Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Première partie. Christianisme du temps de guerre

Prêtres normands dans la Grande Guerre

Dominique-Marie Dauzet

Texto completo

  • 1 Brigitte Lamy, Le clergé du diocèse de Bayeux et Lisieux dans la Première Guerre mondiale, univers (...)

1En proposant le sujet « Prêtres normands dans la Grande Guerre », nulle prétention de faire une étude exhaustive, ni pour la Normandie, ni même pour le Calvados. C’est un sujet très vaste qui a été débroussaillé par un bon mémoire de maîtrise de Brigitte Lamy en 19921 et qui mériterait d’autres développements. Beaucoup plus modestement, ce qu’on voudrait faire ici, c’est un exercice très simple, presque technique : exposer ce que les archives diocésaines de Bayeux peuvent mettre à la disposition d’un chercheur qui voudrait travailler ce sujet. Je vais décrire mes richesses et donner quelques exemples concrets. J’accomplis l’exercice de cette façon également pour nous rappeler (et me rappeler à moi-même) que l’archiviste diocésain ne fait pas lui-même la recherche, mais l’accueil des chercheurs est la justification et la récompense de tout son travail. Peut-être cet exercice est-il aussi un peu pour dire, cum grano salis, qu’on voit paraître tant d’ouvrages d’histoire générale, régionale ou locale, mais si peu de chercheurs dans nos fonds d’archives, qu’on se demande parfois à quelles sources tous ces travaux se sont abreuvés.

  • 2 Voir La Grande Guerre, 1914-1918, Les cahiers des Archives départementales du Calvados, no 2, mars (...)

2Naturellement, le Calvados, qui a vu le débarquement de 1944 sur ses côtes, se prête volontiers – y compris à l’université de Caen – aux études relatives à la Seconde Guerre mondiale. Mais comme tous les départements éloignés du front, le Calvados a participé tout de même sérieusement au premier conflit mondial, de trois manières attendues. Par la mobilisation (et la perte) des hommes, par les réquisitions agricoles et industrielles, et par les privations de toutes sortes endurées par la population. Mais spécifiquement, ce département a été affecté par l’arrivée massive des réfugiés du Nord, par une très forte contribution à l’effort de guerre et enfin, le long des côtes, par des pertes humaines et matérielles, à cause des sous-marins allemands qui coulaient les bateaux de pêche2.

3Pour ce qui est du clergé du Calvados – ou diocèse de Bayeux et Lisieux (ainsi nommé depuis le Concordat) –, comment savoir ce qui s’est vécu, et de quelle manière la guerre a affecté la vie quotidienne des prêtres et le fonctionnement de l’institution ecclésiale ? Je distinguerai – sans originalité – les sources inédites et la production officielle diocésaine, publique, imprimée.

Le fonds « Lettres de Prêtres et séminaristes dans la Grande Guerre »

  • 3 Thomas Lemonnier (1853-1927) succède à Mgr Amette sur le siège de Bayeux en 1906.

4Les archives diocésaines possèdent, dans la série 2D (qui concerne le personnel ecclésiastique), un lot de dix cartons rouges 22x28 cm contenant, par rangement alphabétique, les courriers adressés par les quelque 189 prêtres du diocèse mobilisés à l’évêque de Bayeux, Mgr Thomas Lemonnier3. Si on ajoute à ce fond épistolaire les lettres des séminaristes à leur supérieur – le diocèse a 75 séminaristes mobilisés –, cela donne un total de 1650 lettres pour la période 1914-1919. Certes, tous les ecclésiastiques mobilisés n’écrivent pas – nous avons seulement 264 correspondants sur les 396 mobilisés, c’est-à-dire les ¾. Mais c’est évidemment plus qu’un échantillon significatif : 75 % d’épistoliers sur le total du clergé mobilisé, c’est un reflet extraordinaire de ce qui s’est vécu sous les drapeaux.

5Je n’ai pas d’éléments de comparaison avec les autres diocèses, et je ne sais pas si ailleurs les évêques réclament de leurs prêtres mobilisés une correspondance régulière. Je m’avance donc très prudemment, mais je pense que Bayeux est en première ligne de ce type de documentation, parce que l’évêque d’alors, Thomas Lemonnier, est un modèle du genre pour ce qu’on appellerait aujourd’hui le « suivi du personnel » ou la gestion des « ressources humaines ». Mgr Lemonnier était un Normand prudent, carré, organisé, un scientifique, en même temps qu’un homme très simple, fils de patron pêcheur d’Étretat. C’est donc un administrateur qui aime les retours – nos fonds en conservent plusieurs preuves au long de son épiscopat (1906-1927). Lorsqu’il prend une décision, il est curieux de savoir comment il a été obéi sur le terrain. Ceci sans doute moins par souci de son autorité que par un réel intérêt pour les personnes concernées et pour l’Église. Je pense par exemple à l’affaire des presbytères après la séparation, en 1906-1907 : il a donné des consignes et il a voulu savoir à quelles conditions les communes faisaient aux prêtres, pour leur logement, les baux de presbytères. Et cela donne, aux archives diocésaines, un intéressant fond de 300 lettres de prêtres qui racontent le climat politique dans leur commune. Ce genre d’évêques est pain bénit pour les archivistes.

