Version classiqueVersion mobile

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Première partie. Christianisme du temps de guerre

Un journal de guerre 1914-1918. Abbé Achille Liénart, aumônier du 201e RI

Catherine Masson

Texte intégral

  • 1 Journal de guerre 1914-1918. Abbé Achille Liénart, aumônier du 201e RI. Récit illustré, annoté et (...)

1Le 11 août 1914, l’abbé Achille Liénart, alors âgé de 30 ans, s’embarque, après avoir obtenu les autorisations nécessaires, comme aumônier de l’ambulance 3 de la 51e division de réserve. C’est le début d’une expérience tragique dont personne alors ne soupçonne la durée. Dès le 2 août 1914, date de la mobilisation, et jusqu’au 12 mars 1919 (sa démobilisation), Liénart tient un journal presque quotidien : 829 pages de carnets dans lesquelles il évoque les principaux événements et rencontres de chaque jour, retraçant la violence et l’horreur des champs de bataille et des tranchées mais aussi la banalité de certaines journées au front ou au repos, que ce soit avec l’ambulance 3/51 ou à partir de 1915 avec le 201e RI... Ce journal a fait l’objet d’une édition intégrale annotée sous forme de CD. Celui-ci est inséré dans un ouvrage1 qui est la publication du récit autobiographique, intitulé La guerre de 1914-1918 vue par un aumônier militaire, que l’abbé Liénart a rédigé, à partir de ses notes, documents et souvenirs, à une date qu’il nous a été impossible de retrouver, sans doute peu de temps après la guerre. Ce manuscrit est abondamment illustré : photos, cartes, croquis, etc. en particulier des cartes dessinées à la main avec beaucoup de minutie et de précision. Il y a aussi deux « carnets de sépultures », sur lesquels l’aumônier a noté au fur et à mesure les noms des soldats qu’il a inhumés, avec des schémas de sa main, parfois très minutieux et détaillés, pour localiser les tombes. Ces carnets comportent aussi de longues listes de disparus.

  • 2 Il sera mortellement blessé dans la Somme en septembre 1916. Achille Liénart a écrit sa biographie (...)

2Après avoir retracé le parcours de l’aumônier Liénart pendant cette guerre et les batailles auxquelles son régiment a participé, nous évoquerons, à partir de son expérience, quelques aspects de la vie d’un aumônier, sachant que le journal de Liénart a certes une signification individuelle qui donne à mieux connaître la personnalité du futur évêque de Lille, mais aussi une portée plus générale. Il concourt à dresser le portrait des aumôniers militaires, volontaires comme lui ou titulaires comme son ami l’abbé Philippe Thibaut (1885-1916) au contact duquel l’abbé Liénart disait avoir appris la manière d’exercer ce ministère2.

Aumônier volontaire

  • 3 « Souvenirs », écrit par le cardinal Liénart à une date non connue, publiés en annexe dans Le Card (...)

3Achille Liénart (1884-1973) n’a pas a priori la vocation d’un aumônier militaire. Entré dès l’âge de 17 ans au séminaire d’Issy-les-Moulineaux, il fait son service militaire en 1903-1904 au 43e RI, devançant l’appel pour profiter de la coupure entre ses études de philosophie et de théologie. Le service militaire dure alors 3 ans, mais les séminaristes, comme les autres étudiants, bénéficient d’une dispense réduisant à un an leur service actif, en application de la loi militaire de 1889 qui a mis « les curés sac au dos ». C’est comme simple soldat qu’Achille Liénart fait son service. Il s’en souvient comme d’une période rude mais formatrice3. Ordonné en 1907, il poursuit des études en Sorbonne au lieu d’entrer tout de suite dans le ministère. En fait, il s’agit pour lui d’échapper à une année de service militaire supplémentaire. La dispense qui permettait aux séminaristes de ne faire qu’un an de service comportait en contrepartie l’obligation d’occuper à 25 ans un poste rétribué par l’État – qui n’existe plus depuis la loi de 1905. Il faut donc regagner la caserne pour effectuer le complément de service. D’autre part la loi de mars 1905 avait ramené le service militaire de 3 à 2 ans pour tout le monde. Les séminaristes âgés de moins de 26 ans en 1905 et n’ayant accompli qu’un an sont rappelés sous les drapeaux. C’est le cas d’Achille Liénart qui parvient toutefois à y échapper, d’abord en s’inscrivant pour une année d’études supplémentaire, puis en étant réformé, en 1907, « pour hypertrophie cardiaque ». En août 1914, il sera toutefois déclaré « apte ».

4En 1910 il est nommé professeur d’Écriture sainte au séminaire diocésain de Cambrai (1910), tandis que se joue la création du diocèse de Lille (1913). Il est en vacances après sa quatrième année d’enseignement au séminaire quand éclate la guerre. Tous les séminaristes et le jeune clergé en âge d’être mobilisés doivent partir. L’abbé Liénart n’est plus mobilisable, mais il ne conçoit pas de laisser s’en aller ses confrères et les séminaristes sans partager leur sort. Il part donc, dès la déclaration de guerre. Comme lui, de nombreux prêtres ont alors décidé de suivre des régiments ou des ambulances en partance, sans autorisation légale, ni solde. On se débrouillera...

  • 4 Voir Xavier Boniface, L’aumônerie militaire française, 1914-1962, Paris, éd. du Cerf, 2001.
  • 5 Ibid. p. 66.

