Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l'UDF

 | 
Gilles Richard
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Sylvie Guillaume

Témoignage et débats. Séquence 3 : Bernard Lehideux et Jean-Louis Bourlanges

Texte intégral

Bernard Lehideux

1La première carte d’adhérent que j’ai eue dans ma poche, à l’âge de 16 ans, était celle des Jeunesses fédéralistes. Bien que co-fondateur du Parti républicain une dizaine d’années plus tard, j’ai fait, comme militant, la campagne de Jean Lecanuet en 1965. Cela pour bien situer la préoccupation européenne qui fut la mienne dès le départ.

2Sur cette question européenne, avant même la création de l’UDF, je voudrais signaler un épisode qui me semble intéressant. Le slogan « libéral, centriste, européen » auquel il a été fait référence date de 1969. Lorsque Valéry Giscard d’Estaing fit la campagne de Georges Pompidou, il mit sur les affiches des républicains indépendants non pas le visage du candidat qu’il soutenait mais, de façon tout à fait surprenante, son propre visage. Avec la phrase : « Centriste, libéral, européen, je soutiens Georges Pompidou. » C’est là qu’apparut pour la première fois ce slogan, dans un combat contre le centriste Alain Poher, ce qui n’est pas complètement neutre.

3Cette campagne présidentielle en faveur de Georges Pompidou avait été préparée par une démarche des républicains indépendants. Ils lui avaient envoyé une délégation afin de se mettre d’accord sur un programme. Or, dans le document remis à l’époque par cette délégation de républicains indépendants au futur président, le point numéro un, c’était l’adhésion de la Grande-Bretagne au Marché commun. Charles de Gaulle avait combattu cette idée, chacun s’en souvient, de façon nette et brutale. Et voilà que les républicains indépendants disaient publiquement à Georges Pompidou, peut-être avec son accord préalable d’ailleurs : « Si vous voulez que nous vous soutenions, il faut que vous preniez position positivement sur ce sujet. » Je n’en ai pas la preuve certaine mais on peut penser que Valéry Giscard d’Estaing agissait là non seulement selon ses convictions personnelles mais aussi sous la forte pression de Jean Monnet et du comité pour les États-Unis d’Europe.

4Il a été dit qu’en 1979, l’écart important entre la liste de Simone Veil et la liste de Jacques Chirac avait contribué à détériorer les rapports entre UDF et RPR. C’est sûrement vrai : il n’est jamais agréable de faire un mauvais score et nous l’avons appris par la suite. Mais une chose avait déjà beaucoup contribué à détériorer les rapports : l’attaque contre « le parti de l’étranger ». Raymond Barre soutint évidemment la liste de l’UDF parce qu’elle était dirigée par un de ses ministres et pour toutes les raisons qui ont été très bien dites. Les piliers de cette liste étaient non seulement Simone Veil, remarquable symbole pour la construction européenne du fait de sa personnalité et de son histoire personnelle, mais aussi Jean Lecanuet, Michel Poniatowski et Edgar Faure, c’est-à-dire les trois familles de l’UDF si l’on veut considérer qu’Edgar Faure incarnait le radicalisme.

5Très sincèrement, à part quelques détails, je ne vois pas de nuances importantes à signaler dans les analyses du Parti républicain, du CDS et du Parti radical sur les questions européennes jusqu’au début des années 1990. Je crois que les scissions de l’UDF furent d’abord et avant tout la conséquence des rapports problématiques entre UDF et RPR, entre leaders de l’UDF et leaders du RPR, entre la jeune génération qui avait pris le contrôle des différentes composantes de l’UDF et Jacques Chirac. L’Europe a pris les balles – dégâts collatéraux – dans ce contexte mais n’a pas été la cause première de ces scissions. Dans la scission de 1999, c’est-à-dire le départ de Démocratie libérale, les choses avaient commencé au moment où François Léotard tint sa parole, c’est-à-dire transmit la présidence de l’UDF à François Bayrou après que celui-ci l’avait soutenu au moment où lui-même a été élu contre Alain Madelin à la présidence de l’UDF. Il y avait un accord entre les deux hommes, donc entre les deux formations, et cet accord avait été tenu. Alain Madelin n’accepta pas cela et transforma le Parti républicain en Démocratie libérale. Le premier grand désaccord public entre le vainqueur et le vaincu porta, je le rappelle, sur les alliances avec le Front national aux élections régionales de 1998. Cela n’a rien à voir avec l’Europe. On était en revanche clairement dans la préparation des futures élections présidentielles.

6Encore une fois, je le redis, je n’ai pas le sentiment que les questions européennes aient joué un rôle dans les scissions de l’UDF au cours des années 1990. Il y eut toutefois, ensuite, un élément directement lié à l’Europe qui aggrava les choses et se joua au Parlement européen. Jean-Louis Bourlanges pourra en parler mieux que moi parce qu’il l’a vécu en direct. Moi, je n’ai siégé à Strasbourg qu’en 1998 et 1999 comme remplaçant de Bernard Stasi devenu médiateur de la République, mais je n’ai pas été élu en 1999. Or, la période dont je parle couvre les années 1999-2004. L’UDF a été amenée à quitter le PPE (Parti populaire européen) du fait de l’entrée des conservateurs britanniques et des positions d’un certain nombre d’autres pays comme l’Italie.

Jean-Louis Bourlanges

7Les Britanniques ne posaient pas un problème insurmontable parce qu’ils étaient à la fois honorables et reconnus dans leurs différences. Ils avaient négocié « à la britannique », n’en faisant absolument qu’à leur tête, et n’étaient reliés au PPE que par le « wagon-restaurant », c’est-à-dire par le partage des places, bénéficiant des avantages que donnait le nombre dans un système de proportionnelle à la plus forte moyenne. Mais chacun savait qu’ils étaient différents. En revanche, Silvio Berlusconi posait un vrai problème parce qu’il y avait autour de lui de drôles de filles et de drôles de garçons, et tout un ensemble de positions moralement condamnables qui se traduisaient par une éviction des démocrates-chrétiens traditionnels. Nous avons vécu cela de façon extrêmement dure au Parlement européen. C’est cela qui, à mon avis, a été le plus difficile à gérer.

