Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Juloded

 | 
Louis Elégoët

Chapitre II. Nombre, fermes, activités textiles et commerciales des paysans-marchands de toile

Louis Elégoët et Yves Le Gallo

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Une réformation était une enquête périodique opérée dans les divers évêchés de Bretagne par des co (...)
  • 2 Cléac’h (Thierry), Les sources de l’histoire des manoirs au xve et xvie siècles : l’exemple du pay (...)
  • 3 Il s’agit sans doute de Kermadec.

1Il est difficile de dire à quand remonte la formation du groupe social que constituent les paysans-marchands de toile. Ils sont cependant repérables dès le xve siècle. C’est ainsi que la réformation1 de l’évêché de Léon de 1446 signale un habitant de Kerilis en Geuicdaniel (Ploudaniel) qui « laboure des terres » et qui est en même temps « filotier et marchand » ; le même document fait apparaître un autre paysan de la même paroisse qui demeure à Kergoat, où il est « marchand de fil et telle » (= toile)2. En 1536, un rôle des terres nobles de l’évêché de Léon mentionne un dénommé Allain Le Guen, « marchand », qui réside en son convenant nommé Kermec3, en Ploudaniel, qu’il tient à titre de féage du seigneur de Rohan.

  • 4 Cité par Y. Le Gallo dans « Une caste paysanne du Haut-Léon : les “Juloded” », art. cit., p. 53.

2Plus nombreux sont les documents fiscaux ou autres qui mentionnent des paysans-marchands de toile ou « toiliers » à la fin du xvie ou au début du xviie siècle. C’est ainsi que Dom Lobineau nous dit que la célèbre mystique Marie-Amice Picart, née à Guiclan en 1599, est placée par ses parents chez un certain Christophe Abgrall qui est « marchand de toiles en même temps que laboureur »4.

  • 5 « Les marchands toiliers du Haut-Léon à la veille de la Révolution », art. de J. Tanguy dans La Br (...)
  • 6 Ibid.

3Plusieurs régions bretonnes fabriquent des toiles de lin ou de chanvre jusqu’à la Révolution industrielle. Le pays de Léon est le seul où les marchands sont presque exclusivement des paysans5. Ailleurs, les « fabricants » ou collecteurs de toiles vivent en de petites villes, comme Loudéac ou Quintin, ou en de gros bourgs, comme Locronan, Uzel, Moncontour, Merdrignac. Vers 1780, l’inspecteur de la « manufacture de Morlaix, Libour, attire l’attention sur cette particularité léonarde : « les fabricants de l’évêché de Léon [...], écrit-il, sont tous des paysans dans les villages, portant de très larges culottes plissées et portant leurs cheveux épars sur les épaules »6.

Nombre de paysans-marchands de toile

4Il faut attendre l’extrême fin du xviiie siècle pour trouver des listes à peu près complètes de paysans-marchands de toile. Les registres paroissiaux ne signalent que très rarement les professions. Les rôles de capitation relatifs aux campagnes sont tout aussi muets sur cette question. Par chance, les listes de la patente des années 1798 et 1799 ont généralement été conservées et sont suffisamment précises sur le type de commerce pratiqué. Ce sont les seuls documents qui nous permettent de compter les paysans-marchands de toile et de connaître leurs noms et adresses. Les autres archives, qu’elles datent de la Révolution ou du xixe siècle, sont nettement moins sûres : les unes signalent le paysan ; les autres, le marchand.

  • 7 ADQ 13L 107.
  • 8 Il est fréquent que les marchands de toile soient appelés ainsi.
  • 9 ADQ 13L 108.

5La patente, telle qu’elle résulte de la loi du 1er Brumaire an VII (22 octobre 1798), est un impôt comprenant un droit fixe et un droit proportionnel. Le droit fixe est dû en raison de la classe fiscale à laquelle appartient le contribuable. À ce titre, les marchands de toiles versent 20 francs, généralement. À Plounéour-Ménez et à Pleyber-Christ, les plus importants acquittent 30 francs au lieu de 20. Onze sur 35 sont dans ce cas dans la première commune en l’an VII et autant sur 34 dans la seconde7 ; à Saint-Thégonnec et à Guiclan, tous les fabricants8 de toile, qui sont dits « colporteurs avec chevaux », versent un droit fixe de 30 francs mais sont dispensés du droit proportionnel. Quand il est payé, celui-ci s’élève à 10 % du « montant des loyers des maisons d’habitation, des magasins, boutiques, ateliers, usines ». Comme ce montant est fixé à un tarif anormalement bas, il n’est guère révélateur. À Pleyber-Christ, par exemple, les loyers les plus élevés sont de 25 francs, les autres de 17,50 francs. Dans ces conditions, les plus imposés à la patente acquittent 32,50 francs (30 + 2,50) et les autres 21,75 francs. À Ploudiry, les loyers varient de 10 à 150 francs9.

  • 10 En 1787, les habitants de Plouvorn capités à 20 livres ou plus sont Claude Allain (30 L), François (...)
  • 11 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), À l’origine des « julots » : les grands marchands toiliers du Haut-Lé (...)
  • 12 ADQ 13L 111.

6La série des rôles de patente ne couvre pas toute la zone toilière pour les années 1798 et 1799 : il manque les documents relatifs aux cantons de Landerneau, Guipavas et Plouvorn. Les données dont nous disposons sur les communes voisines de ces cantons permettent de compenser partiellement ces lacunes. Ainsi, les rôles de capitation de Plouvorn permettent de connaître approximativement le nombre et les noms des marchands de toile de cette commune : on constate, à propos des paroisses voisines, que les capités à 20 livres ou plus sont des fabricants10. Ainsi, en 1787, Guiclan compte 23 capités à plus de 20 L11 et 26 marchands de toile assujettis à la patente 12 ans plus tard12. Pour Saint-Thégonnec, les chiffres sont de 47 en 1787 et de 46, en 1799. Pour Pleyber-Christ, ils sont respectivement de 39 et de 34. Quand, comme à Plouédern, les rôles de capitation ne sont pas conservés, nous avons supposé qu’il y avait un marchand de toile pour 150 habitants, comme c’est le cas dans la commune voisine de Ploudaniel. Dans la zone la plus toilière, les fabricants sont nettement plus nombreux : Pleyber-Christ et Plounéour-Ménez en comptent un pour 87 habitants ; Sizun, un pour 82 et Saint-Thégonnec, un pour 71.

  • 13 En 1785, l’inventaire après décès d’Olivier Péton, plieur de toile à Landerneau, laisse apparaître (...)
  • 14 ADQ 10L 108.

7Dans la mesure où nous utilisons des documents fiscaux, les rôles de la patente ne peuvent nous indiquer qu’un nombre minimum de fabricants de toile. Il nous semble cependant que ces listes sont assez sérieusement établies. Seules quelques communes telles que Plougastel, on l’a vu, se montrent particulièrement restrictives. Parmi elles se trouve encore celle de Plounéventer : les rôles de 1798 ne font pas apparaître plus de cinq marchands de toile, alors que d’autres sources, antérieures et postérieures à la Révolution, laissent entrevoir une dizaine de plus13. Cette volonté d’échapper au fisc est, du reste, confirmée par le curé constitutionnel de Ploudiry, Tanguy Mocaër, qui est aussi « commissaire près de l’administration municipale ». S’adressant à l’administration centrale du département, en août 1798, il ne résiste pas à la tentation de dénoncer la négligence de nombre d’habitants de Plounéventer à l’égard de la patente14.

  • 15 ADQ 16B Le Drennec.

8Si l’on s’en tient aux marchands de toile effectivement assujettis à la patente en 1799, on obtient le chiffre de 400. Sur ce nombre, une quinzaine seulement ne sont pas des paysans : une dizaine à Landerneau et à Morlaix, quatre ou cinq à Landivisiau. Une partie de ces marchands de toile sont aussi marchands de fil. Ainsi, l’inventaire effectué en 1776, après le décès de Pierre Simon, du manoir de Coatelez au Drennec, accuse une valeur totale de 9 982 livres. Les produits textiles y représentent 4 853 L : le fil, 4 541, et les toiles, 31215.

  • 16 Ancienne commune du Folgoët. Le chef-lieu a été transféré au Folgoët en 1829.

9Quelques-uns, comme ce dernier, pratiquent surtout le commerce du fil. D’autres ne s’adonnent plus qu’à ce commerce. C’est surtout le cas à la bordure occidentale et septentrionale de la zone toilière. En 1798, Le Drennec compte deux marchands de toile et deux marchands de fil. Les premiers acquittent 20 F de droits fixes et les seconds 15. Loc-Brévalaire renferme deux marchands de fil et un marchand de toile ; Ploudaniel, 25 marchands de toile et trois marchands de fil. Au cœur de la zone toilière, les marchands de fil n’apparaissent pas. Guicquelleau16 compte un marchand de fil, Lanarvily et Cléder, deux, Kernilis, trois. De 1798 à 1799, on voit des marchands abandonner leur activité toilière pour ne plus se consacrer qu’au fil. C’est le cas de Jacques Tanné, de Coat-Saliou en Loc-Brévalaire, et d’Yves Marrec, du bourg de Kernilis. Cette réduction d’activité est liée au recul de l’industrie toilière qui se continue depuis plus d’un siècle. Le maintien du commerce du fil s’explique par le fait que ces marchands servent d’intermédiaires entre une zone linière, qui correspond aux bonnes terres de la future « Ceinture dorée » et la zone toilière réduite qui, autour de Landerneau et de Morlaix, résiste mieux à la crise.

  • 17 ADQ 13L 109.
  • 18 ADQ 13L 104.

10Ces marchands de fil sont d’anciens marchands de toile ou, tout au moins, des descendants de marchands de toile. On remarque également, à l’extrême fin de la Révolution, des marchands de fil dans le Trégor morlaisien : en 1799, Plouigneau en compte trois17 et Le Ponthou18, quinze. Mais ceux-là ne paraissent pas être des descendants de marchands de toile.

  • 19 Voir annexe I, p. 277.

11Comme les listes de marchands de toile paraissent rares, et se réduisent peut-être à une seule, nous reproduisons en annexe I19 celles de la patente. Elles constituent un véritable livret d’adresses. Le plus souvent, les hameaux qui y sont signalés renferment de belles et vastes demeures des xviie et xviiie siècles. Les mêmes patronymes y reviennent souvent et apparaissent en plusieurs communes. C’est par exemple le cas des Abgrall, Abhervé-Guéguen, Boucher, Breton, Cam, Caroff, Cessou, Cloarec, Coat, Corbé, Cren, Croguennec, Dantec, Fichou, Grall, Guéguen, Guillerm, Guillou, Inisan, Joncour, Kermarrec, Lagadec, Le Bras, Le Guen, Le Hir, Léon, Le Roux, Madec, Martin, Messager, Nicolas, Picart, Pouliquen, Prigent, Prouff, Quéinnec, Rannou, Rolland, Rozec, Sanquer, Soubigou.

  • 20 ADQ L 111. L’une des remarques mentionnées dans les rôles de patente précise que « Nicolas Sanquer (...)
  • 21 ADQ L 104.
  • 22 Gelley (R.-A.), L’assistance dans le diocèse de Léon, op. cit., t. 1, p. 71.
  • 23 Tanguy (J.), Quand la toile va, op. cit., p. 52.

12La confrontation de ces patronymes avec des tableaux généalogiques ou d’autres documents permet de constater que des familles de marchands de toile se sont succédé en certaines maisons pendant deux ou trois siècles et, peut-être, davantage. Autant qu’on puisse le dire, ce sont généralement les mêmes familles qui, de génération en génération, pratiquent le commerce de toile ; il apparaît cependant que quelques personnes s’y aventurent au xviiie siècle, quand la conjoncture n’est plus favorable. C’est par exemple le cas de certains anciens papetiers. Il arrive que l’on voie des familles renoncer au commerce des toiles tant dans la zone toilière réduite ou rétrécie20 que dans la zone élargie21. C’est certainement la circonstance la plus fréquente au xviiie siècle mais les lacunes archivistiques ne permettent pas de le constater avec précision, si ce n’est dans quelques cas : Landivisiau compte 19 fabricants de toile en 174822 et 11, en 1799. Au milieu du xviiie siècle, la zone toilière du Léon compte 600 marchands de toile, si l’on en croit un certain De Coisy, inspecteur de la « manufacture » de ce diocèse23. Il eût été intéressant de connaître le nombre de paysans-marchands de toile vers 1680, c’est-à-dire lorsque la production de crées était de quatre fois supérieure à ce qu’elle est en 1789 mais les archives nous font défaut.

Les fermes des « fabricants »

  • 24 L’hostis (F.), La Révolution dans le Léon – Histoire quotidienne du canton de Guicquelleau (thèse) (...)
  • 25 Ces moyennes sont tirées de la combinaison des résultats du recensement de 1851 et des indications (...)

13Les fermes exploitées par les Juloded sont comparativement grandes : leurs superficies varient de 12 à 42 hectares, cependant que la surface moyenne des exploitations agricoles de la zone toilière est de l’ordre de 7 à 9 ha. En 1789, la superficie moyenne des fermes de Guicquelleau est de 9 ha24. En 1851, elle est de 7,37 ha à Saint-Thégonnec, de 7,9 ha à Plounéventer et de 8,5 ha à Saint-Méen25, compte non-tenu des micro-exploitations des journaliers.

14Les superficies des fermes julodes que nous allons considérer nous sont connues grâce à des sources écrites (actes notariés, inventaires de biens d’émigrés, vente des biens nationaux, baux, registres cadastraux) ou à des informations orales que nous avons croisées avec des textes. À chaque fois que cela nous sera possible, nous préciserons si la ferme concernée était exploitée en propriété, en fermage ou à titre de domaine congéable.

  • — La ferme de Pen-ar-Valy, en Plouider, tenue en fermage par Christophe Riou, au milieu du xviiie siècle, 12 ha26 ;
  • — celle de Rodalvez, en Plouider, exploitée par Sébastien Cadour à la fin du xviiie siècle, 20 ha, en fermage27 ;
  • — celle de Lesvéoc, en Saint-Derrien28 tenue par Jean-Dieu Mével29 pendant la Révolution, 15 ha, en fermage30 ;
  • — celle de Poulloupry, en Saint-Méen, exploitée par Jean Méen Bars31 au cours du dernier tiers du xviiie siècle, 20 ha, en fermage32 ;
  • — celle de Bouchéozen, en Saint-Méen33, tenue par des Dantec dès avant la Révolution, 20 ha34 ;
  • — celle de Mescloaguen, en Plounéventer, exploitée par des Le Bras et Bouroullec, au xviiie siècle, 19 ha35 ;
  • — celle de Leur-ar-Morris, en Plounéventer, tenue par des Corbé au xviiie siècle et par des Prigent au début du siècle suivant, 18 ha36 ;
  • — celle de Kergréguen, dans la même commune, exploitée par des Traonouez dans la première moitié du xviiie siècle et par des Soubigou de 1754 jusqu’au début du xxe siècle, 24 ha37 ;
  • — celle de Locmélar, en Plounéventer, tenue par des Coat au xviiie siècle, 16 ha, en fermage ;
  • — celle de Mescouez, au Tréhou, travaillée par des Le Gall au xviiie, 25 ha, en fermage jusqu’en 180838 ;
  • — celle de Kerlan en Ploudiry tenue par des Léon au xviiie puis par des Guéguen à partir de 1801, 15 ha, en propriété dès la deuxième moitié du xviiie siècle39 ;
  • — celle de Kerdalaün, en Saint-Divy, travaillée par des Kernéis40 au xviiie siècle, 26 ha, en propriété dès avant la Révolution41 ;
  • — celle de Kermorvan, en Guiclan, acquise en 1799 par Jacques Quéinnec, de Kermorvan en Plounéour-Ménez, 27 ha42 ;
  • — celle de Kerzourat, en Landivisiau, exploitée par des Quéinnec au xixe siècle et au début du xxe siècle, 27,5 ha, en propriété43 ;
  • — celle de Poulfanq, en Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec44, tenue par des Guéguen au xviiie siècle et dans la première moitié du suivant, 28 ha45 ;
  • — celle de Kerven-bras, en Ploudaniel, exploitée par des Rucart au xviiie siècle, 25,3 ha46 ;
  • — celle de Kerdec’hoalé, en Trégarantec, travaillée par des Le Grignou au xviiie siècle, 31 ha, en fermage47 ;
  • — celle de Mézarnou, en Plounéventer, tenue par des Toullec jusqu’en 1749 puis par des Abhervé-Guéguen, 42 ha48, en propriété à partir de 180649 ;
  • — celle de Guerjean, en Guiclan, est « manœuvrée » par des Cren au milieu du xviie siècle, par des Le Bras au xviiie siècle puis par des Le Bras et des Abhervé-Guéguen du début des années 1800 jusqu’au milieu du xxe siècle. Elle couvre 42 ha50.

Le domaine congéable

15Cette ferme est divisée en deux lots vers 1810 : une partie échoit à Jean-Marie Le Bras qui a épousé Catherine Breton, du Herlan en Saint-Thégonnec, en novembre 1800 ; l’autre partie échoit aux trois filles d’Yves Le Bras († 1795), frère de Jean-Marie. La succession y est assurée par Marie-Jeanne Le Bras qui a épousé Yves Abhervé-Guéguen en 1807. Cette exploitation de 42 ha à l’origine, comporte deux grandes maisons : l’une date de 1664 ; l’autre de 1762. La construction de cette seconde habitation coïncide avec le mariage de Jean Le Bras, père d’Yves et de Jean-Marie, qui épouse Marie-Jeanne Breton, le 24 janvier 1763.

  • 51 Madame Grall rappelle que son grand-père, Yves Abhervé-Guéguen, se lamentait souvent parce que sa (...)

16Au début du xixe siècle, cette grande ferme de Guiclan est placée sous le régime du domaine congéable. Ceci revient à dire que la terre – ar found, en breton (le fond)51 – appartient à un propriétaire dit foncier, alors que les édifices et superfices (bâtiments, talus, arbres) appartiennent au tenancier ou domanier ou encore convenancier. Si, au terme du bail, le propriétaire congédie son domanier, il doit lui verser la valeur des édifices et des super-fices ou droits convenanciers, ar gwir, en breton (le droit). Les Cren et les Le Bras qui se sont succédé à Guerjean ont donc construit maisons et autres bâtiments sur des terres qui ne leur appartiennent pas.

  • 52 Archives privées communiquées par Maître Pouliquen (inventaire après le décès de Jean-Marie Le Bra (...)
  • 53 On appelle ainsi une ferme tenue à domaine congéable.
  • 54 Nicolas Abhervé-Guéguen (né d’Alain et de Marguerite Soubigou) est le cousin d’Yves Abhervé-Guégue (...)
  • 55 La maison « manale » est longue de 11,40 m, large de 5,10 m et haute de 5,10m.
  • 56 Archives privées Grall.

