Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Les positions économiques du PRL ou l’impossible retour à l’avant-guerre

Frédéric Tristram

Texte intégral

1Les questions économiques ont joué un rôle important dans la pensée et dans l’action du Parti républicain de la liberté.

  • 1 F. Caron, « Le Plan Mayer : un retour aux réalités », Histoire, économie et société, no 3, 3e trim (...)

2Pour des raisons tout d’abord conjoncturelles. Le parti, créé en décembre 1945, mis en sommeil dès l’année 1949 et cessant officiellement toute activité en 1951, a vécu sa courte existence dans un moment tout à fait décisif sur le plan économique et social. Dès la Libération s’engage un vaste mouvement de réformes, dites de structure, fortement inspiré du programme publié en mars 1944 par le Conseil national de la Résistance. En quelques années, les principales banques et de grandes entreprises industrielles sont nationalisées, la Sécurité sociale est créée, la fonction publique est dotée d’un statut général, un plan de modernisation est élaboré, certes indicatif mais en réalité rigoureusement suivi. Ces décisions transforment en profondeur la société française et son mode de régulation. Si elles ne remettent pas formellement en cause le principe d’une économie de marché, elles n’en constituent pas moins une affirmation éclatante de l’État dans la sphère économique. À partir de l’année 1947, toutefois, le contexte change. L’inflation, les tensions budgétaires croissantes et le déséquilibre de la balance des paiements rendent nécessaire une action des pouvoirs publics. En décembre 1947, d’importantes mesures de stabilisation sont votées à l’initiative du ministre des Finances René Mayer. Le tournant est d’importance. Il constitue, en matière économique, un véritable « retour à la réalité », pour reprendre les mots de François Caron1, qui accompagne une redistribution des forces politiques entamée au printemps précédent. Cette actualité chargée s’impose au PRL qui est appelé à prendre régulièrement position et, au-delà de ses réactions de circonstance, à dégager une ligne de conduite pérenne et un corps de doctrine susceptible de guider son action.

3La seconde raison est davantage de principe. Le PRL s’affirme d’emblée comme un parti libéral jusque dans son nom, le premier sans doute depuis l’Action libérale populaire de Jacques Piou avant la Première Guerre mondiale. Cette identité est d’autant plus revendiquée qu’elle est, au moins jusqu’en 1947, minoritaire et contestée : elle conduit le PRL à affirmer des positions qui vont à l’encontre de la culture dominante à la Libération et le situe d’emblée dans un cadre oppositionnel. Pourtant, ce libéralisme ne suffit pas à définir l’identité du PRL. Le terme connaît en effet des acceptions très diverses, recoupe des positions différentes et doit à ce titre être précisé. Quelle est la nature de ce libéralisme hautement revendiqué ? Comment influence-t-il l’action politique du parti durant sa courte existence ? S’est-il adapté au contexte particulier issu de la Libération ?

4Le PRL se signale, sur le plan économique, par une opposition très vive aux réformes de structure adoptées à la Libération et par l’affirmation des libertés économiques ; mais ce libéralisme est volontiers conservateur et figé, ce qui n’est pas pour rien dans l’échec du mouvement.

Le refus des réformes de structure de la Libération

5Dès la libération du territoire, le gouvernement dirigé par le général de Gaulle entreprend une série de grandes réformes qui visent à transformer radicalement l’organisation économique et sociale du pays. Or, le Parti républicain de la liberté est la seule force politique organisée à s’opposer à ces réformes, notamment au sein des différentes assemblées où il est représenté : Assemblée nationale constituante d’octobre 1945, seconde Constituante de juin 1946, première Assemblée nationale et Conseil de la République élus l’une et l’autre après l’adoption des institutions en octobre 1946.

L’hostilité fondatrice aux nationalisations de 1945

6Ce refus est d’abord celui des nationalisations. Le thème est essentiel puisqu’il est intimement lié à la naissance du parti. Il constitue d’ailleurs pour lui une référence durable qui structure son identité politique.

7Le parti se forme en effet à l’occasion du premier grand débat sur les nationalisations qui se tient à l’Assemblée en décembre 1945. Ces nationalisations, qui touchent la part la plus importante du secteur financier à travers la Banque de France et les quatre principales banques de dépôt, Crédit Lyonnais, Société générale, Comptoir national d’escompte de Paris et Banque nationale pour le commerce et l’industrie, ne sont certes pas les premières pratiquées par le gouvernement de la Libération. Mais les précédentes n’avaient pas généré un débat public aussi intense, soit parce qu’elles avaient été effectuées par la voix des ordonnances (Houillères dès décembre 1944 ou Renault en janvier 1945) soit parce qu’elles avaient concerné des secteurs moins sensibles comme le transport aérien (loi de juin 1945).

8Le débat organisé à l’Assemblée constituante est pourtant très rapide. Le projet de loi est déposé le 30 novembre, les députés en discutent le 2 décembre en séance plénière, le vote intervient le jour même dans la soirée et la loi ainsi adoptée est publiée le lendemain au Journal Officiel. Seuls 35 députés, qui appartiennent tous au groupe de l’Unité républicaine s’opposent au texte, à la fois au cours des débats et dans le vote définitif. Cette action leur donne sans doute une visibilité dont ils manquaient jusqu’alors. Elle leur montre également les limites d’une action strictement parlementaire, insuffisante pour mobiliser l’opinion publique, et les convainc à former un véritable parti politique.

