Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Troisième partie. De la paix de Dieu au pacifisme chrétien

Une vie franciscaine à Paris sous l’Occupation, d’après les cahiers inédits du père Gratien de Paris, frère mineur capucin

Pierre Moracchini

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est encore cité dans le récent Saint François d’André Vauchez (Fayard, 2009).

1Gratien de Paris (1873-1943) est bien connu des spécialistes de saint François et de l’ordre franciscain. Son Histoire de l’évolution de l’Ordre des Frères Mineurs au XIIIe siècle (1928), régulièrement rééditée et traduite en plusieurs langues, continue à faire autorité1. Pourtant, l’existence de ce frère mineur capucin ne se résume pas à son œuvre d’historien. Parallèlement à ses recherches, Gratien a exercé des ministères très divers, assumé des charges dans son ordre, participé aux débats intellectuels de son temps – sans pour autant jouer les premiers rôles dans l’Église ou la société. Les cahiers qu’il a tenus au jour le jour, entre 1935 et 1942, constituent un témoignage exceptionnel sur une vie religieuse ordinaire, une vie franciscaine, à Paris, avant et pendant le deuxième conflit mondial. Ils mériteraient à l’évidence une publication érudite. Dans l’attente de cette édition, notre étude va laisser le plus possible la parole au père Gratien. Après une présentation de son itinéraire et une rapide description des cahiers, nous concentrerons notre attention sur la période 1939-1942. En parcourant les notes prises par le père Gratien, nous mettrons en évidence trois types d’informations : celles qui nous renseignent sur les événements en cours, celles qui concernent ses activités de religieux, celles enfin qui nous dévoilent ses réflexions sur la situation de l’Église et de l’ordre franciscain.

Gratien de Paris, frère mineur capucin

  • 2 Raoul de Sceaux (alias Jean Mauzaize), « In Memoriam. Le R. P. Godefroy de Paris », Études francis (...)

2Comme son nom de religieux l’indique, Étienne Gabriel Badin est né à Paris, plus précisément dans le quartier de Plaisance. Il appartient à une famille très modeste : son père, menuisier, meurt moins d’une année après sa naissance, et sa mère, couturière, est contrainte de se placer comme domestique. Élevé chez les Frères des écoles chrétiennes, Étienne quitte l’école à l’âge de 16 ans et travaille comme employé de bureau à la Gare de Lyon. Selon le témoignage de Godefroy de Paris (1886-1950), lui-même historien capucin2, proche du père Gratien et auteur de sa notice nécro - logique :

  • 3 Godefroy de Paris, Le R. Père Gratien de Paris, Frère Mineur Capucin, 1873-1943. Historien de l’œu (...)

« Le jeune employé [...] donna libre cours à sa sympathie fraternelle pour cette classe laborieuse à laquelle il appartenait et qu’il voyait ployer sous le poids de l’injustice sociale. Cet amour sincère pour le peuple poussa, quelques années plus tard le “cheminot” catholique à s’affilier à des groupements chrétiens et démocratiques qui dépassèrent le but poursuivi, mais laissèrent intacte [sic], lors de leur disparition, l’enthousiasme secret et la robuste bonne foi de leur adhérent3. »

3Godefroy n’en dit pas plus mais on devine que le jeune Étienne Badin a participé aux activités du Sillon, une famille de pensée à laquelle il restera fidèle toute sa vie.

  • 4 14-16 avril 1901, réunion du définitoire de la province : « Un secours de 600 francs par an est ac (...)
  • 5 Ibid., p. 198. Réunion du définitoire, juillet 1910 : « Couvents de formation. [...] Il n’y aura p (...)

4Après son service militaire, le jeune homme, qui nourrit depuis longtemps le projet d’entrer dans l’ordre de saint François, prend l’habit de frère mineur capucin le 4 octobre 1896 des mains du père Édouard d’Alençon. Compte tenu de son âge (23 ans), il est dispensé de passer par le collège séraphique, mais il doit rattraper son retard en « humanités » pendant ses études. Par ailleurs, la province des capucins s’engage à subvenir aux besoins financiers de madame Badin4. Vœux simples (Le Mans, 4 octobre 1897), profession solennelle (Tours, 4 octobre 1900), ordination sacerdotale (Namur, 27 février 1904) : son parcours classique de religieux-prêtre s’effectue sur fond d’expulsions ; comme beaucoup de ses confrères, Gratien commence sa formation en France pour l’achever en Belgique. Dès cette époque, il manifeste un intérêt particulier pour l’histoire du mouvement franciscain et, à la fin de ses études, ses supérieurs lui confient la tâche d’élaborer un manuel d’histoire franciscaine à destination des étudiants. Ce manuel n’a jamais vu le jour, mais tous ses travaux historiques ultérieurs porteront la marque de ce projet originel5.

  • 6 « La fondation des Clarisses de l’Ave Maria et l’établissement des frères mineurs de l’Observance (...)
  • 7 Deux maîtres franciscains ont-ils exercé simultanément au Grand Couvent de Paris vers 1250 ? L’éta (...)
  • 8 Avant la construction de l’actuel couvent des capucins (le 5 juin 1935, Gratien de Paris figure pa (...)
  • 9 Entre 1914 et 1921, ACPF, 7 LG8. Dès le 30 décembre 1919, depuis Assise, A. Carof signale au père (...)

5Revenu à Paris en 1906 (l’année même où il donne son premier article aux Études franciscaines, une revue dont il sera plus tard le directeur), le père Gratien mène de front le ministère et les recherches historiques. Aumônier de l’Association des Postiers Catholiques (1908), il publie deux années plus tard une petite plaquette intitulée Saint François d’Assise et l’Influence sociale de l’Évangile. En 1911, il est envoyé à Rome pour y perfectionner sa formation historique franciscaine, et il fait paraître en 1912 une précieuse étude sur la fondation du monastère parisien des clarisses de l’Ave Maria6. Il participe à la célèbre polémique sur les « deux chaires » au studium de Paris7, et entretient à cette occasion une correspondance houleuse avec le père Michel Bihl, l’un des principaux collaborateurs de l’Archivum franciscanum historicum. Le monde des tertiaires ne lui est pas non plus étranger : en mai 1914, une jeune femme peintre, Andrée Carof (1893-1933), se décide à emprunter la voie franciscaine en écoutant les conférences données par Johannes Jørgensen à l’Institut Catholique de Paris. Au mois de juin suivant, dans la chapelle du Tiers-Ordre de l’impasse Boissonade8, le père Gratien reçoit à la vêture celle qui deviendra la confidente et principale collaboratrice du franciscanisant danois. Il s’ensuit une intéressante correspondance9.

