Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Le PRL, un parti de parlementaires ?

Jérôme Pozzi und Sabrina Tricaud

Volltext

  • 1 M. Bernard, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième Républiqu (...)

1Le Parti républicain de la liberté est né, en quelque sorte, au Parlement, fin 1945, puisqu’il est l’émanation du groupe parlementaire de l’Unité républicaine constitué au Palais-Bourbon après les élections constituantes d’octobre 1945 qui prit le nom de « groupe parlementaire du Parti républicain de la liberté » en janvier 1946. Parti fondé par des parlementaires, animé, dirigé par des parlementaires… On ne pouvait consacrer une journée d’études à ce parti sans revenir sur « ses » élus. Plusieurs travaux antérieurs ont largement défriché le sujet, notamment les recherches de Jean-Paul Thomas, Mathias Bernard ou Rosemonde Sanson1. Les antécédents politiques des parlementaires du PRL et leurs filiations avec le Parti social français (PSF) du colonel de La Rocque, l’Alliance démocratique de Pierre-Étienne Flandin ou la Fédération républicaine de Louis Marin sont connus. Aussi avons-nous souhaité renouveler les perspectives en questionnant non plus seulement l’amont, mais davantage l’aval. Qui sont les parlementaires de cet éphémère parti et que sont-ils devenus après la mort de celui-ci ? Que peut-on conclure de leurs destinées politiques sur l’histoire du PRL et, plus largement, sur l’histoire de la droite modérée et du centre sous la IVe République ?

  • 2 Il s’agit des 35 membres du groupe de l’Unité républicaine au Palais-Bourbon.
  • 3 Charles Desjardins, député PRL de juin 1946 à son décès le 6 février 1951 est remplacé par Jean Mi (...)
  • 4 Jean-Paul Thomas comptait 68 parlementaires PRL. J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Libert (...)

2Cette étude repose sur l’analyse prosopographique du groupe des 74 députés et/ou sénateurs, qui ont appartenu au PRL, à son groupe parlementaire, ou s’y sont apparentés, entre les élections constituantes d’octobre 1945 jusqu’à celles de juin 1951, après lesquelles le groupe parlementaire PRL disparaît. Cette liste comprend donc les membres de la première Assemblée constituante élue en octobre 1945, dont l’adhésion au PRL est connue2, les membres du groupe PRL à la seconde Assemblée constituante élue en juin 1946 et les apparentés, les membres des groupes PRL à l’Assemblée nationale de novembre 1946 à juin 1951 et les apparentés, les membres du groupe PRL au Conseil de la République de 1946 à 1951 et les apparentés, ainsi que les parlementaires qui ont siégé en remplacement d’un élu du groupe PRL, s’ils se sont également inscrits au groupe PRL ou ont adhéré à un moment au PRL3. Ainsi, nos chiffres sont sensiblement différents de ceux avancés par nos prédécesseurs dans leurs travaux4.

3Après être revenus rapidement sur les antécédents politiques et la formation des parlementaires du PRL, nous analyserons leurs profils sociologiques et leur implantation locale, avant d’évoquer leur carrière politique après 1951.

Des hommes neufs ?

  • 5 Bulletin de liaison du PRL, 15 janvier 1946, FNSP, fonds Rémy-Granger, dossier PRL.

4Lors de la réunion fondatrice du PRL, le 22 décembre 1945, André Mutter explique que « nous voulons apporter dans ce pays des méthodes, des équipes nouvelles et des hommes neufs qui ont fait leurs preuves et qui sont sortis honnêtes de leurs luttes politiques. […] Le Parti républicain de la liberté n’est pas et ne sera pas le parti d’un homme, ni d’une caste, mais le parti d’une équipe : une équipe homogène d’hommes irréprochables, patriotes et républicains convaincus5 ».

  • 6 Voir M. Bernard, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 195. Avocat à Troyes, André (...)
  • 7 Voir J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 432. Outre le cas d’Edmon (...)
  • 8 Max Brusset fut membre fondateur de la JRF.
  • 9 Sur ces aspects, voir L. Bigorgne, « Le parcours politique d’une génération de “modérés” : les jeu (...)

5L’étude approfondie de leurs antécédents politiques dément largement cette affirmation d’un des leaders du parti, lui-même fort peu vierge de tout passé politique6. En réalité, la majorité des parlementaires du Parti républicain de la liberté a été formée politiquement sous la IIIe République, selon plusieurs canaux, qui ne s’excluent pas les uns les autres, mais peuvent s’additionner. Le principal canal de formation politique des futurs élus PRL fut la filière partisane : une grande partie des parlementaires du PRL a milité avant la Seconde Guerre mondiale au Parti social français (PSF). Jean-Paul Thomas estime ainsi qu’une « bonne moitié du personnel parlementaire PRL » est composée d’anciens membres ou de sympathisants du PSF7. D’autres parlementaires sont issus des deux formations modérées de l’entre-deux-guerres, l’Alliance républicaine démocratique (ARD), avec Jules Ramarony et Jospeh Laniel, et la Fédération républicaine (FR) avec Pierre Burgeot, secrétaire général de la Fédération républicaine du Rhône, Clovis Macouin ou encore Louis Rollin. Les deux mouvements de jeunesse de ces formations politiques, la Jeunesse républicaine française (la JRF), les cadets de l’Alliance, et les Jeunesses de la fédération républicaine (la JFR), ont formé des futurs parlementaires du PRL, tels Robert Bruyneel et Max Brusset, pour la JRF8, ou encore Jean Crouan, Jean Grousseaud et Édouard Frédéric-Dupont pour les jeunes de la Fédération républicaine9.

6Une autre filière de formation des futurs parlementaires PRL fut le passage par un cabinet ministériel de la IIIe République. Max Brusset par exemple fut membre des cabinets de Georges Pernot, futur élu du PRL lui aussi, ministre des Travaux publics en 1929-1930, de Désiré Ferry et de Camille Blaisot, avant de collaborer avec Georges Mandel. Robert Bruyneel appartint à plusieurs cabinets ministériels de ministres et secrétaires d’État à la Marine et à l’Air dans l’entre-deux-guerres. Édouard Frédéric-Dupont fut chef adjoint du cabinet de Désiré Ferry en 1928 et Louis Jacquinot occupa la même fonction auprès d’André Maginot en 1930.

  • 10 Entretien de Marcelle Devaud par Sabrina Tricaud le 21 novembre 2002. Sur les carrières et la form (...)

