Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

La formule d’organisation : fantasmes et réalités

Gilles Le Béguec

Texte intégral

  • 1 L’expression « Quatrième Parti » est d’usage courant au cours de l’année 1946, plus spécialement a (...)

1Tout essai de mise en perspective historique du « moment » PRL passe nécessairement par la prise en considération d’une hypothèse directrice. On peut formuler la chose en termes très simples : en dépit de tout ce qui a pesé de manière négative sur son destin et de l’échec final de l’entreprise, la fondation du « Quatrième Parti » et l’ensemble des choix qui ont présidé à son organisation ne sont-ils pas d’abord le point d’aboutissement d’un double processus amorcé durant l’entre-deux-guerres1 ?

2En premier lieu, ce processus est celui qui poussait les droites parlementaires – les « républicains nationaux » pour reprendre un vocabulaire de l’époque – à se rassembler au sein d’une organisation destinée à couvrir l’ensemble de l’espace politique allant des éléments raisonnables de la droite ligueuse aux marges du radicalisme indépendant. On connaît les principales entreprises qui en ont jalonné le développement : la Ligue républicaine nationale d’Alexandre Millerand en 1924-1926, le Centre de propagande des républicains nationaux animé par Henri de Kerillis au cours de la période 1928-1936 et, de façon à la fois plus imprévue et plus ambigüe compte tenu des origines du mouvement dirigé par le colonel de La Rocque, un Parti social français engagé dans une stratégie de recentrage politique et idéologique exerçant une attraction grandissante sur de larges secteurs du monde dit modéré. Né dans le sein du groupe parlementaire baptisé significativement groupe de l’Unité républicaine, le PRL n’est pas parvenu à conduire le processus jusqu’à son terme. Mais il faut prendre acte du fait que les modérés n’avaient jamais été aussi près de toucher au but.

  • 2 On peut également faire état du nom de Pierre Guérard, qui sera élu député de la Seine en 1951 sou (...)
  • 3 Sur l’épisode du Front républicain et d’une façon plus générale sur l’implication d’Edmond Barrach (...)

3L’autre aspect du processus, inséparable du premier, est celui qui correspondait au souhait récurrent de doter ces droites parlementaires d’une organisation digne de ce nom, entendons par là de structures solides censées garantir cohésion et efficacité dans la compétition politique, en particulier dans la compétition électorale. Ce n’est pas un hasard si plusieurs des responsables du PRL, plus spécialement durant la phase initiale, avaient été mêlés, parfois de fort près, à ces tentatives d’organisation. Édouard Frédéric-Dupont avait débuté dans la carrière comme président des Jeunesses républicaines nationales liées à la Ligue d’Alexandre Millerand. Jean Legendre et Georges Riond, délégué à la propagande du PRL en 1946, étaient des anciens du CPRN d’Henri de Kerillis2. Edmond Barrachin avait été le très actif directeur du Bureau politique du PSF, après avoir – épisode moins connu – occupé les fonctions de secrétaire général du Front républicain, une tentative de rassemblement piloté en 1935-1936 par le radical très national Henry Franklin-Bouillon3. Un examen plus approfondi conduirait à remonter encore plus loin dans le temps et à s’interroger sur les raisons du choix effectué en faveur du PRL par un certain nombre de personnalités formées dans le cadre de l’Action libérale populaire de Jacques Piou au début du siècle. L’exemple du vieux Joseph Denais, président en 1945 d’un Comité électoral – le Comité d’entente pour les libertés et le progrès social – que l’on peut considérer comme l’une des matrices du PRL, offre ample matière à réflexion sur ce point précis.

4C’est à ce projet visant à faire naître un parti « moderne » capable de rivaliser avec les grands partis de militants tenant le haut du pavé depuis la Libération qu’est consacrée plus particulièrement la présente communication.

5Ces points étant rappelés, il est de saine méthode de prendre un peu de recul, en tenant en particulier le plus grand compte de deux choses importantes.

  • 4 Le tapuscrit des Souvenirs inédits d’Édouard Frédéric-Dupont est conservé au service des Archives (...)

6En premier lieu, les dirigeants du PRL, pouvant se targuer d’une riche expérience en matière d’animation de groupements à caractère politique n’avaient pas nécessairement une vision très claire de ce que devait être un parti organisé, et plus spécialement des contraintes inhérentes à ce que Paolo Pombeni et son école historique ont désigné sous le vocable de « forme-parti ». Le cas d’Édouard Frédéric-Dupont donne beaucoup à réfléchir à ce sujet. Le parcours emprunté par l’intéressé a quelque chose de réellement impressionnant si l’on comptabilise – avant et après la guerre de 1939-1945 – les engagements et les prises de responsabilités au sein des mouvements politiques, de toute nature, d’inspiration « républicaine nationale ». Mais cet élu quasi inamovible du VIIe arrondissement de Paris n’a jamais cessé d’être un « indépendant », rebelle à toute espèce d’embrigadement. Tout indique qu’il a très vite pris ses distances avec le PRL, comme il le fera un peu plus tard avec le RPF et, de façon plus complexe, avec l’appareil national du Centre des indépendants et paysans4.

7En second lieu, il n’est nullement certain que la naissance du « Quatrième Parti » ait été accompagnée d’un véritable effort de réflexion sur la nature d’une formation de type « moderne » (au sens, précisons-le bien, revêtu par l’adjectif dans le climat culturel, idéologique et politique de 1945-1946). La question mérite d’être examinée de plus près.