6Mgr Lemonnier a donc réclamé des nouvelles à ses prêtres mobilisés. Il faut bien dire que certains n’étaient pas très habitués à écrire à leur évêque, nous avons des lettres un peu cérémonieuses au début, et puis, au fur et à mesure qu’avance la guerre, vers 1916, 1917, le ton change, les prêtres ont de quoi raconter, et la nostalgie du pays aidant aussi peut-être, les lettres se font plus disertes et parfois même assez libres. Voici deux exemples de ces extraordinaires correspondances qui mériteraient sûrement une publication.

L’abbé Marius Julienne, mécanicien d’aviation

7L’abbé Julienne, né en 1889 à Livarot, ordonné prêtre le 29 juin 1913, se voit nommé à 24 ans professeur au petit séminaire de Caen. Au bout d’une année scolaire, c’est la guerre ! Mobilisé, il devient mécanicien aviation dans l’escadrille V. 109. Il participe à l’offensive des Flandres de 1917, au cours de laquelle cette escadrille d’élite lâche plus de 40 tonnes de projectiles sur l’arrière front ennemi. Voici ce qu’il écrit à Mgr Lemonnier, le 30 octobre 1917 :

« C’est au lendemain d’un accident dont je faillis être victime que je viens une fois encore vous intéresser à ma pauvre personne. Mécanicien dans l’aviation n’implique pas nécessairement l’honneur de partager les risques du pilote. Toutefois, il est des cas où le mécanicien doit monter lui aussi, soit pour envoyer un appareil, soit pour essayer un moteur. C’est pour cette dernière raison qu’hier je pris place à bord du 2130. Le départ se fit normalement. Nous étions à 300 m d’altitude, lorsque tout à coup le moteur nous manqua. Il s’agissait dès lors d’atterrir en vol plané, malgré la violence du vent et [de] multiples obstacles. Je vis le danger, je pressentis la catastrophe et je confiai à sœur Thérèse le sort de nos trois vies : pilote, observateur, mécanicien. Le choc fut terrible, et c’est d’un amas de débris que nous sortîmes l’un après l’autre, sans la moindre égratignure, à la grande surprise des officiers et soldats qui accouraient à notre secours : seul le pilote a une petite foulure au pied, mais qui ne l’oblige pas à garder le lit.
C’est donc grâce à Sœur Thérèse que j’ai la joie de vous mettre moi-même aujourd’hui au courant de cet accident. C’est pour rendre service à un camarade que j’avais pris place à bord de son appareil, et je ne le regrette pas. D’ailleurs, j’aime beaucoup voyager en avion : c’est plein de poésie religieuse : l’âme peut contempler à l’aise, à 1 500 mètres d’altitude par exemple, la magnificence des œuvres du Créateur. La terre est belle, quand on n’y voit plus le péché, quand on n’y entend plus le blasphème. En vérité, Monseigneur, j’aime la liberté de l’espace et l’ascension vers les cieux. Puis-je solliciter de Votre Grandeur l’autorisation de monter en avion quand l’occasion se présente, et sans avoir à poser l’hypothèse de votre volonté contraire ? Les accidents sont très rares, et je ne cours pas après. »

8Je voudrais faire trois remarques. D’abord ces lettres de prêtres, tout intéressantes et vivantes qu’elles soient, ont un caractère non pas puéril, mais un peu scolaire. Ces clercs écrivent souvent très bien, mais un peu comme des dissertations françaises, comme des exercices de style. On sent d’ailleurs la différence entre les lettres de tout jeunes prêtres (comme celle citée ci-dessus) et d’autres émanant de clercs plus âgés.

  • 4 L’affection des soldats de la Grande Guerre pour sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus est bien connue. V (...)

9Deuxième remarque : ces jeunes prêtres sont curieusement passionnés par leur expérience de guerre, ils souffrent et le disent, mais ils ont aussi – on ne peut pas dire un grand plaisir – au moins un grand contentement de cette expérience humaine des tranchées, de la vie partagée avec des hommes. L’on sent que cette guerre est une extraordinaire école d’apprentissage humain. Ce jeune Marius Julienne entend prouver à ses camarades que les prêtres ne sont pas des couards en prenant la place d’autres mécanos sur des appareils peu sûrs. Mais il reste en même temps un prêtre rêveur : il contemple la terre de haut, et il médite. Il médite notamment sur la protection céleste de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus, native de son diocèse4.

10Enfin, ces jeunes prêtres sont habitués depuis le séminaire à une stricte obéissance ecclésiastique : le promitto de l’ordination est pour eux quelque chose de très sérieux et il refait surface non pas dans la conduite ordinaire de la guerre – ils savent à qui obéir, au chef d’escadrille ou au capitaine de compagnie – mais dès qu’il se pose des choix personnels possibles (par exemple se porter volontaire pour une mission quelconque). Ils ont alors à nouveau besoin de recourir à l’autorité épiscopale : on peut mettre volontairement sa vie en danger quand elle vous appartient, mais quand elle appartient à l’Église ? Ceci explique une formule plutôt extraordinaire de la part d’un mécanicien aviateur de la Grande Guerre : « Puis-je solliciter de Votre Grandeur, l’autorisation de monter en avion ? »

L’abbé Désiré Lemarignier et le nouveau modèle de gaz

11L’abbé Lemarignier sera notre deuxième témoin. C’est un prêtre natif de Saint-Aubin d’Arquenay en 1883. Il a été ordonné, à l’âge de 27 ans, en 1910, et il est vicaire à Notre-Dame des Victoires de Trouville depuis 1911. Il part en août 1914 pour le front, où il est incorporé à la 18e compagnie du 236e d’infanterie. Il fait une guerre courageuse et reçoit la croix de guerre en juillet 1917. Après la guerre, il reviendra à Trouville puis sera curé de Saint-Manvieu en 1924, mais il meurt dix ans plus tard en 1935 : il n’a que 51 ans. On peut supposer que les gaz – dont il va être question ci-après – ne sont pas étrangers à cette mort bien jeune encore.

