Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Annexes

Texte intégral

ANNEXE I1

  • 1 Source : archives du CHSP.

ANNEXE II2

  • 2 Source : archives du CHSP.

ANNEXE III

Ier Congrès national du PRL (26-28 avril 1946) à la Maison de la chimie3

  • 3 Source : archives du CHSP.

ANNEXE IV

Affiche PRL 19464

  • 4 Source : archives du CHSP.

ANNEXE V

Contribution de François de Sesmaisons5

  • 5 Nous joignons aux communications du colloque une contribution de François de Sesmaisons, benjamin (...)

1Docteur en histoire, François de Sesmaisons achève un corpus des parlementaires ayant appartenu au PRL, qu’il publiera prochainement. Son ampleur ne permet pas de le reproduire dans cet ouvrage mais il pourra compléter la vision du parti étudié en replaçant ses notables dans un contexte local qui est fondamental. Nous en extrayons deux pièces : le tableau récapitulatif de l’ensemble des mandats des parlementaires PRL, au-delà des limites chronologiques de cette formation ; et, parmi les quelque quatre-vingts longues notices individuelles qui leur sont consacrées, celle de son père.

2Les historiens qui ont « rencontré » le personnage dans leurs recherches ne peuvent que souscrire au portrait moral qu’en dessine son fils ; mais son intérêt dépasse cet aspect. Olivier de Sesmaisons est un exemple emblématique de l’enracinement local qui donnait aux « masses de granit » des droites leur force et, par là aussi, leur indépendance relative même à l’égard du premier appareil qui entreprit de les recomposer à l’échelle nationale : sachant reconnaître cette utilité au PRL, auquel, d’instinct, elles se rallièrent majoritairement, elles restaient disponibles pour des entreprises plus efficaces que furent peu après, et selon des logiques organisationnelles différentes, l’une verticale, l’autre fédérative, le Rassemblement du peuple français (RPF) et le Centre national des indépendants (CNI). On retiendra qu’Olivier de Sesmaisons sut incarner pendant plus de vingt ans et faire évoluer les droites de la Loire-Inférieure en s’appuyant sur leurs longs héritages d’organisation locale : celui du Comité de la droite, qui représentait un légitimisme organisé mais déjà capable dans l’entre-deux-guerres d’opportuns apparentements avec les modérés locaux et même avec la Fédération républicaine de France ; celui, beaucoup plus large, de l’Union nationale républicaine, institutionnalisée en un Comité d’UNR en 1949 et qui eut la force de s’imposer comme un trait d’union entre RPF et CNI ; et, entre les deux, la capacité d’absorber de nouveaux venus, le Parti social français du colonel de La Rocque (PSF) avant 1939, ses héritiers dissidents qu’on retrouve en 1945 derrière le général Audibert, premier tremplin de l’Union nationale républicaine… Le tout malgré les remous suscitées par d’autres droites nantaises non moins contraintes par l’obligation unitaire qui s’imposait comme un fil à plomb. Il est remarquable que le RPF dut s’y adapter à son tour et qu’en définitive, le gaullisme local en resta marqué. À plus long terme, cette continuité évolutive est prolongée par le rôle d’Olivier de Sesmaisons dans les dernières années de sa vie. Membre fondateur des Républicains indépendants en 1962, il put voir ses électeurs nantais confirmer de leurs suffrages le trait d’union qu’il établissait entre la famille modérée et le gaullisme.

ANNEXE VI

Témoignage de François de Sesmaisons sur son père

« On ne sert pas tel ou tel régime, mais la France. »

  • 6 Une rue de Nantes garde son souvenir, une autre celui du lieutenant de Sesmaisons, une à La Baule- (...)
  • 7 Olivier de Sesmaisons à son fils de 14 ans, le 2 juillet 1951.

3Olivier, futur marquis de Sesmaisons, naît en 1894 à Saumur, où son père, fils de général, est capitaine de cavalerie. Il est issu d’une lignée du comté nantais comptant deux frères croisés (1248) et vingt générations d’officiers, dont quatre d’élus depuis l’Ancien Régime : un aïeul et un oncle députés (élections de 1815, 1820, 1824, 1827) et pairs de France, un arrière-grand-père député (1848, 1849) puis président du conseil général, un grand-père et un père conseillers généraux, sans omettre son grand-père maternel, maire de Nantes et sénateur (1886-18996). Serait-ce sans incidence ? « Le département a voté pour ceux d’entre nous qui en étions vraiment et dont les familles étaient connues7. »

4Élève à Nantes des frères des Écoles chrétiennes puis au collège Saint-Stanislas, la pensée du sacerdoce préoccupe son adolescence, comme celle de Robert Schuman (1886-1963) et de beaucoup de garçons de ces générations. Sous l’influence de son directeur de conscience, Olivier choisit de s’occuper du monde rural. Il commence donc par l’École d’agriculture et de viticulture – muscadet oblige – des jésuites à Angers. Le 1er août 1914, le tocsin l’appelle pour sept ans, tandis que son père se réengage à 51 ans ; artilleur de 2e classe, lieutenant blessé en 1918, il est démobilisé avec deux citations à sa croix de guerre. Capitaine de réserve, il s’engage en septembre 1939 malgré ses quarante-cinq ans, huit enfants mineurs et un avis médical d’inaptitude ; interné en Suisse en juin 1940, il est rapatrié fin décembre.

  • 8 Ayant été maintenu dans le Conseil départemental créé par la loi du 7 août 1942.

5Important propriétaire terrien et exploitant agricole en Loire-Inférieure après son père, premier président (décédé fin 1931) de la Chambre d’agriculture départementale, dont Olivier est le secrétaire de 1936 à 1945, activant la formation professionnelle agricole et l’électrification rurale, en particulier dans la région de Legé/Saint-Philbert. Conseiller municipal de Touvois (1930), puis de La Chapelle-sur-Erdre (1932-1965) après son père, il succède à la mairie en 1932 au comte Dominique Savelli ; pour ne pas cumuler, il laissera la fonction fin 1947 au lieutenant-colonel Horace Savelli (1906-1998), fils de son prédécesseur et Compagnon de la Libération. Olivier est aussi conseiller général de 1933 à 19668, après son grand-père (1906-1920) et son père (1920-1931), et avant son fils aîné (1967-2001).

  • 9 J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF 1936-1953, Hommes, réseaux, cultures. Ruptures (...)
  • 10 Op. cit., p. 600.
  • 11 Henri de La Ferronnays (1876-1946) succède à son père (président du Conseil général, député 1885-1 (...)
  • 12 Selon la formule de Michel Raingeard (1919-2004), professeur de lettres, alors rédacteur à France (...)
  • 13 « Socialiste chrétien » selon un qualifiant (légèrement ironique) de Jean Jaurès en 1894, le comte (...)

