Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’apologétique chrétienne

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Quatrième partie. Époque contemporaine. Un repli défensif ?

Les Martyrs dans l’œuvre apologétique de Chateaubriand

Laure Boulerie

Texte intégral

  • 1 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, Rozez, Paris, 1848, Levaillant M. et Moulinier G. (éd (...)

1Les Martyrs sont sans doute l’œuvre la plus méconnue de Chateaubriand, alors que l’on continue à lire Atala, René ou les Mémoires d’outre-tombe. Ce désamour pour un texte majeur de la littérature française, s’explique sans doute par la thématique même de l’ouvrage : l’épopée du christianisme. Chacune des œuvres de Chateaubriand est pourtant marquée par une vision apologétique très forte et, si l’on considère ses écrits depuis le Génie du christianisme, Les Martyrs apparaissent comme le couronnement de la vision de l’auteur. Chateaubriand a porté un soin jaloux à la rédaction d’un ouvrage qu’il a pensé durant de nombreuses années. Pour lui, c’est « de tous mes écrits celui où la langue est la plus correcte1 », ce qui marque bien l’importance des Martyrs pour Chateaubriand lui-même quand on sait le soin qu’il portait à ses ouvrages. Les Martyrs sont un roman à part dans l’œuvre de l’auteur romantique. Ils sont le fruit de la carrière littéraire de Chateaubriand en tant que défenseur de la religion et sont indissociables d’un contexte social marqué par les répercussions de la Révolution. Le choix de l’épopée chrétienne questionne car il semble ardu de concilier l’épique et le christianisme. Comment Chateaubriand parvint-il à détourner et à jouer sur les codes de la poésie antique afin de faire œuvre d’apologie et surtout cette perversion poétique atteint-elle au but désiré ?

  • 2 Ibid, p. 398.
  • 3 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 398.
  • 4 Ibid., p. 442.
  • 5 Ibid., p. 442-443.
  • 6 Ibid., p. 443.
  • 7 Ibid.

2Fort d’une réputation avantageuse dans le milieu des exilés anglais grâce à l’Essai sur les Révolutions, Chateaubriand revint en France en 1800 après avoir reçu la nouvelle du décès de sa mère puis de sa sœur. En évoquant le trépas de sa mère, Chateaubriand estime que le scepticisme religieux qui marquait cette première gloire « répandit sur ses derniers jours une grande amertume2 ». Ces douloureuses nouvelles marquent le retour à la foi de Chateaubriand qui « n’a point cédé […] à de grandes lumières surnaturelles », mais dont la « conviction est sortie du cœur ; j’ai pleuré et j’ai cru3 ». Ainsi, Chateaubriand prône-t-il une religion fille du cœur et non de la raison à l’instar de Pascal. Ses impressions, de retour dans sa patrie qu’il n’avait pas vue depuis de nombreuses années, sont assez mitigées. Il se voit obligé de « causer tranquillement avec les assassins de quelques-uns de ses proches4 » ; les concierges regrettent les exécutions de femmes qui « avaient le cou blanc comme la chair de poulet5 », les « septembriseurs » sont devenus marchands de pommes et les Jacobins « des barons et des comtes6 ». Il constate avec amertume « la métamorphose des républicains en impérialistes et de la tyrannie de tous dans le despotisme d’un seul7 », revenant ainsi sur la versatilité du peuple et sur l’inanité de la violence révolutionnaire encore présente dans tous les esprits. Cependant, la réouverture des églises et ses amis l’encouragent dans son projet d’« expier [son] premier ouvrage par un ouvrage religieux ». Le Génie du christianisme fut mis en vente le 14 avril 1802, alors que quatre jours plus tard Notre-Dame sonnait pour la première fois depuis dix ans. Ceci démontre que l’ouvrage parut au moment opportun où s’amorçait un retour à la foi, auquel il contribua. Chateaubriand envisage le Génie du christianisme comme une consolation pour les croyants après les affres de la Révolution :

  • 8 Ibid., p. 461.

« Que de forces surnaturelles à demander pour tant d’adversités subies ! Combien de familles mutilées avaient à chercher auprès du Père des hommes les enfants qu’elles avaient perdus ! Combien de cœurs brisés, combien d’âmes devenues solitaires appelaient une main divine pour les guérir ! On se précipitait dans la maison de Dieu comme on entre dans la maison du médecin le jour d’une contagion. Les victimes de nos troubles (et que de sortes de victimes !) se sauvaient à l’autel ; naufragés s’attachant au rocher sur lequel ils cherchent leur salut8. »

  • 9 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, Migneret, Paris, 1802, texte établi, présenté et a (...)
  • 10 Ibid., p. 470.
  • 11 Ibid., p. 469-470.
  • 12 Ibid., p. 459.
  • 13 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, p. 468.
  • 14 Ibid, p. 472.
  • 15 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 460.

