femme, laquelle estant (...)
  • 60 À ce propos, voir Robert Muchembled, Une Histoire du Diable…, op. cit., et Lyndal Roper, Oedipus a (...)
  • 61 Les Conjurations faites à un demon possedant le corps d’une grande Dame…, op. cit., p. 2.
  • 62 Histoire merveilleuse advenue au pais de Caux…, op. cit, p. 3.

51Dans les occasionnels, les femmes sont des victimes faciles pour les démons. Elles sont seules comme objets de possession démoniaque. Six canards présentent des femmes possédées ou violées par le diable59, alors qu’aucun homme n’apparaît dans ces situations, ce qui réaffirme la préférence des démons pour le sexe féminin60. Dans ces canards, aucun protagoniste ne se révèle fautif. On voit « une Noble Dame de qualité, dont le merite et l’honneur de la maison fait taire le nom61 », et « une femme honneste [estimée] […] laquelle par permission divine a esté longtemps vexée et travaillée ainsi comme une femme demoniacle et hors de son entendement62 ». Aucun des canardiers ne laisse de doutes sur les cas rapportés, à la différence de Pierre de L’Estoile concernant une prétendue possédée à la fin du XVIe siècle :

  • 63 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIIeme Journal de Henri IV 1595-1601, Paris (...)

« Le mardi 30e de ce mois [mars 1599], une fille aagé de 26 ans, qu’on nommoit Marthe, qui avoit le diable au corps (ainsi qu’on disoit), fust amenée de Loches en ceste ville de Paris, et mise près Ste. Geneviève, où chacun, par admiration et curiosité, l’alloit voir. […] cinq médecins de Paris furent nommés et députés pour la revisiter, qui estoit Marescot, Hautin, de Helin, Duret et Rioland, qui tous dirent que, selon leur art, elle n’avoit point de diable. Enfin, toutefois, Duret revinst et dit qu’il y en avoit ung, s’estant trouvé le seul des cinq, de cette opinion, encore avec variation63. »

  • 64 Les estranges et espoventables amours. D’un Diable, en forme d’un Gentilhomme. Et d’une Damoiselle, (...)

52Des démons peuvent aussi s’éprendre de demoiselles honnêtes, comme le montre un cas arrivé en Bretagne durant les festivités des Rois en janvier 1620. Un démon, empruntant le cadavre d’un larron pendu à Rennes, prend la forme d’un noble et riche gentilhomme pour faire la cour à une belle jeune fille. Cependant, lorsque le père de celle-ci se met à prier au dîner, le démon amoureux et sa cohorte ne peuvent pas se contenir et sont expulsés, laissant sur place les corps empruntés et une terrible puanteur. Même si elle ne cède pas aux avances du diable, la femme est l’un des objets des conseils du narrateur, attentif aux désirs charnels de la jeunesse. Sa morale prêche la contingence en rappelant la punition qui attend les fautifs : « Voila que c’est qu’il arrive le plus souvent sous les fauces aparence de l’amour mondain, et principalement quand nous laisons aller par trop nos volontez refrenees, aux faux apas de ce monde64. »

  • 65 Jacques Le Goff parle de la face séductrice du Malin au Moyen Âge, quand il prend des apparences s (...)
  • 66 Discours merveillable d’un demon amoureux lequel a poussé une Jeune Damoyselle a brusler une riche (...)
  • 67 Les estranges et espoventables amours. D’un Diable, en forme d’un Gentilhomme…, op. cit.

53L’association entre la femme et le Mal se révèle plus explicitement dans les canards où le sexe est l’un des ingrédients de l’intrigue. Comme annonçaient déjà les auteurs traitant des relations entre les jeunes gens, l’amour est trompeur, mais encore plus quand le diable – toujours associé au mensonge, puisque maître de la tromperie65 – manipule les amants. Nous l’avons vu : des démons peuvent séduire des jeunes filles, les assujettir à leur volonté ou leur donner des forces pour accomplir leurs mauvais desseins66. Mais ils peuvent aussi les courtiser et presque réussir67. Toutefois, c’est quand le diable s’empare du corps d’une belle femme que son caractère manipulateur apparaît dans toute sa plénitude. La tentation longtemps représentée par le corps féminin est intimement associée au Mal, et quelqu’un qui succombe au péché de la chair ne peut qu’attendre la punition divine.

  • 68 Histoire prodigieuse, d’un gentilhomme auquel le Diable s’est apparu, et avec lequel il a conversé, (...)
  • 69 Ibid., p. 380.

54L’incitation à la luxure par un démon est narrée dans l’Histoire prodigieuse, d’un gentilhomme auquel le Diable s’est apparu, et avec lequel il a conversé, soubs le corps d’une femme morte. Le canard, publié à Paris en 1613, lie intimement le tabou sexuel au diable, dont la femme est l’instrument. Le Mal incarné se présente à un gentilhomme sous la forme d’une jeune fille, dont les habits évoquent déjà un comportement douteux pour le canardier : il s’agit d’« une jeune demoiselle bien en ordre, ayant apparence de quelque courtisane bien vêtue d’une robe de taffefas découpé, enrichie d’un collier de perles et de plusieurs autres joyaux beaux et bien apparents68 ». En raison du mauvais temps, le gentilhomme lui offre de s’abriter chez lui. Durant la nuit, ils échangent des baisers, « baisers qui allument le feu en son âme, dont la flamme consume nos esprits et dont la fumée obscurcit les yeux de notre entendement69 ».

55Ici c’est l’amour mondain et non les astuces diaboliques – même si c’est le diable incarné –, qui obscurcit l’entendement du protagoniste. Ivre de passion face à une belle demoiselle qui a aisément cédé à ses propositions illicites, l’homme se livre au commerce charnel. Au matin, il la trouve morte. La justice et les médecins s’enquièrent du corps et lui annoncent qu’il s’agissait d’une jeune femme pendue quelques jours auparavant. La seule explication possible aux yeux des présents est qu’un démon a pris possession du corps de la femme pour séduire le gentilhomme. Dès que ce discours est proféré, la vraie identité du cadavre est révélée :

  • 70 Ibid., p. 381.

« Il s’éleva une grosse et obscure fumée dans le lit, qui dura environ l’espace d’un pater, et avec une puanteur extrême [qui] leur offusqua les sens de telle sorte qu’ils perdirent de vue, sans savoir ni quoi ni comment, celle qui était dans le lit. Enfin, cette fumée petit à petit se diminuant, disparut, et ils ne trouvèrent que la place où était cette charogne70. »

  • 71 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 24.
  • 72 Sur les différents degrés de culpabilité par rapport aux actes sexuels, comparés aux registres jud (...)

56La vérité est donc établie à partir de la confirmation des faits sur les lieux, par des personnes dignes de foi qui ne questionnent pas les actions du protagoniste. Son ignorance de la vraie identité de la demoiselle l’a certainement sauvé de l’accusation de commerce charnel soit avec un cadavre, soit avec un succube. Claude Le Brun de la Rochette évoque une punition identique pour les deux crimes : « Celuy, qui poussé d’une effrenée et diabolique volonté, a accointance avec le corps d’une femme morte » est digne de mort. « Quant à celuy qui a accointance avec les diables succubes, ou la femme qui se souspose aux incubes, ils sont dignes du feu, veu qui c’est un crime de leze Majesté divine, par le moyen du sortilege71. » La pratique sexuelle avec des démons se situe par conséquent au plus haut degré de culpabilité72.

  • 73 François de Belleforest, « Merveilleuse histoire d’un cadavre d’une fille duquel le diable se serv (...)
  • 74 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 327.

57Avant la publication du canard, François de Belleforest avait déjà donné plusieurs exemples de corps empruntés par le diable, à partir de certains récits de l’Antiquité classique. Ainsi, celui de la jeune fille incitant à la luxure un hôte de ses parents et qui, en réalité, est un succube entré dans le cadavre de la femme récemment décédée, laissant son cercueil vide73. Pour Jean Céard, l’œuvre de Belleforest « est le reflet fidèle des préoccupations et des curiosités des hommes de son temps74 ». Les exemples donnés par l’auteur ne sont nullement traités comme anecdotiques, mais comme des preuves de l’action du surnaturel dans le monde.

  • 75 François de Rosset, « D’un démon qui apparoist en forme de Damoiselle au Lieutenant du Chevalier d (...)
  • 76 Ibid., p. 331-332.

58François de Rosset, en narrant un épisode similaire, affirme : « Je m’estonne de l’incredulité de ceux, à qui l’on ne peut persuader, que ce qu’on raconte de l’apparition de demons soit veritable75. » Pour illustrer sa déclaration, l’auteur relate un événement arrivé à Lyon quatre ou cinq ans auparavant (soit au début de la décennie 1610). La Jaquiere, lieutenant du chevalier du Guet et assidu auprès des garces de la ville, déclare à ses convives : « Je ne sçay mes amis [dit-il] de quelle viande j’ay mangé. Tant y a que je me sens si eschauffé, que si maintenant je rencontrois le diable, il ne m’echapperoit jamais de mes mains, que premierement je n’en eusse fait à ma volonté76. »

  • 77 Ibid., p. 341.

59En réponse à son blasphème, il rencontre une belle femme qui l’emmène chez elle et accomplit ses désirs. Il insiste pour qu’elle reçoive encore dans son lit ses deux compagnons. Après plusieurs refus, elle accepte. À la fin, alors qu’ils sont encore ébahis devant son beau visage, elle leur fait voir « la plus horrible, la plus vilaine, la plus vilaine, et la plus infecte charogne du monde77 ». Les trois tombent par terre comme morts, alors que la maison où ils pensaient être retrouve son état réel : une ruine vieille et sale. Ils meurent peu de temps après que le dernier ait raconté l’incident.

  • 78 Ibid., p. 343.
  • 79 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit.
  • 80 Maurice Lever, Le Roman français au XVIIe siècle, Paris, PUF, 1981, p. 69.
  • 81 François de Rosset, op. cit.

60La morale extraite par Rosset porte sur un ensemble de vices liés au désir sexuel. « La paillardise attire l’adultere, l’adultere l’inceste, l’inceste le peché contre nature, et apres Dieu permet qu’on s’accouple avec le diable78. » C’est ce que montre La Rochette : l’enchaînement des vices et des crimes sexuels, jusqu’aux plus atroces79. Comme Maurice Lever le souligne, « il ressort des histoires tragiques que tous les vices dont souffre l’humanité ont pour origines deux calamités fondamentales, qui sont la femme et le diable80 ». Les vices se superposent alors quand il s’agit de la sexualité, qui doit être combattue avec la continence – inconnue du héros de Rosset – dans l’éternelle guerre contre la chair, représentée par la femme, au nom de l’esprit. Malgré tout, l’auteur s’esquive quand il s’agit de désigner le coupable : « Mon dessein est de ne blasmer personne. Je ne deteste que le vice81. »

  • 82 Histoire prodigieuse, d’un gentilhomme auquel le Diable s’est apparu…, op. cit., p. 381.

