Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Edmond Barrachin, « conseiller ondoyant du PRL »

Jean-Paul Thomas

Texte intégral

  • 1 G. Riond, Chronique d’un autre monde, Paris, France-Empire, 1979, p. 203. Le mot de « Riond » est (...)

1« Conseiller ondoyant du PRL1 » : cet exergue est une citation des mémoires de Georges Riond, évoquant Edmond Barrachin au détour d’un propos sur le Parti républicain de la liberté. Elle paraît à première vue surprenante : d’autres témoins formulent généralement l’avis qu’il fut le fondateur et le véritable patron du PRL – au moins jusqu’au moment où il partagea cette appartenance avec celle du RPF, c’est-à-dire tant que le parti qu’il avait inventé fut un joueur à part entière sur l’échiquier politique. Les archives ne le démentent pas, si on les regarde au bon moment : dans la longue genèse de cette formation, depuis 1944 ; ou en 1946, à travers la correspondance d’Edmond Barrachin, directeur du Bureau politique. Et pourtant, on observe une série de « passages à vide », à commencer par son invisibilité lors même de la mise en en scène officielle du PRL au palais des Glaces le 22 décembre 1945. Et, en définitive, il se tint assez tôt en retrait.

  • 2 Tout ce qui suit est en partie tributaire des archives d’Edmond Barrachin, dont nous ne pouvons ci (...)

2Avec le recul, la position ambiguë d’Edmond Barrachin n’offre-t-elle pas le meilleur angle d’observation sur le PRL ? Elle résume en définitive la trajectoire du parti dont il fut l’inspirateur ante natum2.

3À titre de prologue, on doit reconnaître que d’autres prétendants ont revendiqué une paternité à l’égard du PRL. Ils sont inégalement crédibles : André Mutter représentait plutôt une ambition rivale jusqu’en 1947, parfois brutale, associée par force et appuyée sur ses autorisations de presse et son statut de membre du CNR. Plus modeste, Édouard Frédéric-Dupont n’était pas au même sens un compétiteur mais un « baron » parisien, acteur au moment décisif et qui amena des associés multiples venus de toutes eaux modérées y compris provinciales. Ils ne donnent qu’une vue très partielle des limites imposées au rôle d’Edmond Barrachin, dans lesquelles on doit au surplus évaluer ce qui découle du contexte lui-même ondoyant.

Succès et éclipse du véritable inspirateur du PRL ou l’échec du grand parti rêvé

Edmond Barrachin le reconstructeur

4Edmond Barrachin a été le plus rapide des reconstructeurs de la droite avant même la sortie de la guerre : dès le début de 1944 à Alger, pour ce qui est des entreprises tangibles – mettant en œuvre les idées exprimées lors de son glissement hors de l’influence de François de La Rocque en 1941-1942 et de son ralliement à la France libre avec son ami Charles Vallin.

  • 3 Sources multiples concordantes : archives Edmond Barrachin, fonds François de La Rocque de Science (...)
  • 4 On laissera de côté le rôle significatif et conjoint de son ami Charles Vallin, ancien député de P (...)

5C’était sans doute par disposition de personnalité : celle d’un homme de réseaux et de réflexion politique (ce second aspect étant souvent ignoré de ceux qui ont forgé sa réputation de politicien superficiel) ; mais avant tout, et fondamentalement, par la force que lui conférait une expérience double et sans équivalent : à la croisée de l’immense parti de masse qu’avait été le Parti social français (PSF) de François de La Rocque, et des réseaux électoraux et parlementaires de la droite nationale, dont il avait été l’un des ourdisseurs dans les années 1930, dès avant son ralliement à ce parti du célèbre colonel. Précisément en tant que « directeur du Bureau politique », il avait eu la charge d’assurer la cohérence entre la force militante du PSF et son insertion méthodique dans le monde de la notabilité électorale. C’est ce qui lui donna à la fois les moyens et la motivation personnelle d’un projet audacieux, réitérant la recomposition entamée sous la pression de ce nouveau parti avant 1939, et menée tambour battant en 1944-1945 : regrouper toutes les droites3 en utilisant comme levier ce qu’il pouvait récupérer de l’héritage PSF qui, malgré la débâcle générale, recélait encore le potentiel d’organisation de loin le plus considérable dans cette moitié défaite de l’échiquier politique4. Ce projet était bien inspiré du schéma à deux branches, l’une militante, l’autre électorale, qui avait été celui du PSF.

Le projet du « plus grand parti républicain et national qui ait jamais existé dans notre pays »

  • 5 Les Comités de regroupement républicain (CRR, dirigés par Edmond Barrachin et Charles Vallin – et (...)
  • 6 Le Parti de rénovation républicaine (PRR), issu de la minorité de CLV.
  • 7 Les nombreux textes et brouillons de discours d’époque PSF dans les archives Edmond Barrachin témo (...)

