Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Deuxième partie. Les justifications religieuses des guerres

Artiste protestant et princes catholiques d’Empire : la dédicace dans la guerre par l’image dans l’œuvre des De Bry

Grégory Wallerick

Texte intégral

  • 1 La région semble avoir été particulièrement marquée par les exécutions pour cause d’hérésie, puisq (...)
  • 2 Commission Royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique, Liste chro (...)
  • 3 A sa mort, en 1598, Théodore est remplacé par ses fils, Jean-Théodore (1563-1623) et Jean-Israël ( (...)
  • 4 Ch. D’Orléans de Rothelin, Observations et détails sur la collection des Grands et Petits Voyages, (...)
  • 5 Seul le premier volume de 1590 connaît quatre versions linguistiques.
  • 6 Ch.-A. Julien, Les voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIe siècle), Paris, (...)
  • 7 H. Lhoumeau, Expéditions françaises en Floride, 1562-1568, Thèse de l’École des Chartes, 2000.
  • 8 S. Lussagnet (textes choisis et annotés), Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du X (...)

1Né à Liège, cité située en pays catholique mais rapidement touchée par le protestantisme1, Théodore de Bry est issu d’une famille aisée d’orfèvres protestants. La politique urbaine reste d’abord relativement tolérante à l’égard de ce schisme, puis la lutte se fait plus violente, accentuée avec le déclenchement de la Guerre de Quatre-Vingts ans (1568-1648, bien que les premiers affrontements opposant les catholiques espagnols aux protestants aient débuté près de dix années plus tôt). En effet, le 5 mars 1562, le Grand Greffe des échevins prend mandement « pour le maintien de la foi et religion catholique, et pour l’extirpation de l’hérésie dans le pays [de Liège]2 » : ce texte atteste une politique pro-catholique et antiprotestante menée par les dirigeants de la Principauté. Dans ce contexte de lutte progressive contre le protestantisme, l’orfèvre s’exile d’abord à Strasbourg puis s’installe définitivement à Francfort-sur-le-Main, où il entreprend son activité de graveur dès 1590. Durant près de quarante-quatre années, De Bry et ses successeurs3 publient près de deux cent soixante ouvrages, pour la plupart des nouveautés ou, pour un cinquième, déjà édités. La collection des Peregrinationes in Indiam Occidentalem, connue sous l’appellation de Grands Voyages4, permet à la famille de passer à la postérité. Constituée de vingt-neuf ouvrages majoritairement en allemand et en latin5, elle illustre le refuge huguenot, notamment dans les premiers volumes : les protestants, qu’ils soient anglais, français ou plus tard hollandais, cherchaient à s’implanter dans le Nouveau Monde, ce qui leur permettait ensuite de fuir les troubles européens. Certains travaux ont permis d’appréhender cette thématique, comme la thèse, ancienne mais toujours de référence, de Charles-André Julien6, ou, plus récemment, celle d’Hélène Lhoumeau7. De même, l’édition des textes de Laudonnière, commentés par Suzanne Lussagnet8, présente un intérêt certain pour ce sujet.

2Près d’un quart des ouvrages publiés par l’officine contient des dédicaces à des princes, qu’ils soient d’obédience catholique ou protestante. Dans un contexte géopolitique troublé, marqué par les Guerres dites de religion et, plus tard, par la Guerre de Trente Ans, de quelle manière le graveur protestant parvient-il à pérenniser son travail ambitieux tout en ménageant les antagonismes religieux des princes mécènes afin d’obtenir leur protection ? En tant que protestant, de quelle manière De Bry parvient-il à s’assurer le soutien des puissants locaux catholiques ?

3Tout d’abord, le graveur participe activement à la guerre par l’image en cours en cette fin de XVIe siècle, qui oppose les catholiques et les protestants. Ensuite, les premiers cherchent à contrôler les publications des seconds, ce qui les oblige à chercher protection auprès de souverains, prioritairement locaux, permettant à l’entreprise de durer dans le temps.

Théodore de Bry, acteur de la guerre par l’image

  • 9 Il faut toutefois citer John Fox, Acts and Monuments, 1563, qui met en image les immolations et le (...)
  • 10 1592, 1604 et 1607 en latin (Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 3e(...)
  • 11 Théâtre des Cruautez des Hérétiques de nostre temps, 1587, réédité en 1607, qui constitue une scén (...)
  • 12 Voir l’édition préfacée et annotée par Frank Lestringant, Richard Verstegan : Le théâtre des cruau (...)

4Au-delà des nombreuses batailles opposant protestants et catholiques à la fin du XVIe siècle, il en est qui sont moins visibles et qui, néanmoins, peuvent avoir davantage traversé les siècles. Il s’agit des images satyriques et critiques envers les protestants ou les catholiques. Rares sont les œuvres protestantes sur ce terrain9. Certaines régions d’Europe sont particulièrement concernées par les attaques contre les protestants. La France a reçu son lot d’images, en raison des troubles qui l’ont secouée durant près de quarante années. Un ouvrage, paru à Anvers en 1587, marque particulièrement les huguenots et l’ensemble du monde réformé : le Theatrum Crudelitatum Haereticorum nostri temporis de Richard Verstegan, plusieurs fois réédité10, dont une publication en français11 au temps des guerres de religion12. Un ensemble de vingt-neuf images frappe l’imaginaire des lecteurs, tant par la finesse de l’exécution des planches qui met en exergue des détails paraissant sordides, que par une représentation explicite et choquante pour l’époque, chacune étant accompagnée d’un texte très précis dans la narration de l’horreur.

Illust. i. – Verstegan, Theatrum crudelitatum, Huguenots en France, Pl. 13, 1587.

  • 13 Pour un bilan sur ce thème, voir G. Wallerick, « La guerre par l’image : comment un protestant déf (...)

5Qu’il s’agisse d’illustrer et de narrer des exactions menées par les protestants en Angleterre, aux Provinces Unies ou dans la France de la seconde moitié de ce siècle (douze planches), le texte et l’image entrent en compétition pour marquer l’esprit des lecteurs européens et leur permettre de prendre parti contre les protestants. Ainsi, les conflits opposant les deux factions chrétiennes sont évoqués de manière éloquente, même si la véracité des faits et des chiffres n’est pas attestée13. Les corps subissent ainsi mille tourments, entre parties génitales ou langue arrachées, brûlures en tout genre, coups portés, défenestration, etc., les protestants en général, huguenots en particulier, apparaissent alors comme des barbares. Verstegan ne cherche donc pas à relater une chronologie d’événements réels, mais à cumuler des horreurs pour lesquelles les huguenots sont désignés coupables.

