Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Deuxième partie. Les justifications religieuses des guerres

Les guerres de Religion sur la frontière : le cas du Boulonnais en 1567 et 1587-1588

Alain Joblin

Texte intégral

  • 1 Janine Garrisson, Guerre civile et compromis, 1559-1598, Paris, éd. du Seuil, coll. Points Histoir (...)
  • 2 Ces édits étaient octroyés par le roi qui cherchait désespérément à rétablir la paix dans le royau (...)

1Les guerres de Religion en France débutèrent officiellement le 1er mars 1562 par le massacre de protestants réunis à Wassy en Champagne pour célébrer leur culte. Là, des soldats catholiques du duc Henri de Guise anéantirent plusieurs dizaines de huguenots. En réaction, le prince Henri de Condé, chef politique et militaire des protestants français, leva une armée qu’il lança dès le 2 avril 1562 à l’assaut d’Orléans, bientôt occupée. Ainsi débuta une guerre civile qui allait durer 36 ans pour se terminer en 1598 par la signature de l’Édit de Nantes1. On ne se battit cependant pas durant trois décennies de manière ininterrompue, les opérations militaires étant, en effet, entrecoupées de trêves faisant suite à la signature d’édits de pacification2. Cette guerre, essentiellement religieuse, put revêtir dans certaines régions, une dimension particulière. Tel fut le cas en Boulonnais. Certes, si cette petite province fut beaucoup moins marquée par le conflit que d’autres parties du royaume, elle n’en connut pas moins deux alertes d’une extrême violence. Mais avant de les évoquer, il convient de rappeler quelques données géographiques et politiques.

Une présence protestante en Boulonnais dès 1562

2Le Boulonnais est un petit pays au relief accidenté de près d’un millier de km2 le long de la « mer Océane » (la Manche). On avait là, au XVIe siècle, une province frontière du royaume de France faisant face, à l’Est, aux Flandres et à l’Artois, alors occupés par les Espagnols, et, à l’Ouest, à l’Angleterre. Or le Boulonnais eut à souffrir des conflits quasi permanents opposant le roi de France à ces deux puissances. Cette géographie n’était pas seulement politique, elle était aussi religieuse : en effet, Philippe II, roi d’Espagne, se voulait le champion du catholicisme contre le protestantisme alors qu’au même moment, Élisabeth Ire ancrait l’Angleterre dans l’Europe de la Réforme. Le Boulonnais risquait ainsi à tout moment de faire les frais de sa situation.

  • 3 Alain Joblin, Catholiques et Protestants Boulonnais, XVIe-XVIIe siècles, Boulogne-sur-Mer, Société (...)
  • 4 Extrait du cahier de doléances du Tiers-État aux États généraux réunis à Orléans en 1560 : Daniel (...)
  • 5 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB), ms. no 1013 f° 135B.
  • 6 J. Le Cat, « Savants, imprimeurs et drapiers : famille Le Febvre et Senlecque », Bulletin de la So (...)

3Le protestantisme fut en Boulonnais, comme dans bien d’autres provinces françaises, un phénomène endogène3. Les idées de Luther et surtout celles de Calvin furent introduites dans le pays par des prédicateurs que certains qualifièrent de soldats « passantz et repassantz ». Des Boulonnais d’origine adhérèrent cependant très rapidement aux « nouvelles doctrines4 ». Le 3 décembre 1561, les autorités catholiques de Boulogne-sur-Mer dénoncèrent l’arrivée d’un prédicant pour baptiser un enfant dans la maison d’un officier, Jacques Pascal, « commis du trézorier du Boullonois5 ». Ailleurs, dans les campagnes, on vit des individus se convertir, à l’exemple de Nicolas Le Febvre, « drapier-drapant6 ». Le nombre de ces convertis dut fortement augmenter puisqu’un ministre (pasteur) répondant au nom de Jean Auber vint s’installer dans le pays dès 1562. Il était hébergé chez des nobles protestants. Plusieurs seigneurs locaux s’étaient en effet convertis et avaient ouvert leur château au culte réformé. Ils agissaient ainsi en toute légalité car les premiers édits de pacification autorisaient la noblesse protestante à organiser des cultes publics. Des Boulonnais, des paysans en particulier, basculèrent ainsi dans le protestantisme en suivant leur seigneur, au grand dam des catholiques.