6En 1937-1939, des périodiques font état des exposés de l’ingénieur-agriculteur « sur l’école libre et la paysannerie, empreints de modération et sans trace de l’obsession anti « judéo maçonnique » d’une frange radicalisée de la défense catholique de l’Ouest9 ». Il intervient sur des sujets agricoles en juin 1939 au congrès départemental du Parti républicain national et social, carrefour local des droites ; conciliateur né, il est déjà reconnu comme un « homme de dialogue, conservateur lucide et ouvert aux autres sensibilités10 ». Il est certes membre du Comité de la droite que préside l’affable marquis Henri de La Ferronnays (1920-194511), mais y « appartient par une sorte d’obligation héréditaire » et « par atavisme12 ». Émule d’Albert de Mun13 et d’Hervé de Guébriant à un moindre degré, il agit en chrétien sans ostentation et responsable pragmatique, guidé par la pensée sociale de l’Église initiée par l’encyclique Rerum novarum de Léon XIII en 1891, puis actualisée en 1931 par Pie XI.

  • 14 Quand le STO est décrété, 240 000 jeunes sont partis travailler en Allemagne en 1942 (pensant fair (...)

7« Pétain a trompé la France ! Je rends hommage à mon père qui l’a compris dès la Suisse », écrit à 18 ans son fils mort pour la France. Olivier, malgré son estime d’Ancien combattant pour « le vainqueur de Verdun », est donc naturellement un maire résistant, aidant des évadés, abritant chez lui des fuyards, ou faisant de faux papiers et certificats de travail, jeux très dangereux, pour soustraire au Service du travail obligatoire14 (STO) des jeunes de sa commune qui y sont réfractaires.

  • 15 Cf. Y. de Sesmaisons, Une nantaise dans la Résistance, Nantes, Coiffard, 2003.

8Reçu à Vichy avec une délégation de maires en 1943, il en revient abasourdi et démonté, comme son épouse15, qui était déjà aller plaider la cause des prisonniers de guerre auprès du chef de l’État : le Maréchal est « complètement sénile ». De nombreux réfugiés hébergés dans leur propriété de la Desnerie après les bombardements sur Nantes de septembre 1943 se souviennent des discussions épiques que ses réparties, qui se devaient de rester courtoises et très prudentes, entraînaient. Leur second fils, saint-cyrien « en congé d’armistice », est en effet devenu à dix-huit ans agent de liaison de l’Organisation de résistance de l’armée (ORA) ; arrêté en février 1944, déporté à Buchenwald, Dora et Harzungen en Thuringe, il rentre fin avril 1945 cadavérique, mais sans haine ni rancune.

  • 16 Citation signée du général de Gaulle portant attribution de la croix de guerre et de la Légion d’h (...)
  • 17 Réorganisé à la fin de 1943 par Jacques Bingen, beau-frère d’André Citroën et compagnon de la Libé (...)
  • 18 Officialisé le 2 avril 1944, quatre mois avant la libération de Nantes le 2 août 1944.

9Sa mère a commencé dès juillet 1940 comme maire remplaçante une action de soutien aux prisonniers, déportés, internés et à leurs familles, puis « a sauvé soixante-deux personnes d’une mort certaine16 ». Actrice très active du COSOR (Comité des œuvres sociales des organisations de Résistance17), dont elle est présidente départementale en 1944 et son mari membre au titre du Comité départemental de libération18, elle distribue des fonds clandestins anglais aux familles de déportés et de fusillés ; elle est aussi présidente départementale des familles de fusillés.

  • 19 Évêque de Nantes (1936-1970). N’ayant pas de réticences socialo-progressistes vis-à-vis des soutie (...)

10Son mari, catholique convaincu un peu scrupuleux, défend les écoles libres et la liberté de l’enseignement, soutenue en Loire-Inférieure par Mgr Villepelet19 et son clergé ; la manifestation organisée à Nantes le 8 avril 1946, par exemple, réunit plus de 70 000 participants ! Ayant « la foi du charbonnier », selon ses dires, Olivier, qui s’impose de participer désormais au pèlerinage national annuel à Lourdes, ne craint pas de se référer aux valeurs chrétiennes dans ses professions de foi, rappelant notamment que l’Évangile invite à « s’aimer les uns les autres » (Jn 13, 34), ou formant le vœu que « les hommes de bonne volonté se retrouvent pour le plus grand bien de tous et de la France ».

  • 20 J.-P. Thomas, thèse citée.

11Président du comité départemental des céréales (1943-1966), vice-président du Crédit Agricole régional (1943-1963) et animateur d’autres organismes ruraux départementaux d’intérêt collectif (Crédit immobilier rural, Coopérative centrale des agriculteurs…), il est second le 21 octobre 1945 sur la liste d’Union nationale républicaine de la Résistance conduite par le général Louis Audibert (1874-1955), résistant déporté, devant Jacques Chombart de Lauwe (1905-1975). Ils sont réélus tous deux les 6 juin et 10 novembre 1946, mais « le colonel Félix est très critiqué, alors que Sesmaisons détient une véritable autorité morale20 » ; le maire d’Herbignac causant des difficultés croissantes, Olivier se résout à prendre ses distances en 1949.

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.
  • 23 O. Todd, « Rencontres au pays des Chouans », France Observateur, 20 septembre 1962, p. 10.
  • 24 La petite-fille d’un sénateur centriste de la Mayenne, élu en 1965, l’évoque le 15 janvier… 2012.

12« Très indépendant de jugement et d’une ouverture d’esprit toujours saluée15 », le député du PRL, Parti républicain de la liberté, fondé fin 1945, est « très critiqué [en Loire-Inférieure et dans les régions voisines] par la tendance réactionnaire21 », surtout depuis le statut du fermage. Un rapport préfectoral nantais écrit d’ailleurs en juin 1948 que, selon « les tenants de la vieille droite, [le marquis de Sesmaisons] fait preuve d’un modernisme outrancier22 ». « Son ancrage entre conservatisme raisonné et ouverture » lui vaut un peu plus tard l’étiquette de « marquis rouge23 »… ce qui lui est imputé à tache dans son milieu social24, quelque peu daltonien !

13Présidant la commission de l’agriculture au Conseil général, il la choisit également à l’Assemblée nationale durant cinq mandats et en est vice-président de 1946 à 1951, puis président de 1952 à 1955 ; il représente l’Assemblée aux commissions des assurances sociales agricoles et des prestations familiales agricoles. Dès le 5 février 1946, il propose de compléter les ordonnances du 4 décembre 1944 traitant des baux ruraux et du 17 octobre 1945 sur le statut du fermage, puis est l’un des auteurs et des rapporteurs de la loi d’avril 1946 sur le statut du fermage et du métayage, qui sauve les propriétaires de terres arables en leur fixant des obligations, avant d’être un des artisans des statuts de la mutualité et de la coopération agricoles (septembre 1947). Le 16 janvier 1947, lors de l’élection du 1er président de la IVe République par 883 parlementaires, Sesmaisons vote avec 59 collègues pour Michel Clemenceau (1873-1964), fils unique de Georges et président du PRL, qui sont 32 députés, ayant perdu 4 sièges en novembre 1946 par rapport à octobre 1945.