« 25 septembre 1917, 7 h 30 du soir,

Monseigneur,

  • 5 L’abbé Lemarignier est vicaire de Trouville depuis 1911.

Voilà quelque 6 semaines que j’ai écrit à Votre Grandeur en une étape vers ce fameux Chemin des Dames. La rédaction était un peu rapide, la signature surtout et l’adresse insuffisantes, pour quoi sans doute vous n’avez pu répondre. Pardonnez-moi, Monseigneur, cette involontaire négligence.
Depuis 5 jours nous revoici au repos, oh très loin du front, à 60 kilomètres en plein terrain de la bataille de la Marne. Le terrain, je le connaissais déjà depuis la retraite française et la déroute boche qui suivit [...]. C’est l’ultra-campagne, des sentiers caillouteux parmi les vallonnements, quelques fermes mi-désertes, pas d’épiceries, pas de bistrots... Le calme plat qui plaît aux fils des champs tels que moi, égarés parmi le tohu bohu des cités bains-de-mer5.
Le séjour ici sera trop court, 3 semaines au plus. Et déjà des renforts vont arriver pour combler les vides et faire du surnombre, terrible présage ! Oui, nous en avons, des pertes, là-haut !
Cette carotide tranchée d’un jeune de « chez moi » (c’est-à-dire de mon escouade) et que j’allais relever, un sac à terre à la main pour éviter le sang, et ce glou-glou de l’air dans l’artère, tandis que les jambes broyées rampaient à terre !
Ah, Monseigneur, pourquoi l’orgueil des deux camps ne veut-il point entendre l’appel humain du Saint-Père ? Comme je l’écrivais tout à l’heure à M. le supérieur du Grand Séminaire, je nous crois présentement victimes d’un complot de la secte contre les trônes et l’ordre [...].
Détail pastoral pour distraire de tout ceci. Dimanche dernier, nous avons eu une modeste messe dans notre désert. Une salle de ferme comme chapelle, une alcôve d’ancien temps comme sanctuaire, une table trop basse comme autel, quelques serviettes pour voiler l’austérité des murs, un bouquet de fleurs champêtres en un verre comme décor, et comme chandeliers, devinez, Mgr : 2 belles pommes vermeilles entaillées, du cœur desquelles émergeaient les cires liturgiques. O simplicité bien proche, je le crois, du cénacle. Et j’oubliais de mentionner que le vin était rouge et naturel. Comme l’esprit devient facilement religieux, en cette solitude et simplicité, et si toute la France s’y pouvait retremper...
PS. Oh, Mgr, ces détestables P. S. je ne devrais pas m’en permettre avec Votre Grandeur. Déjà ma lettre était déposée dans la boite de la compagnie, puis j’ai repensé à certains détails qui pourraient intéresser le professeur ès sciences mathématiques et naturelles que fut Votre Grandeur. J’y avais pensé, puis oublié. Il s’agit des gaz asphyxiants. Nous en avons eu à satiété durant le mois dernier. Ils sont nouveau modèle. 1) dans le mode d’émission. Au lieu de venir de réservoirs ou de gros tubes et d’être émis en 1re tranchée sous forme de nuage, ce sont des obus spéciaux, lancés à foison, qui produisent au loin la nappe gazeuse, grâce à un liquide ad hoc qu’ils contiennent.
2) dans le mode d’action. Naguère on était occis en quelques secondes. Maintenant, on ne sent rien sur le coup ; l’effet ne se fait sentir que 5 ou 6 heures après l’inhalation, et surtout 12. Les nouveaux gaz, étant sulfuriques, rongent les yeux, la gorge, les poumons. Qu’on s’assoie là où ils ont séjourné, les oreilles les parties, tout se ronge. C’est affreux.
L’autre jour, on pouvait voir des grappes de nos camarades la main à une corde comme en montagne, guidés par un infirmier : ils étaient momentanément aveugles, d’autres le sont pour toujours. Deux autres sont en voie de phtisie. Et nous ne sommes pas de reste. C’est avec des 17 [ ?] que les boches nous gazifient. Nous répondons avec les nouveaux 155. De part et d’autre sifflement spécial, caractéristique. Ah, Monseigneur, si à l’arrière on connaissait les quotidiennes et croissantes horreurs de cette guerre. »

12Comme dans la lettre précédente, il est clair que ce prêtre a, vis-à-vis de son évêque, avec tout le respect nécessaire, une certaine familiarité (ou du moins une certaine chaleur). Ces prêtres écrivent manifestement en confiance à leur évêque, parce qu’ils se savent aimés et respectés : Mgr Lemonnier était un prélat plein d’humanité. L’allusion à son passé d’enseignant en science montre que le jeune prêtre veut lui faire plaisir, l’intéresser, le distraire peut-être. À moins évidemment qu’il y ait un peu d’humour froid et noir, à expédier au scientifique des descriptions d’expériences qui ne sont guère de laboratoire.

