Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Juloded

 | 
Louis Elégoët

Chapitre VI. Place des Juloded dans leur société paroissiale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Comme nous l’avons déjà entrevu, les Juloded occupent une grande place dans leur société paroissiale. Nous allons, tour à tour, considérer ce qu’il en est sous l’Ancien Régime, pendant la Révolution et au cours de la période qui va de 1800 à 1914. Avant la Révolution, les Juloded jouent, dans leur terroir, un rôle important sur les plans économique, social et politique.

Avant la Révolution

Des employeurs

  • 1 Nous utilisons les chiffres précis tirés de la patente de 1799.

2Nous avons déjà montré qu’ils recourent à une main-d’œuvre importante. Ainsi, si l’on table sur le fait que chaque famille julode emploie, en moyenne, cinq domestiques, à la veille de la Révolution, cela en représente un total de 230 à Saint-Thégonnec (461x 5), de 130 à Guiclan, de 175 à Plounéour-Ménez et à Pleyber-Christ, de 165 à Commana, de 115 à Sizun... On peut considérer que ces mêmes familles julodes emploient autant de journaliers en période de gros travaux. Elles recourent, par ailleurs, aux services de nombreux tisserands et paysans-tisserands. Rappelons que chaque paysan-marchand de toile s’adresse, en moyenne, à huit tisserands. Dans ces conditions, ce sont 368 tisserands (46 x 8) qui travaillent pour les Juloded de Saint-Thégonnec, 280 pour ceux de Plounéour-Ménez et de Pleyber-Christ, 264 pour ceux de Commana, 184 pour ceux de Sizun... À ces domestiques, journaliers et tisserands s’ajoutent, enfin, de nombreuses fileuses qui vendent le produit de leur travail à des marchands de fil et de toile.

3Certes, on ne peut totaliser, par paroisse, les journaliers et les tisserands qui travaillent pour les marchands de toile : des tisserands se muent en journaliers en période de gros travaux. Il n’en reste pas moins que les Juloded recourent aux services de plus du quart de la population active de leur microcosme. Pour l’illustrer, nous allons prendre l’exemple d’un terroir toilier ordinaire tel que celui de Bodilis. En 1789, cette trève de Plougar compte environ 1 760 habitants. Sur ce nombre, 60 %, soit 1 056, peuvent être regardés comme actifs. Le total des domestiques, journaliers et tisserands employés par les marchands de toile s’élèvent à près de 30 % de la population active. Qu’en serait-il si nous avions les moyens de compter les fileuses, qui sont certainement fort nombreuses ? À ces liens de dépendance résultant du travail fourni s’ajoutent ceux qui s’établissent entre propriétaires et locataires. Rappelons que nous avons rencontré des Juloded propriétaires d’une dizaine de fermes.

4Il est évident que ces liens de dépendance économique ne vont pas sans conséquences sociales. Les domestiques sont fortement influencés par leurs employeurs : le suffrage presque universel masculin institué au début du mois de septembre 1792 exclut les domestiques du droit de vote, pour la raison qu’ils voteraient inévitablement dans le même sens que leurs employeurs. Si les journaliers, les tisserands et les locataires des paysans-marchands sont moins dépendants de leurs maîtres, il n’en demeure pas moins qu’ils sont fortement soumis à leur influence et à leur autorité.

5Cette soumission est encore renforcée par le fait que de nombreux prêtres émanent du groupe social des marchands de toile et des tanneurs. S’il n’est pas rare que ces pasteurs soient recteurs ou vicaires en des paroisses julodes, il est nettement plus fréquent qu’ils vivent plusieurs années dans leur hameau natal, en qualité de prêtres habitués, nombreux, surtout au xviie siècle. Rappelons que la trève de Landivisiau en compte 12 en 1654 et que celle de Bodilis en renferme autant en 1667. Ces prêtres jouent un rôle mal connu et, peut-être, méconnu. On peut penser que leur mentalité ne diffère pas beaucoup de celle de leur groupe social et qu’ils ne manquent pas de façonner les esprits dans leur quartier, au fil des années.

Juloded et fabriques

6Sous l’Ancien Régime, chaque paroisse est administrée par un organisme composé de douze membres et appelé corps politique, fabrique ou général. Cet organisme exerce une fonction primordiale qui consiste à pourvoir aux besoins du culte, à entretenir l’église, à faire procéder à des travaux d’agrandissement ou de reconstruction de l’enclos paroissial, (église, ossuaire, calvaire...) Il nomme, par ailleurs, les collecteurs d’impôts, subvient aux besoins des enfants abandonnés et, quelquefois, des paroissiens plus pauvres, salarie, le cas échéant, le ou les maîtres d’école. Il désigne, chaque année, deux « fabriques » ou trésoriers qui sont chargés de gérer le budget de la paroisse.

  • 2 Gac (Yvon), op. cit., p. 80.

7Il apparaît clairement que les Juloded sont fort nombreux dans les corps politiques. Quand le greffier de la fabrique de Guiclan prend la peine d’indiquer la profession de ses membres, on n’y trouve que d’ » honorables marchands ». C’est par exemple le cas de 1646 à 1649. Ce sont Guillaume Ménez, Guillaume Larvor, Ollivier Morvan, Jacques Mahé, Carantec Saluden, Yvon Cren, Jean Paugam, Yvon Pouliquen, Laurent Fer, Hervé Larvor, Jacques Le Scanff, Gabriel Bouguennec, Jean Salaun, Jean Tanguy2. On retrouve, du reste, certains de ces notables au même poste douze ans plus tard, sans que leur profession soit indiquée.

  • 3 Ibid., p. 75.

8Il est à peu près certain que la composition socio-professionnelle de la fabrique de Saint-Thégonnec n’est pas différente à la même époque. En 1625, on y trouve François Mazé, Ollivier Breton, Yvon Pouliquen, Jacques Meudec, Yvon Keryoual, Jean Gral, c’est-à-dire des patronymes de marchands de toile3. En 1704, on y signale Jean Thoribé, Jacques Breton, Jean Coadic, Yves Martin, Hervé Madec, Guillaume Madec, Guillaume Le Maguet, François Mer, Ollivier Breton, Alexandre Rioual, François Caro, François Breton, François Floch : le recours aux registres paroissiaux et aux inventaires après décès permet quasiment d’affirmer qu’il s’agit là de marchands de toile. C’est fréquemment, par ailleurs, que l’on remarque des patronymes de Juloded sur les monuments des enclos paroissiaux : ce sont ceux des Pouliquen, Guillerm, Broustail, Madec, Breton, Fagot, Caro, Croguennec, Le Bras... que l’on observe sur les ossuaires, les chaires à prêcher, les fonts baptismaux... voire sur des croix, calvaires et chapelles.

  • 4 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers, art. cit., p. 193.
  • 5 Gac (Yvon), op. cit., p. 96.

9D’autres indications permettent de conclure que les marchands de toile dominent les corps politiques. C’est ainsi qu’en 1700 le greffier de la fabrique de Plounéour-Ménez regrette qu’il soit « difficile de trouver tous les douze [membres] ensemble pour délibérer à cause des voyages qu’ils font fréquemment au sujet de leur commerce »4. En 1690, à l’occasion de la visite pastorale à Guiclan, le vicaire général fait observer que « les thrésoriers en charge ont représenté qu’ils sont marchands qui ne demeurent que rarement à la maison et qu’ils sont obligés par leur commerce de sortir souvent hors du diocèse »5. Effectivement, on constate que « les douze délibérants » ne sont que très rarement tous présents lors de la reddition des comptes à Guiclan et à Saint-Thégonnec. Dans cette dernière paroisse on en compte six en 1627, quatre en 1692, comme du reste en 1706, 1707 et 1708.

  • 6 Notice sur la commune de Kersaint-Plabennec (manuscrit) Abbé Jean-Marie Cloarec, 1840, p. 6. Né le (...)

10Les membres du corps politique sont élus6 sans que l’on sache exactement selon quelles règles. On sait qu’ils sont généralement choisis parmi les anciens fabriques ou trésoriers. Le fait qu’ils émanent du groupe social des Juloded n’est pas étonnant : ils sont riches, savent souvent lire et écrire, pratiquent un tant soit peu le français et ont, du fait de leur commerce, des horizons nettement plus larges que le commun de leurs paroissiens.

  • 7 D’après les listes établies par Gac (Yvon), op. cit., p. 76-84.
  • 8 Cloarec (J.-M.), op. cit., p. 6.
  • 9 Miossec (Y.), op. cit., p. 101.

11Il peut paraître surprenant que l’on ne rencontre guère de nobles dans les corps politiques : il n’y en a pas plus de trois en ceux de Guiclan entre 1643 et 1690 et de Saint-Thégonnec entre 1612 et 17087. » La noblesse, écrit J.-M. Cloarec à propos de Kersaint-Plabennec, ne semble pas avoir été très recherchée pour honorer les réunions roturières », sous l’Ancien Régime8. Les nobles ne paraissent pas s’intéresser à la vie de la paroisse9 conclut Yves Miossec au sujet de Guiclan aux xviie et xviiie siècles. L’explication nous en est fournie par Yves Le Gallo :

  • 10 Clergé, religion et société... op. cit., p. 24.
  • 11 Ibid., p. 81.

« La noblesse des châteaux et des manoirs, écrit-il à propos du dernier quart du xviie siècle, continue de céder au sortilège français : les Penfeunteunio deviennent des Cheffontaines, les Penancoat des Chef-du-bois... »10.
« Il est impossible, écrit plus loin ce même auteur, d’étudier la vie paysanne en Basse-Bretagne, aux époques moderne et contemporaine, sans être frappé par le fait que la noblesse, d’ailleurs précocement francisée, se trouve en marge de l’institution paroissiale, même s’il lui arrive, ici et là, de peser de tout le poids de sa richesse foncière... »11.

Les enclos paroissiaux

12Il apparaît par conséquent que ce sont essentiellement les Juloded qui, dans les corps politiques, suscitent la construction des remarquables enclos paroissiaux de Léon. Il est entendu cependant qu’ils sont loin d’être les seuls « payeurs » des travaux qu’ils entreprennent pour leur paroisse. L’effort financier, on l’a vu, est le fait de la majeure partie des paroissiens. En 1673, sur les 70 chefs de famille de la paroisse de Beuzit-Conogan, 50 font des offrandes à leur fabrique au cours de cette même année. Dans ces conditions, on peut considérer que le don annuel moyen par famille à la fabrique de Saint-Thégonnec est de l’ordre de 3 L 5 s entre 1667 et 1675. Il n’en reste pas moins que les paysans-marchands qui sont à l’origine de la construction et de l’embellissement des enclos paroissiaux font preuve d’ambitions exceptionnelles pour leurs terroirs. Elles contrastent, du reste, avec la timidité qui s’est généralement manifestée en ces mêmes lieux depuis le début du xviiie siècle, lorsqu’il s’est agi d’édifier des bâtiments publics.

  • 12 Il est abattu par la foudre en 1809.
  • 13 Pelletier (Yannick), Les enclos bretons, Ed. J.-P. Gisserot, 1981, p. 20 et CROIX (Alain), L’âge d (...)
  • 14 Pelletier (Y.), op. cit., p. 7.
  • 15 Tanguy (Stéphane), op. cit., p. 100-101.

13Ces membres des corps politiques témoignent, aussi, d’une persévérance extraordinaire dans le parachèvement d’une œuvre séculaire : d’importants travaux s’accomplissent dans les enclos paroissiaux depuis le premier tiers du xvie siècle jusqu’au début du xviiie. C’est ainsi qu’à partir de 1533, les tréviens de Lampaul-Guimiliau financent la construction du porche de leur église, du bas-côté méridional et du reste du bâtiment. En 1573, ils font édifier un clocher haut de 70 mètres12. C’est également au cours de ce siècle qu’ils font mettre en place leur calvaire de même que la remarquable poutre de gloire. Au xviie siècle, ils font installer six autels ornés de retables. Le baptistère et son baldaquin sont réalisés en 1650-1651, de même que le buffet d’orgues. L’ossuaire est achevé en 1667, la porte de l’enclos en 1669. En 1676, est acquise une splendide Mise au tombeau en tuffeau à huit personnages....13 À Saint-Thégonnec, les travaux sont quasiment ininterrompus de 1580 à 1690. L’entrée monumentale est achevée en 158714. La tour est édifiée de 1599 à 1610 puis couronnée de lanternons en 1626. Le calvaire est terminé en 1610. En 1640-1641, le bas-côté septentrional est élargi. Les comptes manquent de 1639 à 1649. De 1652 à 1656, on refait le bas-côté méridional. Des travaux dont la nature n’est pas clairement connue se poursuivent jusqu’en 1658-1659. Ils reprennent en 1663 pour la construction d’une nouvelle chapelle. Le chevet est refait de 1666 à 1669, l’ossuaire construit de 1676 à 1682 et la sacristie entre 1685 et 169015.

14Non contents de construire ou de reconstruire églises, porches, calvaires, ossuaires, arcs de triomphe, les membres des corps politiques se préoccupent encore, comme on l’a entrevu, de doter leurs églises de baptistères, de retables, de chaires à prêcher, d’orgues, de bannières, de croix de procession... Cette frénésie de construire et d’enrichir le mobilier se double de la volonté d’être au goût du jour, d’autant que l’art de la Renaissance s’introduit dans le Léon, à partir des années 1560, avec la construction du château de Kerjean. En 1582, il se manifeste, à une lieue de là, sur la façade extérieure du porche de l’église de Lanhouarneau. Puis il se répand dans tout le diocèse. Loin d’éliminer l’art gothique, il se combine avec lui, créant ainsi de multiples formules. La Renaissance conduit, par conséquent, les corps politiques, en quête de modernité, à agrandir et à remanier sans cesse les enclos paroissiaux.

  • 16 Mussat (André), Arts et cultures de Bretagne -Un millénaire, Nancy, 1979, p. 229.

« L’église, mieux, l’ensemble ecclésial, écrit André Mussat à propos des enclos paroissiaux, est considéré comme un chantier toujours ouvert, une œuvre jamais achevée, peut-être non achevable puisque vivante. La reprise, le remaniement, l’agrandissement, le renouvellement du décor, la construction de nouveaux éléments annexes, autant de preuves de cette vie perpétuelle »16.

  • 17 Le Lannou (Maurice), La Bretagne et les Bretons, Paris, 1978, p. 51.

15Cette fièvre de création et de renouvellement du patrimoine architectural n’entraîne point la construction de monuments semblables, loin s’en faut. Qui visite, tour à tour, les enclos voisins de Saint-Thégonnec, Guimiliau, Lampaul-Guimiliau n’éprouve nullement une impression de déjà vu. La combinaison des arts gothique et renaissant crée la diversité des monuments. De plus, il apparaît que chaque paroisse a son style au point que l’on peut parler d’art paroissial. La comparaison des enclos paroissiaux de Sizun, de Commana et des trois précités donne toute sa signification à cette phrase de Maurice Barrès : « Il y a une puissance du terroir, une âme accumulée dans une population indigène »17.

Pourquoi ces enclos ?

  • 18 Le Finistère de la préhistoire à nos jours, op. cit., p. 294.

16Les raisons de l’épanouissement des enclos du pays julod sont multiples. La foi y joue, à coup sûr, un rôle important. Rien n’est trop beau quand il s’agit de « la maison de Dieu ». Vere non est aliud nisi domus Dei. « En vérité ce n’est ici rien moins que la maison de Dieu », lit-on au-dessus du porche de l’église de Guimiliau. L’embellissement de l’église est réalisé « pour la plus grande gloire de Dieu » disent les paroissiens de Saint-Thégonnec18. Par ailleurs, le sentiment et le culte de la mort se trouvent toujours exprimés dans les enclos paroissiaux, notamment dans ceux du Léon où « la mort est le grand thème de la vie ». Ils se manifestent surtout à travers les ossuaires, dont la construction est particulièrement soignée, et par les inscriptions qui y figurent. Memento mori, « Souviens-toi que tu dois mourir », lit-on sur l’ossuaire de Guimiliau. Mihi hodie tibi cras 1639, « Aujourd’hui pour moi, demain pour toi » et Memento homo quia pulvis es, « Souviens-toi, homme, que tu es poussière », clame celui de la Roche-Maurice. On lit encore cette longue inscription sur le côté extérieur d’un mur de l’enclos de Saint-Thégonnec :

17C’est une bonne et saincte pansée de prier pour les fidèles trépassés – Requiescant in pace Amen – Hodie mihi cras tibi – O pécheurs repantez vous estants vivants car à nous morts il n’est plus temps. Priez pour nous trépassés car un de ces jours aussi vous en serez – soiez en paix.

18C’est ainsi que les morts dialoguent, en quelque sorte, avec les vivants. La générosité des fidèles à l’égard des corps politiques est stimulée par le fait qu’elle permet, entre autres, de réduire le temps de « réparation » des défunts au Purgatoire, de même que celui des donateurs quand l’heure sera venue.

  • 19 Porhel (Jean-Luc), Les chantiers paroissiaux dans le Léon (mémoire de maîtrise), Brest, 1982, p. 1 (...)
  • 20 Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 287.

19À ces raisons religieuses du développement du patrimoine architectural léonard s’ajoute la concurrence effrénée entre les paroisses. Ainsi, la lutte entre Guimiliau et Saint-Thégonnec dure deux siècles : un calvaire réplique à une porte triomphale, un ossuaire à un porche, une tour à un clocher19. Cette émulation est également remarquable entre les paroisses de Saint-Thégonnec et Lampaul-Guimiliau : en 1699, la première commande à Jacques Lespaignol, de Morlaix, une Mise en tombeau, en bois, inspirée de celle en tuffeau de Lampaul-Guimiliau (1676). Quelquefois cette rivalité s’observe entre des paroisses éloignées l’une de l’autre. C’est par exemple le cas entre Pleyben et Saint-Thégonnec. La première commence, en 1589, la construction de son grand clocher-porche de style Renaissance ; du fait des guerres et de la Ligue, la seconde devra patienter dix ans avant de se lancer dans l’édification d’un clocher du même genre20.

  • 21 Ibid., p. 296.

20Ni « la foi des ancêtres » ni la fierté paroissiale ne peuvent suffire à expliquer la construction des enclos paroissiaux. Il faut encore des moyens financiers exceptionnels. Ils résultent de la propérité toilière. Il est, du reste, significatif que les travaux de construction et d’embellissement des enclos ralentissent ou s’arrêtent dès que l’artisanat textile est frappé par la crise qui l’affecte à partir des années 1680. La seule exception à cette règle est constituée par Saint-Thégonnec, où les travaux se poursuivent jusqu’aux années 1730. C’est ainsi que de 1711 à 1717, le chœur est abattu et la nef exhaussée pour la grosse somme de 28 000 livres21.

Le coût des travaux

  • 22 Porhel (Jean-Luc), op. cit., p. 137.
  • 23 Ibid., p. 126.
  • 24 Ibid., p. 136.
  • 25 Ibid., p. 139.
  • 26 Ibid., p. 148.
  • 27 Ibid., p. 148.
  • 28 Meyer (Jean), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1966, p. 848-849.

21Nous sommes aujourd’hui assez bien informés sur le coût des travaux de construction et d’embellisssement des enclos paroissiaux. Au début du xviie siècle, un porche tel que ceux de Guimiliau, de Guiclan, de Commana coûte de 5 000 à 6 000 livres22. Commencé en 1593 et terminé en 1639, le clocher-porche de Goulven a coûté 25 000 livres. C’est aussi le prix de revient approximatif de celui de Saint-Thégonnec qui est construit entre 1599 et 161023. Édifié entre 1685 et 1688, le chevet polygonal de Guiclan revient à 5 500 livres24. Une sacristie comme celle de Bodilis, construite entre 1677 et 1690, coûte 10 000 livres25. Le grand ossuaire de Saint-Thégonnec (1676-1682) revient à 10 000 livres également26. Le prix des travaux de construction effectués à Saint-Thégonnec entre 1599 et 1690 s’élève à 41 400 livres (ossuaire : 10 000 L ; clocher-porche : 25 000 L environ, sacristie (1685-1690) : 6 400 livres)27. Si l’on tient compte de l’inflation, qui est de l’ordre de 75 % entre 1580 et 1690 et de 40 % entre 1600 et 169028, cela représente environ 60 000 livres de 1690. À cette époque, un domestique ne gagne pas 40 livres par an. Une bonne vache vaut une quarantaine de livres ; un cheval, une soixantaine.

  • 29 Tanguy (Stéphane), op. cit., p. 102.
  • 30 Ibid.

22À ces dépenses de construction s’ajoutent les frais d’ornementation ou d’embellissement intérieur. Ainsi, en 1670, les fabriques de Saint-Thégonnec versent 1 500 L au peintre Bourriquen et 5 400 au facteur d’orgues, Jacques Mascard29. En 1683, dans cette même paroisse à laquelle on se tiendra, la chaire à prêcher, due au ciseau des Lerrel, coûte 1 483 L30. En 1660 et 1662, les deux cloches sont revenues à 1 842 et 1 420 livres. La Mise au tombeau ou « Sépulcre » réalisé par Jacques Lespaignol entre 1698 et 1703 coûte 1 550 L. Le retable du Rosaire commandé à ce même artiste en 1697 revient à 1 555 L.

  • 31 Pour obtenir ces chiffres, nous avons utilisé la méthode Moheau (hypothèse basse) qui consiste à m (...)

23Ces « musées en plein vent » que sont les enclos paroissiaux symbolisent l’âge d’or du Léon et, notamment, du pays julod. S’ils manifestent l’importance de la foi chez nos aïeux, ils rappellent également la prospérité toilière, de même que l’aisance qui s’ensuit. Celle-ci concerne, surtout, les paysans-marchands mais touche également les autres paysans comme l’atteste la considérable augmentation de la population du pays toilier entre 1600 et 1675 : entre ces deux dates, les effectifs de la paroisse de Guiclan passent d’environ 1 125 à 2 525 habitants et ceux de Saint-Thégonnec de 1 775 à 3 75031. Cette évolution est d’autant plus remarquable qu’à cette époque l’ensemble de la France traverse une période de crise économique et démographique.

24Si les paysans-marchands, qui dominent les corps politiques, font montre d’une audace exceptionnelle en matière artistique, cela ne signifie nullement, comme on l’a prétendu, qu’ils épuisent leurs ressources financières dans les enclos paroissiaux. Ils les suscitent mais ils n’en sont pas les seuls payeurs, loin s’en faut. Nous les avons, du reste, vus placer l’essentiel de leurs capi-taux dans la terre, dès le xviie siècle.

L’autorité des Juloded

25Il apparaît que les Juloded, qui ont la réputation d’être sûrs d’eux-mêmes, ne se laissent intimider ni par les nobles, ni par les prêtres, ni par les citadins, qu’ils soient fonctionnaires ou maîtres-artisans. Après avoir minutieusement étudié les registres de fabrique de Guiclan au xviiie siècle, Yves Miossec aboutit à ces conclusions :

  • 32 Miossec (Yves), Une vieille paroisse bretonne : Guiclan, Brest, 1975, p. 79.

