Version classiqueVersion mobile

Les Médées modernes

 | 
Silvia Liebel

Préface

Robert Muchembled

Texte intégral

  • 1 Tirée d’une thèse de doctorat soutenue le 20 juin 2011 à l’université de Paris XIII devant un jury (...)

1Collectés avec une infinie patience dans les bibliothèques françaises et allemandes, les 541 « canards » imprimés exploités dans cet ouvrage d’une très prometteuse jeune historienne brésilienne n’ont jamais été étudiés de manière exhaustive sous l’angle de la violence féminine. Les spécialistes de ces textes bon marché, ornés de peu d’images, porteurs d’informations réelles ou fantaisistes, sensationnelles ou exagérées, les ont essentiellement considérés comme de médiocres précurseurs de la presse périodique avant l’apparition de celle-ci, notamment de la Gazette en 1631. Les consommateurs semblent surtout avoir fait partie du public lettré urbain, les contenus se diffusant néanmoins plus largement parmi les citadins analphabètes qui en entendaient la lecture. Après avoir fait ce choix original et pertinent, Silvia Liebel a su démontrer d’éminentes qualités, beaucoup de curiosité, une grande pugnacité et une méthode d’enquête très rigoureuse dont témoigne la présente publication1.

2La réflexion est conduite en cinq séquences progressives. Après une présentation générale de l’univers des occasionnels, l’auteure définit la spécificité de la figure féminine dans les sources, puis analyse les thèmes les plus obsédants : les femmes infanticides ou parricides, adultères et meurtrières, enfin les liaisons des filles d’Ève avec le monstrueux et le diable. Les relations avec le monde masculin ne sont jamais perdues de vue, ce qui permet de produire une véritable histoire des genres, originale et neuve, en partant de l’angle d’attaque particulier qu’est l’analyse de la cruauté féminine, souvent soulignée comme excessive, inouïe, voire bestiale, dans les documents.

3L’interrogation principale, qui fait la force du livre, combine très subtilement une réflexion sur la mise en évidence d’une extraordinaire désobéissance féminine, fruit d’une supposée essence profondément pécheresse du sexe dit faible, à une étude des résistances profondes du genre dominé, traduites par la puissance et l’infinie répétition des transgressions féminines complaisamment décrites par les auteurs de canards. La chercheuse ne dévoile ses batteries que lentement, finement, par petites touches et conclusions provisoires qui acheminent sa pensée vers une conclusion générale lumineuse.

4Elle utilise avec beaucoup de finesse un matériau qui paraît à tort assez bien connu des spécialistes. L’âge d’or des canards analysés se situe entre 1600 et 1630, plus des deux tiers d’entre eux ayant alors été publiés, tandis que s’observe ensuite un spectaculaire effondrement, les deux décennies suivantes n’en rassemblant que 4 %. Or la tendance est surtout donnée par les homicides, pour les hommes, et par les infanticides, pour les femmes. Rien ne saurait mieux mettre en évidence l’adéquation du discours porté par ces textes avec la puissante baisse de la criminalité de sang, de l’indice 100 pour 100 000 habitants à la fin du Moyen Âge à l’indice 10 dans le premier tiers du XVIIe siècle, signalée dans mes propres travaux. Les occasionnels prennent place dans un discours de moralisation qui participe à sa mesure à la vigoureuse implantation d’un tabou de l’homicide et de l’infanticide en Europe occidentale. Le regard neuf porté sur eux par Silvia Liebel les inscrit dans la « pédagogie de la peur » de l’époque baroque, caractérisée de 1560 à 1640 par un goût pour l’exubérance, voire pour l’excès, notamment mis en œuvre dans les œuvres littéraires de Jean-Pierre Camus, évêque de Belley. Parallèlement à la pression judiciaire, elle contribue aux tentatives de normalisation des comportements des fidèles que les historiens français décrivent sous la dénomination de « Contre-Réforme », nombre de leurs collègues allemands préférant parler à ce propos de « confessionnalisation ».