6La formule citée ici est celle d’une invitation solennelle à s’unir, adressée à l’Alliance démocratique et à la Fédération républicaine par un Comité d’entente constitué en février 1945 entre une série d’organisations d’inégale épaisseur mais toutes dans la connivence d’Edmond Barrachin5, puis associant la mince mouvance d’André Mutter6. Entre association et concurrence des chefs, André Mutter disposait de bien moins de troupes, mais de sa relative puissance institutionnelle et du quotidien France Libre. L’invitation était faite en juin 1945, dans un contexte défensif : malgré cette proclamation ambitieuse, il était surtout urgent de regrouper tous les restes des modérés en vue des élections de l’automne. Mais elle donnait le ton du projet organisationnel et politique à double détente auquel il faut remonter. L’idée était celle d’une synergie à deux branches qu’Edmond Barrachin avait théorisé au temps du PSF – paradoxalement en spécialiste électoral qu’il était alors au service de cet étrange « parti » d’un million d’adhérents qui se voulait au-dessus de la politique7 : un militantisme populaire de masse occupant le terrain social permettrait d’agréger les notables électoraux à un parti faisant bon usage de leurs ralliements, en démultipliant circulairement leur crédibilité réciproque. Encore fallait-il que cette base fût retrouvée en 1945…

  • 8 Sur l’ensemble de ces réseaux, voir J.-P. Thomas, « Edmond Barrachin ou la pérennité des réseaux p (...)

7Issue d’un parti désormais décrié mais qui avait été énorme, la minorité scissionniste du PSF était encore loin d’être négligeable, et une force sans équivalent dans la débâcle générale des droites. La première branche additionnait des satellites ou organes militants d’ordres divers : le mouvement féminin Les Françaises libres, porté par le contexte du vote des femmes, par l’héritage de l’action sociale du PSF et de sa prolifération dans les Artisans du devoir patriotique (ADP) entre 1939 et 1945, et par de fortes personnalités ; le mouvement de résistance Ceux de la Libération, le plus important de la zone nord après l’OCM ; des jeunes actifs ; un service d’ordre ; un service d’orateurs et l’expérience d’une école ad hoc ; et des bailleurs de fonds (on verra même un service d’embauche en 1946 au PRL, rappelant celui du PSF). Quant à la seconde branche, celle des notables électoraux, Edmond Barrachin avait tissé ses réseaux de longue date jusque dans la mouvance des appareils concurrents mais qu’il entendait rallier. Édouard Frédéric-Dupont, membre de la Fédération républicaine mais aussi de l’Alliance démocratique dans les années 1930, sympathisant affiché et sincère du PSF puis adhérent en 1940, sans jamais avoir explicitement quitté le parti de Louis Marin, en était l’archétype, ou peut-être le cas limite, cité ici seulement pour exemple8.

  • 9 L’accord avec l’Entente se limitait à une non-concurrence réciproque. Les candidats paysans de la (...)

8La manœuvre d’Edmond Barrachin dès la Libération fut rapide ; l’accouchement, à l’automne 1945, plus modeste. Le tacticien avait eu un bon coup d’œil en pronostiquant l’avantage décisif du premier agissant. L’urgence dont excipait le Comité d’entente cité plus haut lui permit bien d’imposer un regroupement électoral, contre les réticences des concurrents résiduels (le reliquat de la Fédération républicaine, resserré autour de Louis Marin ; l’Alliance, déchirée entre l’appareil flandiniste décapité et ses contestataires résistants ; les fidèles du colonel de La Rocque, privés d’une consistance organisée) : ce fut l’Entente républicaine pour la liberté et le progrès social (31 juillet 1945). Elle n’était qu’une confédération, et non seulement de ces mouvances nationales : les bastions régionaux avaient leurs logiques et organisations propres (Union nationale républicaine de la Loire-Inférieure ; Union nationale libérale et sociale du Doubs ; Union républicaine lorraine de la Meurthe-et-Moselle… en attendant d’autres, en gestation) ; quant aux Paysans, reconstitués en parti dans le prolongement de l’avant-guerre, ils restaient dans une marge franchement locale. Elle facilita la délimitation de leurs territoires électoraux (quelques départements, principalement de l’est du Massif central), mais sans adhésion à l’Entente9.

Un succédané dans l’urgence, échappant à l’inspirateur

9L’élection constituante du 21 octobre 1945 fut pour l’Entente le contraire du tremplin espéré : les listes qu’elle couvrait (avec ou sans son nom) obtinrent 14 % des suffrages exprimés, sur un total de 15,6 % pour l’ensemble des modérés ; loin des 24 % recueillis par le MRP, bénéficiaire d’un vote utile. L’échec ne pouvait que renforcer les tendances centrifuges. Sur les 64 élus modérés, 39 seulement s’inscrivirent (37) ou s’apparentèrent (2) au groupe parlementaire d’Unité républicaine qui prolongeait l’Entente – néanmoins en une formation croupion réunissant bien moins que les élus qu’elle avait soutenus – et préparait explicitement le parti à venir. Onze paysans et apparentés, dont des modérés classiques et urbains, furent eux-mêmes apparentés au groupe de la Résistance démocratique et socialiste (UDSR). Les Républicains indépendants réunissaient 14 autres députés, dont Paul Reynaud. Veillant à préserver son statut au-dessus de la mêlée, il jouait une carte à double ressort, laissant ses amis issus de l’Alliance, dont Joseph Laniel et Jules Ramarony, élu président du groupe d’Unité républicaine, jouer un rôle au premier rang du regroupement en cours.

  • 10 « Un style ligueur, qui nous inquiétait un peu » selon la litote de Jacques Féron, ancien secrétai (...)
  • 11 Il démissionna du PRL au début de 1947 en excipant du scandale suscité par André Mutter devant un (...)