8François Bayrou, avec une formule à la fois heureuse et terrible, avait apostrophé le PPE en ces termes : « Si je devais confier l’éducation de mon enfant, est-ce que je la confierais à Romano Prodi ou à Silvio Berlusconi ? » La réponse était assez évidente pour qui prenait soin de la santé morale de son enfant. Le milieu très moralisateur de la démocratie-chrétienne allemande avait accueilli cela dans un silence inquiet. Le seul à réagir intelligemment fut Silvio Berlusconi qui, quelques jours plus tard, remercia François Bayrou des efforts qu’il avait faits pour faciliter son intégration…

Bernard Lehideux

9Des modifications profondes eurent lieu dans la composition du groupe à ce moment. François Bayrou et ses amis quittèrent le PPE du fait du remplacement des amis de Romano Prodi par ceux de Silvio Berlusconi. Nous nous sommes dès lors retrouvés dans des groupes différents. Le groupe libéral avait été présidé par Simone Veil, puis par Yves Galland, puis par Valéry Giscard d’Estaing. Celui-ci, ayant compris comment fonctionnait le Parlement européen, avait estimé qu’il valait mieux être avec les gros bataillons. Il avait donc décidé de quitter le groupe libéral pour aller au PPE. Nous, nous avions créé le groupe « Alliance des démocrates et des libéraux », fort proche du précédent groupe libéral mais en ajoutant, par le mot « démocrates », qu’on pouvait appartenir à ce groupe sans être membre de l’Internationale libérale.

10Voilà les quelques remarques que je souhaitais faire après le remarquable exposé de Christine Manigand. Il est toujours agréable d’entendre quelqu’un de savant expliquer ce que vous pensez en y mettant de la logique. Souvent en effet, dans le feu de l’action, on n’est pas toujours sûr que ce que l’on fait ait une vraie logique. Je vous remercie donc infiniment.

Sébastien Châble

11Étudiant en master à Sciences Po Rennes, je voudrais revenir sur les différents logos qui ont jalonné l’histoire de l’UDF. Le premier logo, un hexagone, pose à mon avis une question importante. Au moment où il y avait une forte divergence entre le RPR et l’UDF sur la question européenne, l’UDF choisit de ne pas marquer sa différence avec son rival. Probablement parce que cette confédération se créa dans le cadre d’une stratégie électorale avant tout nationale. Si l’on observe le dernier logo, c’est au contraire le fonds européen qui ressort : une carte orange de l’Europe. Y eut-il une réflexion sur l’image que l’UDF souhaitait donner d’elle-même à l’opinion puisque ? Et n’est-il pas étonnant qu’au moment où l’Europe ne faisait plus débat entre le RPR puis l’UMP, et l’UDF, celle-ci marque précisément sa différence par ce logo ?

Bernard Lehideux

12La première tentative pour créer ce qui allait être l’UDF fut, selon moi, initiée par Jean Lecanuet en 1965. Le Centre démocrate fut en effet une tentative de fusion entre le MRP et le CNIP afin de réunir la famille démocrate-chrétienne et la famille libérale. La fusion n’eut finalement pas lieu car la majorité de ceux qui étaient au CNIP restèrent en dehors. Des gens comme Dominique Pado ou Jean Poudevigne, d’autres encore, s’intégrèrent bien dans cette opération, mais ils restèrent minoritaires. L’idée qu’un jour ces gens-là pourraient travailler ensemble était toutefois lancée, même si, à l’époque, certains étaient dans la majorité présidentielle – c’était le cas des républicains indépendants, issus du CNIP – et les autres dans ce qu’on appelait le centrisme d’opposition – c’était le cas de Jean Lecanuet.

13Deuxième temps, la campagne de Valéry Giscard d’Estaing en 1974. Il fit alors au fond campagne sur un projet, dirait le vieux « bayrouiste » que je suis, de majorité centrale, c’est-à-dire qu’il essaya de réunir dès le premier tour dans une même majorité, lui-même étant le pivot du dispositif, des hommes qui incarnaient une certaine droite, Jacques Chirac et les 43, et les centristes d’opposition, c’est-à-dire Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Lecanuet, Pierre Abelin, etc. À ce moment-là, les positions sur l’Europe étaient très voisines. Je vous rappelle, encore une fois, ce qui s’était passé en 1969 et je ne pense pas qu’il y ait eu de différence majeure en 1974.

14L’UDF fut ensuite lancée. Opération de politique intérieure sans aucun doute. Pourquoi avons-nous créé l’UDF ? Le président de la République n’avait pas de majorité assurée, il lui fallait un corps politique derrière lui et nous ne pouvions pas aller aux législatives de 1978 avec trois partis politiques présentant chacun leurs candidats. Désolé de le dire ainsi mais ce fut presque aussi simple que cela. J’expliquais souvent, dans les stages de formation de nos militants, qu’en 1967 Didier Julia, dans la deuxième circonscription de Seine-et-Marne, avait eu face à lui trois candidats : un radical, un centriste et un indépendant. Il ne fit pas un très bon score mais eut tout de même plus de voix que chacun des trois autres au premier tour. Il fut donc élu au second tour et il est toujours député. Cette idée que Didier Julia n’aurait jamais pu être député si nous avions été unis nous a poursuivis longtemps, et nous y pensions encore quand nous préparions les législatives de 1978.

15L’UDF fut donc lancée pour gagner les élections de 1978. Je vous rappelle que Jacques Chirac était convaincu que nous allions les perdre, il le proclamait partout, mais nous les gagnons. Notre thèse est alors que nous avons gagné grâce à l’engagement du président de la République – Verdun-sur-le-Doubs, les grandes réunions, etc. – tandis que Jacques Chirac soutient que c’est lui qui les a gagnées. Mais, si on regarde bien les chiffres, le RPR perdit des sièges alors que l’UDF en gagna, et l’écart, resté en faveur du RPR, s’était nettement resserré.

16Vous avez raison de dire que le premier logo incarne quelque chose de précis : il est bleu-blanc-rouge, soutien à la République, soutien au président ; il est hexagonal, c’est à l’intérieur du pays que se situe le débat. Nous sommes dans une logique complètement différente au moment de la création du troisième logo. Nous pensons à l’époque que l’Europe est un des points fondamentaux du débat international mais aussi du débat national, et que la construction européenne est un problème essentiel à résoudre. Et nous voulons affirmer face à l’opinion la force de nos convictions européennes.

