Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Chapitre IV. Les femmes et l’univers passionnel dans les canards

Texte intégral

  • 1 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge. Sur l’assassin commis par J. Jumeau, sur (...)

« Sous ses lascifs attraits elle avoit alleché Un monstre, dont son âme a esté devoree1. »

  • 2 Discours veritable d’vn homme, qui a esté extremement battu par sa femme, et deux de ses enfans. Si (...)
  • 3 Emblemes d’Alciat, Lyon, G. Roville, 1549. Concernant l’analyse de l’imagerie sur la femme au XVIe (...)

1La force obscure du féminin réside dans son pouvoir transgresseur. C’est, du moins, ce que les canardiers font croire. L’origine de la femme selon la mythologie chrétienne, rappelée à maintes reprises, ne laisse aucun doute : l’auxiliaire de l’homme est aussi la tentatrice, celle qui conduit son âme à perdition. C’est elle, en outre, qui fréquemment se tourne contre son maître, inversant l’autorité de la maison. Créée à partir d’un os courbe, elle a un caractère tortueux dont il faut se méfier. Ses défauts sont connus : « La malice, la perfidie, l’insolence, l’impudence, et audacieux effrontement2. » Bien que les emblèmes d’Alciat ne relient pas la femme à la Stultitia (Furor, Temeritas, Ira), les canards abusent de ces éléments et les confondent avec les emblèmes communément attribués au féminin, comme Superbia, Impudentia, Invidia, Luxuria, Lascivia3.

  • 4 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourde (...)

2L’imaginaire sur la femme joue un rôle décisif dans la narration de cas réels où la fiction laisse tout de même ses marques, et dans celle de cas dont la vraisemblance doit être interrogée. En alliant la fureur à la lubricité, les canardiers adressent au public une image inquiétante, car fille, épouse ou mère, la femme est prête à remettre en question l’autorité et à répandre le sang. Cette image, pourtant, attribue au féminin une force qui lui est souvent refusée. Les sources concernant les relations amoureuses sont ainsi celles qui explorent le mieux l’image de la femme. En effet, c’est par son interaction avec le sexe opposé qu’elle voit son identité établie dans cette littérature occasionnelle. « Elle veut captiver le cœur de tous les regardans, elle loge Cupidon dans ses yeux, arsenal amoureux, duquel elle lui fournist une infinité de flesches, pour blesser qui çà, qui là, tous ceux qui l’abordent, elle ne respire qu’Amour, les danses sont ses ordinaires passetemps4. »

  • 5 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (...)

3Ses passions désordonnées ne laissent pas de doutes : la femme est attachée à la chair, et il faut s’en méfier. En consonance avec les peurs du temps, les canardiers explorent la relation entre la femme et la sexualité, ce tabou auquel l’honneur féminin est attaché. L’Estoile affirmait, en 1611, que « la réputation de Paris (disait, ces jours passés, quelqu’un) est aujourd’hui si mauvaise au plat pays et partout ailleurs, qu’on doute fort de la chasteté d’une femme ou d’une fille, qui y aura quelque temps séjournée5 ». Critiqué davantage par le mémorialiste, le libertinage, d’après les canards, n’est pas restreint à la capitale du royaume. L’honneur des femmes est continuellement attaqué, et les auteurs dénoncent les modes qui incitent à la luxure et le comportement débauché chez les jeunes et même chez les femmes mariées.

  • 6 Claire Carlin, « Crime et châtiment : l’adultère dans quelques traités catholiques du XVIIe siècle (...)
  • 7 Jean-Pierre Camus, « Le Gondolier », in Les Spectacles d’horreur, où se découvrent plusieurs effet (...)

4L’attaque par excellence contre l’autorité patriarcale, l’adultère, est un thème récurrent des traités sur le mariage6 et aussi des canards, qui explorent les différentes fautes des femmes envers les maris. D’ordinaire victimes, ils paient souvent de leur vie la trop grande liberté de leur femme. Inspirateurs des Histoires tragiques, les canards contenant des drames passionnels ne cessent de faire appel à l’empathie des lecteurs. Avec des narrations toujours orientées vers le châtiment inévitable du crime, les canardiers suivent les mêmes pas que Jean-Pierre Camus : « Ce n’est pas mon dessein d’apprendre le mal en le descrivant, mais plutost de le destruire en le descriant, et en faisant cognoistre par les mauvais succez qui accompagnent le vice combien il est dangereux de laisser regner en nous ce cruel tyran que l’on appelle peché7. »

L’inversion de l’autorité maritale

  • 8 François Rabelais, Tiers Livre des faictz et dictz Heroïques du noble Pantagruel, Paris, C. Wechel (...)

5Les prophéties annonçant à Panurge les malheurs qui l’attendaient s’il se mariait sont devenues réelles dans plusieurs canards. Des maris trahis, battus et volés renforcent la violence intrinsèque au féminin annoncée par Rabelais. Les histoires courtes et pleines de conseils servent à mettre les hommes en garde contre les actions de leurs épouses, ainsi qu’à stigmatiser les femmes qui songent à s’égarer du droit chemin. Il faut y faire attention car, en fin de compte, « les femmes, au commencement du monde, ou peu après, ensemble conspirerent écorcher les hommes tous vifs, parce que sur elles maiîtriser voulaient en tous lieux8 ».

  • 9 Discours veritable d’un homme, qui a esté extremement battu par sa femme…, op. cit.
  • 10 Ibid., p. 4.

6Dans un récit qui traite du renversement de l’ordre domestique par le féminin, l’auteur du Discours veritable d’un homme, qui a esté extremement battu par sa femme, et deux de ses enfants9 explore la mauvaise conduite d’une épouse pour exalter la « naturelle » sujétion de la femme à l’homme, basée sur les récits bibliques. L’origine de la femme à partir d’une côte d’Adam l’assujettit à son mari et seigneur ; ainsi, essayer de renverser cet ordre signifie attenter à la disposition divine. En rappelant l’épître aux Éphésiens, le canardier se revêtit de l’autorité religieuse pour la condamner plus rigoureusement : « Que les femmes soyent subjectes et obeyssantes à leurs marys, comme au Seigneur : car le mary est le chef de la femme, comme Christ l’est de son Eglise : et tout ainsi que l’Eglise est subjecte à Jesus Christ, ainsi les femmes le doivent estre à leurs marys10. »

  • 11 Ibid., p. 1.

7La critique n’est pas limitée au cas arrivé chez le drapier de Lorraine, « le plus infortuné et malheureux en femme, qui se puisse voir », aux alentours de 1620. Elle est destinée à l’ensemble des femmes qui cherche à usurper l’autorité maritale. Le canardier affirme d’ailleurs qu’il s’agit d’une occurrence fréquente, avec des « femmes, qui semblent pervertir la nature, et renverser l’ordre que son souverain Seigneur y a establi11 ». Le féminin est déclaré comme origine des disgrâces masculines et reçoit un portrait à la hauteur de ses détracteurs :

  • 12 Ibid., p. 3.

« Femmes, la peste du genre humain, la source de nos maux, l’Enfer de nostre vie, la pepiniere de nos travaux : femmes, lesquelles produictes pour le soulagement de l’homme, tant s’en faut qu’elles luy portée secours, qu’elles le precipitent dans un abysme de tourmens, de miseres, et mescontentements : femmes, lesquelles violans l’obeyssance qu’elles doivent à leurs marys, mesprisent l’institution de Dieu, degenerent de toutes les autres especes des animaux, entre lesquels la femelle se voit toujours assujectie au masle, et ainsi deviennent pires que bestes privees de raison et de jugement12. »

8L’antiféminisme exacerbé du canardier est motivé par les attaques régulières subies par Nicolas Badeine. Sa femme, non nommée, ne lui donne pas de repos, le frappant sans cesse. À la mégère s’oppose un bon mari, estimé de tous, qui sanglote et soupire. Ne jugeant pas suffisants ses nombreux tourments, elle incite son fils et sa fille, par ses « diaboliques suggestions », à battre également leur père, ce qu’ils font en le laissant dans un état proche de la mort. Trainés en justice, les trois coupables sont condamnés au supplice. Pourtant, le père et mari, doté d’une « bonté incroyable », supplie les juges de sauver sa famille. La morale extraite par le canardier est de savoir bien choisir sa compagne :

  • 13 Ibid., p. 8.

« Il fait meilleur (disoit le sage des sages Salomon) habiter en terre deserte, avec des Serpens, des Lyons, et des Tygres, qu’avec une femme querelleuse, et cholere. Ne vous laissés pas preferer les bestes farouches, rabaissés vos impitoyables courages, cherissés vos marys, et Dieu vous comblera d’heur, de felicité et prosperité en ce bas monde, et puis en ciel eternellement13. »

Illustration 5. – Discours veritable d’vn homme, qui a esté extremement battu par sa femme, et deux de ses enfans, Lyon, F. Yurard, ca. 1620 (Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel). Page de titre.

  • 14 Ecl. [26 : 10]. Sainte Bible, Livres Septentiaux, t. II, Paris, Méquignon Fils Ainé ; Lyon, Périss (...)

9Réimprimée à d’autres reprises et avec d’autres significations, l’image illustrant le canard renvoie à la distinction entre les bonnes et les mauvaises femmes. Ainsi, le sens de la représentation diffère au gré de la volonté et des objectifs du canardier. À gauche, un homme agenouillé supplie un démon qui menace de le battre avec un bâton. À droite, radicalement opposé à la figure d’humiliation, est présenté un couple en harmonie. La femme n’y apparaît pas entièrement : on peut ici comprendre que l’épouse docile évite de se montrer, se trouvant toujours derrière son mari. Les marques d’abondance attribuées au couple et opposées à la pauvreté de l’homme à gauche soulignent l’idée qu’avec une femme colérique, nul homme ne prospère. La citation biblique au-dessus de l’image l’explique : « Comme un joug mal assuré, ainsi est la femme méchante ; l’homme qui la possède est comme celui qui saisit un scorpion14. »

  • 15 Les cruautez inhumaine d’une femme de Paris. Nouvellement exercée sur la personne de son mary, et l (...)

10La même morale pourrait être appliquée à un canard imprimé à Paris en 1634, qui raconte le drame d’un homme battu presque à mort par son épouse, une femme qualifiée par l’auteur de mégère. L’origine de l’inimité conjugale réside dans l’extrême jalousie de la femme qui prive son mari de toute liberté. La destinée de l’homme est lamentée par le canardier, car « les hommes qui ont des femmes jalouses, sont perpetuellement pire que dans le feu des Enfers, ils sont à toutes heures gesnez de mille tourmens dans leurs liens15 ».

  • 16 Ibid., p. 14.

11La furie de la femme atteint son acmé le dimanche 19 février de la même année quand, après avoir reçu des invités pour dîner, elle se jette sur son mari avec un couteau pour lui couper les parties honteuses. L’homme gisant sur le lit ne l’apaise pourtant pas, et elle lui jette aussi de l’eau bouillante au visage et sur le corps. L’avenir du couple n’est pas exposé par le canardier qui examine toutefois la réaction des voisins qui ont porté secours à la victime : une assemblée de femmes a été réunie afin de reprocher à la jalouse ses débordements. Elles la « blasmerent grandement de toutes ces procedures, et notamment de ce qu’elle s’estoit attaquée aux parties que leur sexe cherit le plus16 ».

  • 17 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (...)

12Malgré l’insoumission féminine amplement traitée, seuls ces deux canards décrivent des hommes battus par leur femme dans la période analysée. L’usurpation de l’autorité du mari se révèle plus inquiétante que la moralité de sa femme, mais l’émasculation morale n’est accompagnée d’une certaine moquerie que dans la pièce de 1634 ; le texte racontant l’histoire de Badeine le présente jusqu’à la fin comme une victime innocente et digne de pitié. Pierre de L’Estoile, pour sa part, cite le cas d’une femme qui frappait son mari, en mai 1611 : « Elle avait un pauvre joubet [sic] de mari qu’elle battait bien souvent en plein Palais devant tout le monde, ne se contentant pas de le faire cocu17. » La conduite de la femme dans ce cas, ainsi que la faiblesse masculine, est doublement attaquée : le mari n’est qu’un jouet pour sa femme. Le renversement de l’autorité ouvre bien les portes au déshonneur.

  • 18 Natalie Zemon Davis, « La chevauchée des femmes », in Les Cultures du peuple, Rituels, savoirs et (...)

13L’inversion ritualisée des genres trouve ses racines dans des traditions populaires dont l’aspect ludique et le rôle de défouloir sont complètement absents du premier canard analysé, qui prend le sujet fort au sérieux. Les moments où les femmes subvertissaient l’autorité maritale étaient fixés rituellement et consistaient en une échappée du monde quotidien, ce que l’on peut observer dans différentes pratiques à l’aube des temps modernes. Dans le carnaval de Nuremberg, par exemple, les femmes malheureuses dans leur vie conjugale avaient la permission de battre leur mari. Par ailleurs, dans certaines régions rurales françaises, les rites de mai permettaient aux femmes d’exercer l’autorité dans leur maison et de se venger des mauvais maris pendant tout le mois18.

  • 19 Sur ce sujet voir l’importante collection d’estampes du monde à l’envers assemblée par Frédérick T (...)
  • 20 À propos des charivaris, voir notamment : Yves-Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités popula (...)
  • 21 Natalie Zemon Davis, Les Cultures du peuple…, op. cit., p. 180.

14Les pratiques d’inversion entre les rôles masculin et féminin, transposées dans la littérature et l’imagerie populaire19, reflètent la chevauchée sur l’âne des maris battus ou trompés, quand ils (ou leur effigie) étaient obligés de monter à l’envers sur l’animal et de parader au milieu de la ville, sous les cris des sociétés joyeuses20. Ce vacarme est justifié par une abbaye lyonnaise, en 1517, comme une répression de l’audace des femmes qui battent leur mari, puisque, selon la loi divine et civile, elles leur sont assujetties21. Écho des charivaris, le deuxième canard montre l’intention des voisins de faire porter au monsieur attaqué une quenouille et à sa femme un haut-de-chausses. Le résultat, pourtant, ne tourne pas à leur faveur quand l’un d’entre eux fait mention de critiquer les femmes réunies en assemblée. Une telle réunion, risible en principe, devient rapidement téméraire quand les femmes déshabillent et fouettent celui qui les critiquait. Ses compagnons se sont enfuis, de peur d’être aussi battus, et le récit s’achève avec la critique de l’un et l’autre genre.

  • 22 Yves-Marie Bercé, op. cit., p. 44-45.
  • 23 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Paris, Presses universitaires de F (...)

15Inversion morale et statutaire, la soumission à la femme réduit la valeur masculine aux yeux de toute la société. Yves-Marie Bercé interprète la tradition des charivaris comme une restauration de l’honneur masculin par le groupe22. À travers la moquerie, qui se fonde sur la vigilance communautaire, la société et ses valeurs sont réordonnées. Le même raisonnement s’applique aux femmes transgressives qui sont ridiculisées et, par conséquent, poussées à corriger leur comportement. Au XIXe siècle, le philosophe Henri Bergson attribue une fonction sociale au rire en parlant justement de la modification des objets de risée en les ajustant aux paradigmes sociaux23.

  • 24 D. E. Underdown montre une préoccupation récurrente en Angleterre au sujet des femmes querelleuses (...)

16La réalité vécue et son inversion sont ainsi opposées à partir des représentations du monde à l’envers. Quand le renversement sort des limites de l’imaginaire, il est intensément critiqué par la société, comme l’atteste l’histoire de Nicolas Badeine. Bien que le canardier s’acharne sur le comportement vicieux de la femme, il ne met pas en jeu la virilité du mari. L’homme est devenu une victime impuissante face à la violence, caractéristique du féminin, ce qui menace la société entière24. Comme l’auteur l’affirme, les « écervelées » doivent obéissance au mari, qu’il soit bon ou non. Contexte courant des œuvres littéraires, les périls pour les structures patriarcales trouvent leur expression majeure dans l’attention donnée à l’adultère.

Les épouses infidèles

  • 25 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 20.
  • 26 Sarah F. Matthews Grieco, op. cit., p. 284-289.
  • 27 François Rabelais, op. cit. Comment Rondibilis déclare cocuage etre naturellement des apanages du (...)

17Dans un canard de 1600, un auteur exprimait à travers le discours de Marguerite d’Auge la faiblesse attachée à la femme : « Seigneur vous cognoissez la fragilité de ma nature, et principalement de mon sexe, lequel, s’il n’est fortifié de votre puissance, ne peut combattre les tentations de ce monde25. » Marguerite, elle-même adultère, a succombé aux tentations et réaffirmé l’infériorité du féminin avant d’être exécutée. Attaque contre l’autorité masculine dans son essence, l’adultère met en jeu les structures sociales fondées sur la légitimité de la descendance et donc, dépendantes de la fidélité de l’épouse. Mais les multiples défauts du féminin comptent, précisément, avec l’inconstance. Le « sexe fourbe » dont parle Sara Matthews Grieco26 provoque des suspicions et, d’après les canardiers, celles-ci ne sont pas infondées. Rabelais, en outre, définissait déjà le cocuage comme un apanage du mariage27.

  • 28 Maurice Daumas, Au Bonheur des Mâles. Adultère et cocuage à la Renaissance 1400-1650, Paris, A. Co (...)
  • 29 Ibid., p. 12.

18L’adultère est un crime féminin à l’âge moderne, et les canards n’échappent pas à cette règle. Si du côté masculin il n’est qu’un abus, du côté féminin il relève de la transgression, comme le souligne Maurice Daumas : « L’abus se contente de gauchir l’ordre des choses, alors que la transgression le renverse. Devant un tel écart, le sens commun ne peut que réserver l’adultère aux femmes28. » Déjà accusée d’essayer d’usurper le contrôle de la maison, la femme endure cette double attitude qui condamne uniquement ses écarts. Le caractère transgressif de la trahison féminine est lié à l’insubordination : en violant la foi du mariage, la femme se rebelle contre la soumission due à son mari et seigneur, et déstabilise l’autorité patriarcale. Il s’agit d’« un comportement qui reflète la domination masculine, au même titre que le viol et la prostitution29 ».

  • 30 Jean-Pierre Camus, « L’emprisonnement et l’empoisonnement », in Christian Biet (dir.), Théâtre de (...)

19Jean-Pierre Camus s’est montré bien tolérant lorsqu’il s’est exprimé sur l’inégalité entre les conjoints par rapport à la fidélité : « Il faut avouer que les hommes sont extrêmement injustes et exercent une manifeste tyrannie dans leur mariages, exigeant de leurs femmes une fidélité dont eux-mêmes se dispensent30. » Il ne s’agit pas pour les canards de se montrer indulgents face au comportement masculin qui touche aux relations extra-conjugales. L’adultère s’y caractérise simplement comme un crime exclusivement féminin : il n’existe pas de pièce dans laquelle le mari trahit sa femme. Le rôle de ce dernier est bien celui de la victime innocente. En général, il aime son épouse et la traite bien. Il parvient même parfois à l’avertir de son comportement dissolu qui pourrait susciter la rumeur, ce qui exacerbe la relation entre l’adultère et l’insubordination. Néanmoins, le mari devient victime d’un complot entre sa femme et l’amant de celle-ci dans la plupart des cas. Il n’apparaît comme agent de punition des adultères que dans deux pièces.

20Sur trente-huit canards dont le sujet est un crime mixte, seize traitent de l’adultère. Dans onze récits la femme est le cerveau d’un complot visant au meurtre de son mari, tandis que dans deux pièces elle est tuée par son conjoint ou sous ses ordres. Dans deux autres textes elle se suicide en prison et dans un cas l’adultère est aggravé par l’inceste. Un seul canard met l’accent sur les actions de l’amant, un homme connu pour les différents crimes qu’il avait déjà commis avant l’adultère. C’est la femme donc qui suscite la faute dans la grande majorité des cas. Tous ces textes les présentent à la fin repentantes de leurs péchés.

21L’action de la justice, face aux épouses infidèles, vise toujours la punition capitale. Puisque l’adultère ouvre la porte à d’autres crimes et est intimement associé au meurtre, le renfermement dans des établissements religieux n’apparaît pas comme une option pour les épouses infidèles des canards ; il est le destin d’une femme du corpus qui a tué son mari (drame dans lequel l’adultère ne joue aucun rôle). On peut prendre comme exemple d’une telle punition un passage du journal de Nicolas Versoris, avocat au parlement de Paris. Dans une période antérieure à l’acmé des canards portant sur l’adultère (première décennie du XVIIe siècle), l’auteur donne des indices de l’interférence de la position sociale des accusées avec leur châtiment.

  • 31 Nicolas Versoris, Journal d’un bourgeois de Paris sous François 1er, Paris, Union générale, 1963, (...)