  • 5 Les papiers Rémy-Granger contiennent un exemplaire, daté du 14 septembre 1946 – de ce Règlement in (...)

8On peut faire état, sans trop de difficultés, d’un certain nombre d’éléments de nature à étayer la thèse d’une prise de conscience a minima des exigences découlant de cette aspiration à la modernité sur le plan de la conception générale de l’organisation d’un parti digne de ce nom. Dans un discours au meeting du palais des Glaces, André Mutter, ancien militant des Jeunesses patriotes de Pierre Taittinger président-fondateur de l’une des formations venant de se fondre au sein du PRL, a ainsi mis fortement l’accent sur la nécessité de constituer un « Parti d’équipe », ajoutant que l’« équipe » en question se devait d’être « homogène ». Surtout, le « Règlement intérieur » de 1946 prévoyait la mise en place d’un dispositif organisationnel d’une grande complexité, inspiré à l’évidence du modèle proposé par le MRP, accordant la plus haute importance à l’impératif de la discipline5. L’article 21 du document allait même jusqu’à préciser que « tout adhérent du Parti, candidat à l’investiture et non-investi » devait « sous peine de radiation, soutenir la candidature investie ». L’historien un tant soit peu au fait des usages et coutumes du petit monde des groupements modérés de la seconde moitié de la IIIe République hésite ici entre l’émerveillement (quel chemin parcouru !) et un brin d’incrédulité.

  • 6 Un exemplaire de cette « notice » de 12 pages figure dans les archives Edmond Barrachin conservées (...)

9L’occasion sera fournie de revenir sur le fond de scepticisme qui n’a jamais cessé d’habiter – à l’exception, peut-être, d’une brève phase d’exaltation au cours des premiers mois de l’année 1946 – plusieurs des personnalités liées à l’aventure du PRL. Pour l’instant, il est plus intéressant de se reporter à un document, également officiel, qui rend un son de cloche assez différent de celui du Règlement mentionné plus haut. Cette « Notice sur l’organisation des fédérations et sur la propagande dans les départements », que l’on peut dater sans trop de risques d’erreur du printemps 1946, prend soin de rappeler qu’il « est essentiel d’attirer à notre Parti des notables [sic] », « qui constituent les véritables cadres électoraux du pays6 ». Une telle manière d’envisager les choses est plus proche de la philosophie qui inspirera en 1948-1949 les promoteurs du Centre national des républicains indépendants (futur CNIP) que de la conception du parti de militants, version 1945-1946.

Radioscopie d’une organisation

10À ce stade de l’analyse, la voie la plus simple est sans doute celle qui consiste à procéder à un examen radiographique du PRL au cours des deux ou trois premières années de son existence. En d’autres termes, on se proposera d’insister maintenant sur un certain nombre de traits de nature structurelle, jugés, à tort ou à raison, parmi les plus révélateurs du point de vue qui nous intéresse ici, et de les ranger dans deux catégories : d’un côté, ceux qui témoignent d’un réel effort pour doter le parti d’une organisation à la hauteur de l’ambition affichée ; de l’autre, ceux qui mettent en lumière le caractère un peu factice d’une telle ambition, ou tout au moins qui ont fait obstacle à sa réalisation.

L’impératif de l’organisation

11L’effort d’organisation s’est déployé sur trois plans principaux : celui de la liaison entre le parti et des groupes parlementaires dotés de moyens importants, celui de la mise en place d’un appareil central, ou si l’on préfère d’une « machine » politique, supportant la comparaison avec deux des autres grandes formations (PCF mis à part), celui de la constitution de groupements annexes, au premier rang desquels un groupement de jeunesse étroitement associé à la vie du parti.

  • 7 Sur l’importance prise par ces secrétariats administratifs sous la IVe République, on se reportera (...)
  • 8 Né en 1911, Pierre Cornet adopte en 1947 la profession de conseiller juridique et fiscal. Il fut c (...)

12Le Règlement de 1946 plaçait la barre très haut : dans son article 13 consacré au groupe parlementaire, le Règlement stipulait que les « parlementaires du groupe » étaient « à la disposition du Parti » et que tous les parlementaires ayant donné leur adhésion au parti étaient « tenus » de s’y inscrire. Il ne faut pas être dupe de ce qui ressemble beaucoup à une déclaration d’intention ; il est clair en effet que le PRL n’est jamais parvenu à imposer une véritable discipline de vote – pas plus d’ailleurs que le Parti radical-socialiste ou le MRP –, si tant est que ses dirigeants l’aient effectivement souhaité. Si on considère les choses en historien de la question complexe de la concordance groupe-parti, on doit prendre cependant acte du fait que le PRL a réussi là où tous ses prédécesseurs de la mouvance modérée avaient échoué, des groupes liés officiellement au Parti et revendiquant la même appellation ayant pu être constitués, semble-t-il sans trop de difficultés, au sein des deux assemblées parlementaires. À l’Assemblée nationale, le groupe a été présidé dès le début de l’année 1947 – après la mise à l’écart de Jules Ramarony – par Joseph Laniel, devenu de facto le principal dirigeant du Parti à compter de l’année suivante. Au Conseil de la république, le petit groupe PRL, encore actif à la veille du renouvellement partiel de 1952, a porté à sa tête une personnalité expérimentée et unanimement respectée, l’ancien ministre Georges Pernot, sénateur du Doubs (l’un des bastions électoraux du Parti). Autre point important : les deux groupes se sont très vite dotés de secrétariats administratifs animés par des non-parlementaires7. Au Conseil de la république, la fonction a été remplie par un jeune homme promu à un assez bel avenir, un certain Pierre Cornet, docteur en droit, diplômé de l’École libre des sciences politiques. Entré dans le circuit grâce aux bons soins de Georges Riond, l’un des hommes forts de l’« appareil » au cours des premiers mois d’existence du Parti, ce Pierre Cornet avait d’abord travaillé, en qualité de secrétaire de la Commission de doctrine, auprès d’une autre grande figure de ces services centraux, l’omniprésent Jacques de Sacy8.

