Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de l'UDF

 | 
Gilles Richard
, 
Jean-François Sirinelli
, 
Sylvie Guillaume

Témoignage et débats. Séquence 2 : Jean-Pierre Fourcade

Texte intégral

Jean-Pierre Fourcade

1Je vous remercie de m’avoir invité pour parler de cette période passionnante qui nous rajeunit tous. Quatre observations pour commencer.

2Première observation : il faut se remémorer la situation de la France en 1974 quand Valéry Giscard d’Estaing a été élu président de la République. Nous étions en crise, c’était le choc pétrolier ; la maladie du président Pompidou avait différé un certain nombre de réformes ou de décisions importantes, et l’économie française était corsetée. C’est l’époque où – comme j’étais auparavant directeur des prix, j’avais mon indice favori – on taxait ce qui était dans l’indice mais pas ce qui était à côté. Bref, c’était l’économie administrée. En arrivant au pouvoir, le président de la République, qui était libéral de formation mais qui était aussi pragmatique et souhaitait avoir des moyens d’action importants sur l’ensemble des acteurs économiques, a décidé de décorseter l’économie – le mot « décorseter » était alors le mot le plus important. Cela avec un Premier ministre, Jacques Chirac, qui était d’un avis tout à fait contraire. Je me souviens des premières réunions du gouvernement de 1974 où le Premier ministre disait : « Il faut interdire toute création d’agence bancaire nouvelle, il faut interdire toute création de nouvelle station de distribution de carburant, tout cela est scandaleux. Il faut revenir à des structures beaucoup plus claires. » Le président de la République, qui avait été ministre des Finances pendant longtemps, était, lui, d’esprit libéral. Il trouvait tout de même que le libéralisme à la Pinay était un peu démodé, même si tout le monde s’est alors battu pour aller déjeuner avec le président Antoine Pinay – même moi ! – pour lui demander conseils et avis. Il n’en avait d’ailleurs pas, mais c’était le mythe Pinay.

3Deuxième observation : le président Valéry Giscard d’Estaing, qui était ouvert sur l’Europe et sur le monde, a tenté de fixer des objectifs de réforme pour essayer, en décorsetant l’économie française, de se rapprocher de ce que faisaient nos partenaires anglais, allemands, américains. Je me souviens de réunions avec le chancelier Helmut Schmidt dans lesquelles nous comparions nos approches différentes des problèmes. Le chancelier se moquait de nos réglementations et de nos mécanismes de contrôle des prix. Il n’était toutefois pas partisan d’un libéralisme total mais d’une grande politique d’exportation et d’une grande politique industrielle. Tout cela a beaucoup influencé, au départ, le gouvernement de 1974.

4Troisième observation : nous avons été confrontés en 1974-1975 à un gros problème industriel, celui de la semi-faillite de Citroën. Michel d’Ornano était ministre de l’Industrie. Nous avons tous les deux proposé au gouvernement une solution qui n’était pas administrative. Après avoir discuté avec les responsables de Peugeot et de Renault, vu comment fonctionnait Berliet et observé les difficultés de Citroën, dont le dirigeant donnait des leçons de vertu et de gestion à tout le monde mais avait, hélas, totalement démoli son entreprise, nous avons proposé une solution basée sur trois éléments. Premier élément : une fusion Peugeot-Citroën et une fusion Renault-Berliet, donc deux opérations de politique industrielle avec fusion ; c’était plutôt administratif. Deuxième élément : une liberté des prix pour les produits résultants de ces fusions, ce qui était une atteinte grave au système de contrôle des prix. On a dit à Peugeot : « Si vous reprenez Citroën, vous fabriquez des nouveaux modèles, on vous fiche la paix ; vous fixez les prix en fonction du marché et on ne s’occupera pas de vérifier le niveau des matières premières, des salaires, etc., on n’appliquera pas les formules qu’on avait appliquées jusque-là à tous les produits de cette industrie. » Même chose pour Berliet et les camions. Troisième élément : pour soutenir cette politique industrielle, nous avons fait un énorme prêt du FDES, le Fonds de développement économique et social, à Peugeot qui représenterait aujourd’hui plusieurs milliards d’euros, à des conditions avantageuses, avec un remboursement étalé sur cinq ans. Peugeot a remboursé ce prêt en moins d’un an. Et nous avons créé, dans le mécanisme général de contrôle des prix, un système dérogatoire élargi puisqu’il a fallu évidemment tenir compte de tous les sous-traitants de la branche automobile. C’était le début d’une politique industrielle qui n’était pas fondamentalement libérale mais qui a utilisé des mécanismes libéraux. René Monory les a repris ensuite, avec Raymond Barre, pour libérer totalement le secteur.

