Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’apologétique chrétienne

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Troisième partie. Renaissance-classicisme. Contestations et débats

La dispositio du Contre les libertins de Jean Calvin : un antidote à la confusion

Luce Albert

Texte intégral

  • 1 Voir Calvin J., Commentaire des Psaumes, introduction, dans Calvini Opera, tome 31, p. 23-24 : « H (...)

1Les ouvrages polémiques réformés du premier XVIe siècle sont écrits dans un contexte politique et ecclésial qui fonde leur nécessité apologétique. Ils sont à la fois réactifs et préventifs : réactifs quand la Réforme clame sa colère devant les persécutions, et préventifs lorsqu’elle décide d’attaquer ; dans les deux cas, cette violence vise à affirmer son existence vis-à-vis de pouvoirs politiques qui la nient. Animée d’un confessionnalisme militant, l’œuvre entière du réformateur Jean Calvin est dominée par cette tension inhérente à l’acte apologétique. Son chef-d’œuvre théologique lui-même, l’Institution de la Religion Chrétienne, est né des circonstances qui président à l’écriture de nombreuses apologies : l’urgence de défendre une orthodoxie en construction, la nécessité de publier ses dogmes pour se définir, l’exigence quasi institutionnelle pour une Église nouvelle de polémiquer pour se définir, s’imposer et maintenir son unité, malgré les persécutions qu’elle subit1.

  • 2 Calvin publie toutes ses œuvres en latin puis en français, ou l’inverse. Dans le cas du Contre les (...)
  • 3 Ioannis Calvini Opera, scripta didactica et polemica, volumen I, Contre la secte phantastique et f (...)
  • 4 Soulignons la récente parution chez Droz de l’Institution de la religion chrétienne de 1541 par O. (...)
  • 5 Viallaneix P., « Calvin polémiste », Onze études sur l’esprit de la satire, Éd. Hoorst-Baader, Tüb (...)
  • 6 En réponse à la faculté de théologie de Paris qui avait publié en 1543 les Vingt cinq Articles de (...)
  • 7 CL, p. 171.

2C’est précisément pour préserver l’unité fragile de la jeune Église réformée que Calvin publie, en 1545, un ouvrage apologétique écrit en français2 et intitulé Contre la secte phantastique et furieuse des libertins qui se nomment spirituelz3. La lutte culmine cette année-là : après avoir donné à la Réforme une solide assise dogmatique avec l’édition en français de l’Institution de la religion chrétienne de 15414, Calvin atteint l’apogée de sa carrière et fait figure d’apôtre5. Il est de tous les combats6. Le Contre les libertins, adressé implicitement à la reine Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, épingle son aumônier Antoine Pocque et ses comparses, accusés d’imposture : d’après Calvin, ils prêchent en se réclamant de la Réforme alors même que leur doctrine constitue une hérésie si pernicieuse que « les cheveux en doyvent dresser en la teste7 ». Cela entraîne une confusion désastreuse dans l’esprit de tous : les fidèles sont trompés et livrés à Satan, et les papistes enferment des libertins au chef de luthéranisme, jetant le discrédit sur la Réforme.

  • 8 Millet O., « Calvin et les “libertins” : le libertin comme clandestin, ou de la sphère clandestino (...)
  • 9 J’entends ici la dispositio aussi bien au sens large de composition du discours qu’au sens plus re (...)
  • 10 Les structures du discours désignent les lieux du discours qui en constituent la topique. Ces dern (...)

3Pour se dégager de cet amalgame et mettre à distance les imposteurs, le réformateur doit tracer une ligne de démarcation confessionnelle claire, en structurant les rapports d’appartenance à l’Église réformée (visée parénétique de l’apologie, qui conforte ceux qui sont dedans ; visée polémique qui rejette à l’extérieur ceux qui sont jugés imposteurs). La parole apologétique se donne donc comme un instrument de mise à distance qui doit rendre évidents les désaccords et accentuer les divergences. Le discours, qui vise en général à construire une relation, consiste alors au contraire à établir le sentiment d’un abîme infranchissable entre l’autre et soi. Ce faisant, le réformateur espère susciter des prises de positions claires, et provoquer notamment le ralliement des indécis8 (visée protreptique qui vise à argumenter pour persuader/et visée apologétique qui organise la réfutation pour dissuader). Le contraste entre le caractère effervescent de la violence apologétique et la maîtrise magistrale de la dispositio9 rhétorique nous amènera à étudier les structures logiques10 qui nourrissent l’amplificatio et l’indignatio du discours calvinien. En décrivant de manière linéaire l’opuscule polémique, nous verrons l’importance de la dispositio, qui sous-tend l’orchestration formelle de l’antinomie, balise le discours calvinien et facilite pour le lecteur le cheminement argumentatif de la parole. Calvin parvient ainsi à établir un rapport absolument antithétique et imperméable entre le chrétien et le libertin, et à endiguer cette confusion des valeurs qui lui est insupportable.

La Dispositio générale : « Prenons un beau miroir et clair11 »

  • 11 CL, p. 96.
  • 12 IO, VII, 1, 2 ; Cicéron, Orator, texte établi et traduit par A. Yon, Paris, les Belles Lettres, 20 (...)
  • 13 CL, p. 170.

4Le Contre les libertins, du point de vue de sa composition générale, est unique en son genre parmi les opuscules polémiques calviniens, particulièrement nombreux et variés : ces derniers ne répondent à aucun critère spécifique de composition, si ce n’est une réfutation au fil du texte adverse, quand ils ont été suscités par un pamphlet ennemi. C’est pourquoi la minutieuse organisation du Contre les libertins saute aux yeux et mérite que l’on s’y arrête. L’étendue du traité, qui compte parmi les plus longs de Calvin, n’explique pas à elle seule l’attention particulière qu’il a apportée à son élaboration, et le soin manifeste avec lequel il a disposé ses arguments. Ce souci révèle d’abord la volonté de Calvin de réfuter les libertins totalement et précisément : le plan est tout orienté en vue de l’utilité et en vertu de l’aptum12, ainsi que le réformateur l’explique lui-même13. La division en chapitres thématiques lui permet de disséquer chaque principe, chaque aspect de la doctrine et du comportement libertin, de façon claire et ordonnée, et presque pédagogique. On voit nettement se dessiner le mouvement général d’une double réfutation : elle progresse de la forme au fond, c’est-à-dire des comportements à la doctrine ; et elle s’étend du général au particulier, à travers l’inscription stratégique de la polémique dans le champ plus large de la lutte anti-hérétique, notamment dans les seuils du texte.

  • 14 Chap. 8, CL, p. 71 sq.
  • 15 Chap. 19, CL, p. 119 sq.
  • 16 Cf. Or., 122 : « exposer les faits brièvement et d’une manière plausible et clairement » ; Cicéron (...)
  • 17 Cette argumentatio tient lieu de probatio-refutatio : De Or., II, 80 ; Or., 50 et 122 ; IO, III, 9 (...)

5Une description rapide de l’ouvrage rend compte de ce double mouvement. Il s’ouvre sur une courte préface en forme d’exorde qui vise à établir la nécessité de l’existence des hérésies, ainsi que l’obligation de les combattre pour le pasteur chrétien. Il est ensuite divisé en vingt-quatre chapitres numérotés et dotés chacun d’un titre très explicite sur le modèle suivant : « De la grande malice et impudence qu’ont les libertins en se glorifiant d’estre doubles de cueur et de langue14 » ou encore « De la liberté chrestienne, comment les libertins la prennent et comment au contraire l’escriture l’entend15 ». Ces vingt-quatre chapitres se répartissant en une narratio16 d’une part (chap. 1-6), et une argumentatio de l’autre17 (chap. 7-24). Dans la première, Calvin n’argumente pas directement mais adopte plutôt le ton de la description (polémique) et celui de la parénèse. Il s’attache à l’exposition du problème libertin, qu’il replace dans une histoire des combats similaires (Bible, Pères) et dont il expose les modalités présentes. La narratio s’achève par une parénèse qui constitue le point de bascule vers l’argumentatio. On entre alors véritablement dans la réfutation, sur la forme d’abord (chap. 7-10), puis sur le fond (chap. 11-22). L’argumentatio s’achève par la critique de trois écrits libertins, aux deux derniers chapitres. Enfin, le traité se clôt sur une courte conclusion à valeur parénétique et récapitulative.

  • 18 CL, p. 45.
  • 19 CL, p. 102 : « Quelle amertume est cachée soubz le miel que nous presentent ces malheureux. » Ce p (...)

6On constate immédiatement, après cette rapide description, que si Calvin accorde de l’importance à la réfutation de la doctrine adverse (elle s’étend sur douze chapitres), cet aspect n’occupe finalement que la moitié des vingt-quatre chapitres du traité : un tel partage est largement mis en valeur par la dispositio qui attire l’attention sur deux autres sujets. Des douze chapitres restants, six posent la question de l’hérésie, et six autres sont dédiés à l’expression des libertins. Les six premiers constituent la narratio et révèlent la volonté de Calvin de relier sa polémique (quaestio finita) au problème plus large du combat contre les hérétiques (quaestio infinita). Il présente en effet les libertins comme l’avatar renaissant du phénomène hérétique18 qui a eu ses représentants à toutes les époques depuis l’aube de la chrétienté. Ainsi la polémique localisée contre les libertins devient l’occasion d’une diatribe plus générale contre l’hérésie, en même temps que cette diatribe autorise l’attaque des libertins. D’autre part, les six chapitres évoquant l’expression des libertins sont placés de manière à encadrer les douze chapitres portant sur la doctrine : ils montrent ainsi que le fiel de la doctrine est entièrement caché sous miel de leur rhétorique séductrice19.

  • 20 Comme le diable singe Dieu, l’hérétique revêt l’habit du chrétien, ce qui explique leur gémellité  (...)
  • 21 Voir la contribution de B. Pouderon à ce volume.

7L’agencement rhétorique complet du Contre les libertins révèle donc la primeur accordée par Calvin à la clarté et à la lisibilité immédiate de son projet, en même temps qu’il témoigne de la double difficulté de cette entreprise apologétique contre les libertins : il faut légitimer aux yeux de la reine Marguerite de Navarre l’attaque publique de ses proches et justifier aux yeux du fidèle une différence doctrinale là où ce dernier voit une identité20. C’est véritablement la dispositio qui amène le lecteur – royal ou simple – à participer à l’examen de la quaestio finita à partir de la quaestio infinita, et d’une certaine manière, le guide irrémédiablement vers la Réforme, seul choix qui s’impose. Si l’on reprend les buts assignés à l’apologie par B. Pouderon21, on peut dire que les visées apologétique et protreptique sont concentrées explicitement dans l’argumentatio, tandis que la polémique et la parénèse traversent littéralement l’ouvrage. En effet, elles sont particulièrement concentrées dans l’exorde, la narratio et la péroraison, mais, tout au long de l’argumentatio, la polémique se tisse à la réfutation, autant que la parénèse à l’exposé doctrinal.

Exordium : un monde duel

  • 22 L’ouverture qui va droit au but en se plaçant d’emblée sous l’autorité d’un texte biblique ou d’un (...)

8L’exorde du Contre les libertins, devant l’urgence et la gravité de la situation, pénètre sans attendre au cœur du sujet, en se plaçant sous le patronage de Paul22 :

  • 23 CL, p. 45.

« Ce n’est pas sans cause que sainct Paul dit, qu’il faut qu’il y ait des sectes, à fin que les vrays Chrestiens par ce moyen soyent manifestez. Car s’il advient quelque trouble en la chrestienté, ou qu’il se leve quelque faulse doctrine, c’est une occasion pour découvrir comment et de quelle affection chacun de ceux qui se nomment chrestiens, a receu la parolle de Dieu. D’autant que les uns, perseverans alors constamment en la verité qui nous y est declairée, monstrent par experience qu’elle a prins vive racine en leurs cueurs. Les autres, se laissans aysément seduire et transporter ça et là comme à tous vens, monstrent par leur inconstance que jamais ilz ne l’ont prinse que à la volée23. »

  • 24 1 Co 11, 19.
  • 25 Sur ce lieu, cf. Rh., 1397a7-17.
  • 26 O. Millet expose la présence de tels binômes antithétiques dans l’Institution de la religion chrét (...)
  • 27 Ce terme est important, il est fréquemment utilisé par les pères apologètes, notamment Tertullien, (...)