  • 25 J.-P. Thomas, thèse citée.

14Au cours de ses trois mandats de 1945 à 1951, Olivier maintient son cap entre deux axes : un centre-droit modéré de tradition conservatrice, et un gaullisme tempéré à partir du lancement du RPF (avril 1947), car « de Gaulle recherche l’union des Français désirant servir le pays ». Avec 27 collègues du PRL, Olivier de Sesmaisons fait donc partie des 77 députés de « l’Intergroupe pour une vraie démocratie », créé avec des RPF en août 1947. Les interventions du député et du conseiller général « sont empreintes d’un esprit consensuel, nuancé par une défense du paritarisme25 ». Ses compétences et goûts le portent vers les questions sociales et l’agriculture, dont il refusera cependant le ministère « pour ne pas avoir les mains liées » et pour ne pas perdre le contact avec « le terrain ».

  • 26 Assurance vieillesse des salariés agricoles (mise en place 1951-1958) et des exploitants (1952), c (...)

15En dehors des problèmes fonciers (baux ruraux, relations entre bailleurs et preneurs) ou de protection sociale26, il se soucie des anciens prisonniers et déportés, de la suppression des juridictions économiques d’exception, de l’amnistie d’infractions économiques commises par des agriculteurs, des assurances sociales et des charges des petits exploitants ou des questions scolaires. Il est aussi juré à la Haute Cour (juillet 1947) comme son grand-père cinquante ans avant.

  • 27 P. Vincent, Population, 1946/1, p. 159 et L. Le Guillant, Archives de médecine sociale, novembre 1 (...)
  • 28 JORF,Débats à l’Assemblée nationale, 20 et 31 mars, 3 avril 1946.

16Quant aux problèmes des familles, en particulier nombreuses, sujet « tabou27 », ils restent une des préoccupations des élus catholiques sociaux ; le PRL diffuse d’ailleurs début 1946 Comment le PRL défend la famille, brochure comportant les interventions de Pierre July (Eure-et-Loir), Hélène de Suzannet (Vendée) et Olivier de Sesmaisons28. De décembre 1946 à mai 1951, l’Assemblée met à son actif sept propositions de loi ou de résolution, onze rapports et soixante-dix-huit interventions, dont soixante et une pour défendre des amendements. Il rapporte, par exemple, sur le budget des prestations familiales (4 août 1950), puis leur majoration (28 avril 1951), ou sur la loi relative à la famille et à la natalité, amendée par le Conseil de la République le 4 août 1950.

  • 29 Celui-ci, à ne pas confondre avec son épouse, croisant fin mai à Rome des parlementaires ayant per (...)

17Olivier de Sesmaisons intervient aussi dans des discussions de politique générale, notamment le 8 août 1948 sur la loi de redressement économique ou pour le président Henri Queuille (26 juillet, 10 août, 10 septembre 1948 et 30 juin 1950). Se distinguant par son réformisme et son refus d’une opposition péremptoire, il vote pour l’investiture du radical Corrézien, ainsi que pour celles de Robert Schuman (24 novembre 1947), d’André Marie (26 juillet et 10 août 1948) et de Georges Bidault (27 octobre 1950). Sans être légitimiste – « c’est d’un autre temps » –, il n’apprécie ni les d’Orléans du XVIIIe siècle, ni « Louis-le-Philippard », mais vote en mai 1950 (loi du 24 juin) la levée de l’exil frappant depuis juin 1886 les aînés des familles ayant régné en France, dont le comte de Paris Henri d’Orléans (1908-1999), « car il ne représente plus rien29 ».

  • 30 Cf. G. Richard, « La Loire-Inférieure sous la IVe République : un bastion de la droite “modérée” » (...)
  • 31 JORF,Débats à l’Assemblée nationale, 9 mars 1954, p. 761-762 et Le Dauphiné Libéré, 10 mars 1954.
  • 32 Sans négliger les influences d’un Léonce de Gibon et d’autres conseillers généraux ou maires, et d (...)
  • 33 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 562.
  • 34 Lettre du 12 février 1952 au général de Gaulle et du 18 janvier 1951 à Jacques Soustelle, présiden (...)
  • 35 Une des quatre dérogeant au principe de l’étiquette RPF exclusive, elle obtient 37,1 %, plus que l (...)
  • 36 Lettre du 2 juillet 1951 à l’auteur.

18Si Olivier de Sesmaisons reste plus modéré30 que la plupart de ses collègues à propos de l’Indochine, où il a deux fils dans les troupes de l’Union française entre 1947 et 1952, il y défend le maintien de la France, car « on ne peut pas abandonner les peuples et les hommes qui ont mis leur confiance en nous », en particulier les minorités catholiques31. Le leadership de la droite modérée étant surtout entre ses mains32, « il était la véritable autorité morale des modérés du département33 ». « RPF par raison, car vous êtes la dernière carte de la France ; si vous échouez, il n’y aura plus que le communisme », a-t-il dit à de Gaulle en 1948, et « parce que tout ce qui est vil [lui/vous] est étranger34 », écrit-il plusieurs fois du Général, auquel il l’a peut-être dit, le marquis de la Chapelle-sur-Erdre conduit le 17 juin 1951 la liste commune des Indépendants, Paysans, Républicains nationaux et RPF, « malgré les fautes faites par le Rassemblement », car « si l’union ne se fait pas, nous risquons d’en mourir ». Cette liste35 obtient quatre élus, succès dont il est heureux, bien sûr, mais « surtout parce que la démonstration a été faite que la calomnie ne paie pas36 ».

  • 37 Ce qui est une autre forme d’hommage à un Résistant, le Général ne se rendant jamais au domicile d (...)
  • 38 À la demande de Michel Debré, commissaire de la République à Angers (témoignage à l’auteur en 1979 (...)
  • 39 Château de la Desnerie sur les bords de l’Erdre au nord de Nantes (voir la photographie page suiva (...)

19« Le général de Gaulle », écrit l’historien Jean-Paul Thomas, « honore Olivier de Sesmaisons de son estime sans lui tenir rigueur de son indépendance » ; le chef de la France combattante profite d’une manifestation patriotique au Champ de Mars à Nantes pour venir prendre le thé avec « Tante Yvonne » au château de la Desnerie le dimanche 20 mai 195137. Sa présence adoube ipso facto la liste de son hôte, mais le président du RPF vient aussi saluer la première femme qu’il a fait décorer à la Libération38. Il s’enquiert de son troisième fils, grièvement blessé en janvier précédant et prisonnier du Viêtminh, dont elle est sans nouvelles depuis et dont il reparlera spontanément à l’auteur six ans plus tard. Il sait aussi qu’elle est vice-présidente du RPF départemental depuis sa constitution en mai 1947, et que son époux représente le PRL au bureau du comité du Rassemblement depuis mars 194839.