5Les canards paraissent donner la parole aux femmes mises en scène, mais il s’agit, on ne l’ignorait pas, d’une voix qui leur est prêtée par des rédacteurs masculins. Ces derniers présentent essentiellement des jeunes filles ou des femmes fautives, souvent âgées de moins de 21 ans, pourtant fréquemment mariées, précocement et par la volonté des pères, en particulier dans les milieux aristocratiques ou bourgeois aisés. Des argumentaires très négatifs sont égrenés par les auteurs anonymes pour inciter les demoiselles, surtout de bonne famille, à accepter la sujétion paternelle, à ne pas se rebeller et à devenir des épouses et mères dévouées. Ils rappellent les sermons des hommes d’Église du temps et plus encore les écrits d’une génération très moralisatrice, productrice des Remonstrances aux femmes et filles de France, éditées anonymement en 1599, ou de nombreux opuscules dirigés contre les danses (Boiseul, 1606), les jeux (Daneau, 1591), la parure ou la vanité féminine (L’Espine, 1606 ; Juvernay, 1635), les masques (Savaron, 1608 ; Noirot, 1609), les vanités du monde (Théveneau, 1607 ; Puget de la Serre, 1630), le vin (Textor, 1604). Il faudrait une autre recherche pour comparer précisément les argumentaires de ces auteurs à ceux des rédacteurs de canards, mais de grandes similitudes apparaissent à première lecture.

6L’hypothèse émise par l’historienne, selon laquelle les producteurs de canards seraient des clercs ou des laïcs dévots inspirés par eux, paraît vraisemblable en raison de la place prédominante accordée dans ces occasionnels à la sexualité et à la peur de la femme, qui incarne la tentation de la chair. La rareté des moniales dans le corpus, alors que les écrivains protestants aiment décrire les turpitudes et les vices des religieuses, ne fait que confirmer l’idée. Très difficile à cerner, le lectorat visé est probablement essentiellement composé des fractions citadines cultivées, travaillées en profondeur par l’effort de rénovation catholique du premier tiers du XVIIe siècle. Dans les plus grandes cités, en particulier à Paris, le spectre s’élargit sans doute à des analphabètes avides de sensationnel et d’émotions fortes, touchés par une diffusion orale des histoires en question. Les premiers sont assurément assoiffés d’ordre, de religion, de moralité et de justice, tandis que les seconds peuvent être plutôt attirés par le contenu sanguinaire des anecdotes, d’autant que se multiplient au même moment les spectacles de supplices capitaux infligés aux coupables d’homicide ou d’infanticide. Dans les deux cas, la moralité transmise par cette littérature de rue ornée de quelques images fortes est d’une part que tout crime se trouve puni un jour ou l’autre, d’autre part que les femmes sont « causes de tous les malheurs ». Le discours très négatif à leur propos de nombreux rédacteurs de canards existe également sous la plume des auteurs les plus lus de la période, Rosset et Jean-Pierre Camus en tête. Apparaît ainsi une large configuration culturelle tridentine, tragique et baroque, déclinée de multiples manières, calquée sur les sermons les plus sévères du temps par des lettrés s’adressant à des milieux très divers. Profondément influencés par la culture savante, comme ceux de la Bibliothèque bleue de Troyes qui commencent à produire leurs livres de colportage au début du XVIIe siècle et prendront leur relève lorsque la sensibilité baroque cédera la primauté au classicisme, les producteurs de canards ne composent pas eux-mêmes un ensemble homogène.

7Avec une infinie prudence, tant l’étude est délicate à conduire, Silvia Liebel rassemble des données pour démontrer les relations, sinon les filiations, entre des types d’écrivains si variés. Lorsqu’un thème plaît, tel celui de la terrible punition d’un homme qui a eu des relations charnelles avec un cadavre de jolie femme animé par un démon, il se trouve aussi bien développé dans les occasionnels que par Rosset ou Camus, voire par les juristes désireux d’illustrer leurs théories répressives, à l’image de Le Brun de la Rochette. Chacun admet que tout péché mérite châtiment et que le diable guette inlassablement ses proies. L’ensemble est sans conteste au service de la Réforme catholique exigeante du premier tiers du XVIIe siècle, afin de mettre en garde et de guider celles qui pourraient fauter, tout en donnant des exemples à tous.

8La vraisemblance des récits est cependant nécessaire dans les canards, remarque pertinemment l’auteure, afin d’entraîner l’intérêt, voire l’adhésion, du lecteur ou de l’auditeur. Ce qui explique peut-être pourquoi la sorcellerie, massivement imputée à des femmes par la justice criminelle du temps, est peu présente dans le corpus, à la différence de l’infanticide, aisément relié à Médée, le parfait archétype de la mère cruelle. Indicateurs des grandes angoisses du moment, les canards participent ainsi à la construction de l’opinion publique, laquelle n’a pas attendu le siècle des philosophes pour se manifester puissamment… Ils développent une intense peur du féminin, surtout colportée auprès d’un public de mâles citadins, plutôt bourgeois ou de petite noblesse, par des créateurs clairement marqués par une culture cléricale de l’exécration des péchés des filles d’Ève. Silvia Liebel offre à ce propos une très importante contribution à l’histoire des représentations de la femme au moment où la misogynie atteint son acmé dans la culture occidentale. Ne prenant pas l’apparence littéraire pour la réalité sociale, elle évite cependant d’y voir un véritable renforcement du pouvoir masculin dans les milieux urbains considérés, préférant parler de début d’un lent processus qui ne triomphe pas avant le XIXe siècle. Encore peut-on se demander si le mouvement a eu d’importants résultats sous Louis XIII, d’autant que le support analysé perd pratiquement tout crédit après 1630 et que les femmes fortes des salons, suivies par celles du XVIIIe siècle, ont levé de puissantes digues pour empêcher le développement de telles conceptions.

