Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Introduction

Texte intégral

  • 1 Sur le sujet, voir Robert Muchembled, Une Histoire du diable, XIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 20 (...)

1L’attraction du gore semble n’avoir jamais eu un effet aussi important sur les gens qu’à l’époque contemporaine. Du cinéma à la littérature, le genre revit la bataille du Bien contre le Mal suivant les inquiétudes du moment : la violence urbaine, la guerre, l’ennemi de l’humanité – même si le diable incarné y joue parfois un rôle, les nouvelles angoisses se penchent plutôt sur l’inconnu, l’extraterrestre, les monstres qui ne résident que dans l’esprit1. Pour leur part, les drames contemporains réels touchant l’individu laissent aussi des marques sanglantes. En effet, alors que les femmes, à cette époque, ont légalement et scientifiquement le contrôle de leur corps, de nombreux cas d’infanticides envahissent les journaux et la télévision.

  • 2 L’explication des cancans est donnée par Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement (...)

2Pourtant, cette fascination pour ce qui est sanguinaire n’est pas inédite, comme en témoignent ces multiples pièces volantes que l’on voit apparaître à l’aube des temps modernes sous le nom de « canards ». Nommés ainsi soit en raison des cancans générés par leurs titres curieux, soit en raison de l’onomatopée des cris des vendeurs2, ces occasionnels étaient étroitement liés au sensationnel. Ces pièces aux titres attrayants diffusaient les nouvelles dans les grandes villes françaises alors que la presse périodique n’existait pas encore. Tandis que des histoires tragiques, pitoyables, lamentables et miraculeuses racontaient l’apparition de comètes, de visions et de calamités (ainsi que leurs présages), des histoires sanguinaires, cruelles et épouvantables révélaient le côté obscur des canards, à travers le récit de meurtres, de faits de sorcellerie et d’action démoniaque.

3Ces occasionnels, d’aspect médiocre et présentant une typographie négligée, étaient publiés dans le format in-8° pour la plupart, et comptaient peu de pages. Vendus entre un et trois sous aux principaux carrefours des villes où leurs titres étaient criés par les colporteurs, ils s’adressaient à un large public. A priori, leur but était de transmettre les nouvelles, et leurs auteurs – les canardiers – insistaient sur le caractère récent des événements rapportés, et, surtout, sur leur véracité. Largement influencés par la conjoncture vécue, ces récits suivaient les thèmes à la mode.

  • 3 Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique : 517 canards imprimés entre 1529 (...)

4Avant ces textes, on trouve près de 200 feuilles grand format imprimées entre 1488 et 1528 (date du premier canard). Le projet fondateur de Jean-Pierre Séguin de réunir les canards conservés dans les bibliothèques françaises et les collections privées a permis d’en collecter 517, imprimés entre 1529 et 16313. La présente étude a atteint le nombre de 557 pièces pour la même période, auxquels s’ajoutent deux pièces antérieures, vingt-six autres publiées entre 1632 et 1651 (date de fin d’analyse) et huit canards publiés entre 1652 et 1677. En dehors des occasionnels découverts dans deux bibliothèques allemandes, d’autres canards ont été trouvés dans des archives françaises, dont des inédits, absents du recueil de Séguin. Leur nombre ne se prétend nullement définitif, car beaucoup de ces pièces fragiles, souvent enfouies dans des recueils, sont encore à découvrir par les chercheurs.

5La plupart des canards répertoriés sont conservés à la Bibliothèque nationale de France. Certaines bibliothèques municipales possèdent des exemplaires isolés ou de petits recueils, originaires de fonds privés, notamment celles d’Aix-en-Provence, d’Amiens, d’Auxerre, d’Avignon, de Chantilly, de Châteauroux, de Dole, de Grenoble, de La Rochelle, de Lyon, de Poitiers et de Strasbourg. Des canards précieux ont été trouvés à la Herzog August Bibliothek (Wolfenbüttel, RFA), dont certains titres n’étaient pas enregistrés dans les bases de données françaises. La bibliothèque de Berlin (Staatsbibliothek zu Berlin, RFA) possède aussi quelques exemplaires, malgré de nombreuses pertes engendrées par les guerres. On peut ainsi imaginer le nombre réel d’occasionnels dispersés dans les différentes bibliothèques européennes.

