Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

L’hiver 1945-1946 : les droites en miettes

Jean Vavasseur-Desperriers

Texte intégral

  • 1 Sur cette phase, les ouvrages de référence sont : G. Richard, J. Sainclivier (dir.), La Recomposit (...)

1Au cours de l’hiver 1945-1946, s’ouvrit une active période de recomposition des forces politiques. Ce processus concernait surtout les groupes de droite et du centre, mais il épargnait les grands partis de gauche, socialiste et communiste, qui sortaient renforcés de la période précédente1. Les premières élections depuis l’avant-guerre, à la proportionnelle, en octobre 1945, de représentants nationaux, l’abandon par le général de Gaulle de la charge de chef du gouvernement, fonction qu’il assurait depuis la Libération, le 20 janvier 1946, enfin, pour clore la séquence, la victoire du « non » lors de la consultation référendaire du 5 mai 1946 et le rejet de la proposition de constitution élaborée par les socialistes et les communistes, tout conspirait à inciter les forces de droite et du centre à opérer des regroupements susceptibles de freiner la poussée des forces de gauche, dans la mesure où le climat d’unanimité nationale ne revêtait plus la même force après la fin du conflit, survenue le 8 mai 1945.

  • 2 Les renseignements généraux consacrent de nombreux rapports aux mouvements royalistes, mais c’est (...)

2Il convient de préciser les limites du sujet. On fait entrer dans le champ de la droite au début de 1946 les groupes politiques situés en dehors de la majorité parlementaire d’octobre 1945 et du gouvernement dominé à partir de janvier 1946 par la coalition tripartite PCF-SFIO-MRP, et désignés sous la dénomination de « modérés » – c’était une dénomination alors d’usage courant. On y joindra les partis issus de l’ancien Parti social français, lui-même d’origine ligueuse, mais dont l’institutionnalisation avant la guerre ne peut guère être mise en doute. Le Mouvement républicain populaire (MRP), démocrate chrétien, partie prenante du système « tripartite », n’est donc pas compris dans l’ensemble que l’on tente ici de définir, même si son ascendant direct, le Parti démocrate populaire, dans la Chambre précédente élue en 1936, faisait figure de parti de centre droit. Quant aux radicaux, toujours suivant le critère de la Chambre de 1936, ils ne peuvent guère, pour des raisons historiques et philosophiques, être classés à droite, même si le gouvernement d’Édouard Daladier s’était largement appuyé sur les droites en 1938-1939. Mais, bien entendu, ces deux familles sont bien présentes dans notre histoire, leur position centre gauchère les impliquant dans les combinaisons envisagées par les groupes de droite. De la droite extrême, on ne parlera pas, elle n’existe plus. Les groupes collaborationnistes, comme le PPF, ont disparu. Un certain nombre de militants ou cadres ont suivi l’ennemi dans sa retraite, avant de fuir ou d’entrer dans la clandestinité pour un certain nombre d’années, ou de subir le châtiment réservé aux collaborateurs. Les groupes monarchistes se manifestent discrètement : la propagande royaliste est présente, mais peu influente2.

3La grande difficulté du sujet concerne le contenu : qu’est-ce qu’être de droite durant l’hiver 1945-1946, dans une phase de reconstruction du pays, et ce, dans tous les domaines : économique, social, national, alors que, précisément, l’heure est au rassemblement, par-delà les clivages traditionnels ? Est-ce que la nécessité de ce rassemblement est compatible avec la persistance de la summa divisio ? C’est bien là la question essentielle qui se pose à l’opinion et à l’ensemble des acteurs politiques.

L’ultime étape d’une recomposition commencée avant la guerre

  • 3 Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 109, année 2002, no 3, « Les droites en France de (...)
  • 4 Ces deux formations comptaient un certain nombre de députés dans la chambre de 1936. Pour la Fédér (...)
  • 5 Cette élection partielle concernait la 2e circonscription du IXe arrondissement de Paris, tenue de (...)
  • 6 Comme en témoigne le projet de loi sur l’organisation professionnelle, orienté vers l’instauration (...)

4Il faut bien réaliser que la situation de l’hiver 1945-1946 peut être perçue comme le terme ultime d’une recomposition commencée avant la guerre, dans le sens où on a pu parler à propos de la période 1936-1940 de « recomposition inachevée3 ». De fait, avant la guerre, l’évolution des droites, en termes de puissance électorale comme en termes de militantisme, indiquait un recul assez net des deux grands partis de la droite parlementaire de la IIIe République, l’Alliance démocratique et la Fédération républicaine4, au profit d’un nouveau venu, le Parti social français (PSF), dont le succès en termes militants était indéniable – il revendiquait près d’un million d’adhérents et en comptait à coup sûr plusieurs centaines de milliers –, mais dont l’impact électoral exact ne put jamais être mesuré, les législatives de 1940 n’ayant pas eu lieu. Son implantation dans la société, par le biais de nombreuses œuvres, était également incontestable. Au plan électoral, on dispose toutefois d’un indice significatif, mais très ponctuel, outre les résultats d’élections locales en 1937 favorables au PSF : la victoire du PSF Charles Vallin, en novembre 1938, contre un candidat présenté par la Fédération républicaine, dans une circonscription parisienne tenue de longue date par un député de ce parti5. Un double enjeu présidait à ces luttes partisanes : il y avait bien un aspect idéologique, le libéralisme se trouvant fort critiqué dans le contexte de la crise des années 1930, alors qu’un courant social-chrétien conservateur voyait son influence grandir dans les milieux de droite ; mais on ne saurait trop insister sur le fait que, si le PSF apparaissait de plus en plus comme le meilleur porteur de ces idées, une « ancienne » formation comme la Fédération républicaine avait intégré dans son programme les idées d’« organisation professionnelle » et se livrait à l’occasion à la défense des thèses corporatistes6. L’opposition idéologique n’était donc pas totale entre les « nouveaux » partis et les « anciens ». En revanche, la lutte pour le pouvoir, qui se déroulait dans le contexte d’une compétition serrée, se faisait de plus en plus impitoyable. La Fédération républicaine subissait directement les effets de la poussée du PSF, d’où, sans doute sa droitisation de plus en plus forte, tandis que l’Alliance démocratique, formation traditionnellement orientée vers le centre, voyait cet espace se réduire de plus en plus sous l’effet d’une bipolarisation toujours plus accentuée.

  • 7 Sur la situation de ces formations au lendemain de la guerre, voir F. Audigier, « L’impossible ret (...)
  • 8 Chiffre difficile à établir pour l’Alliance démocratique : un rapport de police évalue à « une diz (...)