5Ce n’est cependant pas si simple. L’aumônerie militaire a depuis la loi de 1880 un fondement juridique, établi sur une laïcité soucieuse de neutralité confessionnelle mais aussi sur la volonté de donner à chacun la possibilité de pratiquer le culte de son choix4. La loi de Séparation de 1905 ne prévoit que la possibilité, et non l’obligation, de « dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons » (art. 2). Il s’agit simplement de faire respecter le principe de la liberté religieuse dans un milieu clos dont on ne peut sortir librement pour accomplir ses obligations religieuses. Non exclus de cette liste non exhaustive les établissements militaires ne sont pourtant pas cités. En 1910, un décret, réorganisant le service de santé des armées en distinguant les ambulances et hôpitaux de l’arrière et les groupes de brancardiers et postes de secours déployés à l’avant, ne prévoit d’affecter des ministres des différents cultes qu’à ces derniers. Enfin, le décret du 5 mai 1913 attache à chaque groupe de brancardiers de corps d’armée deux aumôniers catholiques, un protestant et un israélite, chaque groupe de brancardiers de division recevant, en outre, un ministre catholique. Ce taux d’encadrement reste dérisoire : le gouvernement veut bien permettre aux soldats de pratiquer leur religion – et le taux de pratique masculine est alors relativement faible – mais il ne cherche pas à organiser un apostolat. Conformément au rôle traditionnel de la religion, il s’agit d’apporter le réconfort aux blessés dans les unités de soin. Comme on n’envisage alors qu’une guerre courte avec peu de morts et blessés, quatre aumôniers pour les quelque 40 000 hommes que compte un corps d’armée devraient suffire. Les aumôniers titulaires sont nommés par le ministre de la Guerre sur présentation de leur évêque. Ils doivent être normalement dégagés des obligations militaires ou appartenir à un service auxiliaire. Ils ont, sans en avoir le grade, les mêmes prérogatives qu’un capitaine de 1re classe, « en deniers et en nature ». Ils ne peuvent normalement avoir plus de 60 ans et doivent être suffisamment valides pour faire campagne. Ceci aurait dû amener quelque 200 aumôniers catholiques titulaires dans les groupes de brancardiers. En fait ils ne sont que 63 au début d’août 1914, 84 à la fin du mois, une centaine à l’automne5. Le ratio théorique étant déjà faible, on comprend que la situation paraisse inacceptable tandis que l’on a besoin des prêtres non seulement dans les ambulances mais aussi auprès des combattants, souvent trop éloignés des ambulances où se tiennent les aumôniers et qui, d’ailleurs, n’obtiennent pas toujours du médecin-chef dont ils dépendent la permission de se déplacer vers les zones de combat. Face à ces carences, des réponses s’improvisent. Albert de Mun fait valoir auprès du président du conseil Viviani le réconfort moral que pourrait apporter au soldat la nomination d’aumôniers auxiliaires auprès des titulaires et propose, pour lever les obstacles financiers, que ceux-ci partent sans solde. C’est ainsi qu’une circulaire du 22 août autorise la nomination « d’aumôniers volontaires » auprès des groupes de brancardiers. Une souscription est lancée pour récolter des fonds. Le 12 novembre 1914 une indemnité journalière de 10 francs leur est accordée. C’est ce statut qu’obtient Achille Liénart, le 11 janvier 1915, après quelques mois de guerre, pendant lesquels il est sans solde, ni ration : des soldats partagent avec lui leur repas.

6Au fil du récit, on le voit alors exercer son ministère avec d’autres aumôniers, volontaires comme lui, titulaires comme l’abbé Thibaut, mais aussi très souvent avec des prêtres-soldats, dont la situation non réglementaire varie selon les unités. Si la loi de 1889 a déjà mis en cause le principe traditionnel interdisant aux clercs de porter les armes tout en maintenant une affectation dans le service de santé, plus conforme à leur vocation, à la suite de la loi de mars 1905, les prêtres ne sont plus affectés systématiquement dans ces services et peuvent se retrouver à porter les armes en dépit de leur spécificité sacerdotale. En 1914, environ la moitié de ces prêtres soldats (quelque 10 000 sur les 20 000 mobilisés) restent affectés dans les services de santé comme brancardiers ou infirmiers, les plus jeunes étant affectés dans les unités combattantes. Certains, à l’instar des aumôniers, sont autorisés à porter la soutane et peuvent exercer leur ministère de prêtre à temps plein. La plupart cumulent celui-ci avec la mission de soldat qui reste prioritaire et portent l’uniforme. Leur répartition dans les bataillons (quelque 800 hommes, la taille d’une paroisse rurale) reste inégale. C’est sans l’agrément de leurs chefs que certains participent à l’assistance spirituelle des combattants, au gré des circonstances et des fêtes religieuses. Ces prêtres bénévoles n’ont que leur solde de soldat, ce qui n’est pas sans poser des problèmes lorsqu’il s’agit de subvenir aux dépenses du culte, ou à celles de déplacements liées à leur ministère.