  • 4 Variétés historiques et littéraires. Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en v (...)

6Les travaux de deux compilateurs et collectionneurs doivent être mis en évidence : Édouard Fournier est responsable d’un recueil très important de pièces volantes4, et Anatole Claudin – grand amateur de l’imprimerie française du XVe et XVIe siècles – s’est occupé de la réimpression d’un nombre considérable de canards à la fin du XVIIIe siècle, initiative qui a sans aucun doute permis d’éviter leur disparition. Le travail de l’un et l’autre a rendu possible la consultation de textes dont les originaux sont perdus, peut-être pour toujours.

  • 5 Jean-Pierre Séguin, « L’Illustration des feuilles d’actualité non périodiques. En France aux XVe e (...)
  • 6 Comme l’on fait Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in R (...)
  • 7 Romi, Histoire des faits divers, Milan, Pont Royal, 1962.
  • 8 Jean-Claude Arnould, « Le juge et le criminel dans les “canards” (1574-1610) », in Actes de colloq (...)
  • 9 Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.

7Malgré les précieuses études de Jean-Pierre Séguin5, les canards sont encore peu connus et n’ont pas fait l’objet d’analyses approfondies de la part des historiens. Des opuscules ont été examinés isolément6, dans le cadre de la presse à sensation7 et de la littérature8, ou encore de façon générale, dans le but de transcrire des pièces sélectionnées et ainsi de les offrir au public contemporain9. Ni les dépouillements réalisés par Séguin n’avaient été repris jusqu’à présent, ni la valeur des canards comme source n’avait été établie.

  • 10 Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Robert Darnton, « Dialogue à propos de l’histoire culturelle », i (...)

8Or, en considérant la littérature comme un kaléidoscope de la société qui en montrerait les multiples visages, conscients et inconscients, ces occasionnels, produits de l’essor de l’imprimerie au XVIe siècle, représentent une source féconde pour l’historien de cette période. Car, plus que des pièces isolées, ces textes doivent être compris dans un ensemble, comme les produits d’une vision de monde déterminée par les auteurs, en fonction du public auquel ils étaient destinés. En d’autres termes, il s’agit de l’incontournable relation entre le système culturel et le système des agents de production de la culture10.

  • 11 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1982, p. 17.

9Les représentations offertes par la littérature des rues, ainsi que la manière dont les différentes visions de monde sont articulées dans l’univers de l’écrit, constituent un objet privilégié pour l’histoire culturelle. Visant à discerner les moyens à travers lesquels les réalités sociales sont construites et appréhendées, la discipline envisage l’articulation des pratiques édifiantes du monde social, articulation qui donne du sens à la réalité. Ces pratiques, fussent-elles économiques ou sociales, « sont en même temps “culturelles” puisqu’elles traduisent en actes les manières plurielles dont les hommes donnent signification au monde qui est le leur. Donc, toute histoire, qu’elle se dise économique ou sociale ou religieuse, exige l’étude des systèmes de représentation et des actes qu’ils génèrent. Par là, elle est culturelle11 ».

  • 12 Robert Muchembled, Passions de Femmes au temps de la reine Margot 1553-1615, Paris, Le Seuil, 2003 (...)

10La construction des réalités sociales, accomplie continuellement à travers l’affrontement entre visions de monde discordantes et pratiques structurantes, peut être observée dans les canards, spécialement dans ceux concernant les relations humaines. Celles-ci sont presque toutes exprimées à travers l’univers passionnel, d’où la primauté des canards criminels qui, en outre, donnent forme à l’image féminine dans cette littérature. Résultats de l’entrecroisement d’idées multiples, ces textes présentent différentes formes d’appropriation textuelle dans la construction de leurs personnages qui se heurtent aux matrices culturelles du temps, ce « puissant système de sens producteur des valeurs sociales fondamentales diffusées par de multiples canaux12 ».