  • 9 Né en 1899, « publiciste » (c’est-à-dire permanent politique), Maurice Dardelle est devenu par la (...)
  • 10 Les deux premiers secrétaires généraux ont été l’avocat Robert Bétolaud, un proche de Paul Reynaud (...)
  • 11 Edmond Barrachin était secondé dans cette tâche par un certain Gabriel Campana, qui portait le tit (...)

13Le second point fort a résidé dans la mise en place, pratiquement dès l’origine, d’un appareil national imposant, le plus puissant sans doute de toute l’histoire des anciennes formations modérées (à l’exclusion du PSF du colonel de La Rocque, qui a à l’évidence servi de modèle ici). Ces « services centraux » étaient placés en théorie sous l’autorité d’un « délégué général », la fonction ayant été occupée successivement par le général Aumeran (introduit au sein du dispositif, semble-t-il, par la grâce de Charles Vallin, fondateur de l’Union patriotique républicaine), par Charles de Larpe et par Maurice Dardelle, promis à une longue et belle carrière au sein des organisations de la mouvance modérée9. Dans les faits, le schéma était beaucoup plus compliqué – trop compliqué probablement –, le délégué général partageant son pouvoir avec le secrétaire général et un certain nombre de grands « barons » chargés de présider les commissions les plus importantes10. Le secteur de la propagande dépendait ainsi d’une « Commission de la Propagande » présidée par le député de l’Oise Jean Legendre (un ancien du CPRN d’Henri de Kerillis), commission doublée dans un premier temps par une « délégation à la propagande », confiée à un spécialiste, Georges Riond, venu également du CPRN. Le PRL s’est ainsi doté d’un réseau d’« orateurs du siège » (héritage du PSF… et modèle du réseau d’« orateurs nationaux » du RPF), d’un « cours d’orateurs » (calqué sur le fameux cours d’orateurs du CPRN), piloté par Robert Goy, un agent de change parisien, et André Breton, et d’un « Bureau de Presse », diffusant des « Notes documentaires » extrêmement bien faites, dont les principaux animateurs ont été, dans un premier temps Pierre July, député d’Eure-et-Loir, et un dénommé Robert Montaigu, qu’il n’a pas été possible d’identifier de manière précise. Au printemps 1946, Edmond Barrachin, auréolé de son prestige d’ancien directeur du Bureau politique du PSF, a été choisi pour diriger un Bureau politique, espèce de super-commission électorale bénéficiant d’un statut à part, hors hiérarchie est-on tenté d’ajouter, au sein du dispositif général11.

  • 12 On n’a pas trouvé trace d’une organisation féminine. Fondatrice, à la fin de l’année 1944, avec Ma (...)

14Les autres traits dignes d’être mentionnés ne présentent pas le même caractère d’originalité, de nombreux précédents pouvant être trouvés dans la longue histoire des formations de la droite parlementaire. On veut parler de l’organisation de jeunesse et du réseau des journaux proches du Parti12.

  • 13 La première équipe de direction des JPRL était composée de Guy Sabatier (président), Gilbert Gauer (...)
  • 14 Né en 1926, Philippe Vayron avait à peine entamé ses études supérieures quand il participa à la cr (...)

15À l’instar de l’Alliance démocratique et de la Fédération républicaine de France des années de l’avant-guerre, le PRL a suscité la création, dès mars 1946, d’un groupement de jeunesse placé dans sa mouvance directe. Ces JPRL disposaient de leurs propres organes de direction (avec un président, le premier titulaire de la fonction ayant été l’avocat Guy Sabatier, déjà présent dans les réseaux de la jeunesse politique modérée à la fin des années trente) et de leur propre organe d’expression (Jeune Rénovation), l’état-major du PRL ayant cependant pris soin d’associer, de façon plus systématique que ne l’avaient fait l’Alliance démocratique et la Fédération républicaine, les représentants qualifiés des « cadets » à la vie du Parti lui-même13. Les sources actuellement accessibles aux chercheurs ne permettent pas de se faire une idée précise des activités des JPRL, l’impression générale étant que l’enthousiasme des débuts de l’année 1946 est assez vite retombé. Pour l’essentiel, ce groupement de jeunesse semble avoir surtout servi de vivier de cadres et de candidats aux élections locales ou nationales, ce qui était tout à fait conforme à une tradition solidement ancrée dans l’univers des organisations modérées. Le parcours d’un Philippe Vayron, élu député du 4e secteur de la Seine sous la bannière du CNIP en 1956 avant même son trentième anniversaire, est exemplaire à cet égard14.

  • 15 On se reportera à l’excellent travail de recensement effectué par Yves Guillaumat dans l’ouvrage, (...)
  • 16 Sur l’histoire de ce quotidien, on trouvera une foule d’informations dans le mémoire de maîtrise d (...)