De toutes les grandes batailles avec la 51e DR et le 201e RI

7Achille Liénart est d’abord aumônier bénévole à l’ambulance 3/51. La 51e division de réserve participe, au mois d’août 1914 à la bataille et à la retraite de Belgique, aux combats d’arrêt de Guise et Vervins à la fin août puis, en renfort, aux trois derniers jours de la bataille de la Marne. Arrivée aux portes de Reims, le 15 septembre, elle y reste plusieurs semaines : période d’inaction pour l’ambulance pendant laquelle l’aumônier assure son ministère dans le cantonnement, mais aussi comme curé du village. L’ambulance est ensuite envoyée pour installer un hôpital de campagne à Rilly-la-Montagne, au sud de Reims, où A. Liénart passe tout l’hiver 1914-1915. C’est pendant cette période qu’il découvre la vie des hommes dans les tranchées. Mais devenu aumônier volontaire agréé (11 janvier 1915), il lui faut une affectation officielle et il est nommé, le 23 mars 1915, au groupe de brancardiers d’une division supplémentaire et provisoire du 3e corps d’armée, cantonné au nord-ouest de Reims, dans un secteur alors relativement tranquille, et confiné dans un ministère qui rend difficile le contact avec les soldats. Il s’ennuie et regrette le temps de l’ambulance. C’est alors qu’il apprend qu’un régiment originaire du Nord, le 201e RI, qui vient d’arriver dans la division provisoire, est sans prêtre. Il demande à y être affecté et obtient satisfaction. À partir du 10 juin 1915, il partage les risques, les souffrances et les gloires de cette unité combattante, régiment de réserve du 1er RI, le régiment de Cambrai.

8Celui-ci a déjà participé aux opérations militaires de Belgique, a fait son apprentissage de la guerre des tranchées dans la région de Berry-au-Bac, puis pris part dans des conditions dramatiques à une opération contre les positions allemandes du moulin de Souain au SE de Reims. En juin 1915, le régiment remplace le 84e RI appelé à Salonique et forme brigade avec son régiment d’active, le 1er RI. Constitué au départ de deux bataillons, les 5e et 6e (le 1er RI a les 1er, 2e et 3e bataillons) il se voit augmenter d’un troisième (le 4e bataillon), composé de jeunes recrues de la classe 1914, venues de la région de Roanne. Cette unité n’ayant pas de prêtre soldat, l’abbé Liénart s’y attache particulièrement.

9Ils passent alors plusieurs mois, jusqu’en février 1916, dans le secteur de Sapigneul, avec une alternance de périodes de combat et de repos, avant d’être envoyés à Verdun où le 201e arrive le 26 février 1916 et participe aux combats jusqu’au 7 avril. S’en suit une période de repos relatif dans le secteur du plateau de Paissy (Aisne) au cours de laquelle A. Liénart est blessé une première fois à la jambe. Le 24 juillet, un nouveau mouvement amène le régiment dans la région d’Amiens. Il va bientôt participer à la bataille de la Somme. L’abbé est blessé une seconde fois, le 23 août 1916, dans un poste de secours du côté de Maurepas (Somme). Cette blessure est un peu plus longue à cicatriser et le fait davantage souffrir. À son grand soulagement, il n’est toutefois pas hospitalisé.

10La bataille de la Somme coûte très cher au régiment qui quitte cette zone de combat le 30 septembre, avec l’espoir d’être envoyé dans le Nord et de s’y reposer. Mais il est renvoyé au front dans le secteur de Champagne : hiver morne et froid, avec des périodes relativement calmes mais aussi des bombardements intenses qui font encore de nombreux morts et blessés. Au printemps 1917, le régiment participe à l’assaut du Chemin des Dames. Les carnets de sépultures de l’abbé Liénart comportent de longues listes de morts et disparus en ces journées tragiques des 16 et 17 avril 1917. Sans doute le découragement atteint-il ces hommes. Mais Liénart note qu’en ce moment où celui-ci est si profond et où certains régiments connaissent des mouvements de révolte, le 201e, pourtant très éprouvé, retrouve après quelques jours de repos, en particulier au camp de Mailly, force et courage.

« Ainsi s’achève pour nous cette offensive dont nous avions conçu de si grands espoirs. Les efforts déployés ont été immenses, le courage des troupes admirable, mais les résultats sont décevants et les pertes cruelles. Faut-il s’étonner si à la suite de ces événements, le moral de l’armée française subit une crise aiguë et si, dans certaines divisions et certains régiments, s’élevèrent des murmures et se produisirent quelques révoltes ? Au 201e RI rien de semblable heureusement ne survint, mais cependant la confiance était blessée, le découragement profond, et l’on put craindre un moment qu’il fut impossible de se relever d’un pareil coup. Pétain sut à propos comprendre l’état d’âme de nos soldats, le traiter avec modération, donner aux nerfs le temps de se calmer ; grâce aux mesures qu’il prit dans ce sens, il rendit en peu de temps à ces hommes valeureux, mais éprouvés au-dessus de leurs forces, la confiance et la ténacité qui allait gagner la guerre. »

11Le 26 juin 1917, le 201e prend la direction du Nord avec, cette fois, le secret espoir d’être envoyé reprendre Lille. C’est à la bataille des Flandres qu’il participe, le long du canal de l’Yser, entre le 30 juillet et le 6 août 1917. Au lendemain de cette nouvelle bataille meurtrière pour le régiment, et après avoir déjà reçu plusieurs citations et décorations, l’abbé Liénart reçoit la croix de la Légion d’honneur des mains du général Pétain sur le terrain d’aviation de Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque.

12Les combats cependant se poursuivent, auxquels participe le 201e avant d’être envoyé, début décembre, dans un autre secteur : séjours de repos relatifs dans la Somme et l’Oise entrecoupés de longues marches dans le froid, avant de gagner l’Aisne à partir du 18 janvier 1918. Le régiment est à nouveau mis en alerte en mars et participe à la bataille de Noyon (mars 1918) et aux combats du secteur d’Ourscamp. Un bombardement à l’ypérite le 30 avril occasionne d’importantes pertes.

