Desktop versionMobile Version

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Conclusion. Quelques réflexions sur un échec

Gilles Le Béguec

Volltext

1Mes complices Sylvie Guillaume et Christine Manigand m’ont chargé de la tâche ingrate consistant à présenter les conclusions de ce colloque.

2Que soient d’abord chaleureusement remerciés les auteurs de ces communications riches de renseignements et d’éléments d’interprétation. Il fallait une certaine audace pour traiter d’un sujet dont les contempteurs d’une histoire politique classique iraient volontiers jusqu’à contester le plus petit intérêt.

3Le bilan de ces travaux tient en deux propositions assez simples. Le colloque a bien montré que le « moment PRL » était tout autre chose qu’une simple parenthèse dans l’histoire terriblement compliquée des tentatives destinées à doter les droites parlementaires d’un cadre commun d’action et d’un minimum d’organisation. Mais il n’infirme en rien l’idée, apparue très tôt, selon laquelle l’essai en question s’est soldé par un échec.

4Les développements qui suivent sont axés autour d’un ensemble de réflexions sur la nature et les conditions de cet échec. Tout en évitant de tomber dans le piège d’une entreprise de réhabilitation, que rien ne justifierait, elles visent simplement à apposer quelques retouches à un tableau ressemblant parfois trop à un portrait à charge.

Une victime du RPF ?

5Il est difficile d’apporter une réponse satisfaisante à la question qui éclipse toutes les autres : l’échec du PRL est-il lié au premier chef à une cause extérieure, c’est-à-dire à l’essor du Rassemblement gaulliste qui a vidé d’une partie de sa substance, et privé de quelques-unes de ses raisons d’être, le Quatrième Parti ?

  • 1 Si l’on se fie au témoignage de Claude Guy, le général de Gaulle pariait plutôt sur un succès du P (...)

6Les premiers pas du PRL avaient été observés avec une certaine bienveillance par le général de Gaulle et certains commentateurs ont pu un moment se poser la question de savoir si la formation née au cours de l’hiver 1945-1946 n’était pas destinée à devenir un nouveau « parti de la fidélité1 ». Mais dès l’été et le début de l’automne 1946, la concurrence de l’Union gaulliste de René Capitant avait jeté un élément de trouble et provoqué de nombreuses difficultés, spécialement dans la perspective des élections générales du mois de novembre de la même année. À partir du printemps 1947 et de la création du RPF, les choses ont pris un tour infiniment plus sérieux, le Rassemblement exerçant un puissant pouvoir d’attraction sur une partie importante des élus, des cadres et des adhérents du PRL. Certes, les notables du PRL ont su parfois tirer parti des facilités offertes par la double appartenance avec un réel bonheur. Mais les inconvénients l’emporteront vite sur les avantages dès que les circonstances imposeront au Général la nécessité d’inscrire l’action du Rassemblement dans la durée. On peut approximativement dater le tournant du mois de septembre 1948, c’est-à-dire de la décision d’Edmond Barrachin de quitter la direction du Bureau politique du PRL et de donner, de facto, la priorité à un engagement au sein du RPF.

  • 2 Louis Jacquinot a donné son adhésion au groupe PRL après la constitution officielle du groupe et a (...)

7Mais les facteurs de nature interne ont joué dans une proportion au moins égale. En réalité, tout s’est passé comme si la concurrence du RPF avait contribué à la déstabilisation d’une organisation en voie d’affaiblissement. Les premières manifestations du désenchantement datent de l’été 1946, c’est-à-dire des lendemains de l’échec, pourtant très relatif, subi lors des élections à la seconde Assemblée constituante, un certain nombre de notabilités ralliées du bout des lèvres – Louis Jacquinot, par exemple – prenant alors leurs distances2. En septembre 1946, le congrès national du PRL est le théâtre d’un affrontement entre les partisans d’une stratégie d’opposition sans concessions au gouvernement tripartite (tendance Mutter) et les avocats d’une politique plus ouverte à des solutions de compromis (tendance Ramarony), la ligne de clivage étant loin de correspondre à celle qui devait bientôt séparer les « gaullistes » et les « non gaullistes ». Dès la fin de l’année 1946, la machine donne plusieurs signes d’essoufflement, une série de petits journaux départementaux cessant alors de paraître. L’année 1947 sera marquée par une vague de ruptures ou de retraits sur l’Aventin, pour des raisons d’ordre politico-idéologique (André Mutter), pour des raisons d’ambition personnelle contrariée (Jules Ramarony ou Hélène de Suzannet) ou, plus subtilement, en raison de la prise de conscience de graves dysfonctionnements (Georges Riond, démissionnaire de ses responsabilités de délégué à la propagande). Dans la plupart de ces cas, la question des relations avec le RPF a occupé une place tout à fait secondaire.