5Ces forces existaient encore à l’orée de l’hiver 1945-1946. La Fédération républicaine et l’Alliance démocratique avaient bénéficié de leur présence dans le Conseil national de la Résistance, dans lequel elles avaient été admises par souci d’équilibrer les forces de gauche. Elles ont donc, pendant la période transitoire qui s’écoule entre la Libération (septembre 1944) et l’élection de la première Constituante (octobre 1945), pu bénéficier de l’accès à la vie publique, réservé aux formations résistantes, avec, toutefois, de lourds handicaps nés de la période précédente, le manque de moyens financiers et l’absence d’appuis dans le monde de la presse, profondément restructuré à la Libération7. Leurs membres ont conservé un certain nombre de mairies aux municipales de mars-avril 1945 : l’Alliance démocratique aurait été majoritaire dans 5 499 conseils municipaux (sur 35 838, soit 15 %), la Fédération républicaine dans 5 809 conseils (soit 16 %), si l’on en croit l’Année politique de 1944-1945. Elles ont eu quelques élus, fort peu, placés sous leur étiquette, en octobre 19458.

  • 9 Cette argumentation, à vrai dire, ne tenait guère : comme l’avançaient les défenseurs du PSF et le (...)
  • 10 Ainsi, Guittard, secrétaire général des jeunes de la RF, écrit-il à son chef (13 septembre 1945, f (...)
  • 11 Note dactylographiée du 4 septembre concernant le meeting de la salle Wagram, fonds La Rocque, Fon (...)
  • 12 Observé avec soin par les agents des RG : l’un d’eux décrit le public d’une réunion du 19 février (...)

6Le Parti social français n’a pas bénéficié du même traitement de faveur : le 9 mars 1945, il a été considéré comme dissous, un communiqué du Conseil des ministres avançant que le PSF était et demeurait dissous, « en vertu de la législation de la République et de décisions judiciaires confirmées par la Cour d’appel de Paris et la Cour de cassation9 ». Le parti de la Réconciliation française (RF), créé durant l’été 1945 (13 juillet, dépôt des statuts ; 4 septembre, premier meeting, salle Wagram), ne se présente pas ouvertement comme son continuateur, pour éviter d’être frappé par une mesure analogue. Les personnalités placées à sa tête, comme l’industriel Christian Renaudin ou Joseph Levet, sont d’anciens militants PSF, mais ne figuraient pas antérieurement parmi les figures de proue du mouvement. Alors que les observateurs de la police s’acharnaient à démontrer la continuité entre le PSF et le parti de la RF, le colonel de La Rocque recommandait la discrétion sur ce sujet10. Toutefois, il apparut vite que la thématique développée : rejet des anciens partis, tout en refusant de se positionner à l’intérieur d’un clivage gauche/droite, défense des principes chrétiens sans aucun cléricalisme, politique d’insertion des travailleurs compétents et « fidèles à leur entreprise » dans le cadre d’un système de participation, nationalisation temporaire des monopoles11, comme le public des meetings12 permettaient d’établir une continuité entre le PSF et la RF. Tout cela, bien sûr, contribuait à rendre difficile, sinon impossible, l’action de l’ex-PSF. De manière générale, la guerre, en provoquant la mise en sommeil, dès 1939, de ces organisations et le gel de leurs activités pendant la « drôle de guerre », prolongé ensuite avec l’instauration du régime de Vichy, avait fortement contribué à paralyser leur activité et à les faire entrer dans une phase de déclin irréversible.

Le poids de la guerre

  • 13 O. Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-19 (...)
  • 14 M. Cointet, Vichy et le fascisme, Bruxelles, Complexe, 1987, p. 61 sqq.

7Surtout, si ces organisations existaient encore en 1945, elles avaient été considérablement affaiblies par suite des divisions internes provoquées par les événements. Le conflit a introduit deux facteurs de clivage supplémentaires, qu’il faut d’ailleurs bien distinguer : l’attitude à l’égard de Vichy et le comportement plus ou moins résistant, plus ou moins précoce, plus ou moins actif. Sur le premier point, l’attitude de la grande majorité des droites est celle de l’approbation, au moins au départ. En témoignent au premier chef les votes en faveur du Maréchal le 10 juillet 1940 : Olivier Wieviorka relève, dans son ouvrage sur les destinées des parlementaires français pendant la Seconde guerre, un « taux de résistance » (nombre de parlementaires votant non, ou s’abstenant, ou partis sur le « Massilia », rapporté au nombre de députés ou sénateurs de cette tendance présents le 10 juillet) des hommes de droite d’à peine 5 %, contre 27 % pour les hommes de gauche13. Ceci devait peser lourd à la Libération, du fait de l’inéligibilité des parlementaires qui avaient voté en faveur de l’attribution des pleins pouvoirs à Pétain. Dans le Conseil national, « assemblée » que Vichy tenta de mettre en place en 1941, sur les 77 parlementaires choisis (sur 213 membres au total), les hommes originaires de la droite étaient surreprésentés par rapport à ceux qui venaient de la gauche14. D’autres élus, maires ou conseillers généraux, avaient été maintenus en fonction par le régime de Vichy, ce qui leur valut une mise à l’écart en 1945. Ces sanctions frappaient surtout les hommes des partis de la droite parlementaire.

  • 15 F. Audigier, op. cit., « L’impossible retour… » et « Les petits partis du RGR : l’Alliance démocra (...)
  • 16 Cf. O. Dard, G. Richard, J. Bour, L. Gueit-Montchal (dir.), Louis Jacquinot. Un indépendant en pol (...)
  • 17 Rapports de police, sans date (juillet 1946) AN, F/7 15283 ; et archives de la préfecture de polic (...)
  • 18 Rapports des 3, 18, 20 et 24 septembre 1945. APP, BA 1965.

