Version classiqueVersion mobile

Histoire de l'UDF

 | 
Gilles Richard
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Sylvie Guillaume

Les mutations de l’UDF face à l’UMP, 2002-2007

Jean Garrigues

Texte intégral

1Traiter une période ultra-contemporaine pose évidemment un problème de sources à l’historien, faute de temps pour collecter un fonds important d’archives orales. C’est d’autant plus ennuyeux pour un historien de la IIIe République, habitué à aborder l’histoire des centres et du centrisme dans la perspective séculaire de ses traditions, de ses invariants et de ses ruptures. Mais c’est précisément au prisme de ce temps long du centrisme que nous nous proposons d’étudier ici la période 2002-2007, en soulignant la difficulté récurrente du centre à se construire comme une force autonome échappant, bien avant la Ve République, au tropisme de la bipolarisation. Sur quelles valeurs ? Sur quel programme ? Avec quel leader ? Auprès de quel électorat ? Ce sont des questions qui se posent à la famille centriste depuis que la démocratie parlementaire s’est installée en France.

  • 1 Avec Jean-Pierre Raffarin, Claude Goasguen, Hervé Novelli, François d’Aubert.

2Elles resurgissent avec force après l’échec historique de 1981, qui voit le candidat auto-proclamé « centriste » en 1974 se heurter à la logique inéluctable de la bipolarisation. Et si la candidature de Raymond Barre à l’élection présidentielle entretient l’illusion d’une famille centriste renaissante, le score de 16,5 % au premier tour, sans être déshonorant, cantonne cette famille dans un rôle de force d’appoint. L’absence d’un candidat de l’UDF à l’élection présidentielle de 1995, puis l’éclatement du parti avec la scission de son aile néolibérale et la création de Démocratie libérale par Alain Madelin1 en 1998, reflètent le désarroi d’une famille divisée et impuissante face à la machine chiraquienne. Si bien que le projet d’un grand parti rassemblant la droite et le centre, proposé en avril 2001 par les « quadras » du RPR, Renaud Dutreil et Hervé Gaymard, sous le nom provisoire de l’Union en Mouvement, semble signer l’arrêt de mort du centrisme.

3Président de l’UDF à partir de 1998, François Bayrou est confronté à ce danger extrême, alors même qu’il envisage de donner une autonomie nouvelle à sa formation, sous le nom de « Nouvelle UDF ». Désireux de prendre ses distances vis-à-vis du RPR, il mène lui-même une liste UDF aux élections européennes de juin 1999, face à la liste RPR-Démocratie libérale. Son pari est difficile, mais il est légitimé par l’histoire du centrisme depuis la IIIe République, c’est-à-dire par l’histoire d’une famille politique originale, adossée aux valeurs de l’humanisme et de la démocratie chrétienne. C’est au nom de cette légitimité historique que François Bayrou entreprend d’abord de préserver l’indépendance du centrisme avant d’opérer, progressivement, un tournant stratégique qui permettra au centre d’épouser la présidentialisation de la Ve République et de se constituer en une force de gouvernement autonome, susceptible d’échapper (éventuellement) à la bipolarisation.

Le sauvetage de 2002

  • 2 Le Monde, 4 septembre 2001.

4L’opération de sauvetage de l’UDF commence vraiment avec la campagne menée par François Bayrou pour l’élection présidentielle de 2002. Elle est lancée depuis l’université d’été de l’UDF réunie à Ramatuelle (Var), le 2 septembre 2001. Il y prône une candidature centriste contre le président de la République Jacques Chirac, candidat potentiel du RPR, et sur un programme renouant avec les fondements de la tradition démocrate-chrétienne, européenne, sociale et décentralisatrice. Stigmatisant l’action du chef de l’État, il dénonce son « archaïsme bonhomme », ses « idées à géométrie variable », et affirme qu’il y a place pour un « troisième homme », dans l’héritage de Jean Lecanuet, Alain Poher, Raymond Barre et bien sûr Valéry Giscard d’Estaing2.

  • 3 Le Monde, 26 février 2002.

