Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l'UDF

 | 
Gilles Richard
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Sylvie Guillaume

Témoignage et débats. Séquence 4 : François de Sesmaisons

Texte intégral

François de Sesmaisons

  • 1 Aphorisme d’Edgar Faure (1908-1988) qui résume, à mon sens, la vie politique.

« On ne vit que pour quelques instants intenses et privilégiés ; le reste du temps, on attend ces moments-là1. »

1S’il est convenu de nommer les intervenants des « grands témoins », je suis plutôt un simple acteur, ayant participé à l’élaboration de « l’Union des Forces » pouvant soutenir le président Giscard d’Estaing, et été l’adjoint de Michel Pinton, délégué général de l’UDF en 1978-1981. Il m’a appris qu’« en politique, on joue le rôle qu’on vous donne » et confirmé que, si l’analyse de la situation est bonne, « les surprises sont très rares ». Oui, mais… un écart d’un point peut faire la différence ! J’ai donc vécu constitution initiale et savants équilibrages, organisation de l’équipe nationale, premiers comités directeurs, congrès et campagne électorale de 1979, refonte des statuts, etc., et été membre de l’UDF de l’été 1977, avant sa naissance, à 2007. N’y ayant pas appartenu pour être élu, je n’y ai gardé que des amis car, en politique, quand vous n’avez pas de prétention élective, vous n’êtes un concurrent pour personne.

2Les organisateurs, que je remercie de m’avoir invité, m’ont demandé de traiter quelques aspects des statuts et du fonctionnement des débuts du sextuor que fut l’UDF. Je me limiterai à six ébauches.

3D’abord les statuts. Plusieurs aspects les concernant ont été omis. Par exemple, la suppression des adhérents directs comme composante dès 1983, ce qui confirme la prévention initiale des formations à leur encontre et tempère fortement les observations faites à leur sujet. On a parlé de « confédération » : l’idée en a été supprimée en 1991, remplacée par celle de « fédération ». En revanche, les termes que l’on retrouve constamment dans les quatre statuts successifs sont ceux d’« association » et de « groupement ». Un échec ne se juge pas d’après des paramètres externes, mais par rapport aux objectifs prédéfinis. Ainsi, les statuts de 1978 fixèrent définitivement pour objet à l’Union « de coordonner l’action des partis politiques, associations et adhérents individuels qui la composent en vue d’œuvrer pour l’unité nationale, le progrès et la justice. L’UDF affirme son attachement aux orientations de pensée et d’action du président de la République, telles qu’elles sont exprimées dans Démocratie française » (art. 2), référence supprimée en 1983.

4Dans cet ouvrage, trop peu cité dans ce colloque, on trouve cette formule qui résume bien, à mon sens, le projet initial à replacer dans le contexte d’un Programme commun inquiétant : « le marxisme et le libéralisme classique sont des théories insuffisantes parce qu’ils simplifient trop les faits et, plus encore, parce qu’ils méconnaissent la réalité même » (p. 40). Optique centriste confirmée par la charte adoptée en 1991, magnifique texte démocratique et humaniste.

5Le montage de l’UDF remonte à un tiers de siècle. C’est peu, mais déjà beaucoup. Pour avoir organisé et mené à peu près 80 débats explicatifs de Démocratie Française, je crois que ses positions, critiquées par principe d’opposition, étaient en phase avec « l’esprit du temps ». L’acception de cette expression n’est pas seulement philosophique ; elle est aussi la traduction de la quintessence de l’état d’esprit latent d’une société à une époque donnée, et la transcription psycho-sociologique de l’inconscient collectif jungien.

6Le groupe parlementaire ? À l’Assemblée, les députés créent « le groupe de l’UDF et du centre ». Il dispose d’un règlement intérieur comme tous les autres, mais avec une nuance : il « reconnaît aux six composantes la possibilité de s’organiser en son sein » et leur « garantit un droit d’expression au sein de ses instances et dans les débats parlementaires ». Au Sénat, bien que tous les sénateurs UDF n’y adhèrent pas, dont certains pour des raisons pécuniaires, la dénomination d’Union centriste coule de source et ne pose aucun problème ; elle existe toujours, et compte 32 membres fin 2011, sous le nom remanié d’Union des démocrates et indépendants-Union centriste.

  • 2 3 CDS, 3 PR, 3 Radicaux, dont un vice-président pour chacune de ces formations, 1 MDSF, 1 Clubs Pe (...)

7Le fonctionnement ? Les 25 membres du Conseil national2 du début comportaient les têtes de chaque composante, en tenant compte d’un difficile équilibrage. Ensuite arriva la génération plus jeune née dans les années 1940-1950. Les écarts d’âge impliquent des différences de formation et de perception des réalités évolutives. Je pense que c’est là un élément expliquant certaines évolutions allant jusqu’à la rupture, indépendamment des problèmes de personnes qui ont vu éliminer François Léotard et surgir François Bayrou, par exemple, sans nier pour autant les réflexions divergentes qui ont donné naissance au PPDF d’Hervé de Charette en 1995 ou à Démocratie libérale d’Alain Madelin en 1997, à côté de problèmes d’orientation purement tactique, à courtes vues.