  • 7 A. DHautefeuille et L. Benard, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, 1860, 2 t.

4Dès 1562, les chanoines en résidence à Boulogne-sur-Mer brûlèrent publiquement des livres interdits. Deux ans plus tard, des moines cordeliers furent agonis d’injures par des huguenots. Un climat de tension semblait donc s’être alors installé dans la ville et dans le pays. Certes, en mai 1563, le gouverneur de la ville, Louis Lannoy de Morvilliers, un huguenot, édicta une ordonnance interdisant aux adeptes des deux religions de « disputer » en public sur « le faict de religion » et de « meffaire et mesdire » contre ceux de l’autre religion7. Mais le climat se tendit lorsque le pape Pie V érigea, le 3 mars 1567, le diocèse de Boulogne. La ville devint alors le siège d’un nouvel évêché. Le premier évêque nommé, Claude-André Dormy, était, dit-on, un ecclésiastique à « l’orthodoxie sans faille », peu favorable aux « nouveautés religieuses ». Mais pouvait-il en être autrement lorsqu’on sait que ce prélat était un proche de la famille des ducs de Guise ? De toute façon, Claude-André Dormy ne fit son entrée dans sa cité épiscopale qu’en avril 1570. La ville fut en effet occupée par les huguenots pendant plusieurs mois, de novembre 1567 au 25 avril 1568.

Boulogne et le Boulonnais aux mains des protestants

  • 8 AMB, ms. no 1013.
  • 9 Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, ms. no 732 (4).

5Des bandes armées huguenotes multiplièrent les violences et les destructions à la fin de l’année 1567 et au début de 1568 à Boulogne-sur-Mer. Cette violence culmina au cours de la nuit du 2 novembre 1567 quand des individus dévastèrent la cathédrale. Selon le procès-verbal dressé ensuite, les vandales avaient abattu les statues, brisé les verrières, le tabernacle, les autels et les fonts baptismaux. Ils avaient également volé tout ce qui était en métal. Des témoins évoquèrent un véritable acharnement dirigé contre la « statue miraculeuse » de la vierge nautonière, Notre-Dame-de-Boulogne. Les individus avaient en vain cherché à la détruire, avant de la jeter sur un tas de fumier puis au fond d’un puits. Les jours suivants, les violences se prolongèrent à travers toute la ville. Une source évoque des rues « fort infectées d’immondices [...] délaissées en grande quantité durant les troubles des années dernières8 ». L’église Saint-Nicolas, en la basse ville, fut aussi ravagée. On releva les combles incendiés, les dallages et les verrières brisés. Toutes ces destructions furent évoquées par Richard Stevenois, curé de Saint-Nicolas, qui nota sur le registre des « Baptêmes, Mariages et Sépultures » de la paroisse, le 10 avril 1568, que « Boullonne [avait] été occupé par les huguenots, lesquels [avaient] demoly les églises et ne ont permis estre administrez aulcuns sacrements9 »...

  • 10 Alain Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, éditions « Les Échos du Pas-de-C (...)
  • 11 Ibid., p. 132.
  • 12 Solange Deyon et Alain Lottin, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord de la France (...)
  • 13 Alain Joblin, « Le protestantisme en Calaisis aux XVIe-XVIIe siècles », Revue du Nord, t. LXXX, ju (...)