Des moments, des choix et des enjeux

8La formule d’organisation choisie, de propos plus ou moins délibérés, par les animateurs du PRL était-elle la formule la mieux adaptée aux traditions, aux besoins et aux intérêts bien compris de la famille modérée ? La réponse à cet ensemble de questions est en règle générale négative. Notre appréciation est un peu plus nuancée

9Derrière ces jugements critiques, il est assez facile de repérer l’idée, formulée de manière plus ou moins explicite, selon laquelle le Centre national des républicains indépendants (futur Centre national des indépendants et paysans) a réussi là où le PRL a échoué, le schéma tout en souplesse de ce CNI première manière ayant été censé avoir beaucoup mieux correspondu à ces traditions, besoins et intérêts, que le schéma d’organisation partidaire trop rigide du Quatrième Parti. Mais une objection majeure vient aussitôt à l’esprit : 1948-1949 n’était pas 1945-1946, ce qui veut dire que l’exercice de comparaison est largement vide de sens à partir du moment où il ne prend pas pleinement en compte le poids de la conjoncture politique générale.

10En y regardant de plus près, on finit par s’apercevoir que l’examen du problème renvoie à deux réalités bien distinctes.

11En premier lieu, la droite « émiettée » et désorientée de la période de l’immédiat après-guerre avait un urgent besoin de retrouver ses marques, de réaffirmer une présence dans un jeu politique national transformé en profondeur, et de retrouver les chemins de la confiance perdue de larges secteurs de son électorat traditionnel. Le PRL a donc dû faire face à des refus auxquels le CNI n’a pas été confronté au même titre. En 1946, les « grands » du Tripartisme pouvaient très bien se passer du concours d’une droite républicaine sur laquelle pesait le soupçon d’un vieux fond de complaisance à l’égard du régime de Vichy. En 1949, les modérés du CNI, les ex-PRL et les PRL ralliés à la ligne stratégique du CNI sont devenus des partenaires incontournables au sein d’une coalition de « Troisième Force », des partenaires avec lesquels la SFIO et le MRP doivent bon gré mal gré composer pour faire barrage au RPF gaulliste. En 1946, le MRP apparaissait, à tort ou à raison, comme étant en passe de réaliser une OPA sur le gros des troupes du monde conservateur, dans sa composante catholique plus particulièrement. En 1949, il n’en est plus rien, bien au contraire : placé sur la défensive, le MRP a désormais tout intérêt à rechercher des terrains d’accord avec une droite modérée décidée à résister à l’attraction du RPF. Le cas du département de la Loire – dans lequel Georges Bidault, président du MRP et Antoine Pinay feront liste commune en 1951 – est exemplaire à cet égard.

12Ces points étant rappelés, on comprend mieux pourquoi le PRL n’avait sans doute pas les moyens de choisir la formule adoptée par Roger Duchet et le CNI des années 1949-1955, c’est-à-dire la formule en apparence peu contraignante d’un réseau d’élus épaulé par un appareil central faiblement étoffé. En 1945-1946, l’hostilité, parfois violente, des grands du Tripartisme poussait inexorablement les fondateurs du PRL à tenir un discours de mobilisation et de combat, dont le modèle du parti de militants discipliné et solidement structuré pouvait à bon droit apparaître alors comme le corollaire naturel. L’ambition ainsi affichée présentait d’ailleurs de multiples avantages, dont on a trop souvent tendance à minimiser l’importance, au premier rang desquels celui de faciliter le renouvellement des équipes, la reconstitution d’un tissu de cadres politiques à l’échelon local et départemental, le processus d’« amalgame », au sens militaire du terme, entre les héritiers du centre droit et les héritiers d’une droite plus avide d’action. Ce n’est pas un hasard si le PRL a ainsi fourni aux modérés, sur toute une génération, une très grande partie de leurs élus et de leurs responsables dans quelques-unes des régions les plus urbanisées du pays : la Seine, la Seine-et-Oise, les Bouches-du-Rhône, la Meurthe-et-Moselle, le Rhône – département qui a vu s’épanouir un véritable patriotisme PRL – et, même si les choses ont été ici placées sous le signe d’une certaine ambiguïté, la Gironde. Il y aura lieu de revenir sur cet aspect des choses.

  • 3 Tout en gardant en réserve la carte de candidatures autonomes. Le cas du département de la Vendée (...)
  • 4 Quelques précieuses indications à ce sujet dans le mémoire rédigé sous la direction de Serge Berst (...)

