Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Première partie. Christianisme du temps de guerre

Pierre-Marie Gerlier et la guerre

Olivier Georges

Texto completo

1Posons rapidement quelques jalons chronologiques et biographiques. Pierre-Marie Gerlier est né à Versailles en 1880. Après une enfance en Normandie, à Saint-Lô, il poursuit ses études au Lycée national de Bordeaux, puis à Paris à partir du début du siècle. Il devient alors docteur en droit, puis avocat près la cour d’appel, promis à une belle carrière. Militant catholique, il est élu par ses pairs président de l’ACJF en 1909. Sa vocation personnelle le conduit à entrer au séminaire de Saint-Sulpice en 1913. Il est prêtre en 1921, sous-directeur des œuvres du diocèse de Paris jusqu’en 1929. Il assiste, au cours de son premier ministère, à la naissance de l’Action catholique, entre au Comité général des Semaines sociales et côtoie l’élite du catholicisme français. Fidèle au pape lors de la crise de l’Action française, il est ensuite promu au siège épiscopal de Tarbes et Lourdes en 1929. Archevêque de Lyon de 1937 à sa mort en 1965, il joue un rôle de premier plan pendant l’Occupation et dans les débats qui animent l’Église en France.

2Voici donc une vie riche : celle d’un laïc, d’un prêtre, d’un évêque puis d’un cardinal, toute entière consacrée à l’Église catholique servie avec une fidélité inébranlable. Militant à l’ère des idéologies de masse et des totalitarismes, Pierre-Marie Gerlier demeura un homme d’engagement au service d’une voie propre au catholicisme qui, à la suite de Pie XI notamment, voulait proclamer la royauté sociale du Christ par la conversion des hommes égarés dans le libéralisme, le communisme et l’athéisme, ces idéologies au cœur des grands conflits des XIXe et XXe siècles qui marquèrent fortement son itinéraire.

3Cristallisant cet itinéraire, arrêtons-nous sur cinq instants de la vie de Pierre-Marie Gerlier, moments décisifs qui permettent de saisir la perception qu’il en eut dans la foi catholique et patriotique.

Caen, congrès de l’Association catholique de la jeunesse de France, 1913

  • 1 Annales de la Jeunesse catholique, 1909, p. 151.

4Le jeune Pierre Gerlier, président de l’ACJF depuis 1909 est déjà très apprécié pour sa capacité à mobiliser ses camarades sur les questions patriotiques notamment. En mai 1909, en réponse au discours de Pierre Gerlier, alors vice-président de l’association, Jeanne d’Arc est par exemple acclamée par le congrès d’Orléans1. Lors du congrès de Montmartre en 1911, il fait célébrer le lien qui unit « Dieu et la France » car la France est, pour lui, la terre du Christ et de Marie, une patrie catholique, en dépit des assauts laïcs et surtout face à eux. Les jeunes de l’ACJF soulignent une nouvelle fois très ostensiblement cette union lors du congrès de Caen en 1913. Symptomatique de l’esprit du temps, une cérémonie au monument des morts de 1870 est organisée. Le Père Corbillé, aumônier fédéral, se souvient alors :

  • 2 Ibid., 15 juin 1929, p. 497.

« À ce moment, mus par je ne sais quel pressentiment, nous entraînions nos troupes aux sacrifices que pourrait un jour leur demander la Patrie. Au conseil fédéral de la même année, nous décidions de tenir notre congrès national de 1914 sur le patriotisme à Belfort, dernier lambeau de notre terre d’Alsace. Ce jour-là Gerlier fut magnifique. Debout sur le socle du monument, il adjura, dans une improvisation d’une envolée superbe, ces cinq mille jeunes d’être prêts à tout pour sauver la Patrie. Le cri de “Vive la France” lui répondit puissant, irrésistible. Les agents venus là pour nous empêcher de déployer nos drapeaux furent médusés ; ils se retirèrent sans oser exécuter leurs consignes2. »

5Cet événement constitue un premier jalon de l’attitude de Pierre-Marie Gerlier face à la guerre : pour lui, défendre la France c’est accomplir son devoir patriotique. En ce domaine, préparant la participation des catholiques à la mobilisation et aux combats, le jeune Gerlier n’est pas de ceux qui se veulent exclus d’une France républicaine ayant rejeté Dieu, qui affirment leur volonté d’en découdre. Il témoigne, comme la jeunesse de son temps, de son refus de la patrie mutilée.

Ferme du Mériquin, près de Pontoise, 16 septembre 1914

6Depuis le 8 décembre 1913, Pierre-Marie Gerlier est séminariste du diocèse de Paris à Issy-les-Moulineaux. Avec la déclaration de guerre, l’idéal du sacerdoce qui l’animait a, semble-t-il, permis de dépasser l’esprit belliqueux qui animait alors les membres de l’ACJF. Il décrit sans aucun doute son état d’esprit dans l’hommage qu’il rend à son ancien camarade de promotion, l’avocat Pierre Le Cointe, mort au combat, lorsqu’il reçoit l’ordre de rejoindre son régiment :

  • 3 Archives du barreau de Paris, Pierre Le Cointe, « Hommage aux morts de la Guerre », dans : Associa (...)

« La mobilisation vint [le] saisir. La Guerre ! Il avait délibérément refusé d’y croire. Et l’on devine aisément qu’une nature comme la sienne aie écarté d’instinct la perspective d’une semblable horreur. Vainement, des amis bien informés avaient-ils signalé à son frère, à lui-même, l’imminence du péril. Il fallut, pour qu’il acceptât sa réalité douloureuse, le décret, puis l’affiche qui l’appelait à Lisieux3. »

7Cette évocation, postérieure à la Grande Guerre, rédigée alors que règne un pacifisme désormais partagé par tous, constitue-t-elle une altération bien normale du sentiment belliqueux qui aurait pu l’animer avant celle-ci ? À l’image de Le Cointe, le tout nouveau séminariste rejoint son unité, le 104e régiment d’infanterie, à Argentan pour y accomplir son devoir en tant qu’adjudant.

  • 4 État-major de l’Armée, Service historique, Les armées françaises dans la Grande Guerre, la Guerre (...)
  • 5 Archives de l’archevêché de Lyon (AAL), II, 11, 94, « Allocution de Son Éminence le cardinal Gerli (...)

