Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Chapitre I. La nature des canards

Texte intégral

  • 1 À ce propos voir Jacques Dalarun, « Regards de clercs », in Georges Duby, Michelle Perrot, Christi (...)

1Les périls que représentent les femmes à l’aube des Temps modernes ont été articulés sous différents langages, et ont atteint divers groupes sociaux. Les discours religieux ont particulièrement présenté la femme comme objet de peur, et la longue tradition d’infériorisation a été impulsée par l’expansion de la littérature d’aversion envers la chair depuis le XIIe siècle, et profondément développée par les démonologues à partir du XIVe siècle1. La définition de la femme comme un mâle imparfait en accord avec l’aristotélisme qui a inspiré Thomas d’Aquin s’est mêlée aux discours médicaux, et les avertissements concernant les « dangers féminins » ont parcouru la société entière afin de mettre en garde ses gardiens supposés en offrant une justification théorique pour sa limitation.

  • 2 Henri Institoris, Jacques Sprenger, Le Marteau des Sorcières : Malleus Maleficarum, Grenoble, J. M (...)

2La nécessité d’un gouvernement masculin pour la femme ainsi que l’opposition entre raison et vertu masculines et attachement féminin à la chair ont été largement employées dans des écrits diffusés au début de l’ère moderne, contribuant ainsi à renforcer les préjugés contre la femme. Non seulement, la jalousie, l’ire, l’appétit sexuel comme attributs typiquement féminins paraissaient dans des manuels tels que le Marteau des Sorcières2, mais certains occasionnels ont aussi accentué cette image héritée de la misogynie médiévale. En reproduisant, sous un nouveau format accessible à un plus large public, un discours déjà profondément enraciné dans les esprits, les canards ont joué un rôle important dans ce domaine.

  • 3 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, t. III, Paris, administrateur du Gra (...)

3Les textes évoquant les fautes féminines étaient diffusés parallèlement aux rapports concernant les calamités, les phénomènes célestes et la naissance de monstres qui circulaient dans les villes françaises à l’aube de l’âge moderne. Colporté dans les rues, ce genre d’histoire courte relatant des événements précis recevait déjà au début du XVIe siècle le nom de « canard » : en 1525 fut diffusé en Flandre un texte intitulé le canard de la bataille de Pavie, sur la défaite de François Ier face au connétable de Bourbon3.

4Avec leur multiplicité thématique, allant des rapports de batailles à l’action du surnaturel, les canards n’hésitent pas à profiter des atrocités de leur temps pour se mettre en valeur. L’ambivalence qui y est présente, entre raison et déraison, crime et châtiment, place le lecteur face aux réalités négatives de son époque, lecteur qui, aujourd’hui encore, les recherche tout en s’étonnant des quelques récits que l’on trouve couramment dans les quotidiens contemporains. Situer ces textes dans la démarche historique permet d’analyser leur élaboration comme un produit de leur époque, et les intentions, explicites ou non, de leurs producteurs.

Canards et faits divers

5Tournés vers la divulgation des événements marquants, et ce avant la création de la presse périodique en France en 1631 avec la Gazette de Renaudot, les canards ont été imprimés du XVIe jusqu’au XIXe siècle, atteignant leur apogée dans les deux premières décennies du XVIIe siècle. Dès le début de sa diffusion, le canard imprimé français est un texte inspiré d’événements supposés récents, rapportant des circonstances extraordinaires plus ou moins proches de la réalité. Même si plusieurs auteurs assimilent les définitions de « canard » et de « fait divers », on applique une distinction entre les deux. Le canard est la forme, l’imprimé avec quelques caractéristiques physiques spécifiques, et le fait divers est son contenu, c’est-à-dire l’événement qui a suscité le rapport. Les faits divers sont alors les nouvelles jugées dignes d’être racontées dans les canards.

  • 4 Ibid., t. X, p. 58.

« Sous cette rubrique, les journaux groupent avec art et publient régulièrement les nouvelles de toutes sortes qui courent le monde : petits scandales, accidents de voitures, crimes épouvantables, suicides d’amour, couvreurs tombant d’un cinquième étage, vols à main armée, pluies de sauterelles ou de crapauds, naufrages, incendies, inondations, aventures cocasses, enlèvements mystérieux, exécutions à mort, cas d’hydrophobie, d’anthropophagie, de somnambulisme et de léthargie. Les sauvetages y entrent pour une large part, et les phénomènes de la nature y font merveille, tels que : veaux à deux têtes, crapauds âgés de quatre mille ans, jumeaux soudés par la peau du ventre, enfants à trois yeux, nains extraordinaires4. »

6Bien que cette définition date du XIXe siècle, l’essence des faits divers demeure la même à travers les siècles. Il s’agit des événements singuliers de chaque époque, plus pittoresques que grandioses, auxquels chaque société attribue une valeur particulière, et qui reflètent ses croyances, ses craintes et ses espoirs. On observe ainsi une insistance sur des sujets bien précis qui attirent l’attention des lecteurs, comme par exemple l’inondation du faubourg Saint-Marcel à Paris en 1579 ou le cas du maréchal d’Ancre et des supposées sorcelleries de Léonora Galigaï en 1617, insistance qui se traduit par une production abondante de canards.

  • 5 Romi, Histoire des faits divers, Milan, Pont Royal, 1962, p. 142.
  • 6 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieu (...)

7Dans Le Diable à Paris, Gérard de Nerval affirme en 1845 que « le canard est une nouvelle quelquefois vraie, toujours exagérée, souvent fausse. Ce sont les détails d’un horrible assassinat, illustrés parfois de gravures en bois d’un style naïf : c’est un désastre, un phénomène, une aventure extraordinaire ; on paie cinq centimes et l’on est volé5 ». Ces traits d’exagération et de doute conférés par Nerval existent dans la plupart des définitions de canard. Furetière affirme que l’« on dit proverbialement, Donner des canards à quelqu’un, pour dire, luy en faire accroire, ne luy pas tenir ce qu’on luy avoit promis, tromper son attente6 ». Il continue :

  • 7 Ibid., p. 247-249.

« Nouvelle fausse et le plus souvent absurde ; se dit surtout des récits de ce genre insérés dans les journaux […]. Nom que l’on donne aux imprimés qui se vendent dans les rues, à Paris, pour annoncer les nouvelles du jour. […] On appelle plaisamment du nom de canard des articles de journaux, des nouvelles criées dans les rues, qui, la plupart du temps, n’ont aucune vraisemblance, et donnent lieu à des cancans, ce qui, suivant les uns, leur a valu le nom de canard, les cancans7. »

  • 8 Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993, p. 11.
  • 9 Arrest de la Cour de Parlement de Dole, du dixhuictiesme jour de Janvier, 1574 contre Gilles Garnie (...)
  • 10 Un recueil de plusieurs pièces et planches gravées sur le sujet a été réuni à la BNF, signé par Ge (...)

8Toutefois, Maurice Lever rappelle que la dénomination de « canard » ne comprend le sens de « fausse nouvelle lancée dans la presse pour abuser le public, puis par extension, un journal de peu de valeur8 » que vers 1750. Cet éloignement de la réalité caractérise particulièrement les canards des XVIIIe et XIXe siècles, quand le fantastique, pas si effrayant, donne le ton de ces pièces. Cependant, cela vient moins d’une possible exagération des histoires que d’un changement des mentalités et de la perception du public. Car, comme on a au XVIe siècle l’Arrest de la Cour de Parlement de Dole, du dixhuictiesme jour de Janvier, 1574 contre Gilles Garnier, Lyonnois, pour avoir en forme de loup-garou devoré plusieurs enfans9, on a, au XVIIIe siècle, des feuilles d’actualité sur les ravages commis par la bête du Gévaudan qui aurait fait plus d’une centaine de victimes10.

Les aspects physiques des canards

  • 11 Les aspects physiques des canards ont déjà été commentés ailleurs : Jean-Pierre Séguin, L’Informat (...)

9Pendant quatre siècles de publication, les canards ont toujours gardé les mêmes caractéristiques physiques. Publiés dans un matériel médiocre et rarement illustrés – ce qui leur confère un caractère « jetable11 » –, ils étaient mal entretenus par les imprimeurs qui fréquemment les éditaient avec des erreurs d’impression – abréviations, caractères de tailles diverses, réutilisation de mêmes illustrations pour des thèmes différents, fautes d’orthographe. La plupart ont adopté le format in-8°. Peu d’entre eux présentent un format in-folio alors fréquemment utilisé avec une illustration – parmi les canards sélectionnés, six ont été imprimés en in-folio et trois présentent le plus grand nombre de pages : vingt-neuf. La plupart des canards ont huit pages, puis seize et quatorze. L’illustration n’est pas fréquente, car sur 541 canards étudiés seuls quatre-vingt-dix en ont une ou plusieurs.

  • 12 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. II (1601-1609), Paris, Gallimard, 1958, (...)
  • 13 Ibid., p. 439.
  • 14 Ibid., p. 448.