  • 40 « Tout cela est touchant et montre le besoin qu’ont les hommes d’avoir quelqu’un à qui se raccroch (...)
  • 41 « Les journaux n’en ont pas parlé heureusement, et ont écrit qu’aussitôt après la réunion à Nantes (...)

20Les châtelains attendaient une douzaine de personnes, les organisateurs quatre centaines : voitures et cars viennent de cinq départements, déversant des conseillers généraux, des maires (dont Orrion de Nantes, mais pas Savelli), les lieutenants Frank des Essarts et Lebeurrier, héros du bataillon français en Corée, qui a eu les honneurs de Match en janvier et vont partir servir en Indochine, où le premier tombera, une Brave de 84 ans et des jeunes, un unijambiste à pilon de bois, des personnes de tout âge et de toutes conditions, que le Général reçoit par groupe40, puis il repart dans la nuit sans s’arrêter, chaque arrêt causant un attroupement41.

21Au cours de cette législature, Olivier de Sesmaisons dépose six propositions de lois, intervient soixante-cinq fois, défend vingt-quatre amendements et est rapporteur dix fois. Ainsi pour la loi du 6 février 1952, initiée par sa proposition du 17 juillet 1951, qui améliore l’Office national interprofessionnel des céréales en permettant aux négociants de bénéficier des avals de cet ONIC.

  • 42 Dit-il en 1978 à l’auteur qu’il prend en amitié.

22Olivier de Sesmaisons s’abstient sur les investitures de René Pleven (8 août 1951) et d’Edgar Faure (18 janvier 1952), puis vote contre la confiance à son gouvernement (29 février 1952) ou contre sa politique marocaine (8 octobre 1955), ceci et cela n’empêchant pas le député du Doubs d’avoir « gardé une grande estime à l’égard du marquis de Loire-Inférieure42 ». En janvier 1952, ce dernier est le premier député du groupe RPF à exprimer à Jacques Soustelle, son président, ses doutes au regard d’une stratégie d’opposition – non délibérée – amplifiant la moindre crise : de Gaulle reste un recours, mais l’Assemblée ne l’acceptera qu’à l’issue d’une évolution à préparer par une démarche constructive. Opposé à une tactique de blocage, « qui mène la France à l’abîme » (lettre du 11 janvier), Sesmaisons et ses trois colistiers votent pour Antoine Pinay le 6 mars 1952, puis il explique au Général l’urgence d’un redressement monétaire et financier qui doit primer tout autre intérêt. « à aucun moment, il ne m’a été demandé d’aliéner ma liberté de vote » en adhérant au RPF, rappelle-t-il ; c’est pourquoi, quand le conseil national du Rassemblement décide le 6 juillet 1952 d’imposer une discipline de vote, il fait partie des vingt-six députés pinaysiens qui créent le groupe d’Action républicaine et sociale (ARS).

  • 43 J.-C. Colliard, Les Républicains Indépendants, Paris, PUF, 1971, p. 29.

23À Versailles du 17 au 23 décembre 1953 pour élire le second président de la IVe République, il vote pour deux Normands du CNIP : le président du Conseil Joseph Laniel, qui a obtenu jusqu’à 44,7 %, puis le conseiller de la République René Coty, élu au 13e tour par 54,7 % des voix (477 sur 871). Après avoir soutenu sans faillir Joseph Laniel, renversé par les atermoiements du MRP dans la nuit du 11 au 12 juin 1954, le député sault breton vote contre l’investiture de Pierre Mendès France le 17 suivant, s’abstient le 23 juillet sur les accords de Genève (qui ne seront pas respectés !) mettant fin à sept ans et demi de guerre en Indochine, puis le 29 décembre sur ceux de Paris permettant le réarmement de l’Allemagne de l’Ouest (RFA), comme il l’a fait le 30 août sur la Communauté européenne de défense (CED) après un long débat intérieur, ce qui suit une logique « droit mon chemin » selon sa devise familiale ancestrale ; il refusera de même en juin 1962 l’intégration européenne43, qui lui paraît prématurée.

24Pour les élections du 2 janvier 1956, il maintient ses orientations antérieures : protection sociale et familiale, réforme de l’État « par une révision constitutionnelle permettant au gouvernement de gouverner et au parlement de contrôler », et sauvetage de l’Union française « contre tous les dénigrements ». La concurrence du MRP et de la liste poujadiste, et les 22 000 voix allant au colonel Félix (non élu), réduisent à 27 % les suffrages de la liste d’Union des Indépendants et Paysans.

25Inscrit au groupe Indépendant et paysan d’action sociale (IPAS), il dépose sept propositions de loi, douze rapports sur la conversion des métayages, l’ONIC, les cotisations sociales, les calamités agricoles, les accidents du travail et l’assurance vieillesse agricole ou les Chambres d’agriculture. Il défend dix-neuf amendements et rapporte à quatre reprises, intervenant vingt-huit fois. S’abstenant sur la politique algérienne de Guy Mollet ou sur la loi-cadre pour l’Algérie (30 septembre 1957), il vote le 9 juillet les traités de Rome du 25 mars. Défendant l’école libre depuis toujours, il appuie avec ferveur les bourses aux élèves du secondaire et les aides à ceux du primaire des lois du socialiste Marie et du MRP Barangé (21 septembre 1951), puis l’institution des contrats avec les établissements scolaires (1959) ; il s’oppose toutefois en janvier 1963 à l’UNR André Fanton, qui veut réduire la subvention de la Ligue de l’Enseignement opposée aux écoles privées, car cette modification troublerait l’entente nationale, réveillerait d’anciennes querelles récurrentes et opposerait une partie de l’hémicycle à l’autre.

26Après avoir refusé la confiance à Félix Gaillard le 15 avril 1958 et à Pierre Pflimlin le 14 mai, Olivier de Sesmaisons vote l’investiture du général de Gaulle le 1er juin et les pleins pouvoirs à son gouvernement le 2 juin, ainsi que l’autorisation de refondre la Constitution.

27Candidat du Centre national des indépendants et paysans (CNIP) dans la 4e circonscription de Loire-Atlantique, le député sortant évite par principe d’attaquer ses sept adversaires, dont deux frères ; il rappelle que le PRL s’était opposé à la constitution de la IVe République, et compare le sacrifice des appelés en Afrique du Nord (AFN) à ceux de leurs aînés : l’Algérie « a coûté trop de larmes et de sang pour qu’elle ne reste pas une partie intégrante de la France », mais il ne précise pas de quelle façon. N’ayant pas de concurrent gaulliste, il obtient 37,9 % des voix le 23 novembre 1958, puis est réélu le 30 novembre avec 59,7 % des suffrages exprimés face à Maurice Moutel, maire MRP d’Ancenis.