61Le canardier n’inculpe pas non plus son protagoniste. On est face à un « pauvre gentilhomme », bien qu’il recherche la compagnie charnelle hors du lien du mariage. Sa punition fictive n’est que la terreur d’avoir couché avec un cadavre. « C’est par cet exemple que Dieu veut rappeler ceux qui, lâchant la bride à leurs passions, se laissent emporter à toutes sortes de femmes inconnues, lesquels nous n’avons jamais tant vu qu’à présent82. » La faute est ici masculine, mais ce sont les femmes inconnues qui causent la déchéance des hommes : il n’y aurait pas de péché sans la tentation. Fruit de la mentalité de la période, la distinction des genres, bien représentée dans les canards, ne manque pas de renforcer la morale masculine.

La femme et la sorcellerie

62La période de l’apogée de la chasse aux sorcières en France coïncide avec l’acmé de la publication des canards ; cependant, les occasionnels ne se penchent pas beaucoup sur le phénomène. Sur 541 canards recueillis, seuls vingt-six parlent de sorcellerie, dont neuf avec des femmes fautives. Ces publications se concentrent entre 1606 et 1626, en plus d’une édition tardive de 1651. Les narrations visent surtout à attester la réalité de la sorcellerie et à exalter la foi chrétienne.

  • 83 Discours véritable de l’exécution faicte de cinquante tant sorciers que sorcières exécutez en la vi (...)
  • 84 Les miraculeux effects, arrivé dans la Cité de Geneve, et les nombres de Sorciers qui ont esté deff (...)

63Les femmes ne font pas toujours l’objet de mentions particulières dans ces textes, comme le montre le Discours véritable de l’exécution faicte de cinquante tant sorciers que sorcières exécutez en la ville de Douay, canard publié en 160683. Après la découverte d’un sorcier s’envolant pour aller au sabbat, un notable local arrive à extraire des informations conduisant une cinquantaine de personnes en prison. Condamné pour sorcellerie, le groupe finit par être brûlé. De la même manière, un récit de 1616, rapportant les actions de plusieurs adeptes du diable à Genève, mentionne des sorciers et des sorcières, sans préciser le rôle de chaque genre dans la pratique du mal84.

  • 85 Confession faicte par messire Louys Gaufridi Prestre en l’Eglise des Accoules de Marseille, Prince (...)

64Le procès spectaculaire du prêtre Louis Gaufridy, de l’église des Accoules de la ville de Marseille, a été enregistré dans quatre canards conservés, publiés en 1611, année de son exécution. Trois de ces canards reproduisent l’arrêt de sa sentence, tandis que le dernier rapporte sa confession, dans laquelle il explique comment il a « soufflé mille filles ou femmes, prenant un extrême plaisir de les voir enflammées de mon amour85 ». Parmi elles, il fait mention de Magdelaine de la Palud, fille d’un gentilhomme local, qu’il avait séduit grâce à l’aide du démon. La jeune fille joue un rôle particulier dans son histoire ; elle a été emmenée plusieurs fois au sabbat, où elle a renoncé à Dieu et connut charnellement le démon en forme de bouc. Son drame n’a pourtant pas intéressé les canardiers, qui se sont plutôt penchés sur le parcours du prêtre sorcier.

  • 86 La Continuation du Mercure François, ou Suitte de l’Histoire de l’Auguste Régence de la Royne Marie (...)
  • 87 Mercure François, ou Suitte de l’Histoire de nostre temps, sous le regne du Tres-Chrestien Roy de F (...)
  • 88 François de Rosset, « De l’horrible et espouventable sorcellerie de Louys Goffredy Prestre de Mars (...)
  • 89 Le confesseur de la jeune La Palud publie en 1613 une œuvre volumineuse racontant le cas. Père Séb (...)

65L’édition de 1611 du Mercure François (publié seulement en 1615) reprend en grande partie ce canard86 ; en 1623, le périodique rappelle les exorcismes appliqués à la jeune La Palud ainsi que les autres affaires de possession de religieuses qui sont arrivées par la suite en France87. François de Rosset s’approprie aussi ce canard, en le transformant dans la troisième de ses Histoires tragiques, publiée trois ans après les événements. Magdelaine reçoit plus d’attention de sa plume : princesse de la synagogue, maîtresse des sorcières et connue charnellement par le bouc88. Dans son récit, la jeune fille essaye d’entrer dans un couvent en dépit des protestations du prêtre qui la fait, ainsi que l’une de ses collègues Louyse Cappeau, posséder par des démons89.

  • 90 Sur l’épidémie de possession dans les couvents français de la première moitié du XVIIe siècle, voi (...)

66L’épidémie de possession dans les couvents français dans la première moitié du XVIIe siècle n’est pas discutée par les canardiers, du moins dans les pièces subsistantes90. Bien que les thèmes de l’apparition des esprits et de la possession des démons soient alors traités comme une réalité, ils n’occupent pas beaucoup d’espace dans les canards. Différenciées des possédées, les sorcières sont plus la cible de ces auteurs intéressés par l’association entre la femme et le diable, même s’il s’agit d’histoires répétitives et peu créatives par rapport aux canards criminels.

  • 91 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (...)

67Une histoire évoquant trois sorciers et une sorcière espagnols a été imprimée plusieurs fois au début du XVIIe siècle. Au moins deux éditions ont survécu, l’une de 1622 et l’autre de 1626. Pierre de L’Estoile affirme déjà en 1610 l’avoir reçue de l’imprimeur Jacques Ruelle « comme nouvelle, bien que regrattée et surannée ». Le mémorialiste remarque que la date annoncée du 6e jour de mars 1610 « est une date fausse, mise par pitié, et pour rechauffer ces pauvres contreporteux, morfondus en toutes sortes91 ». Le caractère fragile de ces imprimés et le peu d’attention accordée à leur conservation sont à remarquer : sur au moins quatre éditions possible, seules deux ont été conservées.

  • 92 Imprimé nombreuses fois depuis 1486. Henri Institoris et Jacques Sprenger, Le Marteau des Sorcière (...)
  • 93 Discours prodigieux et espouventable, de trois espagnols et une espagnolle, magiciens et sorciers, (...)

68Cette pièce cite de façon générale les crimes de sorcellerie et explique les délits pratiqués par Catalina Fiosela, connus de longue date grâce au Marteau des Sorcières92. La femme confesse avoir réalisé des sortilèges afin de provoquer des avortements, d’empoisonner des sources et des animaux, et de causer des altérations climatiques. Avec sa bande, elle a disséminé ses sortilèges à travers l’Italie, la Flandre et la France, avant d’être finalement arrêtée par le parlement de Bordeaux. Condamnée à être brûlée vive avec ses complices, elle ne s’est pas soumise aux ordres des gens de la justice et n’a pas demandé pardon à Dieu93. L’absence de repentance sert à confirmer la malignité de l’accusée, qui même en ses derniers moments refuse de se remettre entre les mains de l’Église.

  • 94 Arrest de la Cour de Parlement contre le mary et la femme, convaincus de sortilège, et d’avoir mesc (...)

69La validité de la description est renforcée dans le cas d’un canard racontant les méfaits d’une famille accusée de sorcellerie, texte accompagné de la copie de la sentence du sénéchal de Bourbonnais, en janvier 162494. Jean Chapon, sa femme Louyse Boquart, leur fille Peronelle Chapon et un certain Antoine Dupieux de la paroisse de Neufuy, près de Moulins, ont été accusés de sorcellerie et d’avoir, par les arts magiques, provoqué la mort de plusieurs personnes et de bétail. Encore une fois, aucune distinction n’est faite entre les sorciers et les sorcières, tous ont été accusés des mêmes actions envers des personnes dignes de foi. C’est une femme, pourtant, qui avait initié Jean Chapon à la sorcellerie : sa première épouse l’avait emmené au sabbat.

70Louyse Boquart nie initialement les accusations, mais finit par confesser ses fautes après le témoignage de sa fille. Il n’est pas précisé si elle a été torturée, mais c’est grâce à sa déposition qu’elle échappe à la condamnation maximale. Les accusations classiques de sorcellerie sont présentées par le canardier : les inculpés sont allés au sabbat, à pied ou à cheval, ou instantanément après s’être frottés d’une graisse aux propriétés magiques. Occasion pour danser cul contre cul, le sabbat était présidé par le diable en forme de chèvre, qu’ils devaient honorer en lui baisant le derrière. Ils ont alors renoncé à Dieu et au baptême, et ont offert leur fille à Satan. Les réunions démoniaques étaient l’occasion de manger des enfants, y compris les enfants mort-nés de Louyse Boquart. Les os des bébés constituaient une matière essentielle à la préparation d’une poudre destinée à des maléfices ; c’est ainsi qu’ils auraient donné le « Mauveu », un type de sort, à plusieurs personnes. Outre le témoignage de la jeune fille, les juges ont utilisé comme preuve la marque diabolique, insensible au toucher, sur l’épaule des accusés.

71Louyse Boquart, son mari Jean Chapon et Antoine Dupieux ont été condamnés à faire amende honorable en chemise, et à déclarer leurs forfaits au public devant l’église de Moulins. Après avoir demandé pardon à Dieu, au roi et à la justice, ils ont été pendus et leurs cendres ont été jetées au vent. La narration imprimée, ainsi que la repentance publique, servent à prouver la réalité des événements et à louer la diligence judiciaire. Le canardier réfute ainsi les interrogations concernant la sorcellerie qu’il confirme, en plus, avec un récit biblique.

72Le rôle féminin dans la sorcellerie est davantage développé dans deux canards imprimés en 1619 qui rapportent la même histoire. L’essence négative des femmes est mise en scène, avec la vengeance comme motif principal incitant les protagonistes à l’invocation démoniaque. Claire Martin, âgée de quarante-huit à cinquante ans, Jeanne Guierne et Jeanne Cagnette sont surprises au cimetière de Saint-Germain-des-Prés à Paris, vers deux heures du matin, en train de jeter un sort : elles ont mis le cœur d’un mouton dans la fosse d’un homme récemment enterré et ont proféré des incantations.

  • 95 Proces verbal du crime destestable de trois Sorcieres surprinses és Faulxbourgs S. Germain des Prez (...)

73Mais comme la vigilance divine est toujours évoquée dans les canards, le délit ne reste pas impuni : l’une des femmes est faite prisonnière par le fossoyeur du lieu. Livrée à la justice, elle finit par confesser le délit et dénoncer ses complices. Selon son témoignage, Claire l’avait entraîné à la sorcellerie « pour nuire à quelques parens de deffunct son mary qui luy detenoient son bien95 ». Le motif est irréfutable, étant donné les discordes entre la femme et sa belle-famille.