10Edmond Barrachin avait subi un échec personnel, battu par les soins d’une liste de division suscitée par les amis de François de La Rocque dans la 5e circonscription de la Seine (centrée, du point de vue des droites, sur Neuilly). Son autorité semble en avoir été affaiblie : on le voit opposer sans guère d’effet une attitude prudente, particulièrement à l’égard des réticences du vieux mais respecté Louis Marin, à la marche forcée, parfois brutale, de gens plus impatients que lui de proclamer le nouveau parti : André Mutter, Jules Ramarony, Édouard Frédéric-Dupont. L’interprétation reste incertaine : Mutter pouvait représenter une « droite dure10 » par rapport à la modération d’Edmond Barrachin mais il nourrissait plus directement une ambition rivale. Jules Ramarony, qui afficha vite un centrisme opposé, était-il surtout pressé de trouver un tremplin personnel11 ? Quant à Édouard Frédéric-Dupont, laissait-il exploser un contentieux moral accumulé depuis les années 1930 contre Louis Marin, patriarche trop intouchable de la Fédération républicaine ?

  • 12 Cette discrétion est d’autant plus remarquable que les dirigeants lillois du PRL, dont Bertrand Mo (...)

11La prudence d’Edmond Barrachin paraît justifiée a contrario par le bilan de l’inverse : le rétrécissement supplémentaire, plus important symboliquement que numériquement, de l’éventail politique du PRL à sa naissance. Le groupe portant son nom perdait encore trois membres, dont Louis Marin, par rapport à celui d’Unité républicaine. On remarque à ce propos que le nouveau parti avait, de l’aveu de ses membres, une image étroitement parisienne en 1946. On pense aux barons de la Fédération républicaine, Joseph Denais, Édouard Frédéric-Dupont, divorcés de leur ancien président dont l’image lorraine était plus nationale. Allait dans le même sens l’indépendance de formations fédératives locales déjà citées, dont les membres et élus même PRL étaient associés à toutes les autres tendances modérées. Son étiquette était même comme refoulée par la discrétion des intéressés dans la nouvelle Union des républicains du nord12, née au début de 1946, et dans son homonyme du Pas-de-Calais.

12Les deux faits marquant la naissance du PRL nous donnent une mesure impressionniste de l’influence d’Edmond Barrachin d’un côté, de son retrait de l’autre. Les statuts du parti furent déposés conjointement le 4 décembre 1945 par André Mutter et Pierre Hénault, l’homme, entre tous, des œuvres d’Edmond Barrachin. L’appareil restait à cette date l’affaire des ex-PSF… mais dans le tête-à-tête de l’inspirateur et de son rival. En revanche le premier souffrait de ne pas être député, dans un parti d’emblée réduit à une essence parlementaire. Dans le meeting de naissance du PRL le 22 décembre, Joseph Laniel, présidant la séance, annonçait les trois orateurs, Jules Ramarony, Édouard Frédéric-Dupont et André Mutter, comme représentant respectivement l’Alliance démocratique, la Fédération républicaine de la Seine et « le jeune parti de la Rénovation républicaine ». C’était faire la part belle, parmi les ex-PSF qui représentaient la masse militante principale, à la mince organisation du dernier cité. Quant au projet de force populaire qu’avait conçu Edmond Barrachin, il était déjà relativisé par l’érosion et l’urgence électorale.

Le directeur du Bureau politique et ses compétiteurs ou la réalité d’un petit parti vite réduit au monde des notables

13Le rétablissement de la position d’Edmond Barrachin en 1946 contraste avec la réalité d’un petit parti éloigné de son projet initial et assez vite réduit à un monde de notables – dans lequel il est vrai qu’il se mouvait à l’aise.

Le rétablissement et la réalité d’une autorité nuancée

  • 13 Membres, semblant inchangés de 1946 à 1948 : « MM. Edmond Barrachin, président ; Robert Bétolaud, (...)

14Débarrassé des manœuvres larocquistes, qui ne pouvaient guère jouer deux fois à Neuilly et alentours, Edmond Barrachin fut élu député dans la 5e circonscription de la Seine en juin 1946. Ce statut parlementaire retrouvé renforçait sa fonction nouvelle de directeur du Bureau politique. Le titre, rappelant clairement l’héritage du PSF où il avait porté le même, était sur mesure personnelle. Comme au PSF, la dénomination du Bureau politique recouvrait en fait une commission électorale. Elle n’était toutefois pas une commission statutaire, quoique sa composition, avalisée par le Comité directeur, fût citée au premier rang avant toute autre lors de la publication des statuts, puis après le deuxième congrès du parti. On n’y trouvait pas que les hommes d’Edmond Barrachin, quoique plusieurs en fussent, dont le secrétaire, Gabriel Campana13.

  • 14 Pour les références : J.-P. Thomas, communication citée. Le cas de Geoffroy de Montalembert, citan (...)
  • 15 Voir J.-P. Thomas, communication citée, p. 168.
  • 16 Pour les précisions détaillées, voir J.-P. Thomas, communication citée, p. 167 et n. 19.