  • 44 O. Todd, « Rencontres… », art. cit., 20 septembre 1962.
  • 45 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 65 et 97.
  • 46 Adopté par 46,5 % des inscrits contre 28,7 %, soit une différence positive de 4 876 600 voix.

28De 1959 à 1966, Olivier de Sesmaisons appartient au Conseil supérieur de la coopération. Entre 1958 et 1962, l’hémicycle l’entend trente-quatre fois sur divers thèmes : agriculteurs, anciens combattants et victimes de guerre restant privilégiés. Préoccupé par le sort des populations qui ont fait confiance à la France en AFN et des Européens qui y travaillent, il soutient néanmoins l’évolution de la politique algérienne, après une réflexion nourrie par ses trois fils, son neveu éponyme et son gendre sur place, trois officiers d’active et deux de réserve, « mais pas après 195944 ». Si la Semaine des barricades l’amène à voter le 2 février 1960 les pouvoirs spéciaux au gouvernement, il reste ce qu’il était : « aussi gaulliste de sentiment que indépendant de jugement45 ». Malgré les menaces de mort de l’OAS, dont il connaît bien le responsable local, et son petit cercueil postal, il se prononce pour les accords signés à Évian le 18 mars 1962 avec le FLN… qui ne les respectera pas. Ne suivant pas la démarche politicienne du CNIP, Olivier de Sesmaisons vote la confiance le 5 octobre 1962 et appelle à voter oui au référendum du 28 octobre pour l’élection du président de la République au suffrage universel direct46.

  • 47 Ce parti perd 63 500 voix (64,4 %) en Loire-Atlantique par rapport à novembre 1958 (G. Richard, Le (...)

29Perdant ainsi d’office le label du CNIP47, le député sortant reçoit l’appui de l’Association pour la Ve République, fondée par le ministre André Malraux le 30 octobre ; réélu avec 62 % des voix pour son 7e mandat malgré une quadrangulaire, il se joint au groupe des Républicains indépendants (RI) créé par 37 députés le 6 décembre 1962. Il appuie Georges Pompidou, approuve le traité de l’Élysée (22 janvier 1963), et l’encadrement des modalités de grève dans les services publics (26 juillet 1963).

30Ses desseins sont toujours guidés par la volonté « d’éviter au pays des divisions inutiles ». Ainsi, père d’un résistant torturé à Paris à 19 ans par un Français « malgré nous », il a déposé avec sept députés le 17 février 1953 un projet d’amnistie pour eux, approuvé dans la nuit du 19 par 324 voix contre 216. Dix ans après, il plaide le 22 janvier 1963 pour que les Français qui ont été soumis au travail obligatoire en Allemagne soient considérés comme déportés du travail. Roger Souchal, maquisard déporté à 17 ans, élu député UNR de Meurthe-et-Moselle en 1958, réagit vivement ; l’aristocrate terrien de 68 ans répond paisiblement à l’avocat urbain de 35 : « J’ai eu la tristesse d’assister, dans mon foyer, à la déportation d’un fils qui est mort après avoir pardonné à ses bourreaux. C’est en souvenir de lui que, ainsi que je l’ai déjà fait, j’appuie la demande des victimes de la déportation du travail. » Applaudissements sur les bancs des Indépendants aux socialistes inclus.

  • 48 Député pendant 26 ans (mars 1967 à avril 1993), soit élu à sept reprises.

31L’Au-delà appelle Olivier de Sesmaisons le 15 janvier 1967 à 72 ans pendant qu’il fait campagne pour le successeur qu’il a choisi, le viticulteur Joseph Maujoüan du Gasset (1925-1994), maire de Gorges (1953-1994) à la suite de son oncle et conseiller général48.

  • 49 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 110, 593 et 600.
  • 50 Olivier de Sesmaisons est également le seul élu national du PRL de 1945 qui siégeait encore à l’As (...)
  • 51 G. Richard, thèse citée, p. 832.
  • 52 Le Monde, 18 janvier 1967.
  • 53 Raymond Mondon, député-maire de Metz, président du groupe RI à l’Assemblée nationale, Ouest-France(...)
  • 54 André Bettencourt, Ouest-France, 20 janvier 1967. Ce quotidien n’était pas du tout supporteur du d (...)

32Élu conseiller municipal ou général trente-sept ans et député vingt et un (cinq mandats sous la IVe République et deux sous la Ve République), le « dernier marquis », officier de la Légion d’honneur à titre militaire, « honnête et sincère, respecté de tous », « fait l’unanimité autour de lui au lendemain de sa disparition49 ». « Seul député régulièrement réélu en Loire-Atlantique depuis la Libération50, transfuge du RPF en 1952, dissident du CNIP en 1962, il incarnait plus que tout autre dans ce département de l’Ouest cette mouvance modérée acquise depuis quinze ans à la modernisation de l’économie mais dans le respect de l’ordre, acceptant au nom de l’efficacité les conceptions de Charles de Gaulle en matière institutionnelle mais gardant son quant à soi sur sa politique de grandeur nationale51 ». « Parlementaire d’une grande dignité, très assidu aux débats, jouissant de l’estime générale de ses collègues52 », « travailleur acharné dont la courtoisie et la grande objectivité étaient bien connues53 », sa vie parlementaire s’inscrit « dans le droit fil de l’homme. […] Notable héritier d’une tradition familiale, il est aussi et avant tout une conscience qui s’exprimait54 ».

  • 55 J.-P. Thomas, « Olivier de Sesmaisons » [http://www.assemblee-nationale.fr].
  • 56 Ouest-France, 20 janvier 1967.

33« Profondément humain, attentif à tous, modéré réformiste soucieux de conciliation, il était aimé dans la région nantaise, selon un mot qui revient sous les plumes locales depuis l’avant-guerre. Son activité parlementaire s’inscrivait pour lui dans un devoir, dans l’indépendance et hors de toute ambition personnelle55. » Bref, cet homme de grande foi manifestait une « profonde qualité intérieure56 » (Valéry Giscard d’Estaing).

ANNEXE VII

Tableau récapitulatif des mandats des parlementaires prl

34• 6 novembre 1945 : 1re Alée nationale constituante de 586 élus par 19 152 800 suffrages exprimés, dont 26,2 % pour le PCF.

35• 11 juin 1946 : 2nde Alée nationale constituante : 586 élus par 19 881 000 voix (80,6 %), dont 26,2 % PCF, 21,1 % socialistes.

36• 28 novembre 1946 : 1re Alée nationale législative de 627 élus par 19 216 300 voix, dont 28,3 % pour le PCf et 25,9 % au MRP.

37• 5 juillet 1951 : 2nde Alée législative de 625 élus (25,9 % voix PCF, 21,7 % RPF) ; 1re dissolution depuis 1877 le 2 décembre 1955 selon l’article 51 de la constitution, qui la prévoit si deux gouvernements sont renversés à la majorité absolue en moins de 18 mois.