  • 3 Dont Jean-Jacques Bonnaud, ÉNA, directeur de cabinets ministériels, placé près du ministre de l’Éc (...)

8La réflexion. En plus de cinq conseillers techniques3, un groupe de conseillers politiques et ministériels, présidé par Jean-Pierre Fourcade, alimentait jusqu’en 1981 les réflexions stratégiques et permettait la coordination avec « nos » ministres ou le soutien de leurs actions. Est-il besoin de préciser que des rapports étaient entretenus avec une demi-douzaine de « stratèges » élyséens car, bien que cela n’ait pas été dit ici, l’UDF était aussi, au départ, un relais du pouvoir présidentiel. Conclusion évidente ? Les analystes les plus doués et la meilleure prospective ne font ni une politique ni une popularité !

  • 4 Né en 1949. Avocat. Conseiller municipal, général et régional de Compiègne, député de l’Oise (1988 (...)
  • 5 Né en 1944. Clubs Perspectives et Réalités, PR, puis MoDem ; membre du Conseil économique et socia (...)
  • 6 Né 1948. Agrégé d’économie. CDS/UDF. Conseiller de Paris depuis 2001 et sénateur depuis 2004.
  • 7 Né en 1939. ICAM de Lille. Eurodéputé (1986-1989 et 1993-1994), maire d’Arras de 1995 à 2011 et sé (...)
  • 8 Né en 1954. Chargé de mission au cabinet d’André Santini (1986-1988), conseiller régional (1993-20 (...)
  • 9 Née en 1951. PR. Directrice du cabinet de François Bayrou, ministre de l’Éducation nationale (1993 (...)
  • 10 ESCP, créateur et animateur de l’Institut pour la Démocratie à Paris.
  • 11 1944-2012. Docteur ès lettres. Délégué général des Clubs Perspectives et Réalités (1974-1984). Mem (...)

9Les permanents. Chaque parti avait désigné ses représentants à l’étatmajor de l’UDF comme délégués nationaux ou chargés de mission ; la plupart considéraient leur travail comme un apprentissage et un tremplin, à l’instar de plusieurs de leurs aînés. Citons parmi ces collaborateurs : François-Michel Gonnot, information et communication4, Bernard Lehideux, excellent spécialiste de la cartographie électorale5, Yves Pozzo di Borgho6, Jean-Marie Vanlerenberghe7, le MDSF/PSD Hervé Marseille8, Marielle de Sarnez9. Nommons enfin Guy Lardeyret, chargé des études et de la documentation10. En ce qui concerne les Clubs, le dévoué Georges de Brémond d’Ars11 les animait. En bref, huit des douze responsables de secteur ont été ou sont encore des élus nationaux : un député, trois sénateurs et quatre eurodéputés.

10Les listes nationales aux élections européennes permettaient en effet de promouvoir et/ou de rémunérer des collaborateurs privilégié : les personnalités connues tirent la liste, puis démissionnent pour permettre à d’autres de « monter à Strasbourg ». Ainsi, de 1999 à 2004, par exemple, ce ne sont pas 87 élus français qui ont siégé au Parlement européen, mais 104. Cette tactique est non seulement devenue plus difficile depuis la régionalisation du scrutin en 2004 et le non-cumul de facto de certains mandats, mais inutile puisque les partis ont largement les moyens de payer leurs assistants.

11On parlait volontiers de l’Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, à condition de ne pas la faire vraiment ; c’est pourquoi, selon le vieil européen que je suis, il n’existe guère de différence entre l’Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe créée en 1949, et le Parlement européen, à part le mode de désignation des eurodéputés, leur nombre et leur rémunération, puisque l’une et l’autre sont (presque) autant dépourvus de pouvoir de contrôle sur l’exécutif.

12Enfin, un mot à propos des ressources, question qu’il est toujours mal vu d’aborder. Le financement des partis, soyons clair, c’était la grande débrouillardise jusqu’aux lois les concernant (lois du 11 mars 1988, du 15 janvier 1990, du 29 janvier 1993 et du 19 janvier 1995). Il revenait à l’entregent d’un trésorier, P-DG d’une société de « mal bouffe » ou polytechnicien promis au plus bel avenir par exemple, de faire produire des fruits pour la bonne cause par son carnet d’adresses. D’un autre côté, le Premier ministre était totalement maître des « fonds secrets », non de leur montant, voté sans question par l’Assemblée dans le cadre du budget annuel, mais de leur répartition et de leur usage qui eux, restaient secrets. Il y avait toutefois d’autres sources de financement venant de sociétés, de syndicats patronaux, des cotisations annuelles des adhérents, des ventes de livres et gadgets, des publicités dans les périodiques, de fonctionnaires détachés, etc., sans omettre le reversement obligatoire d’une partie des indemnités perçues par chaque élu, quel qu’il soit. Ainsi, les parlementaires payaient une cotisation assez élevée. Faut-il toutefois rappeler que l’ensemble des paramètres a changé complètement en 1981 pour l’UDF, parfois dramatiquement pour certains collaborateurs ?