5Quatrième observation : l’équilibre du budget a cessé en 1975. J’ai présenté le budget de 1975 à la fin 1974. C’était un budget équilibré, le dernier budget présenté en équilibre au Parlement français depuis cette époque. En 1975, on utilisait une notion merveilleuse, oubliée aujourd’hui : on ne parlait pas de déficit, on parlait d’« impasse ». C’est Edgar Faure qui avait inventé cette formule. Le budget de 1975 a été exécuté avec une « impasse ». Puis l’impasse a augmenté au fil des ans et la dette publique avec. À l’époque, la dette de l’État représentait 7 à 8 % du PIB. Quand je l’ai portée à 10 % en 1976, ce fut le drame. La commission des Finances de l’Assemblée a trouvé que c’était un crime d’envisager l’endettement de l’État à hauteur de 10 % du PIB. C’était une autre époque.

6Ce problème du déséquilibre des finances publiques a compté dans les débats entre RPR et UDF. Il était négligé par un certain nombre de dirigeants et d’économistes, mais, de fait, il interdisait au président de la République de lancer certaines réformes. Si l’on veut faire des réformes qui aient un impact dans le temps, il faut commencer en effet par dépenser un peu d’argent. Or, ce déséquilibre des finances publiques, très clair à partir de 1976, quand il a fallu remettre un peu d’essence dans le moteur, a contribué à geler plusieurs réformes et a pesé sur les rapports entre les deux formations. Aussi bien au RPR qu’à l’UDF, ou dans les partis qui allaient la constituer, certains disaient : « Il faut d’abord revenir à l’équilibre. » C’était la position de Raymond Barre notamment, côté giscardien. Et d’autres disaient : « mais non, pas du tout, il faut faire la relance » – le mot « relance » date de là – et « développer les investissements ».

7Dans la création de l’UDF en 1978, les Clubs Perspectives et Réalités ont joué un rôle très important. La convention des clubs de 1977 a préfiguré le rassemblement puisqu’il y avait déjà Françoise Giroud, Jean Lecanuet, François Léotard, Gérard Longuet, etc.

8En 1981-1982, l’UDF a été décontenancée par la décentralisation mise en place par les socialistes. Elle n’a pas eu une réaction nette, ni sur le plan doctrinal, ni sur le plan factuel. Nous avions une doctrine sur le libéralisme, nous observions les réformes de Margaret Thatcher et ce qui se passait aux États-Unis. Mais l’opération menée par Gaston Defferre a surpris l’UDF. Sur le plan conceptuel, autant il était facile à l’UDF et au RPR de tirer à boulets rouges sur la politique économique et sociale du président François Mitterrand, notamment dans la première phase des nationalisations à tout crin, en s’appuyant même sur Michel Rocard qui avait dit que c’était idiot de nationaliser à 100 %, autant la décentralisation a semé le trouble, aussi bien au RPR, où une majorité était hostile mais pas la totalité, qu’à l’UDF où une forte minorité – sous l’influence peut-être de Raymond Marcellin – s’y est opposée. Il y a eu une espèce de mal-être à l’UDF et au RPR face à cette décentralisation. À l’Assemblée, nous avons voté contre. Au Sénat, nous avons voté en 1983 la loi sur les transferts de compétence. Des hommes comme Alain Madelin ou Raymond Barre ont d’abord vu dans la décentralisation une source de gaspillage. Ils n’ont pas voulu regarder du côté de l’Allemagne et de ses Länder. Alors que tout le monde était rassemblé pour lutter contre les nationalisations, la politique du crédit, la politique budgétaire, etc., la décentralisation a divisé le RPR et l’UDF.

Frédéric Tristram

9Je voudrais relativiser, comme l’a d’ailleurs fait Sylvie Guillaume, le libéralisme de l’UDF pendant la période giscardienne. C’est une période où l’intervention de l’État peut être mesurée par le taux des prélèvements obligatoires : c’est un ratio qui vaut ce qu’il vaut, mais qui est tout de même important lorsque l’on parle du libéralisme et de l’intervention de l’État dans l’économie. Or, ce fut la période de plus forte augmentation du taux des prélèvements obligatoires que l’on a connue depuis l’après-guerre : on est passé d’un taux de 34 % en 1973 à un taux de 42 % en 1983, en grande partie dû à l’augmentation des dépenses et des prélèvements sociaux. Cela veut dire que la priorité des gouvernements, notamment après 1976, n’a pas été un désengagement, comme on commençait déjà à le pratiquer dans les pays anglo-saxons avec Margaret Thatcher à partir de 1979 puis avec Ronald Reagan. On a au contraire pratiqué un libéralisme à la française, avec priorité donnée à l’équilibre budgétaire, même si on n’y est pas arrivé, et le déficit n’a pas considérablement augmenté. Ce fut donc une politique classique des grands équilibres, intellectuellement et pratiquement très dissemblable de la révolution libérale alors en cours dans les pays anglo-saxons.