9La sentence paulinienne24 enracine la démonstration qui va suivre dans le lieu de la contradiction25. Le but est de conclure au caractère à la fois nécessaire – il faut qu’il y ait des sectes – et perpétuel de l’hérésie, double négatif de la vraie doctrine. Ainsi, Calvin place d’emblée, sans la nommer, la secte libertine dans le champ de l’hérésie, puis prolonge la distinction paulinienne entre « sectes » et « vrays chrestiens » par une paraphrase didactique qui expose à grands traits, en les opposant, les comportements adoptés par les « vrays » chrétiens d’une part et par les « sectes » de l’autre. La construction syntaxique parallèle des phrases mime l’opposition, tout autant que le lexique mobilisé : « les uns/les autres ; perseverans/se laisser aysement seduire et transporter ; constamment/ça et là comme à tous vens ; vive racine/à la volée26 ». L’hérésie est ainsi présentée comme une occasion de départager les fidèles, selon le caractère sincère et profond de la foi de chacun. Ces bases posées, le réformateur poursuit par l’exposition du scandale27 contemporain, présenté comme l’exacte réplique actuelle de la situation antique décrite par Paul ; Calvin justifie ainsi sans difficulté son entreprise apologétique :

  • 28 CL, p. 45.

« Je ne deduiray point ce propos plus au long pour ceste heure, mais prendray seulement pour exemple ce que nous voyons à l’œil. Depuis vingt ans en ça le diable, à fin d’esteindre ou suffoquer la saincte doctrine de l’evangile, laquelle il veoit revenir au dessus, ou bien pour la diffamer et rendre odieuse au monde, a suscité plusieurs diverses heresies et opinions meschantes. Beaucoup de gens qui avoyent esté au paravant fidelement enseignez en la pure doctrine de l’escriture, ont esté incontinent transportez. Les autres, se disposant de resister avec une ferme constance à tous ces scandales, ont esté d’autant plus fortifiez en Dieu et en sa parolle28. »

  • 29 Indirectement, Calvin place la Réforme en position d’orthodoxie face à l’Église romaine, et établi (...)

10L’introduction dès l’exorde de l’Adversaire comme figure tutélaire de l’hérésie dramatise immédiatement l’enjeu du combat qui se voit dès lors considéré comme l’actualisation terrestre du combat céleste entre Dieu et le Diable. Le réformateur explique que le succès du premier déchaîne toujours les attaques du second29. En une phrase, le monde est départagé : d’un côté, il y a Dieu et la Réforme, et de l’autre le diable et ses suppôts. En prolongeant le parallélisme syntaxique et lexical inauguré par la citation paulinienne (« Beaucoup de gens/les autres ; pure doctrine/scandale ; ferme constance/inconstance ; fortifiez/transportez »), Calvin montre que l’hérésie permet aujourd’hui de départager les bons et les mauvais chrétiens, tout comme elle l’avait permis au temps de Paul. Cette entrée en matière didactique aussi concise qu’efficace pose les bases d’une apologie qui consistera à maintenir une tension permanente entre la description polémique du comportement hérétique et celle, parénétique, de la conduite du vray chrétien, entre la réfutation apologétique de la doctrine libertine et l’exposition – protreptique – de la vraye doctrine.

  • 30 CL, p. 46 : « Tellement que nul ne se peut excuser quand il est debauché du droict chemin pour adh (...)
  • 31 CL, p. 46 : « D’avantage puis que Sathan ne cesse de machiner par tous moyens la dissipation de ce (...)
  • 32 Cicéron, De Inventione, texte établi et traduit par G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, 2002 (ab (...)
  • 33 IO, IV, 1, 1-79 ; De Or., II, 315-325 ; De Inv. I, 20-26.
  • 34 IO, IV, 1, 7.
  • 35 CL, p. 46 : « Or d’autant qu’il a pleu à nostre Seigneur, par sa bonté infinie, sans regarder qui (...)
  • 36 CL, p. 46.
  • 37 CL, p. 46.

11Calvin poursuit sa petite préface en resserrant son propos sur l’explication du principe de nécessité qui rend possible l’existence de sectes, mis en avant par la citation paulinienne : il faut qu’il y ait des sectes. Il explique que l’hérésie constitue le châtiment que Dieu inflige à celui qui ne l’aura pas honoré fidèlement30. Il pose ainsi le fondement d’une parénèse de la vigilance, qu’il développera ultérieurement : l’homme est seul responsable de la punition qu’il subit s’il n’a pas été vigilant quant à la profondeur de sa relation à Dieu. Châtiment de Dieu à titre individuel, l’hérésie est aussi une menace pour la communauté, pour « la conservation de l’Église31 » : à ce titre, elle doit être impérativement combattue pour éviter « la dissipation de ceste saincte unité ». Mobilisant les lieux cicéroniens de l’utilité et de la charité32, Calvin met en avant aussi bien l’urgence de la situation33 que le caractère d’intérêt public que revêt son combat34 : l’Église est fragile et les divisions qu’introduisent les hérétiques dans une communauté trop jeune et trop peu nombreuse peuvent être dramatiques. On touche à la dimension pragmatique de l’apologie, c’est-à-dire à la nécessité pour une nouvelle Église de polémiquer contre des dissidents qui la menacent de dispersion. En découle la traditionnelle construction éthique de l’orateur qui repose sur ces lieux de l’utilité de son discours et de la charité de sa démarche : il se dit doublement mandaté, par Dieu35 et par « plusieurs bons fidèles36 ». L’exorde apologétique, de ce point de vue, ne se préoccupe guère de pratiquer la classique captatio benevolentiae, destinée initialement à se concilier la bienveillance du juge : il n’y a pas d’autre juge ici que Dieu, dont la « bonté infinie37 » est présentée comme toute acquise au pasteur. En revanche, cet exorde offre l’occasion à l’apologète de définir en quoi consiste « l’office de ceux que nostre Seigneur a constituez à l’edification de son eglise » :

  • 38 CL, p. 46.

« Et de faict, puis qu’ilz sont pasteurs de l’Eglise, il ne suffist pas qu’ilz proposent et administrent la bonne pasture au trouppeau de Iesus Christ, s’ilz ne font aussi le guet sur les loups et les larrons, à fin de crier contre eux, et les chasser arriere du trouppeau, s’ilz en vouloyent approcher38. »

  • 39 CL, p. 46 : « Il est plus que requis pour la conservation de l’Église, qu’icelle mesme parolle ser (...)
  • 40 CL, p. 46.

12La mission du pasteur est claire pour Calvin : il est le porte-parole de Dieu au sens propre, il est armé du « glaive et bouclier39 » de la parole divine. Cette métaphore biblique, récurrente sous la plume calvinienne, illustre parfaitement ce double but annoncé par Calvin dans l’exorde de son ouvrage : « administrer la bonne pasture au trouppeau de Jesus Christ » et « crier contre eux [loups et larrons] et les chasser40 ».

  • 41 Cottret B., Calvin, Paris, Payot, 1998, p. 291-292. Les thèmes du mélange, de la confusion, traver (...)

13Ainsi, de même que la parole divine transperce violemment le cœur de celui qui l’écoute pour le mettre à nu, de même la parole apologétique déchire le voile des illusions mensongères pour mettre à jour le mensonge autant que révéler la vérité. La structure axiologique de cet exorde, par la clarté des catégories déjà dégagées, est annonciatrice de la tension qui gouvernera la suite du discours. Cette structure manifeste l’horreur absolue du mélange41, de la confusion, qui caractérise l’idéologie tout autant que le style calviniens, et donc sa volonté d’opérer un tri préparatoire à celui que Dieu orchestrera au moment du Jugement dernier. La narratio qui uit consiste en une amplificatio pathétique de chaque élément amorcé dans l’exorde : une structure antithétique illustre un partage manichéen du monde, une structure analogique confirme la parenté des libertins – jamais cités dans l’exorde – avec les hérétiques de temps anciens, puis une parénèse explique de façon plus approfondie le principe de l’hérésie, le comportement qui y conduit et celui qui en détourne.

Narratio : structure et utilité

  • 42 La première phrase du traité, après l’exorde, est la suivante : « Combien que toutes sectes d’here (...)
  • 43 Gardeil A., La Notion du lieu théologique, Paris, J. Gabalda, 1908.
  • 44 C’est un lieu théologique que de se référer aux Épîtres pour prouver le caractère hérétique d’une (...)
  • 45 Il s’agit de la description des libertins, des endroits où ils sévissent, et des raisons pour lesq (...)

14La narratio (chapitres 1 à 6) propose donc l’exposition détaillée des liens qu’entretiennent la quaestio infinita (l’hérésie) et la quaestio finita (les libertins)42. Elle se décompose en deux parts égales. La première, nettement polémique, regroupe les chapitres 1 à 3. Calvin insiste sur la gravité du problème posé par les libertins par amplification et structuration de trois lieux théologiques43 : il développe le lieu selon lequel l’hérésie est un phénomène diabolique, attesté par sa permanence dans l’histoire de l’humanité (chap. 1) ; il propose ensuite une sorte de portrait-robot de l’hérétique, fondé à la fois sur son attitude (topique44 par l’analogie avec les Épîtres néotestamentaires de Jude et Pierre, chap. 2) et sur sa doctrine (topique par l’analogie avec les écrits patristiques anti-hérétiques, chap. 3). La seconde partie de la narratio (chap. 4-6) poursuit un but parénétique. Elle quitte la diachronie pour investir la synchronie et ancre la controverse dans le présent, en focalisant l’attention sur les personnes45.

  • 46 Inv., I, 27-30.
  • 47 Inv., I, 27 : « La narration comporte deux types, dont l’un concerne surtout les actions et l’autr (...)
  • 48 Inv., I, 29.
  • 49 Inv., I, 27 : « La narration qui concerne les personnes est ainsi faite qu’on a l’impression de vo (...)
  • 50 Or., 122 ; Inv., I, 28-29.
  • 51 Calvin ne cite pas nommément les Pères mais il utilise de façon très évidente leurs traités, et pr (...)

15En parfait rhéteur, Calvin a suivi en tous points les conseils cicéroniens : ces six chapitres exposent la quaestio dans son aspect général (le problème transhistorique de l’hérésie) ainsi que dans son aspect particulier (le cas présent et précis des libertins) ; ils se concentrent autant sur les actions que sur les personnes46. De plus, pour la narration des actions, le réformateur a choisi de se référer à l’histoire (historia) plutôt qu’à la fiction (argumentum) ou au récit légendaire (fabula47), liant intimement les récits exemplaires du passé (époques apostolique et patristique) à l’événement contemporain ; par ailleurs, la partie historique suit l’ordre chronologique conseillé par Cicéron48, puisqu’elle s’étend des apôtres à l’époque contemporaine en passant par les pères apologètes ; enfin, la partie consacrée aux personnes49 regorge de détails vraisemblables sur les libertins : leurs noms, leurs pays et régions d’origine, leur portrait moral, social, mais aussi leur comportement sectaire, leur technique de recrutement ou encore leur langage séducteur. Tous ces éléments – recours à l’historia, attention à la chronologie, dispositio impeccable des faits, précision des détails – confèrent à la narratio du Contre les Libertins une clarté et une vraisemblance exemplaires50, encore accrues par le choix d’une division en chapitres thématiques et le recours aux arguments d’autorités que constituent les mentions explicites ou implicites de Pierre et Jude, de Tertullien, Irénée, Augustin, ou encore Eusèbe51. C’est tout un monde que Calvin recrée ainsi, et avec lui, toute une histoire du monde.

  • 52 Pour les qualités nécessaires à une narratio réussie : Or., 122 ; Inv., I, 28-29.
  • 53 Inv., I, 28-30.
  • 54 Cf. Calvin est réputé pour son horreur de la prolixité : être un « homme de peu de parole » est po (...)
  • 55 Angenot M., La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, p. 301.
  • 56 CO, tome 12, ep. 634, p. 66-67 : « Quant à la reprosche d’inconstance que vous me faictes, dautant (...)
  • 57 Martin Bucer rend hommage à sa piété et à ses qualités de pédagogue dans une lettre datée du 15 ju (...)
  • 58 Aristote s’agace de cette recommandation de brièveté pour la narratio ; il prône, comme souvent, l (...)
  • 59 « Les textes les plus riches du point de vue polémique sont ceux qui mettent en jeu des aspects ex (...)