8Ces trois organisations se retrouvaient donc très divisées à la Libération, en premier lieu les deux partis de la droite parlementaire. L’Alliance démocratique15 est gravement atteinte : dès la Libération, elle se partage entre les « Résistants » et les « flandinistes ». Les premiers ont rallié la Résistance et y ont participé activement, les seconds reconnaissent toujours comme leader Pierre-Étienne Flandin, figure majeure du personnel politique de l’avant-guerre, ancien président du Conseil (1934-1935), nommé ministre des Affaires étrangères par le Maréchal le 13 décembre 1940, mais récusé par les Allemands et renvoyé le 10 février suivant. Arrêté à la Libération, il se trouvait à l’automne de 1945 sous le coup d’une inculpation pour intelligence avec l’ennemi, en attendant son jugement, qui devait avoir lieu à la fin de juillet 1946. Flandin avait accepté une nomination, dans un poste de premier ordre, à Vichy, mais sans adhérer véritablement aux principes du régime, avant de s’apercevoir que sa marge de manœuvre était inexistante. Il devait d’ailleurs être « relevé » de sa peine de 5 ans d’indignité nationale aussitôt après son jugement. Son prestige auprès des hommes de l’Alliance démocratique restait encore très grand. Dès novembre 1944, les deux tendances se sont reconstituées séparément, les « résistants », très minoritaires, autour de Joseph Laniel et Louis Jacquinot16 ; les « flandinistes » autour de Louis Rollin et Léon Baréty, en fait grâce à l’actif secrétaire général du groupe flandiniste Marcel Ventenat. Les deux tendances restèrent en contact jusqu’à l’automne de 1945. Il fut même envisagé en juillet 1945 de porter Paul Reynaud, de retour d’Allemagne, à la présidence du parti, mais la tentative tourna court17. Le divorce définitif intervint en septembre 1945, quand les « résistants » organisèrent séparément leur campagne électorale18. Le poids des événements de la période antérieure a été considérable dans la rupture : sur le passé récent, sur la nature et l’ampleur de l’épuration, que les « résistants » souhaitaient rigoureuse, alors que les flandinistes réclamaient davantage de nuances, sur l’appréciation du régime de Vichy – il fut reproché à Paul Reynaud par les flandinistes d’avoir été témoin à charge contre Pétain –, les oppositions étaient vives. Elles transcendaient les générations, puisque deux « jeunes » animaient le secrétariat général de chaque tendance, Marcel Ventenat et Robert Bruyneel. Le premier avait été fonctionnaire de Vichy, dans des fonctions sans implications politiques, il est vrai, mais le second avait activement résisté au sein des NAP. Dans la scission, le poids de la Seconde Guerre a été considérable.

  • 19 Alors qu’aucun congrès national de la Fédération républicaine ne put avoir lieu, la fédération de (...)

9La Fédération républicaine ne connut pas de scission officielle à la Libération, mais une vive tension existait au sein de ce groupe entre deux tendances, la direction officielle du parti, toujours dirigée par Louis Marin, appuyé par le secrétaire général, Jean Guiter, remplacé le 1er janvier 1945 par Henri Becquart, et la fédération de la Seine19, animée à la Libération par le député de Paris Joseph Denais. Marin comme Denais s’étaient tenus à l’écart du régime de Vichy. Le premier avait résidé à Vichy jusqu’en 1944, sans se compromettre avec le régime, puis au printemps, il s’était envolé pour Londres, après avoir rasé ses célèbres moustaches, pour passer incognito. Le deuxième s’était embarqué sur le « Massilia », avant d’être interné, puis mis en résidence surveillée par les autorités de Vichy. Mais, à la Libération, leur point de vue politique n’était pas le même. Louis Marin resta longtemps partisan de l’unité nationale, il fut quelque temps adhérent du Front national lié au PCF, il était partisan d’une épuration du parti comportant de nombreuses mises à l’écart. Joseph Denais, dès avril 1944, se posait la question du lendemain de guerre, à sa manière. La France libérée, se demandait-il alors, sera-t-elle dirigée par les marxistes et les communistes, voire, ajoutait-il, par les francs-maçons ou les juifs ? Derrière ces vieilles préoccupations de type obsessionnel, ressurgissaient de vieux clivages qui, aux yeux de Joseph Denais, devaient être la préoccupation majeure du moment. La « tendance Denais », de ce fait, n’accordait pas à l’épuration la même importance. Un fort clivage, ici, opposait donc les intransigeants qui réclamaient une sévère épuration, et ceux qui, sans approuver le moins du monde la collaboration, réclamaient que soit jeté un regard nuancé sur la période précédente et une épuration mesurée. La fracture introduite peut être considérée comme majeure et comme un facteur déterminant de l’émiettement de la droite conservatrice.

  • 20 J. Nobécourt, op. cit. ; J.-P. Thomas, « La Rocque », in Dictionnaire de la France libre, Paris, R (...)
  • 21 Rapport du 21 février 1945, APP, BA 1965. Il semble que les Comités de rassemblement républicain a (...)
  • 22 Rapports du 8 mars 1945, APP, BA 1965. Rapport du 1er août 1945, AN, F7/15284.

10On retrouve les mêmes problèmes chez les partisans du colonel de La Rocque, posés dans des termes à peine différents. Le colonel, certes, avait reconnu que bon nombre d’inspirations de Vichy rejoignaient les idées du PSF. Mais il s’était toujours tenu à l’écart du régime, avant de s’en séparer à propos de la collaboration qu’il n’avait jamais admise, tandis que nombre de ses partisans entraient dans la Résistance, lui-même étant engagé dans un réseau de renseignements lié aux services secrets britanniques. Toutefois, le chef du PSF vit longtemps dans le Maréchal le symbole de l’unité nationale, tandis que sa méfiance était grande à l’égard de la France libre, pénétrée selon lui d’influences maçonniques et communistes. De ce fait, le départ de Charles Vallin, un de ses plus fidèles lieutenants, pour Londres, lui sembla une trahison qu’il condamna publiquement. Mais en mars 1943, arrêté par les Allemands, il fut déporté au château d’Itter en compagnie, notamment, de Paul Reynaud et Édouard Daladier. À la Libération, mis, comme on l’a vu, en résidence surveillée, il supervisa la création du parti de la Réconciliation française20. La rupture entre les deux hommes revêtait sans doute un aspect personnel, mais pas seulement. La Rocque représentait une tendance défiante à l’égard du général de Gaulle, Vallin le ralliement à l’homme du 18 Juin. À la Libération, tandis que Charles Vallin combattait dans la Ire Armée jusqu’en avril 1945, Edmond Barrachin, ancien directeur politique du bureau du PSF, venu de la Gauche radicale (radical indépendant), fondait les Comités de regroupement républicain à la fin de 1944, destinés à rassembler les ex-PSF résistants ralliés à de Gaulle. Au printemps de 1945, le groupe fut renforcé par le mouvement des « Françaises libres » et une partie du mouvement « Ceux de la Victoire » (CLV), autour de Pierre Ruhlmann, membre de l’Assemblée consultative provisoire. Au retour de Charles Vallin, au cours de l’été 1945, se constitua l’Union patriotique républicaine (UPR), qui se présentait en rival de la Réconciliation française. Si le nouveau parti ne parvint pas à rassembler la majorité des ex-PSF21, il forma un groupe qui devait sa cohérence à l’attitude résistante22 : leur parti était « patriotique », celui du colonel misait sur la « réconciliation » (des résistants et des autres).