17Les droits convenanciers peuvent être transmis de génération en génération ou vendus. Ainsi, en 1800, au moment de son mariage, Jean-Marie Le Bras achète à sa mère, qui est veuve, la moitié des droits réparatoires de Guerjean, pour la somme de 2 365 F52. En 1842, Marie-Renée Le Bras, l’une des trois filles d’Yves Le Bras († 1795) réclame sa part des droits convenanciers du convenant53 d’Yves Abhervé-Guéguen et de Marie-Jeanne Le Bras. Elle demeure à Leslem, en Saint-Servais où elle est veuve de Nicolas Abhervé-Guéguen54, qu’elle a épousé en juin 1813. À cette occasion, chaque partie fait intervenir un expert-arpenteur patenté : l’une fait appel à Yves Quéinnec de Penarc’hoat en Guiclan ; l’autre, à Yves Pouliquen, de Pennarun en Plouédern. On estime les maisons, dont on précise les dimensions55, les autres bâtiments et les talus. Parc-ar-vennec, par exemple, comporte 267 mètres de talus, « y compris deux brèches charretières », qui valent 167 F. Les droits convenanciers s’élèvent à 9 047 F56

  • 57 Bulletin paroissial de Pleyber-Christ, Jean Feutren, décembre 1983, Une dynastie de marchands de t (...)
  • 58 Ibid., février 1984, p. 14.
  • 59 Lahellec (Michel), Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Architecture ru (...)
  • 60 Allain Pouliquen acquiert le fond du convenant de Mescoat sur l’émigré Tinténiac le 6 floréal an V (...)
  • 61 Hémon (P.), « Jacques Quéinnec, député du Finistère à la Convention et aux Cinq-cents », Annales d (...)

18Si le foncier l’accepte, le domanier peut acheter la terre et devenir ainsi propriétaire de l’ensemble de son exploitation. C’est ce que fait Yves Abhervé-Guéguen dans la deuxième moitié du xixe siècle ; le domaine de Guerjean appartenait à la famille Fleuriot de Langle. Ce système du domaine congéable, qui est particulier à la Basse-Bretagne, est relativement peu répandu en Léon. Il est cependant attesté dans tout le Haut-Léon, voire dans une partie du Bas-Léon. Plusieurs marchands de toile tiennent ainsi des terres à titre de domaine congéable. Dans la première moitié du xviie siècle, Yvon Inisan, de Kervern, en Pleyber-Christ57 et Jean Plassart, de Pont-ar-Voas58, dans la même paroisse, tiennent leurs terres à ce titre, de même que Yvon Ropars et Pierre Inisan, de Kerzépré, en Saint-Thégonnec59. Au début de la Révolution, c’est encore le cas d’Allain Pouliquen de Mescoat en Ploudiry60 et de Jacques Quéinnec, de Kermorvan en Plounéour-Ménez61.

  • 62 Sée (H.), Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906.
  • 63 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 27 et suivantes.

19Nous venons de considérer la superficie d’un certain nombre d’exploitations de marchands de toile. Il est entendu que ces indications n’ont qu’une valeur limitée. Il aurait été plus intéressant d’être informé sur la qualité de la terre, les surfaces des terres chaudes ou froides, des prairies et des bois. Outre que ces données sont rares, il faut compter avec le fait que les superficies des terres labourables varient en raison des défrichements qui paraissent assez importants à partir des années 173062. Il n’en reste pas moins que les fermes exploitées par les « fabricants » de toile sont plus grandes et, quelquefois, beaucoup plus grandes que les autres. Dès lors, leurs exploitants, non contents d’en tirer leur subsistance, y dégagent de substantiels bénéfices en vendant d’importants surplus de céréales et de beurre, de même que des veaux, des poulains et des chevaux63. Une partie des bénéfices ainsi réalisés sont investis dans le commerce de la toile. Les paysans aisés et riches de la zone toilière ont donc compris très tôt que « le meilleur métier c’est d’acheter et de vendre ».

Le stockage des fils et des toiles

  • 64 Appartient à une vieille famille de marchands de toile représentée à Gorre-Beuzit depuis le début (...)
  • 65 Pouliquen (E.), Archives privées.
  • 66 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 23.
  • 67 Op. cit., d’après les pages 102 à 125.

20Les marchands rétribuent leurs tisserands à la pièce (une pièce = 122 mètres) et, quelquefois, leur avancent de l’argent avant tout travail : en 1790, Jean-Louis Cloarec64, de Gorré-Beuzit en Landerneau, note sur son carnet de comptes qu’il a avancé six livres à Sébastien Galliou et neuf à François Prigent65. Les inventaires après décès montrent, par ailleurs, que les « fabricants » disposent d’importantes quantités de fil et de toile au moment de leur mort. Quand il ne s’agit pas de marchands de fil, celui-ci est destiné à être fourni aux tisserands. Les toiles sont stockées en attendant un moment favorable à la vente. En 1712, Sébastien Cadour, de Plouider, possède une valeur de 2 234 livres en fil et autant en toile66. Les toiles représentent 3 500 aunes, soit une longueur de 4,270 km. Cela n’a rien d’exceptionnel. Sur les 201 inventaires après décès de marchands de toile dépouillés par P. Moal et M.-L. Carrer, 51 % accusent une valeur de 1 000 à 5 000 livres en produits textiles ; 11 % seulement sont en-dessous des 1 000 livres ; 23 % se situent entre 5 000 et 10 000 livres ; 9 %, entre 10 000 et 15 000, cependant que 5 % dépassent les 15 000 livres. Le plus élevé atteint la valeur de 103 922 livres. Il s’agit de Louis-François Le Roux, de Landivisiau67.

  • 68 Ibid., p. 67.

21Il est entendu que ces marchandises – fil et toile –, qui sont nécessairement immobilisées pendant plusieurs semaines, impliquent que l’on possède des capitaux assez importants. Il est tout aussi clair que pour stocker de telles quantités de fil et de toiles, il est indispensable de disposer de nombreux coffres et armoires, de même que de grandes maisons. Sans être aussi précis qu’on le voudrait, les inventaires après décès font état d’armoires « à fil » et « à toile ». Lors du bornement de communauté établi vers 1785 à la demande de Françoise Le Mer, de la Haye en Guiclan, le greffier signale la présence de six armoires à fil, d’un montant de 207 livres68.

Les maisons des « fabricants »

  • 69 Les maisons à avancée comportent, en façade, un décrochement différemment appelé selon les régions (...)
  • 70 Sur cette question on pourra se reporter à Jean-François Simon, Le paysan breton et sa maison, le (...)

22Les maisons à avancée69 des marchands de toile se distinguent de celles des autres paysans par leur large escalier extérieur et leurs plus grandes dimensions70. Décrivant, vers 1840, ce type de maison, J.-M. Elléouet note :

  • 71 Dans la zone toilière, l’escalier extérieur est ordinairement devant la maison. Sur les quelques d (...)
  • 72 Elléouet (J.-M.), Statistique agricole générale de l’arrondissement de Morlaix, Brest, 1849, p. 74

« La maison manale, lorsqu’elle est couverte en ardoises, possède dans plusieurs fermes un rez-de-chaussée, une chambre planchéiée et un grenier […] ;
« Toutes ces pièces sont d’un seul tenant. Les escaliers pour monter dans la chambre sont ordinairement placés dehors et derrière la maison71. Ils sont construits en pierre et couverts par un toit soutenu par des piliers en bois...
« La grandeur des bâtiments varie suivant l’importance de l’exploitation. Elle est tantôt de treize mètres de long pour les maisons manales, sur six de haut et cinq de large, dans les fermes d’une certaine étendue ; de sept mètres de long sur deux de haut et quatre de large dans les petites fermes »72.

  • 73 Feutren (Jean), bulletin cité, numéro 100, p. 17.

23À Kerandraon, en Plounéour-Ménez, on peut, par exemple, voir une grande maison de marchand de toile, en ruine. Elle est longue d’une quinzaine de mètres, large de 8 et haute de 6, environ. Des dizaines de maisons de ce type, mais le plus souvent moins grandes, sont visibles en de nombreux hameaux de la zone toilière. Celle de Falzou-Baron en Sizun est longue de 13 mètres, large de 9 et haute de 6. Les dimensions de celle de Bronennou, en Locmélar, sont respectivement de 10 x 5,5 x 6. Ces maisons ont trois ou quatre fenêtres sur la façade du rez-de-chaussée et autant à l’étage. Il semble qu’elles sont couvertes d’ardoises depuis l’époque de leur construction73.

  • 74 Carney (S.), L’habitat des riches ruraux à Plounéour-Ménez aux xviie et xviiie siècles, op. cit., (...)

24Sébastien Carney, qui a minutieusement étudié les maisons des marchands de toile de Plounéour-Ménez, nous donne des indications précises sur leur surface habitable. Alors que beaucoup de maisons de paysans ordinaires ont une superficie inférieure à 40 m2, celles des paysans-marchands de toile dépassent presque toujours les 50 m2, tout en comportant un étage. Le quart a une surface habitable de l’ordre de 130 m2, cependant qu’un autre quart se situe autour de 170 m2. Quatre maisons comportent plus de 200 m: la plus grande au Penher, construite en 1736, offre 313 m; la deuxième, à Garsplégeant, datée de 1667, présente 224 m274.

  • 75 Ibid., p. 60.

25Selon ce même auteur, les dimensions de ces maisons varient selon les époques. Les plus anciennes, qui sont antérieures au xviie siècle, sont longues de 15,5 à 18 m. De 1624 à 1645, elles mesurent de 9 à 10 m puis de 10,8 à 12,5 m entre 1648 et 1693. De 1701 à 1764, leur longueur est comprise entre 7,2 et 10,8 m ; la majorité sont longues de 9 m. Deux exceptions notables cependant : l’une, datée de 1736 – celle de Penher – s’allonge sur 17,5 m et l’autre, construite en 1738, sur 15,3 m75.

26Il semble qu’un nombre important de grandes maisons de marchands de toile sont édifiées entre 1650 et 1680. Si l’on s’en tient à l’exemple de Sizun, on peut citer celles de Vern-ar-Plantec (1652), de Falzou-Baron (1653), de Quistinit (1661), de Kergleuziou (1660 et 1674), de Penhoat (1669). On ne peut manquer d’établir une relation entre cette frénésie de construction et l’époque par excellence de la prospérité toilière.

  • 76 La cheminée qui se dressait à l’extrémité occidentale de cette maison jumelle s’est effondrée vers (...)
  • 77 Ibid.
  • 78 Cette fresque serait unique en son genre (E. Olier, op. cit., p. 43). Elle comporte des fleurs sty (...)

27Il n’est pas rare que l’on trouve des maisons jumelles identiques en certains hameaux julods. C’est le cas à Keravel76, en Saint-Sauveur, ou encore à Brezehan, en Commana, où les deux maisons s’allongent sur une vingtaine de mètres. À Roc’hconan, en Plounéour-Ménez, où elles sont datées de 1675, leur longueur est précisément de 23,4 m77. À Kéravel, les escaliers extérieurs vont dans le même sens, alors qu’ils s’opposent à Brezehan. Au hameau de Penhoat, en Sizun-Saint-Cadou, il était possible de voir deux ensembles de maisons jumelles jusqu’à une date récente. Aujourd’hui, les deux qui subsistent ont perdu leur double. L’une d’entre elles, construite en 1679, conserve, au-dessus du porche d’entrée, les traces d’une fresque qui date des années 177078

  • 79 On pourra sur cette question se reporter à l’article de Michel Lahellec, Architecture rurale et st (...)

28Il reste à savoir pourquoi l’on construisait ainsi deux maisons, simultanément probablement. La réponse nous est peut-être fournie par ce que nous avons pu observer au Hellès en Locmélar, où deux grandes maisons indépendantes sont construites par les mêmes personnes à quelques années d’intervalle. Deux inscriptions y rappellent, en effet, que Francesa Pogam et Y. Inisan ont fait édifier une première maison en 1665 puis une seconde en 1671. On peut penser que la première est destinée aux parents et l’autre au fils – ou à la fille – marié et appelé à prendre la succession sur l’exploitation parentale. Il en irait de même lorsqu’on bâtissait des maisons jumelles79

  • 80 Cette formule apparaît fréquemment dans les actes notariés. On appelle « ménage vert » les culture (...)
  • 81 Pouliquen (E.), Archives privées.

29Ceci nous paraît d’autant plus probable que si les revenus de la ferme sont partagés entre parents et enfants mariés dans le cas de la constitution d’une société de ménage, il en va autrement pour le commerce. Il nous est apparu à plusieurs reprises dans les inventaires après décès que les marchandises sont possédées « à titre privatif ». Un cahier d’école d’un futur marchand de toile de Plougourvest, Paul Inisan, de Traon-ar-vilin, est du reste explicite à ce sujet. On y trouve un modèle de « billet d’établissement » qui, daté de 1773, considère le cas « d’un fils qui s’établit sur la moitié du ménage de son père. Chacun, est-il précisé, se réserve les marchandises en particulier. Le reste de la généralité du ménage vert et sec80 sera en commun »81. On comprend mieux, dans ces conditions, qu’il est important que chaque membre d’une société de ménage puisse disposer d’une maison bien à lui. Par ailleurs, la place réservée aux marchandises dans l’association familiale est significative de l’importance accordée au commerce, qui implique souplesse, intiative, liberté d’action et de manœuvre.

  • 82 Les marchands toiliers du Haut-Léon, art. cit., de Jean Tanguy, p. 191.
  • 83 Le montant de l’inventaire s’élève à 5 530 L. Les produits textiles représentent une valeur de 2 6 (...)
  • 84 ADQ 16B Ploudaniel.

30Il apparaît que le premier étage sert à la fois de magasin et d’atelier pour certaines opérations textiles. On y enroule le fil blanc sur des bobines et on y prépare des chaînes de fils parallèles de 61 mètres de long, avant de les confier aux tisserands. Quand les toiles sont tissées, c’est encore dans ce même lieu que l’on étend les pièces (une pièce = 122 mètres) sur des tables à polir, afin de les lisser avec des « cailloux de gros verre »82. Elles sont ensuite pliées à l’aune de 1,22 mètre et entreposées en « des pressoirs à toile ». Cette activité à l’étage, maintes fois entrevue en des inventaires après décès, est bien illustrée par celui de Jean Corbé qui meurt au Vizoc, en Ploudaniel, en 178183. « Dans la chambre au-dessus de la cuisine », les experts estiment « une table pour polir la toile », un ourdissoir, une forme à dévider et deux armoires « pour marchandises » ; l’une date de 1661 et l’autre de 166684.

  • 85 Pouliquen (E.), Archives privées.

31En 1847, les estimateurs ne trouvent pas moins de huit armoires à fil à l’étage de la maison de Jean-Marie Le Bras à Guerjean en Guiclan ; elles renferment 2,285 tonnes de fil blanc et 621 kg de fil écru. Les toiles qui s’y entassent représentent une longueur de 24,238 km85. Les transports de marchandises entre la cour et l’étage expliquent la largeur de l’escalier qui y mène. Il est évident, enfin, que l’étage est un lieu de travail. On y dort, ne serait-ce que parce qu’il est nécessaire d’intimider les voleurs, mais on n’y habite pas.

  • 86 Elle est longue de 15 m et large de 8. Au sujet de cette maison, on pourra se reporter à l’article (...)
  • 87 En 1797, la maison de Kergoff-vras a 16,84 m de longueur, 6,69 m de largeur et 5,57 m de hauteur. (...)
  • 88 En fait, Lañ Inisan veut citer le mot breton steunvlec’h qui veut dire ourdissoir. C’est bien sur (...)
  • 89 Inisan (Lañ), Généalogie de la famille Inisan, 1927, p. 48.
  • 90 Bulletin cité n°100, p. 23.
  • 91 Moal (P.), et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.

32Dans les maisons de fabricants, les métiers à tisser ne sont que rarement à l’étage et encore moins dans la pièce manale. La pièce manale sert à la fois de cuisine, de salle à manger et de chambre à coucher, dans la mesure où on y trouve des lits-clos. Le rez-de-chaussée peut comporter plus de 100 m2 comme à Kerandraon en Plounéour-Ménez, à Créac’h-guial en Bodilis86 ou à Kergoff-vras en Plouider87. Il est sommairement divisé en deux ou trois pièces : la pièce manale et une ou deux « chambres ». Le ou les métiers à tisser sont quelquefois mentionnés « dans la chambre au bout de la maison » ou « dans la chambre au bas de la cuisine » – traon an ti. Le plus souvent, les métiers sont dans une « maison à tisserand » indépendante de la maison d’habitation. C’est ainsi que des actes notariés ou autres documents signalent des ti-ar-stern, « maison où se trouve le métier ». « Dans mon jeune temps, écrit Lañ Inisan, né en 1826, à Lanzéon [en Plounevez-Lochrist], il y avait deux maisonnettes appelées Ty starn, lieu où se trouve le métier du tisserand, et une autre longue grange, granj ar steun lac’h88, lieu où le tisserand tend sa chaîne »89. Par conséquent, cette opération ne se déroule pas toujours à l’étage de la maison d’habitation. Jean Feutren nous indique les dimensions d’une maison dite ty stern qui, en 1636, se trouve à Kerscao en Pleyber-Christ : la longueur en est de 9 mètres, la largeur de 4,3 et la hauteur de 290. Cette construction, particulièrement grande, est destinée à recevoir plus d’un métier à tisser. Celui-ci n’est pas souvent mentionné chez les fabricants : moins de 30 % de leurs inventaires en font état au xviiie siècle91.

Les domestiques

  • 92 Pol De Courcy, La Bretagne contemporaine, 1865, p. 83.
  • 93 Témoignages de Me E. Pouliquen, le chanoine P. Quéinnec, et Madame Pouliquen de Mescoat en Ploudir (...)

33Il se dégage des textes et des traditions que les paysans-marchands de toile ne travaillaient pas de leurs mains. En 1865, Pol de Courcy écrit que ces familles « ne croient pas déroger en faisant le commerce mais, ajoute-t-il, elles ne travaillent pas elles-mêmes la terre… »92. Cette habitude se continuera jusqu’à la Première Guerre mondiale, voire au-delà93. Il en allait de même au xviiie siècle. Dans sa réponse à l’enquête de 1774 sur la mendicité, le recteur de Plounevez-Lochrist écrit à son évêque :

  • 94 Roudaut (Fañch), Le Floch (Jean-Louis), Collet (Daniel), Les recteurs léonards parlent de la misèr (...)

« Peu font le commerce de la toile et fils blancs... Je n’en trouve pas plus de vingt que l’on puisse qualifier de gens aisés, les autres étant obligés de gagner leur vie à la sueur de leur front... »94.

  • 95 Ibid., p. 188.

34De son côté, le recteur de Tréflez écrit dans les mêmes circonstances : « nous n’avons aucun ici qui s’appelle riche et qui ne vit à la sueur de son front »95

  • 96 Yves Le Gallo pense que l’éditeur a mal lu le manuscrit et qu’il s’agit de foires et non de course (...)
  • 97 Brousmiche (J.-F.), Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977, p. 122.
  • 98 Gac (Yvon), Étude démographique, économique et sociale de Guiclan, Saint-Thégonnec et des paroisse (...)
  • 99 C’est par exemple le cas de François Galliou, de Vincent Le Fur, de Salomon Chopin de Ploudaniel d (...)
  • 100 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 72.