  • 10 On désigne par « hospice » une résidence franciscaine qui n’a pas encore le statut de couvent.
  • 11 Après le chapitre de 1937, il est officiellement « de famille à Reims ». Mais, précise le père God (...)
  • 12 Une congrégation liée aux capucins, depuis sa fondation en 1875.
  • 13 Godefroy de Paris, Le R. Père Gratien de Paris, op. cit., p. 9.

6Après le premier conflit mondial, notre capucin, cité et décoré, vient s’installer boulevard du Montparnasse auprès de sa mère malade, tout en étant « de famille » au couvent de Paris (1919) et en faisant fonction d’aumônier chez des religieuses franciscaines. Vicaire au couvent de Bry-sur-Marne (1922-1925), il est ensuite nommé à celui de Versailles, où il assume deux mandats successifs de gardien (1925-1931). Il noue alors des liens avec le monastère des clarisses. C’est pendant cette période qu’il publie son grand livre sur l’histoire de l’Ordre au XIIIe siècle. À partir du chapitre provincial de 1931, il réside à « l’hospice » Paris Rive-Droite10 (Molitor) et il en devient le supérieur en janvier 1933. Au chapitre suivant (1934), il est nommé vicaire à Paris Rive-Gauche (Boissonade), un couvent qu’il ne va plus quitter désormais11, et où il peut tout à la fois poursuivre ses travaux d’histoire franciscaine, et exercer divers ministères. Il continue à publier de nombreux articles, traduit en français les Opuscules de saint François d’Assise – un ouvrage préfacé par le père Sertillanges (1935) –, et met en chantier plusieurs livres, dont La belle vie de saint François, souvent mentionnée dans ses cahiers. Il tient une place importante à la bibliothèque franciscaine provinciale (bien que n’étant pas le bibliothécaire en titre), et il y reçoit les franciscanisants, dont Henri Lemaitre. Dans le même temps, il assure l’aumônerie de la clinique Saint-Raphaël (3, rue Millon dans le 15e arrondissement), tenue par les religieuses franciscaines oblates du Sacré-Cœur12. Il y passe bon nombre de ses nuits. Membre du comité de patronage des Compagnons de saint François, il joue un rôle très actif dans le mouvement fondé par Joseph Folliet. Par ses contributions à l’Appel de la Route, il assure la formation proprement franciscaine des pèlerins qui se rendent à Rome et à Assise lors du grand pèlerinage de l’été 1937, à l’occasion du dixième anniversaire du mouvement. À cette époque, le père Gratien a atteint « la plénitude de son influence13 ».

7Survient la période de la guerre pendant laquelle notre capucin, qui n’a pas quitté la capitale, poursuit ses diverses activités. Nous allons y revenir en parcourant les cahiers. Enfin, souffrant depuis plusieurs mois d’un cancer de la face, le père Gratien est opéré en février 1943 à la clinique Saint-Raphaël, et il y meurt le 1er août suivant, dans sa soixante et onzième année. Le père Godefroy achève sa notice nécrologique en qualifiant Gratien de Paris de « fils authentique de Saint François d’Assise ».

Les quatre cahiers

  • 14 Premier cahier : 1er juillet 1935-13 avril 1939, ACPF, 7 LG4 ; deuxième cahier : 16 avril 1939-27 (...)

8Entre le 1er juillet 1935 et le 20 septembre 1942, le père Gratien a tenu son journal de bord sur des cahiers d’écolier – quatre au total. Ses notes recouvrent entièrement les deux premiers, les pages impaires du troisième (la traduction de la Vita secunda de Thomas de Celano figurant sur les pages paires), et le premier quart du quatrième14. Peut-être a-t-il existé des cahiers couvrant des périodes antérieures, mais nous n’en avons pas gardé la trace. Par ailleurs le journal s’arrête brusquement, sans raison apparente.

  • 15 Un frère mineur capucin, proche de l’Action Française, a ajouté ici ou là, dans la marge, quelques (...)
  • 16 Willibrord de Paris a trouvé la clef permettant de déchiffrer cette sténographie qui lui était pro (...)

9À certaines périodes, Gratien laisse passer quinze jours voire un mois sans ouvrir son cahier ; à d’autres, il écrit quotidiennement. Il s’agit véritablement d’un journal tenu au jour le jour, avec des textes de longueurs très variables et peu de corrections a posteriori15. De nombreuses coupures de presse y sont collées et viennent confirmer les propos du rédacteur. Certaines notes, surtout dans le premier cahier, ont été prises en sténographie16, et les feuilles volantes ne sont pas rares.

10En tenant son journal, le père Gratien commence en général par rendre compte de ses travaux intellectuels : le temps qu’il a pu leur consacrer, l’avancée de ses ouvrages, l’état de ses lectures. Il note également ses rendez-vous. Ensuite, il évoque ses activités pastorales et commente l’actualité, qu’elle soit parisienne, nationale ou internationale. Il prend pour point de départ un article lu dans le journal, une information entendue à la radio, ou simplement une réflexion que lui a faite un passant, ou le gardien du couvent. Il s’exprime en toute franchise, et souvent avec ironie, sur l’état de la France, de l’Église et de son ordre. Ainsi, lorsque ses supérieurs décident d’abonner la province capucine à l’hebdomadaire Temps présent après l’arrêt de Sept (août 1937), Gratien écrit :

« Le T. R. P. vicaire Provincial autorise le P. Secrétaire à s’abonner à Temps présent tant qu’il restera dans la même ligne. Il ne sait donc pas que Temps présent est la continuation de Sept avec la même ligne exactement. Donc un mauvais journal, car un bon journal, c’est celui qui 1) ne divise pas les catholiques en propageant d’autres idées que les idées conservatrices. Temps présent, au contraire, prétend que l’on doit s’unir autour des idées et des directives du S. Siège et de l’épiscopat qui les interprète le mieux et avec plus de zèle. Le bon journal est 2) celui qui fait une opposition systématique au régime et au gouvernement, 3) celui qui ne fait aucune critique aux conservateurs et se garde bien de leur montrer leurs erreurs et leurs fautes de peur qu’ils ne s’en corrigent ; 4) celui qui se garde de louer ce qui peut se trouver de juste, de bien, de vrai, de bienfaisant chez nos adversaires » (7 décembre 1937).

