Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’apologétique chrétienne

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Troisième partie. Renaissance-classicisme. Contestations et débats

Apologies et affrontements religieux en France (XVIe-XVIIIe siècle)

Didier Boisson

Texte intégral

  • 1 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961.

1Les trois siècles qui s’étirent de la découverte du continent américain à la Révolution française ne sont plus ceux du catholicisme triomphant de l’époque médiévale. Entre le développement de la Réforme protestante à partir du début du XVIe siècle, les divisions à l’intérieur du protestantisme, la mise en œuvre de la Réforme catholique, les contestations au sein du catholicisme, « la crise de la conscience européenne1 » des années 1680-1715, la diffusion de Lumières antichrétiennes, chaque confession ou chaque mouvement cherche à défendre ses positions.

  • 2 Voir à ce sujet les textes de Maria Dolores Alonso Rey sur l’Espagne et celui de Laïla Ghermani su (...)

2Dans ce contexte de division du christianisme et de contestation, les textes apologétiques apparaissent durant cette période comme des éléments fondamentaux de la pensée chrétienne en France et en Europe2. Promotion d’une doctrine, encouragement des chrétiens dans leur foi, défense d’une communauté, dénonciation des absurdités des théories adverses, les quatre principaux types d’apologies peuvent sans difficulté s’épanouir dans la France d’Ancien Régime, même si selon les périodes telle ou telle sorte d’apologie prend éventuellement le pas sur les autres. Ces trois siècles se distinguent également de l’époque antérieure par la diffusion du livre depuis la Renaissance et l’intensification des échanges commerciaux et intellectuels qui permettent un accroissement des controverses et des attaques contre le christianisme.

3L’objectif de cette présentation est avant tout de comprendre le contexte dans lequel se développe le genre apologétique. Plusieurs temps doivent être mis en évidence, même si la chronologie des différents types d’apologie ne semble pas toujours la même, textes fondateurs et événements politiques ne correspondant pas souvent. Ainsi, trois principaux seront abordés : l’apologétique catholique et protestante au cours des XVIe et XVIIe siècles, puis la défense des confessions et la dénonciation des erreurs de l’adversaires sous le régime de l’édit de Nantes, enfin les contestations du christianisme et les réactions des apologistes depuis la fin du XVIIe siècle.

  • 3 Hours B., L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2 (...)
  • 4 Krumenacker Y., Calvin. Au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009, p. 359.
  • 5 Hours B., L’Église et la vie religieuse…, p. 240.

4Si le XVIe et le XVIIe siècles sont marqués par les Réformes catholique et protestante, les auteurs des deux confessions cherchent à lutter contre une même menace, le libertinage. Ce mouvement est « représenté par ceux qui, au nom de la liberté de conscience implicitement ou explicitement revendiquée, refusent d’adhérer sans examen au dogme catholique [ou protestant] et au conformisme moral3 ». Plusieurs doctrines philosophiques se dégagent au sein du libertinage. Existent des libertins spirituels, combattus principalement par Calvin : gravitant autour de Marguerite de Navarre et de sa cour à Nérac, ils se séparent de la doctrine du Réformateur de Genève en prétendant être inspirés par l’Esprit et ils rejettent la discipline4. L’inspiration matérialiste domine cependant. Celle-ci, présente chez Démocrite et Épicure, reprise par Pomponazzi (1462-1525), est influencée par l’école de Padoue et a été diffusée en France principalement par Lucilio Vanini, ancien carme italien qui meurt sur le bûcher en 1619. Ce mouvement est représenté par Pierre Gassendi (1592-1655), doyen du chapitre cathédral de Digne, qui « développe la conception d’un monde régi exclusivement par des lois données une fois pour toutes, sans intervention divine ». Cyrano de Bergerac est également inspiré par le matérialisme dans l’autre monde ou les états et Empires de la lune (1657)5. Deux ans plus tard, est constitué un vaste recueil manuscrit formant à partir de textes des auteurs anciens une anthologie de l’athéisme et du matérialisme, le Theophrastus redivivus. Apologistes catholiques et protestants luttent ensemble contre ces courants.

  • 6 Krumenacker Y., Calvin…, p. 359-360. Voir le texte de Luce Albert.
  • 7 Traité des scandales qui empêchent aujourd’hui beaucoup de gens de venir à la pure doctrine de l’É (...)
  • 8 Dans cet ouvrage – dont le titre est repris quelque soixante plus tard par Yves de Paris –, selon (...)
  • 9 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien. Religion, culture et société dans l’apologétique protes (...)