3En égrenant le nom des plus grands apologistes9, puis en relevant que les genres qu’ils ont utilisés sont « épuisés10 » Chateaubriand offre dès le premier chapitre du Génie du christianisme une vision novatrice de ce que va être son apologie. Pour lui, « il faut prouver que la religion chrétienne est la plus poétique et la plus humaine, la plus favorable à la liberté, aux arts et aux lettres ; que le monde moderne lui doit tout, depuis l’agriculture jusqu’aux sciences abstraites ; depuis les hospices pour les miséreux, jusqu’aux temples bâtis par Michel-Ange et décorés par Raphaël11 ». Cette vision créatrice est bien évidemment à mettre en rapport avec « le chaos Révolutionnaire12 » et avec la philosophie des Lumières, notamment Voltaire qui « eut l’art funeste chez un peuple capricieux et aimable, de rendre l’incrédulité à la mode13 ». En traitant des dogmes et de la doctrine, de la poétique du christianisme, du culte, Chateaubriand tente dans son ouvrage d’amorcer un véritable retour à la religion chrétienne en chantant ses beautés pour « frapper au cœur de l’incrédule de toutes les manières14 ». Mais, si « tout paraissait annoncer [sa] chute15 », le Génie du christianisme fut un véritable succès qui fit de Chateaubriand le chantre de la religion chrétienne à travers l’Europe. En effet, il semble qu’il ait répondu à une avidité de foi autant qu’à un besoin de sens dans un monde bouleversé et secoué de soubresauts incessants. La forme très littéraire de l’ouvrage et déjà marquée par le romantisme est sans doute également pour beaucoup dans le succès de l’ouvrage, tout autant que la vision originale de Chateaubriand qui n’aura de cesse par la suite de vouloir faire « chanter » la religion chrétienne mieux que la religion païenne.

  • 16 Ibid., p. 444-445.
  • 17 Ibid.
  • 18 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 873. Titre du livre V de la troisième (...)

4Atala et René sont deux œuvres qui s’inscrivent pleinement dans la vision apologétique de Chateaubriand. Ces deux romans, indissociables, étaient à l’origine destinés à intégrer le grand roman américain de Chateaubriand, qui ne fut jamais achevé. Les deux œuvres devaient être publiées à la suite du Génie du christianisme. Cependant, si ce fut le cas pour René, Atala connut une publication anticipée car l’auteur craignait qu’une édition non autorisée parût, à la suite de la disparition d’épreuves du texte. Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert fut publié le 17 avril 1801, puis intégra la suite du Génie du christianisme. L’œuvre connut un succès retentissant sans doute, comme le dit l’auteur lui-même, car c’était « une sorte de production d’un genre inconnu16 » « au milieu de la littérature d’Empire, de cette école classique, vieille rajeunie dont la seule vue inspirait l’ennui17 ». René, qui connut à l’instar d’Atala le succès, est également son pendant tant dans le thème que dans son rattachement au Voyage en Amérique et au Génie du christianisme. Les deux textes ne sont pas demeurés dans les mémoires comme de grandes apologies et pourtant, ils ont tous deux pour but d’illustrer certains chapitres du Génie du christianisme. Atala devait préciser le chapitre sur « les harmonies de la religion chrétienne » alors que René ambitionnait compléter celui sur « le vague des passions ». En fait, il s’agit de peindre « les harmonies de la religion chrétienne avec les scènes de la nature et les passions du cœur humain18 ». L’apologie « sauvage » que l’on trouve dans ces textes est largement dépassée par le caractère romantique des deux œuvres. Atala est l’expression d’un amour malheureux qui ne parvient à son terme que par le destin tragique de l’héroïne, brisée par le poids d’une religion trop pesante pour elle. René semble plus un roman de confidences personnelles faisant écho à la vie de Chateaubriand telle qu’on la trouve contée dans les Mémoires d’outre-tombe. Il s’agit là du paroxysme de l’expression de la mélancolie romantique. Cependant, même si les œuvres retinrent l’attention pour leur désenchantement et leur poésie, elles n’en contiennent pas moins les marques de l’apologie voulue par Chateaubriand. Cette vision est peut être moins prégnante dans René qui ne fait intervenir la religion qu’à son terme avec l’apparition du Père Souël, missionnaire qui remet de la moralité dans le récit d’une vie désolante. Ainsi, il sermonne sévèrement René :

  • 19 Chateaubriand F.-R., René, Paris, 1802, dans Œuvres romanesques et voyages, texte établi, présenté (...)

« Jeune présomptueux qui avez cru que l’homme se peut suffire à lui-même, la solitude est mauvaise à celui qui n’y vit pas avec Dieu ; elle redouble les puissances de l’âme en même temps qu’elle leur ôte tout sujet pour s’exercer. Quiconque a reçu des forces doit les consacrer au service de ses semblables : s’il les laisse inutiles, il en est d’abord puni par une secrète misère, et tôt ou tard le ciel lui envoie un châtiment effroyable19. »

  • 20 Chateaubriand F.-R., Atala, Migneret, Paris, 1801, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. I, p.  (...)

5Ces deux œuvres avaient donc pour ambition de donner un cadre novateur à l’apologie en faisant « l’épopée de l’homme de la nature20 », sans pour autant que Chateaubriand adhère aux théories rousseauistes de l’homme bon.

  • 21 Chateaubriand F.-R., Voyage en Italie, dans Œuvres romanesque et voyages, vol. II.
  • 22 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en allant par la Grè (...)
  • 23 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 449.
  • 24 Ibid., p. 601.
  • 25 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 701.
  • 26 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 701.