« Ces hommes [les Juloded]... n’hésitaient jamais à dire ouvertement ce qu’ils pensaient ; il en était de même devant le recteur et devant tous ceux que leur rang social ou leurs fonctions plaçaient au-dessus d’eux. Le recteur ne pouvait jamais imposer au conseil (de fabrique) une décision qu’il désapprouvait ; il en fut ainsi pendant un demi-siècle de 1703 à 1753, où trois recteurs successifs tentèrent de l’amener à accepter de prendre en charge les dépenses de réparation du presbytère qui leur incombaient légalement.
« Vis-à-vis des seigneurs, comme le marquis de Kersauzon, le comte de Kerouartz, le duc de Rohan ou vis-à-vis de représentants de l’autorité royale, les membres du conseil restaient toujours très déférents mais, lorsque les circonstances l’exigeaient, ils savaient fort bien élever la voix pour les rappeler au respect des règlements ou des conventions établies. Ainsi, nous les avons vus, en 1758, demander avec fermeté au marquis de Kersauzon, leur suzerain, de verser la rente qu’il devait depuis plusieurs années pour la « fondation » de Madame de Pentrez dont il était l’héritier... »32.

  • 33 Miossec (Yves), « Kuzul iliz Guiclan etre ar bloavez 1742 hag ar bloavez 1762 », Brud, n°49 Nevez- (...)
  • 34 Leclerc (Guy), « Les procès d’art aux XVIIe et XVIIIe siècles en Basse-Bretagne », Écho de Saint-L (...)
  • 35 Bodilis est une trève de Plougar.
  • 36 Leclerc (Guy), art. cit., p. 22.

26C’est ainsi que le corps politique de Guiclan n’intente pas moins de onze procès entre 1737 et 1762. Quatre sont engagés contre des prêtres : trois contre des recteurs de Guiclan et le quatrième contre un prêtre de Saint-Thégonnec, Jacques Croguennec, qui refuse de payer son loyer à la fabrique. Un procès est dirigé contre le comte de Kerouartz, du manoir de Lézérazien. Un autre est intenté contre les fermiers des droits de Landivisiau. Deux sont engagés contre d’anciens fabriques qui refusaient de verser au corps politique l’argent perçu pendant qu’ils étaient en charge ; Anne Martin, veuve d’un ancien fabrique, se met dans le même cas en 1750. Un autre procès est encore intenté contre la paroisse de Guimiliau et un autre contre un dénommé Guérin, sculpteur sur bois, de Landivisiau33. Il semble, du reste, que les procès d’art ne sont pas rares34. Au début du xviiie siècle, on voit le corps politique de Bodilis35 assigner en justice Guillaume Lerrel, maître-sculpteur à Landivisiau : le retable du maître-autel commandé en 1695, pour la somme de 2 676 livres, est terminé à temps mais les tréviens constatent des différences entre le dessin présenté lors du marché et l’œuvre réalisée. Le procès dure de 1701 à 1705 et fait grand bruit36.

  • 37 Marc (Jacqueline), op. cit., p. 132.
  • 38 Perret (Christophe), Plouzévédé, Lanhouarneau, Berven et Trémaouézan. Étude économique et sociale (...)

27Le cas de la fabrique de Guiclan, qui se montre bien procédurière, est loin d’être unique. Il en va de même à la Martyre37, à Lanhouarneau, Berven, Trémaouézan, Plouzévédé... La fabrique de cette paroisse engage 21 procès entre 1654 et 174338. Si cet arrière-plan processif des enclos paroissiaux laisse entrevoir des conflits, d’importants frais de justice et beaucoup de temps perdu, il révèle également l’autorité et la détermination des membres des corps politiques, de même que l’intérêt qu’ils portent aux affaires publiques.

Sous la Révolution

De nombreux élus

  • 39 Roudaut (Fañch), Cahiers de doléances et députés du Finistère en 1789, BSAF 1990, p. 256-259.
  • 40 La sénéchaussée de Lesneven compte environ 125 000 personnes sur 1 527 km2 (« Les cahiers de doléa (...)
  • 41 Les listes des patentés établies en 1799 facilitent grandement leur identification.
  • 42 Soit environ 500 familles toilières.
  • 43 La zone se compose d’environ 60 000 habitants, à la veille de la Révolution.
  • 44 Roudaut (F.), art. cit., p. 527.

28Compte-tenu de la place des marchands de toile et des tanneurs dans leur société paroissiale au cours de l’Ancien Régime, il n’est nullement surprenant qu’ils continuent à occuper le devant de la scène tout au long de la Révolution. Sur les 158 députés délégués en avril 1789, à l’assemblée de la sénéchaussée de Lesneven39 43, au moins, appartiennent au groupe des Juloded, soit 27,2 % de l’ensemble. Toute la zone toilière fait partie de la sénéchaussée de Lesneven, à l’exception de Guipavas et des paroisses cornouaillaises, dont Plougastel-Daoulas40. Si l’on s’en tient à la zone julode, ce sont 43 députés41 sur 74 qui émanent du groupe des paysans-marchands, soit 58,1 %. Comme, à la veille de la Révolution, la caste se compose d’environ 3 000 personnes42, on peut en conclure qu’elle compte un député pour 70 membres, alors que le rapport n’est que de un à 791 pour l’ensemble de la sénéchaussée et de un à 810 pour la zone toilière43. L’importance de la représentation julode à l’assemblée de la sénéchaussée de Lesneven contribue à expliquer les résultats du premier tour de scrutin pour les États-Généraux : Guy Le Guen de Kerangall, marchand de toile et de vin à Landivisiau, est élu avec 109 voix, cependant que Jacques Quéinnec, paysan-marchand de toile, de Kermorvan en Plounéour-Ménez, arrive en deuxième position avec 54 voix. Au deuxième tour, c’est François Prud’homme de Keraugon, avocat à Saint-Pol-de-Léon, qui est élu avec 93 voix44.

  • 45 ADQ 10L 55.

29Il va sans dire que les Juloded sont très nombreux dans les premiers conseils municipaux élus en février-mars 1790. C’est de leurs rangs que proviennent presque tous les maires et procureurs à la fin de cet hiver. Ainsi, les quatre maires des communes du canton de Plounéventer sont des paysans-marchands de toile : il s’agit de Jean Soubigou, de Kergréguen en Plounéventer, d’Allain Abhervé-Guéguen, de Leslem en Saint-Servais, de Jean Aballéa, de Créac’h-Caribot en Plougar et de Guy Le Bras, de Guilar en Bodilis45. Trois des quatre procureurs de ces mêmes communes émanent du même groupe social : Jean-Thomas Rozec, de Coatlestremeur en Plounéventer, Yves Le Bras, du Richou en Bodilis et autre Yves Le Bras de Coatrun en Plougar.

  • 46 ADQ 10L 75.

30Pour plus de clarté, rappelons que le système censitaire mis en place par l’Assemblée Constituante établit que les citoyens actifs, qui élisent le conseil général de la commune, le juge de paix du canton et les électeurs, acquittent au minimum une contribution égale à la valeur de trois journées de travail. Les électeurs, à raison d’un pour cent citoyens actifs, paient une contribution égale à la valeur locale de 10 journées de travail. Nombreux sont les pay-sans-marchands élus juges de paix ou électeurs. En 1790, sur les six électeurs du canton de Landerneau, trois sont dits « fabriquants ». Dans le canton de Ploudiry, ce sont deux sur cinq ; en celui de Landivisiau, ce sont quatre sur six ; en celui de Sizun, ce sont cinq sur neuf46.

  • 47 ADQ 10L 54.
  • 48 C’est le cas à Plouider, Languengar, Goulven, Plounéour-Trez, Kernouès, Le Drennec, Bréventec, Plo (...)
  • 49 C’est le cas à Lesneven, Trégarantec, Lanhouarneau, Tréflez, Cléder, Saint-Vougay, Plounevez-Lochr (...)

31Il apparaît, si l’on en juge par les cahiers de doléances, que les changements sociaux et politiques qui s’annoncent répondent, en Léon, à une attente et suscitent des espérances. En juin 1792, le procureur-syndic du district de Landerneau sait qu’il touche les habitants de Guimiliau en leur rappelant les bienfaits apportés par la Révolution : « abolition des vexations du régime féodal », « diminution du prix du tabac », « suppression des corvées des grands chemins, des fouages », « établissement des justices de paix... »47. L’enthousiasme initial des Léonards pour la Révolution est renforcé par le fait que leur clergé lui paraît favorable, du moins au cours des premiers mois. Il est significatif que sur les 37 communes du district de Lesneven, huit prêtres sont élus maires48 en mars 1790, cependant que sept autres devien-nent procureurs49.

Importance de la question religieuse

  • 50 Art. de Pennec (Alain), Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 320.
  • 51 Bernard (Daniel), Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie, 1941, p. 104.
  • 52 Ibid.

32En réalité, cet enthousiasme, dure peu. En Léon, plus que dans le reste du Finistère, l’année 1791 marque un tournant capital dans l’histoire de la Révolution50. Déjà en 1790, l’annonce de la suppression du siège épiscopal de Saint-Pol-de-Léon avait mécontenté le clergé et la population. L’élection, en septembre 1790, de l’évêque constitutionnel de Quimper, Louis-Alexandre Expilly, sera mal acceptée par le clergé. Dès lors, la très grande majorité des prêtres léonards va refuser le serment à la Constitution Civile du Clergé prescrit par le décret du 27 novembre 1790. Sur les 423 prêtres recensés par Daniel Bernard, 341 sont réfractaires. Sur les 82 qui prêtent le serment, 13 se rétractent51. Si l’on s’en tient aux 338 prêtres qui représentent les recteurs (87), les vicaires (140) et les prêtres habitués (111), 49 prêtent le serment, dont 38 ne se rétractent pas, soit 11,2 % du total52. En Cornouaille, c’est une forte minorité qui « sermente ».

  • 53 Né à Pont-L’Abbé le 16 mai 1768, Alain Moreau est prêtre jureur. Il est vicaire à Gourlizon (1792) (...)

33Quoi qu’il en soit, il apparaît que le serment exigé des prêtres détourne une bonne partie des Léonards de la Révolution. Alain Moreau53 natif de Pont-l’Abbé et élu curé constitutionnel de Plouguerneau, exprime cette situation en avril 1793 :

  • 54 ADQ 10L 55.

« Vous n’ignorez pas, écrit-il aux administrateurs du district de Lesneven, que dans les campagnes, surtout de Léon..., il n’y a que la religion qui les gêne ; la preuve est que vous n’avez qu’à interroger un habitant de campagne, demandez-lui s’il est bon patriote, la réponse qu’il vous donnera est celle-ci : oui, Mr, je vais toutes les fêtes et dimanches à la messe de mon curé ou vicaire constitutionnel : ce n’est donc que la religion qui les guide, parce que vous ne les entendez presque pas parler des autres affaires... »54.

  • 55 L’hostis (François), op. cit., p. 208.
  • 56 ADQ 10L 75 (les électeurs) et 1Q 1209-1215 (les acquéreurs).

34De nombreuses autres pièces d’archives relatives à la Révolution permettent de constater que la question religieuse est primordiale pour la majeure partie des Léonards des campagnes. Le plus souvent, il n’en va pas autrement pour les Juloded qui donnent le ton. C’est ainsi qu’on les voit protéger les prêtres réfractaires, semer le trouble à l’occasion de l’élection des prêtres constitutionnels et rejeter ces derniers quand ils occupent leur poste. Après la chute de la monarchie, le 10 août 1792, il est fréquent que les paysans-marchands refusent de faire partie du groupe des électeurs lors des élections de septembre de cette même année, de même que des municipalités en décembre. La plupart de ceux qui occupent ces fonctions sont des « patriotes », c’est-à-dire des hommes favorables à la Révolution55. Il est, du reste, révélateur que trois électeurs de septembre 1792 sur quatre sont acquéreurs de biens nationaux56.

  • 57 Né à Lampaul-Ploudalmézeau le 8 octobre 1803, J.-M. Arzel est ordonné en 1828. Il est successiveme (...)
  • 58 Cahier de notes (manuscrit) commencé par J.-M. Arzel le 17 mai 1853 – 5 ventôse.
  • 59 L’hostis (F.), op. cit., p. 381.

35Il n’est pas rare cependant que des contre-révolutionnaires acceptent des postes de maire ou de procureur tout en feignant d’adhérer à la Révolution. S’appuyant sur des traditions, Jean-Marie Arzel57 fait état de ce double jeu à propos de la municipalité de Ploudalmézeau58. Étudiant les comportements de paysans « fonctionnaires publics » du canton de Guicquelleau pendant la Révolution, F. L’Hostis écrit : « Ils font des proclamations solennelles du plus pur patriotisme et contrecarrent ensuite les mesures prises par le gouvernement dictatorial »59.

  • 60 Né, en 1852, de François-Louis et de Françoise Allançon, Auguste Soubigou rédige vers 1905 une His (...)
  • 61 Histoire de Plounéventer (manuscrit), op. cit., p. 101.
  • 62 Aujourd’hui en Saint-Derrien.

36De son côté, Auguste Soubigou60 écrit, vers 1905, que son arrière-grand-père Nicolas Soubigou, paysan-marchand de toile et maire de Plounéventer, démissionna de son poste le 13 janvier 1793 en même temps que plusieurs autres membres de la municipalité61. Il fut remplacé dès le 20 janvier par un marchand de toile de Lesvéoc62, Jean-Dieu Mével, élu par 16 voix sur 19 votants :

  • 63 Famille établie au manoir de Keryvon, en Saint-Derrien aujourd’hui.
  • 64 Ce n’était qu’une chapelle en réalité.
  • 65 Histoire de Plounéventer, op. cit., p. 101.

« La tâche était lourde [pour ce nouveau maire], mais il sut être à la hauteur de sa mission, observe le même A. Soubigou, qui écrit encore :
« Jean-Dieu Mével sauva la fortune de la famille Parscau63 et rendit d’immenses services à la commune. Il combattit pied à pied autant qu’il le put et se montra rusé, adroit, temporisateur quand il le fallut. Pendant la Terreur il chantait les Vêpres à la place du curé de Saint-Derrien64 le dimanche et l’on n’en chantait pas à Plounéventer ni dans les églises environnantes. Les gendarmes venaient souvent pour en empêcher les habitants mais n’y réussissaient pas ; le maire leur disait qu’il avait imaginé ce moyen pour réunir le plus de monde possible et avoir des nouvelles des cachettes où pouvaient bien se trouver les prêtres réfractaires. Son système fut approuvé et il accompagnait les gendarmes dans leurs perquisitions, les menait toujours à l’endroit où se trouvaient ces prêtres, mais il avertissait ces derniers auparavant d’avoir à se sauver de sorte que les gendarmes arrivaient toujours une demi-heure ou une heure en retard »65.

37Ce texte, qui participe de la légende, est à prendre avec circonspection. Il n’en demeure pas moins qu’il révèle la duplicité de Jean-Dieu Mével. Celle-ci, du reste, n’échappe pas aux autorités constituées. En mars 1798, Tanguy Mocaër, curé constitutionnel de Ploudiry et, en même temps, commissaire du pouvoir exécutif de cette même commune adressait la lettre suivante au commissaire de l’administration centrale du Finistère :

  • 66 Sous le Directoire, le titre de maire est remplacé par celui d’agent municipal.
  • 67 Né à Lyon en 1771, Camille Jordan est un ancien émigré qui est élu membre du Conseil des Cinq-Cent (...)
  • 68 C’est-à-dire royalistes.
  • 69 ADQ 10L 69.

« Je vous dois en républicain des éclaircissements ; il est certain que tous les agents66 du canton de Plounéventer sans excepter mon collègue le commissaire Mével sont républicains comme Camille Jordan67. J’en dis autant des deux agents de mon canton signalés dans la lettre anonyme, c’est-à-dire François le Roux, agent du Tréhou et Christophe Le Moign, agent de Tréflévénez, puisque le dernier fit de sa maison le rendez-vous de tous les fanatiques68 des environs »69.

  • 70 Le hameau de Gorré-Beuzit faisait partie de la paroisse de Beuzit-Conogan.
  • 71 Bazin (Jehan), Landerneau, ancienne capitale de la principauté de Léon, Rennes,1973, p. 41.
  • 72 Le Finistère de la préhistoire à nos jours, op. cit., p. 334 et ADQ 10L 55, 10L 75.
  • 73 Kerguiduff se trouve sur le territoire de Tréflaouénan entre Berven et Saint-Pol de Léon. Le 23 ma (...)
  • 74 Généalogie Soubigou, op. cit., p. 122.

38En mars 1793, lors de la révolte contre-révolutionnaire en Léon, quelques marchands de toile apparaissent parmi les meneurs. C’est le cas de Jean Cloarec, de Gorré-Beuzit en Landerneau. Le 18 mars, il réunit quelques jeunes révoltés dans sa ferme puis, après la messe, célébrée en ce même lieu par l’abbé Mouden, vicaire insermenté de la paroisse, il se rend à l’église70 pour faire sonner le tocsin. Il est capturé et enfermé avec ses deux fils au château de Brest71. On signale, par ailleurs, Jean Mesguen, de Tréfalégan en Lanhouarneau, qui, vers le 20 mars, est à la tête de nombreux insurgés72. L’ancien maire de Plounéventer, Nicolas Soubigou, participe à la bataille de Kerguiduff73. Il est délégué par le conseil municipal de sa commune pour traiter des conditions de paix avec le général Canclaux, qui le retient en otage pendant deux jours74.

39Il nous semble que le comportement des Juloded vis-à-vis des biens nationaux est, plus que tout le reste, révélateur de l’adhésion ou non à la Révolution.

  • 75 D’après les listes de patente.

40Il apparaît que des paysans-marchands refusent d’acquérir des biens nationaux parce qu’ils sont hostiles à la Révolution : il est significatif, par exemple, que tous les marchands de toile de Plounéventer et de Ploudaniel s’abstiennent d’acheter des biens nationaux, alors qu’ils en ont les moyens. Sur les quelque 500 chefs de famille julods que nous avons repérés à la fin de la Révolution75, il n’y a guère plus de 75 – soit 15 % – qui achètent des biens nationaux. On ne peut cependant conclure que tel est le pourcentage des paysans-marchands qui acceptent la Révolution : on peut penser que certains achètent des biens nationaux seulement par intérêt ; d’autres n’éprouvent peut-être pas le besoin d’en acquérir, cependant que d’autres encore sont sensibles à la pression de l’opinion publique.

Des communes contre-révolutionnaires

41L’importance de la pression de l’opinion publique apparaît assez nettement dès lors que l’on considère les comportements des communes à l’égard de la Révolution. Il en est qui rejettent la Révolution, d’autres qui y adhérent et quelques-unes où les avis sont partagés. Les communes globalement hostiles à la Révolution sont, de loin, les plus nombreuses. C’est le cas de Ploudaniel, Plounéventer, Plouédern, Plougar, Plouzévédé, Bodilis, Plounevez-Lochrist, Pleyber-Christ, Commana. Ainsi en avril 1798, l’administration des districts laisse apparaître le refus de la Révolution en certains terroirs par des formules abruptes comme celle-ci :

  • 76 ADQ 10L 68.
  • 77 ADQ 10L 66.
  • 78 ADQ 10L 67. On trouve, par ailleurs, le terme « calotin », à maintes reprises, à propos d’élus du (...)

« Les habitants de Pleyber sont presque tous fanatiques »76. Un certain Le Gall est dit « fanatique comme tout Plougourvest »77. » La calotinocratie domine dans le canton » [de Plouzévédé]78.

  • 79 ADQ 10L 71.

42En mai 1796, des administrateurs du district attirent l’attention sur le fait que l’administration municipale de Plouvorn et les assesseurs de la justice de paix viennent de donner leur démission plutôt que de prêter « le serment de haine à la royauté et de soumission aux lois de la République ». L’explication suit : « les autorités constituées alimentent et cachent les prêtres réfractaires qui les empêchent de se soumettre aux lois »79.

  • 80 ADQ 10L 69.
  • 81 On pourra à son sujet se reporter à Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 151-152, note 61.

43À l’influence des prêtres s’ajoutent celle des Juloded qui contribuent grandement à façonner l’opinion publique dans leur commune. Si certaines comme Ploudaniel, Le Drennec, Trémaouézan sont hostiles à la Révolution, c’est en partie par esprit d’imitation des paysans riches. En avril 1798, sur 27 élus (agents municipaux, adjoints municipaux, juge de paix et assesseurs) du canton de Ploudaniel (Ploudaniel, Trémaouézan, Le Drennec, Saint-Méen), 26 sont regardés comme contre-révolutionnaires, dont, au moins, 10 marchands de toile ou de fil80. Un seul est dit « bon républicain » ; il s’agit de l’agent municipal de Saint-Méen, Christophe Aballéa81. Effectivement ce personnage a acquis plusieurs biens nationaux et héberge pendant quelques mois, en 1796, le curé jureur Modir.

  • 82 Archives privées E. Pouliquen. Lettre aux juges du district de Brest.
  • 83 Manuscrit Auguste Soubigou, op. cit., p. 68 bis.

44Par ailleurs, des paysans-marchands demandent l’élargissement de prêtres réfractaires. C’est le cas de Jean Kerboul, de Kersaint-Plabennec en mars 179282 et celui d’Yves Martin, de François Bidanel et d’Yves Le Cren de Plouédern, en février de cette même année83. En outre, la grande majorité des électeurs ruraux, dont plusieurs marchands de toile, s’opposent à l’élection de plusieurs curés constitutionnels. Le 28 mai 1792, dans le district de Lesneven, ils votent, à cette occasion, pour des prêtres non-jureurs afin de semer le trouble :

  • 84 ADQ 25L 109.

« Nous sommes libres, crient-ils, et nous donnerons nos voix à des prêtres non-assermentés si nous voulons, liberté, liberté »84.

  • 85 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 112.
  • 86 Ibid., p. 113.
  • 87 Manuscrit A. Soubigou, p. 63.
  • 88 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 113. Au printemps 1794, le curé constitutionnel Modir éprouve d (...)
  • 89 Manuscrit Soubigou, op. cit., p. 66-67.

45Les électeurs des communes contre-révolutionnaires comme Plouzévédé, Plougar, Plounéventer, Plounevez-Lochrist, Le Drennec... protestent à la suite de ces élections et obtiennent leur annulation85. Dans le district de Lesneven, sur les treize curés jureurs élus le 15 juillet 1792, cinq seulement s’établissent dans leur paroisse86. Certains, comme celui de Plounéventer87, ne s’y rendent même pas. D’autres, comme celui de Plougar y vont mais rencontrent une sourde opposition qui suffit à les décourager88. D’autres, enfin, comme celui de Plouzévédé, en août 1792, sont amenés à fuir devant l’hostilité ouverte qu’ils y trouvent89.

  • 90 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 113.