5Le premier des apologistes réformés est Calvin. Ses écrits apologétiques ne s’adressent pas seulement aux libertins spirituels, mais aussi à tous ceux qui ne défendent pas l’Évangile. Ainsi il publie en 1545 Contre la secte phantastique et furieuse des libertins qui se nomment spirituels, ouvrage dans lequel il leur reproche leur immoralité, mais « surtout l’attentat qu’ils font contre la doctrine chrétienne en attribuant tout à l’Esprit ». Ils ne seraient que les continuateurs des sectes des premiers temps du christianisme en se faisant un « Dieu à leur guise6 ». Hommes de lettres et humanistes sont accusés de se détourner de la vraie foi dans plusieurs ouvrages de Calvin, que ce soit dans le Traité des scandales7 (1550), ou dans la Response à un plaidoyer faict par un certain advocat de Paris, à l’encontre de quelques gens qu’il appelle pseudochrétiens (1551). À la suite de Calvin, c’est surtout à partir des années 1575-1580 que l’apologétique se développe dans la Réforme protestante en langue française. En 1574, le ministre Georges Pacard publie une Théologie naturelle rédigée avant la Saint-Barthélemy8. Deux ans plus tard Innocent Gentillet est l’auteur d’un Antimachiavel. En 1581, Philippe Duplessis-Mornay fait paraître à Anvers sa Vérité de la religion chrétienne. En 1595, Laurent Pollot publie à La Rochelle ses Dialogues contre la pluralité des religions et l’athéisme. Suivent ensuite les ouvrages de Pierre Du Moulin (Le traité de la connaissance de Dieu, Leyde, 1625) et de Moïse Amyraut (Le traité des religions contre ceux qui les estiment toutes indifférentes, Saumur, 1631)9.

  • 10 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien…, p. 18-20.
  • 11 Ibid., p. 27-29.

6Comme le souligne François Laplanche, l’ouvrage de Duplessis-Mornay apparaît comme le texte de référence de cette période. Le futur gouverneur de Saumur se donne pour objectif de lutter contre l’impiété. Sa démarche est double : il fait appel à la raison et à la production de témoignages tirés de l’Écriture. Il en conclut qu’il faut rechercher Dieu par le moyen de la religion et il ne peut y avoir qu’une vraie religion ; celle-ci nous constitue serviteurs de Dieu, Dieu s’y révèle par sa parole, et enfin elle nous procure le moyen de satisfaire à la justice de Dieu10. Moïse Amyraut a des objectifs différents de Duplessis-Mornay dans son apologie. Le pasteur de Saumur « ne vise pas tant les athées que ceux qui rejettent en pratique l’idée même d’une religion révélée et pour qui la religion est avant tout intérieure ». Il veut ainsi démontrer que la négation de la Providence de Dieu ruine toute forme de religion et que le Révélation est absolument nécessaire à l’établissement d’une religion authentique. Il en conclut que les indifférents en matière de religion sont en fait des « athées honteux et masqués11 ».

  • 12 Trois vérités…, I, p. 3-4. Cité par Busson H., Le rationalisme dans la littérature française…, p.  (...)
  • 13 Busson H., Le rationalisme dans la littérature française…, p. 576-579.

7Parmi les traités apologétiques catholiques, les ouvrages de Pierre Charron sont les premiers à retenir. Dans Les trois verites contre les athées idolastres, juifs, mahometans, heretiques et schismatiques (1593), Pierre Charron (1541-1603) souhaite au départ uniquement combattre les réformés. Toutefois il écrit : « Mais avec le temps, l’expérience m’a faict cognoistre que plusieurs monstres y a parmy le monde, qui conversent familièrement avec les hommes, et ont le visage, la forme, et la façon humaine, voire qui font la mine, et tiennent la contenance de chrétiens12. » Ainsi, il veut avant tout lutter contre trois types d’athées : les « nieurs » qui disent qu’il n’y a point de Dieu, les « doubteurs » qui doutent de tout ou se désintéressent de la religion, et les épicuriens. Pour leur prouver l’existence de Dieu et de la Providence, il souligne que Dieu ne saurait être connu par ce que Henri Busson appelle « raison démonstrative » : « S’il se trouvoit raison humaine suffisante pour prouver déité, il n’y en aura point […]. Déité c’est ce qui ne peut congnoistre, ny seulement s’apercevoir. » S’inspirant sur de nombreux points de Duplessis-Mornay, Charron devient le premier auteur français important d’une apologie catholique13.

  • 14 Chesneau C., Le Père Yves de Paris et son temps (1590-1678), Meaux, 1946, tome II « L’apologétique (...)
  • 15 Desmarets de Saint-Sorlin J., Les délices de l’esprit, Paris, 1658.
  • 16 Boucher J., Les triomphes de la religion chrétienne…, Paris, 1628.
  • 17 Bajot J., Apologeticus fidei… I. Institutio theologica de vera Religione. II. Demonstratio dogmatu (...)
  • 18 Mace J., L’Oeconomie de la vraie religion chrétienne, catholique, dévote, par un raisonnement natu (...)
  • 19 Mersenne M., L’impiété des déistes et des plus subtils libertins découverte et réfutée par des rais (...)
  • 20 Silhon J. de, Les deux vérités, l’une de Dieu et de sa Providence, l’autre de l’immortalité de l’â (...)
  • 21 Voir les textes de Laurent Susini et Anne Régent-Susini.