De grandes difficultés organisationnelles

11Ces divisions induisent, sans les expliquer entièrement, de grandes difficultés organisationnelles. L’affaiblissement des formations traditionnelles, l’apparition d’objets politiques nouveaux, des efforts de regroupement souvent avortés dès 1945 : tels sont les faits saillants qui affectent les forces politiques de droite durant notre période.

12Les formations traditionnelles souffraient du manque de leaders et de l’amenuisement de leurs réseaux et de leurs viviers militants. Certains leaders, en effet, étaient poursuivis, comme Pierre-Étienne Flandin, emprisonné à la Libération pour sa brève participation au gouvernement de Vichy. Le colonel de La Rocque fut également emprisonné à son retour d’Allemagne où il avait été interné en août 1943, avant d’être mis en résidence surveillée début 1946, sans d’ailleurs qu’on puisse formuler de chef d’accusation précis : on visait avant tout l’ancien « chef de ligue » et sa fidélité au maréchal Pétain. Il devait décéder en avril 1946. Paul Reynaud, revenu de son emprisonnement en Allemagne, ne pouvait évidemment être mis en cause ni pour pétainisme, ni pour collaboration, mais il portait aux yeux de beaucoup le poids de la défaite. Louis Marin, exempt de toutes ces accusations, paraissait lui aussi dépassé, un homme d’un autre âge, adepte d’un parlementarisme suranné, moqué par ses propres troupes (au sein de la jeunesse surtout). À cela s’ajoutaient d’autres facteurs, auxquels il a déjà été fait allusion : les inéligibilités, très nombreuses, puisque la presque totalité des groupes de droite avaient voté en faveur de Pétain ; l’appartenance aux conseils départementaux ; ou la présence dans l’administration vichyste (en étant préfet, par exemple). Aussi bien l’inéligibilité officielle, que les purges internes – ce fut le cas, on l’a vu, à la Fédération républicaine – rendirent difficile la reconstitution.

  • 23 E. Duhamel, « Le Rassemblement et ses composantes », in Recherches contemporaines, op. cit., p. 29 (...)
  • 24 Georges Sierro à Joseph Denais, 22 janvier 1945, fonds Marin, AN, 317 AP 91. Joseph Denais transme (...)
  • 25 M. Bernard, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième Républiqu (...)
  • 26 Louis Marin rencontra en août 1945, par l’intermédiaire de son ami Henri de Peyerimhoff, André Bru (...)
  • 27 F. Audigier, « L’impossible retour… », op. cit., p. 170. Installée au siège de l’Union des intérêt (...)

13L’amenuisement des réseaux et des viviers, avec leur conséquence, le manque de moyens matériels, est un autre élément très caractéristique. La Réconcilation française ne retrouva jamais les foules PSF d’avant-guerre, malgré l’apparente affluence à ses réunions publiques. Une note d’un collaborateur du colonel de La Rocque, Pierre de Léotard, datée de juillet 1945, indique que dans 18 départements seulement sur 88, la situation serait favorable à la reprise d’une implantation militante impulsée par la Réconciliation française23. Pour la Fédération républicaine, plusieurs rapports dans les départements indiquent une situation difficile. Parfois, c’était la désaffection totale, comme dans la Loire, dont le responsable d’avant-guerre, Georges Sierro renonçait à sa fonction de président départemental, alléguant en janvier 1945 le manque de directive claire – du fait de la rivalité des « lignes » Louis Marin et Joseph Denais, qu’il ne percevait d’ailleurs que confusément24. Dans d’autres cas, c’était la guerre intestine, comme dans le Rhône entre les « résistants », comme Burgeot, et les héritiers de Victor Perret, le très maréchaliste président de la Fédération du Rhône d’avant-guerre25. En Gironde, le souvenir de Philippe Henriot, président avant la guerre de l’Union populaire républicaine de la Gironde, constituait un obstacle rédhibitoire à un renouveau du parti dans ce département. À cela s’ajoutait le manque de moyens financiers, sciemment provoqué par le refus des responsables patronaux de financer Louis Marin, qui dut cesser la publication de son journal, La Nation26. La Fédération ne put jamais reconstituer son réseau de donateurs, étant donné son image de parti vieilli et dépassé. L’Alliance y réussit un peu mieux27, mais se cantonna dans son rôle de « parti de cadres », refusant une politique tournée vers le recrutement de masse. Mais son réseau de notables avait bel et bien disparu.

  • 28 Sur André Mutter, APP, dossier M4. André Mutter, avocat à Troyes avant la guerre, avait milité au (...)
  • 29 Rapports des 19 mars et 17 avril 1945, APP, BA 1965. Le premier rapport relate le vote du comité d (...)

14Dans ce contexte, une forte demande s’exprimait en faveur d’un renouvellement, des hommes et des structures. Les mouvements de Résistance avaient pu apparaître à la fin de 1944 et au début de 1945 comme un facteur de renouveau, avec une difficulté toutefois : comment concilier une action visant au rassemblement national dans une action purement patriotique et la formation d’un organe partisan, aux visées purement politiques ? Comment, d’autre part, se détacher du programme du Conseil national de la Résistance en conservant une forte référence résistante ? Ces contradictions apparurent dans la formation du Parti de la rénovation républicaine, créé en avril 1945, issu en partie du mouvement Ceux de la libération victorieuse (CLV). Alors que son chef, André Mutter28, entendait former un parti politique, beaucoup d’adhérents du mouvement ne le suivirent pas : les uns préférèrent rester dans une sorte d’amicale d’anciens résistants, d’autres, avec son second, Pierre Ruhlmann, rejoignirent Charles Vallin à l’Union patriotique républicaine. Lors des débats du congrès fondateur29, les partisans du nouveau parti, intitulé Parti de la rénovation républicaine, prirent leur distance à l’égard du programme du CNR (sans le rejeter explicitement) et affirmèrent fortement leur objectif de promouvoir des hommes nouveaux. André Mutter expliqua que les mouvements de résistance ne pouvaient se substituer aux partis, ajoutant de manière explicite que l’abandon du clivage droite/gauche, justifié pendant le conflit, ne pouvait plus être qu’une hypocrisie, dans la mesure où les forces de gauche, et en premier lieu le parti communiste, noyautaient systématiquement ces mouvements pour accroître leur influence. Ainsi, aux formations issues de scissions, s’ajoutait un objet politique qui se présentait comme une nouveauté, fondée à la fois sur le rejet des « anciens » partis et sur le refus de la fausse unanimité héritée du temps de guerre.