74La meneuse finit par être condamnée comme divinatrice et auteur du sortilège, fustigée de verges et bannie, alors que ses complices sont condamnées au fouet. La punition étant relativement légère, les femmes n’ont pas été l’objet d’admonestations plus sévères de la part du canardier. Cela ne signifie pas que l’écrivain a des doutes sur la réalité de la sorcellerie, car il souligne que l’effet du sort est encore visible : après l’enterrement du cœur, de nombreux crapauds ont envahi le cimetière et l’église.

  • 96 Histoire Veritable des crimes horribles commis à Boulogne, par deux Moynes, deux Gentils-hommes, et (...)

75Le dernier canard de la période ayant la sorcellerie pour thème est aussi le dernier du XVIIe siècle montrant des femmes impliquées dans un crime. L’Histoire Veritable des crimes horribles commis à Boulogne, par deux Moynes, deux Gentils-hommes, et deux Damoiselles96 condamne les vices qui imprègnent le siècle et raconte un cas jugé par l’Inquisition romaine. Ayant pour but de se consacrer au diable, le groupe tue trois enfants et les distille à l’alambic ; il offre aussi une hostie à une chèvre et à une oie. Les autorités averties, les accusés sont mis en prison et, touchés par l’horreur de leurs crimes, ils les avouent au public. Encore une fois, aucune distinction n’est faite entre les sorciers et les sorcières, les différences sociales ne sont pas examinées non plus alors qu’il s’agissait de religieux, de gentilshommes et de demoiselles.

  • 97 Robert Muchembled estime à 80 % le nombre de femmes du total des accusés de sorcellerie. Passions (...)

76Aucune sorcière n’agit donc individuellement dans les canards, la plupart appartiennent à des groupes mixtes, information qui ne corrobore pas les registres judiciaires97. La moitié d’entre elles sont étrangères, donnée qui, ajoutée à la faible quantité de canards ayant la sorcellerie pour thème, révèle une réticence des canardiers à parler des cas du sol français, malgré la réitération systématique de l’orthodoxie catholique dans leurs textes. En 1587, L’Estoile applaudit l’exécution comme sorciers d’un vieil Italien et de sa belle-mère sur le parvis de Notre-Dame, en déplorant l’impunité dont les acolytes de Satan jouissaient jusque-là :

  • 98 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), Genève, Droz, 2001, (...)

« On trouva ceste execution toute nouvelle à Paris, pour ce que ceste vermine y estoit tousjours demeurée libre et sans estre recherchée, principalement à la Cour, où ceux qui s’en meslent sont vulgairement apelés philosophes et astrologues ; et mesmes du temps du Roy Charles IXe, estoit parvenue, par l’impunité, jusques au nombre de trente mil, comme confessa leur chef, l’an 1572. Et ce, contre l’expresse ordonnance et commandement de Dieu, qui defend en sa loy de laisser vivre le sorcier et la sorciere98. »

  • 99 Jean Bodin, La Démonomanie des Sorciers, Paris, J. Du Puys, 1580.
  • 100 Discours merveillable d’un demon amoureux…, op. cit.
  • 101 À ce propos voir Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide deva (...)

77Au moment où le mémorialiste écrit, il n’y a malheureusement pas de canards sur le thème. La sorcellerie, qui a connu des périodes plus répressives au parlement de Paris en raison des conflits religieux et du développement de la doctrine démonologique après la publication de la Démonomanie de Bodin99, semble n’avoir guère attiré l’attention des canardiers. Elle joue un rôle dans la construction de l’image de la femme cruelle, mais elle n’est pas construite comme un crime essentiellement féminin. À part la jeune fille matricide100, il n’y a pas non plus d’amoureuses des diables dans ces textes. Pour la période et dans les archives judiciaires, l’infanticide reste le sujet par excellence quand il s’agit des femmes101 ; les attentats des sorcières contre des enfants en sont un faible écho.

78À la différence des occasionnels qui exploitent l’univers passionnel, les textes dédiés aux diableries ne s’ingénient pas à transmettre les mots des condamnées, ni même l’exhortation au public lors de l’exécution des sentences. Produits par des plumes moins habiles, ou peu représentatifs des canards originels qui n’ont pas été conservés – à l’inverse des faits divers s’intéressant aux phénomènes surnaturels ou aux crimes –, ces textes ne concentrent pas la peur de la cruauté féminine colportée par la littérature des rues. Peut-être parce que la peur de la sorcière n’est pas très ancrée en France, surtout dans la juridiction du parlement de Paris, à la différence d’autres régions comme le Saint-Empire. La mère infanticide correspond beaucoup mieux aux nombreux dossiers judiciaires en ce domaine. C’est pourtant une femme définie comme sorcière qui occupe une portion significative des canards dédiés au féminin et à sa nature.

La marquise d’Ancre ou la Médée de la France

79La singularisation des criminelles apparaît assez souvent dans les canards et y joue un rôle important. Bien que les crimes, et parfois les narrations, soient répétés et expriment une déchéance morale d’une partie de la population – les jeunes, les femmes, les nouveaux riches – les protagonistes reçoivent, dans la plupart des cas, un nom et une origine qui les individualisent dans la société. On connaît ainsi les mésaventures d’Anne de Buringel de Naples et de Marguerite de la Riviere, demoiselle de Padoue, parmi d’autres héroïnes. Même si ces éléments sont fictifs et aisément critiqués (L’Estoile, par exemple, les identifie et regrette les histoires réchauffées), ils servent à donner un caractère de réalité au récit. Cet élément est indispensable, puisque la vraisemblance est essentielle pour l’absorption du message transmis.

  • 102 François de Rosset, « Des enchantemens et sortileges de Dragontine : de sa fortune prodigieuse, et (...)

80La marquise d’Ancre surpasse pourtant la simple dénomination des protagonistes dans les canards, à cause de la célébrité de son nom et de la répercussion de l’affaire qui a provoqué sa ruine. Il n’est même pas nécessaire de la nommer pour la situer dans l’intrigue, comme le montre le conte de François de Rosset traitant des sortilèges de « Dragontine » et de sa fin102. Femme la plus connue des canardiers, la maréchale fait l’objet de minutieuses et différentes présentations. Néanmoins, tous la blâment conjointement des crimes les plus divers et retracent ses derniers moments avec un intérêt enthousiaste.

  • 103 Sur l’ascension et la chute du maréchal et de la maréchale d’Ancre, voir entre autres : Michel Car (...)

81Mariée à Concino Concini, Léonora Dori, dite Galigaï, arrive en France avec la cour de Marie de Médicis en 1600. Le couple atteint une fortune prodigieuse au fil des années grâce aux faveurs obtenues auprès de la reine Marie de Médicis, dont Galigaï était la sœur de lait. Concini (francisé Conchine ou Conchini), nommé marquis d’Ancre puis maréchal de France, attire la haine grandissante de la noblesse qui lui reproche de l’avoir écartée du pouvoir et d’avoir perdu des compensations financières. Tué par le marquis de Vitry sur l’ordre du dauphin, le maréchal laisse une veuve jugée comme sa complice. Son immense fortune rend sa condamnation plus attrayante aux yeux du pouvoir, avide de distribuer ses biens aux artisans de l’assassinat103.

  • 104 Faict par un Bon François, Paris, Cochon, 1617, 88 p. (HAB).
  • 105 La Descente du Marquis d’Ancre aux enfers, son combat et son rencontre avec Maistre Guillaume. Ense (...)
  • 106 La rencontre du marquis et de la marquise d’Ancre en l’autre monde ; ensemble leurs discours avec l (...)

82Juste après le meurtre du marquis d’Ancre et l’emprisonnement de la marquise, de nombreux canards racontant l’histoire ont envahi le royaume, notamment la capitale. Quarante-deux textes ont été répertoriés, dont ving-neuf imprimés à Paris, en dehors de nombreux placards, correspondances de notables et actions de grâces. Parmi les copieuses publications figure L’Horoscope du Marquis d’Ancre104. Les canards répertoriés consacrés exclusivement à l’ascension et à la chute du maréchal sont nombreux (seize), mais presque autant concernent la marquise (quatorze), sans oublier ceux qui parlent des deux (neuf). La Galigaï est également présente dans trois canards religieux, traitant du séjour du couple aux enfers105 ou dans « l’autre monde106 ».

  • 107 Arrest de la Cour de Parlement, contre le Mareschal d’Ancre et sa femme. Prononcé et executé à Pari (...)
  • 108 Arrest de la Cour de Parlement, du 8. juillet 1617, donné contre le deffunct Marquis d’Ancre et sa (...)

83L’arrêt du Parlement portant la condamnation de la marquise d’Ancre, ainsi que celle du maréchal après sa mort, a été imprimé au moins cinq fois, dont trois éditions l’année même des événements, publiées à Paris et à Lyon. Celles-ci fournissent un rapport assez complet des charges contre le couple, ainsi que le rejet des privilèges et la sentence de mort promulguée contre la maréchale107. L’arrêt a aussi reçu l’attention tardive de la veuve de Jean Guillemot, qui a publié des reproductions résumées en 1649108. L’intérêt pour l’affaire n’avait pas disparu sous le règne de Louis XIV.

  • 109 Bref Recit de tout ce qui s’est passé pour l’execution et juste punition de la Marquize d’Anchre. A (...)
  • 110 Quatriesme Tome du Mercure François, ou, Les Memoires de la Suitte de l’Histoire de nostre temps, s (...)

84La marquise d’Ancre joue des rôles différents dans les canards : épouse, sorcière ou tout simplement femme trop ambitieuse. Sa destinée est intimement attachée à celle de son mari, pourtant les canardiers ne sont pas tous d’accord sur son degré de participation dans les actions du maréchal. Elle apparaît dans les textes comme complice, manipulatrice ou victime selon l’auteur. Dans le Bref Recit de tout ce qui s’est passé pour l’execution et juste punition de la Marquize d’Anchre, elle est « parée et armée de toutes les meschancetez qu’il avoit peu s’imaginer ». Plus que la complice du maréchal d’Ancre, « cet ambitieux et pervers Epimethee », ce « ministre de Satan », elle le guide et le conduit lors de son ascension en France à travers ses intrigues au Louvre109. C’est une accusation corroborée par le Mercure François, qui la qualifie de « principal conseil » de son mari110.

  • 111 Harangue de la marquise d’Ancre, estant sur l’échafaud. Ensemble la remontrance à son fils, Paris, (...)
  • 112 Discours, regrets et harangue de la marquise d’Ancre, despuis la Conciergerie jusques sur l’escchaf (...)
  • 113 Les Larmes de la marquise d’Ancre sur la mort de son mari ; avec les regrets de sa naissance, et dé (...)
  • 114 Ibid.
  • 115 Ibid., p. 6.
  • 116 Bref Recit…, op. cit., p. 11.
  • 117 L’un des canards placés dans la catégorie des crimes mixtes lui dédie seulement un paragraphe, apr (...)
  • 118 Le diable étonné sur l’ombre du marquis d’Ancre et sa femme. Adressé à MM. de Luynes, s. l. n., 162 (...)