  • 14 Verstegan était protégé du champion de la Réforme tridentine, Philippe II.
  • 15 Il faut dissocier la part de moquerie de Chauveton de la « réalité » issue de la source première. (...)
  • 16 C’est d’ailleurs cette version qui est publiée par A. Milhou en 1995. Ce n’est qu’en 2002 que L’Hi (...)

6En réponse à cette attaque du parti du Pape14, de 1594 à 1596, le graveur liégeois émigré à Francfort entreprend la publication de la trilogie de Benzoni, dont il prend connaissance par la traduction donnée par Chauveton15. Deux années plus tard, sort des presses un ouvrage qui crée en Europe un profond sentiment de malaise : Narratio regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastatarum verissima, version latine de l’ouvrage de Las Casas traduit par le protestant flamand Jacques de Miggrode16. Ces ouvrages dépeignent les horreurs perpétrées par les catholiques espagnols contre les populations autochtones d’Amérique lors de la période de la conquête, le Liégeois illustrant les textes à l’aide de planches de grande qualité artistique.

Illust. ii. – Americae Quinta Pars, pl. 17, 1595.

Illust. iii. – Narratio Regionum, pl. 16, 1598.

  • 17 Comme le précise F. Lestringant dans la préface de la réédition de R. Verstegan, op. cit., p. 43.
  • 18 Ibid.
  • 19 L’image 14 du vol. V permet d’illustrer cette idée : des Indiens de la province de Carthagène, qui (...)

7Supportant les nombreux coups de bâton, les indigènes poursuivent leurs corvées. Mais il est d’autres supplices plus odieux qui nous sont illustrés par le graveur. Sept images évoquent les châtiments corporels : fouet, viols, sectionnement de membres, pendaison, Indiens jetés en pâture aux chiens, et même un bébé indigène qui est découpé en deux ou fracassé contre une hutte indienne. Après avoir montré les modes de vie des Amérindiens, puis leurs relations avec les Européens, voici que De Bry relate leur destruction par un peuple qui a tenté, de surcroît, d’éliminer les partisans de sa propre religion. Aussi, en gravant des Indiens qui souffrent des atrocités perpétrées par les Espagnols, c’est aux huguenots ou plus généralement aux protestants qu’il faut penser17. L’attaque contre le camp des catholiques n’est pas directe, mais elle se comprend dans le vécu de De Bry. Sa haine envers les Espagnols peut s’appréhender aisément. Les événements européens déplacés sur la scène exotique, cette Amérique assez peu connue, deviennent plus supportables au regard des lecteurs, et De Bry peut les illustrer dans toute leur horreur : « L’écart maximal est atteint : tout à la fois géographique, culturel et religieux, il empêche l’authentification18. » Mais cet écart évoqué par Frank Lestringant ne concerne que l’Indien : l’Europe ne prête pas attention à la destruction progressive d’un peuple aussi éloigné, et réputé « sauvage ». En revanche, ceux qui sont capables de tant de cruautés sur des êtres humains restent en mémoire : si l’Espagnol, par extension le catholique, se comporte de la sorte en Amérique, il peut aussi agir ainsi en Europe, car sa véritable nature se révèle dans un espace lointain tel que l’Amérique. L’image qui reste des Hispaniques, au sortir de la lecture des derniers volumes gravés par l’initiateur des Peregrinationes in Indiam Occidentalem, reste celle d’un monstre sanguinaire, avide de toujours plus d’or, prêt à tout pour s’enrichir, n’hésitant pas à torturer pour aboutir à ses fins19.

  • 20 Tel le cannibalisme caractéristique des peuples tupinamba rencontrés au Brésil lors des expédition (...)
  • 21 Voir par exemple les écrits de Raleigh ou de Laudonnière.
  • 22 Sur ce sujet, J. Pérez, La Légende noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009, ainsi que notre articl (...)
  • 23 D’après V. Bücken, « Théodore de Bry et Joos Van Winghe à Francfort. Un exemple de collaboration e (...)

8Cela permet ainsi de comprendre que De Bry ne nourrissait pas le but de retracer l’histoire des peuples d’Amérique, mais bien de toucher l’inconscient des lecteurs. Le contenu n’y est perceptible que pour ceux qui embrassent les mêmes idéaux. Au premier regard, l’œuvre monumentale de De Bry semble concerner l’Amérique et ses peuples, le premier volume laissant les Virginiens exposer leurs mœurs. Rapidement, ces Indiens montrent ce que l’Europe dite civilisée pourrait considérer comme leur « vraie nature », violente, voire transgressant certains tabous européens20, mais l’horreur n’est atteinte que lorsque les Européens, notamment les Espagnols, se livrent à une violence incomparable. Les haines d’Europe se retrouvent transplantées dans ce nouveau monde que d’aucuns considéraient, quelques décennies auparavant, comme l’Éden tant recherché21. Il faut donc se garder de considérer au premier degré une œuvre prioritairement dédiée à la propagande anti-catholique, voire anti-espagnole, qui participe activement à la propagation de la légende noire sur l’Espagne et ses dirigeants22. De manière à suivre le parti anti-hispanique, le graveur met en scène des Espagnols violents, qui torturent les peuples indigènes, entretenant ainsi chez les émigrés flamands de Francfort des sentiments anti-espagnols23.

  • 24 B. Bucher, La Sauvage aux seins pendants, Paris, Hermann, 1977, p. 88.

9Supplantant l’expérience du voyageur, qui n’apparaît sur aucune des planches, le Liégeois axe son travail autour de la cruauté des conquérants et des maux causés aux Indes et à leurs habitants après leur passage. De libre au début de l’histoire de Benzoni (quatrième livre, évoquant la découverte et les prémices de la conquête, 1594), l’Indien est progressivement asservi, et l’ouvrage de Las Casas montre de la nation conquérante une cruauté plus grande encore. Bien que, de toute évidence, les événements relatés par Benzoni soient historiques, comme l’indiquent d’autres sources (les récits de Pietro Martire, Oviedo ou Gomara), ils constituent surtout un « réquisitoire contre les méthodes de la colonisation espagnole, inspiré de celui de Las Casas et renforcé par les commentaires de Chauveton24 ». Les méthodes employées reprennent celles que l’Inquisition utilisait : flagellation, supplice du garrot, de l’eau, pendaison, bûcher, massacre... Le rôle de cette institution en ces terres lointaines s’est pourtant principalement cantonné à réprimer les mauvais chrétiens et à lutter contre le nouveau schisme chrétien, les Amérindiens, quant à eux, étaient poursuivis pour idolâtrie et sorcellerie.

Trois niveaux de contrôles à franchir

  • 25 M. Van Groesen, The Representations of the Overseas World in the De Bry Collection of Voyages (159 (...)
  • 26 Ibid., p. 260 et p. 249.