7Une filière spécifique semble caractériser la formation des deux femmes qui ont représenté le PRL au Parlement, Marcelle Devaud et Hélène de Suzannet, toutes deux épouses d’un député dont elles ont été les assistantes parlementaires dans l’entre-deux-guerres. Marcelle Devaud est l’épouse de l’ancien député de Constantine Stanislas Devaud, inéligible à la Libération, et Hélène de Suzannet est la veuve du député de la Vendée Jean de Suzannet, décédé en 1938 dans un accident automobile. Marcelle Devaud témoigne avoir été formée « sur le tas », en participant aux campagnes électorales de son mari et en assurant le secrétariat de sa circonscription. Elle affirme avoir été désignée comme candidate à la Libération « parce qu’[elle] était une des rares femmes qui connaissait la politique10 ».

  • 11 Joseph Laniel, sous-secrétaire d’État aux Finances du 21 mars au 10 mai 1940. Louis Jacquinot, sou (...)

8La majorité des parlementaires du Parti républicain de la liberté a donc milité, peu ou prou, au sein des mouvements et formations politiques de droite et du centre dans l’entre-deux-guerres. Une forte minorité a exercé un mandat local et/ou national sous la IIIe République (30 parlementaires sur 74 soit 40,5 %). Quinze parlementaires PRL, soit 20 % de l’échantillon, ont été députés et/ou sénateurs sous la République défunte, et quatre ont exercé des fonctions ministérielles (Joseph Laniel, Louis Jacquinot, Georges Pernot et Louis Rollin11). Parmi ces élus locaux et nationaux des années 1930, qui poursuivent après la guerre au PRL, on peut citer Charles Desjardins, maire de Remaucourt (Aisne) de 1919 à 1943, député de l’Aisne de 1919 à 1928. Battu aux élections législatives de 1928, il devient sénateur de l’Aisne en 1929, et est réélu en 1938. Édouard Frédéric-Dupont est député de la Fédération républicaine de 1936 à 1942 et conseiller municipal de Paris de 1933 à la Libération. D’autres futurs parlementaires du PRL sont des élus locaux solidement implantés depuis les années 1920-1930. Ainsi Armand de Baudry d’Asson, ancien militant de l’Action française, est conseiller municipal de la Garnache et conseiller général de Challans, en Vendée, dès 1935. Le marquis Roland de Moustier est attaché au cabinet du ministre de la Justice, Léon Bérard, en 1935-1936, puis directeur de cabinet du ministre de la Santé publique, Louis Nicolle en 1936, en même temps qu’il est conseiller général du canton de Rougement et maire de Cubry, dès 1935.

  • 12 Edmond Barrachin et Robert Montillot avaient perdu leurs sièges de député aux élections de 1936. L (...)
  • 13 O. Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées de députés et sénateurs français (1940-194 (...)
  • 14 Ibidem. Ont été relevés par les préfets : Pierre Burgeot, Jean Crouan, Édouard Frédéric-Dupont, Jos (...)
  • 15 FNSP, fonds Rémy-Granger, dossier PRL, direction de la propagande, note d’orientation no 2 à l’int (...)
  • 16 M. Bernard, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 197, écrit que le PRL « a une co (...)

9Dix futurs élus du PRL ont donc participé au vote du 10 juillet 194012. Tous sauf un, le docteur Joseph Lecacheux, votèrent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain13. Ils ont pu se présenter aux élections à la Libération car ils ont été relevés de leur inéligibilité par les préfets ou par le jury d’honneur pour leur attitude résistante14. Alors que la gauche, au premier chef le parti communiste, voit dans le PRL les réminiscences de vichystes et de collaborateurs, le PRL cherche à promouvoir l’image d’un parti de la Résistance, à l’image du « parti des fusillés ». En février 1946, la direction de la propagande du PRL édite une note d’orientation à l’intention des orateurs qui précise les titres militaires, les titres de guerre et les titres de résistance de tous les élus PRL. Les orateurs sont invités à faire « ressortir notamment les données résumées dans le paragraphe “éléments statistiques” et qui prouvent que la proportion des combattants et des résistants est, au sein du groupe parlementaire seul, tout au moins aussi forte que dans les autres groupes à l’Assemblée constituante15 ». La note de propagande conclut que 82 % des parlementaires ont mené des « activités de résistance ». Il est certes difficile de définir ce qu’on entend par « activités de résistance », outre la résistance dans des réseaux clairement identifiés, et il faut donc nuancer ce chiffre, comme l’avait déjà fait remarquer Mathias Bernard16. En effet, plusieurs futurs parlementaires du PRL ont exercé des fonctions sous Vichy, et furent membres de l’establishment de l’État français. Mais le PRL présente plusieurs exemples d’itinéraires de « vichysto-résistants ». Jean Crouan, membre du Conseil national de Vichy, a mené des activités résistantes qui lui valurent d’être arrêté par la Gestapo en 1943. Il est ensuite déporté politique à Dachau. Raymond Marcellin a occupé des fonctions sous le régime de Vichy. Nommé secrétaire général de l’Institut d’études corporatives et sociales, il est à ce titre décoré de la Francisque. Mais, il s’engage par ailleurs dans la Résistance et appartient au réseau de renseignement Alliance de Marie-Madeleine Fourcade et de Georges Loustaunau-Lacau. D’autres, sans participer à des organisations clandestines, eurent une attitude ostensiblement critique à l’égard du régime de Vichy et de l’Occupant. Michel Clemenceau adressa une lettre de protestation contre l’utilisation de la mémoire de son père par le gouvernement Laval. Il est arrêté et emprisonné au château d’Itter, avec Édouard Daladier, Paul Reynaud, et Léon Jouhaux. Il participa comme témoin à charge au procès du maréchal Pétain. Jean Moreau, nommé maire d’Auxerre par Vichy, s’opposa aux collaborationnistes et fut arrêté par la Gestapo en juin 1944.

  • 17 André Mutter dirigea le mouvement à partir de la fin 1944 et siège à ce titre au CNR. Voir A. Mutt (...)
  • 18 Sont en outre titulaires de la médaille de la Résistance : Henri Bergasse, Robert Bétolaud, René D (...)

10Enfin, plusieurs ont milité dans les mêmes réseaux de résistances, en particulier Ceux de la Libération-Vengeance, avec André Mutter17, Michel Peytel, Louis Rollin, Charles Schauffler, Combat avec Max Brusset, le Mouvement de libération nationale (MLN) avec Pierre Hénault, Jules Ramarony, ainsi que le réseau Alliance avec Louis Jacquinot, Raymond Marcellin et Christian de Vieljeux dont le père, membre de cette même organisation, est fusillé au Struthof en 1944. Certains parlementaires du PRL ont rejoint la France Libre, tels Edmond Barrachin et Jean-Marie Bouvier O’Cottereau, d’autres s’engagent dans les FFI : Robert Bétolaud, qui est en 1944 chef du 1er bureau de l’état-major FFI de la région parisienne, Pierre July ou Jacques Chombart de Lauwe. Mobilisé en 1939, fait prisonnier, ce dernier s’évade et s’installe en Loire-inférieure où il organise la résistance sous le nom de colonel Félix. Chef départemental FFI, il soutient les Alliés lors du siège de Saint-Nazaire en septembre 1944, participe à la libération de Nantes et demeure commandant du secteur jusqu’en mars 1945. Louis Audibert fut le chef de l’armée secrète pour les régions M2 et M3 (Bretagne). Arrêté, il est déporté à Buchenwald. Il est décoré de la rosette de la Résistance. Armand de Baudry d’Asson fut lui aussi déporté à Neuengamm en juin 1944. Il est titulaire de la croix du combattant volontaire de la Résistance18.