6L’enquête lancée quelque temps plus tard pour démasquer les coupables releva que des Boulonnais avaient participé plus ou moins activement à ces événements. On dénonça ainsi un certain Bertrand Brillat, soldat, Étienne le Bancq, manouvrier, ou encore le sieur Jean de Frohart, seigneur de Honvault, paroisse de Wimille (au nord de Boulogne). Mais on s’arrêta surtout sur d’autres meneurs : Jacques van Heule, Jean Mughiel, Pieter de Waele et Jacques Camerlynck. Il s’agissait de Flamands alors en révolte contre leur souverain, Philippe II, roi d’Espagne. Il faut ici rappeler qu’en 1566 éclata la révolte des Flandres. La noblesse et la bourgeoisie flamandes reprochaient à Madrid de remettre en cause des libertés politiques ancestrales. On craignait également que Philippe II n’introduise aux Pays-Bas l’Inquisition pour lutter contre des protestants qui y étaient bien implantés. La révolte éclata durant l’été 1566. Philippe II répondit rapidement par une dure répression ouvrant ainsi une longue période de guerre civile10. Les quatre individus repérés à Boulogne-sur-Mer en 1567-1568 faisaient partie de ces « Gueux », comme ils se désignaient eux-mêmes, en révolte contre l’Espagne. Jacques Camerlynck, un ouvrier du textile, venait d’assassiner les curés d’Houtkerque et d’Oost-Cappel en Flandre occidentale. Jacques van Heule était un calviniste originaire de Bruges11, et Jan Mughiels fut impliqué dans une tentative d’attaque contre la prison d’Hazebouck12. Tous ces hommes furent arrêtés et interrogés par les Espagnols au début des années 1570 : ils expliquèrent à ce moment-là la raison de leur présence à Boulogne-sur-Mer à la fin de 1567. Leur but n’était pas de renforcer le protestantisme en Boulonnais, mais d’aller chercher des troupes en Angleterre pour les amener en Flandre afin de « piller les églises et assassiner les prêtres et les gens de justice ». On évoqua jusqu’à 1 200, voire 1 500 soldats. Le choix du port de Boulogne pour les faire entrer dans le pays s’explique par la présence d’un gouverneur favorable au protestantisme. Proche du prince de Condé, Louis Lannoy de Morvilliers arriva à Boulogne-sur-Mer en septembre 1559 à la tête d’une cinquantaine d’hommes d’armes en souhaitant faire de la ville un refuge pour les huguenots du nord-ouest du royaume de France et des Pays-Bas espagnols. Boulogne-sur-Mer était donc un lieu de passage sûr vers l’Angleterre pour les protestants alors que l’autre grand port de la région, Calais, avait à sa tête un catholique convaincu, Girault de Mauléon, seigneur de Gourdan. Il aurait fait arrêter et exécuter une trentaine de Calaisiens suspects au début des années 156013. L’endroit n’étant donc pas favorable aux huguenots, les Gueux se rabattirent sur Boulogne. Ils y introduisirent l’iconoclasme qu’ils avaient semé à travers les Flandres au cours de l’été 1566. Ce sont plus d’une centaine de lieux, villes, bourgs et monastères, qui furent ravagés par des bandes huguenotes armées au cours de cet été, de la Flandre maritime jusqu’à Valenciennes, en passant par Ypres, Saint-Omer, Béthune et Tournai.

7Or, on retrouve les mêmes types d’exactions à Boulogne-sur-Mer : statues brisées, autels, tabernacles et fonts baptismaux cassés, croix abattues, etc. L’inventaire des destructions observées dans la cathédrale de Boulogne-sur-Mer est très explicite à ce sujet. Les termes « rompuz, « abaptuz » reviennent sans cesse sous la plume du greffier qui évalua le coût des dégâts :

  • fonts à baptisez rompus et abaptus = 10 livres ;
  • ung autel rompuz et desmollies avecq grands tables d’austels d’une pièce tant de marbre que d’aultre sorte de pierres, que l’on ne sçaurait remettre en estat = 220 livres ;
  • une closture servant au tour de l’autel de paroisse avecq quattre colonnes et une chaise où le curé faisait son prosne ;
  • la passion de Nostre Seigneur Jésus-Christ, assiz sur siz collonnes de pierre d’Anvers = 1 500 livres ;
  • un tabernacle ;
  • la chaise des prédicateurs ;
  • un siège] pour ceulx qui servoient à l’autel ;
  • le tronc qui était devant Notre-Dame = 15 livres ; etc.14.
  • 15 Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne, Genève, Droz, rééd. 2008, 2 vol.
  • 16 Sur le sens de l’iconoclasme protestant : Olivier Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclas (...)