13Mis en réserve à Plessis-Brion (Oise), le 201e RI jouit de quelques jours de repos tandis que l’abbé Liénart en profite pour prendre une permission en famille. Mais de nouvelles heures tragiques se profilent et, au lendemain de la bataille de l’Aisne, le régiment est anéanti (28 mai-2 juin). Toutefois, l’attaque allemande partie, le 27 mai, du Chemin des Dames, se brise contre la résistance des alliés qui ont confié, en mars, le commandement unique au général Foch. Après plusieurs allées et venues, le régiment est ramené dans la région de Villers-Cotterêts et participe à la contre-offensive lancée le 18 juillet 1918 contre les armées allemandes, qui entament leur défaite. Sans doute y a-t-il encore pour le 201e, utilisé pour une opération de diversion, des heures douloureuses, mais les nouvelles du front sont bonnes et le repos du 26 juillet au 10 août bien gagné. La bataille finale se déroule sans lui tandis qu’il embarque le 28 août pour une « destination inconnue », en fait l’Alsace. Quelques semaines plus tard le régiment se remet en route se préparant à une nouvelle offensive, lorsque parvient la nouvelle de l’armistice. Entre temps, au cours d’une longue permission, l’abbé Liénart a pu, non sans émotion, se rendre à Lille, enfin libérée le 17 octobre d’une occupation particulièrement douloureuse qui l’a isolée pendant 4 ans.

14Il rejoint ensuite le 201e et c’est en triomphateur qu’en novembre 1918, le régiment pénètre en Lorraine dont il traverse des villes et villages pavoisés, puis il franchit le Rhin, le 13 décembre 1918, pour monter la garde dans la tête de pont de Mayence. La joie de la victoire et de la fin de la guerre est mêlée de nostalgie lorsque le 201e apprend sa dislocation. Le 12 mars 1919, l’abbé Liénart est démobilisé et cesse ses fonctions d’aumônier militaire.

L’aumônier militaire au fil des jours

Au plus proche des soldats

15Au fil des jours se dessine, à travers les pages de son journal, la vie de l’aumônier. On peut y saisir la densité des heures tragiques vécues dans les tranchées et lors des grandes opérations militaires et la très grande proximité d’Achille Liénart avec ces hommes dont il a la charge pastorale.

16Le journal évoque dans le détail les conditions de vie, logement, repas, et mêle la banalité de certaines journées aux récits les plus dramatiques, le tout dans un style assez uniforme qui ouvre presque toutes les journées par l’heure du lever et de la messe et les conclut par cette formule : « Salut, soupe, coucher, bonne nuit. » On s’ennuie à certains moments dans la lecture du journal quotidien, tant est important le nombre de journées où il ne se passe rien. A. Liénart est parfois logé chez l’habitant ou dans un presbytère, souvent dans de meilleures conditions que les hommes, mais aussi parfois comme eux, et au plus proche dans un gourbi aménagé dans les tranchées.

17L’aumônier, on l’a vu, suit le régiment dans ses déplacements, parfois avec les soldats, profitant d’autres fois d’une voiture... Lui-même se déplace énormément d’un lieu à l’autre pour accomplir sa mission, célébrer la messe là où les hommes sont cantonnés, faire des courses, se rendre vers l’arrière... Il est souvent seul dans ce cas, comme lorsqu’il va à Reims ou dans une autre ville proche du cantonnement pour des courses diverses (tabac, vêtements ecclésiastiques, hosties, vin de messe...). Ces déplacements, comme ceux qu’il fait d’un bataillon ou d’un cantonnement à l’autre, se font souvent à cheval. Il a une ordonnance qui s’en occupe, ainsi que de sa cantine... tout cela, toujours en soutane, raccourcie dans les zones de combat et les tranchées, par commodité.

« Ma paroisse militaire »

18Mais surtout, la vie de l’aumônier est celle d’un curé de paroisse, une paroisse itinérante qu’il appelle sa « paroisse militaire ». Le journal quotidien ne laisse pas de nous étonner avec sa succession de messes, communions, saluts, confessions, funérailles et messes de Requiem, etc., la mission principale de l’aumônier étant leur organisation (lieux, horaires, célébrants, information des soldats...) et leur célébration dans les conditions et les lieux les plus divers : dans des églises intactes à l’arrière, mais aussi surtout en plein air, dans des églises à moitié démolies, dans des caves de maisons ou encore dans une chapelle en tôle ondulée construite de toutes pièces au Bois des Grandes Places, en même temps qu’une salle de lecture... L’aumônier évoque longuement la construction de celle-ci lors d’un long temps de cantonnement dans l’Aisne (secteur de Sapigneul, juin 1915-février 1916). Il y a aussi la « chapelle Jeanne d’Arc », installée dans un gourbi dans les tranchées de Sapigneul, menacée par les tirs ennemis.

« Le secteur est très agité, j’ai depuis 6 h du matin entendu un très violent bombardement de ce côté. Je me hâte de rentrer et j’apprends en arrivant que nous avons encore subi des pertes ! Quatre soldats ont été écrasés dans leur gourbi. Plusieurs autres sont blessés.
Je vais voir tout est bouleversé. Plus de parapet ni de tranchées, ni d’abri. L’accident principal et meurtrier mentionné s’est passé à deux pas de mon gourbi. Le minen est tombé sur l’îlot de terre où sont creusés mon gourbi et ma chapelle, il a éclaté sur le sommet et a lancé toute sa charge dans le gourbi situé derrière. Chez moi rien n’est brisé. La secousse a seulement fait ébouler un peu la paroi droite de la chapelle. Paul Lemaire me donne un coup de main pour tout arranger, puis il porte la communion à A. Guermonprez. En somme moi qui étais si pressé de rentrer ici, si mécontent d’être allé à Cormicy où je n’étais pas utile je devrais au contraire reconnaître la protection visible de Dieu sur moi, car en somme si j’avais dit comme chaque jour ma messe de 6 h à ma petite chapelle je serai arrivé juste au moment où parait-il la torpille est tombée et j’aurais peut-être été blessé. Dieu m’a épargné et P. Lemaire a pu donner les secours religieux nécessaires. En somme je n’ai qu’à continuer à remplir au jour le jour les obligations qui se présentent. Dieu fait bien ce qu’il fait ! » (20 septembre 1915).

