Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Première partie. Christianisme du temps de guerre

Des évêques français « défenseurs de la cité » durant les deux guerres mondiales

Frédéric Le Moigne

Texte intégral

  • 1 Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. 3, Les provinces du Nord et de l’Est, Pa (...)
  • 2 Philippe Depreux, « À la recherche des défenseurs de la cité à l’époque carolingienne », Les petit (...)
  • 3 Parmi de nombreuses études, voir Henri Haag, « Les origines de la pastorale “Patriotisme et Endura (...)
  • 4 Jean-Dominique Durand, L’Église catholique dans la crise de l’Italie 1943-1948, Rome, École frança (...)
  • 5 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Religion et société en France 1914-1945, au péril des guerres (...)
  • 6 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme,(...)
  • 7 Voir François Cochet, Rémois en guerre 1914-1918. L’héroïsation au quotidien, Nancy, Presses Unive (...)

1Il peut paraître curieux de vouloir interroger la représentation de l’évêque Defensor civitatis au XXe siècle. Cette antique charge romaine, propre à l’organisation civique du Bas-Empire, a particulièrement compté dans l’identification de l’évêque au Haut Moyen-Âge durant les invasions barbares1, ou encore à l’époque carolingienne lors des raids normands2. Elle soulignait en effet la capacité des évêques (saint Germain d’Auxerre, saint Aignan d’Orléans, saint Loup de Troyes, Exupère de Toulouse...) à incarner, sinon la protection, du moins l’assistance aux cités attaquées, à suppléer les déficiences des autorités laïques et à jouer un rôle temporel affirmé. La représentation a ponctuellement perduré à l’époque moderne : elle est ainsi évoquée pour Charles Borromée ou bien encore pour Fénelon lors de la guerre de Succession d’Espagne. Les historiens du contemporain n’ont pas manqué de souligner ses résurgences les plus récentes lorsqu’elles révélaient des situations objectivement fortes de reconnaissance épiscopale durant les guerres mondiales : il en est ainsi du cardinal Mercier, archevêque de Malines, pendant la Grande Guerre3, des évêques du Nord et du Centre de l’Italie en 1943-19444 ou encore, à une échelle plus restreinte, de certaines individualités épiscopales françaises, surtout en 1914-19185, mais aussi en 1940 et 19446. Force est de constater que cette identité, inscrite dans la longue durée, n’a pas encore été étudiée pour elle-même, en particulier dans son évolution contemporaine française. Cette absence a pu conduire certaines recherches à un déficit de distance critique dès lors qu’elles reprenaient, sans justification épistémologique ni souci d’interroger la réception de la société du temps, les titres de l’édification et de l’érudition de l’émetteur catholique souvent institutionnel. Inversement la tendance peut exister dans l’historiographie, hors de toute perspective religieuse il est vrai, à vouloir déconstruire ou délégitimer l’héroïsme à force de vouloir l’interroger7. L’enjeu d’une juste évaluation du « Défenseur de la cité » est donc plus important qu’il n’y paraît de prime abord. Cette représentation place ainsi l’évaluation de l’évêque, figure légitimée par le sacrement dans la sphère ecclésiale, directement dans le champ social de l’évaluation d’une élite nationale, régionale ou municipale. Déterminante pour comprendre la considération dont jouissent ou non les évêques dans une société en guerre, la représentation des défenseurs de la cité, intégrée par la culture de guerre de 1870-1871, nous semble trouver son apogée durant la Grande Guerre, avant de s’essouffler et de perdre de sa légitimité pendant la Seconde Guerre mondiale et à la Libération. Cette évolution, propre à l’espace français, repose autant sur la conception que sur la réception de la représentation héroïque.

D’une invasion l’autre (1870-1914)

  • 8 Évocation par Fustel de Coulange et Victor Duruy.
  • 9 Émile Chénon, Étude historique sur le « defensor civitatis », Paris, L. Larose et Forcel, 1889, 98 (...)
  • 10 Abbé Joseph Brugerette, Le prêtre français et la société contemporaine. La Restauration catholique (...)
  • 11 Voir M. H. Lacombe dans Le Correspondant cité par l’abbé François Lagrange, Vie de Mgr Dupanloup, (...)
  • 12 Abbé François Lagrange, op. cit., p. 214.

2La figure du Defensor Civitatis qui intéresse les historiens français du XIXe siècle dans leur quête des origines romaines et franques de la France8, ainsi que les historiens du droit soucieux d’ailleurs de déconstruire certains mythes9, nourrit en 1870 la culture de guerre catholique. Se détache ainsi la fonction traditionnelle de l’évêque protecteur de la population face à l’envahisseur, en particulier dans l’atténuation des rançons de guerre et des réquisitions (Mgr Fillion au Mans, Mgr Guibert à Tours, le cardinal de Bonnechose à Rouen). L’édification catholique met alors en scène les qualités de négociation des prélats auprès du commandement aristocratique ennemi (il en est ainsi de Mgr Rivet à Dijon avec Guillaume de Bade), tout comme la communauté de souffrances (Mgr Landriot de Reims et Mgr Meignan de Châlons sont placés comme boucliers humains sur des trains10). Mgr Dupanloup11 synthétise à lui seul toute cette représentation. Dans Orléans occupé, il fait réduire l’amende imposée à la ville, intervient auprès du roi de Prusse et sauve certains otages. Lors de la première libération de la ville, l’évêque cite dans sa une lettre pastorale une page de Grégoire de Tours sur saint Aignan résistant à Attila. L’édification souligne que les Prussiens, en reprenant la ville, entendent se venger de cette lettre diffusée dans tout le pays et occupe l’évêché durant trois jours12.

  • 13 Voir Chantal Renaud-Antier, « L’évêque de Meaux, image de l’alliance du clergé et de l’armée penda (...)
  • 14 Étienne Fouilloux, « Première Guerre mondiale et changement religieux en France », in Jean-Jacques(...)

3Fort de cet héritage, on se serait attendu à une mise en route quasi immédiate de la représentation de l’évêque Defensor civitatis en 1914. Ce ne fut pas le cas puisque la première occurrence de La Croix date du 8 septembre 1914, soit un mois après le début du conflit. Son surgissement n’en demeure pas moins imposant autour de la figure de Mgr Marbeau13, « l’évêque de la Marne ». Modèle de prélat patriote jusqu’à « la caricature14 » (le drapeau tricolore est dans ses armes alors qu’il n’est pas concordataire), l’évêque de Meaux avait accompagné les dernières années de Paul Déroulède. Au début de septembre 1914, le prélat est ainsi présenté aux lecteurs de la Bonne Presse :

  • 15 « À Meaux. Le bon pasteur », La Croix, 10 septembre 1914.

« [Mercredi 2 septembre : ordre d’évacuation de Meaux]. Les autorités elles-mêmes sont parties. Il n’est resté que 110 personnes et l’évêque. Malgré des instances réitérées, Mgr Marbeau a refusé de quitter sa ville et il a ordonné à son clergé de s’éloigner, afin que s’il y avait du danger ce danger fût pour lui seul. C’est un spectacle admirable de le voir entouré de ce petit peuple dont il est le père, le gardien et le consolateur. Se faisant tout à tous. Il veille au bon ordre, à la sécurité publique et à la distribution régulière des vivres.
Il remplit à la fois l’office de maire, de préfet, d’intendant. “Je suis le gouverneur” dit-il plaisamment. Il est surtout le bon Pasteur qui ne fuit pas lorsque le loup vient. Il connaît ses brebis et ses brebis le connaissent15. »

4Le portrait s’articule autour de l’identité laïque du « bon administrateur » et de la référence scripturaire finale du « bon pasteur ». La compétence du chef n’a d’égale que sa juste compréhension de la souffrance du peuple et des soldats. Ce récit d’édification qui insiste sur le calme et la disponibilité de l’évêque naît des circonstances fortuites de la progression rapide de la Ire Armée allemande qui menace Meaux sur le chemin de Paris. Le dynamisme de l’évêque est incontestable dans les fonctions traditionnelles du Defensor civitatis – l’organisation du ravitaillement, le soin aux blessés, l’entretien du moral des soldats et des civils, la mise en place d’un « Comité des intérêts publics » avec quelques notables restés sur place (voir Annexe).

