Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Deuxième partie. Les justifications religieuses des guerres

Au Conseil du roi : les prélats de la paix au temps des premières guerres de Religion

Benoist Pierre

Texte intégral

  • 1 Par « prélats de cour », nous entendons les hauts dignitaires de l’Église (cardinaux, archevêques, (...)

1Au début des années 1560, la tension entre les catholiques et huguenots fut telle dans le royaume de France que la régente Catherine de Médicis décida d’engager une politique de concorde entre les différents « partis » pour rétablir la paix. Placés en premières lignes des affrontements religieux, les prélats de Conseil1, dont la plupart appartenaient au même réseau de sociabilité dominé par les Guises, furent profondément divisés sur cette orientation. Ces clivages, qui remettaient en cause le jeu des solidarités clientélaires et ecclésiales, révélaient au grand jour des positions contradictoires, de plus en plus fermement établies : il y avait les prélats qui pensaient que seule une défense du dogme, accompagnée d’une réformation disciplinaire de l’Église, pourrait ramener l’unité de la foi dans le royaume ; ceux qui au contraire voulaient sortir des logiques confessionnelles et fonder l’union des adversaires sur une nouvelle religion ; ceux enfin qui entrevoyaient la concorde et de plus en plus la coexistence pacifique. Nous nous intéresserons plus particulièrement à ce dernier groupe, celui qui n’entrevoyait la guerre que comme un ultime recours de légitime défense contre les huguenots. Ce sont eux qui furent régulièrement mis sur le devant de la scène dans les années 1560, dès qu’il s’agissait de sortir de l’ornière de la conflictualité religieuse armée. Tous furent des diplomates qui, à un moment de leur carrière, furent récompensés de leurs bons et loyaux services par un bénéfice majeur, pour lequel ils ne reçurent pas toujours les ordres sacrés. Tous furent cependant des prélats soucieux de l’administration et de la bonne tenue de leur diocèse. Partons de l’itinéraire de l’un des plus influents d’entre eux, l’archevêque de Vienne et conseiller royal, Charles de Marillac.

L’archevêque-conseiller et le roi de paix

  • 2 Pierre de Vaissière, Charles de Marillac : ambassadeur et homme politique sous les règnes de Franç (...)
  • 3 Correspondance de MM. de Castillon et de Marillac, ambassadeurs de France en Angleterre, 1537-1542,(...)
  • 4 Voir notamment Les Propos qui ont esté tenuz entre l’Arcevesque de Vienne et de Selve, ambassadeur (...)

2Né vers 1510, Charles était le 6e fils de Marguerite de La Forest et de Gilbert de Marillac, seigneur de la Vastrie qui fut entre autres secrétaire de Claire de Gonzague, comtesse de Montpensier et mère de Charles de Bourbon2. Après des études sur lesquelles on ne conserve que très peu d’informations, Charles de Marillac devint en 1534 avocat au parlement de Paris. Suspecté de sympathie pour la Réforme, il quitta le royaume pour entrer au service de son cousin Jean de La Forest, nommé premier ambassadeur du roi auprès de la Sublime Porte. Charles de Marillac revint à deux reprises en France en 1536-1537. Ce fut à cette occasion qu’il remit à François Ier le texte des Capitulations signé par Soliman le Magnifique. Après la mort de Jean de La Forest en septembre 1537, il assura l’intérim à Constantinople puis, après un court passage par la France, il fut envoyé en ambassade en Angleterre (1539-1543)3. Sous Henri II, il reçut de nombreuses missions : il fut député en Suisse et en Allemagne (1547), à la cour impériale de Bruxelles (août 1548-novembre 1549), puis à celle d’Augsbourg (juin 1550-septembre 1551), il alla à Metz (1553) puis de nouveau en Suisse (1554). En 1555, il fut l’un des représentants mandatés par la France à la conférence de Marck, près de Calais, pour négocier la paix avec l’Angleterre. Il fut encore envoyé à Rome en 1557 et participa à la diète d’Augsbourg de 1559. Au total, Marillac passa 17 années de sa vie dans les huit ambassades qu’on lui confia. Comme tous les diplomates de son temps il ne cessa de se plaindre dans sa correspondance du manque de moyens et de son « petit état de fortune ». Dès lors, l’octroi d’un bénéfice majeur lui permettait de toucher de substantiels revenus, tout en lui procurant, dans le maniement des affaires, l’aura d’un homme d’Église comme le révèle la titulature qu’il utilise alors dans ses mémoires et ses lettres4. En 1550, il reçut l’évêché de Vannes puis, sept ans plus tard, l’archevêché de Vienne, mieux doté.

  • 5 Cf. les multiples avis négatifs dans sa correspondance diplomatique sur les « extrémistes », P. de (...)
  • 6 BNF, Dupuy, 128, fol. 9 r° (P. de Vaissière, Charles de Marillac, op. cit., p. 382). À l’avènement (...)
  • 7 Sommaire de l’ambassade en Allemagne de feu monsieur de Vienne devers l’Empereur Charles V, en l’an (...)
  • 8 Voir sur ce point Denis Crouzet, La Sagesse et le malheur. Michel de L’Hospital, chancelier de Fra (...)

3L’itinéraire de Charles de Marillac était celui d’un agent fidèle de la politique royale, un « catholique modéré » qui, au contact de nombreuses cours et de différents systèmes de croyances, tenait en horreur les « partiz extresmes5 ». Il put ainsi observer de près les effets dramatiques des affrontements religieux, comme les premières expériences pour tenter d’en sortir, dans les cantons helvétiques ou dans l’Empire. S’il fut l’un des négociateurs des alliances avec les princes réformés, il regrettait profondément la rupture que Luther et ses partisans avaient engendrée et qui avait à son tour suscité de nouvelles divisions. À la cour de France en 1557, il passa dans le camp des Guises contre Montmorency et entra de plus en plus régulièrement dans les conseils6. Prenant conscience du caractère irréversible des clivages confessionnels et de l’exacerbation des tensions dans le royaume de France, il préconisait de restaurer l’unité d’un christianisme originel par la concorde7. Était-ce un penchant pour l’évangélisme érasmien combiné au néoplatonisme et la recherche de l’harmonie qui l’avait amené à ce constat, à la manière de Catherine de Médicis et de Michel de L’Hospital8 ? Nous sommes tentés de le croire, même si la plupart des documents laissés par Marillac sont ou trop rares ou trop voilés par le langage et les impératifs diplomatiques pour nous permettre de l’établir avec certitude.