16Pourtant, le réformateur n’a pas suivi le troisième et dernier conseil des rhéteurs : en plus d’être claire et vraisemblable, la narratio doit être brève52, toute orientée en vue de son utilité53. Si l’on se réfère au tableau donné plus haut, on constate au contraire sa longueur, qui retarde considérablement l’entrée dans la réfutation doctrinale des libertins, censée constituer le cœur de l’ouvrage. Une fois n’est pas coutume pour celui qui se donne comme le champion de la brevitas54, puisque aucun autre de ses opuscules polémiques ne possède de narratio isolable et d’une telle étendue (elles ne font que quelques phrases, tout au plus). Cette controverse ne semble donc pas relever de la même évidence que les autres : l’inscription des libertins dans le champ de l’hérésie paraît si peu avérée que le réformateur a assurément besoin de « maximaliser la crise55 ». La réaction d’incompréhension de Marguerite de Navarre à la suite de la publication du Contre les libertins56, et la façon dont Martin Bucer lui-même évoque avec déférence Antoine Pocque la même année57, viennent à l’appui de cette hypothèse. La longueur de cette narratio donne donc la mesure de l’ampleur du travail qui s’impose à Calvin58 : procéder à l’instauration d’une situation proprement agonique59, à l’origine de laquelle se situe une vision du monde, elle-même agonique – on touche alors au problème de la construction du monde par le discours. Aussi cette narratio apologétique se distingue-t-elle de la narratio classique parce que la polémique gangrène le tissu narratif, pour finalement engendrer la mise en place d’une dramaturgie polémique complexe.

1e partie de la narratio : dramaturgie polémique

  • 60 C’est un topos de l’écriture apologétique que de replacer son combat dans la perspective de celui (...)

17Dans l’économie générale du discours, les trois premiers chapitres de la narratio (et donc de l’ouvrage) sont absolument essentiels car ils installent la dramaturgie de la polémique, laquelle avait été ébauchée dans la préface. Sur fond de combat entre Dieu et Satan60 (chap. 1), Calvin dispose les acteurs de la controverse, qui viennent alternativement rejoindre l’engeance du diable ou le giron divin :

a. Le signe ↔ désigne les rapports antithétiques, le sigle ↕ désigne les rapports d’analogie.

  • 61 On pourrait voir dans ce schéma un carré logique d’Aristote étendu.
  • 62 Selon la célèbre expression de M. Angenot.
  • 63 CL, p. 45 ; 1 Co 11, 19.
  • 64 Les doctrines seront l’objet de l’argumentatio.
  • 65 Voir au sujet de l’importance de l’ethos chez Aristote, l’article de Gardner E., « La découverte d (...)
  • 66 Sur cette notion d’anti-ethos, voir Albert L. et Nicolas L., « Le “pacte” polémique : enjeux rhéto (...)
  • 67 On se souviendra qu’Aristote fait de l’ethos « la preuve la plus efficace » des trois preuves rhét (...)

18C’est un double raisonnement par antithèse et par analogie61 que déploie Calvin dans cette narratio. L’antithèse peut sembler évidente puisqu’il y a opposition, pourtant le rapport antithétique mis en place par le discours apologétique est singulier : en effet, ce type de discours se propose autant de disqualifier un antihéros que d’exalter un héros (d’où la fréquence de l’association de la polémique et de l’apologie). Alors que le pamphlétaire se contente de jeter une bouteille à la mer62 dans un élan de pathos visant à discréditer l’adversaire plus qu’à reconstruire une figure positive à laquelle renvoyer, l’apologète quant à lui propose un choix à son auditoire, il met en scène le héros et l’imposteur, parce qu’il veut arracher la vérité à l’erreur, représentée par la partie adverse. Il doit donc admettre la coprésence de l’erreur et de la vérité, car c’est cette coprésence qui justifie son entreprise apologétique : Calvin le reconnaît explicitement quand il pose comme lieu central de son ouvrage que « sainct Paul dict qu’il faut qu’il y ait des sectes pour que les vrays chrétiens par ce moyen soient révélés63 ». Dès lors, la caractérisation de l’erreur et de ses représentants (les sectes) devient aussi importante que celle de la vérité et de ses défenseurs (les vrays chrestiens). La particularité du discours apologétique à ce stade est qu’il fait de l’identité64, de l’ethos des acteurs l’enjeu même de la lutte, l’argumentation polémique conduisant nécessairement à une contamination du logos par l’ethos65. Ainsi, chacun des lieux de l’ethos (âge, origine sociale, fonction, compétence, vertus, etc.) est inversement joué par Calvin contre l’adversaire pour contester la légitimité de sa parole. Le portrait peu flatteur du libertin ainsi réalisé – l’anti-ethos66 – devient en lui-même un argument qui garantit l’inanité de sa doctrine, avant même qu’elle ne soit mentionnée (au même titre que l’ethos garantit toujours la crédibilité de celle de l’orateur67). On arrive au constat surprenant que l’objectivité de l’apologie n’est garantie que par sa subjectivité : d’où l’importance d’une telle narratio pour Calvin, avant d’entamer la réfutation logique, car elle pare la doctrine libertine d’une prévention négative du fait même de l’ethos de ceux qui la promeuvent. Il faut préciser que ce raisonnement par antithèse, fondé sur le lieu des contraires, fonctionne souvent par l’implicite, provoquant des effets saisissants de brièveté et d’évidence. En effet, la figure de l’hérétique alimente par « effet-retour » celle du chrétien, selon le principe des vases communicants : toute mention d’un élément positif chez l’un implique sa négation chez l’autre, la valeur adversative étant plus évidente qu’elle demeure implicite. Par exemple, quand Calvin insiste sur le caractère verbeux du discours libertin, il donne implicitement la clé du vray discours chrétien : clair et concis. Nous verrons qu’il en va ainsi de la polémique comme de la parénèse : le libertin est l’exact antithèse du chrétien, le libertin se comporte à l’exact opposé de la façon dont le chrétien doit se conduire. Aucune confusion n’est donc possible, aucune compromission non plus : c’est véritablement une incompatibilité absolue que Calvin cherche à établir à travers ce système antithétique.

  • 68 Titre du chap. 2 : « De la similitude des libertins avec la secte dont parlent sainct Pierre et sa (...)
  • 69 Titre du chap. 3 : « De la similitude qui est entre les libertins et plusieurs anciens heretiques  (...)
  • 70 Perelman C. et Olbrechts-Tyteca L., Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, (...)
  • 71 Fuchs E., Reymond P., La deuxième épître de saint Pierre. L’épître de saint Jude, Genève, Labor et (...)
  • 72 Wisse F., « The Epistle of Jude in the History of Heresiology », Mélanges A. Böhlig, M. Krause (éd (...)
  • 73 Voir Le Boulluec A., La notion d’hérésie dans la littérature grecque. IIe et IIIe siècles, tome I (...)
  • 74 Amossy R. et Herschberg-Pierrot A., Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Arma (...)
  • 75 Quintilien recommande d’utiliser l’ascendance ou la descendance de quelqu’un pour nourrir l’éloge (...)
  • 76 Calvin tente ainsi d’amalgamer la doctrine libertine avec les doctrines manichéenne, gnostique, et (...)

19Mais ce vaste raisonnement symétrique (horizontal) ne se contente pas de procéder à la dévalorisation ad personam du libertin en reconstruisant, par contre-coup et comme en négatif, la figure idéale du chrétien. Il se double d’une trame analogique (verticale) qui en démultiplie les effets autant que la puissante dramatique. Calvin montre en effet ce qui unit les libertins aux hérétiques des époques apostolique68 et patristique69 par le biais d’une « ressemblance de rapports70 » : il bâtit ainsi une généalogie de l’hérésie. Ce faisant, il procède au transfert d’évidence qu’opère l’analogie, laquelle, adossée à l’antithèse, permet d’établir par contre-coup la similitude de Calvin avec Pierre et Jude, puis avec les pères apologètes qui ont combattu ces sectes. Il s’agit moins ici d’entrer dans des débats dogmatiques que d’établir des parentèles en exhibant les constantes qui unissent les hérétiques de tous les âges, et les vrais chrétiens de tous les âges. Pour la parentèle diabolique, l’analogie avec les faux docteurs et avec les hérétiques antiques se déploie sur un axe général : il est impossible d’identifier les destinataires des Épîtres de Jude et Pierre, malgré la richesse des portraits71. L’attaque annonce la venue de faux prophètes aux temps derniers, dans les termes stéréotypés de l’apocalyptique juive72, sans viser de faction déterminée. Ces Épîtres rendent donc possible l’utilisation contre les hérétiques de l’arsenal de l’apocalyptique73, et Calvin peut sous-entendre qu’une des grandes prophéties de l’Apocalyptique juive est en train de s’accomplir. Les Épîtres fournissent ainsi au réformateur le cadre général et les attitudes, tandis que les écrits patristiques procurent des exemples de constantes doctrinales, le tout façonnant le « portrait-robot » de l’hérétique. Ce faisant, le raisonnement analogique détermine un processus d’engendrement continuel de l’erreur, et établit la permanence d’une figure qui réitère avec une déroutante constance les mêmes erreurs d’âge en âge. Calvin exploite avec virtuosité l’effet produit par le stéréotype, conçu comme l’association plusieurs fois répétée entre un objet (homme dissident) et une notion (hérésie), véhiculant des valeurs (négatives, mortifères) et prescrivant des conduites (dissimulation, simulation, licence charnelle, etc)74 : il produit un ethos et un anti-ethos collectifs75, deux identités qui débordent les individus, et se trouvent dotées d’invariants comportementaux, éthiques, mais aussi doctrinaux76.

  • 77 IO, VIII, 9-12 sur les ressources de l’amplification.
  • 78 L’hérétique est vu comme un monstre au service du diable, cf. Commentaire de la seconde Épître de (...)
  • 79 Sur le caractère pathétique de la narratio, cf. Aristote, Rh., III, 1417a et 1417b.
  • 80 L’analyse d’O. Millet ne semble donc pas pouvoir s’appliquer au Contre les Libertins, quand il écr (...)
  • 81 Quintilien évoque, au sujet de l’ethos, ces portraits (stéréotypes) que l’on trace dans les écoles (...)

20Dans cette narratio, Calvin cherche davantage à amplifier qu’à prouver77. L’analogie tire sa force dramatique de la constitution d’un ennemi unique et globalisé bien plus facile à pourfendre : en associant adroitement son adversaire à la figure emblématique de l’hérétique qui a subi l’opprobre de la collectivité pendant des siècles, le réformateur fait surgir la représentation honnie de ce personnage dans l’esprit de ses lecteurs78, créant un puissant effet pathétique79. De toute évidence, le libertin acquiert la stature d’un ennemi dès les premiers chapitres du traité, dimension que Calvin aurait peiné à rendre de façon aussi signifiante sans le recours à une telle stratégie80. Par contraste, la Réforme se hisse à la hauteur de l’Église romaine, et la remplace dans la parentèle divine, en s’arrogeant le droit de juger de ce qui relève de l’hérésie ou non. De plus, en prolongeant dans la diachronie l’opposition contemporaine, l’analogie vient nourrir le manichéisme de la parole apologétique. Le marquage axiologique procure un sentiment d’évidence qui naît de la clarté des contrastes. Là encore, Calvin instaure comme prémisse de son argumentation anti-libertine des catégories évidentes dans l’esprit de ses lecteurs81, sans aucune confusion possible : il propose en face à face deux visions du monde et deux figures que tout oppose de façon systématiquement symétrique dans l’esprit du lecteur. Le réformateur pourra réactiver tout au long du traité cette impression. À chaque point de la doctrine libertine évoqué, il ne manquera pas de rappeler à ses lecteurs que les mêmes reproches étaient adressés aux faux docteurs et autres sectaires.

  • 82 Tertullien en est particulièrement friand, de même que les pères conciliaires qui reconstituent sy (...)

21Le but de ces chapitres semble aussi parénétique que polémique : ils remplissent en effet la fonction d’assigner publiquement les positions, les généalogies mises en place possédant une forte valeur unifiante pour l’Église persécutée. Par ailleurs, en insérant la polémique contemporaine dans une théologie de l’histoire inhérente à la notion d’accomplissement des Écritures82, Calvin prescrit l’issue du combat : parce que les prophéties annoncées sont arrivées, celles qui sont à venir arriveront. Il faut ajouter que la force argumentative de cette construction antithétique et analogique tient au caractère polarisé et inégalitaire de la mise en opposition des notions considérées : en réalité le chrétien et l’hérétique sont deux figures symétriques, mais l’équilibre n’est pas respecté. La facilité écrasante avec laquelle l’hérésie fait des émules sans espoir de retour (l’hérétique est furieux, frénétique) s’oppose à la difficulté de « tenir » le chemin pour le chrétien. La chute est une menace permanente pour l’homme déchu, impuissant à faire le bien en dépit de sa bonne volonté. D’où la nécessité pressante d’une parénèse de la vigilance à l’attention des brebis, comme corollaire à l’attaque des loups.

2e partie de la narratio : parénèse de la vigilance

  • 83 À la suite de la publication du Contre les libertins, Quintin est arrêté et mis à mort à Tournai t (...)
  • 84 CL, p. 66.