8Décrivons brièvement son expérience de la Grande Guerre. D’Argentan le 6 août 1914, le régiment est embarqué, en train, pour Verdun. Cantonné à une tâche défensive, il est ensuite envoyé en Belgique pour tenter de contre-attaquer sur les arrières des Allemands qui, en application du plan Schlieffen, avaient violé la neutralité belge pour engager le combat sur l’aile gauche de l’armée française. En avançant dans un territoire accidenté et boisé qui rendait difficiles les communications entre les différentes unités, les Français se heurtent très vite aux Allemands qui avaient eu le temps de prendre position et d’ériger des ouvrages de campagne leur donnant l’avantage. Le 22 août 1914, les premiers combats à Ethe dans les Ardennes belges sont extrêmement meurtriers. Les tirs de l’artillerie allemande désorganisent les unités, surprises par le feu alors qu’elles sont en colonne de marche. Le brouillard gêne les tentatives de riposte des Français. Les pertes sont extrêmement lourdes. Sous les obus, les soldats s’abritent dans le village et essaient de tenir la position conformément aux ordres du général de Trentinian, commandant la 7e division d’infanterie (DI) à laquelle appartenait le 104e. Au soir du 22 août, « la bataille des frontières » a tourné court. Si la résistance française fut héroïque, elle fut inutile car le repli est ordonné4. En 1955, Pierre-Marie Gerlier souligne le lourd bilan de cette journée sanglante lors de la messe célébrée sur les lieux du combat au cours de la cérémonie annuelle du souvenir. À Ethe, sont tombés 124 officiers et 5 200 hommes de la 7e DI5.

  • 6 État-Major de l’Armée de Terre, Service historique, op. cit., vol. II, p. 240.
  • 7 L’Histoire du 104e régiment d’infanterie, op. cit.

9À partir du 23 août, ce qui reste du 104e se replie sur ordre en France. Pour tenter de tenir une nouvelle fois les positions face aux canons allemands, on creuse des tranchées. Mais le recul est inexorable : Remoiville d’abord, puis Bréhéville, à une vingtaine de kilomètres au nord de Verdun d’où est parti le régiment. L’ordre du général Ruffey est alors sans appel : « Tenir à tout prix ! » Le 104e tente de défendre la Meuse à Stenay tandis que l’armée de Lorraine doit contre-attaquer sur le flanc droit6. Nouvel échec. Les Allemands franchissent la Meuse. Il faut à nouveau reculer7, cette fois-ci de 22 kilomètres encore jusqu’à Tailly, dans les Ardennes, où le régiment s’enterre à nouveau le 31 août.

  • 8 AAL, II, 11, 99, Discours en la basilique Notre-Dame-des-Victoires, 29 janvier 1928.

10La retraite continue jusqu’au 3 septembre, date à laquelle les troupes se regroupent à Sainte-Ménehould (Marne), à mi-chemin entre Verdun et Châlons. Le général Ruffey est démis de son commandement. On imagine aisément l’état d’esprit des soldats épuisés par d’interminables reculs qui faisaient suite à d’impitoyables combats. On devine les interrogations qui rongent alors l’adjudant Gerlier et ses hommes, embarqués dans l’urgence pour renforcer la défense de Paris. En 1928, celui-ci se souvient « de l’angoisse de ceux qui étaient sur les lignes de front8 ».

11Cantonné à Gagny dans la banlieue nord de Paris, le 104e régiment est engagé dans la bataille de la Marne les 6 et 7 septembre 1914. Pierre Gerlier est embarqué avec son régiment par les taxis réquisitionnés de la capitale et se porte une nouvelle fois au devant des Allemands.

  • 9 Ibidem.

« L’ordre était de ne pas céder un pouce de terrain. Accentuer si peu que ce soit le mouvement de retraite, c’était livrer la capitale [...]. Se faire tuer sur place plutôt que de reculer [...]. Le 8 septembre l’ordre est donné non pas de se tapir derrière les défenses mais de les franchir, de sauter par-dessus les tranchées et de commencer, derrière l’armée ennemie, une poursuite acharnée9. »

  • 10 AAL, II, 11, 94, Message de Pierre-Marie Gerlier à sa mère envoyé par l’intermédiaire d’un religie (...)
  • 11 Dominique Avon, Paul Doncœur, s. j., un croisé dans le siècle, Paris, éd. du Cerf, 2001, p. 72.

12La physionomie des combats s’inverse : dans la région de Compiègne, sur l’Aisne, l’effet de surprise fonctionne et des assauts contre l’armée ennemie sont victorieux. Mais si Paris est sauvé, les soldats connaissent des fortunes diverses sur le front. Le 16 septembre, près de Pontoise-sur-Noyon, « les 1er et 2e bataillons sont contraints de se replier sur la ferme du Mériquin. Des forces quatre fois supérieures les entourent. Le chef de bataillon Forcinal commande la défense. Pendant huit heures, ils tiennent tête à l’ennemi. À la nuit tombante, les deux bataillons reculent sur Bellefontaine, mais le commandant Forcinal, très grièvement blessé, et de nombreux autres blessés restent aux mains de l’ennemi ». Parmi eux figure Pierre Gerlier, touché au pied droit par un éclat d’obus10. Il reçoit les secours d’un aumônier jésuite âgé de trente-quatre ans comme lui, Paul Doncœur, qui devient pour un temps son compagnon d’infortune11.

  • 12 Odon Abbal, Soldats oubliés : les prisonniers de guerre français, Bez et Esparon, Études et Commun (...)
  • 13 AAL, II, 11, 81. Carnet Personnel de Pierre-Marie Gerlier, 1er mai 1915.
  • 14 Voir Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 34-35.

13Pierre Gerlier ne connut donc pas la terrible guerre des poilus. Une autre expérience commence pour lui, moins connue de l’historiographie mais marquante elle aussi : celle de la captivité, partagée avec 500 000 prisonniers de guerre français en Allemagne puis en Suisse. Une guerre étrange : le « temps long de la guerre », la « durée insupportable de la captivité » loin des siens et loin du séminaire12. Un combat spirituel contre lui-même alors qu’il idéalisait la France et ses chefs militaires qui avaient conduit l’armée française à redresser la situation lors de la bataille de la Marne. Aurait-il pu tenter une évasion ? Convalescent dans un premier temps, il est soigné dans un hôpital tenu par des religieuses puis transféré dans un camp de prisonniers à Tauberbischofsheim, en Bade-Wurtemberg, puis à Zerbst, en Saxe-Anhalt, et enfin à Celle, en Basse-Saxe13. Il se retrouve au cœur de l’Allemagne, ce qui rend les évasions difficiles. Il ne tente pas de s’enfuir, sans doute pour ne pas nuire à ses camarades de captivité mais aussi, au final, par l’absence d’une volonté farouche d’en découdre avec l’ennemi. Après l’épreuve du feu, le patriotisme belliqueux n’anime plus qu’une infime partie des hommes qui espèrent davantage un retour vers leurs familles et leur vie antérieure14.