15L’autorité arbitrale d’Edmond Barrachin découlait moins d’une position institutionnelle de dernière instance que de sa reconnaissance par les intéressés, dans un parti dont une bonne part des militants et des élus avaient été rassemblés dans son sillage. Elle était du reste circonscrite hors des bastions autonomes déjà cités. Les preuves les plus indiscutables sont les cas de sénateurs nommés sur des sièges à la disposition directe du parti conformément à la constitution de la IVe République. Marcelle Devaud et Geoffroy de Montalembert ont l’un et l’autre témoigné que c’était sans ambages sur décision d’Edmond Barrachin14. Dans les départements ordinaires, c’est-à-dire hors des bastions qui ne devaient rien au parti, son rôle est confirmé par un faisceau de preuves et d’éléments trop complexes pour être détaillés ici. Des candidatures à l’Assemblée nationale avaient par lui été déplacées d’un lieu à un autre depuis l’époque du PSF15 (hors de la mouvance directe du PRL, on trouve au passage, dans sa correspondance de directeur du Bureau politique, la preuve écrite – et recoupée par bien d’autres sources – de sa célèbre et décisive introduction de François Mitterrand dans la Nièvre16).

  • 17 On citera comme plus irréductible que les modérés ligériens le Vendéen Armand de Baudry d’Asson, a (...)
  • 18 Entretien avec l’auteur, 10 février 1994. Roland de Moustiers évoquait l’UDSR, à laquelle, disait- (...)

16Cette forme de l’autorité d’Edmond Barrachin avait des limites géographiques : elle ne s’appliquait pas comme telle dans les bastions indéracinables des droites, qui vivaient leur vie en toute indépendance fédérative – entre leurs différentes tendances et entre elles et le PRL. Non qu’on n’y trouvât la trace de ses réseaux… Dans l’Ouest nantais, vendéen et ligérien, ils sont repérables dès les lendemains de la Libération, souvent à l’origine du premier ascendant PRL dans les formations fédératives départementales. On citera, sans aucune exhaustivité : en Vendée la résistante Hélène de Suzannet, pilier de ses premières entreprises sous l’étiquette des CRR, à laquelle elle apportait la caution d’un nom emblématique de la mémoire locale et l’héritage de son époux, ancien sympathisant parlementaire du PSF décédé accidentellement en 1938, elle-même élue député en 1945, membre du groupe PRL à l’instar de ses colistiers, et par ailleurs dirigeante des Françaises libres aux côtés d’Irène de Lipkowski et de Marcelle Devaud ; en Loire-Inférieure le général Louis Audibert, « premier résistant de l’Ouest » et ancien dirigeant nantais du PSF, piloté à son retour de déportation par son ancien chef d’état-major, l’ex-PSF Alexandre Eraud (qui semble avoir été un autre pilier des CRR), placé en tête de l’Union nationale républicaine, siégeant de même comme PRL, suivi des deux autres élus de sa liste qui alliaient une légitimité résistante à une notabilité aristocratique. Edmond Barrachin, armé d’une longue expérience diplomatique, se mouvait à l’aise parmi ces parlementaires enracinés. Leur adhésion au PRL en 1946 ne résultait pas moins d’un simple et logique réflexe de regroupement qui était dans la culture de ces droites appuyées sur une solide tradition régionale ; et nombre de personnalités étaient fortes et indépendantes17. C’était aussi bien le cas des « barons » parisiens (des beaux quartiers) évoqués. Autre bastion, le Doubs restait dans la dépendance personnelle de Roland de Moustiers, héritier d’une tradition l’emportant sur celle un peu dévalorisée de Georges Pernot, et qui penchait vers le centre18 ; et l’Aube dans celle d’André Mutter, compétiteur le plus direct d’Edmond Barrachin.

La nature d’une direction électorale et parlementaire, débordée par l’urgence de 1946 puis par l’appel du RPF

  • 19 On a vu qu’Edmond Barrachin la fit « repêcher » au Conseil de la République, où elle fut un sénate (...)

17Au total, Edmond Barrachin paraît être en 1946 un leader d’influence dans une formation électorale semi-fédérative, à mi-chemin typologiquement entre le grand parti qu’il avait projeté et ce que sera quelques années plus tard le Centre national des indépendants. Était-ce la mort de son rêve ? Pas tout à fait puisqu’il était d’inclination un « professionnel » de la politique électorale et un tisseur de réseaux, plus qu’un constructeur d’appareil, encore moins un chef militant. Il reste que la base militante déclina vite : si on en prend comme indice les meetings de masse tenus vent debout face à l’hostilité brutale d’une extrême gauche adverse, cette composante du PRL disparaît de l’observation après l’année 1946. Cette base – dont on observe que la disparition substantielle coïncide avec le raz de marée du RPF l’année suivante – se reconnaissait mal dans les « vieilles barbes » à la Joseph Denais (désigné comme tel, au sens propre et figuré). L’exemple le plus symbolique d’une incompatibilité était le refoulement du potentiel féminin des Françaises libres, dont la plus jeune dirigeante, Marcelle Devaud, très proche d’Edmond Barrachin, avait été récusée sur la liste électorale de la 2e circonscription de la Seine, par l’antiféminisme hors d’âge du dit Joseph Denais19. (Les autres fondatrices, notamment Irène de Lipkowski et Hélène de Suzannet disparurent rapidement, du PRL pour la première, de ses listes électorales pour la seconde – non sans conséquences.) Restaient les campagnes plus discrètes en défense de causes et d’autres telles que la famille – celle de l’école libre relevait d’un cadre dépassant totalement le parti, même s’il y exerça une influence considérable.

