Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Le PRL, l’empire et sa défense

Frédéric Turpin

Texte intégral

1La naissance du Parti républicain de la liberté en décembre 1945 s’inscrit dans un contexte lourd d’incertitudes, celui de la Libération et de la reconstruction de la France. Il s’agit notamment de redonner à la France une Constitution et un nouveau régime politique qui soit en mesure de dépasser les vices structurels de la IIIe République. Ce nouveau cadre constitutionnel sur lequel l’unanimité des formations politiques n’est pas de mise ne concerne pas seulement la Métropole mais aussi ses prolongements outre-mer. À l’heure où l’empire a grandement contribué à la libération de la Métropole, il faut aux constituants donner une nouvelle place au sein de la République à des populations ultramarines qui n’entendent plus être considérées comme de simples sujets coloniaux. La tâche s’avère ardue voire impossible car il s’agit à la fois d’inventer un nouveau cadre institutionnel liant solidement la Métropole et ses colonies et tenir compte des nationalismes qui se développent de plus en plus violemment.

2L’empire s’invite ainsi dès les premiers pas du PRL dans sa réflexion programmatique et l’action de ses membres. Le nouveau parti brille rapidement par son souci de conserver à la France l’intégralité de ses droits et de ses avantages – en particulier économiques – sur l’empire. Toutefois, la question coloniale ne fait pas l’objet d’un véritable approfondissement doctrinal comme c’est par exemple le cas au Mouvement républicain populaire ou encore au Rassemblement du peuple français. Il est vrai que cette question, à l’exception des représentants outre-mer des Assemblées constituantes et de certains spécialistes métropolitains, demeure une affaire secondaire au regard des problèmes insolubles de la reconstruction, du ravitaillement ou de l’élaboration de la nouvelle Constitution. Le PRL n’en manifeste pas moins la volonté de bâtir solidement l’Union française et, rapidement, s’oppose à son délitement.

Bâtir solidement l’Union française

3Le PRL, dès sa naissance, se veut le défenseur de la « plus Grande France » au nom d’une conception traditionnelle de la puissance qui fait de l’empire colonial l’un de ses piliers. Bien que ne développant pas ou peu de réflexions programmatiques sur la question coloniale, il entend surtout maintenir solidement attachés à la République française les territoires d’outre-mer. D’autant plus qu’ils ont contribué massivement au retour de la France dans le camp des vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Le poids de l’humiliation de 1940 et l’abaissement de la France à la Libération poussent également les hommes du PRL au refus de toute concession pouvant conduire à la dislocation de l’empire. Les professions de foi des candidats PRL à la seconde Assemblée constituante attestent un manque évident d’imagination dans le « domaine colonial » ou la « politique impériale », les deux expressions étant employées indistinctement.

  • 1 Profession de foi du groupe PRL à la première Assemblée constituante, repris à la seconde (Archive (...)
  • 2 L’Année politique 1944-1945, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1946, p. 75-76.
  • 3 « Deux meetings en Algérie » (CHSP, RG 3).
  • 4 L’Année politique 1946, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1947, p. 80-81.
  • 5 P. Isoart, « L’élaboration de la Constitution de l’Union française : les assemblées constituantes (...)
  • 6 Profession de foi de la liste PRL conduite par Michel Clemenceau dans le département de Seine-et-M (...)

4Le PRL fait donc preuve lors des travaux des première et seconde Assemblées constituantes d’un conservatisme certain puisqu’il s’agit, pour lui, comme il ne cesse de le clamer, « que la souveraineté française soit maintenue sans contestation et sans équivoque sur tous les territoires de la France d’outre-mer1 ». Lors de la première Constituante, il prend en ce sens position contre la loi électorale adoptée qui prévoit le collègue unique dans les TOM2. Le 31 mars 1946, à Alger, lors d’un meeting présidé par André Mutter et le général Aumeran, le PRL prend également position contre l’application du collège unique en Algérie car « il réaliserait définitivement l’écrasement des Français sur le plan électoral3 ». Il s’oppose ensuite globalement à l’ensemble du projet de Constitution de la majorité socialo-communiste qu’il juge dangereux4. Au cours de la seconde Constituante, tant en séance plénière que lors des travaux des commissions de la Constitution et des Territoires d’outre-mer, les élus PRL – en particulier Robert Bétolaud, se distinguent par leur souci de s’opposer systématiquement aux textes et amendements allant dans le sens de la dissociation. Ils appuient pleinement la reprise en mains du dossier par le président du Conseil, le MRP Georges Bidault, qui impose, contre la majorité socialo-communiste de la Commission des Territoires d’outre-mer, une rédaction moins « ouverte » des textes institutionnels relatif à l’Union française à partir de son projet5. Au fond, le PRL paraît adhérer à une organisation constitutionnelle de l’Union française qui soit vaguement fédérative tout en laissant à la France la direction incontestée de l’ensemble. Il s’oppose « à toute mesure politique qui aboutirait à faire régler les affaires de la métropole par une majorité coloniale6 ». Le titre VIII (« De l’Union française ») de la Constitution de la IVe République répond pour une part à ses attentes. L’essentiel est donc sauf et ce malgré quelques concessions à l’esprit du temps.