8Étudiant l’apologétique chez Yves de Paris, Charles Chesneau distingue un triple courant au cours du XVIIe siècle14. Une apologétique augustinienne se déclare pour la grâce efficace et la prédestination gratuite ; « elle met l’accent sur la foi divine et commence par demander au libertin sa soumission » ; enfin, « elle fait appel à un sens intime du divin, qu’il s’agisse de prouver l’existence de Dieu ou l’immortalité de l’âme » ; Pascal en est le principal représentant avec Jean Desmarets de Saint-Sorlin ((1595-1676)15 ou le franciscain Jean Boucher (mort en 1631)16. L’apologétique rationnelle « s’adresse tout d’abord à la raison qu’elle conduit […] jusqu’au seuil de la foi ; ensuite elle rejette toute connaissance intuitive et prouve, à partir de l’expérience, chacune de ses propositions ». À la suite de Pierre Charron, elle est représentée par le jésuite Jean Bagot (1591-1664)17 ou le carme Jean Macé (1600-1671)18. Enfin, l’apologétique de sentiment tient des deux premières catégories ; elle emprunte à la première, « en plus de la raison, un certain sens divin orienté », et à la seconde « l’étude des motifs de crédibilité et laisse le libertin prêt à recevoir la grâce de la conversion ». Trois noms dominent ce courant : le minime Marin Mersenne (1588-1648)19, Jean de Silhon20 et Yves de Paris (1590-1678), auteur de La théologie naturelle où les premières vérités de la Foi sont éclaircies par raisons sensibles et morales (Paris, 1633). Mais c’est dans la deuxième moitié du XVIIe siècle avec Pascal, les Pensées, et Bossuet, et son Discours sur l’Histoire universelle, que le genre apologétique atteint son apogée21.

  • 22 Dompnier B., Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat politique au XVIIe siècle, P (...)
  • 23 Desgraves L., Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1 (...)
  • 24 Kappler É., Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, t (...)

9Un deuxième type d’apologie remporte un grand succès au cours des XVIe et XVIIe siècles, ce sont les écrits afin de défendre sa confession et de dénoncer les erreurs de l’autre. La controverse apparaît comme un exercice littéraire essentiel de cette période : il faut démontrer l’erreur de l’adversaire, assimilé à Satan, au cours d’un débat contradictoire, écrit ou oral, et ainsi l’amener à se convertir. Important déjà dans la seconde moitié du XVIe siècle, le débat entre catholiques et réformés français prend une nouvelle tournure à partir de l’édit de Nantes de 1598. Il n’est plus question désormais de se combattre par les armes, mais uniquement par la parole et par la plume. La controverse confessionnelle devient un « substitut » de guerre22. Plus de 7 000 ouvrages de controverse ont été recensés par Louis Desgraves entre 1598 et 1685, soit en moyenne 80 titres édités chaque année. Au cours des premières décennies du XVIIe siècle, les parutions sont les plus nombreuses, plus de 100 ouvrages par an entre 1608 et 1625. Après 1630, le nombre de publications diminue en raison du caractère répétitif des arguments échangés, des poursuites plus nombreuses lancées contre des écrits huguenots et de l’impossibilité pour les pasteurs de répondre à toutes les attaques catholiques23. Cette littérature peut être classée en trois principales catégories. Il existe tout d’abord des comptes rendus de conférences théologiques opposant pasteurs et ecclésiastiques24. Ensuite, les traités théologiques sont les ouvrages les plus nombreux. Enfin, les récits de conversion représentent un genre particulier de dénonciation des erreurs de l’adversaire. Deux ouvrages réformés vont servir à illustrer cette littérature.

  • 25 Apologie de Louis Le Masson docteur en théologie, cy-devant prestre et curé de l’Église romaine, c (...)
  • 26 Gibert P., Bible, mythes et récits de commencement, Paris, Le Seuil, 1986. Cité par Thevenot X., C (...)
  • 27 Thevenot X., Compter sur Dieu…, p. 275-294.
  • 28 Boisson D., Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (16 (...)

10Le premier est un récit de conversion, l’Apologie de Louis Le Masson25. Ces textes peuvent avoir un caractère stéréotypé, même si leurs auteurs veulent avant tout montrer qu’il y avait un avant – pendant lequel ils étaient dans l’erreur – et que désormais il y a un après – ils sont maintenant dans la vérité –, même si les convertis souhaitent avant tout signifier à leurs anciens coreligionnaires qu’ils n’ont pas changé et à l’Église qu’ils viennent de rejoindre que leur conversion est sincère, malgré les réticences et les méfiances qu’ils peuvent rencontrer. Les auteurs des récits de conversion insistent sur les ruptures qu’entraînent un changement de confession, rupture sociale, rupture familiale, rupture professionnelle, mais aussi et surtout rupture théologique qu’il faut démontrer en dénigrant son ancienne Église, le récit de conversion devant apparaître comme « un récit de commencement26 ». Mais « le converti cherche à rendre compte, à ses propres yeux et à ceux de ses proches, du fait que tout en restant le même sujet qu’avant, il est devenu autre27 ». La conversion est également souvent associée à l’idée d’une intensité d’engagement religieux : « Se convertir, c’est, en principe, embrasser une identité religieuse dans son intégralité28. »

11À la différence de nombreux auteurs de récits de conversion, Louis le Masson ne construit pas son ouvrage comme un traité théologique stéréotypé contre l’Église qu’il quitte en dénonçant successivement la transsubstantiation, le culte des saints et de la Vierge Marie, le culte des images, la papauté, le purgatoire… Son Apologie permet de suivre son itinéraire personnel et de voir ce qu’il rejette progressivement dans l’Église catholique. Ses premières critiques et ses premiers doutes apparaissent lors de la lecture des saintes écritures :

  • 29 Apologie de Louis le Masson…, p. 8-9.