10Comme le démontre à plusieurs reprises Pierre de L’Estoile dans ses journaux, les « drôleries » – expression qu’il utilise pour parler des canards – visaient un public pouvant dépenser un à trois sous : « Le vendredi 13e [mars 1609], j’achetai un sol une nouvelle qu’on criait devant le Palais, d’une femme qui avait fait massacrer son mari12 » ; « Le mardi, dernier de ce mois [mars 1609], j’ai acheté, trois sols, une nouvelle Histoire tragique, qu’on criait devant le Palais, arrivée à Toulouse, d’un Augustin, docteur en théologie, d’un conseiller au présidial et d’une demoiselle espagnole13 » ; « Le jeudi 23e [avril 1609], j’ai acheté autre Histoire prodigieuse, imprimée, qu’on criait par cette ville (de laquelle on m’avait fait voir le mémoire, le dernier du mois passé) d’une jeune femme exécutée à Nice, pour avoir pendu son père. Elle m’a coûté un sol14. »

  • 15 Au sujet de la relation entre la lecture et l’oralité au début de l’âge moderne, voir Roger Charti (...)

11Cependant, la diffusion des nouvelles par les canards n’était pas restreinte à ceux qui les achetaient. Criées par les vendeurs, les histoires étaient rapidement répandues dans les villes : il n’était pas nécessaire de se les procurer pour en connaître les événements et les titres. Ces derniers, assez longs, résumaient avec exactitude les faits narrés. Ainsi, ce style de diffusion ne facilite pas l’analyse de l’accueil fait aux canards par le public15. En plus, à l’exception probable des collectionneurs qui les entretenaient soigneusement, les canards n’étaient pas considérés comme des objets précieux et n’étaient pas créés pour survivre au temps et aux changements d’humeur – on observe une quantité remarquable de canards concernant des phénomènes célestes et des calamités dans la deuxième moitié du XVIe siècle, thèmes qui sont fortement concurrencés au siècle suivant quand augmentent les rapports sur les crimes et les événements religieux.

Les canardiers

12L’auteur de ces textes, appelé canardier, est presque toujours inconnu, et se voue en quelques pages, non seulement à raconter une histoire, mais également à en faire la morale et à en extraire d’importantes leçons pour la société. Ainsi, prétendument éphémères, les canards se distinguent des faits divers dans les mentalités par l’importance qu’ils acquièrent, surtout avant la création de la presse périodique, en immortalisant des crimes qui ont entaché une famille, une communauté, un village. Dans la mesure où ces textes sont liés à des visions de monde, à des relations sociales et au pouvoir, on ne peut pas, pour les comprendre, les distinguer de leur milieu social et de leur temps.

  • 16 Paris, F. Morel et P. Mettayer, 1617 (HAB).

13L’essence du canard est la diffusion de nouvelles, et l’affirmation de l’authenticité du rapport est alors une question majeure pour les canardiers. De nombreux observateurs sont cités, incluant même parfois le témoignage direct de l’auteur afin de valider la narration. Pourtant, bien que plusieurs récits soient inspirés de procès juridiques contemporains – parfois par la simple divulgation de l’arrêt concernant des cas épouvantables, comme l’Arrest de la Cour de Parlement, contre le Mareschal d’Ancre et sa femme. Prononcé et executé à Paris le 8. Juillet 161716 –, cette véracité supposée des histoires n’est pas confirmée dans les nombreuses narrations qui explorent, par exemple, la présence incontournable du surnaturel. La nécessité d’attester les nouvelles est importante, même dans le cas où le récit s’appuie sur un autre déjà publié, ou le copie entièrement. À ce propos, encore une fois, L’Estoile insère les canards dans son quotidien, en reconnaissant les histoires rééditées :

  • 17 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (...)

« Le lundi, premier de ce mois [mars 1610], on criait, par cette ville, l’Histoire pitoyable des parricides commis par Jacques Gentet et sa femme envers leurs pères, mères et sœurs, en la ville de Blaye ; laquelle encore que je défiasse avoir été regratée et réchaufée par ces pauvres contreporteux morfondus, si est-ce que, pour n’être point parmi mes fadaises et cris de Paris de ce temps, je l’ai voulu avoir et en ai donné deux sols, pour ajouter à mes autres bagatelles17. »

  • 18 Ibid., p. 40.

« On criait, ce jour [le samedi 13e mars 1610], par cette ville, la suivante fadaise, comme nouvelle, bien que regrattée et surannée : Discours prodigieux et épouvantables de trois Espagnols et une Espagnole, magiciens et sorciers, qui se faisaient porter, par les diables, de ville en ville ; avec leurs déclarations d’avoir fait mourir plusieurs personnes et bestiaux par leurs sortilèges, et aussi d’avoir fait plusieurs dégâts aux biens de la terre. Ensemble, l’arrêt prononcé contre eux par la Cour de Parlement de Bordeaux, le samedi 6e jour de mars 1610, qui est une date fausse, mise par pitié, et pour rechauffer ces pauvres contreporteux, morfondus en toutes sortes, par Ruelle l’imprimeur, qui me l’a dit ce jourd’hui et m’en a apporté un18. »

  • 19 Le vray Discours d’une des plus grandes cruaultez qui ait esté veuë de nostre temps, avenue au Roya (...)

14Ces « pauvres contreporteux morfondus », comme L’Estoile les appelle, vendent des histoires déjà éditées (avec de nouvelles dates, parfois en changeant les personnages et le lieu où l’événement se déroule), ou même des textes entièrement repris. Bien sûr, certaines histoires ont eu un succès indéniable, comme celle d’Anne de Buringel, jeune demoiselle déterminée à faire disparaître son gentil et riche – quoique vieux – mari et sa famille. En effet, au moins quatre canards ont rapporté son histoire, d’abord en 1577 à Paris, ensuite en 1587 et 1598 à Lyon, et finalement en 1609 à Rouen (à partir d’une édition parisienne perdue de François du Chesne)19.

  • 20 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle âgée de dix-sept à dix-huit ans, (...)

15Mais, la plupart du temps, des substitutions simples étaient opérées : le Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle âgée de dix-sept à dix-huit ans, executée dans la ville de Padouë au mois de Decembre dernier 1596, imprimé à Paris par Antoine du Brueil (ou Anthoine du Brueil) en 1597, a été réimprimé par le même éditeur en 1617 et présenté comme ayant eu lieu en 1616, avec un titre légèrement différent. La même histoire a un autre protagoniste, Catherine de la Critonniere, dans le Discours pitoyable, de la mort d’une jeune Damoiselle, aagee de quinze à seize ans, executée dans la ville de Padoüe, au mois de Septembre dernier. 1607 ; ou dans le Discours sur la mort d’une jeune Damoiselle executée à Aix, pour avoir meurtry son enfant, qui parle de l’infortune de Dianne de la Clappiere. Elle est enfin déplacée à Metz dans l’Histoire Tragique et Pitoiable sur la mort d’une jeune Damoiselle agée de 17. à 18. ans, executée dans la ville de Mets au mois de Novembre dernier. 162320.

  • 21 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1597), op. cit., p. 15.
  • 22 Histoire Tragique et Pitoiable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1623), op. cit., p. 15.

16Ces textes reprennent presque entièrement celui de 1597. Comme on peut le voir, les altérations sont toujours légères et apparaissent à la fin de chaque histoire : « Le discours de cest spectacle fut mis par escrit, par un Italien qui l’a aporté dans Paris, où il a esté traduit en langue Françoise21 » ; « Le discours de ce spectacle fut mis par escrit par un Gentil-homme, qui l’a apporté dans Paris en 8. Novembre 162322. » Le texte de 1617 fait précéder l’histoire d’un court paragraphe sur l’amour et l’infidélité, et finit la narration après l’exécution, sans les phrases citées ci-dessus. Le texte de 1618 change les premières phrases et le nom des personnages. Le texte de 1607 est celui qui a vu le plus de modifications : la demoiselle est fille du sieur de la Critonniere, pas du sieur de la Riviere, même si le nom de son amant reste le même ; et la fin comprend une surcharge dramatique. Malgré tout, comme les autres, il reprend le texte de 1597.

  • 23 L’action des imprimeurs est discutée d’ailleurs par Roger Chartier à propos d’un texte espagnol du (...)

17Les emprunts étaient disséminés dans tous les genres de canards, et la différence entre le texte et l’imprimé se situait précisément dans ce travail d’intervention des imprimeurs23. Le sujet abordé, même quand il est raconté à plusieurs reprises, continue d’attirer l’attention de nouveaux acheteurs qui, souvent, n’ont pas eu accès à la version « originelle ». Enfin, même répété ou incontestablement faux, il demeure un fait divers, un événement extraordinaire qui a captivé l’attention de ceux qui l’ont raconté, et qui mérite de l’être surtout s’il offre des détails choquants et inattendus.

  • 24 Geneviève Bollème, Les Almanachs populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles. Essai d’histoire sociale,(...)
  • 25 Ibid., p. 73.