  • 16 Des taxis au « miracle » de la Marne selon l’expression de Barrès. À noter que les Allemands ont s (...)
  • 17 Les carnets du cardinal Baudrillart, t. 1 : 1914-1918, texte présenté, établi et annoté par Paul Ch (...)
  • 18 Maurras (Les conditions de la Victoire, Paris, 1916, p. 184) parle du titre « officiel, incontesté (...)
  • 19 Guides Illustrés Michelin Des Champs De Bataille 1914-1918 : La Marne (1914), I. L’Ourcq, Chantilly (...)

5Le titre de « Défenseur de la cité » est attribué à Mgr Marbeau, six jours après ce récit dans La Croix, soit le temps nécessaire à la construction de s’imposer dans le contexte hautement symbolique de la Bataille de la Marne16 (6-9 septembre 1914). Les feuilles conservatrices (Le Gaulois, l’Écho de Paris), actifs relais de la propagande de guerre, reprennent ce titre et font alors de Mgr Marbeau l’une des figures héroïques de la « Grande Bataille » engagée contre l’envahisseur. Cette représentation est entretenue sur la durée : Mgr Baudrillart lui attribue le titre de « Defensor civitatis » dès le 11 septembre 191417, Charles Maurras le lui confirme en 191618, ainsi que le Guide Michelin consacré à La Marne en 191919.

  • 20 Pour une vision d’ensemble des stratégies épiscopales dans l’espace public, voir Christian Sorrel, (...)

6La réception réussie de cette représentation ne doit rien à la providence tant elle a été cultivée par l’intéressé, depuis les premiers instants de l’invasion (recherche systématique d’entretiens avec les journalistes) jusqu’à la fin du conflit (conférences comme celle reproduite par La Revue hebdomadaire du 27 février 1915) et même dans l’après-guerre (discours annuel lors de la commémoration de la bataille de la Marne). Marbeau a incontestablement pris pour modèle Mgr Dupanloup, qu’il avait côtoyé à Orléans lors de la guerre de 1870. Mais il n’en est pas resté à la simple imitation. Mathilde Guilbaud montre comment il a conçu son rôle de Defensor civitatis dans une stratégie de représentation établie dès avant la guerre. L’évêque nommé en 1910 a toujours fait du contact avec la population une priorité de sa mission épiscopale. Brimé par une municipalité tatillonne sur ses déplacements, souvent gêné par des manifestations anticléricales, et plus nettement encore par le profond détachement religieux de son diocèse, l’évêque a en compensation le sens de la démonstration publique (congrès diocésain et fêtes de Bossuet depuis 1911). Dans cette reconquête difficile, la guerre lui donne les moyens d’investir la rue20.

  • 21 À côté d’insuffisances avérées, les ordres de mobilisation et d’évacuation expliquaient ces absenc (...)

7Le récit d’édification le présente toujours en effet dans les lieux populaires et périphériques de la cité (pour mieux la protéger ?), et non à l’évêché ou à la cathédrale, trop distants (nul doute que l’image plus intellectuelle du successeur de Bossuet aurait été employée si la ville avait été occupée ou détruite par les « Barbares »). Cette conquête de la rue, la proximité populaire de même que la représentation héroïque de l’évêque, qui implicitement ou explicitement souligne les insuffisances des notables locaux21, heurtent logiquement la municipalité meldoise.

  • 22 Maurice Barrès trouve ainsi l’évêque de Meaux « grotesque » pendant les commémorations de la batai (...)

8Celle-ci tente de saper l’aura de l’évêque en bloquant sa reconnaissance publique (il n’est pas cité à l’ordre du jour de la nation) puis en le concurrençant dans le champ mémoriel (cérémonie républicaine de la commémoration de la bataille de la Marne). Est-ce la limite à la représentation de Defensor civitatis que viennent confirmer certaines rumeurs entretenues jusque dans son propre clergé agacé par les artifices héroïques du prélat et par son opportunisme sans mesure22 ? Non, car c’est l’évêque qui a le dernier mot. Les cérémonies de commémoration de la bataille de la Marne dont il est le principal ordonnateur depuis 1915 deviennent communes et prestigieuses, l’évêque est décoré de la Légion d’honneur en 1920 pour son rôle en 1914, et obtient de la municipalité pour la première fois un cortège dans les rues de Meaux, le jour de son enterrement... Si l’inscription de Defensor civitatis sur sa pierre tombale fige la postérité et empêche une reconnaissance postérieure plus complète de l’évêque, elle n’en souligne pas moins l’inscription incontestable du prélat dans son temps. Ne peut-on pas penser qu’en insistant autant sur cette image laïque de l’évêque, Mgr Marbeau a parfaitement compris comment affronter un diocèse largement déchristianisé ?

Les évêques de la frontière dans la Grande Guerre

  • 23 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 122.

9Par-delà ce premier exemple longuement présenté, les figures d’évêques « défenseurs de la Cité » prennent incontestablement du relief dans un pays envahi où la culture de guerre joue jusqu’à l’incandescence l’épopée d’Eschyle de la lutte contre le « Barbare » pour la défense du territoire. Elle sert à cette intense mobilisation culturelle définie par Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau23, que symbolise le récit d’édification brodé autour de Mgr Tissier, évêque de Châlons-sur-Marne. L’intervention du prélat, qui est parvenu à suspendre une réquisition financière de 8 millions de francs imposée à la ville en allant parlementer avec le prince de Saxe, est ainsi présentée dans les colonnes de La Croix :

  • 24 « Ce qui s’est passé à Châlons-sur-Marne », La Croix, 7 octobre 1914.

« Coïncidence à noter : cette intervention de Monseigneur eut lieu le jour de la fête de saint Alpin, évêque de Châlons, dont l’histoire raconte qu’il arrêta Attila aux portes de la cité. On a déjà, à propos de l’invasion allemande et de la récente victoire, rappelé le souvenir de l’invasion des Huns, [pénétrant en Gaule, se détournant de Paris et rencontrant l’armée franque aux champs Catalauniques] ; à ces rapprochements si frappants il faut en joindre un autre et montrer quel rôle, alors comme aujourd’hui, ont rempli le clergé comme les évêques : ceux-ci demeurent, quand d’autres autorités semblent manquer d’énergies, les vrais Defensores civitatum24. »

10On passera sur la pique finale contre les élites républicaines, nuancée dans d’autres discours catholiques, et révélatrice non pas des limites de l’Union sacrée mais de sa véritable expression, pour insister davantage sur ce récit de la longue durée se voulant alors une digue verbale à l’envahisseur. L’histoire est convoquée dans cet espace-mémoire du Nord-Est, pour s’opposer à la géographie militaire alors supérieure de l’ennemi. Dans la fabrique des héros de la Grande Guerre qui produit des généraux (Gallieni) comme des enfants (Émile Desprès), les évêques ont leur rôle à jouer, d’autant que le pays gomme une grande partie de son anticléricalisme et qu’il perçoit l’ennemi comme anti-catholique (ce qu’attestent les « atrocités » contre le clergé et les attentats culturels comme le bombardement de la cathédrale de Reims). Les prélats offrent leur stabilité canonique et l’éternité de leurs sièges à la bourrasque des événements. Et quand bien même ils n’avaient pas de passé, c’est l’édification catholique qui le construit adroitement à l’exemple de ce qui se passe pour Lille, siège créé en 1913 mais véritablement « entré dans l’Histoire » durant la Grande Guerre avec son évêque Mgr Charost :

  • 25 « Mgr Charost défenseur de la cité », Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 3 juillet 1915, no (...)