  • 13 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

11En comprenant la domination masculine comme le paradigme de tout type de domination13, on constate l’importance des études vouées à l’historicisation de la sujétion féminine en ses différentes formes, ce qui permet de comprendre les spécificités des réseaux de dépendance entre dominant et dominée, et le caractère arbitraire des constructions sociales.

  • 14 Sur le sujet voir Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide dev (...)

12La place accordée à la femme dans la littérature occasionnelle s’inscrit dans le tissage des relations sociales hiérarchisées du temps. Confondue avec la femme imaginée, héritière de la littérature classique et de l’imagerie, la femme réelle est de ce fait associée aux crimes les plus condamnés : l’infanticide – délit féminin par excellence d’après les registres judiciaires de l’époque14 –, mais aussi le meurtre du conjoint et des parents, en plus de l’ascendant démoniaque qui lui est conféré de longue date.

  • 15 Thierry Pech, Conter le crime. Le Récit criminel et les histoires tragiques de Pierre Boaistuau à (...)

13Parallèlement aux canards, les Histoires tragiques confirment les suspicions érigées par les canardiers : la femme doit être contrôlée, sinon les résultats sont néfastes. Caractérisées comme la première littérature criminelle moderne15, elles sont source d’inspiration pour les auteurs des canards et, en même temps, s’appuient à maintes reprises sur des récits originellement publiés par la littérature des rues. Elles deviennent donc une référence essentielle dans l’analyse des sources, parce que, bien que leur forme diffère, elles partagent une même définition de la féminité.

14Les Histoires tragiques rencontrent un terrain fertile en France avec les adaptations des nouvelles de l’Italien Matteo Bandello par Pierre Boaistuau (v. 1500-1566) et par son successeur, François de Belleforest (v. 1530-1583), à partir de 1559. Boaistuau, homme de la Renaissance intéressé par de nombreux sujets, et Belleforest, qui se consacre au genre florissant, mettent en scène les malheurs humains dans des récits pleins de cruauté. Les Histoires tragiques connaissent alors un vif succès et auront de nombreuses éditions.

  • 16 Jacques Yver, Le Printemps d’Yver contenant cinq histoires discourues par cinq journées en une nob (...)
  • 17 Vérité Habanc, Nouvelles Histoires tant Tragiques que Comiques (1585), Genève, Droz, 1989.
  • 18 Bénigne Poissenot, Nouvelles Histoires Tragiques (1586), Genève, Droz, 1996.
  • 19 Notamment l’Esté de Bénigne Poissenoit. Gabriel-A. Pérouse, Nouvelles Françaises de la Renaissance (...)

15D’autres auteurs, tels que Jacques Yver16, Vérité Habanc17 et Bénigne Poissenot18, essayent de donner une identité française au genre et insistent, parfois, sur le réalisme de leurs narrations19. Ayant comme références principales les Cent Nouvelles Nouvelles et l’Heptaméron, ces écrivains annoncent le génie de François de Rosset (1570-1619) qui développe le genre en le renouvelant. Ses histoires, transposées sur le sol français, rapprochent le lecteur des tragédies narrées et lui donnent un sens de sa propre réalité : les tragédies sont plus proches que ce que l’on pense. Rosset établit ainsi un lien indéfectible avec l’univers des canards, qui sont pour lui des sources incontournables.

16Jean-Pierre Camus (1584-1652), comme Rosset, fait des efforts pour présenter les disgrâces contemporaines vécues par les lecteurs. Sous l’auspice de la Réforme catholique, l’évêque ultramontain signale la présence certaine du Mal parmi l’humanité. Ses histoires édifiantes diffusent une pédagogie de la peur, selon laquelle nulle transgression ne reste impunie. Dans l’avis aux lecteurs de son Amphithéâtre Sanglant, il le dit de manière explicite :

  • 20 Jean-Pierre Camus, L’Amphitheatre sanglant ou sont representées plusieurs actions tragiques de nos (...)