11Ce texte, où se laisse entrevoir le positionnement politique de notre capucin (refus d’une opposition systématique au Front populaire), constitue une bonne illustration de son style parfois sarcastique. Dans d’autres circonstances, son journal de bord prend une tonalité beaucoup plus spirituelle et s’achève en prière. C’est le cas, en ce 17 juin 1940, en pleine débâcle. Après avoir rapporté brièvement les évènements, Gratien se livre à une méditation sur le thème franciscain de la joie parfaite :

« Défaite complète : les Allemands atteignent L’Aigle, Melun, Fontainebleau, Clamecy, Avallon, Gray. [...] P. Raynaud a donné sa démission. Pétain le remplace. [...] Je comprends la “joie parfaite”. C’est continuer d’adorer le souverain domaine de Dieu sur nous, de confesser sa justice, sa sagesse, sa Bonté, au milieu des angoisses, des désastres des ruines et des souffrances temporelles ; c’est se dégager de cette étreinte, se détacher de sa peine personnelle et continuer de L’aimer, de Le glorifier, de Le louer parce qu’il est le Bien total et l’Amour, parce qu’il est l’Unique nécessaire et que son règne seul importe ; c’est de vouloir uniquement ce que Dieu veut et non la réalisation de nos désirs, de nos ambitions, de nos vouloirs particuliers. C’est bon, cette victoire sur soi-même qui nous établit, au dessus des fluctuations et des vicissitudes des choses terrestres, dans la stabilité, l’équilibre, le calme et la paix de la volonté éternellement agissante et bienfaisante du bon Dieu. Adveniat regnum tuum ! Fiat voluntas tua » (17 juin 1940).

  • 17 Les Carnets du Cardinal Alfred Baudrillart, Paul Christophe (éd.), Paris, Cerf, 1994-2003, 9 vol.
  • 18 Le cardinal est lui-même tertiaire. Voir notre étude, « Alfred Baudrillart, tertiaire franciscain  (...)
  • 19 En 1935, lors de la guerre d’Éthiopie, ils se rallient à des manifestes opposés.

12Entre ironie et prière, les cahiers fourmillent d’informations extrêmement diverses qui peuvent intéresser l’historien à différents niveaux. Certes, un grand nombre d’éléments factuels concernant l’Occupation sont bien connus et figurent notamment dans les Carnets du Cardinal Baudrillart17. Les deux sources sont d’ailleurs intéressantes à comparer. Par rapport aux Carnets, les cahiers offrent un éclairage fort différent sur la guerre, sur la société, sur l’Église. Le capucin et le cardinal, qui se sont certainement croisés et que saint François devrait réunir18, n’appartiennent pas au même milieu social, ne fréquentent pas les mêmes réseaux et ne partagent pas les mêmes idées politiques19.

Le Paris de l’Occupation

13Les notations concernant Paris abondent dans les cahiers. Gratien, Parisien de souche, aime sa ville. Il est sensible aux ciels, aux paysages et aux monuments parisiens. Il marche dans Paris et prend le métro pour se rendre à la clinique Saint-Raphaël, à la Bibliothèque nationale ou chez son dentiste. En juin 1940, depuis son couvent de la rue Boissonade (tout proche du boulevard Raspail), il assiste à l’exode et relate l’une de ses premières sorties dans la ville occupée, le 14 juin :

  • 20 Jouxtant l’église Saint-Pierre de Montmartre.
  • 21 s. n. d. D. dans le texte !

« La honte est consommée, l’humiliation totale. Les Allemands entrent dans Paris. Je viens d’en voir 4 devant la station Maine du Métro. [...] Hier c’était le défilé lamentable, interminable et continu des réfugiés sur le Boulevard Raspail et l’Avenue d’Orléans. Aujourd’hui c’est le défilé interminable, continu et imposant des régiments allemands sur le même parcours : auto-blindées avec mitrailleuses DCA et remorquant un canon anti-char, motocycles, cavaliers, fantassins...
L’après-midi, j’ai été au Sacré-Cœur faire mon acte d’adoration à la Justice, à la Sagesse, à la Puissance, à la Miséricorde de Dieu et mon acte d’adhésion à [sa] sainte volonté, d’acceptation aussi de cette affreuse humiliation.
Un officier supérieur et une dizaine d’autres soldats allemands venus en plusieurs autos ou en motos contemplaient le panorama de Paris avec une joie non dissimulée ; on aurait dit que Paris était à eux. De fait le drapeau tricolore était enlevé !
J’ai visité aussi St Pierre de Montmartre, le Calvaire20 et j’ai fait la découverte d’une vigne (rue St Vincent) que je ne connaissais pas. L’étude d’un monument historique est une excellente dérivation à la peine affreuse qui étreint le cœur.
Deux avions ont volé autour du dôme du Sacré-Cœur, puis très bas, au-dessus des toits, ont survolé doucement les Invalides, l’Arc de Triomphe et les usines Renault d’où s’échappaient d’énormes fumées noires. En les [sic] voyant ces avions quelqu’un dit : “Une invention bien française ; ils s’en servent maintenant contre nous. Il n’y a plus qu’à leur envoyer une bénédiction, sacré nom de Dieu21” ! Pauvre homme ! Dites-moi donc qui a toujours refusé les crédits militaires pour en construire ? [...] Qui prêchait le désarmement unilatéral ? [...] Une invention bien française aussi et appliquée en grand chez nous, celle-là, la dénatalité ! Qu’est-ce que vous en dites ? [...] Les Allemands ne l’ont pas utilisée. Une invention bien française aussi : les lois laïques. Hitler s’en est servi, il cherche à déchristianiser les âmes, mais il remplace le christianisme par une autre religion, et nous, rien ! »

14En dépit de ces événements tragiques, Gratien ne peut s’empêcher de s’émerveiller devant la beauté de Paris. Ainsi, le 8 septembre 1940, il doit célébrer le mariage d’un compagnon de saint François avec une compagne en l’église Saint-Louis-en-l’Île. Il se rend sur place quelques jours auparavant :