  • 19 M. Dogan, « Les professions propices à la carrière politique. Osmoses, filières, viviers », in M. (...)

11À la Libération, plusieurs futurs parlementaires du PRL sont ainsi membres des comités départementaux de Libération (Robert Bétolaud, membre du Comité parisien de Libération ; Clovis Macouin, vice-président du CDL des Deux-Sèvres ; Olivier de Sesmaisons, membre du CDL de Loire-inférieure ; Hélène de Suzannet membre du CDL de Vendée), ou du Conseil national de la Résistance (Jospeh Laniel et André Mutter). D’autres ont siégé à l’Assemblée consultative provisoire (Robert Bruyneel, Jean Crouan, Joseph Denais, Bernard Quenault de la Groudière). D’après nos calculs, ce sont 37 parlementaires PRL sur 74 qui peuvent être qualifiés de « résistants », soit exactement la moitié d’entre eux. Si les parlementaires du PRL ne sont pas des novices en politique, il est vrai que la majorité a participé à la Résistance. En cela, ils sont représentatifs de la classe politique française à la Libération, principalement issue de ce « creuset de la Résistance19 ».

La France des notables

  • 20 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8. « Notice sur l’organisation des fédérations et sur la propaga (...)
  • 21 D. Bellamy, Geoffroy de Montalembert (1898-1993). Un aristocrate en République, Rennes, PUR, 2006 (...)
  • 22 G. Le Béguec, La République des avocats, Paris, Armand Colin, 2003.
  • 23 Adolphe Aumeran est né en 1887 à Philippeville (Constantine), descendant de colons spécialisés dan (...)

12Un an après la création du mouvement, en décembre 1946, une notice sur l’organisation des fédérations et sur la propagande précise que le recrutement général des adhérents doit être accéléré et qu’il « est essentiel d’attirer à notre parti des notables qui constituent les véritables cadres électoraux du pays. À cet effet, il faut viser spécialement les élus et anciens élus cantonaux et municipaux, les grands électeurs désignés le 24 novembre dernier sur des listes nationales ou d’intérêts communaux, sans omettre tous les anciens candidats à ces diverses fonctions qui sont sortis de l’épreuve avec les honneurs de la bataille20 ». Les parlementaires PRL correspondent largement à cette définition. La plupart d’entre eux sont des notabilités locales, solidement implantées depuis plusieurs décennies, souvent avant la guerre, parfois depuis plusieurs générations. Ainsi, 16 parlementaires du PRL, soit un peu moins du quart de notre effectif, sont des héritiers en politique, c’est-à-dire qu’un membre de leur famille au moins fut un élu local ou national. Si les antécédents familiaux de Joseph Laniel, Michel Clemenceau ou Geoffroy de Montalembert21 sont connus, on sait peut-être moins que Hubert Lefèvre-Pontalis est le petit-fils d’Amédée Lefèvre-Pontalis, représentant de l’Eure-et-Loir à l’Assemblée nationale en 1871 et le petit-neveu d’Antonin Lefèvre-Pontalis, député de la Seine-et-Oise en 1869-1870 puis du Nord de 1885 à 1889. Armand de Baudry d’Asson est issu d’une famille de parlementaires vendéens. Son grand-père fut député des Sables-d’Olonne de 1876 à 1914. Son père lui succéda à la Chambre et fut sénateur de 1927 à 1936. Henri Bergasse compte parmi ses aïeux des députés aux États généraux de 1789. Détenteurs de fiefs électoraux acquis depuis plusieurs générations, les parlementaires PRL sont des notables de profession, en ce sens que les professions qu’ils revendiquent les rattachent à ce vocable. On ne trouve, dans ce groupe, nul député issu des milieux populaires et ouvriers. Une importante fraction exerce la profession d’avocat (19 sur 74 soit 25,6 %), profession particulièrement propice à la carrière politique comme l’ont montré les travaux de Gilles Le Béguec22. 14 sont des industriels ou des entrepreneurs, notamment dans le secteur agroalimentaire et le négoce, de la métropole ou de l’empire, en particulier en Afrique du Nord. Ces avocats et hommes d’affaires sont très étroitement liés au monde de la presse, à l’image du général Aumeran, homme d’affaires et publiciste en Algérie23, d’André Mutter, fondateur et directeur du journal L’Est Éclair, ou bien de Pierre July, avocat et patron de presse (président de l’Écho républicain à Chartres). Un troisième groupe rassemble les propriétaires-exploitants (9 sur 14 soit 12 %). Il s’agit principalement de gros propriétaires terriens de la France de l’Ouest et de l’Afrique du Nord (Jean-Marie Bouvier O’Cottereau au Maroc, Roger Catroux et Fernand Chevallier en Algérie), et non pas de petits « agriculteurs » comme le revendique Geoffroy de Montalembert sur ses professions de foi. Les autres élus du PRL exercent les métiers de journaliste, d’ingénieur, d’autres sont des militaires (officiers supérieurs), médecins… Les parlementaires PRL cumulent donc plusieurs formes de capital hérité : capital économique, capital politique et capital local. Ces différentes caractéristiques sociologiques les classent bien à droite de l’échiquier politique.

  • 24 Voir la carte en annexe de notre communication.
  • 25 Sur ces analyses, se reporter à J. Grévy, « Existe-t-il un espace géographique modéré ? Essai de c (...)
  • 26 F. Goguel, Géographie des élections françaises sous la IIIeRépublique, Paris, A. Colin, FNSP, 1970 (...)
  • 27 De même, J.-M. Mayeur, dans La vie politique sous la IIIeRépublique, Paris, Le Seuil, 1984, p. 420 (...)