9C’est chose faite dès la fin de l’année 1945. Le Parti républicain de la liberté est officiellement porté sur les fonts baptismaux le 22 décembre, lors d’une réunion qui se tient au palais des Glaces, à Paris. Les nationalisations sont, une fois encore, au centre des débats. Sur les quatre orateurs qui animent la soirée, deux d’entre eux, Joseph Laniel, qui préside la séance, et Édouard Frédéric-Dupont en font l’axe principal de leurs discours. Jules Ramarony et André Mutter en revanche n’abordent pas le sujet. Joseph Laniel fait d’ailleurs explicitement le lien entre le débat parlementaire du 2 décembre et la réunion du 22 :

  • 2 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Bulletin de liaison du PRL, no 1, 15 janvier 1946, compte ren (...)

« Que nous propose le Front populaire no 2 ? De prétendues réformes de structure qui ruinent l’épargne, transforment les masses d’ouvriers et d’employés en fonctionnaires nouveaux !
Alors, qui s’est opposé à une telle aventure ? Nous seuls, trente-cinq députés seulement se sont rencontrés pour voter contre la formule des nationalisations qui va au-delà de la formule travailliste anglaise et dénote une vigoureuse méconnaissance des problèmes financiers2. »

10Cette opposition s’articule autour de deux arguments principaux. Le premier est de principe : le PRL refuse de voir l’État jouer un rôle dans la gestion de l’économie et, plus largement, s’affirme comme un garant de la libre entreprise. Cette position inscrit le parti dans une tradition libérale qu’il faudra d’ailleurs préciser.

  • 3 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, novembre 1945-janvier 1946, brochure rédigée par le P (...)

11Le second argument est plus prosaïque, mais il est aussi plus fréquemment employé. Il s’agit de la défense des épargnants et plus particulièrement des actionnaires dépossédés de la Banque de France et des banques de dépôts. Pour les élus du PRL, les conditions d’indemnisation ne sont pas satisfaisantes et constituent même une forme de spoliation. Tout d’abord, la compensation accordée est calculée de façon trop restreinte. Elle ne tient pas compte de l’effondrement de la valeur des titres intervenu entre la Libération et le vote de la loi, la perspective de la nationalisation ayant conduit beaucoup d’actionnaires à se défaire de leurs actions à la baisse. Ainsi, la valeur en bourse des établissements nationalisés, qui était encore de 20 milliards de francs en août 1944 n’est plus que 7 milliards le 22 novembre 1945, soit une perte de 60 % à laquelle il faudrait encore ajouter les effets d’une très forte inflation3. Ensuite, le mode de versement des indemnités est contestable. En effet, les actionnaires ne reçoivent pas d’argent comptant, mais des obligations de l’État français, amortissables sur cinquante ans et rémunérées au taux maximum de 2 %, ce qui apparaît très insuffisant aux élus du PRL.

  • 4 Ibid., amendement déposé par Joseph Denais et Édouard Frédéric-Dupont.
  • 5 Ibid., amendement déposé par Joseph Denais.
  • 6 Ibid., amendement Joseph Denais et Édouard Frédéric-Dupont.
  • 7 Ibid., amendement Joseph Denais, les administrateurs devant en outre être désignés par les obligat (...)

12Aussi les députés du groupe de l’Unité républicaine s’efforcent-ils, lors de la discussion du projet de loi, d’améliorer l’indemnisation des actionnaires et ils engagent pour cela une véritable bataille d’amendements où s’illustrent notamment Joseph Denais et Édouard Frédéric-Dupont. Ils proposent par exemple de tenir compte, pour le calcul de l’indemnisation, non seulement du cours de bourse, mais du montant des réserves des entreprises nationalisées4. De façon plus radicale, une nationalisation par liquidation est envisagée5. Une hausse du taux d’intérêt versé aux actionnaires est réclamée, celui-ci devant passer de 2 % maximum à 3 % minimum6. Est enfin exigée une meilleure présentation des obligataires au sein des conseils d’administration des nouvelles entreprises publiques7. Aucun de ces amendements n’est toutefois retenu.

  • 8 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, brochure précitée, p. 24.
  • 9 Ibid., p. 29.

13Soucieux des intérêts des détenteurs de capitaux, les députés PRL refusent cependant d’apparaître comme les protecteurs des privilégiés de la fortune et ils mettent constamment en avant la défense des petits épargnants. Ils insistent ainsi sur la grande dispersion du capital des banques nationalisées, la Banque de France comptant 44 000 actionnaires et les quatre banques de dépôt quelque 160 000. Cette posture a d’évidentes raisons tactiques. Dans le contexte de la Libération, alors que le mythe des deux cents familles est encore vivace, la défense des actionnaires de la Banque de France n’est sans doute pas la cause la plus populaire qui soit. Inversement, l’accent mis sur la défense des « petits » peut mobiliser un électorat modéré qui n’appartient pas toujours, loin s’en faut, aux catégories les plus aisées. Mais ce sont surtout des raisons de fond qui animent les membres du PRL. Dépassant les considérations économiques ou financières, ils réaffirment les valeurs sociales et morales de l’épargne. Sur un plan individuel, elle signale d’évidentes qualités de mesure et de tempérance, mais aussi le goût de l’effort et, lorsqu’elle s’investit en produits français, un réel patriotisme. Joseph Denais croit ainsi déceler « la partie la plus saine de la population [dans] ces petits épargnants, ces actionnaires qui auraient pu, comme tant d’autres, acheter d’autres valeurs8 » ou le député de l’Oise, Jean Legendre, aime décrire « les centaines de milliers de petits porteurs qui après une vie de labeur, [ont] économisé sous par sous et placé leurs économies9 ». Sur un plan collectif, l’épargne manifeste la confiance renouvelée de couches de plus en plus larges de la population dans le système existant et dans le gouvernement chargé de le défendre : elle est par nature un élément de stabilité et de conservation. En affirmant la valeur morale de l’épargne, le rôle social des petits épargnants et la place des classes moyennes dans la défense de la société, le PRL renoue avec des thématiques – et une rhétorique – traditionnelles dans les partis de droite de l’entre-deux-guerres, dont sont d’ailleurs issus une grande partie de ses membres.

14Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que cette hostilité aux nationalisations, parce qu’elle est fondatrice, revienne constamment dans le discours du parti. Elle apparaît ainsi à tous les moments-clés de son histoire et accompagne les grands tournants de sa brève existence. On la retrouve, avec ces arguments tout à fait récurrents, dans les interventions du 22 décembre 1945, mais aussi dans une brochure consacrée en janvier 1946 à Trois mois d’opposition constructive, dans la déclaration générale du Parti, adoptée au premier congrès des 26, 27 et 28 avril 1946 ou dans le programme beaucoup plus complet publié en 1948. Elle figure aussi dans une brochure de septembre 1949, au titre quelque peu désabusé, Le PRL a eu raison, qui recense toutes ses prises de positions, classées par grands thèmes et dont elle forme, avec 21 pages sur 214, le chapitre le plus important.

La gêne face à l’adoption de la Sécurité sociale

15La position sur la seconde grande réforme de structure qu’est la Sécurité sociale est beaucoup plus floue. Il est en effet difficile au nouveau parti de s’opposer frontalement à un sujet a priori beaucoup plus consensuel que les nationalisations. Par ailleurs, l’occasion ne lui est pas donnée de faire entendre sa voix au Parlement, puisque la « Sécu » est officiellement créée par voie d’ordonnances, les 4 et 19 octobre 1945, avant la constitution du PRL.

16La gêne n’en est pas moins perceptible et les dirigeants du parti vont tenter de contrer la réforme, en s’attaquant de façon ponctuelle à un certain nombre de ses apports.

  • 10 Ibid., Déclaration générale du parti, rédigée à l’occasion du premier congrès national, les 26, 27 (...)

17Ils se prononcent d’abord assez clairement conte le projet de généralisation que porte en lui la Sécurité sociale et souhaitent maintenir le système dans un cadre strictement professionnel. La déclaration générale d’avril 1946 est à cet égard sans ambiguïté : la Sécurité sociale « doit assurer l’avenir, non par la consécration de la charité d’État, mais à la fois par la propriété personnelle, rendue accessible à tous les travailleurs, et par les initiatives prises dans le cadre professionnel10 ». Le PRL refuse ainsi une gestion centralisée de l’assurance sociale et affirme sa préférence pour une gestion mutualiste, effectuée dans un cadre strictement professionnel.

18Le parti souhaite de surcroît limiter le champ de cette protection nouvelle. C’est particulièrement le cas en matière de santé. La Sécurité sociale doit se limiter à la couverture des « gros risques », notamment l’hospitalisation, au détriment de ces petits risques qui relèvent de la médecine de ville et qui doivent demeurer dans un cadre largement privé. Les dirigeants du parti se prononcent par exemple clairement contre le remboursement des médicaments.

  • 11 Ibid., Programme du PRL, 3e édition, daté de 1948, p. 11.

19Enfin, et cette position est sans doute la plus importante, un régime particulier doit être ménagé pour les « cadres et les classes moyennes », en particulier pour cette masse encore considérable de travailleurs indépendants dont le PRL se revendique d’emblée comme le principal défenseur. La proposition se retrouve notamment dans le programme de 1948 qui affirme que : « Plutôt que des indemnités journalières, les commerçants et les artisans souhaitent au contraire un aménagement de la Sécurité sociale bloquant les avantages sur les risques de longue maladie, le décès et la retraite11. »

20Ces positions mises bout à bout dessinent une tout autre architecture que celle prévue par les ordonnances de 1945. Le système imaginé par le PRL est en réalité beaucoup plus proche des assurances sociales mises en place dans les années 1930, limitées dans leurs ambitions redistributives et réservées aux catégories sociales les moins aisées. S’il ne peut, pour des raisons d’opportunité politique, se prononcer de façon explicite contre la Sécurité sociale, tout dans son attitude montre son désaccord avec la formule envisagée. Le seul point sur lequel le PRL marque avec force son adhésion est l’assurance famille et plus largement la politique familiale qui constitue à ses yeux une priorité. Mais là encore, la référence est celle des politiques natalistes mises en place dans les années d’entre-deux-guerres, en particulier après les décrets lois de novembre 1938.

La difficile conciliation des acquis de la Résistance

21Cette hostilité, ou du moins cette réserve, contre les réformes de structure est gênante pour un parti qui revendique une part de l’héritage de la Résistance. Deux de ses principaux dirigeants, André Mutter et Joseph Laniel, ont en effet siégé au sein du Conseil national de la Résistance et ils ont, l’un et l’autre, signé le programme du 15 mars 1944 qui prévoit justement, entre autres transformations majeures, la Sécurité sociale et les nationalisations.

22Ce hiatus est d’autant plus grave que ce brevet de Résistance est dénié au nouveau parti par ses adversaires politiques, qui mettent en avant le parcours ambigu de certains de ses membres et leur proximité, fût-elle temporaire et peu active, avec le régime de Vichy, en tout cas dans sa première version. Édouard Frédéric-Dupont, élu pour la première fois dans la Chambre de 1936, opposant rugueux au Front populaire, qui vota les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940 et fut confirmé au Conseil municipal de Paris entre 1940 et 1944, constitue à cet égard une cible facile.

23Dès sa naissance, le PRL est donc confronté à une question existentielle et probablement insoluble : comment se revendiquer du combat commun contre le nazisme, tout en s’opposant à des réformes de structure qui sont, en 1945, un des éléments constitutifs de l’identité résistante ? Ses dirigeants ont conscience du problème et, dans l’impossibilité de l’affronter de front, vont imaginer une série de manœuvres de contournement.