« Soit noté que Marie Quattrelivre, fille de maistre Nicole Quattre Livre, advocat à la court et femme de maistre Loys Rusé, lieutenant de la prevosté de Paris, par arrest de ladite court fut déclarée privée de la communaulté qu’elle eust pu avoir avec son mary, de son doire, de plus fust condemnée à estre tondue et enfermée à perpétuité à ung monastaire choisy par elle et fustigée estant audit monastaire les trois premiers vendredis de karesme, à la discretion de la prieure ou abbesse du monastaire. La cause de telle punition fust parce que son mari l’avoit accusé et depuis convaincue d’avoir rompu son mariage par diverses foys et de s’en estre partie en luy dérobant grant quantité de vaiselle d’argent et plusieurs chesne et basgue. Touteffoys, après l’arrest intervenu ladicte Marie, ses parents et aultres personages de court qui avoient credist en court, trouverent maniere d’avoir du Roy lettres d’abolition et de la saulver de peine de religion, mais elle devoit demeurer en quelque honneste maison31. »

22Le procès enregistré par Versoris, qui a eu lieu en 1521, montre l’attention portée à la position sociale de la condamnée, ainsi qu’aux relations établies par sa famille, même si le caractère objectif de la narration ne permet pas d’extraire des jugements de l’auteur. Les caractéristiques d’appartenance de la femme sont maintenues dans les occasionnels presque un siècle après : la femme apparaît d’abord comme fille, puis comme épouse. Même s’il n’y a aucune indulgence pour les héroïnes des canards, leurs réseaux de relations jouent aussi un rôle important dans le dénouement de leurs histoires, soit par les appels à la justice, soit par la honte endurée par leur famille. Les actes de la femme déviante ont des conséquences pour tout son entourage.

23Mais qu’est-ce qui motivaient les auteurs à détailler les passions féminines, si la sexualité elle-même n’avait d’autre fin que le mariage et la procréation légitime ? La présentation du crime montre l’attaque exemplaire à la norme. La sexualité féminine se révèle néanmoins un élément important dans les canards car elle est toujours dangereuse : c’est elle qui contraint les hommes à pécher, elle est donc une justification des fautes et échecs masculins. Il n’y a pas d’individualité, le genre féminin tout entier est une menace. Mais en narrant un crime précis – qui donne un caractère de réalité aux discussions théologiques et au large fonds culturel misogyne –, les canardiers conjuguent l’individualité de la criminelle – déviante qui a brisé les lois et mérite d’être punie – et les caractéristiques qu’elle partage avec l’ensemble de son genre.

Adultère et meurtre

  • 32 Jean-Pierre Camus, op. cit., p. 306-307.
  • 33 Robert Muchembled, Passions de femmes au temps de la reine Margot 1553-1615, Paris, Le Seuil, 2003 (...)

24Jean-Pierre Camus déclare, dans L’emprisonnement et l’empoisonnement, « que l’adultère et l’homicide sont deux monstres qui vont ordinairement ensemble32 ». Cette affirmation est valide pour l’ensemble des canards, dont deux tiers concernant l’adultère présentent aussi l’assassinat du mari. Espace où se modèlent les rôles masculin et féminin, « lieu de convergence des idéaux sociaux », le mariage « est aussi très souvent celui de la rupture des normes, voire de la violation des pires interdits33 ». Il n’existe aucun cas où l’adultère ne soit pas lié à un autre délit, que ce soit le meurtre ou l’inceste. Dans quinze des seize récits la femme est l’instigatrice du meurtre, et dans le cas subsistant elle est complice de son amant. Prenant un auxiliaire masculin, les femmes ne se débarrassent pas elles-mêmes du conjoint, mais laissent cette charge à leurs acolytes.

  • 34 Voir chapitre iii, « Les assassinats multiples d’Anne de Buringel », p. 110.
  • 35 Le vray Discours d’une des plus grandes cruaultez qui ait esté veuë de nostre temps, avenue au Roya (...)
  • 36 Ibid., p. 13.

25Anne de Buringel, responsable d’assassinats multiples (comme nous l’avons vu plus haut) qui incluent son père, sa sœur et ses deux neveux34, a aussi tramé, dans quatre canards, le meurtre de son époux. En fait, l’homicide de son mari a été le crime fondateur de cette grande tragédie familiale, celui qui l’a poussée aux assassinats suivants, quand elle passe du rôle de cerveau à celui d’exécutrice. Laissée seule pendant un long voyage de son mari, Anne prend comme amant l’un de ses serviteurs, Maurice Talleys, « beau, jeune et hardy, d’assez basse condition et de mauvaise vie35 ». Elle lui confie la raison de son chagrin : « Mon bien aymé, vous sçavez comme j’ay esté marrié malgré moy à ce vieillard qui ne tient compte de moy36. »

26Le malheur conjugal, à l’origine de l’adultère d’Anne de Buringel, est traité superficiellement dans les canards évoquant le thème. La plupart des protagonistes adultères agissent selon leurs passions désordonnées et leur ambition, tandis que l’attitude à adopter, d’après les canardiers, est la patience et la résignation. Anne, dépourvue de l’une et de l’autre, cherche à briser le sacrement du mariage en dépit des honneurs que son époux lui apportait. Craignant la découverte de son affaire, elle incite son amant à la délivrer du mari le plus vite possible. C’est elle qui choisit l’arme du crime – le poison – et qui détermine la manière dont son amant doit procéder. Le mari mort, il ne faut pas attendre longtemps pour les voir mariés, ce qui fait de Talleys un homme riche. Leur bonheur n’est pourtant pas éternel, puisqu’ils sont jugés pour leurs crimes et condamnés à mort.

  • 37 Voir chapitre iii, « Les filles ingrates », p. 116.
  • 38 Histoire prodigieuse, avec la justice qui en a esté faicte le 12 septembre 1598, s. l, s. n., ca. 1 (...)

27C’est le même destin pour les jeunes femmes Geneviefve et Loyse Jaquinot, en 1598. Le canard contenant leur histoire traite aussi du parricide qu’elles ont commis avec leur amant37, en plus de l’adultère de la première. Séduite par son cousin, le vicaire Christophle Nicolle, Geneviefve est convaincue par lui de se débarrasser de son mari. L’assassinat est entrepris par son amant qui, à la fin, est mis entre les mains de la justice et exécuté. Elle arrive à s’évader de prison, pendant que sa sœur raconte leur histoire et est condamnée à mort38.

  • 39 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux. Tome VIIe du Journal de Henri IV 1595-1601, Paris, Talland (...)

28Geneviefve Jaquinot est la seule adultère à échapper à la punition dans les canards, mais l’auteur avertit que la justice poursuit l’évadée, car de tels crimes ne peuvent pas rester impunis. C’est la diligence judiciaire, à laquelle le canardier fait foi, qui permet d’attraper les responsables de la mort d’un bourgeois parisien à la fin du XVIe siècle, drame d’ailleurs enregistré par L’Estoile. Il note en effet dans son journal, en mars 1599, le meurtre du marchand de vins parisien Jean Antoine, tué par Claude Jumeau, « qui avoit le bruict d’entretenir sa femme, fort belle, mais de mauvais gouvernemment, et qui s’entendoit, pour ce meurtre, avec son ruffien39 ». Accusés d’adultère et d’assassinat, la veuve et son amant furent exécutés place Maubert.

  • 40 Claude La Charité confère un caractère distinctif à ce texte, mais si on l’analyse dans l’ensemble (...)
  • 41 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 8.

29Le canard qui raconte ce cas est l’une des sources qui développe le plus la narration littéraire, qualifiée par Claude La Charité de « sorte d’hybride textuel à mi-chemin entre le canard sanglant et l’histoire tragique40 ». Narré à la première personne, l’occasionnel dote son héroïne d’une voix et de la conscience de ses actes : la femme se rend responsable de ses infortunes. Marguerite d’Auge confesse son orgueil et son ambition, qui l’ont fait mépriser sa condition de bourgeoise et aspirer à celle de demoiselle. À la différence d’Anne de Buringel, Marguerite dénonce l’adultère comme la cause de son malheur – et non son mariage –, avertissant tous ceux qui songent à mettre en péril l’honneur du conjoint confirmé par les lois humaines et divines. Consciente de ses attraits, la jeune femme révèle son pouvoir sur le sexe opposé : « O beautez ! ô graces trop attrayantes ! pourquoy ne m’avez-vous voilee dés ma naissance de quelque difformité, à fin que ma beauté ne provocast les hommes à pecher, et que mes graces ne fussent la cause de mon malheur41 ? »

  • 42 Natalie Davis, en opposition à Burckardt, discute la possibilité de trouver des traces d’individua (...)

30Son mari, cependant, découvre sa trahison. Il la bat, action qui n’est pas condamnée par la femme, et va au château de son amant pour venger son honneur, mais il y est tué. Marguerite déplore son propre courage, comparé à celui de Procné et de Médée, car elle n’est pas seulement adultère : elle a aussi participé activement au complot contre son mari en payant les assassins qui ont agi avec Claude Jumeau. On découvre une femme qui, comme d’autres protagonistes de cette littérature occasionnelle, arrive à s’individualiser dans la société à travers ses actions remarquables42. Le crime est, en effet, le moyen par excellence de distinction dans une société fondée sur la loi. Mais les conquêtes et les échecs de ces femmes ne sont pas le résultat d’actions individuelles : ils sont partagés par leurs réseaux sociaux et se prolongent dans l’image familiale. Les parents sont ainsi inculpés des débordements de leurs filles qui, elles, s’inquiètent du déshonneur lancé sur leurs proches. Quand le canardier fait se lamenter Marguerite d’Auge à propos de l’infamie jetée sur sa fille, il n’est pas loin de la réalité :

  • 43 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 14.

« Au lieu d’estre louëe par la vertu de vostre mere, qui vous devoit crayonner le chemin de bien vivre par ses bonnes mœurs ; je crains qu’on ne die : C’est la fille de madame Antoine, la fille de celle qui est cause de la mort de son mary ; et qui par son adultere et meurtre a esté executee en publicq ; combien que vrayment vous soyez innocente de ma faute43. »

  • 44 W. K. Pietrzak, « Le sentiment de culpabilité dans le récit bref en France au XVIe siècle », in Ac (...)
  • 45 J.-C. Arnould, « Le juge et le criminel dans les “canards” (1574-1610) », ibid.

31Marguerite d’Auge déclare que la grandeur de son crime avilit la réputation de toutes les femmes, surtout celle de sa fille, désormais héritière de la mémoire d’un père assassiné et d’une mère exécutée par la justice. Witold Pietrzack analyse chez les conteurs des récits tragiques du XVIe siècle l’émergence du moi à travers l’intense culpabilisation des criminels ou des victimes d’un crime (comme les femmes violées), non seulement à cause de l’atmosphère religieuse, mais surtout en raison de l’internalisation mise en œuvre par le propre sujet. Les remontrances au public narrées par les canardiers sont illustratives de ce processus : profondément repenties, les condamnées arrivent même à provoquer des larmes dans l’audience44. Pour Jean-Claude Arnould, le protagoniste du canard représente même une figure rédemptrice45. À travers l’expiation publique des péchés, l’ordre brisé est rétabli et on revient à l’effacement de la femme dans la société : celle qui a affronté les tabous sociaux est enfin remise à sa place.

  • 46 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge..., op. cit., p. 18.

32Dans son récit plein de remords, elle assume les fautes même de son amant : « J’ay esté le commencement et la fin de vostre malheur, et vous ay provoqué à ceste enorme assassin46. » Quand elle lui dit adieu, elle affirme que leurs amours doivent être oubliées, car c’est la seule manière d’obtenir l’indulgence divine. La demande de pardon est essentielle pour essayer de rétablir l’honneur familial souillé. La constance conjugale d’une femme adultère achève le récit, montrant que la vraie repentance est un exemple à suivre par tous les pécheurs. Elle recommande aux femmes l’obéissance et la dévotion aux maris :

  • 47 Ibid., p. 10.

« Nobles Dames, contemplez le spetacle d’une femme meurtrière. Regardez celle qui sembloit, selon le monde, estre la plus heureuse, qui maintenant pour son adultere est la plus miserable : et qui par le sang dont ses mains ont esté empourprees, a laissé un perpetuel scandalle et deshonneur sur vous. Faut-il que mon nom soit immortel par un acte si pernicieux, et qu’au lieu d’estre au rang des femmes pudiques et honnestes, je sois avec les meurtrieres et adulteres. Dressez vos trophees de mes malheurs ; faites des triumphes de mes depouilles, et que mon malheur vous soit un bon-heur ; pour ne vous precipiter en vos desordonnees affections ; pour ne vous veautrer au bourbier des voluptez de ce monde ; pour delaisser l’orgueil et le mepris de vos marys qui preside au milieu de vous ; et pour d’un sainct amour aymer vos marys, puis que l’honneur vous y convie ; les honnorer, puis que l’amour vous en prie ; leur obeir, puis qu’ils sont vos chefs, et tiennent la clef de vos affections pour les gouverner à leur volonté47. »

  • 48 Complainte pitoyable d’une damoyselle angloise, qui a heu la teste tranchée à la Minuict, pour avoi (...)

33La Complainte pitoyable d’une damoyselle angloise, qui a heu la teste tranchée à la Minuict, pour avoir voulu faire mourir son mary réunit divers éléments narratifs d’autres canards afin de raconter un drame prétendument arrivé à Londres, le 12 février 1600. Discours sur l’obstination amoureuse, le texte présente une jeune femme vertueuse, Suzanne de Vretchels, enviée des autres demoiselles de son âge en raison de sa beauté sans pareille. Son père, pourtant, l’a privée du bonheur promis par ses qualités. Il la donne en mariage à un homme qu’elle n’a jamais vu. En conséquence, « au lieu de fonder son amour sur l’autel inviolable de la loyauté de mariage, elle le fonda sur le vent inconstant de son infidelité ; au lieu d’un contentement, un regret perpetuel ; et au lieu d’un amour sainct, une haine secrette en son cœur48 ».

34Le malheur conjugal met ses qualités en échec, car elle finit par prendre un amant, le sieur de Brobzvitchen. Écho de l’histoire de Marguerite d’Auge, Suzanne est aussi battue par son mari, ce qui la décide à le tuer. Son amant, pourtant, n’arrive qu’à le blesser. L’affaire découverte, elle est faite prisonnière et condamnée à mort. Repentante à la fin, Suzanne implore le pardon de son mari et de ses parents. Avant d’être exécutée, elle conseille aux mères de ne pas commettre l’erreur de son père, à l’origine de sa disgrâce :

  • 49 Ibid., p. 13.

« Oh quelle pitié, que de marier une fille outre son gré ! Mon pere helas ! si vous m’eussiez donné le Sieur Solquan, celuy qui je aimoy tant, je ne seroy pas en ces peines, ny vous aussi de me voir reduite en ce lieux ignominieux. Mes dames, qui avez des filles à marier, faistes votre profit de mon dommage. Jamais ne donnés voz filles à un homme, qu’elles n’ayent veu qu’en peincture49. »

  • 50 Cette caractéristique des canards français les rapproche plutôt du modèle de la littérature de sen (...)

35La soumission des femmes aux maris est explorée par l’ensemble des canards touchant la contestation de l’autorité maritale, soit sur les obligations domestiques, soit pour avoir attaqué l’honneur ou la personne du mari. Dans ce contexte, l’adultère n’apparaît pas seulement comme un affront et un péril pour la légitimité de la descendance, mais aussi comme une inversion de l’autorité masculine. Une peur de l’indépendance féminine50 se révèle dans les sources, puisque c’est l’excès de liberté qui conduit les femmes à l’adultère. Leur contrôle est nécessaire et justifiable, afin de réaffirmer l’ordre patriarcal et de garantir sa reproduction.

36Les canards théoriquement narrés par des femmes n’échappent pas non plus à la logique patriarcale, symptôme d’une vision de monde hiérarchisé. La fréquence des attaques féminines indique pourtant une nécessité de renforcement des structures établies, y compris au niveau discursif. On observe la continuité du cycle présenté par cette littérature : l’exposition des crimes, la repentance et la punition des inculpés. Plus qu’une littérature de sensation à caractère banal, les canards sont ainsi un indice de la rupture de certaines femmes avec la vision contemporaine du féminin, même si elles sont sévèrement punies.

37L’infidélité apparaît dans ces textes comme le pire des nombreux défauts féminins. La femme adultère est « la mère nourrice » des horreurs qui suivent ce péché, comme dans le cas d’une damoiselle portugaise, mariée à un jeune avocat de Gascogne. Histoire véridique, le drame est exposé par différentes sources : deux canards, dont l’un a été remarqué par Pierre de L’Estoile dans son journal, et Le Mercure François. Chaque document présente des informations complémentaires pour retracer la tragédie et le rôle joué par la jeune dame.

  • 51 Histoire prodigieuse de l’assassinat commis en la personne d’un jeune Advocat. Advenue dans Tholose (...)

38Les canards racontant son histoire ont été imprimés juste après le crime en février 1609 (L’Estoile enregistre l’achat de l’un d’eux au mois de mars). La pièce en prose montre comment la femme a organisé l’assassinat de son mari avec son amant, un prêtre, et avec un conseiller de la ville. Ni les actes de ce dernier, ni la relation extraconjugale ne sont explorées par le canardier. C’est l’adultère pesant sur le religieux qui l’a fait inculper dans le crime, pour lequel ils ont tous les trois été condamnés à avoir la tête tranchée, en 1609 : « Voilà ce que c’est que de ces trainées de Satan, et des gages qu’il donne à ceux qui le servent : que pour un seul peché, et une femme de mauvaise vie, soyent advenus tant de desastrez51. »

  • 52 Ibid., p. 13-14.
  • 53 La demoiselle portugaise devient espagnole dans la description du diariste. Pierre de LEstoile, J (...)

39L’adultère est ainsi le crime fondateur sur lequel reposent les crimes subséquents. La jeune femme demeure l’objet principal des critiques du canardier, « comme ayant esté le fuzil d’où s’estoient esclattez tous ces malheurs, et ces furieuses catastrophes ». Lors de son exécution, elle a pourtant fait preuve d’« un courage du tout masle » face à la mort. Elle déplore les malheurs qui ont suivi son péché, ainsi que « la peine que sa mauvaise vie avait donée à la Cour52 ». Le canardier invoque la vengeance divine contre les adultères, et L’Estoile ne manque pas de souligner, lui aussi, le rôle de l’action divine dans la punition : « Laquelle histoire, avouée pour véritable, est digne de remarque, pour y reluire pleinement une singulière providence et jugement de Dieu53. »

  • 54 Complaincte faicte par feue damoyselle Chasteau que feust executee à Tolose pour avoir faict mettre (...)

40La Complaincte faicte par feue damoyselle Chasteau que feust executee à Tolose pour avoir faict mettre à mort son mary ne donne pas autant de détails que la pièce en prose, mais informe, par contre, du nom de la femme et du fait qu’elle avait vingt-six ans lors de son exécution. Ses complices n’ont droit qu’à quelques allusions puisque le canard ne s’intéresse qu’à la condamnée. Celle-ci avertit les femmes de bien surveiller leurs enfants : « Chatiez donc mes Dames,/Chastiez vos enfans,/Gardez qu’on ne vous blasme/Par leurs deportements54. »

  • 55 Le Mercure François ou la Suitte de l’histoire de la paix commençant l’an 1605 pour suite au septen (...)
  • 56 Ibid., p. 324-325.

41La remontrance publique de la condamnée est détaillée par Le Mercure François, qui décrit la préoccupation de Violante du Chasteau pour la réputation de ses sœurs qui ne doivent pas être vues « de mauvais œil » à cause de ses fautes : « Leur vertu n’a rien de commun avec mon vice55 », dit-elle à l’assistance. Le périodique enregistre l’influence de la femme sur le religieux Pierre Arias Burdeus, son amant, et sur François de Gayraud, conseiller de la cour de Toulouse, âgé de plus de soixante ans. D’après la publication, les deux ont été séduits par la Portugaise et ont agi afin de la délivrer de son mari. Mais même si la conception du crime n’est pas attribuée à la femme, comme c’est le cas dans le canard, elle en est la raison. « Elle eut bien le pouvoir d’embraser le cœur de ce Religieux, et d’exciter des flammes dans la poitrine de ce Conseiller56. »

  • 57 La sexualité comme source de pouvoir des femmes est aussi vue dans la littérature de rue de l’Angl (...)

42L’image de la femme séductrice dicte l’appréhension de la relation entre Violante et ses alliés. Comme les canards, Le Mercure François réitère les péchés de la femme, qui reconnaît ses erreurs lors de son exécution : elle a utilisé ses charmes pour attirer des admirateurs57. Dans ses derniers mots, elle affirme être innocente du meurtre, mais attribue la cause de la tragédie à son vice. En suivant le modèle des discours des condamnés, largement diffusé par les canards, elle offre sa disgrâce comme exemple à la jeunesse et particulièrement aux dames.

  • 58 Le Mercure François, op. cit., p. 331.

« Dames de Tholose, abandonnez je vous supplie ces vanitez, laissez ces pompes, laissez ces autours, et regardez où ces folies m’ont conduite, à moi qui me plaisois de me montrer si propre, si pompeuse et si attissee. Regardez donc mes Dames ces tendres mains, serrees d’une grosse corde : regardez ce chef superbe, volé d’une toile grossiere, et qui sera tout maintenant separé de son corps58. »

  • 59 Sara F. Matthews Grieco, op. cit., p. 288.

