Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Le PRL et les problèmes de politique extérieure

Anne Dulphy et Christine Manigand

Texte intégral

  • 1 « Le PRL pose l’éternel problème des définitions. On le qualifie plus souvent par le mot “droite” (...)

1D’emblée le constat s’impose. Il est vraiment difficile de discerner une conception spécifique du PRL en matière de politique étrangère. On peut répondre que ce parti politique emprunte au discours et au fonds commun de valeurs des partis de droite ou des partis modérés selon la place qu’on veut bien lui conférer sur l’échiquier politique de la France d’après 19451. Sans vouloir chercher à tout prix une quelconque originalité de ce parti dans ce domaine, que l’on ne trouvera pas, il faut bien avouer que l’intérêt pour ces questions semble moindre et que ni les déclarations programmatiques, ni les débats parlementaires ne brillent par des réflexions approfondies sur le système international – et sur la place de la France – qui fait basculer le monde dans le temps de la guerre froide. On peut, il est vrai, objecter qu’après tout, les débats de politique extérieure étaient rares sous la IVe République…

  • 2 Fondé en juillet 1945 par d’anciens membres du PSF pour perpétuer l’œuvre du colonel de La Rocque.

2L’impression qui prévaut est celle tout d’abord de la radicalité des positions, puis celle d’une vision défensive, d’une France qui ne cherche pas à renouer avec la puissance ou la grandeur d’antan, mais seulement à se défendre contre tous les ennemis qui la menacent : au premier rang desquels le communisme et l’URSS – ce qui exclut de facto tout encouragement à la politique suivie de pont entre l’Est et l’Ouest, puis la lutte contre la résurgence possible de la menace allemande qu’il faut éviter à tout prix. De cette perception aiguë de ces deux dangers, en tout cas identifiés comme tels, découle à la fois un atlantisme raisonné et une foi dans une Fédération européenne encore bien floue. La seule touche originale du PRL réside dans des discordances de temporalités : l’entrée en guerre froide est à la fois plus précoce et plus tardive que chez d’autres formations politiques. En effet, la lutte contre le tripartisme et contre le Parti communiste est avant-gardiste alors que les révisions imposées par le contexte international à la politique allemande de la France sont plus tardives… Cette vision défensive, pragmatique semble procéder d’un réel unanimisme, car on ne trouve pas dans les archives consultées de débat interne sur la politique extérieure que la France doit mener, comme cela est par exemple le cas au sein d’un parti similaire, véritable frère ennemi, celui de la Réconciliation française2.

  • 3 Issu d’une très ancienne famille franc-comtoise, Roland de Moustier fut élu député en octobre 1945 (...)

3En réalité, seule l’Espagne et le problème espagnol semblent avoir constitué un vrai théâtre original de réflexion mettant en perspective les interférences entre politique intérieure et politique extérieure. Les orateurs qui prennent le plus fréquemment la parole sur tous ces sujets sont Jules Ramarony, à la tête de la fédération girondine, André Mutter et Roland de Moustier. Ce dernier a par ailleurs poursuivi une carrière diplomatique bien après la disparition du PRL3.

Une politique étrangère de droite assortie d’emprunts disparates

4Si les grandes thématiques de politique étrangère s’apparentent dans les discours des orateurs du PRL à celles des autres partis de droite, indépendants ou encore parfois du MRP, le signe distinctif est celui du temps historique : le PRL est ainsi anticommuniste avant tous les autres et antiallemand après tout le monde ou presque… Ce qui est sûr, c’est qu’il ne cherche pas à se mettre au diapason des autres !

Une vision dominée par l’anticommunisme et la crainte de l’URSS

  • 4 Papiers Rémy Granger, Conseil national du PRL, 20 septembre 1947.
  • 5 Papiers Rémy Granger, règlement intérieur du 14 septembre 1946.
  • 6 Jean Legendre, député PRL d’Oise, Journal Officiel, Assemblée nationale (AN), séance du 24 novembr (...)

5Anticommuniste, le PRL l’est depuis sa création (décembre 1945). Il est vrai que pendant le temps qui suivit la démission du général de Gaulle (20 janvier 1946) jusqu’aux élections de juin 1946, il représenta le seul opposant réellement crédible au tripartisme. S’il fût rejoint au printemps 1947 par bien d’autres forces politiques dans cette attitude, il en revendiqua la primeur. Il s’« enorgueillit d’être le premier et longtemps le seul à condamner les extravagances du tripartisme4 ». Décidé depuis sa fondation à tout faire pour endiguer les menaces que le communisme faisait peser sur la République, le parti a inscrit en bonne place dans son règlement intérieur – outre la défense des institutions démocratiques et des libertés républicaines (liberté d’association, de réunion, de la presse, de l’enseignement, liberté syndicale), « l’opposition à toute tentative fasciste ou marxiste qu’il s’agisse de celle d’un homme, d’un parti ou d’une classe5 ». La nature même du communisme fait l’objet de peu de débats : confondu avec les méthodes du fascisme, il est en fait assimilé à lui sous l’appellation de « fascisme rouge », ou encore le « choléra stalinien » est-il comparé à la « peste hitlérienne6 ». L’irruption du RPF, en avril 1947, contribua évidemment à la crise d’identité qui taraudait le PRL puisqu’il perdit à partir de là sa position d’opposant le plus radical au danger communiste. De plus avec le déclenchement de la guerre froide et la mise à l’écart des communistes, le PRL fut rejoint dans son attitude par tous les partis de la Troisième Force qui n’avaient plus comme seul ciment que l’anticommunisme.

6Les deux versants du communisme, national et international, sont successivement abordés pour mieux les stigmatiser et s’en défendre. Tout d’abord son aspect sociétal en raison de tous les dangers que le PCF, totalement inféodé à Moscou, fait courir à la « civilisation », puis son aspect universaliste incarné par sa volonté hégémonique visant à la constitution d’un empire soviétique asservissant à tour de rôle les pays d’Europe de l’est.