13Le président de l’UDF, Jean Lecanuet, était selon Le Nouvel Observateur, L’Express et Le Point, la personnalité la mieux « indemnisée » du Parlement. Par le cumul de ses fonctions, il gagnait à peu près 62 000 F par mois, dont il reversait environ 5 000 F au parti. En francs constants, les revenus de ses mandats correspondraient à 15 000 €, quand le salaire d’un cadre supérieur variait alors de 6 000 à 15 000 €, qu’un professeur d’université titré percevait cinq fois moins, et qu’un Patrick Sébastien de l’époque (1987) ou un Jacques Martin gagnaient trois fois plus, un Philippe Bouvard deux fois plus, etc. Il y avait donc intérêt et nécessité d’avoir beaucoup d’élus pour alimenter les caisses. Or, nous avons eu jusqu’à 215 députés ! J’y reviendrai.

14Avec le système actuel, partis et élus coûtent beaucoup plus cher aux contribuables, sans que la transparence y ait beaucoup gagné puisque le député socialiste Jean-Marc Ayrault a cru devoir déposer un projet de loi en ce sens en décembre 2010 : non seulement chaque voix obtenue rapporte, mais un député touche des frais de secrétariat, d’assistanat et de permanence. Actuellement, un député reçoit chaque mois 7 100 € soumis à cotisations sociales et à l’IRPP, une indemnité de frais de 6 400 € exonérés, et un crédit de 9 500 € pour rémunérer d’un à cinq collaborateurs de leur choix. Quant aux mandats locaux, ils s’ajoutent à ces revenus jusqu’à 2 757 € par mois, portant le total brut possible à 16 257 €.

15Depuis 2003, l’argent public est octroyé aux partis dont les candidats ont obtenu chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans un minimum de cinquante circonscriptions sur 577, ce qui motive le nombre de candidatures dites « de témoignage ». Aujourd’hui, les partis se partagent donc 40 millions d’euros au prorata du nombre de députés de leur groupe à l’Assemblée, et chaque voix obtenue lors des élections législatives précédentes leur rapporte 1,7 € par an.

16Puis-je ajouter un mot sur le centre ? Il me paraît plus intéressant d’en pondérer la force que d’en déterminer les contours, par nature fluctuants car nous ne sommes pas en cosmogonie chinoise et que l’homme est un oiseau relativement évolutif sinon pensant. En 1965, face au général de Gaulle, Jean Lecanuet se chargea de redonner vie au centre pour contrer le bipartisme souhaité par le gaullisme, puis continua à œuvrer – jusqu’à se retrouver à la tête de l’UDF en 1978 pour dix ans – afin d’élargir et de consolider cette composante indispensable à l’équilibre politique français qui, rappelons-le, a pesé 15,6 % des suffrages exprimés en 1965, niveau que retrouva et dépassa même François Bayrou en 2007.

17Entre-temps, ce centre – qui n’est pas le « marais » moqué par d’aucuns – monta à 23,3 % en 1969, 32,6 % le 5 mai 1974, réalisa 27,6 % aux élections européennes de juin 1979 ou 28,3 % le 28 avril 1981, 16,5 % en 1988 et 18,6 % en 1995, chacun de ces résultats ayant des causes spécifiques qui lui firent perdre une part de ses voix naturelles. Outre l’échec des scissions internes (PPDF d’Hervé de Charette en 1995) et de la droitisation d’une parti du centre (Démocratie libérale d’Alain Madelin en 1997), les 6,8 % de François Bayrou en 2002 marquèrent l’étiage le plus faible des 75 ans écoulés.

18Après ou avant chaque élection de la Ve République, malgré les grands partis de gauche ou de droite, des hommes politiques redisent : « On va faire l’union des centres. » Quand l’UDF se constitua, ce fut avec l’intention de réaliser un grand centre européo-centriste englobant des mouvances de centre droit et de centre gauche autour d’un fédérateur, élu du centre. Une autre citation de Démocratie française appuie ce propos : « notre projet est celui d’une société démocratique moderne », c’est-à-dire « libérale par la structure pluraliste de tous ses pouvoirs et libérale avancée par son haut degré de performance économique, d’unification sociale et de développement culturel » (p. 170).