Jean-Pierre Fourcade

10Le premier gouvernement de cohabitation n’est, en fait, pas revenu sur cette orientation générale. Il est revenu sur la nationalisation du crédit mais, sur le plan général de l’orientation économique, il est resté sur la même ligne : impasse budgétaire, déséquilibre des finances, etc. Autrement dit, le premier gouvernement de cohabitation n’a pas du tout fait ce que faisaient les Anglais, les Américains et les Canadiens qui essayaient de réduire les prélèvements et de libérer davantage l’économie.

François de Sesmaisons

11Je vois que Monsieur Fourcade a toujours l’habitude de sortir des petits carnets pour prendre ses notes. Je voulais lui demander de ne surtout pas les jeter mais de donner ses multiples carnets, soigneusement rédigés depuis quarante ans, à la Fondation de Sciences Po, car je me dis qu’ils doivent être passionnants. Maintenant que vous avez courageusement abandonné tous vos mandats, vous aurez peut-être le temps de les exploiter pour nous en faire profiter.

12Pendant que j’ai la parole, je voudrais aussi rendre hommage à Monsieur Fourcade. J’ai adhéré en 1966 aux Clubs Perspectives et Réalités. J’y ai appartenu assez longtemps pour connaître plusieurs présidents. Certains avaient beaucoup de charisme, tel Jean-François Deniau, d’autres moins. Mais il y en a un avec lequel on travaillait vraiment : vous.

Alain Lancelot

13J’avais la carte de l’UDF portant le numéro sept. Je voudrais insister sur un point qui n’a pas été assez souligné dans nos échanges. Lorsque l’on parle du libéralisme de Valéry Giscard d’Estaing, il faut toujours se rappeler qu’il fut d’abord un grand monsieur de l’administration française. Il fut toujours un politique formé par l’administration.

14Dans le cas de l’autre grand homme de l’UDF, c’est évidemment très différent. Il était un professeur d’économie que tout le monde avait connu. Il fut d’abord un très bon Premier ministre mais ensuite, à la fin du mandat du président, il faut bien reconnaître que les deux hommes avaient des divergences. Je les ai connus tous les deux, j’ai travaillé avec l’un et l’autre. Chaque fois que je me trouvais avec Valéry Giscard d’Estaing, il me disait : « Ne pouvez-vous pas lui faire comprendre que nous ne pouvons pas être des libéraux comme les autres ? » Et de l’autre côté, chaque fois que je me retrouvais avec Raymond Barre, il me disait : « Giscard ne comprend rien. Il est le seul en Europe à penser comme cela. » Je crois que c’était peut-être un peu excessif mais pas totalement faux. Si on avait voulu avoir un véritable libéralisme, ce n’est pas chez le président Giscard d’Estaing, malgré ses grandes qualités, qu’il aurait fallu le chercher. Le fait que nous ayons eu ces deux personnalités a fini par fragiliser l’UDF. Du moins est-ce ainsi que je l’ai ressenti.

Jean-Pierre Fourcade

15Pour moi, ni l’un ni l’autre n’étaient de vrais libéraux. Sur quoi Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac étaient-ils d’accord au départ ? Sur la façon de réagir au premier choc pétrolier. On avait pratiqué une politique monétaire et de crédit beaucoup trop large dans les derniers mois du mandat de Georges Pompidou. Par conséquent, mon activité pendant les six premiers mois a consisté à changer le gouverneur de la Banque de France, à changer le président du Crédit lyonnais, à changer le président du Crédit agricole, etc. Autrement dit, une gestion qui n’avait rien de libéral, mais était très administrative.

16À partir de 1981, quand a déferlé le socialisme que je qualifierai d’archaïque, avec les nationalisations – dans le programme socialiste aujourd’hui, on recommence, en parlant d’une banque unique pour financer les PME –, nous sommes apparus comme des libéraux par rapport aux socialistes français qui, eux, n’avaient pas du tout évolué à la manière d’Anthony Blair ou de José Luis Zapatero. L’UDF était « centriste, européenne et libérale ». « Libérale » ne venait qu’en troisième position parce que, fondamentalement, ce n’était pas la caractéristique première.