46L’unanimité julode et paroissiale n’est jamais totale cependant. À Plougar, le curé constitutionnel Fagon rencontre la discrète sympathie du procureur90 qui n’est autre que le paysan-marchand de toile Alain Pinvidic. À Plouzévédé, le curé assermenté en butte à l’hostilité quasi-générale est prévenu du danger qu’il court par quelques bonnes âmes. Par ailleurs, dans les communes contre-révolutionnaires, quelques marchands de toile, rares il est vrai, ne résistent pas à la tentation d’acquérir des biens nationaux : à Bodilis, sur 16 paysans-marchands, un seul est dans ce cas, Christophe Guennégan ; à Pleyber-Christ, ce sont deux sur 34 : Allain Fichou et Jean-Marie Guillou ; à Plounéour-Ménez, ce sont deux sur 35 : Philippine Corre – veuve Abgrall

47– et Jacques Quéinnec. D’autre part, passant outre au discrédit jeté dans ces mêmes communes sur les acquéreurs de biens nationaux, quelques paysans ordinaires profitent de l’aubaine qui s’offre à eux pour devenir propriétaires de la ferme qu’ils exploitent, voire pour acquérir d’autres terres.

Des communes partagées

  • 91 Ces dix acquéreurs sont Jean Fagot, Jean-Marie Le Bras, Claude Nicolas, Louis Castel, Milliau Larv (...)
  • 92 Derrien (Dominique), op. cit., p. 104.
  • 93 Ce sont Bernard Breton, Jean Pouliquen, Alain Pouliquen (Fers), François Cosquer, François Cottain (...)
  • 94 ADQ 10L 54. Le rapport est rédigé par le procureur-syndic du district de Landerneau, Le Gal, le 31 (...)

48Il est d’autres communes où les Juloded sont plus partagés au sujet de la Révolution. C’est le cas à Guiclan où dix d’entre eux91 achètent des biens nationaux, cependant qu’il y en a autant à Lampaul-Guimiliau92 et neuf à Saint-Thégonnec93. Un rapport relatif aux élections municipales de Guimiliau94 nous éclaire sur les divergences d’opinions dans cette commune au début de l’année 1792. Comme la municipalité élue le 13 novembre 1791 a refusé de prêter le serment civique, les élections ont été annulées. Le Gal, le procureur-syndic du district de Landerneau, est chargé par son directoire de procéder au remplacement de cette municipalité. C’est sous une pluie « constante » qu’il se rend au bourg de Guimiliau au matin du dimanche 15 janvier 1792, accompagné de Jacques Kermarrec de Landivisiau, membre du conseil de ce même district, marchand de toile et beau-frère de Guy Le Guen de Kerangall. « Sa sagesse, sa prudence et son civisme éclairé, écrit son collègue Le Gal, rendent cet administrateur précieux pour des missions conciliatrices et paternelles ».

  • 95 Né à Sizun le 16 février 1723, Yves Le Gall a prêté le serment. Il est curé de Guimiliau (1791) pu (...)
  • 96 ADQ 10L 54.

49Yves Le Gall95, curé de Guimiliau depuis la fin de l’année 1791, est un prêtre constitutionnel. En parcourant le chemin qui sépare Lampaul-Guimiliau de Guimiliau, les deux envoyés du district de Landerneau rencontrent de 3 à 400 habitants de Guimiliau qui vont à la messe à Lampaul « où les deux vicaires sont des non-sermentaires »96. Arrivés au bourg de Guimiliau, Le Gal et Kermarrec descendent à l’auberge principale qui est remplie d’hommes, soucieux de se protéger du mauvais temps. « Nous fûmes bien accueillis, écrit Le Gal, et nous reconnûmes que nous étions environnés de patriotes amis de la paix et sans passion ».

  • 97 BSAF 1972/2, art. cit., p. 856.

50À l’appel de la cloche, l’auberge se vide et les deux compères décident d’assister à la messe. « Deux motifs nous y engagèrent, indique le rapport. Premièrement, notre présence dans le temple était propre à rassurer les citoyens qui suivaient le curé constitutionnel. Secondement, nous nous mettions à la portée d’en connaître le nombre ». Deux cents personnes environ y sont présentes, dont seulement 40 à 50 filles ou femmes. À cette époque, la paroisse de Guimiliau compte environ 1 500 habitants97. Compte tenu des enfants et des vieillards qui n’assistent pas régulièrement à la messe, on peut considérer que le nombre des fidèles y approche le millier de personnes. Dans ces conditions, c’est environ un cinquième de la population qui suit le culte du prêtre assermenté. Si l’on en croit le rapport, outre Lampaul, de nombreux paroissiens de Guimiliau assistent également à la messe « à Saint-Sauveur-Commana ».

51L’importante disproportion entre le nombre des hommes et des femmes, constatée par nos deux observateurs dans l’église, laisse supposer que la prestation du serment ecclésiastique divise à la fois les paroisses et les familles. Quoi qu’il en soit, il apparaît que les femmes sont plus hostiles que les hommes à la Révolution. Rencontrant entre Lampaul et Guimiliau des fidèles du culte réfractaire, les deux émissaires du district de Landerneau observent que « les hommes [les] saluent d’un air de bonhomie », alors que les femmes [leur] « laissent apercevoir de l’inquiétude et quelquefois de l’indignation ».

  • 98 D’après les listes de patente.

52« À l’issue de la messe de Guimiliau, et des vêpres chantées immédiatement après, l’assemblée de la commune s’ouvre [dans l’église] environ midi en présence d’une trentaine de citoyens tant actifs qu’éligibles ». On procède assez longuement aux formalités. À trois heures de l’après-midi arrivent « les dévots voyageurs de la matinée », y compris le maire et les officiers municipaux élus le 13 novembre 1791. Ils contestent les opérations électorales et tentent de jeter le trouble, jusqu’au moment où le procureur-syndic Le Gal relève leurs noms pour les intimider. Alain Breton, paysan-marchand de toile à Kéréon98, qui avait été élu maire le 13 novembre 1791, est réélu dès le premier tour de scrutin. Mais il refuse cette élection, alors que plusieurs autres membres de sa caste sont décidés à l’imiter. En définitive, le paysan-tanneur Jean Hamon, de Kerforn, « excellent patriote », est élu premier magistrat, cependant que François Le Bras, marchand de toile à Kervern, accepte la charge de procureur. Parmi les officiers municipaux figurent des marchands de toile, dont Claude Lazennec, de Kerbolot et Alain Couloigner de Kerduff. Cette fois, tous les élus acceptent de prêter le serment civique, après quoi l’on chante le Te Deum. Il est neuf heures du soir.

Des communes favorables à la Révolution

  • 99 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 132.

53Trois communes au moins se montrent favorables à la Révolution : il s’agit de Sizun, Plouider et Ploudiry. Leurs habitants apparaissent plus hardis que ceux de la plupart des autres communes du Léon toilier lors de la vente des biens nationaux. C’est ainsi que les paysans de Plouider achètent plus de la moitié des terres mises en vente dans leur commune99. Ce qui est tout à fait exceptionnel. À Ploudiry, sur les 86 actes de vente de biens nationaux, 33 sont paraphés par des citadins et 17 par 8 marchands de toile de ce microcosme. À Sizun, 16 lots seulement sont achetés par des citadins et 19 par des marchands de toile de la commune. Rappelons que dans les terroirs hostiles à la Révolution, les achats indigènes sont quasiment inexistants.

Sizun

  • 100 ADQ 1Q 206.

54Ce qui surprend à Sizun, c’est que quelques-uns de ses habitants osent acheter des biens ecclésiastiques dès le printemps 1791100. Le fait est rare, si ce n’est unique dans le Léon, rural. Quatorze lots qui dépendaient des abbayes de Daoulas et du Relec sont acquis par un meunier et cinq marchands de toile, en mars et en juin. Il apparaît donc que le serment exigé des prêtres ne détourne pas la commune de Sizun de la Révolution.

  • 101 Les lois des 14 et 22 décembre 1789 accordaient une municipalité à toutes les villes et paroisses. (...)
  • 102 ADQ 10L 54.
  • 103 ADQ 10L 73.
  • 104 Ibid..

55Élu en février 1791, le curé constitutionnel Pierre Le Roux est accepté de ses ouailles. Il demeurera du reste dans la fonction jusqu’en 1803. Il exerce par ailleurs des fonctions administratives : il est élu notable101 en 1792102 et nommé commissaire du directoire exécutif du canton de Sizun (Commana, Locmélar, Saint-Sauveur) en 1795 ; il demeurera dans la charge jusqu’en 1799103. Faisant en quelque sorte le bilan de ses activités administratives, il écrit à l’autorité civile en juin 1798 : « L’union, la tranquillité, le dévouement à la constitution sont bien affermis dans mon canton, j’y ai travaillé pendant plus de sept ans, la providence a couronné mes peines »104. « Je me vois, dit-il encore, chéri et estimé dans mon canton. Les Royalistes mêmes, dont ce canton n’est pas infesté, me parlent avec respect et j’agis avec eux comme avec mes meilleurs amis ». Si on l’en croit, tous les élus de son canton (maires, officiers municipaux, notables, juge de paix, assesseurs) sont de « bons républicains » en mars 1798. Sur les 13 nouveaux élus, 6 sont des marchands de toile.

56Sollicitant sa démission en juin 1798, Pierre Le Roux met en avant qu’il entre dans sa 63e année :

  • 105 Ibid. Lettre adressée au Commissaire de l’Administration centrale du Finistère.

« je suis prêtre, écrit-il, obligé par devoir à m’acquitter des saintes fonctions et dont je vous l’avoue, je préfère l’acquit à celui des affaires temporelles... Mon vœu unique aujourd’hui, ajoute-t-il, est de pouvoir jouir de quelques moments de tranquillité pour dresser mon dernier adieu à ce monde, me préparer à la mort et penser à l’éternité »105.

  • 106 Le Floc’h (Jean-Louis), BSAF 1990, art. cit.
  • 107 Ibid.

57Sa démission ne deviendra effective qu’au printemps 1799. Pierre Le Roux aura cependant le temps de se préparer à passer de vie à trépas puisqu’il ne mourra qu’en septembre 1819, à l’âge de 83 ans106. Même si le tableau est embelli, il est clair que l’ascendant de ce prêtre constitutionnel n’est pas étranger au fait que les habitants de Sizun se montrent favorables à la Révolution. Son ascendant est d’autant plus réel qu’il émane d’une famille julode de Sizun. Né à Vergraon, en juillet 1736, de François-Pierre et de Jeanne Le Coulm, Pierre Le Roux est ordonné en 1763 ; avant la Révolution, il est prêtre habitué à Sizun et à Lambézellec107.

  • 108 Un certain Parmentier, de Sizun, « généralement reconnu pour son patriotisme fut attaqué vers les (...)
  • 109 ADQ 24L 43. » Tous les membres de ces sociétés civiques, est-il ajouté, sont des coquins, des paye (...)
  • 110 Roudaut (Fañch), BSAF 1990, art. cit., p. 259.
  • 111 Dans son ouvrage intitulé Les députés bretons de 1789 à 1983 (Paris, 1983, p. 61), Jean Pascal le (...)
  • 112 Pascal (Jean), op. cit., p. 61.
  • 113 On le dit cultivateur. Les huit autres sont Jean Abgrall, tanneur, Louis Queinnec, meunier du Moul (...)
  • 114 Pascal (Jean), op. cit., p. 61.

58Il est certain cependant que le rayonnement de Pierre Le Roux n’a pas suffi à amener la masse de la population de Sizun à la Révolution. Il fallait aussi que son autorité ne fût pas contrecarrée par des prêtres réfractaires. Il était, en outre, nécessaire que les notables de sa commune soient réceptifs à ses idées ou abondent dans son sens. C’est, semble-t-il, le cas. En avril 1791, des patriotes de Sizun et des contre-révolutionnaires de Commana s’affrontent verbalement et physiquement sur la place publique de cette dernière commune108. Les uns et les autres sont marchands de toile, notaires et experts. Les membres de la municipalité conservatrice de Commana de même que leurs partisans en veulent notamment aux « amis de la Constitution qui se réunissent chez un habitant de Gouézou, en Sizun, qui n’est qu’un « scélérat, un gueux, un impie, un homme sans religion et un ignorant »109. Au Gouézou, ces assemblées se tiennent probablement chez Yves Inisan, cultivateur et expert, qui sera élu député à l’Assemblée Législative le 8 septembre 1791. En avril 1789, il est l’un des trois députés de Sizun à l’assemblée de la sénéchaussée de Lesneven. En fait, comme les paroisses rurales ne disposent pas de plus de deux députés, il se fait passer pour un représentant de la trève de Locmélar110. Né, sauf erreur111, au Coadic, en Sizun, le 4 février 1723, d’Yves et de Marguerite Cren, Yves Inisan est effectivement acquis aux idées nouvelles112. En 1790, il fait partie du groupe des neuf électeurs113 du canton de Sizun. À l’Assemblée Législative, il proposera de traduire en breton la Constitution et les lois intéressant les campagnes. « La majeure partie de la ci-devant province de Bretagne, écrit-il, les ignore et est, par conséquent, hors d’état de les suivre, encore moins de les faire connaître à leurs enfants »114. Par ailleurs, cet homme, qui émane d’une famille de marchands de toile mais qui ne paraît pas en pratiquer le commerce, acquiert au moins 13 biens nationaux : six à Sizun et sept à Commana.

59Il n’est pas douteux que ce « cultivateur et expert » exerce une grande influence dans le pays de Sizun : il est révélateur qu’il soit désigné pour représenter sa paroisse en 1789, son canton en 1790 et son département en 1791. Il est aussi évident que ce représentant du peuple, aux idées relativement avancées, suscite des oppositions. Il n’en demeure pas moins, si l’on se fonde sur les déclarations du curé constitutionnel Pierre Le Roux, que progressivement la majeure partie de la population de l’ensemble du canton adhère à la Révolution. L’antagonisme qui se manifeste au début des années 1790, entre les deux communes voisines de Sizun et de Commana révèle cependant que chaque paroisse est un « microcosme cellulaire parfaitement clos » (Yves Le Gallo). Les cas de Plouider et de Ploudiry contribuent à l’illustrer.

Plouider

  • 115 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 114.

60À la périphérie de la manufacture toilière, la commune de Plouider se distingue, comme celle de Sizun, par son adhésion à la Révolution, cependant que la douzaine de communes rurales qui touchent son territoire sont généralement contre-révolutionnaires, à l’exception de Lesneven. En octobre 1792, le Directoire du district de Lesneven proclame que la municipalité de Plouider « s’est toujours comportée avec l’énergie qui caractérise les vrais républicains » et considère que « cette paroisse mérite des égards par le patriotisme de ses habitants »115.

  • 116 Ibid., p. 113.
  • 117 Il a été ordonné par Mgr Expilly, évêque constitutionnel de Quimper.
  • 118 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 134.
  • 119 Ibid., p. 141.
  • 120 Ibid., p. 125-139.

61Il apparaît que ce jugement correspond à une certaine réalité. Il est, en effet, frappant de constater que les Plouidériens reçoivent, sans difficulté, leur curé constitutionnel, François-Marie Cariou, en août 1792, et que l’ensemble de la population le suit dans son ministère116. Pourtant, plusieurs facteurs pourraient inciter les fidèles à se montrer circonspects vis-à-vis de leur curé : il est « expillien »117, fort jeune – 23 ans à son arrivée –, de souche cornouaillaise, bouillant et ardent partisan de la Révolution : en 1793, il n’hésite pas à s’intituler « prêtre sans-culotte de Plouider »118. Il demeurera cependant onze ans à la tête de la paroisse de Plouider, où il est suivi par plus des deux-tiers des paroissiens119. Le comportement des Plouidériens vis-à-vis de la vente des biens nationaux constitue un autre signe de leur sympathie pour la Révolution : les paysans acquéreurs sont au nombre de vingt et deviennent propriétaires de près de 55 % des terres mises en vente120.

  • 121 Ibid., p. 93-159.
  • 122 Ibid., p. 161.

62Il ne semble pas que l’adhésion des Plouidériens à la Révolution soit, surtout, due au rayonnement de leur curé constitutionnel. Elle résulte plutôt de l’ascendant de notables locaux qui sont des marchands de fil ou des descendants de marchands de toile. Ils ont pour nom Christophe Aballéa, juge de paix du canton rural de Lesneven de 1790 à 1792, Jean Bergot, maire de Plouider de 1791 à 1792 et juge de paix de 1792 à 1798121, François Madec, administrateur du district de Lesneven en 1792-1793122... Il semble que certains d’entre eux sont eux-mêmes influencés par des bourgeois lesneviens ou des prêtres constitutionnels. Ceci ne saurait suffire à expliquer leur réceptivité aux idées nouvelles : il faudrait encore invoquer la pression de l’opinion publique, le tempérament collectif.

Ploudiry

  • 123 Le Floc’h (J.-L.), BSAF 1990, art., p. 325.

63Il nous reste à considérer le cas de Ploudiry. Il apparaît que dans cette commune le curé constitutionnel ait grandement contribué à diffuser les idées de la Révolution, d’autant qu’il y trouva un milieu favorable, notamment parmi les Juloded. Ce prêtre assermenté, Tanguy Mocaër, est élu à la cure de Ploudiry à l’automne 1791 et y demeurera jusqu’en février 1804. Né à Hanvec en juin 1761, il prête le serment au Faou, le 13 mars 1791, est curé de Loperhet de mai à septembre 1791, avant de s’installer à Ploudiry pour une bonne douzaine d’années123.

  • 124 ADQ 10L 54.
  • 125 ADQ 10L 69 et 10L 108.

64Son influence y est accrue par le fait qu’il excerce des fonctions administratives : il est élu notable en 1792124 puis il occupe, pendant le Directoire (1795-1799), le poste de commissaire du pouvoir exécutif dans lequel il se montre particulièrement actif125. Le 5 juillet 1796, il se rend à Quimper de conserve avec quatre de ses paroissiens, en vue d’y acquérir des biens nationaux. Il achète lui-même la métairie de Restmesyvin, cependant que le marchand de toile Allain Pouliquen, de Mescoat, n’acquiert pas moins de sept lots.

  • 126 Le Concordat de 1801 vise à rétablir la paix religieuse. Dans le diocèse de Quimper, l’évêque, Mgr (...)
  • 127 Ploudiry, aux marches de l’Arrée, par une commission extra-municipale, Landerneau, 1982, p. 30.
  • 128 Clergé, religion et société... op. cit., p. 574.

65En février 1804, dans le cadre de la mise en place de l’organisation concor-dataire126, Tanguy Mocaër est nommé à la cure de Guipronvel. À cette occasion, le conseil municipal de Ploudiry lui « témoigne sa satisfaction pour sa bonne conduite et les services qu’il a rendus » et insiste auprès de son successeur pour le conserver dans la paroisse en tant que premier vicaire127. Ne l’entendant point de cette oreille, le premier dimanche de mars 1804, « le nouveau curé, insermenté, Guillaume Scouarnec, lançait au prône de la grand-messe un interdit contre Tanguy Mocaër, curé constitutionnel du lieu, qui, lui, faisait mine de refuser à déguerpir. Aussitôt, en signe de protestation, toute l’assemblée, sans exception, quitta l’église, laissant Guillaume Scouarnec terminer la messe avec l’assistance de son seul servant »128.

  • 129 Yves Cren du Fers.
  • 130 AEQ dossier Ploudiry, lettre de Guillaume Scouarnec à l’évêque de Quimper, 1er septembre 1804.

66Pendant plus d’un an après son arrivée à Ploudiry, le nouveau recteur subira ainsi « toute sortes d’avanies ». À la Mi-Carême de cette même année 1804, ses paroissiens refusent de chanter à la grand-messe ; « un d’eux néanmoins s’étant permis de chanter fut menacé par le maire [un Julod]129 d’être mis aux fers »130. Quelques mois plus tard, un dimanche de juillet, le recteur se rend auprès d’un malade, cependant qu’il laisse son vicaire Lazennec diriger les Vêpres :

  • 131 Cabaretier et greffier du juge de paix et de la municipalité.
  • 132 AEQ dossier Ploudiry, lettre de G. Scouarnec.

« Il n’y eut pas, écrit Guillaume Scouarnec à l’évêque, d’avanies que l’on ne se permît envers cet ecclésiastique respectable pendant ce saint exercice : les uns cherchaient à contrefaire sa voix ; d’autres chantaient si ridiculement, et ensuite se mettaient à rire avec tant d’éclat que le scandale d’une scène si indécente fut porté à son comble. Le sieur Le Moal131, surtout, dans l’état d’ivresse la plus honteuse poussait des cris démesurés, se livrait aux accès d’un rire aussi impie qu’étourdissant et se tournait ensui-te vers le bas de l’église en tirant la langue... »132.

  • 133 AEQ dossier Ploudiry, la première pétition date du 1er avril 1804.
  • 134 Le Floc’h (J.-L.), BSAF 1990, art., p. 325.

67Ainsi, des habitants de Ploudiry travaillaient à décourager leur curé en lui faisant subir toutes sortes d’affronts publics, en lui refusant toute rétribution ou en organisant des pétitions pour demander son départ133. Tanguy Mocaër finit par rejoindre sa paroisse de Guipronvel où il se rétractera en novembre 1805. Placé à la tête de la paroisse de Saint-Pabu en 1806, il y meurt le 26 mai 1811134.

  • 135 AEQ dossier Ploudiry, lettre du 13 août 1804 : » Le bonhomme Pouliquen... est venu à bout d’armer (...)

68Il apparaît que plusieurs Juloded figurent parmi les perturbateurs de la paroisse de Ploudiry en 1804 et en 1805. Guillaume Scouarnec incrimine clairement le maire mais aussi la municipalité : « La grande majorité (de la population), précise-t-il, est encore saine malgré les dérèglements et la licence effrénée de ses chefs ». En 1805, sur les dix membres du conseil municipal, huit, au moins, sont des paysans-marchands de toile. Les principaux meneurs émanent, du reste, de ce groupe social : ce sont le maire, Yves Cren, du Fers, Yves Le Bras, de Kerangoualc’h, Allain et Jacques Pouliquen, père et fils, de Mescoat135. Le comportement des habitants de Ploudiry à l’égard de leur recteur, ex-réfractaire, est d’autant plus surprenant que, généralement, les paroisses du Léon craignent qu’on leur envoie un prêtre émanant de l’ex-clergé constitutionnel.

  • 136 Clergé, religion et société, op. cit., p. 574.
  • 137 Ibid.

69Guillaume Scouarnec décède en mai 1806. L’évêque de Quimper, Mgr de Crouseilhes, qui jouit d’une grande autorité morale, profite de cette occasion pour faire rentrer « dans le devoir et l’obéissance un peuple dont la vigne est laissée à l’abandon »136 : la paroisse de Ploudiry est laissée à la charge des paroisses voisines pendant quelques mois. Au début du mois de juin 1806, l’abbé de Troérin établi à Landerneau vient à Ploudiry organiser, en quelque sorte, « le cérémonial de la réconciliation »137. Il monte en chaire et s’adresse aux fidèles dans des circonstances édifiantes dont il fera le récit à l’évêque :

  • 138 Cité par Yves Le Gallo, Ibid., p. 575.