19Ajoutons que lorsque l’on est très près du front, les messes avec quelques soldats dans des lieux non identifiés ne posent pas de problème, mais au moment des fêtes religieuses, à Noël par exemple, les autorités militaires sont parfois réticentes face au danger que peuvent représenter des grands rassemblements de soldats à proximité du feu de l’ennemi. Le récit des circonstances dans lesquelles A. Liénart a été blessé une première fois à la cuisse, en 1916, après Verdun, pendant une période de repos relativement calme dans l’Aisne, donne une idée de la journée d’un aumônier au front en même temps que des risques encourus pour exercer son ministère :

« Jeudi 13 – J’apprends ce matin que Dumur de la 18e a été tué cette nuit et qu’il y a eu un autre blessé léger l’ordonnance du lieutenant de St Jean. On ne m’a pas averti mais heureusement M. Mahieux a pu administrer D. qui faisait partie du Rosaire. Je vais dire une prière près du corps. Puis vais dire ma messe aux Creutes.
Ensuite je vais porter la communion à la chapelle du Bois Foulon. Notre 80 de montagne tire depuis deux heures sans arrêt, l’artillerie allemande est muette. Quand j’arrive au treuil où travaillent une trentaine d’hommes deux 150 boches arrivent successivement sans éclater. Je commence à monter la pente, un 3e arrive, éclate sur le revers du ravin à 50 mètres au moins et bien que je me sois mis sur les genoux et les mains je reçois un choc à la cuisse. J’ai l’impression qu’une pierre m’a frappé, mais je vois un grand trou dans ma soutane. Impossible de bouger car voici un 4e obus qui éclate. Sitôt après voyant que je puis marcher je vais me réfugier dans la chambre du moteur. Je regarde les dégâts. Il y a une petite plaie qui saigne à peine et au caleçon trois petits trous. Ce ne sera sûrement pas grave. Je m’en retourne à Vassogne accompagné par un soldat du Génie et vais au poste de secours où le major ne voyant pas d’éclat me fait un pansement : plaie contuse, ce n’est rien du tout. Beaucoup de sympathie de la part des soldats. À 2 heures je peux faire l’enterrement du soldat Dumur, puis le major me fait la piqûre antitétanique en même temps qu’au lieutenant de St Jean blessé hier aussi légèrement.
Ensuite je reste assis chez moi et ne fais point le salut aux Creutes mais je le fais à Vassogne. Je passe une bonne nuit sans fièvre. »

Au secours des blessés et des mourants

20Attaché au service de santé l’aumônier est appelé auprès des blessés et accompagne les mourants auxquels il administre les derniers sacrements. Il y a quelques récits poignants comme celui de la mort d’un jeune parisien qu’il a accompagné pour sa première communion. Il aide infirmiers et brancardiers à relever des blessés, à assurer les premiers soins dans des conditions parfois très périlleuses. C’est dans ces circonstances qu’il est blessé pour la seconde fois le 23 août 1916 (Somme) :

« Mercredi 23 – Après ma messe dite au gourbi du capitaine Vallin je vais porter la communion aux tranchées : une dizaine. Puis après déjeuner je pars à Hardecourt pour l’inhumation de cinq hommes de la 19e, tués hier. En route le tir de barrage m’arrête deux fois. L’inhumation n’étant pas prête, je la laisse aux soins de Guermonprez et remonte au poste du ravin. Un peu avant d’y arriver je me heurte à un nouveau tir de barrage. J’en attends la fin dans un trou d’obus, puis je rentre sans encombre à destination. Réparation sommaire d’un grand accroc à ma soutane ! Il y a eu toute l’après-midi des obus autour du poste de secours et même dessus. On commence à aveugler la fenêtre avec des sacs à terre. L’artillerie allemande tire en barrage dès que la nôtre cesse, c’est le signe évident que l’ennemi s’attend à une attaque. Dîner chez le commandant. Retour au poste de secours. J’écris deux cartes lettres, j’en commence une 3e à Maurice quand un obus tombant sur la casquette de l’entrée nous couvre de poussière et de débris. Heureusement les poseurs de sacs à terre viennent de rentrer. Le tir continue, nous nous serrons tous, une dizaine environ derrière le boisage qui sépare la porte de la fenêtre. Quelques obus dans le voisinage immédiat, nous sommes bien dans la cible. Tout à coup sans aucun sifflement perçu nous voilà projetés les uns sur les autres, plongés dans la poussière et la fumée opaque qui me font croire un instant que nous sommes ensevelis. Mon casque a sauté de dessus ma tête. La table sur laquelle je m’appuyais s’est dérobée sous ma main, effondrée. Puis aussitôt des cris de quelqu’un qui est tombé devant moi à mes pieds. C’est l’infirmier Leclercq blessé aux épaules, au cou et à la tête. On entend un râle, est-ce de M. Roshem [médecin] dont l’ordonnance crie qu’il est tombé. Je trouve une allumette, M. Ferot trouve une bougie. Pour qu’elle ne soit pas vue du dehors je la tiens derrière un pilier. Celui qui râle est Masson effondré derrière moi sur un petit banc, je l’absous. A coté de lui étendu par terre M. Roshem frappé d’une large blessure à l’aisselle gauche a le bras à peu près détaché. Des camarades ont emmené Leclercq au poste de commandement. Jean Masclet charge sur son dos l’infirmier Masson dans le coma complet et le porte à une sape voisine. M. Ferot fait charger sur un brancard M. Roshem qu’emportent de la Chapelle le caporal Bébin, J. Masclet. Nous sortons les derniers M. Ferot et moi en éteignant la bougie et gagnons le poste du commandant. M. Roshem est mort tué sur le coup. M. Ferot va soigner Masson qui a dans la tête un éclat entré par l’œil. Il est sans doute perdu. M. Ferot a eu dans le muscle du cou sous la nuque un petit éclat qu’il a pu retirer lui-même avec ses doigts. Quand il revient d’avoir soigné Masson il me fait un pansement car un éclat m’a fait derrière l’oreille gauche sur la mastoïde une éraflure plus longue que profonde heureusement. L’éclat est peut-être resté, il semble qu’il y en ait un autre aussi sous le maxillaire. J’ai au milieu de la face latérale du coup un point très sensible. Impossible de tenir la tête autrement que dans la position verticale, alors je vais au gourbi des lieutenants Huet et Lécolier et j’y passe la nuit sans dormir assis sur un banc, la tête droite. »

