Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cliniques privées

 | 
Olivier Faure

Première partie. Entre commerce et charité (1800-milieu XXe siècle)

Chapitre III. Le grand essor des cliniques (1900-1949)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’aube du XXe siècle, les données de l’hospitalisation sont profondément bouleversées par la généralisation de l’asepsie et de l’antisepsie. Les prescriptions d’opérations se multiplient et touchent toutes les catégories de la population. Derrière cet enjeu technique se profile un enjeu social. Si les pauvres sont logiquement opérés dans les hôpitaux et les riches dans les cliniques privées, le sort de la masse croissante de ceux qui sont trop riches ou trop « dignes » pour entrer dans les salles communes des hôpitaux mais trop pauvres pour s’offrir les services d’une clinique privée n’est pas déterminé. Cette clientèle potentielle est l’objet de multiples rivalités mais ceux qui l’emportent ne sont pas ceux que l’on attendait. Malgré l’ouverture en leur sein de maisons de santé puis de cliniques ouvertes, les hôpitaux publics ne franchissent pas le pas décisif qui en ferait des établissements ouverts à tous. Fortement ancrées dans les petites classes moyennes, la mutualité ouvre ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540