Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment PRL

 | 
Christine Manigand
, 
Jérôme Pozzi
, 
Sylvie Guillaume
, 
et al.

Introduction. Parti républicain de la liberté : images et traces

Sylvie Guillaume

Texte intégral

1Le sous-titre « images et traces » de cette introduction qui, par définition doit être courte, suggère quelques réflexions qui seront développées par les différents participants qui ont accepté de faire revivre dans le cadre de cette Journée d’études un parti quelque peu oublié.

2Le Parti républicain de la liberté (1946-1951) n’a guère laissé de souvenirs dans la mémoire collective et s’interroger sur son histoire ne pouvait relever que de l’initiative de chercheurs fins connaisseurs des réseaux des droites, en particulier Gilles Le Béguec et Jean-Paul Thomas, auteur d’une monumentale thèse soutenue en 2002 sur Droite et Rassemblement du PSF au RPF 1936-1953, Hommes, réseaux, cultures. Ruptures et continuités d’une histoire politique.

  • 1 R. Rémond, La droite en France, 2 tomes, Paris, Aubier, 1954 ; R. Rémond, Les droites en France, P (...)

3Des travaux récents ont contribué à une meilleure connaissance du PRL alors que celui-ci n’avait fait l’objet d’aucune notice spécifique dans les dictionnaires d’histoire politique, d’aucun chapitre particulier dans les classiques ouvrages sur la droite et/ou les droites de René Rémond puis dans l’histoire des droites dirigé par Jean-François Sirinelli1. Dans La droite en France de René Rémond publié chez Aubier en 1954, on relève 6 références pour le PRL contre 18 au CNIP et 24 au RPF.

4La brièveté de l’existence du PRL (1946-1951) n’explique pas totalement sa marginalisation dans les écrits de référence ; des recherches récentes ont fait valoir son rôle dans la reconstitution des droites alors qu’en 1945 l’Alliance démocratique d’une part et la Fédération républicaine d’autre part, qui rassemblaient avant la guerre la majorité des électeurs de droite survivent ou disparaissent. Le PRL a voulu ainsi profiter de la confusion et tenter de récupérer ce qui subsistait d’une culture politique de droite au demeurant très fortement divisée par les clivages entre une droite ligueuse, une droite modérée et libérale, et un centre-droit démocrate-chrétien. Le moment PRL s’inscrit bien dans l’histoire de la recomposition des droites après 1945, une recomposition rendue particulièrement difficile par le caractère composite des droites et par le discrédit qui les entoure même si des hommes de droite ont pu figurer dans les rangs de la Résistance. L’histoire du PRL s’inscrit aussi dans la continuité d’un plus long terme de l’entre-deux-guerres à la Libération et aux premières années de la IVe République ; Jean-Paul Thomas a ainsi bien souligné l’importance de la filiation du défunt PSF en même temps que celle de l’Alliance démocratique. Forts de ces filiations mais en tenant compte des nouvelles configurations en 1945 le PRL revendique une place de quatrième parti aux côtés du PCF, de la SFIO et du MRP. Mais avait-il les capacités et disposait-il d’un espace politique suffisant pour réussir dans ses ambitions ?

5Les ouvrages récents ont tenté de répondre à ces questions propres au PRL mais aussi plus globalement à la reconstitution des droites ou du centre-droit. On citera les actes du colloque qui s’est réuni à Nancy en novembre 1998 sous la direction de François Roth et dont on ne soulignera jamais assez l’importance dans ces questionnements. L’ouvrage publié en 2000 aux Presses universitaires de Nancy a pour titre Les modérés dans la vie politique française (1870-1965) avec en particulier la contribution de Jean-Paul Thomas sur le PRL. On citera également deux thèses sur le Centre national des indépendants et paysans, celle relativement courte de Gilles Martinez sur Le CNIP de 1948 à 1962 soutenue en 1992 sous la direction de Serge Berstein puis celle de Gilles Richard, monumentale celle-là, intitulée Le centre national des indépendants et paysans de 1948 à 1962, ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, soutenue en 1998 toujours sous la direction de Serge Berstein. Les auteurs des deux thèses traitent du Parti républicain de la liberté qui a été absorbé par le CNIP en 1951. Gilles Richard a organisé avec Jacqueline Sainclivier plusieurs colloques à Rennes sur la recomposition des droites : celui de 2003 dont les actes ont été publiés sous le titre La recomposition des droites à la Libération 1944-1948. C’est Mathias Bernard qui y traita du PRL pendant que Jean-Paul Thomas évoque la période antérieure des réseaux et enjeux des droites en 1944-1945.

  • 2 Dossier préparé par les organisateurs de ce colloque, en particulier par Sabrina Tricaud.
  • 3 Cf. S. Salvan, Jules Ramarony, un modéré en politique, mémoire de maîtrise sous la direction de Sy (...)