  • 20 F1cII155, Vendée, 13 novembre 1946 : le préfet analyse les votes de « villes saintes » de la Vendé (...)
  • 21 Dans quelques départements autres que ceux où il concourut en tant que tel, il était caché derrièr (...)
  • 22 C. Guy, En écoutant de Gaulle. Journal. 1946-1949, Paris, Grasset, 1996, p. 53, 58, 76, 150.

18Le PRL s’épuisa-t-il dans une bataille électorale disproportionnée à ses forces ? La répétition des échéances en 1946 pouvait peut-être être assumée par l’appareil financier ; mais la force militante n’était plus celle du PSF que Barrachin avait espéré recueillir en masse. Le double test de 1946 est celui d’un second avortement. L’échec de 1945 tendait en soi à instaurer une dynamique défavorable en spirale, accréditant le vote utile au profit du MRP : son effet est très visible en novembre 1946 en Vendée (encore plus directement dans le vote en bloc repérable des congrégations20), démultipliant l’effet déjà ravageur, en juin, du passage au MRP de l’héritier Lionel de Tinguy du Pouët. Le plus décisif semble cependant l’image donnée dès juin 1946 par le parti lui-même, qui, à la fois faute d’une force militante suffisamment nationale et par indécision stratégique sur ses ambitions, et même sur ses relations avec le MRP, ne put ou ne sut pas occuper le terrain auquel il prétendait : après avoir revendiqué 75 circonscriptions (sur 107 nationalement, Algérie comprise) dans les discussions avec les autres tendances modérées, il en abandonna plusieurs dizaines21, parfois quelques jours avant le scrutin du 2 juin. Prétendant au statut de « quatrième grand » de l’échiquier politique, il laissait en définitive le MRP sans compétiteur de droite dans 26 départements, y compris dans ceux qui eussent pu lui être propices. Parmi les observateurs, dont les préfets dans leurs rapports, qui prédisaient une déconfiture du MRP au profit du PRL en juin 1946, on trouve le général de Gaulle : sa déception devant sa stagnation en voix et en sièges, puis ses sarcasmes, furent à la mesure inverse des discrets encouragements qu’il avait donnés peu auparavant à l’émergence de ce facteur présumé de rééquilibrage de l’échiquier politique22.

  • 23 Témoignage de Jacques Foccart (entretien avec l’auteur, 22 décembre 1992).

19Le sort du PRL est contenu dans cette année 1946. L’urgence électorale situait le parti sur un seul terrain, dont les résultats étaient profondément décevants. C’était le plus propre, dans ces conditions, à échouer sur l’autre volet du projet initial, en lassant des militants déjà frustrés d’une activité à plus large spectre. On comprend la captation de cette composante militante, qui eut bien une brève réalité, dès la naissance du RPF. Sans être exactement de leur style, que représentait mieux son ami hélas mourant Charles Vallin, Edmond Barrachin les avait précédés en participant aux contacts préparant immédiatement cette irruption gaulliste23.

La double appartenance RPF-PRL ou le contournement du conflit dans un parti en lente extinction

20Le lancement du Rassemblement du peuple français par le général de Gaulle en avril 1947 était un tournant fondamental pour le PRL, tout autant que pour Edmond Barrachin, qui en devint vite un dirigeant : le RPF était d’emblée un centre d’intérêt combien plus porteur que le parti qu’il n’avait pu façonner. Ce fut aussi un tournant pour tous ceux qui attendaient un chef à dimension de sauveur et une formation à vocation plébiscitaire ; et donc un choc pour le PRL en tant que pôle, mettant en cause sa raison d’être. L’absorption gaulliste d’une bonne part de sa base militante est peu mesurable mais évidente à travers ce qu’on en aperçoit au RPF même, dans la consultation de ses interminables archives régionales et départementales. Les parlementaires PRL – majoritaires – satellisés au moins un temps par le RPF sont eux naturellement dénombrables, et en rapport plus direct avec le rôle personnel d’Edmond Barrachin.

Edmond Barrachin, leader parlementaire PRL et dirigeant RPF

  • 24 On corrigera sur cette question le contresens appréciatif et numérique de J. Charlot, Le gaullisme (...)
  • 25 FCDG, RPF 411 à 414.

21Les trois quarts du groupe PRL de l’Assemblée nationale adhérèrent à l’intergroupe RPF, dont ils formaient le noyau le plus gros, et surtout central. Encore après la première décantation, il était plus nombreux d’une unité que le groupe ARS réuni par René Capitant, et toujours en position clé au sein d’un intergroupe majoritairement axé à droite24. Ces députés PRL eurent une très réelle activité en tant que parlementaires RPF, dont attestent les archives du Rassemblement25. Edmond Barrachin était leur leader le plus naturel, paradoxalement dans un groupe PRL formellement présidé par Joseph Laniel, partisan de la Troisième force.

  • 26 J.-P. Thomas, « Edmond Barrachin ou la pérennité des réseaux… », communication citée, p. 168.