  • 7 « Tout député communiste est tenu de se rappeler qu’il n’est pas un législateur cherchant un langa (...)
  • 8 Louis Rollin, Journal Officiel, AN, séance du17 novembre 1948.
  • 9 Signé en mars 1948, il liait la France, la Grande-Bretagne et les trois pays du Benelux et créait (...)
  • 10 Pierre Montel, Journal Officiel, AN, séance du 24 novembre 1948.
  • 11 Jean Legendre, Journal Officiel, AN, séance du 26 juin 1948.

7La première thématique, la plus présente en tout cas dans les débats parlementaires, a trait à la défense du pays et donc de la civilisation face à la menace conjointe du PC et de l’URSS. C’est justement en raison de son internationalisme que le PC n’est pas jugé comme « un parti comme les autres » tandis que le parlementaire communiste est lui aussi différent7. Si les débats idéologiques ne sont pas légion, en revanche les moyens d’action des communistes sont disséqués afin de démontrer leur caractère antidémocratique et leur but qui consiste à saper l’économie française de l’intérieur. Un débat se révèle symptomatique de ce climat : celui qui a lieu lors de la nouvelle vague de grèves déclenchées par le PC dans les houillères, à l’automne 1948, tandis qu’est présent dans les esprits le coup de Prague de février 1948 qui a fait basculer la Tchécoslovaquie dans le camp communiste et que le blocus de Berlin a débuté en juin de la même année. C’est, en effet, sur l’exemplarité de la situation tchécoslovaque que Louis Rollin, député PRL de la Seine, fait reposer son argumentaire lors de son interpellation de Jules Moch à l’Assemblée nationale le 17 novembre 1948 ; il explicite ainsi les menées communistes qui visent à troubler systématiquement l’ordre public : « Il s’agissait : primo de faire échec au Plan Marshall, et en conséquence à notre politique extérieure, plus spécialement à la constitution de l’union occidentale ; secundo, d’empêcher toute préparation militaire de la France ; enfin, d’assurer par des grèves la chute verticale de l’économie française, pour créer à Paris la situation de Prague8. » En un mot, la finalité était double, à la fois faire cesser l’aide américaine provenant du Plan Marshall et mettre fin à la constitution de l’Union occidentale – que Maurice Thorez appelait la « nouvelle sainte alliance de Bruxelles » – le coup de Prague ayant donné l’impulsion décisive à l’élargissement de l’alliance franco-britannique souhaité par Paris, et concrétisé par la signature du traité de Bruxelles9. Outre cette désorganisation programmée par les communistes de la production française, où l’on retrouve la main du PC, parti de l’étranger, Pierre Montel, député PRL du Rhône, se chargea de dénoncer la désorganisation de l’armée française perpétrée par les communistes avec les mêmes visées ; un vaste plan d’affaiblissement de la France et de la défense occidentale qu’il conviendrait de relier au discours sur la nécessaire défense de l’Indochine et de l’Empire : « Je demande au gouvernement de vouloir bien, dans l’ensemble du complot qui nous est présenté, tenir compte de ces aspects relatifs à l’atteinte portée à notre défense nationale, et j’ajoute, à la défense nationale occidentale. J’ai bien dit à la défense, et non : à l’offensive10. » Dans la même veine, Jean Legendre, député PRL de l’Oise, quelques mois auparavant, avait dénoncé l’œuvre néfaste de propagande menée par le PC et la CGT dans les usines nationalisées et le sabotage des usines d’aviation qui avait été encouragé par Charles Tillon lorsqu’il était ministre de l’Air : « Certes, on peut dire que la CGT a fait des adeptes, qu’on a employé certains moyens de persuasion comme ceux qu’on emploie de l’autre côté du rideau de fer et dont les hommes comme Bénès ou Masaryk connaissent l’efficacité11. »

  • 12 Hélène de Suzannet, 16 janvier 1946, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.
  • 13 Jules Ramarony, Trois mois d’opposition constructive (novembre 1945-janvier 1946), CHSP, fonds Edm (...)
  • 14 Robert Bétolaud, ibid.

8Ce fil rouge anticommuniste posé comme postulat dès la création du PRL fournit évidemment la grille de lecture nécessaire à l’appréciation de la politique étrangère menée par la France. Si la politique du général de Gaulle est condamnée sans appel, « politique de fausse grandeur », de même que celle menée pendant la période du tripartisme qui ne vit pas d’inflexion décisive par rapport à la période antérieure, il faut tenir compte d’une posture d’opposant plus virtuelle que réelle dans les propos tenus par les orateurs du PRL. Ainsi, lors du débat de politique extérieure à l’Assemblée qui se termine, le 16 janvier 1946, par l’abstention du groupe d’Unité républicaine, Jules Ramarony, président du groupe parlementaire et André Mutter, député de l’Aube, dénoncent-ils l’illusoire politique française d’équilibre entre l’Est et l’Ouest et de s’interroger sur le bien-fondé du traité bilatéral d’alliance et d’assistance mutuelle signé à Moscou par le général de Gaulle en décembre 1944. Sans demander une dénonciation de cet accord, les orateurs en appellent à d’indispensables correctifs : d’une part un soutien aux pays d’Europe orientale (Hélène de Suzannet, représentante de la Vendée, met l’accent sur la « malheureuse Pologne » en butte au « totalitarisme soviétique12 »), et d’autre part la question d’un indispensable resserrement des liens avec la Grande-Bretagne : « Les accords franco-russes doivent être immédiatement complétés par des accords avec l’Angleterre, pays dont la culture et la civilisation se rapprochent intimement des nôtres et dont les intérêts – nous pensons qu’elle l’a définitivement compris – sont les mêmes que les nôtres13. » La pierre d’achoppement est bien la politique à l’égard de l’URSS qui fait dresser à Robert Bétolaud, député de la Seine, un tableau tragique de la position française : « Pourquoi tout cela ? Mais très simplement parce que personne ne prend plus notre défense aux conférences internationales : les Anglo-Saxons parce que nous avons voulu prendre le contre-pied de leur politique et les Russes parce que nous leur avons fait confiance, mais qu’eux n’ont pas confiance en nous14. » En réalité, la seule différence par rapport à la diplomatie gaullienne réside bien dans l’alliance avec l’URSS, car pour le reste, les objectifs sont les mêmes : une Entente cordiale avec l’Angleterre et l’opposition à la restauration d’un « Reich » allemand centralisé pour se prémunir de toute revanche.