19Échec ou réussite ? On a beaucoup entendu parler d’échec de l’UDF. Je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas le lieu d’un bilan du giscardisme, qui a été réalisé ailleurs, mais, à l’appui des dires de Jean-Pierre Fourcade, je citerai Olivier Giesbert : attaquant la semaine dernière [novembre 2011] la gestion sarkozienne, il fait remarquer à Jean-François Copé, qui avait alors seize ans, que « VGE » a terminé son mandat sans déficit avec un budget en équilibre. Il faut donc attendre parfois trente ans pour que soient reconnus des faits importants totalement occultés.

20Dernière observation. Les résultats obtenus tendent à démontrer que l’association UDF a bien fonctionné quinze ans (sur trente), et le recensement de ses élus nationaux le prouve, sans même parler de ses milliers d’élus locaux, départementaux ou régionaux. Statutairement, l’UDF était un « groupement ». Il y avait d’abord trois partis, puis cinq, avec notamment les socialistes qui, derrière Max Lejeune, avaient refusé le programme commun de la gauche. Certes, cette absence d’unité initiale se retrouva sur-le-champ dans les assemblées, notamment au Parlement européen. À l’issue de la première élection au suffrage universel des eurodéputés en 1979, l’Union pour la France en Europe, c’est-à-dire l’UDF, arriva en tête avec 27,6 %, derrière les abstentionnistes (39,3 %), mais devant le PS-MRG (23,5 %) ; 8 des 25 élus de l’UDF s’inscrivent au PPE, Parti populaire européen, groupe des démocrates-chrétiens, et 17 au groupe DL, Parti européen des libéraux, démocrates et réformateurs, dont l’un d’eux, Henri Caillavet, passé de l’UDF au MRG, termina son mandat au groupe socialiste.

21Je conclurai en rappelant une phrase arrangée par Raymond Aron : « qu’on soit de droite ou de gauche, on est toujours hémiplégique ». Finalement, pour l’être moins, pour être dans le « juste milieu », pour se joindre à la lignée de l’historien François Guizot cent trente ans plus tôt, il fallait être UDF !

Jean-Pierre Rioux

22Cette histoire de l’UDF est intéressante parce qu’elle s’inscrit dans une logique de transmission ou d’héritage de ce qu’on peut appeler le centre, le centrisme ou les centristes dans une très longue histoire, et une logique imposée par la Ve République. C’est aussi une histoire croisée et je voudrais revenir sur ce qui fut appelé par Jean Garrigues le « tournant gaullien » de François Bayrou, en m’arrêtant à 2007, date à laquelle nous clôturons nos travaux même si l’UDF existe encore nominalement, sur le papier et dans la gestion d’un certain nombre de moyens matériels associés, à commencer par le siège du 133 bis, rue de l’Université.

23Ce qui est passionnant dans cette affaire, au-delà de l’histoire des congrès qui peuvent, j’en conviens, laisser froid le citoyen moyen d’aujourd’hui, c’est de voir comment une famille politique constituée – parce qu’elle ne date pas de l’UDF, bien entendu – accepte avec empressement, dans le contexte des élections législatives de 1978, l’offre déjà contenue dans Démocratie française certes, mais qui vient explicitement des Républicains indépendants dont il n’a jamais été démontré qu’ils fussent des centristes mais que nous classons plutôt volontiers dans la bonne vieille droite orléaniste de René Rémond.

24Je pense qu’il y a chez tous les acteurs de l’UDF une stratégie présidentielle, masquée ou affichée. En quoi l’UDF, séduite par l’appât giscardien, attirée dans une aventure de « Démocratie française » telle que la voulait Valéry Giscard d’Estaing, est-elle demeurée fidèle ou non, à travers ses trois composantes historiques (les libéraux, les radicaux, les démocrates-chrétiens), à ce qui a toujours caractérisé les centristes ? Je dis bien « les centristes » et pas le centrisme. Il n’y a pas en effet de centrisme organique. Il n’y a qu’un centrisme de fait parce qu’à un moment, dans le processus électoral ou gouvernemental, il faut bien gouverner au centre afin d’échapper, pour des raisons x, y ou z, aux solutions les plus extrêmes ou les plus marquées. Sur ce point, on doit rendre hommage à Maurice Duverger qui nous a constamment démontré l’impossibilité profonde d’un centrisme organique.

25En quoi dans le fonctionnement, dans la pratique et dans le programme politique de l’UDF, a-t-il eu fidélité ou non à ce qui a constitué les trois familles du centre et qui dépasse largement les échéances et les attendus gaulliens de la Ve République ? La première fois que j’eus une vraie discussion politique avec François Bayrou, elle portait sur ce point essentiel : « En 2007, vous voulez faire un mouvement mais vous êtes en train de faire un parti ; vous rêvez comme tous vos camarades de continuer l’UDF. » Cette discussion intéressait bien sûr François Bayrou et il tenait aussitôt à réciter l’extrait des Pensées de Pascal sur les trois ordres et à faire la bonne citation de Notre jeunesse de Charles Péguy. Il y a chez lui, profondément ancrée, la conviction que c’est au centre qu’on sauve les hommes parce qu’on est dans le sillage du libéralisme politique, dans le sillage du solidarisme radical et de la modernité radicale, dans le sillage de l’équité du catholicisme social. Avec la sincère conviction, sous-jacente, que « nous, nous savons ce qu’est la nature humaine ». On a pu l’observer il y a trois semaines encore sous la plume de Jean-Louis Bourlanges dans Le Figaro. Il y expliquait que le centrisme n’est au fond rien de moins que le parti de la société. Et c’est aussi la subsidiarité, partout, à tout propos et à tout moment.