24La première consiste à attaquer son principal adversaire, le parti communiste, en mettant en cause son attitude entre 1939 et 1940, alors que le sujet est en général très peu évoqué dans le contexte de la Libération. Certes, ces attaques doivent être replacées dans un cadre plus large et s’expliquent par l’anticommunisme très affirmé du PRL. Mais l’attitude adoptée ne peut se comprendre que dans le cadre des propres ambiguïtés du PRL vis-à-vis de la Résistance et de son programme.

25Parallèlement, le parti rappelle la présence de ses membres au CNR, qui semble être à ses yeux le gage de ses positions économiques réformatrices. Intervenant à la Chambre lors du débat sur les nationalisations, le 2 décembre 1945, André Mutter souligne :

  • 12 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, brochure précitée, p. 36. Le document interne du PRL (...)

« Au sein du CNR, j’ai défendu avec M. Laniel un programme de mesures économiques sur lequel, moi aussi, je me suis battu aux élections législatives dans mon département, usant du droit, au nom de ce programme, de présenter une liste qui n’avait peut-être pas la même couleur politique que la vôtre, mes chers collègues, mais qui était aussi de résistance patriotique et antifasciste… J’ai dit dans toutes mes réunions, et je tiens à le dire ici au nom du groupe auquel j’appartiens, que nous demandons que le gouvernement ait en main la force nécessaire pour abattre ceux qui font obstacle à l’intérêt national12. »

  • 13 Ibid., p. 21.

26Enfin, le PRL s’efforce de présenter des propositions relativement précises, qui constituent autant d’alternatives aux projets gouvernementaux. Lors du débat sur les nationalisations, les parlementaires PRL rédigent ainsi un véritable contre-projet. La Banque de France ne serait pas nationalisée, mais les deux derniers représentants des actionnaires disparaîtraient de son conseil général. De la même manière les grandes banques de dépôts resteraient sous capital privé, mais l’État ferait une entrée en force dans leurs conseils d’administration, puisqu’il pourrait désigner, à concurrence d’un tiers des sièges, « des représentants des intérêts économiques généraux et des usagers du crédits13 ». Cette position est d’ailleurs surprenante puisqu’elle prolonge la réforme de l’institut d’émission réalisée en 1936 qui avait, à l’époque, suscité la vive opposition des parlementaires de droite… dont certains futurs dirigeants du PRL. Elle apparaît donc largement tactique et vise en réalité à échapper à une accusation de conservatisme que le nouveau parti veut, dans le contexte de la Libération, à tout prix éviter.

Une identité libérale affirmée sur le terrain économique

27Cette opposition aux réformes de structure s’explique par de solides convictions libérales, largement partagées au sein du parti et qui s’expriment aussi bien sur le terrain des principes que sur celui de la pratique politique.

La défense du marché et la limitation du rôle de l’État

  • 14 Ibid., Déclaration générale du parti, précitée, p. 1.

28La première manifestation de ce libéralisme est un éloge constant des règles de la concurrence et de la liberté d’entreprendre et, ce qui apparaît comme leur corollaire naturel, le refus de voir l’État jouer un rôle central dans l’économie. Ces thèmes sont régulièrement repris dans les programmes publiés entre 1946 et 1949, dans les discours des parlementaires ou dans la presse proche du mouvement. Dans la déclaration générale d’avril 1946, par exemple, le PRL s’affiche comme « un parti antimarxiste, c’est-à-dire qu’il s’oppose à toutes les solutions étatistes qui, pour chercher les remèdes aux maux incontestables de l’époque actuelle, ne proposent que des solutions toujours destructrices de la liberté de l’individu, de l’esprit d’initiative, du sens des responsabilités et du goût du risque14 ».

29Cette méfiance vis-à-vis de l’État a toutefois des origines doctrinales assez diverses.

  • 15 P. Leroy Beaulieu, L’État moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin, 1890.
  • 16 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Déclaration générale du parti de 1946, op. cit., p. 14.

30Les premières sont relativement anciennes et apparaissent directement inspirées de la pensée libérale classique, telle qu’on peut la retrouver, à la fin du XIXe siècle par exemple, chez un auteur comme Paul Leroy-Beaulieu15. Le PRL affirme une incompétence de principe de la puissance publique, le secteur privé étant seul efficace en matière de gestion. Dans ces conditions, les fonctions de l’État sont forcément limitées. Elles se cantonnent à quelques secteurs régaliens, aux domaines où, par nature, l’entreprise privée ne peut intervenir, ou aux cas très particuliers où l’existence de monopoles techniques viendrait perturber les conditions de la concurrence. Car cet État libéral doit également assurer le bon fonctionnement du marché et, à ce titre combattre, tous les abus de positions dominantes. Aussi le PRL ne déroge-t-il pas à son identité libérale lorsqu’il affirme « [qu’]il ne veut pas que la concentration des moyens économiques puissent dégénérer en puissance politique. Si certaines concentrations deviennent dangereuses pour la liberté même qui les a rendues possibles, le PRL veut que la puissance publique dispose des moyens d’intervenir pour rétablir l’équilibre rompu16 ».

  • 17 S. Audier, Néo-libéralisme(s), Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012, p. 69 sq. sur (...)

31Le sujet n’est d’ailleurs pas totalement anodin. Il suscite même, depuis la fin des années 1930, un regain d’intérêt doctrinal : il est, par exemple, au cœur de la définition d’un « néolibéralisme » lors du colloque Lippman d’août 1937 ou chez les penseurs de l’ordo-libéralisme allemands17. Rien ne prouve cependant que les dirigeants du PRL n’aient eu connaissance de ces travaux.