35Les paysans-marchands de toile dirigeaient ou surveillaient les travaux ou se contentaient de donner des directives au maître-valet. Ils avaient l’habitude de fréquenter foires et marchés et de se déplacer beaucoup pour leurs affaires commerciales, paroissiales, municipales ou autres. « Ils montent, écrit vers 1830 Jean-François Brousmiche, leurs bidets légers à la course et fréquentent habituellement les courses96 et les marchés »97. Ces nombreux déplacements sont également attestés aux xviie et xviiie siècles. C’est ainsi qu’en 1690 les trésoriers en charge de la fabrique de Guiclan « ont représenté qu’ils sont marchands qui ne demeurent que rarement à la maison et qu’ils sont obligés pour leur commerce de sortir souvent hors du diocèse... »98. Quelquefois, les marchands de toile sont en même temps estimateurs ou arpenteurs99, ce qui les incite à être encore davantage par monts et par vaux. Cette fonction est, du reste, rémunératrice. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, François Galliou de Rufily en Ploudaniel et Christophe Riou de Pen-ar-Valy en Plouider, gagnent 5 livres par jour100, quand un journalier ne dépasse guère les 5 sous. Un expert perçoit, par conséquent, en une seule journée de travail autant qu’un journalier en 20 jours.

  • 101 Loc-Eguiner, La Roche-Maurice, Pont-Christ, La Martyre, Pencran, Saint-Julien de Landerneau.
  • 102 Nous avons compté 6 personnes par maison. En 1774, Ploudiry et ses trèves – excepté Saint-Julien q (...)
  • 103 ADQ 177G 6. D’après les rôles de la capitation.
  • 104 L’ancienne paroisse de Ploudiry comporte 33 marchands de toile en 1799 (ADQ 13L 108), si l’on en j (...)
  • 105 ADQ 96 G 7 Guiclan.
  • 106 Les recteurs léonards... op. cit., BSAF 1986, p. 225.

36Il est manifeste que les fabricants de toile recourent aux services de domestiques. En 1789, la paroisse de Ploudiry, qui compte six trèves101, comporte quelque 730 fermes102. Cent quarante-six, soit 20,8 % ont un ou plusieurs domestiques103. Soixante-treize n’en emploient qu’un seul, 31 en ont deux. La plupart des 42 autres paysans qui font appel à des domestiques sont des marchands de toile104. Ils emploient de 3 à 10 domestiques. Dix-neuf fermes en comptent trois, 10 en ont quatre ; 4, cinq ; 2, six ; aucune n’en a sept, 2 en ont huit ; deux autres, neuf et une en compte dix. Il s’agit de la ferme d’Allain Pouliquen de Mescoat. En 1671, une autre ferme, tenue par Marie Madec, de Lomenven, en Guiclan, emploie 10 domestiques105. Nous n’en avons pas trouvé davantage dans les rôles de capitation. On peut se demander s’il n’y en avait pas plus en réalité. Comme la capitation pour les domestiques est acquittée par l’employeur, à raison de une à deux livres par personne, la tendance ne peut être qu’à la sous-déclaration. Cette tendance peut, au surplus, être renforcée par le fait que la corvée est réglée sur la capitation, à raison d’une toise (= près de 2 mètres) de route par livre106. Il paraît surprenant que le nombre de domestiques soit souvent moins élevé à la veille de la Révolution qu’en 1836, alors qu’à cette date l’artisanat textile est en train de disparaître.

  • 107 D’après les listes nominatives de recensement.
  • 108 Son père Joseph naquit à Ploudaniel en 1773 de Jean et de Marie-Françoise Tanné (native de Loc-Bré (...)
  • 109 C’est la petite-fille d’Allain Pouliquen, de Mescoat en Ploudiry.
  • 110 ADQ 6M 827.
  • 111 Petite fille du député conventionnel Jacques Quéinnec.
  • 112 Fils du député J. Quéinnec.
  • 113 De Pen-ar-C’hoat en Guiclan.
  • 114 Fils de Jean Cam et de Marie-Jeanne Pouliquen, Saint-Thégonnec.
  • 115 Fille d’Yves Cloarec et de Marie-Jeanne Kerboul, de Lanvelar en Kersaint-Plabennec.
  • 116 ADQ 6M 802.

37Entre 1836 et 1846, plusieurs fermes de paysans-marchands et de tanneurs emploient six domestiques ou plus107. À Sizun, c’est le cas de celle de Gabriel Boucher108.(X = marié à Anne Pouliquen109), de Kervennan, qui en compte dix110 ; de celle de François Rannou (X Jeanne Quéinnec111), de Vergraon, qui en a douze ; de celle de Jérôme Rannou (X Jeanne Corbé), de Vergraon également où il y en a huit ; de celle d’Alain Guillerm (X Aline Menn), de Kerver, qui en compte neuf. En 1836, François Quéinnec112 (X Anne Pouliquen113 du Bailleguen en Saint-Thégonnec) et François Cam114 (X Jeanne Louise Cloarec115), de Mesménez dans la même commune, recourent, l’un et l’autre, aux services de neuf personnes116.

  • 117 Père de François-Louis Soubigou qui sera élu député en 1848 et sénateur de 1876 à 1894.
  • 118 Yves Prigent va lancer en 1837 une entreprise de travaux publics qui atteindra une grande envergur (...)
  • 119 ADQ 6M 1836-1861 Plounéventer.

38À cette même date de 1836, à Plounéventer, Jean-Marie Soubigou117 (X Marie-Josèphe Martin), de Kergréguen, emploie 13 domestiques ; les frères Jean et Jean-Marie Abhervé-Guéguen, de Mézarnou, en totalise 14 ; Yves Prigent118 (X Élisabeth Le Bras), de Leur-ar-Morris, en a 8119.

  • 120 Petit-fils d’Alain Pouliquen.
  • 121 Archives privées Pouliquen de Mescoat
  • 122 ADQ 6M 555.
  • 123 Fils du député J. Quéinnec.
  • 124 ADQ 6M 313.
  • 125 ADQ 6M 355.
  • 126 ADQ 6M 379.

39Toujours à la même date, à Ploudiry, Guillaume Pouliquen120 (X Catherine Léon), de Mescoat, recourt aux services de 8 domestiques ; François Boucher (X Jeanne Pouliquen) en compte 6. Vers 1830, la ferme de Mescoat a été divisée en deux lots121. Dans la même commune, Guillaume Rohel, du Traon, en emploie 7 ; Marie-Anne Croguennec, 7 également ; la ferme Baron-Guillou, de Botlavan, 10122. Chez Jean Urien (X Anne Rannou), de Kervriant en Guiclan, on en trouve 8 ; chez Jean-Louis Quéinnec123 (X Marie Rannou), de Kermorvan, 8 également. Maurice Abgrall, riche mar-chand-tanneur de Roc’haouren en Lampaul-Guimiliau, en emploie 7 ; Jacques Guillou (X Jeanne Breton), de Kerzu en Guimiliau, 9124 ; Jean-Louis Cloarec, de Lanvélar en Kersaint-Plabennec, 7125 ; autre Jean Cloarec, de Gorré-Beuzit en Landerneau, 7 également126.

40Généralement, les paysans-marchands de toile embauchent plus de valets que de servantes. En 1836, la domesticité de Kergréguen se compose de 8 hommes et de 5 femmes ; celle de Mézarnou de 8 hommes et de 6 femmes ; celle de la ferme Pouliquen de Mescoat est de 6 hommes et 2 femmes ; les âges sont variés : chez Gabriel Boucher de Sizun, les valets ont de 14 à 40 ans ; les servantes de 10 à 64 ans. Chez Soubigou, à Kergréguen, les âgesdes valets vont de 10 à 64 ans ; ceux des servantes de 16 à 33 ans. À Mézarnou, les valets ont 13, 18, 22, 23, 26, 28 et 68 ans ; les servantes, 12, 20, 21, 28, 30 et 60 ans.

  • 127 ADQ 13L 31.
  • 128 ADQ 58G 8.
  • 129 ADQ 13L 31.
  • 130 Informatrice : Madame Cornec, née Rohel.
  • 131 Informatrice : Madame Grall, de Guerjean en Guiclan.

41Il est assez fréquent que les domestiques possèdent une spécialité. Outre le maître-valet ou maître-garçon de ferme, on distingue « des domestiques à charrue » et des bergers ou pâtres127. Ceux-ci, selon les cas, sont des enfants ou des domestiques âgés. Avant la Révolution, il arrivait, comme au Drennec, que les rôles de capitation mentionnent des « valets-texiers »128. Les servantes sont cuisinières, « berceuses », femmes de chambre129. Les « berceuses », kavellenn en breton, sont des adolescentes chargées des bébés et des jeunes enfants130. Quand elles étaient plus âgées et plus distinguées, comme il arrivait au début du xxe siècle, on les appelait nurses131.

  • 132 ADQ 6M 827.
  • 133 Informatrice : Madame Grall.

42On signale, quelquefois, des domestiques qui sont mariés. Ainsi, sur les 9 domestiques qui s’emploient chez Alain Guillerm, de Kerver en Sizun, quatre sont mariés132. Cela se produisait encore dans la première moitié du xxe siècle : il y avait, entre les deux guerres, à Guerjean en Guiclan, un domestique marié qui rejoignait son penty et sa famille après le repas du soir et qui prenait son petit-déjeuner chez ses employeurs133.

  • 134 Pol De Courcy, La Bretagne contemporaine, op. cit., t. III, p. 83.
  • 135 Informateurs : Me E. Pouliquen, M et Mme Y. Pouliquen, de Mescoat en Ploudiry.
  • 136 Informateur : Me Pouliquen.

43Les domestiques prennent leurs repas chez leurs employeurs, mais à part. Les familles de marchands de toile, écrit Pol de Courcy en 1864, « ne mangent pas avec leurs domestiques comme dans les autres métairies »134. Dans un certain nombre de cas, cette habitude se maintient jusqu’aux années 1930135. Le maître ou la maîtresse de maison vient cependant diriger la récitation des prières à la fin des repas136. Se sentant comme responsables du salut de leurs domestiques, il arrive que des employeurs leur imposent des pratiques sacramentelles. S’exprimant au sujet du comportement de sa mère vers 1870, une religieuse native de Bodilis écrit :

  • 137 Archives privées Guennegan-Frère.

« À ces durs travailleurs, auxquels notre Mère s’intéressait tant, elle leur avait tracé un règlement que tous devaient suivre : c’était une obligation pour chacun de s’approcher des sacrements tous les deux mois et les bonnes tous les mois, selon les fêtes ; tous devaient être rentrés aux jours libres pour le souper ou s’en passer, on le savait et on n’avait pas la pensée de venir le réclamer.... »137

  • 138 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 85.

44Les domestiques sont également logés par leurs employeurs. Ils couchent en des lieux qu’il s’agit de protéger ou de défendre, c’est-à-dire à l’étage de la maison d’habitation, au grenier, en des granges, dans la maison à four, dans les logettes près du courtil à fil, au-dessus du portail, quand il y en a un, comme à Kervern en Guimiliau. On peut imaginer que, dans certains cas, ils ont un fusil ou un pistolet à portée de main138.

  • 139 Tanguy (P.), Étude économique, sociale et démographique de la région de Lesneven au xviiie siècle (...)
  • 140 Arzur (Brigitte), Vie quotidienne des paroissiens de Plouider au xviiie siècle d’après leurs inven (...)
  • 141 Archives privées E. Pouliquen.

45Les inventaires après décès fournissent, quelquefois, des indications plusou moins précises au sujet des gages attribués aux domestiques. À propos de Ploudaniel, Pierre Tanguy cite le cas de valets qui, en 1788, reçoivent 22 livres pour 5 mois ou 36 livres pour « une demy-année »139. De son côté, au sujet de Plouider, Brigitte Arzur cite le cas d’un domestique à qui son maître doit 180 livres, en 1778, « pour quatre années », « à raison de 45 livres par an ». En 1787, il est dû 96 livres à un autre domestique « pour deux années de gages »140. Le carnet de comptes de Jean-Louis Cloarec, paysan-marchand de toile à Gorré-Beuzit en Landerneau nous fournit des renseignements plus précis141. Un Martin Bégot qui « commence son année le 5 mars 1800 recevra 17 écus [51 livres], deux chemises et deux paires de sabots ; par mois, quatre livres cinq sols ; par jour trois sols ». Une Marie-Anne Madec qui « commence son année le 17 avril 1800 percevra sept écus trente sols pour l’année de même que deux chemises, deux paires de sabots et une aune de toile blanche (1,22 m) ; par mois, trente sept sols six deniers et par jour : un sol un denier ». Renouvelant son contrat au même jour de l’année suivante, il est convenu que ses gages s’élèveront à dix écus, cependant que ses avantages en nature demeureront les mêmes. Les gages des valets varient de 15 à 18 écus ; ceux des servantes de 7 à 11 écus. C’est fort peu. À cette même époque, un journalier gagne environ 5 sous par jour, ce qui produit 75 livres par an, s’il travaille 300 jours, mais il n’est pas assuré de pouvoir le faire.

46Au milieu du xixe siècle, la condition des salariés agricoles s’est un peu améliorée. Considérant l’arrondissement de Morlaix, J.-M. Elléouet écrit en 1849 :

« Les domestiques à gages sont ceux qui habitent la ferme ; ils sont nourris et couchés comme tous les membres de la famille, et reçoivent à la fin de leur année, une somme d’argent dont le montant varie suivant le sexe, l’âge, et le plus ou moins de forces, d’intelligence et de capacité des individus...
« Le prix de la main d’œuvre des domestiques à gages peut se fixer de la manière suivante :
« 1/Domestiques mâles de l’âge de 25 à 40 ans..........de 75 à 100 F
“ “ “ 18 à 25 ans............de 54 à 70 F
“ “ “ 40 à 60 ans............de 45 à 60 F
“ “ “ 12 à 15 ans............de 15 à 20 F
« 2/Domestiques femelles de l’âge de 25 à 35 ans........de 42 à 60 F
“ “ “ 18 à 25 ans.........de 33 à 40 F
“ “ “ 12 à 15 ans.........de 15 à 20 F »

  • 142 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 76-77.

47En outre, les domestiques adultes reçoivent en nature 7,20 mètres de toile (9 F), trois paires de sabots (1,80 F). Le travail de la couturière est estimé 5 francs pour chacun d’entre eux142.

  • 143 Un article de l’Écho de Morlaix daté du 12 janvier 1876 traitait de cette question. Il est malheur (...)
  • 144 Est maire de Plounéventer de 1863 à 1876.
  • 145 À entendre dans le sens de : en fixant le montant de leurs gages.
  • 146 ADQ Plounéventer, série D (1846-1870). Les trois autres motifs sont 1) l’ajournement plus facile d (...)

48Il arrive que les domestiques demeurent de nombreuses années, si ce n’est quelques décennies, chez le même employeur. Il arrive aussi qu’ils entretiennent des relations difficiles avec leurs maîtres143. Toujours à la discrétion de ceux-ci, les domestiques sont façonnés pour le travail et la dépendance. Ils peuvent trouver des satisfactions dans le travail bien fait, dans l’estime de leurs employeurs et de leur entourage, dans le tabac et dans l’alcool. Leurs distractions sont rares. Elles consistent en une certaine liberté des dimanches et jours de fête, en la fréquentation des foires du voisinage. En mai 1863, le conseil municipal de Plounéventer, composé essentiellement de descendants de marchands de toile et présidé par Joseph Soubigou144, s’oppose à la création de nouvelles foires à Berven et à Guipavas pour quatre motifs. L’un de ceux-ci est que « les jeunes gens, serviteurs de ferme, ne manquent pas en réglant leurs gages145 de se réserver le droit de fréquenter les foires du voisinage »146.

Les journaliers

  • 147 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 194.
  • 148 ADQ 6M 802.
  • 149 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 77.

49Aux domestiques s’ajoutent les journaliers auxquels les marchands de toile recourent beaucoup. Les agents-recenseurs ne font pas toujours la distinction entre ces catégories. Il semble que les domestiques sont plus nombreux que les journaliers. En 1851, la commune de Plouider compte 474 domestiques et 371 journaliers147 ; celle de Saint-Thégonnec, 463 et 162148. En réalité, il est nettement plus aisé de compter les premiers que les seconds : il est assez fréquent, en effet, que les petits paysans soient aussi journaliers. Ces derniers sont employés à la journée ou, quelquefois, à la semaine. Au milieu du xixe siècle, « en hiver ils gagnent de 25 à 35 centimes par jour, plus la nourriture estimée 50 centimes et, en été, de 50 à 60 centimes »149. Cela représente un gain annuel de l’ordre de 120 francs, à condition de trouver régulièrement du travail. Entre la condition de journalier et celle de domestique, il existe un troisième statut qui se manifeste au moment de la moisson : c’est le koumanant eost ou « le contrat de moisson » qui a subsisté jusqu’aux années 1950.

  • 150 Ibid., p. 79.

« À l’époque de la récolte, écrit J.-M. Elléouet, des cultivateurs aisés passent avec quelques journaliers une convention par laquelle le cultivateur s’engage à les employer, pendant toute la récolte, pour une somme déterminée entre les parties et payable à la fin des travaux. Cette somme est ordinairement de 60 francs par journalier. Le cultivateur s’engage encore à les nourrir pendant tout le temps que durera la récolte et à leur donner un verre d’eau-de-vie tous les matins. De son côté, le journalier s’engage à remplir sa tâche en âme et conscience, et à ne pas abandonner la ferme que quand les travaux sont entièrement terminés.
« Ces sortes de marchés sont très avantageux pour les cultivateurs quand l’état de l’atmosphère ne vient apporter aucune entrave aux travaux entrepris… Mais ils leur deviennent très préjudicieux quand, pendant la récolte, le temps est constamment pluvieux, puisque, par suite d’un engagement pris, ils doivent nourrir ces hommes pendant un temps qui n’a rien de limité »150.

  • 151 À cette date, la ferme originelle de Kergréguen est divisée en deux lots : celle de Jean-Pierre So (...)

50Les descendants de marchands de toile continuent d’employer plusieurs domestiques et journaliers jusqu’à la Première Guerre mondiale, au moins. La ferme originelle de Kergréguen, en Plounéventer, qui comptait 13 domestiques, en 1836, en emploie 11 en 1901151. Les salaires sont moins bas : la main d’œuvre devient moins nombreuse du fait de l’intensification de l’exode rural. Il est significatif qu’un Soubigou s’élève contre la désertification des campagnes par les jeunes, à la fin du xixe siècle :

« Aujourd’hui, écrit-il, on veut vivre la vie de la ville. De là vient que Plounéventer, subissant le contrecoup de cette tendance du jour, voit délaisser la campagne pour la ville, la terre pour l’usine. Sur ce point, le voisinage de Landerneau lui aura été funeste. Nombreux sont, chaque année, les jeunes gens et les jeunes filles qui descendent dans cette ville, s’y placent comme ouvriers ou domestiques.

  • 152 Cité par J.-M. Le Bras in Plounéventer des origines à nos jours (multigraphié) 1986, p. 13-14.