22La narratio se poursuit avec trois chapitres parénétiques. Le premier (chap. 4 : « Quel a esté le commencement de la secte des libertins et qui en sont les principaux capitaines ») vise à porter à la connaissance des fidèles l’identité de ces libertins qui ont été assimilés aux pires hérétiques connus : ils sont enfin nommés et caractérisés socialement et moralement. La partie la plus longue du chapitre ne porte cependant pas sur la description de cet ennemi désormais identifiable. Elle consiste en une justification aussi belliqueuse qu’embarrassée que Calvin développe pour se disculper de la délation à laquelle il se livre à ce stade (ce faisant, il montre qu’il a conscience que le fait de citer nommément les libertins peut avoir – et aura – des conséquences terribles83). C’est toute la dimension politique de l’apologie qui apparaît ici : Calvin annonce à son destinataire royal qu’il assume pleinement son acte de délation, il s’en explique tout en lui reprochant implicitement d’entretenir des hérétiques et de fermer les yeux sur leurs pratiques scandaleuses. Viennent ensuite deux chapitres plus proprement parénétiques, intitulés « Comment il se peut faire que ceste secte tant bestiale ait si grand nombre d’adherens. Où il est traicté des manieres de gens qui la suyvent » (chap. 5) et « Des remèdes pour ne point tomber aux erreurs des libertins, ou pour s’en retirer si quelqu’un y estoit ja tombé » (chap. 6) : ces deux chapitres développent les thèmes annoncés dans la préface, et sont stratégiquement placés. Ils viennent après le tableau apocalyptique du monde que Calvin a dressé, et avant l’analyse et la réfutation systématique de chaque point de la doctrine des libertins. La tension est à son comble, et la parénèse vient parachever le mouvement. Elle est elle-même très structurée puisqu’elle se déploie en deux chapitres complémentaires : l’un expose les comportements qui conduisent à l’hérésie et l’autre ceux qui permettent de n’y pas tomber. Après avoir resserré son propos sur les libertins dans le chapitre précédent, Calvin l’ouvre à nouveau dans la parénèse, achevant ainsi d’imbriquer solidement la quaestio finita et la quaestio infinita. Les libertins sont désignés par les termes généraux qui servaient précédemment à désigner leur parentèle (ceux qui « serv [ent] à sathan », « meschantes sectes et heresies84 », etc.) : le réformateur prolonge ainsi l’analogie polémique dans la parénèse. Ce faisant, il scelle définitivement le lien entre hérétiques et libertins, et les deux figures sont désormais rendues interchangeables.

  • 85 Sur l’efficacité du lieu de la nécessité, De Inv., II, 170-174.
  • 86 CL, p. 64, et un peu plus loin p. 65, « Congnoissons donc, que c’est ainsi que nostre Seigneur se (...)
  • 87 CL, p. 63.
  • 88 CL, p. 64-65.
  • 89 Il dit bien en effet : « Au reste que nul ne s’esbahisse, ou se trouble de voir des erreurs tant e (...)
  • 90 Commentaire de la seconde Épître de Pierre, CO, t. 55, p. 443 sq.
  • 91 CL, p. 66 : « Nostre Seigneur les punist en faisant que leur pays soit infectez de ceste vermine. (...)
  • 92 CL, p. 65.
  • 93 CL, p. 46.

23Le chapitre 5 revient sur le caractère de corpus mixum de l’Église visible, que Calvin avait posé comme justification de son entreprise apologétique dans la préface, notamment par la référence à saint Paul. La nécessité85 d’une présence conjointe de bons et de mauvais chrétiens au sein de l’Église, illustrée par l’antithèse et l’analogie, est désormais justifiée longuement dans un but délibérément didactique. Cette mixité se montre triplement nécessaire : à Dieu, au pasteur et au fidèle. À Dieu d’abord, car : « C’est une juste vengeance de Dieu qui les [les hérétiques] met ainsi en sens reprouvé […] [et] les livre à sathan et les envoye à son eschole86. » L’hérésie est l’outil qui permet à Dieu de punir les mauvais chrétiens, et qui lui permettra, au jour du Jugement, de « discerner les bons d’avec les meschans87 ». Aussi « il faut que la sentence donnée par S. Paul soit executée sur eux88 ». Ce lieu de la nécessité sur lequel repose toute l’argumentation calvinienne ne prend pas appui sur l’aspect rassurant de l’accomplissement des prophéties, garantissant au chrétien que le combat final est déjà gagné et que Dieu reconnaîtra les siens au jour du Jugement. C’est au contraire sur la crainte89 que le réformateur insiste. Il s’en explique dans son commentaire de l’Épître de Pierre, épître qui affleure largement dans notre texte, nous l’avons vu : annoncer la perdition programmée des hérétiques vise non pas à rassurer les fidèles mais à les apeurer afin qu’ils s’en éloignent faute de vouloir mourir misérablement comme eux90. Calvin ne brandit donc pas le salaire du juste – le Salut – comme mobile de fidélité à Dieu, et donc comme ressort de cette parénèse. Il pointe plutôt le châtiment de l’infidèle, assurant à sa parénèse son caractère eschatologique par gradation pathétique. La promotion de la crainte permet à Calvin de valoriser indirectement sa doctrine de la prédestination négative : en effet, contrairement aux doctrines patristiques et médiévales qui voyaient dans l’hérésie une absence d’élection au salut, le réformateur y voit un châtiment, c’est-à-dire un acte positif de la volonté divine. Il ne faut pas croire que cette crainte est destinée à apeurer le seul « simple » facilement effarouché par la mobilisation de telles représentations apocalyptiques : affichant une indifférence totale quant au statut social91, Calvin réserve également dans sa parénèse un long paragraphe « aux Princes, ou Seigneurs qui gouvernent en leur nom, et à toutes gens de justice92 ». En effet, la crainte que le réformateur veut susciter est d’abord celle que l’homme doit avoir de lui-même, en tant qu’homme déchu incapable de faire le bien, avant celle, seconde, du châtiment. C’est pourquoi le réformateur insiste sur la responsabilité personnelle et intérieure de chacun, et non sur l’éventualité de l’indulgence de Dieu : « Nul ne se peut excuser quand il est débauché du droict chemin pour adherer à mensonge et faulseté, que ce ne soit sa faute93. »

24Le caractère nécessaire de l’hérésie s’explique donc relativement à l’intérêt qu’il présente pour Dieu, mais il s’avère également utile au pasteur. On quitte alors l’attente eschatologique pour traiter de l’existence présente de l’Église comme corps visible. Le pasteur en a la responsabilité présente, il a reçu mission de la garder aussi pure que possible. C’est le troisième aspect de la parénèse, et celui que le réformateur développe le plus longuement. Les hérétiques sont nécessaires car une fois « montrés au doigt », c’est-à-dire dévoilés publiquement par le pasteur, ils constituent un contre-exemple pour les fidèles. Montrer l’hérésie, c’est en préserver le chrétien :

  • 94 CL, p. 68.

« Car j’ay bonne esperance au plaisir de Dieu, de peindre si bien au vif ces monstres, que chacun les pourra appercevoir de loing pour s’en donner garde94. »

  • 95 CL, p. 62.
  • 96 CL, p. 63.
  • 97 CL, p. 81.
  • 98 CL, p. 68.
  • 99 CL, p. 58.
  • 100 CL, p. 67-68.
  • 101 CL, p. 111.
  • 102 CL, p. 103.
  • 103 CL, p. 81.
  • 104 IRC-Millet p. 1025, introduction du chapitre sur la Providence, p. 1017.

25Notons qu’à l’inverse, les pères hérésiologues du Moyen Âge répugnaient à exposer les doctrines hérétiques et à nommer les hérésiarques de peur de la contagion qui accompagne traditionnellement l’hérésie. Calvin au contraire, en successeur des tout premiers apologètes, estime nécessaire de « leur ôter le masque pour les faire connaître95 », qu’ils « soyent desmontrés telz qu’ilz sont96 ». Comme Irénée qui revendique de tirer à la lumière la bête tapie dans le bois, il veut « tirer à clarté97 », exposer sous « le soleil de justice98 » ceux qui se cachent : « Il est expedient que des bestes si dangereuses soient marquées, à ce que chacun les cognoisse de peur d’en recevoir dommage par faute d’advertissement99. » C’est véritablement un miroir inversé que le pasteur tend à ses brebis, dans lequel le chrétien peut contempler ce qu’il ne doit pas faire : « Plusieurs ont voulu prendre l’evangile comme une passe-temps. Voyans ce qui leur est advenu, mirons nous en leur exemple. Nous avons un semblable miroir100… » À l’inverse de la parole hérétique qui consiste à « ne voir goutte entre le blanc et le noir101 », qui est « un bandeau sur les yeux102 » de ses sectateurs, la parole polémique se voit accorder une véritable vertu révélatrice. Elle participe à la publication de la Vérité par la révélation du mal : celle-ci ne peut se dire que dans la tension d’une polarité contradictoire, c’est pourquoi l’hérésie est nécessaire. Ce n’est donc pas pour dialoguer avec elles que Calvin publie les doctrines hérétiques mais bien dans un but parénétique d’éducation du regard : « Voilà comment nous distinguerons entre la lumiere et les tenebres103. » Le pasteur présente ainsi une alternative claire aux hommes par la division de l’humanité en deux groupes, les réprouvés servant d’exemple aux justes de l’application de la justice divine104.

  • 105 Sur le caractère éthique de la narratio, cf. Rh., III, 1417b.
  • 106 CL, p. 62. La même idée était déjà présente dans la préface : « Beaucoup de gens qui avoyent esté (...)
  • 107 CL, p. 63-64.

26Pour que la vision procurée par la parénèse soit concrètement utile au chrétien, Calvin l’inscrit dans les catégories éthiques105 des parentèles ennemies mentionnées plus haut : il décrit et prescrit deux comportements antithétiques. Le chapitre 5 dresse un épouvantail qui sert de repoussoir au chrétien en exposant les conduites gouvernées par le vice, tandis que le chapitre 6 l’encourage dans un agir constant et ferme. On comprend alors que la crainte mise en avant dans cette narratio veut nourrir une véritable parénèse de la vigilance : Calvin insiste d’abord sur le fait que personne ne doit se croire inaccessible aux sirènes de l’hérésie, car il ne s’agit pas d’un ennemi extérieur aisément repérable de loin, mais d’un frère appartenant à la communauté, et dans laquelle il se dissimule de façon sournoise et pernicieuse : « Ilz en gaignent beaucoup mesme de ceux qui avoyent auparavant gousté la simple doctrine de l’Évangile106. » Cette mention récurrente d’hommes fidèles contaminés par l’hérésie donne à la parénèse son caractère pressant et urgent : la fidélité du croyant, et partant son destin ultime, dépendent de sa vigilance. Cet argument illustre également de manière saisissante l’emprise que Calvin accorde à l’échéance eschatologique sur le présent de la foi. Le réformateur expose ensuite les vices qui conduisent à coup sûr à l’hérésie, reprenant les éléments du portrait-robot brossé avant. On y trouve « arrogance ou presomption », qui sont mères de toute hérésie, puis deux péchés majeurs : « folle curiosité », c’est-à-dire amour frénétique pour les spéculations intellectuelles, et volonté de « se lascher la bride [pour] mener vie dissolue107 ».

  • 108 F. Goyet remarque cette différence entre l’exhortation, qui est chaleureuse, et le conseil, cf. Go (...)
  • 109 CL, p. 68.
  • 110 Ibidem.

27Une fois réaffirmée la responsabilité de l’homme dans sa propre chute, une fois établi le caractère endémique de l’hérésie qui peut circonvenir jusqu’au meilleur chrétien, une fois précisées les caractéristiques éthiques de l’anti-modèle à fuir, Calvin propose enfin la route à suivre : « Tenons ce chemin », écrit-il au début du chapitre 6, dans lequel il exhorte le fidèle à traduire dans son existence le primat de la parole de Dieu, jour après jour avec constance. Le pasteur s’adresse d’abord aux chrétiens qui n’ont pas été touchés par la contagion hérétique, par l’intermédiaire d’une longue accumulation rhétorique d’impératifs exhortatifs qui tissent les interdictions (dehortatio) aux conseils positifs (exhortatio) : « Que nous mettions peine à ; que nous ne desirions ; que nous n’ayons point ; que nous la profanions point ; que nous ne la recevions point ; regardons ; prions ; etc. » Il faut remarquer le caractère très ouvert de la parénèse calvinienne : le pasteur construit un « nous » qui confère chaleur108 et modestie à ses exhortations, et conclut : « Ceste admonition s’addresse à tous. » Vient ensuite une nouvelle admonition, plus courte, à l’adresse de ceux qui ont « esté seduictz109 ». On passe du « nous » au « ils » par une nette mise à distance : « qu’ilz ne se plaisent pas ; qu’ils ne s’endurcissent pas ; qu’ilz ne bouchent pas leurs oreilles ; qu’ilz ne s’enivrent point, etc.110 ». Le réveil des consciences (et des sens !) auquel Calvin appelle les « seduictz » semble pourtant peu probable tant il les décrit comme aveuglés, endormis, rendus sourds, etc. C’est par un dernier conseil, qui s’adresse à tous, que Calvin referme sa narratio, au seuil de la réfutation doctrinale :

  • 111 Ibidem.