26Pour résoudre un problème, il est ainsi essentiel de choisir le bon échelon d’intervention, en partant de la commune et en allant jusqu’à l’universel, en passant par l’Europe, la nation, la région, etc. Vision des choses non sans rapport avec la tradition girondine. C’est pour cela que les centristes sont si constamment attachés au « bon gouvernement », ce qui n’est pas possible sans des citoyens véritablement éclairés.

Éric Kocher Marbœuf

27Un témoignage personnel. J’ai assisté à l’assemblée de la fédération départementale de Seine-Maritime du CDS alors que Jean Lecanuet était à l’agonie. C’était en 1993. Bernard Bosson était venu depuis Annecy jusqu’à Rouen en voiture parce qu’il y avait trop de brouillard pour prendre l’avion. Il a été très surpris, en arrivant, de ne trouver que quinze à vingt personnes alors qu’il était sur les terres du « roi Jean ». Il n’y avait aucun dauphin. Je n’avais face à moi que des militants qui se réclamaient soit du MRP, soit du Centre démocrate où ils étaient dans les années 1960. Il n’y avait aucun jeune, l’ambiance était pathétique et crépusculaire. Il y avait en réalité un dauphin, celui qui allait succéder à Jean Lecanuet pendant deux ans à la mairie de Rouen, François Gautier. Mais il était parachuté, ne connaissait ni la géographie ni la culture politique normandes, et allait bientôt être écrasé aux élections municipales de 1995 par le socialiste Yvon Robert.

28C’était finalement pour moi, qui étais jeune historien, quelque chose d’assez tragique. Je vivais à Rouen depuis plus de dix ans, j’étais profondément convaincu de la force du centrisme dans cette ville et là, subitement, on s’apercevait qu’aucun passage de relais n’avait été préparé. Je mesure mieux aujourd’hui combien, en réalité, les autres composantes attendaient leur heure et à quel point on n’était pas d’abord « UDF ». Pierre Albertini, qui allait être élu député de la deuxième circonscription, est ainsi venu dire aux militants centristes : « Je suis de tout cœur avec vous mais je vais me présenter aux élections sous l’étiquette “adhérents directs”. » Tout le monde savait que la culture d’origine de Pierre Albertini n’était pas exactement celle de la démocratie-chrétienne.

29Je termine ce témoignage en revenant sur ce qu’a dit Jean-Pierre Rioux à propos des Girondins. Sans aucun doute, les cultures politiques régionales existent. Je suis Alsacien d’origine, le centrisme alsacien a des spécificités ; j’enseigne à Poitiers, le centrisme de Jean-Pierre Raffarin et de René Monory, c’est autre chose. Sans parler de celui de Jacques Blanc dans le Sud. L’UDF est probablement restée un kaléidoscope régional. Les ancrages géographiques des uns et des autres n’ont jamais pu être dépassés.

Roselle Cros

30J’ai été sénatrice centriste des Yvelines, conseillère régionale d’Île-de-France et première adjointe au maire de Saint-Germain-en-Laye. Je n’exerce plus aujourd’hui qu’un seul mandat, un mandat intercommunal. Je souhaiterais expliquer comment j’ai été, si je peux le dire ainsi, une victime de l’autonomie des centres. Je suis venue à l’UDF par l’intermédiaire des Clubs Perspectives et Réalités et me suis bien retrouvée dans les interventions des uns et des autres tout au long de ce colloque. Mais je suis une adhérente directe de l’UDF et, contrairement à ce qui a été dit hier, des adhérents directs ont eu accès à des mandats locaux : j’ai eu un mandat communal, j’ai eu un mandat régional et je viens de terminer le mandat d’un sénateur centriste. Je me dis « centriste » même si j’ai eu bien des difficultés avec les partis politiques centristes. Mais au Sénat, tout va bien : l’Union centriste rassemble toutes les composantes centristes. On y a, en quelque sorte, reconstitué une UDF. Personne ne revendique jamais son appartenance à un parti. Pour ma part, je suis proche de François Bayrou mais je ne me reconnais pas dans le MoDem. Donc, j’étais parfaitement heureuse à l’Union centriste. J’aurais eu beaucoup plus de mal à l’Assemblée nationale.