Sylvie Guillaume

17Je reviens sur le mot « libéralisme » que j’ai employé à propos de Valéry Giscard d’Estaing. Si l’on peut dire qu’il n’est pas un libéral au sens économique, son libéralisme culturel ne fait à mes yeux aucun doute. Face à l’onde de choc qu’a représenté Mai 68, il a en quelque sorte « décorseté » la société française ; il a répondu à une certaine demande sociale. D’où les réformes, pour éviter une nouvelle explosion, dans les premiers mois de son mandat en 1974 : l’abaissement de l’âge électoral, l’éclatement de l’ORTF, l’IVG, etc.

18Si le rapport de l’opinion au libéralisme est effectivement négatif en France et l’a presque toujours été, il s’agit du rapport de l’opinion au libéralisme économique importé des pays anglo-saxons. On a oublié que les libéraux ont été à gauche au XIXe siècle.

Jean-Pierre Fourcade

19Quelques observations à propos de l’intervention de Mathias Bernard.

20Tout d’abord, il faut rappeler que Valéry Giscard d’Estaing n’a pas soutenu Raymond Barre en 1988. J’ai fait la campagne de Raymond Barre – je me souviens d’une grande réunion interrompue par un orage qui avait cassé le chapiteau au Bourget. Pour un certain nombre de giscardiens, le fait qu’il soit resté totalement à l’extérieur du combat a pesé. Beaucoup de proches de Valéry Giscard d’Estaing le lui ont d’ailleurs reproché. Cela explique, je crois, bien des choses qui se sont passées par la suite.

21Deuxième point : dans l’organisation de l’UDF, dès le départ mais surtout sous la présidence de Monsieur Giscard d’Estaing, le système des adhésions directes a échoué. On avait dit : « On part de cinq formations de base (six quand il y a eu le PSD) et pour essayer de supprimer les clivages qui existent entre elles, on crée une catégorie particulière : l’adhérent direct. Progressivement, le nombre des adhérents directs augmentera par le ralliement d’individus issus des différentes formations. » L’ennui, c’est qu’un parti politique participe aux élections de toute nature, les municipales, les cantonales, les régionales, les nationales, les européennes. Il y avait cinq mécaniques électorales bien huilées et les malheureux adhérents directs se sont toujours fait plumer par les autres dans la répartition des places. On avait conçu les adhérents directs comme une espèce de pompe aspirante qui devait, à terme, absorber les forces vives des cinq partis pour aboutir à un grand parti unifié, mais cela a échoué. J’insiste : dans l’histoire de l’UDF, il faut un chapitre particulier sur les adhérents directs, pourquoi on les a créés, à quoi ils ont servi, quels sont les obstacles qu’ils ont rencontrés. Il y a eu quelques ministres « adhérents directs », parce que c’était négociable, mais je n’ai pas connu un seul président de région ou de conseil général adhérent direct.

22Vous avez ensuite évoqué les groupes parlementaires à l’Assemblée mais fait l’impasse sur le Sénat. Moi, j’étais au Sénat pendant vingt-quatre ans, de 1977 au 30 septembre dernier [2011]. Or, au Sénat, il y avait deux groupes de l’UDF : les Républicains indépendants, groupe bien structuré qui comptait de nombreux parlementaires provinciaux, et l’Union centriste. J’ai assisté, à l’occasion de chaque élection, à des combats épiques entre les deux groupes qui appartenaient pourtant, théoriquement, tous deux à l’UDF. Chacun en rajoutait. Monsieur Tartempion, élu du Gers ou de la Haute-Saône comme vous voudrez : pour le rallier à leur groupe, les uns allaient le chercher au train quand il arrivait à Paris, les autres l’invitaient à déjeuner. La bagarre était permanente et l’UDF ne comptait absolument pas dans cette affaire. Tout ce qui s’est passé avec François Léotard, François Bayrou, Alain Madelin, etc. n’y a rien changé : au Sénat, il y eut toujours deux groupes rivaux, avec un petit appendice, l’ancienne Gauche démocratique devenue le Rassemblement démocratique et social européen, le RDSE, dans lequel il y avait théoriquement les radicaux mais la plupart étaient en fait dans les deux autres groupes. L’UDF n’a donc jamais été capable d’avoir un groupe parlementaire unique au Sénat et parfois même à l’Assemblée. Le RPR au contraire a toujours eu un groupe très solide, dirigé d’une main de fer, aussi bien à l’Assemblée qu’au Sénat.