« Que tous ensemble ayent la patience de bien noter les advertissemens que je bailleray, à fin qu’ilz leur soyent pour marques à les adviser, à ce qu’ilz ne soyent point surprins par imprudence. Car j’ay bonne esperance au plaisir de Dieu, de peindre si bien au vif ces monstres, que chacun les pourra appercevoir de loing pour s’en donner garde111. »

  • 112 CL, p. 58.
  • 113 Selon les termes de G. Hanlon: « Confessionalization can be regarded as the process whereby barric (...)
  • 114 À ce sujet voir Millet O., « Calvin et les “libertins” : le libertin comme clandestin, ou de la sp (...)

28Le réformateur conclut donc la parénèse par la réitération de la capacité proprement active et révélatrice de la parole apologétique, qui doit – ou peut – sauver, grâce à ses exhortations comme à sa dimension polémique. La métaphore de la « marque », que nous avons vue plus haut comme signe d’infamie apposé aux hérétiques (« il est expedient que des bestes si dangereuses soient marquées, à ce que chacun les cognoisse de peur d’en recevoir dommage par faute d’advertissement112 »), est récurrente sous la plume de Calvin. Elle désigne l’impact public de la parole apologétique, aussi bien sur le représentant de l’erreur que sur celui de la vérité. C’est l’importance cruciale de la déclaration publique de la foi réformée qui est soulignée ici, cette fameuse confessionalisation113 à laquelle Calvin appelle les fidèles de France sans relâche en ces années 1545114. Elle est capitale en effet pour encourager ceux qui hésitent encore entre Rome et Genève à rallier la Réforme. Le réformateur se montre très confiant, du reste, en la valeur performative de sa parole, confiance qu’il tire bien évidemment de son rôle de « porte-parole » de Dieu. À travers lui, c’est Dieu qui parle, la victoire est donc aussi évidente que nécessaire.

  • 115 Ce que souligne également Higman F., The Style of John Clavin in his French Polemical treatises, O (...)
  • 116 Voir à ce sujet Albert L., « “Il vouloit embabouiner le monde” : le libertin… », art. cit.
  • 117 Ce que recommande Quintilien, IO, IV, 2, 54.

29Ainsi, avant même que le pieux lecteur n’arrive à la réfutation proprement dite des articles de doctrine libertine, une narratio, claire et efficace, secondée par une parénèse vigoureuse aux exhortations saisissantes, l’a déjà convaincu du caractère démoniaque et effrayant des libertins115. On pourrait se demander cependant dans quelle mesure un préambule de six chapitres était nécessaire pour en arriver au cœur du projet qu’est la réfutation de la doctrine libertine. C’est que cette dernière se révèlera malaisée pour Calvin du fait de la grande proximité doctrinale qui l’unit aux libertins116. Il fallait donc au moins cela pour établir une prévention négative, et rétablir l’évidence du combat contre Quintin, Pocque et leur « sequelle ». La narratio apologétique anticipe donc sur l’argumentatio117 et pose les jalons d’une réfutation qui sera amplement facilitée, parce qu’elle fait reposer son propos sur une antithèse macrostructurale qui dit l’impossible : pas de via media envisageable entre Rome et la ville du Léman, et encore moins de compromission entre le libertin et le réformé. Ainsi, en orateur prudens, Calvin a préparé de longue main en amont ce qui rendra efficace sa réfutation doctrinale.

Argumentatio : répétition et amplification

  • 118 CL, p. 82.
  • 119 Pour le détail des points de doctrine abordés, voir le tableau donné plus haut.
  • 120 Sur la doctrine et sur les ouvrages libertins évoqués par Calvin, voir Albert L., « “Un certain co (...)

30Avec l’argumentatio, on quitte l’exposition du scandale pour entrer dans l’argumentation proprement dite. Du chapitre 7 au chapitre 24, on distingue trois parties. La première, composée des quatre premiers chapitres, s’attache aux modes d’expression des libertins en dénonçant leur propension à dissocier le fond de la forme : leur style, oral comme écrit, est décrit et critiqué (chap. 7), à l’image de leur attitude considérée comme dissimulatrice et simulatrice (chap. 8) ; leur façon d’interpréter les Écritures est également exposée et jugée extravagante (chap. 9), le tout étant résumé et illustré par la façon dont ils utilisent le mot esprit (chap. 10). La seconde partie de l’argumentatio concerne cette fois le fond : « Il est temps de venir à la deduction des matieres qui sont comme articles de foy de ceste malheureuse secte118. » Il s’agit de la réfutation doctrinale proprement dite, qui examine pied à pied chaque point controversé119. La troisième et dernière partie réconcilie le fond et la forme de l’hérésie libertine en produisant et réfutant des écrits libertins (chap. 23-24). Calvin réfute chacun d’entre eux sommairement, en renvoyant souvent au corps de son ouvrage120. Ces deux derniers chapitres sont présentés comme des preuves que les chapitres précédents n’exagéraient en rien le caractère démoniaque de la doctrine hérétique.

  • 121 Higman F., The Style…, op. cit.: « We may call it a polarization of the subject. That is to say, h (...)
  • 122 Par exemple sur la nature du Christ, voici comment débute le chapitre : CL, p. 108 : « Apres avoir (...)
  • 123 Sur la quasi-nécessité pour Calvin de s’opposer pour conduire un exposé, voir Millet O., Calvin et (...)

31La possibilité d’adopter une structure antithétique ne s’affaiblit pas avec le passage de la narration à l’argumentation : Calvin ouvre désormais son propos à la voix adverse, et fait droit aux objections (choisies) tout en multipliant les concessions (« je leur confesse volontiers que… ; il est vrai que… »). Le réformateur inclut donc la voix de l’opposant, et mime la dispute dans un dialogisme qui recherche constamment le débat contradictoire : « ils usent de ces termes ; ils allèguent ; quoy donc, dira quelqu’un ; je ne dis pas ; je responds, etc. ». La tension mise en place dans la narratio trouve ainsi son prolongement logique dans l’argumentation. Cette dernière procède selon un mode de raisonnement sobre dont le schéma se reproduit parfois plusieurs fois dans un même chapitre : <exposition polarisée-réfutation>. L’exposition polarisée, pour reprendre l’expression proposée par F. Higman121, consiste en une description de la doctrine libertine, que Calvin ne prend jamais la peine d’agrémenter d’un soupçon d’objectivité ou de distance. Elle est présentée sous un jour si peu flatteur que le doute est impossible quant à sa provenance diabolique ou à sa stupidité122. Par ailleurs, Calvin redéfinit souvent lui-même le point de vue opposé, dans le but d’accentuer les différences avec sa propre doctrine, exposant ainsi non ce que les libertins prêchent, mais les buts qu’il estime être inscrits dans leur prêche. Ce faisant, la question débattue est placée sous la clarté d’une opposition, et le travail mental nécessaire à la dissociation des deux étapes (prêche/conséquence possible du prêche) s’avère presque impossible. Parfois les deux phases (exposition polarisée-réfutation) sont tellement enchevêtrées que chaque proposition est immédiatement réfutée, et ainsi de suite, dans un fracas argumentatif au rythme haletant123. Il en ressort une impression de joute verbale serrée, dont les camps sont toujours clairement circonscrits grâce à la polarisation du vocabulaire (les libertins sont par exemple mentionnés de façon invariablement polémique : « ces galands, ces brouillons, ces phrénétiques, ces enragez, ces canailles, ces malheureux, ces meschants chiens, ce petit prestrot, etc. »).

  • 124 Rhétorique à Herennius, texte établi et traduit par G. Achard, Paris, les Belles Lettres, 2003, I, (...)
  • 125 Ce même modèle déborde plus loin le cadre d’un seul chapitre pour en envahir quatre. Calvin expose (...)
  • 126 Voir ci-dessus note 47.
  • 127 CL, p. 90.
  • 128 Par exemple, CL, p. 89 : « A fin que la chose soit encor plus facilement entendue, j’allegueray qu (...)

32Deux éléments annexes viennent occasionnellement se greffer au schéma de base, selon les besoins de l’argumentation : l’exemple, servant d’illustration à l’exposition polarisée, et la confirmatio, c’est-à-dire un développement de la doctrine réformée par la positive et non sur le mode réfutatif124. Le modèle argumentatif <exposition polarisée-exemple-réfutation> concerne surtout les quatre premiers chapitres portant sur l’expression libertine, dans lesquels Calvin prend un plaisir manifeste à mettre en scène les libertins en mimant leur expression125. De façon générale, les exemples mobilisés par Calvin s’enracinent dans les lieux des attributs des personnes et des actions développés dans la narratio126. Ils prennent soit l’allure d’un micro-récit polémique mettant en scène les libertins dans des situations réelles ou fictives désavantageuses : « Je racompteray sur cela une histoire joyeuse127… », soit la forme d’une parodie de dialogue en dialecte picard128 jouant sur les registres discursifs, et visant à ridiculiser leur parler et dévaloriser leur origine sociale. Au chapitre 17, la polémique culmine car les micro-récits allient le comique de situation et la parodie dialectale. Ils se montrent si percutants que toute réfutation doctrinale devient inutile, l’argumentation tourne court sur une note comique ridiculisant les libertins.

  • 129 Cela n’a rien d’étonnant, l’hérésie a toujours forcé l’orthodoxie à se définir avec précision, ce (...)

33Quant aux passages de confirmatio, quatre chapitres en sont pourvus, et de ce fait diffèrent notablement des autres par leur longueur (chap. 14, 18, 21 et 22) : quand un chapitre s’étend généralement sur trois pages, rarement quatre, ceux-ci occupent entre six et huit pages. Calvin a donc trouvé à quatre reprises l’occasion de préciser et développer sa propre théologie, sur la providence (chap. 14), la régénération (chap. 18), le rapport des fidèles aux biens temporels (chap. 21) et enfin la résurrection (chap. 22). La polémique anti-hérétique fonctionne ici comme une maïeutique129 obligeant l’orthodoxie à préciser ses dogmes face à une hétérodoxie qui risque les dénaturer. Sur ces quatre points, on sent que la réfutation ne suffit plus. L’apologie qui, comme discours défensif, présente le point de vue des adversaires pour le renverser, peut se muer en discours créateur, et la défense du christianisme s’accompagner d’une mise en lumière dans laquelle s’élaborent positivement des conceptualités à long terme.

34De façon générale, l’argumentatio du Contre les libertins repose donc sur la répétition et l’amplification d’un même schéma argumentatif d’une grande simplicité. Cette sobriété ne renvoie pas à une diminution d’intensité, au contraire : loin d’émousser sa puissance persuasive, elle maintient la réfutation dans la tension d’une opposition radicale et absolue, grâce au lieu de la contradiction qui la sous-tend, et, par martèlement, finit par imposer au libertin le masque de l’altérité.

Péroraison : récapitulation

  • 130 Rh., III, 19; IO, VI, 1, 1-55.
  • 131 IO, VI, I, 1.
  • 132 De Inv., I, 101. Sur les lieux spécifiques de la péroraison, voir De Inv., I, 98-109 ; voir aussi (...)

35La péroraison du Contre les Libertins, aussi brève que la préface, procède selon les règles de l’art rhétorique130, en deux mouvements parallèles de récapitulation du propos et de provocation des passions. Le premier consiste, aussi brièvement que possible, à « rafraîchir la mémoire131 » de l’auditoire en synthétisant le point controversé, et le second vise à susciter l’indignatio qui emportera son adhésion et le poussera à l’action (exhortation). Ces deux mouvements sont solidement imbriqués par Calvin. D’abord, la conclusion du traité délaisse définitivement la quaestio finita pour conclure sur la quaestio infinita : il n’est plus question des libertins et des réformés, mais de la vérité et de l’erreur. Ce déplacement de la cause vient soutenir la mobilisation du premier lieu cicéronien132 propre à provoquer l’indignation, et qui consiste à en appeler à l’autorité divine pour provoquer le rejet de l’adversaire au nom du rejet de l’erreur. On retrouve également la métaphore du miroir et l’isotopie de la vue, qui actualisent la vertu révélatrice accordée à la parole apologétique. Cette dernière exhibe la trame dichotomique qui gouverne le traité jusqu’à sa fin, la lumière s’opposant aux ténèbres, les créatures raisonnables aux « bestes brutes », etc. :

  • 133 CL, p. 170-171.