10La thèse de Michiel van Groesen rejette l’idée selon laquelle le travail de De Bry s’appuierait sur une volonté de propagande anti-hispanique : le chercheur s’appuie sur la lecture du frontispice du premier volume consacré à Benzoni (1594), dans lequel la volonté d’intégrer les questions de géopolitique de son temps n’est pas apparente. Il précise ainsi que, tant dans la version latine que germanique, dont les textes sont très proches, le graveur présente des défauts tels que la tyrannie ou l’avarice correspondant aux Espagnols au Nouveau Monde, mais qui peuvent aussi caractériser les Français, les Allemands ou les Wallons25. Ainsi, cette analyse permet de mettre en lumière la volonté des De Bry de trouver un débouché à leur production, plutôt que de risquer d’être mis à l’Index et de ne pas vendre. Le but économique paraît, d’après les écrits de la préface, plus important que le désir d’intégrer un conflit complexe. La prudence paraît donc de mise pour les graveurs, notamment pour éviter les censeurs de Francfort-sur-le-Main et ceux de Prague. Toutefois, la différence entre les textes en allemand et ceux en latin accréditent la thèse selon laquelle les premiers apparaissent plus vindicatifs contre les catholiques que les seconds26.

11Afin de publier sans souci d’interdiction, les graveurs de Francfort doivent chercher à franchir les différents niveaux de contrôle. Trois étapes se surimposent : la première d’entre elles concerne l’échelle supranationale, la deuxième le niveau impérial, et ensuite l’échelon urbain.

  • 27 « Gotardo Arthus Dantiscano. »
  • 28 M. van Groesen, op. cit., p. 137.
  • 29 Ibid., p. 283.
  • 30 A l’exemple du texte de Julius Roscius, Opera Misericordiae ad corpus pertinentia (1596), qui ne p (...)

12Parmi les autorités urbaines, un des personnages qui jouent un rôle important est le luthérien Gothard Artus de Danzig27, qui autorise les publications des De Bry à partir de 1601. Bien que le contexte européen ait quelque peu évolué vers un retour au calme, le contrôle reste prégnant. Le protestant, membre du conseil de la Cité libre, constitue une autorité urbaine, qui supplante les autres28. En plus de les autoriser, et donc de protéger les graveurs, Artus participe à la préparation des ouvrages, en traduisant certains textes, de l’allemand au latin, comme les volumes sept et huit des Grands Voyages (1599), mais aussi du latin ou du néerlandais à l’allemand. La participation du polyglotte paraît établir une relation fondée sur des échanges de « bons procédés » : le protecteur intervient dans la traduction, ce qui rend le contenu du texte assurément conforme aux exigences des autorités urbaines, et assure de facto la publication de l’ouvrage. Les images, quant à elles, restent probablement libres de production par les graveurs. Quelques années plus tard, l’officine imprime un livre, gravé par Johann Gelle et Jakob de Zetter, dont l’auteur n’est autre que Gothard Artus : Electio et Coronatio Sereniss. potentiss. et invictis Principis... (1613). Il semblerait cependant que la censure locale ne se soit intéressée qu’au titre : s’il ne paraissait pas ambigu, la publication pouvait se poursuivre29. Les autorités de Francfort possédaient ainsi le pouvoir d’interdire la publication de certains ouvrages30.

  • 31 Dans certains frontispices, la phrase « Cum gratia et privilegio Cas. Maiest. ad quadriennium » si (...)
  • 32 La publication du privilège impérial, daté du 24 mars 1590, dans le deuxième volume des Peregrinat (...)
  • 33 Ibid., p. 282.

13Le contrôle exercé par Prague est double. D’abord, l’Empereur octroie individuellement un privilège pour une durée de quatre années31, permettant au graveur qui l’a demandé de voir son travail protégé des contrefaçons32. De plus, Rodolphe II avait commissionné Valentin Leucht dès le milieu de la décennie 1590 pour vérifier les publications protestantes. Toutefois, des dissensions entre Leucht et l’autorité du conseil de la Cité de Francfort mettent à mal le travail de l’envoyé impérial. L’opposition est telle que le premier cherche un soutien local en la personne de l’archevêque de Mayence, Johan Schweikard von Kronberg, dont il obtient l’aide dès 160433. Les De Bry choisissent cette même année pour dédicacer à l’homme d’Église un ouvrage en latin, Indiae Orientalis pars VI, sixième partie de la collection des Petits Voyages.

  • 34 J. Rabasa, L’Invention de l’Amérique. Historiographie espagnole et formation de l’Eurocentrisme, P (...)
  • 35 Même lorsqu’ils sont publiés sous son pseudonyme Rudolfo Otreb Britanno.
  • 36 M. van Groesen, op. cit., p. 279.

14L’autorité papale disposait, de son côté, d’un arsenal lui permettant de contrôler de manière stricte les publications circulant en Europe. L’Index expurgationis recense les livres que les catholiques romains ne sont autorisés à lire qu’après expurgation des passages litigieux, qui sont alors rendus illisibles34. Ce dispositif, présent partout à la fin du XVIe siècle, oblige les éditeurs à adopter une politique prudente. Tout au long de l’existence de la famille De Bry, aucun ouvrage de la collection des Peregrinationes in Indiam Occidentalem n’a été frappé de la mise à l’Index Librorum Prohibitorum, dont l’origine remonte à l’application du Concile de Trente (1545-1563), en mars 1564. Les données regroupant les ouvrages mis à l’Index ne citent que rarement les ouvrages des De Bry. Quelques rares occurrences permettent d’établir un contrôle de la part du pouvoir papal des livres sortis des presses de Francfort. Il s’agit notamment d’ouvrages que les De Bry ont imprimés, mais pas ceux qu’ils ont créés. Ainsi, les livres de Jean-Jacques Boissard, Icones quinquaginta virorum illustrium doctrina..., datés de 1597 à 1599, sont mis à l’Index par la Congrégation de Rome (créée en 1571). Ces ouvrages contenaient la première vraie biographie de Colomb, et proposaient aux lecteurs de se référer aux Grands Voyages pour compléter les informations relatives au Découvreur. Ainsi, bien que la collection de De Bry ne soit pas directement menacée, un ouvrage qui établit un lien avec cette dernière est interdit. Plus tard, les écrits de l’Anglais Robert Fludd, publiés en 161735, sont aussi interdits, en raison des idées qui y sont véhiculées. Cette production d’ouvrages inquiétants pour les autorités catholiques pousse probablement ces dernières à s’intéresser davantage à l’ensemble des livres sortis des presses de cette officine familiale, d’autant plus que les textes protestants, publiés par des protestants dans des villes de cette obédience étaient placés sous la surveillance particulière de Rome36. Ainsi, la première référence concernant la collection des Grands Voyages dans l’Index Librorum Prohibitorum remonte à 1632, pour le neuvième volume, soit quelques années après la mort du dernier membre de la famille De Bry. Il semblerait donc que cette dernière ait été particulièrement prudente, tant dans la production que dans sa protection. En effet, les mécènes apparaissent particulièrement peu nombreux après de décès de Jean-Théodore, en 1623, à Bad Schwalbach.