« Le premier évêque de notre grande cité industrielle du Nord remplit au XXe siècle, auprès de ses nouveaux diocésains, le rôle qui fut jadis celui des fondateurs de la plupart de nos diocèses de France. Dans toute l’acception du titre, il est le « Défenseur » de sa ville épiscopale, plus même que les magistrats civils. Comme il en sera plus efficacement l’Apôtre, au lendemain de la libération du territoire par nos soldats victorieux25 ! »

  • 26 « Avec son tempérament d’artiste et sa culture de lettré, on le voit mieux à sa place parmi les po (...)
  • 27 La représentation accentue naturellement les réputations. Ainsi on prêtre à Mgr Foucault, évêque d (...)
  • 28 Mgr Lobbedey est ainsi décoré de la Légion d’honneur par le président Poincaré, à Arras, le 16 oct (...)
  • 29 Nadine-Josette Chaline, notice « A. Du Bois de La Villerabel », dans Dominique-Marie Dauzet et Fré (...)

11La Grande Guerre surexpose favorablement les figures épiscopales des diocèses occupés du Nord et de l’Est et les prélats de la frontière. Le corps hiérarchique catholique, malgré des différences de tempérament certaines qui ne favorisent pas toujours la reconnaissance de personnalités très affirmées (à l’exemple de Mgr Foucault à Saint-Dié26), apparaît uni dans son rôle d’assistance aux populations. Mgr Péchenard, « l’évêque évacué » de Soissons, Mgr Lobbedey, « l’évêque des bombardements » d’Arras, le cardinal Luçon, l’archevêque de « la cathédrale martyre de Reims », Mgr Chollet « l’archevêque otage de Cambrai27 », trouvent la reconnaissance du peuple et des élites sans que celles-ci, pourtant attentives à célébrer l’action méritante des pasteurs, ne reproduisent toutefois officiellement leur titre de Defensor civitatis dans les citations28. Une exception toutefois à ce tableau héroïque : Mgr André Du Bois de La Villerabel, « homme impressionnable et impulsif29 », quitte précipitamment sa cité d’Amiens lors des bombardements du jeudi saint 1918, provoquant la suspicion de l’opinion.

  • 30 Lors de la sortie de guerre, les évêques décorés par la République prennent soin de ne pas oublier (...)

12Plus réactifs que ne l’auraient été des évêques concordataires « installés », les « évêques Défenseurs » ont pu inscrire leur action de guerre dans la continuité des lourdes contraintes matérielles imposées par la Séparation. Sans se défaire de leur identité intransigeante30, ils ont d’ailleurs continué de jouer avec cette représentation de l’alliance avec le peuple construite depuis le début du siècle. Les années 1920 confirment d’ailleurs ce schéma lorsque plusieurs d’entre eux (Charost en particulier à Rennes) apparaissent avec cette identité dans les défilés de la lutte contre le Cartel des gauches. Cependant, la postérité la plus évidente apparaît dans l’entretien hiérarchique de la commémoration. Logiquement, les défenseurs de la cité se muent en agents efficaces et confortés du Souvenir. Que l’on songe à Tissier avec Dormans, Ginisty avec Douaumont ou Julien avec Notre-Dame de Lorette.

  • 31 Le clergé et la guerre de 1914. X. Le Cardinal Mercier, Paris, Bloud et Gay, 1915, p. 5.

13Reste une dernière interrogation concernant cette représentation française du defensor civitatis durant la Grande Guerre : est-elle pertinente sans la figure du cardinal Mercier ? L’archevêque de Malines recouvre en effet de son manteau de gloire l’ensemble de la hiérarchie catholique belge et française au point qu’il semble tentant à cette dernière de se l’approprier, à l’instar de ce qu’en fait Mgr Lacroix : « N’est-il pas nôtre enfin, parce que nous luttons contre les mêmes ennemis et que ses surhumaines épreuves ont trouvé, dans nos cœurs, l’écho le plus douloureux et le plus sympathique31 ? » La concurrence ne semble en effet pas la bonne optique pour évoquer le rapport de Mercier à l’épiscopat français. Sûrement convient-il mieux de parler d’émulation dans la lutte, même si la représentation française de l’évêque défenseur de la cité est contemporaine de l’héroïsation du cardinal belge.

Défaite de 1940 et occupation : où sont les défenseurs de la cité ?

  • 32 Impossible ainsi pour cet archevêque, du moins jusqu’en 1942, de rejouer le rôle de 1914.
  • 33 Catherine Maurer, notice « Ruch », DEFVS..., op. cit.

14Il n’était pas écrit que la Seconde Guerre mondiale favorise pareillement la représentation épiscopale des « Défenseurs de la Cité ». La génération hiérarchique aux commandes depuis la condamnation de l’Action française, très majoritairement composée d’anciens combattants, pouvait en effet prétendre par son héroïsme passé mieux incarner encore que la génération de la Grande Guerre cette identité patriotique. Les circonstances n’ont pas aidé à installer cette identification. Ce sont dans un premier temps les ordres d’évacuation plus stricts de la part de l’autorité française qui arrachent certains évêques de la frontière de leurs diocèses, à l’exemple de Mgr Heintz à Metz ou de Mgr Chollet à Cambrai32. Certes l’édification catholique ne manqua jamais de souligner la solidarité profonde de l’évêque avec son peuple exilé et le soin qu’il mettait à entretenir l’espoir du Retour de l’Exode. Mais le déracinement et la coupure de l’évêque avec son diocèse qui, d’un simple point de vue canonique, atténue déjà la fonction du Pasteur, interdisait tout projet de représentation comme Défenseurs de la cité. Certains Alsaciens ont ainsi vu le départ de Mgr Ruch comme une fuite, interprétation qui empoisonna le restant de la vie d’un prélat33 ayant pourtant fait du patriotisme, de la fidélité à la France et de la lutte contre l’autonomisme les lignes de force de son action. Il est à noter toutefois que l’évêque de Strasbourg n’a quitté son évêché que fort tard (14 juin 1940) et, rappelons-le, sur ordre des autorités civiles et militaires.

  • 34 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 20 juin 1940.

15Les circonstances tiennent également à la nature différente de l’invasion de 1940 et du comportement des Allemands qui, en dépit d’un grand nombre de victimes (civiles et militaires) et des exactions commises par l’aviation, n’en laissent pas moins une représentation généralisée de « correction ». Par ricochet, l’absence de débordements anti-français et d’« atrocités » ne facilite pas l’établissement d’une représentation claire chez une population complètement déboussolée par la défaite. On perçoit bien dans le discours de l’archevêque de Besançon Mgr Dubourg, un ancien combattant maître de ses nerfs en première ligne de l’invasion, la double frustration de devoir abandonner le thème de la croisade anti-nazie, abondamment développé dans les mois précédents, et de ne plus pouvoir continuer à porter les habits du Defensor civitatis, précisément à cause de ses diocésains : « Oui, mes Frères, disons-le bien haut, c’est trahir la Patrie et l’honneur que d’accueillir comme des amis ceux qui viennent chez nous, si corrects soient-ils, avec le seul droit de la force [...]. Soyons corrects, mais ne soyons pas serviles34. » Enfin, l’anticatholicisme de l’Occupant nazi, qui se manifeste notamment par les perquisitions d’évêchés (notamment à Paris et à Bordeaux) ou par certaines prises d’otages, a été logiquement moins répercuté et connu qu’en 1914.