18Le moment de l’apogée des canards est aussi celui de l’évolution des almanachs, quand la religion et l’amour n’y trouvent plus la même attention qu’auparavant, comme le montre Geneviève Bollème24. En dépit de l’absence de textes moralisants dans les almanachs25 – alors que les canards en ont à profusion –, la définition de l’auteur ressemble en plusieurs points aux sources qui sont ici analysées :

  • 26 Ibid., p. 40.

« Pour définir l’almanach, retenons seulement ceci : il n’est pas un manuel, il n’est pas assimilable au conte pas plus qu’il n’est au roman, il divertit sans se rattacher à la pure fabulation, il enseigne sans être dogmatique, il n’est nullement article de foi ; il obéit à une grande loi qui est sans doute celle de toute lecture populaire : il plaît et il est utile26. »

19Pourtant, le canard n’a pas le même caractère utilitaire que l’almanach. Il informe, évidemment, mais à quel point cette fonction est-elle fondamentale ? La manière dont les histoires sont racontées, avec l’intention moralisatrice, fait de la réelle transmission d’informations un élément secondaire, qui se développera effectivement avec la presse périodique. Mais, comme les almanachs étudiés par Bollème, les canards – et ce d’une façon assez spectaculaire à en juger par les titres, toujours attractifs, qui parlent d’histoires épouvantables, pitoyables et lamentables – rapprochent le lecteur de la réalité. Une réalité qui, par la richesse de détails effrayants montrant que l’horreur est à la portée de tous, peut fasciner.

De la sélection des sources

  • 27 Comme le montre La Médée de la France. Dépeinte en la personne de la Marquise d’Ancre, Paris, F. B (...)

20Plusieurs textes partagent l’aspect physique du canard – peu de pages, format in-8° en général, matériel médiocre –, mais seuls ceux qui présentent un cas assimilé à un fait divers, soit par son caractère extraordinaire ou pitoyable, soit par sa répercussion sociale, ont été retenus. Ainsi, à côté des pièces qui parlent d’inondations, de visions célestes et de parricides, les canards relatant l’assassinat d’Henri IV et la déchéance du marquis et de la marquise d’Ancre ont été comptabilisés. Car même s’ils parlent de figures éminentes de la société, ces deux cas ont eu une répercussion significative dans l’univers des canards, avec une demande continue de la part du public. Léonora Galigaï figure au moins dans vingt-six canards et a été immortalisée dans quelques pièces comme La Médée de la France27.

21Ce n’est pas le cas des narrations d’entrées royales, de réjouissances pour la naissance du dauphin, de mariages de la noblesse, et d’expéditions militaires. Si les nouvelles découvertes faites en Amérique, les terres merveilleuses rencontrées en Orient, ou les histoires de monstres peuvent éveiller la curiosité, les récits de voyage constituent un genre propre, qui doit être étudié dans un cadre spécifique.

  • 28 Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique…, op. cit., p. 8.

22Issu d’une société vivant au sein des conflits religieux, le canard en fait naturellement la base de plusieurs de ses narrations et diffuse la victoire du catholicisme sur les hérétiques, ou décrit ces derniers comme un élément représentatif de la déviance morale. Quand Jean-Pierre Séguin affirme que « le fait divers y demeure le principal motif d’intérêt et si propagande il y a, celle-ci passe sous son couvert28 », il n’intègre pas les canards dans un cadre de centralisation continue de l’autorité royale et de renforcement des structures patriarcales à tous les niveaux sociaux. La transmission des idées afin de maintenir des adeptes ou d’en gagner davantage restant le cœur de la propagande, on ne peut pas sous-estimer cette fonction. Comme l’auteur le rappelle par la suite, les canards ont été jugés assez « inoffensifs » du point de vue des autorités :

  • 29 Ibid., p. 15.

« En effet, ils distrayaient les masses de sujets plus sérieux et, s’ils servaient souvent de truchement à une propagande, c’était presque toujours à celle du plus fort. Jusqu’à la fin du dix-neuvième siècle, le pouvoir en usera ainsi à leur égard, préférant la propagation des pires insanités à celles d’idées considérées comme dangereuses29. »

23Par conséquent, ce sont exactement les idées de l’ordre établi qui sont transmises par les canards, celles d’obéissance au roi et à l’Église, à la figure paternelle et maritale. La propagande reste ainsi le centre de la plupart des canards, diffuseurs du discours tridentin, et la relativité de la déviance dépend du côté où se trouve le lecteur.

24Le colportage devient un expédient amplement utilisé dans la diffusion des canards tout au long des XVIe et XVIIe siècles, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, intégrant les mécanismes d’acculturation de l’État absolu tourné vers une unification culturelle progressive du royaume. L’année 1660 se définit comme un point crucial pour l’avenir du projet monarchique : les imprimés sont soumis au contrôle du pouvoir royal et la censure apparaît. Les canards, en dépit de leur faible valeur, ne manquent pas d’intervenir dans ce processus.

  • 30 In Bulletin du Bibliophile et du Bibliothécaire, Paris, Techener, 1901, octobre, p. 450-451. Jean- (...)

25Le premier canard répertorié a été imprimé à Paris et date probablement de 1528 : La terrible et espouventable comette, Laquelle apparut le xi jour Doctobre. Lan m cinq cens xxvij. En Allemaigne. Item le merveilleux brandon de feu qui quasi traversa toute la France, et le terrible bruyt qnl feist en passant dessus Lyon le v davril m ccccc xxviij. Item la pluye de pierres laquelle se feist es par ties Dytalie le mesme jour et heure que le dessus du brandon de feu fut veu passer par-dessus Lyon30. La croissance est ensuite inégale, bien que cela soit basé sur le nombre de canards qui ont survécu au temps, comme le montrent les tableaux suivants :

Période

Nombre de canards

Total de canards par rapport à la décennie

1528-1530

10

1,69

1531-1540

3

0,51

1541-1550

1

0,17

1551-1560

5

0,84

1561-1570

19

3,20

1571-1580

54

9,10

1581-1590

50

8,43

1591-1600

19

3,20

1601-1610

115

19,40

1611-1620

186

31,37

1621-1630

96

16,19

1631-1640

19

3,20

1641-1650

7

1,18

1651-1660

7

1,18

1661-1670

1

0,17

1671-1677

1

0,17

TOTAL

593

100 %

Tableau 1. – Évolution de l’impression des canards par décennies.

26Dans leurs premières années, les canards se sont surtout consacrés aux phénomènes célestes et aux calamités. En tout, 593 imprimés ont été recueillis, dont 541 qui ont été sélectionnés suivant la période établie pour cette étude, car il faut attendre 1574 pour avoir un rapport criminel, date que l’on retient comme début d’analyse. Celle-ci se développe jusqu’à 1651, année du dernier canard qui raconte un crime commis par une femme au XVIIe siècle.

27La sélection commence par l’Histoire du plus épouvantable et admirable cas qui ait jamais été ouï au monde, nouvellement advenu au Royaume de Naples, par laquelle se voit l’ire de Dieu n’être encore apaisée, et nous tous humains sujets à son juste jugement, imprimé à Paris en 1574 par J. Ruelle, et finit par l’Histoire Veritable des crimes horribles commis à Boulogne, par deux Moynes deux Gentils-hommes, et deux Damoiselles, sur le S. Sacrement de l’Autel, qu’ils ont fait consumer à une Chevre et à un Oye, et sur trois Enfans, qu’ils ont fait distiler par la lambique. Avec le recit de leur emprisonnement dans l’inquisition de Rome, pour leur estre fait et par leur procez. Loüé soit le tres Sainct Sacrment de l’Autel, imprimé en 1651 d’après une copie parisienne.

Tableau 2. – Graphique de l’évolution de l’impression des canards par décennies.

  • 31 Maurice Lever, op. cit., p. 11.
  • 32 Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Roger Chartier (d (...)

28Des estimations montrent un nombre trois à quatre fois plus grand d’originaux publiés31, ce qui n’est pas surprenant vu l’extrême fragilité de ce genre de publication, faite pour ne pas durer, et qui n’est soignée que par des collectionneurs avides comme Pierre de L’Estoile (dont les canards sont perdus). Le tirage des occasionnels, impossible d’être déterminé avec précision, peut s’élever, d’après l’impression des bréviaires, à 2500 exemplaires32.

29Presque toujours écrits en prose, les canards se présentent sous différents langages. Les références mythologiques et bibliques, au-delà des discussions théologiques, s’opposent à des textes plus accessibles qui visent une clientèle peu cultivée. L’influence italienne est notable avec seize canards faisant mention d’avoir été traduits de la langue de Dante (en comparaison, quatre affirment être des traductions d’originaux allemands, un du latin, un de l’espagnol, un du flamand et un du turc). Au moins cent seize canards rapportent des événements ayant eu lieu à l’étranger, dont quarante-six en Italie (on retrouve cette influence dans les Histoires tragiques).

  • 33 Christian Jouhaud, « Littérature et Histoire : Présentation », in Annales HSS, Paris, 49 (2), 1994 (...)
  • 34 Bronislaw Geremek, Les Fils de Caïn, Paris, Flammarion, 1992.