  • 15 AAL, II, 11, 81, carnet personnel de Pierre-Marie Gerlier, Galates 2,20 et 2 Timothée, 3, 12.

14Le matricule 2535 de la 5e compagnie de prisonniers a sans doute pu conserver une Bible, plus sûrement un bréviaire ou des fragments d’Écriture Sainte, dont des Épîtres de Paul. Sur son petit carnet de méditation commencé au séminaire, il note certains versets qui traduisent son état d’esprit au cours de ces longs mois d’inactivité. Dans l’Épître aux Galates, il trouve une justification aux souffrances subies et un affermissement de sa vocation à travers l’épreuve : « J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi15. » Avec l’Épître aux Corinthiens, il s’évade spirituellement : « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. »

  • 16 Les carnets du Cardinal Alfred Baudrillart, 1er août 1914-31 décembre 1918, présentés par Paul Chr (...)

15Les autres témoignages que nous possédons sur Pierre Gerlier durant ces années sont indirects. Celui du cardinal Baudrillart, daté du 12 septembre 1915, nous apprend que le Saint-Siège a tenté des démarches pour sa libération. Appelé à Rome par le cardinal Gasparri qui souhaite lui confier une mission en France en vue d’hypothétiques négociations de paix, Baudrillart échange avec son interlocuteur sur de nombreux sujets touchant la politique nationale et internationale. Il reçoit du Secrétaire d’État de Benoît XV, à sa demande, en tant que porte-parole du cardinal Amette, archevêque de Paris, la promesse d’une intervention de celui-ci pour faire « envoyer Gerlier en Suisse16 ». Le témoignage d’Étiennette Chavannes permet de connaître l’état d’esprit du prisonnier. Pierre Gerlier a semble-t-il cherché avant tout à prendre contact avec sa mère pour lui donner une preuve de vie.

  • 17 AAL, II, 11, 94, souvenirs d’Étiennette Chavannes concernant le cardinal Gerlier. Témoignage à la (...)

« Il se tourmentait : comment vais-je faire savoir à ma mère que je ne suis pas mort ? Il se souvint qu’il avait plaidé pour un Monsieur Chavannes, à Lausanne, mais il ne se souvenait plus de l’adresse. Or il y avait de nombreux Chavannes à Lausanne. La carte arriva chez mon père, qui n’était pas celui pour lequel Pierre Gerlier avait plaidé. Mon père, très francophile, sans même chercher à retrouver le destinataire exact de la carte, télégraphia aussitôt à Madame Gerlier. Il paraît que celle-ci, très émue quand le facteur lui remit le télégramme, n’osait pas l’ouvrir, persuadée qu’il lui apportait l’annonce de la mort de son fils. Mon père servit ainsi quelque temps d’intermédiaire pour la correspondance17. »

  • 18 Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 113.
  • 19 AAL, II, 11, 94, lettre du 23 septembre 1917.

16Après plus de deux années de captivité, une opportunité se présente en 1917 lorsque les délégations françaises et allemandes recherchèrent un accord sur le sort réservé à leurs prisonniers respectifs. Les discussions débutent dès avril18 et débouchent sur les accords de Berne signés en décembre 1917. Au cours de ces pourparlers, la médiation de la Suisse et de la Croix-Rouge Internationale permit à certains soldats de bénéficier sur le territoire de la Confédération helvétique du statut « d’interné », plus souple et plus clément que celui de prisonnier. C’est dans ce cadre, « après tant de déboires », que Pierre Gerlier est transféré le 23 septembre 1917 en Suisse, à Spietz, sur les rives du lac de Thoune. De l’hôtel Schlussi, il peut enfin reprendre contact directement avec sa mère et lui dire combien « ce sera le paradis terrestre » cette « reprise de la vie normale après 37 mois de fil de fer barbelés19 ». Étiennette Chavannes se souvient le 2 juin 1966 :

  • 20 AAL, II, 11, 94.

« Pierre Gerlier, guéri au bout de quelques mois, trouvait qu’il perdait son temps et il se présentait à la Commission de réforme chaque fois qu’elle se réunissait. La cinquième fois, le médecin, bon papa, le fit passer pour neurasthénique. Il fut donc refoulé et interné en Suisse20... »

  • 21 Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 106-107.
  • 22 Ibidem, p. 110-112.

17La neurasthénie qu’il feignit et qui lui permit de quitter l’Allemagne figurait en effet sur la liste des dix-huit pathologies reconnues pour obtenir le droit de quitter les camps avec l’aval d’une commission médicale21. La Suisse accueillit ainsi 67 726 soldats et officiers des deux camps qui vécurent une étrange guerre, loin de Verdun, du Chemin des Dames ou de la Somme. Les rues des villes helvétiques étaient envahies de militaires portant le pantalon garance et le képi rouge, n’ayant pour seule interdiction que de rentrer au pays, sous peine d’être remis à l’État capteur22, à Fribourg. Pierre Gerlier tente alors de reprendre ses études en vue du sacerdoce.

Primatiale Saint-Jean Lyon, le 19 novembre 1940 : la déclinaison des jalons issus de la Première Guerre mondiale

18La Première Guerre mondiale se termine pour Pierre Gerlier en 1919, et non en 1918, une fois les traités de paix signés et la question des prisonniers résolue. Lorsqu’il rentre en France, il adopte une attitude résolument pacifiste qu’il soutient sans défection jusqu’à la déclaration de guerre de 1939 qu’il qualifia d’« irréparable ».

19Membre du comité national des pupilles de la Nation, il assume pleinement la tutelle morale qu’exercent les anciens combattants sur une société traumatisée par la perte de tant d’hommes, et il ne rate jamais une cérémonie commémorative. Lors de ses entrées solennelles, en tant qu’évêque à Tarbes en 1929, puis comme archevêque à Lyon en 1937, il s’incline avec faste et respect devant les monuments aux morts. Comme gardien du sanctuaire de Tarbes et Lourdes, il œuvre pour la paix en organisant deux grands pèlerinages d’anciens combattants en 1934 et 1936 qu’il se plait à évoquer comme des exemples du génie du christianisme à opérer la fraternité entre les nations, face aux nationalismes exagérés que dénonce Pie XI. En visitant la Pologne ou l’Autriche, porte-parole de Lourdes, il participe activement aux tentatives diplomatiques de la France pour établir une alliance qui contiendrait l’expansionnisme allemand et sauverait la paix.