8Tout cela avait un sens symbolique fort et relevait d’une démarche volontaire et réfléchie. Les huguenots cherchaient, en effet, à faire disparaître tout ce qui pouvait rappeler le catholicisme en détruisant des signes qui évoquaient, selon eux, une forme de paganisme et poussaient les fidèles à l’idolâtrie. Il s’agissait également de purifier une espace pollué par les papistes pour préparer le triomphe de la « vraie religion ». De profondes divergences religieuses apparaissaient donc derrière ces actes. En s’attaquant aux statues (ymaiges) et aux tableaux (pourtraitures) les iconoclastes voulaient faire respecter les 4e et 5e commandements : « Tu ne te feras pas de statue, ni de représentation quelconque de ce qui est en haut dans le ciel... » et « Tu ne te prosterneras pas devant elles, et tu ne leur rendras pas de culte... ». Calvin avait par ailleurs fortement dénoncé « la vénération des Images [qui] ne pouvaient qu’empêcher l’élévation morale ou spirituelle du fidèle15 ». Il s’agissait aussi de s’attaquer au culte des saints et, plus particulièrement à celui des saints intercesseurs qui incitait les catholiques, selon les Réformateurs, à oublier que seule la foi sauve (Sola Fide). En brisant les autels et les tabernacles, les huguenots dénonçaient également l’Eucharistie et la messe catholique. En effet, si pour les catholiques, la communion était une manducation du vrai corps et du vrai sang de Jésus-Christ, les espèces (pain et vin) ayant changé de nature au cours de la messe, la Cène ne revêtait, au contraire, chez les calvinistes, qu’un pur sens symbolique et, si on se nourrissait de quelque chose, c’était de l’esprit de Jésus-Christ16. Il y avait donc une divergence sur le sens à donner à la communion qui rendit impossible le « dialogue » entre catholiques et protestants. C’est d’ailleurs sur cette divergence qu’échoua le colloque de Poissy (octobre 1561) organisé par la régente Catherine de Médicis et le chancelier Michel de l’Hospital pour tenter d’enrayer la violence religieuse qui commençait à se faire jour dans le royaume de France. Les théologiens alors réunis, Théodore de Bèze pour les protestants, le cardinal de Lorraine et le général des jésuites, Jacques Lainez, pour les catholiques, ne purent se mettre d’accord sur cette question. Détruire les autels, c’était aussi remettre en cause le rôle des prêtres au sein de l’Église, les protestants prônant le « sacerdoce universel », c’est-à-dire la possibilité pour tous les fidèles de lire la Bible, d’en comprendre le sens et de l’enseigner.

  • 17 D’autres actes iconoclastes furent observés ailleurs en Boulonnais comme à Étaples, où les hugueno (...)
  • 18 Nicolas Froumenteau, Le secret des finances de France, Genève, 1581, 3 t.
  • 19 Louis Rossier, Histoire des protestants de Picardie, Paris, 1861, p. 87.
  • 20 Fernand de Schickler, Les Églises du refuge en Angleterre, Paris, 1892.