  • 35 Bruno Béthouart (DEFVS..., op. cit.) parle de véritable « panique » à l’arrivée des Allemands, lor (...)

16Alors que la guerre-éclair révèle la nervosité et les faiblesses d’un Dutoit35, prélat pourtant prometteur dans les années 1930 et fort bien vu du nonce Maglione mais qui se compromet gravement durant l’Occupation, cette période permet au contraire à quelques évêques de se mettre ponctuellement en valeur. Le cardinal Liénart à Lille, Mgr Dubourg à Besançon, Mgr Lefebvre à Troyes, Mgr Lamy à Sens, Mgr Rémond à Nice peuvent prétendre incarner des figures de Défenseurs de la cité en 1940. Seul l’évêque de Lille a été décoré (commandeur de la légion d’honneur en compagnie du préfet Carles) par le gouvernement de la IIIe République. On lui reconnaît en particulier sa ténacité à rester sur place et le calme manifesté durant la tempête. Le souvenir de juin 1940 reste également présent dans la mémoire de certaines cités, comme l’atteste l’éloge du maire de Sens, Gaston Perrot, adressé à Mgr Lamy lors des fêtes jubilaires de la décennie 1950 :

  • 36 « Fêtes jubilaires de Mgr Lamy à Sens le dimanche 20 octobre », Semaine religieuse du diocèse de S (...)

« Après une telle conduite [lors de la Grande Guerre], on comprend Excellence, votre attitude aux jours sombres de 1940. À Sens, le 15 juin, c’est à vous que devait être porté le dernier ordre d’évacuation. Mais, en dépit de tout et de tous, vous êtes resté36... »

17Il est toutefois permis de penser que, dès 1940, l’opinion, d’ailleurs dans un premier temps parfaitement au diapason de l’épiscopat, ne perçoit pas très longtemps les évêques sous cette forme héroïque, en partie naturellement à cause du cadre général de la défaite mais surtout par substitution de représentation. L’exemple de Mgr Gaillard à Tours le montre. L’archevêque, reconnu localement pour son rôle de Defensor Civitatis durant les journées dramatiques des 18-20 juin 1940, devient un parfait notable maréchaliste de zone occupée à l’automne comme l’attestent sa déclaration d’« absolu loyalisme » du 4 octobre 1940 et sa rencontre avec Pétain après Montoire. Ce schéma s’appliquant également à Mgr Lamy ne peut être mieux illustré que par le cardinal Liénart. On perçoit chez lui l’obstination d’un rôle historique à assurer, celui du « Lillois » soucieux d’incarner la filiation Charost de l’évêque resté à son poste. Faut-il y voir la conscience maintenue du rôle de Defensor civitatis ? Sans doute mais de manière atténuée car il serait parfaitement abusif de le placer dans le sillage prophétique d’un Mercier. En effet, son profond maréchalisme l’éloigne de fait de toute indépendance de réaction. Liénart symbolise à lui seul la perception générale d’un corps hiérarchique catholique le plus souvent aveuglé par l’écran de Vichy l’éloignant de la réalité grise et noire de l’Occupation. C’est à ce dernier éclairage que l’on peut lire chez lui sa détestation du « déserteur » De Gaulle, son compatriote lillois, ou de la « dissidence » résistante dans une querelle que l’on retrouvera bien sûr à la Libération.

  • 37 La « parade » ancien combattant de zone sud et ses succédanés cérémoniels de zone occupée ont comp (...)
  • 38 Ces anciens combattants n’ont plus la force d’être de nouveau héroïques sous l’Occupation et n’acc (...)
  • 39 François et Renée Bédarida, La Résistance spirituelle 1941-1944. Les cahiers clandestins du Témoig (...)
  • 40 Lire ainsi François Marcot, Les voix de la Résistance. Tracts et journaux clandestins franc-comtoi (...)
  • 41 « Lettre de Monseigneur l’Évêque à un jeune catholique de son diocèse [19 juin 1943] », Semaine re (...)

18À une échelle large, la fatigue héroïque du corps hiérarchique catholique français est consacrée par le notabilisme37 quasi concordataire et surtout la confiance générationnelle des anciens combattants dans la figure Pétain. L’étiolement, voire l’extinction de la représentation de l’évêque « Defensor civitatis » en France s’explique par cette cause. Contrairement à la Grande Guerre, le second conflit mondial met la question générationnelle au cœur de l’altération héroïque de la hiérarchie catholique38. Celle-ci est attestée par l’incompréhension (réciproque d’ailleurs) de la Résistance catholique qui préfère citer les discours et actes d’évêques contemporains étrangers, soit belges, néerlandais ou allemands, ainsi que la référence directe à Mercier39 ou le regret clairement exprimé de ne pas voir les évêques jouer le rôle de Défenseurs de la cité40. Alors qu’une minorité de prélats (Saliège, Roques) se nourrit précisément de cette documentation des Courriers et Cahiers du Témoignage chrétien, d’autres montent au créneau contre la Résistance catholique à l’instar de l’évêque du Puy, Mgr Martin, qui, s’adressant aux jeunes catholiques de son diocèse, leur assène en juin 1943 : « J’ai eu de la peine en constatant que vous alliez chercher des directives [...] même dans des textes d’évêques étrangers41. » Ce repli sur la défense de l’« épiscopat national » paraît le véritable symptôme d’un corps blessé et aigri, en perte de confiance en lui-même.

  • 42 Étienne Fouilloux, « Église catholique et Seconde Guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’his (...)
  • 43 Cité par Dominique-Marie Dauzet, notice « Louvard », DEFVS..., op. cit.

19La radiographie de l’épiscopat français ayant été abondamment pratiquée par ailleurs42 pour le confronter aux grands moments de décision (« vent mauvais » de 1941, occupation totale de 1942, STO de 1943, « guerre civile » de 1944), on insistera pour notre questionnement sur une thématique particulière de la représentation de l’évêque sous l’Occupation qu’il s’agit d’interroger. Celle-ci tend en effet à restaurer ponctuellement la position du Defensor civitatis. Le récit ecclésiastique et plus encore les anecdotes que l’on se raconte après coup dans le clergé présentent des évêques tenant la dragée haute à l’Occupant, se montrant plus malins dans les négociations, parvenant toujours à imposer leurs vues à l’occupant borné et ridicule, pour imposer les intérêts particuliers de l’Église. Un exemple parmi d’autres pour s’en convaincre, celui du vieil évêque de Coutances, Mgr Louvard. On raconte ainsi que lorsqu’un officier allemand cherche à installer un poste d’observation en haut de la cathédrale, l’évêque lui oppose un refus absolu. Vexé, l’officier pénètre chez le prélat sans être annoncé, ce qui provoque la réplique de ce dernier : « Nous n’avons pas ces mœurs43... »

  • 44 Mgr Louvard avait été présenté comme « Defensor civitatis » dès la Déclaration de guerre. Lire La (...)

20Pour vraie qu’elle soit, la scène est trop évidente pour ne pas avoir été reconstruite44. Les évêques que craignent les Allemands peuplent en effet davantage les Semaines religieuses de la Libération que les évêchés de l’Occupation. Peut-être conviendrait-il de mieux étudier ces récits – précisément dans un but de comparaison ? Mais, à côté de faits attestés de courage, on peut penser que cette récolte n’impose pas une image collective d’évêques Défenseurs de la cité.

  • 45 Olivier Georges qualifie ainsi le cardinal Gerlier de « Défenseur de la cité » en fonction de son (...)