20Sa perception de la Seconde Guerre mondiale est marquée par son expérience brutale mais éphémère de la Grande Guerre : une guerre entre nations et généraux conduisant à la victoire, des combats violents et loyaux entre belligérants, 1,5 million de prisonniers. Pour lui, la France a combattu pour la civilisation chrétienne et l’a défendue au-delà de la défaite et de l’armistice du 22 juin 1940. Tout cela se bouscule dans l’esprit de l’ancien combattant lorsque Philippe Pétain, chef de l’État Français, s’apprête à faire son entrée dans la Primatiale, le 19 novembre 1940.

  • 23 AAL, discours du 19 novembre 1940 conservé sous forme de fiches rédigées de la main du Cardinal et (...)

21Pierre-Marie Gerlier centre son discours, minutieusement préparé contrairement à son habitude, sur la France au carrefour du maréchalisme et du catholicisme qu’il sert, telle que l’ancien combattant et le chrétien la perçoivent dans un souci d’unité nationale et de finalité spirituelle, synthèse d’une année de convictions publiquement exprimées, d’une mémoire combattante et de plusieurs mois d’adhésion au régime23.

22Ce discours dont la phrase-clé, « Pétain c’est la France et la France, aujourd’hui, c’est Pétain » montre que, dans son analyse, s’opère une confusion entre les deux guerres. Les circonstances de cette cérémonie commémorative sont, en effet, l’occasion de célébrer la mémoire de ceux qui ont sacrifié leur vie, de ceux « qui ont donné leur sang pour l’honneur du drapeau ». L’idéal défendu par l’ancien combattant exalte le sacrifice : une conduite morale exemplaire fondée sur « le renoncement », « le don de soi », le « sacrifice », car « c’est par la souffrance que les peuples, comme les hommes, se rachètent ». Du terrain militaire, il passe à l’interprétation spirituelle. Le don de la vie s’assimile au sacrifice du Christ : « leur immolation a préparé la formidable tâche » affirme-t-il. La guerre est l’ultime épreuve religieuse sensée offrir le salut aux éprouvés. La « communion des saints » entre les survivants et les morts porte vers le salut de la nation où prennent corps tous les appels à l’unité dont Pierre-Marie Gerlier est un fidèle défenseur. « Cette communion mystique d’une Église de rachetés » possède en soi une portée politique qui échappe totalement au domaine religieux et elle s’incarne dans un homme, Pétain, investi de fait du triple vocable de combattant, de chef victorieux et de sauveur légitimé par l’épreuve du feu qu’il a dirigée. Le Maréchal, « celui qui, une deuxième fois, vient sauver la France », incarne parfaitement cette volonté de faire exister une unité autour d’un exécutif renforcé, chargé de rétablir la France dans le chemin qui doit être le sien.

23Ainsi s’incarne, au carrefour du temporel et du spirituel, l’accent fortement maréchaliste de ce discours, la réitération de la confiance dans les chefs et l’état-major et surtout dans le vainqueur de Verdun. Un seul, à l’image d’une sorte de nouveau Messie, pouvait sauver la Nation. La France avait été, avant la défaite, la championne des valeurs républicaines et chrétiennes, légitimant la guerre menée à partir du 1er septembre 1939 pour porter secours à la Pologne outragée, nation catholique martyrisée. À travers le combat pour le droit et la justice s’était opérée, comme en 1914, une « union sacrée » fructueuse car, du front à l’arrière, elle pouvait donner lieu à un nouveau concordat, expression de la renaissance chrétienne de la nation.

  • 24 AAL, II, 11, 263, texte contenu dans le PV de la réunion du 31 août, rédigé par Mgr Chollet et Mgr(...)

24Aussi, en dépit de l’Occupation et de l’armistice, le culte du chef combattant réconciliant aujourd’hui la France avec son destin et sa vocation autorisait à nouveau à marcher au pas et à défiler sous les étendards. « L’union sacrée » n’est plus opérée par des valeurs ou une patrie à défendre. Elle s’exprime désormais par le culte rendu à un homme qui l’incarne et qui la dirige comme jadis les corps de troupe dans l’enfer de Verdun. Sous-jacente se trouve encore corroborée la position de la conférence épiscopale du 31 août 1940 : la situation exige l’appui au gouvernement du chef. Il convient de ne pas le critiquer, « mais de le soutenir et de l’aider, sur notre terrain, dans son œuvre positive de reconstruction de la Patrie24 ». La guerre et plus largement la défaite et l’Occupation sont essentielles pour comprendre l’attitude devant Pétain et la Révolution nationale. La guerre est l’occasion de rendre la France et les Français à leur seule identité, celle de fille aînée de l’Église. Elle est l’épreuve ultime et décisive, la fin de la parenthèse laïque et de l’échec de la Séparation.

Église Saint-Pierre de Vaise, 2 juillet 1944

25Dieu avait donc envoyé l’épreuve pour une profonde transformation des hommes et ce Maréchal-Messie qui parlait avec les mots de l’Église cristallisait tous les espoirs. Pourtant de l’éphémère introduction des devoirs envers Dieu au sein des programmes d’enseignement, en 1941, aux menaces sur l’indépendance des mouvements catholiques, des combats qui n’en finissent pas aux réquisitions de main-d’œuvre dans le cadre du STO, cette guerre ne fut pas ce que Pierre-Marie Gerlier attendait ou ce qu’il se représentait encore en ce premier hiver de l’Occupation. Aussi le doute et l’angoisse de l’épreuve spirituelle ressurgissaient comme aux jours de captivité.

  • 25 AAL, Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 7 janvier 1944.

26On ne ménagea donc pas les prières expiatoires, comme au Puy le 15 août 1942 ou à Lyon, lors du grand pardon de la Saint-Jean 1943, pour consacrer la France au Cœur Immaculé de Marie en 1943, dans une mobilisation que l’on souhaitait maximale du front intérieur. En 1944, avec les bombardements alliés sur les villes françaises, il fallut trouver une réponse à apporter à la détresse des populations terrassées. À l’échelle diocésaine, par solidarité, Lyon adopta Brest et Saint-Étienne, Abbeville, deux « villes martyres ». Des secours financiers importants leurs furent consacrés pour la reconstruction des lieux de cultes dévastés et pour l’envoi de matériel pour les célébrations25. Puis ce fut au tour des cités marraines d’êtres dramatiquement touchées. Le 26 mai 1944, Saint-Étienne et Lyon subissent le feu des avions alliés. Selon la Semaine religieuse, 600 morts sont relevés à Lyon et un millier à Saint-Étienne, 25 000 habitants se trouvant sans abri.