« Il régnait dans l’église le plus profond silence. Je commençai par donner connaissance de l’objet de ma mission et des ordres que je venais exécuter de votre part. J’eus l’honneur de leur parler de vous et tous m’écoutèrent avec attendrissement et dans un silence respectueux qui, évidemment, ne pouvait émaner que de la satisfaction qu’éprouvait ce peuple à entendre parler de leur prélat. Ce n’était plus ces hurlements, ces propos scandaleux qui avaient profané cette maison du Seigneur quelque temps auparavant, du temps de leur défunt curé. La nomination (des fabriciens) faite, je leur dis que vous vous occupiez du soin de leur choisir et de leur envoyer sous peu de temps un pasteur selon le cœur de Dieu, qui prierait pour eux... Il y a longtemps que je n’ai vu un moment aussi touchant. Hommes et femmes, généralement, se mirent à genoux et prièrent avec une ferveur bien édifiante et que l’on voyait évidemment partir du cœur. Je leur dis qu’à la fin de la messe, j’allais leur donner la bénédiction du Saint-Sacrement aux mêmes fins, c’est-à-dire de demander pour vous toutes les grâces dont vous aviez besoin pour nous gouverner, et pour nous des grâces de fidélité et de soumission à votre égard. Ce qui fut fait après la messe »138. Un recteur sera nommé à Ploudiry dès le mois d’août suivant.

  • 139 Cinq ou six d’entre eux prêtent le serment ecclésiastique. Il s’agit de Guillaume Fily, né à Saint (...)
  • 140 Manuscrit A. Soubigou, op. cit., p. 77.
  • 141 Quentel (Jean-Luc), Moulins, soutanes et guillotine, Brest, 1989.

70Il apparaît, au total, que le Léon n’a pas eu pendant la période révolutionnaire le comportement uniforme qu’on lui attribue quelquefois : si la majeure partie de la population rejette la Révolution, une petite minorité y adhère. Ce sont, surtout, les habitants de quelques communes influencés par leurs notables ou par leur curé jureur. Le comportement des Juloded est à l’image de celui de l’ensemble de la population. Il en va de même pour les prêtres issus de leurs rangs139. Il arrive même, comme on l’a constaté à propos de Guimiliau, que les événements révolutionnaires divisent les familles. En avril 1793, la fille d’Allain Pouliquen, Marianne, parcourt trois lieues pour aller suivre le culte réfractaire, nuitamment, en la chapelle de Locmélar en Plounéventer140. Jean-Luc Quentel a remarquablement mis en évidence un cas peu banal de division familiale : deux frères prêtres, natifs de Saint-Frégant, près de Lesneven, s’opposent sur le serment ecclésiastique. Celui qui le refuse est guillotiné à Brest le 17 avril 1794141. Il resterait, entre autres, à mieux expliquer les comportements opposés des uns et des autres.

De la fin de la Révolution au xxe siècle

Les municipalités

  • 142 Annuaire de l’an XII, op. cit., p. 75-79.
  • 143 Annuaire de Brest et du Finistère pour l’an 1835, Brest, 1834, p. 45-47.

71De 1800 à 1914, et quelquefois bien plus tard, ce sont, le plus souvent, des Juloded qui dirigent leur commune. En 1804, sur les seize communes toilières de l’arrondissement de Morlaix, onze ont un maire et un adjoint qui appartiennent à ce groupe social142. En 1834, ce sont dix communes sur les seize de cette même zone qui ont un maire julod143. Sur les huit maires qui se succèdent à Plounéventer entre 1808 et 1929, tous appartiennent à la caste des Juloded, à l’exception d’un certain Dodin-Dubreuil, premier magistrat de 1830 à 1834, qui est papetier à Brézal. Sa nomination à la tête de la commune s’explique par le fait que les paysans-marchands sont légitimistes. En fait, la commune de Plounéventer est gérée par la famille Soubigou et quelques-uns de ses alliés pendant plus d’un siècle. C’est ainsi que l’on voit s’y succéder :

  • Jean Abhervé-Guéguen, de 1808 à 1825, gendre de Jean Soubigou, qui fut lui-même maire de février 1790 à novembre 1792 et beau-frère de Nicolas Soubigou, qui le fut de novembre 1792 à janvier 1793 ;
  • Jean-Marie Soubigou, de 1825 à 1830, fils de Nicolas et père de François-Louis, qui sera député, puis sénateur ;
  • Yves Prigent, de 1834 à 1863, beau-père de François-Louis Soubigou ;
  • Joseph Soubigou, frère aîné de François-Louis, de 1863 à 1876 ;
  • Jean-Pierre Soubigou, frère cadet de François-Louis, de 1876 à 1902 ;
  • Auguste Soubigou, fils de François-Louis, de 1902 à 1910 ;
  • Auguste Boucher, petit-fils de François-Louis, de 1910 à 1929144
  • 145 Ce sont Jacques Pouliquen, de Mescoat, maire de 1801 à 1803, Yves Cren, du Fers (1803-1811), Yves (...)
  • 146 Dans Le cheval couché, Paris, 1977, Xavier Grall consacre quelques pages à son grand-père Jean-Mar (...)
  • 147 La liste des maires figure dans Ploudiry aux marches de l’Arrée, par la commission extra-municipal (...)

72Sur les seize maires qui se succèdent à Ploudiry entre 1801 et 1917, onze sont des paysans-marchands de toile ou des descendants de marchands de toile145. Sur les cinq qui ne le sont pas, quatre sont notaires, cependant que le cinquième est instituteur. Il s’agit de F.-L. Berthelot, maire de 1925 à 1930. Sur les quatre notaires qui deviennent maires, deux ont épousé des Julodezed : Jean-Marie David (1896-1913)146, natif du Cloître-Saint-Thégonnec, à cinq lieues au sud de Morlaix, dans le Trégor, convole d’abord avec Jeannie Boucher, de Mescoat en Ploudiry, puis avec sa sœur Marie-Yvonne ; Jules Cornec, maire de 1942 à 1945, natif de Dinéault, près de Châteaulin, épouse Jeanne David, fille de Jean-Marie et de Jeannie Boucher147.

  • 148 Ce sont Maurice Abgrall (1804-1813), Jean-François Tanguy (1813-1830), Laurent Pouliquen (1830-184 (...)
  • 149 Ce sont Jean-Marie Pouliquen, de Limbahu (1807-1832), François Pouliquen, de Brogadéon (1832-1848) (...)
  • 150 Ce sont Milliau Larvor (1800-1806), Jean-Marie Le Bras (1806) (1816-1830), François Fagot (1830-18 (...)
  • 151 Ce sont Thomas Maguet (1830-1832), Guillaume Hamon (1832-1835), Thomas Maguet (1835-1837), Charles (...)

73À Lampaul-Guimiliau, tous les maires émanent du groupe social des Juloded, entre 1804 et 1931, à l’exception peut-être d’Yves Corre (1871-1896)148. À Saint-Thégonnec, ce sont, au moins, huit sur onze qui sont dans ce cas entre 1800 et 1929149, cependant qu’il y en a douze sur quatorze à Guiclan, entre 1800 et 1958150. À Guimiliau, ce sont douze sur treize entre 1830 et 1914151.

  • 152 AEQ Dossiers par paroisse. Nous avons confronté les listes de conseillers municipaux avec les rôle (...)

74S’il est fréquent que le maire et l’adjoint soient d’origine julode dans la zone toilière, il est habituel qu’il en aille de même pour la grande majorité des conseillers municipaux. Ainsi, en 1807, sur les dix conseillers municipaux de Commana, huit, au moins, sont des paysans-marchands de toile. À Plounéour-Ménez, ce sont onze sur treize qui sont dans ce cas en 1804 ; à Saint-Thégonnec, ce sont huit sur dix en cette même année ; à Ploudiry, ce sont huit sur dix en 1808 ; à Pleyber-Christ, ce sont dix sur douze en 1812152. Rappelons qu’à cette époque les conseillers municipaux sont choisis par les sous-préfets sur des listes de notabilités élues.

  • 153 Miossec (Yves), op. cit., p. 231.
  • 154 Né en 1842, de Jacques Quéinnec et de Marie-Yvonne Pouliquen, veuf d’Anastasie Abgrall († 1873), l (...)
  • 155 AM de Plounéventer, série D.

75L’institution du suffrage universel masculin, en 1848, ne paraît pas changer cette situation. Durant le Second Empire (1852-1870), écrit Yves Miossec, à propos de Guiclan, il y a peu de changements au conseil municipal : « on y vit toujours revenir les mêmes notables, tous des julots »153. Dans ces conditions, il est inévitable que des Juloded se disputent quelquefois le poste de premier magistrat. C’est par exemple le cas à Plounéventer en 1902. On y voit s’opposer Auguste Soubigou qui obtient 12 voix, cependant que son cousin par alliance Alain Quéinnec154 en obtient 4155. Il arrive que des listes adverses soient l’une et l’autre dirigées par des Juloded.

  • 156 Né à Plounéventer de Jean et Françoise Traonouez, Joseph Soubigou a épousé Catherine Pouliquen du (...)
  • 157 AEQ, dossier Saint-Thégonnec.
  • 158 AEQ, dossier Lampaul-Guimiliau.

76Il est en outre habituel que les conseils de fabrique, dont le rôle s’est considérablement amoindri par rapport aux corps politiques d’avant la Révolution soient presque exclusivement composés de marchands de toile ou de tanneurs. Ainsi, en 1810, celui de Saint-Thégonnec comprend Salomon Le Roux, du bourg, Joseph Soubigou156, du Fers, Bernard Breton, du Herlan, Pierre Fichou, de Kerinizan, Alain Pouliquen, du Fers157 ; tous sont mar-chands de toile, à l’exception du premier cité qui est marchand de vin. En 1844, le conseil de fabrique de Lampaul-Guimiliau ne comporte que des paysans-tanneurs. Il s’agit de François Pape, Laurent Pouliquen, Laurent Bodros et Jean Abgrall158.

Les autres mandats électifs

  • 159 Le Conseil Général de 1871 à 1988, Quimper, 1988, p. 162. Ce sont Jean-Louis Quéinnec, entrepreneu (...)
  • 160 François-Louis Soubigou, de Plounéventer, de 1871 à 1902, Louis Quéinnec, de Landivisiau, de 1902 (...)
  • 161 Jean-Marie David, notaire à Ploudiry, de 1907 à 1913, Joseph Boucher, négociant, de 1914 à 1921, M (...)
  • 162 Yves Caill, vétérinaire à Plouzévédé, de 1921 à 1945 (Ibid., p. 134).
  • 163 Louis Soubigou, notaire à Lesneven, de 1887 à 1914 (Ibid., p. 106).
  • 164 François-Louis Guillou, négociant en vins à Guiclan, de 1919 à 1945 (Ibid.).
  • 165 Joseph Boucher, notaire à Landerneau, de 1879 à 11889 (Ibid., p. 98).

77C’est assez fréquemment, par ailleurs, que des Juloded sont élus conseillers généraux dans leur canton. Cinq sur treize sont dans ce cas, entre 1871 et 1945, dans le canton de Saint-Thégonnec159 ; cinq sur cinq en celui de Landivisiau160 ; trois sur sept en celui de Ploudiry161 ; un sur trois en celui de Plouzévédé162 ; un sur cinq en celui de Lesneven163 ; un sur cinq en celui de Taulé164 ; un sur six en celui de Landerneau165.

78Nous n’avons pas repéré plus de cinq Julod qui aient été députés ou sénateurs entre 1800 et 1945. Ce sont François-Louis Soubigou, Joseph-Marie Boucher, Louis Soubigou, Gabriel-Jacques Quéinnec et Vincent Inizan.

Soubigou (François-Louis)

  • 166 Saint-Méen, op. cit., p. 216.
  • 167 Pascal (Jean), Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, 1983, p. 221.

79Né au manoir de Kergréguen en Plounéventer, le 14 février 1819, de Jean-Marie Soubigou et de Marie-Yvonne Martin, François-Louis Soubigou fréquente le collège de Léon de la quatrième à la seconde entre 1835 et 1838166. Il est entrepreneur de travaux publics lorsqu’il est élu député à l’Assemblée Constituante le 23 avril 1848. Il y siège à droite, en costume du terroir de Plounéventer. Élu sénateur en 1876, il est réélu en 1885 et battu par Armand Rousseau en 1894. Comme nous l’avons déjà dit, il est par ailleurs conseiller général du Finistère de 1871 à 1902. C’est en février de cette même année qu’il meurt, à l’âge de 83 ans, dans sa résidence de Mescloaguen en Plounéventer167.

Boucher (Joseph-Marie)

  • 168 Fille de Jacques Pouliquen et de Marie Kermarrec, de Mescoat, en Ploudiry.
  • 169 Pascal (Jean), op. cit., p. 343. À l’inverse de ses frères qui font des mariages endogames (Franço (...)

80Joseph-Marie Boucher est né à Kervennan en Sizun, le 29 septembre 1829, de Gabriel et d’Anne Pouliquen168. Il est notaire à Landerneau quand il est élu député en octobre 1885 sur la liste conservatrice du Finistère. Il siège avec les monarchistes. Il est réélu en 1889 et se retire de la vie politique en 1893. Il est, par ailleurs, conseiller général de 1879 à 1889. Il meurt en 1907169.

Soubigou (Louis)

  • 170 Eugénie Dubois est née, à Landerneau, en mars 1871 d'Édouard et d'Anne-Marie Le Bos. Ses parents s (...)
  • 171 Pascal (Jean), op. cit., p. 418.

81Né à Kergréguen en Plounéventer, de Jean-Pierre Soubigou et de Marie-Françoise Baron, le 14 avril 1863, Louis Soubigou est le neveu de François-Louis. Licencié en droit, il est notaire à Lesneven à partir de 1889. En janvier 1895, il épouse, à Landerneau, Eugénie Dubois170 qui appartient à une famille de négociants. Il est conseiller général depuis 1897, quand il est élu député en mars 1912. Il succède à l’abbé Gayraud qui vient de mourir. Réélu sans concurrent le 26 avril 1914, il meurt six mois plus tard, le 21 octobre 1914171.

Quéinnec (Jacques)

  • 172 Ibid., p. 476.

82Gabriel-Jacques Quéinnec (le prénom usuel est Jacques) est né au Bailléguen en Saint-Thégonnec, le 7 octobre 1885, de François et de Louise Caroff. Il s’installe comme notaire à Pont-l’Abbé, où il est conseiller général de 1932 à 1945. Inscrit au groupe de l’Union républicaine démocratique, au second tour des élections législatives d’avril 1928, il l’emporte sur le député sortant Georges Le Bail. Député de 1928 à 1932, il est par ailleurs sénateur de 1937 à 1943. Il meurt à Pont-l’Abbé le 6 avril 1956172.

Inizan (Vincent)

  • 173 ADQ 3M22. 171 ter. Pascal (Jean), op. cit., p.448.

83Vincent Inizan, de Kernouès, dont de nombreux ascendants furent paysans-marchands de toile ou de fil, appartient également au groupe des Juloded. En 1845, son grand-père Vincent Inizan (X Marie-Jeanne Kerjean) acquittait 360 F d’impôts directs, cependant que son grand-oncle, de Kerguéau au Folgoët, en versait 300173. Né à Kernouès le 18 avril 1869, Vincent Inizan fréquente quelques années le collège de Lesneven avant de s’établir comme « cultivateur » dans son terroir natal. Le 30 avril 1895, il épouse Joséphine Fagon qui appartient à une riche famille paysanne de Milizac. Il est maire de Kernouès de 1900 à 1942. Le 19 novembre 1919, il est élu député sur la liste républicaine et démocratique d’Union nationale. En 1924, il est élu sur la liste d’Union républicaine. Réélu en 1928, en 1932 et en 1936, Vincent Inizan a toujours bénéficié de l’appui du clergé. « Il se montre, écrit Jean Pascal, un ardent défenseur de l’économie bretonne en matière agricole surtout et un sincère partisan de l’ordre et de la paix en général » 171 ter. Il meurt à Kernouès le 12 décembre 1951.

84Il convient de faire également un sort à deux descendants de marchands de toile qui ont exercé des mandats politiques nationaux après 1945 : il s’agit d’Antoine Caill et, surtout, d’André Colin.

Caill (Antoine)

  • 174 Ibid., p. 626.

85Antoine Caill est né à Kervingant en Plouzévédé, le 7 février 1923, d’Yves et d’Anne-Marie Quéinnec. Rappelons que les arrière-grands-parents d’Yves Caill étaient « marchands ménagers » à Kerjean en Lambézellec, quand, le 28 janvier 1830, Jean-Antoine, son grand-père, épousa Marie-Jeanne Le Roy, fille d’un marchand de toile de Plouzévédé. Antoine Caill est greffier au tribunal d’instance de Brest depuis 1956 et maire de Plouzévédé depuis 1959, lorsqu’il est élu député (UNR) en 1962. Son mandat lui sera continuellement renouvelé jusqu’à son décès survenu en avril 1976174.

Colin (André)

86André Colin est né à Brest le 19 janvier 1910 de Jean, avoué, et de Marie-Anne Soubigou. Ses parents se sont épousés à Plounéventer le 22 avril 1907.

  • 175 Jean-Vincent Colin, arrière-grand-père d'André Colin, est né à Porspoder le 22 janvier 1783, de Je (...)

87Jean Colin est né à Ploudalmézeau, le 30 septembre 1871, d’Yves-Marie175, « marchand de draps », et de Marie-Rosalie Jacob. Marie-Anne Soubigou est née à Leur-ar-Morris en Plounéventer, de Pierre et de Marie-Anne Boucher, elle-même née à Mescoat en Ploudiry. Parmi les témoins du mariage, on remarque la présence de Guillaume Jacob, conseiller d’arrondissement, oncle du contractant, et Jean David, maire de Ploudiry, oncle de la contractante.

  • 176 Ibid., p. 533. En mai 1995, lors de la formation du gouvernement Juppé, Madame Anne-Marie Idrac, f (...)

88Docteur en droit, professeur de droit à la Faculté catholique de Lille, membre du Conseil National de la Résistance à partir de 1942, André Colin connaît un destin politique exceptionnel. Il est député (MRP) de 1945 à 1958, sénateur de 1959 à sa mort survenue le 28 août 1978, président du Conseil Général du Finistère de 1964 à 1978, président du Conseil Régional de Bretagne de 1976 à 1978, membre du Parlement Européen en 1958, puis à partir de 1963. Il est encore secrétaire général du MRP de 1945 à 1955 et président national de ce même mouvement de 1959 à 1963. Il participe à plusieurs gouvernements : il est secrétaire d’État à la Présidence du Conseil en 1946, ministre de la Marine Marchande en 1948-1949, plusieurs fois secrétaire d’État à l’Intérieur entre 1950 et 1953, ministre de la France d’Outre-Mer en mai 1958. Il préside, par ailleurs, la Commission sénatoriale des Affaires Étrangères, de la Défense et des Forces Armées à partir de 1973176.

  • 177 On peut encore citer Hélène Pouliquen née en 1925 de François et de Louise Quéinnec, qui épouse le (...)

89Si la fonction de maire est comme réservée aux paysans julods dans la zone toilière, il apparaît qu’il s’avère difficile à ces mêmes paysans d’accéder aux postes de conseillers généraux ou de députés. Sur les 17 Julod cités, qui sont élus conseillers généraux, il n’y en a pas plus de cinq qui soient des paysans, cependant qu’il n’y a que François-Louis Soubigou et Vincent Inizan qui soient dans ce cas parmi les députés. Le fait d’être notaire, vétérinaire ou négociant conduit plus facilement à des mandats électifs. Il apparaît enfin que la grande majorité des élus julods du Conseil Général et de la Chambre des Députés, que nous avons cités, proviennent essentiellement de trois familles : celles des Soubigou, des Boucher et des Quéinnec177.

90S’il est difficile de dire dans quelle mesure les Juloded adhèrent au Premier Empire (1804-1815), il est certain, par contre, qu’ils sont, comme leurs prêtres, très favorables à la Restauration (1815-1830). Voici, à titre d’exemples, des informations fournies à l’évêché, en 1821, par Louis Saillour, curé de Plabennec, au sujet des maires qui sont paysans-marchands de toile.

  • 178 Il s’agit d’Yves Cloarec né à Gorré-Beuzit en Landerneau d’Yves et d’Anne Cessou. Il a épousé Mari (...)
  • 179 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société...op. cit., p. 771.

« Loc-Brévalaire – Le sieur Kerboul, maire actuel et bon royaliste, peut être continué dans sa charge ». « Kersaint – Le maire de cette paroisse nommé Rosec est ivrogne incorrigible, il peut être remplacé par le sieur Cloarec178, aussi bon chrétien que royaliste »179.

  • 180 Ibid., p. 772.

91En janvier 1821, le curé de Ploudiry Bouroullec présente la conduite de ses maires et adjoints « comme impie et scandaleuse ». La paroisse, ajoute-t-il, est bien à plaindre, attendu que le maire n’a rassemblé dans son conseil que « des hommes comme lui et deux ou trois idiots ». Bouroullec avance donc la candidature de deux paysans-marchands de toile, Yves Cloarec et Guillaume Rohel, « ces deux hommes riches et très religieux, très attachés au Roi et d’une conduite édifiante »180.

  • 181 Ferrec (Dominique), L’épiscopat de Mgr Nouvel de la Flèche, évêque de Quimper et de Léon de 1872 à (...)

92Il est, d’autre part, significatif que la plupart des Juloded démissionnent de leur poste de maire après la Révolution de 1830, plutôt que d’accepter de jurer fidélité au nouveau roi Louis-Philippe et à sa Charte. Il y a lieu de penser que les membres de cette aristocratie paysanne finirent par s’accommoder de la Monarchie de Juillet (1830-1848) comme, plus tard, du Second Empire (1852-1870). À l’exemple de leur clergé, ils se montrent hostiles à la République pendant les trois premières décennies de la 3e République. Décrivant son arrondissement au préfet en janvier 1888, le sous-préfet de Morlaix évoque « un petit pays féodal où la superbe aristocratie des Chuloted suit et s’allie au clergé dans son combat contre la République »181.

  • 182 Ce sont des prêtres, très influents dans le Léon. Il s’agit surtout de Jean Favé (1828-1905), curé (...)
  • 183 Cloître (Marie-Thérèse), Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 445.
  • 184 Pascal (Jean), op. cit., p.343.
  • 185 Soubigou (F.-L.), Finistère, Jouve, 1898.
  • 186 Pascal (Jean), op. cit., p. 418.
  • 187 D’après Le Conseil Général de 1871 à 1988, op. cit., p. 134 (Yves Caill) et p. 172 (F.-L. Guillou) (...)
  • 188 Né à Guimiliau le 28 mai 1871 de Bernard Guillou et de Jeanne-Yvonne Quéinnec, François-Louis épou (...)
  • 189 Yves Caill est né le 16 février 1881 de Claude et de Marie-Louise Quéinnec, elle-même née de Guill (...)
  • 190 Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine -La Bretagne (sous la direction de Mi (...)
  • 191 Il est né à Kervingant en Plouzévédé de Jean-Antoine Caill et de Marie Jeanne Le Roy le 11 mars 18 (...)
  • 192 Claude Caill « candidat républicain » obtient 5 750 voix cependant qu’Albert de Mun en recueille 8 (...)