31Deux observations maintenant, dont l’une va partiellement dans le sens de ce qui vient d’être dit. Je pense qu’il aurait été intéressant de compléter tous les exposés par un éclairage local, non pas dans le sens culturel comme il vient d’être dit, même si c’est vrai que le centrisme n’a pas le même sens dans le Sud-Ouest ou en Normandie, mais dans un autre sens. On ne doit pas oublier que l’UDF était un parti de notables. J’ai vécu à côté du RPR puis de l’UMP, je les ai vus fonctionner, j’ai résisté à toutes les tentatives de débauchage qui m’ont été faites – et je peux vous dire qu’elles ont été nombreuses dans les périodes cruciales qui ont été évoquées – parce que je croyais au centre indépendant. L’UDF avait une particularité donc : c’était un parti de notables. D’où ce qui a été souligné hier à plusieurs reprises, un parti totalement inorganisé, une véritable auberge espagnole. Les réunions n’étaient jamais préparées et ne se passaient jamais comme il avait été dit qu’elles devaient se passer. C’était surtout un parti de notables locaux.

32Ce qui a fait la force de l’UDF et ce qui lui manque cruellement aujourd’hui, c’était d’avoir des personnalités politiques fortes qui avaient leurs réseaux, qui avaient en quelque sorte leur propre parti, leur mouvement, j’allais dire leur think tank. À l’heure actuelle, la réflexion politique ne se fait plus dans les partis, et je le regrette beaucoup. Les partis sont d’une pauvreté intellectuelle criante. On a gand besoin à l’heure actuelle de pensée politique solide, voire visionnaire, mais ce n’est pas dans les partis politiques qu’on trouve cette pensée. C’est plutôt dans des clubs de pensée, un peu comme étaient les Clubs Perspectives et Réalités où j’ai assisté à des conférences dont je me souviens encore, bien que ce soit très ancien.

33Ma deuxième observation porte sur le manque de lisibilité politique pour l’électeur du centre. Je sors d’une campagne sénatoriale au cours de laquelle j’ai rencontré exactement deux cent maires et de nombreux grands électeurs. J’ai ressenti une grande complicité intellectuelle avec mes interlocuteurs. Quand on explique que tout n’est pas blanc, que tout n’est pas noir mais que la pensée et l’action politiques doivent être équilibrées, l’écoute est réelle. Mais les grands électeurs ne m’ont pas réélue pour autant. Pourquoi ? Parce qu’ils sont exactement comme les électeurs que j’ai rencontrés aux régionales ou aux municipales : ils cherchent une lisibilité politique et pour eux, en France, la lisibilité, c’est le positionnement politique à droite ou à gauche. Vous n’échappez jamais à la question : « Comment vous positionnez-vous ? » J’ai beaucoup d’amitié pour François Bayrou et pour la qualité de ses analyses politiques mais je pense que la majorité centriste ou centrale, qui a un sens intellectuel, n’a pas de sens électoral. L’histoire future nous dira si j’ai raison ou non.

Julien Fretel

34Qu’est-ce qu’un notable ? Cela renvoie à de nombreux éléments mais un notable, c’est d’abord quelqu’un de « bien né », un héritier, un fils d’élu. Or, il n’y en a pas plus au centre qu’à droite ou à gauche aujourd’hui. Il me semble que la plupart des élus qu’on dit « notables » à droite ou au centre droit sont des individus qui ont énormément travaillé pour obtenir leur position de pouvoir. Il faudrait donc revisiter cette notion qu’on utilise, je crois, trop souvent à tort.

35Jean-Pierre Rioux disait que les politologues ont tendance à toujours revenir à la question de l’organisation partisane. C’est vrai, nous avons été formés ainsi. Il y a une croyance assez forte, héritée du marxisme, selon laquelle sans organisation d’une classe, il n’y a pas de conscience de classe, et donc sans organisation d’une culture ou d’un courant ou d’une sensibilité politique, cette culture, ce courant ou cette sensibilité ne peut exister. Pour autant, j’ai essayé de montrer que l’UDF devenue MoDem était aussi le miroir d’une transformation profonde de la société.

36Deux exemples. La question catholique est centrale dans l’histoire du centre. Or, pour le dire vite, il me semble qu’aujourd’hui les catholiques pratiquants ne sont quasiment plus au centre. Cela peut expliquer beaucoup de métamorphoses. Les catholiques pratiquants se sont « droitisés », ils votent pour l’UMP, voire pour le Front national, ce qui était inconcevable il y a vingt ans, la pratique religieuse étant l’ennemi du vote Front national. Ce n’est plus le cas. Il y a donc une droitisation, une « traditionalisation » du catholicisme et le centre a perdu une partie de ses militants. Petite note d’optimisme cependant, il y a eu un important afflux de nouveaux adhérents en 2007 à l’UDF puis au MoDem, mais avec un turnover très élevé. Je crois qu’il y a eu plus de 100 000 arrivées au total en très peu de temps, ce qui a posé un problème à cette PME politique. On voyait par exemple des militants venir de l’économie sociale et solidaire, un vivier de recrutement très important formé d’individus hésitant entre le MoDem et Europe écologie-Les Verts – ils sont cousins germains dans leur manière de s’engager, avec une approche très pragmatique : comment me placer dans une économie solidaire sans tomber dans l’assistanat ? Ces lames de fond, les politologues essayent de les observer en considérant un parti comme un miroir des transformations sociales. Reste aux candidats à les faire vivre et à leur donner une cohérence.