43La vanité, vice féminin critiqué depuis longtemps, est un péché commun aux adultères : Mme Chasteau affirme que la mort est une juste récompense pour ses prétentions, qui ont trop offensé Dieu. La séduction, artifice féminin majeur, ne peut pas s’en passer. Il n’y a aucune femme adultère qui ne soit pas aussi accusée de ce vice. La vanité est un indice d’excès de liberté, de manque de modestie et de perfidie, recours constants pour tromper les hommes et surtout les maris. La relation entre la ruse féminine et l’adultère est aussi observée dans l’iconographie du XVIe siècle, comme le montre Sarah Matthews-Grieco : « La femme n’est donc guère ce qu’elle paraît. Son aspect ingénu et son allure pudique sont autant de masques à l’aide desquels elle entortille l’homme afin de poursuivre impunément son propre plaisir. Le plus souvent, elle s’acharne à collectionner des cornes pour son mari59. »

  • 60 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne, en laquelle on recognois (...)

44L’influence exercée par les femmes séduisantes sur le sexe opposé est visible dans l’histoire d’une femme de Narbonne, racontée par des canards à deux reprises, en 1611 et 162360. Elle n’est pas la meurtrière de son mari, mais est tout de même responsable de sa mort, ainsi que de celle de son beau-père. La demoiselle des Chacastes séduit un jeune homme par sa beauté et ses grâces, mais elle exige, pour se donner à lui, qu’il tue son propre père. La demande est faite sans raison apparente, suivant un caprice de la jeune fille, et le gentilhomme, « transporté d’amour » et sans y penser à deux fois, l’empoisonne le jour suivant. Le canardier critique le mauvais naturel de la femme, source des disgrâces masculines :

  • 61 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne…, op. cit., p. 8-9.

« O lasche demande ! o perverse engeance ! que t’a fait ce pauvre homme ? où tend ta ruse ? O jeune gentilhomme, ignore-tu encore que la femme est la boutique des meschancetez ? par laquelle tant de villes ont esté rez terre, qui est cause de tant de pauvretez ? et que jamais il ne faut accorder ses demandes, ny adjouster foy à ses paroles, ny la croire quoy qu’elle soit morte61 ? »

45La satisfaction de sa volonté ne freine pas pour autant les perversités de la jeune femme. Mariée depuis peu, elle commence à avoir un comportement lascif en l’absence du mari, nouvelle preuve de son mauvais caractère. Mais sa débauche ne dure pas longtemps : elle est prise en flagrant délit d’adultère par son mari, qui tue son amant. Effrayée, elle crie qu’il veut la tuer comme il a tué son père, de sorte que tous deux sont mis en prison et interrogés. Elle met fin à ses jours avant d’être exécutée, rejoignant ainsi la minorité de suicides que l’on trouve dans les occasionnels. Son corps est traîné à travers la ville et pendu par les pieds. Le gentilhomme confesse tout ; il est condamné à faire amende honorable devant la maison de ses parents et à être décapité en place publique. Dans sa harangue, il la rend responsable de tous ses malheurs, rappelant certaines figures féminines emblématiques de la tromperie :

  • 62 Ibid., p. 14.

« Femmes, source des malheurs, tesmoing la Pandore d’Hesiode, femmes, origine des divorces entre les nations les plus conjoinctes, tesmoing Helene, femmes, cause des meurtres et assacinats comme Dina, femmes, pleines de trahisons, tesmoing Dalila ; femmes abrutissent du tout les hommes, tesmoing les concubines de Salomon, femmes, cause des ruines, tesmoing Jesabel ! Bref, femmes, cause de tous les malheurs, de tant de perditions de biens de fortune, de biens du corps, de biens de l’ame, tesmoing ceste Chacastes plus felonne qu’un tigre d’Hircanie62. »

46L’homme s’est persuadé que la ruse féminine est la seule cause de ses crimes. Sa disposition si spontanée à satisfaire les volontés de la jeune femme n’est pas prise en compte. Le parricide qu’il a commis n’est pas autant déploré que sa dévotion sans limites à la demoiselle qui, à la fin, s’est révélée inconstante. Le gentilhomme conclut que l’amour impudique a abruti son jugement, et que la sensualité l’a jeté dans les bras de l’ennemi du genre humain :

  • 63 Recit veritable advenu en la vile de Narbonne…, op. cit., p. 13.

« Tu as suivy ceste somptuosité et luxe, ô amour lascif et impudic peste, et nourricier des douleurs : qui m’ayant charmé comme un autre Circé, qui changeoit les hommes en bestes, tu m’as privé de tout de la raison, qui est la chose la plus digne de l’homme, me seillant les yeux de l’ame tellement que tu m’as rendu aveugle, me faisant conduire pas les appetits charnels ennemis mortels de l’homme63. »

  • 64 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne…, op. cit., p. 14-15.

47Le naturel destructif de la femme est mis en évidence par les caprices d’une demoiselle qui ont coûté la vie de quatre personnes, y compris la sienne. Priver la justice du châtiment qui lui a été imposé est sa vengeance finale, de sorte que les derniers mots de repentance et d’exhortation à un comportement chaste et vertueux ont été perdus. Le point de vue masculin, renforcé par la manipulation et la trahison, déclare la malignité de la femme et conseille à l’audience de la fuir : « Vous voiez, ô noble assistance, combien la femme meschante est à fuir, apprenez à mes depens à fuir ces pestes, ces cloaques, ces cachots pleins de malice, ces Charibdes plein de trahisons, ces Labirinthes pleins non seulement de Minotaures, mais d’hydres, de dragons, de viperes64. »

  • 65 Cruauté horrible et espouvantable perpetree contre Jacques Puget, dit Capitaine d’Aubonne, à la sol (...)

48Comme à la demoiselle de Chacastes, les mots sont interdits à Ayme. Femme et meurtrière de Jaques Puget, capitaine d’Aubonne, son histoire a été basée sur la confession de Jean Roch, serviteur de la victime et l’un des amants de sa femme65. Le texte est accompagné de la sentence proclamée par le juge de Vulpillières, en Genevois, le 23 juillet 1609, élément qui renforce la légitimité du récit. Non satisfaite du simple meurtre de son mari, tué à coups de bâton et d’épée sur le chemin de sa maison par deux inconnus, Ayme demande son cœur pour s’assurer de sa mort. La barbarie de la femme envers son conjoint, attestée par un témoin que l’on a torturé, s’oppose à la grande détresse qu’elle aurait feinte après la découverte de la dépouille mortelle. Soupçonnée par la justice, la femme s’enfuit rapidement. La sentence de son procès précise les crimes pour lesquels elle a été condamnée :

  • 66 Ibid., p. 8.

« Sçavoir ladicte Ayme vefve dudict d’Aubonne avoir par diverses fois et en divers lieux violé la foy de loyauté promise à son mary, en prostituant son corps en adultere avec ledict Jean Roch, et Mammert son frere par diverses fois à Geneve pour recouvrer du poison : en ayant baillé à manger à sa propre fille (nommee Pernette) pour la faire mourir, et essayer si le poison estoit bon pour effectuer sa mauvaise volonté a l’endroict de son mary : comme aussi d’avoir sollicité lesdicts freres Roch par diverses fois, au defaut dudict poison, de tuer et faire mourir sondict mary, tant par l’entremise dudit Jean leur serviteur, luy promettant de l’espouser66. »

  • 67 Maurice Daumas, op. cit., p. 34.

49L’équivalence entre l’adultère féminin et la prostitution montre le caractère unilatéral du concept. Comme dans le portrait du cocuage de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance tracé par Maurice Daumas, la « femme adultère passe aux yeux des voisins comme une femme publique, à laquelle tous les hommes peuvent prétendre67 ». Ayme renforce cette image, car à travers la sexualité elle cherche le meilleur moyen de se débarrasser de son mari. Il s’agit du crime fondateur d’une série de délits : meurtre, infanticide présumé, fuite devant la justice. Sa cruauté exceptionnelle n’a pourtant pas été punie. Condamnée à être brûlée et son corps réduit en cendres, sa sentence a été appliquée en effigie « pour servir d’exemple », pendant que son amant a eu la tête tranchée et son corps mis sur la roue. Lors du supplice étaient présents les sept enfants d’Aubonne, dépourvus dès lors de père et de mère.

  • 68 Execution d’un capitaine, dans la ville de Lyon. Ensemble la desloyauté d’une Damoiselle envers son (...)
  • 69 Ibid., p. 14.

50Un seul canard, publié en 1626, met l’accent sur les actions de l’homme impliqué dans l’adultère68. La demoiselle Claudine Grumer, mariée au seigneur La Voute, prend pour amant un capitaine nommé La Fleure, connu pour plusieurs crimes et homicides : « Ceste cruelle et desloyale […] a trahy la loyauté de son mary pour s’adonner à un brigand69. » Son mari, malgré la gravité de l’offense, l’avertit et l’incite à corriger son comportement, montrant encore une fois la nature louable des époux dans l’univers des canards. Néanmoins, la femme ignore son autorité – appliquée subtilement et sans recours à la violence – et donne des instructions à son amant pour qu’il s’en débarrasse. Attaqué à coups de poignard, il meurt, laissant la voie libre au mariage des adultères.

  • 70 Ibid.

51Un tel crime ne peut pourtant pas demeurer impuni. Un dernier délit commis par le capitaine conduit la justice à renouveler le procès de l’assassinat du premier mari de Claudine Grumer, si bien que les deux sont enfin condamnés à l’échafaud. « Elle servira doncques d’exemple à la posteriorité, et à celles qui sont luxurieuses, d’un miroir où elles verront la vengeance de Dieu sur ceux et celles qui par leurs meschancetez ne cessent d’enfraindre ses loi70. »

52La justice terrestre agit comme représentante des lois divines – et offenser le Créateur se traduit par une peine pire que les châtiments appliqués par les parlements. La vengeance céleste est invoquée contre celles qui maculent la couche maritale, montrant ainsi une volonté de contrôler le féminin, dont la sexualité est toujours dangereuse. La morale extraite de ces tragédies indique comment les femmes, y compris les épouses, doivent être constamment surveillées. L’adultère, de plus, ouvre la porte à d’autres crimes ; les femmes sont prêtes à se débarrasser d’un mari qui est un obstacle à leur bonheur. Les canardiers rappellent, cependant, que l’amour sensuel obscurcit la vision des gens et les achemine à la perdition. C’est le destin incontesté d’un couple pour qui l’adultère n’est pas le plus grand crime.

Adultère et inceste

  • 71 Supplice d’un frere et d’une soeur decapitez en Greve pour adultere et inceste, Paris, P. du Pré, 1 (...)
  • 72 La grande cruaute et Tyrannie. Exercee en la ville d’Arras, ce 28. jour de may, 1618. Par un jeune (...)

53L’inceste figure dans deux canards évoquant des femmes fautives pour la période analysée. Délit parmi ceux les plus condamnés, il apparaît dans l’un et l’autre texte sous la forme d’une liaison entre un frère et une sœur. Même si elles se basent sur un même crime, ces histoires diffèrent néanmoins quant au rôle joué par leurs protagonistes : la première, publiée en 1604, présente un frère qui séduit sa sœur et l’éloigne de ses obligations envers son mari et ses enfants71. La seconde, publiée en 1618, raconte l’inquiétante histoire qui se déroule à Arras d’une sœur qui désire son frère et qui finit par tuer le fruit de leur relation72. L’une est donc aggravée par l’adultère, l’autre par l’infanticide.

  • 73 Supplice d’un frère et d’une sœur décapités en Grève pour adultère et inceste, Paris, P. du Pré, 16 (...)
  • 74 Ibid., p. 103.
  • 75 Ibid., p. 104.
  • 76 Ibid., p. 105. Pantière : « Espèce de filet qu’ont tend à des arbres, pour prendre de certains oise (...)

54L’infidélité se place au premier plan dans le canard de 1604, tiré d’un fait réel dont le dénouement a eu lieu l’année précédente. Malgré la date de publication, l’auteur affirme : « A la pronunciation qui leur en fut faite le mardy deuxiesme de ce mois de decembre mil six cens troys en la chapelle de la conciergerie73. » Le canardier commence sa narration par un rappel de la gravité du délit : « Il n’y a ordure qui tant provoque l’ire de Dieu et qui attire tant cruelles suites de vengeances, que l’adultère74. » Dans un siècle qu’il trouve corrompu, l’auteur critique la jeunesse et surtout les ruses employées par les femmes. Même s’il juge le féminin comme un « sexe fragile auquel les hommes dressent perpétuellement des embuches75 », il le critique davantage dans sa relation avec le monde masculin, car les femmes ont recours à divers artifices : « Parures, dorures, perles, boutons, passements, clinquants, échiquetures, nouvelles façons d’habits, fraises à gorge ouverte, fards, poudres, frisures et artifices, œillades, caresses, chants et mignardises dont elles usent, sont des toiles et pantières où elles essayent d’attraper les plus oisifs76. »

  • 77 Supplice d’un frère et d’une sœur décapités en Grève…, op. cit., p. 106.
  • 78 Marguerite de Ravalet a été mariée à l’âge de 13 ans, pendant que son mari, Jean Lefebvre, en avai (...)

55Les mauvaises mœurs sont la cause des scandales contemporains : l’auteur affirme qu’en l’espace d’un an, cinq femmes mariées ont été condamnées à mort pour avoir comploté le meurtre de leur mari, en plus de deux cas d’inceste qui ont choqué la société. L’un d’eux est présenté dans le canard pour servir d’exemple à la jeunesse. L’histoire a comme protagonistes un frère de vingt et un ans, et sa sœur de dix-sept ans, issus d’une famille noble de la Basse-Normandie. D’après le canardier, le mauvais caractère du jeune homme est déterminant pour le crime et la tragédie qui l’a suivi : il avait déjà promis le mariage à une jeune bourgeoise parisienne, qu’il a abandonnée après l’avoir mise enceinte. De retour à la maison paternelle, « il vit sa sœur d’un œil impudique, puis fit tant qu’il la détourna de l’amitié de son mari, sous prétexte d’inégalité d’âge et de qualité77 ». Même si l’auteur n’arrive pas à condamner les différences entre les conjoints, il fournit des données essentielles pour comprendre le mariage malheureux qui n’a pas empêché l’inceste : l’époux n’était pas à la hauteur de la jeune fille accusée, ni en âge, ni en qualité78.

  • 79 Tancrède Martel montre, à travers des actes de baptême, qu’en fait Marguerite de Ravalet a eu une (...)
  • 80 Supplice d’un frère et d’une sœur…, op. cit., p. 109.

56La personnalité de la jeune dame n’est point explorée. Le canardier se limite à raconter l’abandon de son mari et de leurs deux enfants79, puis la fuite avec son frère. Le jeune couple cherche à se cacher à Paris, anonymes dans une grande ville, mais ils n’échappent pourtant pas à la justice. Découverts par le mari, ils sont mis en prison. La demoiselle, enceinte, essaye de nier l’inceste et attribue la paternité de son enfant à un autre homme. Même après la sentence finale, ils insistent tous deux sur leur innocence, jusqu’à ce que l’on arrive à les convaincre de se confesser. C’est la demoiselle qui incite son frère à assumer les conséquences de leurs fautes : « Mourons, mon frère, nous l’avons bien desservi, et prions Dieu qu’il nous fasse merci80. » Ils sont condamnés tous les deux à avoir la tête tranchée. Leur jeunesse et leur beauté ont ému le public affluant à l’exécution, ce dont témoigne Pierre de L’Estoile :

  • 81 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 120.

« Le mardi 2e de ce mois [décembre 1603], furent décapités, en la place de Grève, à Paris, un beau gentilhomme normand, riche (ainsi qu’on disait) de dix mille livres de rente, nommé Tourlaville, avec sa sœur, fort belle, âgée de vingt ans ou environ, et ce pour l’inceste qu’ils avaient commis ensemble : desquels le pauvre père s’étant jeté à genoux aux pieds du roi, le jour devant, pour demander leur grâce, Sa Majesté lui aurait refusée, ayant fait réponse que si la femme n’eût point été mariée, il lui eût volontiers donné sa grâce, mais que l’étant, il ne pouvait : bien lui donnait-il leurs corps pour les faire enterrer. La reine aussi s’y montra fort contraire, et dit au roi qu’il ne devait souffrir une telle abomination en son royaume81. »

  • 82 Supplice d’un frere et d’une sœur…, op. cit., p. 110.

57Les protestations de la reine sont présentées par l’auteur du canard, qui loue la résolution du roi de ne pas laisser ce crime impuni. Il finit son récit par un avertissement : « Jeunesse oisive, regardez-vous en ce miroir82. » La préoccupation récurrente des canards d’expurger les fautes des jeunes, trop sensibles aux mauvais exemples, se révèle encore une fois dans la séquence narrative comprenant le vice, le crime et le châtiment. La pitié éprouvée par le public présent à l’exécution n’est pas partagée par l’auteur. La honte infligée au mari l’affecte plus que la jeunesse et la beauté des criminels.

58Pierre de L’Estoile présente en outre un nouveau cas d’inceste où la jeunesse de l’accusée a été décisive pour que sa fin soit moins tragique. Une « garce », selon le mémorialiste, qui a eu des rapports sexuels avec le mari de sa sœur, un cas d’inceste certainement moins grave que celui de Tourlaville. La mauvaise renommée de l’accusé a sans doute joué un rôle dans sa condamnation : « maquereau de profession », il a été pendu en place de Grève à Paris le 8 juillet 1609. Malgré tout, sa belle-sœur, vraisemblablement grâce à ses attraits, s’est sauvée de la potence :

  • 83 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 470.

« Encore qu’elle méritât de tenir l’autre bout de la potence près de son beau-frère, si en fut-elle quitte pour assister au supplice, condamnée au bannissement et au fouet, qu’elle eut au pied de la potence. On disait que M. le Président de Jambeville, ému de sa beauté et grande jeunesse, qui n’était que de quinze à seize ans, avait été cause de lui sauver la vie, ses juges concluant presque tous à la mort. Et est à noter, qu’aussitôt qu’elle eut été expédiée, on la fit mettre dans un carrosse, qui l’attendait, et qu’on lui avait envoyé exprès : ne manquant jamais les femmes de sa qualité (mêmement au temps présent) de faveur et de bonnes connaissances83. »

  • 84 La première édition des Histoires tragiques de nostre temps, publiée en 1614 à Cambrai par Jean de (...)
  • 85 Maurice Lever, « De l’information à la nouvelle : Les “canards” et les “Histoires Tragiques” de Fr (...)

59La beauté de Marguerite de Ravalet ne l’a pas sauvé de ses juges, mais François de Rosset l’a pérennisée. Le Supplice d’un frère et d’une sœur décapités en Grève pour adultère et inceste a eu une grande audience considérant sa transposition dans une histoire tragique, Des amours incestueuses d’un frere et d’une sœur, et de leur fin malheureuse, et tragique, dont la première édition apparaît en 161484. Dix ans après sa publication, le canard n’a pas simplement été transcrit par l’auteur. Les faits centraux du texte original sont présentés, mais la moralisation du récit est tempérée par des personnages romanesques. En transformant le récit au goût du jour, Rosset l’adapte à un public différent de celui des canards, car, manifestement, « les mœurs y sont trop brutales, les passions trop outrées, les âmes trop archaïques, les crimes trop sanglants85 ».

  • 86 François de Rosset, « Des Amours incestueuses d’un frere et d’une sœur, et de leur fin mal-heureus (...)
  • 87 Marguerite et Julien de Ravalet. Julien prit le nom d’Arreville, terre offerte par son grand-oncle (...)
  • 88 François de Rosset, op. cit., p. 256.

60Rosset commence sa narration par un avis sur les monstruosités trouvées en Europe et parle de son époque de la même manière que les canardiers : il s’agit d’un siècle « trop corrompu », « l’égout de toutes les vilainies des autres86 ». En ce temps ont vécu Doralice et Lyzaran, les jeunes anonymes du canard87. Les deux étaient inséparables dès leur plus jeune âge, dormant longtemps ensemble sans que les parents y fissent objection. Quand le garçon est envoyé au collège, la séparation est source de larmes, « que le pere et la mere attribuoient seulement à l’amitié fraternelle. Mais l’amour impudique, et detestable y estoit desja sans doute meslée88 ».

  • 89 Maurice Lever, op. cit., p. 593.

61La quête d’une explication pour le crime commis réside dans le passé. L’histoire de Rosset, dépourvue de l’objectivité des faits du canard, ne résiste pas à la tentation d’expliquer l’origine des sentiments de ses personnages. L’auteur écrit une histoire qui montre un jeune couple amoureux plutôt que vicieux, victime de la permissivité des parents et ainsi digne de la pitié du public. Comme Maurice Lever le souligne, la logique du récit est valorisée en dépit des évidences factuelles. « A force d’artifices, la nouvelle exorcise l’information de toute sa charge d’irrationnel : à la raison (absente) des personnages elle substitue la logique des procédés. Et la vérité dont elle se réclame avec tant d’insistance devient à son tour une vérité recomposée que sa redondance même signale comme ornement89. »

  • 90 François de Rosset, op. cit., p. 262.