Un syndrome allemand qui ne passe pas

9L’obsession allemande, présente au cœur de la diplomatie française, l’est aussi au cœur du PRL. Les débats sont ici encore plus sommaires : on ne trouve pas de réflexion sur le peuple allemand, la place que l’Allemagne peut tenir, mais uniquement sur le sort qu’il faut lui infliger pour éviter toute renaissance du danger.

  • 15 Jules Ramarony, ibid.
  • 16 Ibid.

10Il est vrai que la politique française à l’égard de l’Allemagne n’évolua que très lentement à partir du milieu de l’année 1948. Jusque-là Jules Ramarony, lors du premier débat de la Constituante du 15 janvier 1946 au nom du groupe d’Unité républicaine, exprima la pensée du parti sur la priorité sécuritaire qui devait être assignée à la politique vis-à-vis de l’Allemagne : « Il reste quatre-vingts millions de Germains et nous avons comme premier devoir d’assurer la sécurité de nos frontières […] Car, n’est-ce pas, nous en avons assez de faire connaissance sur notre territoire avec chaque génération germanique15. » L’orateur de réclamer de ce fait le démembrement de l’Allemagne : « Nous demandons une politique ferme pour que soit détaché de l’influence prussienne le territoire rhénan et que l’énorme arsenal de la Ruhr soit occupé et exploité de telle manière que nous puissions d’abord y puiser les réparations auxquelles nous avons droit, qu’il soit ensuite intégré dans un système économique des pays occidentaux de l’Europe16. » Mais les thèses défendues par le général de Gaulle, mais aussi pendant un certain temps par le MRP et la SFIO, se ramenaient elles aussi à une volonté de démembrement de l’Allemagne (division de la Rhénanie en États autonomes, détachement et internationalisation de la Ruhr) et de sa mise au ban de l’Europe. Lorsqu’en 1947, la grande alliance cède la place à la guerre froide, ces options ont dû subir sous la pression des Anglo-Saxons, soucieux de la transformation des trois zones d’occupation en un État structuré, des révisions importantes. La France doit progressivement accepter une entité politique capable d’endiguer le communisme dont elle avait jusque-là refusé le principe.

  • 17 Le PRL chemin de la liberté, Programme 1948, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.
  • 18 Pierre André, Journal Officiel, AN, séance du 12 mars 1948.
  • 19 Roland de Moustier, Journal Officiel, AN, séance du 12 juin 1948.

11Progressivement, à l’issue de la conférence de Moscou de mars-avril 1947, la France abandonna le démantèlement de l’Allemagne et se contenta de la Sarre détachée politiquement de l’Allemagne, rattachée économiquement et financièrement à la France. Dès le début de l’année 1948, l’embryon d’un gouvernement allemand et d’un Parlement allemand est posé, tandis que le PRL propose pour sa part « une Fédération d’États tenant largement compte des caractères particuliers de chacun17 », l’attribution de la Sarre à la France et la gestion du bassin rhénan-westphalien par un organisme de contrôle interallié. Alors que les recommandations de Londres, en juin 1948, établissent la fusion des trois zones, le principe d’aucun détachement politique, la nomination outre-Rhin d’une assemblée constituante et la création d’une Autorité internationale de la Ruhr, tout cela est vivement critiqué à l’Assemblée nationale par les représentants du PRL qui refusent d’accepter la création d’un État ouest-allemand souverain : Pierre André, député de Meurthe-et-Moselle et Roland de Moustier, député du Doubs, lors des débats s’en tiennent à leur position antérieure avec quelques variables d’ajustement : « Il faut détruire l’unité allemande » s’exclame Pierre André18 et Roland de Moustier sonne le glas de la politique de grandeur et de la volonté de faire de la France la grande puissance européenne en s’appuyant sur la faiblesse allemande. Il fustige à ce propos les abandons successifs à son égard et ne peut cautionner la reconstitution de l’unité allemande : « Nos amis anglo-saxons se rendent-ils compte qu’ils ouvrent la porte toute grande à un large mouvement nationaliste qui va déferler sur toute l’Allemagne et qui sera, nous en sommes persuadés, largement exploité dans l’Allemagne de l’est ? En tant que Français, instruits des leçons du passé, nous avons peine à donner notre adhésion à une politique si imprudente, qui ne s’inscrit pas même dans le cadre général du problème allemand19. »

  • 20 Le PRL, programme de 1948, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.
  • 21 Georges Riond, 9 juin 1949, ibid.

12La place du futur État allemand dans la Fédération européenne que le PRL invite de ses souhaits ne fait évidemment l’objet d’aucun débat. Très peu de précision transparaît quant à cette organisation européenne à l’exception d’une déclaration de principe : « Dans le même ordre d’idées, le PRL est favorable à la formation d’une fédération européenne, à condition qu’aucune puissance n’y ait la prédominance20. » La vocation économique de cette structure semble manifeste, mais le terme de fédération souvent utilisé dans ces années-là ne préjuge d’aucune réalité de ce type. Enfin, la création, le 5 mars 1949, du Conseil de l’Europe semble, aux yeux du PRL, soulever l’enthousiasme au nom du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales qui lui sont chères : « Le Conseil de l’Europe est un espoir. Il n’est peut-être que l’espoir d’un espoir. Nos contemporains, encore abasourdis par la guerre, méritent qu’on le souligne à leurs yeux. Quelles que soient leurs déceptions, quelles que soient les perversions, quelles que soient les incertitudes de l’avenir ou du passé, l’idée européenne représente un de ces carrefours où nous pouvons convier nos contemporains21. »

Prôner le réalisme face à l’Espagne franquiste

  • 22 On trouvera ci-dessous les noms des élus qui ont appartenu au PRL – durablement ou non – et sont i (...)