21De même convient-il d’être extrêmement prudent quant au rôle attendu d’agents du deuil. D’aucuns pourraient en effet penser que cela réimpose les évêques français dans cette représentation des Défenseurs de la cité qui leur est propre. Tout en concédant que des discours et une compassion bien maîtrisés, notamment au moment des bombardements, peuvent asseoir une réputation de « Défenseurs » (on le verra plus loin pour Mgr Blanchet à Saint-Dié ; c’est vrai également de Mgr Rastouil avec Oradour-sur-Glane dans un rapport à l’espace limousin du deuil fort intéressant), on hésitera à l’appliquer à tous les discours compatissants45 et on rappellera que plusieurs évêques se sont coupés de la population locale à cause d’allocutions maladroites à ces occasions (Mgr Dutoit à Arras) ou de leur présence malheureuse (Suhard lors des obsèques d’Henriot). Plus généralement l’écueil existe de construire théoriquement, sans validation concrète, une identité de Defensor civitatis à un évêque, sous prétexte que sa fonction le met en situation de proximité avec la population et lui fait tenir un rôle de notable naturellement exposé.

Le terrain héroïque perdu de la Libération

22Les derniers mois de l’Occupation ne sont pas favorables au corps épiscopal français. Écrivons le tout net : contrairement à l’Italie du Nord et du Centre, derrière le cardinal archevêque de Gênes, Boetto ou celui de Florence, Dalla Costa, la période n’impose pas une représentation générale de Defensores civitatum. À cela il y a des causes évidentes de déconsidération de l’épiscopat français pour ses fidélités maréchalistes que symbolisent par le haut les démissions (Du Bois de la Villeravel, Auvity, Dutoit) ou l’affront de Notre-Dame fait à Suhard le 26 août 1944. Cette situation d’antiépiscopalisme assez généralisé et d’anticléricalisme plus diffus éloigne toute tentative d’identification positive, d’autant que le pays est trop morcelé pour concevoir et recevoir une représentation globale.

  • 46 Notices du DEFVS par Étienne Fouilloux pour Lefebvre et Blanchet et par Christian Sorrel pour Terr (...)

23Les figures ponctuelles de Défenseurs de la cité existent cependant. Citons-en trois évidentes. Dans une région de maquis, Mgr Lefebvre évite de dures représailles aux otages et à la petite ville de Saint-Amand-Montrond (Cher). En août, Mgr Terrier s’interpose dans les combats autour de Moûtiers pour assister les blessés des deux camps et éviter les représailles sur la population civile, sans pouvoir empêcher cependant l’exécution de vingt-et-un otages. La relation de l’évêque au maquis de montagne, dans une région à forte identité est ici déterminante pour asseoir la représentation. C’est également dans les Vosges que se construit la figure la plus aboutie à la Libération de Defensor civitatis en la personne de Mgr Blanchet46.

  • 47 « Un évêque défenseur de la Cité. La douloureuse épreuve de la ville de Saint-Dié (septembre-novem (...)

24Sous l’Occupation, l’évêque de Saint-Dié a bénéficié du soutien de l’opinion qui a apprécié ses discours « humains » après les bombardements. Or voici que la contre-offensive des Allemands dans les Vosges en septembre 1944 isole Saint-Dié du reste du monde pendant trois longs mois ponctués par des prises d’otages, des incendies, des fusillades qui rappellent l’invasion de 1914. Très proche de ses diocésains qu’il rencontre dans la rue, l’évêque prend une part importante dans l’entretien du moral collectif. Fin septembre, cet ancien élève de Mgr Julien fait allusion en chaire à la fameuse lettre pastorale « Patriotisme et endurance » du cardinal Mercier en 1914 et rappelle à ses diocésains qu’il faut « durer et endurer ». La situation de Saint-Dié paraît à la fois comparable à la Belgique occupée et à l’Italie de 1944. Voilà pour les circonstances, mais on se rend bien compte avec la référence faite à Mercier, qui est iconoclaste dans l’épiscopat du temps, combien Blanchet construit clairement sa position. L’opinion diocésaine ne s’y trompe pas, comme le prouve sa popularité au moment de son départ pour l’Institut catholique de Paris en 1947. Surtout, il est le seul évêque désigné comme Defensor civitatis à l’échelle nationale. Il lui accorde ainsi une réputation nationale mais il est bien le seul à être ainsi adoubé. Cet isolement est souligné – à leur corps défendant bien sûr – par les titres catholiques47 tout comme par la République (médaille de la Reconnaissance nationale en 1946, légion d’honneur en 1950).

  • 48 Dans un de ses célèbres discours de la Libération, la lettre ouverte adressée en décembre 1944 à l (...)
  • 49 Le prophétisme d’un Saliège le rattache à la figure Mercier. Le nonce Roncalli fait pour une fois (...)

25La question se pose de savoir s’il faut ouvrir cette liste à davantage d’évêques français à la Libération. Sans vouloir imposer de classement définitif, il paraît important de toujours intégrer l’argument de réputation avant même de discuter les mérites des uns et des autres. Tels prélats populaires et méritants (Petit de Julleville pour son soutien à la population sous les bombes à Rouen, Roques qui est perçu comme anti-nazi à Rennes, Dubourg à Besançon pour ses liens maintenus avec la jeunesse) peuvent-ils être associés aux évêques arrêtés du Sud-Ouest (Moussaron, Rodié, Rastouil, Théas48) ou à la figure écrasante de Saliège49 ? La dizaine d’évêques n’est en tout cas pas dépassée.

  • 50 Mathilde Guilbaud, notice du DEFVS.

26Il paraît excessif de faire des prélats « Défenseurs » ceux qui n’en ont pas la réputation ni auprès de la Résistance catholique ni auprès de l’opinion ou dont les gestes finissants ne permettent aucune évaluation pertinente. D’ailleurs, les quelques évêques qui ont tenté avec un brin d’opportunisme de se construire une carapace héroïque sans légitimation populaire ne sont pas parvenus à leurs fins. Que l’on songe à Mgr Feltin à Bordeaux qui a gardé à l’archevêché sous l’Occupation le drapeau napoléonien de l’école Polytechnique. Or la cérémonie de remise des couleurs censée redorer son blason patriotique n’a pas le succès escompté. Que l’on évoque également Mgr Roland-Gosselin à Versailles qui essaie d’imposer une image héroïque en rappelant son attitude sous les bombardements et qui se voit attaquer par la presse résistante de Seine-et-Oise. Le procès en diffamation qu’il intente et qu’il gagne d’ailleurs assombrit ses derniers mois alors qu’il est déjà très malade50.

  • 51 L’Église catholique en France sous l’Occupation, Paris, 1947, 380 p.
  • 52 « Lettre à un catholique », Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 17 septembre 1944.

27Ces tentatives ne doivent cependant pas nous égarer : l’opportunisme héroïque ne s’est pas généralisé dans l’épiscopat français. La représentation de Défenseurs de la Cité est ainsi complètement absente des libelles de justification hiérarchique du temps. On ne la retrouve ni chez Mgr Guerry dans son plaidoyer pro domo de 194751 ni chez Mgr Roques qui, le premier, s’est lancé dans la défense du corps en 194452. C’est révélateur d’une fatigue héroïque car, d’une certaine façon, cette génération d’anciens combattants aurait pu tenter d’imposer grâce à cet outil conceptuel une ébauche de continuité avec l’héroïsme de sa jeunesse, y compris contre la construction résistancialiste qu’il leur était trop difficile d’accepter.

  • 53 Lire le témoignage de Théas « Mes prisons », cité par S. Guinle-Lorinet, op. cit., p. 500.
  • 54 Cité par Jean Vinatier, Le cardinal Suhard (1879-1949). L’évêque du renouveau missionnaire, Paris, (...)
  • 55 Lors de la polémique que crée son discours maréchaliste du 23 février 1951, à l’occasion le 35e an (...)
  • 56 Archives Historiques de l’archevêché de Paris (AHAP) 1D XIV 19, témoignage en 1959 de Mgr Richaud (...)
  • 57 Mgr Chappoulie a également cité Mercier dans ses discours au moment de la guerre d’Algérie.