  • 37 Ibid., p. 287.

15Dans les pays catholiques, la collection avait été interdite en Espagne, par l’Index librorum prohibitorum et expurgatorum de 1612, puis les graveurs sont régulièrement cités dans l’Index au cours du siècle. Le Portugal attend l’année 1624 pour interdire la circulation de ces ouvrages37. Les livres entrent dans la classe trois, ce qui les rend moins dangereux que leurs auteurs. Ces derniers, effectivement, se voyaient parfois frappés d’une interdiction systématique de publier en classe une. En l’occurrence, pour les volumes de De Bry, des textes anonymes, qui ont été publiés, sont mis à l’Index. Ces risques sous-tendent une triple protection, marquée par les dédicaces précédemment évoquées : les graveurs de Francfort cherchent alors à se prémunir contre les autorités urbaines, celles de Prague et enfin celles de Rome.

La recherche de mécènes protecteurs

16En tant que citoyen de l’Empire, Théodore de Bry se doit de demander un privilège d’abord à l’Empereur, autorité temporelle, afin de protéger son entreprise. Toutefois, Rodolphe II ne constitue pas le seul mécène de l’Empire germanique : les Princes-électeurs occupent une place importante dans ce fonctionnement, rappelé dans les volumes bryens par des dédicaces et des pièces d’héraldique. Le contexte géopolitique semble jouer un rôle important dans le nombre de dédicaces. Pour la période des guerres de religion, vingt-six éléments sont référencés concernant Théodore de Bry, le père de l’entreprise éditoriale. Durant les temps de paix qui suivent, entre 1598 et 1608, date à laquelle Frédéric V du Palatin regroupe les protestants au sein de l’Union évangélique, seuls treize ouvrages sont dédiés à un prince. Dès que les conflits reprennent l’année suivante dans le territoire germanique, avec la fondation de la Sainte Ligue catholique derrière Maximilien Ier de Bavière, le nombre de dédicaces augmente, pour atteindre dix-sept livres avant 1618, puis sept à partir du déclenchement de la guerre de Trente Ans.

  • 38 Il semblerait toutefois que l’archevêché de Trêves ait été occupé de 1581 à 1599 par Jean [et non (...)
  • 39 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, article « Archidapi (...)
  • 40 Consultable à l’url suivant : http://www.atilf.fr/

17Au niveau impérial, les armoiries de l’Empereur n’apparaissent que dans une planche complexe composée des sept blasons concernant les Kurfürsten (ou Princes-électeurs), datée de 1592. Trois sont détenteurs du pouvoir spirituel en la personne d’archevêques : Wolfgang de Dalbert pour Mayence (jusque 1601), Ernest de Bavière pour Cologne (jusque 1612), Théodore pour Trêves38, alors que trois détenteurs du pouvoir temporel, relativement tolérants voire partisans du protestantisme : Frédéric IV, le comte palatin du Rhin de la branche Wittelsbach-Simmern (jusqu’en 1610, mais son oncle, Jean Casimir occupe le poste de régent jusqu’à son propre décès en 1592), Christian Ier le duc de Saxe (jusque 1591) et Jean II Georges de Hohenzollern, le margrave de Brandebourg jusque 1598. Ces pièces d’héraldiques entourent le roi de Bohême, qui est aussi l’empereur Rodolphe II : écartelé, en 1 de gueules, au lion d’argent à la queue fourchée passée en sautoir, couronné, armé et lampassé d’or (roi de Bohême), en 2 fascé d’argent et de gueules (roi de Hongrie), en 3 parti de gueules à la fasce d’argent et bandé d’or et d’azur en six pièces à la bordure de gueules (archiduc d’Autriche et duc de Bourgogne) et en 4 écartelé en 1 et 4 de gueules au château d’or et en 2 et 3 d’argent au lion de gueules armé lampassé et couronné d’or (Castille-Léon). Théodore de Bry adresse donc un honneur particulier aux Princes-électeurs de l’Empire germanique, permettant aux lecteurs d’appréhender non seulement les blasons finement exécutés, notamment pour certains très complexes qui reviennent dans d’autres ouvrages, mais aussi par un rappel du détenteur en question, ainsi que de sa titulature aussi complète que possible. Le nom est donc suivi d’une épitaphe montrant un lien divin, symbolisée par les deux lettres D. G. (Deo Gratia). S’ajoutent les relations que les personnages occupent dans l’ordre impérial, notamment tel que définies par la Bulle d’Or de 1356, avec la caractéristique de leur pouvoir (spirituel ou temporel) ainsi que la région de l’Empire concernée. Enfin, lorsqu’une des charges particulières dévouée à un des princes impériaux est détenue par un des électeurs, celle-ci est indiquée. En effet, les Kurfürsten spirituels occupent les postes d’archichancelier, chacun dédié à une partie de l’Empire : cette charge est indiquée par De Bry par le mot Archi Cancellar, ou Archicancell. qui suit les espaces géographiques concernés. Les électeurs Palatin et de Saxe, tous deux curateurs respectivement à l’Ouest et à l’Est de l’Empire, occupent aussi la fonction d’archisénéchal, appelée archidapifer39 (Archidapifer) et d’archimaréchal (Archimarschal). Enfin, le Margrave (Markgraf) de la Marche de Brandebourg occupe la charge d’Archichambellan (Archicamerarius). La non-correspondance avec des notions connues en France a mené les Encyclopédistes à définir les termes caractérisant les dignitaires de l’Empire en reprenant les mots dans la langue utilisée40. Témoins de leur époque, ces derniers sont parvenus à transmettre un héritage des savoirs et des connaissances de l’époque moderne qui contribue à maîtriser des notions peu développées par l’historiographie française.

Illust. iv. – Planche des Kurfürsten, Americae Tertia Pars, 1592.

  • 41 L’Encyclopédie, article « Archimaréchal », juin 1751.
  • 42 Ibid., article « Archichambellan ».