13Si un volet entier de cette étude peut être consacré à la question espagnole, c’est qu’elle fait exception dans un tableau d’ensemble marqué par l’indifférence pour les enjeux extérieurs. L’inventaire systématique de tous les actes parlementaires sur le sujet émanant de l’Unité républicaine (UR) puis du PRL, qu’ils aient eu lieu à l’Assemblée consultative provisoire, aux Assemblées nationales constituantes, à l’Assemblée nationale ou au Conseil de la République, en séances publiques ou dans les principales commissions concernées, dénombre 27 intervenants, soit près de 40 % du total des élus recensés par Jean-Paul Thomas. Il n’a pas été tenu compte dans ce calcul du caractère plus ou moins durable de l’appartenance au parti. Certes une dizaine ne figure dans ce corpus que comme signataires de la résolution commune invitant le gouvernement à normaliser ses relations avec le régime franquiste en novembre 1950, mais 15 se sont exprimés sur le sujet espagnol à plusieurs reprises22.

  • 23 P. Pondaven, Le Parlement et la politique extérieure sous la VeRépublique, Paris, PUF, 1973.
  • 24 Ainsi le discours de Jules Ramarony figurait-il au bilan des Trois mois d’opposition constructive, (...)

14Parmi les principaux facteurs explicatifs à mentionner d’emblée, l’un renvoie plus largement à la pression exercée par le Parlement sur le pouvoir à propos de l’Espagne, contrastant avec la marginalisation qui, en matière de politique étrangère, a caractérisé celui-ci sous la IVe République23. L’autre résulte des passerelles que le PRL pouvait établir entre la question espagnole et ses priorités inscrites dans la vie politique intérieure : d’abord s’affirmer comme le parti de l’opposition résolue et « constructive » au tripartisme24, ensuite incarner l’anticommunisme. Pour apprécier avec justesse son engagement, il convient de l’envisager dans la durée, en distinguant deux séquences chronologiques : après être resté en marge du consensus antifranquiste, le PRL s’engagea activement avec les autres familles de droite en faveur du rapprochement avec l’Espagne franquiste.

Aux marges du front antifranquiste

15Dès le lendemain de la Libération, le débat collectif a été empreint d’une forte tonalité antifranquiste alimentée par le remords de la non-intervention et la mémoire de la résistance. Fin février 1946, devant la puissante vague d’indignation nationale provoquée par l’exécution de l’ancien résistant Cristino García, le gouvernement de Félix Gouin mit en œuvre une politique interventionniste dont les deux volets complémentaires étaient destinés à accélérer un changement de régime dans la péninsule : l’ostracisme de la dictature franquiste par la fermeture de la frontière pyrénéenne le 1er mars ; l’engagement en faveur de l’exil républicain dont les autorités représentatives ont été accueillies dans l’hexagone.

  • 25 Celle-ci n’était pas non plus signée par le président du groupe des républicains indépendants, Mar (...)
  • 26 Le Populaire, le 22 mai 1947, p. 4.

16Or l’unanimité parlementaire n’a été rompue que par l’Unité républicaine puis le PRL. Ainsi Jules Ramarony fut-il le seul président de groupe à ne pas signer l’ordre du jour, présenté au terme du débat de politique étrangère tenu du 15 au 17 janvier 1946, qui faisait confiance au gouvernement « pour rétablir la place de la France dans le monde […] en réaffirmant sa mission universelle de lutte pour la liberté », et à intervenir contre la motion qui invitait le gouvernement à rompre ses relations diplomatiques avec l’Espagne franquiste et à accorder l’asile aux dirigeants républicains en exil25. De même, comme les modérés, son groupe ne s’est pas associé à la protestation parlementaire contre l’exécution de Cristino García le 22 février. Enfin, pas plus que les élus musulmans, ses membres n’adhérèrent au groupe parlementaire d’amitié France-Espagne républicaine qui, lors de sa constitution le 1er mars, adopta un manifeste condamnant les atrocités commises par le pouvoir franquiste et soutenant la politique officielle de quarantaine26.

  • 27 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 16 janvier 1946, p. 1 (...)
  • 28 « Vues sur la politique étrangère », discours de Robert Bétolaud lors d’une réunion tenue le 15 ma (...)

17Le 17 janvier, Jules Ramarony avait justifié l’abstention par le principe de non-ingérence « dans la politique intérieure d’un autre pays » et par la conviction que, quel que soit son désir de voir le peuple ibérique se donner rapidement des institutions démocratiques, la France devait agir en accord avec ses alliés occidentaux et non pas isolément. C’est pourquoi il demanda le vote par division, et approuva le premier alinéa qui félicitait le gouvernement « de l’initiative […] prise en proposant aux gouvernements de Grande-Bretagne et des États-Unis d’Amérique de rompre les relations diplomatiques avec […] Franco », et qui fut par conséquent adopté à l’unanimité27. Cette argumentation peut être résumée par deux mots d’ordre, « réalisme » et « efficacité », qui ont fait figure de leitmotiv dans les prises de parole comme dans les brochures partisanes. Le discours de Robert Bétolaud à la Mutualité, le 15 mars, offre l’intérêt de présenter une version développée du raisonnement, sans la retenue inhérente à un concert parlementaire encore marqué par l’esprit de la Libération28. Le premier registre était celui de la défense des intérêts nationaux face au préjudice à attendre d’une rupture unilatérale des échanges commerciaux : « Si Franco s’est mal conduit, je veux bien qu’on châtie les Espagnols ; mais que les Français se châtient eux-mêmes parce que Franco s’est mal comporté, c’est vraiment déraisonnable. » L’anticommunisme constituait le second axe, alliant un volet extérieur – qui, dans la lignée du récent discours de Fulton, évoquait « la gigantesque partie d’échecs » se jouant dans le monde, avec la constitution de zones d’influence – et un volet intérieur : lorsqu’il déplorait que « la politique extérieure de la France se traite sur la place publique », c’était la contrainte exercée par le PCF, moteur de la mobilisation parlementaire et populaire contre le franquisme, que l’orateur stigmatisait.