22Non moins naturellement, cette position fit d’Edmond Barrachin l’un des chefs de file RPF de l’Assemblée nationale, qu’on peut considérer comme le plus représentatif des vice-présidents de l’intergroupe, puis un dirigeant du Rassemblement, lorsque le Conseil de direction fut créé et ouvert aux parlementaires à partir de juin 1949. Son engagement à cette époque ne saurait être minimisé : on a vu qu’il avait été associé aux contacts précédent l’appel du RPF ; et il lui apporta immédiatement son adhésion (attestée en septembre 1947). Ses compétences mises à contribution furent celles de toujours, qui dépassaient le seul horizon parlementaire : celle d’un spécialiste des systèmes électoraux et non seulement des désignations électorales ; et, au-delà encore, une capacité d’arbitrage découlant en général des héritages PSF dans l’enracinement du RPF et dont la trace peut parfois être suivie jusque dans l’harmonie d’un concert départemental26.

Le modus vivendi d’un PRL divisé

  • 27 Cf. L’Année politique 1949, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1950, p. 29, Conseil national du PRL, 27 f (...)
  • 28 Joseph Laniel en juillet, Robert Bruyneel et Robert Bétolaud en septembre.

23Jusqu’en 1947 le PRL avait pu afficher un gaullisme peu compromettant, réduit à un affichage instrumental pour nombre d’opposants au tripartisme. Le retour actif du Général et l’irruption de la guerre froide changeaient les lignes. L’émergence d’une composante RPF d’origine PRL, et d’Edmond Barrachin comme son dirigeant le plus visible, ne pouvait être réduite à la commodité d’une double allégeance dont l’une eût été plus vague : d’une part certains militants oubliaient rapidement leur précédente appartenance ; d’autre part le contexte de la Troisième Force suscitait des vocations en sens inverse. Le second congrès du parti à Nancy en mai 1948 vit l’affrontement des deux tendances, « gaulliste » et « antigaulliste » (selon les désignations approximatives de la presse). S’il fut maintenu dans un registre courtois par les modérés qu’étaient leurs leaders respectifs – Edmond Barrachin pour la première et Joseph Laniel pour la seconde –, le fond des divergences était bien tracé. La logique n’était pas à la scission, ni du point de vue d’un RPF qui entendait être un rassemblement, ni de celui des triforcistes, qui avaient peu intérêt à rendre trop claires les oppositions (et peut-être leur situation provisoirement minoritaire). Le bilan le plus mesurable du congrès est un dosage des instances de direction, à commencer par le Bureau élu : « Président : M. Michel Clemenceau ; vice-présidents : MM. Laniel, Pernot, Madame Devaud, M. Hénault ; secrétaire général parlementaire : M. Pierre André ; secrétaire général non parlementaire : M. Féron. » De part et d’autre du président, encore à cette date membre de l’intergroupe RPF mais surtout excentrique, trois proches d’Edmond Barrachin (Pierre Hénault, Marcelle Devaud, Jacques Féron) et trois autres, échelonnés du triforcisme assumé à une modération conciliatrice27. Edmond Barrachin semble vite s’être désintéressé de l’appareil PRL, que la dynamique de séparation en cours tendait à laisser tomber aux mains de Joseph Laniel et de ses amis. Il adressa sa démission du bureau politique en septembre 1948, au moment significatif où l’un des plus marquants des députés « gaullistes » (d’alors…), Jean Legendre, démissionnait purement et simplement du groupe parlementaire PRL pour protester contre la participation ministérielle de membres du parti28.

  • 29 L’Époque, 28 février 1949, Conseil national du PRL, Georges Pernot : « unis sur la doctrine du part (...)
  • 30 On sait que la question scolaire fut, juste après la mort du PRL, le grand tournant de la IVe Répu (...)

24Au même moment pourtant, l’ambiguïté du parti était pérennisée avec le consentement implicite des amis d’Edmond Barrachin. Demeurait-elle compatible avec la notion du RPF comme rassemblement, dont la fraction gaulliste du PRL pouvait représenter l’aile droite29 ? Malgré leur conflit, les deux tendances poursuivirent une propagande commune jusqu’en 1951 sur des questions telles que l’école ou la famille ; et leur cours d’orateurs continuait à fonctionner. On peut risquer une interprétation. D’une part une politique de la présence s’imposait à chacun dans les réseaux où il entendait maintenir ses positions : dans des bastions, comme la Loire-Inférieure, ou dans des régions clés comme la Seine ou le Nord. Surtout était en jeu un bien commun de toutes les droites, encore moins à laisser échapper : en premier lieu la bombe scolaire – qu’il fallait de surcroît imposer dans un RPF intéressé mais où de Gaulle souhaitait ne pas en faire la politique d’un camp abruptement confondu avec la moitié droite. La question reste ouverte de savoir quelle part avaient respectivement pour Edmond Barrachin une stratégie d’occupation de tout terrain au profit du RPF et une tactique interne au Rassemblement pour y imposer les thèmes des droites30.

Épilogue : faut-il évaluer le PRL à l’aune du projet d’Edmond Barrachin ?

25Si la mesure la plus naturelle d’une œuvre est le degré de réalisation des objectifs qui lui étaient assignés, le PRL paraît au premier abord un échec : loin du projet formulé par Edmond Barrachin, du « plus grand parti républicain et national qui ait jamais existé dans notre pays », et même du « quatrième grand » selon le slogan déjà plus relativiste de 1946. Ce bilan paraît de surcroît s’être imposé tôt, tant le mauvais accouchement laissait préjuger une spirale à l’opposé de cette ambition. L’étrange leadership à éclipses d’Edmond Barrachin est-il en cause ? Il ne relevait pas d’un parcours personnel sinusoïdal, pas plus par cyclothymie que par opportunisme. Le choc des ambitions, de la brutalité d’André Mutter aux ministérialismes de 1948, doit de même être relativisé tant il est dans la nature banale des choses.