  • 18 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, compte rendu précité de la réunion du 22 décembre 1945.

32Une notion nouvelle apparaît en revanche très explicitement dans le discours du PRL : le totalitarisme. Cette référence a une dimension tactique évidente puisqu’elle permet d’associer, dans un même opprobre, le nazisme et le communisme et participe, une fois encore, du combat que le PRL mène contre le PCF à la Libération. Mais elle a également une portée plus théorique et peut-être plus fondamentale puisqu’elle permet de lier très étroitement, sur le plan des principes, la liberté politique et la liberté économique, la seconde apparaissant comme la condition indispensable de la première. Dès lors, le dirigisme, fut-il le fait de partis plus modérés que le PCF, conduit tout droit au totalitarisme. Édouard Frédéric-Dupont, lors de la réunion fondatrice du 22 décembre 1945 estime ainsi que les nationalisations, « préparent la venue d’un régime totalitaire où l’État sera dieu. Le dirigisme de l’économie conduit au dirigisme des esprits à travers le dirigisme des conditions matérielles18 ». De façon plus explicite encore, le programme de 1948 est placé sous le patronage de Friedrich Hayek et cite en introduction un extrait de La route de la servitude. Or, si ce texte, paru au États-Unis en 1944 et repris dans une version simplifiée par le Reader Digest l’année suivante, a connu une forte diffusion dans le monde anglo-saxon, il est encore peu répandu en France, où il a été traduit en 1946 chez le principal éditeur libéral, la Librairie Médicis. Sa mention témoigne, au sein du parti, d’un certain goût pour le débat d’idées ainsi que d’un intérêt pour les thèses d’un libéralisme modernisé mais très marginal dans le monde intellectuel et politique français de l’immédiat après-guerre.

La critique des politiques interventionnistes d’après-guerre

33Ces principes libéraux, quelle que soit d’ailleurs leur inspiration, conduisent le PRL à s’opposer vivement aux politiques menées à la Libération et à un interventionnisme public systématiquement assimilé, dans le vocabulaire du parti, au socialisme.

  • 19 Ibid., Bulletin de liaison du PRL, no 7, 25 avril 1946, compte rendu du premier congrès fédéral à (...)

34Cette condamnation touche d’abord les mécanismes de l’économie dirigée qui avaient été mis en place durant la crise des années 1930 et la Guerre mondiale et qui sont en général prorogés, en raison des pénuries persistantes, dans l’immédiat après-guerre. C’est ainsi que le parti souhaite voir disparaître au plus tôt la répartition autoritaire des matières premières et des fameux « comités d’organisation » qui en sont chargés19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., Programme de 1948, précité, p. 9.

35Plus largement, il se montre opposé à l’emploi public et dénonce en des termes très vifs l’accroissement, jugé exponentiel, du nombre de fonctionnaires. Cette « odieuse bureaucratie de l’État » est systématiquement dépeinte sous le signe du désordre et du clientélisme20. Prolongeant son hostilité première aux nationalisations, le parti juge les nouvelles entreprises publiques particulièrement mal gérées. Le programme de 1948 le dit sans ambages : « C’est dans les entreprises nationalisées que l’on rencontre toujours le maximum de désordre, d’indiscipline et de gaspillage21. » Et le PRL n’hésite pas à donner des exemples précis d’entreprises privées qui réussissent mieux et qui sont, dans le secteur industriel notamment, concurrencées de façon déloyale par les entreprises publiques.

  • 22 Ibid., p. 17.

36Enfin, parmi les dernières manifestations de la croissance de l’État, figure une fiscalité qui, il est vrai, connaît à l’époque une forte augmentation : entre 1945 et 1949, le prélèvement fait plus que doubler en termes réels. Et pour le PRL, cette hausse concentre toutes les critiques, déclinées au rythme alors pluriannuel des lois d’impôts supplémentaires : elle alourdit les prix de revient et pèse sur la compétitivité ; elle provoque la fraude ; elle pèse sur l’investissement et elle va même jusqu’à compromettre, au terme d’un raisonnement difficilement compréhensible, la valeur de la monnaie22. Encore toutes les taxes ne sont-elles pas logées à la même enseigne. Sont particulièrement visés les impôts sur le capital, par exemple l’impôt de solidarité nationale de 1945, ou le prélèvement exceptionnel de lutte contre l’inflation de 1948 parce qu’il touche les travailleurs indépendants.

  • 23 Ibid., compte rendu précité de la réunion du 22 décembre 1945.

37Seule concession à l’esprit du temps, le PRL manifeste une certaine indulgence vis-à-vis de la planification et des appels apparaissent, chez certains de ses dirigeants, à la création d’un État stratège. Il lui appartient de fixer un cap et de donner une impulsion. Pendant le débat sur les nationalisations, Joseph Laniel reconnaît ainsi à l’État « le droit d’être un orientateur et un animateur de l’économie, mais il [n’accepte] pas qu’il soit l’État-trust23 ». C’est pour cela qu’on rencontre peu de critique de la planification, à condition que celle-ci reste purement indicative.

L’attachement à l’orthodoxie financière

38Le libéralisme du PRL ne se limite pas à la défense de la liberté d’entreprendre et la limitation stricte du rôle de l’État. Un autre thème, au moins aussi classique, est mis en avant : le respect des grands équilibres et l’attachement à l’orthodoxie financière qui, dans le contexte très particulier de la Libération, se décline de trois façons différentes.

  • 24 Ibid., Déclaration générale du parti, précitée d’avril 1946.
  • 25 Ibid., Activité parlementaire du PRL, février-mars 1946. Ce document reprend les interventions de (...)