51« Ils y passent deux, trois ans, s’initiant ainsi à une vie nouvelle et à des travaux nouveaux, puis prendront leur vol vers les grands centres, Brest, Paris… »152

Activités textiles et commerciales des paysans-marchands de toile

Le travail du lin

  • 153 Andrieux (J.-Y.), « L’industrie linière du teillage en Bretagne-nord (vers 1850-vers 1950) », Anna (...)
  • 154 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 44.
  • 155 ADQ 10L 228, p. 7.

52Semé au début du printemps, le lin est arraché en juillet et en août ; il faut une journée entière à quinze personnes bien décidées pour débiter un hectare153. Il est ensuite étalé sur les champs afin d’être séché, puis lié par poignées. Il faut ensuite l’égrener, le rouir, le broyer, le peigner et, enfin, le filer. Pour recueillir les graines, le lin est d’abord passé au peigne à lin vert, assez souvent mentionné dans les inventaires après décès. Ces graines ne sont point regardées comme de bonnes semences. Aussi, on en fait venir de régions riveraines de la mer Baltique : pays baltes, Pologne, Poméranie. C’est ainsi que des bateaux des ports de Koenigsberg, de Lübeck et de Riga approvisionnent les ports de Morlaix et de Roscoff154. En 1789, Pierre Riou considère que l’achat des graines de lin du Nord fait sortir, annuellement, un minimum de 160 000 livres des évêchés de Léon et de Tréguier155.

  • 156 Cette méthode est, en principe, interdite, dans la mesure où elle tue les poissons.
  • 157 Gautier (Elie), Tisserands de Bretagne, Skol Vreizh, janvier 1988, p. 215.
  • 158 Ibid., p. 26.
  • 159 Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1986, p. 253.

53Le rouissage consiste à provoquer la décomposition partielle des gommes qui lient les fibres et le bois. Pour cela, on dépose, pendant deux ou trois semaines, les tiges de lin mises en bottes en des routoirs ou rouissoirs plongés dans des eaux stagnantes ; on peut également disposer le lin recouvert de pierres en des eaux courantes156. Dans ce cas, l’opération ne dure pas plus de dix jours et donne de meilleurs résultats157. Le teillage ou broyage consiste à briser la partie ligneuse du lin pour la séparer de la filasse, en débarrassant celle-ci des chènevottes. Ce travail est fait au moyen de « brayes ». Une braye ne vaut guère plus d’une livre à la veille de la Révolution. Vient ensuite le peignage par lequel les fibres sont débarrassées des brins de paille et séparées les unes des autres, de manière à donner un flot continu158. Intervient enfin le filage qui est surtout pratiqué dans la zone linière. S’il est impossible de dire combien de milliers de femmes s’emploient à ce travail, on sait, par contre, qu’il ne rapporte pas plus de trois à cinq sous par jour159, bien qu’il se prolonge fort tard la nuit. Répondant à l’enquête sur la mendicité, le recteur de Plounevez-Lochrist écrit à son évêque en 1774 :

  • 160 Un dictionnaire du xviiie siècle (celui de Grégoire de Rostrenen) les définit comme « locataire(s) (...)
  • 161 Ibid., BSAF 1988, p. 149.

« Les chambriers160 et autres vendent dans les marchers le fil qui se filent dans la maison par leurs enfants et domestiques qui dans l’hiver fillent la nuit comme le jour jusqu’environ minuit, et sont obligez de vendre ce fil sans en pouvoir réserver pour se faire du linge et autres vestements de toile tant pour eux que pour leurs enfants »161.

  • 162 Tanguy (Pierre), op. cit., p. 133.
  • 163 D’après des inventaires après décès.
  • 164 Article de Jean Tanguy, « Saint-Thégonnec en Léon : un enclos paroissial aux xviie et xviiie siècl (...)
  • 165 1774 : Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1988, p. 157.
  • 166 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 39.
  • 167 ADQ 13L 31.

54En fait, le travail du lin depuis la culture jusqu’au filage ne concerne qu’une petite partie de la zone toilière : seule la future « Ceinture dorée » élargie possède un sol assez riche pour permettre cette culture. En Léon, les inventaires après décès laissent apparaître des terres consacrées au lin dans une zone comprise entre la Manche et les paroisses de Ploudaniel162, Plounéventer163, Plouvorn, Taulé164. « Le lin est abondant à Plouvorn, écrit le recteur de cette paroisse en 1774. On y récolte tous les ans environ douze ou treize mille douzaine de lin »165. La limite occidentale de la zone linière léonarde paraît être l’Aber-Benoît, cependant que l’aber de la rivière de Morlaix en constitue la limite orientale. Il n’en demeure pas moins que l’on entrevoit des fileuses au sud de cette zone linière. Au xviiie siècle, le lin est, du reste, présent en 71 % des inventaires après décès des marchands de toile166. Des marchands de lin acheminent leurs marchandises vers le sud de la zone toilière : en 1799, la petite commune de Trémaouézan n’en compte pas moins de cinq167. Il apparaît cependant que le travail du lin ne touche pas l’extrême sud de la zone toilière. En 1774, le recteur de Commana écrit à propos de sa paroisse :

  • 168 1774 : Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1986, p. 247.

« Le fil pour la fabrique de la toile n’est pas fait dans la paroisse, il se tire des évêchés de Tréguier et de S[ain)t-Brieuc. L’on ne cultive ni lin ni chanvre ici. Le commerce de toile n’occupe que les blanchisseurs, dévideuses et tisserands... »168.

  • 169 ADQ 13L 31. 166 bis. Qui, n’a pas subi l’opération de blanchiment.

55La même constatation peut être faite à propos de Plounéour-Ménez169.

Des paysans-marchands de toile léonards à Josselin

56Effectivement, le Léon est loin de produire suffisamment de lin pour pourvoir aux besoins de son artisanat textile rural. De plus, le fil qui y est fabriqué – « touche de Léon » disent les inventaires après décès – n’a pas la qualité de celui qu’on va chercher ailleurs. Il apparaît clairement que les fabricants de toile s’approvisionnent en fil écru 166 bis en d’autres régions dès la première moitié du xviie siècle. Ce sont les pays de Josselin, du Trégor et de Saint-Brieuc qui les attirent. Décrivant, en 1666, la procession solennelle qui se déroule à Josselin, le mardi de la Pentecôte, le Père carme Isaac de cette même ville, met en évidence l’importance du groupe de Léonards qui y figurent en bonne place, ceints de l’épée comme des gentilshommes :

  • 170 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Rennes, édit. de 1843, a (...)

« Marchaient d’abord, écrit-il, six compagnies de bourgeois et habitants de la ville et des faubourgs, commandés par un gentilhomme. – Puis une compagnie de deux ou trois cents Léonnais, demeurant à Josselin pour apprendre le français et faire le commerce. Ils étaient vêtus de bleu, bonnet sur la tête, galant sur l’oreille, avec leur chupanne et leurs grandes chausses à la suisse, l’épée au côté et la hallebarde en main, commandés par un bourgeois... ».170

  • 171 C’est, par exemple, le cas d’honorable homme François Maubian en 1673 ou de Jean Paraman [Perraman (...)
  • 172 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 55.

57Les registres paroissiaux de Josselin attestent que de nombreux Léonards séjournent en cette petite ville au xviie siècle et qu’ils y sont marchands. Ils sont dits « breton leonnays » ou « marchand leonnays », voire « de la paroisse de Ploudiry, évêché de Léon »171. Des inventaires après décès précisent que leur commerce porte sur le fil : en 1733, Guillaume Abgrall, de La Martyre, doit 120 livres à son frère Joseph pour le fil qu’il a acheté à Josselin172. Les patronymes de ces Léonards sont typiques des marchands de toile. C’est ainsi que des actes de baptêmes, de mariages ou de décès de la paroisse de Notre-Dame du Roncier signalent à plusieurs reprises la présence à Josselin de membres des familles Abgrall, Caret, Cessou, Deniel, Grall, Hamon, Herrou, Kerautret, Kerbrat, Le Baut, Le Bras, Le Coulm, Le Guen, Le Hir, Léon, Le Roux, Le Stum, Martin, Maubihan, Ménez, Perramant, Perrot, Picart, Quéinnec, Rucart, Sanquer, Soubigou, Tanguy, Traouez...

  • 173 Saint-Martin, Saint-Nicolas, Sainte-Croix et Notre-Dame du Roncier qui est celle du centre.

58Alors que Josselin compte quatre paroisses173, ces Léonards habitent surtout en celle de Notre-Dame du Roncier. Leur présence y est attestée dès 1645, qui correspond à l’année de la tenue du premier registre paroissial. Elle paraît relativement importante de 1660 à 1690 puis elle se restreint, avant de disparaître ou presque, jusqu’au milieu du xviiie siècle. Quatre actes relatifs à des Léonards apparaissent cependant en 1737. Ce sont des Abgrall, Picart, Mainguy, Grall, Le Guen, Le Roux, Ménez, Cadoret qui y sont mentionnés.

  • 174 En 1724, un registre paroissial signale le décès de François Léon « marchand léonnais de la parois (...)

59Il arrive que l’on entrevoie à Josselin l’existence de familles de Léonards. Le 5 août 1668, on baptise, en l’église Notre-Dame du Roncier, Joseph Le Hir né de Guillaume et de Guillemette Le Bras. Le 25 septembre de cette même année est enterré, en l’église Saint-Nicolas, Fiacre Sanquer, âgé de douze ans, en présence de ses parents, Yves Sanquer et Marie Herrou. Quelquefois, on note, à Josselin, la présence de frères léonards vivant ensemble : Yves et François Sanquer en 1668, Yves et Yvon Quéinnec en 1670, François et Allain Léon174 en 1724, ou de frères et sœurs : Guillaume, Jean et Marie Le Hir en 1665.

  • 175 Voici le texte de l’un de ces actes : « Guillaume maubien fils Guillaume et de marie donneval né l (...)

60SOURCE : Archives municipales de Josselin
Traduction de l'un de ces actes, note 172175.

61On ne sera pas surpris du fait que ces marchands de fil exilés à Josselin y forment une véritable communauté. Ceci s’aperçoit, par exemple, à l’occasion des enterrements qui les concernent. Le 14 janvier 1670, en l’église Notre-Dame du Roncier, est inhumé le « marchand léonais » Alain Perramant, en présence d’amis aux patronymes bien léonards : Guillaume Le Stum, François Maubian, François Keruzaouen. Le 26 décembre de cette même année, Louis Déniel, Yvon Quéinnec, Yvon Le Sanquer et Jean Kerbrat assistent aux obsèques du marchand Yves Quéinnec dans la même église. Deux mois plus tôt était inhumé Guillaume Le Coulm, « breton leonnays agé d’environ douze ans », en présence de ses parents et de « compatriotes », dont Pierre Hamon, Maurice Kerfourn, François Le Sanquer et du recteur de la paroisse de Notre-Dame du Roncier, Jacques Hamon. Le 23 novembre 1724, François Léon, « marchand léonnais », décédé chez Maubian, est inhumé à Josselin en présence d’Allain Léon et d’Yves Soubigou.

  • 176 L’acte de mariage précise que François Maubian est originaire de Ploudiry. Il n’y a aucune précisi (...)

62La communauté formée sur les bords de l’Oust par les familles julodes est particulièrement perceptible dans les actes de baptême suivants. Le 24 septembre 1675, Marie Donneval, épouse de Guillaume Maubian, y accouche de jumeaux. Les parrains et marraines sont Guillaume Tranouëz et Louise Tanguy, Guillaume Hamon et Julienne de la Haye. Ces actes comportent par ailleurs les signatures de François Kerbrat, Guy Le Roux et Guillaume Cessou 172. Tous les assistants signalés sont donc Léonards, à l’exception de Julienne de la Haye176 qui est la femme d’« honorable homme » François Maubian, natif de Ploudiry, qu’elle a épousé à Josselin le 16 janvier 1673.

63Dans la description ci-dessus de la procession du mardi de la Pentecôte, on signale que les Léonards sont « commandés par un bourgeois ». Il nous semble que ce chef ou responsable de la communauté peut être identifié dans les registres de Josselin. Dans la deuxième moitié du xviie siècle, un Léonard y est qualifié de « maître ». On relève à plusieurs reprises « maître » Guillaume Le Hir dans les années 1660. Après son décès survenu à l’âge de trente ans en octobre 1668, il est remplacé par son frère « maître » Jean Le Hir. En 1670, on trouve « maître » Maurice Kerfourn puis, à nouveau, « maître » Jean Le Hir à partir de 1673.

  • 177 Ordo du diocèse de Quimper et de Léon, 1949, p. 37-38. Ces aumôniers des Bretons étaient Jean-Mich (...)

64Il apparaît plus nettement que ces Léonards établis à Josselin sont encadrés par des prêtres de leur évêché d’origine. Ce sont Jacques Hamon de 1660 à 1670, François Tanguy vers 1675, Jean Grall vers 1680, Louis Kerautret vers 1720, Nicolas Ménez vers 1730. Jacques Hamon et Jean Grall deviennent, du reste, recteurs de la paroisse de Notre-Dame du Roncier. Comme la ville de Josselin faisait partie du diocèse de Saint-Malo, on ne peut penser que ces prêtres provenaient de la zone bretonnante de l’actuel département du Morbihan. Leurs patronymes sont du reste bien léonards. Il y a tout lieu de penser, en outre, que ces ecclésiastiques accompagnent non seulement des compatriotes mais des membres de leur famille. Il est probable qu’en Basse-Bretagne la tradition voulait que des prêtres suivent leurs fidèles en terre étrangère. Cet usage s’expliquerait par l’empreinte laissée par le monachisme celtique sur la religion des Bas-Bretons et par le fait que ceux-ci s’exprimaient en une langue différente de celle de leur terre d’accueil. Pour mieux le comprendre, il suffit de se rappeler que les Bretons d’Angers, de Versailles, de Périgueux, de Marseille disposaient d’aumôniers finistériens, à demeure, encore au milieu du xxe siècle177.

  • 178 Ce sont, vers 1660, Guénolé Le Coulm X Olive Moulnier, Julien Rucart X Jeanne Diruchon, Jean Manso (...)

65Il n’est pas douteux que les prêtres léonards contribuèrent à renforcer les liens ethniques entre leurs ouailles installées à Josselin. Ce qui ne signifie nullement que la communauté qu’elles formaient fût fermée. Au cours de la période 1660-1700, nous avons repéré 16 mariages mixtes dans la seule paroisse de Notre-Dame du Roncier : treize concernent des Léonards qui prennent femme à Josselin et trois des Léonardes qui épousent des Josselinais178. Il semble que ces Léonards firent souche et furent, par conséquent, enterrés à Josselin. C’est par exemple le cas de Guénolé Le Coulm (X Olive Moulnier) qui meurt vers 1665, de Jean Le Hir († 1676) (X Jeanne Joubin), de Guillaume Sanquer (X Françoise Drogart) et de Nicolas Kerautret (X Marie Pénart) qui meurent l’un et l’autre à l’âge de 70 ans en 1724 et en 1726.

  • 179 Marc (Jacqueline), La Martyre aux xviie et xviiie siècles : aspects démographiques, économiques et (...)
  • 180 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 46.
  • 181 AM de Guimiliau, registres paroissiaux, en février 1775, Alain Breton de Lampaul-Guimiliau est « h (...)
  • 182 Saint-Thégonnec, parcours, La Manufacture des « Crées » du Léon, art. de Jean Miliau Garion, Spéze (...)
  • 183 AM de Kersaint-Plabennec, registres paroissiaux. Au moment de son mariage avec Marguerite Kerdelan (...)
  • 184 Inisan (Lañ), Généalogie Inisan, op. cit., p. 28. Né à Plounevez-Lochrist en 1678, Yves Inisan s’e (...)
  • 185 Au village de Crechquial en Bodilis (Les Cahiers de l’Iroise, avril-mai 1956) art. d’Auguste Hétet (...)
  • 186 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers... art. cit., p. 190.
  • 187 Ibid., p. 190.

66Non contents de s’approvisionner en fil écru dans la région de Josselin, les marchands toiliers envoient également leurs garçons vers le Trégor et le pays de Saint-Brieuc. Leur présence y est manifeste de la fin du xviie siècle jusqu’à la Révolution. Au moment de leur mariage, ces marchands de fil sont signalés à Loguivy179, à Tréguier180, à Berhet181, à Bégard182, à Lanvollon183, à Châtelaudren184, à Plélo185… Nous avons davantage de précisions sur la petite colonie de Léonards qui séjourne à Saint-Brieuc entre 1716 et 1741. Vingt-huit d’entre eux sont revenus au pays pour y prendre femme, cependant que treize se sont mariés à Saint-Brieuc ou dans la région186. La durée de leur séjour avant leur mariage n’est indiquée que pour six d’entre eux : « quelques années », « anciennement » (deux cas), douze, quinze et vingt ans. L’âge pour les sept cas précisés s’échelonne de 26 à 33 ans187.

  • 188 Ibid., p. 190.
  • 189 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 46.

67En fait, ces jeunes gens ne se contentent pas d’acheter du fil pour leur père, ils travaillent également pour le compte d’autres marchands188. Ainsi, en 1768, François Pencreac’h, de Landivisiau, demande à Guillaume Ansquer, son commissionnaire à Tréguier, de lui acheter 278 poids de fil pour 4 182 livres189. En 1743, un procès en héritage met en relief l’important rôle joué par un Allain Croguennec dans le pays de Saint-Brieuc :

  • 190 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers... art. cit., p. 190.

« Doué de quelques talents, [cet homme fut] envoyé dans sa jeunesse au paix [pays] de Saint-Brieuc, [il] y fit (....) pendant plus de dix-sept à dix-huit ans (...) le commerce du fil dont il raporta les proffits à son père, prof-fits qui avoint esté sy considérables qu’il enrichit toute la famille et la maison de son père »190.

68Il eût été intéressant de savoir si ces cas d’enrichissement ont été nombreux. Quoi qu’il en soit, il est certain que les séjours de fils de marchands de toile dans le Trégor et dans les pays de Saint-Brieuc et de Josselin ont contribué à développer leur sens commercial et, pour ces deux derniers pays, à les familiariser avec la langue française.

Le blanchiment du fil

  • 191 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 47.

69À l’inverse de ce qui se produit dans les autres régions toilières, en Léon on blanchit le fil et non la toile. L’opération de blanchiment est, sans conteste, ce qui aujourd’hui rappelle le mieux l’ancienne activité textile de cet antique évêché. Les actuels habitants de la zone toilière ignorent généralement que leurs ascendants ont tissé, mais savent qu’on y a travaillé le lin et le fil : de nombreuses buanderies en ruine rappellent le blanchiment du fil. Plus souvent encore, ces bâtiments sont évoqués par la toponymie : Kandy ou Park-ar-c’handy, « blanchisserie » ou « champ de la blanchisserie ». 46,5 % des inventaires après décès des marchands toiliers dépouillés par P. Moal et M.-L. Carrer font état d’une buanderie191.

  • 192 Archives privées communiquées par Madame Grall, cahier de prisage.
  • 193 Feutren (J.), Une dynastie de marchands toiliers, art. cit., p. 18.
  • 194 Inventaire après décès d’Anne Cessou, veuve d’Yves Cloarec (Archives privées communiquées par E. P (...)