5Le 23 février 2002, François Bayrou vient défier une foule de cinq mille militants gaullistes lors de la Convention de l’Union en Mouvement organisée à Toulouse, chez Philippe Douste-Blazy, alors président du groupe UDF de l’Assemblée nationale, et qui lui a choisi de se rallier à Jacques Chirac. « Je suis venu parce que nous avons des choses à nous dire, les yeux dans les yeux, comme il sied entre amis. Il est une idée que je n’approuve pas, celle selon laquelle l’opposition devrait se ranger sous la bannière de Jacques Chirac. […] Cette idée est une faute pour l’opposition et pour la France », affirme ce jour-là le candidat de l’UDF3. Appuyé par une bonne partie des chefs centristes, Raymond Barre, Gérard Longuet, Alain Lamassoure, Pierre Méhaignerie, Gilles de Robien et Jean Arthuis, il présente lors de sa campagne « douze objectifs qui forment un projet », tous d’inspiration centriste (« une Constitution européenne », « une vraie décentralisation ») et libérale (« une fiscalité lisible par tous », « débarrasser les citoyens de la paperasse »). Sur le terrain de la doctrine, on reste dans l’héritage de la ligne centriste suivie sous la Ve République.

  • 4 Le Monde, 7 février 2002.

6En revanche, la stratégie apparaît comme innovante, notamment lorsque François Bayrou affirme s’inspirer de la « figure historique » du général de Gaulle, a priori chasse gardée du RPR. S’inspirant du général, naguère en rébellion contre le régime des partis, il considère que la « frontière » entre la gauche et la droite est dépassée et se propose de rassembler la droite moderne et la gauche réaliste pour son projet d’une « France humaine ». Mais le problème est que tous les leaders de l’UDF ne partagent pas cette stratégie gaullienne, à commencer par Hervé de Charette, déplorant la « désintégration4 » de sa formation à cause d’Alain Madelin et François Bayrou, et qui est alors suspendu de ses fonctions de président délégué du parti centriste. Dans les semaines qui suivent, Philippe Douste-Blazy, Nicole Fontaine, puis François Loos du Parti radical, se rallient publiquement à la candidature de Jacques Chirac.

  • 5 Le Monde, 27 février 2002, p. 8.

7Ces défections tapageuses, ainsi que la concurrence d’Alain Madelin, candidat de Démocratie libérale, et l’incompréhension d’une partie importante des « militants découragés en quête d’identité5 » et de l’électorat traditionnel du centrisme, habitué à l’alliance avec la droite, expliquent le mauvais résultat de François Bayrou à sa première présidentielle, soit 6,86 % au premier tour du 21 avril 2002, à comparer aux 16,5 % réalisés par Raymond Barre en 1988. Cet échec est d’autant plus cuisant que l’UMP, ce grand parti de la droite et du centre annoncé depuis 2001, est officiellement lancée au lendemain du premier tour, sous le nom d’« Union pour la majorité présidentielle », en vue des élections législatives qui suivront. Alain Madelin, qui a réuni 3,91 % au premier tour, rejoint aussitôt la nouvelle formation chiraquienne.

8Face au bloc des droites, renforcé par la facile réélection de Jacques Chirac, incarnation de la défense républicaine, l’effondrement de l’UDF se confirme lors des élections législatives des 9 et 16 juin 2002, le parti centriste ne recueillant que 4 % des voix, soit 27 sièges et 3 apparentés, ce qui représente une perte de plus de 80 circonscriptions. L’Union pour la majorité présidentielle (qui deviendra l’Union pour un mouvement populaire lors de son congrès fondateur du 17 novembre 2002 au Bourget, avec Alain Juppé président et le centriste rallié Philippe Douste-Blazy secrétaire général) obtient la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

  • 6 Le Monde, 23 avril 2002.

9Est-ce la fin de la nouvelle stratégie de rassemblement au centre ? C’est tout le contraire. Le 21 avril 2002, au soir du premier tour de la présidentielle, François Bayrou a rejeté catégoriquement sur Europe 1 l’idée de la formation d’un grand parti de la droite pour mener la bataille législative, refusant d’être « phagocyté » ou « digéré par qui que ce soit. » Au contraire, il a appelé ses électeurs à « tout refonder, tout repenser, tout reconstruire », afin de faire naître « un vaste rassemblement », « qui dépasse de beaucoup les frontières anciennes pour rendre à la France une République nouvelle, une démocratie nouvelle, son image dans le monde6 ». Au Grand Jury RTL-Le Monde du 26 mai 2002, il affirme vouloir « faire de l’UDF un parti majoritaire ». On entre dans une nouvelle phase de sa stratégie, qui consiste à entrer en dissidence.