28En tout cas, l’absence d’héroïsme ou la trop grande différence avec l’attitude du clergé est le reproche majeur fait par la Résistance catholique, et par le premier d’entre eux, le général De Gaulle, qui l’oppose spontanément au cardinal Suhard lors de son entretien du 7 septembre 1944 avec Mgr Théas53 – « Nous n’avons pas eu, en France, un cardinal Mercier54 » – en songeant très certainement également à attaquer le cardinal Liénart ou d’autres prélats (Feltin à Bordeaux55, Marmottin à Reims). Par sa position, c’est naturellement Suhard qui concentre cette comparaison. Fait intéressant : au sein même de l’épiscopat, une petite minorité critique, convaincue que « c’est à cause de lui que l’épiscopat s’est trouvé à la Libération en situation fâcheuse56 », n’hésite pas à relayer cette lecture, le plus souvent en privé, mais aussi parfois de manière retentissante. C’est ce que fait l’évêque d’Angers, Mgr Chappoulie, dans un discours de 1953 à l’occasion de l’érection d’une statue d’hommage à Suhard dans son village natal de Brains-sur-les-Marches (Mayenne). De la part de l’électron libre de l’épiscopat français, qui l’a représenté à Vichy, l’éloge est passionnant, en ce sens qu’il rassemble la complexité le plus souvent tronquée du personnage : louange de l’évêque missionnaire, en écho à la représentation dominante des catholiques sociaux, mémoire cultivée de l’Occupation en suivant ici les démocrates-chrétiens. Or sur ce dernier point, et tout en présentant un Suhard opiniâtre défenseur de l’Action catholique, Chappoulie enfonce le clou en présence de Feltin et au plus grand dam de l’entourage de Suhard (Le Sourd en particulier) en reprenant la démonstration de l’antithèse Mercier57 :

  • 58 « Le cardinal Suhard père de la Mission de France et de la Mission de Paris, DC, 29 novembre 1953, (...)

« D’autres concevaient différemment le comportement d’un archevêque de Paris, dans la capitale livrée à l’ennemi. Ils auraient voulu que, tel le cardinal Mercier, le cardinal Suhard fît entendre du haut de la chaire de Notre-Dame de vibrantes paroles de confiance et de résistance, au risque de tout briser avec l’autorité occupante.
[...] Puis, il faut bien le dire, il n’aimait pas, il n’était pas habile même à extérioriser son patriotisme, à le faire valoir en phrases éclatantes58. »

  • 59 On peut penser que les démocrates-chrétiens attendaient de Pie XII qu’il fasse ce qu’avait fait so (...)
  • 60 AHAP 3B 63, lettre du P. Jean Rupp, 16 septembre 1944.
  • 61 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie d (...)
  • 62 J’ai ainsi proposé l’expression « émigrés de l’intérieur » pour distinguer la majorité épiscopale (...)
  • 63 Marcel Launay, Un évêque dans la guerre. Les Carnets de Mgr Villepelet 1940-1945, Haute-Goulaine, (...)
  • 64 Lors de la traditionnelle messe du souvenir à Sainte-Croix, le chanoine Larose, curé de Sainte-Thé (...)

29On comprend donc mieux pourquoi la référence au Defensor civitatis n’a pas été davantage utilisée par la majorité des évêques dans les années de sortie de guerre : l’identité leur a été subtilisée par leurs détracteurs, et en particulier les démocrates-chrétiens qui attendent un renouvellement profond de l’épiscopat en lui adjoignant précisément des héros de la Résistance pour régénérer le corps affaibli59. Que répondent, sur le moment, les prélats à ces attaques de déni d’héroïsme ? Restent-ils silencieux ? Absolument pas. Un Suhard attaqué fait ainsi écrire au rédacteur en chef de Combat : « Cet épiscopat [...] a peut-être manqué de panache, mais non de quotidienne amertume60. » L’archevêque de Paris assume ainsi sa position d’anti-Mercier. Dans un mouvement contraire à celui de l’opinion guidée par ses nouvelles élites, Suhard choisit de souligner la « communauté de souffrances61 » dans le gris de l’Occupation, plutôt que l’éclat héroïque de la minorité résistante. Ce refus viscéral du récit mythique gaullien et résistancialiste est peut-être la clé de compréhension de la majorité épiscopale à la Libération. On insiste sur la bulle62 que s’était créée une grande partie de l’épiscopat français à la Libération et que symbolise son maréchalisme anachronique. Il reste en fait très difficile d’évaluer la réception du message et de la position hiérarchique, y compris dans l’Église, car l’écran de l’Occupation et des premières semaines de la Libération empêche l’évaluation de l’ensemble de la sortie de guerre. Mais l’opinion, en particulier une certaine bourgeoisie catholique, doit être assurément invoquée pour affirmer que les évêques n’ont pas prêché dans le désert. Ces prélats n’étaient pas attendus comme des Défenseurs de la cité par une population qui, au fond, leur ressemblait par son comportement pendant l’Occupation. On s’en convaincra avec l’exemple de Mgr Villepelet à Nantes. Dans ses carnets personnels de l’Occupation et de la Libération63, il se voit uniquement comme le défenseur des intérêts spirituels de son diocèse, sans aucune référence à l’aspect temporel ou au prophétisme d’un Mercier, notamment pendant les bombardements extrêmement meurtriers pour la Loire-inférieure. Dans la mémoire cruciale de l’affaire des 50 otages, il choisit d’incarner a minima la conscience nantaise face à la mémoire périphérique, nationale et communiste de Châteaubriant. Loin d’apparaître comme un nouveau saint Émilien Defensor Civitatis, Villepelet en arrive à construire la représentation anti-résistancialiste, à la fois victimaire et salvateur, du « premier et [du] plus beau des otages64 » durant l’année 1948, dans un contexte de guerre scolaire, de reconquête conservatrice de la mairie nantaise et de guerre froide.

30Au final, il s’agit donc de souligner fortement l’altération de la représentation héroïque du corps épiscopal français en invoquant essentiellement un phénomène de génération : les anciens combattants de la Grande Guerre, par le truchement de la vénération à Pétain, ont d’une certaine façon coupé le lien héroïque qui existait entre les deux conflits mondiaux. Naturellement, la comparaison ne peut se réduire à un comparatisme, ni répondre à une quelconque notion d’évolution. L’inscription des deux conflits dans une chronologie d’ensemble (la « guerre de trente ans » définie notamment par De Gaulle) semble la bonne perspective. Le cadre français ne saurait cependant suffire à l’étude de la représentation de l’évêque Défenseur de la cité au XXe siècle. Outre les cas italiens bien connus, et la particularité romaine qu’il faut détacher dans l’identification pontificale (celle de Pie XII surtout honoré d’une place publique avec ce titre en 1948 pour son action de 1943-1944, celle de Paul VI plus récemment durant les « années de plomb »), il faudrait s’intéresser à la Belgique au-delà du cas Mercier et mieux repérer les constructions particulières en Allemagne (autour de Mgr von Galen en particulier), en Espagne (béatification en 1995 de Mgr Anselmo Polanco, évêque de Teruel fusillé par les Républicains en 1939) et surtout par-delà le rideau de fer avec les filiations de Jean-Paul II (Sapieha, Wyszinski). Au terme de cette présentation, il n’est pas inutile de rappeler que cette identité de guerre n’est qu’un élément d’une représentation épiscopale, bien plus complexe à esquisser. Évoquons seulement pour la génération épiscopale française qui nous a principalement intéressés l’identité sociale. Les ponts à construire sont donc multiples et les ramifications encore à développer depuis l’affirmation élitaire jusqu’à la représentation de Defensor plebis. De Mgr Liénart à Mgr Romero, le champ des représentations reste en effet bien ouvert et source d’intérêt.