6Durant les quatre années qui séparent le succès du Génie du christianisme et la publication des Martyrs, Chateaubriand devint un grand voyageur. Il séjourna en Italie entre 1803 et 1804 en tant que secrétaire d’ambassade, puis il entreprit son grand voyage en Orient en 1806. Son séjour italien est relaté dans le Voyage en Italie21 publié en 1821, et les pérégrinations orientales sont connues sous le titre célèbre d’Itinéraire de Paris à Jérusalem22, publié en 1811. Ces deux récits sont importants pour comprendre le cheminement qui amena Chateaubriand à décider d’entreprendre la rédaction des Martyrs. Il semble que l’Italie ait donné à Chateaubriand l’idée d’un cadre et que la puissante mélancolie qu’il éprouva au milieu des ruines de Rome alors que sa maîtresse venait de décéder inspira les prémices de son histoire23. Après un court retour à Paris où il se lance dans la rédaction de sa grande apologie, Chateaubriand, après avoir perdu sa sœur Lucile, se dit « impatient d’aller mêler [ses] délaissements aux ruines d’Athènes, [ses] pleurs aux larmes de Madeleine24 ». Il se lance donc dans un périple qui l’entraîna en Grèce, en Palestine, en Égypte, au Maghreb puis en Espagne avant de rentrer à Paris en juin 1807. L’Itinéraire de Paris à Jérusalem, expression littéraire tardive de son voyage, est intrinsèquement lié aux Martyrs puisque le voyage n’était que le prétexte à « aller chercher des images25 ». Cette idée est largement renforcée par les dires de l’auteur lui-même qui explique dans la préface que « cet Itinéraire n’était point destiné à voir le jour26 ». En effet, comme il le dit dès le commencement du texte :

  • 27 Ibid., p. 769.

« J’avais arrêté le plan des Martyrs : la plupart des livres de cet ouvrage étaient ébauchés ; je ne crus pas devoir y mettre la dernière main avant d’avoir vu les pays où ma scène était placée : d’autres ont leurs ressources en eux-mêmes ; moi j’ai besoin de suppléer à ce qui me manque par toutes sortes de travaux. Ainsi, quand on ne retrouvera pas dans cet Itinéraire la description de tels ou tels lieux célèbres, il faudra la chercher dans Les Martyrs27. »

  • 28 Ibid., p. 269-270.
  • 29 Ibid., p. 961.

7Cependant, si la recherche d’images est le principal motif du voyage, Chateaubriand ne se départit pas non plus de sa ferveur religieuse et c’est également pour lui un moyen d’affermir sa foi. Ainsi dit-il : « Je serai peut être le dernier français sorti de mon pays pour voyager en Terre Sainte, avec les idées, le but et les sentiments d’ancien pèlerin28. » On retrouve dans l’Itinéraire la même volonté apologétique et la même piété que dans Les Martyrs. L’exaltation religieuse conditionne les observations de Chateaubriand. Ainsi par exemple lorsqu’il découvre la Palestine : « La vue du berceau des Israélites et de la patrie des chrétiens me remplit de crainte et de respect. J’allais descendre sur la terre des prodiges, aux sources de la plus étonnante poésie, aux lieux où, même humainement parlant, s’est passé le plus grand évènement qui ait jamais changé la face du monde, je veux dire la venue du Messie29. » La vision de Chateaubriand est ancrée dans le sentiment religieux et il semble tout naturel qu’il ait cherché à produire la plus belle apologie de son siècle. Son cheminement littéraire depuis le Génie du christianisme jusqu’aux voyages qu’il entreprit et relata amène nécessairement à l’œuvre qu’il pensait sa meilleure : Les Martyrs.

  • 30 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 637.
  • 31 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 470.
  • 32 D’Andlau B., Chateaubriand et Les Martyrs, naissance d’une épopée, José Corti, Paris, 1952 ; Didie (...)
  • 33 Chateaubriand, F.-R., Les Martyrs, Le Normant, Paris, 1809, dans Œuvres romanesques et voyages, vo (...)
  • 34 D’Andlau B., op. cit., p. 142.
  • 35 Duchemin M., La Bibliothèque de Chateaubriand, Paris, L. Guiraud-Badin, 1932.

8Les Martyrs sont donc le fruit d’une longue maturation et achèvent le cheminement de Chateaubriand en tant que poète apologiste. L’œuvre est présentée comme une « preuve30 » de ce que l’auteur soutenait dans le Génie du christianisme à savoir qu’« il est temps qu’on sache enfin à quoi se réduisent ces reproches d’absurdité, de grossièreté, de petitesse qu’on fait tous les jours au christianisme ; il est temps de montrer que, loin de rapetisser la pensée, il se prête merveilleusement aux élans de l’âme, et peut enchanter l’esprit aussi divinement que les Dieux de Virgile et d’Homère31 ». Les Martyrs ont connu plusieurs phases de composition entre Rome, Paris et le voyage en Orient32. Le lien avec l’Itinéraire est formellement marqué, avec force fausse modestie, par l’auteur lui-même dans la préface des deux premières éditions de l’ouvrage : « Quand mon ouvrage n’aurait d’ailleurs aucun mérite, il aurait du moins l’intérêt d’un voyage fait aux lieux les plus fameux de l’histoire […]. Ainsi, en lisant les descriptions qui se trouvent dans Les Martyrs, le lecteur peut être assuré que ce sont des portraits ressemblants, et non des descriptions vagues et ambitieuses33. » Certains critiques pensent d’ailleurs que c’est lors de ce voyage que Chateaubriand eut l’idée de transformer un simple roman chrétien en épopée inspiré par la vision des grands sites immortalisés par les épopées païennes34. Ce qui est sûr c’est que Chateaubriand s’investit beaucoup dans ce travail puisqu’il réunit une documentation impressionnante qu’il n’a de cesse de citer dans les notes ainsi que dans la préface de l’ouvrage ce dont témoignent les inventaires de la bibliothèque de la Vallée-aux-loups35.