23Malheureusement, ce phénomène se reproduisait au niveau des régions et des départements où il y avait soit des groupes « majorité départementale » dans lesquels le RPR avait souvent une position dominante, soit plusieurs groupes distincts. Autrement dit l’UDF, parti politique, n’a jamais été capable d’avoir une représentation homogène, ni sur le plan parlementaire, ni sur le plan régional, ni sur le plan départemental.

24Quant aux grandes villes, c’est ma troisième observation, l’UDF y reposait sur des grands élus. Chaque fois que les jeunes gens, Alain Madelin, François Léotard ou d’autres, ont voulu bâtir un parti de militants, ce fut l’échec. Il y avait des militants bien sûr – Hervé de Charette prétendait qu’il en avait au moins mille en France. Mais en fait, les grands élus, présidents de région, maires de grandes villes, présidents de conseils généraux, agissaient à leur guise. Je me suis longtemps occupé de l’Association des maires de grandes villes et j’ai pu constater que l’UDF n’y existait pas.

25L’échec de l’UDF a quatre causes.

26Première cause : Valéry Giscard d’Estaing n’était pas fait pour être un chef de parti alors que Jacques Chirac est un bon chef de parti. Deuxième cause : nous ne sommes pas parvenus à fusionner les formations constitutives de l’UDF, ni sur le plan doctrinal, ni sur le plan de la représentation politique. Troisième cause : l’élection de 1995. On y vit l’UDF se partager entre Jacques Chirac et Édouard Balladur, tous deux membres du RPR. Ce fut la déconfiture pour l’UDF qui aurait dû, bien sûr, avoir son propre candidat. En Europe, les libéraux sont solidement organisés. En Allemagne, la CDU a une très forte base. José Maria Aznar a monté en Espagne un parti politique extrêmement solide, bien organisé, et son successeur vient de réussir une opération politique formidable. En Grande-Bretagne, le parti conservateur, malgré tout ce qu’on a pu dire, est arrivé à quelque chose. Pourquoi pas le même phénomène en France ? À cause du régime électoral. Le régime électoral britannique a favorisé le parti travailliste ou le parti conservateur mais a toujours écrasé les centristes. En Allemagne, même chose. Notre système de scrutin majoritaire à deux tours est au contraire une prime à la divergence, à la différenciation, à l’autonomie et au combat fratricide. Il est dès lors extrêmement difficile en France de construire un parti politique fort et l’histoire de l’UDF le prouve. C’est la quatrième cause de son échec.

27Seul le RPR est arrivé à s’accommoder du régime électoral. Avec la théorie qui consiste à dire qu’un parti politique doit être très fort dès le premier tour, qu’il ne faut donc pas de divergences, de dissidences, de dévoiements, et si le parti est très fort au premier tour, il peut gagner au deuxième tour, passer de 35 % à 50 %. À l’UDF, on a toujours pensé le contraire. Je me souviens de collègues parlementaires, députés ou sénateurs, qui estimaient qu’à une élection quelconque, le fait d’avoir 15 % des voix était un grand succès. Moi, je pensais qu’à une élection, ce qui compte, c’est d’être élu ! La différence fondamentale passe entre l’élu et le battu. Je connais des personnalités qui ont toujours estimé qu’il fallait « témoigner » aux élections, que le fait d’arriver à 15 % dans une élection était quelque chose d’important. L’UDF a perdu sur ces bases-là et les élections européennes à la proportionnelle ont aggravé le phénomène parce qu’on n’a même pas été fichu en 1989 d’avoir une liste unique.

Georges de La Loyère

28J’ai été trésorier de l’UDF sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. Il m’a nommé au début de juillet 1988 et je suis resté en fonction jusqu’en 1996.

29Je confirme que le président n’a pas particulièrement soutenu Raymond Barre en 1988. Une anecdote : il avait pris la présidence des Clubs Perspectives et Réalités et au sein des clubs, avant l’élection, il avait organisé un vote indicatif. Il y eut une légère majorité pour le soutien à Raymond Barre, mais très faible ; il y avait pratiquement égalité entre pour et contre. Le président en déduisit que l’appareil giscardien proprement dit n’était pas pour le soutien à Monsieur Barre.