70Celle-ci est généralement située au fond d’un vallon à une certaine distance de la maison d’habitation. Traversée par un filet d’eau qui émane d’une source placée à flanc de coteau, elle comporte une ou deux cheminées, un lavoir, deux, trois ou quatre cuves en pierre. L’eau courante alimente directement le « doué » qui est constitué sur ses quatre côtés de dalles d’ardoise et surmonté de deux ou trois dalles de schiste, les repamoirs. La longueur de la buanderie varie de 5 à 8 mètres. En 1843, la longueur du kandy des Abhervé-Guéguen, à Guerjean en Guiclan, est de 7,70 m, sa largeur de 4,25 m et sa hauteur de 2,80 m192. Sa valeur est de 676 F. En 1750, la « maison à blanchir des Inisan » de Kervern en Pleyber-Christ, est longue de 7,75 m, large de 4 et haute de 2,15193. La buanderie du Fers en Saint-Thégonnec, toujours couverte, est longue de 8 m et large de 6,50 m. En 1810, la valeur du matériel contenu dans la « maison à buée » de Gorré-Beuzit en Landerneau s’élève à 193 F194.

  • 195 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers… art. cit., p.191.
  • 196 Ibid.
  • 197 Le montant de l’inventaire est de 9 246 livres.
  • 198 ADQ 16B Plounéventer.
  • 199 Feutren (J.), Une dynastie de marchands de toile... art. cit., p. 20.

71Les opérations qui se déroulent dans les buanderies sont assez simples. L’eau, préalablement chauffée dans l'âtre, est versée dans les cuves en pierre. Les buandiers y mettent les fils écrus et de la charrée, c’est-à-dire de la cendre de bois de hêtre qui sert de lessive. Quand les fils sont bien imprégnés de la potasse contenue dans la cendre, on les étend sur l’herbe du courtil à fil – liorz-an-neud –où ils sont régulièrement retournés195. L’opération est répétée tous les dix à quinze jours pendant la belle saison. Les fils reçoivent ainsi de trois à neuf « buées » selon le degré de blancheur que l’on veut obtenir196. En dernier lieu, on les suspend à des cordes pour les faire sécher. Ce travail de blanchiment apporte une importante plus-value au fil, dont la valeur augmente d’un bon tiers. En janvier 1778, chez Françoise Kermarrec, du Richou en Saint-Servais197, la livre de fil écru vaut 25 sous et celle de fil blanc, 40 sous198. Il est inutile de préciser que les inventaires après décès mentionnent des fils à tous les stades du blanchiment : « fil cru dans une auge », « 70 poids de fil à demi blanchi », « une cuvée et demi de fil tant sur le pré que dans l’eau », « cuvée de fil à six buées ». Les courtils à fil peuvent couvrir une importante superficie. En 1837, les quatre liorz-an-neud de Kervern en Pleyber-Christ s’étendent sur 43 ares199.

  • 200 Ibid., p. 19.
  • 201 ADQ 16B Plounéventer.
  • 202 Archives privées Grall – Cahier de prisage.

72Assez loin des maisons d’habitation, dans les buanderies ou sur les courtils, les fils ne peuvent que tenter les voleurs. Aussi sont-ils bien surveillés. En 1750, le courtil à fil de Kervern compte trois loges – lochenn, plur. lochen-noù200. Les inventaires après décès de marchands toiliers signalent fréquemment des couchettes de peu de valeur en de misérables « logettes ». En mars 1735, chez l’honorable marchand Jacques Toullec, du manoir de Mézarnou en Plounéventer, on signale l’existence dans le pré à fil de deux logettes exiguës, avec deux petites couchettes sans « accoutrements », dontla valeur totale n’est que de 12 livres. À la même époque, à Kerarbellec dans la même paroisse, on donne une valeur de 8 livres à une couchette et à une loge situées dans le pré à fil201. Il nous est donné de connaître les dimensions précises de la loge du courtil de la ferme Abhervé-Guéguen, de Guerjean en Guiclan. Construite en maçonnerie à la base, elle est longue de 4,45 m, large de 2,18 m, haute de 2 m dans les pignons, cependant que la hauteur moyenne n’est que de 1,60 m. Elle est couverte de genêts. Sa valeur est de 83,76 F en 1843202. Si elle est moins simple que les autres logettes que nous venons de signaler, elle demeure très sommaire. Les « deux retraites à pourceaux » de Guerjean valent 170,74 F à cette même date de 1843.

  • 203 Ibid.
  • 204 ADQ 16B Ploudiry (1742-1743).
  • 205 Montant de l’inventaire : 10 545 livres.
  • 206 ADQ 16B Le Drennec.

73C’est aux domestiques que l’on demande de coucher dans ces abris de fortune : on exige d’eux qu’ils soient utiles, même dans leur sommeil. On peut imaginer qu’ils ont quelquefois un fusil ou un pistolet à portée de main, cependant qu’un ou plusieurs chiens donnent l’alerte en cas d’irruption de maraudeurs. La loge du courtil à fil de Guerjean comporte « un chenil à l’extérieur » du côté du pignon au levant203. En 1742, on signale deux chiens dans le courtil à fil d’Yves Le Roux, de Loguellou en Pencran, dont l’un vaut 3 L 12 s « avec sa chaîne et son collier »204. La buanderie est également surveillée. Une couchette y est mentionnée, en 1760, chez Pierre Goasduff205, du manoir de Pentreff, en Landouzan, au Drennec206. À Guerjean, on mentionne la présence d’une loge au couchant de la buanderie. Sa longueur est de 3,90 m, sa largeur de 2,90 m et sa hauteur moyenne de 1,20 m. Elle est couverte de genêts.

  • 207 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 48.
  • 208 Art. cit., BSAF 1986, p. 247.

74Comme ils ne parviennent pas à faire face à leurs besoins en fil blanc, il arrive que des marchands de toile fassent appel à des blanchisseurs spécialisés. L’inventaire effectué, en 1708, chez Jean Le Bourlès, de Luzec en Saint-Thégonnec, précise qu’il y a « quatre cuvées de fil cru à blanchir sur le courtil à Luzec et une cuvée à blanchir chez Hervé Guéguen à Ploudiry »207. En réponse à l’enquête de 1774 sur la mendicité, le recteur de Commana écrit : « le commerce des toiles n’occupe que les blanchisseurs, dévideuses, tisserands… »208. Il s’agit de blanchisseurs spécialisés. On repère quelquefois des paysans qui possèdent des fils écrus mais pas de fil blanc, bien que leurs inventaires après décès signalent pré à fil, maison à buée et logette : ils travaillent pour le compte de marchands de toile.

La préparation des chaînes

  • 209 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 48.
  • 210 Ibid.

75Une fois blanchi, le fil est confié aux « dévideuses » qui, dans un premier temps, déroulent le fil accumulé en masse. Elles le passent ensuite dans une « forme à dévider » ou « dévidoir ». Ces appareils sont mentionnés dans 87,3 % des inventaires de marchands de toile209. Répartis selon leur degré de finesse, les fils sont disposés en bobines : les plus fins garnissent les cannelles qui sont glissées dans la navette pour tisser la trame, cependant que les plus épais et les plus solides sont enroulés sur des bobines de chaîne210.

  • 211 Ibid., p. 49.
  • 212 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers.... art. cit., p. 191.
  • 213 ADQ 13L 107 et 10L 228, p. 6.
  • 214 ADQ 10L 228. Pierre Riou nous dit que si « les ouvriers » étaient employés à temps plein, leur nom (...)

76Intervient ensuite l’ourdissage qui est la dernière opération avant le tissage. Elle consiste à assembler parallèlement un certain nombre de fils d’égale longueur autour d’une « bobine horizontale à six aubes » appelée ourdissoir afin d’obtenir des chaînes dites ourdies. Le nombre de fils correspond à la largeur souhaitée (59, 69 ou 79 cms), la longueur est de 50 aunes, soit 61 mètres pour une demi-pièce. Ainsi, en 1708, François Le Mer, honorable marchand de Saint-Thégonnec, laisse à sa mort « 20 chaînes ourdies pour faire 20 demi-pièces de toile de trois-quarts de laize » (= largeur)211. Une chaîne pèse de 5 à 6 kg. En 1785, cas tout à fait exceptionnel, Louis-François Le Roux de Landivisiau a chez lui 292 chaînes prêtes pour ses tisserands212. Les chaînes sont le plus souvent préparées chez les paysans-marchands de toile mais elles peuvent l’être aussi par les tisserands ou, plutôt, par leur femme et leurs enfants213. En 1789, Pierre Riou estime qu’il faut quasiment un préparateur de chaînes (dévidage, ourdissage) pour deux tisserands214.

Le tissage

  • 215 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.
  • 216 Guide des Archives du Finistère, op. cit., art. de Jean Tanguy, p. 411.
  • 217 D’après les cartes établies par Jean Tanguy, 59 % des inventaires après décès de la seconde moitié (...)
  • 218 ADQ 13L 31, Plounéour-Ménez. Dans cette commune, fait exceptionnel, on signale les citoyens passif (...)
  • 219 Enquête sur la mendicité... art. cit., p. 183.
  • 220 Ibid.
  • 221 Gelley (R.-A.), L’assistance dans le diocèse de Léon..., op. cit., p. 34.
  • 222 Ibid., p. 25.
  • 223 Il est certain qu’il n’y avait pas 224 familles de tisserands, dans la mesure où deux ou trois tis (...)

77Moins du tiers (29,6  %) des inventaires après décès des marchands de toile font état de métiers à tisser215. Ceci revient à dire que l’essentiel de la production toilière est le fait de paysans-tisserands et de tisserands ruraux. Il apparaît que ces derniers ne sont pas les plus nombreux. Ainsi, en 1708, la paroisse très toilière de Saint-Thégonnec ne semble pas compter plus de 51 « tissiers » ou tisserands indépendants216. En 1791, sur les 650 ménages que compte Plounéour-Ménez, la moitié environ possède un métier à tisser217. Parmi lesquels les tisserands professionnels ne sont que 62, soit 23,69 % de ceux qui tissent218. En 1774, Sizun compte 224 « tisserands et tisserantes », 168 dévideurs et dévideuses et 146 journaliers219. Il est vrai que dans cette paroisse, presque tous les inventaires après décès de la seconde moitié du xviiie siècle font état de métiers à tisser : 368 sur 383, soit 96 %220. En tablant sur une moyenne de près de six personnes par famille – 5,65 selon R.-A. Gelley221 – on obtient que le nombre des ménages y est de 646 en 1774222. Six cent vingt familles possèdent un métier à tisser. Les paysans et les journaliers représentent donc (620 moins 224) 64 % des tisserands au moins223.

Le nombre de tisserands

  • 224 ADQ 10L 228, Observations sur le commerce...op. cit., p. 6.
  • 225 Gautier (Elie), Tisserands de Bretagne, Skol Vreizh, 1988, p. 51.
  • 226 Ibid., p. 47. Le fil est cassant du fait du froid.
  • 227 Brousmiche (J.-F.), Voyage dans le Finistère..., op. cit., p. 122.

78Pierre Riou nous donne de précieuses indications pour mieux compter l’ensemble des tisserands de la zone toilière du Léon, à la veille de la Révolution. Pour faciliter ses calculs, il considère que 1 699 métiers à tisser battent 20 jours par mois, dans la zone de rayonnement du port de Morlaix224. Pourquoi 20 jours et non 25 ou 26 ? L’auteur du Mémoire sur le commerce de Morlaix nous fait observer qu’il faut compter avec les jours de fêtes et de maladies, avec les « occupations particulières » et le dévidage. Ce nombre de 20 jours paraît tout à fait plausible lorsque l’on sait que les tisserands se rendent chez les marchands de toile, quelquefois à quelques lieues de chez eux, pour prendre livraison du fil et remettre leur production. Si l’on en croit F. Habasque, il faut un jour pour mettre la chaîne sur le métier225. Les jours de gelée, il est difficile de travailler226. Le plus souvent, les tisserands cultivent quelques parcelles de terre qui les détournent de leurs travaux habi-tuels227. On peut imaginer, enfin, qu’il leur arrive de s’employer comme journaliers, ne serait-ce que pour se gagner les quelques sous qui leur permettront de faire face à leurs besoins immédiats.

  • 228 ADQ 10L 228, P. RIOU, op. cit., p. 6.
  • 229 Elégoët (Louis), Saint-Méen – Vie et déclin d’une civilisation paroissiale dans le Bas-Léon, Paris (...)

79Pierre Riou dit clairement que le chiffre de 1 699 métiers n’est que théorique : pour faciliter ses calculs, il table sur le fait qu’un tisserand produit de la toile 20 jours par mois, tout en sachant pertinemment qu’un « grand nombre de métiers chôment par intervalles »228. Il est manifeste, par conséquent, que le nombre de métiers réels est beaucoup plus important que celui de 1 699. Les tisserands professionnels représentent, au maximum, le tiers de l’ensemble de ces artisans : à la veille de la Révolution, ils sont 36 % à Sizun et 23 % à Plounéour-Ménez. Les autres sont à la fois paysans et tisserands : ils tissent surtout pendant la morte-saison, c’est-à-dire de novembre à mai. Le tissage est cependant loin d’être une occupation constante. Plusieurs semaines sont consacrées à des travaux agricoles au cours de la morte-saison : semailles d’automne et de printemps, entretien des talus et des prairies, coupe de bois, soins aux animaux... De juin à octobre, l’agriculture éloigne les paysans des métiers sauf, peut-être, pendant deux ou trois semaines en juillet. À la fenaison en juin, succèdent, en juillet, le sarclage du blé noir et, au nord de la zone toilière, l’arrachage du lin. Puis, de la fin du mois de juillet jusqu’à la deuxième quinzaine d’octobre interviennent les longs travaux de la moisson et du battage. Ceux-ci se terminent par la récolte de blé noir qui revêt une grande importance. Vers 1870 encore, la rentrée scolaire, qui a lieu le 1er septembre, ne devient effective qu’après la récolte de blé noir, c’est-à-dire à la fin du mois d’octobre229.

  • 230 Le nombre de tisserands professionnels est de 1699/3 = 566 ; celui des paysans-tisserands : (1699 (...)
  • 231 Pierre Riou nous dit que 35 911 demi-pièces de 50 aunes sont contrôlées à Morlaix en 1788. La prod (...)
  • 232 Entre 1756 et 1763, 29166,5 pièces sont annuellement contrôlées à Morlaix (P. Riou, op. cit., p. 6 (...)
  • 233 D’après GELLEY (R.-A.), op. cit., p. 25. Nous n’y avons pas englobé la population des villes.
  • 234 D’après Gelley (R.-A.), op. cit., p. 25. Nous avons utilisé les chiffres de 1774, en nous fondant (...)

80Si l’on considère que les paysans-tisserands tissent pendant sept mois par an, le nombre de métiers s’élève à 2 508230, en 1788, dans la zone de rayonnement de Morlaix et à 377 dans celle de Landerneau231. Ce qui, dans l’ensemble de la zone toilière, représente un total de 2 885 métiers en 1788. En suivant la même méthode de calcul, on obtient 4 690 métiers vers 1760232 et 11 188, en 1680, c’est-à-dire lorsque la manufacture toilière du Léon était à son apogée avec une production de l’ordre de 80 000 pièces. Sachant que la zone toilière retrécie renferme 57 640 habitants en 1774233, on peut en déduire qu’elle compte un métier à tisser pour 19 habitants, en 1788 et un pour 12 en 1760. En 1680, la zone toilière élargie contient quelque 95 000 personnes234 et on peut supposer un métier à tisser pour 8 individus.

  • 235 D’après Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 1 et Tanguy (Stéphane), op. cit.. Les pourcentag (...)

81Cette dernière indication peut paraître surprenante. Elle devient tout à fait plausible quand on sait qu’au xviiie siècle, c’est-à-dire lorsque l’artisanat textile décline irrémédiablement, le pourcentage des métiers par rapport au nombre d’inventaires est encore de 127 au Tréhou, de 107 à La Roche-Maurice, de 106 à Ploudiry, de 96 à Sizun, de 81 à Plounéour-Ménez, qu’il dépasse les 55 % à Plouvorn, Plouzévédé, Pleyber-Christ et Plounéventer235. Les pourcentages supérieurs à 100 tiennent au fait qu’il y a, quelquefois, deux, trois métiers, ou plus, dans une même maison. En considérant que l’on compte, en moyenne, 6 personnes par famille, on aboutit à la conclusion qu’il y a un métier pour 5 habitants – 4,7 précisément – au Tréhou, un pour 6 à La Roche-Maurice (5,6), à Ploudiry et à Sizun (6,2), un pour 7 à Plounéour-Ménez et un pour 10 – ou presque – à Plouvorn, Plouzévédé, Pleyber-Christ et Plounéventer. Voilà des chiffres qui confirment que le Léon toilier constituait une véritable manufacture au xviie siècle et au cours de la première partie du siècle suivant.

La place du métier chez les tisserands

  • 236 ADQ 16B La Forest (1717-1769).
  • 237 Brousmiche (J.-F.), op. cit., p. 53.
  • 238 D’après les inventaires après décès.

82Chez les tisserands, les métiers à tisser trouvent place en trois endroits. Ils peuvent être à l’étage : en 1735, chez Pierre Le Gall, de Mesguen en La Forest-Landerneau, dont l’inventaire se monte à 973 L, deux métiers sont placés dans « la chambre au-dessus de la cuisine »236. En d’autre cas, le métier est au fond de la maison manale, près d’une fenêtre. Vers 1830, J.-F. Brousmiche constate, à propos de Plougastel, qu’il est toujours « placé dans l’endroit le plus clair et le plus propre de la maison »237. C’est peut-être ce qui explique la présence assez fréquente dans le pays toilier, de ces vieilles maisons éclairées par deux fenêtres : l’une « au haut-bout », l’autre, au fond ou « au bas-bout ». Le plus souvent, le métier se trouve dans un local à part que l’on appelle « maison à tisserand » ou « maison à texier »238. Dans ce cas, la « maison manale » est clairement distinguée de la « maison à texier ». Il arrive, du reste, que celle-ci comporte deux métiers à tisser.

  • 239 ADQ 16B La Forest (erreur de classement).
  • 240 Le Berre (Alain), Une paroisse de l’évêché de Léon au xviiie siècle : étude de la société, de l’éc (...)
  • 241 Art. cit., BSAF 1988 p. 178.
  • 242 ADQ 13L 31 Plounéour-Ménez.

83Le tisserand est quasiment toujours propriétaire de son outil de travail. En 1729, Jean Baron, de Roc’hleguer en Sizun, ne laisse pas plus de 158 L de biens mobiliers mais son métier à tisser, qui vaut 15 livres, lui appartient239. La valeur des métiers qui se situe autour de 15 livres vers 1730, tombe à 6-8 livres au cours des deux décennies qui précèdent la Révolution240 C’est probablement la conséquence du déclin de l’artisanant rural toilier. Si le dévidage et, surtout, le filage sont des travaux féminins, il apparaît clairement que le tissage n’est pas un travail réservé aux hommes. Dans l’enquête de 1774, le recteur de Saint-Thégonnec distingue « tisserands » et « tisserannes »241. En 1791, sur 35 tisserands qui, à Plounéour-Ménez, acquittent moins de 2 L 5 s d’impôts, 13 sont des femmes242. Si l’on en croit J.-F. Brousmiche, vers 1830, les tisserandes sont fort nombreuses au sud-est de la zone toilière.