  • 9 Harangue de Charles de Marillac, prononcée à l’assemblée de Fontainebleau, en août 1560, dans Recue (...)
  • 10 Extraict de quelques mémoires trouvez entre les papiers de feu Charles de Marillac, archevesque de (...)

4Proche de Michel de L’Hospital sous le règne de François II, Charles de Marillac s’illustra à l’assemblée des Notables de Fontainebleau d’août 1560 par une Harangue restée célèbre où il justifia la nécessaire politique d’apaisement avec les hérétiques9. Pourtant, il n’admettait le changement en matière de religion que dans des cas extrêmes10. Dans ses notes manuscrites, il fit la démonstration d’un conservatisme encore plus radical :

  • 11 Ibid., p. 773.

« De tel changement en religion vient le doubte entre le petit peuple, du doubte la variation, de la variation l’incertitude de ce qu’il doibt croire, de l’incertitude une malheureuse fin, qui est de croire que la religion ne consiste qu’en opinion, dont s’ensuit après l’athéisme11. »

5Il fallait se rendre à l’évidence, la division régnait partout dans le royaume jusque dans le Conseil. La ruine générale du royaume était proche. Conscient de ces dangers, Charles de Marillac en appelait à une prise de décision politique, ferme et rapide de la part de l’État qui devait aller dans le sens d’une nécessaire pacification religieuse.

  • 12 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 89.
  • 13 Ibid., p. 96.
  • 14 Ibid., p. 88-99.
  • 15 Ibid., p. 94.

6L’archevêque pensait en effet qu’il était urgent d’apaiser les tensions confessionnelles au risque de voir la situation dégénérer en un violent conflit dont il entrevoyait les funestes conséquences. Il en allait de la survie de l’État qui ne pouvait se passer de la religion pour se maintenir. Dans une conception participative de la monarchie qu’il partageait avec Michel de L’Hospital, Marillac conseillait au roi d’assembler les états généraux pour entendre les plaintes et doléances de son peuple12. Il ne considérait pas l’assemblée des trois ordres comme un contre-pouvoir limitant l’autorité monarchique mais plutôt comme une institution qui tendait à la rehausser en lui apportant une meilleure connaissance des blocages et des dysfonctionnements de la société13. Les états devenaient ainsi un lieu d’échange et d’expression politique pour dissiper tout malentendu, démentir les fausses allégations entretenues par les « malcontents », désamorcer les crises et les mouvements de contestation14. Cela permettait au monarque d’expliquer et de faire accepter sa politique fiscale, ses dépenses, ses réformes de l’Église et de la société qu’il entendait mener pour « relever les opprimés ». Ce recours institutionnel était particulièrement bien adapté au jeune François II encore inexpérimenté qui pouvait ainsi prendre connaissance des affaires de son royaume, des mœurs de son peuple et se former à la politique fiscale pour « tondre son troupeau doucement, sans autrement l’offenser15 ».

  • 16 Extraict de quelques mémoires, op. cit., p. 775.
  • 17 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 82.
  • 18 Sommaire de l’ambassade en Allemagne, op. cit., p. 495.
  • 19 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 82-83. L’évêque de Vienne insiste aussi sur le scand (...)
  • 20 Extraict de quelques mémoires, op. cit., p. 773-774.

7Il revenait donc au monarque de restaurer l’unité de la foi, ruinée tant par les schismes que par la corruption de l’Église16. Puisque la convocation d’un concile général s’avérait à court terme impossible, cela passait par l’organisation d’une « consultation » ou « concile national ». Il ne fallait d’ailleurs pas s’arrêter en la matière aux oppositions du pape17. Le gallicanisme de Marillac se nourrissait de cet impératif de survie et du lien privilégié que le roi de France entretenait avec Dieu, tandis que le Saint-Siège était miné par la simonie18. Pour bien préparer ce concile et apaiser la colère de Dieu, l’évêque revenait sur la nécessaire résidence des ecclésiastiques. D’après lui, cette règle devait s’imposer à tous, y compris aux prélats de cour (dont Marillac faisait pourtant lui-même partie) car, expliquait-il, la dispense en étant accordée à quelques-uns, cela amènerait tous les autres à passer outre19. C’était à cette condition que le royaume pourrait relever le défi de la « guerre spirituelle » menée en période de paix contre l’hérésie et l’athéisme20. De même, les disputes ne devaient pas sortir du cadre confiné des écoles et il fallait empêcher les prédicateurs d’attiser les tensions en se mêlant de controverse.

  • 21 Ibid., p. 775-776.
  • 22 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 86-87.
  • 23 Ibid., p. 87.
  • 24 Ibid., p. 88.

8En présidant le concile, le roi s’affirmerait comme un fondateur de religion. Il devait veiller à la réformation de la justice et de l’Église, ce qui pour l’orateur passait principalement par l’extirpation de la vénalité et plus encore de l’avarice, cette « grande beste babylonique », que la papauté n’avait jamais réussi à éliminer21. En ces temps de malheurs – où la peste, la famine et la guerre se combinaient à la corruption de la « pure et sainte doctrine » –, l’évêque de Vienne entendait surtout raviver la pratique des prières et des jeûnes publics, à l’imitation des Écritures et de l’« ancienne Église ». Il partageait cette position avec Michel de l’Hospital qui voulait d’abord réformer les mœurs avant de réformer les croyances. De son point de vue, cette piété extériorisée n’avait de sens que dans une conversion intime et sincère du fidèle à la parole de Dieu22. Enfin, visant aussi bien les protestants que les catholiques, Marillac rappelait qu’aucun motif, pas même celui de la foi, ne pouvait justifier la prise d’armes, du moins tant que le roi, seul détenteur de la violence légitime, ne l’avait pas ordonnée23. L’archevêque de Vienne ne cessait d’en revenir au même principe d’un monarque restaurateur de religion et de paix, seul capable d’emporter l’adhésion des contraires. Il lui fallait pour cela établir la vraie croyance, celle des premiers temps, « avec telle modération, que nul n’en puisse abuser pour exécuter ses passions contre l’autorité et le but de la loi, qui est d’obéir à Dieu et au roi24 ».

  • 25 Michel de L’Hospital, Œuvres complètes, Pierre-Joseph. Dufey, Paris, 1824-1825, t. III, p. 168-172 (...)
  • 26 Histoire de monsieur de Thou des choses arrivées de son temps. Mise en françois par P. Du Ryer [... (...)