  • 30 G. Le Béguec, « Le rassemblement et ses composantes : le Parti radical indépendant », Recherches c (...)
  • 31 Le fonds Louis Marin contient les comptes rendus des réunions, assez houleuses, du « comité d’init (...)

15Conscientes des inconvénients d’un tel émiettement, surtout dans la perspective électorale qui se profilait pour l’automne 1945, les diverses formations œuvrèrent dès l’été au rapprochement par la création d’organes pratiques, comme le Comité d’entente républicaine pour la liberté et le progrès social, créé en juillet 1945, en vue des élections d’octobre. C’était essentiellement un cartel électoral, qui regroupait la Fédération républicaine (de Joseph Denais, qui en était l’initiateur), l’Union patriotique républicaine de Charles Vallin, le Parti de la rénovation républicaine d’André Mutter, à quoi s’ajoutaient le mouvement des « Françaises libres », issu de CLV et proche de l’Union patriotique républicaine, et le Parti radical indépendant, petite formation mais qui représentait une longue tradition du radicalisme tourné vers le centre droit, et qui comprenait plusieurs personnalités dont le rôle est largement attesté dans cette phase de recomposition30. L’Alliance démocratique ne s’engagea pas et se borna à envoyer un observateur. Cet effort toutefois n’aboutit guère : 64 députés de droite sur 600 furent élus en octobre 1945, et se répartirent en trois groupes : l’Unité républicaine (39), les Républicains indépendants (14, on y retrouvait les vieux leaders, Paul Reynaud et Louis Marin), le Parti paysan de Paul Antier (11, héritier du Parti agraire d’avant-guerre). Ces élections agirent comme un véritable révélateur des faiblesses de la droite : en octobre, le secrétaire de la Fédération républicaine constatait avec stupeur que les masses électorales d’avant-guerre étaient passées au MRP. Des négociations compliquées et souvent parallèles s’engagèrent alors pendant l’hiver 1945-194631.

16Elles aboutirent à la formation de deux regroupements rivaux. En décembre 1945, autour d’André Mutter et du président du groupe de l’Unité républicaine, Jules Ramarony, membre de l’Alliance démocratique avant la guerre, se forma le Parti républicain de la liberté (PRL), issu de la fusion du Parti de la rénovation républicaine d’André Mutter, de la tendance Joseph Denais de la Fédération républicaine, de la tendance Joseph Laniel de l’Alliance démocratique et le parti de Charles Vallin et Edmond Barrachin, l’Union patriotique républicaine (UPR). La nouvelle formation prenait un fort appui sur le groupe parlementaire de l’Unité républicaine, qui ne lui était cependant pas totalement acquis. En avril 1946, l’Alliance démocratique (tendance Pierre-Étienne Flandin), le Parti radical indépendant, et de façon plus surprenante, le parti de la Réconciliation française, qui survit au colonel, décédé au même moment, adhérèrent au Rassemblement des gauches républicaines (RGR), dont l’ossature était formée par le Parti radical et l’Union démocratique et socialiste de la résistance (UDSR), et dont l’orientation était plus centriste que le PRL. Restée seule, la Fédération de Louis Marin, qui avait refusé d’adhérer au PRL, disparut purement et simplement du paysage politique après les élections de juin 1946.

Pourquoi cet émiettement persistant ?

17Il convient d’examiner à présent les éléments qui ont pesé dans le sens de tels rapprochements. Qu’est-ce qui divisait ? Qu’est-ce qui rapprochait ces droites émiettées ?

18Les problèmes de personne et les querelles historiques ont, bien sûr, compté. D’anciennes rivalités de pouvoir ont naturellement ressurgi et les chefs traditionnels de la droite ne se voyaient pas dans des seconds rôles. Encore en décembre 1945, à la Fédération républicaine, en examinant l’éventualité des négociations avec les chefs des autres formations, un homme comme Louis Marin envisageait difficilement de quitter le leadership de la droite conservatrice. Les querelles de l’avant-guerre ont d’autre part rendu difficiles, sinon impossibles, les contacts entre la FR et les mouvements dérivés du PSF. Au sein de l’Alliance démocratique, la rivalité entre Pierre-Étienne Flandin et Paul Reynaud – ce dernier étant d’ailleurs exclu du parti depuis 1938 – aggravèrent l’intensité du conflit. On a déjà évoqué les oppositions nées de la guerre entre les tendances « résistantes » et les autres. Enfin, les générations d’avant-guerre apparaissaient comme définitivement usées et considérées comme globalement responsables de la défaite, mais, dans la décomposition des groupes, on ne voyait pas apparaître de façon claire une génération nouvelle, les classes d’âge concernées ayant aussi subi un fort clivage à propos de Vichy.

19Mais, au-delà, les divisions portaient sur des questions de fond. L’une d’elles, de manière préjudicielle, portait sur la question suivante : recréer une droite, ne serait-ce pas porter atteinte à l’unité nationale, si précieuse, surtout dans l’effort de guerre final, jusqu’en mai 1945 ? C’était la conception de Louis Marin, mais cette conception se révéla vite intenable, car la fin du conflit et les élections générales amenèrent progressivement les diverses formations vers une autre conception selon laquelle l’unité, certes incarnée par la figure respectée du général de Gaulle, ne pouvait être qu’une escroquerie dont le seul bénéficiaire serait le Parti communiste, le Front national n’étant qu’un paravent dissimulant mal la réalité. La nouveauté politique est bien venue d’une formation, le PRL, qui dut sa naissance à l’affirmation du clivage droite/gauche, que ne devaient plus masquer, selon lui, les nécessités nationales et patriotiques. Cette idée d’une action structurée dans un cadre droite/gauche rencontrait aussi les réticences des organisations de tradition PSF : celles-ci, plus peut-être la RF que l’UPR, soucieuses d’affirmer l’unité organique des diverses couches composant la nation, disaient volontiers se situer en dehors du clivage droite/gauche. Mais elles ne purent y échapper, dans ce processus de recomposition.

  • 32 Ainsi, le programme des comités de regroupement républicain d’Edmond Barrachin, rapport du 16 févr (...)

