Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les chrétiens, la guerre et la paix

 | 
Bruno Béthouart
, 
Xavier Boniface

Avant-propos

Bruno Béthouart

Texto completo

1En 1992, à Bruxelles, puis en 1993 à Lille, le journaliste Jean-Yves Riou ainsi qu’Yves-Marie-Hilaire et Gérard Cholvy, professeurs d’histoire contemporaine à Lille 3 et Montpellier, lancent les deux premières universités d’été. L’article 2 des statuts en précise l’objet : « La promotion de l’histoire religieuse dans une double perspective : scientifique et européenne. Pour réaliser cet objectif, l’association organise tous les ans une université d’été dont les thèmes sont liés à l’actualité. »

2Le Carrefour d’Histoire religieuse s’est efforcé, depuis lors, sous les présidences successives de Gérard Cholvy, jusqu’en 2001, puis de Christian Sorrel, professeur à Lyon 2, jusqu’en 2006, de satisfaire un dessein : répondre à l’urgence d’une culture religieuse à transmettre aux jeunes générations. Nous continuons donc de mettre en débat l’étude d’un fait religieux dans ses différentes déclinaisons confessionnelles et ses implications temporelles. Chaque année, un nouveau thème est abordé dans une ville différente. Ces universités d’été, organisées par des historiens de métier, rassemblent un public large et varié.

3En 2009, le choix a porté sur « les chrétiens, la guerre et la paix ». La proximité de Caen, haut lieu de la mémoire du débarquement, justifiait le lieu d’accueil, la Maison Notre-Dame de la Délivrande, dont il convient de remercier la responsable, Madame Goubant, pour sa grande disponibilité. Elle est située à Douvres-la-Délivrande, une commune de 5 000 habitants, au riche passé historique, située près de l’une des plages du débarquement (Gold), et dont le maire, Thierry Lefort, nous a aimablement reçus en son hôtel de ville. Par ailleurs, Mgr Pierre Pican, alors évêque de Bayeux-Lisieux, avait d’emblée donné son soutien, mais des raisons de santé l’ont finalement empêché de venir. Nous tenons aussi à remercier le Conseil général du Calvados et sa présidente, Anne d’Ornano, pour leur aide financière, et la Fondation Louis Florin, sous l’égide de la Fondation de France, dont le précieux concours a permis l’édition de ces actes.

4Aux côtés du président, les maîtres d’œuvre de cette session ont été Xavier Boniface, son responsable scientifique, et Catherine Masson, la trésorière. Un remerciement ira également à l’abbé Gérard Pelletier pour son accueil du conseil d’administration qui a préparé cette rencontre en octobre 2008 au presbytère de Saint-Louis-en-l’Île à Paris.

5Le Carrefour d’Histoire religieuse s’appuie sur quatre piliers :

  • Il est un espace de recherche historique à caractère scientifique autour des questions religieuses, prenant en compte un héritage multi-séculaire assumé et appréhendé notamment à travers ce que Pierre Nora appelle le « regard intérieur » ; il cherche à entretenir de bonnes relations avec les autorités religieuses locales.
  • Il n’est pas un club d’historiens confessionnels.
  • Il s’efforce de vulgariser les problématiques actuelles en histoire religieuse pour un large public, en particulier de journalistes et de professeurs de l’enseignement secondaire.
  • Il veille à donner la parole aux jeunes chercheurs.

6Le thème sur « les chrétiens, la guerre et la paix » reste d’actualité : le spectacle désolant et tragique des conflits en Palestine ou en Irak le démontre. Les siècles passés en Europe, jusqu’au milieu du XXe siècle, ont connu leurs tragédies qui, comme la Grande Guerre, ont vu s’affronter des peuples au nom d’idéologies politiques, d’intérêts économiques mais aussi de différences religieuses. Il est donc d’autant plus important de souligner la chance que connaît ce continent depuis la fondation de la CECA, notamment par des chrétiens démocrates : Robert Schuman, Konrad Adenauer, Alcide de Gasperi, hommes de foi et des marges frontalières, en partenariat avec le socialiste Paul-Henri Spaak, ont donné la preuve de l’importance de la présence des chrétiens sur le plan politique et de leur efficacité. Il est d’ailleurs révélateur que les responsables du Mémorial de Caen, visité lors de cette université d’été, qui consacrent des espaces aux récits des affrontements, veulent aussi et surtout dédier ce lieu très fréquenté à la Paix, qui ne peut se réduire à une absence de guerre.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540