9Ce fut aussi sans doute pour cette raison que l’évêque n’entendait pas dispenser les prélats de cour de résider sur leur bénéfice. Parmi eux, certains revendiquaient de plus en plus ouvertement la solution militaire pour réduire les ennemis religieux, ce qui allait à l’encontre de l’apaisement préconisé par Marillac. Il s’agissait dès lors de « décléricaliser » la cour à la fois pour montrer les bonnes intentions du roi envers les huguenots, mais aussi pour détourner le monarque de leur mauvaise influence. Ce ne fut sans doute pas un hasard si l’Épître que Michel de L’Hospital dédicaça à Marillac dénonçait précisément ces courtisans qui étaient prêts à tout sacrifier, pour se maintenir dans la faveur royale25. Malheureusement, le décès soudain de Charles de Marillac dans son abbaye de Saint-Pierre de Melun le 2 décembre 1560 ne nous permet pas d’en savoir plus sur sa pensée, ni sur ses prises de positions, qui l’auraient sans doute amené, s’il n’était pas mort, à participer au colloque de Poissy, aux côtés de L’Hospital, et à y défendre la réconciliation. De Thou affirme cependant qu’après l’assemblée de Fontainebleau, Marillac fut contraint de quitter la cour suite à son implication dans une cabale contre les Guises26. Mais nous n’avons retrouvé aucune mention de cette hypothétique disgrâce, ni de l’éventuelle participation du prélat aux troubles politiques de l’automne 1560. Il semble dès lors plus probable que sa présence à Melun relevât d’une retraite temporaire dans l’une de ses demeures, et peut-être même d’une application du principe de résidence qu’il venait de défendre avec fermeté à Fontainebleau et que, pour l’exemple, il voulait s’appliquer à lui-même... tout en restant proche de Paris.

Les prélats de Conseil et la concorde religieuse

  • 27 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607) : un homme d’État au temps des guerres de Religi (...)
  • 28 On ne sait pas à quel titre Sébastien de L’Aubespine entra à la cour, mais il est possible qu’il a (...)
  • 29 Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, tirées du portefeuille (...)
  • 30 Gustave Baguenault de Puchesse, Jean de Morvillier, évêque d’Orléans, garde des sceaux de France, (...)
  • 31 BNF, ms. fr. 18288.
  • 32 Philippe Goldmann, « L’inventaire du mobilier laissé à Bourges par Jean de Morvilliers lors de son (...)

10Parmi les prélats de conseil, d’autres ont suivi la même voie que Marillac sous le règne de Charles IX. Les deux plus influents à cette époque furent incontestablement Sébastien de L’Aubespine et Jean de Morvilliers, dont l’aura fut telle qu’ils purent lancer la carrière de grands hommes d’État comme Pomponne de Bellièvre et Nicolas de Villeroy27. Ces deux ecclésiastiques, avancés eux-mêmes par les Guises, connurent une ascension typique de la prélature de cour à la Renaissance. Sébastien de L’Aubespine entra au service de François Ier grâce à son frère aîné Claude, baron de Châteauneuf, devenu secrétaire d’État en 154328. De nombreuses missions diplomatiques lui furent confiées29. Récompensé par quantité de bénéfices, il reçut à la suite de Marillac l’évêché de Vannes en 1557 et fut transféré l’année suivante à l’évêché de Limoges. Il agissait très fréquemment aux côtés de Jean de Morvilliers, dont la famille était liée à la sienne par son frère et qui fut envoyé avec Marillac pour négocier la paix à Gravelines en 155530. Morvilliers fut d’abord lieutenant général de Bourges et conseiller au Grand Conseil, chargé à ce titre de juger le bénédictin luthérien Jean Michel, qu’il envoya au bûcher en 1539. Il s’occupa également du procès du chancelier Guillaume Poyet en 154231. Puis il obtint un office de maître des requêtes de l’Hôtel et partit en ambassade à Venise en 1546. Doyen de Saint-Étienne de Bourges et abbé de Notre-Dame de Bourgmoyen à Blois, il reçut à son retour d’Italie l’évêché d’Orléans, resté vacant depuis le décès du grand aumônier Pierre Du Chastel en 1552. Ses revenus s’en trouvèrent considérablement accrus32. Il acquerra en 1560 l’abbaye de Saint-Pierre de Melun, détenue par Charles de Marillac. Les affinités idéologiques pouvaient se traduire par des échanges matériels qui prenaient ici la forme d’une circulation interne des bénéfices au sein de la prélature de cour.

  • 33 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV (...)
  • 34 Noël Didier, « Paul de Foix à la Mercuriale de 1559, son procès, ses idées religieuses », dans Mél (...)

11Aux deux figures de L’Aubespine et de Morvilliers, on peut associer celle de Paul de Foix qui relève d’un type particulier d’ecclésiastique dans les années 1560-1570, puisqu’il s’agit d’un prélat de cour « en attente », auquel la curie romaine refusait l’accès aux bénéfices majeurs, à cause de ses prises de positions sur l’hérésie, jugées trop conciliantes. Ce juriste, professeur de droit civil, était le second fils du comte Carmin, un parent de Catherine de Médicis33. Appelé à la cour par la régente, il débuta sa carrière dans le cadre de l’aumônerie34. Prieur de Tiheul en Picardie, il obtint un office de conseiller-clerc au parlement de Paris en 1555, charge qu’il conservera pendant dix ans. À la fin des années 1550, il défendit des thèses qui étaient très proches de celles de Charles de Marillac. Lors de la mercuriale de juin 1559, le conseiller-clerc prononça un discours qui rejetait le recours systématique aux châtiments physiques contre les hérétiques, n’en réservant l’usage qu’à ceux qui niaient la matière de l’Eucharistie. Il refusait en revanche de céder à la tentation de la répression lorsque les « mal sentant de la foi » ne faisaient que remettre en cause la forme du sacrement.

  • 35 Malcolm C. Smith, « Paul de Foix and Freedom of Conscience », Bibliothèque d’humanisme et Renaissa (...)
  • 36 N. Didier, « Paul de Foix et Grégoire XIII... », art. cit., p. 104.