Jean-Louis Bourlanges

17N’oublions pas que l’intitulé « Union pour la démocratie française », c’est d’abord le titre du livre de Valéry Giscard d’Estaing dans lequel il donna une analyse extrêmement précise de ce qu’était la société française et sa traduction en termes de forces politiques. Selon lui, devait émerger un groupe central, formé des couches moyennes salariées, avec une double relégation, à droite et à gauche, de forces sociales minoritaires : les classes moyennes indépendantes turbulentes, artisans, commerçants, supposés brailler avec le RPR, et les ouvriers – Gérard Noiriel s’était interrogé : « y a-t-il encore un ouvrier dans la classe » – avec le parti communiste. C’est bien cette projection sociale française qui fut à la base du choix politique de l’UDF. Ce n’est qu’après, notamment à partir de l’appel de Cochin, que le marqueur européen devint un marqueur politique fortement antagoniste.

Pascal Fontaine

18Je voudrais revenir sur l’action européenne de l’UDF. On a évoqué les programmes de l’UDF très pro-européens qui se différenciaient du RPR dans les campagnes électorales, mais dans l’action des élus au Parlement européen, pendant plusieurs législatures, l’UDF s’est divisée, les démocrates-chrétiens étaient au PPE, et les libéraux, c’est-à-dire les radicaux et les républicains indépendants, au groupe libéral. Cela faisait désordre aux yeux de nos partenaires étrangers, et notamment de la CDU, dominante au sein du PPE. Paradoxalement, c’est au moment où l’ensemble de l’UDF s’est retrouvée au PPE, après que Valéry Giscard d’Estaing, président du groupe libéral, a fini par dire en 1999 : « il faut aller au PPE », qu’il y a eu un problème au sein de la délégation française et que finalement, en 2004, la Nouvelle UDF, sur la base d’une référence à Robert Schuman, est partie au groupe libéral. Incroyable paradoxe, elle laissait l’UMP, en partie composée d’anciens gaullistes, siéger au PPE avec les partis historiques de la démocratie-chrétienne !

19Cela ne s’explique-t-il pas par les ambitions électorales de François Bayrou face à l’UMP ?

Jean-Louis Bourlanges

20Je vais prendre la défense de François Bayrou sur ce point. Il faut prendre en compte l’évolution très profonde du PPE sous l’influence d’Helmut Kohl qui disait : « Ce qui va désormais fédérer le PPE, c’est l’appartenance à la droite ; le marqueur européen ne va plus être le marqueur dominant. » C’est pourquoi on accepta les conservateurs britanniques. On avait déjà accepté les Espagnols alors que le Parti populaire (PP) était encore, au moment d’entrer au PPE, assez marqué par la tradition franquiste, même s’il avait mis en avant des hommes comme Marcelino Oreja et Iñigo Méndes de Vigo, européens convaincus et proches des démocrates-chrétiens. Dans le même esprit, on a également accepté la Nouvelle Démocratie grecque. La discussion fut très serrée, notamment chez nos amis du Benelux qui s’étaient déchirés, les Néerlandais étant favorables à l’entrée des Britanniques et les Belges y étant hostiles. Je me rappelle Monsieur Penders, député néerlandais, apostrophant son collègue belge, Monsieur Herman : « Rappelle-toi, Fernand, la devise de la Belgique : “l’union fait la force”. » Ce à quoi Monsieur Herman avait répondu : « Rappelle-toi la devise d’Orange-Nassau : “je maintiendrai”. »

21Helmut Kohl a finalement imposé que le marqueur fondamental du PPE serait le marqueur de droite et non plus le marqueur européen. « Pas d’ennemi à droite. » Un choix stratégique pour avoir plus de députés que les socialistes et ne pas laisser se constituer à la droite du PPE un groupe souverainiste qui aurait menacé son hégémonie.

22Cela n’empêchait pas les arrière-pensées de politique intérieure de François Bayrou, c’est évident.

Alain Lancelot

23Quand nous avons créé l’UDF, le MRP, son esprit au moins, était encore vivant. Mais l’histoire de l’UDF, c’est en quelque sorte la mort du MRP. On a vu le catholicisme, non pas de droite mais de centre, même si cela ne se disait pas, progressivement s’intégrer dans le libéralisme, ce qui allait beaucoup mieux, bien sûr, avec Valéry Giscard d’Estaing. Et tandis que le MRP disparaissait, l’Europe nous a permis de nous retrouver sur un terrain commun. On observe cela dans la France de l’Ouest notamment.

Bernard Lehideux

24Dans l’Ouest sans aucun doute, mais c’est aussi vrai dans d’autres régions comme la Lorraine. Les cadres des mouvements catholiques laïques, JAC, MRJC plus tard, JOC, etc., ont évolué à une certaine époque vers le Parti socialiste. Cela a progressivement pesé dans les équilibres internes de l’UDF. Il lui a manqué pour y équilibrer les libéraux une partie de ceux qui avaient évolué vers le PS.

25Il est permis de faire de légères critiques à des gens qu’on a beaucoup aimés et admirés. Quand Jean Lecanuet a pris la présidence de l’UDF, il n’a pas voulu ou pas pu jouer le rôle de leader du parti. Valéry Giscard d’Estaing était président de la République. Jean, lui, était extrêmement fidèle, très respectueux de ses rapports avec lui et ne voulait rien faire qui puisse le gêner. Or, Valéry Giscard d’Estaing n’avait pas de majorité à l’Assemblée nationale. Jean s’est volontairement effacé. Plusieurs fois, nous avons été un certain nombre à lui dire : « Giscard n’attend pas de vous que vous soyez silencieux, il attend de vous, puisque vous êtes président du parti, que vous jouiez un rôle et il y a bien des démocraties dans lesquelles l’équilibre se fait entre les dirigeants de l’exécutif et le parti du président qui doit porter un certain nombre d’idées. » Mais il hésitait à le faire, il pensait qu’il avait reçu une mission et il voulait l’accomplir en ne gênant pas le président de la République. C’est ainsi que je l’ai ressenti.

26Après 1981, on nous a ripolinés avec l’idée que l’union permet de gagner et que la désunion fait perdre. Autrement dit, Jacques Chirac, pour faire oublier qu’il avait fait perdre son camp en trahissant et en faisant campagne pour François Mitterrand, nous a en quelque sorte ligotés.

Jean-Louis Bourlanges

27Il a trahi mais son camp a perdu tout seul, la France de gauche a voté à gauche.

