Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cliniques privées

 | 
Olivier Faure

Première partie. Entre commerce et charité (1800-milieu XXe siècle)

Chapitre I. Des maisons de santé aux cliniques chirurgicales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec la Révolution, l’hospitalisation, comme la santé en général, devient un marché. D’un côté, au nom du principe selon lequel chacun est libre de se livrer à l’activité de son choix, n’importe qui peut ouvrir sans contrôle une maison de santé. De l’autre, les malades sont libres de choisir leurs traitements et leurs établissements. Néanmoins, seuls des médecins reçus selon les formes prévues par la loi de ventôse an XI ont le droit de diriger les traitements. Le marché de l’hospitalisation est aussi limité par le fait que très rares sont ceux qui peuvent traduire en demande solvable leur besoin de santé et de mieux être. Marché limité aussi tant sont rares les affections justiciables d’un séjour hospitalier avant que la généralisation de l’asepsie et de l’antisepsie et la multiplication des opérations ne viennent changer la donne. Pendant tout le XIXe siècle, le marché étroit de l’hospitalisation payante est caractérisé par une concurrence très forte entre une multitude de petits ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540