13Pour terminer avec ce premier dossier, signalons que pour la période de 1918-1919, de l’extrême fin de la guerre et du retour des prêtres dans leur presbytère, les lettres sont extrêmement intéressantes. Notamment à cause des dispositions prises par le Saint-Siège après l’armistice, qui impose à tous les prêtres de faire une retraite spirituelle (pour refaire leurs forces, ou pour purifier leur esprit des miasmes des tranchées ?) et aussi de produire à leur évêque, en rentrant dans leur diocèse, des lettres testimoniales, c’est-à-dire une attestation de bonne conduite sacerdotale au front. La requête est jugée désagréable par un certain nombre de prêtres. On mesure aussi qu’après quatre années de guerre, d’ambulances de front sanglant et boueux, les jeunes prêtres ont mûri et ce genre de dispositions venues d’une hiérarchie tranquille – il n’y avait pas de tranchées à Rome – les agace. Ne retenons qu’un témoignage.

14L’abbé Louis Noël, curé de Manerbe – petit village du pays d’Auge – qui fait une guerre magnifique, infirmier dans un hôpital de 2500 lits à Mesgrigny dans l’Aube, puis comme aumônier dans l’artillerie d’assaut. Il sert dans les tanks, très fier, et il est couvert de citations. L’abbé Noël écrit donc à l’évêque en janvier 1919 qu’il va être libéré le mois suivant, et il postule pour l’œuvre diocésaine des projections. Pendant le conflit, il a passé des films fixes à ses poilus ; c’est un homme moderne, fasciné par le cinéma, mais qui ajoute :

« Monseigneur, je ne pose ma candidature que s’il n’y en a pas d’autres, car j’aimerais autant rester calme et tranquille dans le silence de mon petit trou. Pourtant si vous avez besoin de moi, je suis là. Par la même occasion, je dois vous dire, Monseigneur, que je ne sais pas à qui demander le certificat de bonnes mœurs réclamé par le pape à notre retour des armées. Je n’ai jamais rencontré d’aumônier qui ait eu le loisir de s’occuper de moi. Dans l’ambulance où j’ai vécu, j’ai toujours été choisi par mes confrères, parce que le plus bavard, comme directeur-curé de la communauté et de la paroisse où nous nous trouvions. Dans les tanks, l’aumônier, c’est moi. Je ne vois pas comment m’en tirer, à moins de m’adresser à moi-même, sur papier signé par moi, de religieuses félicitations. »

15L’abbé Noël ne manque pas d’humour, mais c’est un petit peu grinçant tout de même.

L’or de la défense nationale...

16Je remonte dans la chronologie pour m’intéresser maintenant aux prêtres de l’arrière, par l’intermédiaire d’un curieux dossier qui mériterait une étude approfondie, et qui se trouve dans le même registre des sources inédites, suscitées par l’administration épiscopale.

17Dans la série 1D des Archives diocésaines se trouve un dossier de l’épiscopat Lemonnier qui porte le titre : « l’Or de la défense nationale ». C’est un dossier intéressant, parce qu’il met en scène non plus les prêtres mobilisés, mais ceux de l’arrière, ceux qui sont restés sur place et qui travaillent beaucoup – pas seulement à leurs paroisses, mais aussi dans celles des voisins absents.

18Que s’est-il passé en 1915 ? Le ministère des Finances a fait un appel à tous les Français pour qu’ils échangent les pièces d’or en leur possession contre des billets de la Banque de France, ou contres des « Bons » ou « obligations de la Défense nationale ». La Semaine Religieuse du 19 septembre 1915, dans sa partie officielle (p. 445), relaie cet appel du ministre. C’est vraiment tout à fait caractéristique de ce que la Guerre a opéré comme changement et comme nouvelles solidarités : on n’aurait pas bien vu, dix ans auparavant, quel appel gouvernemental l’épiscopat aurait pu relayer !

« Il est facile de comprendre, dit l’évêque, que plus l’or sera abondant dans les caisses de la banque de France, plus cet établissement National pourra venir en aide au Gouvernement, au milieu des dures nécessités de la guerre actuelle. L’échange sollicité de l’or contre du papier monnaie émanant de la banque de France ne court aucun risque ; y souscrire, c’est à la fois faire acte de bon administrateur de sa fortune et de bon français de France.
Depuis plusieurs semaines, nous conseillons cet échange de l’or contre du papier [...] les conseils privés ne suffisent plus : c’est aujourd’hui le devoir de notre patriotisme de nous adresser publiquement aux catholiques du diocèse et d’insister auprès d’eux, auprès d’eux tous, quels qu’ils soient, pour leur demander de porter l’or qu’ils possèdent à la Banque de France, en échange de billets.
La Religion a des obligations partout où il s’agit de servir la Patrie ; il importe que ces obligations soient remplies, non seulement avec exactitude, mais avec la plus large générosité : quand il y va de la France, il y va de notre honneur catholique. »

19L’analyse sémantique du discours serait très intéressante : voilà un évêque qui prend la parole par « devoir de patriotisme » ; qui pense que la Religion « a des obligations partout où il s’agit de servir la patrie » ; qui assimile les enjeux pour la France aux enjeux pour « l’honneur catholique ». France, Religion, patrie, patriotisme, honneur, catholique. On prend les mots, on les met dans un sens ou dans l’autre. Et voilà la parole épiscopale qui contribue à l’effort de guerre. Mgr Lemonnier continue :