30La multiplicité des textes doit donc être étendue aux possibilités de lecture, vis-à-vis non seulement des différences textuelles, mais aussi face à l’univers mental des lecteurs. En effet, ces derniers n’étaient pas lus de la même manière par tous, et l’opinion d’un lecteur différait d’un canard à l’autre, ce qui peut être confirmé par les rares témoignages disponibles sur sa perception. Il est ainsi nécessaire de chercher les deux visages du texte, celui du producteur et celui du récepteur, en considérant la littérature comme une médiation entre l’auteur et le lecteur, comme on l’a déjà démontré dans la revue des Annales dans les années 199033. Pour lever le voile sur l’œuvre littéraire, même s’il s’agit de textes d’un genre particulier qui mélange fiction et « pré-journalisme », la contextualisation exigée par Bronislaw Geremek34 est cruciale, avec l’insertion des auteurs dans le temps et la société où ils ont vécu, puisque ces éléments se reflètent, de manière plus ou moins incisive, dans les éléments narrés.

31Concernant les textes qui racontent des événements supposés réels, revêtus de l’autorité du discours dominant, où même la figure de l’écrivain n’est pas essentielle – soit par la fabrication des histoires, soit par un anonymat exigé ou encore en raison d’un caractère peut-être informel des publications –, les instruments employés pour atteindre le lecteur dans sa réalité sont l’intérêt principal. En analysant les éléments narrés dans leur contexte de production, on peut comprendre que cette littérature présente la possibilité de multiples constructions de sens et offre un témoin historique.

De la catégorisation des sources

  • 35 Chambéry, F. Poumard, 1578 (BNF).

32Des catégories ont été établies afin de délimiter les thèmes-clés des canards et de les regrouper selon des sujets semblables. Bien que le thème soit précis dans certains cas, comme les textes rapportant des incendies et des inondations, les canards font souvent référence à plusieurs sujets. On a, par exemple, le Vray pourtraict, et sommaire description d’un horrible et merveilleux monstre, né a Cher, terre de Piemond, le 10. de Janvier 1578. A huit heures du soir, de la femme d’un docteur, avec sept cornes, celle qui pend jusques a la saincture et celle qui est autour du col sont de chair35, canard dont le thème principal est placé dans la catégorie des monstres, mais qui rapporte un vol commis par une femme.

33La religion est présente à différents degrés dans presque la totalité des occasionnels, preuve d’une société profondément croyante. Cependant, cela ne signifie pas qu’elle soit le sujet prédominant et ce n’est que par commodité que les canards ont été placés dans des catégories générales, qui seront décortiquées lors de la vérification des textes comportant une présence féminine, afin de chercher la pluralité thématique offerte.

34Neuf grandes catégories ont été créées : calamités, duels, maladies, animaux, accidents, crimes et fautes, surnaturel, religieux et monstres. Les catégories du surnaturel et du religieux se divisent en quelques thèmes-clés ; dans le cas du surnaturel, on trouve les phénomènes célestes, les visions, les fantômes et apparitions ; l’univers religieux comporte les miracles, les sacrilèges et blasphèmes, les actions démoniaques, la sorcellerie et une rubrique « autres » qui réunit les sujets éloignés des catégories antérieures, comme les conversions et les reliques.

Tableau 3. – Catégorisation des canards.

  • 36 Les espouventables tramblemans de terre, et Feux, miraculeusement tombez du Ciel : dont six villes (...)

35Le tableau ci-dessus montre la division thématique, ainsi que la proportion occupée par chaque catégorie sur le plan général. Est comptabilisée comme « présence féminine » chaque mention distincte d’une ou de plusieurs femmes et non pas seulement les simples références générales comme « les pitoyables lamentations et gemissemens des habitans, femmes, filles et enfens36 ». On remarque une grande participation féminine dans la catégorie « crimes et fautes » avec plus de la moitié du genre, ce qui dépasse la moyenne de la présence féminine dans l’échantillon.

36Le pourcentage de femmes déviantes augmente à mesure que les canards sont disséqués. En effet, les textes sur la sorcellerie montrent des crimes contre l’Église et l’État, ainsi que des miracles provoqués pour arranger une négligence maternelle ; ils racontent aussi comment l’action démoniaque touche les femmes fautives, ou comment le diable utilise des corps féminins pour tenter les hommes. Ainsi, ces textes mettent en évidence les défauts des femmes en fournissant une base pour l’étude des représentations féminines dans l’univers de la littérature des rues, et, par extension, pour celle de la construction des féminités au début de l’âge moderne.

L’impression et les canardiers

  • 37 Bronislaw Geremek, op. cit., p. 13.
  • 38 Natalie Zemon Davis, Les Cultures du peuple, Rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris (...)

37Au sein de la « révolution de Gutenberg37 » – large diffusion de la culture écrite –, l’imprimé est devenu commun dans les grandes villes et accessible à la majorité de la population, ce qui a été essentiel pour l’usage d’un thème spécifique par un public vaste et diversifié. Natalie Davis compte, pour le milieu du XVIe siècle, près de quarante villes françaises comprenant des imprimeries, nombre qui passe à soixante en dix ans seulement, quand les imprimeurs-éditeurs étaient encore chargés de la sélection du matériel destiné à être imprimé ; après les guerres de Religion, le commerce de livres est canalisé38. Les principaux centres d’impression en France – Paris et Lyon au XVIe siècle, puis Troyes au siècle suivant – se sont orientés vers le lucratif commerce des imprimés bon marché, accessibles au grand public des centres urbains.

  • 39 Le dictionnaire de Furetière précise même que les canards étaient des imprimés vendus dans les rue (...)
  • 40 Ces chiffres, basés sur le total de canards rassemblés, n’arrivent pourtant pas à préciser exactem (...)

38Sur l’ensemble des 541 canards sélectionnés, Paris est la ville d’édition par excellence39 : 326 des canards imprimés sont issus des presses parisiennes, alors que 98 sortent des presses lyonnaises, ce qui corrobore la concentration de l’édition dans les deux villes. Rouen et Troyes sont responsables de onze canards chacune, Chambéry de six, Bordeaux de cinq, Poitiers de quatre, Aix, Langres et Rennes de trois. Douai, Orléans, Saumur, Sedan, Toulouse, Tours et Vienne ont chacune imprimé deux occasionnels. Angers, Angoulême, Besançon, Charleville, Grenoble, Liège, Mayence, Melun, Moulins, Nevers, Reims, Saint-Omer, Sedan et Troyes (ensemble pour une même édition), Sens, Thonon, Verdun et Villefranche ont imprimé un seul canard, démontrant l’importance du réseau de diffusion de ces imprimés40. Sur les 541, quarante canards n’ont pas d’indication d’une ville d’origine.

  • 41 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1987. p. 110
  • 42 Dans l’ensemble analysé, 86 canards n’ont pas d’indication d’imprimeur.

39Leur édition est essentiellement isolée : 156 imprimeurs ont publié un canard chacun et, parmi eux, certains se sont regroupés pour une édition commune. La tendance est décroissante : quarante imprimeurs ont publié deux canards, dont Nicolas Oudot qui s’est probablement inspiré de leur succès commercial pour imprimer les livrets bleus à partir de 160241 ; dix-sept se sont occupés de trois canards et onze ont travaillé sur quatre canards. Parmi les plus prolifiques on trouve François Julliot, avec cinq impressions ; Isaac Mesnier et Jean d’Ongoys (appellé aussi Jean d’Ongois) ont imprimé six canards chacun ; Jean Patrasson et Nicolas Rousset ont publié sept canards (Rousset a aussi réalisé une édition conjointe avec Sylvestre Moreau) ; Jean Martin et Jean Poyet atteignent huit publications. Il y a seulement six imprimeurs qui impriment dix fois ou plus, surtout des canardiers parisiens (cinq contre un lyonnais). Il n’y a aucun canardier avec plus de vingt canards imprimés dans l’ensemble compilé42.

40Antoine du Brueil, imprimeur parisien, a publié dix canards de 1589 à 1618, et a présenté des calamités, des phénomènes célestes et des crimes ainsi que des poésies et des récits de voyage. Nicolas Alexandre, établi également à Paris, et Benoist Rigaud, imprimeur lyonnais, ont chacun édité onze canards. Rigaud s’est spécialisé dans les canards décrivant des phénomènes célestes et des calamités à la fin du XVIe siècle (son premier canard répertorié date de 1575 et le dernier de 1587). Alexandre représente l’évolution thématique qui a eu lieu au siècle suivant ; avec des textes imprimés entre 1615 et 1626, il aborde des histoires au sujet d’événement religieux, de fantômes, d’actions démoniaques et de crimes.