Bernard Lehideux

28Peut-être le président sortant aurait-il perdu quand même… En tout cas, Jacques Chirac ne cessa d’expliquer après l’élection de 1981 qu’il fallait être unis. L’union devint une espèce de leitmotiv, tellement un leitmotiv qu’elle entraîna notre disparition. On nous a encagoulés sous l’union et nous ne pouvions plus être nous-mêmes, nous n’existions même plus puisque tout le monde était pareil. En 1984, quand nous constituons la liste commune UDF et RPR aux élections européennes – cette anecdote est connue, je peux donc la raconter – autour d’une table au siège de l’UDF où les deux délégations sont réunies, Pierre Méhaignerie dit à un moment : « Il faudra que nous nous revoyions pour le programme. » Jacques Chirac prend alors une feuille de papier, la signe, elle est blanche, la tend et dit : « Pierre, le programme, écris-le. » Cela lui était complètement égal.

29Nous nous sommes donc enfermés dans un ensemble où les idées n’étaient pas le problème essentiel. Nous y avons perdu un certain nombre de nos marqueurs fondamentaux.

Jean-Louis Bourlanges

30Je suis de ceux qui pensent que le discours international de la France est clivé depuis une date précise et ancienne : le Traité de Paris par lequel nous avons renoncé au Canada et à l’Inde sous Choiseul. Il y a depuis ce moment et jusqu’à Dominique de Villepin, une tradition diplomatique française de la grandeur et de la contestation de la façon dont la France a été évincée de son premier rôle mondial. Tout au long du XIXe siècle, on trouve des théoriciens de la grandeur, de l’exception française. Après Waterloo, le parti de la dénonciation de l’ordre de 1815 est très influent. Même Tocqueville en est, comme on le voit dans les polémiques avec Stuart Mill. Tocqueville n’est pas un modéré sur ce plan, sauf quand il est aux Affaires étrangères en 1848 et mène une politique extrêmement prudente.

31Il existe une longue tradition de la France seule, de la France qui défie la première puissance du monde, c’est-à-dire pendant tout le XIXe siècle jusqu’à Fachoda, le Royaume-Uni, et se poursuit avec le général de Gaulle et Dominique de Villepin. L’affirmation d’une sorte de leadership mondial implicite. Face à cette tradition Choiseul, la tradition Talleyrand est fort différente, se fondant sur la recherche de la sécurité, sur la multilatéralité et sur la modération. On accepte l’ordre de 1815 en pensant que c’est un ordre plus favorable que ce qu’on aurait pu subir. Dans la crise internationale de 1840, Louis-Philippe dit : « J’ai cédé à l’Angleterre sur la question turque parce que j’ai pensé à l’Alsace », ce qui était prémonitoire. Cela se retrouve dans le conflit entre les atlantistes et les gaullistes pendant les années 1950 et 1960. L’UDF est indiscutablement l’héritière de la tradition Talleyrand, ce qui lui est reproché par le RPR quand Valéry Giscard d’Estaing proclame que la France ne représente que 1 % de la population mondiale. Cette longue histoire s’enracine – moi qui ne suis pas d’accord idéologiquement avec Emmanuel Todd, je crois qu’il a raison sur ce plan – dans une double tradition, gallicane d’un côté, ultramontaine de l’autre. Elle explique notamment la similitude impressionnante entre les cartes de la droite en 1936 et celles de la pratique religieuse telles qu’elles avaient été établies par le chanoine Boulard. La carte du serment constitutionnel des prêtres en 1791 et la carte du « oui » à Maastricht sont profondément corrélées. On comprend pourquoi : la constitution civile du clergé consistait à dire : « Notre maître est à Paris, pas à Rome. » Une référence gallicane très précise, inventée par l’abbé Grégoire qui était de tradition janséniste.

32La tradition ultramontaine se retrouve de façon constante dans la France de l’Ouest évoquée tout à l’heure. De ce point de vue, Philippe de Villiers est une anomalie, de même qu’il y eut un petit schisme anti-ultramontain en Vendée. Les résultats des élections européens en Vendée ne sont pas un grand succès pour lui. Il a un réel écho en France mais pas vraiment en Vendée dans les scrutins européens.

33Autre manière de replacer l’UDF dans une histoire longue : je dirais qu’elle fut comme l’Arche de Noé de la Troisième Force. J’ai suivi dans les années 1968-1969 le cours sur la vie politique française à Sciences Po, fait par Alain Lancelot ici présent. Il nous expliquait que sous la IVe République, il y avait une « Chambre utile » composée de quatre forces : les radicaux, les démocrates-chrétiens, les indépendants et les socialistes. On retrouve exactement les mêmes dans la configuration de l’UDF, c’est-à-dire les socialistes qui refusent le Parti communiste, les radicaux, du moins la fraction non gallicane et non jacobine qu’incarnait assez bien Edgar Faure face à Pierre Mendès France, les indépendants et le MRP. Par sa composition, l’UDF est le parti de la normalité européenne. La distribution des forces en Europe dans les années 1950 et 1960, c’était en effet l’équivalent de la Troisième Force. Il n’y avait ailleurs ni gaullistes, ni communistes, sauf en Italie où ils étaient toutefois particuliers, aboutissant finalement à Giorgio Napolitano. Résurrection de la Troisième Force, donc, fédérée par l’engagement européen.