85Pour quelques canardiers, elle a provoqué la ruine du maréchal, victime de son ambition démesurée et de son influence néfaste111. Avant d’être exécutée, elle confesse ses fautes et craint sa destinée après sa mort : « Me voicy embarquee pour faire volle en autre monde où je vais trouver ma chère moitié, et luy demander pardon de son trespas, dont j’ay ourdy mal heureusement la trame112. » En outre, elle est décrite comme la proie de la cupidité de son mari et de sa propre ignorance : « Estant convaincuë par les moyens qui te faisoient reluire, je suis contraincte de m’accuser devant un chacun113. » À feu Concini, elle déclare : « C’est toy qui sert de modelle à mon malheur114. » Dans la plupart des cas, pourtant, ils sont complices pour chercher la fortune en détruisant le royaume : « Nous sommes les autheurs de nos punitions115. » Et « voilà la fin funeste de ces deux monstres qui par leur vie donnoyent la mort aux François, et par leur mort leur redonnent la vie116 ». Il est rare qu’elle n’ait pas un rôle significatif dans les pièces qui l’évoquent117, et même le diable s’étonne des crimes qu’elle a commis avec son mari118.

  • 119 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 4.
  • 120 Ibid., p. 7-8.
  • 121 Ibid.

86Les « charmes » de la marquise sont continuellement évoqués pour justifier l’ascension sociale du couple, dont l’énorme richesse attire l’indignation des canardiers. Le thème de la déchéance des grands est ainsi un lieu commun dans les canards qui lui sont dédiés, renforçant la nécessité de punir l’ambition et l’orgueil illimités de celle qui servait de confidente à la reine. Sa grande influence à la cour ne lui échappe pas : « Je m’estois tellement accoustumee à commander, que mes volontez estoient des loix, et ces loix comme inviolables, des effect infaillibles119. » L’un des canardiers raconte sa fin avec un mélange d’admiration et de réprobation, en parlant de son pouvoir éteint : « Ainsi cette Deesse du temps, qui s’embloit porter à la main le globe du monde, la porté sous le pieds, si que roulant par un discours d’une extremité à l’autre, elle a esté reduitte dans le neant de son rien120. » Elle-même évoque la haine publique qui lui est consacrée121 et le récit de sa punition renforce la réparation attendue par les auteurs :

  • 122 Les actions et regrets de la marquise d’Anchre apres la prononciation de son Arrest. Et les particu (...)

« Ce qui doit servir d’exemple aux grands et trop ambitieux qui voulant tousjours s’agrandir de plus en plus et bastir leur fortune aux despens de la perte d’autruy, sans penser aucunement à cet inconstante roüe qui ne peut estre stable un seul moment et ne les esleue a autre intention que pour les renverser avec une cheute beaucoup plus grande et miserable122. »

  • 123 Harangue de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 2.
  • 124 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 10.

87Les textes qui mettent ses actions au premier plan ont deux orientations : la narration de son procès et de son exécution, décrits à la troisième personne d’une façon prétendument objective ; ou l’exécration de ses crimes, narrée à la première personne, suivant le modèle de la repentance, en montrant toujours des remords pour ses actions. Dotée d’une voix dans ces canards, la maréchale réfléchit : « J’eusse evité mes malheurs, qui m’ont rendu si miserable que mes yeux sont honteux de me regarder123… » Son portrait final est ainsi celui d’une femme modeste, repentie et même suppliante, à l’opposé de son attitude passée. À la fin, « elle ne passe minutte sans maudire sa naissance et ceux mesme qui l’ont engendree : Que si on luy apporte de quoy soubtenir sa vie, aussi tost la rage la possede, et semble-il que les demons en soient desja jouissants124 ». Retracée, son exécution place de Grève montre sa résolution :

  • 125 Discours sur la mort de Eleonor Galligay femme de Conchine Marquis d’Ancre. Executee en Greve le Sa (...)

« Elle monte courageusement sur l’eschaffaut, se resoult de mourir constamment, l’executeur là present, apres luy avoir couppe ses cheveux, la bande cependant que les susdicts Docteurs la disposoient à rendre son esprit à Dieu, elle toute resoluë se debande et ne s’effraya aucunement du coup qu’elle ne pouvoit eviter, mais par les sollicitations des susdicts Docteurs, ayant permis qu’elle fut rebandee, ainsi comme l’executeur l’amusoit, elle reçoit le coup d’espée qui luy separa l’ame d’avec le corps, cella fait elle est depouillee de ses habillements, et son corps fut mis sur le bucher de bois pour estre ard et brusle, selon la teneur de son Arrest, qui fut execute sans aucun trouble ny tumulte de peuple125. »

  • 126 Histoire veritable de la vie et mort de Conchini. Pretendu Marquis D’Ancre, Et Mareschal de France, (...)
  • 127 Bref Recit…, op. cit., p. 5.
  • 128 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 3.

88Les détails à propos de la mort et de la profanation du cadavre du maréchal d’Ancre et de l’exécution de sa femme sont racontés à travers une séquence d’images dans un placard intitulé Histoire véritable de la vie et mort de Conchini. Pretendu Marquis d’Ancre, et Mareschal de France, et de sa femme126. Leur fin funeste est méritée en raison de la nuisance au royaume, atteint de disgrâces déjà annoncées par le nom de la marquise : « Ceste execrable Pandore, Eleonor de Galliguea, qui dans l’ethimologie de son infame Nom, sembloit porter et prophetiser le renversement et ruyne des François, comme aussi le porte son anagramme, Déloyalle ronge Gaule127. » On compte parmi ses crimes, décrits de manière générique, l’influence néfaste exercée sur la reine, l’abus du pouvoir, l’enrichissement illicite et surtout, selon la sentence officielle, la lèse-majesté divine et humaine. Dans les Discours, Regrets et Harangue de la Marquise d’Ancre, elle dit qu’il n’est pas nécessaire de citer ses nombreux délits, car « chacun sait que je suis coupable et j’ignore tout, excepté cela128 ».

  • 129 Bref Recit…, op. cit.
  • 130 Joël Cornette, Chronique de la France Moderne. Tome II : de la Ligue à la Fronde, Paris, SEDES, 19 (...)

89Les accusations de sorcellerie qui ont poussé le Parlement à la condamner ne sont pas très développées dans les occasionnels. Pour beaucoup de canardiers, elle peut apparaître comme une associée du diable129, mais pas vraiment comme une sorcière. Cette vision est partagée par Tallemant des Réaux qui, se remémorant les événements passés en 1617, critique le dénouement du procès dans ses Historiettes : « Le Parlement, qui ne croit point aux sorciers, condamna la Maréchale comme sorcière130. » L’accusation est même un objet d’ironie dans un canard publié successivement à Paris, à Lyon et à Tours :

« S’elle estoit bonne Sorciere
Ainsi que chacun croyoit
Au lieu d’estre prisonniere
Maintenant elle riroit.

  • 131 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 11-12.

Mais sa finesse et sescharmes
Qui ne sont qu’illusions
N’ont peu empescher les armes
Vengeresses des Coyons131. »

  • 132 Quatriesme Tome du Mercure François…, op. cit.

90Le Mercure François dédie pourtant un chapitre entier au procès en regroupant les charges contre le couple et en présentant de façon incisive l’association avec des Juifs qu’ils voulaient faire entrer en France pour nuire au royaume, ainsi que la sorcellerie132. Une partie des canardiers qui ont traité le thème se trouve ainsi à contre-courant des registres officiels, ce qui montre une pluralité de pensée à propos de la sorcellerie, du moins concernant le cas de la marquise d’Ancre. De plus, cet élément révèle l’indéniable liberté des auteurs face à leur texte, même quand ces pièces soutiennent le nouvel ordre du pouvoir. Les canardiers représentent naturellement l’esprit de leur temps et diffusent amplement des modèles de comportement, mais ils participent aussi à leur changement.

  • 133 La Medee de la France. Dépeinte en la personne de la Marquise d’Ancre, Paris, F. Bourriquant, 1617 (...)
  • 134 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 3-4.

91Les textes imprimés par Fleurry Bourriquant et Claude Pelletier sont une exception au silence des autres auteurs. L’archétype de la sorcière est identifié à la maréchale, peinte comme La Médée de la France133. Dans les textes narrant sa déchéance, elle-même finit par s’interroger : « Où sont […] ces cauteleuses inventions qui sembloient si bien charmer l’esprit de celle qui devoit servir d’Aurore dedans le Firmament de cest Estat ? Helas ! s’en est faict, mes prodiges sont ettoufez, les monstres de mes imaginations sont au tombeau134. »

  • 135 La Magicienne Estrangere, Tragedie. En laquelle on voit les tirannicques comportemens, origine, ent (...)
  • 136 Ibid., p. 7.
  • 137 Ibid., p. 28.

92Si ces accusations n’ont pas animé tous les canardiers, elles ont été explorées davantage par Pierre Mathieu et François de Rosset. Dans La Magicienne Estrangere135, Mathieu présente la marquise d’Ancre comme une « affreuse sorciere », « la source du Mal, la fille de Megere136 ». Dans la pièce, la marquise confesse avoir été initiée à la sorcellerie à l’âge de douze ans. Mais c’est Concini, pourtant, l’« autheur de ma ruine137 », qu’elle juge comme la cause de sa disgrâce.

  • 138 François de Rosset, op. cit.
  • 139 Ibid., p. 5.

93Rosset augmente ses Histoires mémorables et tragiques de ce temps en 1619 avec quatre contes, dont Des enchantements et sortilèges de Dragontine, de sa fortune prodigieuse et de sa fin malheureuse, qui ouvre le volume et raconte l’histoire de la marquise d’Ancre138. Il reprend des éléments déjà diffusés par les canardiers à la suite de l’assassinat du maréchal en 1617, et les transpose dans le royaume de Perse, surnom de la France dans ses œuvres. Il parle de l’ambition de Dragontine, qui traitait sa maîtresse comme une égale et qui la contrôlait grâce à des arts diaboliques. « Elle avoit une bague, où un esprit en forme de diamant, estoit enchassé, qui avoit ceste vertu, que quand elle la mettoit dans la bouche, et qu’elle parloit à la sage Parthenie, elle obtenoit d’elle tout ce qu’il luy plaisoit139. » Par ses sorts, Dragontine a encadré son mari de manière à pouvoir contrôler les finances de l’État. La vision de Rosset renforce ainsi le courant qui accuse la marquise d’Ancre de la dilapidation du trésor ; Concini n’était que son fantoche.

  • 140 Ibid., p. 3.
  • 141 Ibid., p. 40.
  • 142 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 636-638.