20Mais, si l’on admet qu’une droite doit être reconstruite, ne faut-il pas un programme ? La lecture attentive des programmes ou des discours de propagande martelés devant les sympathisants32, est révélatrice d’importantes convergences sur beaucoup de questions. C’est au plan institutionnel qu’une assez forte homogénéité peut être constatée. Tous sont pour un exécutif fort mais contrôlé, un président élu par un collège élargi, la restauration du droit de dissolution, tous ces points rejoignant la « réforme de l’État » des années 1930. Cela ne signifiait nullement un abandon du régime parlementaire : tous sont favorables au maintien d’une deuxième Chambre, ce dernier point les différenciant nettement des socialo-communistes, car ils rejettent avec horreur une assemblée unique, ce type de régime « conventionnel » pouvant déboucher sur les pires excès. La deuxième assemblée, dans cette perspective, est toujours perçue comme un contrepoids conservateur. Rares sont les réformes qui vont au-delà : on ne trouve guère que les organisations de la mouvance PSF et la Fédération républicaine pour proposer le vote familial, significatif d’une conception organique de la société. De même, tous défendent l’enseignement libre avec une particulière âpreté, cette revendication étant généralement présentée comme une application particulière du principe général de liberté ; seule la RF mentionne une référence à la « civilisation chrétienne », prenant soin de préciser que cela, en rien, n’a un sens confessionnel.

21Mais, sur le plan économique, les nuances sont importantes : si aucune formation ne trouve bon d’approuver les nationalisations, certaines les jugent utiles dans la mesure où il s’agit de monopole, mais la plupart, comme la Réconciliation française, les considèrent comme une mesure provisoire, destinée à évoluer, alors que le PRL et Joseph Denais les condamnent de manière plus catégorique, s’opposant ainsi frontalement au programme du CNR. Mais tous jugent utile de défendre la propriété, surtout la petite, le commerce, l’artisanat. L’Alliance demande que l’on n’oublie pas, dans l’affaire des nationalisations, le sort des porteurs de valeurs mobilières. Sur le plan social, tous prônent une politique familiale, mais les divergences sont plus nettes dans le domaine de l’organisation du travail : les partis de la mouvance PSF se prononcent pour une association capital-travail et la formation d’une communauté associant patrons et ouvriers dans la tradition des partisans d’une société organique, alors que le PRL s’affirme plus nettement libéral.

22Il est donc possible d’affirmer qu’il existe bien une attitude de droite face à des gouvernements dominés par les gauches. De manière générale, les droites défendent un régime parlementaire « équilibré », rejettent le régime d’assemblée, et proposent simplement de renforcer l’exécutif. Elles défendent les libertés, notamment économiques et celle d’enseignement. Sur le plan social, des divergences existent entre les partisans du libéralisme et ceux qui proposent des solutions de type collectif, mais, de préférence, mutualiste.

23Au vu de ces données, comment expliquer les reclassements de l’hiver 1945-1946 ? Plusieurs critères pourraient entrer en ligne de compte. Il y a d’abord l’attitude résistante plus ou moins marquée : certes, le trio Mutter-Vallin-Laniel donne au PRL une tonalité résistante forte, mais au RGR, il y a l’UDSR, qui est le seul mouvement issu de la Résistance qui ait su se transformer en parti. L’aspect programmatique non plus ne semble pas avoir été déterminant : sans doute, le PRL regroupe-t-il des éléments disparates, des partisans d’une société organique et des libéraux, alors que le RGR présente, globalement, une tonalité plus franchement libérale et laïque, de « centre gauche ». La tonalité de l’ensemble des droites, toutefois, est celle d’un état d’esprit libéral, opposé aux nationalisations, tempéré souvent par un esprit mutualiste, mais, de manière générale, hostile à l’étatisme mis en œuvre par les partis au pouvoir en 1945-1947. Il n’est donc guère possible de définir à droite deux blocs dont l’un serait essentiellement conservateur, axé sur une société organique et la défense des valeurs traditionnelles (chrétiennes), l’autre, un bloc libéral, centré sur la défense de la liberté économique et plus laïque.

24L’adhésion de la Réconciliation française au Rassemblement des gauches républicaines soulève à ce sujet de multiples interrogations : formation venue de la droite conservatrice et catholique, peu favorable au libéralisme économique, ce parti adhère à un rassemblement essentiellement libéral. Ici intervient un facteur supplémentaire : le réflexe de survie, à mettre en rapport avec la question du financement. Ces rassemblements sont en effet d’abord une question de survie pour ceux qui s’y engagent : le triste sort de la Fédération républicaine est révélateur de ce qui attendait ceux qui n’avaient pas compris les temps nouveaux. Le financement n’irait qu’aux partis susceptibles de remporter des succès. La Réconciliation française a pu survivre quelque temps grâce à son adhésion au RGR, dont la structure confédérale lui convenait à merveille, sans d’ailleurs fournir les masses électorales qu’escomptaient peut-être ses partenaires, car nous sommes bien là dans un domaine transactionnel.

  • 33 « Pas d’ennemis à droite, pas d’ennemis à gauche », proclame le manifeste dactylographié lu au con (...)

25Mais ce sont surtout les conceptions de stratégie politique globale qui fournissent un élément d’explication. Si curieux que soient ces regroupements, si disparates qu’ils puissent paraître, ils sont révélateurs de deux conceptions du système politique. Pour les uns, groupés dans le PRL, la droite doit s’affirmer comme telle. Elle doit chercher à rassembler autour de ses thèmes propres en les affirmant de façon claire face à des adversaires bien identifiés, et ce, tout spécialement dans le domaine économique, qui constitue l’enjeu majeur du moment. Pour les autres, qui rejoignent les radicaux dans le RGR, il faut viser au centre, et envisager de larges alliances, combinées avec une ouverture maximale, dans une perspective anticommuniste. Le dernier carré de l’Alliance démocratique retrouve ici son terreau naturel, celui de la vieille concentration républicaine, de même que les radicaux indépendants. La Réconciliation française, évidemment, se trouve ici bien engagée sur sa gauche, obéissant à la volonté de La Rocque mourant. Mais, en rejoignant une formation centriste, les ex-PSF ne se situaient-ils pas dans la ligne du « ni droite, ni gauche », un des maîtres mots du PSF d’avant-guerre ? Ce rassemblement centriste serait donc une manière, sinon de réaliser, au moins d’esquisser le rassemblement national tant rêvé par le colonel de La Rocque33.