De la dissidence à la rupture

10Maintenue dans ses fiefs du Calvados (3 élus), des Pyrénées-Atlantiques (François Bayrou et Jean Lassalle), du Loir-et-Cher (Maurice Leroy et Nicolas Perruchot), de l’Eure (Hervé Morin), de la Haute-Savoie (Bernard Bosson), du Rhône (Anne-Marie Comparini), des Yvelines (Anne-Marie Idrac) et des Hauts-de-Seine (André Santini), l’UDF a obtenu de justesse que son groupe parlementaire soit sauvegardé. C’est sur cette base de l’Assemblée nationale, à laquelle se joignent les sénateurs centristes, qu’est lancée la dissidence.

11C’est donc dans l’hémicycle qu’est menée la première attaque sérieuse contre la présidence chiraquienne, le 15 janvier 2003, sous la forme d’une question posée par François Bayrou au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Il y fustige l’idée d’une double présidence européenne proposée la veille au soir conjointement par Jacques Chirac et le chancelier allemand Gerard Schröder, une idée qu’il qualifie de « projet funeste et dangereux », de « compromis baroque » et de « garantie de la division et de l’impuissance ».

  • 7 Le Monde, 21 janvier 2003.

12Quatre jours plus tard, son discours de clôture du congrès de l’UDF, qui l’a vu être réélu la veille à la tête de son mouvement avec 95,46 % des suffrages exprimés, est une critique en règle de la politique gouvernementale sur de nombreux sujets comme la décentralisation, la politique budgétaire et la construction européenne. Par ailleurs, il attaque avec véhémence l’UMP « parti unique » de la droite, observant que « jamais aucun parti, depuis que la République existe, n’a concentré autant de pouvoirs entre ses mains7 ».

  • 8 Le Monde, 2 septembre 2003.
  • 9 Le Monde, 30 mars 2004, p. 6.

13Dans la perspective des élections régionales de mars 2004, il exige lors de l’Université d’été de l’UDF, à Seignosse (Landes), un véritable « partenariat » avec l’UMP8. Les négociations ayant échoué, le parti centriste présente des listes autonomes dans 16 régions sur 22. Lors du 1er tour le 21 mars 2004, il obtient un excellent score, soit 11,9 %, doublant notamment le pourcentage de ses voix en Aquitaine, en Île-de-France, en Bourgogne, dans la région Centre et en Normandie. Devancé par la liste de Xavier Darcos en Aquitaine (16,07 % contre 18,39 %), et pressé par certains ténors de son parti, François Bayrou accepte d’en appeler à la fusion des listes pour le second tour, le 28 mars. Mais c’est une véritable catastrophe pour la droite, qui ne conserve que la présidence de la région Alsace. D’où le président de l’UDF tire le constat qu’il s’agit d’un « grave échec du gouvernement » et que « la stratégie d’alliance n’est pas la bonne9 ».

  • 10 Le Monde, 8 juin 2004.

14C’est pourquoi il choisit à nouveau l’autonomie pour les élections européennes de juin 2004. « En Europe et en France, selon la même cohérence, j’essaie de faire naître une proposition politique nouvelle, […] un grand courant démocrate », explique-t-il au Grand Jury RTL-Le Monde pendant la campagne10. Il fait ici référence à la création, le 16 avril 2004, du Parti démocrate européen, de tendance réformiste et centriste, dont il est le co-président avec l’italien Francesco Rutelli, président du parti La Margherita, Romano Prodi étant le président d’honneur. Cette stratégie autonome, favorisée évidemment par le scrutin proportionnel, s’avère payante puisque la liste UDF obtient 11,94 % des suffrages (contre 9,28 % en 1999), soit 11 députés européens, devançant même la liste UMP (16,63 %) dans les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, le Tarn, la Moselle, la Drôme, l’Eure, la Somme, la Mayenne, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine. Ce qui fait dire à François Bayrou que l’UDF apparaît désormais comme « une alternative crédible » au pouvoir UMP.

  • 11 Le Monde, 31 mai 2005.