  • 29 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 17 janvier 1946, p. 10 (...)
  • 30 « L’actualité parlementaire du PRL (5 février 1946 – 2 mars 1946) », imprimerie spéciale du PRL (C (...)
  • 31 Témoignage de Daniel Mayer le 20 avril 1995.
  • 32 « Vues sur la politique étrangère », discours de Robert Bétolaud lors d’une réunion tenue le 15 ma (...)

18À l’Assemblée, toutefois, si le PRL a été la seule formation à exprimer les réserves que lui inspirait cette politique aux ressorts idéologiques, il a agi avec mesure et prudence, sans doute parce qu’il pouvait encore espérer un ralliement anglo-saxon à la politique interventionniste ; le constat rapide que cet espoir était illusoire, joint à la perception de la menace soviétique, a certainement contribué à l’inflexion du mois de mars, à partir de laquelle les représentants du parti à la commission des Affaires étrangères ont rompu avec leur attitude jusqu’alors très discrète sur le dossier espagnol. L’adhésion au postulat antifranquiste consensuel n’en a pas moins continué d’être affirmée en 1946, ce qu’il faut relier à la fois au discrédit qui frappait la droite parlementaire aux lendemains de la Libération et à l’esprit résistant qui marquait le PRL, compte tenu de l’engagement de plusieurs de ses élus pendant la Seconde Guerre mondiale : selon un document interne, il comptait alors 6 déportés, 9 internés et un tiers de résistants – parmi lesquels Roland de Moustier et André Mutter, à l’avant-garde sur le front espagnol. C’est ainsi que le second, lorsqu’il a estimé nécessaire de rappeler le droit de tout élu, même minoritaire, à défendre son point de vue et à voter librement, a systématiquement – et sans craindre le paradoxe – utilisé la dictature franquiste comme repoussoir : « Nous ne sommes pas en Espagne, ici29. » Accusé de complicité avec l’assassin Franco par Raymond Guyot pour ne pas avoir signé la motion protestant contre l’exécution de Cristino García, il assura : « J’aurais aimé saluer un homme comme García que quelques-uns d’entre nous ont connu dans le maquis du Vercors, qui était un des chefs de la Résistance et qui a combattu à nos côtés » mais, pour expliquer son abstention, il spécifia que la France ne démontrerait « qu’elle est une grande démocratie [qu’] en flétrissant tous les assassinats politiques commis dans tous les pays du monde30. » Peut-être cette empreinte résistante contribue-t-elle à expliquer pourquoi le groupe parlementaire s’est alors moins mobilisé contre la politique d’ostracisme que la presse de même obédience31. En revanche, il est possible de trouver une continuité avec l’avant-guerre dans l’inclination de la droite, constatée dès 1938-1940, à évaluer la puissance nationale à l’aune des réalités matérielles plutôt qu’en termes de mission civilisatrice, de rayonnement idéologique et culturel. Robert Bétolaud s’en est clairement fait l’écho dans le discours déjà cité : « Bien sûr il n’est venu à la pensée de personne de défendre Franco dont nous souhaitons tous également le départ, car il faut bien reconnaître que Franco, c’est Hitler et Mussolini. Est-ce une raison, je vous le demande, pour prendre des initiatives comme celles que nous avons prises ? Est-ce qu’il nous appartenait de donner des leçons de républicanisme au monde entier ? Est-ce que nous devions partir seuls en guerre contre Franco32 ? »

  • 33 Documents de l’Assemblée nationale constituante, annexe no II – 364, proposition de résolution du (...)
  • 34 Archives de l’Assemblée nationale, Commission des Affaires étrangères, séance du mardi 10 septembr (...)
  • 35 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 26 septembre 1946, p. (...)

19C’est pourtant le député-maire indépendant et paysan de Biarritz, Guy Petit – qualifié par le communiste Marc Dupuy de « phonographe de Franco » –, qui prit l’initiative de dénoncer le passif de la quarantaine unilatérale, début août 1946, en déposant une proposition de résolution invitant à rouvrir d’urgence la frontière pyrénéenne33. Cette position fut activement soutenue par le PRL dont les deux représentants en commission des Affaires étrangères, Roland de Moustier et André Mutter, ont été les seuls à rompre par leur abstention l’unanimité saluant l’intervention du ministre Georges Bidault et le rapport négatif de Paul Rivet : « Devons-nous continuer à ne nous préoccuper que d’idéologie, sans considérer l’efficacité de notre action34 ? » À l’Assemblée, avec le renfort de Pierre André, les mêmes ont profité des discussions budgétaires pour tenter en vain d’ouvrir un débat sur la réouverture, au nom du réalisme et de l’efficacité, en faisant valoir les préjudices subis par les régions frontalières et le pays tout entier : « Je ne défends pas le régime de Franco mais les intérêts français35. »

Aux avant-postes du courant favorable à la détente avec l’Espagne antifranquiste

  • 36 Contribution de J.-B. Duroselle à l’ouvrage de S. Hoffmann (dir.), À la recherche de la France, Pa (...)