21Le 24 août 1916, le lendemain de sa blessure au cou et tandis que le régiment va être engagé le lendemain matin dans une nouvelle attaque (secteur de Maurepas), il évoque l’un de ces moments très denses qui précèdent un engagement :

« Je passe la matinée dans le chemin creux à confesser tous ceux qui le veulent et à donner des communions. Quand j’ai fini, mes soldats me confient leurs lettres, pour beaucoup, peut-être la dernière. Ils l’ont écrite comme ils ont pu, au crayon, sur leurs genoux, avant le combat, ils y ont mis toutes leurs affections et ils tiennent à ce qu’elle parte. J’en rapporte bien 300 au poste de secours d’Hardecourt. J’ai bien fait de rester et de promener au milieu de mes chers soldats, ma tête emmitouflée sous mon casque ! »

22Un autre récit, dans lequel il s’est illustré, nous montre également la place de l’aumônier en lien avec les médecins, infirmiers, brancardiers, officiers dans des circonstances particulièrement dangereuses. Cela se passe le 28 mai 1918, au lendemain de la bataille de l’Aisne (28 mai-2 juin), alors que le régiment est anéanti A. Liénart retrace ce moment héroïque.

« Dès le matin du 28 mai, nous fûmes appelés à porter secours à une division durement éprouvée qui tenait encore les hauteurs au nord de l’Aisne [...]. Nous traversons le pont de l’Aisne, et nous allons installer le poste de secours régimentaire à Ste Marguerite, dans une maison abandonnée [...]. Tout autour de nous le combat fait rage. Notre artillerie installée dans la plaine tire en barrage à toute volée par-dessus nos têtes. Les blessés affluent, les nouvelles sont mauvaises...
L’ennemi s’approche. Il nous reste deux blessés graves du 50e chasseurs, que j’ai administrés, et que nous ne pouvons pas évacuer. Dois-je rester pour eux, et être fait prisonnier ? Dois-je les abandonner ? Cruelle incertitude ! J’hésite encore quand le docteur Pouget donne l’ordre de la retraite. Il me semble que si je reste je déserte. Alors j’attache à la porte de la maison, un fanion de la Croix-Rouge, pour attirer l’attention des Allemands qui vont arriver sur mes malheureux abandonnés ; je charge sur mon dos ma sacoche qui contient mon autel, ma musette, et mon rouleau de couvertures en sautoir, je rejoins le major. Nous traversons Ste Marguerite, puis Bucy-le-Long. Mais quand nous arrivons là, les balles de mitrailleuses claquent de tous les côtés. Les Allemands, ayant brisé toute résistance, occupent déjà les bords des plateaux, tandis que nos soldats sont rejetés sur les pentes et dans le village. Il n’y a plus qu’une ressource : repasser l’Aisne au plus tôt [...]. Mais comment traverser l’Aisne ? La Providence se charge de nous en fournir le moyen. Sur l’autre rive nous apercevons un bac attaché. Un soldat se déshabille, passe à la nage, et ramène la lourde embarcation. Elle est munie d’une corde assez longue, pour qu’en la tenant ici par un bout, on puisse après chaque traversée, ramener la barque jusqu’à nous. Un premier chargement se fait en bon ordre, le bac actionné par deux grosses rames, passe sans encombre, et nous le ramenons à nous. Mais voici que deux obus allemands viennent éclater sur nos têtes. Alors c’est la ruée. Tout le monde veut embarquer. Le commandant Tassel manque d’être jeté à l’eau. Le bac surchargé, s’éloigne de la rive, mais personne à bord ne sait ramer ; au lieu de gagner la rive opposée, l’embarcation prise dans le courant reste au milieu de l’eau, au bout de la corde que nous tenons. Le commandant Tassel se décide alors à essayer de gagner Soissons par la rive et emmène avec lui la plus grande partie de ceux qui attendent. Je reste, car il vient de m’arriver deux blessés du 201e dont un de mes brancardiers qui a une balle dans l’épaule. Alors d’autorité, je ramène à la rive la barque et ses occupants, je les invite à partir à pied avec le commandant, puisqu’ils ne sont pas capables de ramer ; ils m’obéissent et me cèdent la barque pour mes blessés. Ceux-ci montent avec moi et avec les infirmiers qui m’accompagnent. Un sergent du 230e et moi, nous manions comme nous pouvons les lourdes rames et nous passons. Sur l’autre rive, les téléphonistes attendent, ils me hèlent avec la barque, je prends tous ceux qui restaient, et nous voilà partis. À peine sommes-nous au milieu du courant, qu’apparaissent derrière nous, quelques soldats français qui nous font des signes désespérés. L’ennemi est sur leurs talons. Nous ramons de toutes nos forces, débarquons en vitesse. D’un coup de pied, je lance la barque dans le courant pour qu’elle ne puisse servir aux poursuivants, et nous filons. Les Allemands s’emparent des malheureux retardataires que nous avions vu apparaître au dernier moment, et ne pouvant nous rejoindre, nous tirent à coups de fusil. Heureusement ils tirent mal et nous leur échappons. Je rejoins mes deux blessés. Les infirmiers les soutiennent jusqu’à la grand-route de Soissons que nous atteignons enfin, exténués. Un convoi d’artillerie lourde passe sur la route allant vers l’arrière, j’obtiens pour les blessés, un peu de place dans un camion qui se charge de les déposer dans un hôpital... »