9Ce sont donc bien des huguenots flamands qui reproduisirent à Boulogne-sur-Mer17 les violences iconoclastes qu’ils avaient déclenchées quelque temps auparavant à travers les Flandres. La question se pose : si Boulogne n’avait pas été un port par lequel les « Gueux » espéraient recevoir une aide militaire de l’Angleterre protestante, les églises de la ville auraient-elles été pillées et détruites ? Une chose est certaine, la région fut relativement épargnée par les guerres religieuses qui ravagèrent d’autres régions du royaume de France. Le diocèse de Boulogne souffrit moins que d’autres diocèses de Picardie. Près des trois quarts des communautés beauvaisiennes furent ainsi le théâtre de destructions, contre à peine 1/5e des communautés boulonnaises18. Il y eut néanmoins quelques violences. En août 1572, au lendemain de la Saint-Barthélemy, des catholiques de Montreuil-sur-Mer prirent d’assaut le château d’Estréelles sur la Canche où le sieur de Louvigny, seigneur de l’endroit, avait ouvert un lieu de culte réformé. Le château fut brûlé mais on ne tua personne. Les autorités firent tout en effet pour éviter les massacres. Le gouverneur de Montreuil ordonna, à l’exemple de celui d’Abbeville, qu’on emprisonnât les huguenots de la ville pour les soustraire à la vindicte de la populace catholique19. Certes, la tension était bien réelle. Elle explique qu’un certain nombre de protestants boulonnais cherchèrent prudemment à gagner le refuge anglais, à commencer par le pasteur Jean Auber, qu’on retrouve à Londres à la fin de l’année 157220. On rencontre également dans cette ville au début des années 1590 Nicolas et Orette Cassel, d’Halinghen (une paroisse au sud de Boulogne-sur-Mer), Jeanne Gaton, de Samer, Suzanne de Hanin, de Clenleu. À Canterbury vinrent trouver refuge Michel Casier, de « Wierre en Boulenoys », Jean Troielle, de Sombres, Ésaï et Judith Desmarests, de Cormont, Anne Prévost, d’Hubersen, etc. Il y eut donc un climat d’inquiétude et d’insécurité qui poussa des protestants boulonnais à chercher refuge en Angleterre. Mais ce ne fut en aucun cas un exode massif. La pire des violences observées à Boulogne-sur-Mer et en Boulonnais fut donc bien celle qui se déchaîna au cours de l’année 1567-1568. Cette violence ne peut s’expliquer que par la place stratégique du port boulonnais. Cette situation se reproduisit en 1587-1588 mais avec d’autres acteurs.

Les ligueurs catholiques en Boulonnais en 1587 et en 1588

  • 21 Jean-Marie Constant, Les Guise, Paris, Hachette, 1984, 266 p. Manfred Orlea, La noblesse aux États (...)

10À deux reprises, en 1587 puis en 1588, la ville de Boulogne-sur-Mer subit l’attaque des ligueurs catholiques. Tout au long des guerres de religion se constituèrent dans les provinces du royaume de France des ligues de défense du catholicisme. Mais ce sont surtout deux de ces « associations » qui entrèrent dans l’histoire sous le nom de « Ligue ». En 1576 tout d’abord, se constitua en Picardie celle dite « de Péronne », en réaction à la politique royale. Henri III (1574-1589) venait en effet de signer, le 6 mai 1576, l’Édit de Beaulieu qui mettait fin à la cinquième guerre de religion. Cet édit accordait d’énormes avantages aux huguenots : liberté de culte partout dans le royaume, à l’exception de Paris, octroi de huit places de sûreté où pouvaient stationner des troupes protestantes, création de chambres mi-parties où siégeaient à égalité des juges catholiques et protestants, réhabilitation des victimes de la Saint-Barthélemy. La ligue de Péronne regroupait près de 200 nobles, picards dans bien des cas, qui se proposaient de rétablir la « Sainte Église catholique, apostolique et romaine » dans la plénitude de ses droits21. Parmi les signataires se trouvait un noble boulonnais, Antoine de Monchy, seigneur de Montcavrel. Henri III réussit cependant à désamorcer le péril en prenant la tête de cette ligue.