15Le « non » au référendum sur le Traité constitutionnel européen, au terme d’une campagne qui a vu l’UDF côte à côte avec l’UMP et une partie des socialistes, provoque le déclic de la rupture. Au soir du vote, François Bayrou en appelle à « une refondation de la République et de la démocratie française11 ». Le 8 juin 2005, pour la première fois depuis 2002, l’UDF s’abstient de voter la confiance au nouveau gouvernement dirigé par Dominique de Villepin. Gilles de Robien, qui a accepté le portefeuille de l’Éducation nationale, est suspendu de ses fonctions exécutives au sein du parti. Le 24 octobre, 16 députés du groupe UDF votent contre le projet de budget 2006, alors que 13 s’abstiennent et que Christian Blanc décide de ne pas prendre part au vote d’un budget qu’il juge en complet décalage avec les besoins de la nation. De leur côté, les sénateurs de l’Union centriste s’abstiennent eux aussi. Enfin, le 16 mai 2006, à propos de « l’Affaire Clearstream », François Bayrou et dix autres députés UDF votent la motion de censure déposée par la gauche contre le gouvernement de Dominique de Villepin.

  • 12 Le Monde, 17 mai 2006.

16Se réclamant de Jacques Delors et Michel Rocard, François Bayrou souligne cette rupture dans l’histoire des centres sous la Ve République : « Je franchis un pas. J’accepte de voter dans des circonstances nationales graves avec des gens différents. […] Et même j’envisage dans l’avenir, lorsque viendra le moment de reconstruire notre pays, de travailler avec des gens différents de moi, d’un bord et de l’autre. » Le socialiste Henri Emmanuelli s’empresse de lui opposer une fin de non-recevoir dans les couloirs du Palais-Bourbon : « Moi vivant, ça n’arrivera pas. » Estimant que « le président de l’UDF a perverti le principe de l’autonomie de notre parti pour le mettre au service du Parti socialiste12 », Gilles de Robien lance quelques jours plus tard un cercle dissident, baptisé « Société en mouvement », et favorable à l’appartenance de l’UDF à la majorité. Mais ce groupuscule ne compte que 3 députés et 4 sénateurs, et il sera sans lendemain. La majorité des élus et des militants de l’UDF accompagnent François Bayrou dans sa stratégie de rupture avec la droite. La porte est ouverte pour une refondation de l’UDF.

La refondation

17Afin de bien marquer la rupture, le congrès extraordinaire de l’UDF, tenu à Lyon les 28 et 29 janvier 2006, a choisi comme slogan : « UDF, le parti libre ». Dans son discours de clôture, François Bayrou expose la nouvelle stratégie gaullienne de rassemblement, qui constitue un tournant historique dans l’histoire du centrisme. Il s’agit, dit-il, de « réunir des Français qui ont des valeurs au centre, à gauche et à droite », derrière une génération de « responsables résistants, voire rebelles, capables de ne céder à aucune pression parce qu’ils savent que ce qu’ils ont entre les mains est plus important que leur destin ». Au nom de quoi il propose une VIe République plus proche de la démocratie, en rupture avec l’État-UMP, avec « un président responsable », un « Parlement reconnu dans son droit », élu pour moitié à la proportionnelle. Gilles de Robien ayant retiré sa motion, celle de François Bayrou recueille 91,1 % des suffrages, preuve que les militants sont derrière lui. La voie est libre pour une refondation partisane.

  • 13 François Bayrou, Projet d’espoir, Plon, 2007.
  • 14 Le Monde, 18 avril 2007.
  • 15 Interview au Journal de 20 h de TF1, 2 septembre 2006.
  • 16 Le Monde, 20 avril 2007.