38• 19 janvier 1956-8 décembre 1958 : 3e Alée nationale législative : 21 500 800 voix, dont 25,4 % PCF, 12,6 % Poujadistes ; 593 sièges.

39Ve RF : élections législatives les 23 et 30 novembre 1958, 18 et 25 novembre 1962, 5 et 12 mars 1967, 23 et 30 juin 1968…

d.

novembre 1945 : 37 élus, dt 1 femme, et 2 app. = 39.
juin 1946 : 34 d., dt 25 réélus & 9 nouveaux + 3 app. = 37.
novembre 1946 : 32 membres, dt 24 anciens et 8 nouveaux, + 2 nouv. app. = 34.
1950 : 27 membres + 2 app. = 29.

Sé.

Conseillers de la République : 10 au 8 décembre 1946, dt 1 femme, et 15 après le srutin du 7 novembre 1948, dt la même femme.

Parlementaires du PRL

Parlementaires du PRL

Ig InterGroupe de 1951 avec 14 UDSR, 13 ex-MRP, 12 RI, 8 Rad. et 2 Paysans, dt Bardoux = 79 dé. (Richard, Thomas, cit.)
• Hors décès et passages au Ceil de la République ou au Sénat, la durée moyenne d’un mandat à l’Alée nationale de 51 d. du PRL est, à partir de leur 1re élection sous la IVe RF, de 28 mois (d’autant que 13 dép. n’effectuent qu’une mandature).
• Le nombre moyen de mandats nationaux. des élus nat. du PRL aux Parlements des IIIe, IVe et Ve RF ressort toutefois à 4, les extrêmes supérieurs atteignant 11, 12 et 13, la palme revenant à Raymond Marcellin en Morbihan (IVe & Ve RF).

ANNEXE VIII

Archives et sources relatives au PRL

40On ne connaît pas d’archives propres du PRL. En revanche, on dispose des papiers et écrits de divers dirigeants du parti, et de nombreux bulletins. D’autre part, sa naissance et ses avatars apparaissent largement dans les archives de diverses autres formations ; à quoi s’ajoutent naturellement les fonds du ministère de l’Intérieur et des préfets ; ainsi que la presse émanant à un titre ou à un autre du parti, ou de milieux proches.

Archives d’histoire contemporaine du Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP)

  • Archives d’Edmond Barrachin (cote EBA) : le principal fondateur du PRL et responsable de son appareil de propagande jusqu’en 1949. Toutefois, les papiers qui concernent le PRL portent surtout sur l’année 1946. En revanche, le fonds est riche sur les origines du PRL dans la longue année fin 1944-fin 1945.
  • Papiers Rémy-Granger : plusieurs dossiers, riches en documents inédits, constitués il y a quelques années par Mme Dominique Rémy-Granger en vue de la préparation d’une thèse de doctorat en sciences politiques.

41Parmi les archives déposées au CHSP émanant d’autres formations, les papiers de Pierre de Léotard, ancien secrétaire général du Parti républicain et social de la Réconciliation française, qui regroupait les fidèles du colonel de La Rocque, jettent un regard particulièrement détaillé sur les origines et la création du PRL. Ils sont en fait dispersés en deux fonds :

  • Fonds Pierre de Léotard (cote PL) : déposé par Mme Jacqueline de Léotard, comprend les papiers laissés par son mari et portent sur toute sa carrière politique.
  • Fonds du colonel François de La Rocque (cote LR) : déposé par Gilles de La Rocque, comprend les dossiers les plus substantiels de Pierre de Léotard sur les manœuvres et tractations politiques de 1945. Le fonds La Rocque du CHSP (distinct de celui des Archives nationales, pauvre en éléments postérieurs à 1945) recèle en outre de nombreuses pièces autres que de Pierre de Léotard concernant le processus menant au PRL, et sur le parti lui-même.

Bibliothèque nationale de France (BNF)

42Fonds Michel Clemenceau (cote NAF 28019) : président du PRL de 1946 à 1951, d’intérêt inégal et en microformes inégalement lisibles.

Centre historique des Archives nationales (CHAN)

  • Fonds Louis Marin (cote 317 AP) : d’une grande richesse sur les droites en général et non seulement sur la Fédération républicaine. On signalera les cotes 317 AP 70, 79 et 80, concernant la vie politique au lendemain de la Libération. L’inventaire de la correspondance de l’intéressé est également d’une grande richesse.
  • Fonds Pierre July : député PRL d’Eure-et-Loir, les papiers de Pierre July se trouvent dans le fonds Georgette Elgey (561 AP), mais ils se limitent essentiellement aux papiers ministériels de l’intéressé (1953-1955). Les Archives départementales de l’Eure-et-Loir ne possèdent pas de fonds Pierre July.
  • Série F7 : cotes F7 15283 à 15285 sur les formations de droite et du centre après 1945.

Fonds et documents privés de localisations diverses

  • Archives du RPF : (fondation Charles de Gaulle-FCDG) elles sont également une mine sur d’autres formations politiques que le RPF, particulièrement de droite et, entre autres, sur le PRL. En dehors des inépuisables dossiers départementaux et des notes des délégués régionaux, on soulignera l’importance des dossiers de la série RPF410 à 419, qui regroupe les comptes rendus des débats et les propositions émanant de l’intergroupe RPF (le PRL fournissant plus du tiers de l’intergroupe RPF de l’Assemblée nationale).
  • Édouard Frédéric-Dupont : un des députés fondateurs du PRL, est l’auteur d’un volume de souvenirs politiques, inexploité à ce jour et actuellement détenu par le service des archives de l’Assemblée nationale.
  • Papiers de Michel Raingeard : membre du comité directeur du PRL, journaliste politique, secrétaire parlementaire en 1948 à l’intersection d’une famille connexe (groupe sénatorial des Républicains indépendants), un des principaux animateurs du mouvement de défense de l’École libre, futur député élu comme RPF, sont d’une grande richesse pour ce qui en est connu. Les papiers de Michel Raingeard sont conservés par son fils aîné, Jean-Michel Raingeard, qui les a déposés provisoirement aux archives d’histoire contemporaine de Sciences Po (CHSP).

Sources et archives départementales

43Les départements présentent un intérêt particulier pour l’étude du PRL et des droites au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en raison de leur appui sur des forces, voire des formations autonomes (Nord, Loire-Inférieure, Aube, Meurthe-et-Moselle, Doubs…), inscrites dans un ancrage local ou régional. Le contexte a souvent une grande importance typologique : par exemple les départements de l’Ouest (Loire-Inférieure, Vendée, Maine-et-Loire, Mayenne…) au cœur de la question scolaire, révélatrice d’un enracinement local et agent irrésistible de déstabilisation de la Troisième Force.