62Les efforts pour donner un cadre à la tragédie emphatisent le drame de l’avenir imposé aux jeunes : le père destine son fils à la vie cléricale, sa fille au lit d’un riche et vieux voisin. Les protestations de Doralice ne sont pas prises en compte, et la demoiselle est contrainte à se marier. Son frère lui rappelle les devoirs des enfants envers leurs parents et lui conseille donc de se soumettre : c’est un rappel de l’auteur à la nécessaire obédience filiale. Mais en décidant de rester chez les nouveaux mariés, il se sert du mariage comme couverture pour leurs rencontres. Doralice aime Lyzarin « non seulement comme frere, mais encore d’un amour violant par dessus tout le reste des hommes ». Quant à Lyzarin, il porte un « amour desordonné » à sa sœur90. Les deux accomplissent leurs désirs, mais l’horreur de l’inceste ne leur échappe pas, surtout à la demoiselle. Pour Rosset, la jeunesse et la beauté du couple sont presque une excuse pour des personnages beaucoup plus idéalisés que dans le canard.

  • 91 Ibid., p. 267.

« A la verité, s’ils n’eussent esté si proches de sang, ils seroient plus excusables en leur folle passion ; car elle estoit une des beautez les plus parfaites que j’aye jamais veuë, et luy l’un des plus beaux Gentils-hommes qu’on puisse voir. Mais quand je pense à leur vice si scandaleux ; je suis contraint de m’estonner ; comme Dieu que void tout, pouvoit tant souffrir ceste méchanceté, sans la punir91. »

  • 92 Thierry Pech, Conter le crime. Le Récit criminel et les histoires tragiques de Pierre Boaistuau à (...)

63La « poétique tragique du crime » construite par ce genre d’histoire, dont parle Thierry Pech92, ne laisse pas d’exacerber le récit. Rosset unit deux éléments centraux aux Histoires tragiques : la crainte et la pitié. La pitié est obtenue à travers l’empathie du lecteur qui, ému par la beauté des accusés, ne peut que déplorer leur triste fin. C’est la pitié qui humanise les monstres montant à l’échafaud. Mais la crainte est aussi nécessaire, car le crime ne peut pas être toléré. Ni la noblesse, ni la jeunesse des condamnés ne doivent être vus comme excuse au délit.

  • 93 Ibid., p. 12.

« Ces “grandes” passions offrent en effet deux points de vue singuliers et parfois inconciliables sur le crime : un point de vue d’altérité absolue où le criminel est appréhendé comme un corps étranger en qui il faut tuer le monstre, et un point de vue d’identité malheureuse où il est considéré comme un compagnon d’humanité et symboliquement réintégré à la communauté93. »

  • 94 Marguerite a enfanté un garçon, entre le 20 et le 25 septembre 1603, dans la prison. L’enfant a re (...)
  • 95 François de Rosset, op. cit., p. 276.
  • 96 Ibid., p. 281.

64Rosset, comme un voyeur, suit les amours condamnables du frère et de la sœur. Ces derniers continuent à se rencontrer, jusqu’à être surpris par une servante qui avertit son maître. Séparés par les prohibitions du mari de Doralice, ils décident alors de s’enfuir, emportant les joyaux de la jeune femme. Leur destin est le même que celui présenté par le canard : les jeunes essayent de dissimuler leur parenté et de se cacher à Paris, mais ils sont malgré tout trouvés par l’époux trompé, et arrêtés. Enceinte de son frère, Doralice donne le jour à une fille, dont le destin n’est pas précisé94. La demoiselle réclame l’indulgence pour son bien-aimé : « C’est moy qui suis cause de tout le mal. J’en dois recevoir tout seule la punition : et puis sa grande jeunesse vous doit toucher à compassion. Il est capable de servir un jour son Prince en quelque bonne occasion95. » Sa demande est vaine, tous deux sont condamnés à mort. « Leurs execrables amours avancerent la fin de leurs jeunes ans. Exemple memorable, qui doit faire trembler de peur les incestueux et les adulteres : Dieu ne laisse rien d’impuny. Sa vengeance trouve toujours le coupable, s’il persevere en sa malice96. »

65Rosset, en soulignant l’équivalence entre le châtiment appliqué par la justice temporelle et la vengeance divine, avertit les fautifs des peines encourues, non seulement matérielles, mais aussi salutaires. Pierre de L’Estoile mentionne dans son journal un autre cas d’inceste entre un frère et une sœur, où malgré les affirmations véhémentes d’innocence de l’accusé, il reconnaît que sa punition est bien méritée en raison de ses fautes envers l’Église :

  • 97 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), Genève, Droz, 2001.

« Le mercredi dernier juillet, de l’an present 1585, Vermondet, fils du lieutenant general de Limoges, fust decapité à Paris, accusé d’inceste qu’il avoit commis avec sa sœur. Il mantinst jusques au dernier souspir qu’il en estoit innocent : et toutefois recognoissoit, en ce fait, un juste jugement de Dieu, lequel justement le punissoit pour avoir esté bien trois ans sans le prier, ni dire seulement sa Patenostre97. »

  • 98 Robert Muchembled, Passions de Femmes…, op. cit., p. 227.

66Dans l’histoire de Doralice et Lyzarin (en réalité Julien et Marguerite de Ravalet), l’adultère est décisif pour la condamnation, puisque le roi précise que si la jeune fille n’avait été pas mariée, il aurait pu lui octroyer sa grâce. Durant la réorganisation du royaume après les guerres de Religion, les fautes envers l’autorité patriarcale ne pouvaient pas être allégées. Pour Robert Muchembled, le procès des Ravalet a un caractère fondateur du tabou de l’inceste entre frère et sœur dans les sociétés modernes ; le crime, qui était jusqu’alors l’objet d’une censure et d’une condamnation théorique, est dorénavant celui d’une persécution rigoureuse98. Les efforts du mari pour trouver le couple fugitif signalent la témérité des époux trompés, qui comptent sur le ferme soutien de la justice.

La vengeance masculine

  • 99 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (...)
  • 100 Sur le rôle du cocu dans les sociétés festives à la Renaissance, voir Maurice Daumas, op. cit.

67Le rôle du mari trahi dans les canards n’est pas un sujet facétieux. Même le terme « cocu » n’y est habituellement pas employé (dans les Histoires tragiques non plus), bien qu’il fasse partie du langage courant. Pierre de L’Estoile parle, par exemple, d’un avocat, « cocu d’une plus haute et éminente qualité99 », qui a trouvé sa femme au lit avec un capitaine. Le « cocu », en effet, n’est pas associé dans ces livrets de la littérature occasionnelle à une figure risible ou à un statut revendiqué par un cercle masculin100, mais il s’agit plutôt d’un personnage digne de compassion, qui a été pris dans les filets féminins.

  • 101 Sarah F. Matthews Grieco, « Corps, apparence et sexualité », in Natalie Zemon Davis, Arlette Frage(...)

68Les critiques sont davantage dirigées contre les femmes infidèles, symboles de la malice féminine. Cependant, les maris sont coupables de ne pas imposer leur autorité naturelle. D’après Sara Matthews Grieco, « la virilité du cocu n’était pas seulement mise en cause parce qu’il était incapable de “conserver” sa propriété (c’est-à-dire de satisfaire sa femme sexuellement), mais aussi en raison de son inaptitude à gouverner sa propre maison101 ». Tandis que les critiques des canardiers convergent vers la deuxième proposition, ils ne remettent pas en question la masculinité du mari. Ce n’est pas lui qui laisse sa femme insatisfaite, c’est la femme adultère qui a une nature corrompue.

  • 102 Histoire tragique et memorable advenue a Paris, en ce Karesme mil six cens deux, le seiziesme de Ma (...)

69Les représailles du mari font l’objet de deux pièces seulement, l’une où la femme persiste dans le vice, et l’autre où elle se repent. Le premier canard, publié en 1602, condamne les vanités des dames de son époque et traite des scandales à Paris d’une femme adultère, âgée d’environ vingt et un ans. Les conseils de son entourage, ainsi que de son mari, n’ont pas été suffisants pour qu’elle se repente de ses fautes. Son mari l’a même avertie avant la tragédie, affirmant « qu’il la tueroit avec son ruffion s’il les trouvoit ensemble, que volontiers luy pardonnoit le passé102 ». Pourtant, ni la générosité de son époux, ni le sermon à l’église condamnant les adultères ne sont pris en considération. Surprise avec son amant, tous deux ont été tués par le mari. Pierre de L’Estoile raconte le cas dans son journal :

  • 103 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 67.

« Le samedi 16e, une jeune demoiselle nommée la Scipion, âgée de vingtun ans, demeurant à Paris, près de logis de la reine, ayant été surprise par son mari couchée avec un nommé La Brune, secrétaire du duc d’Aiguillon, fut avec ledit La Brune tuée et assassinée par lui. Elle avait été, ce jour, au sermon de l’adultère qu’on avait prêché à Saint-Germain, et, au sortir, fut reconduite par ledit La Brune jusqu’en son logis, où allant ne tinrent autres propos que de risée du prédicateur et de son évangile : ce qui est digne d’être noté103. »

  • 104 Claude Le Brun de la Rochette, « Le Proces Criminel, Livre Premier », in Le Procez civil et crimin (...)

70La confusion entre justice privée et justice publique permet aux canardiers – ainsi qu’à L’Estoile – d’excuser les actions individuelles fondées sur la vengeance et sur la notion d’honneur. Face à un honneur brisé, presque tout est permis. D’après La Rochette, « tous les Parlemens de France prononcent coustumierement pour l’abolution du mary, qui trouvant sa femme en adultère, l’a tuee avec son adultere104 ».

71Le deuxième texte qui traite de la colère du mari expose une récrimination, non contre son droit de vengeance, mais contre les moyens qu’il a employés. En 1605, un homme retourne chez lui en Savoie après quinze mois d’absence et trouve une fillette de deux mois que sa femme avait enfantée. Elle, consciente de sa faute, se présente à son mari avec un poignard à la main, lui demande pardon et s’offre en sacrifice en réparation à son offense. Mais il veut d’abord tuer son amant, qui s’enfuit. Le gentilhomme prépare alors sa vengeance : il donne des instructions à ses deux enfants, l’un âgé de dix ans et l’autre de huit, pour qu’ils tuent leur mère et leur demi-sœur.

  • 105 Histoire tragique, d’un gentil-homme Savoyard, qui ayant trouvé sa femme adultere, la fit tuer par (...)

« Je vous dis, en un mot, que votre mère est une putain, adultère, qui a conçu d’un ruffian une fille que vous voyez tenir le rang de sœur auprès de vous. Si vous voulez reblanchir votre front et de recolorer de son premier lustre, et si vous voulez que je vous avoue mes enfants, il faut que vous fassiez hardiment ce que je vous dirai ; autrement, n’espérez point d’avoir de père qui vous légitime, ni d’amis qui vous honorent105. »

  • 106 Ibid., p. 117.

72Les enfants obéissent au père et poignardent leur mère et leur sœur pendant qu’elles dorment. Mais la furie paternelle ne s’éteint pas avec le meurtre de celles qui avaient offensé son honneur. Quand les fils matricides se présentent, il les tue avec les mêmes poignards qu’il leur avait donnés pour l’exécution des homicides. Le père s’enfuit en laissant les corps sans vie de sa famille. Rien n’est dit de sa capture ou de sa punition. La tragédie finit par une exhortation aux femmes de bien respecter l’honneur dû à leur mari : « Voilà, mesdames, une histoire dont la vérité certaine vous apprend de combien vous devez avoir soigneux votre honneur et votre chasteté, [et] que la jalousie d’un mari, trop amoureux de vous et de sa réputation, a tant de pouvoir sur une âme, qu’il peut faire produire des effets si prodigieux106. »

  • 107 Jean-Pierre Camus, « L’imprécation châtiée », in Christian Biet, op. cit., p. 301-302.

73Le rôle du mari vengeur apparaît davantage dans les Histoires tragiques. Aucune ne fait référence aux canards précédents, mais tant François de Belleforest que Jean-Pierre Camus, François de Rosset et Pierre Boaistuau fournissent plusieurs exemples de l’indignation masculine face à la perte de l’honneur. La coupable peut être châtiée par la vigilance divine – comme la femme enceinte d’un autre que son mari qui jure devant un curé préférer la mort que mentir, et qui meurt effectivement lors de son accouchement107 – ou, plus communément, par l’épée du mari trompé. C’est le cas du meurtre du chevalier de Malte, drame avéré et enregistré par L’Estoile en juillet 1578 :

  • 108 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. II (1576-1578), Genève, Droz, 1996 (...)

« En ce mois, Cimier, gentilhomme favori de Monsieur, fist tuer et assassiner en son chasteau de Cimier le Chevalier de Malte son frere, beau jeune gentilhomme, pource qu’il avoit esté adverti que, pendant les quatorze mois qui estoient passés depuis qu’il n’avoit veu sa femme, fille du Sieur Dangeau, pres Loudun, ledit Chevalier son frere, en la garde duquel il l’avoit laissée, n’avoit cessé de paillarder avec elle, et de fait estoit grosse de lui. Ils tuerent ledit Chevalier à l’entrée de la porte du chasteau, que lui-mesme leur estoit venu ouvrir, et combien qu’ils eussent charge de tuer quand et lui la Demoiselle, ils s’en abstindrent toutefois à cause de sa grossesse qu’elle leur asseura. Ainsi voions-nous que Dieu enfin juge tousjours les adulteres108. »

  • 109 Pierre Boaistuau, « Mort d’une femme adultère », in Histoires tragiques, Paris, Champion, 1977, p. (...)
  • 110 Jean-Pierre Camus, « Le Cœur Mangé », in Christian Biet, op. cit., p. 259-263.
  • 111 Sur le sujet, voir le chapitre iii : « Tuer l’enfant pour se venger de l’amant », p. 91.

74Cependant, la vengeance la plus cruelle est vue dans la quatrième histoire de Boaistuau. Quand le mari découvre la trahison de son épouse, il lui prépare un piège : la surprenant au lit avec son amant, il l’oblige à le pendre. Ensuite, il met le feu au lit et aux draps, laissant seulement dans la chambre un peu de paille où elle pourrait dormir. La chambre et les fenêtres sont scellées, et elle est enfermée avec le pendu, ne recevant jusqu’à sa mort que de l’eau et du pain109. Camus, pour sa part, montre aussi une vengeance extrême dans Le Cœur Mangé110. L’ingestion de la chair humaine est un thème qui avait déjà été développé par les canardiers en ce que concerne l’infanticide111, mais l’évêque de Bellay raconte la jalousie d’un mari qui fait manger à sa femme le cœur de son premier amour.

75La préférence des canardiers pour le thème de la femme dangereuse explique la quantité limitée de pièces traitant de la vengeance masculine. Même dans les nombreux exemples d’infidélité féminine, les maris bafoués sont en grande partie des victimes qui ne cherchent pas la vengeance et qui attendent la punition de leur femme, ou qui ne découvrent pas l’affaire. Une telle posture a un double effet : tout en renforçant la malignité du féminin, elle réaffirme la droiture du caractère masculin. Les seuls maris qui ont cherché à se venger ont employé des recours différents ; le mari de Marguerite de Ravalet a mis l’affaire entre les mains de la justice, le mari de la Scipion l’a tuée de sa propre main et le mari savoyard s’est servi de ses enfants pour exercer sa vengeance. À tous les trois est donné le droit à la réparation de leur honneur. La légitimité de la vengeance privée n’est pas remise en question, même si les moyens employés le sont. Les femmes, par contre, n’ont pas droit à la revanche en ce que concerne l’adultère car, dans ce cadre, elles ne sont jamais victimes. Les femmes des canards sont des agents actifs, prêtes à souiller leurs mains de sang.

Les meurtrières

  • 112 Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide devant le parlement d (...)

76Le meurtre est le crime féminin par excellence dans l’univers des canards, phénomène semblable à la réalité : dans une étude des cas portés au parlement de Paris entre 1575 et 1604, Robert Muchembled montre que 68 % des femmes exécutées ont été condamnées pour infanticide et 15 % pour homicide112. Sur un total de cent onze pièces pour la période 1574-1651 présentant une femme fautive, toutes catégories de canards comprises, cinquante-sept montrent un ou plusieurs homicides commis par des femmes, soit 51,35 %. Ces cinquante-sept narrations sur des femmes meurtrières comprennent un total de trente et un infanticides, vingt-trois assassinats du mari ou de l’amant, neuf parricides, un assassinat collectif, un cas où les amants se tuent d’un commun accord, un assassinat d’un inconnu (grande différence avec les crimes masculins, où les inconnus sont la cible principale) et, finalement, deux meurtres approuvés par les canardiers.

  • 113 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 40. Sur l’homicide sous l’Ancien Régime, voir aussi Jo (...)

77Dans la plupart des cas (quarante-deux), la femme est l’exécutrice de l’homicide, tandis que dans onze histoires elle en est le cerveau, et dans une autre le coupable n’est pas connu puisque hommes et femmes participent au crime. L’accomplissement d’un assassinat par une femme peut dénoncer une cruauté plus accentuée que dans les affaires où elle est juste l’inspiratrice ou la complice silencieuse du meurtre. Mais à l’égard de la justice, l’homicide comprend plusieurs degrés et tant les complices que les exécuteurs sont destinés à l’échafaud. D’après Claude Le Brun de la Rochette, le meurtre peut être commis « avec la main de l’homme, avec armes, ou instrumens propres à offencer : ou avec le feu, le poison, ou par signes, ou par sortileges et enchantemens, ou par faux tesmoignages, ou par la corruption et concussion du Juge, qui preside au jugement du criminel113 ».

78Les femmes peuvent ainsi participer de diverses façons dans les homicides qu’elles entreprennent. Avec une poussée entre 1600 et 1610, les assassinats deviennent matière privilégiée des faits divers dans la décennie, en surpassant même les textes voués à l’univers religieux, toujours populaires. Cette courte période compte presque la moitié des canards portant sur un assassinat commis par une femme (vingt-trois des cinquante-sept pièces), et une attention particulière à la thématique peut être observée dans les années 1609 et 1610. Par la suite, les mentions deviennent plus espacées.

  • 114 Robert Muchembled, Passions de Femmes…, op. cit., p. 69.
  • 115 L’auteur montre qu’en 1567, 12 % des appelants étaient des femmes ; en 1623, près de 20 % ; de 166 (...)
  • 116 Dorothea Nolde, Gattenmord. Macht und Gewalt in der frühnezeitlichen Ehe, Köhl, Böhlau, 2003, p. 2 (...)
  • 117 Même les accusations de sorcellerie, premier objet de l’attention de l’auteur, indiquent une faibl (...)
  • 118 Sur le sujet en général, voir : Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg, Histoire de l’homicide en (...)

79Effet de l’affermissement moral dans la période, l’insistance thématique des canards sur les crimes, en particulier les crimes féminins, révèle une nouvelle conjoncture où les conduites attaquant la cellule familiale sont à l’ordre du jour dans les cours de parlement. La pratique judiciaire devient alors « une caisse de résonance des évolutions morales114 », avec une croissance des appelantes au parlement de Paris du règne de Charles IX au règne de Louis XIII115. Dorothea Nolde, accordant une attention spéciale aux homicides du conjoint, signale entre 10 et 20 % de femmes accusées dans le total des délits violents jugés par le parlement de Paris entre 1580 et 1620116. Alfred Soman, pour sa part, signale une hausse des appels des homicides du conjoint vers 1585117. Il s’agit de l’annonce de la première grande inflexion de la criminalité en Europe118, dont les effets sont tangibles dans la construction des sociabilités de l’âge moderne.

  • 119 Un des accusés apparaît dans deux procès différents pour le même crime. Dorothea Nolde, « The Lang (...)
  • 120 Dorothea Nolde, Gattenmord…, op. cit., p. 280.

80Dorothea Nolde analyse deux cent quatre cas, dont cent six concernent des hommes et quatre-vingt dix-sept des femmes119. La proximité du nombre de femmes et d’hommes jugés est pourtant illusoire car dans la pratique, l’homicide de la femme était plus excusable – le crime était parfois vu comme une punition exagérée ayant « accidentellement » entraîné la mort ; d’autre part, des lettres de rémission étaient plus aisément octroyées aux hommes120. Le nombre de cas relatifs au meurtre de l’épouse portés au parlement parisien ne correspond donc pas à la réalité. La quantité des femmes accusées montre, cependant, que la société a encore une fois servi de miroir pour les canardiers. Comme la persécution du recel de grossesse, l’attention donnée à l’assassinat du conjoint renforce l’encadrement des femmes, dont l’excès de liberté est ressenti à l’intérieur et à l’extérieur du mariage. Les canards mettent à ce moment les pièges féminins en évidence. Plus aisément touchée par le Malin, la femme est capable des pires crimes.

Les meurtrières du mari

  • 121 Discours merveillable d’un demon amoureux lequel a poussé une Jeune Damoyselle a brusler une riche (...)
  • 122 Dorothea Nolde, The Language of violence…, op. cit., p. 146-147.

81Après les enfants, le mari est la victime favorite des femmes présentées dans les canards ; il n’y a qu’une seule affaire où la victime est une femme, crime accentué par le matricide commis par une jeune fille influencée par le démon121. Les pièces évoquant le meurtre de l’époux explorent plusieurs motifs, mais un nouveau mariage en est l’incitation principale. L’attention concernant la conduite des veuves, soit pour un comportement jugé immoral, soit pour une peine jugée insuffisante face à la perte du mari, suit le modèle des procès contemporains, toujours intéressés par l’attitude de la femme – par opposition à ceux des maris suspects de meurtre de leur épouse, dont la confession et les actes de violence antérieurs au crime sont privilégiés122.