94La tragédie du royaume de Perse prend fin grâce au Sophy, « qui en l’aage de quinze ans a acquis le tiltre de Juste, et sauvé son Estat du plus grand orage que les vents de la felonnie ayent jamais excité140 ». Le démon de Dragontine lui-même n’a pu l’empêcher d’être condamnée pour ses sorcelleries. Lors de son exécution, « la miserable condition de ceste femme luy donna quelque espece de compassion, si bien que chacun la regardoit avec estonnement141 ». Cette assertion est en conformité avec les rapports disant que, lors de l’exécution de la marquise d’Ancre, la foule révoltée est devenue compatissante face à son courage142. Un tel changement de la part des spectateurs n’est pourtant pas discuté par les canardiers, pas plus que la miséricorde populaire n’est attestée dans le récit de Rosset : la tête de la maréchale aurait servi à la foule à jouer à la pelote.

  • 143 François de Rosset, op. cit., p. 41.
  • 144 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 8.
  • 145 Ibid., p. 9.

95L’histoire tragique de Rosset, quoique très hostile à Léonora Galigaï, lui concède un vif repentir final. Sa condamnation est supportée bravement : « Je prends la mort en patience, puis que l’on me la donne justement143. » De la même manière, les canards la montrent contrite à la fin, quand elle demande successivement pardon au roi, ce « grand Prince, Image vive de la Clemence144 », « doüé des plus rares perfections necessaires à un Prince souverain145 », puis à Dieu :

  • 146 Ibid., p. 7-8.

« Puis qu’ainsi est, et que la justice divine et humaine ne peut plus permettre l’impunité de mes crimes, que mes charmes et sortileges ne peuvent plus rien en ce monde, il faut que je m’expose entre les mains de ceux qui me doivent faire passer la barque, et que rendant les esprits je demande pardon à celuy qui me pouvoit conserver un repos perpetuel146. »

  • 147 Les Articles du Testament de la Marquise d’Ancre avant la mort en la Conciergerie, Paris, J. Guerre (...)
  • 148 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 5.
  • 149 Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF).

96Dans une pièce rapportant son testament, la marquise exprime ses regrets à son fils, à ses serviteurs et surtout au roi147. Les remontrances à son enfant, dans l’espoir qu’il ne suive pas le chemin de ses parents, apparaissent dans une autre pièce où elle lui dit : « Say que le mal de nostre exemple soit un sujet pour te porter au bien, que nostre offence ne te donne jamais un mesme repentir, et qu’enfin nostre mort soit la cause de ta vie148. » La faute maternelle n’échappe pas à son fils qui n’avait que 13 ans à l’époque. À lui aussi sont attribuées des déclarations transmises dans un canard, Les Soupirs et regrets du fils du marquis d’Anchre, sur la mort de son père, et exécution de sa mère149.

  • 150 Harangue de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 7.
  • 151 Ibid., p. 6.

97La reconnaissance de ses fautes et la demande de pardon au roi sont suivies d’une supplication pour obtenir le pardon divin150. Dans les mots qui lui sont prêtés, la maréchale reconnaît l’équité de son procès et de sa condamnation, et ne réclame ni l’appui de la reine, ni ses privilèges perdus, ni l’héritage de sa descendance. L’assassinat de son mari n’est évoqué que pour reconnaître la justesse de l’action royale : « Combien que je considere jour et nuict la naisance de tant de desastres que nous avons enfantez ; si est-ce que je ne puis vanger moy-mesme telle trahison, les moyens m’en estans ostez par une juste authorité151. »

98La repentance publique de la condamnée revêt une nouvelle importance dans ce cas célèbre. Premièrement, il n’est pas possible de restaurer l’honneur familial souillé par une faute individuelle, car les nombreux délits sont attribués à un couple dont la descendance est bannie. Deuxièmement, l’imputation du crime de lèse-majesté est trop sévère pour permettre la réhabilitation du nom. Finalement, et c’est le plus important, la repentance de la marquise valide les actions prises non seulement contre elle, mais aussi contre son mari, lors de l’événement connu comme le coup d’État du 24 avril 1617.

  • 152 Discours sur la mort de Eleonor Galligay…, op. cit., p. 4.
  • 153 Remerciement au Roy de la Justice exercée contre le Marquis d’Ancre et sa femme, Paris, J. Guerreau (...)

99Dans les canards, la chute du maréchal et de la maréchale d’Ancre est fréquemment associée à la prise du pouvoir par le successeur d’Henri IV : Louis XIII, « ce grand Roy » a « pris en main les reines et le gouvernement de son Estat152 ». Au nouveau roi sont adressés des remerciements pour ses actions contre le couple153, ce qui semble marquer l’inauguration d’une nouvelle ère de prospérité dans le royaume. L’exaltation du pouvoir royal devient alors matière inséparable de ces occasionnels, qui abandonnent momentanément l’insolite en faveur de la crise de l’État. Ils changent ainsi l’une de leurs caractéristiques initiales : l’attention à l’anecdotique, aux événements curieux touchant la population. La définition même de « canard » pourrait donc être remise en question ; cependant, les caractéristiques physiques constituantes des canards sont respectées, ainsi que l’appel au surnaturel, indissociable de la mentalité de la période. Singulière dans l’univers des canards puisque singulière dans le pays, cette crise les conduira à un nouveau niveau sur le marché de l’impression. Largement diffusés, les canards consacrés au cas contentent plus que la curiosité populaire. Ils la façonnent.

  • 154 Christian Jouhaud, « Lisibilité et persuasion. Les placards politiques », in Roger Chartier (dir.) (...)
  • 155 Jean-Christian Petitfils, Louis XIII, Paris, Perrin, 2008, p. 244.

100En analysant les pamphlets diffusés après la mort de Concini et réunis par Pierre de L’Estoile, Christian Jouhaud leur attribue un rôle important dans le processus de formation de l’opinion publique. Mis au service de l’État, les placards ont accablé le maréchal des maux du royaume de façon à légitimer son assassinat154. Sur la même ligne, Jean-Christian Petitfils affirme à propos des gravures et des pamphlets que « toute cette propagande participait d’une intention politique : la volonté de guider et de contrôler l’opinion, de faire savoir que la France avait enfin un roi155 ». De la même manière, on peut affirmer que les canards dédiés à la maréchale ont amplement justifié son procès et la confiscation de ses biens, en répandant une image extrêmement négative de celle qui a été la dépositaire de la confiance de la régente Marie de Médicis. Si des accusations ne pouvaient pas ouvertement viser la reine-mère, cela ne s’applique nullement à la marquise en disgrâce. Marie de Médicis devient une victime de sa cour étrangère, quand elle-même en était une et avait choisi ses favoris. Comme les Emblèmes du Coyon, ces canards ont concouru au soutien initial du règne de Louis XIII, sans accabler la reine déchargée du pouvoir.

101Inspiratrice de dizaines d’occasionnels, la marquise d’Ancre apparaît comme une synthèse du pouvoir féminin dans les canards, un pouvoir qui, en accord avec la nature féminine, est négatif par excellence. En effet, elle tente de se mettre au-dessus de l’autorité de son mari et, selon quelques auteurs, le conduit à sa ruine. Manipulatrice, elle a la confiance de Marie de Médicis et utilise cette liaison pour obtenir des faveurs qui augmentent son influence, en plus de fomenter des intrigues au Louvre. Cupide, elle accumule une immense fortune aux dépens du peuple français. Sorcière, elle envoûte plusieurs personnes, notamment la régente et le dauphin et, par extension, le royaume tout entier. Son influence sur la reine et le préjudice causé à la France pourraient même être interprétés comme un matricide symbolique.

102Les accusations contre les femmes rencontrent donc leur acmé avec Léonora Dori qui, en plus, est une femme indubitablement réelle, à l’inverse de plusieurs protagonistes des canards. Dans la longue séquence de presque un siècle de littérature des rues analysée, l’image de la femme entremêle aux préjugés courants contre le féminin de nouvelles peurs originaires des malheurs du temps. Plus que jamais le féminin voit sa force associée à l’obscurité, et cette force angoisse les auteurs masculins. À travers la narration de comportements déviants et de crimes où une cruauté inhumaine est employée, les canardiers montrent ce qui est pour eux le vrai visage de la femme et avertissent les hommes sur celle qui est un ennemi domestique. L’essence féminine elle-même est interrogée, avilie à perpétuité par la mythologie chrétienne et diminuée par la science de l’époque.

103En passant par les troubles religieux, la montée de la répression du recel de grossesse et de la sorcellerie, la réforme catholique en plein essor et, finalement, l’événement qui a mis Louis XIII sur le trône, les canardiers attribuent différents rôles aux femmes. Malgré l’insistance sur un modèle de comportement féminin issu des structures patriarcales, les divers personnages présentés par les auteurs montrent que les femmes du temps sont irréductibles à un seul stéréotype.

104Bien que l’image féminine transmise par la littérature occasionnelle ne soit pas complètement homogène, elle est assez orientée. Nonobstant de nombreux défauts qui rendent la femme inférieure à l’homme, il faut s’en méfier car elle peut toujours se révéler dangereuse : sa vanité conduit à l’impudicité, l’impudicité à l’adultère et l’adultère à la vengeance. Paramètre de la perfection, l’homme a toutefois besoin de la femme. Un besoin souvent réduit au charnel : c’est lui qui insiste pour avoir des rapports sexuels avant le mariage et abandonne l’amante et le fils ; c’est lui qui cherche la compagnie de dames inconnues ; c’est lui qui, avide, livre sa fille au parti le plus riche ; c’est lui, enfin, qui souille la couche maritale d’autrui. L’habitus masculin n’est pas remis en question puisqu’il est la règle ; il faut donc guider les jeunes filles et expurger la nature féminine de ses vices, entrelacés au Mal, représenté par l’ennemi du genre humain.

105La nécessité de maintenir la femme sous la tutelle masculine est dépassée par la volonté qu’elle réforme elle-même son attitude. La méthode employée par les canardiers visant à la moralisation de la femme passe donc par l’inculcation de modèles de comportement continuellement répétés : la dévotion, la docilité, la soumission aux parents et au mari, la résignation face à l’adversité et, surtout, la fidélité, garantie d’une descendance légitime. Les exemples des fautives montrent qu’aucun péché n’échappe à la punition. À travers la peur, les canardiers cherchent à modifier les relations des femmes avec le monde masculin.

106Un projet ancré dans la réalité, qui se veut concret puisqu’imprimé, apparaît au centre des canards. Les remontrances faites au public à travers les discours de repentir, lors des exécutions, cherchent à garantir un comportement honorable des personnes présentes, prolongé par la lecture de textes édifiants dont les canards se présentent comme des exemples, malgré l’obsession de nombreux auteurs pour les aspects les plus sordides du comportement humain. Produits d’écrivains très sensibles à la morale de leur temps, ils sont destinés à un assez large public, peut-être surtout composé de sympathisants des idéaux diffusés. Ces modèles de comportement et de pensée conduisent à des interrogations finales intéressant tout l’univers des canards : qui sont leurs créateurs et à qui destinaient-ils leurs ouvrages ?