  • 36 Chateaubriand F.-R., Atala, op. cit., p. 18.

9Le choix de la forme épique constitue la pierre angulaire de la visée apologétique de Chateaubriand. L’auteur avait déjà usé de cette forme pour Atala mais parcimonieusement puisqu’il « avait donné à ce petit ouvrage les formes les plus antiques ; il est divisé en prologue, récit et épilogue36 ». Pour les Martyrs, Chateaubriand va se montrer plus audacieux et ambitionne de concurrencer Homère et Virgile en prouvant que l’épique chrétien surpasse l’épique païen. Il explique dès la préface de l’épopée :

  • 37 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.

« J’ai avancé dans un premier ouvrage, que la Religion chrétienne me paraissait plus favorable que le Paganisme au développement des caractères et au jeu des passions dans l’épopée. J’ai dit encore que le merveilleux de cette religion pouvait peut-être lutter contre le merveilleux emprunté de la Mythologie. Ce sont ces opinions, plus ou moins combattues, que je cherche à appuyer par un exemple37. »

  • 38 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 628.
  • 39 Ibid.
  • 40 Dante A., La Divine Comédie, traduit par Moutonnet de Clarfont, Leclerc, Paris, 1776.
  • 41 Milton J., Le Paradis perdu, traduit par N.-F. Dupré de Saint-Maur, Bibliothèque nationale, Paris, (...)
  • 42 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 629.
  • 43 Le Tasse, La Jérusalem délivrée, F. Delaulne, Paris, 1703.
  • 44 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 631.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid., p. 465.
  • 47 Ibid., p. 637.

10En effet, cette théorie est l’objet de la seconde partie du Génie du christianisme dans laquelle Chateaubriand explicite avec précision sa vision de l’épopée au service du christianisme. Pour lui « l’épopée est la première des compositions poétiques38 ». Cette volonté participe aussi du désir d’éternité qui jalonne l’œuvre de Chateaubriand. En effet, ne dit-il pas : « Autre choses est de produire un ouvrage de quelques mois de travail, autre chose est d’élever un monument qui demande les labeurs de toute une vie39. » La conception de l’épopée chez Chateaubriand est très particulière car elle s’oppose à celle jusqu’ici mise en œuvre par les auteurs d’épopées modernes. En examinant les différentes épopées chrétiennes, Chateaubriand relève les erreurs commises par ses prédécesseurs. Pour lui l’Enfer de Dante40 ou le Paradis Perdu de Milton41 recèlent dans leur composition un défaut qui les empêche de surpasser les anciens car « tout poème où une religion est employée comme sujet et non comme accessoire, où le merveilleux est le fond et non l’accident du tableau, pèche essentiellement par la base42 ». Quant au Tasse43, Chateaubriand le juge trop timoré lui reprochant n’avoir pas « osé employer les grandes machines du christianisme44 », même s’il reconnaît qu’« après la Jérusalem, on sera du moins obligé de convenir qu’on peut faire quelque chose d’excellent sur un sujet chrétien45 ». Il est intéressant de considérer que la vision apologétique de Chateaubriand est construite sur les beautés de la religion qu’il oppose à celles de religions disparues. L’enjeu des Martyrs semble avant tout poétique car il s’agit de surpasser ceux que le temps n’a pas réussi à effacer et qui restent les maîtres de la forme supérieure de la poésie. Chateaubriand aurait pu faire le choix de lancer de violentes diatribes contre les thuriféraires de l’athéisme, nombreux dans la période postrévolutionnaire. Mais, plutôt que de se battre de front avec ceux qu’il nomme les « ennemis46 » de la religion, Chateaubriand décide de faire la démonstration des beautés de la religion catholique en appliquant les doctrines qui ont présidé à son succès. Ce choix tient autant d’une volonté apologétique qu’à la vanité de l’auteur qui disait que l’« écrivain original n’est pas celui qui n’imite personne, mais celui que personne ne peut imiter47 ».

  • 48 Ibid. p. 630.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid.

11Le choix du cadre de l’épopée s’inscrit pleinement dans la vision apologétique de Chateaubriand. Deux options s’offrent à lui : soit il décide de mettre en scène « une histoire moderne48 » et il lui « faut chanter sa nation49 », soit « il faut travailler sur un fond antique50 ». Chateaubriand choisit la seconde option car il veut pouvoir poser une confrontation directe entre les dieux païens et le dieu chrétien afin de garantir sa thèse. C’est ce qu’il explique dans la préface des Martyrs :

  • 51 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.

« Il m’a semblé qu’il fallait chercher un sujet qui renfermât dans un même cadre le tableau des deux religions, la morale, les sacrifices, les pompes des deux cultes ; un sujet où le langage de la Genèse pût se faire entendre auprès de celui de l’Odyssée ; où le Jupiter d’Homère vînt se placer à côté du Jéhovah de Milton sans blesser la piété, le goût et la vraisemblance des mœurs51. »

  • 52 Ibid., p. 29.
  • 53 Ibid.
  • 54 David M.-F., Antiquité latine et décadence, Honoré Champion, Paris, 2001, p. 13.
  • 55 Ibid., p. 14.
  • 56 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.
  • 57 Ibid., p. 30.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 106.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid.
  • 63 Voir le récit d’Ulysse chez Alkinoüs chant V à XII dans L’Odyssée d’Homère, et le récit d’Enée che (...)
  • 64 Derive J., L’épopée, unité et diversité d’un genre, Karthala, Paris, 2002.