11Le danger réapparut quelques années plus tard en 1584. Le facteur déterminant fut la mort, le 10 juin 1584, du duc François d’Alençon, frère cadet du roi qui laissait le trône sans héritier direct. En effet, Henri III n’avait pas d’enfant mâle et, selon la loi salique, l’héritier du trône devait être le duc d’Alençon. Or, après la mort de ce dernier, la couronne devait légitimement revenir, au décès d’Henri III, à son cousin le plus proche, Henri de Bourbon, roi de Navarre. Mais celui-ci étant également le chef du parti protestant, les catholiques ne pouvaient donc pas envisager une telle perspective. C’est donc pour empêcher cela que la ligue se reforma autour de la famille des ducs de Guise qui personnalisait depuis 1562, la lutte implacable des catholiques contre « l’hérésie ». Henri de Guise signa par ailleurs, le 31 décembre 1584, une alliance avec Philippe II d’Espagne (traité de Joinville). Comme en 1576, des Boulonnais rallièrent cette seconde ligue, à commencer par l’évêque Claude-André Dormy. Le mayeur de Boulogne, Guillaume de Blaisel, et l’ancien mayeur de Desvres – la deuxième ville du pays –, Thomas du Wicquet, adhérèrent également. On retrouve bien sûr Antoine de Monchy et de nombreux nobles boulonnais comme Oudard de Roussel, commandant d’une place fortifiée, le château d’Hardelot, au sud de Boulogne, Jean de Senlis, sieur de Longueville, Raoul de Poucques, sieur d’Alincthun, etc. La plupart de ces nobles étaient « clients » du duc d’Aumale, cousin du duc de Guise et chef de la ligue pour la Picardie. D’Aumale et Henri de Guise montèrent les deux expéditions contre Boulogne.

12La première attaque fut lancée le 13 mars 1587. Une troupe d’une centaine d’hommes menée par Pierre Vétus, prévôt des maréchaux pour la Picardie, tenta de s’emparer de la ville avec la complicité de l’évêque et du mayeur, mais l’affaire échoua et Vétus fut arrêté et emprisonné. Un an plus tard, d’avril à juillet 1588, des forces ligueuses regroupant près de 4 000 hommes firent le siège de la haute ville fortifiée après s’être emparé du port et de la basse ville. D’Aumale et le duc de Guise commandaient directement les opérations. Mais Raymond-Roger du Bernet, lieutenant du gouverneur de la ville, résista aux attaques des assaillants qui n’arrivèrent pas à le déloger de la haute ville. Le siège fut levé le 9 juillet 1588 lorsque se présentèrent des troupes loyalistes. On peut s’interroger sur cet acharnement des ligueurs à s’emparer de Boulogne-sur-Mer.

13Des enquêtes ultérieures révélèrent un projet militaire dépassant largement le simple cadre du Boulonnais. L’historien Jacques-Auguste de Thou (1553-1617) résuma l’affaire dans son œuvre en 1604 :

  • 22 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres 1734, t. IX, p. 6 (...)

« Bernardin de Mendoza, ambassadeur de Philippe [le roi d’Espagne] protecteur des Ligueurs, conféra avec le duc de Guise. Le roi d’Espagne avoit fort envie d’avoir ce port pour y retirer cette flotte formidable [l’Invincible Armada]... Mendoza promettait aux Ligueurs que lorsque la flotte de Philippe y feroit son entrée, on débarqueroit toutes les troupes pour les joindre à celles de la Ligue, et agir de concert avec elle. Si les Ligueurs et le duc de crurent, Mendoza les trompa fort, car on sçait que cette flotte étoit destinée contre l’Angleterre22... »

  • 23 Cité par H. Roussel, « Henri III a-t-il vendu la ville de Boulogne aux Anglais ? », Revue du Nord,(...)

14Les Espagnols, alliés des ligueurs, souhaitaient donc utiliser le port de Boulogne comme base arrière pour l’Invincible Armada en prévision de l’invasion de l’Angleterre qu’ils étaient en train de préparer. De son côté, l’ambassadeur d’Angleterre auprès d’Henri III ne se trompait pas lors - qu’il interprétait les événements boulonnais. Il écrivit le 4 mai 1588 à Élisabeth Ire : « Je crains que le siège de Boulogne n’ait pour but d’amener des forces en cet endroit, sans éveiller de soupçons et de les embarquer de là pour l’Écosse et l’Angleterre23... » Les Espagnols comptaient donc sur l’aide des ligueurs et de leurs alliés boulonnais pour arriver à leurs fins. Une fois encore, comme à la fin des années 1560, les conflits religieux prirent donc en Boulonnais une dimension bien particulière. Le choix du port de Boulogne-sur-Mer semble avoir été plus politique et stratégique que religieux, même si ce facteur n’est pas à négliger complètement.