37Pour finir, Jean Garrigues a soulevé une intéressante question : la tentation récurrente du marchandage chez les parlementaires, au grand dam des adhérents. Comment expliquer que cette hémorragie soit plus forte au centre qu’ailleurs ?

Sylvie Guillaume

38Est-ce que la stratégie d’autonomie de nombreux parlementaires centristes – ce qui recoupe en partie la question évoquée des marchandages – ne doit pas être liée à la stratégie présidentielle ? Au fond, pratiquer ainsi est peut-être la seule façon d’émerger pour une formation qui manque terriblement de lisibilité. Jean Garrigues l’a dit, il y a balancement entre stratégie d’autonomisation et stratégie d’intégration à une droite majoritaire depuis la IIIe République. La seule différence dans la stratégie d’autonomisation de François Bayrou, c’est qu’il y a prise en compte des pratiques et des règles de la Ve République. Cela ressort bien de ce qui a été dit sur son discours gaullien, autour du thème du « rassemblement », sur l’attente de l’homme providentiel, etc. On s’éloigne là sensiblement du terreau fondateur de la démocratie-chrétienne.

Jean Garrigues

39L’essence même de la stratégie de François Bayrou, c’est précisément d’être, selon moi, un retour aux sources de la démocratie-chrétienne ou du catholicisme social. Dans le schéma bayrouiste, cela prend incontestablement le pas sur le courant libéral dont les bayrouistes ont constaté la dérive non seulement idéologique mais aussi politique dans les années 1970 et 1980, conduisant à des formes de néolibéralisme. Ce ressourcement s’enracine dans la culture parlementaire humaniste – Jean-Pierre Rioux parle du girondisme – mais il y a aussi l’adaptation aux institutions de la Ve République, à la présidentialisation de la République, avec le diagnostic que l’alliance à droite n’a pas fonctionné et qu’il faut donc inventer autre chose. Cette autre chose ne peut se trouver que dans la doctrine du rassemblement telle qu’elle a été conçue en même temps que la Ve République par le général de Gaulle. Adaptation historique donc, mais avec la récurrence de la tradition des centres, la « fluidité » des notables, surtout nationaux, l’ancrage territorial, la longue pratique de la bipolarisation politique depuis la IIIe République. J’ajoute cependant que tout cela s’accompagne d’un projet concomitant important : celui de bâtir un parti de militants qui incarne et porte la volonté de rassemblement. Comment cela évolue-t-il ? Échec ou non ? Les travaux de Julien Fretel sont les mieux à même de nous aider à comprendre les évolutions en cours.

François de Sesmaisons

40Ce qui a été dit de la succession de Jean Lecanuet est un phénomène classique qui n’a rien à voir avec le centrisme. Les exemples ne manquent pas : François Delmas à Montpellier, Raymond Boisdé à Bourges, Xavier Deniau dans le Loir-et-Cher, etc. Les hommes politiques sont par nature immortels. Du moins cherchent-ils à le rester le plus longtemps possible. Sauf quelques exceptions, ils ne prévoient donc pas leur succession ou, s’ils le font, les choses se déroulent rarement comme prévu. Un député réélu dix fois, fils d’un député élu à sept reprises, a mis en place quelqu’un en attendant que son fils ait l’âge de tenir à son tour le même flambeau centriste, mais ce quelqu’un tout fait pour que ce fils n’arrive nulle part. Autrement dit, à partir du moment où vous êtes « quelqu’un », vous tenez à le rester et éliminez tous ceux qui pourraient vous remplacer. À des amis sénateurs ou députés me disant qu’ils songeaient à « dételer », je posais toujours la même question : « Êtes-vous certain que vous pourrez assumer de ne plus être quelqu’un ? »

41À propos des notables, il me semble que Monsieur Fretel a parfaitement défini le mot, car il recouvre un concept sociétal évolutif et n’a plus le même sens en 2010 qu’en 1910 ou 1960. Permettez-moi de citer deux faits à ce sujet.

42Michel Dugast-Rouillé a publié en 1978 deux volumes sur Les notables ou la seconde noblesse, et c’est ce terme qui me paraît sociologiquement aussi révélateur qu’instructif, d’autant que l’auteur n’est pas noble.