93C’est à partir des années 1890 que les opinions politiques des Juloded commencent à diverger. En conseillant le Ralliement à la République en 1892, le pape Léon XIII remet donc en cause l’alliance entre catholicisme et conservatisme politique. Sous l’impulsion de ses « grands curés »182, la démocratie cléricale du Léon saisit l’occasion de s’affirmer. Elle fit élire Albert de Mun dans le Haut-Léon en 1894 puis un « abbé démocrate » dans le Bas-Léon en 1897, comme successeur de Mgr d’Hulst, l’abbé Gayraud183. Dès lors, on distingue trois catégories politiques dans les rangs de la juloderie : des monarchistes, tels Joseph-Marie Boucher184.et François-Louis Soubigou qui, avec toute la liste conservatrice, est battu aux élections sénatoriales de janvier 1894185 ; des républicains libéraux, tel Louis Soubigou, qui est élu député en mars 1912 en remplacement de l’abbé Gayraud décédé186 ; des « républicains de gauche »187, comme François-Louis Guillou188, maire de Guiclan, conseiller général de 1919 à 1945 et son beau-frère Yves Caill189, maire de Plouzévédé et conseiller général de 1921 à 1945, qui se présente contre Albert de Mun aux élections législatives de 1914190 dans la circonscription de Saint-Pol. Il est à noter que son père Claude Caill191 s’était également présenté contre ce même député en 1894192.

Le sentiment paroissial

  • 193 AM de Plounéventer, série D 1888-1906.

94Comme les autres paysans de leur terroir, les Juloded sont, à coup sûr, très attachés à leur paroisse et commune. Leur fierté paroissiale s’exprime surtout dans les registres de délibérations des conseils municipaux, qui, on le sait, sont essentiellement julods. Quelques extraits, relatifs aux années 1897 et 1898, tirés des registres de Plounéventer nous paraissent significatifs à cet égard. Ainsi, en mars 1897, le conseil municipal dirigé par Jean-Pierre Soubigou se glorifie de belles réalisations urbanistiques : « La place publique du bourg, si belle, dit le registre du conseil municipal, se trouve présentement et dans tout son ensemble, cernée d’une ceinture d’alignements des plus réguliers ne laissant presque plus au public des réduits et des recoins pour s’y réfugier pour ses petits besoins ; que de ce fait la création de deux urinoirs s’impose depuis déjà, un certain temps »193.

  • 194 Ibid., 26/12/1898.

95À la fin de l’année suivante, le même conseil se plaît à exposer que « des routes magnifiques conduisent de toutes les directions [au] bourg et y convergent sur une place publique aussi bien aménagée que spacieuse »194. Non contents d’exprimer leur fierté à propos de leur place publique, les édiles de Plounéventer s’enorgueillissent encore de posséder l’une des stations de haras les plus importantes de Bretagne.

  • 195 C’est souligné dans le texte.
  • 196 Beaucoup de paysans, – petits et moyens surtout – ne conduisent pas leurs poulinières au haras mai (...)
  • 197 AM de Plounéventer, série D, délibération du 26/12/1898.

« La station de Plounéventer, lit-on dans le registre de délibérations du conseil municipal, qui doit être dans la situation la plus centrale195.qui soit desservie par les Haras de Lamballe (comme nombre d’étalons, elle doit occuper le troisième rang), ne devrait-elle pas à son tour être dotée d’un étalon d’élite ? Des poulinières196 de tous les cantons limitrophes la fréquentent : tout d’abord Landivisiau en bloc, les cantons de Ploudiry, Plouescat, Plouzévédé, Lesneven, Landerneau, Plabennec même, malgré tout son éloignement : sept cantons. Depuis le transfert de la station au chef-lieu communal (4 ans), elle est en progrès constants. Le nombre de juments saillies augmente chaque année. En 1898, il a été près de 650. Il nous faudrait un neuvième étalon... Avec un nombre de cinq, six étalons, vrai trait, deux à trois demi-sang et le vieux Norfolk, le pays serait desservi à souhait. Nous aurions 800 juments... plus si l’on en voulait »197.

  • 198 La commune de Loc-Eguiner n’est créée qu’en décembre 1866, Jacques Charpy, op. cit., p. 332.
  • 199 Au sujet de ce prêtre qui avait « mauvais esprit » on pourra se reporter à Clergé, religion et soc (...)

96L’attachement des Juloded au terroir communal ou paroissial se manifeste encore par le fait qu’ils ne supportent pas que l’on touche aux limites de leur paroisse ou de leur commune. Ainsi, la création de la paroisse de Loc-Eguiner, en août 1844198, par démembrement de Plounéour-Ménez, provoque la fureur du conseil municipal de cette commune. Le recteur de Plounéour-Ménez, Jacques Picart199, qui est accusé d’être à l’origine de cette initiative, en subit durement les conséquences. C’est à plusieurs reprises qu’il exhale son amertume auprès des vicaires généraux entre 1844 et le printemps de 1847, époque de sa nomination à Ouessant :

  • 200 Il s’agit d’Allain Joncour, dont il a été question.
  • 201 AEQ dossier Plounéour-Ménez.

« le maire200 et trois ou quatre notables, note-t-il en juillet 1845, cherchent prise sur moi depuis plusieurs années, surtout depuis l’érection de Loc-Eguiner en succursale ».
« Un individu, écrit-il en septembre de la même année, a dit qu’il aimerait mieux perdre la moitié de sa fortune que de voir Loc-Eguiner demeurer paroisse... »
« Le maire ne tient compte de rien, écrit-il en janvier 1847. C’est l’homme le plus inqualifiable que je connaisse. Je ne pourrais énumérer les moyens qu’il emploie sourdement pour nous persécuter... »201.

  • 202 Une partie de Poulfanq fait partie de Plounéour-Ménez, l’autre de Loc-Eguiner.
  • 203 AEQ dossier Plounéour-Ménez, lettre du 3 avril 1852.

97La fureur de quelques familles julodes incluses en Loc-Eguiner contre leur gré n’est pas moindre. C’est ainsi qu’un notable de Poulfanq202 écrit à l’évêque en 1852, soit huit ans après la création de Loc-Eguiner, qu’il préfère laisser sa fille, qui a deux ans et demi, sans baptême plutôt que de la faire baptiser en l’église paroissiale qu’on lui impose203.

  • 204 Hervelina Geraouell, op. cit., p. 48.

98Comme les autres paysans, les Juloded, hommes comme femmes, expriment leur appartenance à leur terroir en en portant le costume. On sait que François-Louis Soubigou, député en 1848 et sénateur de 1876 à 1894, se distingue au Palais-Bourbon puis au Palais du Luxembourg en y arborant le costume du pays de Plounéventer. Jusqu’aux premières décennies du xxe siècle, les Julodezed portent fièrement la coiffe de leur coin de terre. Si l’on en croit Fañch Eliès les Juloded sont les derniers à porter les vêtements spécifiques de leur terroir et encore, précise-t-il, ceux qui ont 40 ans vers 1910 y demeureront fidèles jusqu’à leur mort204.

99Comme les autres paysans, les descendants de marchands de toile se révèlent très conformistes, voire très sensibles au qu’en-dira-t-on. Ceci apparaît à plusieurs reprises dans la correspondance échangée entre François-Louis Soubigou et son frère Jean-Pierre. En avril 1880, le sénateur écrit à son frère :

  • 205 Propre a ici l’un des sens qu’il a en breton, celui de convenable. Ce mot est donc employé par ant (...)
  • 206 ADQ 78 J 31. Des archives de la famille Soubigou qui faisaient partie du fonds de maître Perret, d (...)
  • 207 Ibid.

100« Je reviens de Morlaix où j’ai appris une nouvelle ébouriffante. Si cela se réalise notre nom sera traîné devant les tribunaux et sera même contaminé... Ce sera propre205 de voir les Soubigou cités en justice avec tous les torts de leur côté »206. De quoi s’agit-il ? Une veuve Le Saout, dont le mari a été salarié de l’entreprise Soubigou, n’a pas reçu tout son dû et menace de recourir aux tribunaux. En janvier 1887, François-Louis Soubigou exhorte son frère « à se rendre au-devant de l’huissier, pour une petite affaire, afin d’éviter qu’il ne vienne à domicile à Plounéventer »207.

  • 208 La vie des saints.

101À l’instar des autres paysans, les Juloded sont religieux, comme nous l’avons déjà constaté. Fort nombreux sont ceux d’entre eux qui deviennent prêtres ou religieuses jusqu’au début du xxe siècle. La lecture de Buez ar Zent208 suivie de longues prières est habituelle dans les familles julodes jusqu’en 1914 et, quelquefois jusqu’aux approches de le Seconde Guerre mondiale. Dans les familles paysannes ordinaires, cela s’est pratiqué jusque dans les années 1950.

Singularités des Juloded

  • 209 Pouliquen (Louis), Le temps des campanules, Morlaix, 1992, p. 31.

102Si les points communs entre Juloded et paysans ordinaires ne manquent pas, il est certain qu’on remarque d’importantes différences entre les uns et les autres. Il est clair, par exemple, que les descendants de marchands de toile et de tanneurs sont généralement plus instruits que leurs voisins plébéiens. Il est tout aussi clair que les enfants des Juloded sont élevés dans la langue française, et non en breton, dès le début du xxe siècle, voire plus tôt, alors que dans les autres familles paysannes, cette habitude n’apparaît guère avant le milieu des années 1940. Gabrielle Guillou, née en 1912 de François-Louis et de Louise Quéinnec, est élevée en français, cependant que ses parents se parlent en breton. De son côté, Louis Pouliquen, né en 1933, au Fers en Saint-Thégonnec, raconte que sur la quarantaine d’élèves qui fréquentent l’école de hameau de Sainte-Brigitte, il est « le seul à avoir eu le français comme langue maternelle »209.

  • 210 Il s’agit de Louise Kerdilès († 1991), née en 1900 à Kerzourat à Landivisiau d’Auguste Quéinnec et (...)
  • 211 Des informations de même type nous ont été communiquées par le chanoine Pierre Quéinnec, M. et Mad (...)
  • 212 Il est le seul à écrire Judot au lieu de Julot.
  • 213 La Bretagne contemporaine, op. cit., t. III, p. 83.
  • 214 Sorlin (Pierre), La société française 1840-1914, Paris, 1969, p. 128.
  • 215 D’après le travail généalogique d’Auguste Soubigou.

103Textes et informations orales concordent, par ailleurs, pour dire que les Juloded demeurés à la ferme ne travaillent guère de leurs mains jusqu’aux approches de la Première Guerre mondiale. « Ils se contentaient de donner des consignes aux domestiques et de faire le tour du propriétaire » m’a dit une fille de Juloded de Landivisiau210, à propos des premières années du xxe siècle211. De son côté, Pol de Courcy écrivait en 1865 : « les familles des Judots212 ne croient pas déroger en faisant le commerce, mais elles ne travaillent pas elles-mêmes la terre »213. Un certain nombre des Juloded qui s’emploient en dehors de l’agriculture (commerçants, médecins, pharmaciens, notaires, entrepreneurs) « prennent leur retraite » le plus tôt possible comme le font, volontiers, les bourgeois à la fin du xixe siècle214. Né en 1828, l’entrepreneur de travaux publics Jean-Pierre Soubigou cesse de se rendre sur les chantiers, fort loin de Plounéventer, dès le début des années 1880, soit autour de ses 52 ans. Son neveu, Auguste Soubigou, entrepreneur comme lui, est dans le même cas : né en 1852, il vit en rentier dès le début des années 1900215. Il est, du reste, maire de Plounéventer à partir de 1902.

  • 216 Rappelons qu’une partie des toiles est achetée sur les marchés de Landivisiau, Morlaix, Landerneau (...)

104Quand le commerce des toiles s’effondre entre 1850 et 1860 et que les tanneries déclinent irrémédiablement, les paysans-marchands sont condamnés à un certain désœuvrement, dans la mesure où ils ne se résignent pas à travailler de leurs mains. Ils continuent à fréquenter foires et marchés, comme au temps où ils achetaient des toiles216, règlent leurs affaires municipales ou personnelles, donnent des ordres quant à l’exploitation de leur ferme et recherchent des distractions.

  • 217 Plusieurs informateurs julods.
  • 218 Certains de ces chasseurs se font accompagner d’un ou deux domestiques dont le rôle est de débusqu (...)

105Celles-ci sont assez variées. On rappelle217 que, vers 1900, plusieurs d’entre eux se retrouvent, presque tous les jours à l’Hôtel du Léon à Landivisiau ou chez une demoiselle Dubois de cette même ville, pour jouer aux cartes et, quelquefois, boire outre mesure. D’autres fréquentent des billards à Landerneau et à Landivisiau. Plusieurs pratiquent la chasse et la pêche218. Les réceptions entre Juloded paraissent fréquentes à la même époque et ont, souvent, lieu en semaine. Il ne semble pas que la lecture de livres ait constitué une véritable occupation : on ne signale pas de réelles bibliothèques dans les maisons julodes rurales des années 1870-1914. L’essentiel des ouvrages conservés paraissent provenir d’héritages de prêtres de la famille. On lit cependant des journaux et des revues : ce sont l’Ouest-Éclair, fondé en 1895, La Croix, en quelques cas, Feiz ha Breiz, l’Illustration.

  • 219 Informations communiquées par Gabrielle Guillou, fille de François-Louis et de Louise Quéinnec.

106Au début des années 1900, voire à la fin du xixe siècle, des Juloded font quelquefois un « Tour de France » par voie ferrée, en guise de voyage de noces. Ainsi, en 1905 François-Louis Guillou et Jeanne Quéinnec s’éclipsent, un mois après leur mariage. Par ailleurs, ce marchand de vin se rend plusieurs fois dans le Bordelais. Il fait l’acquisition d’une voiture vers 1910. C’est en 1911 qu’il obtient son permis de conduire, cependant que son fils aîné, Louis, né en 1902, l’obtient en 1924 et sa fille, Gabrielle, en 1932, à l’âge de 20 ans219. Il apparaît que plusieurs Juloded possèdent une voiture à la fin des années 1920. François-Louis Pouliquen, du Fers en Saint-Thégonnec, en acquiert une vers 1925.

  • 220 Hervelina Geraouell, op. cit., p. 138.
  • 221 Souvenirs..., op. cit., p. 40.
  • 222 Informations communiquées par sa petite-fille Marie-Louise Soubigou.

107Le fait que nombre de Juloded séjournent au bord de la mer, en été, dès les années 1870, les distingue encore davantage des autres paysans. Per Penneg, le notaire julod mis en scène par Fanch Eliès, regrette qu’il ne puisse pas passer plus d’une semaine par an au bord de la mer220. Dans les années 1870-1880, Marie-Jeanne Guennégan, née Prouff, de Bodilis, a l’habitude d’y envoyer ses enfants : elle y « trouve du profit, n’ayant pas besoin d’autres remèdes pour [les] remettre de la fatigue des études ou de toute autre cause »221. En juin 1876, Joseph Soubigou, 61 ans, de Plounéventer, meurt en sa résidence d’été de Brignogan. Son frère Jean-Pierre y possède également une grande maison, où il séjourne du mois de mai au mois d’octobre dès les années 1880-1890222.

  • 223 C’est un article de Charles Chassé paru dans le Télégramme du 1/10/1947 qui nous apprend que ce ta (...)

108Il apparaît encore que quelques descendants de marchands de toile et de tanneurs se préoccupent de généalogie au début de ce siècle, à une époque où les paysans regardaient cette activité comme réservée à la noblesse et à la bourgeoisie. Vers 1900, Auguste Soubigou court les mairies pour débrouiller des filiations et établir la généalogie de sa famille et de ses alliées. Ses recherches sont consignées en 68 pages manuscrites, qui ne comportent aucun tableau. Elles sont parsemées d’intéressantes informations rapportées par la tradition. En 1924, Jean-Louis Quéinnec dresse un tableau, qui a été imprimé, de la famille Quéinnec des années 1680 à 1924223. Vers 1905, par ailleurs, Auguste Soubigou rédige une histoire de Plounéventer – demeurée inédite – composée de 328 pages. Il puise de nombreuses informations aux Archives départementales et cite longuement des pièces d’archives, notamment à propos de la Révolution.

  • 224 Généalogie..., op. cit., p. 33.
  • 225 Visite des prairies, rapport cité, p. 5 et 6.
  • 226 Ibid., p. 8 et 9. Auguste Quéinnec, est-il précisé, possède deux fosses pour recueillir les purins (...)

109Quelques descendants de marchands de toile occupent encore leur temps à des innovations agricoles, voire à des inventions. Ce même Auguste Soubigou rapporte que son père François-Louis passe ses vieux jours à faire améliorer la qualité de ses prairies ou à en créer224. Ce qui est, du reste confirmé par un rapport sur la visite des prairies. En 1888, au concours régional de Brest, le premier et le deuxième prix, dans la spécialité des prairies, sont remportés par le sénateur Soubigou et par son frère, Jean-Pierre, maire de Plounéventer. Ces deux frères, qui ont bénéficié du concours du spécialiste des prairies, Fanch ar Prajou, – « François des prairies » –, font des émules dans leur commune. C’est ainsi qu’un Léost de Casteller crée une belle prai-rie, à partir d’un marais de 4,72 hectares225. En 1889, c’est Auguste Quéinnec, de Kersourat en Landivisiau qui obtient le premier prix, cependant que le deuxième est attribué à un autre Julod François Creff, de Kerofil en Guiclan. Le premier a mis en valeur 6,75 hectares de prairies grâce à une meilleure irrigation et à une utilisation plus judicieuse du purin226.

  • 227 Concours de 1889.

110Des Juloded travaillent également à améliorer les races animales ou à en introduire de nouvelles. Nous avons signalé qu’en 1898 le conseil municipal de Plounéventer, dirigé par J.-P. Soubigou, se glorifie de posséder l’une des plus grandes stations de haras dépendant du centre de Lamballe. Ce sont surtout les chevaux qui font la fierté de l’aristocratie paysanne du Léon. On rappelle encore aujourd’hui que des chevaux de telle ou telle écurie ont remporté des médailles au concours de Landivisiau, de Morlaix, de Laval, de Paris... Ceci ne signifie pas que les bovins soient négligés. Une liste des lauréats du concours agricole de l’arrondissement de Morlaix, datée du 12 octobre 1889, nous apprend que plusieurs prix sont remportés par d’authen-tiques Juloded : Jean-Marie Guillou, de Pleyber-Christ, Joseph Martin, de Plounéventer, François Creff, de Guiclan, Alain Joncour, de Guimiliau, M. Fagot, de Guiclan, F.-L. Le Bras, de Saint-Thégonnec, Auguste Quéinnec, de Landivisiau, F.-L. Le Bras, de Guiclan, Jean-François Cam, de Saint-Thégonnec227.

  • 228 Information communiquée par Gabrielle Guillou.
  • 229 Louis-Jules Félix est né à Guillemecourt (Seine-Maritime) en mai 1785 (ADQ 3 M 24). C’est un offic (...)

111On cite, enfin, le cas de François-Louis Guillou, de Guiclan, qui, à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1900, obtient un diplôme avec mention honorable pour un semoir, appelé l’Idéal Système Guillou, qu’il vient de mettre au point. Le brevet sera vendu à un certain Petitgars228. Il nous faut constater que les initiatives agricoles qui viennent du patriciat paysan demeurent généralement ponctuelles. On ne trouve pas chez eux la volonté systématique de promouvoir l’agriculture basse-bretonne, comme on la rencontre, entre 1820 et 1870, chez Louis Rousseau à Tréflez, chez Louis-Jules Félix à Saint-Martin-des-Champs ou, en dehors du Léon, chez Théodore de Pompéry au Faou, chez Armand du Châtellier, à Pont-l’Abbé. Il est vrai que les Juloded sont plus intéressés par le commerce que par l’agriculture. Louis Rousseauest originaire de la région d’Étampes, Louis-Jules Félix de la Haute-Normandie229, Théodore de Pompéry de l’Aisne et Armand du Châtellier du Nord. Il reste à savoir pouquoi les pionniers proviennent d’autres régions et non pas du Léon.

112Il apparaît que les Juloded paysans ne pourront vivre en rentiers pendantdeux générations successives. À l’exception d’un petit nombre d’entre eux qui demeureront des « agriculteurs aux mains blanches » jusqu’aux approches de la Deuxième Guerre mondiale, la plupart se mettront au travail entre 1900 et 1925, à commencer par les plus jeunes et les moins riches. En sim-plifiant, ce revirement peut s’expliquer comme suit. Les biens immobiliers, on le sait, sont partagés à chaque génération : bien que les revenus procurés par ces biens soient loin d’être négligeables – souvent de 2 000 F à 8 000 F vers 1850 – la part de chaque héritier est réduite du fait que les familles sont généralement nombreuses. Avec la disparition de bénéfices, jadis rapportés par le commerce des toiles et les produits des tanneries, les descendants de marchands de toile et de tanneurs ne peuvent plus se constituer un réel capi-tal immobilier comme le faisaient leurs ancêtres. Il leur faut donc vivre de l’agriculture. Comme ils tiennent à s’assurer un niveau de vie convenable, à instruire leurs enfants et à fournir une dot ou une provision décente à leurs jeunes gens au moment de leur mariage, il leur devient indispensable de réduire les frais de personnel, en mettant de plus en plus la main à la pâte. On cite le cas de Juloded qui tiennent les mancherons de la charrue ou qui sarclent, dès le début des années 1920. On cite aussi le cas de nombre d’entre eux qui s’avèrent peu habiles, dès lors qu’il leur faut diriger des attelages, manier la charrue ou construire des tas de paille ou de foin.

  • 230 Né au Bailléguen, en Saint-Thégonnec, en 1855, de Jacques Quéinnec et de Marie-Yvonne Pouliquen.
  • 231 Né à Guimiliau, en 1871, de Bernard Guillou et de Jeanne-Yvonne Quéinnec.
  • 232 Né à Mescloaguen, en Plounéventer, en 1885, de François et de Marie-Louise Soubigou. Il est maire (...)
  • 233 Né à Bodilis vers 1840 de Joseph et de Marie-Anne Guillauma.
  • 234 Né en 1868 de Joseph Boucher et de Marie Picaud. Épouse Caroline Chancerelle.
  • 235 Né vers 1870 à Talingoat en Pleyber-Christ.
  • 236 Né en 1878, épouse Louise Quéinnec vers 1904.
  • 237 Né de Gabriel Quéinnec et d’Angèle Pouliquen, en 1859, il épouse Louise Guillou († 1902) puis Made (...)
  • 238 Rappelons qu’elle couvre plus de 26 hectares.
  • 239 La Biscuiterie de Bretagne.
  • 240 Informations communiquées par Louise Kerdilès, née Quéinnec, fille d’Auguste et de Louise Guillou.
  • 241 Dans cette catégorie, il convient de mentionner un chirurgien de grand renom : Emmanuel Pouliquen (...)