30Lorsqu’il devient président de l’UDF, il se retrouve plongé dans la campagne législative de 1988 qui suit immédiatement l’élection présidentielle, et est le seul fédérateur possible. Raymond Barre était alors hors course et Jacques Chirac n’était pas à ce moment précis dans une situation où il pouvait peser fortement, même sur ses propres troupes. Donc, Valéry Giscard d’Estaing est passé pour le fédérateur. L’élection législative s’est terminée par une victoire de la gauche certes, mais relativement difficile. Il y a avait eu une vraie unité à droite, avec désistements réciproques au second tour entre candidats du RPR et de l’UDF. C’est vrai que, dès le lendemain de l’élection législative – j’étais suppléant d’un député CDS –, l’idée a germé de créer un groupe centriste autonome, avec l’ambition de peser sur la majorité gouvernementale puisqu’elle était relative, mais tout en restant dans l’UDF pour se protéger du RPR lors des futures investitures. L’UDF pouvait être deux choses : un parti politique fort ou simplement une confédération qui négocie des investitures face au RPR. Dans l’esprit de certains, François Léotard, Gérard Longuet, etc., il fallait un parti fort. C’est dans ce cadre qu’ils sont allés chercher Valéry Giscard d’Estaing et lui ont proposé de prendre la présidence de l’UDF en 1988, Jean Lecanuet démissionnant. Mais ils se disaient : « Oui, on va faire quelque chose, l’UDF va être forte puisqu’il est là et par rapport à Jacques Chirac, le parti existera, on pourra négocier notre affaire, mais en aucun cas on a envie de lui confier toutes les clefs. » L’ambiguïté tient à ce que Valéry Giscard d’Estaing, lui, a interprété les choses autrement, se disant : « Maintenant, je prends l’affaire en mains et je vais régler les problèmes. »

31Dans toute formation politique, l’argent joue un rôle important. On venait de voter les nouvelles lois sur le financement des partis politiques et chaque parti recevait donc l’argent directement. Après 1993, on fit le contraire, c’est-à-dire que ce fut l’UDF en tant que telle qui reçut les financements publics, mais jusqu’en 1993, chaque composante recevait l’argent. Le président me dit : « C’est très simple, je vais réunir les dirigeants, je vais leur dire que vous passerez les voir et ils devront vous reverser 20 % des sommes perçues. » En réalité, jamais aucune des composantes ne m’a donné les 20 %. Je me suis donc retrouvé face à la difficulté de financer le système, de faire fonctionner le siège de la rue François Ier, de payer les campagnes électorales. C’était un handicap majeur car se profilait la première échéance importante : l’élection européenne de 1989.

32Valéry Giscard d’Estaing lança rapidement une réflexion sur les enjeux de la campagne européenne à venir. Il demanda au Parti républicain et au CDS, à Alain Madelin et à Bernard Bosson, de commencer à élaborer un programme. Ambiguïté : est-ce qu’on faisait une liste UDF ou est-ce qu’on faisait une liste d’union ? Le président qui voulait jouer le rôle de fédérateur et faire passer l’UDF devant le RPR, puisque c’était quand même l’objectif, Jacques Chirac étant à terre, se dit : « Il vaut mieux faire une liste d’union que je conduirai. » Là-dessus apparut la divergence avec les centristes qui dirent : « Pas avec le RPR. D’accord pour une liste UDF mais à partir du moment où il est question de s’allier avec le RPR, nous partons de notre côté. » Ils firent réaliser un sondage : ils étaient à 3 ou 4 %. Ils allèrent donc chercher Simone Veil, se rangèrent derrière elle et bâtirent leur liste. Nous, nous fîmes cette fameuse liste d’union. Après la victoire – puisque Valéry Giscard d’Estaing était quand même en tête de tous les candidats, devant Laurent Fabius qui conduisait la liste socialiste –, l’idée de consolider l’union à droite gagna du terrain. Le leitmotiv d’alors était : « Si on a perdu en 1981 et en 1988, c’est à cause de la division des partis alors que dans l’électorat, la droite a globalement la majorité. »

33Arriva alors l’opération de Charles Pasqua, Philippe Mestre et Gérard Longuet, consistant à organiser des « primaires à la française » pour désigner le candidat à la présidence de la République, puis à créer un mouvement commun au-dessus des partis, appelé l’Union pour la France. Signature à la maison de l’Amérique latine d’un magnifique texte, réception formidable, mais très vite, ce fut la brouille. Sur les primaires précisément. On organisa une manifestation au Zénith qui devait lancer l’opération… et on annula la réservation la veille. Moi, j’étais très content parce que je ne savais pas comment j’allais payer mais, comme me dit Alain Madelin : « Tu es bien le seul content ce soir. » Finalement, nous avons perdu à cette occasion le leadership à droite et la courbe de popularité de Valéry Giscard d’Estaing a commencé à dégringoler, parce que l’union n’avait pas pris.