  • 7 Profession de foi du groupe PRL, op. cit.
  • 8 Profession de foi de la liste PRL conduite par Louis Rollin dans le 1er secteur de la Seine, scrut (...)
  • 9 Interpellation du 21 février 1946 rapportée dans L’activité parlementaire du PRL, 5 février-2 mars (...)
  • 10 Profession de foi du groupe PRL, op. cit.
  • 11 Bulletin des commissions, seconde Assemblée constituante, 17 juillet 1946, p. 41-42.

5Si le PRL manifeste une farouche volonté de maintenir l’empire, il n’en nourrit pas moins une vision évolutive des liens Métropole – territoires d’outre-mer. Il entend en ce sens « favoriser l’évolution raisonnée et progressive des indigènes par une amélioration croissante des conditions sociales et économiques7 ». Toutefois cette « évolution matérielle et morale des populations indigènes » est mise en avant dans les professions de foi des candidats PRL lors du scrutin du 2 juin 1946 comme une mesure « pour la défense de notre empire8 ». Ce terme d’« évolution » paraît donc plus emprunté au vocabulaire obligé de la Libération que constituer un véritable programme en soi. En fait, l’évolution politique des populations ultramarines ne doit pas se concevoir en dehors de la République française. Toute mesure allant dans le sens de la dissociation des deux entités est condamnée comme par exemple la création, fin décembre 1945 du franc CFA qui, selon Joseph Lefaucheux, crée « la dualité de la monnaie métropolitaine et coloniale9 ». Le PRL entend donc faire bien comprendre aux Français « que la France et l’Empire représentent une population de 110 millions d’habitants10 », même si tous ne sont pas au même stade de développement et que, par conséquent, ils ne disposent pas des mêmes droits politiques. Lors de la première réunion de la Commission des Territoires d’outre-mer de la seconde Assemblée constituante, le 17 juillet 1946, les députés PRL réclament, de manière significative, « une nouvelle étude de la question des libertés et des droits reconnus aux populations autochtones par la précédente assemblée constituante11 ».

  • 12 J. Laniel, Jours de gloire et jours cruels. 1908-1958, Paris, Presses de la Cité, 1971, p. 141.
  • 13 Programme du PRL : « Sauver l’économie française », 1946 (Centre historique des archives nationale (...)

6Au sein du PRL, la référence systématique à l’empire comme élément constitutif vital de la France reste en fait surtout l’apanage de quelques individualités représentant l’outre-mer – tout particulièrement les parlementaires d’Algérie comme le général Aumeran – ou qui sont liées à des secteurs d’activités y ayant des intérêts ; les deux catégories se rejoignant le plus souvent. Pour la grande majorité des autres, la question coloniale, au-delà d’une vision tenant probablement plus du conformisme intellectuel que d’une analyse profondément réfléchie, demeure un sujet accessoire dans leurs prises de position. Le discours de fond du PRL sur la défense des « libertés », tout particulièrement économiques et sociales, trouve ainsi des résonances ultramarines. C’est peut-être finalement dans le programme économique que le PRL manifeste le plus une spécificité toute relative de son discours colonial. Ainsi, outre-mer comme en métropole, il s’agit de « modérer les instincts dirigistes et étatistes de la majorité12 ». Le programme du PRL de 1946 se propose en ce sens de mettre en valeur l’Union française tout d’abord par « l’amélioration du sort des populations indigènes », ce qui passe par « le développement des cultures vivrières », le « progrès de l’hygiène sociale » et « le développement de l’instruction ». L’Union doit toutefois continuer à fournir à la Métropole les matières premières lui faisant défaut et les débouchés nécessaires à l’industrie métropolitaine des biens de production, ce qui n’exclut pas « le développement de l’industrie locale demandé par les colons et les indigènes13 ».