26C’est en définitive l’échec qu’il faut relativiser : on a dans ce parcours le reflet de ce que fut le PRL dans l’histoire des droites, la première initiative centrale, sans laquelle la recomposition ultérieure plus nuancée eût peut-être été plus difficile ; et la faiblesse même de cette nature centrale, à ce moment d’une débâcle. Il lui manquait une forte légitimité : c’est celle que le RPF apportera en déstabilisant le PRL au passage, et au nom d’un chef qui n’entendait pas être l’homme des droites plus que de qui que ce fût ; et alors que, autre source de déstabilisation d’un schéma centré, la force profonde peu entamée des droites résidait dans leurs môles régionaux et locaux : ce que le modèle fédératif et notabiliaire du CNI put mieux capter en contrepoint du modèle inverse que présentait le RPF.

La scission du PSF et la genèse du PRL (1944-1945)

La scission du PSF et la genèse du PRL (1944-1945)

Notes

1 G. Riond, Chronique d’un autre monde, Paris, France-Empire, 1979, p. 203. Le mot de « Riond » est d’un choix heureux, sans doute le meilleur, plutôt que tout ce qui pourrait suggérer l’opportunisme ou la pusillanimité : tournants, zigzag, hésitations, tergiversations…

2 Tout ce qui suit est en partie tributaire des archives d’Edmond Barrachin, dont nous ne pouvons citer les cotes à chaque référence, les ayant consultées avant leur dépôt et classement à Sciences Po.

3 Sources multiples concordantes : archives Edmond Barrachin, fonds François de La Rocque de Sciences Po, archives de Pierre de Léotard (dont des pièces jointes au fonds François de La Rocque), papiers privés de Gilles de La Rocque. Cet aspect, qui apparaît moins dans les comptes-rendus des réunions de scission du PSF (constitution des Comités de regroupement républicains en octobre 1944), où il s’agissait en premier lieu de récupérer la base militante, est clairement formulé dans les projets élaborés à Alger au début de 1944, et en œuvre dans les contacts noués à ce moment avec des éléments, allant de l’Alliance démocratique au Parti paysan (dont Paul Antier), présents en Afrique du Nord à ce moment.

4 On laissera de côté le rôle significatif et conjoint de son ami Charles Vallin, ancien député de Paris et vice-président du PSF, qui apportait une réelle popularité auprès de la base mais que son inéligibilité maintenue malgré son ralliement à la France libre, son appartenance au cabinet du général de Gaulle et ses brillants états de service militaire, privèrent de capacité d’action dès l’été 1945. Il mourut d’un cancer peu après son adhésion au RPF.

5 Les Comités de regroupement républicain (CRR, dirigés par Edmond Barrachin et Charles Vallin – et dont était membre le président du Comité d’entente, Luc de Camiran), le mouvement de résistance CLV (Ceux de la Libération-Vengeance, dont André Mutter, précédemment président, avait scissionné pour ne pas rester dans une mouvance le dépassant), Les Françaises libres (émanation féminine de CLV), les Radicaux indépendants. Les trois premières étaient issues du PSF soit en bloc (CRR), soit indirectement mais en masse, CRR et CLV fusionnant d’autre part peu après dans l’Union patriotique républicaine (UPR, juillet 1945). Plus tard ralliés au RGR en 1946, les Radicaux indépendants, dirigés par l’ancien Croix-de-Feu Georges Boucheron, ancien lieutenant d’Henry Franklin-Bouillon, qui avait lui-même été un mentor d’Edmond Barrachin, avaient été associés aux entreprises de ces deux derniers au milieu des années trente. Voir G. Le Béguec, « Edmond Barrachin, le temps des apprentissages », in G. Le Béguec et J.-P. Thomas, « Le cas Barrachin », Parlement[s]. Revue d’histoire politique, 2011, no 16, p. 150-160.

6 Le Parti de rénovation républicaine (PRR), issu de la minorité de CLV.

7 Les nombreux textes et brouillons de discours d’époque PSF dans les archives Edmond Barrachin témoignent que c’était sa vision stratégique, ressassée à l’usage extérieur comme à celui des militants.

8 Sur l’ensemble de ces réseaux, voir J.-P. Thomas, « Edmond Barrachin ou la pérennité des réseaux politiques des droites », in G. Le Béguec et J.-P. Thomas, dossier et revue cités, p. 161-174.

9 L’accord avec l’Entente se limitait à une non-concurrence réciproque. Les candidats paysans de la Haute-Loire et du Morbihan le furent en 1945 sur des listes d’union avec le MRP – et leur leader demeura au MRP dans le second département.

10 « Un style ligueur, qui nous inquiétait un peu » selon la litote de Jacques Féron, ancien secrétaire général du PRL (entretien avec l’auteur, 5 juillet 1998). Le style d’extrême droite de son hebdomadaire, Paroles françaises, imposé par défaut comme organe du PRL en 1946, n’était pas apprécié par tous ses membres.

11 Il démissionna du PRL au début de 1947 en excipant du scandale suscité par André Mutter devant un parterre d’extrême droite, mais alors que ce dernier était lui-même poussé hors du parti. Il pouvait aussi être mécontent d’avoir perdu la présidence du groupe parlementaire PRL dans la nouvelle assemblée.