13Par ailleurs, elles reflètent également la géographie des élus, comme le montre l’analyse de la carte des élus du PRL24. Elle fait nettement apparaître l’espace électoral du PRL, qui est majoritairement celui de la France de l’Ouest, à l’ouest d’une ligne Laon/Bordeaux, à l’exception de la Lorraine, de la Bourgogne, de l’est du Massif central. Les terres d’élection et de prédilection du PRL sont l’ouest breton et normand, les basses vallées de la Seine et de l’Oise, la Vendée, la Gironde. Si l’on se prête au jeu des comparaisons, force est de constater que, d’une part, cette géographie des parlementaires du PRL correspond presque parfaitement à « l’espace politique des modérés » tel qu’il a été défini lors du colloque de Nancy en 1998 et qui s’est progressivement dessiné à partir des années 188025. D’autre part, si l’on suit les analyses de François Goguel dans sa Géographie des élections françaises sous la IIIeRépublique26, il y a de fortes similitudes avec les scores obtenus par les droites en 1932 et 1936 dans ces mêmes départements. Il s’agit de départements où les droites ont fait plus de 37,5 % des inscrits (et jusqu’à plus de 60 % parfois) en 1932 et 1936. François Goguel parle d’une ligne La Rochelle-Genève. La géographie du PSF, décrite dans les travaux de Jean-Paul Thomas, ou bien celle de la Fédération républicaine dans les années 1930, présente également de fortes similitudes avec celle du PRL27.

Itinéraires des parlementaires du PRL après 1951 et 1958

14Pour juger de la postérité du PRL, il convient de s’interroger sur les itinéraires de ses députés et sénateurs au lendemain des élections législatives du 17 juin 1951, date à laquelle le PRL se fond dans le CNIP de Roger Duchet, celui-ci rassemblant des élus modérés issus de plusieurs groupes parlementaires. Toutefois, il faut souvent remonter à l’irruption du RPF sur la scène politique pour comprendre un certain nombre de passages entre le PRL et le mouvement gaulliste, même si les intéressés ont plutôt tendance à rejoindre la maison modérée que la famille gaulliste avant le scrutin législatif de 1956. Par ailleurs, nous devons également nous interroger sur l’impact de l’avènement de la Ve République dans les rangs des anciens du PRL. L’année 1958 marque-t-elle la fin de leur carrière parlementaire ou peut-elle être considérée comme un nouveau départ ?

  • 28 Cinquante-cinq d’entre eux ont été députés, 13 ont siégé au Sénat et 6 ont été membres des deux As (...)
  • 29 J. Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 275. Signalons qu’Henri B (...)
  • 30 Chef de cabinet de Georges Mandel (1934-1940), Max Brusset est battu par Jean Lacaze (CNIP).

15Parmi les 74 parlementaires28 de notre échantillon, 23 ont été membres du RPF et 8 d’entre eux ont ensuite rejoint le CNIP, à l’instar du sénateur de l’Aube Gustave Alric (1946-1967), élu en 1946 sur une liste PRL et réélu en 1948 sous les couleurs du RPF. En juin 1955, il est à nouveau réélu au Conseil de la République, mais cette fois sur une liste des Indépendants et Paysans. Cet itinéraire est analogue à celui du sénateur d’Ille-et-Vilaine Marcel Rupied (1948-1958), qui avait été élu député PRL à la 1re Assemblée nationale constituante. Ce passage du PRL au RPF, avant de rejoindre le CNIP, est également le chemin suivi par les députés Pierre Hénault (Manche ; 1948-1962) – ancien vice-président du PRL (1946-1948) –, Jean Legendre (Oise ; 1945-1962) et Olivier de Sesmaisons (Loire-Inférieure ; 1945-1967). Un grand nombre d’anciens du PRL ont ainsi apporté leur soutien à Antoine Pinay le 6 mars 1952, ce qui marque leur départ du RPF. Parmi les 27 députés rebelles du Rassemblement qui votent l’investiture d’Antoine Pinay, un tiers sont issus du PRL (Édouard Frédéric-Dupont, Robert Montillot, Henri Bergasse, Pierre Hénault, Pierre July, Jean Legendre et Olivier de Sesmaisons). Cette dissidence se poursuit dans la création du groupe parlementaire « Action républicaine et sociale » (ARS, 12 juillet 1952) où l’on retrouve aux premières loges Edmond Barrachin (président du groupe ARS), Édouard Frédéric-Dupont (vice-président du groupe ARS) et Henri Bergasse29. Néanmoins, quelques anciens du PRL demeurent fidèles au gaullisme d’opposition sous la IVe République, comme par exemple Max Brusset, député RPF puis Républicain social de Charente-Maritime, même si le maire de Royan (1953-1959) est battu sous les couleurs de l’UNR aux élections législatives de novembre 195830 ; de Philippe d’Argenlieu – cousin de l’amiral Thierry d’Argenlieu – sénateur de la Sarthe (1951-1958). Le CNIP a été, ce qui est somme toute naturel, la principale structure d’accueil des naufragés du PRL, puisque 29 d’entre eux sur 74 l’ont rejoint. La scission du RPF en mars-juillet 1952, qui s’inscrit dans la logique de l’échec électoral de juin 1951, met donc fin, en quelque sorte, au rapprochement circonstanciel entre modérés et gaullistes. Si la rupture de 1952 semble donc majeure, qu’en est-il de celle de 1958 ? La fin de la IVe République sonne-t-elle le glas des anciens du PRL au Parlement ?

  • 31 À l’instar de Louis Audibert (décédé en 1955), Charles Desjardins (1951), Charles Schauffler (1951 (...)
  • 32 Aux élections législatives du 17 juin 1951, Xavier Bouvier occupe la troisième place de la liste d (...)
  • 33 Cf. F. George, Les modérés en Meurthe-et-Moselle de la Libération au début des années cinquante, m (...)
  • 34 J. Pozzi, « L’Union pour la Nouvelle République (UNR) et les dissidents à la conquête du Palais-Bo (...)

16En fait, 52 des 74 parlementaires du PRL n’exercent plus de mandat national après 1958 et ce pour trois raisons. Tout d’abord, certains d’entre eux sont décédés31, à l’instar de Charles Schauffler, ancien Croix-de-Feu et secrétaire général du PRL. Ensuite, d’autres se sont retirés de la vie politique avant 1958, soit de leur plein gré comme le général Adolphe Aumeran, délégué général du PRL et député d’Algérie (1946-1956) ou Jean-Marie Bouvier O’Cottereau (Mayenne, 1945-1956) ; ou bien parce qu’ils ne sont pas parvenus à être réélus, comme Michel Clemenceau, président du PRL qui est battu en 1951 (Seine-et-Marne), Xavier Bouvier en Ille-et-Vilaine, battu en 195132 et en 1956, alors qu’il occupe la seconde place sur la liste des Républicains sociaux conduite par Pierre de Bénouville. Enfin, d’autres sont battus en 1958, comme Pierre André (1946-1958) et Jean Crouzier en Meurthe-et-Moselle33 ; Armand de Baudry d’Asson en Vendée (1946-1958), qui joua un rôle moteur pour le PRL vendéen et qui était le beau-frère d’Étienne Burin des Roziers ; ou encore Auguste Joubert dans le Doubs (1945-1958) et Pierre July en Eure-et-Loir (1945-1958). Tout compte fait, une bonne partie des parlementaires PRL élus en octobre 1945 à la 1re Assemblée constituante subissent de plein fouet la vague UNR de 195834 et sont par conséquent contraints de mettre un terme à leur carrière politique.