  • 26 Semaine Religieuse du diocèse de Lyon, numéros des 2 et 9 juin 1944.
  • 27 Allocution de Saint-Étienne. Dans son radio-message de Noël 1943, Pie XII parlait d’« un monstre a (...)
  • 28 À Lyon, lors des funérailles des victimes.
  • 29 AAL, II, 11, 183.

27Pierre-Marie Gerlier, face à cette guerre qui change de nature, se place au plus près des victimes et préside lui-même les obsèques pour manifester sa compassion envers leurs familles. Le 29 mai, 450 cercueils recouverts du drapeau tricolore sont alignés sur le parvis de la Primatiale ; le lendemain, celui d’une victime inconnue symbolisant les 940 défunts est exposé devant l’Hôtel de Ville de Saint-Étienne où sont célébrées les funérailles. Dans les allocutions qu’il prononce lors des deux cérémonies, le Cardinal décrit, à la suite de Pie XII26, une guerre de civilisation qui manifeste la faillite de la modernité sans Dieu : « une civilisation qui croyait pouvoir impunément se matérialiser, sans s’apercevoir qu’elle revenait ainsi, en dépit des plus magnifiques progrès, aux brutalités de la barbarie païenne27. » Cette prise de position permet de s’élever au niveau des principes. Il renvoie alors dos à dos les protagonistes, auteurs d’actes inqualifiables car, « au-dessus des exigences de la guerre, il y a dans une civilisation chrétienne, celles de la morale et du droit28 ». À la suite de la déclaration de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques des 7 et 8 avril 194429, Pierre-Marie Gerlier, renouant avec une vielle tradition médiévale, s’affirme le defensor civitatis des villes de son diocèse, n’hésitant pas à déclarer sa « réprobation devant les bombardements des villes ouvertes, qui sèment en quelques instants la désolation, la ruine, la mort parmi les populations civiles, anéantissant les hôpitaux et les églises, les monuments historiques et les trésors artistiques, les demeures familiales et les cités ».

  • 30 Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, Paris, Perrin, 1997, p. 399 et AN F7 2522. La réunion eut (...)
  • 31 Après une demande des francs-gardes de la Loire, il répond encore par la négative le 9 août 1944. (...)
  • 32 Ibidem, p. 85.

28Il est très important de connaître ces cérémonies et ces déclarations du printemps 1944 pour comprendre l’attitude de Gerlier lors de l’office à la mémoire de Philippe Henriot, milicien, collaborationniste et Secrétaire d’État à l’information, assassiné par des résistants. Car à Lyon, ces jours de deuils et de protestations contre la guerre totale menée par les alliés furent aussi ceux où éclata « l’affaire Henriot » qui renforça encore dans l’opinion le sentiment que l’archevêque de Lyon avait choisi son camp. Pierre-Marie Gerlier fut toujours d’une extrême prudence concernant la Milice dont était issu Henriot. Il avait tout d’abord refusé de patronner sa création à Lyon30 et repoussé avec constance la nomination d’un aumônier, ne la considérant pas comme une œuvre susceptible de servir la rechristianisation projetée31. Averti de ses exactions, il avait encore refusé de dire une messe à la mémoire de François Sabiani, le fils de Simon Sabiani, le très contesté chef du PPF à Marseille, tué sur le front de l’Est en juin 1942 sous l’uniforme allemand32. Le 2 juillet 1944, il préside pourtant à la cathédrale la cérémonie à la mémoire d’Henriot.

29On peut s’interroger sur les raisons de cette présence et surtout de sa cohérence avec la vision du conflit qui était désormais la sienne. Notons, au-delà du débat entre adversaires et partisans, en historien, un détail important révélé par le carnet de rendez-vous du Cardinal. Fixé à 10 heures, ce service funèbre, que Pierre-Marie Gerlier quitte en son cours sans avoir dit un mot ni donné l’absoute au catafalque qui symbolisait le corps du défunt, se chevauchait avec une messe à la mémoire des victimes des bombardements de Vaise, déjà prévue à 10 h 15. Il choisit, et c’est essentiel, de ne bousculer que partiellement son emploi du temps pour être personnellement présent à une cérémonie plus importante pour lui parce que tournée vers une partie meurtrie de son diocèse. Organisée à l’initiative des Comités sociaux des entreprises de Vaise, cette messe de quarantaine est présidée symboliquement par le curé de l’église de l’Annonciation détruite le 26 mai. Elle est dite en plein air « devant une foule considérable » rassemblée dans les jardins des Petites-Sœurs des Pauvres, selon le chroniqueur.

  • 33 Le 7 juillet 1944, « les services religieux de dimanche ». Un service fut organisé à Saint-Étienne (...)

30Expression des priorités de l’archevêque, la Semaine religieuse33, quoique soumise à le censure, s’attarde davantage sur la cérémonie organisée à la mémoire de ceux qui périrent sous les bombes alliées. Muet à la Primatiale, au cours de l’hommage national à Henriot, l’allocution que prononce le Cardinal à Vaise est capitale pour comprendre sa démarche et conforter une approche des événements face auxquels il confirme sa position de gardien des valeurs chrétiennes. Il dénonce d’abord tous les faits inhérents à la guerre, quelle que soit leur nature, au nom de ce même respect souverain de la personne humaine qui l’avait conduit à protester contre la déportation des juifs le 6 septembre 1942 et contre la réquisition de main-d’œuvre. Il choisit de s’exprimer encore sur la totalité des événements en cours, dénonçant les « fils d’une même patrie divisée » sans prendre parti pour l’un ou l’autre camp. Aux autorités d’occupation, au gouvernement et à « la Milice », il adresse un clair message de dénonciation quand il évoque « les fusillés dont on laisse le corps à l’abandon, le meurtre des otages ». Puis il en vient au fond pour justifier sa présence aux obsèques d’Henriot et dénoncer l’action de la Résistance :

  • 34 René Rémond (dir), Paul Touvier et l’Église, op. cit., p. 85-87 et p. 337-339, note des RG sur l’a (...)