12Paul de Foix n’était pas un homme de l’entre-deux : il pensait seulement que les luthériens, en conservant l’essentiel des positions officielles sur l’Eucharistie, restaient suffisamment proches des catholiques pour qu’on pût espérer les ramener dans le giron de l’Église. Il dénonçait ainsi implicitement l’homogénéité de la persécution royale et, dans l’attente de la convocation d’un concile, qui devait trancher la question du châtiment infligé aux hérétiques, il demandait de surseoir à la répression. Il fut emprisonné en même temps qu’Anne Du Bourg, qui alla cependant beaucoup plus loin que lui et révéla publiquement son attachement à la Réforme. Paul de Foix échappa cependant à la peine capitale et fut relâché rapidement le 10 janvier 1560, après avoir fait amende honorable35. Sa carrière n’en fut pas pour autant affectée et il s’imposa comme un ambassadeur de renom un peu partout en Europe. Conseiller du roi en 1565, il entra au conseil privé du roi à son retour d’Angleterre36. On pensa alors l’envoyer à Rome, mais Pie V qui le considérait toujours comme un hérétique depuis la mercuriale de 1559, s’opposa à sa prise de fonction. Le pape alla jusqu’à lui refuser l’expédition des bulles de l’abbaye Saint-Volusien de Foix que Charles IX lui avait octroyée. En 1574, lorsqu’il fut à nouveau question de le dépêcher auprès du Saint-Siège, Grégoire XIII demanda à l’évêque de Paris, Pierre de Gondi, d’ouvrir une enquête sur le nouvel ambassadeur qui ne remit pas en cause son orthodoxie. Mais, une fois arrivé à Rome, Paul de Foix eut beau tenter d’obtenir un bénéfice majeur, la plupart de ses tentatives avortèrent.

  • 37 Noël Valois, Le Conseil du roi aux XIVe, XVe et XVIe siècles. Nouvelles recherches, suivies d’arrê (...)
  • 38 Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, 2005, p. 38, (...)
  • 39 Lettres de Catherine de Médicis, Hector de La Ferrière (éd.), Paris, 1880, t. 1, p. 158, 161-163, (...)
  • 40 Ibid., p. 267.
  • 41 Lettre de Sébastien de L’Aubespine à son frère du 24 août 1561, citée dans Octave Noël, Histoire d (...)
  • 42 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 138-139.
  • 43 Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. 1, p. 238-240.

13Appréciés pour leur efficacité et leur modération, Sébastien de L’Aubespine, Jean de Morvilliers et Paul de Foix entrèrent fréquemment en relation avec des protestants. Lorsqu’ils n’étaient pas dépêchés par le pouvoir dans les provinces ou à l’étranger, ces prélats-diplomates furent souvent appelés dans les conseils, dont ils devinrent des pièces maîtresses37. Dans les années 1560, Jean de Morvilliers et Sébastien de L’Aubespine se déplacèrent régulièrement au Parlement pour y faire valider les décisions de Charles IX concernant la gestion de son domaine, la réforme de la justice (ordonnance de Moulins) et l’exercice de la paix religieuse38. Ils furent également les maîtres d’œuvre de la politique de concorde menée par Catherine de Médicis. Jean de Morvilliers reçut les sceaux après la mort du chancelier Olivier, mais il ne fit qu’en assurer l’intérim entre mars et mai 1560 pour laisser la place à Michel de L’Hospital. En 1560, alors que Sébastien de L’Aubespine était ambassadeur à Madrid, Catherine de Médicis le tint régulièrement informé de ses entreprises de pacification39. C’est également à lui qu’elle confia ses craintes au sujet des Guises40. En 1561, il siégea au colloque de Poissy, en tant que prélat, maître des requêtes et conseilleur du roi. Son action n’a malheureusement guère laissé de traces, mais on sait par une lettre envoyée à son frère qu’il ne cachait pas sa crainte de voir les partis religieux se quitter sans avoir trouvé un accord, en dépit du « mal » qui « empire tous les jours », avouait-il41. Morvilliers, qui était très favorable à la pacification des guerres de Religion et s’opposait aux « fous de dieu », fut lui aussi convié au colloque de Poissy42. Quelques semaines après l’échec du colloque, Catherine de Médicis avoua au neveu de Morvilliers, Bernardin Bochetel – évêque de Rennes et ambassadeur auprès de l’empereur – l’échec de son projet d’unification de l’Église « en une mesme doctrine », sans lui cacher son désarroi et sa grande déception43.

  • 44 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxv. Thomas Perrenot, seigneur de Chantonna (...)
  • 45 Alain Tallon, La France et le Concile de Trente : 1518-1563, Rome, 1997, p. 388. Morvilliers faisa (...)
  • 46 Ibid., p. 643, 661-662.

14Durant la première guerre de religion, la reine fit appel aux services des deux évêques d’Orléans et de Limoges pour trouver des accords de paix. Le 3 septembre 1562, Thomas Perrenot, ambassadeur d’Espagne auprès de Charles IX, écrivit dans l’une de ses dépêches que l’évêque de Limoges faisait partie de ceux qui avaient « accès près de la royne » et qui se servaient « des bruits d’Allemaigne et [d’] Angleterre, pour colorer la cause d’ung appoinctement [avec les réformés] qu’ils désireroient faire44 ». Sébastien de L’Aubespine et Jean de Morvilliers participèrent également à la rédaction des articles de la paix d’Amboise avec Jean de Monluc, évêque de Valence, d’Oysel et Claude de L’Aubespine. Morvilliers fit en outre partie de la délégation française envoyée au concile de Trente derrière le cardinal de Lorraine. L’évêque d’Orléans, qui ne croyait guère en l’efficacité d’une telle rencontre, arriva sur place le 17 janvier 1563 et s’y fit l’agent discret de Catherine de Médicis. Il l’informa des agissements de Charles de Lorraine, dont la régente se méfiait depuis que le prélat s’était rapproché de Ferdinand45. À la tête d’un petit groupe d’ecclésiastiques favorables, comme l’humaniste Pierre Danès, au projet réformateur de la reine, Morvilliers se fit l’interprète des volontés royales relayées par les ambassadeurs français tels qu’Arnaud Du Ferrier46.

  • 47 Il mourut à Rome le 25 janvier 1570 et fut enterré à Saint-Louis des Français.
  • 48 Correspondance de Philibert Babou de La Bourdaisière, évêque d’Angoulême, depuis cardinal, ambassa (...)
  • 49 É. Maugis, Histoire du Parlement, op. cit., t. III, p. 154 et 191. Il s’agit de la Caze-Dieu (ou C (...)
  • 50 N. Valois, op. cit., p. 188-189.
  • 51 Poésies complètes du chancelier Michel de L’Hospital, Louis Bandy de Nalèche (éd.), Paris, 1857, p (...)