*

26La complexité déroutante de la recomposition de l’hiver 1945-1946 apparaît du coup parfaitement explicable. La distinction traditionnelle entre une droite conservatrice et une droite libérale n’est nullement invalidée : on retrouve bien ces éléments dans l’analyse des diverses composantes des droites de ce moment. Mais les regroupements peuvent paraître surprenants, car non conformes à cette schématisation. Une première explication pourrait donner la priorité aux hommes, à leurs ambitions, à leurs réseaux : ce type de raisonnement est légitime, et ces facteurs contingents ont sans nul doute joué un grand rôle dans cette recomposition. Mais on ne saurait négliger un autre point de vue, qui met l’accent sur les perspectives stratégiques globales de chaque acteur, les uns voulant affirmer avec force une droite clairement opposée à une gauche, les autres souhaitant le rassemblement et le compromis, seuls moyens de gérer les conflits et les oppositions qui déchirent la nation.

Notes

1 Sur cette phase, les ouvrages de référence sont : G. Richard, J. Sainclivier (dir.), La Recomposition des droites en France à la Libération, 1944-1948, Rennes, PUR, 2004 et G. Le Béguec, E. Duhamel (dir.), La reconstruction du Parti radical, Paris, L’Harmattan, 1993. Voir, plus particulièrement, dans le premier de ces deux ouvrages, la contribution de Jean-Paul Thomas, « Réseaux et enjeux des droites en 1944-1945 », p. 137-150.

2 Les renseignements généraux consacrent de nombreux rapports aux mouvements royalistes, mais c’est pour souligner leur division, entre les militants Action française « vieille école », les partisans du comte de Paris et un groupe apparu plus récemment, le « Mouvement socialiste monarchiste » (MSM), fondé par un avoué de Compiègne, Jean-Marc Bourquin. Ce dernier groupe, créé à la fin de 1944, semble s’être essoufflé au cours de l’hiver 1945-1946. Rapports du 29 novembre 1945 et du 16 juin 1946, qui précise qu’une partie des jeunes du MSM est passée au PRL ; Archives nationales (AN), F7/15283. Le groupe insistait sur les questions sociales et proposait de les résoudre dans le cadre de la profession organisée. Les informateurs ne le prenaient guère au sérieux.

3 Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, tome 109, année 2002, no 3, « Les droites en France de 1936 à 1940 », dossier réuni par G. Richard et J. Sainclivier.

4 Ces deux formations comptaient un certain nombre de députés dans la chambre de 1936. Pour la Fédération républicaine, une soixantaine de députés, dans le groupe de la Fédération républicaine. Pour l’Alliance démocratique, qui n’avait pas de groupe propre, on ne peut évaluer avec certitude le nombre de députés adhérents du parti. De manière générale, la représentation de droite et du centre droit se présentait comme incroyablement émiettée dans la Chambre de 1936. À droite, la Fédération républicaine (48 membres et 11 apparentés), les Indépendants républicains (13 membres, dont Jean Chiappe, Henri de Kerillis, Georges Mandel, Jean Ybarnégaray), les Républicains indépendants et d’action sociale (35 membres), héritier du groupe Pernot, allié au groupe agraire (5 membres), plus 5 apparentés, les Indépendants d’action populaire (16 députés, élus alsaciens). Trois groupes rassemblaient les hommes du centre droit : la Gauche démocratique et radicale (33 membres), l’Alliance des républicains de gauche et de radicaux indépendants (43 membres, présidé par Léon Baréty, ce groupe comptait parmi ses membres Pierre-Étienne Flandin, président de l’Alliance démocratique). Il faut y ajouter le groupe du Parti démocrate populaire qui comptait 11 membres. Mais cet émiettement était bien le signe du processus en cours ; il montrait l’incapacité des « vieux » partis à rassembler leurs troupes parlementaires, situation qui n’était pas nouvelle, mais qui montrait la limite des efforts entrepris.

5 Cette élection partielle concernait la 2e circonscription du IXe arrondissement de Paris, tenue depuis 1928 par le pasteur Édouard Soulier, vice-président de la Fédération républicaine, décédé en septembre 1938. Son parti avait désigné pour lui succéder le général Albert Niessel, un notable lié à la Fédération républicaine. Nettement distancié par Charles Vallin, le général s’était désisté au deuxième tour, assurant une facile victoire de son concurrent.

6 Comme en témoigne le projet de loi sur l’organisation professionnelle, orienté vers l’instauration d’un système corporatiste, déposé par la Fédération républicaine, et qui constate que « le libéralisme conduit […] au socialisme d’État par une voie qui n’est paradoxale qu’en apparence, libéralisme et collectivisme n’étant que les deux rameaux d’une même souche, l’individualisme ». Documents parlementaires, Chambre, annexe no 1737, séance du 21 janvier 1937, p. 49.

7 Sur la situation de ces formations au lendemain de la guerre, voir F. Audigier, « L’impossible retour politique de l’Alliance démocratique » ; R. Sanson, « L’Alliance démocratique en 1947-1948, doctrine et programme » et J. Vavasseur-Desperriers, « Mise en sommeil et disparition : la Fédération républicaine de 1940 à 1946 », in La Recomposition des droites, op. cit.

8 Chiffre difficile à établir pour l’Alliance démocratique : un rapport de police évalue à « une dizaine » le nombre d’adhérents de l’Alliance élus en octobre 1945 – appartenant aux deux tendances évoquées plus bas – (non daté [juillet 1946] AN, F7/15283). Pour la Fédération républicaine, une douzaine, dont, il est vrai, beaucoup n’avaient plus de rapport avec le parti. Les deux formations ont été gênées par les processus d’épuration, qui ont abouti à la mise à l’écart de nombreux parlementaires (devenus inéligibles), ou d’élus locaux.

9 Cette argumentation, à vrai dire, ne tenait guère : comme l’avançaient les défenseurs du PSF et le colonel de La Rocque lui-même, il aurait fallu, pour que la décision soit légale, un décret pris en Conseil des ministres, comme le prévoit la loi de janvier 1936. J. Nobécourt, Le colonel de La Rocque, 1885-1946, ou les pièges du nationalisme chrétien, Paris, Fayard, 1996, p. 930.

