Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cisterciens en Bretagne

 | 
André Dufief

Préface

André Chédeville

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En 1978, André Dufief soutenait devant l'université Rennes 2 une thèse sur Les Cisterciens en Bretagne aux xiie et xiiie siècles. Au-delà des remarques et des quelques critiques inhérentes à ce rite universitaire, son travail fut accueilli par le jury avec la plus grande faveur. Il a fallu attendre pourtant près de vingt ans une publication qui s'imposait d'emblée. Heureusement, l'intérêt pour l'histoire n'a cessé de croître et le public de s'étendre. Les structures se sont également adaptées et perfectionnées ; surtout, elles ont appris à mettre leurs moyens en commun. L'université s'est dotée d'un service de publications ambitieux et efficace ; les Sociétés naguère « savantes », aujourd'hui « historiques », ont renoué avec leur ancienne tradition de contribuer à publier des travaux importants. Ensemble, elles ont su mener à bien l'édition de cette thèse, allégée toutefois de ses pièces justificatives.

2Le sujet n'est pas mince puisque quatorze abbayes cisterciennes furent fondées en Bretagne, dont neuf entre 1130 et 1150. La densité de leur implantation, nettement supérieure à la moyenne, ainsi que la rapidité du phénomène exigeaient une explication. La première partie de l'ouvrage, consacrée à l'étude du cadre local, la fournit de manière convaincante. La relative faiblesse de l'emprise humaine sur le milieu naturel, une urbanisation à peine naissante ne pouvaient qu'attirer un ordre à vocation rurale. Plus encore sans doute, la réforme de l'Église engagée tardivement ou menée avec difficulté, le succès de l'érémitisme ou les craintes suscitées par des mouvements hérétiques attiraient ces moines qui privilégiaient le dépouillement et la pauvreté. Leur prestige était encore accru par le rayonnement de saint Bernard dont les relations avec la duchesse Ermengarde, mère du duc Conan III, sont justement mises en valeur : l'aristocratie, notamment la maison de Penthièvre, leur fut particulièrement favorable.

3A. Dufief étudie ensuite la répartition et l'implantation de ces abbayes. Il en ressort deux remarques majeures. D'abord, ces abbayes ont été pour l'essentiel fondées dans la partie médiane de la péninsule entre, à l'est, les possessions denses des monastères des pays de la Loire ou des établissements autochtones comme Redon ou Saint-Melaine de Rennes et, à l'ouest, les domaines plus modestes de Landévennec, de Saint-Mathieu ou de Quimperlé. Ainsi, les Cisterciens, d'ailleurs imités en cela par les chanoines augustins, vinrent-ils combler un vide monastique évident. D'autre part — et ceci est un peu la conséquence de cela — l'étude de l'implantation précise de chacune de ces abbayes montre que leurs promoteurs ont recherché la solitude au milieu des bois et des landes de façon délibérée et non pas, comme on l'a dit ailleurs, parce que les meilleures places étaient déjà occupées par les Bénédictins traditionnels.

4L'évolution ultérieure des Cisterciens bretons n'est guère différente de ce qui s'est passé dans l'ensemble de la Chrétienté ; on pouvait s'en douter : A. Dufief en apporte la preuve même si les archives font cruellement défaut pour près de la moitié des établissements. D'abord fidèles au faire-valoir direct, ils acquièrent dès la fin du xiie siècle des tenures et des rentes dans des proportions d'ailleurs variables selon les cas. Enrichis — du moins relativement car leurs temporels ne sont guère étendus — leur dynamisme et leur rayonnement s'affaiblissent, menant à la perte de leur rôle d'aiguillon spirituel qui fut repris par les Mendiants.

5Depuis 1978, la connaissance historique a progressé. Fallait-il pour autant refondre ce travail pour le mettre à jour ? L'obsolescence menaçait surtout dans la première partie pour tout ce qui concerne les phénomènes économiques et sociaux. En fait, les travaux menés depuis les années cinquante avaient déjà largement écorné les sacro-saintes théories de La Borderie ; le talent de l'auteur a fait le reste, pressentant souvent ce qui fut ensuite démontré avec pertinence. Si l'ordre de Cîteaux dans son ensemble a fait récemment l'objet de recherches importantes, il n'y a pas grand-chose de nouveau sur ses établissements en Bretagne à l'exception de l'important travail de J.-L. Sarrazin sur Buzay, malheureusement demeuré à ce jour inédit. Finalement, seule la bibliographie a été complétée afin d'aider ceux qui souhaiteraient reprendre tel ou tel point plus en détail.

6André Dufief apporte donc une contribution importante à l'histoire ecclésiastique de la Bretagne médiévale. Dans ce même domaine, nous avions déjà le beau livre d'Hervé Martin sur les ordres mendiants. À quand une étude sur les chanoines augustins ou, mieux encore sur les Bénédictins traditionnels ? C'est ainsi que progresse la connaissance historique, surtout quand on en publie les résultats…

Auteur

Professeur d'histoire médiévale à l'université Rennes 2 Président de la Fédération des Sociétés historiques de Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540