Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Filles de la terre

 | 
Frédérique Boisseau El Amrani

Deuxième partie. De Ipsis : de la norme à l'écart

Chapitre VI. Se démarquer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est essentiellement à l’aune de leur sexualité, inexistante ou supposée telle, sagement monogamique ou au contraire exubérante et multipartenariale, que sont mesurés l’adhésion ou l’écart à la norme des femmes et des jeunes filles. Dans les sociétés rurales où le mariage est la norme, le célibat, chaste ou sexuellement actif, laïc ou religieux, est perçu comme une anomalie même si certaines de ses formes sont largement tolérées voire valorisées. Passé leur vingtième anniversaire, à la question « Madame ou Mademoiselle1 ? », la plupart des filles aimeraient pouvoir répondre par le plus court des deux termes. « La solitude féminine, écrit Véronique Nahoum-Grappe, est une condition redoutée et marque un échec identitaire majeur dans la société traditionnelle2. » Qu’elles n’aient pas d’homme, trop d’hommes ou se consacrent au fils de Dieu, les célibataires dérogent au modèle féminin dominant. Devenir vieille fille, fille de Dieu, fille-mère ou pis encore fille de joie, c’est n’avoir p...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540