82Des personnages aux différentes intentions partagent, pourtant, l’essence maligne de la femme – à l’exception des textes où celle-ci est extraordinairement pardonnée pour son crime, par la justice et par le jugement du canardier qui analyse ses fautes. Hormis l’adultère, les assassinats sont motivés par un désir de vengeance contre un mari violent, pour réclamer l’honneur volé par un amant inconstant, par la jalousie, par la convoitise ou tout simplement en raison d’un désir de liberté de la femme.

  • 123 Joy Wiltenburg présente des résultats similaires pour la littérature de rue anglaise jusqu’à 1650, (...)
  • 124 Ibid., p. 214.

83La comparaison entre le meurtre de l’époux et celui de l’épouse confirme la cruauté féminine. Pendant que les femmes s’acharnent vingt-trois fois sur leur compagnon, les hommes attaquent l’épouse, la fiancée ou l’amante dans neuf cas seulement (et l’on ne doit pas oublier la présence masculine dans presque la totalité des 541 canards recueillis, dont 134 traitent de criminels)123. D’après Joy Wiltenburg, la littérature de rue anglaise tourne son attention vers le meurtre du mari dans une période similaire (de 1590 à 1630), alors que le meurtre de l’épouse ne deviendra un thème pour les pamphlets et ballades qu’à la fin du XVIIe siècle. À la myriade d’exemples français dans les années 1600-1610 s’oppose, pourtant, une moyenne de deux à trois ballades par décennie de l’autre coté de la Manche124.

  • 125 Robert Muchembled, Passions de femmes…, op. cit., p. 65-66.
  • 126 Histoire tragique de la constance d’une dame envers son serviteur, lesquels se sont tuez de chacun (...)
  • 127 Mots du Seigneur de Fleur-d’Amour, l’un des invités au château de Printemps de Jacques Yver, Le Pr (...)

84Contrairement aux registres judiciaires, peu représentatifs du meurtre de l’époux125, les canards mettent en scène la force des femmes cruelles et leurs passions bouillonnantes, conduisant à une fin tragique. Un canard raconte d’ailleurs un cas extraordinaire, advenu en Picardie en l’an 1608, qui montre la dévotion de deux amants : menacés d’une arrestation imminente, Valeran de Musard et Jeanne Presto, sa maîtresse, se tuent pour que l’un ne survive pas à l’autre126. Les meurtrières françaises de la littérature occasionnelle suivent, dans la majorité, un désir incontrôlable qui annonce leur ruine. Leurs passions sont intimement liées à un caractère punitif, dont la cible ne pourrait être autre que le mari. Ce modus operandi, contradictoire avec la position occupée par la femme dans la société, l’incite à surpasser les limitations qui lui sont imposées. Jacques Yver avertissait déjà de « l’appétit extrême de vengeance, qui est commun naturellement aux femmes127 ». François de Rosset, pour sa part, malgré une certaine indulgence envers le « sexe faible », lie, lui-aussi, le féminin à la vengeance :

  • 128 François de Rosset, « De la cruelle vengeance exercee par une Damoiselle, sur la personne du meurt (...)

« Cruelle vengeance que tu as souvent de pouvoir sur les hommes ! Tu bannis la raison de l’ame, et sans se soucier de sa perte, tu reduits les personnes en de telles extremitez, qu’elles executent des entreprises si horribles, qu’à peine ceux mesmes que les voyent peuvent imaginer les effects. Mais particulierement le sexe qui est le plus doux et le plus benin, est sujet à ceste passion128. »

  • 129 En outre, Pierre de L’Estoile signale dans son journal, en mai 1611, un meurtre motivé par la viol (...)
  • 130 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable, d’une femme de Cahors en Quercy pres Montaubant, qu (...)

85La raison de la vengeance est claire dans l’assassinat commis par Marguerite, originaire de Cahors-en-Quercy, contre son mari Pierre Tironnet, en 1583. Victime de cet homme violent, joueur qui néglige sa famille, elle ne supporte plus la faim de ses enfants. Elle les tue, « enragée et hors du sens », après avoir été frappée et humiliée en public par son conjoint – il s’agit, d’ailleurs, de l’un des trois cas où une femme est battue par son mari dans les canards129. Le désespoir résultant de la misère l’a conduite à un tel acte, et son époux, jugé responsable, ne manque pas de recevoir sa punition. Elle attend qu’il s’endorme pour, froidement, lui donner un coup de couteau dans la gorge : « Puisque je treuve la commodité de me vanger de toy, Croy que tu ne m’echaperas pas, ains participeras aux maulx funebres que le destin darde sur l’antique Felicité de nostre maison130. »

  • 131 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable…, op. cit., p. 10.

86Bien que son crime n’ait pas été prémédité, Marguerite ne songe pas à l’occulter ou à s’enfuir. Elle confesse librement les assassinats de ses enfants et de son époux, et se montre repentie de ses actions, attribuées au désespoir. La femme reconnaît ici ses fautes et les critique même davantage que celles de son mari. Mais l’origine de la disgrâce repose sur le comportement dissolu de celui-ci : « Par ta coulpe et detestable vie, tout a este dissipé, mangé et ruiné131. » Dans sa remontrance publique elle condamne les jeux et prie les hommes de bien veiller sur leurs familles, tout en reconnaissant leur autorité sur les femmes :

  • 132 Ibid., p. 12.

« O Vous hommes que Dieu a faictz à son Image, et semblance, et par mesme moien establis superieures et gouverneurs, de la Femme […]. Si vous estes si turbuleurs et incensez, que meprisiez mon dire, et que veuillez persister en telle vie desordonnée, ne vous pouvant distraire du jeu, pour le moins, laissiez quelque moien a vos femmes pour leur nourriture, et celles de vos petis enffans, sans les tourmenter et affliger sans occasion, comme beaucoup font, et comme il est aussi advenu en mon endroit, dont quatre mors si sont ensuivies, desquelles le jeu et le mauvais menage, de mon mari, est la seule cause132. »

  • 133 Ibid., p. 13.

87C’est avec la conscience apaisée que Marguerite reçoit la sentence, ne désirant que la mort. Son procès, rapide d’après le canard – le crime a été commis le 30 janvier 1583 et l’exécution de la condamnée a eu lieu le 5 février de la même année –, renforce la diligence judiciaire. Le canardier en raconte le déroulement pour mettre les gens en garde contre les vices : « Voila Lecteurs en bref, le contenu de ceste histoire selon la pure vérité, laquelle est mise en lumiere afin que tous hommes et femmes y preignent exemple et se detournent les uns des jeux illicites, et les aultres, de la droicte voie d’equité133. »

88Le renforcement des attributs sociaux selon les genres traverse l’ensemble des textes mettant une femme en scène. Constructions sociales naturalisées, les caractéristiques attribuées au féminin sont énoncées par les femmes elles-mêmes (quoiqu’élaborées par un auteur probablement masculin), ce qui affermit la véracité des déclarations. En devenant criminelles, leurs fautes sont présentées publiquement, fautes qui renforcent la faiblesse du genre et sa nécessité d’être gouverné. Marguerite le dit : les hommes ont été faits à l’image divine et les femmes leur sont inférieures et subordonnées. Elle n’est pas seule à partager cette pensée. Un système dual de conception des genres et, par extension, du monde social, peut être observé dans chaque pièce.

  • 134 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 435.
  • 135 Discours veritable de l’execrable cruauté commise par une femme nommée Marie Hubert à l’endroit de (...)

89Le canard racontant l’histoire de Marie Hubert, qui a fait tuer son époux à Corbeny en 1609, a peut-être été une des drôleries de Pierre de L’Estoile : « Le vendredi 13e [mars 1609], j’achetai un sol une nouvelle qu’on criait devant le Palais, d’une femme qui avait fait massacrer son mari134. » Le texte présente un jeune homme et une femme comme responsables du crime et explique les différences de perception des genres. Madame Hubert, maîtresse d’une hôtellerie, se lasse de vivre avec son mari, Nicolas Porreau, et convainc subtilement un de ses serviteurs à le tuer. Elle ne donne pas de raisons évidentes à la discorde, ni ne se plaint du comportement de son mari. Pendant huit mois, le serviteur, Guillaume de Launay, se refuse à l’exécuter jusqu’à ce qu’il capitule enfin face aux volontés de Marie, qui a utilisé des « discours charmants et emmiellés (comme savent le faire les femmes de cette étoffe-là)135 ». Ses buts ne sont pas non plus mis en lumière ; le canardier fait des suppositions sur un possible mariage entre les complices, mais rien n’est prouvé.

  • 136 Ibid., p. 156.
  • 137 Ibid., p. 155.
  • 138 Ibid., p. 157.

90Les inculpés sont l’objet d’observations spécifiques tout au long du récit : le serviteur est une proie de sa maîtresse, même si rien de sexuel n’est attesté entre eux. Le valet éprouve sans cesse des remords, « son âme bourrelée, sa conscience offensé et son esprit rempli d’horreur et d’effroi136 ». Démontrant « un courage assez viril pour son âge137 » – il n’avait que vingt-deux ans –, il a seulement cédé face à l’influence néfaste d’une femme de mauvaise réputation. Quant à Marie Hubert, elle est décrite comme « une lionne enragée qui se plaît au carnage138 ».

91Le 1er janvier, réunie avec sa mère et le serviteur, elle endort son mari en lisant la Bible : symbole de la docilité de la victime. C’est alors que le jeune de Launay tue son maître d’un coup de hache sur la tête. Après l’assassinat, la belle-mère couvre le corps avec un sac et, ensemble, ils transportent le mort. La femme pense même à faire inculper un innocent – un voisin avec qui son mari se disputait –, mais finalement ils jettent le corps dans un puits. Le dénouement n’est pas surprenant : les impliqués inventent des histoires sur la localisation du corps de Nicolas Porreau, mais il est retrouvé par une servante. Les coupables sont incapables de verser des larmes, ce qui renforce la suspicion de la justice. Des traces de sang sont trouvées dans la maison et les trois suspects sont alors emprisonnés.

  • 139 Ibid., p. 154.
  • 140 Ibid., p. 161.

92Guillaume de Launay est condamné à avoir le poing coupé et à être rompu, Nicole Mollet à être pendue et brulée, et Marie Hubert à avoir le poing coupé et à être pendue. Celle-ci réussit à s’évader, mais elle est retrouvée et livrée à la justice. Les détails concernant la punition montrent le but du canardier d’offrir son discours comme « une salubre médicine », un « antidote139 » pour les malintentionnés. Les avis instructifs offerts par les canards cherchent toujours à faire ressortir la vertu contre le vice, à transmettre une discipline de soi-même puisque la justice, temporelle ou divine, est vigilante. Les canardiers le rappellent plusieurs fois, Dieu ne laisse rien impuni. En voie d’être exécutés, les condamnés se présentent comme un exemple édifiant : « Ils donnèrent aux gens de bien autant de pitié et d’affliction par leurs plaintes que d’effroi et de crainte aux méchants. Priant Dieu que ce tragique spectacle leur serve d’exemple, de modèle et patron, pour désormais y former toutes leurs actions140. »

  • 141 Les cruautez inhumaines, D’une Damoiselle dans les Massacres de son Mary, et d’un sien Nepveu : Ave (...)

93Le destin de Guillemette de Mets n’est pas heureux non plus suite à sa décision de faire mourir son mari et son neveu dans le petit bourg d’Aprey, près de Langres. Femme de secondes noces du seigneur du Pont, elle « estoit d’une humeur tres-cruelle, et inhumaine en toutes ses actions141 ». Sans aucun motif apparent, peut-être en raison d’une « fauce concupiscence », elle organise l’assassinat des deux hommes, qui sont attaqués à coups de couteaux, de poignards et de haches. Une fois son mari mort, elle se jette sur son corps pour assouvir sa soif de sang, éprouvant du plaisir à lui couper la gorge.

  • 142 Ibid., p. 3.

94Cette « vray fille de Judas142 » nie le crime mais le cadavre continue de verser du sang à son approche, même après plusieurs jours. Un indice de plus de sa culpabilité, le chien du défunt est furieux contre elle. Afin de confirmer les soupçons, la justice soumet une servante à la question, qui raconte comment sa maîtresse et ses complices ont commis les meurtres. Guillemette nie les événements avec insistance, mais menacée d’être livrée au chien, elle confesse enfin en demandant à subir l’exécution ordinaire.

  • 143 Ibid., p. 8.

95La femme est condamnée à faire amende honorable devant la principale église du lieu, en chemise, avec une corde au col et une torche ardente en main, afin de demander pardon à Dieu, au roi et à la justice. Elle a la main droite coupée avant d’être décapitée et brulée, et ses cendres sont jetées au vent. La servante, qui a confessé avoir connaissance des crimes, « ne fut que penduë et estranglée, et incontinent son corps enterré en terre saincte143 ». Les autres complices ont été condamnés à être rompus vifs, à avoir les corps brulés et les cendres jetées au vent, ainsi que les biens confisqués.

96Mais la justice n’est pas toujours sévère, comme le montre le cas de mademoiselle Brunel, qui a aussi été condamnée à mort pour l’assassinat de son mari en 1610. La distinction de sa position sociale, ainsi que l’influence de sa famille et de ses amis, sont décisifs pour atténuer sa peine. L’auteur du récit montre lui-même une différence de jugement envers la criminelle, ce qui n’est pourtant pas la règle. Une telle compassion est observable à travers la caractérisation du mari, les malheurs éprouvés par la femme tout au long du mariage, et surtout l’applaudissement de la sentence.

  • 144 Discours de la sentence de mort donnée contre Mademoiselle Brunel, prisonniere à Grenoble, où l’on (...)

97Dans une pièce qui commence par un éloge au mariage, le canardier déplore le rôle que l’inimitié et la jalousie y prennent parfois part. Mademoiselle Brunel était mariée à un « insupportable mary ». Après sept ans de tourment, où elle était battue et endurait la jalousie et l’ivresse de son vieil époux, « cette pauvre Damoiselle tout en vivant, mouroit journellement144 ». Elle prend alors la même résolution que d’autres protagonistes brutalisées des canards en décidant de le tuer. Elle paye trois hommes qui l’attaquent pendant la nuit et emportent son corps pour l’enterrer.

  • 145 Ibid., p. 12.

98Mais l’absence du mari est notée et, après les indications d’une chambrière, la justice cherche les suspects. Découverts, deux des meurtriers s’enfuient, le troisième et la demoiselle sont emprisonnés et condamnés à mort par la justice de Grenoble. Le criminel est rompu vif sur la roue, mais elle se déclare enceinte pour gagner du temps, pendant que sa famille appelle au roi. En décrivant les injures qu’elle endurait de son mari, ils arrivent à obtenir sa grâce. Elle est alors condamnée à finir sa vie dans le monastère des religieuses de Sainte-Claire-de-Grenoble. Dans l’élégie finale accompagnant le canard, le pardon est justifié, malgré la gravité du crime : « Ils te donnent pardon voyant que ton mary/N’estoit ton vray espoux, ains ton vray ennemy145. »

  • 146 L’autre cas montrant la grâce royale concerne Helene Gillet, dont l’histoire est narrée dans deux (...)

99La compréhension à l’égard de madame Brunel n’est pourtant pas appliquée à d’autres condamnées. Le pardon royal n’apparaît que dans deux pièces146, et la magnanimité de la justice et du roi sont louées même quand le pardon est refusé, comme dans le cas des incestueux de Tourlaville. Divers canardiers rappellent le devoir d’obéissance dû au mari, ainsi que la patience nécessaire face à l’adversité puisque le mariage est un lien sacré. Pierre de L’Estoile mentionne deux affaires où la discorde entre les conjoints a conduit les femmes à un acte extrême. Leur punition confirme le caractère exceptionnel de l’absolution de l’épouse meurtrière du canard. Les remarques du mémorialiste définissent la condition sociale des condamnées, ainsi que leurs problèmes conjugaux :

  • 147 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), op. cit., p. 32.

« Le 15e [juillet 1585], Jeanne le Juge, fille d’un aphoticaire espicier, demeurant en la rue Saint Martin, pres Saint Jacques de l’Hospital, aagée de seize à dix sept ans, par sentence du lieutenant criminel, confirmée par arrest de la Cour, fut pendue et estranglée, en Greve à Paris, et son corps ars soubs la potence, pour avoir, à son mari (avec lequel elle avoit esté mariée environ un an auparavant, et ne l’aimoit ni se accordoit aucunement avec lui), baillé de l’arsenic sublimé en un potage : dont il estoit mort, trois ou quatre jours apres147. »

  • 148 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIe Journal de Henri IV 1593-1594, Paris, T (...)

« Le jeudi 17e [juin 1593], jour de la Feste Dieu, la fille du feu Le Prebstre, qui avoit esté pendu à Paris durant le siége [sic], à la journée du Pain, voiant son mari qui dormoit sur une table, s’estant saisie de son espée, lui en donna deux ou trois coups, et entre autres un grand sur la souris du bras, s’efforçant de le tuer. Son mari estoit un gantier tenant sa boutique au Palais, avec lequel, ne l’aimant point, faisoit mauvais mesnage, et estoit mariée avec lui depuis un bien peu de temps148. »

100Les notes parfois dépouillées du mémorialiste témoignent du rôle de la rumeur publique : ni Jeanne le Juge, ni la fille du Prebstre n’aimaient leur mari et elles se querellaient avec eux. La famille de la dernière était d’ailleurs connue de la justice. Les jeunes femmes, rattachées à la petite bourgeoisie, n’avaient pas un cercle de relations permettant d’influencer le résultat de leur procès – si elles en avaient eu un, L’Estoile l’aurait assurément remarqué. Si leur position sociale avait été différente, le court mariage de ces femmes, troublé par une fin tragique, aurait pu inspirer des canardiers avides des morts dramatiques.

  • 149 Souspirs et Regrets d’une Jeune Damoiselle de la ville de Lyon, laquelle a eu le poing couppé et la (...)

101C’est le cas d’une histoire arrivée à Lyon en 1607. Contrairement à Mme Brunel qui endurait la jalousie de son mari, les Souspirs et Regrets d’une Jeune Damoiselle de la ville de Lyon montrent les actions d’une femme pour contrôler son époux. Il s’agit de l’unique canard qui fait le récit d’un homicide motivé par la jalousie féminine. L’histoire raconte le mariage mouvementé entre le gentilhomme lyonnais Pierre Pallier et la demoiselle Lucresse du Cror, native de Bresse. D’après la rumeur, mari et femme n’avaient aucune amitié, fait qui serait accentué par la jalousie de Lucresse. Quand le mari va à un bal et danse plusieurs fois avec une même demoiselle, sa femme le surprend. Indignée, elle lui demande : « Sera ce pas assez baller avec vos putains149 ? »

  • 150 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit.

102De retour à la maison, la femme bafouée attend que son mari s’endorme et le tue avec une hache, en jetant sa tête dans la Saône. Elle essaye de dissimuler son absence, mais la tête est retrouvée et un cousin la reconnaît. Sans échappatoire, elle est condamnée à être tenaillée avec des fers chauds, puis à être décapitée et brûlée. La sentence est exécutée le 7 mars 1607, et les mots que Lucresse du Cror adresse au public sont en fait empruntés aux Pitoyables et Funests Regrests de Marguerite d’Auge150, canard publié en 1600.

103La plus grande partie du texte, dédiée au repentir de la femme, n’est ainsi qu’une copie soigneusement modifiée d’un autre canard. On observe que « mon chere Antoine » devient « mon cher espoux » et « mon adultere » se transforme en « ma jalousie ». La phrase prophétique de la belle-mère de Marguerite d’Auge, « tu as perdu un marchand, mais tu recouvreras un gentil-homme », apparaît dans le drame de Lucresse du Cror comme « tu as perdu ton mary, mais tu recouvriras un supplice ». La reproduction du même modèle d’exhortation à un comportement attentif aux codes sociaux et à l’action de la justice ne pourrait être plus évidente. Les canardiers expriment fréquemment leur intention qui est de montrer aux lecteurs les vices de leur temps, ainsi que la punition divine promise à toutes les infractions :

  • 151 Discours veritable de l’execrable cruauté commise par une femme nommée Marie Hubert…, op. cit., p.  (...)

« Ces écrits ne sont faits à d’autre intention que pour servir d’un miroir commun à ceux de qui la perverse passion et vicieuse volonté voudraient enfanter des mêmes monstres, afin que considérant dans leur glace tant d’images de morts, tant de figures diffamées, tant de beaux corps rompus et fracassés, que la terreur de ces objets et la crainte de voir des autres eux-mêmes fassent (au lieu de donner la vie à leur conception commune) enfanter à leurs desseins des avortés151. »

104La crainte oriente les discours lorsque les actions se montrent trop brutales, surtout face à la femme et la malignité qui lui est attachée. L’histoire de Marguerite, native de Soiran-en-Bourgogne, est introduite par une dénonciation de la cruauté des femmes dans un siècle que le canardier, à l’instar d’autres auteurs, juge plus pervers que les précédents. Violante, personnage de Boaistuau, est encore une fois citée, ainsi que les détails de la mutilation du corps de son amant, attestant du dialogue établi entre les Histoires tragiques et les canards. L’histoire présentée ne manque pas d’offrir des éléments effrayants soulignant la nature déréglée de Marguerite, qui suit les archétypes de la cruauté féminine.