16Durant ses belles années de la période 1946-1947, le PRL a pu compter sur l’appui d’une quarantaine de quotidiens, bihebdomadaires ou hebdomadaires départementaux, le fleuron de ce réseau étant sans doute l’Avenir de l’Ouest, fondé à la Libération par le remuant Jacques Chombart de Lauwe, qui présida un temps la Commission de la presse à l’Assemblée nationale15. En 1947, un groupe d’actionnaires proches du Parti prit le contrôle du quotidien parisien L’Époque et André Bougenot, l’éminence grise de Joseph Laniel, fut investi des fonctions de directeur. Mais le journal était déjà en plein déclin et André Bougenot finit par jeter l’éponge dès le mois de mars 195016. Mais il faut bien reconnaître que les partis de militants, SFIO et MRP, avec lesquels le PRL avait voulu rivaliser ont connu le même type de déconvenues, à des degrés divers, au cours de la même période.

  • 17 Les archives de la préfecture de police ont conservé un dossier très complet (APP-GA N2) sur Jean- (...)

17Couronnés ou non de succès, ces efforts d’organisation avaient un coût financier considérable. Les rumeurs les plus folles ont couru sur l’ampleur et l’origine des fonds dont aurait disposé une formation souvent présentée, y compris à droite, comme le parti du « grand capital ». Il est impossible de faire toute la lumière sur une question aussi complexe et aussi délicate dans le cadre d’une communication telle que celle-ci. Mais la consultation des archives de la préfecture de police conforte l’hypothèse de l’existence d’une sorte de « trésor de guerre » qui aurait été constitué, au cours du printemps et de l’été 1945, au profit du Comité d’entente présidé par Joseph Denais17.

  • 18 On notera aussi que deux des secrétaires généraux – Julien Brunhes et Jacques Féron – avaient exer (...)

18Deux points apparaissent solidement établis. En premier lieu, plusieurs des hommes en charge de ces questions financières dans le cadre du PRL étaient déjà à la manœuvre, en 1945, à l’époque du Comité Denais, la remarque s’appliquant tout spécialement au trio Jacques Bouchayer – Jean-François de Nervo – Jacques de Sacy évoqué un peu plus loin. En second lieu il n’est pas très difficile de dresser la liste des personnalités qui ont joué, selon toute vraisemblance, un rôle-clef dans ce domaine. Il y a d’abord les hommes occupant le devant de la scène, c’est-à-dire pour l’essentiel le sénateur de l’Aube Gustave Alric, trésorier attitré du Parti, lié lui-même au monde de l’entreprise, et le très actif André Bougenot, fidèle entre les fidèles de Joseph Laniel18. Il y a ensuite le trio, plus discret, composé de Jacques Silvestre de Sacy, de Jean-François de Nervo et de Jacques Bouchayer, les deux derniers appartenant à de grandes dynasties de la bourgeoisie d’affaires. Encore faut-il préciser que leur présence au sein de l’état-major du PRL a revêtu un caractère tout à fait public. En juin 1948 par exemple, c’est-à-dire lors du renouvellement des instances dirigeantes du Parti opéré à l’issue du congrès de Nancy, on repère les noms de Jacques Bouchayer et de Jacques de Sacy parmi les membres de la commission exécutive, tandis que le baron de Nervo, par ailleurs membre du comité directeur, est placé à la tête du Comité de contrôle financier. Le cas de Jacques de Sacy, fonctionnaire au ministère des finances, diffère quelque peu de celui du tandem Bouchayer – Nervo. Ce docteur en droit, titulaire d’une licence ès lettres et d’un diplôme de l’École du Louvre, semble avoir eu en effet des préoccupations d’une nature davantage politique. Ancien membre du petit appareil épaulant Joseph Denais au sein du Comité d’entente de 1945, Jacques de Sacy fut le responsable, dès 1946, de la « Commission de doctrine du PRL ». Il figurera plus tard dans différents cabinets ministériels, en particulier dans ceux de Joseph Laniel en 1951 et de Pierre Ferri en 1953, passés l’un et l’autre, comme on sait, par le PRL. Enfin Jacques de Sacy a siégé au conseil d’administration des Journaux régionaux associés, l’agence de presse fondée par Georges Riond.

Lacunes et faiblesses d’un dispositif

  • 19 On laissera également de côté la question des effectifs. On se bornera à signaler que :
    – le PRL ét (...)

19En dépit de l’importance des moyens, matériels et humains, mis à disposition, le très réel effort d’organisation évoqué ci-dessus a été contrarié par une série de lacunes, d’à-peu-près et de dysfonctionnements dont les premiers effets négatifs, perceptibles dès le mi-temps de l’année 1946, sont devenus de véritables handicaps au cours de l’année 1947, une année rendue particulièrement difficile par la création et la montée en puissance du RPF. Le cadre de cette communication interdit d’en brosser un tableau complet. À tort ou à raison, il est notamment apparu de bonne méthode de ne pas trop insister sur ce qui pourrait être attribué à un processus de déclin affectant d’autres formations solidement structurées au premier rang desquelles le MRP, concurrent par excellence du PRL durant la phase initiale. On traitera donc de manière indirecte de tout ce qui touche à la mauvaise qualité de la communication entre le pôle parlementaire et les autres pôles du dispositif organisationnel19.

20Très tôt, le développement du Quatrième Parti s’est heurté à deux obstacles majeurs, de nature à la fois politique et structurelle.