34Après cette campagne européenne, des « états généraux de l’opposition » ont été lancés, sous la direction d’Alain Madelin et de Nicolas Sarkozy, regroupant l’UDF et le RPR. Cela a plutôt bien fonctionné, avec des réunions à thème sur tous les grands sujets, un peu comme on avait fait la Convention libérale en 1985, associant les deux partis. Après la réforme de l’UDF, l’objectif était le scrutin de 1993. Là, le RPR et l’UDF firent jeu égal, avec une UDF même très légèrement en tête. On peut se poser la question de savoir si la maladie chronique de l’UDF – chaque composante essaye de traiter directement avec le futur Premier ministre pour obtenir des postes de ministres – n’a pas finalement empêché sa victoire plus nette aux législatives. En effet, dans un certain nombre de circonscriptions, alors que les socialistes avaient fait un score historiquement bas, il ne restait qu’un candidat RPR et un candidat UDF. On a demandé aux UDF de se retirer pour qu’il y ait un candidat unique RPR, cela dans au moins trente circonscriptions. On peut s’interroger sur ce qui ce serait passé si l’UDF était restée en lice face au RPR…

François de Sesmaisons

35Si Mme Veil accepte de mener sa troisième campagne européenne avec les centristes, c’est parce que le RPR, je crois qu’il ne faut pas l’oublier, s’est toujours montré très anti-européen. Quand elle était présidente du Parlement européen – j’étais avec elle à ce moment-là – Christian de La Malène et ses amis, c’est-à-dire le RPR, n’avaient pas de mots assez durs contre elle. Mots dont elle se souvenait fort bien. Dans son dernier livre, elle rappelle d’ailleurs quelques épisodes assez pénibles. Autrement dit, tout homme et toute femme politique, bien qu’il ou elle fasse semblant de ne pas avoir de mémoire, en a forcément. Même si Jacques Chirac l’appelait « Pounette », ce n’est pas l’essentiel. Elle a été, selon moi, très vexée, après avoir conduit la première liste en 1979 avec vingt-cinq élus, puis la deuxième fois, en 1984, avec des résultats encore meilleurs, que la troisième fois, on ne lui demande rien. C’était la déconsidérer.

36En ce qui concerne les analyses faites sur M. Giscard d’Estaing, j’ajouterais qu’en 1988, il savait fort bien que c’était trop tôt pour revenir à l’Élysée. Il se tenait donc à l’écart, d’autant qu’il visait secrètement – au cas où le processus européen s’accélérerait – d’être le premier président des États-Unis d’Europe. Certains de ses proches me l’ont confirmé. Dès lors, il ne fallait pas qu’il se présente ni ne s’engage trop en 1988. En 1995, il se serait probablement présenté à l’élection présidentielle mais voilà que François Léotard, qui lui devait tout, trois jours avant que l’ancien président se déclare, se lance dans la course à l’Élysée !

37Dans le vote de 1988 à l’intérieur des clubs – c’est lui qui les a fondés en 1966, ce sont ses enfants, les plus giscardiens des giscardiens sont dedans –, Valéry Giscard d’Estaing pensait qu’il aurait la majorité mais il ne l’eut pas. Georges de La Loyère a dit gentiment que ce fut 50-50 mais, si mes souvenirs sont bons, ce n’était même pas 50-50 et dans l’opinion, il était dévalorisé : ce désaveu l’a beaucoup touché.

38Moi, je prétends que l’UDF n’a pas échoué. Le but n’était pas de faire un parti mais de gagner des élections, celles de 1978 en l’occurrence, et dans ce domaine, elle a réussi. Si on affirme que le but était de bâtir un parti, certes, ce fut l’échec, mais ce n’était pas le but au départ, ni dans les statuts, ni dans Démocratie française. En août 1977, un collaborateur de Valéry Giscard d’Estaing lui fit une note qui s’intitulait « UDF » : cela voulait dire « Union des forces ». Il n’avait jamais pensé en l’écrivant à faire un parti. Mais il a fait l’analyse politique suivante : « On ne s’en sortira pas seuls avec le PR et les clubs. »

Jean-Pierre Fourcade

39J’ai une anecdote à ce sujet, qui illustre ce que dit notre ami Monsieur de Sesmaisons. Quand j’ai pris la présidence des clubs en 1975 et me suis alors fâché avec Jacques Chirac, il y avait à peu près une centaine de clubs. Sous ma présidence, on a dépassé les 200. Je faisais beaucoup de déplacements en province. Je me souviens d’une réunion dans une ville de province tout à fait sympathique et importante. Je suis arrivé et il y avait… 18 personnes. Je dis au président du club : « C’est curieux, quand même. » Il me répond : « Vous comprenez, ce qu’on veut, c’est pouvoir discuter avec vous. Donc, il ne faut pas être trop nombreux. » Cet homme s’est tout de même bien débrouillé puisqu’il est au gouvernement aujourd’hui [2011].