« Il me souvient qu’en lisant les épîtres de saint Paul, un des passages qui frappa le premier mon esprit, & qui m’obligea d’arrêter un peu mon attention pour le considérer de pus près, ce fut celuy où ce grand Apôtre dans le premier chapitre de l’épître aux Galates, après avoir déclaré qu’il ne tien point son évangile des hommes, mais de la seule révélation de notre Seigneur Jésus Christ, prononce anathème contre tous ceux qui évangéliseront autrement qu’il ne fait. […] De manière que n’ignorant pas le grand nombre de doctrines que l’Église romaine enseigne, si contraires à l’évangile de saint Paul, peu s’en falut qu’appuyé de l’exemple et de l’autorité d’un si grand apôtre, dès lors je m’enhardisse à dire. Anathème donc à l’Église romaine qui évangélise la justification par les œuvres contre la doctrine de saint Paul […] ; Anathème à l’Église romaine qui donne tant de médiateurs entre Dieu et les hommes29. »

  • 30 Ibid., p. 10-11. La dénonciation de l’Église catholique se double d’une défense également du jansé (...)

12Ces différentes réflexions le conduisent à lire les principaux réformateurs, Calvin, Luther, Melanchthon…, et à s’intéresser au « sens littéral des Écritures saintes ». Elles lui donnent également « des lumières extraordinaires, que la Providence de Dieu a suscitées parmi les noires et épaisses ténèbres de nos derniers temps ». Ainsi, « à la faveur de ces guides, écrit-il, je puis dire que j’ai découvert quantité d’erreurs, d’abus et de superstitions dans l’Église romaine30 ».

  • 31 Le titre exact de l’ouvrage est Apologie du projet des réformez de France fait au mois de may 1683 (...)
  • 32 Brousson C., Apologie…, p. 26.
  • 33 Ibid., p. 105.

13À l’approche de la Révocation de l’édit de Nantes, la nature des textes apologétiques évolue. Si les controversistes catholiques peuvent sans difficulté continuer à dénoncer l’adversaire, les auteurs réformés ne doivent plus se contenter de cette attitude défensive. Face aux persécutions subies par les communautés protestantes, des écrits cherchent à encourager les chrétiens dans leur foi, alors que les conversions – souvent forcées – au catholicisme se multiplient. Un texte peut illustrer cette évolution : l’avocat nîmois Claude Brousson publie en 1684 une Apologie du projet des réformez de France (Cologne, Pierre Marteau)31. Cet ouvrage paraît alors que son projet d’assembler le 27 juin 1683 les Églises interdites jusque-là en France a échoué en raison principalement de la défection des villes et de la répression. Toutefois ce texte révèle, avant même la Révocation de l’édit de Nantes, une nouvelle forme d’Églises et cherche à exhorter les réformés français à suivre ce nouveau modèle. Brousson compare dès le début de l’ouvrage les Églises réformées persécutées au peuple d’Israël prisonnier en Égypte et Louis XIV, tel Pharaon, « opprime le peuple de Dieu32 ». Face aux persécutions, l’avocat nîmois propose ceci dans son projet : « On n’affectera pas de s’assembler dans les places publiques, dans les rües, ni sur les masures des temples, mais on s’assemblera modestement dans les maisons, si les temples sont démolis, ou dans des jardins, dans des bois ou dans des champs33. » Et il ajoute :

  • 34 Ibid., p. 111.

« Dans une aussi grande extrémité, pouvoit-on prendre de résolution plus pieuse ? Qu’y a-t-il de plus digne des Chrétiens, que de penser à une sérieuse conversion, de renoncer à tout, et de s’exposer à tout soufrir, pour rendre à Dieu le culte et les hommages publics qui lui sont dus ? Ceux qui ont pris cette sainte résolution, savoient bien que des liens et des tribulations les attendoient ; car l’Apôtre leur avoit appris que tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ soufriront persécution ; au lieu que les hommes méchans et imposteurs s’avanceront en pis, séduisans et étant séduits (2 Timothée 3, 12-13). Ils n’étoient pas des aveugles et des insensés, ils connoissoient fort bien le danger34… »

  • 35 Bost H., « Claude Brousson et le Désert des huguenots : une poétique de l’épreuve », Ces Messieurs (...)

14Ainsi « une ecclésiologie de crise se met en place », les protestants savent désormais que la répression les oblige à célébrer le culte loin des temples détruits et des habitations. Comme le souligne Hubert Bost, « l’Église authentique est conservée, quand bien même l’édifice qui l’abritait est abattu35 ». Ce sont les assemblées clandestines, nocturnes et organisées dans des lieux isolés, qui servent de cadre à cette Église. C’est la naissance des Églises du Désert. Vivre sa foi et préférer mourir comme des martyrs rapprochent également les réformés des années 1680 des premiers chrétiens.

  • 36 R.P.R. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2001, p.  (...)
  • 37 Bost H., « Jean Claude controversiste : Charenton contre Port-Royal ? », Port-Royal et les protest (...)