12C’est pourquoi il décide d’exposer « l’époque historique de l’alliance des deux religions52 », c’est-à-dire « la persécution excitée par Dioclétien, vers la fin du troisième siècle53 ». Ce choix est particulièrement important car il détermine la vogue de ce que Marie-France David appelle « les romans antiques chrétiens54 » qui fleurirent dans les années 1840 et qui sont calqués sur le modèle romanesque de Chateaubriand. En effet, ces romans qui veulent avant tout « inculquer des préceptes moraux55 » s’inscrivent systématiquement dans une période de grande persécution, imitant en cela le modèle romanesque des Martyrs. En réalité, choisir le règne de Dioclétien est le moyen pour Chateaubriand de mettre en exergue la naissance du christianisme et de montrer de quelle manière il est parvenu à détruire « les autels des idoles56 » auprès desquelles il s’élevait. Aujourd’hui suranné, le thème est, à l’époque, novateur et Chateaubriand le juge « fécond » car « il met à [sa] disposition l’antiquité profane et sacrée57 ». De plus, cela lui permet un retour « au berceau de nos ancêtres58 » avec les épisodes Gaulois et Francs à même de toucher le lecteur en lui rappelant ses origines. Ce choix est également important pour la composition de l’œuvre parce qu’il correspond mieux aux critères formels de l’épopée et permet la réutilisation des procédés de la poésie antique. Ainsi, Chateaubriand transpose l’invocation aux muses dans une perspective chrétienne très offensive : il s’adresse à « la muse céleste59 » afin d’avoir « quelques larmes que Jérémie versait sur les malheurs de Sion60 » et appelle « la muse des mensonges », incapable « de faire de la mort et du malheur même une chose sérieuse61 », à reconnaître sa défaite contre « la muse des vérités62 ». D’autre part, la composition épique des Martyrs est parfaitement évidente avec les vingt-quatre livres qui correspondent aux modèles homérique et virgilien et le long récit interne d’Eudore, écouté par Cymodocée et sa famille des livres IV à XI63, qui résonne comme un écho chrétien aux aventures païennes des modèles héroïques des récits antiques64. Chateaubriand se projette dans une bataille entre les beautés de la religion chrétienne et celles que l’on prête à la religion païenne avec panache en décidant d’emprunter sa forme et son thème à ceux de l’antiquité. Il pense que par la confrontation directe dans la forme poétique la plus considérée, il parviendra à faire triompher les beautés du christianisme et par conséquent à faire la preuve de ce qu’il avançait dans le Génie du christianisme.

  • 65 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 81.

13Le but de l’épopée du christianisme de Chateaubriand est clairement apologétique. Cependant, il apparaît que Les Martyrs sont inclassables dans un genre particulier d’apologie puisqu’ils ressortent d’une volonté totalisante de l’auteur. L’œuvre intervient dans un contexte d’affaiblissement de la foi consécutif à la Révolution et à l’influence du rationalisme des Lumières, par conséquent il apparaît logique que la volonté de Chateaubriand s’inscrive surtout dans l’aspect parénétique, c’est-à-dire l’encouragement des chrétiens dans leur foi en une période trouble mettant en valeur que « l’Enfer sera confondu65 » et que l’avènement du Christ sera établi. Nonobstant, on retrouve également dans l’ouvrage d’autres aspects de l’apologie. L’aspect protreptique est marqué par la détermination à chanter les beautés de la religion chrétienne et l’aspect polémique se retrouve dans la confrontation avec la religion païenne, jugée inepte et décrite dans ses errances et ses nombreux excès. Finalement, ce qui importe le plus dans le texte, c’est la résolution qu’a Chateaubriand de rendre son ouvrage universel. En effet, l’auteur en choisissant un contexte antique souhaite s’adresser au plus grand nombre, et même si l’ouvrage intervient dans le contexte précis de la première moitié du XIXe siècle, il est évident qu’il cherche avant tout l’universalité, comme les modèles qu’il cherche à surpasser. Pour ce faire, Chateaubriand choisit, comme il l’avait expliqué dans Le Génie du christianisme, de mettre en scène une « action privée », celle du destin d’Eudore et de Cymodocée, aux prises avec les deux suppôts d’un pouvoir archaïque et violent représentés par Hiéroclès et Galérius. Chateaubriand résume lui-même parfaitement la disposition de l’action :

  • 66 Ibid., p. 83-84.