Annexes

Annexe

Meaux ne présentait plus que l’aspect morne et désert d’une nécropole. Sur 14 000 habitants, il en restait à peine 2 000, troupeau pitoyable de pauvres gens errant à l’aventure et se demandant avec angoisse comment, en l’absence de toute autorité constituée, et après la suppression presque instantanée des services de voirie, d’eau, de gaz et d’électricité, ils pourraient subvenir à leurs besoins les plus essentiels.

Leur inquiétude fut de courte durée. Le chef qu’il leur fallait pour veiller sur eux, à l’heure du péril, se révéla aussitôt dans la personne de l’évêque.

Malgré les instances réitérées de son entourage, Mgr Marbeau avait refusé de quitter sa ville épiscopale ; mais, en bon père, il avait enjoint à ceux de ses prêtres qui n’avaient pas charge d’âmes, de s’éloigner. Ce devoir une fois rempli, il s’employa, avec son activité coutumière, à créer de toutes pièces l’organisation provisoire qui aurait pour mission de veiller au bon ordre, à la sécurité publique et à la distribution régulière des vivres. Quant à lui, il se réserva une part léonine dans cette besogne de dévouement, remplissant, tout à la fois, l’office de maire, de préfet et d’intendant. « Je suis le gouverneur de Meaux », disait-il plaisamment, et il disait vrai. L’historien de la guerre qui, dans quinze ou vingt ans, lira la proclamation affichée, le 7 septembre, sur les murs de la ville, n’en pourra croire ses yeux, tant il sera frappé des qualités d’ordre, de prévoyance, de précision et de méthode, qui ont inspiré ce texte, et son étonnement ne fera que grandir, quand il saura que cette proclamation a été rédigée par un évêque en plein désarroi, à l’heure même où à quelques kilomètres de là, nos héroïques troupes secondées par les Anglais, exerçaient sur l’ennemi cette forte pression qui devait aboutir à la glorieuse victoire de la Marne.

Mgr Lucien Lacroix, Le Clergé et la guerre de 1914. VI. Les évêques et l’invasion, Paris, Bloud et Gay, 1915, p. 20-21.

Notes

1 Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, t. 3, Les provinces du Nord et de l’Est, Paris, 1915, 271 p.

2 Philippe Depreux, « À la recherche des défenseurs de la cité à l’époque carolingienne », Les petits cahiers d’Anatole, no 2, 06/03/2001.

3 Parmi de nombreuses études, voir Henri Haag, « Les origines de la pastorale “Patriotisme et Endurance” du Cardinal Mercier », Revue d’Histoire ecclésiastique, 1999, vol. XCIV, no 2, p. 436-470. À noter ce titre dans la bibliographie Mercier : Un évêque défenseur de la cité. Lettres de S. E. le cardinal Mercier au cours du martyre de la Belgique, Bruxelles, Action catholique, 1918, 215 p.

4 Jean-Dominique Durand, L’Église catholique dans la crise de l’Italie 1943-1948, Rome, École française de Rome, 1991, p. 87-121.

5 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Religion et société en France 1914-1945, au péril des guerres, Toulouse, Privat, 2002, p. 20.

6 Frédéric Le Moigne, Les évêques français de Verdun à Vatican II. Une génération en mal d’héroïsme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, 273 p.

7 Voir François Cochet, Rémois en guerre 1914-1918. L’héroïsation au quotidien, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993, 168 p.

8 Évocation par Fustel de Coulange et Victor Duruy.

9 Émile Chénon, Étude historique sur le « defensor civitatis », Paris, L. Larose et Forcel, 1889, 98 p.

10 Abbé Joseph Brugerette, Le prêtre français et la société contemporaine. La Restauration catholique (1815-1871), Paris, P. Lethielleux éd., 1933, p. 253-255.

11 Voir M. H. Lacombe dans Le Correspondant cité par l’abbé François Lagrange, Vie de Mgr Dupanloup, t. 3, Paris, Librairie Poussielgue Frères, 1884, p. 197-198.

12 Abbé François Lagrange, op. cit., p. 214.

13 Voir Chantal Renaud-Antier, « L’évêque de Meaux, image de l’alliance du clergé et de l’armée pendant la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 187, 1997, p. 71-86 ; à compléter par la thèse de Mathilde Guilbaud, L’Église catholique et la loi de séparation des Églises et de l’État dans les diocèses de Meaux et de Versailles 1905-1914, université Lille 3, 2009. Je remercie l’auteur de m’avoir communiqué la troisième partie de son travail « Aspects de la reconstruction catholique ».

14 Étienne Fouilloux, « Première Guerre mondiale et changement religieux en France », in Jean-Jacques Becker (dir.), Histoire culturelle de la Grande Guerre, Paris, A. Colin, 2005, p. 119.

15 « À Meaux. Le bon pasteur », La Croix, 10 septembre 1914.

16 Des taxis au « miracle » de la Marne selon l’expression de Barrès. À noter que les Allemands ont surinvesti de la même façon dans leur bataille contemporaine et elle aussi défensive de Tannenberg.

17 Les carnets du cardinal Baudrillart, t. 1 : 1914-1918, texte présenté, établi et annoté par Paul Christophe, Paris, Éd. du Cerf, 1994, p. 67.

18 Maurras (Les conditions de la Victoire, Paris, 1916, p. 184) parle du titre « officiel, incontesté, incontestable, de defensor civitatis » que l’on doit reconnaître au successeur de Bossuet. Au moment de la condamnation de l’Action française, il concèdera cette identité à l’ensemble de l’épiscopat français de la Grande Guerre, certainement pour mieux critiquer la génération hiérarchique de Pie XI.

19 Guides Illustrés Michelin Des Champs De Bataille 1914-1918 : La Marne (1914), I. L’Ourcq, Chantilly-Senlis, Meaux, Clermont-Ferrand, 1919.

20 Pour une vision d’ensemble des stratégies épiscopales dans l’espace public, voir Christian Sorrel, « Les congrès catholiques et la ville dans la France contemporaine », dans Bruno Dumons et Bernard Hours (dir.), Villes et religions en Europe du XVIe au XXe siècle. La cité réenchantée, Grenoble, PUG, 2010.

21 À côté d’insuffisances avérées, les ordres de mobilisation et d’évacuation expliquaient ces absences dans l’administration ou chez les élus.

22 Maurice Barrès trouve ainsi l’évêque de Meaux « grotesque » pendant les commémorations de la bataille de la Marne. Lire Les carnets du cardinal Baudrillart, t. 2 : 1er janvier 1919-31 décembre 1921, Paris, Éd. du Cerf, 2000, p. 318.

23 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 122.

24 « Ce qui s’est passé à Châlons-sur-Marne », La Croix, 7 octobre 1914.

25 « Mgr Charost défenseur de la cité », Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 3 juillet 1915, no 42, p. 677.

26 « Avec son tempérament d’artiste et sa culture de lettré, on le voit mieux à sa place parmi les pompes harmonieuses d’une cérémonie pontificale que dans le tumulte des camps » : Mgr Lucien Lacroix, Le clergé et la guerre de 1914. VII. Les évêques et l’invasion (suite et fin), Paris, Bloud et Gay, 1915, p. 23. Je remercie Christian Sorrel de m’avoir prêté ce document.

27 La représentation accentue naturellement les réputations. Ainsi on prêtre à Mgr Foucault, évêque de Saint-Dié, le fait d’avoir été otage et d’avoir été utilisé comme bouclier humain. Sans nier ce fait, il ne saurait être comparé au sort réservé à plusieurs prêtres fusillés dans le diocèse lors de l’invasion allemande. Voir John Horne et Alan Kramer, 1914 Les atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, 600 p.