Contre le « bradage » de l’Union française

7Les débats constitutionnels de 1946 autour de la future Union française ont eu pour toile de fond l’explosion des premières crises de la décolonisation tant en Algérie, avec les événements de Sétif et ses suites, qu’en Indochine avec le difficile retour de la France sur place. La multiplication de ces crises, marquées de plus en plus du sceau de la guerre froide, ne fait que confirmer ces premières prises de position conservatrices en les associant de plus en plus étroitement à l’anticommunisme qui, à partir de la rupture de 1947, retrouve pleinement sa place dans l’argumentaire de la droite modérée et du PRL tout particulièrement. Ce refus du « bradage » de l’Union française ne donne toutefois pas lieu au PRL, comme c’est le cas au MRP et au RPF, à une réflexion doctrinale très structurée. L’Indochine constitue chronologiquement le premier champ d’application du conservatisme ultramarin du PRL.

  • 14 Note de la direction des Renseignements généraux, Paris, 23 juillet 1946 (CHAN, F1a 4731).

8En effet, avant même que l’Union française ait pu voir le jour, le PRL critique les négociations franco-vietnamiennes engagées imprudemment à Fontainebleau au cours de l’été 1946. Motif : il s’agit ne pas créer un fâcheux précédent avant même que le texte constitutionnel relatif à l’Union n’ait été rédigé et approuvé par les Français. Le président du groupe parlementaire, Jules Ramarony, répond favorablement à un télégramme cosigné par 3 000 Français de Saigon se plaignant des attentats les visant et formant le vœu que la souveraineté française y fût pleinement rétablie14. La demande d’interpellation déposée par André Mutter, au nom du groupe, est cependant rejetée par l’Assemblée.

9Les commentaires du PRL recueillis par les RG à la suite des « incidents » d’Haiphong de novembre 1946 reflètent parfaitement leur crainte quant à l’évolution d’un dossier qui risque de conditionner le sort de toute l’Union française :

  • 15 Note des RG, Paris, 27 novembre 1946 (CHAN, F1a 4731).

« On déclare notamment que la faiblesse du gouvernement à l’égard des “mercenaires vietnamiens” est criminelle, tant au point de vue du prestige que de la sauvegarde des intérêts français. On souhaite “que le prochain cabinet” ne se laisse pas mener par la horde bolchévique qui est en train de “ruiner la France”, et on espère que le plus possible de forces disponibles seront envoyées en Indochine pour venger les morts français15. »

  • 16 Note des RG, Paris, 27 décembre 1946 (CHAN, F1a 4732).
  • 17 Note des RG, Paris, 26 décembre 1946 (CHAN, F1a 4732).

10La tentative de coup de force du Viet-Minh, lancée le 19 décembre 1946, sonne comme un avertissement pour un PRL qui dénonce sans relâche « la néfaste politique d’abandon qui a été celle du gouvernement depuis le départ du général de Gaulle ». Ils s’en prennent tout particulièrement au PCF, qui siège encore au gouvernement, qui a « permis la grotesque mascarade d’un chef de bande reçu [Hô Chi Minh] avec les honneurs dus à un président de gouvernement étranger ». Les hésitations du président du Conseil Léon Blum – qualifié pour la circonstance de « vieil esthète fatigué » – soulèvent de « violentes protestations16 ». Surtout, à travers le cas indochinois, les élus du PRL craignent la contagion possible en Afrique du Nord « où les chefs indigènes n’attendent qu’un signe de faiblesse dans la politique coloniale française pour déclencher un soulèvement général des peuples arabes17 ».

  • 18 Note des RG, Paris, 31 mars 1947 (CHAN, F1a 4738).
  • 19 Note des RG, Paris, 12 mars 1947 (CHAN, F1a 4738).
  • 20 Journal officiel de la République française, débats parlementaires de l’Assemblée nationale, 6 et (...)
  • 21 JOAN, 1er août 1947 et JOCR, 7 août 1947.
  • 22 L’Année politique 1947, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1948, p. 148-149.