34Je vous propose pour finir une lecture structurelle de la dissociation de l’UDF dans les années 1990. Émergea en Angleterre à la fin des années 1970 un nouveau modèle de parti de droite, le parti libéral, conservateur, souverainiste et vaguement xénophobe. Sa fortune fut extraordinaire. La caricature en fut le berlusconisme, la métastase, l’orbanisme en Hongrie, mais un peu partout, peu ou prou – même la CDU, tout en gérant très bien ses transitions idéologiques, n’est pas insensible à tout cela –, nous voyons bien que s’est imposé un modèle de parti conservateur soit hostile, soit indifférent à la question européenne, hostile à l’État providence et pas ennemi – on retrouve l’un des critères de rupture au sein du PPE dont j’ai parlé – d’alliances avec des partis que je ne qualifierai pas d’extrême droite mais de populistes à tendance xénophobe, qu’on voit se développer en Europe. Dans cette nouvelle configuration qui s’est mise en place entre les partis conservateurs et les partis populistes, un parfumeur verrait la même différence qu’entre l’eau de toilette et l’extrait, le dilué et le concentré. Tout cela impliqua évidemment le rejet de la tradition démocrate-chrétienne. Dans le contexte de la globalisation, la modification des attitudes face au keynésianisme et au libéralisme fut très profonde. Ce qui avait fédéré – on est au cœur de la contradiction européenne aujourd’hui, entre les ordolibéralistes allemands et les keynésiens – dans les années 1950, 1960, 1970 et même 1980 l’Europe, c’était la croyance qu’on pouvait combiner libre-échange, initiative privée capitaliste et développement d’un système d’État providence. Là, les démocrates-chrétiens se sentaient à l’aise avec les libéraux. Puis nous sommes entrés dans une crise générale du keynésianisme. Raymond Barre en fut l’annonce : il ne considérait pas les problèmes des économies européennes comme des problèmes cycliques (pour les keynésiens, on a un cycle déprimé, on met de l’argent et tout repart : on a fait ainsi pendant vingt ans mais rien ne repart plus, sauf l’endettement) mais avait une analyse assez proche de Milton Friedman (il y a des défaillances structurelles : mauvaise allocation des facteurs de production, coûts trop élevés, manque d’innovation, formation inadaptée, etc. et un ensemble de réformes structurelles sont donc à impulser). Une dissociation de fond s’est alors produite entre les libéraux et les démocrates-chrétiens. Ceux-ci restaient attachés à l’État providence. François Bayrou en offre un bon exemple et je lui reproche beaucoup son anti-réformisme que je crois structurel chez lui mais qui se comprend, qui s’inscrit dans cette tradition, alors que les libéraux disent : « On s’en fiche, on bazarde l’État providence. » Un écart irrémédiable se creusa alors. Pour les démocrates-chrétiens, ce fut catastrophique parce que ce qui caractérisait le MRP, c’était la fidélité à la morale traditionnelle de l’Église et une politique sociale généreuse. L’étau acheva de se refermer avec l’évolution parallèle de la gauche qui se définit désormais d’abord par son libéralisme culturel. Pour être clair, on se fiche du pape, on trouve que toutes les traditions morales sont de vieilles lunes. En même temps, la gauche est devenue assez libérale sur le plan social. Et les héritiers du MRP puis l’UDF bayrouiste sont coincés entre ces deux logiques : libérale économique et libérale culturelle.

35La crise de l’UDF des années 1990 me paraît donc intrinsèquement liée à la crise qui affecte les sociétés politiques européennes aujourd’hui.

Élisabeth Du Réau

36Je souhaiterais revenir sur les nombres de voix favorables aux textes soumis au vote en 1992 et en 2005. Je ne me rappelais pas les chiffres de 1992 ni l’ampleur des réserves exprimées à ce moment-là, alors qu’en 2005, la famille politique centriste s’exprima à 76 % en faveur du « oui ». Des facteurs liés à la conjoncture politique et institutionnelle de l’époque ont-ils joué ? En 1992, l’initiative référendaire vint des socialistes alors qu’en 2005, le texte sur lequel on dut se prononcer avait été initié par l’équipe qui dirigeait la Convention de 2001-2002, sous la conduite de Valéry Giscard d’Estaing. Ces contextes politique et institutionnel différents ont-ils été décisifs ? Ou croyez-vous que ce fut davantage une question de fond ? Le texte de Maastricht a effectivement abouti à ce que l’on appelle « les trois piliers » sans qu’on ait vraiment tranché quoi que ce soit sur les institutions alors que le texte de 2005 répondait davantage aux attentes de la famille centriste.

Christine Manigand

37Il me semble que la dissociation entre les différentes composantes de l’UDF a beaucoup joué au moment de la ratification du traité de Maastricht. Le CDS a joué le jeu de Maastricht, le PR beaucoup moins. Mais il faudrait conduire une recherche plus approfondie que celle que j’ai faite.

Nicolas Sauger

38Il y a deux éléments à ne pas oublier. D’une part, les résultats des sondages sur les votes sont peu fiables. D’autre part, il y a en 1992 la question de l’opposition. Dans les référendums, notamment sur l’Europe, les électeurs prennent leur décision non seulement en fonction de leur préférence sur le texte mais aussi en fonction de l’homme qui soumet le référendum. Le PR était nettement plus engagé dans l’opposition à François Mitterrand que le CDS en 1992. Je ne pense donc pas que ces différences de chiffres soient liées à de réelles différences idéologiques.

Jean-Louis Bourlanges

39Ce n’est pas la même UDF qui parle en 1992 et en 2005. D’abord la question est posée par un socialiste en 1992 et par Jacques Chirac en 2005, une différence importante qui pose des problèmes de loyalisme à l’égard des uns et des autres. Mais au-delà de cela, l’enjeu premier du scrutin sur Maastricht est un enjeu de souveraineté : l’abandon du droit de battre monnaie, élément fondamental de la souveraineté nationale. Il y eut donc une réaction en majeure partie souverainiste chez les partisans du « non ». Alors qu’en 2005, ce fut la question libérale qui structura fondamentalement le débat. Pascal Perrineau a publié dans un de ses livres sur les élections européennes un tableau sur la répartition des votes aux deux référendums. En termes politiques, la gauche se détourne en 2005 du vote européen. En termes sociologiques, les fonctionnaires se détournent massivement du vote européen. En termes générationnels, ce sont les jeunes. En 1992, les jeunes ont voté pour l’Europe. Un vote d’ouverture, un vote presque post-soixante-huitard contre les vieilles lunes nationalistes. En 2005, c’est un vote contre le système libéral qui laisse les jeunes à la porte, qui n’est pas satisfaisant, d’où le débat chaotique avec Jacques Chirac. L’incompréhension est totale entre les jeunes et Jacques Chirac.

40Je me rappelle la façon dont j’avais vécu le débat de Maastricht. J’étais assez actif à Dieppe à l’époque et la bourgeoisie locale avait une forte attirance pour le « non » alors qu’au référendum constitutionnel en 2005, toute la Chambre de commerce s’est engagée pour le « oui ». Je pense – Bernard sera probablement contre cette idée – qu’il s’est produit à ce moment-là dans l’esprit de François Bayrou une rupture très profonde. Cette rupture a eu lieu, je me souviens très bien du moment. Je trouvais que le projet de traité constitutionnel était mauvais. J’avais de grandes discussions avec Olivier Duhamel qui trouvait au contraire le traité merveilleux. François Bayrou, qui est toujours nominaliste, disait : « c’est une constitution. Et la constitution, c’est important ». Et puis en décembre 2004, il y eut le vote interne au parti socialiste, donnant une majorité de 58 % en faveur du « oui ». François Bayrou, de façon extrêmement lucide, pensa alors que le référendum était perdu car, me dit-il, « si 58 % de militants socialistes votent “oui”, le peuple va votre contre ». Je n’étais pas éloigné de penser la même chose. J’avais écrit un article assez pessimiste dans Le Figaro. Il y eut alors un phénomène que Bernard Lehideux ne ressent pas mais que j’ai très fortement ressenti en 2007, et que les électeurs ont ressenti en 2009 : la prise de distance de François Bayrou par rapport aux enjeux européens. Il agit très subtilement, sans jamais renoncer officiellement à ses convictions européennes mais en développant désormais des critiques sur l’absence de transparence bruxelloise et sur le libéralisme bruxellois d’une façon générale. Je me rappelle ses discours de Strasbourg et de Bruxelles, très peu européens. Il a commencé à développer l’idée d’un fédéralisme un peu populiste, un peu excessif qui explique à mon avis en grande partie son manque d’engagement européen dans la campagne de 2009. Cela lui a coûté cher parce que l’UDF est un parti traditionnellement européen.