44On citera entre autres, sans aucune prétention d’exhaustivité, l’intérêt particulier de fonds préfectoraux et d’archives privées de quelques départements :

45Archives départementales du Nord : pour l’Union des républicains du Nord, dont le PRL était partie prenante et qui avait d’autre part un double dans le Pas-de-Calais.

46Dans les mêmes archives départementales, le fonds La Rocque du département du Nord (68 J) comporte des éléments importants sur le Parti républicain et social de la Réconciliation française, dont de nombreux documents éclairent l’histoire de l’Union des républicains du Nord et du RPF.

47Archives départementales de la Loire-Atlantique : pour le Comité d’Union nationale républicaine de la Loire-Inférieure, dont l’origine s’entrecroise avec l’histoire locale du PRL.

48Dans les mêmes archives départementales, les archives du Comité de la droite de la Loire-Inférieure (50 J), formation d’origine monarchiste au cœur de la vie départementale jusqu’à la dernière guerre, et dont la confrontation (entre aigreur, concurrence et absorption partielle) avec la nouvelle droite modérée et « gaullisante » d’après 1945 rassemblent des informations dépassant le registre factuel.

49Archives privées d’Olivier de Sesmaisons : possédées par M. Donatien de Sesmaisons (château de La Desnerie, à La Chapelle-sur-Erdre), sont celles d’un député PRL, membre du RPF, et aussi placé à la charnière des Indépendants. Elles complètent sur ce point les papiers de Michel Raingeard, ainsi que sa collection de documents du Comité d’Union nationale républicaine de la Loire-Inférieure.

Bulletins et publications du PRL ou proches (BNF)

50Bulletin de liaison du PRL (mensuel, janvier-mai1946).

51Vers la Liberté (bulletin de liaison du PRL haut-saônois, 1947-1948).

52PRL. Bulletin de liaison de la Fédération des Bouches-du-Rhône (1946).

53Parti républicain de la Liberté. Bulletin d’information des cadres du parti (mensuel, 1947-1948).

54Paroles françaises (hebdomadaire, expression provisoire mais non unanime du PRL en 1946, sous la direction d’André Mutter).

55L’Écho républicain de la Liberté (mensuel, PRL, 1949).

Brochures

56Robert Bétolaud, syndic du Conseil municipal de Paris, Vues sur la politique étrangère, discours prononcé au palais de la Mutualité, Paris, Parti républicain de la liberté, 1946.

57Roland de Moustier, député du Doubs, Pour la Liberté de la Presse, discours prononcé à la Salle Wagram, Parti républicain de la liberté, 1946.

58PRL. L’activité parlementaire du PRL (5 février-2 mars 1946), Paris, Parti républicain de la liberté, 1946.

59PRL. Trois mois d’opposition constructive (novembre 1945-janvier 1946), Paris, Parti républicain de la liberté, 1946.

60Le PRL a eu raison, Paris, Parti républicain de la liberté, 1949.

61Chiffres,dates et textes. Aide mémoire pour les candidats au cours de la campagne contre les « Trois Partis », sans date, ni référence.

Presse et brochures de formations « ancêtres » du PRL

62La France libre (quotidien, expression en 1945 de CDLL, André Mutter, et des Françaises libres).

63Comités de Regroupement républicain (bulletin intérieur des CRR, 1945).

64Union patriotique républicaine. Bulletin de liaison et d’information (parution irrégulière, plusieurs numéros par mois, 1945).

65Ouest-Seine. Bulletin intérieur de l’UPR,affiliée à l’Entente Républicaine et à l’Union de tous les partis Républicains anti-marxistes (un seul numéro connu, octobre 1945, à usage évident de propagande électorale).

66Comités de Regroupement républicain, Programme social, Paris, 1945.

67Comités de Regroupement républicain, Rapport de politique économique, Paris, 1945.

68Comités de Regroupement républicain, Rapport de politique économique et sociale, Paris, 1945.

69Comités de Regroupement républicain, Le problème agricole, Paris, 1945.

70Liberté,Égalité,Fraternité. Manifeste de l’Union patriotique républicaine, Paris, UPR, sans date.

Presse généraliste plus ou moins proche

71L’Époque (droite indépendante sous la rédaction en chef de Jean-Louis Vigier, puis reprise par un groupe proche du PRL – de la tendance de Joseph Laniel).

72L’Avenir de l’Ouest (Nantes, droite résistante étroitement liée au CUNR et au PRL, quotidien, 1945-1947).

Notes

1 Source : archives du CHSP.

2 Source : archives du CHSP.

3 Source : archives du CHSP.

4 Source : archives du CHSP.

5 Nous joignons aux communications du colloque une contribution de François de Sesmaisons, benjamin des fils du député PRL de la Loire-Inférieure Olivier de Sesmaisons.

6 Une rue de Nantes garde son souvenir, une autre celui du lieutenant de Sesmaisons, une à La Baule-les-Pins porte le nom de son aïeul planteur de ces pins, et une à la Chapelle-sur-Erdre celui d’Olivier.

7 Olivier de Sesmaisons à son fils de 14 ans, le 2 juillet 1951.

8 Ayant été maintenu dans le Conseil départemental créé par la loi du 7 août 1942.

9 J.-P. Thomas, Droite et rassemblement du PSF au RPF 1936-1953, Hommes, réseaux, cultures. Ruptures et continuités d’une histoire politique, thèse de doctorat d’histoire, IEP Paris, 2002, p. 304.

10 Op. cit., p. 600.

11 Henri de La Ferronnays (1876-1946) succède à son père (président du Conseil général, député 1885-1907) comme maire, conseiller général de Saint-Mars-la-Jaille et député (1907-1942). Charles de Cossé-Brissac (1936-2003), son neveu, héritier et successeur, sera maire 36 ans, conseiller général autant (président 1976-1994) et sénateur (1983-2001) sans être jamais battu.

12 Selon la formule de Michel Raingeard (1919-2004), professeur de lettres, alors rédacteur à France indépendante de Roger Duchet (précise Gilles Richard). Conseiller général à Nantes, député RPF/ARS/IPAS 1951-1958 (J.-P. Thomas, thèse citée, p. 562, 537, 239).

13 « Socialiste chrétien » selon un qualifiant (légèrement ironique) de Jean Jaurès en 1894, le comte de Mun, inspirateur de la plupart des textes législatifs sociaux de la fin du XIXe siècle, se pose en chrétien social contre l’athéisme socialiste ou étatiste.

14 Quand le STO est décrété, 240 000 jeunes sont partis travailler en Allemagne en 1942 (pensant faire libérer 80 000 prisonniers) ; 160 000 les suivront, ainsi qu’environ 650 000 requis. Les uns et les autres perçoivent un salaire.

15 Cf. Y. de Sesmaisons, Une nantaise dans la Résistance, Nantes, Coiffard, 2003.

16 Citation signée du général de Gaulle portant attribution de la croix de guerre et de la Légion d’honneur à titre militaire.