10 Ainsi, Guittard, secrétaire général des jeunes de la RF, écrit-il à son chef (13 septembre 1945, fonds La Rocque de la Fondation nationale de sciences politiques, LR 69) que l’objectif de sa propagande est de montrer que le PSF comme la RF sont l’œuvre de La Rocque, et que la doctrine des deux mouvements est la même, mais que tout cela « n’est pas à crier sous tous les toits ». Cette prudence était diversement observée : en Seine-et-Oise d’ex-militants PSF sont officiellement contactés par la RF ; en Mayenne au contraire, un dirigeant appelle à la prudence (rapport du 25 janvier 1946, Archives nationales [AN], F7/15284).

11 Note dactylographiée du 4 septembre concernant le meeting de la salle Wagram, fonds La Rocque, Fondation nationale des sciences politiques, LR 68.

12 Observé avec soin par les agents des RG : l’un d’eux décrit le public d’une réunion du 19 février 1946. Il note la présence de « petits industriels, petits commerçants, bourgeois moyens, artisans, contremaîtres, et d’un certain nombre d’ouvriers ». AN, note du 21 février 1946, F7/15284.

13 O. Wieviorka, Les orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Le Seuil, 2001, p. 124 et 134.

14 M. Cointet, Vichy et le fascisme, Bruxelles, Complexe, 1987, p. 61 sqq.

15 F. Audigier, op. cit., « L’impossible retour… » et « Les petits partis du RGR : l’Alliance démocratique », in Recherches contemporaines, université de Paris X-Nanterre, no 5, 1998-1999, p. 302-306.

16 Cf. O. Dard, G. Richard, J. Bour, L. Gueit-Montchal (dir.), Louis Jacquinot. Un indépendant en politique, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2013.

17 Rapports de police, sans date (juillet 1946) AN, F/7 15283 ; et archives de la préfecture de police (APP), 18 et 31 juillet 1945, BA 1965.

18 Rapports des 3, 18, 20 et 24 septembre 1945. APP, BA 1965.

19 Alors qu’aucun congrès national de la Fédération républicaine ne put avoir lieu, la fédération de la Seine en organisa un, sous l’égide de Joseph Denais, en juillet 1945. Rapports du 8 juillet 1945, APP, BA 1965.

20 J. Nobécourt, op. cit. ; J.-P. Thomas, « La Rocque », in Dictionnaire de la France libre, Paris, Robert Laffont, 2010, p. 855-857.

21 Rapport du 21 février 1945, APP, BA 1965. Il semble que les Comités de rassemblement républicain aient tenté d’utiliser les fichiers du PSF, mais qu’ils se soient heurtés à une forte résistance des partisans de La Rocque.

22 Rapports du 8 mars 1945, APP, BA 1965. Rapport du 1er août 1945, AN, F7/15284.

23 E. Duhamel, « Le Rassemblement et ses composantes », in Recherches contemporaines, op. cit., p. 291.

24 Georges Sierro à Joseph Denais, 22 janvier 1945, fonds Marin, AN, 317 AP 91. Joseph Denais transmet cette lettre à Louis Marin avec ce commentaire : « Cette lettre pénible traduit, hélas, le sentiment général. C’est la grande débandade. »

25 M. Bernard, La dérive des modérés. La Fédération républicaine du Rhône sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998.

26 Louis Marin rencontra en août 1945, par l’intermédiaire de son ami Henri de Peyerimhoff, André Brulfer et André Boutemy, représentants des organisations patronales, qui déclarèrent que seule les intéressait une propagande tournée vers l’économique et le social, et que les bailleurs de fonds entendaient bien intervenir dans la composition des listes. J.-N. Jeanneney, L’argent caché, Paris, Le Seuil, 1984, p. 255.

27 F. Audigier, « L’impossible retour… », op. cit., p. 170. Installée au siège de l’Union des intérêts économiques, elle put garder un secrétariat, un bulletin, quelques antennes provinciales, toutes choses dont la FR fut privée à partir de l’été 1946.

28 Sur André Mutter, APP, dossier M4. André Mutter, avocat à Troyes avant la guerre, avait milité au PSF à la fin des années 1930 et auparavant, au début des années 1930, à la Fédération républicaine (l’Union républicaine de l’Aube, 1930-1932). Résistant au sein du mouvement Ceux de la libération vengeance (CLV, devenu par la suite Ceux de la libération victorieuse) qu’il dirigea à partir du printemps 1944, à la suite de la décimation de la direction du mouvement par la répression allemande, il était membre du Conseil national de la Résistance et de l’Assemblée consultative provisoire. En 1941-1942, il avait été deux fois fait prisonnier, mais avait pu s’évader.

29 Rapports des 19 mars et 17 avril 1945, APP, BA 1965. Le premier rapport relate le vote du comité directeur de CLV concernant le principe de la transformation du mouvement en parti : il ne fut pas acquis très largement (sur 27 présents, 15 pour André Mutter, donc favorables à la transformation, 6 contre, et 6 abstentions). Le compte rendu du congrès du 16 avril 1945 est très précis. Les opposants s’y montrent actifs, comme Marianne Verger, membre de l’Assemblée consultative. Ils développent deux thèmes : la transformation va à l’encontre de l’esprit unitaire (résistant) ; elle va dans le sens de l’abandon de l’idéal du CNR, dont ils se réclament.

30 G. Le Béguec, « Le rassemblement et ses composantes : le Parti radical indépendant », Recherches contemporaines, op. cit., p. 310-313. L’auteur évoque « plusieurs personnalités parisiennes restées fidèles au vieil idéal jacobin et patriote de Franklin-Bouillon », comme Louis Besset, ancien député, l’avocat Edmond Bloch ou Georges Boucheron.

31 Le fonds Louis Marin contient les comptes rendus des réunions, assez houleuses, du « comité d’initiative », qui devait aboutir à la constitution du PRL pour les réunions des 23 et 29 novembre 1945. André Mutter y déclare tout net aux deux représentants de la FR présents que les chefs des vieux partis ne devaient pas être mis en avant si l’on voulait donner l’impression du renouvellement. Fonds Louis Marin, AN, 317 AP 70.

32 Ainsi, le programme des comités de regroupement républicain d’Edmond Barrachin, rapport du 16 février 1945, APP, BA 1965 ; le programme social de Charles Vallin, 16 septembre 1945, APP, BA 1965 ; les points de vue de l’Alliance démocratique sur la question sociale, 12 novembre 1945, APP, BA 1965 ; le programme du Parti de la rénovation républicaine, 14 octobre 1945, APP, BA 1965.

33 « Pas d’ennemis à droite, pas d’ennemis à gauche », proclame le manifeste dactylographié lu au congrès de la RF en septembre 1945. Fonds La Rocque de la FNSP, note, sans date (septembre 1945 ?), LR 68.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540