  • 243 Brousmiche (J.-F.), op. cit., p. 148.

« Dans les communes que nous venons de parcourir, écrit-il, [Pleyber-Christ, Plourin, Plougonven] on voit un grand nombre de métiers de tisserands en activité... Une remarque à faire, c’est que presque toutes les toiles sont tissées par des femmes ou des jeunes filles... »243.

Marchands de toile et tisserands

  • 244 Tanguy (J.), Les marchands toiliers... art. cit., p. 191.
  • 245 Ibid., p. 191.
  • 246 Guy Le Guen naquit à Larlac’h en Plouédern, épousa Anne Kerangall à Landivisiau le 3 juillet 1724 (...)
  • 247 Landivisiau compte 2 204 habitants en 1774 (R.-A. Gelley, op. cit., p. 25), 2 124 en 1800 (BSAF 19 (...)

84Comme nous avons compté 400 marchands de toile en Léon en 1799, et quelque 2 885 métiers à tisser en 1788, on peut en déduire que le nombre moyen de métiers s’élève à 8 par marchand – 8,6 précisément. Ce nombre serait de 5,2 si les tisserands travaillaient à temps plein. On observe évidemment une grande diversité d’un marchand de toile à l’autre. Jean Tanguya calculé qu’Yves Le Guen, de Landivisiau, frère du futur député aux États Généraux, avait, au moins, 87 « ouvriers » en 1753244. Ils se dispersent dans une zone longue de 18 kilomètres d’ouest en est, en bordure de l’Elorn, et large de 13 kilomètres. Comme la valeur des fils et toiles possédés par Yves Le Guen atteint 41 000 livres, le même Jean Tanguy estime qu’en 1785 le Landivisien Louis-François Le Roux, avec 98 000 livres, devait employer au moins 200 « ouvriers » : il y a d’ailleurs chez lui 292 chaînes ourdies prêtes pour les tisserands245. Ce sont là des marchands de toile exceptionnels qui ont abandonné l’agriculture246 pour prendre place dans la bourgade de Landivisiau 247.

  • 248 Archives privées E. Pouliquen. Les cinq tisserands sont Sébastien Galliou, François Prigent, Isabe (...)
  • 249 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.

85Certains inventaires après décès précisent quelquefois qu’une ou plusieurs pièces de toile sont chez « le tisserand ». Ce qui laisse supposer que certains marchands n’en ont qu’un seul. En 1796, Jean-Louis Cloarec, de Gorré-Beuzit en Landerneau, indique les noms de ses cinq tisserands sur son carnet de comptes248. En 1790, François Pouliquen, de Kergoat-bras en Pleyber-Christ, fournit des fils à cinq tisserands également249.

La rémunération des tisserands

  • 250 BSAF 1986, art. cit., p. 250.
  • 251 ADQ 13L 107.
  • 252 Carnet de comptes de Jean-Louis Cloarec.

86Nombreux sont les documents qui révèlent que les tisserands sont mal rémunérés mais rares sont ceux qui donnent des indications relativement à leur salaire. En réponse à l’enquête sur la mendicité effectuée en 1774, le recteur du Drennec écrit que le tisserand « le plus diligent » ne gagne pas plus de 6 livres par quinze jours250. En janvier 1799, des administrateurs du canton de Pleyber-Christ font remarquer qu’un tisserand doit vivre et faire vivre sa famille avec « six francs par quinze jours », « encore, est-il précisé, lui faut-il qu’une autre personne lui divide »251. Compte-tenu des fluctuations monétaires que la Révolution a connues, on peut établir qu’un domestique gagne environ 45 livres par an en 1799252 comme en 1774.

  • 253 17 955,5 pièces/1 699 métiers à temps plein = 10,5 pièces.

87Cette manière de compter par quinze jours, c’est-à-dire pour deux semaines de travail, correspond, à coup sûr, au temps qu’il faut à un bon tisserand pour tisser une demi-pièce de toile (61 m) d’une certaine largeur. Les indications fournies par Pierre Riou révèlent « qu’un bon ouvrier » fabrique 10,5 pièces par an en 1788253. Mais cet auteur établit une moyenne entre les « espèces de toile » : étroites (59 cms), entrelarges (69 cms), larges (79 cms). Il est donc probable que les 6 livres correspondent à une demi-pièce étroite. Un autre indice tend à le confirmer. Le 19 août 1790, le marchand de toile J.-L. Cloarec avance 6 L à l’un de ses tisserands et 9 à un autre : le premier fabrique peut-être des toiles étroites et le second des larges. Dans ces conditions, un tisserand fabrique annuellement 1 464 mètres de toile de 59 cm de large ; soit 6,1m par jour de tissage.

88Si la rémunération du tisserand est, en moyenne, de 12 livres par pièce (= 122 m) étroite vers 1789, il apparaît qu’elle varie selon la conjoncture toilière.

  • 254 BSAF 1988, 1774 : les recteurs léonards... art. cit., p. 183.

« Il arrive, écrit le recteur de Sizun en 1774, que le commerce de toille n’a pas toujour le même avantage, soit que le prix des toilles diminue, soit qu’on ne trouve point à s’en défaire avec la même facilité, ce qui fait que lors les tisserants sont obligé de diminuer le prix pour les faire et plusieurs ne trouvent point d’ouvrage... »254.

  • 255 Gelley (R.-A.), op. cit., p. 70.

89Il est probable que les tisserands aient été moins mal rétribués en d’autres temps, lorsque les conditions étaient plus favorables. En 1733, l’intendant Gallois de la Tour rapporte que « les tisserands gagnent 8 à 10 sous par jour »255. C’est également le cas en 1774 ou en 1799 mais entre temps l’inflation a dépassé les 30 %.

  • 256 1774 : Les recteurs léonards... art. cit., BSAF 1986, p. 253 ; 1987, p. 304, 305, 317.
  • 257 Le recteur de La Forest écrit en 1774 à propos des journaliers : » Ils sont occupés à peu près hui (...)
  • 258 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 77 « Les domestiques journaliers adultes reçoivent en hiver de 25 à (...)
  • 259 BSAF 1986, Les recteurs léonards... art. cit., p. 253.
  • 260 Il fallait acquitter 2 livres 5 sous d’impôts pour être citoyen actif (ADQ 13L 31).
  • 261 ADQ 13L 31. On y trouve la liste des citoyens actifs et passifs.

90Si l’on table sur la fabrication d’une pièce de toile par mois, les gains annuels d’un bon tisserand sont de l’ordre de 144 L (12 x 12) à la veille de la Révolution. Ce qui représente à peine 10 sous par jour ouvrable. À raison de 4 à 5 sous par jour256, en moyenne, un journalier qui trouve à s’employer 300 jours par an – ce qui est fort difficile257 – gagne de 60 à 75 L. C’est deux fois moins que le tisserand mais le « brassier » est nourri par son employeur. Or, vers 1840, J.-M. Elléouet estime que la nourriture représente la valeur du salaire du journalier en été et nettement plus en hiver258. Dans ces conditions, les gains des journaliers et des tisserands, par journée de travail, sont sensiblement les mêmes. Mais les premiers sont plus touchés que les seconds par le chômage. « Ils sont occupés, écrit le recteur de La Forest en 1774, à peu près huit à neuf mois de l’année, et les trois ou quatre autres mois n’ont rien à faire »259. En 1791, le suffrage censitaire exclut tous les journaliers de Plounéour-Ménez du droit de vote260, alors que sur 40 tisserands en âge de voter, 18 – soit 45 % – sont classés citoyens actifs261.

  • 262 BSAF 1987, 1774 : Les recteurs léonards... art. cit., p. 305.

91Les tisserands qui accèdent au droit de vote ne dépassent guère la limite fiscale requise, qui est de 2 L 5 s : les témoignages de l’époque tendent, en effet, à les placer au même rang que les journaliers. S’exprimant, en 1774, au sujet des pauvres de sa paroisse, le recteur de Pleyber-Christ observe qu’ils sont « laboureurs à la journée ». « De plus, ajoute-t-il, ils sont presque tous ou tisserands ou dévideuses et à des gages si médiocres qu’il est impossible qu’ils puissent s’entretenir quand ils sont mariés pour peu qu’ils ayent quelques enfants »262. De son côté, le recteur du Drennec constate que les parents des enfants qui mendient sont journaliers ou tisserands.

  • 263 Ibid., 1986, p. 250.

« La cause unique de leur mendicité, écrit-il, est que 5 sous par jour ou 6 L par quinze jours que le plus diligent tisserand peut gagner n’est pas suffisant pour nourrir et entretenir 5 ou 6 enfants, quand surtout le père ou la mère dépense 7 à 8 s par semaine en tabac »263.

92Les administrateurs du canton de Pleyber-Christ ne s’expriment pas autrement en janvier 1799 :

  • 264 ADQ 13L 107. Les administrateurs du canton de Pleyber-Christ demandent à leurs collègues de l’admi (...)

« Les tisserands, écrivent-ils, sont ceux qui font parmi nous fourmiller les mendiants. Le père tisserand a toujours ses enfants à la mendicité et cela n’est pas surprenant. C’est un homme, nous le supposons, qui a à sa charge une femme et trois enfants et un petit loyer à payer, comment peut-il en gagnant six francs par quinze jours leur procurer le nécessaire ? »264.

93De son côté, Pierre Riou, non content de décrire, avec grandiloquence, la dure condition des tisserands, désigne les responsables de cette situation.

  • 265 ADQ 10L 228. Observations..., p. 4.

« Ces riches campagnards [les marchands de toile], écrit-il, en 1789, seuls possesseurs du numéraire qui fait la masse du fonds de ce commerce, tiennent dans la plus indigente servitude des milliers de misérables qui seuls fabriquent à la sueur de leur front, toutes les toiles de nos marchés, sans presqu’aucun salaire de leur peine et de leur travail ; en sorte qu’à défaut d’un bénéfice proportionné et suffisant à leur subsistance et à celle de leurs familles, ils gémissent dans les fers du plus cruel esclavage et se voient contraints d’épuiser leur santé et leurs forces par l’excès d’un travail nocturne et trop continu, et de recourir même à la précipitation, ou aux fraudes d’une fabrication vicieuse, nécessairement nuisible à la qualité des toiles, et par conséquent au commerce lui-même »265.

La commercialisation des toiles

  • 266 Tanguy (J.), Les marchands toiliers... art. cit., p. 191.
  • 267 Ibid.

94Quand les tisserands ont terminé leur travail, ils font quelquefois 4 à 5 lieues pour remettre quelques pièces de toile au « fabriquant ». Dès lors, celles-ci reçoivent leurs derniers apprêts. Elles sont étendues sur une « table à polir la toile » afin d’être lissées avec des « cailloux de gros verre »266. Après quoi, elles sont pliées à l’aune de 1,22 m, avant qu’on ne les fasse passer dans un pressoir à lin. Elles reçoivent ensuite la marque du fabricant, puis elles sont glissées dans une « poche pour le commerce », avant d’être commercialisées à Morlaix ou Landerneau267.

  • 268 ADQ 13L 109.
  • 269 ADQ 13L 107.
  • 270 ADQ 16B Landerneau. Les « fabriquants » sont de : Ploudaniel : G. Quéré, M. Jacob, J. Corbé, J. Ro (...)
  • 271 AM de Landerneau CC9.
  • 272 Crépin (Jacques), Les structures socio-professionnelles à Morlaix au xviiie siècle (1700-1775) (mé (...)
  • 273 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 50.

95Ces dernières opérations peuvent être effectuées chez le marchand de toile par des domestiques spécialisés ou par des professionnels ambulants que l’on appelle « mesureurs de toile ». En 1799, Nicolas Cozanet, de Brézal en Plounéventer, acquitte 8,50 F de patente pour exercer cette profession268. D’autres mesureurs sont ainsi signalés à Plounevez-Lochrist et à Tréflez269. Il arrive également que les pièces de toile soient portées chez des « pacqueurs » ou « plieurs de toile » de Morlaix ou de Landerneau pour y recevoir leurs derniers apprêts. Ainsi, en 1785, à l’occasion de l’inventaire après décès du plieur de toile Ollivier Péton, de Landerneau, on découvre dans son grenier une boîte « contenant cinquante sceaux en bois gravés du nom et de la marque particulière de chaque fabriquant »270. L’activité de ce « pacqueur » est plutôt limitée, si l’on en juge par le fait qu’il n’acquitte pas plus de 10 sous de capitation en 1780271. En 1770, sur les 23 pacqueurs de Morlaix, dix sont capités entre 4 et 9 livres, deux atteignent les 12 livres, cependant que les autres acquittent environ 3 livres272. Louis-François Le Roux, de Landivisiau, – le plus grand marchand de toile apparu dans les inventaires après décès – recourt également à un pacqueur de Morlaix au début des années 1780273.

  • 274 En 1712, Sébastien Cadour, de Plouider, possède un fourgon (Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 22)
  • 275 L’Écho de Morlaix du 8//1876.
  • 276 ADQ 10L 229.
  • 277 Riou (P.), op. cit., p. 2.

96Les fabricants font transporter leur toile à Morlaix ou Landerneau par fourgon274 ou voiture et à dos de cheval. L’auteur anonyme d’un article275 sur les marchands de toile évoque, en 1876, « les chevaux de bât [qui] revenaient gaillardement de Morlaix, rapportant, avec leur propriétaire, les beaux écus de 6 livres et les pièces de monnaie espagnole, juste rémunération des travaux de plusieurs mois ». Ce sont les fabricants ou, quelquefois, leurs pacqueurs qui présentent les toiles au bureau de visite et de marque de Morlaix ou Landerneau. Cette opération coûte 4 sous par pièce276. Dès lors que cette formalité est remplie, les marchandises sont vendues aux négociants, qui les expédient, surtout, vers l’Espagne. À la veille de la Révolution, Morlaix ne compte pas plus de 15 négociants – ou « commissionnaires » – en toiles277.

  • 278 Le Berre (Alain), op. cit., tableau n° 12.
  • 279 ADQ 10L 229.

97Nous ne pouvons, faute de documents, préciser les bénéfices réalisés sur les toiles par ces négociants et par les marchands. Ils sont importants, si l’on en croit Pierre Riou qui ne trouve pas de termes assez durs pour fustiger l’avidité de ces deux corporations. « Ces riches campagnards, écrit-il, partagent seuls avec une quinzaine de citoyens tous les bénéfices sur les toiles... ». Ils entretiennent dans les campagnes un abus « révoltant » et « destructeur ». En 1788, une pièce de toile étroite estimée 110 livres278 à la sortie du métier à tisser est vendue environ 150 livres par le négociant279. Le marchand de toile et le négociant se partagent donc 40 livres. Mais le « fabriquant » participe à la plus-value sur le travail du fil et le tissage. Ainsi, vers 1780, une livre de fil vaut 25 sous avant les opérations de blanchiment et 40 sous après. Il ne semble pas que les 15 sous de plus-value soient intégralement reversés en salaire.

  • 280 Arzur (B.), op. cit., t. 2, p. 46.

98Il n’est pas douteux que l’artisanat textile suscite une grande activité en Léon sous l’Ancien Régime, notamment au xviie siècle. Des milliers de femmes filent au nord de la zone toilière. 34 % des inventaires après décès de Plouider signalent du fil au xviiie siècle280. Plusieurs milliers de personnes s’emploient à blanchir, à ourdir et à tisser à la veille de la Révolution. Dans la deuxième moitié du xviie siècle, ce sont quelques dizaines de milliers qui sont concernées par ces activités, du moins une partie de l’année. Cette production toilière entraîne un important trafic : acheminement du lin du nord vers le sud, en Léon ; transport du fil écru des pays de Josselin, de Saint-Brieuc et du Trégor vers notre zone toilière ; transport des fils et des toiles entre les demeures des marchands et des tisserands ; acheminement des toiles vers les villes de Morlaix et Landerneau.

99Ces transports sont effectués à dos d’homme, notamment par les tisserands qui ne peuvent se payer un cheval ; par bateau entre le Trégor ou le pays de Saint-Brieuc et le Léon ; par charrette ou fourgon et à dos de cheval. C’est peut-être ce dernier moyen de transport qui est surtout utilisé, ne serait-ce qu’en raison du mauvais état des chemins. Certaines paroisses toilières telles que Plougar paraissent difficilement accessibles en hiver. Voici ce qu’en écrit le recteur en 1774 :

  • 281 1774 : Enquête sur la misère, art. cit., BSAF 1987, p. 319.

« Renfermé dans les terres, entouré de marais et de chemins impraticables de tout côté, Plougar n’a presque aucune correspondance, société ni commerce pendant cinq à six mois de l’année »281.

  • 282 En 1805, le recteur de Locmaria-Plouzané, Pierre Le Hir, cite le cas d’une autre paroisse où, l’hi (...)

100Cette situation est réelle, mais peut-être282 exceptionnelle, si l’on en croit le curé assermenté, Leyer, qui, en juin 1792, refuse le poste de Plougar :

  • 283 De sommaires escaliers ou échaliers étaient aménagés de part et d’autre de certains talus. Ils n’a (...)
  • 284 ADQ 25L 109 Lettre du 6/6/1792.

« Ma santé, écrit-il au procureur syndic de Lesneven, ne me permet pas d’accepter la cure de Plougar ; j’y ai déjà vicarié et ai été obligé d’en quitter mes forces ne me permettant pas d’en faire la desserte pendant l’hyver, tant les chemins y sont mauvais et impraticables, ne pouvant me servir de chevaux dans les crevasses et les molières de ce pays, obligé de courir les fossés (= talus) et de mauvais escaliers283... »284

  • 285 Miossec (Yves), Une vieille paroisse bretonne : Guiclan, Brest, 1975.

101Quoi qu’il en soit, le mauvais état des chemins paraît général. Au milieu du xviiie siècle, le bourg de Guiclan est quasiment inaccessible certains jours d’hiver285.

  • 286 Cambry (J.), op. cit., p. 25.

« Dans tout le Finistère, écrit Cambry en 1794, les chemins sont des abîmes impraticables dans l’hiver : les voitures s’y brisent ; des chevaux, des bœufs, des hommes y sont tous les jours estropiés. J’ai passé des mares où mes chevaux étaient à la nage, j’étais dans l’eau jusqu’à la poitrine... »286.

  • 287 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 23.
  • 288 ADQ 110L 16.

102On peut penser, dans ces conditions, que l’on profite de la belle saison pour assurer le plus possible de transports à dos de cheval mais aussi, et surtout, par charrette ou fourgon. En juillet 1712, Tanguy Cadour fait « voiturer » 316 livres de fil entre La Roche (Maurice) et Plouider287. En juillet 1792, le marchand Prigent Cabon envisage de transporter 60 pièces de toile par charrette288.

  • 289 Leprohon (Roger), Vie et mort des Bretons sous Louis XIV, Brasparts, 1984, p. 192.