Bernard Lehideux

41La construction de l’UDF a été extrêmement difficile parce qu’elle était une confédération. Une confédération qui réunissait des formations avec des histoires bien différentes. Michel Pinton, le premier délégué général de l’UDF, a mis en place le parti. Il a été rejoint d’abord par trois hommes d’appareil venant du Parti radical, du CDS et du Parti républicain. Le radical s’appelait François Garcia, le CDS s’appelait Jean-Marie Vanlerenberghe (il est aujourd’hui sénateur et vient de quitter la mairie d’Arras), et le représentant du Parti républicain c’était moi-même. Nous nous sommes réparti le travail d’organisation sur le terrain, les deux premiers se partageant la France, chargés d’organiser les fédérations sur le terrain, et moi en charge du dossier « élections » avec l’objectif « à toutes les élections, un candidat et un seul ».

42Nous nous sommes très vite aperçus que nous étions obligés de tenir compte de l’existence de tout le monde. Chaque fois qu’un candidat était désigné à une élection cantonale, immédiatement, les autres composantes récriminaient : « Vous venez de désigner un CDS mais il n’y a pas de radical, donc il faut que dans le canton d’à côté, il y ait un radical. » Vous vous rendez aisément compte de ce que cela représente. Souvent, grande incompréhension sur le terrain : nous étions obligés de privilégier ici un républicain, là un démocrate-chrétien, ailleurs un radical alors que ce n’était peut-être pas le candidat qui représentait le mieux la circonscription. Et nous étions quelquefois amenés à dire : « Sois gentil, prends la carte du Parti républicain ou du CDS, comme cela, nous pourrons te donner l’investiture parce qu’il y a déjà douze autres candidats de ta formation d’origine. » Situation terriblement embarrassante que nous avons vécue pendant des années. Je suis obligé de le dire, Valéry Giscard d’Estaing, accaparé sans doute par d’autres soucis en tant que président de la République, n’a jamais tapé du poing sur la table et décidé – il en avait, je pense, la possibilité – la fusion des partis composant l’UDF pendant son septennat. Si nous avions fusionné les partis avant 1981, je pense que la suite aurait été extrêmement différente.

43Autre élément, qui touche au problème du renouvellement. Le premier moment d’existence politique de l’UDF, ce fut le scrutin législatif de 1978. Nous avons fait émerger une génération nouvelle, qui a porté ensuite des fruits divers, mais c’est le propre d’une génération : François Léotard, Alain Madelin, Gérard Longuet, Pascal Clément, François d’Aubert, Charles Millon, Jean-Claude Gaudin, Jean-Pierre Abelin, etc. Mais il était extrêmement rare que nous puissions dire : « Là, nous avons un électorat tel que nous pouvons faire élire qui nous voulons. » Il y a une tradition de vote pour les candidats du PS. Même chose pour le RPR et peut-être aujourd’hui pour l’UMP. Mais c’était beaucoup plus difficile pour nous. La logique du notable local, même pour des hommes beaucoup plus jeunes, faisait que se construisait autour des élus une existence localisée de l’UDF, pas aisément transposable dans la circonscription d’à côté. On évoquait les problèmes de concurrence à l’instant. Un exemple précis me vient à l’esprit. Michel Mercier, un des grands leaders centristes de Rhône-Alpes, a commencé par être le suppléant CDS d’un député républicain indépendant, Alain Maillou. Celui-ci est décédé brutalement et Michel Mercier est devenu député. Dans la zone d’influence du Beaujolais, des militants qui étaient au Parti républicain sont donc, tout d’un coup, devenus des clients de Michel Mercier. Cela ne se passa pas sans heurts.

44Je reviens maintenant sur la scission de Démocratie libérale. Cela se fit par étapes. Premier temps : la candidature de François Léotard à la présidence de l’UDF. C’était le fruit d’un accord interne au sein du Parti républicain. Après l’échec de Valéry Giscard d’Estaing en 1981 suivi de notre déroute aux législatives, nous nous sommes retrouvés – j’y étais – à une trentaine ou une quarantaine de responsables dans ce qui était encore alors l’hôtel Sofitel, à côté du Palais-Bourbon, racheté ensuite par l’Assemblée nationale pour loger ses députés. Nous nous sommes retrouvés là et avons passé une journée à nous demander : « Que faire ? Nous ne sommes pas venus jusqu’ici pour nous arrêter. Où allons-nous maintenant ? » La première décision a été de porter François Léotard à la direction du Parti républicain avec le projet de le porter un jour à la présidence de l’UDF puis d’en faire un candidat à l’élection présidentielle. François Léotard passa bientôt un accord avec François Bayrou, devenu quelques années après le jeune leader du CDS puis de Force démocrate. Un accord qui prévoyait que si François Léotard devenait président de l’UDF, son successeur serait François Bayrou. Alain Madelin n’a pas accepté cela. Peut-être s’est-il dit qu’il pourrait être lui-même un jour candidat aux élections présidentielles ?