« Dans le récit des Martyrs, vous trouvez d’abord la peinture des caractères qu’il sera essentiel de connaître dans le développement de l’action : vous y trouvez le tableau du Christianisme dans toute la terre, au moment d’une persécution qui va frapper tous les chrétiens ; vous y trouvez l’excommunication d’Eudore, qui fait prendre à l’action le tour qu’elle doit prendre ; vous y trouvez la grande faute qui sert à ramener le héros dans le sein de l’Église : faute qui, répandant sur le fils de Lasthénès l’éclat de la pénitence, attire sur lui le regard des Chrétiens, et le fait de choisir pour défenseur de l’Église ; vous y trouvez le commencement de la rivalité d’Eudore et d’Hiéroclès, l’annonce des victoires de Galérius sur les Parthes : ces victoires achèvent de rendre ce prince maître absolu de l’esprit de Dioclétien, et préparent ainsi l’abdication qui amène la persécution ; enfin vous y trouvez par la vision de saint Paul Ermite, la prédiction du martyre d’Eudore, et du triomphe complet de la Religion. Pour comble de précautions, ce récit est motivé dans le Ciel : Dieu déclare qu’il a conduit Eudore par la main, afin d’éprouver sa foi et de préparer sa victoire. Ajoutons que ce récit a de plus l’avantage de faire naître l’amour de Cymodocée, d’inspirer à cette jeune Païenne les premières pensées du Christianisme et de concourir ainsi par un double moyen au but de l’action. Il ne vient donc pas là sans raison, pour satisfaire la curiosité d’un personnage, comme la plupart des récits épiques66. »

  • 67 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 498.
  • 68 Ibid., p. 489.
  • 69 Ibid., p. 475.
  • 70 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 672.
  • 71 Spitzer L., Études de style, traduit de l’anglais et de l’allemand par É. Kaufholz, A. Coulon, M. (...)
  • 72 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 498.
  • 73 Ibid., p. 498.
  • 74 Ibid., p. 456.
  • 75 Ibid., p. 484.

14Chateaubriand exprime clairement la visée de son œuvre et le récit mis en œuvre. Pour plus d’efficacité, l’auteur choisit une poétique risquée, celle du renversement afin de mieux frapper les esprits. Erigée d’après les modèles épiques traditionnels, l’œuvre de Chateaubriand est bâtie sur une poétique du martyre qui s’exprime dans la caractérisation héroïque des personnages principaux : Eudore le jeune pêcheur repenti et Cymodocée la vierge païenne convertie qui accompagne son sacrifice. Ils ne prennent leur épaisseur que par leur opposition au couple ennemis de leur cause : Galérius, monstre d’ambition, et Hiéroclès, parangon de la compromission et de l’obscénité morale. L’expression de la poétique du martyre, construite sur le modèle épique entraine une remotivation chrétienne. En effet, contrairement aux héros épiques ordinaires, les « époux martyrs67 » revêtent une dimension hagiographique qui s’exprime dans leur foi intraitable et leur volonté de sacrifice. Eudore, non exempt de fautes, « remercie Dieu, qui l’a reçu dans sa miséricorde, et l’a conduit, par un merveilleux conseil à une fin si glorieuse68 » ; quant à Cymodocée, elle entrevoit dans son sacrifice « un bonheur et des beautés divines69 ». Paradoxe d’une résignation heureuse à une mort cruelle, la trajectoire du couple héroïque est la parfaite expression du renversement de valeurs par Chateaubriand qui détourne dans un sens chrétien des valeurs platoniciennes en pensant que « le cœur humain veut plus qu’il ne peut ; il veut surtout admirer : il a en soi un élan vers une beauté inconnue, pour laquelle il fut créé dans son origine70 ». En réutilisant les archétypes du genre épique, aussi bien dans la constitution de ses héros que dans l’opposition avec les « méchants » afin de les réadapter à une sensibilité chrétienne, Chateaubriand met en place les fondements de la poétique du martyre, pierre angulaire de son épopée chrétienne. L’expression de la poétique du renversement entraîne un problème stylistique dans la représentation de la violence inhérente au texte. L’auteur va utiliser deux esthétiques distinctes, l’esthétique classique qui permet l’euphémisation dans la représentation des martyrs et l’esthétique baroque qui permet de peindre le sadisme dans la représentation de la mort des deux tyrans. Construites par parallélisme, les deux représentations permettent d’exprimer le triomphe du chrétien qui attend le martyre comme une récompense sur le païen qui succombe dans d’atroces souffrances physiques et morales. La poétique développée pour peindre la mort des deux héros est presque racinienne, tant Chateaubriand joue avec ce que Léo Spitzer appelle « l’effet de sourdine71 ». Ainsi, Cymodocée « exhale son dernier soupir sans effort et sans douleur ; elle rend au ciel un souffle divin72… », et Eudore « suit un moment après dans les éternelles demeures73 ». Hiéroclès lui est « touché par une hideuse maladie74 », alors que Galérius a « la gangrène [qui] dévore ses intestins75 » et tous deux expirent dans d’atroces souffrances largement décrites par Chateaubriand. On constate bien ici que l’euphémisation de la mort des protagonistes est proportionnelle à la volubilité de l’expression de la mort des tyrans. Il utilise ainsi deux esthétiques distinctes qui lui permettent d’exprimer le triomphe du chrétien qui attend le martyre comme une récompense sur le païen qui succombe dans d’atroces souffrances aussi bien physiques que morales. Le parallélisme parfait de la mort d’Eudore et de Galérius marque bien le passage d’un monde à l’autre :

  • 76 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 499.

« Constantin paraît aux portes de Rome. […] En vain un nouveau tyran s’empare du pouvoir suprême […] ; Constantin frappe ; Maxence est précipité dans le Tibre. Le vainqueur entre dans la cité reine du monde : les ennemis des chrétiens se dispersent […]. L’aigle guerrière de Romulus est décorée de la croix pacifique. Sur la tombe des jeunes martyrs, Constantin reçoit la couronne d’Auguste, et sur cette même tombe il proclame la religion chrétienne religion de l’empire76. »

15Chateaubriand mêle esthétique classique et baroque afin d’appuyer sa thèse du triomphe du christianisme et d’illustrer la remotivation chrétienne de son épopée.