15Dans la controverse confessionnelle, la place du jansénisme – et surtout des écrits d’Antoine Arnauld – occupe une place à part36. Outre la défense en particulier de Jansénius, l’auteur de l’Augustinus, de l’abbé de Saint-Cyran, son maître spirituel, des religieuses de Port-Royal, de ceux qui refusent de signer le formulaire condamnant cinq propositions attribuées à Jansénius, Antoine Arnauld défend également le catholicisme contre le calvinisme lors d’une importante controverse qui l’oppose dans les années 1670 au pasteur de Charenton Jean Claude. La controverse a débuté véritablement en 1664 par la publication de La perpétuité de la foy de l’Église catholique touchant l’Eucharistie, dont l’auteur est Nicole. Claude réplique l’année suivante par sa Réponse aux deux traitez intitulez La Perpétuité de la foy de l’Église catholique touchant l’Eucharistie. La réponse de Nicole et Arnauld paraît entre 1669 et 1673 sous le titre La perpétuité de la foy de l’Église catholique touchant l’Eucharistie défendue contre le livre du sieur Claude (3 volumes). La Réponse au livre de M. Arnauld de Claude ne tarde pas, puisqu’elle est publiée dès 1670. La controverse se poursuit ainsi jusqu’en 168437. D’un côté Arnauld et Nicole cherchent à défendre leur position doctrinale face aux attaques protestantes, soutenant que l’Église avait toujours cru en la présence réelle et la transsubstantiation, mais ils veulent aussi démontrer l’illégitimité de la Réformation entreprise au XVIe siècle.

  • 38 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien…, p. 8. Sur Aubert de Versé, personnage controversé qui a (...)
  • 39 Masseau D., Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Mic (...)
  • 40 Ouvrage publié en 1710 et dont le titre exact est Essais de théodicée sur la bonté de Dieu, la lib (...)
  • 41 Masseau D., Les ennemis des philosophes…, p. 215.

16La fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe siècle marquent une rupture dans l’apologétique. Cette évolution est principalement due à la diffusion du cartésianisme, mais aussi aux ouvrages de Spinoza puis de Bayle. Ainsi, l’argumentation des apologistes se modifie. On peut constater cette transformation chez les auteurs protestants. Jacques Abbadie (1656-1727), pasteur de l’Église française de Berlin depuis 1680, publie à Rotterdam en 1684 un Traité de la vérité de la religion chrétienne, dans lequel il s’en prend à Hobbes et Spinoza. La même année Noël Aubert de Versé fait paraître L’impie confondu et déclare vouloir réfuter Spinoza38. Comme le constate Didier Masseau, « les relations qu’entretiennent les apologistes avec les grands penseurs de la métaphysique occidentale sont complexes et tumultueuses39 ». La Théodicée40 de Leibnitz peut être rejetée parce qu’elle « aboutirait à un déterminisme implacable qui exclurait le libre arbitre et par conséquent le péché ». Spinoza est, quant à lui, interprété « comme un système athée, contradictoire, monstrueux et responsable des errances de la philosophie moderne ». Cartésianisme et malebranchisme permettent cependant de fournir aux apologistes « un éventail d’arguments destinés à récuser la nouvelle philosophie41 ».

  • 42 L’ensemble de ce paragraphe reprend principalement les conclusions de Albertan-Coppola S., « L’apo (...)
  • 43 Pluquet F., Mémoires pour servir à l’histoire des égarements de l’esprit humain par rapport à la r (...)

17Le genre apologétique n’a pas du tout disparu au cours du siècle des Lumières, en particulier parmi les auteurs catholiques. Quelque 900 ouvrages sont parus en France entre 1715 et 1789, soit une dizaine par an en moyenne, mais une vingtaine entre 1760 et 177042. Comme le signale Sylviane Albertan-Coppola, les auteurs ont souffert d’une double comparaison, « privée d’un Pascal ou d’un Bossuet, confrontée au talent des philosophes, elle a pu donner l’impression soit d’être insignifiante par rapport à ses glorieux modèles, soit écrasée par ses brillants adversaires ». L’apologétique pâtit également d’être associée au discours philosophique liant le catholicisme au fanatisme et à la superstition. Or, il semble incontestable que les apologistes sont lus et appréciés par leurs contemporains et même au-delà. Les Erreurs de Voltaire de l’abbé Nonnotte ont connu six éditions de 1762 à 1777 ; le Spectacle de la Nature de l’abbé Pluche a été édité à cinquante-sept reprises entre 1732 et 1875. Les auteurs ont fait des efforts pour, dans la forme du moins, plaire au public. Ils publient leurs apologies sous la forme de dictionnaires43, de poèmes (Louis Racine, La Religion, 1742), de lettres (l’abbé Bergier, Le déisme réfuté par lui-même, 1765), ils n’hésitent pas non plus à se faire hommes de science, comme l’abbé Pluche qui publie des gravures et des planches dans le Spectacle de la Nature pour prouver l’existence d’un Dieu créateur.

  • 44 Filleau de la Chaise N., Discours sur les preuves des livres de Moïse, 1680.
  • 45 Pierre-Daniel Huet (1630-1712), évêque d’Avranches.
  • 46 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.
  • 47 Ibid.
  • 48 Né en 1718, Nicolas-Sylvestre Bergier fait ses études à Colmar et à Besançon. Prêtre en 1743, doct (...)
  • 49 Selon l’auteur, les apologistes chrétiens ne s’étaient pas donnés assez de mal pour prouver l’auth (...)
  • 50 Laplanche F., La Bible en France…, p. 104.