« Ce matin je reviens de St-Louis-en-l’Île pour le mariage de dimanche prochain. Quelle gracieuse église, bien française, bien pure de style, simple, noble, distinguée. Et ce quartier ! Une petite ville de province en plein Paris, silencieuse, familière aux rues étroites, ombrées, même en ce temps de plein soleil. Ces quais silencieux aussi ; ombragés par des trembles majestueux aux horizons ravissants : du pont L. Philippe une vue lyrique sur le Panthéon dont le dôme s’envole majestueux et léger au-dessus des maisons de la colline Sainte-Geneviève qui émerge de la verdure de grands arbres. À sa gauche, la tour de Saint-Étienne-du-Mont. À droite le Temple, derrière la tour St Jacques et St Gervais, le tout encerclé dans le tranquille et brillant lacet de la Seine. Que Paris est donc beau ! Mais les Allemands y sont... » (3 septembre 1940)

S’informer et interpréter les événements

15Les cahiers nous montrent Gratien dans une quête permanente d’informations. Notre capucin écoute la radio (souvent en communauté) et lit de nombreux journaux. Un article peut déclancher chez lui une réaction immédiate, aussitôt transcrite dans son journal. Ainsi dans Le Figaro littéraire du 24 juin 1939, Claudel avait vivement critiqué une célèbre phrase de Maritain : « Tant que les sociétés modernes secrèteront la misère comme un produit normal de leur fonctionnement, il n’y aura pas de repos pour un chrétien ». Maritain lui réplique dans Temps présent du 14 juillet suivant. Or Gratien n’a pas attendu la parution de Temps présent pour réagir. Voici ce que l’on peut lire dans les cahiers, à la date du 24 juin :

« Un article pénible, presque scandaleux de P. Claudel à propos d’une phrase de J. Maritain citée par F. Mauriac dans Temps présent. P. Claudel la dénature horriblement et arrive à se contredire lui-même sans qu’il s’en aperçoive. »

  • 22 « Attendez que l’ivraie ait mûri », Le Figaro littéraire, 24 juin 1939. Maritain lui répond dans T (...)

16Et Gratien a découpé l’article en question et l’a collé en face de sa réaction22. Au-delà des informations, ce que recherche Gratien, c’est un sens à la catastrophe qui s’est abattue sur la France :

« Comme tout bon Français et bon chrétien j’ai souhaité de tout mon cœur la victoire de la France, prié pour l’avoir et espéré avec une quasi certitude que nous la remporterions. Je voyais bien qu’il y fallait un miracle [...]. Je croyais que ce miracle nous l’obtiendrions. À bien réfléchir je vois que nous ne le méritions pas. La victoire de la France, don de la pure miséricorde de Dieu, aurait été un affront trop violent à sa justice et un encouragement à persévérer dans l’impiété la paresse, l’appétit de jouissances et l’orgueil » (4 juillet 1940).

17Gratien en vient à considérer que l’Allemagne « avec sa doctrine raciste et son orgueil, [...] peut anéantir le régime capitaliste qui a cessé de rendre des services et sombre dans ses impiétés, son irréligion, ses injustices et son immoralité », même s’il doute qu’elle puisse « instaurer un ordre plus fraternel et plus juste avec son antichristianisme forcené et ses doctrines de violence appliquées à son exaltation et à son universelle domination » (26 juin 1940). Et ce même jour, il conclut : « Bref, je crois que Dieu se sert d’Adolf Hitler, cet “Attila motorisé” pour jeter par terre le régime capitaliste. Après, pour instaurer un monde plus conforme à son cœur, il suscitera d’autres ouvriers ».

18Cette vision providentialiste de la défaite, constamment présente, s’accompagne de nombreuses considérations sur la nature du nazisme. Ainsi, après une conférence d’Alfred Rosenberg, en novembre 1940, à la Chambre des députés, Gratien écrit :

  • 23 À comparer avec le résumé de la même conférence que donne le cardinal Baudrillart, à la date du 29 (...)

« Rosenberg a prononcé un discours empreint de toutes les théories nazistes. La Révolution naziste est aux antipodes de la Révolution française. Elle s’appuie sur la vie réelle et [les] lois de la biologie qui gouvernent le monde. Les mots d’ordre de la Révolution française liberté, égalité, fraternité sont en contradiction avec ces lois de la vie réelle qui doivent servir de base à l’ordre nouveau. On comprend que le nazisme soit antisémite et antichrétien car les mots d’ordre en question sont d’inspiration judéo-chrétienne. Le nazisme est essentiellement matérialiste. Il ignore qu’il y a des lois morales tout comme il y a des lois physico-chimiques et des lois biologiques. Cette ignorance ou ce mépris le conduiront à la catastrophe. Le nazisme veut instaurer un ordre nouveau. En attendant il suit les vieilles et barbares méthodes de razzias et de déportation en usage à l’âge des cavernes ou simplement au temps des Assyriens23 » (1er décembre 1940).

  • 24 La déclaration du recteur paraît le 21 novembre 1940. Ibid., p. 701 sq. Là encore, Gratien réagit (...)

19Gratien porte des appréciations en général positives sur l’action de Pétain, mais il refuse de suivre ceux qui, à l’instar du cardinal Baudrillart24, appellent à soutenir sa politique de collaboration avec les Allemands :

« Il me paraît de + en + impossible de suivre Mgr Baudrillart ; la collaboration est impossible, pour peu qu’on ait mémoire des promesses de Munich. On a agité évidemment devant le vénéré Cardinal le spectre du communisme. Laval serait perdu si Hitler et Mussolini perdent. La propagande allemande s’agite et renouvelle les clichés qui ont servi et tant réussi avant Munich : franc-maçonnerie, Communisme, Juiverie, ça ne prend plus aussi bien. Maintes réflexions de gens du peuple le prouvent » (22 novembre 1940).

20Les considérations politiques, très nombreuses dans les cahiers, mériteraient de longs développements. Notons seulement que Gratien manifeste une opposition résolue à l’Action française, qu’il regrette l’attitude du Pape lors de l’invasion de la Pologne (3 octobre 1939), et qu’il mentionne sans commentaires les mesures prises contre les Juifs (8 octobre 1940).