  • 20 Le premier bureau du PRL était composé de la manière suivante : président (Michel Clemenceau) ; vi (...)
  • 21 Cf. J. Fauvet, Les Forces politiques en France, Les Éditions du Monde, 1951. Voir surtout la secon (...)

21En premier lieu, le PRL a souffert de l’absence de direction digne de ce nom, pour ne pas dire de direction tout court. Dans les premiers mois de l’année 1946, le Parti a décidé de se doter d’un président en fixant son choix sur la personne de Michel Clemenceau, député de Seine-et-Marne20. Jacques Fauvet, le jeune journaliste du Monde doté d’une plume volontiers impertinente, écrira à ce sujet : « À défaut d’un chef le PRL prit un nom : M. Michel Clemenceau21. » Entré à l’Assemblée nationale à la grande surprise de beaucoup d’observateurs, le fils du « Tigre » était à peu près dénué d’expérience politique, et son comportement revêtait parfois un caractère déroutant. De l’automne 1945 jusqu’à l’échec, très sévère, infligé par le corps électoral lors du renouvellement général de 1951, le président du Parti préfèrera d’ailleurs se tenir de manière quasi systématique à l’écart des discussions organisées dans l’enceinte du Parlement.

  • 22 L’un des motifs de la brouille semble bien avoir été la permutation du début de l’année 1947. À ce (...)
  • 23 Le premier numéro de Paroles françaises date du 17 novembre 1945, c’est-à-dire quelques semaines a (...)

22À défaut d’un chef, le PRL aurait pu être piloté par une équipe dirigeante relativement soudée. Dans la pratique, il n’en fut rien. L’état-major (si l’on peut dire !) du Quatrième Parti a plutôt ressemblé à un aréopage de barons dont les rivalités personnelles, souvent héritées des affrontements apparus durant la période de « reconstruction » des années 1944-1945, ont été exacerbées par la trop grande complexité du dispositif organisationnel et par le chevauchement des domaines de compétence. On sait qu’Edmond Barrachin (fondateur des Comités de regroupement républicain de l’automne 1944 et principal lieutenant de Charles Vallin à la tête de l’Union patriotique de 1945) et André Mutter (président-fondateur du Parti de la rénovation républicaine) se détestaient cordialement. Jules Ramarony, président du groupe parlementaire de l’Unité républicaine constitué à l’automne 1945, puis président du groupe PRL durant toute l’année 1946, n’a jamais pardonné à Joseph Laniel de l’avoir évincé de la direction du groupe au tout début de l’année 194722. Très vite des conflits de fond ont encore contribué à empoisonner l’atmosphère : entre les PRL-PRL et les PRL jouant la carte gaulliste (et ceci dès l’automne 1946, c’est-à-dire dès avant la fondation du RPF), entre les partisans d’une opposition sans concession au « système » et les avocats d’une ligne politique plus conciliante (pour l’essentiel les anciens de l’Alliance démocratique, Jules Ramarony et, avec davantage d’habileté manœuvrière, Joseph Laniel), entre les éléments favorables à une stratégie de la main tendue à l’égard des hommes de Vichy (André Mutter, ancien membre par ailleurs du Conseil national de la Résistance et son hebdomadaire Paroles françaises) et les éléments hostiles à toute forme d’accommodements (tel le bâtonnier Jacques Charpentier, très vigilant sur ce chapitre23).

23Ces tensions grandissantes ont débouché sur une cascade de ruptures. Le processus a pu revêtir les formes les plus variées : exclusion (celle, par exemple, d’André Mutter), démission du Parti (Jules Ramarony dès la fin de l’été 1947, son départ entraînant celui de nombreux Girondins), démission des fonctions occupées (Edmond Barrachin abandonnant la direction du Bureau politique en 1948… tout en prenant soin d’assurer le maintien de quelques-uns de ses fidèles, au premier rang desquels Pierre Hénault, au sein de l’état-major de l’organisation) ou tout simplement prises de distances plus ou moins clairement affichées (Édouard Frédéric-Dupont, si l’on en croit en tout cas ses souvenirs inédits, ou Jean Legendre). Le résultat en a été que le PRL a pu disposer à compter de l’année 1949 d’une direction plus resserrée, avec un noyau dur constitué par Joseph Laniel, inamovible président du groupe, André Bougenot, son éminence grise, et les deux secrétaires généraux, Pierre André (représentant les élus) et Jacques Féron (représentant, en théorie, la force militante). Mais le PRL n’était plus alors que l’ombre de lui-même.

24Le second grand élément de faiblesse a résidé dans le caractère extrêmement hétérogène des structures mises en place à l’échelon départemental. En théorie, le PRL avait nourri l’ambition de jeter les bases d’une organisation nationale reposant, à l’instar des partis de militants, sur un réseau de fédérations départementales bien intégrées dans le dispositif d’ensemble. Dans la réalité, les choses ont été assez différentes.