« Maintenant ie prie tous ceux qui cherchent Dieu d’affection, et ayment d’obeir à sa verité, qu’ilz considerent bien icy comme en un miroir, quelle et combien pernicieuse peste c’est de se laisser divertir de la pure simplicité de Iesus Christ. Car c’est un exemple espouventable de l’ire de Dieu, que des hommes, qui sont creatures raisonnables, mesme ayans esté illuminez en quelque bonne intelligence, tombent en si horribles tenebres, que de se faire semblables à bestes brutes. […] Le tout est que nous ayons seulement des yeux pour y regarder. Car il est certain que nul n’en pourroit estre seduict, que estant aveuglé de Dieu et mis en sens reprouvé par une iuste punition, de ce qu’il ne l’aura point honnoré, en mesprisant sa parolle133. »

  • 134 CL, : « Mettons peine, ne assubjectissons pas, rengeons nous, gardons nous, ne soyons poinct, n’ay (...)
  • 135 CL, p. 171.

36La crainte du châtiment divin, dont le fidèle contemple l’horrible accomplissement au miroir de l’apologie, apparaît comme l’idée majeure de cette recapitulatio pathétique, à laquelle succède logiquement une exhortation récapitulative. Il faut en effet réitérer la parénèse des chapitres 5 et 6, désormais lointains134 : éviter l’outrecuidance, ne pas avoir les « oreilles chatoilleuses135 », ne pas profaner la parole, fuir l’inconstance, chercher sa vocation et s’y tenir, etc. L’effet pathétique de cette accumulation d’impératifs exhortatifs est indéniable, du fait même de leur disposition dans cette conclusion. Ils sonnent comme un ultime appel à la vigilance par la réactivation de la crainte : en rappelant la négation de toute idée d’habitus dans le bien, Calvin termine son traité par l’affirmation que la seule permanence, la seule stabilité est celle du mal.

  • 136 Et dans la Bible, bien sûr, comme par exemple : He. 4, 12 : « Plus effilée qu’un glaive à double t (...)

37Comme de nombreuses publications apologétiques du réformateur, le Contre les libertins est orné sur la page de titre d’une marque à l’épée flamboyante, encadrée par la citation de saint Paul « Non veni pacem mittere, sed gladium » (1 Cor, 2). Cette métaphore du glaive à deux tranchants, qui désigne au départ la parole divine136, illustre le rôle que le réformateur confère à sa propre parole apologétique : elle abat et édifie en un même mouvement, et participe ainsi de la publication de la Vérité par la révélation du mal. La dispositio rhétorique du traité, à l’échelle de sa composition générale comme de l’organisation de ses structures logiques, constitue un outil majeur de cette parole. L’orchestration systématique des antithèses procède à la fixation des antinomies et s’apparente à une virtuosité rhétorique. Elle rend manifeste cette tension qui alimente le potentiel de conversion que porte l’apologie.

38Les procédés de généralisation mobilisés par Calvin révèlent de plus sa méfiance de l’individuel et son souci de l’Église comme corps visible et uni. Aussi, l’exploitation réitérée du stéréotype de l’hérétique ainsi que le débordement de la polémique de la quaestio finita à la quaestio infinita inscrit dans les seuils, entraînent une minoration des spécificités qui vient trancher radicalement le jeu de l’appartenance et de l’exclusion. La narratio, avec ce que le pathétique a de prescriptif, traduit dans une éthique ces critères d’appartenance et d’exclusion, et concrétise dans l’action ce que l’argumentatio expose sur le plan doctrinal. Isolée, cette dernière aurait tourné à la chicane aux yeux des fidèles, mais la parénèse permet d’éviter cet écueil en fournissant le mobile de la décision éthique, c’est-à-dire la crainte du châtiment. Elle supporte à elle seule la finalité morale du traité : c’est une attitude confessante qui est exigée de chaque individu comme principal critère de la vraie foi, et qui vient par retour justifier une théologie du combat, pour une Église militante et visible. La parole apologétique, par sa dispositio qui promeut une vision duelle statique et inévitablement schématique du monde, fait ainsi donc office d’antidote au mélange, à la confusion, et rétablit ainsi la suprématie de l’ordre, si chère à Calvin.

Notes

1 Voir Calvin J., Commentaire des Psaumes, introduction, dans Calvini Opera, tome 31, p. 23-24 : « Haec mihi edendae Institutionis causa fuit : primum ut ab iniusta contumelia vindicarem fratres meos, quorum mors pretiosa erat in conspectu Domini : deinde, quum multis miseris eadem instarent supplicia, pro illis dolor saltem aliquis et sollicitudo exteras gentes tangeret. Neque enim densum hoc et laboriosum opus, quale nunc exstat, sed breve duntaxat enchiridion tunc in lucem prodiit, neque in alium finem nisi ut testata esset eorum fides, quos videbam ab impiis et perfidis adulatoribus scelerate proscindi », « Et ce fut la cause [les massacres] qui m’incita à publier mon Institution de la religion Chrestienne : premierement afin de respondre à ces meschans blasmes que les autres semoyent, et en purger mes freres […] c’estoit seulement un petit livret contenant sommairement les principales matieres : et non à autre intention, sinon afin qu’on fust adverti quelle foy tenoyent ceux lesquels ie voyoye que ces meschans et desloyaux flatteurs diffamoyent vilenement et malheureusement » (je souligne). La situation décrite par Calvin est la suivante : après l’affaire des Placards en 1534, la répression s’installe et les bûchers s’allument. Mais François Ier se voit reprocher ces persécutions par les princes luthériens allemands avec lesquels il tisse alors des alliances politiques. Pour s’expliquer, il leur répond que les hérésies poursuivies en France sont le fait de fanatiques (sacramentaires, anabaptistes, etc) qui menacent le pays de sédition. Les princes allemands, qui ont connu récemment la révolte des chevaliers, la guerre des paysans et enfin la crise anabaptiste, comprennent parfaitement ce discours. Les réformés se trouvent donc identifiés à des communautés religieuses dont les positions doctrinales sont bien plus extrémistes que les leurs, et desquelles il leur faudra se dissocier publiquement.

2 Calvin publie toutes ses œuvres en latin puis en français, ou l’inverse. Dans le cas du Contre les libertins, la traduction en latin, par Nicolas de Gallard, paraît en 1546.

3 Ioannis Calvini Opera, scripta didactica et polemica, volumen I, Contre la secte phantastique et furieuse des libertins qui se nomment spirituelz dans Contre la secte phantastique et furieuse des libertins qui se nomment spirituelz, [Avec une epistre de la mesme matiere, contre un cordelier, suppost de la secte : lequel est prisonnier à Roan]. Response à un certain Holandois, lequel sous ombre de faire les chrestiens tout spirituels, leur permet de polluer leur corps en toute idolatries, edidit M. Van Veen, Genève, Droz, 2005 (édition désormais signalée par CL).

4 Soulignons la récente parution chez Droz de l’Institution de la religion chrétienne de 1541 par O. Millet, qui montre l’importance de cette édition : Calvin J., Institution de la Religion Chrétienne (1541), O. Millet (éd.), Genève, Droz, 2008 (édition désormais abrégée en IRC-Millet).

5 Viallaneix P., « Calvin polémiste », Onze études sur l’esprit de la satire, Éd. Hoorst-Baader, Tübingen-Paris, 1978, p. 26-27.

6 En réponse à la faculté de théologie de Paris qui avait publié en 1543 les Vingt cinq Articles de foy, Calvin réplique en 1544 avec l’Advertissement sur la censure qu’ont faicte les bestes de la Sorbonne (BC, 44/3, p. 149). Puis, il publie en latin, et immédiatement après en traduction française, Les Articles de la Sacrée Faculté de Théologie de Paris avec le remède contre la poison (BC, 44/4, p. 151). En 1544 toujours, il publie deux traités polémiques, visant cette fois l’aile opposée de ses adversaires : l’Excuse de Jehan Calvin, a Messieurs les Nicodémites, sur la complaincte qu’ilz font de sa trop grand’rigueur, ainsi que sa Brieve instruction pour armer tous bons fideles contre les erreurs de la secte commune des anabaptistes (BC, 44/7, p. 158). Paraissent également en 1544 le Petit traité de la saincte Cène (BC, 44/10, p. 167), le Petit traicté monstrant ce que doit faire un fidele entre les papistes, et enfin le Pro Farello et eius collegi (BC, 44/11, p. 168). L’année 1545 poursuit et achève cette charge d’une rare intensité avec la réédition de plusieurs traités polémiques de Calvin (BC, 45/1, 45/3, 45/9) dont un traité de 1542 intitulé Vivere apud Christum non dormire animis sanctos, qui inside Christi decedunt. Assertio, BC, 42/5 rebaptisé du titre Psychopannychia ; et enfin la publication du Contre la secte phantastique et furieuse des libertins qui se nomment spirituelz. Après cela, Calvin publiera encore quelques traités polémiques, mais moins fréquemment. Il arrêtera en 1550 avec le De scandalis, cf. BC, 50/9, p. 350. Sur l’année 1545 et son importance : [Calvin J.], Trois libelles anonymes, F. Higman et O. Millet (éd.), Genève, Droz, 2006, introduction p. 7-11 ; Autin M.-A., Un épisode de la vie de Calvin. La crise du Nicodémisme, 1543-1545, Toulon, Imprimerie Paul Tissot, 1917, p. 76 ; Higman F., La diffusion de la Réforme en France 1520-1565, Genève, Labor et Fides, 1992, p. 133-139 ; F. P. Van Stam souligne également l’importance de l’année 1545 dans la polémique avec Caroli, « Le livre de Pierre Caroli de 1545 et son conflit avec Calvin », Calvin et ses contemporains, actes du colloque de Paris [1995] O. Millet (éd.), Genève, Droz, 1998, p. 21-41.

7 CL, p. 171.

8 Millet O., « Calvin et les “libertins” : le libertin comme clandestin, ou de la sphère clandestino-libertine », La Lettre clandestine, no 5, 1997, p. 228.

9 J’entends ici la dispositio aussi bien au sens large de composition du discours qu’au sens plus restreint de dispositio des arguments, selon la définition qu’en donne Quintilien : Institution oratoire, texte établi et traduit par J. Cousin, Paris, les Belles Lettres, 2003 (abrégé ensuite IO), III, 9, 2-3 : « La disposition, pour sa part, est une partie de la rhétorique, et elle s’étend également à tous les sujets et à tous leurs développements, comme l’invention et l’élocution. Aussi faut-il la regarder comme une partie, non pas du discours dans son entier, mais de chaque question. »

10 Les structures du discours désignent les lieux du discours qui en constituent la topique. Ces derniers sont des preuves intrinsèques (lieux spécifiques) et extrinsèques (lieux communs), c’est-à-dire des schémas argumentatifs ou encore des structures logiques qui relèvent des capacités d’organisation propres à la langue. Ce faisant, bien que relevant au départ de l’inventio, ils entretiennent un lien étroit avec la dispositio dans la mesure où ils structurent la matière, avant que la dispositio ne la compose. Aristote, Rhétorique, Paris, Les Belles Lettres, texte établi et traduit par M. Dufour, 2002 (ensuite désigné par Rh.), II, 23-24. Les travaux de F. Goyet sur le lieu commun montrent bien l’importance de la rhétorique comme structure (Le Sublime du « lieu commun ». L’Invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Champion, 1996).

11 CL, p. 96.

12 IO, VII, 1, 2 ; Cicéron, Orator, texte établi et traduit par A. Yon, Paris, les Belles Lettres, 2002 (abrégé ensuite en Or.), 69.