« J’étais, il y a un instant, à la Primatiale pour la cérémonie funèbre organisée à la mémoire d’un ministre lâchement et odieusement assassiné et devant le cadavre duquel tout chrétien, tout Français, même s’il était de ceux qui croyaient devoir se réserver sur sa politique, obligé de s’incliner devant son courage, doit éprouver un sentiment d’indignation et d’horreur34. »

31L’opinion, majoritairement choquée par sa présence à la Primatiale lors de cette cérémonie, a peu prêté attention au début de son allocution où une phrase-clé résonne comme la vraie causalité des faits : « En se matérialisant, la civilisation humaine s’est paganisée. »

  • 35 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II, Une génération en mal d’héroïsme,(...)
  • 36 AN, F1cIII, 1 200, rapport du préfet régional, 13 juillet 1944.
  • 37 Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, op. cit., p. 325-326.

32La présence silencieuse du Cardinal à la Primatiale constituait une position médiane car, dans le même temps, à Notre-Dame de Paris, le cardinal Suhard donnait l’absoute, tandis que l’évêque de Limoges, Mgr Rastouil, refusait de participer à la cérémonie organisée dans sa ville, d’où son arrestation35. Dans son rapport du 13 juillet 1944 sur l’assassinat d’Henriot, le préfet Alexandre Angeli constate avec une certaine satisfaction que « parmi ses adversaires, nombreux sont ceux qui réprouvent ce meurtre36 ». Les miliciens utilisent ces funérailles pour légitimer leurs actes : à Vichy on baptise une rue à son nom ; à Lyon on force les passants à se découvrir devant la photo du défunt ; enfin à Rillieux-la-Pape, près de Lyon, des « otages » israélites sont fusillés en représailles sanglantes37, confirmant l’escalade dans l’horreur que constituèrent les derniers mois de guerre. Pierre-Marie Gerlier, dont la position n’est pas comprise sur le moment, poursuit imperturbable sa dénonciation de la guerre au nom de la civilisation chrétienne, achevant de réunir les premiers buts de guerre de 1939 avec la dénonciation de celle-ci en 1944. Lorsque la Gestapo massacre les prisonniers détenus au Fort Montluc, à Saint-Genis-Laval, ce sont bien ces mêmes principes qu’il mobilise pour adresser sa protestation au commandeur Knapp en faisant état de son statut d’ancien combattant comme pour légitimer sa prise de parole :

  • 38 Lettre au commandeur Knapp, Chef de la Gestapo, 22 août 1944, publiée dans Le Cardinal Pierre-Mari (...)

« J’arrive de Saint-Genis-Laval et j’ai le pénible devoir de vous apporter, avec l’expression de l’indignation que j’ai éprouvée devant un spectacle que les mots ne peuvent traduire, une protestation solennelle contre l’abominable cruauté de l’exécution faite là-bas le 20 août, et qui fait suite hélas ! à beaucoup d’autres non moins douloureuses. Quelle désolation de songer à la semence de haine que répandent des faits comme ceux-là à l’heure où le monde aspire pathétiquement à retrouver la fraternité et la paix.
J’ai soixante-quatre ans, Monsieur le Commandeur, j’ai fait la guerre de 1914, et vu au cours de ma vie, qui m’a mêlé à beaucoup de choses, bien des spectacles horribles. Je n’en n’ai vu aucun qui m’ait révolté autant que celui que je contemplais il y a un instant. Même si l’on pouvait affirmer que tous les malheureux exécutés avant-hier étaient des malfaiteurs, et personne n’oserait le soutenir, j’affirmerais encore qu’il était indigne d’une civilisation chrétienne ou simplement humaine de les mettre à mort de cette manière. Que dire alors si aucun grief ne pouvait être relevé contre eux38. »

De Rome, le 1er octobre 1958

  • 39 AAL, II, 11, 48, discours d’Alger, 15 avril 1948.

33Paroles d’un vieil homme, héraut de la paix, de la justice, du droit et de la fraternité, les vertus cardinales et chrétiennes de cet archevêque-avocat, devant une nouvelle guerre, civile celle-ci, entre Français sur la terre de France, car l’Algérie du cardinal Lavigerie qu’il a lui-même visitée en 1948, trois ans après les massacres de Sétif, prêchant la nécessité de « renforcer les liens fraternels qui doivent unir diverses civilisations et communautés39 », l’Algérie berceau de la chrétienté, c’est encore la France.

34Dans ce qui constitue, pour les familles comme pour chaque Français, une nouvelle épreuve spirituelle, confirmant à ses yeux, la faillite de la civilisation moderne, voici que c’est la France qui commet les exactions tant dénoncées durant la Seconde Guerre mondiale. En octobre 1958, à Rome, pour les funérailles de Pie XII, le conclave et le couronnement de Jean XXIII, une « douloureuse affaire » le rejoint directement.

35Nous sommes à peine quelques semaines après le référendum qui donne naissance à la Ve République et un mois seulement après la tentative d’attentat manqué contre le ministre de l’information, Jacques Soustelle. La DST a déjà interpellé à Paris deux prêtres de la Mission de France, Bernard Boudouresques et Robert Davezies, accusés d’avoir hébergé des membres du commando ayant participé à l’attentat, dont Mouloud Ouraghi, celui qui a fait feu, tué un passant et blessé plusieurs autres. Sûrs de tenir un réseau de prêtres complices du FLN, les RG interpellent quatre jours plus tard, le 17 octobre 1958, à Lyon, les abbés Albert Carteron, Joseph Chaize et Louis Magnin, accusés eux aussi de porter assistance aux « terroristes », par le biais d’une caisse de secours pour les prisonniers et leurs familles. Cette caisse conserve des fonds que les inculpés prétendent d’assistance et que la police dénonce comme servant aux activités du FLN, les prêtres, le croit-on, répartissant ces fonds à partir d’un bureau du Prado.

36Le Cardinal étant à Rome, le dossier est suivi à Lyon par Mgr Ancel, supérieur du Prado et évêque auxiliaire, qui, protestant de l’innocence de ces prêtres, invoque, dans la Semaine Religieuse, leur seule participation à des réseaux « d’entraide morale et spirituelle ». Déjà dans la Croix, il avait expliqué leur intention de rester sur le seul terrain charitable, avec une volonté d’entraide, en constituant une caisse de secours. Cela ne suffisant pas, le Primat des Gaules doit faire résonner sa voix, ce qui renforce la notoriété de l’affaire. En bon avocat, défenseur d’une Église désormais campée sur sa seule mission face à la guerre, il atteste les principes qui ont guidé l’action des prêtres inculpés : « Il est inadmissible de présenter comme des organisations créées pour aider des terroristes d’Afrique du Nord, les œuvres sociales ou d’assistance que des prêtres ont entreprises pour secourir au nom de la charité chrétienne les Nord-Africains résidant en France » ; il insiste à son tour sur « l’aide morale et matérielle fournie à des malheureux qui souffrent, conforme à la doctrine séculaire de l’Église ». Puis, fort de son autorité, il affirme que l’abbé Carteron a procuré un local pour un service d’entraide ouvert à tous les musulmans algériens, mais il récuse aussi une quelconque collusion avec le FLN.