Conclusion

  • 24 AMB, ms. no 1013 (Livre verd).
  • 25 Pierre Héliot, « Histoire de Saint-Nicolas de Boulogne avant la Révolution », Revue du Nord, t. XI (...)
  • 26 Bibliothèque municipale de Saint-Omer, Ms. no 1573.

15Les huguenots en 1567-1568 et les ligueurs catholiques en 1587-1588 jetèrent leur dévolu sur Boulogne-sur-Mer parce que la maîtrise de ce port pouvait permettre de concrétiser leurs projets politiques et religieux au plan international. Leurs entreprises eurent des effets négatifs pour le Boulonnais. Les destructions huguenotes désorganisèrent durablement les cadres religieux de cette petite province. Le 4 février 1614, le magistrat de Boulogne se vit ainsi obligé d’instaurer une nouvelle taxe pour réparer la voûte de la nef de la cathédrale « dès à longtemps ruiné par les guerres de la R. P. R.24 ». Les menées ligueuses eurent également des conséquences religieuses. Raymond-Roger Du Bernet fit détruire à coups de canon le sommet du clocher de l’église Saint-Nicolas afin qu’il ne soit pas utilisé par les ligueurs pour espionner ce qui se passait en haute ville. Une dizaine d’années plus tard, on continuait à réparer cette tour25. Les destructions touchèrent également les campagnes avoisinantes. À Hesdigneul, les paroissiens se réunirent en 1613 auprès de leur curé, Claude Regnault, pour discuter des réparations à faire à leur église ruinée depuis les guerres de la ligue26. Boulogne et le Boulonnais ne payaient-ils pas là leur situation de ville et de province frontière ? La question se reposa quelques années plus tard avec la suppression du principal temple boulonnais à la veille de la Révocation de l’Édit de Nantes.

16Les huguenots du Boulonnais disposèrent au XVIIe siècle de plusieurs lieux de culte, le principal étant celui de La Haye, au sud de Boulogne-sur-Mer. Le seigneur, Philippe Le Carlier, avait ouvert son château en s’appuyant sur l’article VII de l’Édit de Nantes qui autorisait la noblesse réformée à héberger un culte public en leur maison. Or, à partir des années 1660, Louis XIV entreprit de démanteler les temples illégaux. Il dépêcha dans les provinces des commissaires chargés d’enquêter à ce sujet. Ceux de Boulogne jugèrent illégal le culte de La Haye et demandèrent sa fermeture en 1672. Un passage de leur rapport mérite d’être cité :

  • 27 Archives nationales, ms. TT 246-V, f° 102-105.

« Il est a remarquer que ledit lieu de la Haye est une maison forte qui n’est éloignée de la mer que d’une lieue, de huit ou neuf lieues d’Angleterre, de vingt-cinq ou trente d’Hollande, de six des frontières d’Arthois... Que ladite maison de la Haye est tout joignante la forest de Hardelot qui est grande forest dans laquelle on peut mettre et cacher bien du monde ; de sorte que sy les religionnaires estoient dans le dessein d’assembler des gens en cachette, les mettre et tenir en lieu de seureté, entretenir commerce et correspondance avec les anglois et hollandois, ils ne pourroient avoir un lieu plus commode que celuy là27... »

17Il semble donc bien que la frontière joua un rôle déterminant dans l’histoire religieuse de certaines provinces du royaume de France aux XVIe et XVIIe siècles, période d’intenses affrontements confessionnels.