18La représentation que De Bry a réalisée des armoiries relatives à chacun des hauts dignitaires de l’Empire inclut une partie des charges dévolues aux Kurfürsten. En effet, le blason de l’archimaréchal, l’électeur de Saxe, contient en place centrale une figure coupée : 1 de sable 2 d’argent, sur lequel se croisent deux épées de gueules. Ces dernières rappellent le moment où ce personnage, lors des cérémonies, précède l’empereur en portant une épée nue41. De la même manière, l’archichambellan Jean II Georges possède une figure d’azur, au sceptre d’or, ce qui rappelle son action lors des cérémonies, durant lesquelles il se place devant l’empereur en portant le sceptre, marchant aux côtés de l’Électeur de Saxe42.

  • 43 P. Burke, La Renaissance européenne, Paris, éd. du Seuil, 2000, p. 188.
  • 44 M. Dauras, Images et Sociétés dans l’Europe moderne, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2000, (...)

19Au-delà de cette planche contenant un grand nombre d’informations relatives tant au fonctionnement de l’Empire depuis la Bulle d’Or qu’aux différents dignitaires des charges avec leurs titulatures, des pièces en héraldique existent dans un certain nombre de volumes des Grands Voyages, de manière isolée. Cette relation entre un artiste et des nobles intègre un mouvement évoqué dans l’Europe sous la notion d’« aristocratisation » de la Renaissance, permettant ainsi aux princes d’intervenir dans le cadre du mécénat43, afin d’encourager les arts44. Le premier volume, par exemple, comporte, dès les premières pages, un blason accompagnant le message que Théodore de Bry adresse à ses lecteurs.

20La correspondance entre les langues de publication et la remarque relative aux mécènes et à leur protection permet d’établir la répartition en fonction de l’appartenance religieuse, résumée dans le tableau suivant.

Mécène

Obédience

Références dans les Grands Voyages

Langue de publication

Guillaume V

Catholique

3

Français, allemand, latin

Maximilien de Habsbourg

Catholique

1

Latin

Christian Ier de Saxe

Calviniste

3

Allemand, latin, latin

Frédéric IV

Luthérien

1

Allemand

Maurice de Hesse Kassel

Luthérien

3

Allemand

Louis IV

Luthérien

2

Allemand

21Une première approche des différents ouvrages des Grands Voyages possédant un blason, soit neuf volumes sur les quatorze publiés, mais quinze livres concernés, permet d’attester que les versions latines ne possèdent pas les mêmes éléments d’héraldique que les versions germaniques. Sur le total des ouvrages qui possèdent l’élément recherché, cinq sont en langue latine, lors que huit le sont en allemand. Ainsi, la part de cette dernière langue paraît supérieure. De même, le blason change donc en fonction de la langue d’écriture, ce qui laisse à penser que la publication en latin ou en allemand, et de surcroît la diffusion de l’ouvrage publié, pourrait être conditionnée à la protection d’un mécène particulier. Le latin, langue du catholicisme, s’attache prioritairement aux dirigeants catholiques. En revanche, même si ces derniers se voient parfois dédicacer des textes en allemand, les luthériens sont les plus fréquemment concernés par les livres dans cette dernière langue.

22Quelques mécènes sont d’obédience catholique. Dans trois ouvrages, parus entre 1590 et 1592, un blason identique apparaît : écartelé en 1 et 4 de sable, au lion d’or langué, et couronné de gueules (Palatinat du Rhin) ; en 2 et 3 fuselé en bande d’azur et d’argent (Bavière). Il s’agit de l’électeur catholique Guillaume V, duc de Bavière. Homme d’une grande piété, qui lui valut son surnom, il soutient le parti catholique durant les guerres de religion, luttant contre l’archevêque de Cologne, converti au protestantisme : il obtient ainsi l’électorat et l’archevêché de Cologne. La devise qui accompagne le blason : In deo faciemus virtutem rappelle le caractère religieux de ce Prince. Il est cité dans trois ouvrages en langues différentes (français, allemand puis latin), ce qui permet d’établir l’érudition de ce Prince-Électeur.

  • 45 Ce lien est rappelé dans le blason par l’écusson : de gueules, à la bande d’or, accompagné de deux (...)

23Ensuite, une occurrence unique est à préciser, celle de Maximilien de Habsbourg (dans la version latine du premier ouvrage, en 1590 ainsi qu’en 1617). Parmi les premiers personnages qui apparaissent dans la collection, ce membre de la famille des Habsbourg venait d’obtenir pour la première fois dans la grande dynastie royale la charge de Grand Maître de l’Ordre Teutonique pour l’Allemagne et l’Italie, ainsi que le rappelle le graveur : Teutonici ordinis Praefecto per Germaniam & Italiam. Électeur du roi de Pologne, comme l’indique l’écusson de gueules, à l’aigle d’argent, becquée, languée, membrée, liée et couronnée d’or, et comme le rappelle l’inscription par De Bry surplombant le blason : D[eo] G[ratia] electo regi Poloniae. De la même manière, ses titres d’archiduc d’Autriche et de duc de Bourgogne sont précisés par les écussons : de gueules, à la face d’argent et bandé d’or et d’azur, à la bordure de gueules ainsi que par le texte au-dessus : archiduci Austriae, & c. Duci Burgundiae. Ainsi, De Bry n’omet pas la titulature d’un personnage aussi important que le frère de l’Empereur45 qui vient de lui octroyer le privilège afin de publier les textes et les planches qu’il a gravés.

  • 46 M. van Groesen, op. cit., p. 261.
  • 47 Ibid., p. 135.
  • 48 J. Quéniart, Les Français et l’écrit XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, p. 91.
  • 49 Ibid. p. 93.
  • 50 W. Schmale, « Un paradis nommé Allemagne, Sebastian Münster ou la visualisation géographique et id (...)
  • 51 J. Quéniart, op. cit., 1998, p. 99.
  • 52 J.-L. Le Cam, « École, université et affrontements religieux dans le Saint-Empire », dans : Associ (...)