« Et comme le monde est composé de plus de meschans que de bons, il est besoin de donner de la crainte et de la terreur à ceux-là par la veuë des peines que les lois ordonnent et font souffrir à ceux qui s’escartent de leur devoir. C’est le but ou visent les Histoires funestes representées en cet Amphitheatre dont tu vas estre le Spectateur. Face le Ciel que par leur veuë soient destournez du precipice des malheurs, ceux qui se laissent emporter aux aveugles mouvemens de leurs passions desreglees20. »

17Les aspects moralisateurs mis en scène, partagés par les auteurs des Histoires tragiques et les canardiers, se révèlent spécialement importants dans la relation entre le texte et le lecteur, et explicitent les structures mentales qui ont donné forme aux sujets narrés. Dans ce sens, les journaux laissés par Pierre de L’Estoile offrent un témoignage important du traitement réservé aux canards, ces « drôleries » telles qu’il les appelle. Le mémorialiste commence à écrire ses registres au moment de la mort de Charles IX, traverse douze ans de guerres de Religion, le règne du « bon roi Henri » et finit lors de l’ascension de Louis XIII. Appartenant à la robe longue, L’Estoile exprime les aspirations propres à une position, ainsi qu’une sensibilité particulière aux faits divers du temps.

18Pont entre l’auteur et le lecteur, les idées transmises par l’ensemble des sources sont révélatrices de la société où elles ont germé. Les visions de la femme dans cette société hiérarchisée, à travers une littérature disponible pour un large public, sont l’objet central de ce travail. Le premier chapitre explore l’univers des occasionnels. Les concepts de canard et de faits divers (ainsi que les aspects caractérisant le premier) y sont discutés. Compte tenu de l’anonymat de la plupart des pièces, la figure de l’éditeur est mise en relief ; sa participation active à leur manipulation, visant notamment des rééditions, lui donne en fait une place qui rivalise avec celle de l’auteur anonyme. L’un des objectifs du canard – l’action d’informer –, est directement associé aux malheurs du temps, de façon à ce que les crimes occupent une place privilégiée sur le marché éditorial, à côté des calamités et des phénomènes célestes. À partir de ces données, la sélection, la catégorisation et le traitement des sources sont présentés.

19Le deuxième chapitre examine la spécificité de la figure féminine dans les canards. Plus qu’une importance quantitative (qui n’est pourtant pas négligeable), les femmes ont, dans ces sources, une grande valeur qualitative, notamment dans les récits dédiés aux crimes. L’étude des titres évoquant des fautes féminines, avec leur contrepartie masculine, explique l’importance du rôle attribué à la femme par cette littérature, et par extension, l’intérêt à l’analyser.

20Les chapitres suivants s’intéressent aux différentes images féminines présentées par les canards : les infanticides, les parricides, les adultères, les meurtrières, les sacrilèges et les sorcières. Associée aux crimes contemporains dans la littérature occasionnelle, la femme y est construite de façon à mettre ses défauts en relief. Toujours examinée dans sa relation avec le monde masculin, elle représente un problème pour l’ordre établi suite à ses constants essais de renverser l’autorité soit du père, soit du mari.

21Les vices féminins trouvent dans ces textes une nouvelle expression, basée sur les difficultés quotidiennes, ce qui permet de les rendre plus proche des lecteurs. Les femmes apparaissent plusieurs fois comme des victimes du malheur, de la pauvreté ou d’un destin qui leur a été imposé, mais toujours comme responsables de leurs désirs. Quand elles exercent une violence, en montrant une cruauté excessive – et parfois, en ayant du plaisir à le faire –, elles voient leur nature remise en question.

22La désobéissance féminine atteint son apogée dans ces textes lorsqu’elle met en scène une cruauté semblable à celle des bêtes les plus atroces, parfois inconcevable pour le genre mais, dans la plupart des cas, dénoncée comme inhérente à l’« essence » féminine. La manière dont les femmes sont montrées et dont leur identité est construite dans cette littérature fait partie des interrogations de ce travail, qui, à travers la description littéraire, recherche les images sociales de la criminelle et de son altérité.

*

23Notes sur les changements orthographiques : on a essayé de maintenir le texte originel autant que possible. Des opérations de substitution simple ont été réalisées afin de rendre plus compréhensible le français encore flottant de la période analysée. Ainsi, quand cela a semblé nécessaire, les « i » ont été remplacés par « j », les « u » par « v », les « ~ » par « n » et les « & » par « et » en raison du style. L’usage de consonnes, la métrique dans le cas des poèmes et la graphie des noms ont été respectés.