25En schématisant à l’extrême, on peut distinguer trois principaux cas de figure :

  • Le cas de la mise en place de fédérations proprement PRL, constituées soit ex nihilo, soit, ce qui semble avoir été plus fréquent, en prenant appui sur des comités électoraux ou sur des structures locales des formations engagées dans le processus de fusion de l’hiver 1945-1946, en particulier de l’Union patriotique républicaine de Charles Vallin. Telle a été la voie choisie, de propos plus ou moins délibéré, dans la plupart des grands départements, un bon exemple étant fourni par le département de la Seine avec une fédération PRL animée par des hommes – Maurice Dardelle et Jacques de Kersaint, un proche de Jean Legendre – agissant en liaison étroite avec la machine centrale du Parti.
  • Celui de l’adhésion de groupements départementaux, souvent héritiers d’une histoire déjà ancienne, dotés d’une personnalité politique bien marquée. On pense au premier chef à des organisations telles que l’Action républicaine lorraine de Pierre André, au Parti républicain et social du sénateur Gustave Alric dans l’Aube, à l’Unité républicaine de Jules Ramarony en Gironde ou, pour un temps d’ailleurs assez bref, au Parti républicain démocrate de Charles Frey dans le département du Bas-Rhin. De ce point de vue, le PRL a procédé un peu comme l’avait fait la Fédération républicaine de Louis Marin au milieu des années 1920.
  • Celui, beaucoup plus complexe, de la coexistence d’une fédération PRL et d’une organisation, disposant de moyens supérieurs, constituée en vue de couvrir un secteur beaucoup plus large de l’opinion. Ce schéma a été celui du département du Nord, avec une fédération PRL présidée par Alain Lourdel, membre du comité directeur du Parti, et la très active Union des républicains du Nord, dont un des principaux animateurs était le jeune Bertrand Motte24. Les deux structures vivaient dans une sorte de symbiose : Alain Lourdel était un responsable important de l’Union tandis que Bertrand Motte figurait parmi les adhérents du PRL25.
  • 26 Édouard Frédéric-Dupont écrira plus tard : « J’avais horreur des partis » (cf. Souvenirs, op. cit.(...)

26La diversité de ces situations locales fournit une bonne illustration des obstacles auxquels s’est heurté le Quatrième Parti dans sa tentative pour bâtir une organisation nationale calquée sur le modèle des partis de militants. Tout s’est passé comme si le PRL avait bénéficié d’un bref état de grâce, lié à un besoin de mobilisation collective fortement ressenti au sein d’une partie de la droite modérée et, de façon plus prosaïque, à l’avantage découlant de l’abondance des ressources matérielles mises à sa disposition. Mais il n’a pas su trouver la formule qui lui aurait permis de s’affranchir durablement de la dépendance de réseaux d’élus bien décidés à préserver leur propre marge de manœuvre politique. La volonté d’œuvrer en ce sens a-t-elle d’ailleurs réellement existé, sinon de manière fugace et à bien des égards fantasmée ? On peut en douter. En tout cas, il est à peu près avéré que l’accord n’a jamais vraiment régné dans les sphères dirigeantes du PRL à ce sujet26.

Notes

1 L’expression « Quatrième Parti » est d’usage courant au cours de l’année 1946, plus spécialement au cours des premiers mois de l’année. On remarquera que le terme de parti est en règle générale écrit avec une majuscule, ce qui n’est pas tout à fait dépourvu de signification quand on connaît les réticences du monde modéré à avoir recours à ce vocable. Tout au long du présent exposé, on s’en tiendra donc à la majuscule.

2 On peut également faire état du nom de Pierre Guérard, qui sera élu député de la Seine en 1951 sous le drapeau du Centre national des indépendants et paysans.

3 Sur l’épisode du Front républicain et d’une façon plus générale sur l’implication d’Edmond Barrachin dans les diverses tentatives d’organisation de la droite et du centre droit, on se reportera aux contributions que nous avons données au numéro 16 de la revue Parlement[s]. Cf. G. Le Béguec, « Pourquoi Edmond Barrachin ? Réflexions sur un itinéraire singulier » et « Edmond Barrachin : le temps des apprentissages ».

4 Le tapuscrit des Souvenirs inédits d’Édouard Frédéric-Dupont est conservé au service des Archives de’Assemblée nationale, où nous avons pu le consulter grâce à l’obligeance de M. Dominique Anglès d’Auriac. Voir essentiellement les chapitres iii et iv. Édouard Frédéric-Dupont a été mêlé à la plupart des tractations de l’année 1945 ayant abouti à la fondation du PRL. En fait, l’information la plus intéressante a trait à un entretien – daté, sans plus de précisions, du mois d’octobre 1945 – entre’intéressé et Gaston Palewski, directeur de cabinet du général de Gaulle. Gaston Palewski aurait dit que le général de Gaulle appelait de ses vœux la reconstruction d’une droite avec « des jeunes et des résistants ». Édouard Frédéric-Dupont ajoute dans un autre passage qu’il tenta, à partir de 1947, de convaincre ses amis du PRL de rejoindre le RPF.

5 Les papiers Rémy-Granger contiennent un exemplaire, daté du 14 septembre 1946 – de ce Règlement intérieur, très précis, comportant 21 articles. Nous remercions Madame Dominique Parcollet, responsable du service des archives du Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), de nous en avoir facilité la consultation.

6 Un exemplaire de cette « notice » de 12 pages figure dans les archives Edmond Barrachin conservées au Centre d’histoire de Sciences Po. EBA 9. On peut dater le document du congrès de la fin avril 1946.

7 Sur l’importance prise par ces secrétariats administratifs sous la IVe République, on se reportera aux actes d’un colloque publié sous le titre Naissance et développement des secrétariats administratifs des groupes parlementaires. Organisation et clarification de la délibération de 1910 au début des années 1970, Assemblée nationale, 2012. Les groupes de la mouvance modérée ont apporté un soin particulier à l’organisation de ces secrétariats, le groupe PRL jouant un peu ici le rôle d’éclaireur.