Sépultures

23La tâche de l’aumônier est aussi de ramasser les corps des soldats tués sur le champ de bataille et de leur assurer une sépulture, avec le souci d’identifier les morts et de repérer le lieu de leur sépulture, qu’il note, avec des croquis dans ses « carnets de sépultures ». Des croix sont dressées sur celles-ci. Parfois c’est impossible. Parfois, avec des volontaires, il retourne la nuit et effectue cette tâche à proximité de la ligne de front, sans être à l’abri du tir ennemi. Quand les circonstances le permettent il revient sur place quelques heures ou jours plus tard, ou même plusieurs mois après lorsque le 201e revient sur un lieu où il a déjà été engagé (Chemin des Dames, 1917 et 1918). Achille Liénart reviendra également, en ces lieux, après la guerre et ajoutera quelques annotations sur ses carnets.

« Surtout, j’entreprends l’exploration du fameux ravin “sans nom”, dans lequel tant des nôtres sont tombés lors de l’attaque du 16 avril 1917. Nous avions pu avant de partir, rassembler dans des trous d’obus les corps de nos camarades, et mettre leurs noms dans des bouteilles, mais nous n’avions pas eu le temps, ni de combler les trous, ni de mettre des croix. J’avais du moins le plan de ces sépultures incomplètes. Hélas ! depuis un an, personne ne s’était donné la peine d’achever le funèbre devoir ! Nous l’entreprenons méthodiquement, et nous réussissons en y retournant quatre fois, à ensevelir nos camarades, à placer des croix sur les tombes, et même à retrouver un certain nombre de corps que nous n’avions pas découverts l’année dernière. Nous faisons ensuite la même besogne dans nos lignes actuelles où beaucoup de morts de la 2e division sont encore sans sépulture, et nous dressons pour toute cette zone, un plan topographique de toutes les tombes isolées que nous avons faites ou retrouvées. »

24Après certains combats très meurtriers le régiment est littéralement décimé : impossible de retrouver, identifier et inhumer les morts ; de longues listes de disparus sont alors consignées dans le carnet de sépultures. Six pages (trois colonnes de noms par page) pour une seule journée (25 mars à Noyon), dix pages pour les disparus du 28 mai au 3 juin dans le secteur de Soissons.

Patriotisme

25Le journal d’Achille Liénart reste très pudique quant aux rencontres personnelles, échanges, conversations, confessions bien sûr, mais aussi quant aux difficultés relationnelles qui ne peuvent pas ne pas émailler la vie de ces hommes obligés à la promiscuité dans les conditions les plus difficiles, confrontés à la souffrance et à la mort. Peu de sentiments de révolte contre la guerre elle-même sont exprimés par un homme dont le patriotisme ne peut être mis en doute et qui seulement s’interroge face à la fatigue des soldats et à la mort qui fauche tant de jeunes dont il admire la force et le courage. Peu de critiques affleurent dans les propos de l’abbé Liénart si ce n’est pour regretter parfois des décisions politiques ou hiérarchiques : interdiction de la messe de Noël ou de la consécration au Sacré Cœur... Des questions quand même parfois lorsqu’une opération lui semble vaine et risque de coûter cher en vies humaines. Il commente ainsi le plan du service de santé avant l’assaut du Chemin des Dames en avril 1917, qui sera particulièrement meurtrier pour le 201e :

« Dans la journée du dimanche 15, nous recevons les ordres pour l’attaque. Le jour J, c’est demain 16 avril, l’heure H, c’est 6 heures du matin. Le 201e, flanqué à sa gauche par le 43e sur le plateau de Vauclerc, et à droite par le 1er RI, en face de Craonne, doit partir avec ses deux bataillons accolés, descendre dans le ravin circulaire qui le sépare de la position allemande de première ligne, et gravir d’un seul élan, la falaise sur laquelle elle est établie. C’est une distance de 600 mètres à franchir et, depuis le fond du ravin, une hauteur de près de 100 mètres à escalader sous le feu. Les médecins et les infirmiers des bataillons doivent suivre le mouvement en avant, de manière à établir leurs postes de secours le plus près possible des combattants. Un horaire détaillé fixe d’avance les étapes de la conquête. À 7 heures (H + 1) le Chemin des Dames doit être pris. À 9 heures (H + 3) l’Ailette doit être franchie. Alors le 4e bataillon, jusqu’ici tenu en réserve derrière les deux autres, doit les dépasser et enlever la deuxième position. À 13 heures (H + 7) les trois bataillons réunis doivent attaquer et dépasser Sainte-Croix de telle façon qu’au début de l’après-midi nous ayons enlevé toutes les positions ennemies. C’est alors que l’armée d’exploitation, qui aura dû nous suivre en ordre, à quelque distance, entrera en action à son tour, et notre rôle sera terminé. Le service de santé a établi selon ce plan, sur la carte, les endroits où se transporteront immédiatement le médecin-chef et le poste de secours central du régiment, et les cheminements qu’il faudra suivre pour l’évacuation des blessés. J’emporte précieusement dans ma cartouchière « à pansements » cet ordre détaillé afin de n’être pas pris au dépourvu. Mais vraiment, c’est trop méthodique et trop beau et, malgré mon optimisme, je ne puis arriver à me convaincre que les choses vont se dérouler ainsi. Il faut faire acte de foi ! »