  • 152 Histoire veritable d’une femme qui a tué son mary. Laquelle apres exerca des cruautez inouyes sur s (...)

« Un nombre infini d’histoires tant anciennes que modernes nous font assez voir combien peut le courrox d’une femme portée à la vengeance, car oubliant la qualité de son sexe, qui naturellement doit estre doux et amiable, lors que la fureur essore les mouvemens de sa passion, il n’y a ny cruauté, ni meschanceté qu’elle n’exerce : elle devient une Progné et une Medée en ses bouillonantes passions, ne pardonnant ny à maris ny à enfans152. »

105La tragédie mise en scène par Marguerite a lieu dans l’espace domestique, domaine féminin par excellence où, selon les canards, sont pratiqués la plupart des crimes commis par des femmes. Elle injurie son mari quand il rentre de la taverne : « Yvrogne, gourmand, desbauché, feineant, peuant, hapelourde. » Sans arriver à la calmer, il essaie de la frapper avec un bâton, mais c’est elle qui le frappe à la tête. Marguerite tente de le réanimer, mais hélas, il meurt. L’assassinat n’a pas été prémédité, mais les efforts de la femme pour s’en débarrasser révèlent sa nature cruelle.

  • 153 Ibid., p. 6.

106Elle cache le corps sous son lit et est, peu après, induite par le diable à le profaner. L’émasculation est sa première impulsion, privant son mari de sa masculinité. Ensuite Marguerite lui coupe la tête et arrache les yeux, les oreilles, le nez et la barbe. À la fin elle le démembre. « O bourrelle ! N’as-tu point de regret de charcuter ainsi ton pauvre mary ? Tes mains inhumaines peuvent-elles sans horreur se rougir ainsi de son sang153 ? »

107Elle cache la tête et quelques parties du corps dans la maison, et jette d’autres morceaux dans la rivière. Elle tente d’effacer les traces de sang dans sa chambre, sans y parvenir. L’absence de son mari est notée en ville et en se contredisant dans ses réponses, elle fait naître des suspicions. Le jour des Rois, des corbeaux le long de la rivière attirent l’attention sur les membres qui y ont été jetés. Elle est alors emprisonnée et, quand on lui fait toucher les restes de son mari, ils saignent, révélant sa faute. Quand la tête est enfin trouvée, elle confesse son crime.

  • 154 Ibid., p. 11.
  • 155 Ibid., p. 12.

108En 1625, Marguerite est condamnée à faire amende honorable, à être pendue et étranglée, puis brûlée et les cendres jetées au vent. Toutes les admonestations l’incitant à se repentir sont vaines, elle se refuse à demander pardon à son mari, à la justice ou à Dieu. Pour le canardier, un tel comportement ne peut être expliqué que par l’influence démoniaque : « Il semble que le Démon la possede, luy suggerant à dire que ce qu’elle avoit faict, et que s’il estoit à faire qu’elle le feroit encore154. » Marguerite, « cette meschante femme ce monstre horrible155 », est exécutée sans se soumettre. Il s’agit de l’un des rares cas présentés dans un canard où la criminelle persiste dans sa faute lors du martyre.

109Suite à sa reproduction par les canardiers, l’effet du spectacle de l’exécution dépasse les personnes présentes et atteint un large nombre de lecteurs et d’auditeurs. Mais contrairement à l’intention moralisatrice du supplice public, l’énormité du crime n’est pas accompagnée du repentir de la condamnée. Exhortée à l’aveu public de ses péchés et de son regret, Marguerite refuse de se soumettre aux incitations des confesseurs. Si la confession décharge la conscience et incite le peuple présent au supplice à ne pas suivre les mêmes chemins tortueux, la persévérance dans une attitude négative renforce le caractère monstrueux de cette femme jusqu’à la fin. Sa vengeance finale consiste, en effet, à se taire devant ses bourreaux.

  • 156 Arrest de Mort, Donné au Parlement de Bretagne. Contre Damoiselle Marie de Sornin. Accusée et covai (...)

110L’action du surnaturel n’est pas vue seulement dans l’influence démoniaque, évidente aux yeux des juges de Marguerite. Elle sert aussi à accuser explicitement les criminels dans les canards, comme dans la pièce racontant la révélation par un revenant du lieu où un corps est enterré. Il s’agit du spectre du sieur de la Courtinière, tué par sa femme qu’il avait doucement réprimandée. La banalité du motif du crime renforce la méchanceté de la femme, « laquelle de son humeur estoit fort hautaine, et d’une tres-malicieuse nature156 ». Elle a convaincu deux domestiques de l’aider moyennant la somme de six cents livres. Tous trois ont tué le sieur de la maison pendant son sommeil et ont enterré le corps dans un des celliers du château. La femme annonce que son mari a été tué par des voleurs et porte le deuil, de sorte que personne ne suspecte son mensonge, en dépit de l’absence de la dépouille mortelle. Cependant, quand son beau-frère lui rend visite, il a une vision de son frère décédé : son ombre, « apparente et non par imagination », l’appelle au cellier. Malgré la protestation de la veuve, il bêche le sol et découvre ainsi le cadavre.

111La demoiselle et les serviteurs sont interrogés. On suspecte ceux qui l’ont aidée et, quand ils sont menacés de torture, ils accusent la maîtresse. Par un arrêt du parlement de Bretagne du mois de mai 1633, elle est condamnée à avoir la tête tranchée et ses membres déchirés, puis ses restes brulés et les cendres jetées au vent. Les domestiques doivent avoir la main droite coupée avant de subir la pendaison, signe infamant pour qui se lève contre son maître, puis les derniers indices de leur existence seront effacés : ils doivent aussi être brûlés et leurs cendres jetées au vent.

112À part les références au caractère irascible de la femme, le canardier ne se penche pas sur les problèmes du ménage. Un scandale arrivé dans une famille prestigieuse de la région, dont la mère laisse orphelins quatre enfants mineurs, sert à engager la discussion concernant l’apparition d’esprits et l’action du surnaturel dans le quotidien. La présentation détaillée du phénomène oriente le discours vers la preuve de sa réalité. L’influence des croyances sur l’action du surnaturel dans le texte est donc représentative du climat mental de la période.

Le meurtre et le vol

  • 157 Nicole Castan, « Criminelle », in Natalie Z. Davis, Arlette Farge (dir.), Histoire des femmes en O (...)

113Le vol n’est commis que par une minorité de femmes dans l’univers des canards, qui en fournissent quatre exemples sur un total de quatre-vingt-deux crimes à participation féminine, à l’opposé de la myriade d’exemples masculins (vingt-trois sur un total de quatre-vingt-seize crimes masculins pour la période 1574-1651). Les sources, en privilégiant le côté sombre féminin, préfèrent les narrations des crimes sanglants, surtout dans les familles, de sorte que des vols ordinaires ne sont pas racontés. Cependant, la rareté de larcins dans les textes ne reflète pas la réalité attestée par les archives, qui indiquent que le vol est un important crime féminin157.

  • 158 Pierre de L’Estoile, Mémoires-Journaux. Tome VIIeme Journal de Henri IV 1595-1601…, op. cit., p. 1 (...)
  • 159 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 132.

114Pierre de L’Estoile enregistre dans ses journaux deux seuls cas de vol avec participation féminine, en 1599 et en 1604. Dans la première occurrence, le mémorialiste dévoile le nom et même le domicile de la femme accusée : il s’agit de « la dame du Barrilet, demeurant au coin de la rue de Heulleu158 ». Il ne donne pas d’informations détaillées sur la deuxième criminelle159. Dans l’un et l’autre cas, les femmes ont été condamnées comme receleuses et exécutées avec des voleurs à Paris. Aucune n’est liée à un meurtre.

115Les vols féminins dans les canards, en plus d’être inhabituels, ne sont pas l’événement principal raconté par les auteurs. L’un des cas est, en outre, lié au surnaturel et traité de manière facétieuse. Les trois autres présentent des crimes mixtes impliquant des meurtres, qui sont manifestement la partie la plus développée de la narration. Il s’agit donc d’un sujet pris au sérieux par les canardiers, utilisé pour illustrer les horreurs contemporaines.

  • 160 Histoire prodigieuse advenue sur la personne d’un notable marchand, par la malice de la femme d’un (...)

116Le premier cas, se déroulant à Venise, montre une femme endettée et donc désespérée. Elle tue froidement un marchand de plusieurs coups de couteau pour voler son argent. Son mari, sans participer au carnage, dit ne rien avoir à faire avec le méfait, bien qu’elle, « estant soufflée, induite et enseignée par Satan160 », le convainc de se charger du corps. Elle l’enveloppe dans un drap, qu’elle coud avec l’habit de son mari, intentionnellement ou non. Ainsi, quand il va jeter le cadavre dans la mer, il tombe et se noie. L’intention de la femme n’est pas claire ; elle n’est pas accusée d’avoir voulu tuer son époux, mais le canardier la soupçonne fortement, au vue de sa malice naturelle et des objections du défunt contre le crime.

117Le lendemain les deux corps morts sont retrouvés, encore attachés. La femme est interrogée et confesse le meurtre. Elle est condamnée à être exécutée par la rupture de ses membres en 1610. À la différence des canards qui explorent les derniers mots des condamnées face à la mort, celui-ci n’en présente pas. L’état d’âme de la condamnée avant le crime est cité comme ce qui l’a poussée à agir, mais ses réactions après le crime, ainsi qu’à la mort de son mari et lors de son accusation, échappent au canardier.

  • 161 Discours au vray de la cruauté plus que barbare exercé par le capitaine la Noue, lequel tenoit logi (...)

118La cupide vénitienne est la seule femme des canards à agir seule durant le vol et l’élimination du témoin. Les autres sont des complices d’instigateurs masculins ou ne sont pas individualisées par le canardier, qui les considère comme faisant parti d’un ensemble de coquillards. Les femmes sont fortement influencées par un leader masculin spécialement dans un texte de 1610, qui traite des assassinats commis par un capitaine bordelais sur ses hôtes, dans le but de les voler. Toute la famille participait aux meurtres, y compris la femme, deux fils âgés de dix-huit à vingt-ans, une fille de seize ans et un valet, « tous de mesme paste, et qui prestoient volontiers leurs volontez et leurs mains meurtrieres à l’execution de tels assassinats161 ». La fille du capitaine La Noue accepte même le meurtre de son prétendant. Son père, qui n’a pas pu résister aux quatre cents écus que le fiancé portait, la convainc de se défaire de lui. Les sentiments de la jeune fille disparaissent face à la somme.

  • 162 Ibid., p. 11.

« Ah cruauté plus que barbare, avarice sans fonds, convoitise sans bride, voila que ceste tygresse se laissant flater aux belles promesses de son père, lasche son courage pour luy laisser embrasser ceste resolution parricide, qui a esté seule en son espece, et dont on n’a jamais ouy parler de semblable, qu’une fille qui sembloit brusler en ses feux pour la cause de ce jeune homme, les convertisse si tost en glace, et que celle qui faisoit semblant d’avoir de l’amour se laisse aveugler à une cruauté si estrange162. »

119Le jeune homme est tué pendant son sommeil et son corps brûlé le lendemain, ainsi que les vestiges du crime. Ses parents, ne le retrouvant pas et écoutant les rumeurs, portent plainte et La Noue est arrêté. Il ne révèle pourtant rien, même après la torture, mais son valet ne résiste pas autant. Les hommes inculpés sont condamnés à être roués vifs, tandis que l’épouse et la fille du capitaine sont pendues et étranglées, trois jours après le début de leur procès. Le canardier omet de raconter leurs remontrances publiques, mais insiste sur le regret de la jeune fille pour avoir mis à mort celui qui l’aimait.

120La narration des nombreux crimes commis par le capitaine La Noue ne finit pas par son repentir, mais par l’exhortation adressée par sa fille aux femmes. Elle se repent de ses fautes et du chemin sur lequel son père l’avait conduite, en déplorant le crime commis sur son fiancé. Sa figure devient centrale dans le canard, puisqu’à partir de ce meurtre, le cycle entier de vols et d’assassinats a été découvert. Le canardier se concentre sur la faute de la jeune fille, alors qu’il se limite à seulement raconter la sentence du reste de la famille. La demoiselle a eu la chance d’échapper à la perversité paternelle, mais sa convoitise l’a perdue. Encore une fois, c’est quand les histoires ont une relation avec l’univers passionnel que les femmes y prennent part.

  • 163 Discours faict sur le terrible assassinat, commis à la maison d’un Gentilhomme de la Franche-comté, (...)

121En revanche, les femmes ne sont pas particulièrement citées dans le récit d’un crime commis en Franche-Comté en 1605 par des coquillards, puisque seule leur présence est remarquée parmi les malfaiteurs composés de trois couples. Quand les canards donnent enfin un exemple de bonheur conjugal, le couple est perturbé par les criminels, qui les tuent à coups d’épée, ainsi que leur fille âgée de quatre ans et deux domestiques. L’auteur ne précise pas qui a donné les coups, mais seulement que le massacre a été commis dans le but explicite de voler. Les femmes qui y ont participé ont pris possession d’objets, y compris des habits de la demoiselle. Recherchés par la justice, les bandits sont retrouvés et confessent librement leurs crimes, puis sont condamnés à être brûlés vifs163.

122Dans ces cas, le vol est donc un accessoire dans la narration d’un délit plus sérieux, le meurtre. La participation féminine y apparaît à différents degrés et ne concerne pas l’ensemble des femmes présentées dans les canards. Une spécificité féminine ne sert pas à excuser le crime, même quand il a été prémédité par un personnage masculin à qui la femme doit obéir – comme dans le cas des assassinats des hôtes du capitaine La Noue. Les femmes n’arrivent à être pardonnées que dans de très rares occasions.

Les meurtres justifiés

  • 164 Le pardon à un meurtrier apparaît dans le canard qui fait un éloge de l’assassinat de Guillaume Ie (...)

123La condamnation générale des homicides connaît trois exceptions dans les canards, dont deux où une femme est l’exécutrice164. Si le meurtre est condamné par les lois civiles et ecclésiastiques, réservant aux tribunaux le droit d’exiger la vie des coupables en réparation de leurs délits, il devient néanmoins acceptable dans certains contextes. L’attaque à l’honneur féminin est le facteur qui incite les femmes à faire justice de leurs propres mains, occasion où la vengeance privée est autorisée par les canardiers.

  • 165 Discours merveilleux d’un Acte remarcable et deplorable advenu le seiziesme jour de Septembre derni (...)

124Le premier texte traite de l’agression par un capitaine dans la maison d’un laboureur en 1578165. Jean Millet, du village de Bécourt en Picardie, reçoit chez lui le capitaine Le Pont avec ses mignons et les loge honorablement selon leur position, en leur servant du vin et des vivres. Le capitaine fait des propositions illicites à la fille ainée, Marie – qui n’avait que seize ans –, propositions qu’elle refuse. Il la demande alors en mariage à son père pour jouir immédiatement du « droit du lict », mais ce dernier n’accepte pas, invoquant la qualité inégale des fortunes du gentilhomme et de sa fille. Le capitaine le bat alors et, le chassant de la chambre, il viole Marie avec l’aide de ses soldats.

  • 166 Ibid., p. 12.
  • 167 Ibid.

125La jeune fille est ensuite contrainte à s’asseoir à la table à côté du capitaine. Au moment où il se distrait, elle prend un couteau et lui donne un coup dans l’estomac, le tuant net : « Elle le tue, sans qu’il eust moyen de dire un seul mot, ne de crier mercy à Dieu de sa faute166. » Mais sa victoire ne dure pas, les soldats prennent le parti de leur seigneur et la saisissent. Ils la lient à un arbre et la tuent d’un coup d’arquebuse. Elle « rendit son ame à Dieu, martyre, en luy rendant graces de ce qu’il luy avoit permis d’avoir peu deffaire ce monstre abominable qui l’avoit violee167 ». Les soldats continuent dans leur rage de destruction, provoquant des désordres dans les villages voisins en attaquant les gens et en volant leurs biens. La plainte portée par le père de la jeune fille conduit les gentilshommes des alentours à vaincre la compagnie et à tuer les soldats.

  • 168 Ibid., p. 6.

126La fin tragique de Marie ne sert pas seulement à justifier la punition de ses agresseurs, mais aussi d’autres groupes de soldats qui erraient dans la région, dans ce « siècle de fer malheureux ». L’assassinat de celui qui l’avait violée n’est nullement condamné, ni sa position sociale commentée. La vengeance de la jeune fille est élevée au rang de la vengeance divine : le capitaine « suyvant son fol et desordonné appetit a senti la vengeance de Dieu suyvre de si pres son peché, qu’il n’a eu loisir mesme de se repentir168 ».

127Le récit du viol de Marie a été repris par Jean-Pierre Camus, qui le présente dans La Généreuse vengeance, histoire VI du deuxième livre de l’Amphithéâtre Sanglant, publié pour la première fois en 1630. En basant sa narration sur celle du canard paru plus de 50 ans auparavant, Camus lui apporte des altérations encore plus dramatiques : pour se venger de la résistance offerte par Marie, le capitaine Le Pont la livre à ses soldats pour qu’ils la violent aussi. Comme dans le récit originel, la jeune fille profite d’un moment de distraction de son bourreau pour lui enfoncer un grand couteau dans le ventre. Elle est alors tuée par les soldats, qui ne lui font pas subir le martyre. Dans cette version, celui-ci leur est réservé par la populace.

  • 169 Jean-Pierre Camus, L’Amphithéâtre Sanglant ou sont representees plusieurs actions tragiques de nos (...)
  • 170 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 15.

128Camus narre la fureur avec laquelle la communauté s’est lancée sur les soldats, qui ont été égorgés sur-le-champ ou qui ont subi pire encore le lendemain. « C’estoit une merveille de voir comme l’appetit de vengeance aiguisoit les esprits rudes et grossiers de ces villageois : car il n’y en eut un seul qui ne mourut d’un different genre de mort à celuy de son compagnon169. » La vision de l’auteur quant à l’action désordonnée de la foule ne donne pas lieu à des récriminations, mais à une approbation tacite des mesures prises contre les soldats qui pillaient les champs et attaquaient les habitants, un écho de l’intensification de la peur des campagnards devant leur présence. La Rochette mentionne d’ailleurs l’action des soldats dans son chapitre à propos de la fornication, puisque l’adultère n’est pas pris en compte quand il s’agit d’un viol : « L’insolence effrenée des soldats a fait voir plusieurs fois, pendant la licencieuse impunité de nos guerres civiles, au sac et prinse des villes et forteresses de ce Royaume, emportées par assauts où les plus chastes filles, et honorables matrones, n’ont peu eviter la fureur de leurs sacrileges mains, et de leurs impudiques efforts170. »

  • 171 Jean-Pierre Camus, op. cit., p. 327.

129La réaction de Marie et sa mort, mises au premier plan du canard, cèdent la place au comportement populaire dans l’Histoire tragique. L’évêque de Bellay décide d’ignorer l’action des gentilshommes locaux contre la soldatesque du canard, ainsi que le dernier supplice de la jeune fille, en faveur de l’attitude de la foule indignée. Le drame individuel est ainsi élevé à l’expression des afflictions générales dans le royaume. La résolution de Marie n’est pourtant pas oubliée : « Quant à la vengeance de la fille je la trouve extremement genereuse pour sortir d’une personne de son aage, de son sexe, et de sa condition, et elle me semble avoir quelque air du courage de Sisara et de Judith171. »

130L’opinion de Camus, concernant le droit à la vengeance quand la femme a son honneur souillé, est encore exprimée dans l’histoire pertinemment nommée La Vengeance féminine. Présenté dans Les Entretiens historiques, de 1639, le texte montre le châtiment employé par Juliane contre l’homme qui avait essayé de la violer. Bien que le mari de l’offensée ait pardonné au provocateur, elle ne peut pas faire de même. La femme se charge de la punition, exemplaire aux yeux de l’auteur :

  • 172 Jean-Pierre Camus, Les Entretiens historiques, Paris, R. Bertaut, 1639, p. 145.

« Apres lui avoir fait lier les pieds et les mains, elle se met avecques ses femmes et filles à le foüetter si desmesurément, qu’il n’y avoit partie sur son corps dont le sang ne sortist : apres cela ils lui crevèrent les yeux avecque leurs aiguilles, et avec leurs ciseaux, et autres ferremens de leurs estuits ; lui firent tant d’incisions et de balaffres au visage, et par tout le corps, qu’il n’estoit plus recognoissable ; apres cela elles verserent dans ses playes du sel et du vinaigre, ne pouvant s’assouvir de ses douleurs172. »

  • 173 Ibid., p. 146.
  • 174 Discours veritable de ce qui est advenu à Nerac en Gascogne, d’une jeune Damoiselle qui à poignardé (...)