Frédéric Tristram

40J’ai l’impression qu’il y avait une double tendance pendant ces années 1988 à 1996. D’une part, l’UDF apparaissait très divisée sur un certain nombre de grands sujets identitaires : si l’on reprend le triptyque « centriste, libéral et européen », il n’est pas certain que tout le monde était alors encore centriste, libéral et européen. D’autre part, le RPR pendant cette période-là s’était « udéfisé », notamment sur la question européenne. Ce qui était une grande différence entre les deux partis s’était ainsi étiolé.

Mathias Bernard

41Oui, sous l’influence d’Édouard Balladur notamment. D’ailleurs, c’est ce qui rendit plus facile le ralliement de la majorité de l’UDF à sa candidature en 1995, apparue compatible avec la sensibilité politique dominante à l’UDF et semblant aussi avoir plus de chance de l’emporter dans la présidentielle qu’un candidat UDF, en l’occurrence Valéry Giscard d’Estaing. Cela dit, je ne suis pas certain que les divisions internes à l’UDF aient été plus grandes entre 1988 et 1996 que dans les autres périodes. Mais Valéry Giscard d’Estaing, c’est vrai, n’a pas réussi à porter un discours politique capable de rassembler les différentes sensibilités alors qu’il y était parvenu quand il était président de la République.

Gilles Le Béguec

42En 1974, Valéry Giscard d’Estaing recrute très largement dans les rangs d’une droite soit antigaulliste, soit non gaulliste. Il y a d’ailleurs là un malentendu par rapport aux mesures de libéralisation que Valéry Giscard d’Estaing fait adopter en 1974-1976. Progressivement, la droitisation du RPR derrière Jacques Chirac et le fait que l’identité gaulliste du RPR s’efface peu à peu font que le RPR se heurte de moins en moins au réflexe antigaulliste originel. Dès lors, une UDF qui insiste sur son côté centriste, même si parfois c’est davantage de l’ordre du discours que de l’ordre de la réalité, se trouve dans une position défensive par rapport à l’offensive du RPR.

Odile Rudelle

43Une réflexion très générale. Je suis frappée qu’on puisse parler pendant toute une journée, très savamment et de façon passionnante, d’un grand parti de droite en France sans avoir mentionné une seule fois la question religieuse et celle du rapport à l’Église catholique. Cela montre à quel point les choses ont changé depuis la Libération et même depuis 1958, quand mes camarades du CEVIPOF (Centre d’études de la vie politique française) prenaient un air désespéré en disant : « Il n’y a rien à faire, les électeurs de droite sont toujours catholiques, on a beau faire et refaire les calculs, rien ne change. »

44Dans les années 1970, le pluralisme religieux a gagné en France. Valéry Giscard d’Estaing a pris des mesures importantes pour les prêtres, en matière de Sécurité sociale par exemple, ce qu’on ne sait pas toujours. Puis Édouard Balladur a accepté d’étendre le statut des congrégations catholiques à plusieurs autres religions. Il y a là, je pense, quelque chose qui questionne sur ce qu’est un grand parti de droite au XXIe siècle, à l’heure où l’Église catholique est complètement marginalisée.

François de Sesmaisons

45Ce que vous dites est très intéressant mais il ne faut pas oublier les grandes manifestations de défense de l’école libre pendant la présidence de François Mitterrand. Tout n’est donc pas terminé.

Georges de La Loyère

46Une remarque à propos des divergences d’opinion à l’intérieur du RPR et de l’UDF. À l’intérieur de l’UDF, en dehors de cas marginaux comme celui de Philippe de Villiers, parti pour les raisons européennes que l’on sait, il n’y avait pas de profonde divergence. Au fond, ce qui a le plus compté relevait surtout de la tactique électorale. Lors du référendum de 1992 sur le traité de Maastricht, l’UDF opéra de façon très majoritaire en faveur du « oui » alors qu’au RPR, les divergences entre ceux qui étaient pour le traité et ceux qui étaient contre, furent de grande ampleur.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540