24La part des mécènes protestants est cependant plus importante : quatre réformés sont concernés pour les dédicaces et les blasons des Peregrinationes, d’autres sont encore présents dans les autres ouvrages publiés par l’officine. La grande majorité d’entre eux est, de surcroît, acquise au luthéranisme : Frédéric IV, Maurice de Hesse Kessel, Louis IV, Landgrave de Hesse Marbourg, les électeurs de Saxe Christian Ier puis son fils, Christian II, sans omettre le patron de la famille de graveurs, Frédéric Ier. Un nombre plus important d’ouvrages en langue allemande ont donc connu une dédicace, souvent accompagnée de la représentation du blason du seigneur, laissant supposer la nécessité d’être protégé par un souverain local. D’une manière générale, les dédicaces allemandes semblent concerner les souverains protestants, géographiquement proches, alors que celles des versions latines sont adressées à des personnages qui protègent les Habsbourg, mais aussi souvent qui recherchent les attaques anticatholiques par les protestants46. En apercevant les pièces d’héraldique, les lecteurs ont l’impression que les familles nobles soutiennent l’entreprise francfortoise47, ce qui favorise la vente des ouvrages. La protection d’un mécène permet ainsi aux graveurs de Francfort de voir leur entreprise pérenniser dans le temps. En effet, en raison du schisme que connaît la chrétienté, le contrôle dans le milieu éditorial se renforce à cause des publications propagandistes48. Il apparaît donc nécessaire au graveur d’être protégé par le « pouvoir politique, [ce] qui lui permet d’accaparer officiellement un marché captif, [et] fait d’une maison déjà prospère une entreprise hors du commun49 ». Nourrissant un projet anticatholique dès les premières planches, l’usage d’une langue usitée par les protestants, et moins maîtrisée par les puissances catholiques qui conservent le latin en langue de prédilection, permet de toucher un public plus large dans les régions luthériennes. Cette langue est effectivement considérée comme vernaculaire : Sebastian Münster ne définissait-il pas l’Allemagne comme étant le territoire où est parlé l’allemand, bien qu’il ne faille pas omettre le caractère constitutionnel de cet espace50. Comme le sous-entend Jean Quéniart, le refus d’utiliser le latin limite d’emblée l’audience géographique, culturelle et intellectuelle, ce qui est le cas pour la dernière partie des Grands Voyages dont la portée de ce volume est autolimitée, dès lors que les intellectuels européens possédaient une bibliothèque prioritairement latine51. Cette langue ancienne gardait une place prédominante dans les enseignements, même dans les territoires germaniques52.

  • 53 Nous reprenons ici les éléments de la définition du Dictionnaire universel de Furetière (1690), ci (...)
  • 54 Les versions latines contiennent les mots : « Humillimus cliens. »
  • 55 Il a préféré se retirer de la vie temporelle pour s’adonner à la piété (d’après J. Lecler, op. cit (...)
  • 56 Il semblerait que, suite à la Paix d’Augsbourg, le choix de la religion permette aux souverains lo (...)

25Le graveur adresse un message ajouté au blason directement au mécène concerné. Cette dédicace, placée au début de l’ouvrage permet ainsi aux graveurs de rappeler aux souverains une demande préalable de protection. Elle permet ainsi de « faire honneur et d’avoir l’occasion [de] faire l’éloge53 » à celui à qui est dédié l’ouvrage, établissant une relation de dépendance. Les pages qui intègrent les pièces d’héraldique sont signées directement de Théodore de Bry, la signature est d’ailleurs souvent précédée de son statut (par exemple en 1593, l’inscription Underthässigster Dienstwilliger Dieterich von Bry/von Lüttich/jetzt Burger zu Francfurt/Goldtschmidt und Kupfferstecher, rappelle ainsi l’acquisition récente du titre de bourgeois de Francfort) et de l’humilité du client54 auprès de son mécène : le principe de clientélisme semble attaché au concept de mécénat. Il est récurrent de la part des graveurs de réaliser une présentation de la titulature encadrant le bienfaiteur, souvent caractérisé sous le terme latin de dominus. En revanche, il ne semble pas avoir de logique quant à l’intégration d’un mécène particulier dans les volumes. Qu’ils soient catholiques (les archevêques ou Guillaume V55) ou protestants (comme Christian de Saxe ou Frédéric IV), partisans d’un parti religieux plutôt que d’un autre, l’art réalisé par les De Bry ne s’appuie pas spécifiquement sur des convictions religieuses, alors que ces dernières paraissent motiver l’entreprise menée par la famille de graveurs. Près de la moitié des souverains concernés par le mécénat bryen sont d’obédience protestante affichée, même si aucune remarque relative à la religion n’est précisée56. De Bry a donc cherché des mécènes permettant une protection de sa publication plutôt que ceux qui répondraient aux mêmes convictions que les siennes. L’objectif économique apparaît alors primordial.

  • 57 Voir à ce sujet P. Monnet, « Francfort-sur-le-Main, un pôle central de l’Empire à la fin du Moyen (...)
  • 58 Ibid. p. 102.
  • 59 L. Febvre, H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1971, p. 303.

26La géographie de la ville impériale choisie comme centre éditorial par la famille De Bry permet aussi de comprendre l’importance de la mention de certaines maisons de mécènes. La situation de Francfort, cité impériale majeure à la fin du Moyen Age57, permet aux habitants de retrouver dans un rayon proche quatre des sept Princes Électeurs : les archevêques de Trèves, de Cologne et de Mayence, ainsi que le Palatin58. Il n’est donc pas surprenant de voir illustrer dans les volumes de De Bry les pièces d’héraldiques et des dédicaces à ces mécènes proches de la cité d’implantation du graveur, comme Frédéric IV ou Guillaume V. La ville reste, jusqu’en 1625, un centre pour le commerce du livre en Europe59.

Conclusion. Le poids des bibliothèques

  • 60 F. Barbier, « Représentation, contrôle, identité. Les pouvoirs politiques et les bibliothèques cen (...)
  • 61 Associant de fait la notion de biens communs à la concentration des connaissances du temps (Ibid. (...)
  • 62 F. Barbier, op. cit., p. 438.
  • 63 R. Chartier, op. cit., p. 205, pour le cas français. Depuis l’édit du 28 décembre 1537, un exempla (...)
  • 64 Ibid.
  • 65 F. Barbier, op. cit., p. 441.
  • 66 Ibid., p. 440.
  • 67 Benito Arias Montano et Conrad Ritterhusius, David, virtutis exercitatissimae probatum Deo spectac (...)

27La Renaissance permet aux souverains régnant de se constituer une collection d’ouvrages qu’ils estiment utiles, tant pour eux que pour leur image. Ces bibliothèques revêtent une triple vocation, à savoir manifester le pouvoir, la richesse et la distinction du prince60. Elles permettent aux dirigeants de montrer ostensiblement leur caractère de mécènes, car elles acquièrent peu à peu une vocation publique61. Il s’agit donc d’un espace de dimension variable, parfois une simple pièce de la demeure du souverain, parfois un édifice particulier, aménagé voire construit62 spécifiquement pour accueillir la précieuse collection. Il est fréquent en effet qu’un ouvrage soit conservé dans une bibliothèque monarchique63 : De Bry devait fournir deux exemplaires de son œuvre à la Chancellerie pour pouvoir bénéficier de son privilège, ce qui montre la volonté de conserver en un même endroit les ouvrages officiellement autorisés. Toutefois, il faut se garder de considérer les Princes usant personnellement de tous les ouvrages dont ils disposent, car bon nombre de ces derniers avaient vocation d’étaler la richesse culturelle du souverain : la bibliothèque princière n’est pas destinée spécifiquement à un usage personnel, bien qu’elle soit établie par et pour un souverain64, qui établit souvent un budget pour l’entretenir, l’augmenter65 mais aussi pour la gérer. Les foires de Francfort ont joué un rôle majeur dans la constitution progressive de ces ensembles, comme le précise le Prince-Électeur du Palatinat, Ottheinrich (1502-1559), qui, dans son testament, détermine une rente annuelle pour y acquérir des livres « utiles66 ». Ce mécène se voit d’ailleurs dédier un ouvrage latin en 1597 par Jean-Théodore et Jean-Israël67.