131Camus critique ceux qui pourraient mal juger la dame et condamner la brutalité employée dans la vengeance. L’offenseur « ne meritoit pas un moindre chastiment. Ceux qui l’ont voulu blasmer de cruauté, monstrent bien qu’ils n’ont pas de l’honneur173 ». Son jugement est partagé par l’auteur du deuxième canard racontant un crime justifié, qui a pour contexte un rejet amoureux. En 1606, à Nérac en Gascogne, une demoiselle est calomniée par un de ses prétendants. Dans un texte qui évoque la « condition fragile » du sexe féminin, la jeune fille promet le mariage à un gentilhomme, dès que ses parents l’accorderont. Cependant, ils l’ont promise à un autre et, quand l’amoureux le découvre, il se met à dénigrer l’image de son ancien amour. Utilisant des discours mensongers, il affirme à son entourage qu’elle « seroit mieux logee dans un bordeau, que non pas de tenir rang parmy les honnestes Damoiselles, duquel il l’estimoit du tout indigne […]. En un mot que cestoit une putain174 ».

  • 175 Ibid., p. 13.

132La demoiselle, indignée de l’outrage souffert, voit son honneur avili. Elle rencontre celui qu’elle avait aimé un jour et, « s’estant armee d’un courage viril, et irritee de juste douleur », lui donne un coup de poignard « luy faisant perdre, et la vie et l’envie de mesdire des honnestes Damoiselles175 ». Délivrée à la justice de Nérac, elle est condamnée à mort, mais est graciée après un appel à la cour de Bordeaux.

  • 176 Ibid., p. 13-14.

« Pour faire voir à ceux qui parlent à la volee de l’honeur des filles, qu’en fin tost ou tard, ils sont punis selon leurs demerites. Car nature nous à donné je ne sçay quel secret instinc de favoriser à ce sexe foible, qui ne pourroit parer coups des calomnies si les loix faictes en leur faveur ne leurs servoient de boucliers, et defense ayant recours aux hommes comme à leurs meilleurs amis176. »

  • 177 À ce propos voir notamment Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 et L (...)

133Les faiblesses du féminin sont ici un facteur atténuant d’un crime qui condamne des femmes dans d’autres situations. Bien qu’ils soient ici les assaillants, les hommes sont présentés comme les « meilleurs amis » de la femme, que la loi doit protéger, car ses limitations physiques et morales l’empêchent de se protéger elle-même. C’est seulement armée d’un courage viril que la femme réussit à surmonter sa fragilité naturelle : elle adopte alors un trait masculin. Faisant partie d’une société attachée à l’honneur177, le canardier voit dans sa perte une occasion juste pour agir selon la voie masculine.

  • 178 Discours veritable de ce qui est advenu à Nerac en Gascogne, op. cit., p. 12.
  • 179 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

134La femme dépourvue d’un représentant mâle, gardien naturel de son honneur, doit faire face dans ces textes à son attaquant. La transition entre l’espace privé, le lieu féminin par excellence, et l’espace public, prérogative masculine, ne peut pas être réalisée aisément. Les femmes annoncent au monde leur déshonneur, la perte de leur bien le plus estimé. Les canardiers ne cessent pas de le rappeler, l’honneur d’une femme est « la plus belle piece de son cabinet178 ». Ils révèlent encore une fois le poids des structures de la domination masculine, car l’honneur féminin a un caractère essentiellement négatif : il ne peut qu’être perdu ou défendu179.

135L’opposition entre la virilité, comprise comme attribut masculin, et la fragilité féminine, doit être surpassée dans ces cas extraordinaires. La virilité est concédée à certaines femmes par procuration : dans l’espace public, elles doivent agir comme les hommes. Leur honneur restauré, elles sont mises entre les mains de la justice et regagnent leur condition. Ces femmes arrivent, exceptionnellement, à atteindre la gloire dans ces textes à sensation, qui sont si disposés à explorer la cruauté dont elles font preuve dans leurs crimes. La caractéristique toujours marquante des canards, le goût de l’inusité, s’applique aussi dans les histoires des femmes qui deviennent fortes.

  • 180 Pierre de L’Estoile, Registre-Journal du règne de Henri III…, t. II (1576-1578), op. cit., p. 136.
  • 181 Pierre de L’Estoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIIe Journal de Henri IV 1595-1601…, op. ci (...)

136La propriété virile de la vengeance est aussi pointée par L’Estoile dans l’action de deux femmes, d’origines sociales distinctes. Le mémorialiste loue la disposition de la demoiselle de Châteauneuf, quand elle découvre son mari en situation d’adultère en septembre 1577 : elle « l’aiant trouvé paillardant avec une autre Damoiselle, le tua bravement et virilement de sa propre main180 ». En février 1599, c’est le tour d’une jeune fille de mériter une entrée dans son journal : « Le mardi 23e, jour de Quaresmeprenant, en la rue S.-Jacques, à Paris, une fille qui alloit puiser de l’eau tua, avec sa courge, un laquais qui l’avoit barbouillée181. » Quand l’honneur est en jeu, la virilité devient convenable pour une femme.

  • 182 À propos du récit de Boaistuau et son influence sur les canards, voir le chapitre iii, p. 96-97.

137Bouquet est la dernière des protagonistes des canards à se venger de ses propres mains, et à y être autorisée par le narrateur. Son drame est annoncé par la remémoration de la tragédie de Violante, personnage de Boaistuau qui a cruellement tué son amant après avoir été séduite par des promesses de mariage et abandonnée182. Le canardier rappelle en détail les mutilations du corps de l’amant faites par la jeune fille, en annonçant le thème du fait divers qu’il livre au public à la mode des Histoires tragiques.

  • 183 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon, qui a tué son Amant d’un coup de Pistolet, l’aya (...)
  • 184 Ibid., p. 5.

138Les pratiques sexuelles des jeunes avant le mariage sont fortement déplorées dans le canard qui relate le drame arrivé en juin 1623, dans la ville de Besançon. La jeune Bouquet a été courtisée pendant deux ans par Rheuz, âgé d’environ 29 ou 30 ans, de même qualité et de mêmes moyens qu’elle, avec l’accord des parents. Il promet de l’épouser et, « moitié par la force et moitié par l’amour il vient about de son mauvais dessein183 ». La perte de la virginité de Bouquet, intimement attachée à son honneur, est énergiquement condamnée par le canardier, qui explique la tragédie advenue à partir de cet acte. La force employée par Rheuz ne suscite pas une réaction indignée du canardier, car le moment où Bouquet n’a pas pu résister à son amoureux la conduit à sa déchéance. « Ha ! pauvreté qu’avez-vous faict, vous avez fletry ce bouquet dont vous portez le nom, que vous faisoit lever le front quand vous estiez avec les cheres compagnes. Si l’amour vous a donné une courte volupté, il vous accompagnera d’un siècle de douleurs184. »

  • 185 Ibid., p. 7.
  • 186 Ibid., p. 9-10.

139Après quelques mois elle se découvre enceinte et, lors de l’accouchement, elle lui demande de tenir sa promesse de l’épouser. Il part alors à la guerre pendant 18 mois pour éviter le mariage. À son retour, il lui dit qu’il ne peut tenir ses engagements et lui suggère de voyager à Paris pour se prostituer. Scandalisée, Bouquet le repousse et parle de sa propre simplicité, un écho de « la fragilité de son sexe185 » évoquée par l’auteur. Elle rappelle les promesses faites dans le but de lui ravir son honneur, et garantit qu’elle sera vengée : « Infame rufien croirois-tu bien qu’une fille de ma sorte apres avoir este gagnee, voire forcée, par tes trompeuses promesses se voulust prostituer à tout le monde, et honnir l’honneur de sa maison, et de parentee ? Oste toy, perfide, fay que je ne te voye plus, et sois asseuré que ton crime ne tardera guiere à estre puni186. »

  • 187 Ibid., p. 10-11.
  • 188 Sur l’imaginaire autour de l’héroïne de l’Ancien Testament, voir Margarita Stocker, Judith : Sexua (...)
  • 189 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon…, op. cit., p. 13.

140Après s’être emparée d’un pistolet, elle cherche son ancien amant : « Desloyal, voila le guerdon de ta perfidie, tu m’as hoste l’honneur, et je t’hoste la vie187. » Comme dans les canards précédents, la vengeance privée, remarquablement exercée par une femme, n’est nullement réprouvée. À l’exemple de l’histoire de Judith, où est illustré le fait qu’une meurtrière peut être une bonne femme188, Bouquet est louée dans le canard. La jeune fille est réprimandée pour avoir cédé aux avances de l’amoureux, mais célébrée quand elle cherche à venger son honneur en adoptant des traits masculins : elle est « armee d’un courage viril », et emploie même, pour se venger, une arme considérée comme masculine, le pistolet, qui évoque le duel. La femme masculinisée recouvre ainsi son honneur, et le code aristocratique qui exclut la femme de la guerre et des combats n’est nullement rappelé. Rien n’est dit de l’avenir de l’enfant, preuve vivante de la faute maternelle, et le canardier affirme que les parents de Bouquet cherchaient à obtenir sa grâce, « laquelle comme l’on croit sera octroyee189 ».

  • 190 Merry E. Wiesner, Women and Gender in Early Modern Europe, New York, Cambridge, 2006, p. 61.

141Dans la pratique de la vengeance féminine telle qu’elle est présentée dans les canards, le droit à la réparation n’est octroyé aux femmes que très rarement, dès qu’il s’agit d’une question d’honneur et qu’il y a des indices montrant que la femme a été trompée. C’est le cas également dans les affaires de viol, où il faut que des preuves solides de son refus soient établies190. Si elle appartient à une famille respectable, son destin est généralement moins sévère que celui des jeunes filles qui n’ont pas le statut de demoiselle ou d’honorable bourgeoise. Miroirs de la société, les canards ne fournissent pas seulement des histoires fantastiques, mais aussi des histoires crédibles.

  • 191 Merry Wiesner, d’après l’analyse de taux de naissance qui suit le mariage, présente des indices de (...)
  • 192 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon…, op. cit., p. 12-13.

142Loin d’être une exception, les pratiques sexuelles avant le mariage191 sont néanmoins fortement condamnées. La conclusion de l’histoire de Bouquet évoque les avertissements des cas relatant une fin brutale de l’héroïne, après un abandon par l’amant puis un infanticide. « Voila la fin de l’Histoire Tragique d’un impudique Amour, qui doit servir de leçon et d’exemple à ceux et à celles qui se laissent porter à des amourachements folastres, et que sous des vaines cajoleries laschent la bride à leurs volontez192. » La chasteté est la vertu idéalisée, et la détérioration de la conduite des jeunes ouvre toujours la porte à l’infamie.

143Les trois jeunes filles des canards qui se sont vengées, ainsi que les héroïnes de Camus et les femmes citées par L’Estoile, partagent toutes une même caractéristique : un courage viril qui leur a fait surpasser les limites de leur sexe. Mais la plupart des femmes des canards sont marquées par le péché d’Ève, évoqué maintes fois pour justifier le comportement féminin. Adultères, paillardes et meurtrières, leur arme est la séduction. Mais elles ont aussi une liaison plus profonde que les hommes avec le surnaturel. Et c’est quand elles ont recours à la magie qu’elles se montrent les plus dangereuses.

Notes

1 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge. Sur l’assassin commis par J. Jumeau, sur Claude Antoine son mary. Ou repentente de son adultere, demande pardon à Dieu, et exhorte les femmes à aymer leurs maris. Executez à Paris, Lyon, F. Durand, 1600 (BNF), p. 21.

2 Discours veritable d’vn homme, qui a esté extremement battu par sa femme, et deux de ses enfans. Sicut boum iugum, quod mouetur, ita & mulier nequam : qui tent illam, quasi qui apprehendit scorpionem, L’Ecclesiast, chap. xxvi, vers. 10, Lyon, F. Yurard, ca. 1620 (HAB), p. 3.

3 Emblemes d’Alciat, Lyon, G. Roville, 1549. Concernant l’analyse de l’imagerie sur la femme au XVIe siècle, voir Sara F. Matthews Grieco, Ange ou Diablesse. La représentation de la femme au XVIe siècle, Paris, Flammarion, 1991.

4 Histoire lamentable d’une jeune Damoiselle, laquelle a eu la teste tranchee dans la ville de Bourdeaux, pour avoir enterré son enfant tout vif au profond d’une cave, lequel au bout de six jours fust treuvé miraculeusement tout en vie, et ayant reçeu le Baptesme rendit son ame à Dieu, Lyon, F. Yurard, 1618 (HAB), p. 4-5.

5 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611), Paris, Gallimard, 1960, p. 245.

6 Claire Carlin, « Crime et châtiment : l’adultère dans quelques traités catholiques du XVIIe siècle », in Richard Crescenzo et al. (dir.), Le Mariage en Europe, XVIe-XVIIIe siècles, Presses de l’université de Nancy, 2003.

7 Jean-Pierre Camus, « Le Gondolier », in Les Spectacles d’horreur, où se découvrent plusieurs effets de nostre siècle, Paris, A. Soubron, 1630, p. 115-116.

8 François Rabelais, Tiers Livre des faictz et dictz Heroïques du noble Pantagruel, Paris, C. Wechel, 1546. Comment Pantagruel et Panurge exposent diversement les vers de la sybille de Panzoust, p. 48.

9 Discours veritable d’un homme, qui a esté extremement battu par sa femme…, op. cit.

10 Ibid., p. 4.

11 Ibid., p. 1.

12 Ibid., p. 3.

13 Ibid., p. 8.

14 Ecl. [26 : 10]. Sainte Bible, Livres Septentiaux, t. II, Paris, Méquignon Fils Ainé ; Lyon, Périsse Frères, 1821, p. 179.

15 Les cruautez inhumaine d’une femme de Paris. Nouvellement exercée sur la personne de son mary, et le sujet pourquoy. Le Dimanche 19. Février 1634, Paris, s. n., 1634, p. 3 (BNF).

16 Ibid., p. 14.

17 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611)…, op. cit., p. 244-245.

18 Natalie Zemon Davis, « La chevauchée des femmes », in Les Cultures du peuple, Rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1992, p. 210-250.

19 Sur ce sujet voir l’importante collection d’estampes du monde à l’envers assemblée par Frédérick Tristan et Maurice Lever, Le Monde à l’envers, Paris, Hachette, 1980, ainsi que la réunion des estampes de la Bibliothèque nationale par Laure Beaumont-Maillet, La Guerre des sexes, XVe-XIXe siècles, Paris, A. Michel, 1984.

20 À propos des charivaris, voir notamment : Yves-Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1994 ; Natalie Zemon Davis, op. cit., et « The Reasons of Misrule : Youth groups and charivaris in sixtenth century France », in Past and Present, 50, 1971, p. 41-75 ; Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt (dir.), Le Charivari, Paris, Mouton, 1981 ; Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Flammarion, 1978 et L’invention de l’homme moderne. Culture et sensibilités en France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988.

21 Natalie Zemon Davis, Les Cultures du peuple…, op. cit., p. 180.

22 Yves-Marie Bercé, op. cit., p. 44-45.

23 Henri Bergson, Le Rire : essai sur la signification du comique, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

24 D. E. Underdown montre une préoccupation récurrente en Angleterre au sujet des femmes querelleuses dans la période 1560-1640, moment où règnent des inquiétudes sur d’autres sortes de désordres, comme la chasse aux sorcières. D. E. Underdown, « The Taming of the Scold : the Enforcement of Patriarchal Authority in Early Modern England », in Anthony Fletcher, John Stevenson (ed.), Order and Disorder in Early Modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

25 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 20.

26 Sarah F. Matthews Grieco, op. cit., p. 284-289.

27 François Rabelais, op. cit. Comment Rondibilis déclare cocuage etre naturellement des apanages du mariage, p. 80.

28 Maurice Daumas, Au Bonheur des Mâles. Adultère et cocuage à la Renaissance 1400-1650, Paris, A. Colin, 2007, p. 22.

29 Ibid., p. 12.

30 Jean-Pierre Camus, « L’emprisonnement et l’empoisonnement », in Christian Biet (dir.), Théâtre de la Cruauté et Récits Sanglants en France (XVIe-XVIIe siècle), Paris, R. Laffont, 2006, p. 306.

31 Nicolas Versoris, Journal d’un bourgeois de Paris sous François 1er, Paris, Union générale, 1963, p. 43-44.

32 Jean-Pierre Camus, op. cit., p. 306-307.

33 Robert Muchembled, Passions de femmes au temps de la reine Margot 1553-1615, Paris, Le Seuil, 2003, p. 63.

34 Voir chapitre iii, « Les assassinats multiples d’Anne de Buringel », p. 110.

35 Le vray Discours d’une des plus grandes cruaultez qui ait esté veuë de nostre temps, avenue au Royaulme de Naples. Par une damoiselle nommée Anne de Buringel, laquelle a fait empoisonner son mary par un à qui elle promettait mariage, et depuis elle a empoisonné son pere, sa soeur, et deux de ses petits neveux, et de la mort qui s’est ensuyvie d’un jeune Gentil-homme…, Paris, J. de Lastre, 1577 (BNF), p. 5-6.

36 Ibid., p. 13.

37 Voir chapitre iii, « Les filles ingrates », p. 116.

38 Histoire prodigieuse, avec la justice qui en a esté faicte le 12 septembre 1598, s. l, s. n., ca. 1598 (BN).

39 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux. Tome VIIe du Journal de Henri IV 1595-1601, Paris, Tallandier, 1982, p. 179.

40 Claude La Charité confère un caractère distinctif à ce texte, mais si on l’analyse dans l’ensemble des canards, on observe des caractéristiques partagées par d’autres pièces, y compris l’exhortation de la condamnée à son complice pour qu’il avoue le crime. Claude La Charité, « L’éthos pathétique de Marguerite d’Auge dans “Les Pitoyables et funestes regrets” (1600) », in Tangence, Rimouski, 77, 2005, p. 73.

41 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 8.

42 Natalie Davis, en opposition à Burckardt, discute la possibilité de trouver des traces d’individualité dans la France du XVIe siècle. Mémoires et lettres deviennent un instrument important pour récupérer l’individualité féminine, même si ses caractères distinctifs doivent être dégagés de la relation avec ses interlocuteurs. Natalie Zemon Davis, « Boundaries and the Sense of Self in Sixteenth-Century France », in Thomas C. Heller et al. (ed.), Reconstructing Individualims. Autonomy, Individuality, and the Self in Western Thought, Stanford, Stanford University Press, 1997, p. 53-63.

43 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit., p. 14.

44 W. K. Pietrzak, « Le sentiment de culpabilité dans le récit bref en France au XVIe siècle », in Actes de colloques et journées d’étude : Juges et criminels dans la narration brève du XVIe siècle, Rouen, no 4, 2010.

45 J.-C. Arnould, « Le juge et le criminel dans les “canards” (1574-1610) », ibid.

46 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge..., op. cit., p. 18.

47 Ibid., p. 10.

48 Complainte pitoyable d’une damoyselle angloise, qui a heu la teste tranchée à la Minuict, pour avoir voulu faire mourir son mary, Lyon, L. II Cloquemin, Prins sur la copie Imprimée à La Rochelle, 1600 (BNF, BM Lyon), p. 6.

49 Ibid., p. 13.

50 Cette caractéristique des canards français les rapproche plutôt du modèle de la littérature de sensation allemande, qui loue la passivité féminine, en opposition au modèle anglais, où l’indépendance féminine était appréciée. Joy Wiltenburg, Disorderly Women and Female Power in the Street Literature of Early Modern England and Germany, Charlottesville, University Press of Virginia, 1992, p. 255-256.

51 Histoire prodigieuse de l’assassinat commis en la personne d’un jeune Advocat. Advenue dans Tholose, par la conspiration de sa femme, d’un Conseiller de la Cour, et d’un Religieux Augustin, ensemble le procez qui en a esté faict, et l’execution de cinq personnes qui on desja esté mis au supplice, Lyon, L. Savine, 1609 (BNF), p. 15.

52 Ibid., p. 13-14.

53 La demoiselle portugaise devient espagnole dans la description du diariste. Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. II (1601-1609), Paris, Gallimard, 1958, p. 439.

54 Complaincte faicte par feue damoyselle Chasteau que feust executee à Tolose pour avoir faict mettre à mort son mary, Tolose, J. Bouguignon, 1609, p. 7.

55 Le Mercure François ou la Suitte de l’histoire de la paix commençant l’an 1605 pour suite au septenaire de P. Cayer, et finissant au sacre du très grand Roy de France et de Navarre Louis XIII, t. I, Paris, J. Richer, 1611, p. 331.

56 Ibid., p. 324-325.

57 La sexualité comme source de pouvoir des femmes est aussi vue dans la littérature de rue de l’Angleterre et de l’Allemagne au XVIIe siècle. Pendant qu’en Allemagne la manipulation des femmes par le sexe ou leur beauté a été fortement condamnée, en Angleterre s’affirme une différence entre la beauté « passive », vue comme louable, et l’exploration des attributs qui génère des soupçons. Joy Wiltenburg, op. cit., p. 143.