Frère mineur capucin à Paris, sous l’Occupation

  • 25 Marguerite-Marie Clément, « L’administration des biens chez les Frères mineurs des origines au mil (...)
  • 26 Françoise Chanal, le 17 février 2009.
  • 27 « Hier j’ai fait “Alerte aux gaz” pour l’Appel de la Route », 15 novembre 1939. L’article, en prem (...)

21Pendant toute sa vie religieuse, Gratien de Paris a cherché à conjuguer ses travaux intellectuels et ses tâches apostoliques. Certes, il considère qu’il n’a jamais assez de temps à consacrer aux premiers, mais il ne renonce jamais aux secondes. Parfois même, les deux types d’activités sont inextricablement liés. Ainsi, à partir du 30 octobre 1940, nous voyons apparaître à plusieurs reprises dans les cahiers le nom d’une certaine mademoiselle Clément. Le 21 décembre, nous lisons : « Visite de Mite-M. Clément qui prend comme sujet de thèse : le Procureur-syndic chez les Frères Mineurs au XIIIe siècle ». De fait, Marguerite-Marie Clément, élève à l’École des Chartes (promotion 1943), a bien soutenu une thèse sur ce sujet, et l’exemplaire de sa « position de thèse » conservé à la bibliothèque franciscaine des capucins porte cette dédicace : « Au Révérend Père Gratien, à qui je dois le sujet et le bon achèvement de ma thèse, avec toute ma gratitude et ma reconnaissance, en saint François25. » Par ailleurs, grâce au témoignage oral de sa fille26, nous savons que Marguerite-Marie Clément était compagne de saint François et qu’elle a rencontré son mari parmi les compagnons. Or Gratien continue de beaucoup s’investir dans le mouvement : il écrit des articles dans l’Appel de la route27, rencontre Joseph Folliet, anime des chapitres. On est donc en droit de se demander si ce n’est pas notre capucin qui a orienté une jeune compagne vers les études franciscaines, ou si, inversement, il n’a pas fait connaître à cette chartiste le mouvement Compagnons.

  • 28 Spiritualité pour les temps de Misère, Paris, Bloud & Gay, 1941, 191 pages (coll. “La vie intérieu (...)

22Gratien continue pendant toute cette période à recevoir des historiens et à leur rendre service. Outre Henri Lemaitre, qui vient travailler à la bibliothèque franciscaine, nous pouvons mentionner l’historienne Jeanne Ancelet-Hustache. Le 7 février 1941, celle-ci vient lui apporter un manuscrit à examiner (« donc peu de travail aujourd’hui », ajoute, résigné, le père Gratien), et le 14 février suivant, elle revient le chercher et obtient « le nihil obstat avec quelques corrections à faire ». Quelques mois plus tard sort en librairie Spiritualité pour les temps de Misère, un ouvrage d’esprit très franciscain qui commence par ces mots tristement de circonstance : « En cette basse fosse où nous voici, nous ne sommes pas sans la permission de Dieu28. »

  • 29 Martine Sevegrand, Temps Présent, op. cit., p. 52-55.
  • 30 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Paris, 2002, p. 413.

23Au versant apostolique de ses occupations, figurent en premier lieu la clinique Saint-Raphaël, dont il assure l’aumônerie, et les Compagnons de Saint-François, déjà mentionnés. Ajoutons que notre capucin correspond avec des personnes très diverses et qu’il célèbre chaque mois la messe à Notre-Dame pour les Amis de Temps Présent29. C’est le père Chéry, dominicain de l’ancienne équipe de Sept, qui lui en a fait la demande30. Ainsi, le 18 décembre 1939, Gratien note sur son journal : « Hier, dimanche [j’ai] dit la messe de Temps présent à Notre-Dame. L’assistance était nombreuse, les 2/3 environ de la grande nef. »

Avec les frères mineurs, français et allemands

24Compte tenu du caractère complexe et souvent agité de l’histoire franciscaine, les relations qu’un capucin peut entretenir avec ses frères des deux autres familles du premier ordre méritent toujours attention. À l’époque, Gratien semble dans les meilleurs termes avec les frères mineurs, ceux que l’on appelle communément en France les « franciscains ». Le 20 septembre 1939, il visite le couvent récemment construit de la rue Marie-Rose (14e arrondissement). En déclarant son admiration pour « la belle ordonnance de cette construction qui n’a rien de luxueux [...]. Le confort sans plus », il prend sans doute le contre-pied de critiques qu’il a pu entendre rue Boissonade, mais qui se répandent également parmi les franciscains. Son ami, le père Jean-François Barbier, directeur du scolasticat de Champfleury, l’invite à donner une conférence sur les origines des capucins. Un sujet toujours délicat à évoquer pour un capucin devant un parterre de franciscains ! Or Gratien en revient enchanté : « Très bonne journée chez les Frères Mineurs de Champfleury. [...] Leur accueil a été très fraternel » (16 juillet 1941).

25Parmi les fils de saint François que Gratien va inévitablement côtoyer à Paris pendant cette période, figurent des religieux enrôlés dans l’armée allemande. Les cahiers font discrètement allusion à ces entrevues. Ainsi le jour de Noël de 1940, Gratien écrit : « j’ai promené 2 jeunes capucins bavarois dans le couvent et j’ai été heureux de le faire sans cette aversion pénible que l’on ressent pour des ennemis bien qu’ils soient nos Frères dans le Christ ». Le 13 août 1941, notre capucin relate une autre rencontre :

« Hier vu un Conventuel revenant de permission. Cologne a beaucoup souffert. Les Allemands s’attendaient à une révolution en Russie qui les en aurait rendu maîtres en quelques semaines. N’était le point de vue religieux très inquiétant, l’état social nouveau serait idéal. »

  • 31 Puisque la notice est datée du 13 août et que l’événement a eu lieu la veille.
  • 32 ACPF, 7 LG12.