20Après le basculement vers l’affrontement Est-Ouest en 1947, cette prévalence du registre économique eut un écho accru car elle s’inscrivait à bien des égards dans la « mystique du réalisme » – pour citer Jean-Baptiste Duroselle – qui, une fois découverte l’impuissance des puissances moyennes comme la France dans l’immédiat après-guerre, « a conduit une large part de l’élite […] à se donner pour but l’expansion économique36 ». Dans cette perspective, la droite a souligné l’importance pour la France du marché péninsulaire voisin avec d’autant plus de conviction que sa culture politique l’incitait à faire primer, dans les échanges internationaux, les réalités nationales permanentes, et par conséquent les liens tissés par l’histoire et la géographie, sur les contingences politiques. Dans le même temps, mue par l’esprit de guerre froide, elle a souhaité un rapprochement avec la dictature franquiste au nom de l’anticommunisme.

  • 37 Cette intervention a été retenue dans la brochure partisane de l’été 1949, Le PRL a eu raison.
  • 38 Journal officiel, Assemblée nationale, séance du 30 décembre 1947, p. 6541.

21Ralliant les familles politiques modérées, cette double option ne fut certes pas spécifique au PRL mais il la défendit avec constance et vigueur. Intervenant pour son groupe lors du débat sur la réouverture de la frontière pyrénéenne le 27 février 1948, Robert Bruyneel approuva moins cette décision qu’il ne critiqua la « faute politique impardonnable » commise par le tripartisme deux ans auparavant, sans pour autant exonérer les autorités de Troisième Force de leurs responsabilités : « Ce qui m’étonne le plus, c’est que deux décisions aussi contradictoires que la fermeture et la réouverture de la frontière aient pu être prises par le même ministre des Affaires étrangères. » Résolument dans l’opposition, il mit en exergue un principe – « en politique extérieure, il faut, avant tout, être efficace » – à l’oubli duquel il imputa l’échec subi, tout comme à la confusion des genres entre politique extérieure et politique intérieure : « La diplomatie, pas plus que la politique, en régime démocratique, ne se font sur la place publique. Un gouvernement n’est pas digne de ce nom s’il obéit docilement, à l’encontre des intérêts de la nation, à une fraction partisane de l’opinion publique. » La prégnance de l’anticommunisme se traduisit aussi par le parallèle constamment établi entre la dictature franquiste et les démocraties populaires, qu’il s’agisse des conditions exigées de la première pour être insérée dans le jeu international ou du sort des opposants37. Un exemple parmi beaucoup d’autres, l’exclamation de l’apparenté Hubert Lefèvre-Pontalis – « Pourquoi n’en ferions-nous pas autant pour Petkov ? » – devant la proposition de résolution contre l’exécution de deux guérilleros communistes fin 194738.

  • 39 Documents parlementaires, Assemblée nationale, 1950, annexe n ° 11330.
  • 40 Les cosignataires étaient :
    – Quinze PRL : P. André, A. Aumeran, E. Barrachin, J.-M. Bouvier O’Cott (...)
  • 41 C’était le cas pour le radical H. Caillavet (Lot-et-Garonne), le radical et gaulliste J. Chaban-De (...)
  • 42 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale, 3e séance du 27 décembre 1950, p. 9699.

22C’est de manière collective, en déposant le 11 novembre 1950 une proposition de résolution invitant « le gouvernement à renouer immédiatement des relations diplomatiques normales avec l’Espagne », qu’une partie de la droite s’engagea politiquement. L’exposé des motifs se fondait sur une conviction – la folie d’espérer réaliser l’Europe sans l’Espagne – et une incitation conjoncturelle – le récent vote des Nations unies levant la condamnation morale de décembre 1946 – pour réclamer « un geste immédiat de la France envers une nation voisine à qui la lient, non seulement une frontière, mais tant d’intérêt spirituels et économiques communs39 ». Il fut présenté par 58 parlementaires : 15 appartenaient au PRL, 13 au Centre républicain indépendant d’action paysanne et sociale, noyau autour duquel gravitaient dix radicaux, dix démocrates-chrétiens, cinq indépendants et cinq membres du groupe gaulliste d’Action démocratique et sociale dont le premier des signataires, Jean Legendre40. Durant cette année 1950, le groupe PRL comptait 27 membres, plus deux apparentés, qui n’ont donc pas tous cosigné le texte ; en revanche, ce fut le cas d’anciens membres du parti qui avaient désormais rejoint les rangs des indépendants et paysans activement mobilisés par Guy Petit – le colonel Félix, Robert Bruyneel ou Jules Ramarony, le seul de cette mouvance à pouvoir être rangé parmi les élus du sud-ouest qui défendaient les intérêts de leur circonscription41. Une des clés d’explication est peut-être livrée par les membres de la commission des Affaires étrangères qui, comme Roland de Moustier, exprimèrent un avis réservé sur l’opportunité de la proposition, en dépit de leur accord de fond, parce que la normalisation bilatérale souhaitée relevait des prérogatives gouvernementales. On trouve ici un écho de la crise d’identité du PRL, et plus largement des modérés, entre une fraction ancrée dans l’opposition – à l’image de Jacques Chombart de Lauwe concluant qu’« en vérité, la France n’a plus de diplomatie » après avoir dénoncé avec vigueur l’indécision du gouvernement Pleven à rétablir les relations avec Madrid42 – et une composante triforciste, restée naturellement à l’écart de l’entreprise. Au vu des réticences, Jacques Bardoux annonça le retrait de la proposition qui rendait aussi compte de la constitution d’un réseau parlementaire en faveur du rapprochement avec l’Espagne franquiste.

  • 43 Paul Anxionnaz et Édouard Ramonet étaient membres du Parti radical ; Louis Christiaens et Henri Ma (...)
  • 44 Pour le Parti radical, Paul Anxionnaz et Édouard Ramonet ; pour le RPF, André Godin et Jean Legend (...)