  • 35 Henry Bergasse, Marcelle Devaud, Édouard Frédéric-Dupont, Pierre Hénault, Louis Jacquinot, Jean Le (...)
  • 36 Gustave Alric, Edmond Barrachin, Jacques Boisrond, Julien Brunhes, Robert Bruyneel, Jacques Delala (...)
  • 37 J. Pozzi, « Louis Jacquinot et le gaullisme », in O. Dard, G. Richard, J. Bour, L. Gueit-Montchal, (...)
  • 38 V. Man, Marcelle Devaud, itinéraire exceptionnel d’une femme politique française, Paris, Eulina Ca (...)
  • 39 Marcelle Devaud est battue aux élections législatives de 1962 par le candidat communiste Waldeck L (...)
  • 40 Il s’agit des cantons de Nogent-sur-Marne, Saint-Maur-des-Fossés, Charenton-le-Pont, ivry-sur-Sein (...)
  • 41 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, liste des membres du comité directeur du PRL, 11 décembre 1946
  • 42 J. Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux (1958-1976), Rennes, PUR, 201 (...)
  • 43 Michel Peytel est battu aux élections législatives de 1962 par Gaston Bleuse, figure du PSU et mai (...)

17À l’inverse, 22 rescapés du PRL poursuivent leur carrière parlementaire après 1958 et se répartissent en deux parts égales entre le Palais-Bourbon35 et celui du Luxembourg36. À l’Assemblée nationale, il faut souligner la longévité parlementaire de quelques-uns de ces rescapés, à l’instar de Louis Jacquinot37 par exemple, même s’il ne fit qu’un passage éclair au PRL, comme apparenté à son groupe parlementaire (mars-juin 1946). Le député de la Meuse conserve sa circonscription de 1932 à 1973 à travers trois Républiques. Les itinéraires de deux gaullistes peuvent aussi être évoqués, même s’ils s’inscrivent moins dans la durée que Louis Jacquinot, ce qui est toutefois à nuancer puisqu’il s’agit, en l’occurrence, de Marcelle Devaud38 et Michel Peytel. La sénatrice de la Seine (1946-1958) est vice-présidente du groupe PRL de la Haute Assemblée (1946-1952), avant de rejoindre le RPF et d’être élue députée UNR de la circonscription de Colombes en 195839, ville dont elle devient maire l’année suivante (1959-1965). Quant à Michel Peytel, élu député en novembre 1946 (Seine), il appartient au comité directeur du PRL et se présente en deuxième position sur la liste RPF conduite par Louis Vallon dans le quatrième secteur de la Seine en 195140. Cette liste obtient trois sièges : Louis Vallon, Michel Peytel et Irène de Lipkowski, elle-même membre du comité directeur en 194641. Bien qu’il soit battu en 1956 sur une liste des Républicains sociaux, Michel Peytel fait son retour à l’Assemblée en 1958 dans la vague bleue UNR42 où il représente la circonscription de Charenton43.

  • 44 Edmond Pezé, député UNR (1958-1967), a appartenu au comité directeur du PRL en 1946, 1948 et 1949. (...)

18Au Sénat, on ne retrouve qu’un seul ancien parlementaire du PRL au sein du groupe UNR, puisqu’il s’agit de Jean de Geoffre. Député du Maine-et-Loire (1946-1951), il rejoint le groupe RPF du Palais du Luxembourg en 1951 après avoir remporté l’élection partielle organisée pour remplacer Victor Chatenay, élu à l’Assemblée. Réélu en 1959, il s’inscrit au groupe UNR. En fait, une poignée de parlementaires issus du PRL ont trouvé refuge au Sénat, après avoir connu l’échec aux législatives de 1958, avec parfois des situations cocasses. Ainsi, Edmond Barrachin est battu en 1958 (35e circonscription de la Seine : Courbevoie, La Garenne) par le candidat de l’UNR Edmond Pezé, alors qu’ils appartenaient tous les deux au comité directeur du PRL44. Le tombeur de Barrachin a récolté les fruits de son enracinement local, puisqu’il était adjoint au maire de Neuilly depuis 1947 et conseiller général depuis 1953. De même Robert Bruyneel, ancien député PRL, puis indépendant du Loir-et-Cher (1945-1948), est battu en 1958. Cette défaite aurait pu marquer la fin de sa carrière politique, mais il rejoint les bancs du Sénat en octobre 1961 (1961-1974), suite au décès de Jacques Boisrond, qui avait été élu sénateur du PRL en 1946 et avait été réélu jusqu’alors. Ce jeu de « chaises musicales » entre anciens du PRL, qu’il s’agisse du combat Barrachin/Pezé en 1958 ou du remplacement de Boisrond par Bruyneel en 1961, témoigne de l’héritage de ce petit parti de la droite modérée sur le temps long.

  • 45 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, PRL – Bulletin d’information des cadres du parti, no 13-14, ju (...)
  • 46 Un moment apparenté aux Républicains indépendants (RI), Paul Estèbe a vite suivi André Liautey dan (...)
  • 47 Cf. O. Verdier, Action politique et défense des intérêts catégoriels. André Liautey et le monde de (...)
  • 48 Député indépendant de la Seine (1956-1962).
  • 49 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, liste des membres du comité directeur du PRL, 11 décembre 1946
  • 50 Jacques Féron a été député indépendant de la Seine (1956-1962). Sous la Ve République, le député d (...)

19Cet héritage prend également toute sa place lorsque l’on dépasse le cercle des 74 parlementaires PRL stricto sensu et que l’on élargit la focale aux membres de son comité directeur. En effet, cette instance est composée d’une pépinière de futurs élus nationaux de droite des IVe et Ve Républiques. Ainsi, pour la IVe République, il convient de souligner la présence de Paul Estèbe, vice-président de la fédération girondine du PRL et membre du comité directeur en 194845, qui est élu député en 195146 sous l’étiquette du « Rassemblement des groupes républicains et indépendants français » (RGRIF), le groupement électoral d’André Liautey47. De même, Michel Raingeard, représentant de la fédération de Loire-Inférieure. Il est élu député RPF en 1951 (1951-1958), avant de rejoindre le groupe ARS en 1952, puis le groupe IPAS en 1956. Pour sa part, Philippe Vayron48, qui animait l’antenne jeune du PRL49, est élu député indépendant de la Seine en 1956. Le comité directeur du PRL a aussi alimenté en aval le fleuve de la République gaullienne, comme en témoigne la présence des compagnons Edmond Thorailler (Eure-et-Loir, 1958-1967, 1968-1973), Henri Duvillard (Loiret, 1958-1978) – ministre des Anciens combattants (1967-1972) – et Jacques Féron qui retrouve les travées de l’Assemblée nationale en 1978 et s’apparente alors au groupe RPR, après avoir été élu comme indépendant en 195650.