39Il passe d’abord par un refus très net du déficit budgétaire. Le PRL a des mots très durs pour critiquer la façon dont les budgets sont votés, en déséquilibre et avec retard. Dès 1946, il met l’accent sur l’ampleur du déficit, estimé par lui au chiffre impressionnant – et largement invérifiable – de 200 milliards de francs. Le problème tient à une croissance considérable des dépenses ou, pour reprendre une expression imagée, à « l’insolente distribution des deniers publics », en particulier des dépenses de fonctionnement ou de personnel24. Les mêmes critiques sont reprises rituellement à chaque exercice budgétaire, en 1947, 1948 et 1949, avec d’autant plus d’ardeur que le thème cadre bien avec l’action parlementaire du parti et que la prolongation des procédures budgétaires lui offre une tribune quasiment permanente25.

  • 26 Ibid., par exemple, dans le Programme précité de 1948, p. 14.

40La recherche de l’équilibre budgétaire est d’autant plus nécessaire qu’elle s’inscrit dans une lutte plus large contre l’inflation, dont le PRL a fait l’une de ses priorités. Le climat de la Libération n’est pas, il est vrai, propice à la stabilité des prix, ceux-ci étant entre 1945 et 1949 multipliés par vingt, tandis que, dans le même temps, le franc perdait de sa valeur et devait plusieurs fois être dévalué. La mobilisation d’un des thèmes les plus classiques de la droite libérale n’est, dans ces conditions, pas très surprenante. Elle se double toutefois d’une préoccupation plus sociale, le parti insistant volontiers sur les effets de la hausse des prix sur les budgets ouvriers et le caractère illusoire des hausses de salaires nominaux26.

  • 27 J. Bouvier et F. Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une moderni (...)
  • 28 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Programme précité de 1948.

41L’action du PRL ne se résume cependant pas à ces références traditionnelles aux grands équilibres internes et externes. Une critique plus circonstancielle est portée sur les conditions de financement de la reconstruction. Sous la pression des événements ou en raison de choix délibérés, l’État est intervenu directement pour restaurer et moderniser un appareil productif et des infrastructures en grande partie détruits par la guerre. À défaut d’une épargne privée susceptible de s’investir à long terme, il a dû puiser dans des ressources de trésorerie et mobiliser les liquidités des Français, en mettant en place des modes de collecte tout à fait originales27. Cette hétérodoxie assumée heurte profondément le PRL, qui ne cesse d’en appeler à des techniques beaucoup plus traditionnelles. La reconstruction doit être pour lui limitée aux dépenses « supportables par l’économie du pays28 ». Les entreprises nationales ne doivent pas être privilégiées dans l’octroi des crédits, comme l’affirme par exemple René Depreux, dans un discours à l’Assemblée nationale en mars 1948 :

  • 29 Ibid., Le PRL a eu raison, discours de René Depreux à l’Assemblée nationale, 17 mars 1948, p. 59.

« La situation actuelle des entreprises nationalisées montre qu’il est indispensable de respecter plusieurs principes qui ont été méconnus : d’abord assurer à toute entreprise la possibilité de se procurer elle-même ses propres ressources, nécessaires à ses travaux d’équipement ; ensuite, employer avec économie lesdites ressources29. »

42Les critiques vont parfois plus loin et portent non plus sur le mode de financement, mais sur l’opportunité même de l’investissement. Le discours se fait alors franchement malthusien, à l’exemple d’Henri Rochereau qui estime à l’Assemblée nationale, le 6 avril 1949, que le pays investit trop et court un risque de surproduction :

  • 30 Ibid., p. 65.

« Nous ne sommes pas certains que la politique d’investissement actuellement suivie soit conforme aux nécessités. Si une révision complète des programmes d’investissements nationaux n’est pas effectuée – et ceci est vrai pour la France comme pour les autres pays, bien entendu – une surproduction dans plusieurs branches de l’activité économique guette le continent d’ici quelques années30. »

Un libéralisme conservateur

43L’affirmation de la liberté d’entreprendre, l’orthodoxie financière, la dénonciation du poids jugé excessif de l’État suffiraient à dessiner les contours d’un libéralisme très classique. D’autres thèmes, comme l’éloge du travail indépendant, viennent encore accentuer ce tropisme conservateur.

L’idéal des travailleurs indépendants

  • 31 Dans la brochure précitée de 1949, Le PRL a eu raison, plus de 20 pages recensent toutes les inter (...)
  • 32 Depuis 1934, les entreprises sont, en deçà d’un certain montant de chiffres d’affaires, taxée à l’ (...)
  • 33 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Programme précité de 1948, p. 10.

44Le PRL s’affiche en effet comme le défenseur de la petite entreprise. Les raisons de ces positions sont d’abord politiques. Non seulement le parti colle ainsi à son électorat naturel, mais il bat en brèche l’accusation d’être le « parti des trusts », régulièrement portée contre lui par la gauche communiste. Il accentue donc volontiers ce biais, se présentant comme le soutien inconditionnel des « petits » dont il porte, devant l’opinion ou au Parlement, les principales revendications31. C’est le cas en particulier en matière de fiscalité : le PRL dénonce régulièrement les privilèges des coopératives de distribution ou il intervient régulièrement pour critiquer la hausse jugée excessive des forfaits frappant les travailleurs indépendants32. Inversement, il se montre critique vis-à-vis de la grande entreprise, qui a selon lui « aggravé la domination du capital sur le travail » et « déshumanisé » celui-ci33.