18Les auteurs des écrits apologétiques utilisent, comme leurs prédécesseurs, trois éléments pour prouver la véracité de leurs propos : l’histoire, la raison et le sentiment. Ainsi, dans le prolongement des ouvrages de Bossuet, de Filleau de la Chaise44 et de Huet45, l’abbé Hauteville est persuadé que les faits sont « ce qu’il a de plus palpable, de plus tranchant, et de plus persuasif ». Dans La vérité de la religion chrétienne prouvée par les faits (1722), « il s’attache à démontrer la véracité de l’histoire évangélique et l’accomplissement des prédictions de l’Ancien Testament en la personne de Jésus46 ». Les auteurs s’appuient dans leur démonstration sur une solide connaissance du contenu de l’Écriture et une étude philologique des textes bibliques : « Il s’agit pour eux de fonder la foi sur des bases sûres, mais une fois le Révélation divine authentifiée, il ne reste plus au chrétien qu’à croire aveuglément47. » L’abbé Bergier apparaît comme le principal apologiste de ce courant48. Par exemple, pour faire face aux critiques du pseudo-Fréret, auteur supposé de l’Examen critique des apologistes de la religion chrétienne (publié par d’Holbach en 1767)49, Bergier répond dans La Certitude des preuves du christianisme (Paris, 1767). Il explique que si les sectaires du Ie siècle ont critiqué les doctrines chrétiennes, ils ne s’en sont pas pris aux faits qui les fondent. Ces faits, d’ailleurs publics, sont rapportés aussi bien par les Actes des Apôtres que par les Évangiles, et sans eux, la naissance du christianisme serait incompréhensible50.

  • 51 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.

19D’autres apologistes cherchent à démontrer la rationalité de la foi. Ils substituent ainsi aux arguments d’autorité la discussion raisonnée. Tout en voulant s’attaquer aux incohérences des philosophes, ils s’attachent à prouver que foi et raison ne paraissent pas incompatibles. Ainsi la raison permet aux apologistes de démontrer la véracité de leur religion et d’établir qu’aucun de ses dogmes n’est contraire à la raison. Les auteurs les plus représentatifs de ce courant sont Daniel Le Masson des Granges (Le philosophe moderne ou l’incrédule condamné au tribunal de la raison, 1759), Joseph Duhamel (Lettres flamandes, ou Histoire des variations et contradictions de la prétendue religion naturelle, 1752-1753) et Jean-Georges Lefranc de Pompignan, évêque du Puy, dans La Religion vengée de l’incrédulité par l’incrédulité elle-même (1772)51.

  • 52 Fénelon, Démonstration de l’existence de Dieu, tirée de la connaissance de la nature, Paris, 1713. (...)

20Enfin, l’apologétique du sentiment, héritière de Fénelon52, basée sur la chose sentie, est incarnée par l’abbé Pluche ou l’abbé Nonnotte. Ce dernier écrit :

  • 53 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.

« Il y a dans ce monde un ordre si admirable, et des caractères si brillants d’une sagesse infinie, qu’on ne peut pas les examiner sans reconnaître aussitôt l’existence d’un Dieu créateur53. »

  • 54 Masseau D., Les ennemis des philosophes…, p. 223. chanoine de Notre-Dame. Deux ans plus tard, il e (...)

21Comme le souligne Didier Masseau, « le but de l’apologiste n’est pas ici de proposer un système métaphysique, […] mais de procéder à une conversion du regard : l’univers présenté comme un livre offre les signes visibles de son créateur54 ».

  • 55 Ibid.
  • 56 Sur Pierre Bayle, voir principalement Bost H., Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006 ; Labrousse É., P (...)

22Même si cette apologétique du siècle des Lumières est « en prise directe » avec son époque, même si les auteurs n’hésitent pas à utiliser le vocabulaire des Lumières, la théologie développée apparaît d’une « grande fermeté doctrinale et scripturaire » : ce n’est pas une apologétique de « l’accommodement ». Sur la question de la tolérance à l’égard des protestants, le Dictionnaire de Trévoux dans son édition de 1752 n’écrit-il pas : « Nous nous faisons honneur de l’intolérantisme que les Protestants nous reprochant. La vérité est une, et ne saurait rien souffrir qui lui soit contraire55. » Les apologistes catholiques du siècle des Lumières réfutent avant tout les écrits protestants de la fin du XVIIe siècle sur la tolérance et la liberté de conscience et le premier d’entre eux qu’ils condamnent est Pierre Bayle56.

***

23Pour conclure, il apparaît très nettement que l’apologie est sous l’Ancien Régime un genre littéraire essentiel dans cette période marquée constamment par des affrontements religieux entre confessions chrétiennes, intraconfessionnelles ou entre chrétiens et déistes, libertins ou athées. Les auteurs qui se lancent dans telle ou telle forme d’apologie sont très nombreux, même si les noms de Duplessis-Mornay, Pascal, Bossuet, Nonnotte ou Bergier sont les plus connus. S’il existe incontestablement des éléments de continuité en particulier dans l’apologie catholique qu’il est plus facile à suivre, on constate également une adaptation des auteurs aux événements et aux courants de pensée de ces trois siècles. Genre considéré déjà comme mineur au siècle des Lumières, malgré les nombreuses publications, la Révolution française constitue une rupture dans l’histoire de l’apologie, en attendant Chateaubriand et Le Génie du christianisme.

Notes

1 Hazard P., La crise de la conscience européenne, 1680-1715, Paris, Fayard, 1961.

2 Voir à ce sujet les textes de Maria Dolores Alonso Rey sur l’Espagne et celui de Laïla Ghermani sur l’Angleterre du XVIIe siècle.

