Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Conclusion

Bruno Béthouart et Xavier Boniface

Texte intégral

1Face à la guerre et à la paix, les chrétiens entretiennent des relations finalement complexes, qu’il est possible d’observer à travers trois thèmes transversaux à ce travail collectif, les figures, les discours et les images. Les premières, du moine-guerrier au pape apôtre de la paix, illustrent tout le champ de ces confrontations et peuvent être déclinées autour de quatre types. Il y a d’abord les dignitaires des institutions religieuses, et notamment la hiérarchie catholique. Ils sont les témoins des conflits de leur époque ; ils servent aussi de références pour leurs contemporains désemparés par la guerre ; ils s’engagent encore pour la paix. Ce sont les papes comme Jean-Paul II, dont Philippe Portier a analysé la réflexion sur la guerre et la paix, ou Pie XII, dont Muriel Guittat-Naudin a montré la genèse historiographique du débat sur son « silence » entre 1939 et 1945. Ce sont les cardinaux, anciens combattants de 1914-1918, tels Liénart, l’aumônier militaire présenté par Catherine Masson, et Gerlier, qui connut rapidement la captivité, ce qui, comme le rappelle Olivier George, lui a fait éprouver autrement le premier conflit mondial. Cette expérience combattante, à la fois différente et commune, les a en tout cas profondément marqués et a pesé de manière non négligeable sur leur conception de la guerre, en particulier vingt ans plus tard, à l’époque de Vichy. Les évêques français de 1870 à 1945, étudiés par Séverine Blenner-Michel, qui suit l’évolution de leur pensée et de leur action pendant le conflit franco-prussien, et Frédéric Le Moigne, qui s’est attaché à l’image de Defensor Civitatis que certains prélats véhiculent d’une guerre à l’autre, relèvent d’une même dynamique. Enfin, des prêtres sont à la fois acteurs de la guerre, que ce soit comme combattants, à l’instar de ces clercs normands évoqués par Dominique-Marie Dauzet, ou de l’abbé Liénart, déjà mentionné. Le clergé de cour à la Renaissance, présenté par Benoist Pierre, essaie d’influencer le pouvoir politique en faveur de la paix, mais en même temps il ne renonce pas à lutter pour préserver ses bénéfices. L’engagement en faveur de la paix des assemblées de paix au Xe siècle n’est pas dépourvu d’arrières-plans politiques, ainsi que le rappelle Jean Heuclin. Quant au frère franciscain Gratien de Paris, dont les carnets ont été analysés par Pierre Moracchini, il relève de ces témoins attentifs de l’occupation allemande. Un second type de figure religieuse dans la guerre et la paix est celle qui mêle l’action militaire et le sacerdoce, appelant à combattre au nom de la foi, à l’image de l’amiral Thierry d’Argenlieu, étudié par Thomas Vaisset, ou, dans un autre registre, l’évêque Gérard de Cambrai présenté par Jean Heuclin. Un troisième ensemble pourrait regrouper les princes et leurs représentants, gouverneurs et chefs militaires, en fonction de leurs convictions religieuses, en particulier aux XVIe et XVIIe siècles, tels ces princes mécènes de De Bry mentionnés par Grégory Wallerick, ou les gouverneurs du Boulonnais évoqués par Alain Joblin. Enfin, avec les saints, apparaît un troisième exemple de figures, qui vont des guerriers Maurice et Georges vénérés au Moyen Âge et présentés par Esther Dehoux, à Thérèse de l’Enfant-Jésus, dont la dévotion se répand au cours de la Grande Guerre, avec le concours actif du Carmel de Lisieux, ainsi que le montre Antoinette Guise-Castelnuovo.

2Les discours sur la guerre et la paix, toujours ambivalents car justifiant souvent la première tout en prônant la seconde, permettent aussi d’éclairer la diversité des positions des Églises, à la fois dans le temps et selon le point de vue des penseurs, théologiens, clercs ou évêques. Il faudrait souligner aussi le passage du rappel de la doctrine à la parole mise à l’épreuve des faits. La doctrine, c’est celle de la guerre juste, qui court depuis saint Augustin. Frédéric-Pierre Chanut en a montré l’élaboration puis les évolutions médiévales, en s’appuyant sur une subtile comparaison avec le djihad, tandis que Corinne Bonafoux l’appréhende dans ses réalités contemporaines du XXe siècle et que Philippe Portier en montre les limites chez Jean-Paul II. La justification de la guerre apparaît encore, dans une certaine mesure, lorsque leurs intérêts étaient en jeu, chez les papes du XVIe siècle qui faisaient alors référence à leur pouvoir temporel, comme l’a montré Benoît Schmitz. Elle passe aussi par l’image et les dédicaces d’ouvrages, à l’instar de l’œuvre de Théodore De Bry présentée par Grégory Wallerick. Les chroniqueurs ecclésiastiques du Moyen Âge, abordés par Xavier Storelli, condamnent la violence belliqueuse mais exaltent la chevalerie quand elle sert à défendre les églises ou les valeurs morales, ou quand elle livre la guerre sainte. Ce type de discours se retrouve encore chez les missionnaires protestants servant notamment auprès des troupes malgaches lors de la Première Guerre mondiale, qu’a étudiés Jean-François Zorn. Mais la réflexion sur la paix, concept théologique, se veut plus large encore. Elle est au cœur de l’engagement de certains mouvements chrétiens de l’entre-deux-guerres, autour de Vanderpol et de Sangnier, rappelés par Olivier Prat ; elle est très souvent défendue par Jean-Paul II.

3Un troisième thème transversal pourrait être celui des images religieuses qui s’attachent aux prises de position, aux motivations et aux engagements en faveur de la guerre : les représentations qu’elles véhiculent jouent à cet égard un rôle décisif. C’est déjà le cas pour les chevaliers au Moyen Âge. La référence à la « petite Thérèse », représentée sous de multiples formes, a pu entretenir le consentement à la guerre de « poilus » catholiques. Le facteur religieux apparaît de ce point de vue aussi important que les motivations patriotiques ou idéologiques, auxquelles il peut d’ailleurs s’ajouter.

4Entre croisade et guerre juste, entre paix de Dieu et pacifisme chrétien, les attitudes des Églises chrétiennes vis-à-vis du phénomène guerrier tiennent à la fois à la défense de leurs intérêts et des valeurs auxquelles elles sont attachées, mais aussi à des messages et à des doctrines pacifistes. C’est la rencontre entre ces deux réalités qui fait la diversité de ces attitudes religieuses. Certes, ce travail n’a fait que proposer des éclairages, à travers des exemples qui ne sont pas nécessairement représentatifs, mais il permet de dresser un bilan qui relève à la fois de l’histoire des idées, des pratiques et des représentations.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540