37Alors que peu de voix osent encore s’opposer aux méthodes employées pour extorquer les aveux qui avaient conduit à la mise en cause de ses prêtres, il confirme la prise de hauteur observée depuis la Seconde Guerre mondiale en pesant de toute sa stature morale pour dénoncer la torture sans détours :

  • 40 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 31 octobre 1958. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les porteurs (...)

« Certains membres de la police, je dis certains membres, n’auraient pas hésité à faire souscrire aux suspects musulmans des déclarations dont le caractère mensonger est aisé à discerner. Pour y parvenir, ils n’avaient pas reculé devant l’emploi de la violence et des sévices les plus graves, en même temps que les plus attentatoires à la dignité humaine. Il ne m’appartient pas de donner les précisions douloureuses et troublantes dont j’ai eu connaissance. Une enquête sérieuse pourra les mettre en lumière. Je me crois en droit d’affirmer que ceux qui ont subi ces traitements ont été mis dans un état physique ou moral grave40. »

38Tandis que l’on recherche des « porteurs de valises » qui financeraient le FLN, pour parvenir une nouvelle fois à dégager l’Église de toute accusation d’être partisane, restait évoquée, en forme de nécessité et d’abstention sur la politique gouvernementale, « la tâche de la police particulièrement difficile dans les circonstances actuelles ». Comme en 1942 ou 1944, il veut aussi présenter la question algérienne dans la globalité des événements qui secouent alors le monde et surtout l’Afrique du Nord où les attentats sont quasi-quotidiens, « la souffrance des hommes devant les attentats criminels dont ont été victimes plusieurs d’entre nous », intimant de rappeler tout un chacun, l’ancien combattant n’est jamais loin, à répondre à la vocation séculaire de l’unité de la nation car, « pour l’honneur de la France, on ne saurait y trouver la justification de douloureuses erreurs ».

39Il y eut tout d’abord les blessures infligées à l’honneur national par la guerre franco-prussienne de 1870 qui conduisirent la génération qui avait 20 ans en 1900 à se tenir prête au sacrifice pour le restaurer. Il y eut la participation à la Grande Guerre, aux premières heures de 1914, l’épreuve du feu, ces premiers instants sanglants de recul puis la bataille de la Marne où Pierre-Marie Gerlier est blessé et capturé, prélude à une longue captivité en Allemagne jusqu’en Suisse, à partir de 1917. Cette succession historique de faits lui donne le droit de s’affirmer comme ancien combattant, revendiquant la charge de gardien moral de la nation, commémorant le souvenir de tant d’amis disparus en pacifiste irréductible comme nombre de ses frères d’armes.

40Il y eut surtout, ce qu’il redoutait le plus, une nouvelle guerre mondiale, en dépit des prières, des supplications et des invocations aux Saints protecteurs de la France, et puis il y eut la défaite et cette histoire terriblement française, ce vieux Maréchal qui parlait avec des mots que l’on espérait plus dans la bouche d’un chef de l’État et qui faisaient penser que tout se résoudrait par le retour de la France à Dieu, la guerre constituant l’épreuve finale nécessaire, acceptée au prix des atrocités commises, de la mort qui rode, des bombes et des déportations massives qui provoquèrent une prise de parole publique, des gestes de sauvetage et une grande interrogation spirituelle sur le sens de ces années noires et les desseins de Dieu. Il y eut enfin l’émergence, qui se confirma par la suite, d’un ministère de la parole, instruit par l’expérience, pour dénoncer les excès de la guerre d’Algérie en invitant les partis au respect des droits de la personne humaine associé à la position adoptée du defensor civitatis, juriste et homme de foi, porte-parole des familles dans l’angoisse, comme encore lors de la célébration de Noël 1959, se ralliant à l’autodétermination des Algériens au nom du droit et pour la paix :

  • 41 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1er janvier 1960, allocution de Noël.

« En ce cinquième Noël depuis qu’a commencé la guerre d’Algérie, nous invitons les chrétiens à tout mettre en œuvre pour qu’un terme soit trouvé à ce tragique conflit qui a fait couler déjà tant de larmes et de sang. Sans oublier les droits de la France, ni ce qui donne au problème d’Algérie un caractère particulier, il appartiendra sans doute à tous les Algériens de déterminer eux-mêmes leur sort, à condition que toutes les garanties loyales d’impartialité soient assurées à la manifestation de leur désir. Alors pourra s’achever tant de combats et tant de crimes qui ont semé la révolte et la douleur dans une multitude d’âmes. Alors cesseront les souffrances incroyables de tant de foyers de nos héroïques soldats et d’innombrables familles qui en France ou en Algérie, sont cruellement déchirées dans leur cœur et dans leur chair41. »

41Devant la répression qui touche les artistes, fonctionnaires et intellectuels signataires du « manifeste des 121 », « déclaration sur le droit à l’insoumission », le 6 septembre 1960, Pierre-Marie Gerlier prononce à cette occasion son ultime grande déclaration publique en France, et c’est une nouvelle fois devant un fait attaché à une guerre. Alors que le 1er octobre, une grande rafle décapite provisoirement la rédaction de la revue Esprit, accusée de soutenir l’insurrection, que la presse s’empare de l’affaire et que le FLN triomphe des contradictions françaises, il peut définitivement dénoncer vigoureusement les méthodes employées contre les journalistes dont certains étaient catholiques ou sympathisants et tous militants de la cause de l’indépendance :

« De dures souffrances nous assaillent, nous aussi : la prolongation désolante de la Guerre d’Algérie, les problèmes angoissants qu’elle pose à la conscience de beaucoup, notamment parmi les jeunes. Nous recueillons autour de nous les témoignages de l’anxiété de bien des âmes. »

  • 42 Hervé Hamon, Patrick Rotman, les porteurs de valises, op. cit., p. 311.