Notes

1 Sur le sujet, voir Robert Muchembled, Une Histoire du diable, XIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 2000.

2 L’explication des cancans est donnée par Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes des sciences et des arts…, t. I, La Haye et Rotterdam, A. et R. Leers, 1701. p. 249. Il ne faut sans doute pas si vite rejeter l’analyse étymologique comme le fait René Helot, collectionneur de canards normands du XIXe siècle, dans Canards et canardiers en France et principalement en Normandie, Paris, Alph. Margraff, s. d.

3 Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique : 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964.

4 Variétés historiques et littéraires. Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers, Paris, P. Jannet, 1855-1863 (BNF).

5 Jean-Pierre Séguin, « L’Illustration des feuilles d’actualité non périodiques. En France aux XVe et XVIe siècles », Gazette des Beaux-Arts, juillet 1958 ; « Feuilles d’information relatant des combats apparus dans le ciel (1575-1656) », in Arts et traditions populaires, 1959, p. 51-62 et p. 257-270 ; « Fait divers sensationnels dans seize bulletins imprimés en France, pendant le règne de François 1er », in Mélanges d’Histoire du Livre et des Bibliothèques offerts à Monsieur Frantz Calot, Paris, Librairie d’Agences, 1960, p. 66-79 ; L’Information en France, de Louis XII à Henri II, Genève, Droz, 1961 ; L’Information en France avant le périodique…, op. cit.

6 Comme l’on fait Roger Chartier, « La pendue miraculeusement sauvée. Étude d’un occasionnel », in Roger Chartier (dir.), Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 83-127 et Claude La Charité, « L’éthos pathétique de Marguerite d’Auge dans “Les Pitoyables et funestes regrets” (1600) », in Tangence, Rimouski, 77, 2005, p. 73-106.

7 Romi, Histoire des faits divers, Milan, Pont Royal, 1962.

8 Jean-Claude Arnould, « Le juge et le criminel dans les “canards” (1574-1610) », in Actes de colloques et journées d’étude : Juges et criminels dans la narration brève du XVIe siècle, Rouen, no 5, 2010 et « Canards criminels des XVIe et XVIIe siècles : le fait divers et l’ordre du monde (1570-1630) », in Tourments, doutes et ruptures dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles, colloque organisé par l’université de Nancy II (1993), Paris, Champion, 1995, p. 149-161.

9 Maurice Lever, Canards sanglants. Naissance du fait divers, Paris, Fayard, 1993.

10 Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Robert Darnton, « Dialogue à propos de l’histoire culturelle », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 59, septembre 1985, p. 89.

11 Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1982, p. 17.

12 Robert Muchembled, Passions de Femmes au temps de la reine Margot 1553-1615, Paris, Le Seuil, 2003, p. 40.

13 Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 2002.

14 Sur le sujet voir Robert Muchembled, « Fils de Caïn, enfants de Médée. Homicide et infanticide devant le parlement de Paris (1575-1604) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2007/5, p. 1063-1094.

15 Thierry Pech, Conter le crime. Le Récit criminel et les histoires tragiques de Pierre Boaistuau à Jean-Pierre Camus (1559-1664), thèse de doctorat, université de Paris X-Nanterre, 1997, p. 12.

16 Jacques Yver, Le Printemps d’Yver contenant cinq histoires discourues par cinq journées en une noble compagnie au château du Printemps (1572), Genève, Slatkine Reprints, 1970.

17 Vérité Habanc, Nouvelles Histoires tant Tragiques que Comiques (1585), Genève, Droz, 1989.

18 Bénigne Poissenot, Nouvelles Histoires Tragiques (1586), Genève, Droz, 1996.

19 Notamment l’Esté de Bénigne Poissenoit. Gabriel-A. Pérouse, Nouvelles Françaises de la Renaissance. Images de la vie du temps, Genève, Droz, 1977, p. 280.

20 Jean-Pierre Camus, L’Amphitheatre sanglant ou sont representées plusieurs actions tragiques de nostre temps, Paris, J. Cottereau, 1630, L’Autheur au Lecteur.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search