Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Les cliniques privées

 | 
Olivier Faure

Première partie. Entre commerce et charité (1800-milieu XXe siècle)

Entre commerce et charité (1800-milieu XXe siècle)

Testo integrale

1Contrairement à ce que l’on pourrait croire a priori, l’hospitalisation privée ne naît pas brutalement aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale dans l’euphorie de la Sécurité sociale et du progrès médical qui aurait multiplié la demande d’hospitalisation à tel point que l’hôpital public n’aurait pu y faire face. En revanche, et contrairement à ce qu’ont pu dire certains de ses responsables, l’hospitalisation privée ne remonte pas au Moyen-Age. Malgré le rôle que jouent l’Eglise et la charité privée dans les hôpitaux de ce temps, on ne saurait parler d’hospitalisation privée tant la distinction entre privé et public n’existe pas sous l’Ancien régime. C’est la Révolution qui fait naître l’hospitalisation privée. En donnant un statut public communal aux hospices civils, elle fait émerger de facto un secteur privé pour tous les autres établissements qu’elle n’interdit pas. La réalité des établissements privés naît aussi du fonctionnement des hospices civils. Excluant les malades aisés, ils contribuent à l’émergence des actuelles cliniques commerciales qui reçoivent à prix d’argent ceux dont l’hospitalisation s’impose : d’abord les seuls malades mentaux, puis au fur et à mesure que les opérations deviennent plus sûres, les malades chirurgicaux (chapitre I). Les hôpitaux tentent aussi d’exclure les malades incurables, les chroniques qui encombrent les salles. Ces malheureux sont partiellement recueillis par les institutions charitables mues par la ferveur religieuse régnant pendant la plus grande partie du siècle. De la ferveur au prosélytisme il n’y a qu’un pas que franchissent volontiers les principales confessions soucieuses d’arracher leurs ouailles à un hôpital public jugé hostile et de s’attacher leur fidélité (chapitre II). On comprend dans ces conditions, la croissance précoce de l’hospitalisation privée, croissance d’autant plus impressionnante que l’hôpital public refuse de s’ouvrir à l’ensemble de la société (chapitre III). Dans ce qui est souvent présenté comme sa préhistoire, l’hospitalisation acquiert un dynamisme jamais démenti et se partage entre le lucratif et le non lucratif.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site