45L’attitude du PRL n’est pas seulement mue, toutefois, par la défense d’une catégorie sociale qui lui est électoralement favorable. Elle s’explique également par des raisons de fond, qui tiennent à une certaine méfiance vis-à-vis du salariat et témoignent d’une conception organiciste de la société où l’individu est d’abord défini par son statut professionnel. La Déclaration générale de 1946 est révélatrice de ce point de vue :

  • 34 Ibid., Déclaration générale précitée, p. 1.

« Contrairement au marxisme, qui tend à faire de tous les hommes des prolétaires, le PRL veut élever leur condition en transformant le salariat en contrat d’association, ce qui doit permettre aux travailleurs de trouver les ressources nécessaires à l’amélioration de leur niveau d’existence et d’accéder à leur tour à la propriété34. »

  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid., Programme précité, p. 10.

46Les conditions de cette « association » restent cependant extrêmement floues. Le terme de « participation » est parfois prononcé, mais ses implications concrètes ne sont jamais précisées. Le PRL laisse ainsi aux syndicats « le soin […], par accord entre eux dans le cadre professionnel, d’en fixer par avance les modalités, comme il est d’usage entre associés35 ». Le plus souvent, le discours se teinte de nuances corporatistes. Le Programme de 1948 entend ainsi « réaliser une interpénétration des syndicalismes ouvriers et patronaux permettant aux travailleurs des contacts avec les chefs d’entreprises, leur facilitant l’étude des problèmes professionnels36 ». Mais quelle que soit la formule envisagée, il s’inscrit toujours dans le strict respect du pouvoir hiérarchique du chef d’entreprise. Socialement conservateur, ce modèle est en outre totalement suranné sur le plan économique et inadapté à la forte croissance de la France d’après-guerre, qui exige au contraire un développement important du salariat.

L’absence de défense réelle d’un capitalisme modernisé

47Certes le PRL n’est pas sans liens avec le monde des affaires et certains chefs d’entreprise importants figurent dans l’entourage du parti. C’est le cas, par exemple, du baron François de Nervo, dirigeant de la Banque d’Indochine et administrateur de nombreuses sociétés. De même, on peut citer Jacques Bouchayer, directeur d’une importante entreprise sidérurgique grenobloise, Bouchayer et Viallet, et vice-président du syndicat national de la chaudronnerie. De façon plus générale, des liens importants existent entre le CNPF et certains députés ou sénateurs du Parti.

  • 37 Voir F. Tristram, Une fiscalité…, op. cit., p 171 sqq.
  • 38 Bulletin du CNPF, no 62, février 1951. Exposé de Robert Labarre devant la 10e assemblée générale d (...)

48Toutefois, le parti peine à soutenir un capitalisme rénové. Aucune proposition modernisatrice n’émane de lui et, quand il doit défendre une disposition favorable au développement de la libre entreprise, il le fait en général avec maladresse. Un exemple en est donné avec le régime fiscal des stocks. Ce sujet qui de prime abord peut apparaître un peu technique, est en réalité d’une importance considérable pour les entreprises, en particulier pour les plus importantes d’entre elles. En période de forte inflation, la valeur nominale des stocks augmente et vient, de façon artificielle, rehausser le bénéfice imposable. Les organisations patronales réclament donc la prise en compte d’un « stock indispensable », qui serait soustrait de la définition du bénéfice fiscal37. Entre 1949 et 1951, des actions de sensibilisations sont menées en direction des milieux parlementaires par le service spécialisé du CNPF. Le PRL, sans d’ailleurs être le seul parti dans ce cas, se fait l’écho de ces revendications patronales. Au Conseil de la République, Henri Rochereau dépose ainsi en décembre 1950 un amendement demandant la constitution du stock indispensable, sans rencontrer de succès et en perturbant même l’action du patronat, ce dont se plaint amèrement le président de la commission de la fiscalité du CNPF, Robert Labarre, devant l’assemblée générale de la centrale patronale : « Le Conseil, allant au-delà de ce que nous demandions, nous a desservi, une fois de plus, dans la défense de nos intérêts, immédiats tout au moins, au lieu de nous servir38. »

49La raison de cette lacune tient sans doute à l’absence, au sein du parti, de véritables experts. C’est particulièrement vrai au Parlement. À l’Assemblée nationale, Joseph Laniel, en qualité d’ancien du CNR, ou Édouard Frédéric-Dupont interviennent régulièrement mais ne sont ni l’un ni l’autre des spécialistes des questions économiques ou financières. Jean Legendre, journaliste et chef d’entreprise – il a créé L’Oise Républicaine – et surtout Joseph Denais, sans doute le meilleur expert du parti, apparaissent plus à l’aise. Au Conseil de la République, le parti peut compter sur Henri Rochereau, qui a commencé sa carrière dans les organismes patronaux comme secrétaire général de la fédération des matériels de construction entre 1935 et 1939, mais qui quitte la Haute Assemblée dès 1949 ou encore Gustave Alric. L’ensemble apparaît donc très mince. En outre, à la différence des partis régulièrement représentés au gouvernement, le PRL ne dispose d’aucun relais dans les milieux administratifs, ce qui n’est pas sans limiter sa capacité d’action.

Le refus des compromis avec d’autres forces libérales

50Ce défaut d’expertise explique sans doute la difficulté qu’a le PRL à participer activement aux décisions parlementaires et à passer, pour ce faire, les compromis nécessaires avec d’autres forces libérales. Le décalage constaté dans la position du parti durant la période de la Libération perdure même après l’éclatement du tripartisme, alors qu’interviennent des reclassements politiques qui auraient pu lui être favorables.

  • 39 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Le PRL a eu raison, brochure précitée, p. 66.
  • 40 Ibid.