42Appuyé sur les travaux des catholiques sociaux lyonnais, notamment la commission doctrinale des Semaines sociales qui rend un rapport sur la guerre d’Algérie le 10 octobre 1960, il allait même plus en profondeur que ces précédents propos et que la déclaration commune de l’épiscopat le 17 octobre qui renvoyait dos-à-dos les « actes de terrorismes » et les « outrages à la personne humaine » pour devenir à son tour en ces nouvelles heures difficiles, au soir de sa vie, ce que fut jadis Mgr Saliège ou Mgr Théas, la voix qui, dans la hiérarchie catholique ose dénoncer une situation intérieure devenue intenable42.

Notas

1 Annales de la Jeunesse catholique, 1909, p. 151.

2 Ibid., 15 juin 1929, p. 497.

3 Archives du barreau de Paris, Pierre Le Cointe, « Hommage aux morts de la Guerre », dans : Association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la conférence des avocats à Paris, 1929, p. 90.

4 État-major de l’Armée, Service historique, Les armées françaises dans la Grande Guerre, la Guerre de mouvement, les opérations antérieures au 14 novembre 1914, Paris, p. 372-373.

5 Archives de l’archevêché de Lyon (AAL), II, 11, 94, « Allocution de Son Éminence le cardinal Gerlier », église Saint-Éloi, 27 novembre 1955.

6 État-Major de l’Armée de Terre, Service historique, op. cit., vol. II, p. 240.

7 L’Histoire du 104e régiment d’infanterie, op. cit.

8 AAL, II, 11, 99, Discours en la basilique Notre-Dame-des-Victoires, 29 janvier 1928.

9 Ibidem.

10 AAL, II, 11, 94, Message de Pierre-Marie Gerlier à sa mère envoyé par l’intermédiaire d’un religieux, le Père Fine, que le blessé avait rencontré à Celle, chez les sœurs où il était soigné. Voir aussi le courrier d’un autre compagnon blessé, Maurice Levy, le 1er septembre 1964, pour le 50e anniversaire de ce jour.

11 Dominique Avon, Paul Doncœur, s. j., un croisé dans le siècle, Paris, éd. du Cerf, 2001, p. 72.

12 Odon Abbal, Soldats oubliés : les prisonniers de guerre français, Bez et Esparon, Études et Communications Éditions, 2001, p. 29.

13 AAL, II, 11, 81. Carnet Personnel de Pierre-Marie Gerlier, 1er mai 1915.

14 Voir Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 34-35.

15 AAL, II, 11, 81, carnet personnel de Pierre-Marie Gerlier, Galates 2,20 et 2 Timothée, 3, 12.

16 Les carnets du Cardinal Alfred Baudrillart, 1er août 1914-31 décembre 1918, présentés par Paul Christophe, Paris, éd. du Cerf, 1994 [12 septembre 1915].

17 AAL, II, 11, 94, souvenirs d’Étiennette Chavannes concernant le cardinal Gerlier. Témoignage à la demande de Mgr Duquaire le 29 avril 1966.

18 Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 113.

19 AAL, II, 11, 94, lettre du 23 septembre 1917.

20 AAL, II, 11, 94.

21 Odon Abbal, Soldats oubliés..., op. cit., p. 106-107.

22 Ibidem, p. 110-112.

23 AAL, discours du 19 novembre 1940 conservé sous forme de fiches rédigées de la main du Cardinal et ensuite, ce qui est rare, dactylographié. Contrairement à l’habitude où les fiches ne sont qu’un canevas, celles-ci sont rédigées : Pierre-Marie Gerlier cherche donc la précision et préfère éviter toute improvisation. La phrase rapportée ci-dessus, « Pétain c’est la France et, aujourd’hui la France c’est Pétain », ne résulte donc pas d’une improvisation sous le coup du charme ou de l’émotion mais elle fut préparée et écrite comme transcrite ici.

24 AAL, II, 11, 263, texte contenu dans le PV de la réunion du 31 août, rédigé par Mgr Chollet et Mgr Guerry (Cambrai), note no II, « prudence dans la prédication ».

25 AAL, Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 7 janvier 1944.

26 Semaine Religieuse du diocèse de Lyon, numéros des 2 et 9 juin 1944.

27 Allocution de Saint-Étienne. Dans son radio-message de Noël 1943, Pie XII parlait d’« un monstre apocalyptique né d’une civilisation où le progrès toujours croissant de la technique s’accompagne d’une baisse toujours plus profonde de l’esprit et de la morale ». Il poursuivait en évoquant « un nouvel et immense perfectionnement des moyens et de l’art de détruire ».

28 À Lyon, lors des funérailles des victimes.

29 AAL, II, 11, 183.

30 Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, Paris, Perrin, 1997, p. 399 et AN F7 2522. La réunion eut lieu le 29 février 1943. Lettre qui décline l’invitation, datée du 24 février 1943, conservée aux AAL, II, 11, 60.

31 Après une demande des francs-gardes de la Loire, il répond encore par la négative le 9 août 1944. La lettre est publiée en annexe (no 6) dans René Rémond (dir), Paul Touvier et l’Église, Paris, Fayard, 1992, p. 340.

32 Ibidem, p. 85.

33 Le 7 juillet 1944, « les services religieux de dimanche ». Un service fut organisé à Saint-Étienne le samedi, présidé par Mgr Bornet, évêque auxiliaire de Lyon, en résidence à Saint-Étienne.

34 René Rémond (dir), Paul Touvier et l’Église, op. cit., p. 85-87 et p. 337-339, note des RG sur l’attitude de l’épiscopat, rapport sur la cérémonie du 2 juillet, allocution prononcée à Vaise.

35 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II, Une génération en mal d’héroïsme, Rennes, PUR, 2005, p. 147.

36 AN, F1cIII, 1 200, rapport du préfet régional, 13 juillet 1944.

37 Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, op. cit., p. 325-326.

38 Lettre au commandeur Knapp, Chef de la Gestapo, 22 août 1944, publiée dans Le Cardinal Pierre-Marie Gerlier, témoignages recueillis par la Chronique Sociale de France, Lyon, 1965, p. 49-50. Elle est aussi conservée aux AAL.

39 AAL, II, 11, 48, discours d’Alger, 15 avril 1948.

40 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 31 octobre 1958. Hervé Hamon, Patrick Rotman, Les porteurs de valises, la résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, Albin Michel, 1979, p. 117-124.

41 Semaine religieuse du diocèse de Lyon, 1er janvier 1960, allocution de Noël.

42 Hervé Hamon, Patrick Rotman, les porteurs de valises, op. cit., p. 311.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540