12 Cette discrétion est d’autant plus remarquable que les dirigeants lillois du PRL, dont Bertrand Motte, étaient largement à la manœuvre dans l’Union des républicains.

13 Membres, semblant inchangés de 1946 à 1948 : « MM. Edmond Barrachin, président ; Robert Bétolaud, Henri Duvillard, Pierre Hénault, Santu ; secrétaire : M. Gabriel Campana. » Le titre de directeur du Bureau politique restait d’usage coutumier : cf. par exemple, L’année politique 1948, Paris, Éd. Le Grand Siècle, 1949, p. 76. Le bulletin intérieur Parti républicain de la liberté, no 13-14, juin-juillet 1948 indique sans autre clarté que « le bureau politique que préside M. Edmond Barrachin […] a été reconduit à l’unanimité […] les membres officieux y étant incorporés officiellement » (sic).

14 Pour les références : J.-P. Thomas, communication citée. Le cas de Geoffroy de Montalembert, citant cette proposition comme faite à brûle-pourpoint lors de sa retrouvaille fortuite avec Edmond Barrachin, est le plus parlant. Le troisième cas, celui de Christian Vieljeux est probable quoique non prouvé (le dossier étant trop long pour être cité ici).

15 Voir J.-P. Thomas, communication citée, p. 168.

16 Pour les précisions détaillées, voir J.-P. Thomas, communication citée, p. 167 et n. 19.

17 On citera comme plus irréductible que les modérés ligériens le Vendéen Armand de Baudry d’Asson, au nom plus emblématique encore que celui d’Hélène de Suzannet, et qui affirmait n’avoir jamais rompu avec l’Action française (entretien avec l’auteur, 6 avril 1993).

18 Entretien avec l’auteur, 10 février 1994. Roland de Moustiers évoquait l’UDSR, à laquelle, disait-il, il aurait adhéré si elle n’avait pas affiché le « S » de « socialiste ». Son appartenance ultérieure au gouvernement de Pierre Mendès France pourrait corroborer cette prétention de centre gauche.

19 On a vu qu’Edmond Barrachin la fit « repêcher » au Conseil de la République, où elle fut un sénateur très actif en matière sociale (notamment l’une des créatrices de la sécurité sociale étudiante).

20 F1cII155, Vendée, 13 novembre 1946 : le préfet analyse les votes de « villes saintes » de la Vendée, Saint-Laurent sur Sèvres et Chavagne-en-Paillers. On ajoutera que Chavagne-en-Paillers était aussi le fief d’Hélène de Suzannet, désormais en retrait des listes électorales PRL.

21 Dans quelques départements autres que ceux où il concourut en tant que tel, il était caché derrière des listes d’union affichées comme indépendantes ou des formations apparentées à ce moment, comme le Parti républicain démocrate d’Alsace.

22 C. Guy, En écoutant de Gaulle. Journal. 1946-1949, Paris, Grasset, 1996, p. 53, 58, 76, 150.

23 Témoignage de Jacques Foccart (entretien avec l’auteur, 22 décembre 1992).

24 On corrigera sur cette question le contresens appréciatif et numérique de J. Charlot, Le gaullisme d’opposition. 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 98 sq. et 163 sq. Voir J.-P. Thomas, « Le RPF et les petits partis et formations politiques locales de droite et du centre », De Gaulle et le RPF. 1947-1955, Paris, Armand Colin, 1998, p. 661-673.

25 FCDG, RPF 411 à 414.

26 J.-P. Thomas, « Edmond Barrachin ou la pérennité des réseaux… », communication citée, p. 168.

27 Cf. L’Année politique 1949, Paris, Éd. du Grand Siècle, 1950, p. 29, Conseil national du PRL, 27 février : Georges Pernot « fait prévaloir une motion de synthèse qui rallie les antagonistes à des solutions moyennes : maintien de la participation ministérielle et maintien de la double appartenance ». On pense aux synthèses radicales. On sait d’autre part que Georges Pernot participait depuis l’été 1948 au regroupement des Indépendants. Pierre André, comme Michel Clemenceau, était encore enregistré à l’intergroupe RPF en août 1948 mais plus en décembre.

28 Joseph Laniel en juillet, Robert Bruyneel et Robert Bétolaud en septembre.

29 L’Époque, 28 février 1949, Conseil national du PRL, Georges Pernot : « unis sur la doctrine du parti, s’ils diffèrent sur des questions de tactique ». La dite tactique était publiquement conflictuelle : cf. L’Année politique, avril 1949 : « plusieurs membres du PRL, dont M. Michel Clemenceau et le colonel Félix, le désavouent publiquement [Edmond Barrachin, soutenant à l’Assemblée la position RPF d’une nouvelle loi électorale], précisant qu’il ne parle qu’en son nom personnel ». Un peu plus tard, les ministres Robert Bruyneel et Robert Bétolaud, jugés trop peu fermes sur les principes financiers, furent poussés hors du groupe parlementaire. Ibid., p. 130.

30 On sait que la question scolaire fut, juste après la mort du PRL, le grand tournant de la IVe République ; et, par effet de boomerang, la cause indirecte de la fin du RPF lui-même, en rendant possible une majorité nouvelle de droite.

Table des illustrations

Titre La scission du PSF et la genèse du PRL (1944-1945)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115691/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540