41La veuve de Jean du Carroy (appelé aussi Carrois dans certaines impressions), établie à Paris, poursuit considérablement le travail de son mari après 1584. Entre 1617 et 1635, elle a publié douze canards rapportant des crimes, des calamités, des apparitions, des phénomènes célestes et religieux. Avec seize canards publiés entre 1600 et 1622, Fleury Bourriquant a aussi édité des histoires diverses présentant les mêmes thèmes. L’imprimeur parisien a profité du scandale de l’assassinat du maréchal d’Ancre et de la condamnation de la marquise pour imprimer au moins trois canards sur la tragédie durant l’année où les événements ont eu lieu.

42Sur les 541 canards analysés, le canardier le plus fécond fut sans doute Abraham Saugrain, imprimeur parisien qui en a publié dix-huit, auxquels s’ajoutent deux canards édités par sa veuve, entre 1617 et 1623. Cette productivité n’induit pas la moindre spécialisation puisque le couple a édité aussi bien des histoires rapportant des calamités, des crimes et des actions démoniaques, que des phénomènes célestes et des événements à caractère religieux.

43Le répertoire des canardiers les plus distingués, comportant les différents sujets d’histoires à raconter, évoluait sans arrêt, puisque le canard avant d’être lu, était écouté dans les villes, et, pour satisfaire les changements d’humeur du public, les nouvelles devaient continuer à attirer leur attention et à éveiller leur curiosité. Ainsi, sa réception ne peut pas être objectivement mesurée car, avant tout, le bruit populaire était l’inspirateur immédiat des canards et son contenu n’était pas du tout restreint aux pages imprimées. Bien que cette réalité ne soit pas attestée dans tous les textes, sa perception pouvait être réelle – sinon, l’effort pour rendre les canards sérieux serait vain – et susciter l’intérêt d’un grand nombre de gens.

Un public hétérogène

  • 43 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 120.

44Bien que le public lecteur des XVIe et XVIIe siècles ne soit pas divisé, Roger Chartier sépare les livres imprimés en deux catégories, selon les stratégies éditoriales : l’une tournée vers le public instruit et l’autre offerte aux curiosités du peuple. Les textes de lecture rapide ou de caractère utilitaire, comme les calendriers comportant des informations sur les plantations ou les propriétés des herbes, étaient destinés aux imprimés populaires, ainsi que la simplification des textes anciens, auparavant réservés aux érudits43. C’est dans cette catégorie que les canards s’insèrent, divulguant des nouvelles et des passages concernant des préceptes religieux et des textes qui, clairement, n’ont pas été pensés pour une audience « populaire ».

  • 44 Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », op. cit., p. 84.
  • 45 Ibid.

45Chartier définit le canard, avec l’almanach, comme « la première des littératures “populaires” imprimées44 ». Pour l’auteur, il s’agit d’« un livret modeste et bon marché qui, comme des dizaines d’autres, vise les plus populaires des lecteurs, ce qui ne veut pas dire d’ailleurs que leurs acheteurs étaient tous artisans ou marchands45 ». Cependant, le canard implique une habilité de lecture de la part de ses acheteurs, si bien qu’il n’est pas un objet culturel vendu a priori à la grande masse ; le texte imprimé est d’abord destiné essentiellement à un public lettré et urbain. Il s’agit ainsi d’une lecture populaire parce qu’elle est le résultat des spécificités typographiques formelles.

  • 46 Natalie Zemon Davis, op. cit.
  • 47 Roger Chartier, « Stratégies éditoriales et lectures populaires (1530-1660) », in Henri-Jean Marti (...)

46Pour la période analysée, Natalie Davis donne trois sens au substantif « peuple » selon son utilisation : ceux qui sont nés dans le royaume, une partie spécifique de la population à qui une loi est adressée, et l’immense masse des non-lettrés. À partir d’un livre de Claude de Seyssel du début du XVIe siècle, elle observe l’application de la désignation de « menu peuple » aux paysans et aux citadins chargés des services mineurs46. Quant à la caractérisation des « classes populaires », Roger Chartier reprend la classification de Daniel Roche, à savoir la non-appartenance à aucun des trois ordres47.

  • 48 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe sièc (...)

47Bien que les historiens spécialistes de la culture du début de l’âge moderne nomment différemment ceux qui n’appartiennent pas aux élites, la préoccupation de faire correspondre le nom à la réalité vécue renvoie à l’existence d’une différence sociale. Toutefois, cela n’implique pas, le refus d’une influence réciproque ou l’existence d’intermédiaires. Parler d’acculturation ne suppose pas non plus l’utilisation d’un outil employé continûment par les élites pour annihiler la culture populaire. « Elle définit un rapport inégal, une sujétion d’ordre culturel, mais elle n’interdit pas l’existence de réactions réciproques capables de modifier les attitudes des deux acteurs collectifs de cet échange entre dominants et dominés48. »

48Le fondement de la distinction entre culture populaire – comprise comme plurielle puisqu’il ne s’agit pas d’un groupe uniforme qui partage une même vision de monde – et culture savante – constituée à partir de la hiérarchisation des savoirs et des pratiques – se trouve dans l’accès au pouvoir. Avec des portées différenciées et inscrites dans les réseaux de sociabilités, le pouvoir délimite les lieux sociaux qui forment des visions de monde distinctes. L’effort des élites pour circonscrire la culture populaire à partir du XVIe siècle réaffirme la séparation entre les groupes, la distinction étant la base pour maintenir le statu quo.

49Les diverses manières d’appropriation culturelle renvoient à la différence entre niveau social et horizon culturel discutée par Chartier. En effet, ce qui est élaboré pour un certain groupe peut être vu autrement par d’autres. Dans ce sens, une participation commune ne présuppose pas d’égalité.

  • 49 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 13.

« Penser les pratiques culturelles en termes d’appropriations différentielles autorise aussi à ne point tenir pour totalement efficaces et radicalement acculturants les textes, les paroles ou les exemples qui visent à façonner les pensées et les conduites du plus grand nombre. Toujours, ces pratiques sont créatrices d’usages ou de représentations qui ne sont aucunement réductibles aux volontés des producteurs de discours et de normes. En aucune manière, l’acte de lecture ne peut donc être annulé dans le texte lui-même, ni les comportements vécus dans les interdits et les préceptes qui entendent les régler49. »

50Même si les différents segments sociaux acquièrent un matériel qui n’avait pas été pensé pour eux, la lecture différenciée des mêmes textes est déterminante dans la compréhension des frontières culturelles qui apparaissaient alors. Cette lecture distinctive, fondée sur les expériences antérieures des lecteurs et interprétée selon leurs visions de monde, est définie par les offres orientées du marché éditorial.

  • 50 Ibid., p. 121.

« L’imprimé “populaire” a donc une signification complexe : pour une part, il est récupération à l’usage d’un nouveau public et sous une nouvelle forme de textes qui appartenaient de plain-pied à la culture des élites avant de tomber en disgrâce, mais, pour une autre part, il contribue à “déclasser” les livres qu’il propose, qui deviennent ainsi, aux yeux des lettrés, des lectures indignes d’eux puisqu’elles sont propres au vulgaire. Les stratégies éditoriales engendrent donc, de manière non sue, non point un élargissement progressif du public ou du livre, mais la constitution de systèmes d’appréciation qui classent culturellement les produits de l’imprimerie, partant fragmentent le marché entre les clientèles supposées spécifiques et dessinent des frontières culturelles inédites50. »

  • 51 Robert Mandrou, De la culture populaire au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Stock, 1975.
  • 52 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers : L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier-Mont (...)

51La relation entre le marché éditorial et l’établissement de frontières culturelles peut être observée dans l’analyse classique des livres de la bibliothèque Bleue de Troyes par Robert Mandrou51, qui révèle une sélection appliquée par les éditeurs aux textes qualifiés de « populaires » aux XVIIe et XVIIIe siècles. Évidemment, il ne s’agissait pas de textes « populaires » en tant que créations de l’un des divers groupes sociaux non-assimilés aux élites. Les éditeurs filtraient le contenu de textes déjà connus du public (grâce à l’accès privilégié au livre d’autrefois), non seulement pour les rendre intelligibles à la plupart des lecteurs, mais aussi pour les purifier d’expressions considérées comme vulgaires ou blasphématoires. Carlo Ginzburg souligne également l’importance de ne pas confondre la culture produite par les « classes populaires » avec celle qui leur a été imposée52.

  • 53 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », in L’Année Sociologique, 3e série, vol. XXII (...)

52Semblable intention épuratrice peut être observée dans le panorama de la Contre-Réforme, quand l’Église catholique fait valoir son apparat institutionnel pour disséminer des modèles systématisés de foi et de comportement. Avec ses multiples sphères d’action, l’Église agit avec l’État absolu pour assurer le maintien de l’ordre et pour amplifier le renouvellement de la diffusion de la foi dans la société en général. Cette confluence vient préciser historiquement l’analyse de Pierre Bourdieu53 sur le renforcement de l’ordre politique de l’Église à travers l’imposition et l’inculcation de schémas de perception, de pensée et d’action, en légitimant les structures hiérarchiques qui reflètent directement l’ordre du monde.