3 Hours B., L’Église et la vie religieuse dans la France moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 2000, p. 239. Busson H., Le rationalisme dans la littérature française de la Renaissance (1533-1601), Paris, Vrin, 1971.

4 Krumenacker Y., Calvin. Au-delà des légendes, Paris, Bayard, 2009, p. 359.

5 Hours B., L’Église et la vie religieuse…, p. 240.

6 Krumenacker Y., Calvin…, p. 359-360. Voir le texte de Luce Albert.

7 Traité des scandales qui empêchent aujourd’hui beaucoup de gens de venir à la pure doctrine de l’Évangile, et en débauchent d’autres.

8 Dans cet ouvrage – dont le titre est repris quelque soixante plus tard par Yves de Paris –, selon l’auteur, il existe une conviction commune aux chrétiens, qu’à partir de la nature, matérielle ou spirituelle, avant toute Révélation par la Parole, il est possible de tenir un discours sur Dieu, et que c’est celui-là qui doit être tenu aux libertins.

9 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien. Religion, culture et société dans l’apologétique protestante de la France classique (1576-1670), Strasbourg, 1983. Voir également Busson H., Le rationalisme dans la littérature française…, p. 561-573. On peut ajouter l’ouvrage apologétique de Louis Cappel, Le pivot de la foy et Religion, ou preuves de la Divinité contre les athées et profanes. Par la raison et par le témoignage des Saintes Écritures, desquelles la divinité est montrée par elles-mêmes, Saumur, 1643.

10 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien…, p. 18-20.

11 Ibid., p. 27-29.

12 Trois vérités…, I, p. 3-4. Cité par Busson H., Le rationalisme dans la littérature française…, p. 575.

13 Busson H., Le rationalisme dans la littérature française…, p. 576-579.

14 Chesneau C., Le Père Yves de Paris et son temps (1590-1678), Meaux, 1946, tome II « L’apologétique », p. 611-627.

15 Desmarets de Saint-Sorlin J., Les délices de l’esprit, Paris, 1658.

16 Boucher J., Les triomphes de la religion chrétienne…, Paris, 1628.

17 Bajot J., Apologeticus fidei… I. Institutio theologica de vera Religione. II. Demonstratio dogmatum christianorum, Paris, 1644-1645.

18 Mace J., L’Oeconomie de la vraie religion chrétienne, catholique, dévote, par un raisonnement naturel, moral, politique, Paris, 1652.

19 Mersenne M., L’impiété des déistes et des plus subtils libertins découverte et réfutée par des raisons de théologie et de philosophie…, Paris, 1624.

20 Silhon J. de, Les deux vérités, l’une de Dieu et de sa Providence, l’autre de l’immortalité de l’âme, Paris, 1636.

21 Voir les textes de Laurent Susini et Anne Régent-Susini.

22 Dompnier B., Le venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat politique au XVIIe siècle, Paris, Le Centurion, 1985. Sole J., Les origines intellectuelles de la Révocation de l’édit de Nantes, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1997.

23 Desgraves L., Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984-1985.

24 Kappler É., Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, thèse de littérature française, université de Clermont-Ferrand, 1980.

25 Apologie de Louis Le Masson docteur en théologie, cy-devant prestre et curé de l’Église romaine, contenant les motifs qui l’ont obligé d’embrasser la communion des Églises réformées. La conduite de Dieu sur luy dans le commencement et progrès de sa vocation. Le retardement et la longue résistance qu’il a apporté. Les combats d’esprit soufferts dans la recherche de la vérité, avec le récit de quelques persécutions qui luy sont survenues, Montauban, 1658.

26 Gibert P., Bible, mythes et récits de commencement, Paris, Le Seuil, 1986. Cité par Thevenot X., Compter sur Dieu. Études de théologie morale, Paris, Cerf, 1992, p. 275-294.

27 Thevenot X., Compter sur Dieu…, p. 275-294.

28 Boisson D., Consciences en liberté ? Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), Paris, Honoré Champion, 2009.

29 Apologie de Louis le Masson…, p. 8-9.

30 Ibid., p. 10-11. La dénonciation de l’Église catholique se double d’une défense également du jansénisme. Louis Le Masson écrit ainsi que « quelques-uns de mes amis attribuaient ce changement [sa conversion] qui m’est arrivé à un effet du jansénisme et à un juste jugement de Dieu qui m’aurait abandonné dans l’erreur en punition de ma curiosité […]. Pour ce qui est du jansénisme, je réponds qu’avant que Jansénius fut connu en France, & que son livre fut parvenu, j’étais déjà janséniste […]. J’avais les mêmes sentiments il y a vingt ans touchant les matières de la Grâce, du franc-arbitre, & de la prédestination, que j’ai aujourd’hui » (p. 123-124).

31 Le titre exact de l’ouvrage est Apologie du projet des réformez de France fait au mois de may 1683 pour la conservation de la liberté de conscience, et l’exercice public de Religion que les édits et traitez de pacification leur accordent, contenant la suite de l’état des réformez où l’on rapporte les traitemens qu’ont soufert et soufrent encore ceux qui se sont assemblez pour prier Dieu dans les lieux que l’on a interdits au préjudice des édits de pacification. Le nom de l’éditeur dans la ville de Cologne est une fausse adresse. Avocat de formation, il est au Refuge quand cet ouvrage est publié. Il revient en France dans la clandestinité en 1689 comme prédicant. Devenu pasteur en 1694 à Lausanne, il retourne en France en 1697 : arrêté en Béarn, il est condamné et roué à Montpellier en 1698. Sur Claude Brousson, voir Utt W. C., The Bellicose Dove: Claude Brousson and protestant Resistance to Louis XIV, Brighton, Sussex Academic Press, 2003.