18Fort de 1 600 parrainages d’élus (contre 1 066 en 2002), le président de l’UDF lance à Lille, le 18 mai 2006, sa deuxième campagne présidentielle, afin de profiter de « l’effet-censure », deux jours après son coup d’éclat au Palais-Bourbon. À raison de deux déplacements par semaine, il part à la rencontre des électeurs, sous forme de « forums citoyens ». En intitulant son ouvrage programmatique Projet d’espoir, il fait explicitement référence aux Mémoires d’espoir du général de Gaulle13. À l’exemple du RPF de 1947 ou de l’UNR de 1958, il s’agit de proposer aux Français un « rassemblement », dont « la vague dépassera de beaucoup l’élection présidentielle14 ». Lors de son premier grand meeting de campagne, le 14 décembre 2006, toujours à Lille, la ville natale du général, il se présente comme le candidat « anti-système ». À l’instar du général, en guerre contre les intérêts et contre les clans, il dénonce au Journal de 20 heures les « grands médias qui ont orchestré pour les Français un choix dicté à l’avance », se présentant comme la victime des « puissances économiques » qui détiennent le pouvoir médiatique et faussent le jeu républicain15. Face à un « pays en danger d’épuisement, de révolte, de fracture », il se décrète, lors de son meeting du 18 avril 2007, en état de « résistance16 ». Cette posture gaullienne, face aux périls qui menacent, lui permet d’obtenir 18,5 % des suffrages exprimés au premier tour de l’élection présidentielle, le 22 avril 2007, un score remarquable dans l’histoire des centres. Seuls Alain Poher (23,3 % en 1969) et surtout Valéry Giscard d’Estaing (32,8 % en 1974) ont fait mieux, parce qu’ils avaient bénéficié pour le premier de la dislocation de la gauche et pour le second de la division de la droite.

19« Il y a désormais dans notre pays trois forces politiques, une à droite, une à gauche, et une au centre. Et c’est le centre qui est la force nouvelle », se félicite François Bayrou lors de sa conférence de presse du 25 avril 2007. Par conséquent, et en dépit des appels de la candidate socialiste Ségolène Royal, il ne donne aucune consigne de vote en vue du second tour. Et pour aller jusqu’au bout de cette logique, il annonce la création d’un nouveau parti politique, destiné à marquer une rupture avec l’héritage historique de l’UDF dans la perspective des élections législatives. Dans le prolongement du parti démocrate européen fondé avec Francesco Rutelli en 2004, il s’agira d’un « parti central qui ira loin vers le centre gauche et aussi vers le centre droit », présentant des candidats dans toutes les circonscriptions.

20Lors du conseil national de l’UDF du 10 mai 2007, les 1 500 conseillers nationaux présents décident à l’unanimité moins 4 voix d’appeler à la constitution d’un nouveau parti politique dénommé Mouvement démocrate (MoDem), fonctionnant comme une fédération constituée de plusieurs partis, dont l’UDF sera le membre principal. Ce qui signifie que l’UDF et son sigle restent dans le camp de François Bayrou et que l’UDF présentera des candidats aux élections législatives sous la bannière UDF-MoDem. La liste des candidats du MoDem, arrêtée le 20 mai, comporte 535 candidats à la députation sur 577 circonscriptions, un record dans l’histoire centriste, le financement de ces candidats étant assuré par l’UDF.

  • 17 En décembre 2009, Hervé Morin annonce pour le Nouveau centre son intention de vouloir utiliser le (...)
  • 18 Le Monde, 11 avril 2007, p. 9.

21Mais le lancement du MoDem se heurte au mal récurrent de l’histoire du centre sous la Ve République, c’est-à-dire la défection d’une grande partie des élus en place, préoccupés de leur réélection, donc soucieux de ménager l’UMP. Ils se prévalent du ralliement de grandes figures centristes, tels Simone Veil et Jean-Louis Borloo, à la candidature de Nicolas Sarkozy. Le giscardien Hervé de Charette, député UMP du Maine-et-Loire, revendique quant à lui la marque UDF, qu’il a déposée à l’INPI le 8 mars 2004, au nom des Clubs Perspectives et Réalités17. D’autres rappellent que l’UDF participe depuis longtemps à de nombreux exécutifs de collectivités territoriales (communes, départements, régions) aux côtés de l’UMP, ce qui la place toujours comme une alliée naturelle de la droite. « Les gens ne comprennent pas de prime abord qu’on veuille rompre avec l’UMP. […] Culturellement, nos électeurs fonctionnent sur une alliance avec l’UMP. Cela leur semble naturel », rappelle Claude Leteurtre, député du Calvados18.

