Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Filles de la terre

 | 
Frédérique Boisseau El Amrani

Deuxième partie. De Ipsis : de la norme à l'écart

Chapitre IV. Se former

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une construction identitaire réussie permettant à l’individu de s’insérer sans souffrance dans sa communauté, résulte de la coïncidence, écrit Nathalie Heinich, entre « l’image qu’on a de soi-même (autoperception), celle que l’on donne à autrui (représentation) [et] celle qui est renvoyée par autrui (désignation)1 ». Le temps de jeunesse est par excellence celui de l’ajustement, jusqu’à superposition, de ces trois images. Le regard, poursuit la sociologue, « est l’instrument premier […] sans lequel aucun marqueur d’identité ne peut agir ». Il est celui « porté par le sujet sur l’autre » que l’on va chercher à copier ou dont l’on va au contraire vouloir se démarquer ; il est aussi celui « porté sur le sujet par les autres qui le confirmeront ou le contesteront » dans l’identité exhibée ; il est enfin celui que le sujet porte sur lui-même, source de gratification narcissique ou de souffrance. Ce à quoi le regard s’arrête de prime abord dans sa quête identificatoire est le corps dont l...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540