113Ils prennent cependant l’habitude de travailler dans leur ferme et leurs champs ou s’orientent vers des activités commerciales. On en voit devenir marchands de vin (François Quéinnec230, à Saint-Thégonnec, François-Louis Guillou231, à Guiclan, Auguste Boucher232, à Plouvorn), marchands d’engrais (Jean-Pierre Guennégan233, à Bodilis, Joseph Boucher234 à Landerneau), marchands de bois (Jean-Marie Guillou235, à Morlaix), quin-cailliers (Albert Kérébel236, à Landerneau, Joseph Martin à Lesneven)... Auguste Quéinnec237 de Kersourat en Landivisiau, représente assez bien ces hommes qui sont passés d’une certaine oisiveté au travail. Après s’être contenté de « faire le tour du propriétaire » jusqu’à ses 52 ans, il se décide, en 1911, à laisser la gérance de sa ferme238 à son maître-valet pour aller diriger une biscuiterie à Douarnenez239, d’où il ne reviendra que chaque fin de semaine240. Rappelons, enfin, que plusieurs descendants de marchands de toile et de tanneurs n’ont guère connu cette vie de rentier que nous avons évoquée. Ce sont les nombreux médecins241, pharmaciens, notaires et les moins nombreux ingénieurs, fonctionnaires et vétérinaires qui sont entrés dans la vie active, dès leurs études terminées.

L’esprit de domination des Juloded

  • 242 Le Moan (F.), Ar pevare gourc’hemenn a Zoue, Brest, 1922, p. 45.
  • 243 AEQ Dossier Lampaul-Guimiliau. Le casuel est réparti entre le recteur, les vicaires, l’Église, le (...)

114On sait que les Juloded se situent nettement au-dessus du reste de la population de leur terroir. Cela tient à leur passé, à leur richesse, à leur instruction et au fait qu’ils sont aux postes de commandement. Cela se traduit par leur mode de vie, des mariages assortis, des vêtements de prix, une taille souvent plus élevée, une carrure plus large, un port altier, bref une plus grande assurance. Évoquant ses souvenirs d’enfance, l’abbé Le Moan, né à Plounevez-Lochrist en 1852, écrit à propos de deux de ses condisciples d’école primaire qu’ils étaient « les plus hardis, dans la mesure où leurs parents étaient riches »242. Dans ces conditions, un étranger, quelque peu observateur, venu s’installer à Guiclan, Plounéour-Ménez ou Sizun, aura vite appris à distinguer les Juloded des autres catégories sociales. La tâche lui sera grandement facilitée s’il assiste aux enterrements. En 1868, par exemple, on distingue quatre classes d’enterrements à Lampaul-Guimiliau. Les tarifs y varient de 8 F en quatrième classe à 36 en première classe243 : l’heure de l’enterrement, les attributs religieux déployés de même que l’importance du chant y varient en conséquence. On raconte qu’à l’occasion d’un enterrement julod, de niveau exceptionnel, qui eut lieu à Saint-Thégonnec en 1942, on éprouva le besoin de créer ur c’hentañ klas supérieur, « une première classe supérieure ».

  • 244 AEQ Dossier Guiclan.

115Il va sans dire que cette assurance des Juloded est diversement perceptible. Elle apparaît, par exemple, dans les archives quand on voit Jean-Marie Le Bras, de Guerjean en Guiclan, prendre la liberté d’écrire plusieurs fois à son évêque, Mgr Dombidau de Crouseilhes, entre 1818 et 1822. Il l’informe de sa santé, des problèmes de sa paroisse, de ses relations avec le recteur, du comportement d’un vicaire... Il n’hésite pas, du reste, à solliciter une réponse. « P.S. Veuillez bien, Monseigneur, honorer cette supplique d’un mot de réponse »244.

  • 245 Né à Elliant le 12 novembre 1872, Louis Flatrès est instituteur au Huelgoat, Lopérec, Elliant et à (...)

116Cette assurance apparaît encore en certaines descriptions : s’exprimant au début du xxe siècle, Louis Flatrès245 présente subtilement un Julod en train de se mettre en évidence :

  • 246 Flatrès (Louis), op. cit., p. 13.

« Bel homme, écrit-il, quelque peu bedonnant, rasé à la pierre ponce, tondu comme un œuf d’avare, il passe, seul ou au centre d’un groupe, plastronnant dans sa cuirasse éclatante avec l’allure solennelle d’un biniou en exercice devant le cortège nuptial »246.

  • 247 Né à Plouédern d’Yves Martin et de Jeanne Le Bras – elle-même de Kerellou en Saint-Divy –, Jean-Lo (...)
  • 248 Généalogie... op. cit., p. 31.

117Poussée à l’excès, cette confiance en soi dégénère quelquefois en autoritarisme méprisant. Évoquant son arrière-grand-père Louis Martin (1762-1845) de Ploudaniel247, Auguste Soubigou écrit qu’il est despotique et qu’il rappelle « l’Ancien Régime par son chapeau à tricorne, ses cheveux bouclés et ses culotes courtes. À l’église, ajoute-t-il, il avait une place dont personne n’osait approcher à cinq pas ; il en était de même à la procession et lors de son passage au bourg »248.

  • 249 Né à Lesneven en 1914 de Louis Soubigou, notaire et député, et d’Eugénie Dubois. Ancien élève du c (...)
  • 250 Il me l’a dit et écrit.

118Entre une grande confiance en son étoile et l’orgueil, il n’y a qu’un pas, qui est facilement franchi, si l’on en croit la tradition populaire, voire la tradition julode. Rémi Soubigou249 raconte250 non sans humour, que vers 1850, un audacieux recteur de Saint-Thégonnec ou de Guimiliau, fatigué de la morgue de l’aristocratie paysanne de sa paroisse, laisse tomber du haut de sa chaire : « Il y a dans cette paroisse des gens qui éclateraient d’orgueil s’ils n’avaient pas de turban ». Précisons qu’en Haut-Léon, le turban n’est point une coiffure mais une large ceinture de flanelle ou de cotonnade à carreaux.

119Même si elle comporte un caractère caricatural, l’anecdote suivante, antérieure à 1914, rapportée par Yves Le Gallo, nous parait significative de cet orgueil :

  • 251 Une caste paysanne du Haut-Léon..., art. cit., p. 64 et Diwar-benn Juloded… art. cit., p. 23-24.

« Tel Julod de Guiclan, écrit-il, qui habite trop près du bourg pour pouvoir utiliser son tilbury ne va jamais à la messe qu’escorté de ses domestiques. Le maître précède, coiffé du chapeau à boucle et à ruban, sanglé dans son turban (...) et bombant le torse dans son rigide plastron blanc. Il occupe le milieu du chemin, cependant que les valets, à distance respectueuse, suivent sur les côtés, en double file »251.

120Cette fierté, quelquefois extrême, manifestée par les Juloded s’explique par le fait qu’ils se considèrent assez facilement comme les élus de Dieu – eur ouenn dilennet a-berz Doue – comme on l’a déjà dit, et qu’ils pensent plus ou moins confusément ce qu’Alexis Carrel exprime clairement, à savoir que l’état d’un groupe humain a une base biologique.

  • 252 Carrel (Alexis), L’Homme, cet inconnu, Paris, 1935, p. 375.

« La répartition de la population d’un pays en différentes classes, écrit cet auteur, n’est pas l’effet du hasard ni de conventions sociales. Elle a une base biologique profonde... Dans les pays libres, tels que les États-Unis et la France, chacun a eu, dans le passé, la liberté de s’élever à la place qu’il était capable de conquérir. Ceux qui sont aujourd’hui des prolétaires doivent leur situation à des défauts de leur corps ou de leur esprit »252.

  • 253 Né en l’île Kerarfanc en Plouédern d’Yves Martin et d’Anne Kermarrec.
  • 254 Soubigou (A.), Généalogie... op. cit. p.29.
  • 255 Cette tradition encore vivante dans le pays de Lampaul-Guimiliau est, entre autres, rapportée par (...)

121On comprendra mieux, dans ces conditions, que les Juloded ne supportent guère qu’on leur résiste, surtout dans leur milieu originel. Avant de les voir affronter diverses catégories sociales, voici, d’abord, deux traditions qui tendent à l’illustrer. La première concerne Yves Martin (1731-1808) – père de Louis253 – premier maire de Plouédern. À la fin de la Révolution, ce personnage est outré de voir ses impôts locaux augmenter outre mesure, à son gré. Loin de courber l’échine, il préfère renoncer à vivre en la paroisse qui fut celle de ses ancêtres depuis au moins 1650. Il décide par conséquent de construire une autre maison dans son hameau de l’Ile de Kerarfanc, mais de l’autre côté de la cour de sa ferme, qui est en Ploudaniel254. L’autre tradition concerne le riche tanneur Maurice Abgrall (1758-1838), de Roc’haouren en Lampaul-Guimiliau. On raconte qu’en visite à l’hôtel du Grand Monarque, rue Algésiras à Brest, il en fut chassé par le concierge pour la raison qu’il était habillé en paysan. Vexé, il y revenait le lendemain pour acquérir cet hôtel et mettre à la porte celui qui l’en avait repoussé255.

122Parmi les individus susceptibles de provoquer la forte opposition, voire l’hostilité du Julod au xixe siècle figure, à coup sûr, ce nouveau venu des campagnes qu’est l’instituteur. Surtout s’il exprime trop facilement son point de vue.

  • 256 Flatrès (L.), op. cit. p. 13.

« Par sa parfaite connaissance de la mentalité paysanne et de ses mobiles d’action, écrit Louis Flatrès à propos du Julod, c’est un adversaire qu’il n’est pas prudent d’ignorer. S’il ne nous accorde [aux instituteurs] lui-même la faveur de son dédain, il nous tolérera – il faut bien des petites écoles pour apprendre à signer aux petites gens – tant qu’il ne nous rencontrera pas sur son chemin »256.

Juloded et bourgeois

  • 257 Kerouanton (Yves), Dans le passé de Lanhouarneau, 1986, p.74.

123Il ne semble pas que l’on assiste à des antagonismes entre nobles et Juloded au xixe siècle, pour la raison que les premiers ont quasiment déserté les campagnes julodes, cependant que ceux qui y demeurent se désintéressent de la vie communale. Il en va différemment de la bourgeoisie. L’opposition souvent attestée entre villes et campagnes ne peut que contribuer à accroître les tensions entre Juloded et citadins. Les premiers supportent fort mal l’intrusion des seconds dans leurs univers. Ce sentiment est particulièrement perceptible pendant la Révolution. Ainsi, lorsqu’à l’automne 1791 des administrateurs du district de Lesneven se proposent d’aller aider les municipalités à établir leurs rôles fiscaux, ils s’attirent une réponse cinglante du procureur-syndic de Plounéventer, Jean Abhervé-Guéguen. Nous n’avons besoin de personne de Lesneven pour faire nos rôles, répond-t-il, attendu que nous sommes « très capables de les faire [nous]-mêmes quand il [nous] plaira »257.

  • 258 AM de Plounéventer, série O, actions judiciaires. Mémoire de P. Rault au préfet Boullé, 11/11/1847

124Si l’on s’en tient à cette commune, on peut citer deux exemples de conflits entre municipalités et bourgeois à la fin de la Monarchie de Juillet (1830-1848). En 1843, l’avocat brestois, Pierre Rault, achète dix parcelles de terres prétendument communales à la municipalité de Plounéventer. En 1847, il est convaincu que le conseil municipal de cette commune ne pouvait aliéner ces terres, dans la mesure où elles appartenaient à la communauté des hameaux de Kéroulédic et de Kerscao et non à la commune258.

  • 259 Ibid.

« Les placîtres des villages, écrit-il au préfet, lesquels sont si communs en Bretagne, appartiennent à ces villages qui s’en servent... pour y faire vaguer momentanément et pâturer leurs bestiaux... Souvent, ils contiennent des fontaines et des lavoirs, des douets à rouir le chanvre et le lin et autres emplacements indispensables pour déposer le bois et le fumier. Aussi ces placîtres ne sont pas susceptibles de devenir des propriétés privées...
« L’article 1591 du Code Civil a été violé... [Les conseillers municipaux] ont vendu impitoyablement un domaine sacré, le domaine du pauvre qui va y faire pâturer sa vache, sa chèvre, sa brebis et qui, n’ayant à sa disposition de combustible d’aucune espèce y coupe des mottes, des ajoncs secs, des ronces... pour la préparation de ses aliments grossiers, pour réchauffer en hiver ses membres engourdis par le froid... Comment caractériser les chefs de cette commune, lesquels quand on cherche de toutes parts les moyens de venir au secours des malheureux et qu’on fait à cet égard appel à tous les modes de philantropie et de charité, se coalisent pour enlever à l’indigent une ressource unique et essentielle, dont il jouit de temps immémorial... »259

  • 260 C’est souligné dans le texte.
  • 261 AM Plounéventer, série O, séance de la réunion du CM du 25/11/1847.

125Pierre Rault souhaite, par conséquent, restituer les dix parcelles à la population des hameaux concernés et veut récupérer les 2 126 F de leur prix d’achat, de même que « les intérêts légaux depuis le paiement jusqu’au jour de remboursement » et 1 200 F de dommages et intérêts. De leur côté, les conseillers municipaux de Plounéventer, conduits par Yves Prigent, sont furieux contre l’avocat : il a attiré l’attention du préfet sur leur erreur et, au surplus, il se permet de leur donner une leçon de morale. « Ne valait-il pas mieux payer et rester tranquille, écrit le maire, que de jeter à la face de tout un conseil municipal les épithètes d’usurpateur et d’impitoyable vendeur260 du domaine du pauvre »261.

126Ne pouvant se défendre valablement sur le plan légal, Yves Prigent et son conseil municipal infligent une leçon de politesse au citadin abusif P. Rault.

  • 262 Son écriture est correcte.
  • 263 AM Plounéventer, série O, CM du 25/11/1847.

« Le conseil municipal, y lit-on, commence par manifester son étonnement du peu de forme que M. Raoult (sic) a mis dans sa demande. Son illisible griffonnage262 serait seul une insulte, s’il n’y avait à ajouter ses outrages et autres expressions. Nous ne parlons pas de la marge de son écrit ; nous craindrions d’y voir une sordide économie, la politesse n’est défendue à per-sonne pas même à un propriétaire, un avocat, un membre d’émulation (sic). Puis donc qu’on n’oublie pas le respect qui nous est dû et à l’autorité supérieure à laquelle il s’adresse, nous saurons, nous, respecter et nous tâcherons d’être modérés. Il est sage de ne pas écrire tout ce que l’on pense.... »263.

  • 264 D’origine bourgeoise, Daniel-Nicolas, père de Daniel-Louis, est anobli par Louis XVIII par ordonna (...)

127En 1842, ce sont ce même conseil municipal de Plounéventer et l’avocat lesnevien, Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet264 qui s’affrontent. L’atmosphère est particulièrement tendue entre les deux parties, si l’on en juge par cet extrait d’une lettre adressée au préfet par Miorcec de Kerdanet en avril 1842 :

  • 265 AM Plounéventer, série O, aliénations de terrains communaux (1842-1870).

« Je possède, écrit l’avocat, toute une liasse de bons titres... contrats d’acquêts, prises de possesssion, jugements, transactions, etc... enfin tout ce qu’il faut au monde pour prouver qu’on est propriétaire d’une chose.
« Que faire contre des barbares, comme le sont ces maires de campagnes, pour arrêter leurs attentats à la propriété ? Avec des magistrats... plus instruits et plus circonspects (et il en est heureusement quelques-uns) on peut s’entendre en leur montrant de bons titres, de bons droits ; mais avec ces rustres, presque toujours avinés, comment s’entendre ?...
« Veillez de grâce, Monsieur le Préfet, vous qui êtes si juste, si instruit, si laborieux, veillez à la conduite de ces maires paysans qui sont de leur essence despotes et tracassiers... »265.

Juloded et autorités civiles

128Refusant de plier sous le joug, des Juloded n’hésitent pas quelquefois à narguer les autorités civiles et religieuses et à leur tenir tête. Par exemple, Jean-Pierre Soubigou, suspendu de ses fonctions de maire en septembre 1902 pour avoir trop fortement protesté contre la laïcisation de l’école des filles de Plounéventer, adresse cette réponse au préfet le jour même de sa notification de suspension pour un mois :

  • 266 ADQ 1V 1170.

« Vous me faites notifier par un gendarme (tout comme à une simple bonne sœur) à la date du 21 courant votre arrêté du 16 que la presse départementale publiait dès la veille.
« Signant ma démission, il vous plaît de me suspendre de mes fonctions de maire de Plounéventer.
« Un de vos prédécesseurs, dont vous pouvez consulter l’histoire, m’a fait tout autant.
« Je vous remercie de m’avoir compris au nombre des victimes d’une politique sectaire qui vient étrangler la liberté.
« Il est cependant un cri que vous n’étoufferez pas, celui de ma conscience indignée. Il est deux choses qu’il ne vous appartient pas de suspendre : mon honneur et mon indépendance de citoyen français... »266.

  • 267 Maire de Guimiliau de 1885 à 1908.
  • 268 Le Télégramme du 5 août 1959, art. de Charles Chassé qui tient ces faits de F.-L. Guillou, neveu d (...)

129À la fin du xixe siècle, Yves-Marie Guillou267, maire de Guimiliau, reçoit à son domicile la visite du sous-préfet de Morlaix avec qui il est en délicatesse. Il commence par le faire attendre sous prétexte qu’il est à table. Puis il le met assez rudement à la porte quand il apprend le motif de sa visite : le sous-préfet demande des explications sur la répartition d’une allocation. « Vous n’êtes qu’un fonctionnaire lui lance le premier magistrat, moi, je suis le maître de ma commune. « Informé de ces faits et du refus de donner des explications, le préfet fait arrêter Yves-Marie Guillou qui quitte la prison quelques jours plus tard sans avoir exprimé la moindre excuse268. Même si cette anecdote n’est pas totalement conforme à la vérité, elle n’est pas moins significative d’une réalité.

Juloded et clergé

130En avril 1852, on voit, par ailleurs, un Julod de Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec s’adresser à l’évêque de Quimper et de Léon en des termes qui frisent l’impertinence. La paroisse de Loc-Eguiner a été créée aux dépens de Plounéour-Ménez en 1844. Huit ans plus tard, cet habitant de Poulfanq insiste fortement auprès de Mgr Graveran afin qu’on revienne sur la décision d’inclure son hameau natal dans la nouvelle paroisse.

  • 269 AEQ Dossier Plounéour-Ménez.

« Cette mesure prise à l’égard des habitants de Poulfanq, écrit-il, est de nature à froisser leur juste susceptibilité... C’est à Plounéour que sont nés leurs parents, c’est là qu’ils sont nés eux-mêmes et qu’ils ont été baptisés et mariés et c’est là qu’ils désirent faire baptiser, marier et enterrer leurs enfants.
« Le soussigné, notamment, Mgr, a un enfant, une petite fille de deux ans et demi qui n’a pas encore été baptisée et je désire, Mgr, la faire baptiser dans ma commune, là où les enfants de mes concitoyens font baptiser les leurs.
« La restriction qui me frappe comme habitant de Poulfanq est une ignominie à laquelle nous ne voulons pas nous soumettre et mon enfant restera sans baptême plutôt que de la faire baptiser à Loc-Eguiner.
« Veuillez donc, Mgr, faire prendre les mesures nécessaires pour faire cesser l’état de choses existant... »269.

131Étonnante lettre que celle-là. Il est, surtout, surprenant qu’un père de famille ose déclarer à l’évêque qu’il laisse son enfant sans baptême pendant deux ans et demi, et plus, à une époque où tous les enfants étaient baptisés dans les trois jours qui suivaient leur naissance, sous peine de péché. Parmi les éléments de réponse fournis par l’évêque, on remarque du reste celui-ci : « L’évêque ne relèvera pas cette parole : « mon enfant restera sans baptême. Elle est d’une telle impiété qu’il aime à la croire irréfléchie ».

  • 270 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, 1913, p.183.

132Il nous reste à examiner les types de relations qui s’instaurent entre les Juloded et leurs prêtres. On sait que « le Léon est une théocratie » pour reprendre la formule d’André Siegfried. « La profondeur de la foi catholique, écrit cet auteur en 1913, le respect sacré de l’Église et de ses prêtres [y] donnent au clergé, je ne dis pas une influence, mais une puissance devant laquelle toute autre puissance plie ou disparaît »270. Cette observation qui vaut pour le Léon en général demande à être nuancée lorsqu’il s’agit du pays julod. En plusieurs cas, les paysans-marchands rendent la vie difficile à leurs prêtres et ne sont pas hommes à plier ou à disparaître. Une paroisse julode ne se régente pas comme une quelconque paroisse du Léon : le recteur qui l’ignore peut aller au-devant de grandes difficultés. L’aristocratie paysanne que nous étudions n’entend pas subir purement et simplement le magistère du prêtre. Dans la lettre qu’il adresse à son évêque en mai 1818, le paysan-marchand de toile Jean-Marie Le Bras, de Guerjean en Guiclan, exprime clairement l’idée qu’il se fait de son autorité de maire et de ses relations avec le pasteur de la paroisse.

  • 271 AEQ Dossier Guiclan, lettre du 19 mai 1818.

« Comme je suis, écrit-il, plus âgé que M. Breton (le recteur de Guiclan), je me ferai toujours une loi de lui déclarer franchement mon opinion dans toutes les circonstances, comme je me ferai aussi un devoir... de suivre exactement ses conseils lorsqu’ils me paraîtront préférables et mieux appropriés au bien public. De ces deux dispositions pacifiques et amicales naîtront nécessairement la paix, l’union et la concorde qui font la force de l’autorité et qui sont si nécessaires pour le bon exemple et pour faire le bien. De cet ensemble et de cette harmonie naît ordinairement entre les notables d’une commune une heureuse rivalité pour le bien de tous, ce qui serait sans doute l’accomplissement des vœux que forme votre Grandeur pour le Bonheur de ses ouailles... »271.

  • 272 AEQ Dossier Plounéour-Ménez, lettre du 3 mars 1846.

133On relèvera, entre autres, l’expression « heureuse rivalité ». Il en découle qu’il n’est pas question que le maire plie, et encore moins disparaisse, devant le prêtre. Comme, par ailleurs, toute rivalité n’est pas forcément « heureuse », elle peut déboucher sur des conflits. C’est ce qui survient, à plusieurs reprises, entre prêtres et Juloded272.