22Ce dernier fait partie des parlementaires de l’UDF qui ont appelé à voter pour Nicolas Sarkozy entre les deux tours, le 26 avril, aux côtés de François Sauvadet, Nicolas Perruchot, Jean-Pierre Abelin et beaucoup d’autres, André Santini et Christian Blanc s’étant ralliés au candidat UMP avant même le premier tour. Maurice Leroy, député du Loir-et-Cher et porte-parole de François Bayrou dans la campagne présidentielle, annonce lui aussi son ralliement le 27 avril sur RTL. Au total, les 2/3 des députés UDF ont lâché leur chef pour voter Nicolas Sarkozy. Ils signent dans Le Figaro du 8 mai 2007 une tribune intitulée « Pour un centre libre dans la majorité présidentielle », par laquelle ils déclarent entrer en dissidence avec les positions de François Bayrou. Ils en appellent pour la plupart (MM. Albertini et de Courson reviendront sur cet appel) à la constitution d’un nouveau parti politique de centre-droit, partenaire de l’UMP, ce qui sera fait avec la fondation du Nouveau centre, présidé par Hervé Morin. C’est sous cette étiquette qu’ils se présenteront aux élections législatives des 10 et 17 juin 2007.

23Avec un score national de 7,6 % au premier tour, l’UDF-MoDem réalise un score supérieur à celui des candidats UDF en 2002. Mais le mode de scrutin majoritaire n’octroie au parti de François Bayrou que trois sièges en métropole, dont ceux du président lui-même et de son fidèle Jean Lassalle dans les Pyrénées-Atlantiques. Le troisième député UDF-MoDem, Jean-Christophe Lagarde, élu en Seine-Saint-Denis, a en fait rejoint le Nouveau centre deux jours après sa réélection. En ne réunissant que 2 % des suffrages, les scissionnistes du Nouveau centre obtiennent quant à eux 20 sièges (dont 17 sous l’étiquette PSLE « majorité présidentielle »), ce qui leur permet de former de justesse un groupe parlementaire. La stratégie de ralliement à la droite s’est avérée une fois de plus payante sur le terrain électoral.

*

24L’UDF est devenue, lors de son dernier congrès, le 30 novembre 2007 à Villepinte, membre fondateur du Mouvement démocrate, dont les statuts, déposés en préfecture le 9 mai 2007, sont très proches de ceux de l’UDF et ne permettent pas l’appartenance à deux partis politiques.

25Est-ce un tournant décisif dans l’histoire du centre ? Il est encore trop tôt pour le dire, si ce n’est pour constater que l’UDF a disparu du paysage politique et que le MoDem y est désormais solidement installé. Par ailleurs, si la plupart des élus et des cadres de l’UDF ne se sont pas ralliés au MoDem de François Bayrou, préférant se tourner vers le Nouveau centre d’Hervé Morin ou vers d’autres formations marginales comme la famille centriste en a toujours suscitées (Alliance centriste, Avenir démocrate, Forum des républicains sociaux), une bonne partie de l’électorat de l’UDF a suivi François Bayrou, non seulement pour les élections présidentielle et législatives de 2007, mais aussi dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012.

26L’expérience de 2007 fait douter de la capacité du président du MoDem à susciter un rassemblement électoral similaire à celui qui avait permis à Valéry Giscard d’Estaing de remporter l’élection présidentielle de 1974. Rappelons que ce dernier, s’il s’était inscrit dans une stratégie de rupture avec la république gaullienne, ne s’en était pas mois appuyé sur une forte dissidence de la famille gaulliste, rassemblée autour de Jacques Chirac. La désignation de ce dernier comme Premier ministre avait entériné ce choix d’une alliance opportuniste, dont les fruits empoisonnés ont conduit à la rupture de 1976.

27Si la stratégie de François Bayrou s’est avérée similaire à celle du fondateur de l’UDF dans la volonté de construire un pôle de rassemblement présidentiel dès le premier tour, elle en diffère profondément par la volonté de ne pas choisir entre la gauche et la droite dans la construction de ce rassemblement. Cette stratégie d’autonomie, qui s’inscrit dans la continuité des candidatures de Jean Lecanuet en 1965 et d’Alain Poher en 1969, marque une rupture par rapport à l’histoire de l’UDF giscardienne, qui s’est toujours ralliée au second tour au candidat de la droite gaulliste.