8 Né en 1911, Pierre Cornet adopte en 1947 la profession de conseiller juridique et fiscal. Il fut conseiller de l’Union française de 1955 à 1957 et député de l’Ardèche de 1967 à 1981, siégeant successivement sur les bancs de l’UNR-UDT puis de l’UDF. À l’Assemblée nationale, les fonctions ont d’abord été occupées par un certain Jacques Mercier-Bussienne, candidat malchanceux aux élections législatives de novembre 1946 dans le département de la Moselle.

9 Né en 1899, « publiciste » (c’est-à-dire permanent politique), Maurice Dardelle est devenu par la suite secrétaire général de la puissante Fédération de la Seine des indépendants paysans et des républicains nationaux, dirigée par Édouard Frédéric-Dupont, et membre de l’Assemblée de l’Union française (1952). Il avait en charge (conjointement avec Gabriel Campana ?) la liaison entre les « services centraux » et les fédérations départementales.

10 Les deux premiers secrétaires généraux ont été l’avocat Robert Bétolaud, un proche de Paul Reynaud, élu député de Paris en juin 1946, et l’ingénieur Julien Brunhes, ancien secrétaire général du Groupement professionnel des industries coloniales, également représentant à la Constituante désignée en juin 1946, membre du Conseil de la République à compter de l’automne 1946. Après quoi, Julien Brunhes est demeuré l’unique secrétaire général, épaulé par un secrétaire généraladjoint, le futur député Jacques Féron. À l’issue du Congrès organisé à Nancy en mai 1948, le PRL est revenu à la formule d’un secrétariat général à deux têtes : le député Pierre André (au titre du groupe parlementaire) et l’ingénieur Jacques Féron, ancien secrétaire général des Syndicats professionnels de l’industrie automobile (au titre des « militants »). Un certain équilibre politique était respecté : Pierre André était un PRL-PRL, Jacques Féron un PRL-RPF. Robert Bétolaud a quitté le PRL, en juillet 1949, en même temps que Robert Bruyneel. On notera qu’ils venaient l’un et l’autre de l’Alliance démocratique (tendance Paul Reynaud).

11 Edmond Barrachin était secondé dans cette tâche par un certain Gabriel Campana, qui portait le titre de secrétaire du Bureau politique. Ce Gabriel Campana fut également en charge, au moins dans un premier temps, du travail de liaison avec les fédérations. Edmond Barrachin se démit de ses fonctions en septembre 1948, sans quitter le PRL.

12 On n’a pas trouvé trace d’une organisation féminine. Fondatrice, à la fin de l’année 1944, avec Marcelle Devaud du mouvement dit des Françaises libres, proche des Comités du regroupement républicain d’Edmond Barrachin, Irène de Lipkowski a participé aux activités du PRL durant ses premiers mois d’existence, avant de prendre, très vite, ses distances. Durant le reste de la période, les femmes sont représentées au comité directeur par la duchesse de La Rochefoucauld et par Marie Geoffray, née Chabaud-Latour. Marcelle Devaud est demeurée membre des instances dirigeantes du PRL jusqu’en 1951, accédant même aux fonctions de vice-présidente du Parti.

13 La première équipe de direction des JPRL était composée de Guy Sabatier (président), Gilbert Gauer (délégué général), Pierre de Margerie et du très jeune Philippe Vayron. Né en 1920, Gilbert Gauer fut successivement adjoint au maire puis, à compter de l’année 1971, maire de Meudon. Il était alors proche des milieux centristes. Guy Sabatier a rejoint très tôt le RPF. Il devait siéger au conseil national du Rassemblement, en porter les couleurs en 1951 et représenter la circonscription de Laon à l’Assemblée nationale de 1962 à 1973 au titre de l’UNR-UDT. En 1946, trois représentants des jeunes, dont Gilbert Gauer et Philippe Vayron, avaient accès au comité directeur du Parti. En 1948, l’un des leurs a été appelé à siéger au sein de la commission exécutive.

14 Né en 1926, Philippe Vayron avait à peine entamé ses études supérieures quand il participa à la création des JPRL. Il devait appartenir par la suite à plusieurs cabinets ministériels, travaillant successivement auprès de Joseph Laniel (1948), Robert Bétolaud (1948-1949) et Louis Jacquinot (1949-1950). Il fut élu député de la Seine en 1956 au titre du Centre national des indépendants. On repère également le nom d’un autre futur parlementaire, Pierre-Christian Taittinger, fils cadet de Pierre Taittinger. Quand on sait que Pierre de Margerie était lui-même l’un des gendres de Pierre Taittinger, on est en droit de penser que l’ancien président des Jeunesses patriotes a d’abord regardé avec une certaine sympathie l’aventure du Quatrième Parti.

15 On se reportera à l’excellent travail de recensement effectué par Yves Guillaumat dans l’ouvrage, publié en 1995, par les soins de l’auteur, sous le titre La Presse politique et d’information générale de 1944 à 1958. Inventaire des titres. Même en tenant compte de la marge d’erreur liée à la difficulté d’apposer une étiquette politique précise à telle ou telle publication, on peut effectivement comptabiliser une petite quarantaine de titres. Beaucoup de ces petits journaux ont cessé de paraître à compter de la fin de l’année 1946. On remarquera que Georges Riond, éminent spécialiste en la matière, a suscité en 1947 la création d’une agence de presse portant le nom de Journaux régionaux associés. Mais le délégué à la propagande de l’année 1946 était alors sur le point d’abandonner ses responsabilités au sein de l’état-major du PRL, à moins que la chose n’ait déjà été faite.