Notes

1 Sur les âges des personnages voir le chapitre ii, « Les fautives et criminelles en chiffres », p. 69.

2 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du XVe au XVIIe siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 339.

3 À ce propos voir Robert Muchembled, op. cit, et du même auteur, Une Histoire de la violence, de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 2008.

4 François de Rosset, « Des Amours incestueuses d’un frere et d’une sœur, et de leur fin mal-heureuse, et tragique », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps. Où sont contenuës les morts funestes et lamentables de plusieurs personnes, arrivées par leurs ambitions, amours desreiglees, sortileges, vols, rapines, et par autres accidens divers et memorables, Paris, P. Chevalier, 1619, p. 256-280.

5 Sur le sujet, voir Véronique Naboum-Grappe, « La Belle Femme » et Sarah F. Matthews Grieco, « Corps, Apparence et Sexualité », in Arlette Farge et Natalie Zemon Davis (dir.), Histoire des femmes en Occident XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2002.

6 Arlette Farge et Natalie Zemon Davis, « Introduction », in Histoire des femmes…, op. cit., p. 12.

7 Ambroise Paré, Œuvres Complètes, Genève, Slatkine, 1970, vol. I, p. 39 et sq.

8 Laurent Joubert, La Première et seconde partie des erreurs populaires et propos vulgaires touchant la médecine et le régime de santé, refutez et expliquez, Rouen, R. du Petit Val, 1600-1601.

9 François Rabelais, Tiers Livre des faictz et dictz Heroïques du noble Pantagruel, Paris, C. Wechel, 1546. Comment Rondibilis déclare cocuage etre naturellement des apanages du mariage, p. 82.

10 Discours tragicque et lamentable de la cruauté inhumaine d’une femme vefve, laquelle estant remonstree par son propre fils de sa paillardise et meschante vie, par vindicte, l’empoisonne, poignarde, couppe sa teste, et tous ses autres membres, Lyon, jouxte la copie imprimée à Rouen, P. Courant, 1604 (BNF), p. 4-5.

11 Jean Delumeau rapporte 13 traités concernant la répression de la sorcellerie écrits entre 1320 et 1420, et 28 entre 1435 et 1486, ce qui montre la croissance de préoccupations autour de la thématique. Le Formicarius (1435-1437) est la première œuvre à souligner l’association entre la femme et la sorcellerie, et le célèbre Malleus Maleficarum (1486) l’accentuera. La forte influence sur la pensée ecclésiastique sera étendue aux cours de justice. Jean Delumeau, La peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles) : une cité assiégée, Paris, A. Fayard, 1978.

12 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourdeaux, pour avoir enterré son enfant tout vif au profond d’une cave, lequel au bout de six jours fust treuvé miraculeusement tout en vie, et ayant reçeu le Baptesme rendit son ame à Dieu, Lyon, F. Yurad, 1618 (HAB), p. 3.

13 Sur le sujet, voir Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 1996. L’auteur y parle des canards portant sur le monstrueux et les prodiges (p. 468-483).

14 Sur les femmes innocentes des canards à propos des monstres, voir le chapitre ii, « Les femmes non fautives », p. 59 et sq.

15 Gail Kern Paster présente les justifications médicales des théoriciens de la période pour l’enfantement de tels prodiges dans The Body Embarrassed. Drama and the Discipline of Shame in Early Modern England, Ithaca, Cornell, 1993, p. 168 et sq.

16 Histoire miraculeuse, Advenue dans la ville de Geneve, d’une femme qui à faict un veau, pour avoir mesprisé Dieu et ses Saincts, Lyon, jouxte la copie imprimée à Tonon, C. Farine, 1609, p. 8 (BNF). Histoire aussi racontée dans : Miracle arrive dans la ville de Geneve ce mois d’Apvril 1609. D’une femme qui a faict un veau, à cause du mespris de la puissance de Dieu…, Thonon, s. n., 1609 (BNF).

17 Histoire nouvelle et facetieuse, de la femme d’un Tailleur d’habits de la ville de Lyon, demeurant en la ruë des Esclaison prés des Terreaux, qui est accouchee d’une Montre d’Horloge dans les prisons de Roanne, apres qu’elle a eu sonné en cinq fois vingt-cinq heures, Paris, P. Ramier, 1625 (BNF).

18 Discours prodigieux et veritable, d’une fille de chambre, laquelle a produict un monstre, apres avoir eu la compagnie d’un Singe, en la ville de Messine. En ce discours sont recitées les paroles que ladite fille profera estant au suplice, et les prieres qu’elle fist ; ensemble le jour qu’elle fust bruslée, avec le monstre et le Singe. Dont voicy la figure au naturel dudit monstre, Paris, F. Bourriquant, Prins sur la copie imprimée à Sienne, ca. 1600, p. 9 (BNF).

19 Ibid., p. 11.

20 Claude Le Brun de la Rochette, « Le Proces Criminel, Livre Premier », in Le Procez civil et criminel, contenans la methodique liaison du droict, et de la practiquejudiciaire, civile et criminelle, Lyon, P. Rigaud, 1622, p. 2.

21 Sarah Matthews Grieco, Ange ou diablesse. La représentation de la femme au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1991, p. 299-307.

22 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. II (1601-1609), Paris, Gallimard, 1958, p. 45.

23 À propos des images illustratives mais aussi formatrices de la réalité, voir Vinicius Liebel, Die politischen Karikaturen un die Grenzen des Humors und der Gewalt, Opladen, Barbara Budrich, 2011.

24 Traitte merveilleux d’un monstre engendre dans le corps d’un homme, nommé Ferdinand de la Febve, habitant de Fereyta, au Marquisat de Cènete, par des ensorcellements qui luy furent donnez en un breuvage. La sage femme qui le receut s’appeloit Françoise de Leon, il fut mis sur terre par la partie extraordinaire, le vingt uniesme de Juin, 1606…, Rouen, J. Petit, 1606 (BNF) ; Histoire merveilleuse et espouvantable, d’un Monstre engendré dans le corps d’un homme, nommé Ferdinand de La Febve, au Marquisat de Cenete en Espagne…, Paris, T. du Val, 1622 (BNF).

25 Traité merveilleux d’un monstre engendré dans le corps d’un homme, nommé Ferdinand de La Febve…, in Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993, p. 6.

26 Ibid., p. 477.

27 Ibid., p. 478.

28 Ibid., p. 481.

29 L’autre pièce signale le comportement frauduleux d’un jeune homme. L’estrange ruse d’un filou habillé en femme, ayant duppé un jeune homme d’assez bon lieu, soubs apparence de mariage, s. l. n., ca. 1620 (BNF).

30 Discours véritable de Toussainct Letra, lequel a esté bruslé tout vif dans la ville d’Aix, le 26. d’Aoust dernier, pour avoir violé sa propre fille. Avec les procedures et Arrest de la Cour, Paris, jouxte la copie imprimée à Lyon, N. Rousset, d’après F. Yurard, 1619 (BNF).

31 Voir le chapitre iii, p. 92-93.

32 Voir le chapitre iv, p. 138-144.

33 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 102.

34 À propos du travestiment dans la période, voir : Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001.

35 Jean-Baptiste Thiers, Traité des Jeux et Divertissemens, Qui peuvent petre permis, ou qui doivent être défendus aux Chrêtiens selon les Regles de l’Eglise et le sentiment des Peres, Paris, A. Dezallier, 1686.

36 Sur l’inversion des genres, voir le chapitre iv, « L’inversion de l’autorité maritale », p. 120 et sq.

37 Discours Emerveillabe contenant la vie d’une Jeune Damoiselle Flamande, native de Mons en Hainaut, qui fuiant le mauvais voulloir de son Pere, qui la voulioit Forcer, se deguisa en habit d’homme, et ayant changé son nom, fut mariee à la fille d’un marchant de la ville de Tournois ou pour avoir esté acusee à tort d’avoir violé ii jeunes enffans, fut condemnee à estre bruslee. Ce qui fut trouve faux, comme lon la menoit au suplice, dont les accusateurs furent bruslez, Paris, B. Chauchet, ca. 1584 (BNF), p. 15.

38 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri III (1574-1589), Paris, Gallimard, 1943.

39 Jean-Pierre Camus, « Les deux sœurs », in Christian Biet (dir.), Théâtre de la Cruauté et récits sanglants en France (XVIe -XVIIe siècles), Paris, R. Laffont, 2006, p. 310.

40 Histoire véritable de la conversion et Repantence d’une Courtisane Venitienne. Laquelle apres avoir demeurée long temps soüillée dans les lubricitez et ordures de son peché, Dieu a fict reluire dans son ame les rayons de son amour, et de la retiree à soy. Traduict d’Italien en François, Paris, G. Marette, 1608 (BNF) ; même titre imprimé à Lyon, d’après la copie imprimée à Paris, s. n., 1608 (BNF).

41 Histoire nouvelle, merveilleuse et espouvantable, d’un jeune homme d’Aix en Provence, emporté par le Diable, et pendu à un Amandier, pour avoir impiement blasphemé le sainct Nom de Dieu, et mesprisé la saincte Messe, deux siens compagnons estant demeurez sans aucun mal. Arrivé le douziesme Janvier de la presente année mil six cents quatorze, Paris, F. Bourriquant, 1614 (BNF) ; Récit veritable, merveilleux et espouventable d’un blasphemateur du Sainct Nom de Dieu Lequel pour avoir mesprise le S. Sacrement de nostre Mere Saincte Eglise a esté emporté du diable à la veuë de tout le peuple le 4. Janvier 1627. en la ville et cité d’Ancosne, pres Notre Dame de Lorette…, Paris, jouxte la copie imprimée à Lyon, J. Bessin, 1627 (BNF).

42 Horrible jugement de Dieu, Tombé sur une femme Juifve, pour avoir prophané le sainct Sacrement de l’autel, le 20. Mars 1619. Avec l’execution memorable qui s’en est ensuyvie, Paris, A. Saugrain, 1619 (BNF), p. 4.

43 Discours miraculeux, inouy et epouventable, avenu à Envers ville capitalle de la Duché de Brébant, d’une Jeune Fille Flamende, qui par la Vanité et trop grande curiosité de ses habits et collez à Fraize Goderonnez à la nouvelle mode, Fut étranglée du Diable, et son corps apres telle punition Divine estant au Cercueil, transformé en un Chat Noyr en presence de tout le Peuple assemblé. Mil cinq cens quatre vingt deux. Avec une remonstrance aux Dames et Filles en Forme de Dialogue en vers François, Paris, B. Chaucet, 1582 ? (BNF) ; Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres, envers une jeune fille dudit païs, et de ce qui en est advenu, Paris, N. Rousset et S. Moreau, 1604 (BNF) ; Histoire miraculeuse et admirable de la Comtesse de Hornoc Flamande, qui a esté estranglée par le Diable dans la ville d’Anvers pour n’avoir trouvé son rabat bien goderonné, le quinziesme Avril. 1616, Lyon, G. Pailly, 1616 (BNF).