32 Brousson C., Apologie…, p. 26.

33 Ibid., p. 105.

34 Ibid., p. 111.

35 Bost H., « Claude Brousson et le Désert des huguenots : une poétique de l’épreuve », Ces Messieurs de la

36 R.P.R. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 237-265. Voir le texte de Simon Icard.

37 Bost H., « Jean Claude controversiste : Charenton contre Port-Royal ? », Port-Royal et les protestants, Paris, Bibliothèque Mazarine, 1998, p. 149-177. Publié également dans Ces Messieurs de la R.P.R. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe -XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 121-147.

38 Laplanche F., L’évidence du Dieu chrétien…, p. 8. Sur Aubert de Versé, personnage controversé qui a abjuré à quatre reprises, Morman P.J., Noël Aubert de Versé. A study in the concept of toleration, Lewiston, The Edwin Mellen Press, 1987 ; Boisson D., « Noël Aubert de Versé (1642-1714) : un Manceau et l’idée de tolérance à la fin du XVIIe siècle », Élites et notables de l’Ouest, XVIe-XXe siècle. Entre conservatisme et modernité, F. Pitou (dir.), Rennes, PUR, 2004. Sur la réception de Spinoza, voir Verniere P., Spinoza ou la pensée française avant la Révolution, Paris, PUF, 1954.

39 Masseau D., Les ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000, p. 215.

40 Ouvrage publié en 1710 et dont le titre exact est Essais de théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l’homme et l’origine du mal.

41 Masseau D., Les ennemis des philosophes…, p. 215.

42 L’ensemble de ce paragraphe reprend principalement les conclusions de Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française à l’âge des Lumières », Revue d’histoire des religions, 1988, 2/205, p. 151-180.

43 Pluquet F., Mémoires pour servir à l’histoire des égarements de l’esprit humain par rapport à la religion chrétienne, ou Dictionnaire des hérésies, des erreurs et des schismes, Paris, 1762 ; Chaudon L., Dictionnaire antiphilosophique, Avignon, 1767.

44 Filleau de la Chaise N., Discours sur les preuves des livres de Moïse, 1680.

45 Pierre-Daniel Huet (1630-1712), évêque d’Avranches.

46 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.

47 Ibid.

48 Né en 1718, Nicolas-Sylvestre Bergier fait ses études à Colmar et à Besançon. Prêtre en 1743, docteur en théologie l’année suivante, curé, puis principal du collège de Besançon, il est appelé à Paris en 1769 et devient

49 Selon l’auteur, les apologistes chrétiens ne s’étaient pas donnés assez de mal pour prouver l’authenticité des évangiles. Deux arguments sont utilisés. D’une part, « comme les hérésies sont apparues très tôt et que les chefs des sectes ont appartenu à l’entourage des apôtres, pourquoi préférer les écrits canoniques aux leurs et comment savoir quels écrits reflètent le plus fidèlement l’enseignement du Christ » ? D’autre part, les premiers écrivains chrétiens ne citent pas des textes dans lesquels on peut reconnaître des évangiles canoniques. Voir Laplanche F., La Bible en France…, p. 104.

50 Laplanche F., La Bible en France…, p. 104.

51 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.

52 Fénelon, Démonstration de l’existence de Dieu, tirée de la connaissance de la nature, Paris, 1713. L’archevêque de Cambrai écrit par exemple : « Si l’eau était un peu plus raréfiée, elle deviendrait une espèce d’air ; toute la face de la terre serait sèche et stérile, il n’y aurait que des animaux volatiles ; nulle espèce d’animal pourrait nager, nul poisson ne pourrait vivre ; il n’y aurait aucun commerce pour la navigation ». Cité par Hazard P., La crise de la conscience européenne…, p. 395.

53 Albertan-Coppola S., « L’apologétique catholique française… », p. 151-180.

54 Masseau D., Les ennemis des philosophes…, p. 223. chanoine de Notre-Dame. Deux ans plus tard, il est nommé confesseur à la cour et devient le champion de la lutte antiphilosophique par ses nombreux écrits, en particulier le Traité historique et dogmatique de la vraie religion (Paris, 1780). Voir Laplanche F., La Bible en France entre mythe et critique, XVIe -XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 87-106.

55 Ibid.

56 Sur Pierre Bayle, voir principalement Bost H., Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006 ; Labrousse É., Pierre Bayle, Paris, Albin Michel, 1996. Ses plus importants écrits sur ce sujet sont : Ce que c’est que la France toute catholique, texte établi, présenté et annoté par Élisabeth Labrousse, Paris, Vrin, 1973 (ouvrage paru en 1686) ; De la tolérance. Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ « Contrains-les d’entrer », Paris, Presses Pocket, 1992 (paru en 1686-1687). Parmi les autres auteurs, on peut citer Aubert De Verse N., Traité de la liberté de conscience, Paris, Fayard, 1998 ; Basnage de Beauval H., La Tolérance des religions, Rotterdam, 1684.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540