13 CL, p. 170.

14 Chap. 8, CL, p. 71 sq.

15 Chap. 19, CL, p. 119 sq.

16 Cf. Or., 122 : « exposer les faits brièvement et d’une manière plausible et clairement » ; Cicéron, De Oratore, texte établi et traduit par E. Courbaud, Paris, Les Belles Lettres, 2002 (abrégé ensuite De Or.), II, 326 ; IO, IV, 2, 1 sq. : « Le plus naturel, et très souvent, le plus nécessaire, c’est qu’une fois le juge préparé par les moyens indiqués plus haut, soit exposée l’affaire sur laquelle il va se prononcer : c’est l’objet de la narration [ea est narratio]. »

17 Cette argumentatio tient lieu de probatio-refutatio : De Or., II, 80 ; Or., 50 et 122 ; IO, III, 9, 1 : « Parlons maintenant du genre judiciaire, celui qui offre le plus de variété, mais à qui incombent deux tâches : l’accusation et la défense. Selon la majorité des auteurs, une plaidoirie comporte cinq parties : exorde, narration, preuve, réfutation, péroraison [prohoemium, narratio, probatio, refutatio, peroratio]. »

18 CL, p. 45.

19 CL, p. 102 : « Quelle amertume est cachée soubz le miel que nous presentent ces malheureux. » Ce passage rappelle inévitablement ce proverbe cité par Érasme dans la Lingua : « Car nous voyons que les choses ont été disposées par la nature de façon que, des plus utiles, naisse aussi le plus grand mal […]. D’où la valeur universelle du proverbe “Où il y a miel, il y a poison ; où il y a plénitude, il y a enflure” [ubi mel, ibi fel, ubi uber, ibi tuber] », Érasme, Opera Omnia, vol. IV-1A, p. 26.

20 Comme le diable singe Dieu, l’hérétique revêt l’habit du chrétien, ce qui explique leur gémellité : Calvin doit donc justifier sa mise à distance qui semble contredite par les faits auxquels le chrétien est confronté.

21 Voir la contribution de B. Pouderon à ce volume.

22 L’ouverture qui va droit au but en se plaçant d’emblée sous l’autorité d’un texte biblique ou d’un Père se retrouve dans la plupart des traités polémiques calviniens : il invoque par exemple les Proverbes dans l’Excuse aux Nicodémites, saint Augustin dans le Traité des Reliques, ou encore saint Paul dans le Contre l’astrologie judiciaire.

23 CL, p. 45.

24 1 Co 11, 19.

25 Sur ce lieu, cf. Rh., 1397a7-17.

26 O. Millet expose la présence de tels binômes antithétiques dans l’Institution de la religion chrétienne, comme instrument de persuasion autant que comme ornement relevant de l’amplificatio, Millet O., Calvin et la dynamique de la parole. Étude de rhétorique réformée, Genève, Slatkine, 1992, p. 714-715.

27 Ce terme est important, il est fréquemment utilisé par les pères apologètes, notamment Tertullien, pour désigner l’hérésie.

28 CL, p. 45.

29 Indirectement, Calvin place la Réforme en position d’orthodoxie face à l’Église romaine, et établit par surcroît un lien de cause à effet intéressant entre elle-même et le surgissement d’hérésies. On reprochait à la Réforme d’avoir ouvert la voie à toutes sortes d’hétérodoxies : Calvin accepte le rapport mais en change la cause. Il explique le déchaînement des hérésies par l’énervement du diable, qui excite ses suppôts, parce qu’il ne peut supporter de voir enfin les enfants de Dieu prendre le dessus, c’est-à-dire la Réforme. Implicitement, cela sous-entend que Rome n’était pas dans la vérité.

30 CL, p. 46 : « Tellement que nul ne se peut excuser quand il est debauché du droict chemin pour adherer à mensonge et faulseté, que ce ne soit sa faute, et que nostre Seigneur ne le punisse de ce qu’il ne l’a pas aymé et craint comme il appartenoit, ainsi qu’il sera dict tantost apres. »

31 CL, p. 46 : « D’avantage puis que Sathan ne cesse de machiner par tous moyens la dissipation de ceste saincte unité, que nous avons en nostre Seigneur Iesus par sa parolle : il est plus que requis pour la conservation de l’Eglise, qu’icelle mesme parolle serve et soit appliquée en usage comme glaive et bouclier, pour resister à telles machinations. »

32 Cicéron, De Inventione, texte établi et traduit par G. Achard, Paris, Les Belles Lettres, 2002 (abrégé ensuite Inv.), II, 166-168ª.

33 IO, IV, 1, 1-79 ; De Or., II, 315-325 ; De Inv. I, 20-26.

34 IO, IV, 1, 7.

35 CL, p. 46 : « Or d’autant qu’il a pleu à nostre Seigneur, par sa bonté infinie, sans regarder qui j’estois, de m’adjoindre au nombre de ceux qu’il a commis, non seulement à publier sa verité au monde, mais aussi à la maintenir contre tous adversaires : il faut que je m’employe à ceste charge, selon la faculté qu’il m’a donnée. »

36 CL, p. 46.

37 CL, p. 46.

38 CL, p. 46.

39 CL, p. 46 : « Il est plus que requis pour la conservation de l’Église, qu’icelle mesme parolle serve et soit appliquée en usage comme glaive et bouclier pour resister à telles machinations. »

40 CL, p. 46.

41 Cottret B., Calvin, Paris, Payot, 1998, p. 291-292. Les thèmes du mélange, de la confusion, traversent les écrits polémiques calvinien par opposition à celui de l’ordre, voir à titre d’exemple CL, p. 95, 96, 97.

42 La première phrase du traité, après l’exorde, est la suivante : « Combien que toutes sectes d’heretiques soyent pestes mortelles en la chrestienté, toutesfois nous ne lisons point en toutes les histoires anciennes qu’il y en ait jamais eu une si pernicieuse, que celle qui se nomme aujourd’hui des libertins », CL, p. 47.

43 Gardeil A., La Notion du lieu théologique, Paris, J. Gabalda, 1908.

44 C’est un lieu théologique que de se référer aux Épîtres pour prouver le caractère hérétique d’une attitude, mais on retrouve également ce lieu de la « façon d’être » de façon plus générale, dans la rhétorique antique : De. Inv., I. 37-43.

45 Il s’agit de la description des libertins, des endroits où ils sévissent, et des raisons pour lesquelles Calvin a décidé de les combattre ouvertement et maintenant (chap. 4) ; exposition des raisons de leur succès et des comportements (à éviter) qui conduisent à les suivre (chap. 5) ; et enfin recommandations pour ne pas se laisser séduire ou pour en revenir (chap. 6). Sur les lieux concernant les attributs des personnes et des actions : De. Inv., I, 34-36.

46 Inv., I, 27-30.

47 Inv., I, 27 : « La narration comporte deux types, dont l’un concerne surtout les actions et l’autre les personnes. Celui qui consiste à raconter des actions prend trois formes : le récit légendaire, l’histoire et la fiction. »

48 Inv., I, 29.

49 Inv., I, 27 : « La narration qui concerne les personnes est ainsi faite qu’on a l’impression de voir non seulement les actions elles-mêmes, mais aussi le langage et le caractère des personnages. »

50 Or., 122 ; Inv., I, 28-29.

51 Calvin ne cite pas nommément les Pères mais il utilise de façon très évidente leurs traités, et prolonge leurs combats.

52 Pour les qualités nécessaires à une narratio réussie : Or., 122 ; Inv., I, 28-29.

53 Inv., I, 28-30.

54 Cf. Calvin est réputé pour son horreur de la prolixité : être un « homme de peu de parole » est pour lui une grande qualité. La recommandation pratique qu’il adresse aux fidèles pour qu’ils ne succombent pas à la séduction hérétique consiste à « couper la broche » aux prêcheurs verbeux.

55 Angenot M., La parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, p. 301.

56 CO, tome 12, ep. 634, p. 66-67 : « Quant à la reprosche d’inconstance que vous me faictes, dautant que ie me suis desdict, ie vous adverty, madame, quon vous a mal informee. » On peut penser que Marguerite de Navarre a cru que Calvin, après avoir cautionné les prêches de son aumônier (le réformateur Martin Bucer a lui même accueilli chez lui Antoine Pocque pendant deux ans), s’en défendait tout à coup publiquement : d’où son incompréhension et son reproche d’inconstance.

57 Martin Bucer rend hommage à sa piété et à ses qualités de pédagogue dans une lettre datée du 15 juillet 1545. Il y raconte que « maître Antoine homme très savant en grec et en latin, pieux entre tous et particulièrement habile à instruire la jeunesse », Moreau G., Histoire du protestantisme à Tournai jusqu’à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Paris, Les Belles Lettres, 1962, p. 278.

58 Aristote s’agace de cette recommandation de brièveté pour la narratio ; il prône, comme souvent, la juste mesure : « La vérité est qu’il est ridicule de prétendre que la narration doive être rapide. On connaît, sans doute, la réponse faite au boulanger qui demandait s’il devait pétrir sa pâte dure ou molle : « Eh quoi ? Est-il impossible de la faire à point ? » Ici de même. Il faut éviter les longueurs dans la narration, tout comme dans l’exorde et l’exposé des preuves ; car, ici, le bien n’est point la rapidité ou la concision, mais la juste mesure… », Rhétorique, III, 1416b30-33.

59 « Les textes les plus riches du point de vue polémique sont ceux qui mettent en jeu des aspects existentiels importants : identité, appartenance à une communauté, sens de l’activité humaine, dignité, jouissance, etc. Dans l’accroc bénin, l’accent est mis sur le tort et le sujet reste assez indifférent à son opposant. Je n’associe le polémique à la situation agonique qu’à partir du moment où un opposant se met à exister comme autre Sujet aux yeux du Sujet et acquiert pour ce dernier la stature d’un ennemi, ce qui suppose un processus d’identification », voir Garand D., États du polémique, D. Garand et alii (dir.), Montréal, éditions Nota Bene, 1998, p. 220. Cette analyse de D. Garand met parfaitement en valeur le processus d’identification, rarement souligné dans l’analyse de textes polémiques, qui peut être à l’œuvre entre le polémiste et son adversaire (que l’on pense à Ronsard quand il demande à se mesurer à Bèze dans la Response aux injures), et qui est à l’œuvre entre Calvin et Pocque.

60 C’est un topos de l’écriture apologétique que de replacer son combat dans la perspective de celui qui oppose Dieu et Satan. Voir par exemple F. de Raemond : « Le diable, qui sera toujours le singe de Dieu, a voulu de tout temps, comme remarque Tertullien et Justin Martyr, avoir ses martyrs… », dans l’Histoire ecclésiastique, ainsi que Antoine du Val dans Le miroüer des Calvinistes : « Le diable parle à toy par ses suppots et ministres, tels que sont les calvinistes et faulx martyrs de Genève. » Les controverses ultérieures utiliseront amplement ce topos également, comme le montre Vénard M., « Le démon controversiste », La controverse religieuse (XVIe-XIXe siècles), actes du 1er colloque Jean Boisset, VIe Colloque du Centre d’histoire de la Réforme et du protestantisme, recueillis par M. Péronnet, 2 tomes, Montpellier, 1980, p. 45-60 ; H. Meylan, « Martyrs du diable », D’Érasme à Théodore de Bèze, Problèmes de l’Église et de l’École chez les réformés, [THR], CXLIX, Genève, Droz, 1976, p. 259-276.

61 On pourrait voir dans ce schéma un carré logique d’Aristote étendu.

62 Selon la célèbre expression de M. Angenot.

63 CL, p. 45 ; 1 Co 11, 19.

64 Les doctrines seront l’objet de l’argumentatio.

65 Voir au sujet de l’importance de l’ethos chez Aristote, l’article de Gardner E., « La découverte de l’èthos chez Aristote », Ethos et pathos. Le statut du sujet rhétorique, actes du colloque international de Saint-Denis (19-21 juin 1997), réunis et présentés par F. Cornillat et R. Lockwood, Paris, Champion, 2000.

66 Sur cette notion d’anti-ethos, voir Albert L. et Nicolas L., « Le “pacte” polémique : enjeux rhétoriques du discours de combat », dans L. Albert et L. Nicolas, Polémique et rhétorique de l’Antiquité à nos jours, De Boeck, 2010, p. 17-48, et en particulier p. 40-47 ; Garand D., « La fonction de l’ethos dans le discours conflictuel », dans M.-H. La Rochelle (dir.), Invectives et violences verbales dans le discours littéraire, Sainte-Foy, Presses de l’université de Laval, 2007, p. 3-19.

67 On se souviendra qu’Aristote fait de l’ethos « la preuve la plus efficace » des trois preuves rhétoriques (ethos, pathos, logos), Rh. I, 2, 1356a ; voir aussi I, 9, 1366a28 et II, 6, 1384a23.

68 Titre du chap. 2 : « De la similitude des libertins avec la secte dont parlent sainct Pierre et sainct Jude », CL, p. 49.