44 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 6.

45 En référence à l’édit de Henri III, Ordonnance du Roy pour le reglement et reformation de la dissolution et superfluité qui est és habillemens, et ornemens d’iceux : et de la punition de ceux qui contreviendront à ladicte ordonnance, Paris, 29 mars 1583. En effet, de François Ier à Henri IV, tous les monarques ont proclamé des ordonnances concernant les habillements, visant plutôt les aspirations bourgeoises que la moralité. À ce propos voir : Pascal Bastien, « Aux tresors dissipez l’on cognoist le malfaict » : Hiérachie sociale et transgression des ordonnances somptuaires en France, 1543-1606, in Renaissance et Réforme, vol. XXIII, 1999/4, p. 23-43.

46 Pierre de LEstoile, Journal d’un bourgeois de Paris sous Henri III, Paris, Union générale d’éditions, 1966, p. 161.

47 Ibid., p. 6-7.

48 À propos de la vanité dans l’estampe, voir l’œuvre de Sara F. Matthews Grieco, op. cit., p. 257-267.

49 Érasme, Éloge de la Folie, Paris, Bibliothèque nationale, 1889, p. 35.

50 Notamment René Benoist, Catechese et Instruction touchant les Ornemens, Vestemens, et parures des femmes Chrestiennes, avec une autre catechèse de la pénitence, un advertissement de S. Augustin de la manière de faire pénitence et une exhortation de S. Ambroise à vraye pénitence, plus une instruction de la femme mariée, Paris, N. Chesneau, 1573 (BNF) ; M. H. D. C. P. A. L. (Hiérosme de Châtillon), Bref et utile discours sur l’immodestie et superflüité d’habits, Lyon, A. Gryphius, 1577 (BNF) ; François-Antoine Estienne, Remonstrance charitable aux dames et damoyselles de France sur leurs ornemens dissolus : pour les induire à laisser l’habit du paganisme et prendre celuy de la femme pudique et chrestienne : avec une Élégie de la France se complaignant de la dissolution desdictes damoyselles, Paris, S. Nivelle, 1581.

51 Discours tragicque et lamentable de la cruauté inhumaine d’une femme vefve, laquelle estant remonstree par son propre fils de sa paillardise et meschante vie, par vindicte, l’empoisonne, poignarde, couppe sa teste, et tous ses autres membres, Lyon, jouxte la copie imprimée à Rouen, P. Courant, 1604 (BNF), p. 6.

52 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourdeaux, pour avoir enterré son enfant tout vif au profond d’une cave, lequel au bout de six jours fust treuvé miraculeusement tout en vie, et ayant reçeu le Baptesme rendit son ame à Dieu, Lyon, François Yurard, 1618 (HAB), p. 3-4.

53 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 7-8.

54 Ibid., p. 7.

55 Histoire miraculeuse et admirable de la Comtesse de Hornoc Flamande…, op. cit., p. 11.

56 Discours merveilleux de ce qui s’est passé en Flandres…, op. cit., p. 3.

57 Robert Muchembled, Une Histoire du diable, XIIe -XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2000.

58 Sur l’influence démoniaque lors des assassinats, voir la section du chapitre iv intitulée « Les meurtrières », p. 147 et sq.

59 Histoire merveilleuse advenue au pais de Caux, en la ville de Dieppe, d’une femme, laquelle estant tourmentée et possédée du Dyable par un long temps, et comme elle a recouvert santé et ledict Diable chassé de son corps, ainsi que pourrez veoir cy apres, Paris, N. Martin, ca. 1580 (BNF) ; Histoire prodigieuse et espouvantable d’un Esprit Incube, lequel a abusé d’une jeune Damoiselle Espagnolle, natifve de la ville de Salemanque. Ensemble les signes merveilleux apparus au ciel sur ladite ville, le Dimanche 8. de Juillet 1617, Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF) ; Les Conjurations faites à un demon possedant le corps d’une grande Dame. Ensemble les estranges responses par luy faites aux saincts Exorcismes en la Chappelle de nostre Dame de la Guarison, au Diocese d’Auche, le 19. Novembre, 1618. et jours suivans. Suivant l’attestation de plusieurs personnes dignes de Foy, Paris, I. Mesnier, 1619 (BNF) ; même titre imprimé à Lyon, C. Chastellard, 1619 (BNF) ; Histoire prodigieuse nouvellement arrivée à Paris. D’une jeune Fille agitee d’un Esprit Fantastique et invisible. Et de ce qui s’est passé en la presence des plus illustres personnages de ladite ville. Avec l’estrange et effroyable Histoire de nouveau arrivée au Bailly et dela ville de Bonneval, Diocese de Chartres, Paris, Ve du Carroy, 1625 (BNF) ; Relation véritable Contenant ce qui s’est passé aux Exorcismes d’une fille Appellée Élisabeth Allier Natife de La Coste S. André en Dauphiné Possédée depuis vingt ans par deux Démons nommez Orgueil et Bonifarce…, Paris, jouxte la copie imprimée à Grenoble, P. Sevestre, 1649 (BNF).

60 À ce propos, voir Robert Muchembled, Une Histoire du Diable…, op. cit., et Lyndal Roper, Oedipus and the Devil. Witchcraft, Sexuality and the Religion in Early Modern Europe, London, Routledge, 1994.

61 Les Conjurations faites à un demon possedant le corps d’une grande Dame…, op. cit., p. 2.

62 Histoire merveilleuse advenue au pais de Caux…, op. cit, p. 3.

63 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIIeme Journal de Henri IV 1595-1601, Paris, Tallandier, 1982, p. 182-183.

64 Les estranges et espoventables amours. D’un Diable, en forme d’un Gentilhomme. Et d’une Damoiselle, de Bretagne. Arrivez pres de la ville de Rennes, les 5. 6. et septiéme Janvier dernier. Ensemble, tout ce qui cy est passé à ce sujet, Paris, jouxte la copie imprimée à Rennes, J. Courtois, 1620 (BNF), p. 13.

65 Jacques Le Goff parle de la face séductrice du Malin au Moyen Âge, quand il prend des apparences séduisantes et trompeuses. Jacques Le Goff, La Civilisation de l’Occident Médiéval, Paris, Flammarion, 1997.

66 Discours merveillable d’un demon amoureux lequel a poussé une Jeune Damoyselle a brusler une riche Abbaye, et couper la gorge à sa propre Mere, Rouen, A. Cousturier, 1605 (BNF). Voir le chapitre III, « Matricide poussé par le Diable », p. 115 et sq.

67 Les estranges et espoventables amours. D’un Diable, en forme d’un Gentilhomme…, op. cit.

68 Histoire prodigieuse, d’un gentilhomme auquel le Diable s’est apparu, et avec lequel il a conversé, soubs le corps d’une femme morte. Advenuë à Paris le premier de Janvier 1613, Paris, F. du Carroy, 1613 (BNF), in Maurice Lever, op. cit., p. 378.

69 Ibid., p. 380.

70 Ibid., p. 381.

71 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 24.

72 Sur les différents degrés de culpabilité par rapport aux actes sexuels, comparés aux registres judiciaires, voir Robert Muchembled, L’Orgasme et l’Occident. Une histoire du plaisir du XVIe siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 2005.

73 François de Belleforest, « Merveilleuse histoire d’un cadavre d’une fille duquel le diable se servit pour exercer luxure avec un jeune homme », in Pierre Boiastuau et al., Histoires prodigieuses e memorables, extraites de plusieurs fameux Autheurs, Grecs et Latins, sacrez et profanes, divisées en six livres, Paris, Ve G. Buon, 1598, p. 1117-1145.

74 Jean Céard, La Nature et les prodiges. L’insolite au XVIe siècle, Genève, Droz, 1996, p. 327.

75 François de Rosset, « D’un démon qui apparoist en forme de Damoiselle au Lieutenant du Chevalier du Guet de la ville de Lyon ; de leur accointance charnelle, et de la fin malheureuse qui en succeda », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps…, op. cit., p. 329.

76 Ibid., p. 331-332.

77 Ibid., p. 341.

78 Ibid., p. 343.

79 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit.

80 Maurice Lever, Le Roman français au XVIIe siècle, Paris, PUF, 1981, p. 69.

81 François de Rosset, op. cit.

82 Histoire prodigieuse, d’un gentilhomme auquel le Diable s’est apparu…, op. cit., p. 381.

83 Discours véritable de l’exécution faicte de cinquante tant sorciers que sorcières exécutez en la ville de Douay 1606, Paris, jouxte la copie imprimée à Mons-en-Hainault, J. Pillou, 1606 (BNF).

84 Les miraculeux effects, arrivé dans la Cité de Geneve, et les nombres de Sorciers qui ont esté deffaicts, avec les miseres et pauvreté survenuë en Picardie, Chambéry, G. Besson, 1616 (BNF).

85 Confession faicte par messire Louys Gaufridi Prestre en l’Eglise des Accoules de Marseille, Prince des Magiciens, depuis Constantinople jusques à Paris. A deux Peres Capuchins du Couvent d’Aix, la veille de Paques, le onziesme Avril mil six cens onze, Aix, J. Tholozan, 1611 (BNF), p. 5.

86 La Continuation du Mercure François, ou Suitte de l’Histoire de l’Auguste Régence de la Royne Marie de Medicis, sous son fils le Tres-Chrestien Roy de France et de Navarre, Louys XIII, t. II, Paris, E. Richer, 1615, p. 18-26.

87 Mercure François, ou Suitte de l’Histoire de nostre temps, sous le regne du Tres-Chrestien Roy de France et de Navarre, Louys XIII, t. IX, Paris, J. et E. Richer, 1624, p. 387 et sq.

88 François de Rosset, « De l’horrible et espouventable sorcellerie de Louys Goffredy Prestre de Marseille », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps…, op. cit., p. 89-135.

89 Le confesseur de la jeune La Palud publie en 1613 une œuvre volumineuse racontant le cas. Père Sébastien Michaelis, Histoire admirable de la possession et confession d’une pénitente, Seduite par un Magicien, la faisant Sorciere et Princesse des sorciers au païs de Provence…, Paris, C. Chastellain, 1613.