« Connaissant les coutumes plutôt hésitantes de nos populations Normandes, nous estimons que l’Administration des Finances ferait œuvre pratique en descendant dans toutes nos communes pour solliciter les plus humbles possesseurs d’or. »

20La réflexion ne manque pas de sel. Mgr Lemonnier se donne le plaisir de faire la leçon à la haute administration des finances, qui n’a pas beaucoup de moyens de pression ou de persuasion sur le tempérament normand. En revanche, lui, l’évêque, connaît un moyen de faire que ces appels parisiens ne restent pas lettre morte :

« En tous les cas, nous décidons que MM. les curés devront engager, soit en chaire, soit en particulier, leurs paroissiens à prendre part à ce grand mouvement patriotique qui, sous nos yeux, entraîne la foule vers les guichets de la Banque de France. MM. les curés pourront, soit se faire collecteurs, soit se borner à donner le signal et à indiquer la route. Dans les deux hypothèses, MM. les curés voudront bien nous dire ce qu’ils ont fait et les résultats qu’ils ont obtenus. »

21Cette dernière phrase est à l’origine du dossier « Or de la défense nationale » de la série 1D des archives diocésaines. La lecture de l’ensemble des lettres du clergé de Bayeux à l’évêque, racontant la manœuvre, est tout à fait passionnante. À part quelques mauvaises têtes, les curés ont fait leur travail, encouragé leurs paroissiens à porter leur or à la banque et à souscrire aux grands emprunts nationaux. Et ils ont une certaine fierté à donner leur résultat à l’évêque. Parfois même, il y a un peu de lyrisme dans les résultats : l’abbé Élisabeth, curé de Lingèvres, écrit le 7 novembre 1916 :

« Des gens insoupçonnés ont secoué leur bas de laine, d’où est sorti, avec de vieilles pièces depuis longtemps captives, un peu de la victoire, Dieu soit béni ! »

22En réalité, les chiffres qu’ils donnent ne sont pas précis, car ils n’ont pas eu toute la maîtrise des opérations : de nombreux paroissiens ont porté directement leur or au percepteur ou au receveur des postes et non chez le curé. Ceci par souci de confidentialité : le confesseur, en matière d’argent, ce n’est pas le curé. L’abbé Robert, curé de Vierville-sur-Mer, pour justifier qu’il ne sait pas donner de chiffres exacts, écrit :

« Votre Grandeur voudra bien considérer que dans ce coin du Bessin, en dehors de quelques bonnes vieilles personnes plus confiantes, la plupart de nos gens aiment faire leurs affaires sans intermédiaire ».

23Parfois, c’est même le curé qui, connaissant son monde, n’a pas voulu provoquer la méfiance ou choquer la pudeur financière de ses paroissiens. L’abbé Gohier, curé de Crouay, avoue franchement :

« Connaissant mes paroissiens, peut-être aussi par timidité personnelle, je n’ai pas osé me faire collecteur, au vrai sens du mot. Après lecture au prône de l’appel de Votre Grandeur, j’ai vivement exhorté mes paroissiens à répondre à votre pressant appel. »

24Parfois encore, les paroissiens ont fait la transaction chez le percepteur, mais ils informent tout de même le curé. Par exemple, l’abbé Tolmer, curé de Saint-Thomas de Touques (Trouville), écrit le 15 novembre 1916 :

« À l’heure actuelle, je sais qu’il a été versé 9 520 francs d’or. J’en ai les certificats entre les mains. Excepté pour deux cas, ces versements proviennent de petites bourses. Il y a des sommes de 20, de 40, 50, 60, 100, 200 et 300 francs. Quelques-unes de ces personnes me chargèrent de faire leurs échanges. D’autres m’ont confié leurs certificats, afin que je puisse rendre compte à Votre Grandeur de ce qui a été réalisé. Mais j’ai l’intime conviction que cette somme n’est qu’une faible partie de ce qui a été versé par la commune entière.
À peu près tous ceux qui ont répondu à l’appel que j’ai réitéré plusieurs fois en votre nom sont des familles qui fréquentent l’église. Et comme il y en a de nombreuses que je ne vois jamais, je suis persuadé que beaucoup d’entre elles ont pris une large part aux versements d’or. »

25Certains curés, comme l’abbé Marie, à Trévières, ont obtenu du percepteur l’indication du montant global de l’or reçu, mais la participation exacte des paroissiens proprement dit n’est pas facile à établir. Ce que notent souvent les curés, à l’intention de l’évêque, c’est qu’ils ont souvent été, eux, les relais des petites gens, qui viennent plus spontanément voir leur curé que le receveur de l’enregistrement. Le curé de Trévières, justement, écrit :

« L’or que j’ai été chargé personnellement de verser vient surtout des petites bourses. Une bonne m’a remis 140 francs qu’elle conservait précieusement. Une mère de famille gardait 50 francs en or pour chacun de ses deux enfants. Elle n’a consenti à les échanger qu’après la dernière lettre de Votre Grandeur, c’était un sacrifice pour elle. Une pauvre femme m’a remis un louis de 20 frs, tout l’or qu’elle possédait. Hier encore je remettais à M. le percepteur un louis de 40 frs et deux louis de 5 frs, c’étaient des souvenirs de famille. Tels sont, Monseigneur, les quelques faits venus, jusqu’ici, à ma connaissance, pour le versement de l’or (23 avril 1916).