15D’autres prélats de cour, moins en vue ou plus difficile à appréhender, furent proches de Morvilliers, L’Aubespine et Paul de Foix. Ce fut le cas de Lorenzo Strozzi, évêque de Béziers puis d’Albi, élevé au cardinalat en 1557 et membre des conseils, qui faisait partie de ces Italiens totalement dévoués à Catherine de Médicis, dont il était en outre le cousin. Dans l’entourage de la régente, Philibert de La Bourdaisière s’affirma lui aussi comme un homme de paix. Il fut évêque d’Angoulême à partir de 1532, maître des requêtes en 1557, élevé au cardinalat au titre de Saint-Sixte le 26 février 1561, sur la recommandation expresse de Catherine de Médicis. Il fut surtout ambassadeur à Rome entre 1558 et 1564, dans une période de fortes tensions entre la France et la papauté, puis de façon très régulière de 1564 jusqu’à sa mort en janvier 157047. Sa correspondance le révèle comme un agent fidèle de la régente, cherchant à temporiser et à apaiser le mécontentement de Pie IV à l’égard de la politique de concorde de la France48. On peut rapprocher le cardinal de La Bourdaisière de l’humaniste Jacques Du Faur, abbé de la Caze-Dieu, qui fut président aux enquêtes et maître des requêtes du Parlement49. Entre 1563 et 1567, il participa à 70 séances du Conseil50. Il fut apprécié de Michel de L’Hospital qui lui adressa une épître intitulée « Malédictions contre les procès51 ».

  • 52 Il fut présent 37 fois au Conseil entre 1563 et 1567 (cf. N. Valois, op. cit.).
  • 53 Calendar of State Papers. Foreign Series of the Reign of Elizabeth. 1562, Joseph Stevenson (éd.), (...)

16La Bourdaisière était également en relation avec Philippe de Lenoncourt, évêque de Châlons-en-Champagne (1550-1556) puis d’Auxerre (1558-1562) par la résignation de son oncle. Lui aussi fut régulièrement appelé dans les conseils sous Charles IX52. Client des Guises puis du roi de Navarre, il apparut d’abord comme un partisan du triumvirat et fut présent à la procession d’expiation du 14 juin 1562, organisée à Paris pour laver l’église Saint-Médard de la profanation des hérétiques. Mais Lenoncourt s’affirma progressivement comme un opposant de Charles de Lorraine53. À la fin de l’année 1562, il remit son diocèse d’Auxerre à Philibert Babou de La Bourdaisière qui en avril de l’année suivante, vanta ses mérites auprès de Catherine de Médicis. À Rome, il déclarait agir de concert avec lui pour faire avancer les affaires du royaume.

De mauvais prélats ?

  • 54 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 232-237. Le poste aurait d’abord été proposé à Paul de Foi (...)

17Régulièrement présents dans les conseils durant les deuxième et troisième guerres de Religion, L’Aubespine et Morvilliers pouvaient certes se résigner à une intervention armée, lorsque les droits du roi leur semblaient bafoués. Mais ils défendirent toujours la pacification dès lors qu’elle leur apparaissait envisageable. En 1568, Catherine de Médicis ouvrit les portes du Conseil aux modérés, favorables au rétablissement de la paix. La même année, elle remplaça Michel de L’Hospital avec lequel elle ne s’entendait plus, par Jean de Morvilliers. Ce fut pour permettre le retour de l’ancien chancelier aux affaires que l’évêque d’Orléans demanda d’être déchargé des sceaux dès la fin de l’année 157054. Il fut finalement remplacé en mars 1571 par René de Birague qui deviendra évêque de Lodève en 1573, puis cardinal en 1578.

  • 55 Béatrice Nicollier-de Weck, Hubert Languet (1518-1581). Un réseau politique international de Melan (...)

18Cette retenue fut surtout vraie durant les massacres de la Saint-Barthélemy. Si ces prélats pouvaient admettre la « violence politique », ils rejetaient en revanche les débordements populaires et spontanés de la « violence eschatologique ». Aux dires du diplomate mélanchthonien Hubert Languet qui s’entretenait régulièrement en privé avec Morvilliers et L’Aubespine, ces deux derniers considéraient la Saint-Barthélemy comme un événement détestables, dont ils craignaient les funestes conséquences pour l’avenir55. L’Aubespine formula la même appréhension dans une lettre qu’il envoya à l’un de ses neveux quelques jours seulement après les massacres :

  • 56 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxxii.

« Je n’attends rien de bon de tout ce qui se passe ici, encore que le travail que l’on a prins soyt pour ranger le monde à quelque raison, et sans la main de Dieu, nous serons avant qu’il soyt un mois révolu, en telle extrême, qu’il ne soyt aux hommes à y apporter confort56. »

  • 57 Ibid., p. xxxiii. Mémoires de l’Estat de France sous Charles IX, Meidelbourg, 1589, t. I, p. 228.
  • 58 C’est du moins ce que défend Nicolas Lefèvre dans sa Vie de Morvilliers, BNF, ms. fr. 18288.
  • 59 Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État. 24 août 1572, Paris, 2007, p (...)
  • 60 Ivan Cloulas, « Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé de France en 1574-1575 », Mélang (...)

19Ce fut après cet épisode que ces anciens clients des Guises affichèrent plus ouvertement leur opposition au cardinal de Lorraine. Au lendemain de la Saint-Barthélemy en effet, Morvilliers et L’Aubespine participèrent au conseil secret (aux côtés de Louis de Saint-Gelais et de Nicolas de Villeroy) qui proposa d’attribuer l’exécution du massacre à la maison de Lorraine57. Il est possible cependant que Morvilliers, entrevoyant les dangers d’une telle assimilation qui risquait de détourner les catholiques du roi, ait incité Charles IX à assumer l’entière responsabilité des événements58. Ce fut finalement cette option qui fut prise, quand le roi déclara, dans son lit de justice au Parlement du 26 août, avoir soumis les « conspirateurs » au nom du rétablissement de l’autorité monarchique et de l’ordre divin59. Mais lorsque Charles de Lorraine marchanda avec le roi, quelques semaines plus tard, une vente de biens du clergé contre l’adoption d’une réforme générale de l’Église, sur le modèle des décrets tridentins, Morvilliers s’y opposa fermement60.