45Question : est-ce qu’il est normal ou anormal que des hommes de cette génération, de ce talent qu’ils ont tous, puissent envisager d’être candidats aux élections présidentielles ? Dans tous les grands partis démocratiques de tous les grands pays démocratiques, on cherche à désigner un leader qui pourra être candidat, soit au poste de Premier ministre soit au poste de président de la République, selon les institutions du pays en question. On parle souvent de l’ambition qui serait excessive ou pas de X ou de Y. Mais quoi de plus normal que tel ou tel essaye de devenir le leader de sa formation pour essayer ensuite de conquérir le pouvoir ? Quand vous dites que le tandem Léotard-Bayrou ne fit que 57 % face à Alain Madelin au congrès de Lyon qui désigna le président de l’UDF, je me permets de rectifier : ce ne fut pas face à Alain Madelin seul, mais face à lui et Valéry Giscard d’Estaing. Précision essentielle, je crois, pour comprendre ce rapport des forces. Malheureusement – mais nous pourrions discuter longtemps de ce sujet – Valéry Giscard d’Estaing a estimé à l’époque qu’il devait soutenir Alain Madelin à la présidence de l’UDF. Pourquoi ? Je pense qu’il n’avait probablement pas encore complètement renoncé à l’idée d’être lui-même candidat aux présidentielles en 2002 et que, par conséquent, l’idée de voir le tandem Léotard-Bayrou prendre la direction de l’UDF ne lui convenait pas. C’est aussi simple que cela, et en le disant, je ne porte aucun jugement, je ne fais qu’énoncer un fait historique.

46La concurrence pour la présidence de l’UDF est le premier élément d’explication de la scission de DL. Mais il y a un deuxième élément à prendre en compte : la transformation du Parti républicain en Démocratie libérale. C’est-à-dire, disons les choses clairement, la droitisation du parti. Quand Démocratie libérale décida de quitter l’UDF, cela se passa au cours d’un congrès à la Porte de Versailles. François Léotard alla devant les délégués expliquer pourquoi il ne fallait pas quitter l’UDF. Il a été hué comme on a rarement été hué dans une réunion politique. Il ressortit quasiment sans avoir pu parler. Nous nous sommes retrouvés sur le parking, devant la salle du congrès, avec Gérard Longuet, Gilles de Robien, Renaud Donnedieu de Vabres et quelques députés, et nous sommes repartis en disant : « Nous donnons notre démission de Démocratie libérale car nous voulons rester à l’UDF. » Je veux dire par là que, outre les 5 000 militants évoqués tout à l’heure, il y eut un certain nombre d’élus, et d’élus tout de même relativement importants, qui firent le choix de rester à l’UDF par conviction. Nous pensions que le choix très « droitisé » de Démocratie libérale l’amènerait inévitablement un jour à un tel rapprochement avec Jacques Chirac que cela ne pourrait déboucher que sur une absorption. Ce qui s’est passé avec la création de l’UMP.

47Dernier élément qui a compté, l’affaire des régionales en 1998. Le choix politique d’Alain Madelin de ne pas condamner l’alliance de Charles Millon, de Jacques Blanc, etc. avec le FN a été fondamental. Sur ce sujet, François Bayrou et François Léotard avaient une analyse totalement identique. Vous vous rappelez, même si cela a pu quelquefois paraître chaotique, les combats de François Léotard dans sa propre région, Provence-Alpes-Côte d’Azur, contre le Front national. Donc, séparation nette sur un sujet essentiel. Un souvenir personnel. J’étais premier vice-président de la région Île-de-France, Michel Giraud ne s’était pas représenté, et je remis les clefs de la maison à Jean-Paul Huchon parce que nous avions décidé en Île-de-France de ne pas passer d’alliance avec le Front national. Les socialistes, plus nombreux que nous, même s’ils n’étaient pas majoritaires, ont pris la direction de la région. Je pense que nous avons évité de très peu une alliance avec le Front national, mais c’est un autre sujet et je n’en ai pas de preuve absolue, je ne peux donc pas aller plus loin. Cette question des alliances avec le Front national en 1998 a indéniablement joué un rôle important.

48Droitisation de Démocratie libérale, volonté de son président d’être candidat aux présidentielles alors qu’un autre scénario se dessinait à l’UDF, désaccord aux régionales de 1998. Il faut ajouter à tout cela le fait qu’en 1995, l’UDF n’avait pas été capable d’adopter une attitude commune aux présidentielles. Valéry Giscard d’Estaing avait refusé de convoquer un congrès de l’UDF alors que nous demandions qu’il le fasse pour apporter le soutien officiel de tout le parti à Édouard Balladur. Espérait-il être candidat ? Ou n’acceptait-il pas l’idée de soutenir un homme qui le privait de sa candidature ? Qui soutint finalement Jacques Chirac ? Ce furent les derniers fidèles de Valéry Giscard d’Estaing, c’est-à-dire Alain Madelin, Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau, Hervé de Charette. Ils firent un choix politique cohérent et on retrouva ensuite les mêmes hommes prendre en main Démocratie libérale puis la tirer hors de l’UDF. Tandis que François Léotard et François Bayrou avaient soutenu Édouard Balladur.

49C’est vrai qu’ensuite, nous avons essayé de palier toutes ces carences par un effort d’organisation. Ce que vous dites est tout à fait vrai : une pagaille noire régnait dans la gestion des fichiers. Quand on sort de la logique de la confédération où l’on vote par catégorie ou par parti, et qu’on donne la possibilité de voter dans un congrès selon le principe « un militant, une voix », il faut bien que les fichiers soient à jour et que l’on sache qui est adhérent et qui ne l’est pas. Très gros problème pour nous, les Clubs Perspectives et Réalités qui étaient trans-courants. C’était des clubs, pas un parti et certains adhérents de ces clubs étaient aussi adhérents de tel ou tel parti, mais ils ne pouvaient bien évidemment pas voter deux fois. Il y avait aussi les adhérents directs. Quand après une émission de télévision, un citoyen lambda, convaincu par ce qu’il venait d’entendre, décidait d’adhérer à l’UDF et envoyait une lettre, à qui allait cette adhésion ? À l’un des partis composant l’UDF ? Non, elle allait aux adhérents directs. Et les partis considéraient que les adhérents directs faisaient leur laine sur leur dos : « Nous nous battons et les nouveaux adhérents vont tous aux adhérents directs. » On a essayé de palier tout cela par l’organisation. Mais l’organisation, cela voulait dire un respect strict des nouveaux statuts. Avec des votes où l’on pouvait être minoritaire. Alain Madelin n’avait plus Valéry Giscard d’Estaing à ses côtés. Il était dès lors voué à être plus minoritaire qu’il ne l’avait été au congrès de Lyon. Il est parti. C’est malheureusement aussi simple que cela. Cela dit, les électeurs ne s’y sont pas trompés. Lors de l’élection présidentielle de 2002, les chiffres ne furent globalement pas considérables mais l’un des deux candidats, François Bayrou, dépassa 6 % et fut quatrième tandis que l’autre, Alain Madelin, eut moins de 4 % et fut obligé de faire payer sa campagne par l’UMP. Les électeurs avaient, d’une certaine manière, fait leur choix.