26Je clos cet aperçu du dossier par quelques extraits d’une lettre du curé de Rubercy, l’abbé Delalande. Ce prêtre n’est pas content, il a autre chose à faire que de ramasser de l’or :

« 21 novembre 1916,

Monseigneur, je viens un peu tardivement rendre compte à Votre Grandeur du résultat des versements d’or effectués par mes paroissiens. J’ai fait tout mon possible pour les engager à faire leur devoir. À l’église, en lisant les lettres circulaire, et à domicile quand j’en ai trouvé l’occasion. Je pense que de bonnes sommes d’or ont été versées, je pense aussi qu’il en reste encore au fond de quelques vieux bas réfractaires. On a aussi souscrit à l’emprunt de guerre. Mais combien ? Je l’ignore.
Quant à pousser le zèle à aller recueillir l’or et les souscriptions par les maisons, il m’était impossible d’assumer une pareille charge, alors même que ce fût dans mes goûts. Chargé de quatre paroisses et ayant accepté par dévouement la corvée très pénible de recueillir le denier du culte, avec des distances longues à parcourir, par un temps et des chemins souvent épouvantables, reçu par des gens mécontents de ne pas avoir la messe le dimanche : à Mondeville et à Saon. A Rubercy, c’est un plaisir, même à Saonnet qui a aussi sa messe, je suis bien accueilli. De plus, assurer le ministère auprès des malades, les enfants des catéchismes et le reste, c’est déjà quelque chose.
Je ne me plains pas, Monseigneur, le bon Dieu m’a donné une excellente santé, et je suis heureux de la mettre à son service pour le bien des âmes, et vous pouvez compter sur tout mon dévouement. Je prie Votre Grandeur de bien vouloir agréer l’hommage de mon profond respect et bénir mes efforts. »

27G. Delalande, curé de Rubercy. Dessvt provisoire de Saon, Saonnet et Mondeville.

28N’insistons pas, mais il est clair que l’abbé Delalande n’a aucune envie de faire ce que l’évêque a demandé – il fait des protestations de dévouement, sûrement très sincères, mais avec tout le travail qu’il a pour quatre paroisses et la corvée du denier du culte, il ne s’occupera pas personnellement de cette histoire d’or. L’abbé Delalande est né en 1870, il a 45 ans, il est curé de Rubercy depuis un peu plus de dix ans (1904) : il admet que la guerre lui change un peu ses habitudes, mais il ne faut rien exagérer.

Le dévouement de l’abbé Desrues

29Je termine l’aperçu de mes richesses inédites par un mot sur une pièce absolument exceptionnelle, que j’ai présentée à plusieurs reprises déjà dans le département, et pour laquelle je prépare, avec l’aide de Françoise Khédine, une édition critique : c’est le Journal de l’abbé Léon Desrues, curé de Pierrefitte en Auge. Un journal en deux tomes, plus de 600 pages manuscrites, qui couvre la période 1904-1916, c’est-à-dire des moments aussi intéressants que la Séparation de l’Église et de l’État et ses conséquences sur le terrain, ou que le début de la Première Guerre mondiale. L’abbé Desrues était un homme intelligent et sensible, resté en poste pendant plus de vingt ans dans ce petit village du pays d’Auge. Il était très fier d’être curé de Pierrefite. Je lis dans le Journal à la date du 4 février 1908 : « Aujourd’hui, on a placé dans l’église, au bas de la nef, à droite en entrant, une plaque de marbre blanc sur laquelle j’ai fait graver les noms de tous les curés de Pierrefitte, depuis l’année 1500, jusqu’à moi (1904) ».

  • 6 Journal, 19 février 1905.

30Son journal abonde de renseignements très précieux pour étudier la vie quotidienne d’un curé de campagne du début du XXe siècle en Normandie. Il est un homme proche de la terre, de la culture, et dans son presbytère, le verger et le potager, nous en parlions à l’instant, ont une grande importance : quand le prix des semences au marché de Pont-l’Évêque dépasse le raisonnable, il le note avec indignation. On sait au jour le jour la tenue du jardin. « Ce matin, planté des choux, des chrysanthèmes, des églantiers. Ce soir, préparé de la terre pour semer les fèves et des petits pois. 20 sept. 1907. Nous avons cueilli ce soir les poires de duchesse qui commençaient à tomber, il y en a 26 kilos6. »

31Il s’occupe évidemment beaucoup du temps qu’il fait. Presque chaque jour, il donne des détails, avec un vocabulaire assez précis et savoureux :

  • 7 Journal, 12 juin 1905.
  • 8 Journal, 14 février 1905.

« “Vers 9 h, il a crassiné une ondée, puis le soleil a voulu se montrer et le beau temps s’est maintenu toute la journée. Ca semble bon”7 ... ou bien : “La journée a été humide, brouillue, froide”8. »

32L’abbé Desrues n’est pas mobilisé, et il se trouve pendant les quatre années de guerre dans un pays d’Auge sinistré par l’absence des hommes dans les fermes, dans les villages, et aussi par l’absence des prêtres : il est chargé des paroisses de plusieurs de ses confrères mobilisés. Grâce à Dieu, c’est un homme moderne, et il a une voiture – fait exceptionnel dans son canton. Et du coup, en dehors même de son ministère pastoral, il rend mille services à la population locale pendant ces années difficiles. Je cite une entrée du journal, un peu au hasard, le 15 janvier 1915, pour montrer comment le quotidien du curé de village est affecté par le conflit mondial, et tout l’intérêt qu’on peut tirer de la lecture de ce journal.