11Au cours de l’année 1947, le PRL est particulièrement actif dans la défense et illustration de l’Union française. Il est vrai que celle-ci paraît risquer de sombrer à tout moment sous les coups de graves crises. Sur le problème indochinois, le PRL en est réduit à condamner le rappel du haut-commissaire de France en Indochine, le très gaulliste amiral Georges Thierry d’Argenlieu, qu’il juge comme un « gage donné à Hô Chi Minh et aux communistes ». Il se déclare alors « plus que jamais hostile à toute négociation [avec le Viet-Minh] et partisan de la lutte jusqu’à la pacification complète des territoires de l’Union18 ». L’hostilité ouverte avec le PRL et le PCF conduit même, le 12 mars, lors du débat sur l’Indochine au Palais-Bourbon, à un pugilat entre le communiste Garcia et le PRL Pierre André19. Parallèlement, l’insurrection malgache ne fait que renforcer leurs craintes et pousse encore un peu plus à la radicalisation des comportements. Le PRL, notamment par la voix de Pierre July, les 6 et 9 mai20, prend une nouvelle fois la défense de l’œuvre française et des colons de la Grande Île. Pierre July s’en prend non seulement aux députés malgaches qui siègent à l’Assemblée nationale et qu’il accuse de trahison ainsi qu’à la politique coupable du gouvernement. Il conclut, au nom du groupe, en appelant le gouvernement à faire « preuve d’autorité » et à « frapper les organisateurs du complot ». Tant les parlementaires PRL de l’Assemblée nationale que du Conseil de la République votent la levée de l’immunité parlementaire de deux députés et de deux conseillers de la République malgaches21. Enfin, le PRL brille une nouvelle fois par son conservatisme sur la question du nouveau statut de l’Algérie où le parti est bien implanté et dispose de solides appuis notamment parmi les grands colons. Les élus du PRL luttent pour empêcher un texte trop « libéral » qui pourrait donner trop de place aux Amis du Manifeste et à tous les nationalistes algériens. Le 10 août, lors de la séance de la Commission de l’Intérieur qui vient d’adopter le projet socialiste de nouveau statut, le PRL – qui s’y oppose – va jusqu’à soumettre une objection de principe contestant que l’Assemblée nationale ait le droit de modifier le statut de départements qui font partie intégrante de la République française22.

  • 23 JOAN, 21 mai 1949, intervention d’Édouard Frédéric-Dupont.
  • 24 JOAN, 23 mai 1949.
  • 25 L’Époque, 28 février 1949 : « Le Conseil national du PRL ». L’Année politique 1949, Paris, PUF, 19 (...)
  • 26 Le PRL a eu raison, publication du PRL, chapitre xviii « Mise en garde du PRL contre les dangers q (...)

12Au cours des années suivantes, le PRL se distingue par son refus systématique de toute concession allant dans le sens du « bradage » de l’Union française. De concert avec le RPF du général de Gaulle, ils s’opposent catégoriquement au changement de statut de la Cochinchine qui, de colonie française – un territoire faisant partie intégrante de la République française – deviendrait une partie du nouvel État vietnamien sous la direction de l’ex-empereur Bao Daï. Le 21 mai, Adolphe Aumeran et Édouard Frédéric-Dupont critiquent en termes très vifs la politique gouvernementale qu’ils assimilent à « une atteinte aux contours de la République française. Ce traité est un précédent redoutable et un abandon sans contrepartie23 ». Le 23 mai, parlementaires PRL et gaullistes se retrouvent ensemble pour voter contre le projet gouvernemental de transfert de la Cochinchine24. À l’heure où le parti paraît de plus en plus se diviser sur les alliances politiques à nouer, entre ceux qui préconisent le soutien au gouvernement et sont réservés envers le RPF (comme Robert Bétolaud) et ceux qui se prononcent en faveur d’un rapprochement avec le RPF (comme Édouard Frédéric-Dupont), la défense de l’Union française demeure assurément un thème rassembleur. Le Conseil national du PRL des 26 et 27 février 1949 se retrouve ainsi unanime pour « adresser, en terminant, l’expression de son admiration et de sa solidarité à tous ceux qui militent pour sauvegarder le rayonnement de la patrie commune dans les territoires d’outre-mer, associés à la gloire de la France civilisatrice, et notamment en Indochine25 ». D’ailleurs le ministre des Anciens combattants, le PRL Robert Bétolaud, en accueillant à Toulon, en février 1949, les corps de soldats français tués en Indochine, rappelle solennellement que « ce n’est pas en vain que depuis tant de mois les meilleurs fils de France font le sacrifice de leur vie pour que l’Indochine conserve sa place au sein de l’Union française26 ».

  • 27 L’Année politique 1950, Paris, PUF, 1951, p. 204-205.
  • 28 L’Année politique 1950, p. 229.