50J’ai été candidat une fois aux élections régionales sur une liste commune RPR-UDF dans le département des Hauts-de-Seine, en deuxième position derrière Charles Pasqua. J’étais tellement invisible qu’une liste dissidente centriste s’est évidemment créée : pour les électeurs centristes, ce n’était pas une liste RPR-UDF, c’était une liste Pasqua et j’avais beau faire tous les gestes que je voulais derrière lui, cela ne changeait rien à rien. Notre problème était bien celui de l’identité de l’UDF en tant que formation politique, capable de porter des candidatures de façon autonome. Cela nous était devenu impossible si nous nous laissions emmener par d’autres. Pendant des années, nous avions pourtant réussi à exister de façon distincte du RPR. Ce que François Bayrou a décidé un jour de faire, c’est finalement de recréer la possibilité d’autonomie, d’une existence propre. Cela est passé par une redéfinition du corpus d’idées du parti UDF. Dans cette redéfinition, la différence la plus considérable est apparue entre le libéralisme économique tel que le conçoit Alain Madelin et le libéralisme social tel que nous le concevons. Je souriais tout à l’heure en écoutant Jean-Louis Bourlanges : j’ai siégé cinq ans à la commission des Affaires sociales du Parlement européen, je me suis battu de façon acharnée contre les libéraux pour essayer d’imposer l’idée d’une Europe sociale, Jean-Louis m’a soutenu. C’était de sa part une attitude très bayrouiste, pas très libérale.

51Voilà les quelques éléments que je voulais apporter en complément de ce qui a été dit sur la scission de 1999, aboutissement d’un parcours avec des étapes. Il y eut ensuite d’autres départs, pour d’autres raisons, mais c’est un autre sujet.

Nicolas Sauger

52Je suis tout à fait d’accord avec ce que Bernard Lehideux vient d’expliquer. Il me semble qu’on a toujours sous-estimé la transformation impliquée par la création du PPDF et la création de Force démocrate. La création de Force démocrate par François Bayrou fut une étape majeure de la transformation de l’UDF dans les années 1990. Les discours de François Bayrou en 1995 étaient pratiquement identiques à ceux qu’il tint en 2002.

53Je note aussi que le PR a perdu dans les années 1990 sa supériorité relative dans l’obtention des investitures. De plus, il fit un certain nombre de choix d’investitures moins bons que Force démocrate et le rapport de forces entre Parti républicain et Force démocrate, qui était défavorable au CDS-Force démocrate en 1993, se rééquilibra nettement à partir de 1996-1997. Les élections de 1997 furent même sensiblement plus favorables à Force démocrate qu’au Parti républicain.

54Dernier élément important à souligner, je crois que le Parti républicain puis Démocratie libérale étaient en réalité beaucoup moins homogènes et unifiés que ce que l’on dit souvent. Certes, il y a eu droitisation du discours sous l’influence d’Alain Madelin comme vous le dites, mais de mon point de vue, elle ne passa pas totalement chez les adhérents et l’autonomisation de Démocratie libérale fut, peut-être, une manière de renforcer la cohésion du parti.

Bernard Lehideux

55L’élection d’Alain Madelin à la présidence du Parti républicain, on l’oublie de temps en temps, s’est faite dans une salle à Levallois face à un concurrent, Gilles de Robien. Celui-ci était à l’époque un homme qui avait une image sociale dans l’opinion après son tour de France avec Laroutourou. L’erreur que fit l’équipe de François Léotard, ce fut de soutenir Alain Madelin. François Léotard, devenu président de l’UDF, avait pour idée de répartir les forces et les places afin de ne pas avoir trop de monde contre lui : à François Bayrou la présidence du groupe UDF alors que le Parti républicain y était mieux représenté, et à Alain Madelin la présidence du PR. Si François Léotard avait soutenu Gilles de Robien, il aurait été élu et la face de l’UDF en eût été changée.

Nicolas Sauger

56Une question sur laquelle je n’ai pas de réponse assurée : dans quelle mesure le départ de Gérard Longuet était-il un fait acquis longtemps à l’avance ou pas (il démissionna dans des conditions un peu particulières), et dans quelle mesure l’arrivée d’Alain Madelin à la tête du PR était-elle programmée ou était-elle seulement une réponse dans l’urgence à une situation de crise ?

Bernard Lehideux

57Je crois que ce fut une réponse à une situation de crise. On sentait bien qu’il y avait des problèmes et on se dit que si on lui offrait cette fonction, peut-être arriverait-on à calmer le jeu. Mais comme toujours dans ce genre de situation, quand vous donnez une part de pouvoir à votre adversaire, vous ne faites que le renforcer et vous aggravez inévitablement le problème.

Nicolas Sauger

58Gérard Longuet aurait donc dû rester à la présidence du PR ?

Bernard Lehideux

59Oui. Enfin, c’est ce que je pense.

Nicolas Sauger

60Plusieurs personnes pensent autrement.

Bernard Lehideux

61Je me range dans le camp de ceux qui pensent qu’il aurait dû rester.

François de Sesmaisons

62Vous oubliez le congrès de Cannes où il fut décidé d’ouvrir au centre gauche, si j’ose dire. Je me suis toujours demandé pourquoi Alain Madelin n’était pas allé au RPR dont il me semblait beaucoup plus proche qu’il ne l’était de nous. Jusqu’au jour où je me suis rappelé que son tout premier engagement fut contre les accords d’Évian. Il ne pouvait donc pas aller au RPR. Il y a toujours un héritage en politique, avec ce qu’on reconnaît et ce qu’on refuse. J’admire beaucoup Alain Madelin parce que son père était un ouvrier, exclu du Parti communiste pour trotskisme. Je l’ai toujours soutenu. Jusqu’au jour où je lui ai dit : « C’est idiot que tu veuilles être maire de Paris. » Là, je suis devenu son ennemi. Peu après, j’ai ajouté : « C’est idiot que tu veuilles te présenter aux élections présidentielles, cela ne représente rien. » On ne vous pardonne pas d’être franc. Les conseillers politiques sont très bien vus… à condition qu’ils disent toujours à ceux qu’ils conseillent ce qu’ils attendent.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540