  • 61 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. ii. Voir l’avis très négatif des religieux (...)

20Plusieurs auteurs de l’époque ont vu dans cette tempérance des prélats de cour, un moyen de remettre en doute la sincérité de leur sacerdoce : n’étaient-ils pas en effet des hommes d’État promus aux bénéfices uniquement en échange de leurs bons et loyaux services, comme le suggère Brantôme à propos de Sébastien de L’Aubespine61 ? Tous cependant désignèrent des vicaires compétents de leur entourage pour administrer leur diocèse en leur absence. Prenons le cas de Charles de Marillac : il envoya dans ses deux diocèses son frère Bertrand de Marillac, un franciscain docteur en théologie devenu abbé de Thiers, avec lequel il resta en étroite relation et qui s’illustra, parfois sur ses conseils, comme un vicaire réformateur. Après la mort de son frère, ce cadet fut installé en 1565 à la tête de l’évêché de Rennes, où il se tailla une solide réputation d’homme d’Église et de rempart contre l’hérésie, même si certaines de ses entreprises réformatrices échouèrent.

  • 62 L’évêché d’Abellonen (en latin) se trouve en Grèce.
  • 63 Il composa vingt homélies et deux oraisons funèbres en faveur de Charles duc d’Orléans, fils de Fr (...)
  • 64 Christiani hominis institutio adversus hujus temporis haereses et morum corruptiones, quinquaginta (...)
  • 65 Maïté Etchechoury, Les Maîtres des requêtes de l’hôtel du roi sous les derniers Valois : 1553-1589 (...)
  • 66 Répertoire des visites pastorales de la France, Paris, CNRS, 1983, t. 3, 1re série, p. 321-322.
  • 67 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 107.
  • 68 A. Tallon, La France et le Concile de Trente, op. cit., p. 642-643. Signalons que le 11 mars 1574, (...)

21Morvilliers confia son évêché d’Orléans d’abord à Étienne Paris, docteur en théologie, ancien vicaire général des Dominicains, évêque d’Abellone62, et vicaire du cardinal de Vendôme à l’archevêché de Rouen. Cet ecclésiastique qui avait été confesseur de Charles, duc d’Orléans et fils de François Ier, était connu pour ses prédications et ses écrits63. En 1552, précisément l’année où il fut choisi par Morvilliers, il fit paraître un ouvrage de 50 homélies contre les hérésies et la corruption des mœurs64. Décédé en 1561, Étienne Paris fut remplacé par François Du Bourg, évêque de Rieux, abbé commendataire de Saint-Euverte d’Orléans, le fils du chancelier Antoine Du Bourg, et le cousin germain d’Anne Du Bourg. François fut lui aussi conseiller du roi et maître des requêtes65. En 1562, il tenait les sceaux à la chancellerie et faisait prêter le serment d’observance de la foi catholique aux secrétaires et aux officiers. Enfin en 1564, Morvilliers confia le vicariat d’Orléans à Mathurin de La Saussaye, son propre neveu, déjà chanoine de la cathédrale et archidiacre de Sully66. Tous ces vicaires multiplièrent les actions réformatrices ou contre-réformatrices : cérémonies de purification d’édifices, confréries, processions, etc. Morvilliers lui-même ne se désintéressa pas de son diocèse67 : il prêta serment le 23 janvier 1557 et fit son entrée solennelle à Orléans en 1559. En 1562, il en fut chassé par les protestants. Ce fut sans doute également parce qu’il sentait qu’il ne pourrait plus y résider qu’il décida de résigner son bénéfice à son propre neveu dès 1564. Mais suite à son intervention au concile de Trente, la curie romaine s’y opposa et Morvilliers dut patienter encore une décennie avant de pouvoir effectuer un tel transfert au sein de la famille68. On retrouve là l’avis et l’attitude de Marillac sur la nécessaire décléricalisation de la cour et l’incompatibilité du cumul des charges sacerdotales et curiales, avec toutes les ambiguïtés et les paradoxes qu’une telle déclaration d’intention pouvait comporter lorsqu’il s’agissait de se l’appliquer à soi-même.

  • 69 Jean des Monstier Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle. Jean Des Monstiers, seigneur D (...)
  • 70 Pouillé du diocèse de Limoges, manuscrit du grand séminaire de Limoges, par l’abbé Nadaud, curé de (...)
  • 71 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxxviii-xlii.

22Quant à Sébastien de L’Aubespine, il eut recours aux services d’un autre prélat de cour, Jean Du Fraisse, aumônier de Henri II, évêque de Bayonne qui fut chargé de plusieurs missions diplomatiques en Allemagne et dans les cantons helvétiques69. Ce fut en la faveur de ce dernier que l’évêque de Limoges voulut se démettre de son siège en 1564, sans doute pour les mêmes raisons que Morvilliers70. Après sa disgrâce de 1577, L’Aubespine se retira dans son diocèse, y prit les ordres et l’administra pendant plusieurs années avant d’y mourir le 2 août 1582. Dans son premier testament du 1er décembre 1578, où il remerciait Dieu d’avoir guidé son action « à son service et [celui] du publicq [...] par sa sainte grâce et soubs le mérite de la passion et précieux sang de nostre Seigneur Jésus-Christ », il émit le vœu de voir ses neveux et héritiers suivre sa trace et servir les rois de France. Il confia notamment à son neveu, Jean de L’Aubespine, le soin de devenir à son tour prélat de cour : « Qu’il vive en l’estat ecclésiastique en homme de bien et d’honneur, servant, sous la crainte de Dieu, le roy en sa cour de parlement ou ailleurs, assistant ses amis et parens avec tous soins, charité et affection ». Il lui fit transférer ses principaux bénéfices et lui légua ses ornements d’Église71.

23Même si ces prélats partisans de la paix voyaient dans la résidence des ecclésiastiques, et en particulier de ceux qui vivaient à la cour, un moyen de désamorcer les guerres de Religion, ils eurent bien du mal à s’appliquer à eux-mêmes un tel conseil et à sortir d’une logique de patrimonialisation conjointe des bénéfices et des offices.