« 5 Janvier 1915,

L’Évêque d’Oran est mort la semaine dernière, celui de Périgueux est mort d’hier. En 1914, il est mort 34 prêtres dans le diocèse de Bayeux. Et l’année 1916 recommence sous de mauvais auspices. L’Abbé Hervieu, curé de Langrune est mort hier à l’âge de 62 ans. C’est le premier de la nouvelle série.
La guerre ? Deux retrouvés. Depuis le mois d’août on était sans nouvelles d’un soldat, Arthur Police, fils du jardinier-gardien, à Moyaux, de Monsieur Boivin-Champeaux. Ses parents étaient dans une inquiétude bien compréhensible. Il vient de donner de ses nouvelles, il est prisonnier à Sennelager.
Pierre Aumont, né à Pierrefitte où il a demeuré 16 ans, actuellement son père demeure St Sauveur Lendelin (Manche) et sa mère repose dans notre cimetière le long du mur près la grande barrière du presbytère. Ce cher enfant gentil, pieux, bon, sérieux et très estimé, faisait son service militaire quand la guerre éclata. Depuis octobre, je n’avais aucune nouvelle, quoique j’ai remarqué son nom dans la liste des prisonniers et blessés après le combat de Charleroi, au mois d’août. Enfin ! Il m’écrit ce matin. Blessé le 22 Août par une balle à la tête, il fut d’abord soigné par les Belges. Mais il est resté paralysé du côté gauche. Pris par les Allemands, il fut transporté à Aix-la-Chapelle d’où il m’écrit : “je vais de mieux en mieux, mais je ne puis encore marcher.” Pauvre cher enfant ! Son père qui n’a que lui, est dans une angoisse indicible.
Les nouvelles d’aujourd’hui ne disent rien, nos armées sont toujours sur la défensive, et c’est tout. La Gazette de Francfort annonce que le prix du cuivre monte à un taux formidable. Les Allemands, pour s’en procureur, démontent les lignes d’électricité et tout ce qui est câble en cuivre. À Anvers, ils ont fait enlever les portes en bronze de la gare.
Ingratitude d’un guéri. Le malade que j’ai administré à Pierrefitte, il y a quelques semaines, va mieux, il sort et se promène. Mais le vieux gredin n’est pas redevenu plus religieux et maintenant, comme avant, il passe indifférent devant l’église et ne s’occupe pas plus de religion qu’auparavant. C’est malheureux tout de même d’avoir une pareille mentalité ! »

Un clergé à l’honneur

33Il n’est pas question d’analyser ici les sources imprimées, mais le chercheur éventuel aura évidemment à scruter avec attention les cinq années de Semaine Religieuse qui traduit pour ceux de l’arrière, pour les chrétiens du diocèse, ce qui se passe en Europe, les positions du Saint-Siège, l’attention de l’évêque à l’égard du clergé mobilisé, à l’égard aussi des nombreux réfugiés belges et de leurs hôpitaux militaires dans le diocèse, etc. Une Semaine Religieuse se lit évidemment avec une lunette critique : ce sont les événements, mais aussi la « manière » dont la chancellerie épiscopale les présente. Par exemple, au début de la guerre, en 1914-1915, l’accent est mis sur le comportement héroïque des prêtres. La grande fierté, c’est de pouvoir dire que le clergé est courageux, qu’il fait son devoir patriotique. On cite abondamment des faits d’armes, les lettres des prêtres décorés. En voici un seul exemple, celui de l’adjudant Paul Lohier, qui écrit :

  • 9 Émouvante notation du comput des premiers mois de son jeune sacerdoce, et le rapprochement avec la (...)
  • 10 Semaine Religieuse, Bayeux, no 6, 7 février 1915, p. 68.

« Hier, 29 janvier, 7 anniversaire mensuel de mon ordination sacerdotale9, le général Wirbel, commandant le corps d’armée, m’a remis, devant le Bataillon la médaille militaire. Je vous avoue que j’ai été très émotionné, surtout au moment où le général m’a dit qu’il était heureux de décorer en ma personne un prêtre. D’autre part, le général de division m’a promis de me faire nommer prochainement sous-lieutenant. J’ai écrit ce matin à Monseigneur, après avoir écrit à ma mère, n’est-ce pas10... »

34Sergent en août, sergent major en novembre, adjudant, bientôt lieutenant. L’abbé Lohier fait la guerre avec entrain. La citation dit :

« Dans un combat à Blangy (près d’Arras) qui a duré 12 heures, a commandé sa section avec un sang-froid remarquable. Attaqué de front et de flanc par un ennemi supérieur, a su maintenir, pendant tout le combat, sa section à son poste. »

35Quelques jours plus tard, la Semaine publie la lettre du jeune prêtre adressée à Mgr Lemonnier :

  • 11 Ibid., no 7, 14 février 1915, p. 78.