  • 51 Il s’agit de : Jean Legendre (Compiègne, 1945-1954 et 1959-1987) ; Raymond Marcellin (Vannes, 1965 (...)
  • 52 En dehors des 10 maires dont les noms ont été cités précédemment, il convient d’ajouter : Joseph A (...)

20Le PRL a donc été un point de chute bien utile pour des hommes qui avaient débuté leur cursus honorum sous la IIIe République et dans le contexte d’une droite discréditée à la Libération, même si certains parlementaires PRL furent incontestablement des résistants de la première heure. Toutefois, il ne faudrait pas réduire le PRL à la simple expression parlementaire d’une droite en miettes en 1945, dont les représentants n’auraient pas pu s’implanter localement. Parmi les 74 parlementaires de cet aréopage, 10 ont exercé des fonctions mayorales51, comme Jean Legendre à Compiègne (1947-1954 ; 1959-1987), avant qu’il ne laisse son fauteuil en 1987 à Philippe Marini (sénateur de l’Oise depuis 1992) ; André Mignot à Versailles (1947-1977) ; Hubert Pajot à Fontainebleau (1945-1959) ; René Dubois à La Baule (1945-1971) auquel Olivier Guichard succède en 1971 ou encore Raymond Marcellin à Vannes (1965-1977). En outre, si on étend les mandats à ceux de conseiller général et de conseiller municipal, le PRL a rassemblé 28 élus locaux52, même si les trois-quarts d’entre eux ont exercé un mandat local après leur entrée au Parlement, ce qui confirme la thèse que cette formation fut avant tout un parti de parlementaires, plutôt qu’un pôle de rassemblement d’élus locaux. Enfin, quant à la participation des parlementaires à la vie du parti, 36 parlementaires sur 74 ont exercé des responsabilités dans ses instances de direction, ce qui témoigne d’un fort degré d’imbrication entre l’appareil partisan et son groupe parlementaire. D’ailleurs, avec le recul, on peut se demander qui n’a pas été membre du comité directeur du PRL, transformant cette instance en une sorte d’« armée mexicaine », même si l’on sait que les grandes orientations émanaient du bureau politique.

21Les parlementaires PRL présentent toutes les caractéristiques de leurs pairs de la droite sous la IVe République. Si le PRL a pu être perçu comme une structure d’accueil pour une droite en miettes à la Libération, il semble qu’il a joué avant tout un rôle de trait d’union ou de sas entre les formations modérées de la IIIe République et les Indépendants sous la IVe, plus qu’il n’a été une école de formation de la droite. Cette formation politique a donc alimenté en aval le fleuve de la droite parlementaire, qu’il s’agisse de sa composante indépendante ou gaulliste, même si les passages avec la première ont été plus nombreux qu’avec la seconde. Enfin, il apparaît que la courte existence du PRL est compensée par la relative longévité de certains de ses parlementaires et de ses cadres dans l’espace politique. Le PRL a réussi à être un parti de parlementaires, fondé et dirigé par des parlementaires, et dont la pérennité a été assurée après sa mort par les parlementaires.

Tableau 1 – Les parlementaires du PRL

Tableau 1 – Les parlementaires du PRL
  • 53 Pierre Hénault siège dans cette législature en remplacement de Joseph Lecacheux, élu sénateur en 1 (...)

Notes 5353

  • 54 Jean Grousseaud siège en remplacement de Charles Schauffler, décédé en mai 1951. Jean Grousseaud e (...)

Notes 5454

Carte 1 – Implantation des parlementaires du PRL en France métropolitaine (1945-1951)

Carte 1 – Implantation des parlementaires du PRL en France métropolitaine (1945-1951)

Anmerkungen

1 M. Bernard, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998 ; R. Sanson, L’Alliance républicaine démocratique. Une formation du centre (1901-1920), Rennes, PUR, 2003 ; J.-P. Thomas, Droite et Rassemblement du PSF au RPF 1936-1953. Hommes, réseaux, cultures. Ruptures et continuités d’une histoire politique, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Serge Berstein, IEP de Paris, 2002 ; J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Liberté (1945-1951). Ambiguïté et échec d’une tentative de recomposition politique », in F. Roth (dir.), Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, PUN, 2000, p. 431-440 ; M. Bernard, « Le Parti républicain de la Liberté (PRL) ou l’impossible union des droites (1946-1948) », in G. Richard et J. Sainclivier (dir.), La recomposition des droites en France à la Libération 1944-1948, Rennes, PUR, p. 191-203.

2 Il s’agit des 35 membres du groupe de l’Unité républicaine au Palais-Bourbon.

3 Charles Desjardins, député PRL de juin 1946 à son décès le 6 février 1951 est remplacé par Jean Milcent. Ce dernier ne s’inscrit pas au groupe parlementaire PRL, mais au groupe de l’Action démocratique et sociale. Il est donc exclu du corpus étudié. Jean Grousseaud, député de mai à juin 1951 en remplacement du député PRL Charles Schauffler, s’inscrit au groupe RPF. Mais, il a été candidat sur la liste PRL en novembre 1946 et membre du comité directeur du PRL. Il est donc comptabilisé dans le groupe des parlementaires PRL. Il y eut, au cours de la première législature de la IVe République, de nombreuses défections de parlementaires inscrits au groupe PRL : le député Robert Bétolaud n’est plus inscrit au groupe en janvier 1950, de même que ses collègues Louis Rollin, Jules Ramarony et André Mutter, exclu du parti en mai 1947. Louis Jacquinot fit un éphémère passage au PRL : il s’apparente au groupe PRL de l’Assemblée nationale au moment de sa constitution jusqu’aux élections de juin 1946, puis s’inscrit au groupe des républicains indépendants dans la seconde Assemblée constituante. Cf. O. Dard, G. Richard, J. Bour, L. Gueit-Montchal (dir.), Louis Jacquinot. Un indépendant en politique, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2013.

4 Jean-Paul Thomas comptait 68 parlementaires PRL. J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 431. Voir le tableau des parlementaires du PRL en annexe de notre communication.

5 Bulletin de liaison du PRL, 15 janvier 1946, FNSP, fonds Rémy-Granger, dossier PRL.

6 Voir M. Bernard, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 195. Avocat à Troyes, André Mutter dirigea les Jeunesses patriotes dans le département de l’Aube avant la guerre. Proche du PSF, il participa également à des réunions de la Fédération républicaine et du Parti républicain national et social.

7 Voir J.-P. Thomas, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 432. Outre le cas d’Edmond Barrachin, directeur du bureau politique du PSF d’octobre 1936 jusqu’à la guerre, on peut citer Marcelle Devaud qui milita au PSF avec son époux le député Stanislas Devaud, ainsi qu’Henri Roulon, membre du PSF et président de la Fédération auboise du Parti agraire, ou encore Jean Legendre.