16 Sur l’histoire de ce quotidien, on trouvera une foule d’informations dans le mémoire de maîtrise de Jacqueline Roche réalisé en 1982, à l’université de Paris X-Nanterre sous la direction de René Rémond et Jean-François Sirinelli sous le titre L’Époque, 1945-1947. Le travail présente notamment le grand intérêt de reposer en grande partie sur le témoignage de Jean-Louis Vigier. On notera que le jeune directeur de L’Époque de la période 1945-1947, rallié dès l’origine au RPF, avait refusé de rejoindre le PRL en 1946.

17 Les archives de la préfecture de police ont conservé un dossier très complet (APP-GA N2) sur Jean-François de Nervo et sur son rôle durant toute la période 1945-1951. Les chiffres avancés dans une note en date du 17 septembre 1945 apparaissent très exagérés. On trouvera également beaucoup d’informations dans les papiers de Pierre de Léotard, conservés aux archives du Centre d’histoire de Sciences Po. Le ton est d’une franche hostilité, en particulier vis-à-vis de Jacques Bouchayer, qui, si l’on en croit Georges Riond, n’avait pas toujours les bonnes manières du baron Jean-François de Nervo.

18 On notera aussi que deux des secrétaires généraux – Julien Brunhes et Jacques Féron – avaient exercé des responsabilités dans des groupements patronaux.

19 On laissera également de côté la question des effectifs. On se bornera à signaler que :
– le PRL était implanté dans la majorité des départements. Jacques Fauvet (cf. références à la note 21) parle de 70 % des départements ;
– les formations qui avaient tenté d’incarner le renouveau en 1944-1945 n’avaient pas eu le temps de se développer véritablement. Si l’on en croit des notes de police conservées aux APP (APP-BA 1975) le Parti républicain démocrate d’André Mutter (héritier du Parti de la rénovation républicaine) encadrait environ 1 000 adhérents, l’Union patriotique républicaine de Charles Vallin disposait approximativement de 5 000 adhérents.
En d’autres termes, l’implantation du PRL a été largement dépendante des groupements départementaux déjà constitués ou en voie de reconstitution, après la parenthèse de 1940-1944.

20 Le premier bureau du PRL était composé de la manière suivante : président (Michel Clemenceau) ; vice-présidents (André Mutter, Georges Pernot, Jules Ramarony et Hélène de Suzannet) ; secrétaires généraux (Robert Bétolaud et Julien Brunhes). Ce bureau mis en place à titre provisoire en mars 1946 fut reconduit en juillet 1946. Contrairement à ce qui a été écrit parfois, Jules Ramarony, président du groupe, n’a jamais été président du Parti.

21 Cf. J. Fauvet, Les Forces politiques en France, Les Éditions du Monde, 1951. Voir surtout la seconde partie du chapitre iv consacré à « Feu le Quatrième grand : le PRL », p. 135 sqq.

22 L’un des motifs de la brouille semble bien avoir été la permutation du début de l’année 1947. À cette date, en effet, Joseph Laniel fut porté à la présidence du groupe parlementaire, présidence occupée dès l’origine par Jules Ramarony. Le député de la Gironde fut alors désigné comme vice-président de l’Assemblée nationale, ce qu’avait été Joseph Laniel à l’époque des Assemblées constituantes de 1946. Mais il était manifestement le grand perdant de l’opération, les fonctions de vice-président d’une chambre ordinaire n’ayant pas la même importance que celles de vice-président d’une Constituante. Le départ de Jules Ramarony entraîna celui de la plupart des Girondins.

23 Le premier numéro de Paroles françaises date du 17 novembre 1945, c’est-à-dire quelques semaines avant la fondation du PRL. Le journal a cessé de paraître en novembre 1951. La ligne politique adoptée par Paroles françaises sur la question du régime de Vichy valut de sérieuses difficultés à André Mutter au sein du PRL. Le député de l’Aube fut officiellement désavoué en mars 1947 et prit très vite ses distances avec une formation qu’il avait contribué à créer. Paroles françaises avait cessé de faire figure d’organe attitré du PRL au cours de l’hiver 1946-1947.

24 Bertrand Motte, héritier d’une des plus puissantes dynasties d’industriels du Nord, a notamment occupé les fonctions de trésorier de l’URN. Excellente mise au point dans l’article de G. Richard, « Les modérés du Nord entre MRP et RPF. De l’Union des républicains du Nord au Centre départemental des indépendants et paysans (1945-1952) », Revue du Nord, no 331, juillet-septembre 1999.

25 Un cas légèrement différent est celui du comité de l’Union nationale et républicaine de la Loire-Inférieure au sein de laquelle plusieurs responsables du PRL – le futur député Michel Raingeard en particulier – jouaient un rôle important.

26 Édouard Frédéric-Dupont écrira plus tard : « J’avais horreur des partis » (cf. Souvenirs, op. cit., p. 126). Quant à Robert Bétolaud, ancien secrétaire général, ancien membre du bureau politique, démissionnaire du PRL en juillet 1948, il devait donner au quotidien L’Information, le 30 mai 1951, un article intitulé : « L’avenir de la République », véritable réquisitoire contre la discipline de parti, « car seuls les hommes libres sont capables de réaliser l’œuvre d’assainissement qui s’impose ».

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Paris Ouest-La Défense. Président du Conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540