28Il faut ajouter que les ouvrages sur l’Amérique présentaient un intérêt certain pour les Européens, d’autant que l’œuvre des De Bry, monumentale dans le nombre de volumes et de planches, présentait des images d’une qualité telle que les habitants de l’Ancien Monde n’en avait jamais vues du Nouveau Monde. Certes, des gravures sur bois avaient circulé, comme pour l’ouvrage de Staden, de même que les planches des ouvrages de Thevet, ou plus proches de la publication des Grands Voyages, de Léry, mais le premier avait donné priorité à la faune et la flore, alors que le second était particulièrement ancré dans une polémique religieuse. Ainsi, le dessein de De Bry trouve un auditoire plus lointain, que justifie d’autant plus la rédaction en langue latine : les foires aux livres permettent aux différents volumes des Peregrinationes in Indiam Occidentalem d’entrer dans tous les milieux lettrés, qu’ils soient d’obédience catholique ou protestante. Le premier volume, avec ses quatre versions linguistiques, revêt un but plus large encore : s’attacher une clientèle exigeante et ainsi s’assurer un débouché pour les volumes à suivre. Il n’est donc pas surprenant que De Bry ait attendu quatre années pour « attaquer » le parti catholique mettant ainsi en images les exactions menées par les catholiques espagnols contre des peuples apparemment innocents, les Amérindiens. La toile d’un réseau complexe, fondé sur des relations de confiances autant que professionnelles, mis en place probablement au cours des foires de Francfort ainsi que lors des différents voyages, effectués tant par le graveur que par ses relations, permet aux livres de voyager, emmenant avec eux la vision illustrée des Hispaniques.

Bibliographie

Crédits des images

R. Verstegan, Theatrum crudelitatum, Huguenots en France, Pl. 13, 1587.

Th. de Bry, Americae Quinta Pars, pl. 17, 1595.

B. Las Casas, Narratio Regionum, image de Th. de Bry, pl. 16, 1598.

Th. de Bry, Americae Tertia Pars, Planche des Kurfürsten, 1592.

Notes

1 La région semble avoir été particulièrement marquée par les exécutions pour cause d’hérésie, puisque de 1523 à 1565, mille trois cent personnes sont concernées, avec une intensification après 1540, date à laquelle l’Empereur montre davantage de rigueur (d’après C. Denys, I. Paresys, Les Anciens Pays-Bas à l’époque moderne, Paris, Ellipses, 2007, p. 49).

2 Commission Royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de la Belgique, Liste chronologique des édits et ordonnances de la Principauté de Liège de 1507 à 1684, 1860, p. 42.

3 A sa mort, en 1598, Théodore est remplacé par ses fils, Jean-Théodore (1563-1623) et Jean-Israël (1565-1609), déjà actifs dans l’entreprise, puis par les gendres du premier, Mathaus Mérian et Guillaume Fitzer (cf. A. G. Camus, Mémoire sur la collection des Grands et Petits Voyages de Théodore de Bry et sur les collections de M. Thévenot, Paris, Baudouin, 1802, p. 15. L’University of Michigan Library a publié la numérisation de l’ouvrage, devenu rare et dans un état assez fragile, en 2009, sans pour autant commenter le texte.

4 Ch. D’Orléans de Rothelin, Observations et détails sur la collection des Grands et Petits Voyages, 1742.

5 Seul le premier volume de 1590 connaît quatre versions linguistiques.

6 Ch.-A. Julien, Les voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIe siècle), Paris, G. Monfort, 2003 (1re éd. 1948, PUF).

7 H. Lhoumeau, Expéditions françaises en Floride, 1562-1568, Thèse de l’École des Chartes, 2000.

8 S. Lussagnet (textes choisis et annotés), Les Français en Amérique pendant la deuxième moitié du XVIe siècle, t. 2, les Français en Floride, Paris, PUF, 1958.

9 Il faut toutefois citer John Fox, Acts and Monuments, 1563, qui met en image les immolations et les massacres perpétrés sous Marie Tudor contre les pasteurs et fidèles du culte réformé.

10 1592, 1604 et 1607 en latin (Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 3e série, tome quatrième, 1864, p. 373), ce qui montre l’intérêt porté à l’époque pour cet ouvrage.

11 Théâtre des Cruautez des Hérétiques de nostre temps, 1587, réédité en 1607, qui constitue une scénographie de la Contre-réforme (C. Dumoulié, Les Théâtres de la cruauté. Hommage à Antonin Artaud, 2000, p. 5).

12 Voir l’édition préfacée et annotée par Frank Lestringant, Richard Verstegan : Le théâtre des cruautés (1587), Paris, éd. Chandeigne, 1995.

13 Pour un bilan sur ce thème, voir G. Wallerick, « La guerre par l’image : comment un protestant défie les pouvoirs catholiques », Archives des Sciences Sociales des Religions no 149, p. 33-53.

14 Verstegan était protégé du champion de la Réforme tridentine, Philippe II.

15 Il faut dissocier la part de moquerie de Chauveton de la « réalité » issue de la source première. De Bry prend en effet « connaissance de Benzoni dans la traduction qu’en a donnée Chauveton, encore qu’il serait plus exact de parler d’interprétation. » (I. Malaise-Engammare, « Théodore de Bry et Bartolomé de Las Casas. Images de la dissidence religieuse », Art & Fact no 15, p. 112).

16 C’est d’ailleurs cette version qui est publiée par A. Milhou en 1995. Ce n’est qu’en 2002 que L’Histoire des Indes de Las Casas a été publiée pour la première fois intégralement en français (éditions du Seuil, 3 vol.).

17 Comme le précise F. Lestringant dans la préface de la réédition de R. Verstegan, op. cit., p. 43.

18 Ibid.

19 L’image 14 du vol. V permet d’illustrer cette idée : des Indiens de la province de Carthagène, qui ont amené de l’or au gouverneur Diego Gottirez, se retrouvent, au terme d’un repas partagé, enchaînés pour obtenir une rançon.

20 Tel le cannibalisme caractéristique des peuples tupinamba rencontrés au Brésil lors des expéditions portugaises ou françaises, au milieu de la décennie 1550, et mis en image par De Bry dans le vol. III (1592) des Grands Voyages à partir des récits de Hans Staden et de Jean de Léry : Americae tertia pars...