6Aux thèses et aux actes de colloques s’ajoute aussi la présentation de fonds d’archives relatifs à l’histoire du PRL2. On citera en premier lieu les archives d’Edmond Barrachin, principal fondateur du PRL et responsable de son appareil de propagande jusqu’en 1949 avant d’être séduit par le RPF puis de voter en faveur de l’investiture Antoine Pinay en 1952 ; ces archives sont déposées au Centre d’histoire de Sciences Po. Peuvent être consultés pour les origines du PRL les papiers Rémy-Granger, le fonds Pierre de Léotard, ancien secrétaire général du Parti républicain et social de la réconciliation française, et le fonds La Rocque. Aux archives nationales, on citera le fonds Michel Clemenceau, président du PRL de 1946 à 1951, ou encore le fonds Louis Marin (Fédération républicaine). On peut déplorer l’absence d’archives de Jules Ramarony3, ancien de l’Alliance républicaine démocratique en 1936, qui fut à la tête de la Fédération girondine du PRL et qui s’opposa à la campagne en faveur de l’amnistie lancée par André Mutter, représentant de la fraction ligueuse du PRL mais aussi ancien résistant et déporté. Enfin les dossiers de presse de la bibliothèque de Sciences Po ainsi que les publications propres au PRL comme Paroles françaises, moyen d’expression provisoire car contesté par les modérés du PRL, ou l’Écho républicain de la Liberté, mensuel de 1949. France indépendante, l’organe du CNIP créé par Roger Duchet en 1950, consacre quelques articles au PRL. Ces références justifient pleinement la tenue d’une journée d’études sur le PRL.

7Le renouvellement de l’historiographie qui accorde une plus large place au PRL permet de nuancer l’image plutôt négative du parti dès son origine. La SFIO et plus encore le parti communiste désignaient le PRL comme étant un parti fasciste. L’anticommunisme du parti de Michel Clemenceau est sans nuance et les membres du PCF et du PRL s’affrontent physiquement. Plus intéressantes car plus subtiles sont les relations avec le MRP qui peut être un concurrent direct du PRL. Les rivalités sont attisées par les résultats électoraux de 1945 favorables au MRP et peu concluants pour le PRL ; Henri Bergasse qui propose des alliances avec le MRP n’est guère entendu. Le PRL qui avait pour ambition de constituer un quatrième parti face au Tripartisme adopte une stratégie d’opposition, ce dont l’accuse le MRP pendant que le PRL dénonce la complicité du MRP avec le parti marxiste. Les deux articles de Robert Lecourt, publiés dans l’Aube et cités par Mathias Bernard, qualifient le programme du PRL de « néo-maurrassisme ». La création de l’Union gaulliste puis du RPF en 1947 suscite également des interrogations sur la stratégie à suivre. Le général de Gaulle qui, à partir de 1946, devient la figure centrale de l’opposition, est la référence obligée du PRL, parti d’opposition, mais les rapports avec les gaullistes sont pour le moins ambigus. De Gaulle ne soutient pas ouvertement le PRL et la tentative du parti de récupérer le gaullisme échoue. Partenaires dans l’opposition, PRL et RPF sont aussi des concurrents sur la scène électorale et les reclassements aux élections municipales de 1947 se font en faveur du RPF. Michel Clemenceau parvient ensuite à faire adopter une stratégie cohérente qui n’est plus celle de l’opposition systématique mais celle de l’intégration en 1948 à la Troisième Force ; cette stratégie qui est défendue par Joseph Laniel fait perdre au PRL des éléments au profit du RPF. En privilégiant aussi l’héritage du libéralisme parlementaire au détriment du courant ligueur et activiste des premières années, le PRL, s’il gagne en unité, y perd de son identité en se fondant dans le CNIP de Roger Duchet en 1951. La stratégie comme le programme sont bien le résultat de tâtonnements et d’incohérences, reflet des difficultés que rencontrent les droites aux héritages contrastées à se reconstruire après la guerre.

8Faut-il conclure alors à l’échec du PRL ? Cet échec est incontestable si l’on s’en tient à la brièveté de son existence : le PRL a échoué dans son ambition à devenir le quatrième parti qui est le thème de la matinée, échec qui se mesure aux résultats électoraux, à sa représentation parlementaire (35 à 38 députés, apparentés compris qui tombe à 27 en 1950 et 10 à 12 sénateurs d’après les calculs de Jean-Paul Thomas), échec qui est le produit de divisions tenaces qui se traduisent par des départs alors que ce nouveau parti voulait rassembler, échec enfin parce que l’espace politique du centre-droit à la droite lui fut capté par le MRP mais aussi, aux municipales de 1947, par le RPF.

9Mais l’échec est relatif si on évoque les traces du PRL. L’après-midi de cette journée d’études qui a pour thème « Comment être de droite sous la IVe République ? » analyse les projets, les programmes, les réseaux, ce qui devrait souligner l’influence du PRL dans la formulation des idées, dans l’organisation, dans la résurgence ou l’émergence d’acteurs dans la reconstitution de l’ensemble des droites. Quelle est alors la part du PRL dans l’essai réussi de Roger Duchet lorsqu’il crée le Centre national des indépendants et paysans en 1948 ? Il n’est pas surprenant aussi que les 27 députés RPF qui ont voté l’investiture d’Antoine Pinay en mars 1952 aient été d’anciens PRL qui avaient choisi de s’intégrer aux coalitions gouvernementales. L’histoire du PRL enfin souligne toute la difficulté à identifier le panel qui s’étend ainsi des droites aux centres et que, par commodité, on a pu parfois rassembler sous le vocable de modérés, terme aux connotations multiples.

Notes

1 R. Rémond, La droite en France, 2 tomes, Paris, Aubier, 1954 ; R. Rémond, Les droites en France, Paris, Aubier Montaigne, 1980 ; R. Rémond, Les droites aujourd’hui, Paris, Louis Audibert, 2005. J.-F. Sirinelli, Histoire des droites en France, 3 vol., Paris, Gallimard, 1992.

2 Dossier préparé par les organisateurs de ce colloque, en particulier par Sabrina Tricaud.

3 Cf. S. Salvan, Jules Ramarony, un modéré en politique, mémoire de maîtrise sous la direction de Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise, université Bordeaux 3, 1991-1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540