53Cependant, la construction des réalités sociales est le produit d’une vision de groupe qui, lors de l’effort pour s’imposer comme universel, s’affronte avec d’autres visions plus ou moins dédiées à se positionner dans la sphère sociale. De cette manière, il n’y a pas de procédure d’imposition : une vision dominante se répand dans les structures qu’elle vise à atteindre après chocs et reculs.

  • 54 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites…, op. cit., p. 358.

54Même si le processus consistant à engendrer de nouvelles formes de comportement se développe nettement avec des élites prêtes à exterminer une culture populaire ancestrale dépourvue de formes de résistance – perspective qui part d’une conception décontextualisée des conflits sociaux –, il est opportun de reprendre l’idée de Robert Muchembled selon laquelle la bibliothèque Bleue de Troyes cache la domination des élites54. Celles-ci transmettent leurs valeurs indirectement, dans des textes inoculés conduisant à une assimilation progressive. Il en va de même de la production des frères Perrault.

  • 55 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du XVe au XV (...)

« Elle s’adresse d’abord aux élites sociales et à ceux qui savent lire. Consommée par des adultes, dans un premier temps, elle véhicule un modèle subreptice de culpabilisation alors mis en œuvre par diverses autres méthodes. Vient ensuite le tour des enfants des catégories supérieures, qui apprennent à se préparer à leur status d’“honnête homme” […] sans s’en rendre compte. Au même moment, ou plus tard, les illettrés reçoivent le choc en retour du phénomène. A la veillée, au cabaret ou ailleurs, ils entendent des récits initialement puisés à leurs traditions mais recomposés et moralisés dans une optique différente de celles-ci55. »

  • 56 Georges Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980, p. 16.

55Les canards n’échappent pas à la diffusion de modèles de comportement, surtout ceux relevant de l’univers passionnel. Ils répètent les attitudes parfaites à adopter vis-à-vis des crimes qui sont, en général, l’objet d’un profond regret en dépit d’intenses motivations. Balandier affirme que le pouvoir « ne parvient à se maintenir ni par la domination brutale, ni par la justification rationnelle. Il ne se fait et ne se conserve que par la transposition, par la production d’images et leur organisation dans un cadre cérémoniel56 ». De la même façon que les symboles étaient renouvelés ou créés afin d’encenser l’autorité royale absolue, un pôle négatif est affirmé, justifiant les actions du monarque guidé par Dieu. De cette façon, les actions démoniaques – via de supposées sorcières –, légitiment la vigilance céleste, tout comme le bouffon, antithèse du roi, renforce la gravité du pouvoir, et comme les crimes narrés montrent toujours que céder aux pulsions conduit à la damnation éternelle et à l’exécration sociale.

  • 57 Roger Chartier, Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Colportage et lecture populaire. Imprimés de large c (...)

56Comme Roger Chartier le propose, on ne peut pas espérer que la littérature de colportage révèle la mentalité des lecteurs, mais qu’elle leur offre des modèles de comportement prédéterminés : « Les livres du colportage seraient des instruments d’inculcation de conduites et de pensées nouvelles57. » À partir de la défense systématique du régime absolutiste, il faut comprendre que les mécanismes en question délimitent un ordre et des valeurs d’obéissance.

57Parler des processus de diffusion culturelle et de leurs impacts dans la société se lie surtout à l’idée centrale de formation d’une certaine vision de monde. Insérée dans des objectifs bien délimités, dans les sphères politiques et économiques, l’expansion de la lecture a pour foyer le milieu social, lequel est cependant irréductible à des pré-établissements. Les lecteurs ne peuvent pas être considérés comme passifs face aux stratégies éditoriales, dans la mesure où tout commence avec l’acte de lecture, laissant à l’individu une liberté indéniable de perception du texte quelles que soient ses intentions cachées. Il existe évidemment un décalage entre les canards et la façon dont ils étaient lus.

  • 58 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 15.

58L’histoire vue à travers la littérature exige, dans ce sens, l’analyse des différentes appropriations de la lecture, au-delà de la compréhension de la réalité par les représentations, auxquelles les pratiques sociales sont irréductibles. L’intention supposée d’une œuvre ne doit pas être imposée à ses lecteurs, car plusieurs possibilités de lecture résultent des différents usages et de leur accueil. En plus, « la force d’imposition de sens des modèles culturels n’annule pas l’espace propre de leur réception, qui peut être résistante, rusée, rebelle. […] il faut postuler qu’un écart existe entre la norme et le vécu, l’injonction et la pratique, le sens visé et le sens produit – un écart où peuvent s’insinuer reformulations et détournements58 ».

59Dans le vaste espace entre les intentions d’un producteur d’objet culturel – peintre, artisan, enthousiaste des lettres ou graveur – et les interprétations des observateurs, souvent dissonantes, s’insère un double jeu de création, auquel participent autant les auteurs que les lecteurs. Bien que l’auteur s’exprime à travers sa propre œuvre dont le sens est évident à ses yeux (sens que l’on pensera moral, philosophique, politique ou religieux, mais difficilement récréatif), son lecteur, contemporain ou ultérieur, lui impose une interrogation à partir de codes spécifiques.

  • 59 Compris selon Bourdieu comme la reproduction de l’ensemble des dispositions durables sur lesquels (...)
  • 60 Natalie Zemon Davis, « La chevauchée des femmes », in Les Cultures du peuple…, op. cit., p. 210-25 (...)

60L’insoumission de la lecture face à un sens voulu par l’auteur renvoit à l’effort de production de nouvelles conduites, dans un jeu qui a effectivement changé l’habitus59 de l’individu civilisé, sous l’autorité royale et le pouvoir de la justice. Natalie Davis offre une autre possibilité de lecture de la part des femmes concernant les inversions, car si l’inversion comique peut renforcer les structures établies, elle peut aussi les mettre en danger quand elle offre une autre option dans l’imaginaire60. Cette possibilité est indéniable pour les femmes présentées dans les canards, dont les défis étaient à la portée des lecteurs.

Les canards et la cruauté féminine

  • 61 Cruauté d’une jeune damoiselle, a l’endroit de son propre pere, mariée outre sa volonté à un vieill (...)
  • 62 Discours au vray de la cruauté plus que barbare exercé par le capitaine la Noue, lequel tenoit logi (...)
  • 63 Execution d’un capitaine, dans la ville de Lyon. Ensemble la desloyauté d’une Damoiselle envers son (...)
  • 64 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1597), op. cit., p. 6.
  • 65 Histoire du plus espouvantable et admirable cas qui ait jamais esté ouy au monde nouvellement adven (...)

61« Cruauté » est un substantif employé fréquemment pour évoquer le comportement féminin dans les canards, donnant un ton d’antiféminisme exacerbé aux pièces. On y parle de la « Cruauté d’une jeune damoiselle, a l’endroit de son propre pere, mariée outre sa volonté à un vieillard qui en devint jaloux61 » et on admire la « cruauté plus que barbare, avarice sans fonds, convoitise sans bride62 » d’une autre. Il y a encore « ceste cruelle et desloyale qui a trahy la loyauté de son mary pour s’adonner à un brigand63 » et la « mere si cruelle et desnaturee64 ». Enfin, « aujourd’hui, femme très cruelle, tu acquiers le nom de l’ingrate et perfide Médée65 ! »

62Le terme est continuellement employé. Pas seulement quand il est question de violences physiques – de sang versé, dans les cas les plus spectaculaires –, mais aussi lorsqu’il s’agit de comportements contraires à l’attente masculine et aux codes sociaux. Être cruelle revient alors à être une meurtrière, ou à être une femme qui a refusé d’accomplir les exigences parentales ou qui s’est juste montrée orgueilleuse.

  • 66 Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Ve J. B. Coignard, 1694, p. 294.
  • 67 Ibid., p. 293.

63La première édition du Dictionnaire de l’Académie Française (1694) définit la cruauté comme l’« inhumanité, inclination à respandre, ou à voir respandre le sang, à faire du mal aux autres66 ». Les adjectifs « cruel » et « cruelle », par extension, font référence à l’« inhumain, impitoyable, qui aime le sang, qui prend plaisir à faire du mal aux autres. Homme cruel. cruel tyran. ces peuples-là sont sauvages et cruels. avoir l’ame cruelle, l’humeur cruelle67 ».

  • 68 Ibid.

64Les exemples donnés font surtout référence aux attitudes masculines, montrant qu’en principe il n’y a pas de relation évidente et directe entre le féminin et le goût du sang. Mais la cruauté peut avoir un autre sens, celui du jeu amoureux, dans lequel les femmes tiennent un rôle important et où elles peuvent dépasser les hommes en cruauté. « On dit, d’une femme qui maltraitte ses amants, qu’elle est cruelle. C’est une beauté cruelle. Et quand elle est facile on dit, elle n’est pas trop cruelle. » Et « un homme qui fait le desdaigneux à l’esgard des femmes, […] il fait bien le cruel68 ».