134Nous avons déjà évoqué les malheurs de Jacques Picart, recteur de Plounéour-Ménez. De 1841 à 1847, année de son départ, ce prêtre ne cesse de gémir du fait des persécutions que le conseil municipal, maire en tête, lui fait subir. « Le bon Dieu permettra-t-il enfin, écrit-il à l’évêché en 1846, que la mauvaise foi et l’iniquité de nos principaux administrateurs soient dévoilées ? » En définitive le maire, Allain Joncour, parviendra à obtenir son départ. J. Picart sera nommé... à Ouessant.

  • 273 AEQ Dossiers des paroisses.
  • 274 BSAF 1972/2 Un recteur breton sous la Troisième République, art. cit., p. 820-848.

135On voit ainsi s’affronter, à plusieurs reprises, le recteur et le conseil municipal. C’est le cas à Commana en 1842 et à Saint-Thégonnec en 1867273. Yves Le Gallo a remarquablement montré que Louis Keraudren, recteur de Guimiliau de 1897 à 1912, s’est condamné à une sorte de solitude morale pour n’avoir pas su compter suffisamment avec l’aristocratie paysanne de sa paroisse274. Des traditions rapportent que d’autres conflits du même type surviennent en d’autres paroisses julodes entre les deux guerres. C’est, par exemple, le cas à Guiclan dans les années 1920.

  • 275 Né à Plouzévédé en décembre 1806, il est ordonné en 1828 et vicaire à Taulé jusqu’en 1839. Il est (...)
  • 276 Kerné (Louis), op. cit., p. 183.
  • 277 Né à Saint-Pol en juin 1817, Jean Sévézen est ordonné en 1843 au diocèse de Versailles. Aumônier d (...)
  • 278 Ibid.

136Ces oppositions entre prêtres et Juloded résultent manifestement de luttes d’influence : les uns et les autres sont très jaloux de leur autorité. Louis Kerné rappelle que Guillaume Le Lez275, qui fut curé de Sizun de 1852 à 1869, a « souvent flétri du haut de la chaire l’orgueil insensé » de ses paroissiens. Il n’hésitait pas à stigmatiser « les demi-savants de sa paroisse, qui se croyaient supérieurs à leurs prêtres parce qu’ils avaient passé deux ou trois ans au collège à chauffer les bancs »276. À la même époque, on trouve les mêmes observations sous la plume de Jean Sévézen277, recteur de Guimiliau de 1861 à 1872. Ce pasteur note que le peuple qui lui est confié est « essentiellement orgueilleux ». Ses paroissiens, écrit-il encore, « se croient plus que les autres, même plus que leurs prêtres. Ils croient leur faire une très grande faveur en les recevant dans leur pays »278.

  • 279 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société... op. cit., p.127.
  • 280 Services anniversaires pour le repos de l’âme d’un défunt.
  • 281 Kerné (L.), op. cit., p.183-184.

137Dans ces conditions, pour se faire admettre dans une paroisse julode le recteur doit faire preuve de prudence et user de diplomatie. Rien ne peut se faire sans le maire : « il est tout puissant dans le conseil de fabrique et dans le conseil municipal, écrit Jean Sévézen qui en tire cette conclusion : « Il importe au Recteur d’être bien avec lui »279. De son côté, M. Caroff, suc-cesseur de G. Le Lez à Sizun supportait fort mal « la morgue aristocratique des habitants » mais « il affecta de ne rien voir, de ne rien sentir et il amortit les traits en les méprisant. Il fit plus, nous dit L. Kerné, profitant de l’incurable vanité de la population, il inaugura pour les Obits280 un système de classes habilement graduées, et plus ou moins dispendieuses suivant le tarif. On rivalisa dans les familles à qui demanderait pour ses défunts le plus d’honneurs funéraires ; chacun voulut éclipser son voisin, ou du moins l’égaler ; une louable émulation s’empara de tous ; la Fabrique en devint plus riche, le clergé fut moins pauvre, et trouva le moyen de préparer la Restauration de l’Église »281.

  • 282 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société... op. cit., p. 127.

« En vérité, écrit Yves Le Gallo, la paroisse en pays julod ne peut qu’osciller entre deux systèmes. Ou bien le recteur a assez d’ascendant ou d’entregent pour dominer l’aristocratie paysanne, et le système paroissial et communal devient une théocratie oligarchique ; ou les Juloded l’emportent sur le recteur, auquel cas le système aboutit à l’oligarchie « théocratique »282.

Juloded et paysans

  • 283 Ibid., p. 120.

138Rares sont les pièces d’archives qui permettent de connaître les sortes de relations entretenues entre les Juloded et les autres paysans. Celles-ci sont placées sous le signe de l’autorité et de l’autoritarisme, si l’on en croit la tradition : la plèbe paysanne courbe l’échine devant le patriciat qui la domine et en garde un souvenir amer, accentué par le recul. Il peut paraître étonnant dans ces conditions que les petits et moyens paysans continuent de porter les Juloded à la tête de leur commune, plusieurs décennies après l’instauration de suffrage universel masculin en 1848. Plusieurs raisons l’expliquent. « Les seigneurs de la plèbe paysanne » (Yves Le Gallo) sont d’importants propriétaires et employeurs, ce qui oblige leurs locataires et employés réels ou éventuels à une certaine prudence au moment des élections. Leur instruction leur confère un prestige certain. La morgue qu’ils déploient quelquefois pour tenir tête aux bourgeois et aux fonctionnaires suscite l’admiration du paysan léonard ordinaire. Le fait qu’ils résistent aux prêtres, en certains cas, ne déplaît pas forcément : « Le Léon, écrit Yves Le Gallo, n’est pas dépourvu d’une forme spécifique de l’anticléricalisme, qui se manifeste dès que l’autorité défaille ou devient arbitraire »283. Enfin, ces patriciens ruraux savent, à coup sûr, se montrer affables et faire preuve de convivialité, dès lors qu’on ne s’oppose pas ouvertement à leur volonté. C’est ce qui se produit le plus souvent.

139De 1600 à 1914 au moins, la vie paroissiale et communale est dominée par les Juloded. Si nous disposions de sources d’information, nous constaterions peut-être qu’il en allait de même dès le xvie siècle. Quoi qu’il en soit, il apparaît que nous avons affaire à un régime de patriciat paysan. Le pouvoir julod s’oppose quelquefois à celui du clergé. Juloded et prêtres honorent sensiblement les mêmes valeurs. Les conflits entre les uns et les autres résultent davantage de susceptibilités insuffisamment ménagées que de positions divergentes, d’autant que les deux parties sont fort jalouses de leur autorité. Quand elles surgissent, les tensions sont accentuées par le fait que marchands de toile et tanneurs sont très attachés à leur terroir, c’est-à-dire à un monde clos qui tend à aviver les affrontements. S’ils contrôlent presque toujours le pouvoir municipal, les Juloded sont nettement moins influents au Conseil général et ne figurent qu’exceptionnellement au Parlement. Il reste à se demander dans quelle mesure ils s’insèrent dans les villes du pays toilier.

Notes

1 Nous utilisons les chiffres précis tirés de la patente de 1799.

2 Gac (Yvon), op. cit., p. 80.

3 Ibid., p. 75.

4 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers, art. cit., p. 193.

5 Gac (Yvon), op. cit., p. 96.

6 Notice sur la commune de Kersaint-Plabennec (manuscrit) Abbé Jean-Marie Cloarec, 1840, p. 6. Né le 30 mars 1803, à Lanvelar en Kersaint-Plabennec, des paysans-marchands de toile Yves et Marie-Jeanne Kerboul, J.-M. Cloarec est ordonné en 1831. Il est vicaire à Saint-Sauveur de Brest et à Guipavas avant d’être aumônier de la Marine à Brest, à partir de 1840. Il meurt à Lanvélar le 2 juillet 1847. Il a écrit un opuscule intitulé « Harmonie universelle et dynamique intellectuelle ou Application de l’algèbre à la théologie, Brest, 1834, 68 pages (Prosper Levot, Biographies bretonnes, op. cit., t.1, p. 376).

7 D’après les listes établies par Gac (Yvon), op. cit., p. 76-84.

8 Cloarec (J.-M.), op. cit., p. 6.

9 Miossec (Y.), op. cit., p. 101.

10 Clergé, religion et société... op. cit., p. 24.

11 Ibid., p. 81.

12 Il est abattu par la foudre en 1809.

13 Pelletier (Yannick), Les enclos bretons, Ed. J.-P. Gisserot, 1981, p. 20 et CROIX (Alain), L’âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, 1993, p. 101.

14 Pelletier (Y.), op. cit., p. 7.

15 Tanguy (Stéphane), op. cit., p. 100-101.

16 Mussat (André), Arts et cultures de Bretagne -Un millénaire, Nancy, 1979, p. 229.

17 Le Lannou (Maurice), La Bretagne et les Bretons, Paris, 1978, p. 51.

18 Le Finistère de la préhistoire à nos jours, op. cit., p. 294.

19 Porhel (Jean-Luc), Les chantiers paroissiaux dans le Léon (mémoire de maîtrise), Brest, 1982, p. 139.

20 Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 287.

21 Ibid., p. 296.

22 Porhel (Jean-Luc), op. cit., p. 137.

23 Ibid., p. 126.

24 Ibid., p. 136.

25 Ibid., p. 139.

26 Ibid., p. 148.

27 Ibid., p. 148.

28 Meyer (Jean), La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1966, p. 848-849.

29 Tanguy (Stéphane), op. cit., p. 102.

30 Ibid.

31 Pour obtenir ces chiffres, nous avons utilisé la méthode Moheau (hypothèse basse) qui consiste à multiplier le nombre moyen de naissances par 25.

32 Miossec (Yves), Une vieille paroisse bretonne : Guiclan, Brest, 1975, p. 79.

33 Miossec (Yves), « Kuzul iliz Guiclan etre ar bloavez 1742 hag ar bloavez 1762 », Brud, n°49 Nevez-amzer 1975, p. 98-99.

34 Leclerc (Guy), « Les procès d’art aux XVIIe et XVIIIe siècles en Basse-Bretagne », Écho de Saint-Louis de Châteaulin, septembre 1972, p. 18-25.

35 Bodilis est une trève de Plougar.

36 Leclerc (Guy), art. cit., p. 22.

37 Marc (Jacqueline), op. cit., p. 132.

38 Perret (Christophe), Plouzévédé, Lanhouarneau, Berven et Trémaouézan. Étude économique et sociale de deux paroisses et deux trèves du Léon aux XVIIe et XVIIIe siècles d’après leurs comptes de fabrique, (mémoire de maîtrise) Brest, 1972, p. 50.

39 Roudaut (Fañch), Cahiers de doléances et députés du Finistère en 1789, BSAF 1990, p. 256-259.

40 La sénéchaussée de Lesneven compte environ 125 000 personnes sur 1 527 km2 (« Les cahiers de doléances de la sénéchaussée de Lesneven (1789) », Fañch Roudaut, Annales de Bretagne, 1980, t. 87, p. 494).

41 Les listes des patentés établies en 1799 facilitent grandement leur identification.

42 Soit environ 500 familles toilières.

43 La zone se compose d’environ 60 000 habitants, à la veille de la Révolution.

44 Roudaut (F.), art. cit., p. 527.

45 ADQ 10L 55.

46 ADQ 10L 75.

47 ADQ 10L 54.

48 C’est le cas à Plouider, Languengar, Goulven, Plounéour-Trez, Kernouès, Le Drennec, Bréventec, Plounevez-Lochrist (ADQ 10L 55).

49 C’est le cas à Lesneven, Trégarantec, Lanhouarneau, Tréflez, Cléder, Saint-Vougay, Plounevez-Lochrist.

50 Art. de Pennec (Alain), Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 320.

51 Bernard (Daniel), Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie, 1941, p. 104.

52 Ibid.

53 Né à Pont-L’Abbé le 16 mai 1768, Alain Moreau est prêtre jureur. Il est vicaire à Gourlizon (1792), élu curé de Plouguerneau (1793), vicaire à Pleyben, abdicataire en 1794, vicaire à Landudal (1795), à Gourlizon (1798-1799), interdit par l’évêque Audrein à Saint-Evarzec (BSAF 1990, Le clergé constitutionnel du Finistère, Jean-Louis Le Floc’h, p. 325-326).

54 ADQ 10L 55.

55 L’hostis (François), op. cit., p. 208.

56 ADQ 10L 75 (les électeurs) et 1Q 1209-1215 (les acquéreurs).

57 Né à Lampaul-Ploudalmézeau le 8 octobre 1803, J.-M. Arzel est ordonné en 1828. Il est successivement vicaire à Plabennec, recteur de Saint-Marc, de Bodilis. Directeur au grand séminaire, recteur de Porspoder avant d’être nommé curé de Ploudalmézeau en 1849. Il meurt à ce poste le 17 août 1864.

58 Cahier de notes (manuscrit) commencé par J.-M. Arzel le 17 mai 1853 – 5 ventôse.

59 L’hostis (F.), op. cit., p. 381.

60 Né, en 1852, de François-Louis et de Françoise Allançon, Auguste Soubigou rédige vers 1905 une Histoire de Plounéventer composée de 328 pages (inédite). Il mène ses études secondaires jusqu’en classe de rhétorique, « partie à Lesneven, partie à Pont-Croix ».

61 Histoire de Plounéventer (manuscrit), op. cit., p. 101.

62 Aujourd’hui en Saint-Derrien.

63 Famille établie au manoir de Keryvon, en Saint-Derrien aujourd’hui.

64 Ce n’était qu’une chapelle en réalité.

65 Histoire de Plounéventer, op. cit., p. 101.

66 Sous le Directoire, le titre de maire est remplacé par celui d’agent municipal.

67 Né à Lyon en 1771, Camille Jordan est un ancien émigré qui est élu membre du Conseil des Cinq-Cents. Il fait partie des proscrits du 18 Fructidor (4 septembre 1797).

68 C’est-à-dire royalistes.

69 ADQ 10L 69.

70 Le hameau de Gorré-Beuzit faisait partie de la paroisse de Beuzit-Conogan.

71 Bazin (Jehan), Landerneau, ancienne capitale de la principauté de Léon, Rennes,1973, p. 41.

72 Le Finistère de la préhistoire à nos jours, op. cit., p. 334 et ADQ 10L 55, 10L 75.

73 Kerguiduff se trouve sur le territoire de Tréflaouénan entre Berven et Saint-Pol de Léon. Le 23 mars 1793, les insurgés léonards y sont défaits par les soldats du Général Canclaux.

74 Généalogie Soubigou, op. cit., p. 122.

75 D’après les listes de patente.

76 ADQ 10L 68.

77 ADQ 10L 66.

78 ADQ 10L 67. On trouve, par ailleurs, le terme « calotin », à maintes reprises, à propos d’élus du canton de Lannilis en 1798 (10L 67).

79 ADQ 10L 71.

80 ADQ 10L 69.

81 On pourra à son sujet se reporter à Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 151-152, note 61.

82 Archives privées E. Pouliquen. Lettre aux juges du district de Brest.

83 Manuscrit Auguste Soubigou, op. cit., p. 68 bis.

84 ADQ 25L 109.

85 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 112.

86 Ibid., p. 113.

87 Manuscrit A. Soubigou, p. 63.

88 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 113. Au printemps 1794, le curé constitutionnel Modir éprouve de grandes difficultés à prendre possession de la cure de Plougar malgré sa bonne volonté (ADQ 25L 109).

89 Manuscrit Soubigou, op. cit., p. 66-67.

90 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 113.

91 Ces dix acquéreurs sont Jean Fagot, Jean-Marie Le Bras, Claude Nicolas, Louis Castel, Milliau Larvor, Jean Cren, Louis Ménez, Laurent Abgrall, François Pinchon et Alain Fagot.

92 Derrien (Dominique), op. cit., p. 104.

93 Ce sont Bernard Breton, Jean Pouliquen, Alain Pouliquen (Fers), François Cosquer, François Cottain, François Ménez, François Joncour, Joseph Croguennec, François Guillou.

94 ADQ 10L 54. Le rapport est rédigé par le procureur-syndic du district de Landerneau, Le Gal, le 31 janvier 1792. Il comporte quatre pages, grand format, à l’écriture serrée.

95 Né à Sizun le 16 février 1723, Yves Le Gall a prêté le serment. Il est curé de Guimiliau (1791) puis de Landivisiau (1792). Il décède le 14 avril 1806 à Landivisiau, où il s’est retiré (BSAF 1990, Le clergé constitutionnel du Finistère, Jean-Louis Le Floc’h, op. cit., p. 312).

96 ADQ 10L 54.

97 BSAF 1972/2, art. cit., p. 856.

98 D’après les listes de patente.

99 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 132.

100 ADQ 1Q 206.

101 Les lois des 14 et 22 décembre 1789 accordaient une municipalité à toutes les villes et paroisses. Le conseil général de la commune est composé 1) d’un maire et d’un procureur, 2) de cinq officiers municipaux si la population de la commune est comprise entre 500 et 5 000 habitants et de deux si elle est inférieure à 500 habitants, 3) de douze ou six notables suivant la population.

102 ADQ 10L 54.

103 ADQ 10L 73.

104 Ibid..

105 Ibid. Lettre adressée au Commissaire de l’Administration centrale du Finistère.

106 Le Floc’h (Jean-Louis), BSAF 1990, art. cit.

107 Ibid.

108 Un certain Parmentier, de Sizun, « généralement reconnu pour son patriotisme fut attaqué vers les huit heures du soir sur la place publique de Commana, il fut terrassé à plusieurs reprises, Laurent Yvinec du lieu de Kéradennec employa tous ses efforts pour lui arracher la vie, en lui pressant quelquefois les testicules et autres fois la gorge à outrance... Parmentier est excusé de n’avoir pu se défendre : « Il est excédé de fatigue par les travaux multipliés qu’il emploie en faveur de la constitution... » On relève plus loin que « les plus intrépides et les plus zélés défenseurs de la liberté sont sans cesse menacés et exposés à perdre la vie dans le quartier de Commana où se sont coalisés les ci-devant nobles et prêtres réfractaires » (ADQ 24L 43).

109 ADQ 24L 43. » Tous les membres de ces sociétés civiques, est-il ajouté, sont des coquins, des payens, mauvais sujets et de la canaille » (Ibid.).

110 Roudaut (Fañch), BSAF 1990, art. cit., p. 259.

111 Dans son ouvrage intitulé Les députés bretons de 1789 à 1983 (Paris, 1983, p. 61), Jean Pascal le confond avec le marchand de toile Ollivier Inisan. Celui-ci est né en décembre 1729 au Coadic et meurt le 10 novembre 1800 à Kervennan, en Sizun. Il est le frère d’Yves Inisan. Il fut également député à l’assemblée de la sénéchaussée de Lesneven. À son décès, on le dit veuf de Marie Abgrall.

112 Pascal (Jean), op. cit., p. 61.

113 On le dit cultivateur. Les huit autres sont Jean Abgrall, tanneur, Louis Queinnec, meunier du Moulin neuf, Yves Baron, marchand du Falzou, Jean Le Coulm, cultivateur de Quelennec, Yves Pennec, marchand de Commana, Michel Ménez, cultivateur de Sizun, François Le Faou, Jacques Abgrall, maire de Saint-Sauveur (ADQ 70L 75).

114 Pascal (Jean), op. cit., p. 61.

115 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 114.

116 Ibid., p. 113.

117 Il a été ordonné par Mgr Expilly, évêque constitutionnel de Quimper.

118 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 134.

119 Ibid., p. 141.

120 Ibid., p. 125-139.

121 Ibid., p. 93-159.

122 Ibid., p. 161.

123 Le Floc’h (J.-L.), BSAF 1990, art., p. 325.

124 ADQ 10L 54.

125 ADQ 10L 69 et 10L 108.

126 Le Concordat de 1801 vise à rétablir la paix religieuse. Dans le diocèse de Quimper, l’évêque, Mgr André, et le préfet, Portalis, travaillent, non sans difficultés, à répartir les 43 cures et les 244 succursales entre les prêtres ex-réfractaires et les prêtres ex-jureurs. Au sujet de cette question, on pourra se reporter à Clergé, religion et société... Yves Le Gallo, op. cit., p. 237 et sq.

127 Ploudiry, aux marches de l’Arrée, par une commission extra-municipale, Landerneau, 1982, p. 30.

128 Clergé, religion et société... op. cit., p. 574.

129 Yves Cren du Fers.

130 AEQ dossier Ploudiry, lettre de Guillaume Scouarnec à l’évêque de Quimper, 1er septembre 1804.

131 Cabaretier et greffier du juge de paix et de la municipalité.

132 AEQ dossier Ploudiry, lettre de G. Scouarnec.

133 AEQ dossier Ploudiry, la première pétition date du 1er avril 1804.

134 Le Floc’h (J.-L.), BSAF 1990, art., p. 325.

135 AEQ dossier Ploudiry, lettre du 13 août 1804 : » Le bonhomme Pouliquen... est venu à bout d’armer son fils contre moi ».

136 Clergé, religion et société, op. cit., p. 574.

137 Ibid.

138 Cité par Yves Le Gallo, Ibid., p. 575.

139 Cinq ou six d’entre eux prêtent le serment ecclésiastique. Il s’agit de Guillaume Fily, né à Saint-Divy en 1748, d’Yves Le Gall, né à Sizun en 1723, de Jean Inisan, né à Ploudaniel en 1725, d’Hervé Martin, né à Commana en 1729, de Pierre Le Roux, né à Sizun en 1736 et, sans doute, de François Paugam, né à Sizun en 1741.

140 Manuscrit A. Soubigou, op. cit., p. 77.

141 Quentel (Jean-Luc), Moulins, soutanes et guillotine, Brest, 1989.

142 Annuaire de l’an XII, op. cit., p. 75-79.

143 Annuaire de Brest et du Finistère pour l’an 1835, Brest, 1834, p. 45-47.

144 Saint-Méen, op. cit., p. 217-218.

145 Ce sont Jacques Pouliquen, de Mescoat, maire de 1801 à 1803, Yves Cren, du Fers (1803-1811), Yves Léon, de Kergoat (1811-1815), Yves Cloarec (1821-1830), François-Marie Boucher, de Mescoat (1832-1871), Gabriel Boucher, du Richou (1871-1872) (1878-1896), Alain Pouliquen, de Kergoat (1872-1878), Guillaume Gueguen, de Kerlan (1913-1925), Joseph Boucher, de Roc’h Glaz (1930-1942) (1945-1947), Marie Rohel, du Traon (1947-1965), Yves Pouliquen, de Mescoat (1965-1977).

146 Dans Le cheval couché, Paris, 1977, Xavier Grall consacre quelques pages à son grand-père Jean-Marie David, p. 21-33.

147 La liste des maires figure dans Ploudiry aux marches de l’Arrée, par la commission extra-municipale des affaires culturelles de Ploudiry, Landerneau, 1982, p. 57. Des informations m’ont par ailleurs été communiquées par Madame Cornec, née Rohel et par Gabriel Maubian.

148 Ce sont Maurice Abgrall (1804-1813), Jean-François Tanguy (1813-1830), Laurent Pouliquen (1830-1843), François Pape (1843-1846), Jacques Abgrall (1846-1869), Alain Abhervé-Guéguen (1869-1870), Guillaume Boucher (1871), Laurent Boucher (1896-1931).