58 Le Mercure François, op. cit., p. 331.

59 Sara F. Matthews Grieco, op. cit., p. 288.

60 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne, en laquelle on recognoistra les ruses des femmes, à décevoir les jeunes hommes, Paris, C. Percheron, 1611 (BNF) ; Recit veritable advenu en la vile de Narbonne, d’un gentilhomme qui a empoisonné son pere : et d’une Damoiselle, en laquelle on connoistra les ruses et cautelles des femmes à decevoir les hommes. Ensemble l’execution qui en a esté faicte le 3. Juin, Paris, S. Lescuyer, 1623 (BNF).

61 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne…, op. cit., p. 8-9.

62 Ibid., p. 14.

63 Recit veritable advenu en la vile de Narbonne…, op. cit., p. 13.

64 Histoire tragicque d’un jeune gentilhomme et d’une grand’Dame de Narbonne…, op. cit., p. 14-15.

65 Cruauté horrible et espouvantable perpetree contre Jacques Puget, dit Capitaine d’Aubonne, à la sollicitation d’Ayme sa femme, et de Jean Roch son serviteur et paillard : Executez le 21. Juillet 1609. à Vulpilliers en Genevois, avec la terreur de la Sentence donnee par les Juges dudit lieu, Lyon, G. Joly et G. Pailly, 1610 (BNF).

66 Ibid., p. 8.

67 Maurice Daumas, op. cit., p. 34.

68 Execution d’un capitaine, dans la ville de Lyon. Ensemble la desloyauté d’une Damoiselle envers son mary, Paris, jouxte la copie imprimée à Lyon, s. n., 1626 (BNF).

69 Ibid., p. 14.

70 Ibid.

71 Supplice d’un frere et d’une soeur decapitez en Greve pour adultere et inceste, Paris, P. du Pré, 1604 (BNF).

72 La grande cruaute et Tyrannie. Exercee en la ville d’Arras, ce 28. jour de may, 1618. Par un jeune Gentil-homme, et une Damoiselle Frere et Soeur, lesquels on [sic] commis inseste. Ensemble ce qui s’est passé durant leur [sic] impudiques amours, Paris, Ve J. du Carrois, 1618 (BNF). Voir le chapitre iii, p. 92-93.

73 Supplice d’un frère et d’une sœur décapités en Grève pour adultère et inceste, Paris, P. du Pré, 1604, in Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993, p. 108.

74 Ibid., p. 103.

75 Ibid., p. 104.

76 Ibid., p. 105. Pantière : « Espèce de filet qu’ont tend à des arbres, pour prendre de certains oiseaux », Dictionnaire de L’Académie française, 4e édition, Paris, Ve B. Brunet, 1762.

77 Supplice d’un frère et d’une sœur décapités en Grève…, op. cit., p. 106.

78 Marguerite de Ravalet a été mariée à l’âge de 13 ans, pendant que son mari, Jean Lefebvre, en avait 45. De la petite noblesse, le nouvel époux ne rivalisait pas avec son beau-père, nonobstant sa richesse. Tancrède Martel, Julien et Marguerite de Ravalet (1582-1603), Paris, A. Lemerre, 1920, p. 115 et sq.

79 Tancrède Martel montre, à travers des actes de baptême, qu’en fait Marguerite de Ravalet a eu une seule fille de son mari, appelée Louise, dont la destinée n’est pas connue, ibid., p. 143.

80 Supplice d’un frère et d’une sœur…, op. cit., p. 109.

81 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 120.

82 Supplice d’un frere et d’une sœur…, op. cit., p. 110.

83 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 470.

84 La première édition des Histoires tragiques de nostre temps, publiée en 1614 à Cambrai par Jean de la Rivière, n’a qu’un seul exemplaire connu, conservé à la bibliothèque municipale d’Amiens. La première impression à Paris date de 1616. L’œuvre a été réimprimée de nombreuses fois au cours du XVIIe siècle. Nous utilisons une édition parisienne de 1619, augmentée de quatre histoires, publiée par Pierre Chevalier.

85 Maurice Lever, « De l’information à la nouvelle : Les “canards” et les “Histoires Tragiques” de François de Rosset », in Revue d’Histoire Littéraire de la France, 79e année, no 4, juillet-août 1979, p. 585.

86 François de Rosset, « Des Amours incestueuses d’un frere et d’une sœur, et de leur fin mal-heureuse, et tragique », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps. Où sont contenuës les morts funestes et lamentables de plusieurs personnes, arrivées par leurs ambitions, amours desreiglees, sortileges, vols, rapines, et par autres accidens divers et memorables, Paris, P. Chevalier, 1619, p. 254 et 256.

87 Marguerite et Julien de Ravalet. Julien prit le nom d’Arreville, terre offerte par son grand-oncle. Tancrède Martel, op. cit.

88 François de Rosset, op. cit., p. 256.

89 Maurice Lever, op. cit., p. 593.

90 François de Rosset, op. cit., p. 262.

91 Ibid., p. 267.

92 Thierry Pech, Conter le crime. Le Récit criminel et les histoires tragiques de Pierre Boaistuau à Jean-Pierre Camus (1559-1664), thèse de doctorat, université de Paris X-Nanterre, 1997, p. 27.

93 Ibid., p. 12.

94 Marguerite a enfanté un garçon, entre le 20 et le 25 septembre 1603, dans la prison. L’enfant a reçu le nom de Julien. Tancrède Martel, op. cit., p. 225.

95 François de Rosset, op. cit., p. 276.

96 Ibid., p. 281.

97 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), Genève, Droz, 2001.

98 Robert Muchembled, Passions de Femmes…, op. cit., p. 227.

99 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611), op. cit., p. 245.

100 Sur le rôle du cocu dans les sociétés festives à la Renaissance, voir Maurice Daumas, op. cit.

101 Sarah F. Matthews Grieco, « Corps, apparence et sexualité », in Natalie Zemon Davis, Arlette Frage (dir.), Histoire des femmes en Occident XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 107.

102 Histoire tragique et memorable advenue a Paris, en ce Karesme mil six cens deux, le seiziesme de Mars, Paris, S. Moreau et N. Rousset, 1602 (BNF), p. 8.

103 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 67.

104 Claude Le Brun de la Rochette, « Le Proces Criminel, Livre Premier », in Le Procez civil et criminel, contenans la methodique liaison du droict, et de la practique judiciaire, civile et criminelle, Lyon, P. Rigaud, 1622, p. 102.

105 Histoire tragique, d’un gentil-homme Savoyard, qui ayant trouvé sa femme adultere, la fit tuer par ses deux enfans propres, avec une fille qu’elle avait eüe en son absence, et depuis tua luy mesme ses deux enfans : Au mois de Febvrier, mil six cens cinq. Historie autant veritable que pitoyable, Troyes, jouxte la copie imprimée à Lyon, J. Oudot, 1605, in Maurice Lever, Canards sanglants…, op. cit., p. 114-115.

106 Ibid., p. 117.

107 Jean-Pierre Camus, « L’imprécation châtiée », in Christian Biet, op. cit., p. 301-302.

108 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. II (1576-1578), Genève, Droz, 1996, p. 204.

109 Pierre Boaistuau, « Mort d’une femme adultère », in Histoires tragiques, Paris, Champion, 1977, p. 123-135.

110 Jean-Pierre Camus, « Le Cœur Mangé », in Christian Biet, op. cit., p. 259-263.

111 Sur le sujet, voir le chapitre iii : « Tuer l’enfant pour se venger de l’amant », p. 91.

112 Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide devant le parlement de Paris (1575-1604) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2007/5, p. 1080.

113 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 40. Sur l’homicide sous l’Ancien Régime, voir aussi Jose de Damhoudere, La pratique et enchiridion des causes criminelles, Louvain, E. Wauters et J. Bathen, 1555.

114 Robert Muchembled, Passions de Femmes…, op. cit., p. 69.

115 L’auteur montre qu’en 1567, 12 % des appelants étaient des femmes ; en 1623, près de 20 % ; de 1669 à 1671, 15 %, ibid.

116 Dorothea Nolde, Gattenmord. Macht und Gewalt in der frühnezeitlichen Ehe, Köhl, Böhlau, 2003, p. 281.

117 Même les accusations de sorcellerie, premier objet de l’attention de l’auteur, indiquent une faible présence dans la décennie. Alfred Soman, « Les procès de sorcellerie au Parlement de Paris (1565-1640) », in Annales : Économies, Sociétés, Civilisations, Paris, 32 (4), 1977, p. 793.

118 Sur le sujet en général, voir : Laurent Mucchielli, Pieter Spierenburg, Histoire de l’homicide en Europe. De la fin du Moyen-Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009 ; Robert Muchembled, Une histoire de la violnce. De la fin du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Le Seuil, 2008.

119 Un des accusés apparaît dans deux procès différents pour le même crime. Dorothea Nolde, « The Language of Violence : Symbolic Body parts in Marital Conflits in Early Modern France », in Sophie Body-Gendrot et Pieter Spierenburg (ed.), Violence in Europe. Historical and Contemporary Perspectives, New York, Springer, 2008, p. 146.

120 Dorothea Nolde, Gattenmord…, op. cit., p. 280.

121 Discours merveillable d’un demon amoureux lequel a poussé une Jeune Damoyselle a brusler une riche Abbaye, et couper la gorge à sa propre Mere, Rouen, A. Cousturier, 1605 (BNF).

122 Dorothea Nolde, The Language of violence…, op. cit., p. 146-147.

123 Joy Wiltenburg présente des résultats similaires pour la littérature de rue anglaise jusqu’à 1650, les femmes surpassant les hommes dans le meurtre du conjoint. Joy Wiltenburg, op. cit., p. 212.

124 Ibid., p. 214.

125 Robert Muchembled, Passions de femmes…, op. cit., p. 65-66.

126 Histoire tragique de la constance d’une dame envers son serviteur, lesquels se sont tuez de chacun un pistolet pour ne survivre l’un apres l’autre, Paris, F. Huby, 1608 (BNF).

127 Mots du Seigneur de Fleur-d’Amour, l’un des invités au château de Printemps de Jacques Yver, Le Printemps d’Yver contenant cinq histoires discourues par cinq journées en une noble compagnie au château du Printemps (1572), Genève, Slatkine, 1970, p. 562.

128 François de Rosset, « De la cruelle vengeance exercee par une Damoiselle, sur la personne du meurtrier de celuy qu’elle aymoit », in Les histoires memorables et tragiques de ce temps…, op. cit., p. 442.

129 En outre, Pierre de L’Estoile signale dans son journal, en mai 1611, un meurtre motivé par la violence domestique : « Une vendeuse de fromage, demeurant à Paris, près de la rue de la Ferronnerie, donna deux ou trois coups de couteau à son mari, qui était un vendeur d’oranges, lequel lui avait donné un soufflet pour avoir battu sa mère. » D’après les informations ponctuelles du mémorialiste, il ne s’agit pourtant pas d’un cas où la femme était constamment battue par le conjoint. Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611), op. cit., p. 244.

130 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable, d’une femme de Cahors en Quercy pres Montaubant, qui desesperée pour le mauvais gouvernement et menage de son mary, et pour ne pouvoir apaiser la famine insuportable de sa famille, massacra inhumainement ses deux petis enffans. Et consecutivement sondict mary, pour lesquelz Meurdres, elle fut executée à mort par ordonance de justice le 5e jour de feburier mil v. c. iiijxx trois dernier passé. Avec la Remontrance qu’elle fit publiquement, au dernier suplice, sur le devoir des hommes mariez, envers leurs Femmes et enffans, (s. l.), suivant la copie imprimée à Thelouze, s. n., d’après la copie de J. Columbier, 1583, p. 10-11 (BNF). Il s’agit du seul cas où le mari rosse sa femme dans les canards.

131 Histoire sanguinaire, cruelle et emerveillable…, op. cit., p. 10.

132 Ibid., p. 12.

133 Ibid., p. 13.

134 Pierre de LEstoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 435.

135 Discours veritable de l’execrable cruauté commise par une femme nommée Marie Hubert à l’endroit de Nicolas Porreau son mary, l’ayant fait massacrer par son valet. Ensemble la punition faicte d’icelle, et de Nicole Mollet sa belle mere, et de Guillaume de Launois valet, le Mardy 3. Fevrier 1609, Paris, jouxte la copie imprimée à Reims, S. de Foigny, 1609 (BNF), in Maurice Lever, op. cit., p. 155.

136 Ibid., p. 156.

137 Ibid., p. 155.

138 Ibid., p. 157.

139 Ibid., p. 154.

140 Ibid., p. 161.

141 Les cruautez inhumaines, D’une Damoiselle dans les Massacres de son Mary, et d’un sien Nepveu : Avec son Jugement et Execution de Mort. Ensemble les choses Estranges, et Effroyables qui se sont passées durant les procedures Criminelles du procez, au grand estonnement du peuple. Pres la ville de Langres, le 10. Janvier 1637, Paris, sur la copie imprimée à Langres par Jean Desprez, C. Morlot, 1637, p. 2 (BNF).

142 Ibid., p. 3.

143 Ibid., p. 8.

144 Discours de la sentence de mort donnée contre Mademoiselle Brunel, prisonniere à Grenoble, où l’on voit sa grace et commutation de peine, pour finir ses jours dans un Monastere de Religieuses de saincte Claire. Où est veu l’assassin commis en la personne du Capitaine Brunel son mary, et l’execution de l’un des meurtriers, Lyon, C. Larjot, 1610 (BNF), p. 8.

145 Ibid., p. 12.

146 L’autre cas montrant la grâce royale concerne Helene Gillet, dont l’histoire est narrée dans deux canards : Discours faict au Parlement de Dijon, sur la presentation des lettres d’abolition obtenuës par Helene Gillet, condamnée à mort pour avoir celé sa grosesse et son fruict. Comme aussi les lettres d’abolition en forme de Chartres et Arrest de verification d’icelles, Paris, H. Sara, 1625 (BNF) et Histoire lamentable, d’une jeune Damoiselle fille du Chastelain de Bourg en Bresse, condamnée à mort au Parlement de Dijon, menée au supplice, et miraculeusement sauvée. Ensemble la mort de l’executeur et de sa femme, par la populace, Paris, A. Bacot, 1625 (BNF). À ce propos, voir le chapitre iii, p. 97-99.

147 Pierre de LEstoile, Registre-Journal du règne de Henri III, t. V (1585-1587), op. cit., p. 32.

148 Pierre de LEstoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIe Journal de Henri IV 1593-1594, Paris, Tallandier, 1982, p. 30.

149 Souspirs et Regrets d’une Jeune Damoiselle de la ville de Lyon, laquelle a eu le poing couppé et la teste tranchée le 7. Mars 1607. pour avoir malheuresement couppé la teste à son mary, lors qu’il estoit couché avec elle comme il dormoit. Avec une belle remonstrance qu’elle faict aux femmes, et priere faite par elle estant sur le supplice, Lyon, P. Libot, 1607 (BNF), p. 2.

150 Les pitoyables et funestes regrets de Marguerite d’Auge…, op. cit.

151 Discours veritable de l’execrable cruauté commise par une femme nommée Marie Hubert…, op. cit., p. 154.

152 Histoire veritable d’une femme qui a tué son mary. Laquelle apres exerca des cruautez inouyes sur son corps. Exécutée a Soiran en Bourgogne. Distant d’une lieu d’Aussonne Le 18 janvier 1625, Lyon, G. Paris, 1625 (BNF), p. 4.

153 Ibid., p. 6.

154 Ibid., p. 11.

155 Ibid., p. 12.

156 Arrest de Mort, Donné au Parlement de Bretagne. Contre Damoiselle Marie de Sornin. Accusée et covaincue d’homicide par l’Estrange Apparition de l’Esprit de son feu mary. Ensemble tout ce qui s’est passé de memorable en l’instruction de son procez criminel, Paris, P. Mettayer, 1633 (BNF), p. 4.

157 Nicole Castan, « Criminelle », in Natalie Z. Davis, Arlette Farge (dir.), Histoire des femmes en Occident XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2002. p. 548. Robert Muchembled présente d’ailleurs un indice de 20 % de femmes parmi les accusés de larcin à Arras entre 1529 et 1548. Robert Muchembled, Le Temps des supplices. De l’obéissance sous les ros absolus XVe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1992, p. 137.

158 Pierre de L’Estoile, Mémoires-Journaux. Tome VIIeme Journal de Henri IV 1595-1601…, op. cit., p. 177.

159 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV…, t. II (1601-1609), op. cit., p. 132.

160 Histoire prodigieuse advenue sur la personne d’un notable marchand, par la malice de la femme d’un faquin, en la ville de Venize, sous pretexte et intention d’avoir la bougette dudict marchand avec son argent, ensemble de ce qu’il advint du marchand, du faquin, et de la femme. Executée le 10. Mars 1610, Paris, A. Gaillard, 1610 (BNF), p. 10.

161 Discours au vray de la cruauté plus que barbare exercé par le capitaine la Noue, lequel tenoit logis entre Bayonne et Bourdeaux, et esgorgeoit miserablement les marchands qui y venoient loger, luy, sa femme, ses deux fils, et sa fille, et son valet : Avec leur prinse et lamentable deffaite à Bourdeaux, le 7. Juin 1610, Poitiers, jouxte la copie imprimée à Bourdeaux, P. La Fosse, 1610 ? (BNF), p. 4.

162 Ibid., p. 11.

163 Discours faict sur le terrible assassinat, commis à la maison d’un Gentilhomme de la Franche-comté, par des Coquilards, qui ont esté prins et bruslé tout ifs dans Dole, le cinquiesme jour de May, 1605, Lyon, s. n., 1605 (BNF).

164 Le pardon à un meurtrier apparaît dans le canard qui fait un éloge de l’assassinat de Guillaume Ier d’Orange-Nassau, tué en 1584 par le catholique Balthazar Gérard. Les cruels et horrible tormens de Balthazar Gerard, Bourguignon, vrai martyr, souffertz en l’execution de sa glorieuse et memorable mort, pour avoir tué Guillaume de Nassau, prince d’Orenge, ennemy de son roy et de l’Eglise catholique ; mis en François d’un discours latin envoyé de la ville de Delft au comté de Hollande, Paris, J. du Carroy, 1584 (Fournier).

165 Discours merveilleux d’un Acte remarcable et deplorable advenu le seiziesme jour de Septembre dernier, mil cinq cens soixante et dixhuict, au village de Bescourt, chemin de Beauvais en Picardie, par l’effort luxurieux d’un Capitaine François, Verdun, P. Pedie, 1578 (BNF).

166 Ibid., p. 12.

167 Ibid.

168 Ibid., p. 6.

169 Jean-Pierre Camus, L’Amphithéâtre Sanglant ou sont representees plusieurs actions tragiques de nostre temps, Paris, J. Coterreau, 1630, p. 325.

170 Claude Le Brun de la Rochette, op. cit., p. 15.

171 Jean-Pierre Camus, op. cit., p. 327.

172 Jean-Pierre Camus, Les Entretiens historiques, Paris, R. Bertaut, 1639, p. 145.

173 Ibid., p. 146.

174 Discours veritable de ce qui est advenu à Nerac en Gascogne, d’une jeune Damoiselle qui à poignardé un Gentilhomme, lequel s’estoit faulsement vanté d’avoir ravy son honneur, Paris, G. du Pré, 1606 (BNF), p. 11.

175 Ibid., p. 13.

176 Ibid., p. 13-14.

177 À ce propos voir notamment Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calman-Lévy, 1973 et La société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974.

178 Discours veritable de ce qui est advenu à Nerac en Gascogne, op. cit., p. 12.

179 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

180 Pierre de L’Estoile, Registre-Journal du règne de Henri III…, t. II (1576-1578), op. cit., p. 136.

181 Pierre de L’Estoile, Mémoires-Journaux 1574-1611. Tome VIIe Journal de Henri IV 1595-1601…, op. cit., p. 177.

182 À propos du récit de Boaistuau et son influence sur les canards, voir le chapitre iii, p. 96-97.

183 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon, qui a tué son Amant d’un coup de Pistolet, l’ayant desbauchee sous promesse de Mariage. Arrivé le 12. Jour du mois de Juin, 1623, Lyon, P. Roussin, 1623 (BM BES), p. 6.

184 Ibid., p. 5.

185 Ibid., p. 7.

186 Ibid., p. 9-10.

187 Ibid., p. 10-11.

188 Sur l’imaginaire autour de l’héroïne de l’Ancien Testament, voir Margarita Stocker, Judith : Sexual Warrior. Women and Power in Western Culture, New Haven/London, Yale, 1988.

189 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon…, op. cit., p. 13.

190 Merry E. Wiesner, Women and Gender in Early Modern Europe, New York, Cambridge, 2006, p. 61.

191 Merry Wiesner, d’après l’analyse de taux de naissance qui suit le mariage, présente des indices des pratiques sexuelles entre les jeunes dans quelques pays européens, ibid., p. 60-61. Sur le sujet voir notamment Jean-Louis Flandrin, Le sexe et l’Occident : Évolution des attitudes et des comportements, Paris, Le Seuil, 1986 et Les Amours paysannes, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1993.

192 Histoire véritable, d’une jeune fille de Besançon…, op. cit., p. 12-13.

Table des illustrations

Légende Illustration 5. – Discours veritable d’vn homme, qui a esté extremement battu par sa femme, et deux de ses enfans, Lyon, F. Yurard, ca. 1620 (Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel). Page de titre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/116541/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search