Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Modernités de l’Ancien Régime

 | 
Alain Becchia

Troisième partie. Échecs des tentatives de réformes

Chapitre IX. Les réformes amorcées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À tous les niveaux, un certain nombre de ministres, d’administrateurs et de grands commis de l’Ancien Régime, qui partagent la culture ambiante et recherchent sincèrement le progrès et l’utilité publique, manifestent une réelle volonté d’action et de changement. À l’évidence, ils rêvent d’un État « éclairé ». Beaucoup d’entre eux pensent que l’Administration doit se moderniser et qu’il convient d’organiser de façon plus rationnelle les fonctions régaliennes traditionnelles (défense, fiscalité, justice…). Les plus novateurs estiment même que l’État doit se ménager de nouveaux domaines de compétence, afin de réguler la société et de contribuer au bien-être de la population : d’où la mise en œuvre de « politiques d’amélioration » (D. Poulot). La collecte d’informations, entreprise par tous les ministères, la multiplication des enquêtes, inventaires ou statistiques (le mot semble déjà être employé vers 1785) répondent au souci, très à la mode alors, de mathématisation des politiques. Le...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540