65Ces définitions, reprises dans les éditions postérieures, s’appliquent aisément au comportement féminin tel qu’il est décrit dans les canards. En effet, même si les femmes ne versent pas le sang, leur conduite est fréquemment reliée au domaine de la cruauté, comme on pourra le vérifier avec l’analyse des sources. Celles-ci montrent par ailleurs une vision de la cruauté féminine qui va au-delà de la glose et qui, pour les canardiers, associe la femme à ce qui ne pourrait être attendu que des bêtes les plus atroces.

  • 69 Joy Wiltenburg, Disorderly Women and Female Power in the Street Literature of Early Modern England (...)

66L’insistance sur la férocité et la disposition à la vengeance de la femme dans les canards imprimés français mettent en évidence des inquiétudes bien spécifiques. En comparaison, les résultats de Joy Wiltenburg à propos du désordre et de l’insoumission féminine dans les pamphlets et ballades vendus en Angleterre et en Allemagne entre 1550 et 1680 (période assez proche de la présente étude), montrent que les principaux sujets abordés sont la folie et la lascivité féminine69. Thermomètres sociaux, les textes vendus dans les rues permettent de dégager des images particulières de femmes, toujours négatives, en fonction de contextes sociaux distincts.

  • 70 Christiane Klapisch-Zuber, Masculin/Féminin, in Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt (dir.), Dicti (...)

67Définir la relation entre les sexes à travers le cours historique revient à comprendre le processus qui consiste à perpétuer la distinction des rôles sociaux entreprise par le masculin et corroborée par le féminin, et qui assume une identité construite socialement, vue comme sort, destin, nature. Se définit alors, à partir de la nature jugée « propre à la femme », son lieu social ainsi que ses attributions telles qu’elles se sont enracinées dans la pensée occidentale pendant des siècles. De cette manière, le concept de genre devient opératoire dans l’analyse des représentations du féminin, si on le comprend en tant que « produit d’une réélaboration culturelle que la société opère sur cette prétendue nature : elle définit, considère – ou déconsidère –, se représente, contrôle les sexes biologiquement qualifiés et leur assigne des rôles déterminés. Ainsi, toute société définit culturellement le genre et subit en retour un biais sexuel70 ».

  • 71 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

68La violence intrinsèque de la femme, démontrée dans plusieurs canards, s’insère dans un large cadre de violences symboliques, à travers lesquelles les femmes sont continuellement vues comme nocives à la bonne ordonnance sociale et doivent donc être surveillées par leur gardien masculin. Considérant la sujétion féminine comme un produit idéologique, Bourdieu71 signale que le principe de division arbitraire qui organise une vision de monde construite et naturalisée est renforcé par les structures objectives de la société et par les expressions collectives incorporées dans un habitus, universalisant une vision masculine qui, enracinée, n’a pas besoin d’être justifiée ; la confirmation de l’être et les formes de reconnaissance légitiment la construction qui, conçue comme naturelle, devient évidente. Le dominé et le dominant ont les mêmes instruments de connaissance – qui sont la forme incorporée des relations de domination –, et le dominé souffre de la violence symbolique engendrée par l’inculcation et la familiarisation du symbolisme structuré qui s’appuie sur les dispositions permanentes qu’il produit.

69Fondamentalement, les canardiers offrent au public des thèmes « à la mode », des titres qui attirent plus ou moins l’attention selon le contexte social. Mais il s’agit d’un processus dynamique, toujours influencé par les choix éditoriaux et imprégné par une atmosphère misogyne, ce qui apporte à l’image transmise par le féminin un caractère peu banal. Le fait que l’antiféminisme des canards soit parfois construit à partir de discussions théologiques sur la nature féminine, indique la possibilité d’une rédaction par des théologiens.

70Bourdieu rappelle que l’institutionnalisation du préjugé se confirme avec le féminin dominé, projetant sur soi-même l’image qui lui est attribuée par la vision masculine, naturalisant une identité socialement imposée, ce qui se traduit par une validation mutuelle des rôles sociaux masculin et féminin. La soumission féminine implique la reconnaissance du pouvoir dominant, justifiant sa raison d’être ; ainsi, la virilité contemplée existe seulement grâce à la complicité et à la sujétion féminine, et la reconnaissance des limites imposées exclut la possibilité de la transgression.

71La réaction des femmes face aux canards demeure inconnue, car les mécanismes d’évaluation directe de la lecture féminine au début de l’âge moderne touchant un matériel largement critique et moralisant sont inexistants. Les textes, construits maintes fois d’après une voix féminine, comme un témoignage des misères vécues et un exemple de repentance, portent le « filtre masculin », c’est-à-dire la compréhension masculine des émotions et des visions de monde féminines. C’est avec ce filtre en perspective que l’analyse des cruautés féminines dans les canards imprimés français sera réalisée.

Notes

1 À ce propos voir Jacques Dalarun, « Regards de clercs », in Georges Duby, Michelle Perrot, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire des Femmes en Occident, tome II : Le Moyen-Âge, Paris, Perrin, 2002 ; et Jean Delumeau, La Peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978.

2 Henri Institoris, Jacques Sprenger, Le Marteau des Sorcières : Malleus Maleficarum, Grenoble, J. Millon, 2005.

3 Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, t. III, Paris, administrateur du Grand Dictionnaire universel, 1866-1877, p. 249.

4 Ibid., t. X, p. 58.

5 Romi, Histoire des faits divers, Milan, Pont Royal, 1962, p. 142.

6 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes des sciences et des arts…, t. I, La Haye et Rotterdam, A. et R. Leers, 1701, p. 247.

7 Ibid., p. 247-249.

8 Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993, p. 11.

9 Arrest de la Cour de Parlement de Dole, du dixhuictiesme jour de Janvier, 1574 contre Gilles Garnier, Lyonnois, pour avoir en forme de loup-garou devoré plusieurs enfans, et commis autres crimes, enrichy d’aucuns poincts recueillis de divers autheurs pour esclaircir la matiere de telle transformation, Sens, J. Savine, 1574 (BNF) ; Arrest memorable de la cour de Parlement de Dole, donné à l’encontre de Gilles Garnier, Lyonnois, lequel estant Ermite se maria, et n’ayant dequoy nourrir sa femme et ses enfans, entra en desespoir, parquoy le diable s’apparut à luy en forme d’homme, qui luy promit monts et merveilles, et entre autres choses de luy enseigner le moyen de devenir loup, Lyon ou Leopard… (s. l. n.), 1583 (BNF).

10 Un recueil de plusieurs pièces et planches gravées sur le sujet a été réuni à la BNF, signé par Gervais-François Magné de Marolles, Recueil factice de pièces relatives à la bête du Gévaudan, lieux divers, éditions diverses, 72 p.

11 Les aspects physiques des canards ont déjà été commentés ailleurs : Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique : 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964 ; Jean-Pierre Séguin, « Fait divers sensationnels dans seize bulletins imprimés en France, pendant le règne de François 1er », in Mélanges d’Histoire du Livre et des Bibliothèques offerts à Monsieur Frantz Calot, Paris, Librairie d’Agences, 1960, p. 66-79 ; Maurice Lever, op. cit.

12 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV, t. II (1601-1609), Paris, Gallimard, 1958, p. 435.

13 Ibid., p. 439.

14 Ibid., p. 448.

15 Au sujet de la relation entre la lecture et l’oralité au début de l’âge moderne, voir Roger Chartier, « Les pratiques de l’écrit », in Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. III, De La Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1986, p. 113-161 ; du même auteur, « Leisure and sociability. Reading aloud in Modern Europe », in Susan Zimmerman, Ronald Weissman (org.), Urban Life in the Renaissance, Newark, University of Delaware, 1994 ; et Henri-Jean Martin, « Culture écrite et culture orale, culture savant et culture populaire dans la France d’Ancien Régime », in Journal des Savants, vol. 3, no 3-4, 1975, p. 225-282.

16 Paris, F. Morel et P. Mettayer, 1617 (HAB).

17 Pierre de L’Estoile, Journal pour le règne de Henri IV et le début du règne de Louis XIII, t. III (1610-1611), Paris, Gallimard, 1960, p. 34.

18 Ibid., p. 40.

19 Le vray Discours d’une des plus grandes cruaultez qui ait esté veuë de nostre temps, avenue au Royaulme de Naples. Par une damoiselle nommée Anne de Buringel, laquelle a fait empoisonner son mary par un à qui elle promettait mariage, et depuis elle a empoisonné son pere, sa soeur, et deux de ses petits neveux, et de la mort qui s’est ensuyvie d’un jeune Gentil-homme…, Paris, J. de Lastre, 1577 (BNF) ; Le discours d’une très-grande cruauté commise par une Damoyselle nommée Anne de Buringel laquelle a fait empoisonner son mary, son père, sa soeur, deux petis neveux qu’elle avoit et de la mort d’un jeune Gentilhomme qui s’en est ensuyvie, le tout pour la paillardise. Et comme s’estant remariée avec son paillard, Dieu a permis que la vérité a esté cogneuë, et de la punition d’iceux par justice. Le tout advenu à Luçere ville située en Italie, à quatre journées près de Naples, au moys d’Avril 1587…, Lyon, J. Bourgeois, 1587 (BNF) ; Le Vray discours d’une cruauté exercée par une demoiselle envers son mary, son père, sa soeur et deux de ses nepveux, Lyon, T. Ancelin, 1598 (BM Amiens) ; Le vray Discours d’une cruauté exercee par une Damoiselle envers son Marit, son Pere, sa Sœur, et deux de ses Neveux, Rouen, jouxte l’exemplaire imprimé à Paris par F. du Chesne, J. Hubault, 1609 (BNF).