28 Mgr Lobbedey est ainsi décoré de la Légion d’honneur par le président Poincaré, à Arras, le 16 octobre 1916 ; Mgr Tissier et le maire de Châlons-sur-Marne Joseph Servas, dont l’entente est bien meilleure qu’à Meaux, sont également décorés, toujours par Poincaré, sur la place de l’hôtel de Ville, le 6 octobre 1918.

29 Nadine-Josette Chaline, notice « A. Du Bois de La Villerabel », dans Dominique-Marie Dauzet et Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au Vingtième siècle (désormais DEFVS), Paris, Cerf, 2010.

30 Lors de la sortie de guerre, les évêques décorés par la République prennent soin de ne pas oublier Rome et donc le pape. Luçon fait une conférence patriotique à Saint-Louis des Français, Charost au Séminaire français de Rome.

31 Le clergé et la guerre de 1914. X. Le Cardinal Mercier, Paris, Bloud et Gay, 1915, p. 5.

32 Impossible ainsi pour cet archevêque, du moins jusqu’en 1942, de rejouer le rôle de 1914.

33 Catherine Maurer, notice « Ruch », DEFVS..., op. cit.

34 Semaine religieuse du diocèse de Besançon, 20 juin 1940.

35 Bruno Béthouart (DEFVS..., op. cit.) parle de véritable « panique » à l’arrivée des Allemands, lorsque l’évêque d’Arras s’installe dans le flot des réfugiés bloqués à Noyelles (Somme). Cela n’est pas rappeler la fébrilité évoquée d’un André Du Bois de La Villerabel à Amiens en 1918.

36 « Fêtes jubilaires de Mgr Lamy à Sens le dimanche 20 octobre », Semaine religieuse du diocèse de Sens et Auxerre, 17 novembre 1957.

37 La « parade » ancien combattant de zone sud et ses succédanés cérémoniels de zone occupée ont compté dans la représentation.

38 Ces anciens combattants n’ont plus la force d’être de nouveau héroïques sous l’Occupation et n’acceptent pas de reconnaître le nouveau patriotisme de la jeunesse résistante du fait de la vénération inébranlable pour Pétain.

39 François et Renée Bédarida, La Résistance spirituelle 1941-1944. Les cahiers clandestins du Témoignage chrétien, Paris, Albin Michel, 2001, 412 p.

40 Lire ainsi François Marcot, Les voix de la Résistance. Tracts et journaux clandestins franc-comtois, Besançon, Cêtre, 1989, p. 255.

41 « Lettre de Monseigneur l’Évêque à un jeune catholique de son diocèse [19 juin 1943] », Semaine religieuse du Puy-en-Velay, 25 juin 1943, no 38.

42 Étienne Fouilloux, « Église catholique et Seconde Guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 73, janvier-mars 2002, p. 111-124.

43 Cité par Dominique-Marie Dauzet, notice « Louvard », DEFVS..., op. cit.

44 Mgr Louvard avait été présenté comme « Defensor civitatis » dès la Déclaration de guerre. Lire La Semaine religieuse du diocèse de Coutances et Avranches du 7 septembre 1939.

45 Olivier Georges qualifie ainsi le cardinal Gerlier de « Défenseur de la cité » en fonction de son intervention lors des obsèques des bombardements lyonnais de 1944.

46 Notices du DEFVS par Étienne Fouilloux pour Lefebvre et Blanchet et par Christian Sorrel pour Terrier.

47 « Un évêque défenseur de la Cité. La douloureuse épreuve de la ville de Saint-Dié (septembre-novembre 1944) », La Documentation catholique (désormais DC), 1er avril 1945, no 935, col. 270.

48 Dans un de ses célèbres discours de la Libération, la lettre ouverte adressée en décembre 1944 à la municipalité de Montauban qui a voté la fin des subventions aux écoles privées, Théas fait cette référence : « Défenseur de la Cité et de la Justice, je l’étais hier [sous l’Occupation], je le demeure aujourd’hui. » Cité par Sylvaine Guinle-Lorinet, Pierre-Marie Théas un évêque à la rencontre du XXe siècle, Tarbes-Toulouse, Groupe de recherche en histoire immédiate, 1993, p. 173.

49 Le prophétisme d’un Saliège le rattache à la figure Mercier. Le nonce Roncalli fait pour une fois écho à la Résistance catholique lors de la cérémonie toulousaine de remise du chapeau et de la barrette cardinalices, le 2 mars 1946, lorsqu’il cite Mercier « agonisare pro justitia ». « Cérémonies de la Libération », DC, no 960, 17 mars 1946. Après Jean Guitton, Patrick Cabanel (« Saliège, 23 août 1942 : l’évêque comme prophète », Bulletin de littérature ecclésiastique, CVIII/1, janvier-mars 2007, p. 60-61) insiste sur cette représentation. Il y voit l’entremise de Bruno de Solages auteur d’un hommage à l’archevêque de Malines : Le cardinal Mercier, Albi, impr. coopérative du Sud-Ouest, 1927, p. 19-20. On aimerait cependant avoir des références plus directes pour clore cette question de la filiation Mercier-Saliège.

50 Mathilde Guilbaud, notice du DEFVS.

51 L’Église catholique en France sous l’Occupation, Paris, 1947, 380 p.

52 « Lettre à un catholique », Semaine religieuse du diocèse de Rennes, 17 septembre 1944.

53 Lire le témoignage de Théas « Mes prisons », cité par S. Guinle-Lorinet, op. cit., p. 500.

54 Cité par Jean Vinatier, Le cardinal Suhard (1879-1949). L’évêque du renouveau missionnaire, Paris, Le Centurion, 1983, p. 212.

55 Lors de la polémique que crée son discours maréchaliste du 23 février 1951, à l’occasion le 35e anniversaire de Verdun, Mgr Feltin, désormais archevêque de Paris, se voit rappeler par le comité exécutif de l’Union des FFI la figure du cardinal Mercier pour mieux regretter ses silences de l’Occupation.

56 Archives Historiques de l’archevêché de Paris (AHAP) 1D XIV 19, témoignage en 1959 de Mgr Richaud au RP Bouëssé, o. p.

57 Mgr Chappoulie a également cité Mercier dans ses discours au moment de la guerre d’Algérie.

58 « Le cardinal Suhard père de la Mission de France et de la Mission de Paris, DC, 29 novembre 1953, no 1161, col. 1478-1479.

59 On peut penser que les démocrates-chrétiens attendaient de Pie XII qu’il fasse ce qu’avait fait son prédécesseur dans le renouvellement hiérarchique d’après la condamnation de l’Action française. Sur ces intentions, voir le Journal de France d’A. G. Roncalli, Paris, Cerf, 2006 et 2008, introduit et annoté par Étienne Fouilloux.

60 AHAP 3B 63, lettre du P. Jean Rupp, 16 septembre 1944.

61 Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de guerre, 1944-1945, Rennes, PUR, p. 401 et 403.

62 J’ai ainsi proposé l’expression « émigrés de l’intérieur » pour distinguer la majorité épiscopale d’une minorité hiérarchique confortée à la Libération.

63 Marcel Launay, Un évêque dans la guerre. Les Carnets de Mgr Villepelet 1940-1945, Haute-Goulaine, éd. Opéra, 2007, 224 p.

64 Lors de la traditionnelle messe du souvenir à Sainte-Croix, le chanoine Larose, curé de Sainte-Thérèse de l’Enfant-Jésus, impose cette expression (Semaine religieuse du diocèse de Nantes, 30 octobre 1948) qui joue sur l’ambiguïté entre 1940 lorsque Villepelet fut désigné comme otage par les Allemands et 1941 quand l’évêque intervint pour limiter le nombre des fusillés nantais faisant suite à l’exécution du Feldkommandant Hotz.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540