21 Voir par exemple les écrits de Raleigh ou de Laudonnière.

22 Sur ce sujet, J. Pérez, La Légende noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009, ainsi que notre article « Théodore de Bry acteur de la légende noire », Historiens et Géographes, 409, p. 291-301.

23 D’après V. Bücken, « Théodore de Bry et Joos Van Winghe à Francfort. Un exemple de collaboration entre peintre et éditeur à la fin du XVIe siècle », Art et Fact, no 15, Mélanges Pierre Colman, sous la direction de J.-P. Duchesne, D. Allart et P.-Y. Kairis, Liège, 1996, p. 110.

24 B. Bucher, La Sauvage aux seins pendants, Paris, Hermann, 1977, p. 88.

25 M. Van Groesen, The Representations of the Overseas World in the De Bry Collection of Voyages (1590-1634), Brill, Library of the Written World 2/Leiden-Boston, The Handpress, 2008, p. 251.

26 Ibid., p. 260 et p. 249.

27 « Gotardo Arthus Dantiscano. »

28 M. van Groesen, op. cit., p. 137.

29 Ibid., p. 283.

30 A l’exemple du texte de Julius Roscius, Opera Misericordiae ad corpus pertinentia (1596), qui ne put sortir des presses de la cité d’Empire, mais fut publié à Montbéliard, cité acquise au luthéranisme et dirigée par le patron des De Bry, Frédéric Ier, duc de Wurtemberg (1568-1608). Deux autres ouvrages lui sont dédiés

31 Dans certains frontispices, la phrase « Cum gratia et privilegio Cas. Maiest. ad quadriennium » signifie que l’auteur-graveur avait obtenu l’autorisation de publier son œuvre grâce au privilège impérial, qui lui avait été accordé pour les quatre années à venir.

32 La publication du privilège impérial, daté du 24 mars 1590, dans le deuxième volume des Peregrinationes évoque cette protection et la contrepartie due par le graveur.

33 Ibid., p. 282.

34 J. Rabasa, L’Invention de l’Amérique. Historiographie espagnole et formation de l’Eurocentrisme, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 47.

35 Même lorsqu’ils sont publiés sous son pseudonyme Rudolfo Otreb Britanno.

36 M. van Groesen, op. cit., p. 279.

37 Ibid., p. 287.

38 Il semblerait toutefois que l’archevêché de Trêves ait été occupé de 1581 à 1599 par Jean [et non Théodore] de Schoenberg.

39 L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers, article « Archidapifer », juin 1751.

40 Consultable à l’url suivant : http://www.atilf.fr/

41 L’Encyclopédie, article « Archimaréchal », juin 1751.

42 Ibid., article « Archichambellan ».

43 P. Burke, La Renaissance européenne, Paris, éd. du Seuil, 2000, p. 188.

44 M. Dauras, Images et Sociétés dans l’Europe moderne, XVe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2000, p. 48.

45 Ce lien est rappelé dans le blason par l’écusson : de gueules, à la bande d’or, accompagné de deux lions léopardés du même.

46 M. van Groesen, op. cit., p. 261.

47 Ibid., p. 135.

48 J. Quéniart, Les Français et l’écrit XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, p. 91.

49 Ibid. p. 93.

50 W. Schmale, « Un paradis nommé Allemagne, Sebastian Münster ou la visualisation géographique et idéalisée du Saint-Empire au XVIe siècle », dans : C. Lebeau, L’espace du Saint Empire du Moyen Âge à l’époque moderne, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2004, p. 24-26.

51 J. Quéniart, op. cit., 1998, p. 99.

52 J.-L. Le Cam, « École, université et affrontements religieux dans le Saint-Empire », dans : Association des historiens modernistes des universités françaises (AHMUF), Les affrontements religieux en Europe (1500-1650), Paris, P.U.P.S., 2009, p. 200.

53 Nous reprenons ici les éléments de la définition du Dictionnaire universel de Furetière (1690), citée par R. Chartier, « Le prince, la bibliothèque et la dédicace », dans : M. Baratin, Chr. Jacob (s.d.), Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel, 1996, p. 208. Il semblerait toutefois que l’attente des artistes reste souvent sans retour (Ibid.).

54 Les versions latines contiennent les mots : « Humillimus cliens. »

55 Il a préféré se retirer de la vie temporelle pour s’adonner à la piété (d’après J. Lecler, op. cit., p. 278).

56 Il semblerait que, suite à la Paix d’Augsbourg, le choix de la religion permette aux souverains locaux d’asseoir leur pouvoir (d’après Chr. Duhamelle, « L’invention de la coexistence confessionnelle dans le Saint-Empire (1555-1648) », dans : AHMUF, op. cit., p. 235).

57 Voir à ce sujet P. Monnet, « Francfort-sur-le-Main, un pôle central de l’Empire à la fin du Moyen Âge ? », dans : Chr. Lebeau, op. cit., p. 97-113.

58 Ibid. p. 102.

59 L. Febvre, H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1971, p. 303.

60 F. Barbier, « Représentation, contrôle, identité. Les pouvoirs politiques et les bibliothèques centrales en Europe (XVe-XIXe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 111, 1999, p. 432.

61 Associant de fait la notion de biens communs à la concentration des connaissances du temps (Ibid. p. 437). Cette vocation publique avait été précisée pour caractériser la volonté des souverains de « protéger de la disparition tous les livres qui le méritent » et l’ouverture de ces espaces « aux savants et aux érudits » (R. Chartier, « Le prince, la bibliothèque et la dédicace », dans : M. Baratin, Chr. Jacob (s. d.), op. cit., p. 206).

62 F. Barbier, op. cit., p. 438.

63 R. Chartier, op. cit., p. 205, pour le cas français. Depuis l’édit du 28 décembre 1537, un exemplaire de chaque livre en circulation dans le royaume devait être déposé à la librairie du château de Blois (Collectif, État et culture : le livre, La Documentation française, 1993, p. 21).

64 Ibid.

65 F. Barbier, op. cit., p. 441.

66 Ibid., p. 440.

67 Benito Arias Montano et Conrad Ritterhusius, David, virtutis exercitatissimae probatum Deo spectaculum...

Table des illustrations

Légende Illust. i. – Verstegan, Theatrum crudelitatum, Huguenots en France, Pl. 13, 1587.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Légende Illust. ii. – Americae Quinta Pars, pl. 17, 1595.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115022/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Illust. iii. – Narratio Regionum, pl. 16, 1598.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115022/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Illust. iv. – Planche des Kurfürsten, Americae Tertia Pars, 1592.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/115022/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 406k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540