90 Sur l’épidémie de possession dans les couvents français de la première moitié du XVIIe siècle, voir notamment : Michel de Certeau, « Une Mutation culturelle et religieuse : Les Magistrats devant les sorciers au XVIIe siècle », in Revue d’Histoire de l’Église de France, 55, 1969, p. 300-319 et La Possession de Loudun, Paris, Julliard, 1970 ; Robert Mandrou, Magistrats et Sorciers en France au XVIIe siècle, Paris, Plon, 1968 ; Robert Muchembled, Le Roi et la sorcière : l’Europe des bûchers XVe -XVIIIe siècles, Paris, Desclèe, 1993 et Passions de Femmes au temps de la reine Margot 1553-1615, Paris, Le Seuil, 2003, p. 250-263.

91 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611), Paris, Gallimard, 1960, p. 40.

92 Imprimé nombreuses fois depuis 1486. Henri Institoris et Jacques Sprenger, Le Marteau des Sorcières : Malleus Maleficarum, Grenoble, J. Millon, 2005.

93 Discours prodigieux et espouventable, de trois espagnols et une espagnolle, magiciens et sorciers, qui se faisoient porter par les diables, de ville en ville, avec leurs declarations d’avoir fait mourir plusieurs personnes et bestail par leurs sortilleges, et aussi d’avoir fait plusieurs degats aux biens de terre : Ensemble l’arrest prononcé contre eux par la cour de Parlement de Bourdeaux, Paris, jouxte la copie imprimée à Bourdeaux, 1622 (BNF) ; Discours prodigieux et épouvantable de trois espagnols et une espagnole, magiciens et sorciers qui se faisaient porter par les diables de ville en ville… ensemble l’arrêt prononcé contr’eux par la cour de parlement de Bordeaux, Paris, J. Guillemot, 1626 (BNF).

94 Arrest de la Cour de Parlement contre le mary et la femme, convaincus de sortilège, et d’avoir meschamment et impieusement assisté au Sabat, renoncé à Dieu, adoré le Diable, et fait plusieurs malefices par le moyen d’iceluy. Avec les discours des execrables meschancetez qu’ils ont commises audit Sabat, où ils ont mangé de leurs enfans, et offert les autres au Diable, Paris, A. Vitray, 1624 (HAB).

95 Proces verbal du crime destestable de trois Sorcieres surprinses és Faulxbourgs S. Germain des Prez. Ensemble leur interrogatoire, sentence du Bailly dudit lieu, Arrest du Parlement, et execution d’iceluy, le Mercredy quatorzieme Aoust dernier, Paris, S. Moreau, 1619 (BNF), p. 12. Le même titre a été imprimé par le même éditeur égalemment en 1619, avec un nombre différent de pages.

96 Histoire Veritable des crimes horribles commis à Boulogne, par deux Moynes, deux Gentils-hommes, et deux Damoiselles, sur le S. Sacrement de l’Autel, qu’ils ont fait consumer à une Chevre et à un Oye, et sur trois Enfans, qu’ils ont fait distiler par la lambique. Avec le recit de leur emprisonnement dans l’inquisition de Rome, pour leur estre fait et par leur procez. Loüé soit le tres Sainct Sacrment de l’Autel, s. l., jouxte la copie imprimée à Paris, s. n., 1651 (HAB).

97 Robert Muchembled estime à 80 % le nombre de femmes du total des accusés de sorcellerie. Passions de Femmes au temps de la reine Margot…, op. cit., p. 235.

98 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), Genève, Droz, 2001, p. 267.

99 Jean Bodin, La Démonomanie des Sorciers, Paris, J. Du Puys, 1580.

100 Discours merveillable d’un demon amoureux…, op. cit.

101 À ce propos voir Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide devant le parlement de Paris (1575-1604) », in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2007/5, p. 1063-1094. Voir également le chapitre iii, « Les infanticides », p. 78 et sq.

102 François de Rosset, « Des enchantemens et sortileges de Dragontine : de sa fortune prodigieuse, et de sa fin mal-heureuse », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps…, op. cit., p. 1-46.

103 Sur l’ascension et la chute du maréchal et de la maréchale d’Ancre, voir entre autres : Michel Carmona, Richelieu, Paris, Fayard, 1990 ; Pierre Chevalier, Louis XIII, Paris, Fayard, 1979 ; Joël Cornette, Chronique de la France moderne. De la Ligue à la Fronde, Paris, Sedes, 1995 ; Georges Mongrédien, Léonora Galigaï. Un procès de sorcellerie sous Louis XIII, Paris, Hachette, 1968.

104 Faict par un Bon François, Paris, Cochon, 1617, 88 p. (HAB).

105 La Descente du Marquis d’Ancre aux enfers, son combat et son rencontre avec Maistre Guillaume. Ensemble le dialogue de la Galligaya et de Misoquin esprit follet qui lui amene so mari ; la rencontre dudit esprit avec l’ange gardien de M. le Prince, Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF) ; même titre publié à Lyon, jouxte la copie imprimée à Paris, s. n., 1617 (BNF, SBB).

106 La rencontre du marquis et de la marquise d’Ancre en l’autre monde ; ensemble leurs discours avec le roi Henri le Grand, Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF).

107 Arrest de la Cour de Parlement, contre le Mareschal d’Ancre et sa femme. Prononcé et executé à Paris le 8. Juillet 1617, Paris, F. Morel et P. Mettayer, 1617 (BNF, HAB) ; même titre imprimé à Lyon, B. Ancelin et N. Jullieron, 1617 (HAB) ; Arrêt du Parlement contre le défunt Marquis d’Ancre et sa femme, s. l. n., 1617 (BNF).

108 Arrest de la Cour de Parlement, du 8. juillet 1617, donné contre le deffunct Marquis d’Ancre et sa femme, Paris, Ve J. Guillemot, 1649, 3 p. (HAB) ; même titre, imprimé in-folio (BNF).

109 Bref Recit de tout ce qui s’est passé pour l’execution et juste punition de la Marquize d’Anchre. Avec son Anagramme, Et deux Epitaphes, dont l’une est Chronologique, Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF), p. 6.

110 Quatriesme Tome du Mercure François, ou, Les Memoires de la Suitte de l’Histoire de nostre temps, sous le Regne du tres-Chrestien Roy de France et de Navarre Louis XIII, Paris, E. Richer, 1617. Chapitre du procès fait à la mémoire de Conchino Conchine, n’agueres Mareschal de France, et à Léonora Galigai sa vefve, p. 8.

111 Harangue de la marquise d’Ancre, estant sur l’échafaud. Ensemble la remontrance à son fils, Paris, J. Viala, 1617 (BNF) ; même titre imprimé à Lyon, C. Pelletier, 1617 (BNF).

112 Discours, regrets et harangue de la marquise d’Ancre, despuis la Conciergerie jusques sur l’escchafaut. Ensemble la remontrance à son fils. Avec son oraison, Paris, J. Guerreau, 1617 (BNF), p. 5.

113 Les Larmes de la marquise d’Ancre sur la mort de son mari ; avec les regrets de sa naissance, et détestation de ses crimes et forfaits, Paris, E. Perrin, 1617 (BNF) ; même titre reproduit à Tours, J. Vatard, 1617 (BNF) ; et à Lyon, jouxte la copie imprimée à Paris, s. n., d’après l’édition d’E. Perrin, 1617 (BNF), p. 4.

114 Ibid.

115 Ibid., p. 6.

116 Bref Recit…, op. cit., p. 11.

117 L’un des canards placés dans la catégorie des crimes mixtes lui dédie seulement un paragraphe, après avoir exploité le drame attaché à l’assassinat du maréchal d’Ancre. Histoire Tragique du Marquis d’Ancre et sa femme. Contenant un bref narré de leurs pratiques et desseins, depuis le traicté de Loudun jusques au jour de leur mort et execution, Paris, A. Brueil, 1617 (BNF).

118 Le diable étonné sur l’ombre du marquis d’Ancre et sa femme. Adressé à MM. de Luynes, s. l. n., 1620 (HAB).

119 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 4.

120 Ibid., p. 7-8.

121 Ibid.

122 Les actions et regrets de la marquise d’Anchre apres la prononciation de son Arrest. Et les particularitez notables de tout ce qui s’en est ensuivy, par I. I. N, Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF), p. 8.

123 Harangue de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 2.

124 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 10.

125 Discours sur la mort de Eleonor Galligay femme de Conchine Marquis d’Ancre. Executee en Greve le Samedy 8. de Juillet. 1617, Paris, A. du Brueil, 1617 (HAB), p. 8 ; même titre imprimé à Lyon, C. Larjot, 1617 (BNF) ; et àTours, J. Vatard, 1617 (BNF).

126 Histoire veritable de la vie et mort de Conchini. Pretendu Marquis D’Ancre, Et Mareschal de France, et de sa femme, laquelle fut executeé en Greve par Arrest de la Court de Parlement de Paris. Prononcé le huictiesme Juillet, 1617, s. l. n., 1617 (BNF, HAB).

127 Bref Recit…, op. cit., p. 5.

128 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 3.

129 Bref Recit…, op. cit.

130 Joël Cornette, Chronique de la France Moderne. Tome II : de la Ligue à la Fronde, Paris, SEDES, 1995, p. 169.

131 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 11-12.

132 Quatriesme Tome du Mercure François…, op. cit.

133 La Medee de la France. Dépeinte en la personne de la Marquise d’Ancre, Paris, F. Bourriquant, 1617 (BNF, HAB) ; même titre imprimé à Lyon, C. Pelletier, 1617 (BNF).

134 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 3-4.

135 La Magicienne Estrangere, Tragedie. En laquelle on voit les tirannicques comportemens, origine, entreprises, desseings, sortillèges, arrest, mort et supplice, tant du Marquis d’Ancre que de Leonor Galligay sa femme, avec la adventureuse rencontre de leurs funestes ombres, par un bon François nepveu de Rotomagus, Rouen, D. Geuffroy et J. Besongne, 1617 (BNF).

136 Ibid., p. 7.

137 Ibid., p. 28.

138 François de Rosset, op. cit.

139 Ibid., p. 5.

140 Ibid., p. 3.

141 Ibid., p. 40.

142 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 636-638.

143 François de Rosset, op. cit., p. 41.

144 Les Larmes de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 8.

145 Ibid., p. 9.

146 Ibid., p. 7-8.

147 Les Articles du Testament de la Marquise d’Ancre avant la mort en la Conciergerie, Paris, J. Guerreau, 1617 (BNF).

148 Discours, regrets et harangue de la Marquise d’Ancre…, op. cit., p. 5.

149 Paris, A. Saugrain, 1617 (BNF).

150 Harangue de la marquise d’Ancre…, op. cit., p. 7.

151 Ibid., p. 6.

152 Discours sur la mort de Eleonor Galligay…, op. cit., p. 4.

153 Remerciement au Roy de la Justice exercée contre le Marquis d’Ancre et sa femme, Paris, J. Guerreau, 1617 (BNF).

154 Christian Jouhaud, « Lisibilité et persuasion. Les placards politiques », in Roger Chartier (dir.), Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 309-342.

155 Jean-Christian Petitfils, Louis XIII, Paris, Perrin, 2008, p. 244.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search