13Toutefois, la question de la participation au gouvernement et du choix des alliances (Troisième Force ou RPF) trouve progressivement au cours de l’année 1950 sa traduction en matière ultramarine. En effet, à la suite du désastre de la Route Coloniale no 4 en octobre 1950, 8 PRL conduits par Édouard Frédéric-Dupont – qui incrimine la responsabilité du gouvernement et fait le procès de la politique suivie en Indochine – se prononcent contre le projet d’ordre du jour gouvernemental sur l’Indochine27. Au retour de la mission d’inspection du général Juin, le général Aumeran et Édouard Frédéric-Dupont accusent le gouvernement de mener une politique qui conduit à l’indépendance pure et simple du Vietnam. Le 29 novembre, la majorité du groupe PRL s’abstient volontairement lors du scrutin sur le projet d’ordre du jour gouvernemental sur l’Indochine28. Après les élections législatives de juin 1951 qui consacrent la disparition du PRL, il n’est pas surprenant de voir une partie de ses anciens parlementaires passer au RPF au sein duquel le programme ultramarin constitue un point commun depuis des années, Édouard Frédéric-Dupont devient d’ailleurs l’un des orateurs du Rassemblement pour ces questions.

*

14Tout au long de sa courte existence, le PRL a manifesté en matière outre-mer une véritable continuité de vue qui se caractérise fondamentalement par son conservatisme et son refus de toute concession pouvant conduire à la dislocation d’une Union française conçue comme une partie intégrante de la République française et de sa puissance. Cependant, à la différence des autres partis politiques du centre et de la droite, il n’a jamais pris la peine de développer une véritable doctrine de l’Union se contentant, pour l’essentiel, d’un discours justifiant les actions de maintien du statu quo.

Notes

1 Profession de foi du groupe PRL à la première Assemblée constituante, repris à la seconde (Archives de l’Assemblée nationale) ainsi que dans la brochure – programme du PRL de 1946 « Si vous êtes… vous êtes pour le quatrième grand parti le PRL », CHSP, papiers Rémy-Granger, RG 3.

2 L’Année politique 1944-1945, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1946, p. 75-76.

3 « Deux meetings en Algérie » (CHSP, RG 3).

4 L’Année politique 1946, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1947, p. 80-81.

5 P. Isoart, « L’élaboration de la Constitution de l’Union française : les assemblées constituantes et le problème colonial », dans IHTP-CNRS, Les chemins de la décolonisation de l’Empire français. 1936-1956, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 28-29. Voir également les interventions de Robert Bétolaud et de Jules Ramarony dans le débat sur le projet gouvernemental relatif à l’Union française (Journal officiel de la République française, débats parlementaires, 20 et 21 septembre 1946).

6 Profession de foi de la liste PRL conduite par Michel Clemenceau dans le département de Seine-et-Marne, scrutin du 2 juin 1946 (archives de l’Assemblée nationale).

7 Profession de foi du groupe PRL, op. cit.

8 Profession de foi de la liste PRL conduite par Louis Rollin dans le 1er secteur de la Seine, scrutin du 2 juin 1946 (archives de l’Assemblée nationale).

9 Interpellation du 21 février 1946 rapportée dans L’activité parlementaire du PRL, 5 février-2 mars 1946 (CHSP, RG 3).

10 Profession de foi du groupe PRL, op. cit.

11 Bulletin des commissions, seconde Assemblée constituante, 17 juillet 1946, p. 41-42.

12 J. Laniel, Jours de gloire et jours cruels. 1908-1958, Paris, Presses de la Cité, 1971, p. 141.

13 Programme du PRL : « Sauver l’économie française », 1946 (Centre historique des archives nationales, fonds Paul Reynaud, 74AP30).

14 Note de la direction des Renseignements généraux, Paris, 23 juillet 1946 (CHAN, F1a 4731).

15 Note des RG, Paris, 27 novembre 1946 (CHAN, F1a 4731).

16 Note des RG, Paris, 27 décembre 1946 (CHAN, F1a 4732).

17 Note des RG, Paris, 26 décembre 1946 (CHAN, F1a 4732).

18 Note des RG, Paris, 31 mars 1947 (CHAN, F1a 4738).

19 Note des RG, Paris, 12 mars 1947 (CHAN, F1a 4738).

20 Journal officiel de la République française, débats parlementaires de l’Assemblée nationale, 6 et 9 mai 1947.

21 JOAN, 1er août 1947 et JOCR, 7 août 1947.

22 L’Année politique 1947, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1948, p. 148-149.

23 JOAN, 21 mai 1949, intervention d’Édouard Frédéric-Dupont.

24 JOAN, 23 mai 1949.

25 L’Époque, 28 février 1949 : « Le Conseil national du PRL ». L’Année politique 1949, Paris, PUF, 1950, p. 29.

26 Le PRL a eu raison, publication du PRL, chapitre xviii « Mise en garde du PRL contre les dangers qui menacent l’Union française », p. 180 (CHSP, RG 3).

27 L’Année politique 1950, Paris, PUF, 1951, p. 204-205.

28 L’Année politique 1950, p. 229.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540