9L’auteure fournit d’ailleurs une explication particulièrement intéressante des limites du phénomène. Elle signale tout d’abord que cette vision très masculine de la femme a pour conséquence inattendue de créer un sentiment d’interaction entre les sexes. Les passages obligés des canards où les coupables se repentent avec une touchante humilité (sous des plumes masculines) contiennent des éléments peu solubles dans le machisme dominant du discours, parce que le principe de vraisemblance oblige à rendre crédibles les scènes de supplices auxquelles les lecteurs ont réellement pu assister. Or il arrive que la condamnée exhorte les pères à ne pas marier les filles contre leur gré, en expliquant que ce fut la cause de sa déchéance et de sa course à l’abîme. Surgit ainsi une piste de recherche imprévue : ces textes peuvent être utilisés pour donner du sens aux transgressions féminines complaisamment évoquées. Non seulement les canards ne sauraient déboucher aisément sur une acceptation parfaite des modèles moraux prêchés, mais ils décrivent « un monde où des fillettes deviennent femmes, des amours naissent et finissent, où on se rebelle contre la religion et prend le goût de répandre le sang ». Brusquement se profile aux yeux du lecteur d’aujourd’hui la possibilité d’une étude « gendrée », où le masculin, y compris dans ses excès rhétoriques, permet de révéler le féminin, au moins de tenter de l’approcher. Les muettes de l’histoire donnent ainsi indirectement de la voix dans les occasionnels. Car le succès de ces derniers suppose que les acquéreurs, fussent-ils tous mâles, ou presque, soient persuadés d’y trouver des échos de ce qu’ils savent, redoutent ou espèrent de la part des femmes de leur entourage. Cruauté féminine exacerbée et machisme triomphant ne sont indéniablement que des vues de l’esprit, mais toutes deux parlent, d’une manière emphatique et dramatisée, des rapports entre les sexes à cette époque précise. Le talent de l’historienne est de démontrer qu’il est possible de décoder de telles configurations littéraires en décomposant l’amalgame réalisé entre les faits divers spectaculaires vrais ou vraisemblables et la rhétorique tridentine culpabilisatrice qui les enrobe pour mieux conquérir l’opinion urbaine après les guerres de Religion.

10Son analyse du discours des rédacteurs de canards dépasse la constatation du succès éphémère d’un genre subrepticement très moralisateur, capable de prouver inlassablement la supériorité masculine intrinsèque sur le sexe féminin cruel et pécheur en enchâssant des récits terrifiants dans de véritables sermons religieux (avec un génie littéraire supérieur, l’évêque Camus fait de même et perd également son public à l’orée des années 1640). Elle remarque en effet que les auteurs ouvrent de larges espaces à des interprétations différentes de leurs textes, « à une nouvelle lecture, parfois inspirée par la transgression ». Car pour mieux souligner la nature criminelle, violente et sanguinaire de la femme, ils l’individualisent, en parfaite contradiction avec leur objectif initial de la noyer dans un ensemble indifférencié d’épouses soumises et de filles dociles.

11En portant un regard précis mais nuancé sur les rapports entre les genres révélés par une littérature de rue moralisatrice visant à façonner l’opinion citadine en inculquant aux mâles une peur de la cruauté « naturelle » des femmes, Silvia Liebel apporte une touche originale à la connaissance de la première modernité et une remarquable leçon de méthode dans le difficile maniement du concept de représentation. Puisse ce premier livre très réussi lui ouvrir la voie d’une belle carrière d’historienne !

Notes

1 Tirée d’une thèse de doctorat soutenue le 20 juin 2011 à l’université de Paris XIII devant un jury composé de Mmes Élisabeth Belmas (université Paris-XIII), Isabel Mendes Drumond Braga (université de Lisbonne) et de MM. Maurice Daumas (université de Pau et des Pays de l’Adour, président), Robert Muchembled (université Paris-XIII).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search