23De fait, cet activisme parlementaire fut structuré concomitamment par la création d’un groupe parlementaire d’amitié France-Espagne dont l’ancien PRL Jacques Chombart de Lauwe fut le président et principal initiateur avec Guy Petit. Une délégation se rendit à Madrid du 11 au 15 décembre 1950. Il est certain que dix élus ont participé à ce voyage : à l’image du groupe d’amitié, ils venaient tous de la droite et du centre ; pour le PRL, il s’agissait de Pierre Hénault, de Charles Schauffler et de l’apparenté Jean Crouzier43. Ces mêmes sensibilités se partageaient la vice-présidence, détenue par Adolphe Aumeran et Charles Schauffler pour le PRL44.

*

  • 45 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale, 2e séance du 30 août 1951, p. 6662.

24Fer de lance d’une droite sans complexe qui dénotait dans le consensus antifranquiste de l’immédiat après-guerre, le PRL a perdu sa spécificité quand la guerre froide a poussé modérés et centristes à renouer avec les schémas de pensée mis en œuvre en 1936 : primeur de l’anticommunisme et crainte des « rouges », sympathie pour un rempart autoritaire ancré dans la civilisation occidentale. La grille de lecture résistante qui opposait fascisme et démocratie s’est effacée, levant l’opprobre sur le franquisme compromis avec l’Axe ; la droite a retrouvé une marge de manœuvre lui permettant de lancer une réhabilitation de la neutralité franquiste, désormais présentée comme une complicité tacite avec les Alliés. Même si elle lui opposait le principe du réalisme, l’injonction d’André Mutter selon laquelle « aucune question d’idéologie ne doit s’imposer dans les relations internationales45 » était à l’évidence fondée sur un solide socle idéologique à teneur anticommuniste. Pour autant, et malgré la position pionnière du PRL dans le refus de la politique d’ostracisme, celui-ci a été dépossédé du rôle décisif par les indépendants, en partie en raison de son propre échec politique, en partie faute de mobilisation exclusive d’un de ses élus : Guy Petit fut l’avocat de la réconciliation bilatérale, Antoine Pinay son acteur essentiel en 1952.

Notes

1 « Le PRL pose l’éternel problème des définitions. On le qualifie plus souvent par le mot “droite” employé sans circonlocution que par l’épithète “modéré” qu’il revendiquait ; et certains de ses membres ont pu rappeler le ton, la phraséologie ou les images d’une droite ligueuse. Plus au fond l’origine de ses membres, comme ses affinités avec le RPF, le situent à une frontière de la famille modérée », J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Liberté (1945-1951), Ambiguïté et échec d’une tentative de recomposition politique », F. Roth, Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, PUN, 2000, p. 431.

2 Fondé en juillet 1945 par d’anciens membres du PSF pour perpétuer l’œuvre du colonel de La Rocque.

3 Issu d’une très ancienne famille franc-comtoise, Roland de Moustier fut élu député en octobre 1945 à la tête d’une liste d’union libérale et sociale. Il fut réélu en juin et novembre 1946 bénéficiant du soutien total du journal familial, La République de Franche-Comté et du territoire de Belfort. Chef de file des indépendants dans le Doubs, il conserva son siège jusqu’en 1958. À l’Assemblée nationale, Roland de Moustier fut secrétaire de la commission des Affaires étrangères et entra comme secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Pierre Mendès France en septembre 1954. Ses positions sur l’Afrique du Nord pour laquelle il désirait une politique d’apaisement et de négociation tranchaient avec les positions des hommes politiques de sa tendance.

4 Papiers Rémy Granger, Conseil national du PRL, 20 septembre 1947.

5 Papiers Rémy Granger, règlement intérieur du 14 septembre 1946.

6 Jean Legendre, député PRL d’Oise, Journal Officiel, Assemblée nationale (AN), séance du 24 novembre 1948.

7 « Tout député communiste est tenu de se rappeler qu’il n’est pas un législateur cherchant un langage commun avec d’autres législateurs, mais un agitateur du parti envoyé chez l’ennemi pour appliquer les décisions du parti », rappelle Pierre André, député PRL de Meurthe-et-Moselle, en citant les consignes du PC, Journal Officiel, AN, séance du 25 février 1949.

8 Louis Rollin, Journal Officiel, AN, séance du17 novembre 1948.

9 Signé en mars 1948, il liait la France, la Grande-Bretagne et les trois pays du Benelux et créait l’Union occidentale. Pacte militaire, il envisageait une assistance automatique en cas d’agression d’un des signataires en Europe ou outre-mer.

10 Pierre Montel, Journal Officiel, AN, séance du 24 novembre 1948.

11 Jean Legendre, Journal Officiel, AN, séance du 26 juin 1948.

12 Hélène de Suzannet, 16 janvier 1946, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.

13 Jules Ramarony, Trois mois d’opposition constructive (novembre 1945-janvier 1946), CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.

14 Robert Bétolaud, ibid.

15 Jules Ramarony, ibid.

16 Ibid.

17 Le PRL chemin de la liberté, Programme 1948, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.

18 Pierre André, Journal Officiel, AN, séance du 12 mars 1948.

19 Roland de Moustier, Journal Officiel, AN, séance du 12 juin 1948.

20 Le PRL, programme de 1948, CHSP, fonds Edmond Barrachin, carton 8.

21 Georges Riond, 9 juin 1949, ibid.

22 On trouvera ci-dessous les noms des élus qui ont appartenu au PRL – durablement ou non – et sont intervenus sur le sujet espagnol, avec les précisions suivantes : « x » s’ils sont intervenus plusieurs fois, « mGA » s’ils ont appartenu de façon certaine au groupe d’amitié franco-espagnol et « GA » s’ils y ont exercé des fonctions dirigeantes : Pierre André (x mGA), Adolphe Aumeran (x GA), Edmond Barrachin, Robert Bétolaud (x), Jean-Marie Bouvier O’Cottereau, Max Brusset (x mGA), Robert Bruyneel (x), Jacques Chombart de Lauwe (x GA), Jean Crouzier (mGA), Joseph Denais (x), Charles Desjardin, Édouard Frédéric-Dupont (x mGA), Maurice Fredet, Pierre Henault (GA), Jean Jullien (x), Hubert Lefevre-Pontalis apparenté (x mGA), Jean Legendre (GA), Clovis Macouin (x), Raymond Marcellin apparenté, Pierre Montel, Roland de Moustier (x), André Mutter (x mGA), Georges Pernot (x), Jules Ramarony (x), Henri Roulon (mGA), Charles Rousseau, Charles Schauffler (GA).