103Dans la mesure où ils vivent parmi les paysans et les tisserands, les marchands de toile contribuent, à coup sûr, à stimuler l’activité toilière. Ils se préoccupent d’importer le fil que le Léon ne produit pas suffisamment, loin s’en faut. Ils servent de relais ou d’intermédiaires entre les tisserands qui, le plus souvent, ne connaissent que le breton, et les négociants qui ont presque toujours des patronymes à consonance française, sont souvent d’assez fraîche importation et francophones. Il apparaît que ces mêmes paysans-marchands de toile qui, sans conteste, se sont enrichis, ont contribué, du moins au xviie siècle, à élever le niveau de vie de l’ensemble de la population de leurs terroirs. Il est significatif qu’entre 1600-1619 et 1665-1685, le nombre de baptêmes soit passé de 71 à 150 par an à Saint-Thégonnec et de 45 à 101 à Guiclan289, pour ne citer que ces deux exemples, cependant que dans l’ensemble de la France la population stagne. La construction et l’embellissement des enclos paroissiaux constituent, on le verra, d’autres signes de la prospérité de nombre de paroisses toilières.

  • 290 D’après les chiffres fournis par R.-A. Gelley, op. cit., p. 25 et par le continuateur d’Ogée. À La (...)
  • 291 Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 192.

104Il apparaît également que cet artisanat textile a freiné le développement de l’agriculture, notamment les défrichements. Il est surprenant de constater que les terres incultes représentent près de la moitié de la superficie agricole en des terroirs où la densité se situe le plus souvent entre 70 et 100 habitants/km2. En 1774, Guimiliau compte 142 habitants/km; Lampaul-Guimiliau : 158290. En 1733, l’intendant Gallois de la Tour estime que 46,7 % des terres de la subdélégation de Landivisiau sont incultes291. Lors de l’enquête sur la mendicité, en 1774, le recteur de Commana déplore que ses paroissiens n’accordent pas une plus grande place aux travaux agricoles.

  • 292 BSAF 1986, p. 246, art. cit.

« Il n’y a que les plus riches, écrit-il, qui sèment du blé à Comanna et ces riches n’en ont pas assez pour eux-mêmes. Tous adonnés au commerce des toiles blanches, ils négligent les terres, les labourent mal et à la hâte ; elles ne raportent pas.
« D’autres qui ont quelques terres les abandonnent pour dévider, ourdir et faire de la toile ; ces métiers aisés leur plaisent, les amollissent et les rendent incapables des travaux de l’agriculture... »292.

  • 293 Observations sur le commerce.... op. cit., p. 5.

105De son côté, Pierre Riou fait observer que si les profits tirés du commerce de la toile ne sont pas mieux répartis, les tisserands, « ces milliers de malheureux, artisans de la fortune de ce petit nombre de commissionnaires et riches campagnards, seraient bien plus utilement employés à l’agriculture à laquelle on les enlève... »293.

  • 294 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 231 et p. 247.
  • 295 Ibid., p. 231-232.

106En réalité, les landes reculent en même temps que l’artisanat textile. Les défrichements n’empêchent pas la zone toilière d’être fortement marquée par la misère, notamment à partir du milieu du xviiie siècle. Les mendiants y sont nombreux, l’exode rural, qui est massif à partir des années 1840294, y procède de la pauvreté295. Il reste à savoir pourquoi les Juloded, qui ne manquent pas de capitaux, n’ont pas su ou n’ont pas pu susciter une véritable industrialisation dans leur coin de terre.

Notes

1 Une réformation était une enquête périodique opérée dans les divers évêchés de Bretagne par des commissaires de la Chambre des Comptes pour rechercher et faire rentrer dans le rang de la roture ceux qui avaient usurpé la qualité de noble, afin de bénéficier des exemptions de corvées, de dîmes, de fouages... À cette occasion, on cite quelquefois les noms de locataires de terres possédées par des nobles.

2 Cléac’h (Thierry), Les sources de l’histoire des manoirs au xve et xvie siècles : l’exemple du pays de Lesneven (mémoire de maîtrise), Brest, 1991, p. 115.

3 Il s’agit sans doute de Kermadec.

4 Cité par Y. Le Gallo dans « Une caste paysanne du Haut-Léon : les “Juloded” », art. cit., p. 53.

5 « Les marchands toiliers du Haut-Léon à la veille de la Révolution », art. de J. Tanguy dans La Bretagne, une province à l’aube de la Révolution, Brest, 1989, p. 188.

6 Ibid.

7 ADQ 13L 107.

8 Il est fréquent que les marchands de toile soient appelés ainsi.

9 ADQ 13L 108.

10 En 1787, les habitants de Plouvorn capités à 20 livres ou plus sont Claude Allain (30 L), François Tanguy (36 L), Alain Corbel (24 L), Olivier Marc (25 L), Alain Grall (59 L), Claude Le Saint (20 L), Goulven Penguilly (45 L), Guillaume Urien (23 L), Marie Tanguy et ses enfants (60 L 10 s), les mineurs de François Beuzit (24 L), Guillaume Mer (25 L 10 s), les mineurs d’Yves Grall (55 L), Charles Baron (28 L), François Le Brun (20 L) (ADQ 3C 114).

11 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), À l’origine des « julots » : les grands marchands toiliers du Haut-Léon à la veille de la Révolution (mémoire de maîtrise) Brest, 1988, p. 89.

12 ADQ 13L 111.

13 En 1785, l’inventaire après décès d’Olivier Péton, plieur de toile à Landerneau, laisse apparaître les noms de six fabricants de Plounéventer (T. Galliou, Y. Madec, F. Guen, Guil. Cor, F. Roué et Y. Montfort) qui ne figurent pas sur les rôles de patente en 1799 (ADQ 16B Landerneau). Par ailleurs, l’enquête sur la mendicité effectuée en 1774 signale à Plounéventer « 16 ménages de campagne riches selon le païs, à être dans le cas de donner de 12 à 1 500 livres de dot à chaque enfant... »
1774 : les recteurs léonards parlent de la misère, Fañch Roudaut, Jean-Louis Le Floch, Daniel Collet, BSAF 1988, p. 147. Les registres d’état-civil, enfin, signalent des patronymes de marchands de toile (Prigent, Tanné, Le Bras, Roué, Galliou...) qui ne figuraient pas sur les rôles de la patente à la fin de la Révolution.

14 ADQ 10L 108.

15 ADQ 16B Le Drennec.

16 Ancienne commune du Folgoët. Le chef-lieu a été transféré au Folgoët en 1829.

17 ADQ 13L 109.

18 ADQ 13L 104.

19 Voir annexe I, p. 277.

20 ADQ L 111. L’une des remarques mentionnées dans les rôles de patente précise que « Nicolas Sanquer et Jacques Le Hir du chef-lieu de la commune de Saint-Thégonnec portés sur l’état de l’an dernier [an VII] comme marchands de toile en détail et colporteurs avec chevaux ont... déclaré n’avoir fait et n’entendre faire ce commerce, cette année, et qu’ils se borneraient à leur profession de tisserands ».

21 ADQ L 104.

22 Gelley (R.-A.), L’assistance dans le diocèse de Léon, op. cit., t. 1, p. 71.

23 Tanguy (J.), Quand la toile va, op. cit., p. 52.

24 L’hostis (F.), La Révolution dans le Léon – Histoire quotidienne du canton de Guicquelleau (thèse), Brest, 1984, p. 66.

25 Ces moyennes sont tirées de la combinaison des résultats du recensement de 1851 et des indications fournies par le continuateur d’Ogée (Dictionnaire de Bretagne, Rennes, 1843-1845).

26 Elégoët (Louis), Ancêtres et terroirs – Onze générations de paysans de Basse-Bretagne, Rennes, 1990, p. 71.

27 Ibid., p. 18.

28 Cette commune a été créée aux dépens de Plounéventer par décret du 15 mars 1882.

29 Né à Bodilis vers 1764, Jean-Dieu Mével fut élu maire de Plounéventer en janvier 1793. À ce titre, il dut lever en quelques jours un impôt exceptionnel de 9 600 livres consécutivement à la révolte de 1793. Il protégea, par ailleurs, les prêtres réfractaires tout en paraissant adhérer à la Révolution (Histoire de Plounéventer, Auguste Soubigou (inédit) p. 101). Il était le neveu d’Yves Mével, ce recteur de Bodilis qui y tint une remarquable école presbytérale au cours des premières décennies du xixe siècle.

30 Archives privées.

31 Né à Keroullé vers 1748 de Jean et de Marguerite Chopin, Jean-Méen Bars fut maire de Saint-Méen de 1792 à 1798.

32 AM de Saint-Méen, carton exploitations.

33 Une section de Ploudaniel – dont Bouchéozen – a été rattachée à Saint-Méen en juillet 1846.

34 AM de Saint-Méen, carton exploitations.

35 Information communiquée par M.-T. Siohan.

36 Information communiquée par les propriétaires du lieu.

37 Soubigou (A.), Manuscrit, op. cit., et diverses informations orales.

38 ADQ 1Q 1133.

39 ADQ 17Q 24/2, table des vendeurs, Landerneau.

40 Lichou (Auguste), Généalogie Lichou... (inédit).

41 Ibid.

42 ADQ 1Q 680.

43 De Jars De Keranroué (P.), Rapport sur la visite des prairies, Morlaix, 1889, p. 9 (document communiqué par Maître E. Pouliquen).

44 Commune créée sur Plounéour-Ménez par décret du 31 décembre 1866 (Charpy (J.), Guide des archives du Finistère, Quimper, 1973, p. 332).

45 Information communiquée par l’exploitant du lieu, L. Martin.

46 ADQ 1Q 245 ; En 1794, cette ferme comprenait 8,14 ha de terres chaudes, 11,20 ha de terres froides, 5 ha « sous bois » et un ha de prés.

47 Lichou (A.), op. cit.

48 Information communiquée par Jo Le Goff. Récemment encore « Mezarnou » servait de référence pour désigner une très grande ferme dans les communes circonvoisines de Plounéventer.

49 Mezarnou en Plounéventer, Fons de Kort p. 21.

50 D’après des informations orales et des archives privées communiquées par Madame Grall, née Abhervé-Guéguen, de Guerjean et par Maître Pouliquen, de Landivisiau.

51 Madame Grall rappelle que son grand-père, Yves Abhervé-Guéguen, se lamentait souvent parce que sa famille avait épuisé ses réserves financières pour payer ar found, c’est-à-dire la terre de Guerjean.

52 Archives privées communiquées par Maître Pouliquen (inventaire après le décès de Jean-Marie Le Bras, de Guerjean, mai 1847).

53 On appelle ainsi une ferme tenue à domaine congéable.

54 Nicolas Abhervé-Guéguen (né d’Alain et de Marguerite Soubigou) est le cousin d’Yves Abhervé-Guéguen (né de Jean et et de Marie Soubigou).

55 La maison « manale » est longue de 11,40 m, large de 5,10 m et haute de 5,10m.

56 Archives privées Grall.

57 Bulletin paroissial de Pleyber-Christ, Jean Feutren, décembre 1983, Une dynastie de marchands de toile, p. 21.

58 Ibid., février 1984, p. 14.

59 Lahellec (Michel), Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, Architecture rurale et structures familiales dans le Léon méridional au xviie siècle, tome LXX, 1993, p. 191.

60 Allain Pouliquen acquiert le fond du convenant de Mescoat sur l’émigré Tinténiac le 6 floréal an VI (25 avril 1798) pour la somme de 24 200 francs (ADQ 1Q 688).

61 Hémon (P.), « Jacques Quéinnec, député du Finistère à la Convention et aux Cinq-cents », Annales de Bretagne, 1914, p. 250.

62 Sée (H.), Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution, Paris, 1906.

63 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 27 et suivantes.

64 Appartient à une vieille famille de marchands de toile représentée à Gorre-Beuzit depuis le début du xviie siècle, au moins.

65 Pouliquen (E.), Archives privées.

66 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 23.

67 Op. cit., d’après les pages 102 à 125.

68 Ibid., p. 67.

69 Les maisons à avancée comportent, en façade, un décrochement différemment appelé selon les régions. C’est avans-taol dans le Bas-Léon, apoteiz-taol dans le nord du Haut-Léon et apoteiz dans le sud de ce même pays.

70 Sur cette question on pourra se reporter à Jean-François Simon, Le paysan breton et sa maison, le Léon, Douarnenez, 1982, à Ernest Olier, La maison du tisserand à porche extérieur surélevé, Rennes, 1980 et à Sébastien Carney, op. cit.

71 Dans la zone toilière, l’escalier extérieur est ordinairement devant la maison. Sur les quelques dizaines de maisons de fabricants de toile que nous avons vues, l’escalier ne se trouve derrière la maison qu’à Guerjean en Guiclan.

72 Elléouet (J.-M.), Statistique agricole générale de l’arrondissement de Morlaix, Brest, 1849, p. 74.

73 Feutren (Jean), bulletin cité, numéro 100, p. 17.

74 Carney (S.), L’habitat des riches ruraux à Plounéour-Ménez aux xviie et xviiie siècles, op. cit., p. 65.

75 Ibid., p. 60.

76 La cheminée qui se dressait à l’extrémité occidentale de cette maison jumelle s’est effondrée vers 1950.

77 Ibid.

78 Cette fresque serait unique en son genre (E. Olier, op. cit., p. 43). Elle comporte des fleurs stylisées et les mentions Carof Catherine Cren. En 1799, Catherine Cren, veuve Caroff, est marchande de toile associée à son fils Jean (ADQ 13L 111).

79 On pourra sur cette question se reporter à l’article de Michel Lahellec, Architecture rurale et structures familiales dans le Léon méridional au xviie siècle, op. cit., p. 181-219.

80 Cette formule apparaît fréquemment dans les actes notariés. On appelle « ménage vert » les cultures, les arbustes, les arbres et « ménage sec » : paille, foins, grains, outils.

81 Pouliquen (E.), Archives privées.

82 Les marchands toiliers du Haut-Léon, art. cit., de Jean Tanguy, p. 191.

83 Le montant de l’inventaire s’élève à 5 530 L. Les produits textiles représentent une valeur de 2 690 L.

84 ADQ 16B Ploudaniel.

85 Pouliquen (E.), Archives privées.

86 Elle est longue de 15 m et large de 8. Au sujet de cette maison, on pourra se reporter à l’article d’Auguste Hétet dans les Cahiers de l’Iroise : Au village de Crechquial, en Bodilis, avril-juin 1956, p. 62-65.

87 En 1797, la maison de Kergoff-vras a 16,84 m de longueur, 6,69 m de largeur et 5,57 m de hauteur. Elle comporte « deux étages » avec « un escalier en dehors de la maison pour la fréquentation des chambres hautes ». Elle est couverte d’ardoises (ADQ 1Q 2894 Inventaire des biens de Marbeuf).

88 En fait, Lañ Inisan veut citer le mot breton steunvlec’h qui veut dire ourdissoir. C’est bien sur cet appareil que l’on tend les fils de la chaîne avant de les porter sur le métier.

89 Inisan (Lañ), Généalogie de la famille Inisan, 1927, p. 48.

90 Bulletin cité n°100, p. 23.

91 Moal (P.), et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.

92 Pol De Courcy, La Bretagne contemporaine, 1865, p. 83.

93 Témoignages de Me E. Pouliquen, le chanoine P. Quéinnec, et Madame Pouliquen de Mescoat en Ploudiry, Marie-Louise Soubigou...

94 Roudaut (Fañch), Le Floch (Jean-Louis), Collet (Daniel), Les recteurs léonards parlent de la misère, BSAF 1988, p. 149.

95 Ibid., p. 188.

96 Yves Le Gallo pense que l’éditeur a mal lu le manuscrit et qu’il s’agit de foires et non de courses.

97 Brousmiche (J.-F.), Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Quimper, 1977, p. 122.

98 Gac (Yvon), Étude démographique, économique et sociale de Guiclan, Saint-Thégonnec et des paroisses voisines au xviie siècle (mémoire de maîtrise) Brest, 1971, t. 1, p. 96.

99 C’est par exemple le cas de François Galliou, de Vincent Le Fur, de Salomon Chopin de Ploudaniel dans la deuxième moitié du xviiie siècle ; de Christophe Riou de Plouider à la même époque (d’après des inventaires après décès) ; de Jean Le Bourlès, de Keranhéro en Guimiliau, pendant la Révolution (ADQ 13L 29) ; d’Yves Quéinnec, de Penarc’hoat en Guiclan, vers 1840.

100 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 72.

101 Loc-Eguiner, La Roche-Maurice, Pont-Christ, La Martyre, Pencran, Saint-Julien de Landerneau.

102 Nous avons compté 6 personnes par maison. En 1774, Ploudiry et ses trèves – excepté Saint-Julien qui figure sur les rôles de capitation de Landerneau – renferment 4 402 habitants (R.-A. Gelley, op. cit., p. 25).

103 ADQ 177G 6. D’après les rôles de la capitation.

104 L’ancienne paroisse de Ploudiry comporte 33 marchands de toile en 1799 (ADQ 13L 108), si l’on en juge par les rôles de patente. Notons qu’en 1787, 33 capités de Ploudiry acquittent 20 livres ou plus (ADQ 197G 3).

105 ADQ 96 G 7 Guiclan.

106 Les recteurs léonards... op. cit., BSAF 1986, p. 225.

107 D’après les listes nominatives de recensement.

108 Son père Joseph naquit à Ploudaniel en 1773 de Jean et de Marie-Françoise Tanné (native de Loc-Brévalaire). En novembre 1791, Joseph Boucher épousait à Sizun Marie-Madeleine Inisan, fille d’Yves Inisan, député de l’Assemblée Législative.

109 C’est la petite-fille d’Allain Pouliquen, de Mescoat en Ploudiry.

110 ADQ 6M 827.

111 Petite fille du député conventionnel Jacques Quéinnec.

112 Fils du député J. Quéinnec.

113 De Pen-ar-C’hoat en Guiclan.

114 Fils de Jean Cam et de Marie-Jeanne Pouliquen, Saint-Thégonnec.

115 Fille d’Yves Cloarec et de Marie-Jeanne Kerboul, de Lanvelar en Kersaint-Plabennec.

116 ADQ 6M 802.

117 Père de François-Louis Soubigou qui sera élu député en 1848 et sénateur de 1876 à 1894.

118 Yves Prigent va lancer en 1837 une entreprise de travaux publics qui atteindra une grande envergure.

119 ADQ 6M 1836-1861 Plounéventer.

120 Petit-fils d’Alain Pouliquen.

121 Archives privées Pouliquen de Mescoat

122 ADQ 6M 555.

123 Fils du député J. Quéinnec.

124 ADQ 6M 313.

125 ADQ 6M 355.

126 ADQ 6M 379.

127 ADQ 13L 31.

128 ADQ 58G 8.

129 ADQ 13L 31.

130 Informatrice : Madame Cornec, née Rohel.

131 Informatrice : Madame Grall, de Guerjean en Guiclan.

132 ADQ 6M 827.

133 Informatrice : Madame Grall.

134 Pol De Courcy, La Bretagne contemporaine, op. cit., t. III, p. 83.

135 Informateurs : Me E. Pouliquen, M et Mme Y. Pouliquen, de Mescoat en Ploudiry.

136 Informateur : Me Pouliquen.

137 Archives privées Guennegan-Frère.

138 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 85.