Notes

1 Par « prélats de cour », nous entendons les hauts dignitaires de l’Église (cardinaux, archevêques, évêques, abbés, supérieurs, etc.) qui entraient dans la curia regis pour y remplir une charge le plus souvent validée par un office, une commission et/ou une dignité, qui s’exerçait soit dans le cadre de la Chapelle, soit dans celui du Conseil ou de ses prolongements administratifs (diplomatie, lieutenance-générale, armée, etc.). Nous nous intéressons ici seulement à ceux qui entraient dans les conseils du roi, dans la mesure où ils étaient plus souvent que les autres impliqués dans la prise de décision.

2 Pierre de Vaissière, Charles de Marillac : ambassadeur et homme politique sous les règnes de François Ier, Henry II et François II (1510-1560), Paris, 1896 ; Genève, 1971. L’aîné des enfants Marillac fut lui aussi attaché au connétable Charles de Bourbon, mais ne le suivra pas dans sa révolte.

3 Correspondance de MM. de Castillon et de Marillac, ambassadeurs de France en Angleterre, 1537-1542, Jean Kaulek (éd.), Paris, 1885 ; Genève, 1971 (fac.-sim.).

4 Voir notamment Les Propos qui ont esté tenuz entre l’Arcevesque de Vienne et de Selve, ambassadeurs du Roy à Romme. Mai 1557, dans Archives curieuses de l’histoire de France, Cimber et Danjou (éd.), Paris, 1834, t. 3, 1re série, p. 205-212.

5 Cf. les multiples avis négatifs dans sa correspondance diplomatique sur les « extrémistes », P. de Vaissière, Charles de Marillac, op. cit., p. 413.

6 BNF, Dupuy, 128, fol. 9 r° (P. de Vaissière, Charles de Marillac, op. cit., p. 382). À l’avènement de François II, il était membre du conseil privé. Voir sur le lien avec les Guises, Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), Daniel Cuisiat (éd.), Genève, 1998.

7 Sommaire de l’ambassade en Allemagne de feu monsieur de Vienne devers l’Empereur Charles V, en l’année 1550, dans Leopold von Ranke, Deutsche Geschichte im Zeitalter der Reformation, Leipzig, 1868, t. 5, p. 362-372.

8 Voir sur ce point Denis Crouzet, La Sagesse et le malheur. Michel de L’Hospital, chancelier de France, Seyssel, 2002.

9 Harangue de Charles de Marillac, prononcée à l’assemblée de Fontainebleau, en août 1560, dans Recueil de pièces originales et authentiques, concernant la tenue des États généraux, Paris, Barrois l’aîné, 1789, t. 1, p. 76-99.

10 Extraict de quelques mémoires trouvez entre les papiers de feu Charles de Marillac, archevesque de Vienne, dans Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, Louis Paris (éd.), Paris, 1841, p. 773. Il s’agit d’un ensemble de notes et de maximes qui servirent sans doute à Marillac pour rédiger sa Harangue du 23 août 1560. Sur de nombreux aspects, ce document complète et éclaire la pensée de l’archevêque.

11 Ibid., p. 773.

12 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 89.

13 Ibid., p. 96.

14 Ibid., p. 88-99.

15 Ibid., p. 94.

16 Extraict de quelques mémoires, op. cit., p. 775.

17 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 82.

18 Sommaire de l’ambassade en Allemagne, op. cit., p. 495.

19 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 82-83. L’évêque de Vienne insiste aussi sur le scandale des ecclésiastiques italiens qui occupent « la troisième partie des bénéfices du royaume » et « succent notre sang comme sangsues ».

20 Extraict de quelques mémoires, op. cit., p. 773-774.

21 Ibid., p. 775-776.

22 Harangue de Charles de Marillac, op. cit., p. 86-87.

23 Ibid., p. 87.

24 Ibid., p. 88.

25 Michel de L’Hospital, Œuvres complètes, Pierre-Joseph. Dufey, Paris, 1824-1825, t. III, p. 168-172. Poésies complètes du chancelier Michel de L’Hospital, Louis Bandy de Nalèche (éd.), Paris, 1857, p. 125-130. « Épître XII à Marillac, archevêque de Vienne, conseiller du roi au conseil privé ».

26 Histoire de monsieur de Thou des choses arrivées de son temps. Mise en françois par P. Du Ryer [...], Paris, Augustin Courbé, 1659, t. 2, p. 170. Les thèses les plus farfelues ont circulé sur son trépas, certaines allant même jusqu’à évoquer un assassinat politique par empoisonnement.

27 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607) : un homme d’État au temps des guerres de Religion, Paris, 1998. Nicolas de Neufville (seigneur de Villeroy), Mémoires d’Estat, M. Petitot (éd.), Paris, 1824, p. 22. Jean de Morvilliers était un ami de la famille du seigneur de Villeroy et Sébastien de l’Aubespine, était l’oncle de sa femme, Madeleine de L’Aubespine.

28 On ne sait pas à quel titre Sébastien de L’Aubespine entra à la cour, mais il est possible qu’il ait été aumônier du roi.

29 Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II, tirées du portefeuille de Sébastien de l’Aubespine, évêque de Limoges, Louis Paris (éd.), Paris, Imprimerie royale, 1841, p. i-xlvi.

30 Gustave Baguenault de Puchesse, Jean de Morvillier, évêque d’Orléans, garde des sceaux de France, 1506-1577, Paris, 1869 ; Genève, 1977.

31 BNF, ms. fr. 18288.

32 Philippe Goldmann, « L’inventaire du mobilier laissé à Bourges par Jean de Morvilliers lors de son ambassade à Venise (1546-1550) », Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, vol. 10, no 81, 1988, p. 11-14. BNF, ms. fr. 18288, fol. 26 r°. La vie de Messire Jehan de Morvillier, Evesque d’Orléans, Garde des Sceaux de France, par Nicolas Lefèvre, sieur de Lezeau (son petit-neveu) qui évalue sa fortune à 83 000 lt.

33 Édouard Maugis, Histoire du Parlement de Paris de l’avènement des rois Valois à la mort d’Henri IV, Paris, 1916, t. 3, p. 207. Il fit ses humanités à Paris et étudia la jurisprudence à Toulouse.

34 Noël Didier, « Paul de Foix à la Mercuriale de 1559, son procès, ses idées religieuses », dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, École Française de Rome, t. 56, 1939, p. 430 et Id., « Paul de Foix et Grégoire XIII. 1572-1584. Une suite de la mercuriale de 1559 », Annales de l’Université de Grenoble. Section lettres-droit, 1941, p. 98.