26Essayons de comprendre dans quelles circonstances Gratien a pu converser avec ce frère mineur conventuel (religieux appartenant à la troisième branche du premier Ordre de saint François). La rencontre s’est produite le 12 août31, et dans le calendrier liturgique de l’époque, on célèbre en ce jour la Sainte-Claire, une fête majeure pour toute la famille franciscaine. Rien n’est d’ailleurs inscrit dans les cahiers à la date du 12, ce qui laisse supposer que Gratien s’est absenté et qu’il a passé sa journée chez les clarisses de Versailles, avec lesquelles il est très lié. On peut imaginer que notre conventuel allemand ait eu la même idée et que les deux hommes se soient retrouvés face-à-face chez les clarisses. La lettre que l’une des moniales, Sœur Marie-Madeleine, adresse au père Gratien le 20 janvier 1943, vient corroborer notre hypothèse32. Des religieux revêtus de l’uniforme de la Wehrmacht fréquentent effectivement le monastère. Voici ce qu’écrit sœur Marie-Madeleine :

  • 33 L’abbesse du monastère.

« [...] Je vous demande tout spécialement en ce moment un souvenir pour un pauvre Père capucin autrichien qui est dans une grande détresse d’âme. En deux mots voici son histoire : ordination en 1940, campagne de Russie sans messes et sans sacrements. Résidence à Versailles où nous avons vu cette âme dans une vraie détresse. Maintenant internement de 6 mois dans une prison, probablement pour propagande anti-hitlérienne. J’entends toujours le malheureux Père dire en pleurant “Plus couvent... Plus Autriche... moi, mourir...” Et si vous saviez comme il est bon notre Père Antoine ! Je vous supplie de l’aider dans son épreuve actuelle par une petite prière au St Autel. Ceci est tout à fait entre nous, car notre Mère33 pourrait être blâmée de n’avoir pas fermé sa porte à l’uniforme vert. Et pourtant, qu’aurait fait le Divin Maître ? »

27Gratien prend soin de noter les quelques informations que lui communique son frère allemand. Il fait de même en ce 27 octobre 1940, lorsque qu’un « Père Bavarois profond, simple, distingué, cultivé » se présente rue Boissonade :

« Il déplore cette catastrophe qui anéantit tant de valeurs matérielles et immatérielles. Il pense qu’Adolf prépare un ordre nouveau en ce sens qu’il détruit l’ordre ancien pourri et vermoulu ; il fait la place à un autre qui construira. C’est vrai l’ordre ancien croule. L’ordre nouveau jaillira de l’épuisement de tous les peuples et de toutes les classes. »

Réformer l’Église et l’ordre de saint François

28Cet ordre nouveau, plus fraternel et plus juste, que Gratien appelle de ses vœux, il ne pourra advenir que si l’Église consent à se réformer en profondeur. Pour notre capucin, si Dieu permet toutes ces épreuves, c’est afin de purifier son Église. En effet, selon lui, « l’équation “catholicisme = Évangile” ne se vérifie plus » (27 août 1939). Au cœur de la débâcle, Gratien esquisse les contours d’une future réforme de l’Église :

« Il faudra trouver de nouveaux modes d’action et d’apostolat. Nouveaux ? Non pas ! Ils sont indiqués dans l’Évangile. Il faudra y revenir, car on les avait abandonnés. Ce sont la Charité et son dévouement totalement désintéressé, par conséquent pour le clergé, la pratique volontaire de la Pauvreté ; puis c’est le respect de la liberté des consciences, c’est à dire ne pas limiter le dévouement catholique et sacerdotal aux seuls croyants ou soi-disant croyants, c’est la recherche de la justice, c’est-à-dire l’action du clergé en faveur de tout ce qui est propre à établir plus de justice, plus d’équité dans la répartition des biens matériels ; enfin l’égalité de tous dans la participation aux mystères et aux sacrements » (21 juin 1940).

29Cet appel à un clergé volontairement pauvre jaillit à plusieurs reprises dans les cahiers. Gratien lui-même se sent parfois appelé à participer à ce nouveau printemps de l’Église :

« Se risquer ! La vie chrétienne est un risque. Si l’occasion m’était donnée de réaliser mon rêve de vie sacerdotale paroissiale, toute nouvelle, abandonnant de multiples pratiques traditionnelles qui ne sont pas essentielles au culte divin, comme les honoraires de messes, d’enterrements, de mariages, établissant les mêmes cérémonies très simples pour tous sans distinction de classes, si l’occasion m’en était donnée, je crois que je me risquerais à cette vie de pénurie, [...] je crois que je renoncerais au travail de toute ma vie, et à cette “Belle Vie” dont je caresse avec plaisir la continuation et l’achèvement, je crois que malgré mes 67 ans bien sonnés que j’affronterais le risque, parce que rien ne vous est impossible Seigneur, et que vous pouvez toujours rendre féconds les stériles ! » (18 juillet 1940)

30Enfin, le clergé et les « riches catholiques » doivent avoir conscience que la restauration chrétienne suppose au préalable la justice sociale :

« Si l’on ne se décide pas à relever par la justice et non plus seulement par l’aumône la classe ouvrière on peut s’attendre aux pires catastrophes : Il faut d’abord régler la question de la faim pour faire comprendre au peuple que l’homme ne vit pas seulement de pain » (3 décembre 1940).

31Un clergé volontairement pauvre, une liturgie simplifiée, la priorité donnée à la justice sociale : on reconnaît là des aspirations auxquelles l’Église catholique cherchera à répondre dans les années qui suivront la Libération et jusqu’au Concile Vatican II.

32Mais Gratien de Paris, en « authentique fils de saint François », se montre également insatisfait par l’état de sa famille religieuse. Le constat douloureux qu’il dresse le 18 mai 1939, jour de l’Ascension, peut certainement s’appliquer à d’autres périodes de l’histoire de l’ordre, et n’a sans doute pas perdu toute son actualité :

  • 34 Souligné par l’auteur. Voir, par exemple, comment Stanislas Fumet et sa femme sont amenés à entrer (...)