28Le refus de cette rupture historique par les élus et les cadres de l’UDF en marque à la fois l’ampleur et les limites. C’est le vieux réflexe des notables, soucieux de conserver leurs sièges dans le cadre de la compétition du « troisième tour » législatif, marqué par la nécessité de nouer des alliances avec les candidats de l’UMP et de ne pas désarçonner un électorat habitué à ces alliances à droite. On retrouve le dilemme qui se posait au MRP puis au CDS dans les années 1960, confrontés à un bloc gaulliste majoritaire et à des électeurs plus conservateurs que les dirigeants du parti. La conséquence de cette désertion des cadres a été de réduire la visibilité parlementaire et politique du MoDem à sa plus simple expression, à savoir François Bayrou.

29Sa démarche de présidentialisation du centrisme s’appuie sur l’émergence d’un chef charismatique, susceptible de figurer dans la galerie des grandes figures de la Ve République, voire d’incarner une posture d’homme providentiel. Le discours de rassemblement gaullien, le « ni droite ni gauche », le refus du « système », un certain culte de la personnalité au sein du MoDem (suscitant le départ de personnalités comme Corinne Lepage ou Jean-Marie Cavada) sont les ingrédients indispensables de cette stratégie de présidentialisation. Jean Lecanuet, le « Kennedy français » en 1965 et surtout Valéry Giscard d’Estaing en 1974 avaient réussi ce pari stratégique, surmontant le déficit chronique d’incarnation qui collait à la famille centriste depuis la IIIe République. En suscitant un rassemblement de premier tour similaire à celui de Jean Lecanuet, et en s’installant dans le paysage politique français comme la figure du centre, on peut considérer que François Bayrou a remporté lui aussi cette étape de l’incarnation.

30Mais l’épreuve présidentielle sous la Ve République reste indissociable du poids des partis dans la campagne. En provoquant l’éclatement de l’UDF, François Bayrou s’est privé d’un réseau d’élus qui a constitué l’ossature de la famille centriste depuis des décennies. Est-il possible de rompre brutalement avec cette culture politique des notables et des comités, si enracinée dans la tradition française ? Peut-on se priver impunément de cet appareil d’influence, de ce forum de sociabilité, de cet instrument financier, de ce point de repère identitaire que constitue un parti politique à la française ? François Bayrou a fait le choix de créer un nouveau parti inspiré du modèle gaullien, un « mouvement » de militants rassemblés derrière un chef charismatique. C’est une construction politique inédite dans l’histoire des centres, et qui peut apparaître comme mieux adaptée à la présidentialisation de la vie politique au XXIe siècle. Mais cette construction ne peut fonctionner que sur l’identification à une tradition politique forte, donc partisane, et sur l’exceptionnalité du leader. Le score relativement faible (9,13 %) recueilli par François Bayrou lors de l’élection présidentielle de mai 2012 et sa défaite personnelle dans les Pyrénées-Atlantiques lors des législatives de juin 2012 semblent sanctionner cette stratégie. C’est un défi difficile que d’effacer d’un trait de plume deux siècles de bipolarisation.

Notes

1 Avec Jean-Pierre Raffarin, Claude Goasguen, Hervé Novelli, François d’Aubert.

2 Le Monde, 4 septembre 2001.

3 Le Monde, 26 février 2002.

4 Le Monde, 7 février 2002.

5 Le Monde, 27 février 2002, p. 8.

6 Le Monde, 23 avril 2002.

7 Le Monde, 21 janvier 2003.

8 Le Monde, 2 septembre 2003.

9 Le Monde, 30 mars 2004, p. 6.

10 Le Monde, 8 juin 2004.

11 Le Monde, 31 mai 2005.

12 Le Monde, 17 mai 2006.

13 François Bayrou, Projet d’espoir, Plon, 2007.

14 Le Monde, 18 avril 2007.

15 Interview au Journal de 20 h de TF1, 2 septembre 2006.

16 Le Monde, 20 avril 2007.

17 En décembre 2009, Hervé Morin annonce pour le Nouveau centre son intention de vouloir utiliser le sigle UDF. L’association UDF menace alors le Nouveau centre de poursuites judiciaires. En décembre 2010, il indique sa décision de « ne pas se lancer dans un combat inutile », « compte tenu de la complexité juridique du droit des marques ».

18 Le Monde, 11 avril 2007, p. 9.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search