20 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle âgée de dix-sept à dix-huit ans, executée dans la ville de Padouë au mois de Decembre dernier 1596. Avec les regrets qu’elle a faict avant sa mort, traduit de l’italien en françois, Paris, A. du Brueil, 1597 (BNF) ; Discours pitoyable, de la mort d’une jeune Damoiselle, aagee de quinze à seize ans, executée dans la ville de Padoüe, au mois de Septembre dernier. 1607. Avec les regrets qu’elle à faict avant sa mort, traduit de l’italien en françois, s. l., suivant la copie imprimée à Paris, (1607 ?) (BNF) ; Histoire pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle agée de dix sept à dix huict ans, executee dans la ville de Padouë au mois de Decembre dernie, traduite en françois par le sieur de Nerveze, Paris, A. du Brueil, 1617 (BNF) ; Discours sur la mort d’une jeune Damoiselle executée à Aix, pour avoir meurtry son enfant. Avec les regrets qu’elle a faicts avant sa mort, Lyon, jouxte la copie imprimée à Aix, J. Tholosan, 1618 (HAB) ; Histoire Tragique et Pitoiable sur la mort d’une jeune Damoiselle agée de 17. à 18. ans, executée dans la ville de Mets au mois de Novembre dernier. 1623, Ensemble de la harengue qu’elle a faicte tant à son pere qu’au public, estant sur l’eschafaut, Paris, S. Lescuyer, 1623 (BNF).

21 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1597), op. cit., p. 15.

22 Histoire Tragique et Pitoiable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1623), op. cit., p. 15.

23 L’action des imprimeurs est discutée d’ailleurs par Roger Chartier à propos d’un texte espagnol du début du XVIe siècle. Roger Chartier, « Textos, impressos, leituras », in A História Cultural : entre práticas e representações, Lisboa, DIFEL, 1990.

24 Geneviève Bollème, Les Almanachs populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles. Essai d’histoire sociale, Paris, Mouton & Co, 1969, p. 33.

25 Ibid., p. 73.

26 Ibid., p. 40.

27 Comme le montre La Médée de la France. Dépeinte en la personne de la Marquise d’Ancre, Paris, F. Bourriquant, 1617 (HAB).

28 Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique…, op. cit., p. 8.

29 Ibid., p. 15.

30 In Bulletin du Bibliophile et du Bibliothécaire, Paris, Techener, 1901, octobre, p. 450-451. Jean-Pierre Séguin, par contre, prend comme premier canard Sensuyt la merveilleuse gresle qui est cheutte au pays dallemaigne sur ung gros village nomme Berchs par le moyen dung exconmuniment qui feust gecte audit village. Et plusieurs autres signes advenuz. Lan mil cinq cens XXIX, (s. l. n.), (1529 ?), 4 p. Ce canard est aussi référencié au Bulletin du Bibliophile.

31 Maurice Lever, op. cit., p. 11.

32 Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Roger Chartier (dir.), Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 84.

33 Christian Jouhaud, « Littérature et Histoire : Présentation », in Annales HSS, Paris, 49 (2), 1994, p. 271-276.

34 Bronislaw Geremek, Les Fils de Caïn, Paris, Flammarion, 1992.

35 Chambéry, F. Poumard, 1578 (BNF).

36 Les espouventables tramblemans de terre, et Feux, miraculeusement tombez du Ciel : dont six villes ont esté ruynees, tombees et foudroyees, tat par le feu du Ciel, que par le tramblement. Avec les pitoyables lamentations et gemissemens des habitans, femmes, filles et enfens. Ensemble le discours de ceux qui ont esté convertis à la foy par la predication d’un religieux du couvent sainct François, qui alloit en voyage en Jerusalem. Chose horrible, merveilleuse, espouventable, et necessaire d’estre leuë et retenue de chacun Chrestien. Le tout traduict de Latin en François, et extraict des memoires dudit Religieux…, Lyon, A. du Prat, 1580 (BNF).

37 Bronislaw Geremek, op. cit., p. 13.

38 Natalie Zemon Davis, Les Cultures du peuple, Rituels, savoirs et résistances au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1992, p. 312.

39 Le dictionnaire de Furetière précise même que les canards étaient des imprimés vendus dans les rues de Paris, cf. note 7.

40 Ces chiffres, basés sur le total de canards rassemblés, n’arrivent pourtant pas à préciser exactement l’extension de la diffusion des canards. Même si Liège, par exemple, apparaît comme ville d’édition de seulement un canard, quatre pièces différentes portent la mention « jouxte la copie imprimée à Liège », ce qui renforce le grand nombre de pièces disparues.

41 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1987. p. 110.

42 Dans l’ensemble analysé, 86 canards n’ont pas d’indication d’imprimeur.

43 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 120.

44 Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », op. cit., p. 84.

45 Ibid.

46 Natalie Zemon Davis, op. cit.

47 Roger Chartier, « Stratégies éditoriales et lectures populaires (1530-1660) », in Henri-Jean Martin et Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome 1 : Le livre conquérant. Du Moyen Âge au milieu du XVIIe siècle, Paris, Promodis, 1982.

48 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites dans la France moderne (XVe-XVIIIe siècles), Paris, Flammarion, 1991, p. VII.

49 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 13.

50 Ibid., p. 121.

51 Robert Mandrou, De la culture populaire au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Stock, 1975.

52 Carlo Ginzburg, Le Fromage et les vers : L’univers d’un meunier du XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1993.

53 Pierre Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », in L’Année Sociologique, 3e série, vol. XXII, 1971, p. 49-126.

54 Robert Muchembled, Culture populaire et culture des élites…, op. cit., p. 358.

55 Robert Muchembled, L’invention de l’homme moderne. Cultures et sensibilités en France du XVe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 359-360.

56 Georges Balandier, Le pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980, p. 16.

57 Roger Chartier, Hans-Jürgen Lüsebrink (dir.), Colportage et lecture populaire. Imprimés de large circulation en Europe XVIe-XIXe siècles, actes du colloque des 21-24 avril 1991 – Wolfenbüttel, Paris, IMEC/Maison des Sciences de l’Homme, 1996, p. 13.

58 Roger Chartier, Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 15.

59 Compris selon Bourdieu comme la reproduction de l’ensemble des dispositions durables sur lesquels l’individu s’appuie et qui constituent son modus operandi. Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1980, p. 91 et sq.

60 Natalie Zemon Davis, « La chevauchée des femmes », in Les Cultures du peuple…, op. cit., p. 210-250.

61 Cruauté d’une jeune damoiselle, a l’endroit de son propre pere, mariée outre sa volonté à un vieillard qui en devint jaloux. Executée à Villeneufve d’Agen en Agenois, le 12. Septembre dernier, Paris, S. Lescuyer, 1624 (BNF).

62 Discours au vray de la cruauté plus que barbare exercé par le capitaine la Noue, lequel tenoit logis entre Bayonne et Bourdeaux, et esgorgeoit miserablement les marchands qui y venoient loger, luy, sa femme, ses deux fils, et sa fille, et son valet : Avec leur prinse et lamentable deffaite à Bourdeaux, le 7. Juin 1610, Poitiers, jouxte la copie imprimée à Bourdeaux, P. La Fosse (1610 ?) (BNF), p. 11.

63 Execution d’un capitaine, dans la ville de Lyon. Ensemble la desloyauté d’une Damoiselle envers son mary, Paris, jouxte la copie imprimee à Lyon, s. n., 1626 (BNF), p. 13.

64 Discours tragique et pitoyable sur la mort d’une jeune Damoiselle… (1597), op. cit., p. 6.

65 Histoire du plus espouvantable et admirable cas qui ait jamais esté ouy au monde nouvellement advenu au Royaume de Naples, par laquelle se void l’ire de Dieu n’estre encore appaisee, et nous tous humains subjets à son juste jugement, Paris, J. Ruelle, 1574 (BNF), p. 7.

66 Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Ve J. B. Coignard, 1694, p. 294.

67 Ibid., p. 293.

68 Ibid.

69 Joy Wiltenburg, Disorderly Women and Female Power in the Street Literature of Early Modern England and Germany, Charlottesville, University Press of Virginia, 1992.

70 Christiane Klapisch-Zuber, Masculin/Féminin, in Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, p. 656.

71 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

Table des illustrations

Légende Tableau 2. – Graphique de l’évolution de l’impression des canards par décennies.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/116532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Tableau 3. – Catégorisation des canards.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/116532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search