69 Titre du chap. 3 : « De la similitude qui est entre les libertins et plusieurs anciens heretiques », CL, p. 51.

70 Perelman C. et Olbrechts-Tyteca L., Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 1988, p. 501.

71 Fuchs E., Reymond P., La deuxième épître de saint Pierre. L’épître de saint Jude, Genève, Labor et Fides, 1988, p. 15-126 ; Kelly J. N. D., A Commentary on the Epistles of Peter and of Jude, London, Adam & Charles Black, 1969, p. 223-237 et 295-370 ; Benetreau S., La deuxième Épître de Pierre, l’Épître de Jude, Vaux-sur-Seine, Édifac, 1994, p. 19-228.

72 Wisse F., « The Epistle of Jude in the History of Heresiology », Mélanges A. Böhlig, M. Krause (éd.), Leyde, 1972, Nag Hammadi Studies III, p. 133-143.

73 Voir Le Boulluec A., La notion d’hérésie dans la littérature grecque. IIe et IIIe siècles, tome I et II, Paris, Études augustiniennes, 1985, p. 30, 34 et 144-145, etc.

74 Amossy R. et Herschberg-Pierrot A., Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Armand Colin, 2005.

75 Quintilien recommande d’utiliser l’ascendance ou la descendance de quelqu’un pour nourrir l’éloge ou le blâme de la personne considérée.

76 Calvin tente ainsi d’amalgamer la doctrine libertine avec les doctrines manichéenne, gnostique, etc. En réalité, il opère un choix stratégique dans les points de doctrine qu’il mentionne pour alimenter son raisonnement analogique, laissant dans l’ombre les différences qui empêcheraient un rapprochement doctrinal avec les libertins, et desserviraient son raisonnement. Cette partialité apparaît quand on compare les descriptions des différentes hérésies faites par Calvin avec celles du De haeresibus d’Augustin, dont Calvin s’est largement inspiré.

77 IO, VIII, 9-12 sur les ressources de l’amplification.

78 L’hérétique est vu comme un monstre au service du diable, cf. Commentaire de la seconde Épître de Pierre, CO, t. 55, p. 443 sq.

79 Sur le caractère pathétique de la narratio, cf. Aristote, Rh., III, 1417a et 1417b.

80 L’analyse d’O. Millet ne semble donc pas pouvoir s’appliquer au Contre les Libertins, quand il écrit que la parole pamphlétaire calvinienne ne donne pas à ses adversaires « la consistance, fût-elle odieuse ou dérisoire, de véritables ennemis » et qu’elle évite de donner trop « d’épaisseur, morale ou sociale » à ses ennemis, « car cela reviendrait à affaiblir la thèse selon laquelle l’erreur et ses suppôts ne sont que des marionnettes dans les mains du Diable », dans « Calvin pamphlétaire », Le pamphlet en France au XVIe siècle, Cahiers V.-L. Saulnier 1, [Collection de l’École normale supérieure de jeunes filles], 1983, p. 20-21.

81 Quintilien évoque, au sujet de l’ethos, ces portraits (stéréotypes) que l’on trace dans les écoles selon les thèmes proposés : le rustre, le superstitieux, l’avare, etc., et leur grande force persuasive ; IO, VI, 2, 17.

82 Tertullien en est particulièrement friand, de même que les pères conciliaires qui reconstituent systématiquement, au début des actes des conciles oecuméniques, des listes d’hérétiques et d’hérésies déjà condamnées, cf. Alberigo G., Les conciles œcuméniques, 3 vol. , Paris, Les Éditions du Cerf, 1994.

83 À la suite de la publication du Contre les libertins, Quintin est arrêté et mis à mort à Tournai tandis qu’Antoine Pocque parvient à s’enfuir. On perd ensuite sa trace assez rapidement.

84 CL, p. 66.

85 Sur l’efficacité du lieu de la nécessité, De Inv., II, 170-174.

86 CL, p. 64, et un peu plus loin p. 65, « Congnoissons donc, que c’est ainsi que nostre Seigneur se venge de l’outrage qu’on fait à sa parolle, ou en la mesprisant ou en la polluant par mauvaise vie. Or quand les hommes se sont ainsi exclus de la parolle de Dieu, laquelle est la seule clarté pour nous guider au droict chemin ».

87 CL, p. 63.

88 CL, p. 64-65.

89 Il dit bien en effet : « Au reste que nul ne s’esbahisse, ou se trouble de voir des erreurs tant estranges et exorbitans de toute raison. Que nul ne prenne de là occasion de s’esbranler ou se reculer de l’Évangile », CL, p. 170.

90 Commentaire de la seconde Épître de Pierre, CO, t. 55, p. 443 sq.

91 CL, p. 66 : « Nostre Seigneur les punist en faisant que leur pays soit infectez de ceste vermine. Et n’est-ce pas bien raison, puisqu’ilz rejectent la benediction, qu’au lieu d’icelle la malediction leur advienne ? » Cette indifférence affichée par Calvin quant au statut social est déjà manifeste dans le projet de cet ouvrage, puisque le réformateur s’en prend à l’aumônier de Marguerite de Navarre, et à la reine elle-même de façon implicite.

92 CL, p. 65.

93 CL, p. 46.

94 CL, p. 68.

95 CL, p. 62.

96 CL, p. 63.

97 CL, p. 81.

98 CL, p. 68.

99 CL, p. 58.

100 CL, p. 67-68.

101 CL, p. 111.

102 CL, p. 103.

103 CL, p. 81.

104 IRC-Millet p. 1025, introduction du chapitre sur la Providence, p. 1017.

105 Sur le caractère éthique de la narratio, cf. Rh., III, 1417b.

106 CL, p. 62. La même idée était déjà présente dans la préface : « Beaucoup de gens qui avoyent esté au paravant fidelement enseignez en la pure doctrine de l’escriture, ont esté incontinent transportez », p. 45.

107 CL, p. 63-64.

108 F. Goyet remarque cette différence entre l’exhortation, qui est chaleureuse, et le conseil, cf. Goyet F., « Racine et le mystère de la bonne rhétorique : repérage de discours dans La Thébaïde, Britannicus, et Mithridate », dans Racine et la rhétorique, exercices avec trois pièces, site web RARE – Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution (janvier 2011).

109 CL, p. 68.

110 Ibidem.

111 Ibidem.

112 CL, p. 58.

113 Selon les termes de G. Hanlon: « Confessionalization can be regarded as the process whereby barricades were erected around each church group », Hanlon G., Confession and Community in Seventeeth-century France: Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, p. 193.

114 À ce sujet voir Millet O., « Calvin et les “libertins” : le libertin comme clandestin, ou de la sphère clandestino-libertine », La Lettre clandestine, no 5, 1997 ; Albert L., « “Il vouloit embabouiner le monde” : le libertin du XVIe siècle, un imposteur ? », dans L’imposture dans la littérature, Recherches sur l’imaginaire, Presses universitaires d’Angers, A. Bouloumié (dir.), no 34, 2011.

115 Ce que souligne également Higman F., The Style of John Clavin in his French Polemical treatises, Oxford, Oxford University Press, 1967, p. 18.

116 Voir à ce sujet Albert L., « “Il vouloit embabouiner le monde” : le libertin… », art. cit.

117 Ce que recommande Quintilien, IO, IV, 2, 54.

118 CL, p. 82.

119 Pour le détail des points de doctrine abordés, voir le tableau donné plus haut.

120 Sur la doctrine et sur les ouvrages libertins évoqués par Calvin, voir Albert L., « “Un certain coq à l’asne de Messire Antoine Pocque” : un traité libertin reconstitué », dans le Bulletin de le Société de l’histoire du protestantisme français, numéro spécial, B. Cottret et O. Millet (dir.), 1/155, 2009, p. 55-76.

121 Higman F., The Style…, op. cit.: « We may call it a polarization of the subject. That is to say, he [Calvin] will define, or redefine, an opponent’s viewpoint in such a way to emphasize its contradiction with what he himself holds. In his attack of Libertine doctrine, he states not only what the Libertines have specifically preached, but also the intention which he ascribes to their teaching », p. 17.

122 Par exemple sur la nature du Christ, voici comment débute le chapitre : CL, p. 108 : « Apres avoir forgé un Dieu à leur guise, qui soit comme une telle peinture pour cacher toutes leurs abominations : ilz forgent un Iesus Christ, au mesme moule, qui ne soit pas seulement comme un idole, faulsement eslevé contre le Filz de Dieu : mais un sac de toutes villanies, et un retraict pour recevoir toute puantise. Premierement ilz le composent de l’Esprit de Dieu qui est en nous tous, et de ce qu’ilz appellent cuider ou le monde. Voila le monstre qu’ilz nous imaginent, au lieu de celuy, qui estant seul vray et naturel fìlz de Dieu, d’une mesme essence avec le Pere, a prins nostre nature, pour avoir union fraternelle avec nous. A fin qu’on ne pense que ie leur preste cela, il y en a eu deux exequutez à Valencienne, pour avoir dict que Iesus Christ n’estoit pas mort en la croix, mais le cuider seulement. N’est-ce pas un beau commencement, de faire Iesus Christ comme un phantosme, auquel on ne congnoisse rien ? Quand ce vient à. parler de son office, et de la grace que nous avons receue par luy, c’est encor beaucoup pis. »

123 Sur la quasi-nécessité pour Calvin de s’opposer pour conduire un exposé, voir Millet O., Calvin et la dynamique…, op. cit., p. 588-589.

124 Rhétorique à Herennius, texte établi et traduit par G. Achard, Paris, les Belles Lettres, 2003, I, 4 : « La confirmation [confirmatio] expose, preuves à l’appui, nos arguments. La réfutation [refutatio] détruit les lieux de l’argumentation adverse. »

125 Ce même modèle déborde plus loin le cadre d’un seul chapitre pour en envahir quatre. Calvin expose en effet au chapitre 13 la doctrine libertine du « seul esprit immortel qui fait tout » et en déduit trois conséquences pernicieuses qu’il illustre par trois exemples polémiques. Les trois points contestés sont ensuite réfutés successivement aux chapitres 14, 15 et 16. Ces quatre chapitres forment donc une seule entité argumentative fonctionnant selon le schéma suivant : <exposition polarisée – exemples (chap. 13) – réfutation (chap. 14, 15, 16)>.

126 Voir ci-dessus note 47.

127 CL, p. 90.

128 Par exemple, CL, p. 89 : « A fin que la chose soit encor plus facilement entendue, j’allegueray quelque exemple de leurs propos. Ceste grosse touasse de Quintin se trouva une fois en une rue où on avoit tué un homme. Il y avoit là daventure quelque fidele qui dist : Helas ! Qui a faict ce meschant acte ? Incontinent il respondt en son picard : Puy que tu le veu savoir, cha esté my. L’autre comme tout estoné luy dict : Comment seriez-vous bien si lasche ? A quoy il replica : Che ne suis-je mye, chet Dieu. Comment ? dict l’autre, faut il imputer à Dieu les crimes qu’il commande estre punis ? Adonc ce pouacre degorge plus fort son venin, disant : Ouy, chet ty, chet my, chet Dieu. Car che que ty ou my fesons, chet Dieu qui le foit, et che que Dieu foit, nous le foisons, pourche qu’il est en nous. »

129 Cela n’a rien d’étonnant, l’hérésie a toujours forcé l’orthodoxie à se définir avec précision, ce qui générait de nombreux débats sur l’antériorité de l’une sur l’autre, à toutes époques. Voir à ce sujet l’article très intéressant de Altendorf H.-D., « Orthodoxie et hérésie. Réflexions provisoires », Orthodoxie et hérésie dans l’Église ancienne. Perspectives nouvelles, dans les Cahiers de la Revue de Théologie et de Philosophie, 17, Genève, Lausanne, Neuchâtel, 1993, p. 125-140.

130 Rh., III, 19; IO, VI, 1, 1-55.

131 IO, VI, I, 1.

132 De Inv., I, 101. Sur les lieux spécifiques de la péroraison, voir De Inv., I, 98-109 ; voir aussi Goyet F., Le sublime…, éd. cit., p. 85 sq.

133 CL, p. 170-171.

134 CL, : « Mettons peine, ne assubjectissons pas, rengeons nous, gardons nous, ne soyons poinct, n’ayons poinct, ne soyons pas, tenons nous, adherons, que nul ne s’esbahysse, que nul ne se trouble, que nul ne prenne, cherchons, etc. », p. 170.

135 CL, p. 171.

136 Et dans la Bible, bien sûr, comme par exemple : He. 4, 12 : « Plus effilée qu’un glaive à double tranchant, elle pénètre jusqu’au point de division de l’âme et de l’esprit et démêle les intentions et les pensées du cœur. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende a. Le signe ↔ désigne les rapports antithétiques, le sigle ↕ désigne les rapports d’analogie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/114861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540