23 P. Pondaven, Le Parlement et la politique extérieure sous la Ve République, Paris, PUF, 1973.

24 Ainsi le discours de Jules Ramarony figurait-il au bilan des Trois mois d’opposition constructive, op. cit., de fin 1945-début 1946.

25 Celle-ci n’était pas non plus signée par le président du groupe des républicains indépendants, Marcel Roclore, cosignataire de l’ordre du jour.

26 Le Populaire, le 22 mai 1947, p. 4.

27 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 16 janvier 1946, p. 107.

28 « Vues sur la politique étrangère », discours de Robert Bétolaud lors d’une réunion tenue le 15 mars 1946 à la Mutualité (CHSP, EBA 8).

29 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 17 janvier 1946, p. 103, et séance du 22 février, p. 452. « Mes chers collègues,… si vous reprochez, comme nous peut-être, au régime d’outre-Pyrénées de n’avoir qu’un seul parti, une seule discipline et une seule dictature, il ne faut pas vouloir instaurer de telles méthodes ici » (2e séance du 26 septembre 1946, p. 4101).

30 « L’actualité parlementaire du PRL (5 février 1946 – 2 mars 1946) », imprimerie spéciale du PRL (CHSP, EBA, 8).

31 Témoignage de Daniel Mayer le 20 avril 1995.

32 « Vues sur la politique étrangère », discours de Robert Bétolaud lors d’une réunion tenue le 15 mars 1946 à la Mutualité (CHSP, EBA 8).

33 Documents de l’Assemblée nationale constituante, annexe no II – 364, proposition de résolution du 2 août 1946, p. 315.

34 Archives de l’Assemblée nationale, Commission des Affaires étrangères, séance du mardi 10 septembre 1946.

35 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale constituante, 2e séance du 26 septembre 1946, p. 4101-4102 et 4111.

36 Contribution de J.-B. Duroselle à l’ouvrage de S. Hoffmann (dir.), À la recherche de la France, Paris, Le Seuil, 1963, p. 378.

37 Cette intervention a été retenue dans la brochure partisane de l’été 1949, Le PRL a eu raison.

38 Journal officiel, Assemblée nationale, séance du 30 décembre 1947, p. 6541.

39 Documents parlementaires, Assemblée nationale, 1950, annexe n ° 11330.

40 Les cosignataires étaient :
– Quinze PRL : P. André, A. Aumeran, E. Barrachin, J.-M. Bouvier O’Cottereau, M. Brusset, J. Crouzier (apparenté), C. Desjardins, E. Frédéric-Dupont, M. Fredet, P. Henault, C. Macouin, P. Montel, H. Roulon, C. Rousseau, C. Schauffler, soit 26 % de ce groupe.
– Treize CRIAPS : C. Bachelet, J. Bardoux, R. Bruyneel, P. Caron, J. Delachenal, J. Deshors, colonel Félix, C. Laurens, A. Mutter, G. Petit, J. Ramarony, P. Ribeyre, E. Toublanc, soit 22,5 % de ce groupe.
– Dix radicaux : P. Anxionnaz, L. Begouin, A. ben Aly Chérif, H. Caillavet, J. Chaban-Delmas, F. Delcos, A. Godin, E. Hugues, M. Dupuy, E. Ramonet, soit 17 % de ce groupe.
– Dix MRP : P. de Chevigné, A. Coste-Floret, J. Guyomard, J. Dupraz, A. Laurelli, H. Meck, G. Peyroles, E. Thibault, P. Truffaut, J. Yvon, soit 17 % de ce groupe.
– Cinq indépendants : L. Christiaens, P. Pantaloni et R. Triboulet pour les républicains indépendants (5,5 %), R. Marcellin et C. Serre pour l’Union démocratique des indépendants (3 %).
– Enfin 5 membres du groupe d’Action démocratique et sociale : J. Legendre, J. Castellani, E. Liquard, R. Mondon, P. Theeten, soit 9 %.

41 C’était le cas pour le radical H. Caillavet (Lot-et-Garonne), le radical et gaulliste J. Chaban-Delmas (Gironde), le radical F. Delcos (Pyrénées-Orientales), le gaulliste E. Liquard (Gironde), le radical M. Dupuy (Gironde), l’indépendant et paysan G. Petit (Basses-Pyrénées), son collègue J. Ramarony (Gironde), et le démocrate-chrétien E. Thibault (Gard).

42 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale, 3e séance du 27 décembre 1950, p. 9699.

43 Paul Anxionnaz et Édouard Ramonet étaient membres du Parti radical ; Louis Christiaens et Henri Mallez étaient républicains indépendants tandis qu’Henri Lespes était républicain populaire indépendant ; Guy Petit faisait partie des indépendants et paysans et Jacques Chombart de Lauwe leur est apparenté.

44 Pour le Parti radical, Paul Anxionnaz et Édouard Ramonet ; pour le RPF, André Godin et Jean Legendre ; pour le MRP, Henri Meck et Édouard Thibault (Le Monde, le 10 novembre 1950, p. 4).

45 Journal officiel, débats de l’Assemblée nationale, 2e séance du 30 août 1951, p. 6662.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540