Notes

1 Janine Garrisson, Guerre civile et compromis, 1559-1598, Paris, éd. du Seuil, coll. Points Histoire, 1991, 262 p. Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi et Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, 1998, 1526 p.

2 Ces édits étaient octroyés par le roi qui cherchait désespérément à rétablir la paix dans le royaume. On compte huit édits de pacification : Paix d’Amboise (19 mars 1563), Paix de Longjumeau (23 mars 1568), Paix de Saint-Germain (8 août 1570), édit de Boulogne (11 juillet 1573), édit de Beaulieu (6 mai 1576), édit de Poitiers (8 octobre 1577), paix de Fleix (26 novembre 1580) et enfin, édit de Nantes (avril 1598).

3 Alain Joblin, Catholiques et Protestants Boulonnais, XVIe-XVIIe siècles, Boulogne-sur-Mer, Société Académique du Boulonnais, t. XV, 1994, 347 p.

4 Extrait du cahier de doléances du Tiers-État aux États généraux réunis à Orléans en 1560 : Daniel Haigneré, Dictionnaire Historique et Archéologique du Département du Pas-de-Calais, Arras, 1882, t. III, p. 260.

5 Archives municipales de Boulogne-sur-Mer (AMB), ms. no 1013 f° 135B.

6 J. Le Cat, « Savants, imprimeurs et drapiers : famille Le Febvre et Senlecque », Bulletin de la Société Académique de Boulogne-sur-Mer, 1924-1928, t. XI, p. 82.

7 A. DHautefeuille et L. Benard, Histoire de Boulogne-sur-Mer, Boulogne-sur-Mer, 1860, 2 t.

8 AMB, ms. no 1013.

9 Bibliothèque municipale de Boulogne-sur-Mer, ms. no 732 (4).

10 Alain Lottin, La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, éditions « Les Échos du Pas-de-Calais », 2007, 196 p.

11 Ibid., p. 132.

12 Solange Deyon et Alain Lottin, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord de la France, Hachette, 1981, 255 p.

13 Alain Joblin, « Le protestantisme en Calaisis aux XVIe-XVIIe siècles », Revue du Nord, t. LXXX, juillet/décembre 1998, p. 599-618.

14 « Inventaire des dégâts et démolitions à la cathédrale, 14 mai 1568 », Mémoires de la Société Académique de Boulogne-sur-Mer, 1895-1896, t. XVII.

15 Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne, Genève, Droz, rééd. 2008, 2 vol.

16 Sur le sens de l’iconoclasme protestant : Olivier Christin, Une révolution symbolique. L’iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Les éditions de Minuit, 1991, 350 p.

17 D’autres actes iconoclastes furent observés ailleurs en Boulonnais comme à Étaples, où les huguenots détruisirent l’autel principal et le chœur de l’église Saint-Michel : Roger Rodière, La Picardie historique et monumentale : le Pays de Montreuil, Paris, 1933, p. 245.

18 Nicolas Froumenteau, Le secret des finances de France, Genève, 1581, 3 t.

19 Louis Rossier, Histoire des protestants de Picardie, Paris, 1861, p. 87.

20 Fernand de Schickler, Les Églises du refuge en Angleterre, Paris, 1892.

21 Jean-Marie Constant, Les Guise, Paris, Hachette, 1984, 266 p. Manfred Orlea, La noblesse aux États généraux de 1576 et de 1588, Paris, PUF, 1980, 183 p.

22 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, Londres 1734, t. IX, p. 656.

23 Cité par H. Roussel, « Henri III a-t-il vendu la ville de Boulogne aux Anglais ? », Revue du Nord, t. XXXVI, 1954, p. 184.

24 AMB, ms. no 1013 (Livre verd).

25 Pierre Héliot, « Histoire de Saint-Nicolas de Boulogne avant la Révolution », Revue du Nord, t. XIX-76, 1933, p. 269-286.

26 Bibliothèque municipale de Saint-Omer, Ms. no 1573.

27 Archives nationales, ms. TT 246-V, f° 102-105.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540