8 Max Brusset fut membre fondateur de la JRF.

9 Sur ces aspects, voir L. Bigorgne, « Le parcours politique d’une génération de “modérés” : les jeunes de la Fédération républicaine », in F. Roth, Les modérés…, op. cit., p. 385-395. Il note ainsi que « c’est le PRL et non la Fédération, reconstituée mais moribonde, qui a accueilli » les jeunes de la Fédération républicaine à la Libération, ibid., p. 393.

10 Entretien de Marcelle Devaud par Sabrina Tricaud le 21 novembre 2002. Sur les carrières et la formation politique de ces deux femmes, se reporter à S. Hubac (Tricaud), « Des femmes aux élections législatives en France de 1945 à 1968 : veuves d’hommes politiques célèbres et femmes d’inéligibles », Parlement[s]. Histoire et Politique, no 3, 2005, p. 94-113.

11 Joseph Laniel, sous-secrétaire d’État aux Finances du 21 mars au 10 mai 1940. Louis Jacquinot, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur du 21 mars au 10 mai 1940. Georges Pernot, ministre des Travaux publics du 3 novembre 1929 au 17 février 1930 et du 2 mars au 4 décembre 1930, ministre de la Justice du 8 novembre 1934 au 4 juin 1935, ministre du Blocus du 13 septembre 1939 au 20 mars 1940, ministre de la Famille et de la Santé du 5 au 16 juin 1940. Louis Rollin, ministre de la Marine marchande du 3 novembre 1929 au 13 décembre 1930, ministre du Commerce et de l’Industrie du 27 janvier 1931 au 20 février 1932 et du 21 mars au 18 mai 1940, ministre du Commerce et des PTT du 20 février au 3 juin 1932, ministre des Colonies du 13 octobre 1934 au 24 janvier 1936 et du 16 mai au 18 juin 1940.

12 Edmond Barrachin et Robert Montillot avaient perdu leurs sièges de député aux élections de 1936. Louis Jacquinot fut absent du vote du 10 juillet 1940, ainsi que Joseph Denais et Bernard Quénault de la Groudière, tous deux embarqués à bord du Massilia. Les dix parlementaires qui ont participé au vote sont Pierre Burgeot, Jean Crouan, Charles Desjardins, Édouard Frédéric-Dupont, Joseph Laniel, Joseph Lecacheux, Clovis Macouin, Geoffroy de Montalembert, Georges Pernot et Louis Rollin.

13 O. Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées de députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2001.

14 Ibidem. Ont été relevés par les préfets : Pierre Burgeot, Jean Crouan, Édouard Frédéric-Dupont, Joseph Laniel, Clovis Macouin, Geoffroy de Montalembert, Georges Pernot. Ont été relevés par le jury d’honneur Charles Desjardins et Louis Rollin. À titre d’exemple, Charles Desjardins a été révoqué de ses fonctions de maire par Vichy parce qu’il s’opposait publiquement à l’occupant. Il est arrêté et interné en 1943. C’est pour son comportement anti-allemand en 1943 qu’il est relevé de son inéligibilité.

15 FNSP, fonds Rémy-Granger, dossier PRL, direction de la propagande, note d’orientation no 2 à l’intention des orateurs du parti, 5 février 1946.

16 M. Bernard, « Le Parti républicain de la Liberté… », op. cit., p. 197, écrit que le PRL « a une conception extensive de la Résistance ». À titre de comparaison, N. Castagnez estime qu’environ 70 % des parlementaires socialistes de la IVe République sont d’anciens résistants. Voir N. Castagnez, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la IVe République, Rennes, PUR, 2004, p. 78.

17 André Mutter dirigea le mouvement à partir de la fin 1944 et siège à ce titre au CNR. Voir A. Mutter, Face à la Gestapo, de la forteresse à l’action clandestine, Paris, Honoré Champion, 1944.

18 Sont en outre titulaires de la médaille de la Résistance : Henri Bergasse, Robert Bétolaud, René Dubois, Pierre Montel, Hélène de Suzannet.

19 M. Dogan, « Les professions propices à la carrière politique. Osmoses, filières, viviers », in M. Offerlé (dir.), La profession politique XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1999, p. 188 sqq.

20 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA 8. « Notice sur l’organisation des fédérations et sur la propagande dans les départements, 1er décembre 1946 », 13 p.

21 D. Bellamy, Geoffroy de Montalembert (1898-1993). Un aristocrate en République, Rennes, PUR, 2006 et « Geoffroy de Montalembert ou le réinvestissement politique d’un héritage aristocratique », in L. Bantigny et A. Baubérot (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle), Paris, PUF, 2011, p. 303-314.

22 G. Le Béguec, La République des avocats, Paris, Armand Colin, 2003.

23 Adolphe Aumeran est né en 1887 à Philippeville (Constantine), descendant de colons spécialisés dans les activités du liège. Orphelin de bonne heure, il est mis en pension à Djidjelli, puis, en 1899, entre au collège de Philippeville et, en 1902, à l’École d’agriculture de cette ville. Avec l’aide de son oncle, imprimeur, il lance une revue agricole sous le titre Le Colon Algérien, devenue plus tard la Revue agricole de l’Afrique du Nord. Après avoir accompli son service militaire de 1908 à 1910 dans les zouaves à Sétif, il travaille d’abord comme agronome chez un viticulteur de Rovigo avant de diriger une grande exploitation agricole à Bouinan. Enfin, à partir de 1911, il entre comme chef des services techniques dans une entreprise d’exportation d’engrais, pour laquelle il crée, l’année suivante, une filiale à Oran. Après la Première Guerre mondiale, il fonde le périodique Mercure Africain, et reprend comme directeur général l’affaire dont il s’occupait avant la guerre, avant de s’installer à Paris à la tête d’une nouvelle entreprise commerciale. En 1925, il s’intéresse à la production de la laine, et crée une entreprise de commercialisation spécialisée dans cette branche à Alger.

24 Voir la carte en annexe de notre communication.

25 Sur ces analyses, se reporter à J. Grévy, « Existe-t-il un espace géographique modéré ? Essai de cartographie (1871-1965) », in F. Roth (dir.), Les modérés…, op. cit., p. 261-284.

26 F. Goguel, Géographie des élections françaises sous la IIIe République, Paris, A. Colin, FNSP, 1970, p. 54-57.

27 De même, J.-M. Mayeur, dans La vie politique sous la IIIe République, Paris, Le Seuil, 1984, p. 420, fait une carte des votes en faveur de la Fédération républicaine en 1932 et la ressemblance avec celle du PRL en 1945-1946 est frappante.

28 Cinquante-cinq d’entre eux ont été députés, 13 ont siégé au Sénat et 6 ont été membres des deux Assemblées (députés puis sénateurs, ou l’inverse).