43Second constat. Je suis issu d’une famille de notables provinciaux : mon arrière-grand-père après son père, mais avec une interruption, puis mes grand-père, père et frère ont représenté le même canton de 1906 à 2002. Nous connaissons des cas similaires en Maine-et-Loire, en Vendée, en Bretagne et, à l’opposé géographique, par exemple en Lozère (cinq Pineton de Chambrun ont représenté ce département entre 1857 et 1973) ou dans le Doubs (Roland de Moustier fut président du conseil général après son grand-père et son père, conseillers généraux de Rougemont de 1877 à 1961). Ces lignées, qui incarnaient et transmettaient une éthique du service public et le sens du devoir civique, n’existent plus, en particulier par suite de la dissolution de la propriété terrienne. Mais il existe encore de nombreux cas de succession directe liée à une constante psychologique, tels le fils de Wladimir d’Ormesson à Ormesson-sur-Marne, d’Alain Terrenoire à Roanne, de Noël Barrot en Haute-Loire, de Pierre Baudis à Toulouse, d’André Léotard à Fréjus, de Pierre Abelin à Châtellerault, du ministre Louis Joxe, d’Alexis Méhaignerie à Vitré (lui et son fils Pierre totalisent soixante-six années de députation de 1945 à 2012). Et des Abelin, Monory, Collomb, Baudis, Fourcade, Raffarin, Madelin, Soisson, Delmas, sans même faire état démagogique de tel ou tel fils de cheminot, d’ouvrier ou d’agriculteur, n’étaient pas des notables mais désiraient le devenir et le sont devenus par suite de leur mandat électif.

44Enfin, en ce qui concerne les adhérents directs dont je faisais partie dans un souci d’union, je crois pouvoir confirmer qu’ils n’ont jamais eu d’existence car ils n’ont jamais été reconnus en tant que tels par quiconque. Même pas par le premier délégué général qui en faisait partie lui aussi.

Notes

1 Aphorisme d’Edgar Faure (1908-1988) qui résume, à mon sens, la vie politique.

2 3 CDS, 3 PR, 3 Radicaux, dont un vice-président pour chacune de ces formations, 1 MDSF, 1 Clubs Perspectives et Réalités, les présidents des groupes parlementaires, le président et le délégué général de l’Union, et dix membres cooptés. Le Bureau exécutif statutaire comportait le président, les 3 vice-présidents, les présidents des deux groupes parlementaires, le délégué puis le secrétaire général.

3 Dont Jean-Jacques Bonnaud, ÉNA, directeur de cabinets ministériels, placé près du ministre de l’Économie René Monory, futur P-DG du GAN ; Philippe Pontet, ÉNA, animateur de la Fédération nationale des Clubs et membre du PR, directeur des campagnes électorales de 1979 et 1981, futur dirigeant d’Areva, de Sogepa, du CIC et d’HSBC ; Pierre-André Wiltzer, ÉNA (préfectorale, puis Conseil d’État), cabinets ministériels (1968-72), chef de cabinet de Raymond Barre (1976-1981), conseiller régional (1992-2004), député de l’Essonne (1986-2002), ministre (2002-2004).

4 Né en 1949. Avocat. Conseiller municipal, général et régional de Compiègne, député de l’Oise (1988-1997).

5 Né en 1944. Clubs Perspectives et Réalités, PR, puis MoDem ; membre du Conseil économique et social (1979-1984), eurodéputé (1994-2009), conseiller de Paris (1983-1995) et de l’Île-de-France (1983-1986 et 1992-2010).

6 Né 1948. Agrégé d’économie. CDS/UDF. Conseiller de Paris depuis 2001 et sénateur depuis 2004.

7 Né en 1939. ICAM de Lille. Eurodéputé (1986-1989 et 1993-1994), maire d’Arras de 1995 à 2011 et sénateur du Pas-de-Calais depuis 2001. CDS puis MoDem en fin 2007 et UDI à l’automne 2012.

8 Né en 1954. Chargé de mission au cabinet d’André Santini (1986-1988), conseiller régional (1993-2004) et général (2004-2012), maire de Meudon depuis 1999, sénateur des Hauts-de-Seine depuis 2011.

9 Née en 1951. PR. Directrice du cabinet de François Bayrou, ministre de l’Éducation nationale (1993-1997) et président de l’UDF (septembre 1998-novembre 2007). Conseillère municipale de Paris (2001-2010) et eurodéputé depuis 1999. Son ancien époux, Philippe Augier, RI proche de Valéry Giscard d’Estaing et de Michel Poniatowski, fut président des Jeunes giscardiens (1971-1974) ; conseiller régional et adjoint au maire de Deauville, il y succéda en 2011 à Anne de Contades, épouse de Michel d’Ornano.

10 ESCP, créateur et animateur de l’Institut pour la Démocratie à Paris.

11 1944-2012. Docteur ès lettres. Délégué général des Clubs Perspectives et Réalités (1974-1984). Membre du comité directeur du PPDF. Conseil économique et social (1975-1976 et 1979-1984), eurodéputé (septembre 1988-juin 1999).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540