« Le monde est plein de gens qui admirent St François avec un très fervent enthousiasme. Comment se fait-il qu’il y en ait si peu qui viennent à nous fils de St François ? Comment se fait-il que les fils de St François comptent si peu, aient si peu d’influence ?
À cette question quelques-uns d’entre nous qui ne veulent pas voir la réalité s’écrient : “Et qu’est-ce que vous faites de nos millions de tertiaires ?” C’est vrai, il y a des millions de tertiaires. C’est une énorme quantité34...
Si les admirateurs de St François, hommes d’élite, de valeur, ne viennent pas aux fils de St François, ne serait-ce pas parce que ces hommes de l’élite intellectuelle, scientifique, sociale ne trouvent pas dans les fils ce qu’ils admirent dans le père.
Ils admirent en St François le joyeux et radical détachement des biens terrestres, le désintérêt complet, véritable ; ils voient dans les Frères Mineurs de toutes robes, des gens qui ont fait vœu de pauvreté et qui s’arrangent pour ne manquer de rien, qui trouvent d’ingénieux accommodements avec Mme la Pauvreté et usent de légitimes dispenses pour se préserver de ses trop pénibles rigueurs.
Ils admirent en St François son humilité sincère et ils trouvent dans ses fils le souci de leur renommée, la jactance, l’incessant panégyrique de la sainteté, des prouesses de mortification et d’austérité de leurs aïeux.
Ils admirent en St François sa charité universelle faite d’amitié cordiale pour les pauvres, les besogneux, les travailleurs ; de commisération, pour tous les pécheurs ; de courtoisie, de respect, de pitié, d’indulgence encore pour le riche ; ils trouvent dans ses fils de la faiblesse pour les excès des riches, de la flatterie souvent, de la bonhomie envers les simples et les pauvres, rarement du courage et du dévouement pour la défense des intérêts des travailleurs, mais beaucoup de zèle et d’éloquence pour leur rappeler la patience, la résignation en ce monde, l’espoir du ciel.
Ils admirent en St François la simplicité de ses rapports avec Dieu, l’ardeur de son amour pour le Christ, la ferveur et la profondeur de sa piété, l’austérité aimable de sa vie, ils trouvent dans ses fils de braves gens, d’honnêtes gens, tantôt bluffeurs, tantôt bouffons, presque toujours bons vivants. Ce n’est pas St François. »

Conclusion

33Le 1er juin 1940, après avoir entendu chanter la Marseillaise dans la basilique du Sacré-Cœur, Gratien écrit sur son journal de bord :

  • 35 Le capucin proche de l’Action Française a inscrit en marge de ce passage : « Seul le P. Gratien a (...)

« Oh ! Lavigerie ! Et dire qu’il y a 50 ans on s’anathémisait entre catholiques pour ou contre la République. Serions-nous dans le péril extrême où nous sommes si l’on avait obéi à Léon XIII ? Pauvres PP. Adolphe, Elzéar, Pie de Langogne, Georges, Bertrand, Robert, intercédez pour notre France dont avec tant de bonne foi, vous avez si mal compris les intérêts35. Le ralliement avec 50 ans de retard ! »

  • 36 Pie de Langogne (Blaise-Armand de Sabadel), capucin de la province de Lyon, est appelé à Rome en 1 (...)
  • 37 Voir néanmoins Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990). Un fils de saint François « (...)

34Gratien de Paris, qui rend l’Action Française responsable de presque tous les malheurs du temps, rappelle les noms d’un certain nombre de capucins proches du mouvement maurassien – dont le plus connu, Pie de Langogne (1850-1914)36. Ainsi, les cahiers apparaissent bien représentatifs de l’autre tendance politique présente dans l’ordre de saint François, la tendance du Sillon, de Temps Présent et de la démocratie chrétienne. Par ses convictions politiques et ses aspirations à une réforme en profondeur de l’Église, notre capucin parisien annonce et préfigure toute une génération de prêtres et de religieux, pleinement actifs après la Libération. Gratien aurait très certainement approuvé l’envoi des premiers capucins-ouvriers à Clichy en 1947. Pour toutes ces raisons – et compte tenu de la pauvreté de l’historiographie de langue française relative au franciscanisme contemporain37 –, il faut souhaiter une édition critique des cahiers de Gratien de Paris.

Notes

1 L’ouvrage est encore cité dans le récent Saint François d’André Vauchez (Fayard, 2009).

2 Raoul de Sceaux (alias Jean Mauzaize), « In Memoriam. Le R. P. Godefroy de Paris », Études franciscaines, n. s., no 2, juillet 1950, p. 134-146.

3 Godefroy de Paris, Le R. Père Gratien de Paris, Frère Mineur Capucin, 1873-1943. Historien de l’œuvre de saint François, rénovateur de son esprit, Paris, Société et librairie St-François d’Assise, 1944, 15 p. L’opuscule est précieux, mais il faut en corriger certaines informations. Voir aussi Willibrord de Paris, « In Memoriam. Le R. P. Gratien de Paris », Études franciscaines, n. s., no 1, mars 1950, p. 93-96, avec une nomenclature de ses ouvrages et de ses principaux articles.

4 14-16 avril 1901, réunion du définitoire de la province : « Un secours de 600 francs par an est accordé à la mère du frère Gratien ; ce secours sera versé par le couvent où ce frère se trouvera de résidence », Archives des Capucins de la Province de France (désormais ACPF), Registre des définitions, 1 F1 4 (1900-1918), p. 21. À Marie-Hélène de Bengy, archiviste des capucins de la province de France, nous adressons nos remerciements pour son aide précieuse.

5 Ibid., p. 198. Réunion du définitoire, juillet 1910 : « Couvents de formation. [...] Il n’y aura pas cette année encore de cours d’histoire franciscaine. On attend l’apparition du manuel du P. Gratien. »

6 « La fondation des Clarisses de l’Ave Maria et l’établissement des frères mineurs de l’Observance à Paris (1478-1485) », Études Franciscaines, t. 27, 1912, p. 604-621 et t. 28, 1912, p. 272-290 et 504-516.

7 Deux maîtres franciscains ont-ils exercé simultanément au Grand Couvent de Paris vers 1250 ? L’état de la question dans Laure Beaumont-Maillet, Le Grand Couvent des Cordeliers de Paris, Paris, 1975, p. 22.

8 Avant la construction de l’actuel couvent des capucins (le 5 juin 1935, Gratien de Paris figure parmi les signataires du procès-verbal de bénédiction de la nouvelle chapelle), la rue Boissonade ne débouchait pas sur le boulevard Montparnasse et constituait donc une impasse. On y trouvait une chapelle, aujourd’hui disparue, destinée aux tertiaires franciscains.

9 Entre 1914 et 1921, ACPF, 7 LG8. Dès le 30 décembre 1919, depuis Assise, A. Carof signale au père Gratien l’existence d’un capucin stigmatisé, Pio de Pietrelcina, « qui vit au couvent de San Giovanni Rotondo [...] et que des foules immenses vont voir lorsqu’il célèbre la messe ».