13En second lieu, la relative lourdeur de la machine politique mise en place en 1946 n’a nullement empêché une certaine souplesse (beaucoup de souplesse même, parfois !) dans la détermination des choix stratégiques et politiques. Par la force des choses, ou en particulier des contraintes découlant des règles du jeu électoral posé en 1945-1946, le PRL a constamment recherché des terrains d’entente avec d’autres forces politiques organisées. On ne reviendra pas ici sur la question des relations avec le RPF et sur la longue phase de coexistence (de 1947 à 1951) entre les purs PRL et les PRL-RPF (associés à la direction du groupe et du Parti jusqu’à l’extrême fin). Peut-être faut-il ajouter que les responsables du PRL ont su dans certaines circonstances tirer profit avec beaucoup de pragmatisme des facilités offertes par la double appartenance, en particulier à l’occasion des élections sénatoriales de 19483. Mais le PRL a su également jeter des ponts en direction du Rassemblement des gauches républicaines quand il l’a jugé opportun4. Il a été souvent question de l’appui décisif apporté à la candidature de François Mitterrand, alors plus ou moins au RGR, lors des élections législatives de l’automne 1946 dans le département de la Nièvre. Les deux consultations nationales de juin et de novembre 1946 ont donné lieu à bien des arrangements, qui étaient d’ailleurs tout à fait dans la manière du subtil Edmond Barrachin.

Un vivier de cadres et d’élus ?

14Il reste à dire un mot de la contribution du PRL au renouvellement du personnel politique, sur le plan parlementaire comme sur celui, beaucoup moins connu des équipes travaillant au sein des appareils des formations organisées.

  • 5 Cf. J. Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux 1958-1976, Rennes, PUR, 2 (...)

15Cette contribution s’est faite au bénéfice à la fois du Centre national des indépendants et paysans et des mouvements d’inspiration gaulliste5. On se bornera à évoquer ici le cas du CNIP.

16En se fondant sur les calculs auxquels nous avons nous-mêmes procédé, on peut estimer que le groupe des Indépendants paysans d’action sociale (« groupe Pinay », projection parlementaire du CNIP) de 1956-1958 comptait dans ses rangs un gros quart d’anciens du PRL, parmi lesquels deux nouveaux élus, Jacques Féron, ex-secrétaire général du Parti, et Philippe Vayron, ancien responsable des Jeunesses. Au fil des années, l’influence exercée par quelques-uns de ces parlementaires dotés d’une solide expérience a d’ailleurs eu tendance à se renforcer. En 1958, Henri Bergasse est porté à la présidence du groupe IPAS reconstitué. Trois ans plus tard, en octobre 1961, Edmond Barrachin, élu sénateur de la Seine quelques mois après son échec aux législatives de l’automne 1958, est choisi par ses collègues pour présider le groupe Républicain indépendant de la Haute Assemblée. Cette promotion lui vaudra de siéger au sein de la « Troïka » chargée de piloter le CNIP au lendemain de la rupture avec Roger Duchet et l’organisation que ce dernier avait fondée en 1948-1949.

17Un dernier point mérite d’être fortement souligné à ce propos. Les élus et les cadres politiques modérés passés par le PRL ont été, pour une proportion importante d’entre eux, les représentants des zones urbanisées, le cas des villes de Lyon, de Marseille, de Nancy, de Nantes et de Paris étant tout à fait révélateur à cet égard. Après sa rupture avec le RPF, Édouard Frédéric-Dupont a ainsi pris la présidence d’une Fédération des indépendants paysans et républicains nationaux de la Seine liée au CNIP. Le secrétariat général de cette puissante Fédération était dirigé par Maurice Dardelle, ancien délégué général du PRL. Comme on a eu l’occasion de le noter un peu plus haut, les deux sièges conquis par le CNIP lors des élections de 1956 dans le département de la Seine l’ont été par deux anciens membres de l’appareil du PRL, Jacques Féron et le jeune Philippe Vayron.

18Au sein d’une droite en quête de repères, le PRL n’a pas été un passage obligé, il s’en est fallu de beaucoup. Mais on aurait tort de négliger l’importance de sa contribution à la reconstruction et à la modernisation des droites parlementaires.

Anmerkungen

1 Si l’on se fie au témoignage de Claude Guy, le général de Gaulle pariait plutôt sur un succès du PRL à la suite des élections de juin 1946. Cf. C. Guy, En écoutant de Gaulle, Journal 1946-1949, Paris, 1996, p. 76.

2 Louis Jacquinot a donné son adhésion au groupe PRL après la constitution officielle du groupe et a rejoint les Républicains indépendants au lendemain des élections à la seconde Assemblée constituante. Le passage éclair peut s’expliquer par de simples raisons financières, la « caisse électorale » du PRL n’étant pas à négliger lors de la perspective de ces élections de juin 1946 !

3 Tout en gardant en réserve la carte de candidatures autonomes. Le cas du département de la Vendée est tout à fait instructif de ce point de vue.

4 Quelques précieuses indications à ce sujet dans le mémoire rédigé sous la direction de Serge Berstein par Ludovic Lopez. Cf. L. Lopez, Les rapports entre le radicalisme et le gaullisme de la Libération jusqu’à la création du Rassemblement du peuple français, IEP, Paris, 1995. Voir en particulier p. 137, une allusion à une déclaration faite par Michel Clemenceau au journal Le Monde le 12 janvier 1946.

5 Cf. J. Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux 1958-1976, Rennes, PUR, 2011.

Autor

Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Paris Ouest-La Défense. Président du Conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search