29 J. Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 275. Signalons qu’Henri Bergasse préside le groupe ARS de juillet 1953 à décembre 1955.

30 Chef de cabinet de Georges Mandel (1934-1940), Max Brusset est battu par Jean Lacaze (CNIP).

31 À l’instar de Louis Audibert (décédé en 1955), Charles Desjardins (1951), Charles Schauffler (1951), Georges Schiever (1947).

32 Aux élections législatives du 17 juin 1951, Xavier Bouvier occupe la troisième place de la liste d’union présentée par le MRP, le PRL et les Républicains indépendants, elle-même apparentée à celle du RPF. L’apparentement n’obtient pas la majorité absolue et la liste de Xavier Bouvier ne compte que deux élus.

33 Cf. F. George, Les modérés en Meurthe-et-Moselle de la Libération au début des années cinquante, mémoire de maîtrise sous la direction de François Roth, université Nancy 2, 1997-1998, 233 p.

34 J. Pozzi, « L’Union pour la Nouvelle République (UNR) et les dissidents à la conquête du Palais-Bourbon : victoires et déboires des différents étendards gaullistes », in B. Lachaise, G. Le Béguec, F. Turpin (dir.), Les élections législatives de novembre 1958 : une rupture ?, Pessac, PUB, 2011, p. 51-63.

35 Henry Bergasse, Marcelle Devaud, Édouard Frédéric-Dupont, Pierre Hénault, Louis Jacquinot, Jean Legendre, Raymond Marcellin, André Mignot, Michel Peytel, Olivier de Sesmaisons, Jean Sourbet.

36 Gustave Alric, Edmond Barrachin, Jacques Boisrond, Julien Brunhes, Robert Bruyneel, Jacques Delalande, René Dubois, Jean de Geoffre, Louis Gros, Geoffroy de Montalembert, Pierre de Villoutreys.

37 J. Pozzi, « Louis Jacquinot et le gaullisme », in O. Dard, G. Richard, J. Bour, L. Gueit-Montchal, Louis Jacquinot. Un indépendant en politique, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2013, p. 149-161.

38 V. Man, Marcelle Devaud, itinéraire exceptionnel d’une femme politique française, Paris, Eulina Carvalho, 1997.

39 Marcelle Devaud est battue aux élections législatives de 1962 par le candidat communiste Waldeck L’Huillier (maire de Gennevilliers 1945-1973, député 1946-1951 et 1962-1978, sénateur 1952-1958).

40 Il s’agit des cantons de Nogent-sur-Marne, Saint-Maur-des-Fossés, Charenton-le-Pont, ivry-sur-Seine, Sceaux, Villejuif et Vanves.

41 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, liste des membres du comité directeur du PRL, 11 décembre 1946.

42 J. Pozzi, Les mouvements gaullistes. Partis, associations et réseaux (1958-1976), Rennes, PUR, 2011.

43 Michel Peytel est battu aux élections législatives de 1962 par Gaston Bleuse, figure du PSU et maire d’Alfortville.

44 Edmond Pezé, député UNR (1958-1967), a appartenu au comité directeur du PRL en 1946, 1948 et 1949. Il a été le premier vice-président de la Chambre syndicale des négociants en draperies et doublures de Paris (1943-1964). CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, liste des membres du comité directeur du PRL, 11 décembre 1946 ; PRL – Bulletin d’information des cadres du parti, no 13-14, juin-juillet 1948 ; Le PRL a eu raison, brochure, juin-septembre 1949, 212 p., ici p. 209.

45 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, PRL – Bulletin d’information des cadres du parti, no 13-14, juin-juillet 1948.

46 Un moment apparenté aux Républicains indépendants (RI), Paul Estèbe a vite suivi André Liautey dans les différents groupes que celui-ci créa, finissant la législature au groupe du Centre démocratique et social, apparenté au groupe « paysan » (Paul Antier), c’est-à-dire une scission du CNIP. Ce n’est qu’en 1956 que Paul Estèbe se présenta sous l’étiquette du CNIP, mais il fut battu (d’après les renseignements aimablement communiqués par Gilles Richard).

47 Cf. O. Verdier, Action politique et défense des intérêts catégoriels. André Liautey et le monde des groupes de pression (1919-1960), thèse sous la direction de Gilles Le Béguec, université Paris Ouest-La Défense, 2009, 2 vol. , 752 p.

48 Député indépendant de la Seine (1956-1962).

49 CHSP, fonds Edmond Barrachin, EBA8, liste des membres du comité directeur du PRL, 11 décembre 1946.

50 Jacques Féron a été député indépendant de la Seine (1956-1962). Sous la Ve République, le député de Paris s’apparente au groupe RPR (1978-1981, 1986-1988, 1993-1997), mais demeure membre du CNIP, qu’il préside de 1987 à 1989.

51 Il s’agit de : Jean Legendre (Compiègne, 1945-1954 et 1959-1987) ; Raymond Marcellin (Vannes, 1965-1977) ; André Mignot (Versailles, 1947-1977) ; Jean Moreau (Auxerre, 1947-1959) ; Hubert Pajot (Fontainebleau, 1947-1959) ; Charles Rousseau (Les Sables d’Olonne, 1947-1960) ; Max Brusset (Royan, 1953-1959) ; Marcelle Devaud (Colombes, 1959-1965) ; René Dubois (La Baule, 1945-1971) ; Marcel Rupied (Vitré, 1945-1961). À cette liste d’élus, il convient d’ajouter Henri Terré, maire de Troyes (1947-1972), député indépendant (1958-1967) puis sénateur de l’Aube (1968-1978). En 1972, il céda son siège au gaulliste Robert Galley. Bien que n’appartenant pas aux 74 parlementaires du PRL, H. Terré appartient à son comité directeur en 1948 et 1949.

52 En dehors des 10 maires dont les noms ont été cités précédemment, il convient d’ajouter : Joseph Allauzen, Henry Bergasse, Julien Brunhes, Jean Crouan, colonel Félix, Maurice Fredet, Jean de Geoffre, Jean Grousseaud, Pierre Hénault, Auguste Joubert, Robert Kalis, Bernard Quénault de La Groudière, Pierre Montel, Michel Peytel, Jules Ramarony, Henri Raoul Rochereau, Jean Sourbet, Pierre de Villoutreys.

53 Pierre Hénault siège dans cette législature en remplacement de Joseph Lecacheux, élu sénateur en 1948.

54 Jean Grousseaud siège en remplacement de Charles Schauffler, décédé en mai 1951. Jean Grousseaud est réélu sous les couleurs du RPF en juin 1951.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 1 – Les parlementaires du PRL
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115700/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 280k
Bildunterschrift Notes 5353
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115700/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 307k
Bildunterschrift Notes 5454
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115700/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 318k
Titel Carte 1 – Implantation des parlementaires du PRL en France métropolitaine (1945-1951)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115700/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 206k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540