139 Tanguy (P.), Étude économique, sociale et démographique de la région de Lesneven au xviiie siècle (mémoire de maîtrise), Brest, 1970, p. 77.

140 Arzur (Brigitte), Vie quotidienne des paroissiens de Plouider au xviiie siècle d’après leurs inventaires après décès (mémoire de maîtrise), Brest, 1985, p. 157.

141 Archives privées E. Pouliquen.

142 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 76-77.

143 Un article de l’Écho de Morlaix daté du 12 janvier 1876 traitait de cette question. Il est malheureusement introuvable.

144 Est maire de Plounéventer de 1863 à 1876.

145 À entendre dans le sens de : en fixant le montant de leurs gages.

146 ADQ Plounéventer, série D (1846-1870). Les trois autres motifs sont 1) l’ajournement plus facile des achats et des ventes parce que « la foire suivante succèdera sans retard » ; 2) l’accroissement démesuré des jours de chômage dont les inconvénients sont d’habituer les jeunes gens à la vie oiseuse puis à la débauche ; 3) « un grand nombre de cultivateurs se rendent aux foires sans besoin et sans but, uniquement par habitude, et [les foires] sont ainsi une occasion de détourner bon nombre de cultivateurs des travaux de leur ferme ».

147 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 194.

148 ADQ 6M 802.

149 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 77.

150 Ibid., p. 79.

151 À cette date, la ferme originelle de Kergréguen est divisée en deux lots : celle de Jean-Pierre Soubigou (X Marie-Anne Breton) compte 6 domestiques et celle d’Angèle Soubigou (X Alain Quéinnec), 5. Angèle Soubigou est la fille de Joseph et la nièce de Jean-Pierre Soubigou.

152 Cité par J.-M. Le Bras in Plounéventer des origines à nos jours (multigraphié) 1986, p. 13-14.

153 Andrieux (J.-Y.), « L’industrie linière du teillage en Bretagne-nord (vers 1850-vers 1950) », Annales de Bretagne, t. 97, 1990, p. 394.

154 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 44.

155 ADQ 10L 228, p. 7.

156 Cette méthode est, en principe, interdite, dans la mesure où elle tue les poissons.

157 Gautier (Elie), Tisserands de Bretagne, Skol Vreizh, janvier 1988, p. 215.

158 Ibid., p. 26.

159 Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1986, p. 253.

160 Un dictionnaire du xviiie siècle (celui de Grégoire de Rostrenen) les définit comme « locataire(s) d’une chambre sans terre ». Pour le recteur de Plounevez, ce sont des pauvres : « tous ces chambriers mendient » Ibid., p. 214.

161 Ibid., BSAF 1988, p. 149.

162 Tanguy (Pierre), op. cit., p. 133.

163 D’après des inventaires après décès.

164 Article de Jean Tanguy, « Saint-Thégonnec en Léon : un enclos paroissial aux xviie et xviiie siècles » in Actes de conférences 1990, université des Enclos et des monts d’Arrée, p. 8. La douzaine pèse un peu moins de 24 kg (information communiquée par Jean Tanguy).

165 1774 : Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1988, p. 157.

166 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 39.

167 ADQ 13L 31.

168 1774 : Enquête sur la misère en Léon, art. cit., BSAF 1986, p. 247.

169 ADQ 13L 31. 166 bis. Qui, n’a pas subi l’opération de blanchiment.

170 Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Rennes, édit. de 1843, art. Josselin.

171 C’est, par exemple, le cas d’honorable homme François Maubian en 1673 ou de Jean Paraman [Perramant] en 1670, tous deux originaires de Ploudiry (AM de Josselin).

172 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 55.

173 Saint-Martin, Saint-Nicolas, Sainte-Croix et Notre-Dame du Roncier qui est celle du centre.

174 En 1724, un registre paroissial signale le décès de François Léon « marchand léonnais de la paroisse de Ploudiry ».

175 Voici le texte de l’un de ces actes : « Guillaume maubien fils Guillaume et de marie donneval né le vingt et quatriesme de septembre 1675 et à été baptisé le même jour dans l’église de nostre dame du Roncier de Josselin par missire jan aubaud l’un des sept chappelains d’icelle et à êté parain Guillaume tranoüez et marainne Louise tanguy en presence des soussignants et plusieurs autres ».

176 L’acte de mariage précise que François Maubian est originaire de Ploudiry. Il n’y a aucune précision à propos de Julienne de la Haye.

177 Ordo du diocèse de Quimper et de Léon, 1949, p. 37-38. Ces aumôniers des Bretons étaient Jean-Michel Le Berre, 52 ans, Cyprien Euzen, 74 ans, François Mévellec, 48 ans et Amédée Le Brazidec, 49 ans.

178 Ce sont, vers 1660, Guénolé Le Coulm X Olive Moulnier, Julien Rucart X Jeanne Diruchon, Jean Manson X Julienne Sabre puis Julienne Peschoux ; vers 1665, Jean Le Hir X Jeanne Joubin ; vers 1670, Jean Paraman X Françoise Penart (paroisse Saint-Martin), Guillaume Le Bras X Jeanne Gandon, Sébastien Abgrall X Julienne Blanchard, Nicolas Kerautret X Marie Penart, François Maubian X Julienne de la Haye, Maurice Kerfourn X Isabelle Couzé ; vers 1680, Guillaume Sanquer X Françoise Drogart, Guillaume Traouez X Isabelle Foulon ; vers 1690, Yves Abgrall X Jeanne Quemar ; vers 1670, Louise Tanguy X Alain Mouaeziart, Jeanne Baron X Jacques Moulnier, Marie Le Hir X Jean Gillart.

179 Marc (Jacqueline), La Martyre aux xviie et xviiie siècles : aspects démographiques, économiques et artistiques (mémoire de maîtrise), Brest, 1984, t. II, p. 14.

180 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 46.

181 AM de Guimiliau, registres paroissiaux, en février 1775, Alain Breton de Lampaul-Guimiliau est « habitué en Sainte Brigitte en Tréguier » au moment de son mariage avec Anne Cloarec. Le futur député conventionnel Jacques Quéinnec, natif de Kerbolot en Guimiliau, résidait également à Berhet avant son mariage avec Louise Madec en 1779. On peut se demander si son parrain, l’abbé Yves Le Bras, n’était pas chargé de veiller sur les jeunes marchands exilés en ce coin de Trégor.

182 Saint-Thégonnec, parcours, La Manufacture des « Crées » du Léon, art. de Jean Miliau Garion, Spézet, 1991, p. 49.

183 AM de Kersaint-Plabennec, registres paroissiaux. Au moment de son mariage avec Marguerite Kerdelant en novembre 1723, Jean Kerouanton est dit demeurer « depuis longtemps » à Lanvollon. À ce mariage signent des Abhervé-Guéguen, Le Roux et Le Guen.

184 Inisan (Lañ), Généalogie Inisan, op. cit., p. 28. Né à Plounevez-Lochrist en 1678, Yves Inisan s’est marié à Châtelaudren où il a fait souche.

185 Au village de Crechquial en Bodilis (Les Cahiers de l’Iroise, avril-mai 1956) art. d’Auguste Hétet, p. 64.

186 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers... art. cit., p. 190.

187 Ibid., p. 190.

188 Ibid., p. 190.

189 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 46.

190 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers... art. cit., p. 190.

191 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 47.

192 Archives privées communiquées par Madame Grall, cahier de prisage.

193 Feutren (J.), Une dynastie de marchands toiliers, art. cit., p. 18.

194 Inventaire après décès d’Anne Cessou, veuve d’Yves Cloarec (Archives privées communiquées par E. Pouliquen).

195 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers… art. cit., p.191.

196 Ibid.

197 Le montant de l’inventaire est de 9 246 livres.

198 ADQ 16B Plounéventer.

199 Feutren (J.), Une dynastie de marchands de toile... art. cit., p. 20.

200 Ibid., p. 19.

201 ADQ 16B Plounéventer.

202 Archives privées Grall – Cahier de prisage.

203 Ibid.

204 ADQ 16B Ploudiry (1742-1743).

205 Montant de l’inventaire : 10 545 livres.

206 ADQ 16B Le Drennec.

207 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 48.

208 Art. cit., BSAF 1986, p. 247.

209 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 48.

210 Ibid.

211 Ibid., p. 49.

212 Tanguy (Jean), Les marchands toiliers.... art. cit., p. 191.

213 ADQ 13L 107 et 10L 228, p. 6.

214 ADQ 10L 228. Pierre Riou nous dit que si « les ouvriers » étaient employés à temps plein, leur nombre serait de 2 515 pour 1 699 métiers à tisser.

215 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.

216 Guide des Archives du Finistère, op. cit., art. de Jean Tanguy, p. 411.

217 D’après les cartes établies par Jean Tanguy, 59 % des inventaires après décès de la seconde moitié du xviiie siècle signalent un métier (Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 7).

218 ADQ 13L 31, Plounéour-Ménez. Dans cette commune, fait exceptionnel, on signale les citoyens passifs – hommes et femmes – et leur profession.

219 Enquête sur la mendicité... art. cit., p. 183.

220 Ibid.

221 Gelley (R.-A.), L’assistance dans le diocèse de Léon..., op. cit., p. 34.

222 Ibid., p. 25.

223 Il est certain qu’il n’y avait pas 224 familles de tisserands, dans la mesure où deux ou trois tisserands appartenaient quelquefois à la même famille.

224 ADQ 10L 228, Observations sur le commerce...op. cit., p. 6.

225 Gautier (Elie), Tisserands de Bretagne, Skol Vreizh, 1988, p. 51.

226 Ibid., p. 47. Le fil est cassant du fait du froid.

227 Brousmiche (J.-F.), Voyage dans le Finistère..., op. cit., p. 122.

228 ADQ 10L 228, P. RIOU, op. cit., p. 6.

229 Elégoët (Louis), Saint-Méen – Vie et déclin d’une civilisation paroissiale dans le Bas-Léon, Paris, 1981, p. 340.

230 Le nombre de tisserands professionnels est de 1699/3 = 566 ; celui des paysans-tisserands : (1699 -566) x 12/7 = 1942 ; le nombre total est de 566 + 1942 = 2508.

231 Pierre Riou nous dit que 35 911 demi-pièces de 50 aunes sont contrôlées à Morlaix en 1788. La production moyenne de pièces de toile par métier est par conséquent de 17955,5/2508 = 7,15, soit une longueur de 872 m. Sachant que Landerneau contrôle environ 2700 pièces, le nombre de métiers de sa zone de rayonnement est de 2700/7,15 = 377.

232 Entre 1756 et 1763, 29166,5 pièces sont annuellement contrôlées à Morlaix (P. Riou, op. cit., p. 6), cependant que le nombre de métiers réels est de 4 079. Nous avons considéré que la proportion entre les métiers à tisser des zones de Morlaix et de Landerneau est la même qu’en 1788 (0,15).

233 D’après GELLEY (R.-A.), op. cit., p. 25. Nous n’y avons pas englobé la population des villes.

234 D’après Gelley (R.-A.), op. cit., p. 25. Nous avons utilisé les chiffres de 1774, en nous fondant sur le fait que la population de la Bretagne n’augmente que de 6,3 % entre 1680 et 1789. « Il est impossible, écrivent Fañch Roudaut et Jean Tanguy, de préciser la part du Finistère dans l’ensemble breton, mais il n’a pas sûrement échappé à la stagnation d’ensemble ». (Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 229-230).

235 D’après Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 1 et Tanguy (Stéphane), op. cit.. Les pourcentages résultent des recherches effectuées par Jean Tanguy.

236 ADQ 16B La Forest (1717-1769).

237 Brousmiche (J.-F.), op. cit., p. 53.

238 D’après les inventaires après décès.

239 ADQ 16B La Forest (erreur de classement).

240 Le Berre (Alain), Une paroisse de l’évêché de Léon au xviiie siècle : étude de la société, de l’économie et de la démographie de l’ancienne paroisse de Ploudiry (mémoire de maîtrise), Brest, 1967, tableau n° 14.

241 Art. cit., BSAF 1988 p. 178.

242 ADQ 13L 31 Plounéour-Ménez.

243 Brousmiche (J.-F.), op. cit., p. 148.

244 Tanguy (J.), Les marchands toiliers... art. cit., p. 191.

245 Ibid., p. 191.

246 Guy Le Guen naquit à Larlac’h en Plouédern, épousa Anne Kerangall à Landivisiau le 3 juillet 1724 puis vécut à Larlac’h jusqu’aux environs de 1730, avant de venir s’installer dans la paroisse natale de sa femme (Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 36). Né à Pencran vers 1731, Louis-François Le Roux épousa Jeanne Madec à Pleyber-Christ le 24 novembre 1761. Il habita quelques années dans cette paroisse avant de s’installer à Landivisiau, où il mourut le 24 octobre 1785 (d’après des recherches personnelles).

247 Landivisiau compte 2 204 habitants en 1774 (R.-A. Gelley, op. cit., p. 25), 2 124 en 1800 (BSAF 1972/2, p. 860).

248 Archives privées E. Pouliquen. Les cinq tisserands sont Sébastien Galliou, François Prigent, Isabelle Morvan, Marie Salaun, Marie Yvinec. L’inventaire après décès d’Anne Cessou, veuve d’Yves Cloarec, du même lieu de Gorré-Beuzit, signale également les tisserands en avril 1810. Ce sont François Le Roux et Barbe Le Stum, du Tréhou [environ 15 km], Louise Bougen et Thérèse Tanguy, de Ploudiry [même distance de Gorré-Beuzit].

249 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 49.

250 BSAF 1986, art. cit., p. 250.

251 ADQ 13L 107.

252 Carnet de comptes de Jean-Louis Cloarec.

253 17 955,5 pièces/1 699 métiers à temps plein = 10,5 pièces.

254 BSAF 1988, 1774 : les recteurs léonards... art. cit., p. 183.

255 Gelley (R.-A.), op. cit., p. 70.

256 1774 : Les recteurs léonards... art. cit., BSAF 1986, p. 253 ; 1987, p. 304, 305, 317.

257 Le recteur de La Forest écrit en 1774 à propos des journaliers : » Ils sont occupés à peu près huit ou neuf mois de l’année, et les trois ou quatre autres mois n’ont rien à faire. Ils ont en hyver quatre sols par jour, et en été cinq... Les femmes en filant peuvent gagner tout au plus six francs par mois quand elles ne sont pas incommodées ni détournées par le soin de leurs enfants encore jeunes. À raison de ces embarras nécessaires, on peut dire que l’homme et la femme ne peuvent gagner dans l’année plus de soixante dix livres ou environ... » Ibid., 1986, p. 253.

258 Elléouet (J.-M.), op. cit., p. 77 « Les domestiques journaliers adultes reçoivent en hiver de 25 à 35 centimes par jour, plus la nourriture estimée 50 centimes, et en été, de 50 à 60 centimes par jour, plus la nourriture également estimée 50 centimes »

259 BSAF 1986, Les recteurs léonards... art. cit., p. 253.

260 Il fallait acquitter 2 livres 5 sous d’impôts pour être citoyen actif (ADQ 13L 31).

261 ADQ 13L 31. On y trouve la liste des citoyens actifs et passifs.

262 BSAF 1987, 1774 : Les recteurs léonards... art. cit., p. 305.

263 Ibid., 1986, p. 250.

264 ADQ 13L 107. Les administrateurs du canton de Pleyber-Christ demandent à leurs collègues de l’administration centrale de décharger les tisserands de la patente.

265 ADQ 10L 228. Observations..., p. 4.

266 Tanguy (J.), Les marchands toiliers... art. cit., p. 191.

267 Ibid.

268 ADQ 13L 109.

269 ADQ 13L 107.

270 ADQ 16B Landerneau. Les « fabriquants » sont de : Ploudaniel : G. Quéré, M. Jacob, J. Corbé, J. Roquin, Anne Chopin, J. Bellegou, Y. Abiven, Le Fur, J. Kerouanton, F. Galliou, J. Rucart, G. Rozec, N. Miossec, Y. Le Bras, F. Pers, J. Le Gall ; – Plounéventer : T. Galliou, Y. Madec, F. Guen, Y. Montfort, G. Cor, F. Roué ; – Plounevez : Trévien, Cren, F. Bras ; – Plouédern : J. Le Gall, A. Mazé, Y. Rolland ; – Plabennec : T. Jézéquel, L. Larsonneur, T. Le Bras, Cozien, J. Larsonneur ; – Lanhouarneau : Y. Berthou, F. Nicolas ; – Le Drennec : Castel, Le Guen (de Landouzen), C. Le Roy ; – Plouvien : H. Larsonneur ; – Plouider : O. Péron ; – Beuzit : Y. Moign, Y. Ropartz ; – Landerneau : F. Bras, M. Petton ; – Lanneufret : O. Orlac’h. Les autres sceaux sont déformés ou illisibles.

271 AM de Landerneau CC9.

272 Crépin (Jacques), Les structures socio-professionnelles à Morlaix au xviiie siècle (1700-1775) (mémoire de maîtrise), Brest, 1970, p. 51.

273 Moal (P.) et Carrer (M.-L.), op. cit., p. 50.

274 En 1712, Sébastien Cadour, de Plouider, possède un fourgon (Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 22).

275 L’Écho de Morlaix du 8//1876.

276 ADQ 10L 229.

277 Riou (P.), op. cit., p. 2.

278 Le Berre (Alain), op. cit., tableau n° 12.

279 ADQ 10L 229.

280 Arzur (B.), op. cit., t. 2, p. 46.

281 1774 : Enquête sur la misère, art. cit., BSAF 1987, p. 319.

282 En 1805, le recteur de Locmaria-Plouzané, Pierre Le Hir, cite le cas d’une autre paroisse où, l’hiver, les chemins sont impraticables aux chevaux. « Aussi, écrit ce prêtre, quoique j’aie un cheval pour mon usage, c’est souvent à pied qu’il me faut aller alors, grimpant les fossés, traversant les champs, les garennes et les prairies et, enfin, arrivant à la maison, crotté à faire peur et obligé de me changer. C’est ce qui m’est arrivé dans cette sai-son, plus de trois fois le même jour... » Cité par Yves Le Gallo dans Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, 1991, t. 1, p. 118.

283 De sommaires escaliers ou échaliers étaient aménagés de part et d’autre de certains talus. Ils n’avaient pas tous disparu en 1950.

284 ADQ 25L 109 Lettre du 6/6/1792.

285 Miossec (Yves), Une vieille paroisse bretonne : Guiclan, Brest, 1975.

286 Cambry (J.), op. cit., p. 25.

287 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 23.

288 ADQ 110L 16.

289 Leprohon (Roger), Vie et mort des Bretons sous Louis XIV, Brasparts, 1984, p. 192.

290 D’après les chiffres fournis par R.-A. Gelley, op. cit., p. 25 et par le continuateur d’Ogée. À Lampaul-Guimiliau, les activités tannantes dépassent, de beaucoup, le tissage.

291 Le Finistère de la Préhistoire à nos jours, op. cit., p. 192.

292 BSAF 1986, p. 246, art. cit.

293 Observations sur le commerce.... op. cit., p. 5.

294 Ancêtres et terroirs, op. cit., p. 231 et p. 247.

295 Ibid., p. 231-232.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540