26Le 201e RI semble un peu idéalisé tout au long du journal. Mais les liens qui se sont alors créés et ont été maintenus, jusqu’à ce la mort les sépare, entre les anciens de ce régiment témoignent de la profondeur de ce qu’ils ont vécu ensemble. A. Liénart n’est apparemment pas ou peu lui-même l’objet de manifestations anticléricales. Il est en général aimé et admiré et il évoque des manifestations de sympathie à son endroit venant tant de la hiérarchie que de « ses hommes », lorsqu’il est blessé ou qu’il est l’objet d’une reconnaissance officielle. Son courage lui vaut plusieurs citations et décorations durant la guerre, comme celle-ci à Verdun :

« Aumônier volontaire au 201e Régiment d’infanterie, Au front depuis 1914 comme aumônier volontaire, au 201e, depuis le mois de juin 1915, exerce son ministère avec un dévouement à toute épreuve. Toujours en première ligne quand les circonstances sont les plus difficiles. S’est particulièrement distingué pendant plusieurs jours de combat et spécialement à l’attaque du 9 mars, relevant et soignant les blessés, enterrant les morts, sans souci du danger et de la fatigue. »

Une expérience indélébile

27« Vision d’horreur » mais aussi « vision sublime de Verdun » dira le cardinal Liénart, le 7 août 1932, à l’inauguration de l’ossuaire de Douaumont... « Vision sublime », précise-t-il, en raison de la victoire de l’homme, de son courage, de son cœur qui permet à la France d’être fière de sa victoire. Ce discours est mal reçu dans certains milieux pacifistes, mais il exprime à travers le paradoxe de l’horreur et du sublime, la victoire de la vie sur toutes les forces de mort, la foi en la vie qui transcende tous les sacrifices. On peut y voir l’un des ressorts essentiels de son action future.

28Démobilisé en 1919, l’abbé Liénart redevient professeur au séminaire désormais installé à Lille avant d’être nommé pour deux ans seulement curé-doyen de Saint-Christophe à Tourcoing (1926), puis évêque de Lille en octobre 1928 – ministère qu’il exercera pendant 40 ans. Ses carnets dressent le portrait d’un homme de foi qui toujours remet sa vie entre les mains de la Providence, et d’un pasteur, égal à lui-même, sur les champs de batailles ou à la tête de son diocèse, fonçant au mépris du danger ou des obstacles, soucieux d’annoncer l’Évangile aux hommes de son temps, les invitant à méditer la Parole de Dieu, à recevoir les sacrements et particulièrement l’eucharistie qu’il a célébrée presque tous les jours pendant la guerre. Nous pouvons aussi retenir quelques traits de sa personnalité et de son action qui ont été particulièrement marqués par cette expérience de la guerre et qui se retrouvent également chez d’autres évêques français de cette génération. La dimension affective qui caractérise la mentalité de l’ancien combattant est très forte chez Achille Liénart et elle alimentera son pétainisme en 1940. La guerre lui a donné l’occasion de rencontrer en profondeur et d’apprécier des soldats, officiers ou aumôniers d’autres confessions, protestants et juifs en particulier. On connaît son implication en faveur de l’œcuménisme et des amitiés judéo-chrétiennes ou du dialogue avec les musulmans jusqu’au concile Vatican II. Surtout, il est habité par le souci de la paix entre les hommes, à tous les niveaux, souci né de l’horreur de la guerre mais aussi du contact direct, fraternel avec les soldats et qui a donné corps à une formation sociale restée très théorique jusque là ; il dit lui-même que c’est la guerre qui, par la découverte des hommes de tous milieux, races et religions, a été le creuset où se sont forgées sa pensée et son action. Celles-ci ont été particulièrement remarquées, dans le domaine social, tout au long de son épiscopat.

Notes

1 Journal de guerre 1914-1918. Abbé Achille Liénart, aumônier du 201e RI. Récit illustré, annoté et présenté par Catherine Masson, Villeneuve d’Ascq, Presse universitaires du Septentrion, 2008.

2 Il sera mortellement blessé dans la Somme en septembre 1916. Achille Liénart a écrit sa biographie, L’âme d’un régiment, l’abbé Thibaut, aumônier du 1er RI, Cambrai, Éd. Oscar Masson, 1922.

3 « Souvenirs », écrit par le cardinal Liénart à une date non connue, publiés en annexe dans Le Cardinal Liénart, évêque de Lille, par Catherine Masson, Paris, éditions du Cerf, 2001.

4 Voir Xavier Boniface, L’aumônerie militaire française, 1914-1962, Paris, éd. du Cerf, 2001.

5 Ibid. p. 66.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search