35 Malcolm C. Smith, « Paul de Foix and Freedom of Conscience », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. LV, 1993, p. 301-315. Id., « Early French Advocates of Religious Freedom », The Sixteenth Century Journal, vol. 25, no 1, 1994, p. 29-51.

36 N. Didier, « Paul de Foix et Grégoire XIII... », art. cit., p. 104.

37 Noël Valois, Le Conseil du roi aux XIVe, XVe et XVIe siècles. Nouvelles recherches, suivies d’arrêts et de procès-verbaux du conseil, Paris, 1888. BNF, ms. fr. 5172 : Mémoires d’Estat de Messire Jean de Morvilliers, Evesque d’Orléans. En 1567, l’évêque de Limoges, Sébastien de L’Aubespine, remplaça son frère décédé à la surintendance des finances et devint membre du conseil secret.

38 Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, 2005, p. 38, 270, 272.

39 Lettres de Catherine de Médicis, Hector de La Ferrière (éd.), Paris, 1880, t. 1, p. 158, 161-163, 171, 176-179, etc.

40 Ibid., p. 267.

41 Lettre de Sébastien de L’Aubespine à son frère du 24 août 1561, citée dans Octave Noël, Histoire de la ville de Poissy depuis ses origines jusqu’à nos jours, Poissy, 1869, p. 282.

42 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 138-139.

43 Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., t. 1, p. 238-240.

44 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxv. Thomas Perrenot, seigneur de Chantonnay était le neveu du cardinal Granvelle.

45 Alain Tallon, La France et le Concile de Trente : 1518-1563, Rome, 1997, p. 388. Morvilliers faisait partie des quelques prélats de Charles de Lorraine, Nicolas de Pellevé et Pierre Danès.

46 Ibid., p. 643, 661-662.

47 Il mourut à Rome le 25 janvier 1570 et fut enterré à Saint-Louis des Français.

48 Correspondance de Philibert Babou de La Bourdaisière, évêque d’Angoulême, depuis cardinal, ambassadeur de France à Rome, Édouard Henry et Charles Loriquet (éd.), Travaux de l’Académie impériale de Reims, 1859, t. 27, no 2, p. 27-33 (30 septembre 1560).

49 É. Maugis, Histoire du Parlement, op. cit., t. III, p. 154 et 191. Il s’agit de la Caze-Dieu (ou Cazedieu) dans le Gers et non de la Chaise-Dieu en Auvergne, comme on le lit souvent. Jacques Du Faut mourut en 1571.

50 N. Valois, op. cit., p. 188-189.

51 Poésies complètes du chancelier Michel de L’Hospital, Louis Bandy de Nalèche (éd.), Paris, 1857, p. 85-89.

52 Il fut présent 37 fois au Conseil entre 1563 et 1567 (cf. N. Valois, op. cit.).

53 Calendar of State Papers. Foreign Series of the Reign of Elizabeth. 1562, Joseph Stevenson (éd.), Londres, 1867, t. V, p. 196, 270 et 297.

54 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 232-237. Le poste aurait d’abord été proposé à Paul de Foix qui le refusa sans doute lui aussi pour permettre à Michel de L’Hospital de revenir aux affaires.

55 Béatrice Nicollier-de Weck, Hubert Languet (1518-1581). Un réseau politique international de Melanchthon à Guillaume d’Orange, Genève, 1995, p. 281. Morvilliers intervint en la faveur de Languet au moment de la Saint-Barthélemy.

56 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxxii.

57 Ibid., p. xxxiii. Mémoires de l’Estat de France sous Charles IX, Meidelbourg, 1589, t. I, p. 228.

58 C’est du moins ce que défend Nicolas Lefèvre dans sa Vie de Morvilliers, BNF, ms. fr. 18288.

59 Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État. 24 août 1572, Paris, 2007, p. 141.

60 Ivan Cloulas, « Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé de France en 1574-1575 », Mélanges d’archéologie et d’histoire, vol. 71, no 71, 1959, p. 382.

61 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. ii. Voir l’avis très négatif des religieux de Fontgombaud, dont Morvilliers était l’abbé. A. Desplanques, « L’abbaye de Fontgombaud et les seigneurs d’Alloigny de Rochefort, esquisse historique », Compte rendu des travaux de la Société du Berry, t. 8, 1860-1861, p. 88-132.

62 L’évêché d’Abellonen (en latin) se trouve en Grèce.

63 Il composa vingt homélies et deux oraisons funèbres en faveur de Charles duc d’Orléans, fils de François Ier d’après Les Hommes illustres de l’orléanais, Orléans, 1852, t. I, p. 364.

64 Christiani hominis institutio adversus hujus temporis haereses et morum corruptiones, quinquaginta homiliis quadragesimalibus distincta authore Stephano Paris, Aurelianen. Episcopo Abellonen. Ex Ordine Praedicatorum assumpto, et doctore theologo Parisiensi, Paris, apud V. Gaultherotium, 1552. L’ouvrage est dédicacé au cardinal de Bourbon. Il publia par la suite d’autres homélies à laquelle il ajouta plusieurs oraisons funèbres.

65 Maïté Etchechoury, Les Maîtres des requêtes de l’hôtel du roi sous les derniers Valois : 1553-1589, Paris, 1991, p. 169.

66 Répertoire des visites pastorales de la France, Paris, CNRS, 1983, t. 3, 1re série, p. 321-322.

67 G. Baguenault de Puchesse, op. cit., p. 107.

68 A. Tallon, La France et le Concile de Trente, op. cit., p. 642-643. Signalons que le 11 mars 1574, l’année du transfert, Morvilliers rédigea un premier testament (BNF, ms. fr. 18288, fol. 44 v°). Il était donc à ce moment là en train de penser à sa succession.

69 Jean des Monstier Mérinville, Un évêque ambassadeur au XVIe siècle. Jean Des Monstiers, seigneur Du Fraisse, évêque de Bayonne, ambassadeur en Allemagne et chez les Grisons, sous les règnes de François Ier et Henri II, sa vie et sa correspondance, Limoges, 1895.

70 Pouillé du diocèse de Limoges, manuscrit du grand séminaire de Limoges, par l’abbé Nadaud, curé de Teyjac, Jacques Texier (éd.), Limoges, 1859, p. 19.

71 Négociations, lettres et pièces diverses, op. cit., p. xxxviii-xlii.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540