10 On désigne par « hospice » une résidence franciscaine qui n’a pas encore le statut de couvent.

11 Après le chapitre de 1937, il est officiellement « de famille à Reims ». Mais, précise le père Godefroy, « cette mutation demeura lettre morte. Resté à Paris en raison de ses travaux, l’historiographe fut de nouveau, en octobre 1938, officiellement rattaché à la résidence de la R. G. », Godefroy de Paris, Le R. Père Gratien de Paris, op. cit., p. 8. L’obédience du ministre provincial invitant Gratien à résider à Boissonade est datée du 11 octobre 1938, ACPF, 7 LG14.

12 Une congrégation liée aux capucins, depuis sa fondation en 1875.

13 Godefroy de Paris, Le R. Père Gratien de Paris, op. cit., p. 9.

14 Premier cahier : 1er juillet 1935-13 avril 1939, ACPF, 7 LG4 ; deuxième cahier : 16 avril 1939-27 juillet 1940, ACPF, 7 LG5 ; troisième cahier : 29 juillet 1940-2 juin 1941, ACPF, 7 LG6 ; quatrième cahier : 8 juin 1941-20 septembre 1942, ACPF, 7 LG7. Les cahiers n’étant pas paginés, nous indiquons simplement la date après chaque citation. Dans notre transcription, nous avons réduit les abréviations, et parfois ajouté quelques signes de ponctuation, pour faciliter la lecture.

15 Un frère mineur capucin, proche de l’Action Française, a ajouté ici ou là, dans la marge, quelques commentaires critiques des passages où Gratien se montre le plus virulent à l’égard du mouvement de Charles Maurras.

16 Willibrord de Paris a trouvé la clef permettant de déchiffrer cette sténographie qui lui était propre, ACPF, K 184.

17 Les Carnets du Cardinal Alfred Baudrillart, Paul Christophe (éd.), Paris, Cerf, 1994-2003, 9 vol.

18 Le cardinal est lui-même tertiaire. Voir notre étude, « Alfred Baudrillart, tertiaire franciscain », Cardinal Alfred Baudrillart, Paul Christophe (dir.), Paris, 2006, p. 175-199.

19 En 1935, lors de la guerre d’Éthiopie, ils se rallient à des manifestes opposés.

20 Jouxtant l’église Saint-Pierre de Montmartre.

21 s. n. d. D. dans le texte !

22 « Attendez que l’ivraie ait mûri », Le Figaro littéraire, 24 juin 1939. Maritain lui répond dans Temps Présent, no 87, 14 juillet 1939, « les points sur les “i” ». Voir Martine Sevegrand, Temps Présent. Une aventure chrétienne, t. 1, Paris, 2006, p. 41.

23 À comparer avec le résumé de la même conférence que donne le cardinal Baudrillart, à la date du 29 novembre 1940 : « Rosenberg à la Chambre des députés (Paris) a exposé la religion naziste et sa conception de la vie en face du christianisme. Langage assez modéré, mais incompatibilité des doctrines. La Constitution française reconnaîtra les droits de Dieu ». Les Carnets du Cardinal Baudrillart, 11 avril 1939-19 mai 1941, P. Christophe (éd.), Paris, 1998, p. 713.

24 La déclaration du recteur paraît le 21 novembre 1940. Ibid., p. 701 sq. Là encore, Gratien réagit très vite.

25 Marguerite-Marie Clément, « L’administration des biens chez les Frères mineurs des origines au milieu du XVIe siècle », École nationale des Chartes, Positions des Thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1943 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Nogent-le-Rotrou, 1943, p. 41-47.

26 Françoise Chanal, le 17 février 2009.

27 « Hier j’ai fait “Alerte aux gaz” pour l’Appel de la Route », 15 novembre 1939. L’article, en première page, a été copieusement censuré. « La Gestapo a perquisitionné au couvent du Mans pour rechercher “Appel de la Route” ; j’y ai justement fait en novembre 1939 un article qui ne peut que déplaire aux Allemands » (3 décembre 1940).

28 Spiritualité pour les temps de Misère, Paris, Bloud & Gay, 1941, 191 pages (coll. “La vie intérieure pour notre temps”). Le Nihil Obstat, signé du père Gratien, est daté du 17 février 1941, et l’exemplaire de la Bibliothèque franciscaine des capucins lui est dédicacé.

29 Martine Sevegrand, Temps Présent, op. cit., p. 52-55.

30 Stanislas Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, Paris, 2002, p. 413.

31 Puisque la notice est datée du 13 août et que l’événement a eu lieu la veille.

32 ACPF, 7 LG12.

33 L’abbesse du monastère.

34 Souligné par l’auteur. Voir, par exemple, comment Stanislas Fumet et sa femme sont amenés à entrer dans le Tiers-Ordre, S. Fumet, Histoire de Dieu dans ma vie, op. cit., p. 282-284.

35 Le capucin proche de l’Action Française a inscrit en marge de ce passage : « Seul le P. Gratien a compris les intérêts de son pays... grâce à Georges Bidault. »

36 Pie de Langogne (Blaise-Armand de Sabadel), capucin de la province de Lyon, est appelé à Rome en 1880 comme secrétaire du procurateur général de l’ordre des capucins. En 1911, Pie X, dont il est un proche, le nomme archevêque de Corinthe, et le consacre lui-même évêque.

37 Voir néanmoins Gérard Cholvy, Marie-Benoît de Bourg d’Iré (1895-1990). Un fils de saint François « Juste des nations », Paris, éd. du Cerf, 2010. Le 5 septembre 1939, le père Marie-Benoît, qui réside à Rome, est de passage rue Boissonade. Comme d’habitude, Gratien en profite pour glaner des informations : « 20 h 15. Au souper le P. Marie Benoît nous dit que l’on forme un groupe d’armées destiné à opérer en Italie en liaison avec les armées italiennes contre l’Allemagne. De différents côtés, on fait entendre qu’il y a un revirement extraordinaire dans l’opinion en faveur de la France et que Mussolini pourrait bien envoyer prochainement un ultimatum à Hitler d’avoir à cesser son agression contre la Pologne. Espérons que la guerre sera finie avant Noël. »

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search