17 Réorganisé à la fin de 1943 par Jacques Bingen, beau-frère d’André Citroën et compagnon de la Libération qui se suicide au cyanure pour ne pas risquer de parler sous la torture, puis dirigé (avril 1944) par Prosper (P. Chaillet, SJ).

18 Officialisé le 2 avril 1944, quatre mois avant la libération de Nantes le 2 août 1944.

19 Évêque de Nantes (1936-1970). N’ayant pas de réticences socialo-progressistes vis-à-vis des soutiens « bourgeois » de l’Église et de ses œuvres sociales, il marie une fille du marquis en 1955, d’autant que celui-ci présidait la délégation parlementaire à la canonisation de Jeanne de France, fille du roi Louis XI, le 28 mai 1950 au Vatican, où il a été reçu par Pie XII, qui envoie sa bénédiction pontificale à ce mariage.

20 J.-P. Thomas, thèse citée.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 O. Todd, « Rencontres au pays des Chouans », France Observateur, 20 septembre 1962, p. 10.

24 La petite-fille d’un sénateur centriste de la Mayenne, élu en 1965, l’évoque le 15 janvier… 2012.

25 J.-P. Thomas, thèse citée.

26 Assurance vieillesse des salariés agricoles (mise en place 1951-1958) et des exploitants (1952), créations du budget annexe des prestations sociales agricoles et de l’action sanitaire et sociale (1960), puis de l’assurance-maladie (1961), des accidents du travail (1966) et de l’assurance obligatoire des exploitants agricoles (1972).

27 P. Vincent, Population, 1946/1, p. 159 et L. Le Guillant, Archives de médecine sociale, novembre 1945, p. 548.

28 JORF,Débats à l’Assemblée nationale, 20 et 31 mars, 3 avril 1946.

29 Celui-ci, à ne pas confondre avec son épouse, croisant fin mai à Rome des parlementaires ayant permis son retour en France, ne les salue même pas… d’un regard ! Bêtise ou morgue ? Celle-là est mère de celle-ci.

30 Cf. G. Richard, « La Loire-Inférieure sous la IVe République : un bastion de la droite “modérée” », in Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2000, vol. 107, no 4, p. 121-147.

31 JORF,Débats à l’Assemblée nationale, 9 mars 1954, p. 761-762 et Le Dauphiné Libéré, 10 mars 1954.

32 Sans négliger les influences d’un Léonce de Gibon et d’autres conseillers généraux ou maires, et des concordances, volens non volens. Ainsi d’Abel Durand (1879-1975), certes diminué par l’âge et son tempérament, mais président du Conseil général (1945-1970) et sénateur (1946-1965).

33 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 562.

34 Lettre du 12 février 1952 au général de Gaulle et du 18 janvier 1951 à Jacques Soustelle, président du groupe RPF à l’Assemblée nationale.

35 Une des quatre dérogeant au principe de l’étiquette RPF exclusive, elle obtient 37,1 %, plus que les 21,7 % nationaux, quand le PCF, premier parti de France, est encore à 25,9 %.

36 Lettre du 2 juillet 1951 à l’auteur.

37 Ce qui est une autre forme d’hommage à un Résistant, le Général ne se rendant jamais au domicile de quelqu’un qui ne le fut pas, a précisé Pierre Lefranc à Gilles Richard.

38 À la demande de Michel Debré, commissaire de la République à Angers (témoignage à l’auteur en 1979).

39 Château de la Desnerie sur les bords de l’Erdre au nord de Nantes (voir la photographie page suivante).

40 « Tout cela est touchant et montre le besoin qu’ont les hommes d’avoir quelqu’un à qui se raccrocher, quelqu’un à aimer et à admirer. […] Après les grands bouleversements et les grandes souffrances, on espère… Quoi ? On ne sait pas trop, mais on a besoin d’espérer… ! » (Lettre de Yolaine de La Chauvinière-Sesmaisons le 22 mai 1951).

41 « Les journaux n’en ont pas parlé heureusement, et ont écrit qu’aussitôt après la réunion à Nantes, le Général avait repris la route de Paris » (ibid.). Le fait montre à la fois la fiabilité de la presse, et l’orientation politique des quotidiens nantais qui ne veulent pas faire la promotion du député gaulliste un mois avant des élections, ce qui n’empêchera pas sa liste d’emporter la moitié des sièges du département.

42 Dit-il en 1978 à l’auteur qu’il prend en amitié.

43 J.-C. Colliard, Les Républicains Indépendants, Paris, PUF, 1971, p. 29.

44 O. Todd, « Rencontres… », art. cit., 20 septembre 1962.

45 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 65 et 97.

46 Adopté par 46,5 % des inscrits contre 28,7 %, soit une différence positive de 4 876 600 voix.

47 Ce parti perd 63 500 voix (64,4 %) en Loire-Atlantique par rapport à novembre 1958 (G. Richard, Le Centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962, ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, thèse, IEP de Paris, 1998, p. 831). Que le CNIP ait accordé l’investiture à un autre candidat n’empêche pas Olivier de Sesmaisons d’atteindre 48,8 % au 1er tour, dépassant 50 % dans six cantons sur dix, le difficile Loroux-Bottereau le créditant même de 67,9 %.

48 Député pendant 26 ans (mars 1967 à avril 1993), soit élu à sept reprises.

49 J.-P. Thomas, thèse citée, p. 110, 593 et 600.

50 Olivier de Sesmaisons est également le seul élu national du PRL de 1945 qui siégeait encore à l’Assemblée nationale en 1966.

51 G. Richard, thèse citée, p. 832.

52 Le Monde, 18 janvier 1967.

53 Raymond Mondon, député-maire de Metz, président du groupe RI à l’Assemblée nationale, Ouest-France, 20 janvier 1967.

54 André Bettencourt, Ouest-France, 20 janvier 1967. Ce quotidien n’était pas du tout supporteur du défunt.

55 J.-P. Thomas, « Olivier de Sesmaisons » [http://www.assemblee-nationale.fr].

56 Ouest-France, 20 janvier 1967.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 503k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Parlementaires du PRL
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Ig InterGroupe de 1951 avec 14 UDSR, 13 ex-MRP, 12 RI, 8 Rad. et 2 Paysans, dt Bardoux = 79 dé. (Richard, Thomas, cit.)• Hors décès et passages au Ceil de la République ou au Sénat, la durée moyenne d’un mandat à l’Alée nationale de 51 d. du PRL est, à partir de leur 1re élection sous la IVe RF, de 28 mois (d’autant que 13 dép. n’effectuent qu’une mandature).• Le nombre moyen de mandats nationaux. des élus nat. du PRL aux Parlements des IIIe, IVe et Ve RF ressort toutefois à 4, les extrêmes supérieurs atteignant 11, 12 et 13, la palme revenant à Raymond Marcellin en Morbihan (IVe & Ve RF).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115742/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540