149 Ce sont Jean-Marie Pouliquen, de Limbahu (1807-1832), François Pouliquen, de Brogadéon (1832-1848), Jean-Baptiste Caroff, du Fers (1848-1864), Jean-Marie Caroff (1884-1887), Allain Breton (1884-1887), Jean-François Cam (1887-1892), François-Christophe Le Bras (1900-1903), Jacques Pouliquen (1912-1929). François Rideller (1800-1807) est notaire. Nous ne savons si Jean-Marie Calarn (1892-1900) et Jean-Pierre Mallegol (1904-1912) sont d’origine julode.

150 Ce sont Milliau Larvor (1800-1806), Jean-Marie Le Bras (1806) (1816-1830), François Fagot (1830-1832) (1841-1865), Jean-Louis Quéinnec (1832-1841), Louis Quéinnec (1865-1876), Christophe Coquil (1876-1886), François Quéinnec (1888-1901), François-Louis Guillou (1902-1903) (1919-1928),François-Louis Le Bras (1904-1918), François -Marie Bléas (1929-1941) (1944), François-Marie Joncour (1942-1943) (1945-1952), François-Louis Bodériou (1953-1958). Les deux maires qui ne sont pas d’origine julode pendant cette période sont Louis de Kérouartz, du manoir de Lézérazien (1807-1816) et Jean Normand (1886-1888)

151 Ce sont Thomas Maguet (1830-1832), Guillaume Hamon (1832-1835), Thomas Maguet (1835-1837), Charles Caroff (1837-1848), Yves Hamon (1848-1852), Jean-Marie Bourlès (1865-1867), Olivier Caroff (1867-1869), Bernard Guillou (1869-1878), Jean Pape (1878-1883), Jean Pape (1883-1885), Yves-Marie Guillou (1885-1908), Guillaume Bodros (1908-1912), Yves Guillou (1912-1914). Hervé Bourlès, premier adjoint, fait fonction de maire de 1914 à 1919. Un notaire, Landouar, est maire de 1852 à 1865. (D’après une liste communiquée par la mairie de Guimiliau).

152 AEQ Dossiers par paroisse. Nous avons confronté les listes de conseillers municipaux avec les rôles de patente.

153 Miossec (Yves), op. cit., p. 231.

154 Né en 1842, de Jacques Quéinnec et de Marie-Yvonne Pouliquen, veuf d’Anastasie Abgrall († 1873), l’entrepreneur de travaux publics Alain Quéinnec épouse, le 20 octobre 1876, Anne-Marie Soubigou, de Kergréguen en Plounéventer. Celle-ci est la fille de Joseph, frère de François-Louis.

155 AM de Plounéventer, série D.

156 Né à Plounéventer de Jean et Françoise Traonouez, Joseph Soubigou a épousé Catherine Pouliquen du Fers en Saint-Thégonnec, le 1er thermidor an III (19 juillet 1795).

157 AEQ, dossier Saint-Thégonnec.

158 AEQ, dossier Lampaul-Guimiliau.

159 Le Conseil Général de 1871 à 1988, Quimper, 1988, p. 162. Ce sont Jean-Louis Quéinnec, entrepreneur de travaux publics de 1874 à 1879 ; François-Marie Quéinnec, propriétaire, cultivateur de 1883 à 1886 ; Jean-Marie Pouliquen de 1886 à 1891 ; François Cam de 1891 à 1904, Jean-Louis Quéinnec de 1904 à 1910 ;

160 François-Louis Soubigou, de Plounéventer, de 1871 à 1902, Louis Quéinnec, de Landivisiau, de 1902 à 1919, Laurent Boucher, tanneur, de Lampaul-Guimiliau, de 1919 à 1931, Gabriel Pouliquen, notaire à Landivisiau, de 1931 à 1943, Joseph Grall, tanneur à Landivisiau de 1943 à 1945 (Ibid., p. 100).

161 Jean-Marie David, notaire à Ploudiry, de 1907 à 1913, Joseph Boucher, négociant, de 1914 à 1921, Marcel Boucher, négociant, de 1922 à 1958 (Ibid.).

162 Yves Caill, vétérinaire à Plouzévédé, de 1921 à 1945 (Ibid., p. 134).

163 Louis Soubigou, notaire à Lesneven, de 1887 à 1914 (Ibid., p. 106).

164 François-Louis Guillou, négociant en vins à Guiclan, de 1919 à 1945 (Ibid.).

165 Joseph Boucher, notaire à Landerneau, de 1879 à 11889 (Ibid., p. 98).

166 Saint-Méen, op. cit., p. 216.

167 Pascal (Jean), Les députés bretons de 1789 à 1983, Paris, 1983, p. 221.

168 Fille de Jacques Pouliquen et de Marie Kermarrec, de Mescoat, en Ploudiry.

169 Pascal (Jean), op. cit., p. 343. À l’inverse de ses frères qui font des mariages endogames (François X Marie-Gabrielle Rannou ; Gabriel X Marie Quéinnec ; Guillaume X Marie-Yvonne Abgrall), Joseph-Marie Boucher se marie hors de son clan : il épouse Marie-Aimée Picaud, de Plougastel-Daoulas, en février 1858. Ses enfants Marie et Joseph épousent Robert et Caroline Chancerelle, fils et fille d’un grand industriel de la conserve de Douarnenez.

170 Eugénie Dubois est née, à Landerneau, en mars 1871 d'Édouard et d'Anne-Marie Le Bos. Ses parents s'étaient épousés à Morlaix le 7 juillet 1868. Né à Pin dans l'arrondissement de Lisieux (Calvados), Édouard est qualifié de négociant, lorsqu'il meurt à Rouen le 16 février 1875. Son épouse est née en 1842, à Saint-Pol-de-Léon, d'Éliza Ménez et de Jean-Marie Le Bos, négociant, qui décède, en 1845, à Samonac dans l'arrondissement de Blaye. Vers 1865, Charles Le Bos, frère d'Anne-Marie, épouse Amélie Despinoy, fille d'un brasseur de Landerneau. À la suite de ce mariage se développera en cette ville la célèbre brasserie Le Bos-Despinoy.

171 Pascal (Jean), op. cit., p. 418.

172 Ibid., p. 476.

173 ADQ 3M22. 171 ter. Pascal (Jean), op. cit., p.448.

174 Ibid., p. 626.

175 Jean-Vincent Colin, arrière-grand-père d'André Colin, est né à Porspoder le 22 janvier 1783, de Jean et de Marie-Jeanne Floc'h. En juillet 1819, il épouse Marie-Jeanne Kerouanton, de Ploudalmézeau et s'établit au chef-lieu de cette commune. Avant de vivre en rentier, il est « capitaine au commerce », comme son père, puis marchand. Il meurt à Ploudalmézeau, à l'âge de 82 ans, le 1er février 1865.

176 Ibid., p. 533. En mai 1995, lors de la formation du gouvernement Juppé, Madame Anne-Marie Idrac, fille d’André Colin, est nommée secrétaire d’État aux Transports.

177 On peut encore citer Hélène Pouliquen née en 1925 de François et de Louise Quéinnec, qui épouse le futur ministre Joseph Fontanet. Elle descend du Conventionnel Jacques Quéinnec (1775-1817). Ses grands-parents paternels sont François Pouliquen et Marie-Yvonne Quéinnec, de Kerhuella en Landivisiau ; ses arrière-grands-parents Yves Pouliquen et Françoise Quéinnec sont de Ty Guen, en cette même ville (D’après des informations communiquées par Maurice Léon que je remercie). Né, en 1921, à Frontenex (Savoie), Joseph Fontan et est député (MRP) de la Savoie (1956-1958), Président du Conseil Général de son département natal (1964-1976), député (MRP) (1956-1958), ministre de la Santé Publique (1961-1962) et de l’Éducation Nationale (1972-1973 puis en 1975-1976). Il est mortellement blessé à Paris en janvier 1980 par des inconnus.

178 Il s’agit d’Yves Cloarec né à Gorré-Beuzit en Landerneau d’Yves et d’Anne Cessou. Il a épousé Marie-Jeanne Kerboul le 8 novembre 1796.

179 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société...op. cit., p. 771.

180 Ibid., p. 772.

181 Ferrec (Dominique), L’épiscopat de Mgr Nouvel de la Flèche, évêque de Quimper et de Léon de 1872 à 1887 (mémoire de maîtrise), Brest, 1990, p. 211.

182 Ce sont des prêtres, très influents dans le Léon. Il s’agit surtout de Jean Favé (1828-1905), curé de Plouguesneau, de François Ollivier (1829-1914), curé de Lannilis et de Michel Grall (1846-1917), curé de Ploudalmézeau.

183 Cloître (Marie-Thérèse), Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 445.

184 Pascal (Jean), op. cit., p.343.

185 Soubigou (F.-L.), Finistère, Jouve, 1898.

186 Pascal (Jean), op. cit., p. 418.

187 D’après Le Conseil Général de 1871 à 1988, op. cit., p. 134 (Yves Caill) et p. 172 (F.-L. Guillou). Évoquant les élections législatives d’avril 1914, Yves Le Febre ne place pas Yves Caill à gauche. « (le concurrent du comte de Mun), écrit-il, M. Caill, vétérinaire et maire de Plouzévédé, n’était nullement un radical, comme on l’a dit, mais un républicain très modéré, se revendiquant de l’Alliance républicaine démocratique et faisant à la droite catholique toutes les concessions possibles… » (Cité par Yves Le Gallo dans Une caste paysanne… art. cit., p. 70). Fondée en 1901 et animée par Poincaré, Barthou, Flandrin, Reynaud, l’Alliance démocratique siégeait au centre droit (Dictionnaire encyclopédique d’histoire, Michel Mourre, Paris, 1978, p. 191).

188 Né à Guimiliau le 28 mai 1871 de Bernard Guillou et de Jeanne-Yvonne Quéinnec, François-Louis épouse, en premières noces, sa petite-cousine Marie-Françoise Quéinnec, qui meurt en mars 1904. Le 2 octobre 1905, il convole avec sa belle-sœur Louise Quéinnec. Ce mariage est « autorisé par décret du Président de la République en date du 8 août 1905 levant la prohibition sur l’article 162 du code civil ». C’est en 1900 que François-Louis Guillou s’est établi à Guiclan en qualité de marchand de vin.

189 Yves Caill est né le 16 février 1881 de Claude et de Marie-Louise Quéinnec, elle-même née de Guillaume Quéinnec et d’Isabelle Pouliquen, de Kerlaoudet en Guiclan. Il épouse sa petite-cou-sine Anne-Marie Quéinnec, fille de François et Marie-Anne Fagot, de Locmenven en Guiclan, et devient ainsi le beau-frère de François-Louis Guillou.

190 Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine -La Bretagne (sous la direction de Michel Lagrée) article de Marie-Thérèse Cloître sur Albert de Mun, Paris, 1990, p. 317-318.

191 Il est né à Kervingant en Plouzévédé de Jean-Antoine Caill et de Marie Jeanne Le Roy le 11 mars 1835. Il épouse Marie-Louise Quéinnec, de Guiclan, le 22 juillet 1875.

192 Claude Caill « candidat républicain » obtient 5 750 voix cependant qu’Albert de Mun en recueille 8 026. (Jouve, op. cit., art. Albert de Mun).

193 AM de Plounéventer, série D 1888-1906.

194 Ibid., 26/12/1898.

195 C’est souligné dans le texte.

196 Beaucoup de paysans, – petits et moyens surtout – ne conduisent pas leurs poulinières au haras mais en des fermes qui possèdent un ou deux étalons.

197 AM de Plounéventer, série D, délibération du 26/12/1898.

198 La commune de Loc-Eguiner n’est créée qu’en décembre 1866, Jacques Charpy, op. cit., p. 332.

199 Au sujet de ce prêtre qui avait « mauvais esprit » on pourra se reporter à Clergé, religion et société... Yves Le Gallo, op. cit., p. 1064 et sq et p. 1085.

200 Il s’agit d’Allain Joncour, dont il a été question.

201 AEQ dossier Plounéour-Ménez.

202 Une partie de Poulfanq fait partie de Plounéour-Ménez, l’autre de Loc-Eguiner.

203 AEQ dossier Plounéour-Ménez, lettre du 3 avril 1852.

204 Hervelina Geraouell, op. cit., p. 48.

205 Propre a ici l’un des sens qu’il a en breton, celui de convenable. Ce mot est donc employé par antiphrase.

206 ADQ 78 J 31. Des archives de la famille Soubigou qui faisaient partie du fonds de maître Perret, de Lesneven, ont été versées aux archives départementales en 1961.

207 Ibid.

208 La vie des saints.

209 Pouliquen (Louis), Le temps des campanules, Morlaix, 1992, p. 31.

210 Il s’agit de Louise Kerdilès († 1991), née en 1900 à Kerzourat à Landivisiau d’Auguste Quéinnec et de Louise Guillou. La ferme de Kerzourat était grande de 27 hectares. En 1889, elle comptait 13 chevaux et 18 bêtes bovines (Rapport sur la visite des prairies, art. cit., p 9).

211 Des informations de même type nous ont été communiquées par le chanoine Pierre Quéinnec, M. et Madame Soubigou, du Tréhou, M. et Madame Pouliquen, de Mescoat, en Ploudiry, E. Pouliquen...

212 Il est le seul à écrire Judot au lieu de Julot.

213 La Bretagne contemporaine, op. cit., t. III, p. 83.

214 Sorlin (Pierre), La société française 1840-1914, Paris, 1969, p. 128.

215 D’après le travail généalogique d’Auguste Soubigou.

216 Rappelons qu’une partie des toiles est achetée sur les marchés de Landivisiau, Morlaix, Landerneau... « Trois classes d’habitants, relève J.-F. Brousmiche, vers 1830, se partagent le territoire de Saint-Thégonnec ; les marchands de toile et de fil, les tisserands, les simples laboureurs. Les premiers généralement aisés montent leurs bidets légers à la course et fréquentent habituellement les courses, les marchés... » (op. cit., p 122).

217 Plusieurs informateurs julods.

218 Certains de ces chasseurs se font accompagner d’un ou deux domestiques dont le rôle est de débusquer et de ramasser le gibier.

219 Informations communiquées par Gabrielle Guillou, fille de François-Louis et de Louise Quéinnec.

220 Hervelina Geraouell, op. cit., p. 138.

221 Souvenirs..., op. cit., p. 40.

222 Informations communiquées par sa petite-fille Marie-Louise Soubigou.

223 C’est un article de Charles Chassé paru dans le Télégramme du 1/10/1947 qui nous apprend que ce tableau est de Jean-Louis Quéinnec. Né en 1870, au Bailléguen en Saint-Thégonnec, de Gabriel Quéinnec et Gabrielle Abgrall, ce généalogiste épouse Marie Caill, de Plouzévédé, et dirige l'exploitation de sa ferme natale. Il meurt en 1956, à Berven.

224 Généalogie..., op. cit., p. 33.

225 Visite des prairies, rapport cité, p. 5 et 6.

226 Ibid., p. 8 et 9. Auguste Quéinnec, est-il précisé, possède deux fosses pour recueillir les purins. L’une d’elles est d’une capacité de 3 000 litres, l’autre de 4 300 litres. La fosse de 4 300 litres, qui reçoit le purin des étables, se remplit en 3 semaines. Pour l’utilisation de son purin, A. Quéinnec possède une pompe refoulante et un tonneau d’une valeur de 120 F.

227 Concours de 1889.

228 Information communiquée par Gabrielle Guillou.

229 Louis-Jules Félix est né à Guillemecourt (Seine-Maritime) en mai 1785 (ADQ 3 M 24). C’est un officier de marine en retraite qui, en 1831, fonde à Saint-Martin-des-Champs « la première ferme-école pratique et modèle pour les paysans de Bretagne » (Le Combat du paysan breton, F. Mévellec, Morlaix, 1973, p. 62).

230 Né au Bailléguen, en Saint-Thégonnec, en 1855, de Jacques Quéinnec et de Marie-Yvonne Pouliquen.

231 Né à Guimiliau, en 1871, de Bernard Guillou et de Jeanne-Yvonne Quéinnec.

232 Né à Mescloaguen, en Plounéventer, en 1885, de François et de Marie-Louise Soubigou. Il est maire de Plounéventer de 1910 à 1929.

233 Né à Bodilis vers 1840 de Joseph et de Marie-Anne Guillauma.

234 Né en 1868 de Joseph Boucher et de Marie Picaud. Épouse Caroline Chancerelle.

235 Né vers 1870 à Talingoat en Pleyber-Christ.

236 Né en 1878, épouse Louise Quéinnec vers 1904.

237 Né de Gabriel Quéinnec et d’Angèle Pouliquen, en 1859, il épouse Louise Guillou († 1902) puis Madeleine Masson.

238 Rappelons qu’elle couvre plus de 26 hectares.

239 La Biscuiterie de Bretagne.

240 Informations communiquées par Louise Kerdilès, née Quéinnec, fille d’Auguste et de Louise Guillou.

241 Dans cette catégorie, il convient de mentionner un chirurgien de grand renom : Emmanuel Pouliquen (1878-1960). Il est né à Landivisiau de François et de Marie-Yvonne Quéinnec dans une famille qui comptera 12 enfants, dont trois prêtres et une religieuse. Sa biographie est évoquée par son fils Noël dans La Santé en Bretagne, sous la direction de Jean Pecker, Jean-Loup Avril et Jean Faivre, Paris, 1992, p. 515-516.

242 Le Moan (F.), Ar pevare gourc’hemenn a Zoue, Brest, 1922, p. 45.

243 AEQ Dossier Lampaul-Guimiliau. Le casuel est réparti entre le recteur, les vicaires, l’Église, le bedeau et les chantres, les choristes, le séminaire. En 4e classe, il se répartit ainsi dans ce même ordre : 1,75 F, 2,50 F, 0,75 F, 0,50 F, 0,40 F, 0,10 F. En 1e classe : 7,50 F, 13 F, 7 F, 3 F, 1,50 F, 1 F. Les honoraires de la messe sont de 2 F en 4e classe et de 3 F en 1e classe.

244 AEQ Dossier Guiclan.

245 Né à Elliant le 12 novembre 1872, Louis Flatrès est instituteur au Huelgoat, Lopérec, Elliant et à partir de 1909 au Cloître-Saint-Thégonnec. Il y écrit en 1913 un ouvrage pédagogique intitu-lé : Contribution aux Efforts d’Amélioration de l’Enseignement du Français et en particulier de laComposition Française dans les Écoles Rurales Bretonnes -Observations et réflexions -. Ce livre ne sera édité qu’en 1920 à Quimper. Par delà les considérations pédagogiques, il révèle un observa-teur précis, doté de beaucoup d’humour. Il renferme d’intéressantes notations sur les Juloded. (Je remercie Yves Le Gallo de m’avoir fait connaître cet auteur et m’avoir, par ailleurs, communiqué des documents d’un grand intérêt).

246 Flatrès (Louis), op. cit., p. 13.

247 Né à Plouédern d’Yves Martin et de Jeanne Le Bras – elle-même de Kerellou en Saint-Divy –, Jean-Louis Martin épouse Anne Le Guen, du Grand-Lannon en Kersaint-Plabennec, en premières noces puis Marie-Jeanne Donval, de Plounéour-Ménez, en secondes noces. Il acquitte 308 F d’impôts directs en 1829 (ADQ 3M 16) et fait par conséquent partie des électeurs censitaires à la fin de la Restauration.

248 Généalogie... op. cit., p. 31.

249 Né à Lesneven en 1914 de Louis Soubigou, notaire et député, et d’Eugénie Dubois. Ancien élève du collège de Lesneven et de Polytechnique.

250 Il me l’a dit et écrit.

251 Une caste paysanne du Haut-Léon..., art. cit., p. 64 et Diwar-benn Juloded… art. cit., p. 23-24.

252 Carrel (Alexis), L’Homme, cet inconnu, Paris, 1935, p. 375.

253 Né en l’île Kerarfanc en Plouédern d’Yves Martin et d’Anne Kermarrec.

254 Soubigou (A.), Généalogie... op. cit. p.29.

255 Cette tradition encore vivante dans le pays de Lampaul-Guimiliau est, entre autres, rapportée par Charles Chassé dans le Télégramme du 1/10/1947 : Voyage au pays des « Julots ».

256 Flatrès (L.), op. cit. p. 13.

257 Kerouanton (Yves), Dans le passé de Lanhouarneau, 1986, p.74.

258 AM de Plounéventer, série O, actions judiciaires. Mémoire de P. Rault au préfet Boullé, 11/11/1847.

259 Ibid.

260 C’est souligné dans le texte.

261 AM Plounéventer, série O, séance de la réunion du CM du 25/11/1847.

262 Son écriture est correcte.

263 AM Plounéventer, série O, CM du 25/11/1847.

264 D’origine bourgeoise, Daniel-Nicolas, père de Daniel-Louis, est anobli par Louis XVIII par ordonnance du 9 novembre 1814. À propos de la famille Miorcec de Kerdanet on pourra se reporter à Saint-Méen..., op. cit., p. 115-122.

265 AM Plounéventer, série O, aliénations de terrains communaux (1842-1870).

266 ADQ 1V 1170.

267 Maire de Guimiliau de 1885 à 1908.

268 Le Télégramme du 5 août 1959, art. de Charles Chassé qui tient ces faits de F.-L. Guillou, neveu d’Yves-Marie Guillou.

269 AEQ Dossier Plounéour-Ménez.

270 Siegfried (A.), Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, 1913, p.183.

271 AEQ Dossier Guiclan, lettre du 19 mai 1818.

272 AEQ Dossier Plounéour-Ménez, lettre du 3 mars 1846.

273 AEQ Dossiers des paroisses.

274 BSAF 1972/2 Un recteur breton sous la Troisième République, art. cit., p. 820-848.

275 Né à Plouzévédé en décembre 1806, il est ordonné en 1828 et vicaire à Taulé jusqu’en 1839. Il est nommé recteur de Plounéventer en 1839 et curé de Sizun en 1852. En 1869, il se retire à la maison de Saint-Joseph, en Saint-Pol, où il meurt en avril 1886 (L. Girard, op. cit.).

276 Kerné (Louis), op. cit., p. 183.

277 Né à Saint-Pol en juin 1817, Jean Sévézen est ordonné en 1843 au diocèse de Versailles. Aumônier de la prison de Morlaix en 1852, il est successivement recteur de Guimiliau (1861-1872) et de Saint-Melaine de Morlaix (1872-1890). Il décède le 11 janvier 1890 (Yves Le Gallo, Clergé, religion et société... op. cit., p. 125).

278 Ibid.

279 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société... op. cit., p.127.

280 Services anniversaires pour le repos de l’âme d’un défunt.

281 Kerné (L.), op. cit., p.183-184.

282 Le Gallo (Yves), Clergé, religion et société... op. cit., p. 127.

283 Ibid., p. 120.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540