« [...] Qu’avais-je fait pour la mériter ? Peu de choses, Monseigneur. J’ai tout simplement repris aux Allemands une position qu’ils nous avaient enlevée par surprise. Et vraiment, je me trouve bien indigne de porter cette décoration que l’on donne généralement à ceux qui ont fait quelque action d’éclat. Avant tout, Monseigneur, je remercie le Bon Dieu qui a permis qu’en ma personne, un prêtre de votre Diocèse soit ainsi à l’honneur. Je remercie également la Sainte Vierge qui, depuis le début de la Guerre, m’a toujours visiblement protégé. Aussi, mon désir, Monseigneur, est que si je viens à tomber sur le champ de bataille, cette médaille soit placée aux pieds de Notre-Dame de Bayeux, où il y a sept mois aujourd’hui, j’avais le bonheur de célébrer ma première messe11. »

Les horreurs de la guerre

36Plus la guerre avance, cependant, plus la Semaine Religieuse accompagne les prêtres soldats dans la réalité de ce qu’ils vivent, en publiant parfois des textes épouvantables de violence – qui contrastent singulièrement avec les petites nouvelles diocésaines habituelles, jours de réception de l’évêque, et mélanges de poésie dominicale. Je ne donne qu’un exemple.

37Sous le titre « Quelques billets de nos mobilisés », le 19 août 1917, on lit ceci :

  • 12 Semaine Religieuse, Bayeux, no 33, 19 août 1917, p. 392-393.

« Cette guerre sera un mal pour tout le monde. C’est une école malsaine, où l’on prendra l’habitude des gestes criminels, des désirs de vengeance, des pensées absolument contraires à l’esprit de l’Évangile. Je suis très malheureux de constater parmi les camarades, même parmi les meilleurs, ces régressions effrayantes vers les mentalités caffres et hottentotes [...]. Penser que l’intelligence humane est actuellement, en Europe, tout entière penchée sur des blocs de fer, de fonte et d’acier, sur des instruments de mort, sur des machines à forer, à fileter, à calibrer : on ne parle que de canons, d’explosifs, de saletés asphyxiantes, de mines et d’obus. On se gaudit de voir la plaine couverte de cadavres ennemis ; on cherche, par le créneau, une tête ou un cœur humain à mettre en marmelade ; on rit d’entendre des hurlements de douleur dans les tranchées d’en face, et quand un de nos tirs de barrage, bien réglé, fait voler aux quatre coins de l’horizon les bras, les têtes, les jambes. C’est monstrueux, et cependant c’est nécessaire. Nous sommes les attaqués. Les Allemands se font tuer chez nous par milliers, mais ils ne veulent pas partir. Nous sommes obligés de les démolir. Et voilà justement ce qui est terrible pour nous : nous faisons notre devoir en tuant12. »

38Ce genre de récit horrifié de l’horreur est aussi une manière de se distancier, pour celui qui l’écrit, et de faire le point sur les transformations mentales – et morales – qu’amène une guerre prolongée chez le combattant. C’est bien sûr très intéressant et un témoignage très fort.

Le « Ravitaillement »

39J’indique en terminant une dernière source tout à fait remarquable, c’est le petit bulletin mensuel imprimé initié en juillet 1917 par le supérieur du grand séminaire, intitulé Le ravitaillement et destiné à faire circuler entre mobilisés les nouvelles sacerdotales. Cet organe de liaison a connu 18 numéros, jusqu’en novembre 1918. Son analyse complèterait utilement la voix autorisée de la Semaine Religieuse et les témoignages manuscrits autographes de soldats conservés dans nos fonds.

Notas

1 Brigitte Lamy, Le clergé du diocèse de Bayeux et Lisieux dans la Première Guerre mondiale, université de Caen, 1992, 258 p.

2 Voir La Grande Guerre, 1914-1918, Les cahiers des Archives départementales du Calvados, no 2, mars 1995.

3 Thomas Lemonnier (1853-1927) succède à Mgr Amette sur le siège de Bayeux en 1906.

4 L’affection des soldats de la Grande Guerre pour sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus est bien connue. Voir par exemple Nadine-Josette Chaline, « Pluies de roses sur les tranchées », dans Bernard Hours (dir.), Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours, Paris, éd. du Cerf, 2001, p. 203-208. Le cinquième recueil de Pluies de roses publié par le carmel de Lisieux en 1920 contient une sélection de 227 lettres de témoignages sur les interventions extraordinaires de Thérèse pendant le premier conflit mondial (le témoignage de l’abbé Julienne n’y figure pas). Les prêtres de Bayeux – où a commencé le procès de l’Ordinaire en 1910 – sont spécialement dévots à la jeune carmélite qu’ils connaissent bien.

5 L’abbé Lemarignier est vicaire de Trouville depuis 1911.

6 Journal, 19 février 1905.

7 Journal, 12 juin 1905.

8 Journal, 14 février 1905.

9 Émouvante notation du comput des premiers mois de son jeune sacerdoce, et le rapprochement avec la citation. Comme si on passait d’un honneur à un autre. Le fait de « citer » un prêtre l’émeut beaucoup. Conscience sacerdotale, fierté de son état et de voir l’Église saluée en lui par le Général...

10 Semaine Religieuse, Bayeux, no 6, 7 février 1915, p. 68.

11 Ibid., no 7, 14 février 1915, p. 78.

12 Semaine Religieuse, Bayeux, no 33, 19 août 1917, p. 392-393.

Autor

Archiviste du diocèse de Bayeux et Lisieux.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540