  • 77 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire, cours professé à Liège en 1848 (...)
  • 78 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 62.
  • 79 Ibid., p. 62.
  • 80 Ibid., p. 296.
  • 81 Ibid., livres IX et X.
  • 82 Sainte-beuve, op. cit., p. 20-36.
  • 83 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 261.
  • 84 Ibid., p. 271.
  • 85 Ibid., p. 30.

16La perversion poétique et la remotivation chrétienne de l’épopée par Chateaubriand, impliquent que l’auteur fasse une description des mœurs païennes en opposition des chrétiennes. Basé sur un manichéisme méthodique, que Sainte-Beuve qualifia « d’épopée systématique77 », le texte offre une peinture des mœurs païennes beaucoup plus réussie que celle austère des coutumes des premiers chrétiens. Le contre-exemple que devait constituer la splendeur décadente des Romains se trouve érigé en modèle par les continuateurs de Chateaubriand et on lui reprocha, à la suite de la parution du texte, d’avoir fait « précisément le contraire78 » de ce qu’il voulait prouver. Comme le dit l’un des détracteurs de l’auteur : « vos tableaux empruntés de l’idolâtrie sont supérieurs à ceux que vous tirez de la vraie Religion ; on est païen en vous lisant79 ». En décrivant l’architecture, les arts, mais aussi « le luxe et la corruption80 » qui sont révélateurs de la débauche du pouvoir romain dans l’œuvre, Chateaubriand met en place les fondamentaux de la thématique romanisante telle que nous la connaissons aujourd’hui alors que paradoxalement, la thématique chrétienne, la principale des Martyrs, est aujourd’hui essoufflée. Finalement, la perversion poétique se trouve à son paroxysme dans l’épisode Velléda, épisode celtique, d’une sensualité intense et qui exalte les beautés de cette religion féroce et primitive81. Trouvant grâce aux yeux de certains, cet épisode est le passage le plus rebutant de l’œuvre pour d’autres82. Ce passage initie la thématique celtique comme corollaire de la thématique romaine car ces deux peuples, même ennemis, sont païens et sont représentés dans leur danger et leur opposition aux héros chrétiens. Velléda, druidesse mystérieuse détentrice d’un pouvoir séculaire, garde le respect pour ces lois ancestrales. Elle est également une Gauloise farouche et « barbare83 » prête à tout afin de défendre son peuple. Mais elle est surtout une femme passionnée et sensuelle, c’est une beauté trouble, ambivalente et paradoxale qui entraîne Eudore vers un « hymen funeste84 ». Cet épisode d’une sensualité troublante et sauvage est couronné par la mort tragique de la druidesse, rappelant les œuvres antérieures et profondément romantiques de Chateaubriand. Tout le paradoxe des Martyrs est exprimé dans la représentation de l’antiquité païenne, car, en voulant prouver la supériorité et la beauté poétique du christianisme et en s’inscrivant dans la forme traditionnelle de l’épopée, Chateaubriand ne fait que montrer le charme et la sensualité très attrayante des anciennes religions, alors que le christianisme apparaît morne et sombre tant dans la représentation de ses doctrines que dans la trajectoire des deux époux martyrs, bien qu’heureux. Sans doute, l’auteur surestimait-il la piété de ses lecteurs et la capacité à apercevoir par la subtile poétique du renversement les beautés de la religion. Ou alors comme il le reconnaît lui-même : « Je me suis peut-être laissé éblouir par le sujet85. »

***

  • 86 Didier B., op. cit., p. 39.
  • 87 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 637.

17Les Martyrs s’inscrivent dans une visée générale de Chateaubriand en tant que « chantre » de la religion chrétienne et dont toute l’œuvre, exception faite de l’Essai sur les Révolutions, tend à chanter les beautés. Le contexte post-révolutionnaire prouve pour Chateaubriand le besoin de cet ouvrage. Voulant montrer de manière plus probante que dans Atala et René ce qu’il avançait dans le Génie du christianisme, Chateaubriand choisit de rédiger une épopée en prose afin de montrer que la muse chrétienne pouvait rivaliser avec les muses païennes et peut-être aussi afin de prouver que lui pouvait rivaliser avec Homère, Virgile ou encore Dante. Le dessein est beau et mûrement réfléchi, mais l’œuvre connut un échec public dont l’auteur eut du mal à se remettre. En effet, « Les Martyrs déplurent aussi bien aux catholiques qui trouvèrent que le paganisme était représenté sous des couleurs bien séduisantes, qu’aux rationalistes, aux Idéologues que rebutaient cette nouvelle tentative épique du défenseur du christianisme86 ». Après avoir longuement défendu son orgueil blessé dans l’Examen des Martyrs, car il était devenu « un chrétien douteux et un royaliste suspect », Chateaubriand finit par avouer : « Le Génie du christianisme restera mon grand ouvrage, parce qu’il a produit ou déterminé une révolution, et commencé la nouvelle ère du siècle littéraire : il n’en est pas de même des Martyrs ; ils venaient après la révolution opérée, ils n’étaient qu’une preuve surabondante de mes doctrines ; […] le classique y domine le romantique87. »

Bibliographie

SOURCES

Chateaubriand F.-R., Atala, Migneret, Paris, 1801, dans Oeuvres romanesques et voyages, vol. I, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1969.

Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, Migneret, Paris, 1802 ; texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1978.

Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, Le Normant, Paris, 1811, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. II, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1969.

Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, Le Normant, Paris, 1809, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. I, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1969.

Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, Rozez, Paris, 1848 ; introduction, variantes et notes de Maurice Levaillant et George Moulinier, Gallimard, 2 vol., Paris, 1951.

Chateaubriand F. -R., René, Paris, 1802 ; dans Œuvres romanesques et voyages, vol. I, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1969.

Chateaubriand F.-R., Voyage en Italie, Ladvocat, Paris, 1827, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. II, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1969.

Dante A., La Divine Comédie, traduit par Moutonnet de Clarfont, Leclerc, Paris, 1776.

Le Tasse, La Jérusalem délivrée, F. Delaulne, Paris, 1703.

Milton J., Le Paradis perdu, traduit par N.-F. Dupré de Saint-Maur, Bibliothèque nationale, Paris, s. d.

Notes

1 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, Rozez, Paris, 1848, Levaillant M. et Moulinier G. (éd.), Gallimard, Paris, 1951, t. 1, p. 634.

2 Ibid, p. 398.

3 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 398.

4 Ibid., p. 442.

5 Ibid., p. 442-443.

6 Ibid., p. 443.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 461.

9 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, Migneret, Paris, 1802, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, Paris, 1978, chap. 1.

10 Ibid., p. 470.

11 Ibid., p. 469-470.

12 Ibid., p. 459.

13 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, p. 468.

14 Ibid, p. 472.

15 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 460.

16 Ibid., p. 444-445.

17 Ibid.

18 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 873. Titre du livre V de la troisième partie.

19 Chateaubriand F.-R., René, Paris, 1802, dans Œuvres romanesques et voyages, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, vol. I, p. 145.

20 Chateaubriand F.-R., Atala, Migneret, Paris, 1801, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. I, p. 16.

21 Chateaubriand F.-R., Voyage en Italie, dans Œuvres romanesque et voyages, vol. II.

22 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en allant par la Grèce et revenant par l’Égypte, la Barbarie et l’Espagne, Le Normant, Paris, 1811, dans Œuvres romanesques et Voyages.

23 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 449.

24 Ibid., p. 601.

25 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 701.

26 Chateaubriand F.-R., Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 701.

27 Ibid., p. 769.

28 Ibid., p. 269-270.

29 Ibid., p. 961.

30 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 637.

31 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 470.

32 D’Andlau B., Chateaubriand et Les Martyrs, naissance d’une épopée, José Corti, Paris, 1952 ; Didier B., Chateaubriand, Ellipse, Paris, 1999.

33 Chateaubriand, F.-R., Les Martyrs, Le Normant, Paris, 1809, dans Œuvres romanesques et voyages, vol. I, p. 36.

34 D’Andlau B., op. cit., p. 142.

35 Duchemin M., La Bibliothèque de Chateaubriand, Paris, L. Guiraud-Badin, 1932.

36 Chateaubriand F.-R., Atala, op. cit., p. 18.

37 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.

38 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 628.

39 Ibid.

40 Dante A., La Divine Comédie, traduit par Moutonnet de Clarfont, Leclerc, Paris, 1776.

41 Milton J., Le Paradis perdu, traduit par N.-F. Dupré de Saint-Maur, Bibliothèque nationale, Paris, s. d.

42 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 629.

43 Le Tasse, La Jérusalem délivrée, F. Delaulne, Paris, 1703.

44 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 631.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 465.

47 Ibid., p. 637.

48 Ibid. p. 630.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.

52 Ibid., p. 29.

53 Ibid.

54 David M.-F., Antiquité latine et décadence, Honoré Champion, Paris, 2001, p. 13.

55 Ibid., p. 14.

56 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 29.

57 Ibid., p. 30.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 106.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Ibid.

63 Voir le récit d’Ulysse chez Alkinoüs chant V à XII dans L’Odyssée d’Homère, et le récit d’Enée chez Didon, chants II et III, dans l’Énéide de Virgile.

64 Derive J., L’épopée, unité et diversité d’un genre, Karthala, Paris, 2002.

65 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 81.

66 Ibid., p. 83-84.

67 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 498.

68 Ibid., p. 489.

69 Ibid., p. 475.

70 Chateaubriand F.-R., Le Génie du christianisme, op. cit., p. 672.

71 Spitzer L., Études de style, traduit de l’anglais et de l’allemand par É. Kaufholz, A. Coulon, M. Foucault, Gallimard, Paris, 1970.

72 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 498.

73 Ibid., p. 498.

74 Ibid., p. 456.

75 Ibid., p. 484.

76 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 499.

77 Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littéraire sous l’Empire, cours professé à Liège en 1848-1849, nouvelle édition annotée par Maurice Allem, Garnier, Paris, 1948, p. 10.

78 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 62.

79 Ibid., p. 62.

80 Ibid., p. 296.

81 Ibid., livres IX et X.

82 Sainte-beuve, op. cit., p. 20-36.

83 Chateaubriand F.-R., Les Martyrs, op. cit., p. 261.

84 Ibid., p. 271.

85 Ibid., p. 30.

86 Didier B., op. cit., p. 39.

87 Chateaubriand F.-R., Mémoires d’outre-tombe, op. cit., t. 1, p. 637.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540