51Cette mise à l’écart volontaire se manifeste notamment lors de l’adoption du Plan Mayer-Schuman, entre décembre 1947 et janvier 1948. Le PRL aurait pu souscrire à ce qui apparaissait comme un plan de stabilisation classique, doublé d’une remise en ordre financière. Il va au contraire multiplier les critiques contre ses principales dispositions, en particulier la dévaluation du franc et la hausse des impôts. Il condamne particulièrement le prélèvement exceptionnel institué par la loi du 7 janvier 1948, qui il est vrai pèse principalement sur les travailleurs indépendants39. Le parti produit même une brochure au titre explicite, Le PRL contre le plan Mayer40. L’opposition constatée s’explique principalement par des raisons de fond, mais comporte sans doute une dimension tactique, le parti pensant ainsi disputer l’électorat conservateur à d’autres forces politiques, MRP ou radicaux notamment.

*

52Pour conclure, on peut noter l’importance de la thématique économique dans la constitution de l’identité du PRL. Or, sur ce plan comme sur d’autres, force est de constater un échec relatif. Le parti peine à définir une position porteuse d’avenir, à s’adapter à la nouvelle donne issue de la Libération et à se dégager des thèmes récurrents de la droite conservatrice de l’entre-deux-guerres. Il n’arrive pas à articuler l’affirmation de son identité libérale et la participation de ses membres fondateurs au CNR. Il ne prend pas part à la remise en ordre de 1947-1948 et se retrouve ainsi marginalisé dans la position d’éternel opposant.

Notes

1 F. Caron, « Le Plan Mayer : un retour aux réalités », Histoire, économie et société, no 3, 3e trimestre 1982, p. 428.

2 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Bulletin de liaison du PRL, no 1, 15 janvier 1946, compte rendu de la réunion du 22 décembre 1945 au palais des Glaces.

3 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, novembre 1945-janvier 1946, brochure rédigée par le PRL, p. 19.

4 Ibid., amendement déposé par Joseph Denais et Édouard Frédéric-Dupont.

5 Ibid., amendement déposé par Joseph Denais.

6 Ibid., amendement Joseph Denais et Édouard Frédéric-Dupont.

7 Ibid., amendement Joseph Denais, les administrateurs devant en outre être désignés par les obligataires eux-mêmes et non par le ministre des Finances.

8 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, brochure précitée, p. 24.

9 Ibid., p. 29.

10 Ibid., Déclaration générale du parti, rédigée à l’occasion du premier congrès national, les 26, 27 et 28 avril 1946 à Paris, p. 5.

11 Ibid., Programme du PRL, 3e édition, daté de 1948, p. 11.

12 Ibid., Trois mois d’opposition constructive, brochure précitée, p. 36. Le document interne du PRL reprend l’intervention d’André Mutter lors du débat à l’Assemblée du 2 décembre 1945.

13 Ibid., p. 21.

14 Ibid., Déclaration générale du parti, précitée, p. 1.

15 P. Leroy Beaulieu, L’État moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin, 1890.

16 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Déclaration générale du parti de 1946, op. cit., p. 14.

17 S. Audier, Néo-libéralisme(s), Une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012, p. 69 sq. sur le colloque Lippmann et p. 248 sq. ou 433 sq. sur la pensée de Wilhelm Röpke.

18 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, compte rendu précité de la réunion du 22 décembre 1945.

19 Ibid., Bulletin de liaison du PRL, no 7, 25 avril 1946, compte rendu du premier congrès fédéral à Paris.

20 Ibid.

21 Ibid., Programme de 1948, précité, p. 9.

22 Ibid., p. 17.

23 Ibid., compte rendu précité de la réunion du 22 décembre 1945.

24 Ibid., Déclaration générale du parti, précitée d’avril 1946.

25 Ibid., Activité parlementaire du PRL, février-mars 1946. Ce document reprend les interventions de nombreux élus du parti lors des débats budgétaires, notamment Christian Vieljeux, André Mutter ou Charles Desjardins. De même, dans Programme de 1948, précité, ou dans Le PRL a eu raison, brochure datée de juin-septembre1949.

26 Ibid., par exemple, dans le Programme précité de 1948, p. 14.

27 J. Bouvier et F. Bloch-Lainé, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, Fayard, 1986.

28 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Programme précité de 1948.

29 Ibid., Le PRL a eu raison, discours de René Depreux à l’Assemblée nationale, 17 mars 1948, p. 59.

30 Ibid., p. 65.

31 Dans la brochure précitée de 1949, Le PRL a eu raison, plus de 20 pages recensent toutes les interventions des parlementaires du parti en faveur des petits commerçants.

32 Depuis 1934, les entreprises sont, en deçà d’un certain montant de chiffres d’affaires, taxée à l’impôt proportionnel sur le revenu, non en vertu de leurs bénéfices réels, mais selon une base forfaitaire issue d’une discussion avec l’agent du fisc. La hausse des forfaits BIC (bénéfices industriels et commerciaux) est un thème récurrent chez les petits travailleurs indépendants au tournant des années 1950, dans un contexte qui évoque déjà le poujadisme. Voir F. Tristram, Une fiscalité pour la croissance. La direction générale des Impôts et la politique fiscale de 1948 à la fin des années 1960, Paris, CHEFF, 2005, p. 372.

33 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Programme précité de 1948, p. 10.

34 Ibid., Déclaration générale précitée, p. 1.

35 Ibid.

36 Ibid., Programme précité, p. 10.

37 Voir F. Tristram, Une fiscalité…, op. cit., p 171 sqq.

38 Bulletin du CNPF, no 62, février 1951. Exposé de Robert Labarre devant la 10e assemblée générale du CNPF le 19 janvier 1951, p. 17.

39 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8, Le PRL a eu raison, brochure précitée, p. 66.

40 Ibid.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540